• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Quelle identité numérique professionnelle au sein de  l’institution
 

Quelle identité numérique professionnelle au sein de l’institution

on

  • 1,900 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,900
Views on SlideShare
1,466
Embed Views
434

Actions

Likes
5
Downloads
184
Comments
1

9 Embeds 434

http://livreaucentre.fr 333
http://www.scoop.it 89
https://si0.twimg.com 4
https://twimg0-a.akamaihd.net 2
http://webmail1d.orange.fr 2
http://webmail22.orange.fr 1
http://webmail1m.orange.fr 1
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://ldformation.blogspot.fr 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1 previous next

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Rien n’est acquis
  • Ce schéma issu de l’article de Chris anderson illustre encore la mécanisme : au départ britney spears et à la fin the sélector, groupe peu connu, atteint par le biais des recommandations Tout cela souligne un élément peu pris en compte par les bibliothécaire qui est celui de la « médiation numérique » qui n’est pas forcément une prescription numérique mais plus largement des propositions d’orientation dans les contenus.
  • Sentiment renforcer par le fait que l’internaute est aussi créeateur d’informations et de métadonnée.
  • Sentiment d’autonomie : facilité d’accès à l’infortion du fait des moteurs de recherche donne le sentiment que la biliothèque n’est plus utile.
  • 9 heures : entend une chanson géniale à la radio, et n'a aucune idée de qui la chante, tape dans Google les deux lignes de textes dont il se souvient, puis regarde la vidéo sur Youtube, puis lit la biographie complète du groupe sur Wikipédia, puis télécharge illégalement l'intégralité de la discographie du groupe, puis fait une mashup avec la chanson et une vidéo qui circule sur Internet... et 7000 vues [sur Youtube] !, puis rejoue la chanson muni d'un instrument en plastique grâce à un jeu vidéo musical... et parvient à établir un nouveau record !, puis regarde le groupe passer au Jay Leno show [Tonight show sur NBC], puis va sur le net pour dire à tout le monde à quel point le groupe craint maintenant.
  • Meme si il regarde dans la même direction , ils sont différents, dans leurs diverstités d’usagers, de centres d’intée^tes. Les lunettes ou les chapeaux
  • La lecture à l'écran répond aussi à des codes d'usages web précis auquels il faut être très attentifs lorsque que l'on  produit des contenus
  • Hyperliez vos contenus Une des spécificités d’Internet est la possibilité de créer des liens renvoyant à d’autres pages Internet. C'est l'un des fondements du web. Ces hyperliens relie ce contenu à la toile. Ce lien peut être fait avec des articles internes au site. Il s’agit de pointer vers un billet complémentaire ou encore proposer des passerelles entre les contenus.  Cela peut être aussi un lien vers une ressource web externe que le bibliothécaire a validé et veut mettre en avant pour compléter son propos.  Attention aussi de ne pas tomber dans l’excès inverse, et d’inonder les textes de liens ; ils sont aussi une redoutable incitation à la digression
  • citation de thierry crouzet dans l'alernative nomade : Comment s’y prennent les propulseurs ? Ils se connectent les uns avec les autres. Ils se passent le mot de bouche à oreille. Ils se passent l’info de la main à la main. « On propulse en se connectant. On se connecte en propulsant. » Pour propulser, il faut pouvoir transmettre à des destinataires, être connectés avec eux, être un des fils qui sous-tend le Flux, une ligne de vie.    Il ne suffit pas d’injecter des contenus dans le Flux et de les laisser vivre seuls. Ils auraient toutes les chances de se scléroser. Mais pour se connecter, taper sur l’épaule de quelqu’un n’a pas beaucoup d’effet. Mieux vaut lui apporter quelque chose, au moins un bonheur passager. « Tiens, lis ça. C’est absolument génial. »
  • D’où la question de notre visibilité : nous disparaissons progressivement du paysage numérique des internautes
  • Remet en question une légitimité que nous considérons acquise
  • Il s'agit ici de donnée une définition simple de cette notion bien abstraite pour nombre de collègues :  ne identité numérique est ce qui caractérise la presence web  d'un internaute lambda, d'une marque, d'une intitution.
  • Cette identité numérique se nourrit avant tout des traces que l'internaute laisse en ligne. La notion de traçabilité numérique est inhérente à l'identité numérique
  • Cette traçabilité numérique recouvre un champs très large. Ce graphique de Fredéric Cavazza est une excellente synthèse de ces traces que nous laissons de manière active et/ou passive, formel et/ou informel sur le web.  