Apres le cafe, le chocolat…

509 views

Published on

LE CHOCOLAT..VEUT PRENDRE LE RELAIS..IL FAUT L ECOUTER

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
509
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Apres le cafe, le chocolat…

  1. 1. 08/12/2011APRES LE CAFE, LE CHOCOLAT…La prévalence des troubles cardiométaboliques n’était randomisée, 6 étaient des cohortes et bénéfice concerneraient les personnes avecest en augmentation constante dans le monde 1, une étude transversale. ou sans antécédents cardiovasculaires.entier, touchant un cinquième de la population Les participants étaient des adultes, d’âgeadulte. Il s’agit d’un