Les facettes de cette identité :  Les  coordonnées , c’est à dire tous les moyens numériques qui permettent de joindre un individu (email, messagerie instantanée, N° de téléphone), de l’identifier (fichier  FOAF  ou hCard ) ou de le localiser (Adresse IP) ; Les  certificats  qui sont délivrés par des organismes ( Certinomis ,  Thawte …), des services ( OpenID ,  ClaimID ,  Naimz  ou des logiciels ( CardSpace ) afin d’authentifier un utilisateur ; Les contenus publiés à partir d’outils d’ expression  qui permettent de prendre la parole : blog, podcast, videocast, portail de journalisme citoyen ( Agoravox ,  Wikio …) ; Les contenus partagés à l’aide d’outils de  publication  : photos ( FlickR ), vidéos ( YouTube , Dailymotion …), musique ( Radio.blog.Club ) ou liens ( del.icio.us ) ; Les  avis  sur des produits ( U.lik ,  CrowdStorm ,  iNods …), des services, des prestations (ex. voyages avec  TravelPost ) ou même information ( Digg ) ; Les  hobbies  qui sont partagés par les passionnés sur des réseaux sociaux de niche ( Boompa pour l’automobile,  Cork’d  pour le vin,  BakeSpace  pour la cuisine…). Les achats réalisés chez des meta-marchands (comme  Amazon  ou  eBay ), avec des systèmes de paiement (comme  Paypal  ou  Google Checkout ) ou de programmes de points de fidélité (comme  S’Miles  ou  Maximiles ) qui permettent de modéliser les habitudes de  consommation ; La  connaissance  diffusée au travers d’encyclopédies collaboratives ( Wikipedia ), de plateforme de FAQ collaborative (comme  Yahoo! Answers  ou  Google Answers ) ou de sites de bricoleurs ( Instructables ) ; Les portails ( Monster ,  WetFeet …) et réseaux sociaux ( LinkedIn ,  Xing …) qui servent à donner de la visibilité à sa  profession  ; Les services qui gèrent la notoriété d’un individu ( Technorati ,  Cymfony …), sa fiabilité ( Biz360 ) et sa  réputation  ( RapLeaf ,  iKarma ,  ReputationDefender …) ; Les services de rencontre ( Meetic ,  Friendster …) et de fédération d’individus en  audiences homogènes ( MySpace ,  MyBlogLog …) ; Les jeux en ligne ( World of Warcraft ,  Everquest …), les univers virtuels ( SecondLife ,  There , Habbo Hotel …) et les services en ligne ( SitePal ,  Gravatar ) qui permettent d’afficher un avatar .
  • parcequ'elle donne à voir ce que nous sommes, une identité numérique doit être pensé commune une véritable mis en scène de soi - personnelle et/ou professionnelle. La question de la maitrise de cette image que nous donnons de nous même sur le web est aujourd'hui un enjeu majeur.  
  • Même si elle est maitrisée la gestion d'une identité numérique est complexe car comme nous l'avons vu elle recouvre aussi les traces laissées par les autres internautes ... 
  • il ne s'agit plus ici  de la  représentation d'une personne, d'une marque ou d'une institution par elle-même, mais  l’image que les internautes se font de celle-ci en fonction des traces la concernant sur le Web.  il s'agit donc d'une réputation en ligne ou e-réputation. L'enjeu est de taille : il s'agit d’asseoir sa crédibilité et/ou éviter tout départ de rumeur dévastatrice. Le dessin de Vidberg résume à merveille la place que prend aujourd'hui l'e-réputation dans les recrutements de nouveaux employés en entreprise.
  • Les deux exemples précédent confirment cette  phrase de Chris Anderson, rédacteur en chef du magasine Wired.   L’avènement du web2.0 et la prise de paroles toujours plus fortes des Internautes sur la toile, fait qu’ un simple site web ne suffit plus à se faire remarquer.  D'autant plus que Google est devenu la principale porte d'entrée à l'information accessible sur le web.
  • Tout cela ne se fait pas de manière empirique. Un circuit de validation et de publication a été élaboré et validé.
  • Créer son identité, c’est un début… diffuser son identité, c’est bien… communiquer intelligemment, c’est indispensable !  Aussi la création d'une identité numérique doit être réfléchie en fonction des objectifs visés et des attentes à court terme et long terme.  Bâtir une e-réputation nécessite de la méthode. Quelle stratégie utiliser pour « Cultiver votre identité numérique » en 7 points ? La préparation de la terre :  Définissez vos objectifs, quels sont les publics visés, que souhaitez-vous laisser comme traces sur la toile … Le choix des graines  (blogs, RSS, CV en ligne, réseaux sociaux pros ou perso…) : quelles graines choisir, comment les choisir ? Le Jardinage :  quand et comment planter ces graines ? C’est le plan de marche. Il y a des terrains plus faciles que d’autres et des périodes propices (exemple si vous animez à une conférence, il y aura forcément des traces sur le web …), La Pollinisation :  communiquer sur soi, ses activités… Restez en ligne avec vos objectifs (cf point 1), L’entretien :  être actif en permanence, mettre à jour ses profils sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo, mais aussi sur les réseaux sociaux plus perso comme Facebook par exemple, La surveillance :  Que dit-on sur moi ? Prenez le temps de vous google-iser. Faites une simple recherche sur votre nom. Que trouvez-vous ? Pour être informé en permanence, utilisez les fonctions Google Alerts sur votre nom. Dès que quelqu’un parle de vous sur la toile, vous recevrez un e-mail d’alerte, Les erreurs à ne pas faire :  se mettre à nu, donner des infos confidentiels, … Internet garde la trace de tout, même du pire ! http://vodpod.com/watch/1484806-7-points-pour-cultiver-votre-identit-le-mind-map-de-lebook-youontheweb
  • une bibliothèque peut défendre plusieurs identités numériques. L'essentiel étant dans la coordination de celles ci.  par exemple : la bibliothèque prosuit un avatar ou logo pour son identité institutionnel : nous devons retrouver cet avatar sur tous les supports numériques de diffusion de cette information institutionnel : le portail, une oage facebook, un twitter .... Coordination des contenus : sur ces supports nous ne diffusons que de l'information formatée "institutionnelle" : globale, neutre .... (évenements, expos ) Cette coordination rentre dans le "projet de médiation de l'établissement"

Quelle identité numérique professionnelle au sein de  l’institution Quelle identité numérique professionnelle au sein de l’institution Presentation Transcript

  • Quelle identité numérique professionnelle ausein de l’institution ?Source : http://www.flickr.com/photos/wandalouzy/4457650251 lionel.dujol@gmail.com
  • Un contexte de transformations intenses
  • L’attention : la rareté du XXIe siècleSource :http://www.flickr.com/photos/astepintothedark/227595666
  • Source : http://www.flickr.com/photos/popoever/234877734
  • Infobésité
  • Economie de l’attentionSource : http://www.flickr.com/photos/joysaphine/4457039110
  • Coup de tonnerre fin mars 2010 !Le trafic sur Facebook a dépassé celui de Google
  • Source: SocialBakers
  • La force de la recommandation
  • Guider dans la longue traîne…
  • Sérendipité sérendipitéSource : http://www.flickr.com/photos/clementpetit/3609755617/
  • Adhésion aux contenus
  • J’aime la broderie = j’aime YouTube !
  • Adhésion à la marque
  • J’aime le bricolage = j’aime YouTube = J’aime Castorama
  • Les contenus sont une arme !Source : http://www.flickr.com/photos/m2w2/191545978
  • L’usager numériqueSource : http://www.flickr.com/photos/chandramarsono/3616516964/
  • Autonomie de l’usager ?Source : http://www.flickr.com/photos/joeshlabotnik/146466626/sizes/l/
  • Désintermédiation ? / Source : http://www.flickr.com/photos/animaux/468804830
  • Source : « Chart: The New 24 Hour Song Discovery Cycle » http://www.hypebot.com
  • Désintermédiarisation Changement d’intermédiaire /Source : http://www.flickr.com/photos/animaux/468804830
  • • Un résultat googleSource : http://www.flickr.com/photos/missha/2209205063/
  • L’amihttp://www.flickr.com/photos/mtsofan/2428161455
  • 90% des internautes déclarent confiance à des faire recommandations d’amis 70% des internautes déclarent faire confiance à des recommandations d’internautes inconnus (blogs, forums…) 42% des internautes déclarent confiance à faire la publicitéSource : www.dix-katre.com
  • La bibliothèque dans les fluxSource : http://www.flickr.com/photos/frcsyk/36392099
  • S’ouvrir à l’usagerSource : http://www.flickr.com/photos/criggchef/2665328223/
  • Déplacement du centre de gravité versl’usagerSource :http://www.flickr.com/photos/palagret/211289845/
  • L’usager est multiple segmentationSource : http://www.flickr.com/photos/jdn/2201362379/
  • S’ouvrir à ses usages
  • Codes dusages webCodes dusages de la bibliothèque ?
  • La prescription des parcours ?
  • Orienterhttp://www.flickr.com/photos/dandelion14/12276416/
  • Capter des attentions
  • Être dans les flux
  • PropulserSource : http://www.flickr.com/photos/cma3/3867400297
  • Notre visibilité ?Source : http://www.flickr.com/photos/27953349@N06/4250677777/
  • Notre légitimité ?Source : http://www.flickr.com/photos/mkmabus/3210513683/
  • Des stéréotypes tenaces
  • Source :http://www.flickr.com/photos/unforth/2240834064/
  • Définir sa présence web ! définir sa présence webhttp://www.flickr.com/photos/carolinegagne/4755663402
  • Une présence n’est pas une collection d’outilsSource : http://www.flickr.com/photos/magnuscanis/526247731
  • Deux démarchesDominante relations usagersCommunication,serviceshttp://www.flickr.com/photos/laenulfean/5943132296
  • Deux démarches Dominante « connaissance » S’inscrire dans une, dans la société du savoir et de l’information via les communautés d’intérêt. Contenus à valeur ajoutéehttp://www.flickr.com/photos/laenulfean/5943132296
  • Identité numérique ?Tous ce qui caractérise la présence enligne dun individu, dune marque, duneinstitution ...
  • Traces intentionnelles et disséminées
  • Une mise en scène
  • Traces laissées par les autres internautes
  • E- réputation
  • "Votre marque nest pas ce que vous en dites mais ce que Google en dit ! " Chris Anderson
  • Le monde à travers mes amis : mode daccès àlinformation qui devient dominant
  • Quelle identité numérique pour une bibliothèque ?
  • Identité Institutionnelle Identité de service Identité de personnes- Identité thématique ressources
  • La présence en ligne officielle Logo : celui de la collectivité / de la bibliothèque Pseudo : le nom de la bibliothèque / la ville / la collectivité / lorganisation, etc. Positionnement : faire connaître des contenus ou des services / rendre ou co-construire des services / recueillir des feedbacks Canaux : site institutionnel, facebook, twitter, etc. Cible principale : le public local fréquentant le lieu
  • Proche de la communication officielle Proche information communicationelle
  • Relation avec service communicationSource : http://www.flickr.com/photos/joshfassbind/4584323789
  • Le service rendu à distance Logo : celui du service Pseudo : celui du service Positionnement : communiquer sur lexistence du service / rendre le service là où sont les gens Canaux : site institutionnel, facebook, twitter, etc. Cible principale : public distant / public local
  • Bibliosesame le site
  • Bibliosesame site partenaire
  • Le bibliothécaire comme personne ressource / propulseur Logo : avatar à figure humaine réel ? fictif ? Pseudo : nom de la personne + nom de la bibliothèque ? Positionnement : renseigner, informer, orienter Canaux : site institutionnel, facebook, twitter, etc. Cible principale : public local
  • La bibliothèque incarnée Les Geemiks sont « animatrices de communautés » à la médiathèque de l’ESC de Lille
  • « La plupart des amis avec lesquels vous êtes connectés sur Facebook et Twitter sont des personnes. Et je parie que vous passez 95% de votre temps de connexion avec des gens - et non des organisations. Et si vous avez des liens avec une organisation, vos meilleures expériences sont avec les personnes qui travaillent dans cette organisation. » John HaydonSource : Why your nonprofit needs a personality and NOT a brand
  • La signature La signature
  • Affirmation subjective du bibliothécaire ? Neutralité, remplaçabilité de l’agent publicSource : http://www.flickr.com/photos/zigazou76/5631798671
  • LoiL’article L 131-3-1 du Code de la propriété intellectuelle« Dans la mesure strictement nécessaire àl’accomplissement d’une mission de service public, le droitd’exploitation d’une œuvre créée par un agent [public] dansl’exercice de ses fonctions ou d’après les instructionsreçues est, dès la création, cédé de plein droit à [lacollectivité publique]».
  • Une identité professionnelle ne s’affirmeque dans un projet éditorialSource : http://www.flickr.com/photos/david-nicholas/3871984162
  • Média(s) thématique(s) Logo : un avatar à figure humaine ? un logo spécifique ? le logo de linstitution modifié ? Pseudo : le nom du média Positionnement : recommander / répondre à des besoins documentaires identifiés Canaux : site institutionnel, facebook, twitter, etc. Cible principale : Public local + amateurs du thème
  • http://www.pointsdactu.org/
  • www.pointsdactu.org
  • Une chaine de publication et de validation des contenusSource : http://www.flickr.com/photos/setaou/2935943672/
  • Une écriture … web
  • Le bibliothécaire un journaliste ? Convergence des métiers sans se confondrehttp://www.flickr.com/photos/dweinberger/563919
  • De la méthode !
  • De la coordination !
  • La bibliothèque est un espace physique ancré dans unterritoire et destiné à une population locale qui est aussi unepopulation internaute appartenant à des communautésnumériques d’intérêt Agir global Penser local http://www.flickr.com/photos/smallbox/4166588891
  • « Je le dis toujours, le sédentaire, c’est celui qui est partout chez lui, avec le portable, l’ordinateur, aussi bien dans l’ascenseur, dans l’avion, que dans le train à grande vitesse. C’est lui le sédentaire. Par contre, le nomade, c’est celui qui n’est nulle part chez lui. Le sédentaire est partout chez lui grâce aux moyens de communications, mais le nomade n’est nulle part chez lui ». Paul Virilio & Raymond Depardon in Terre natale : ailleurs commence ici, fondation Cartier, Paris,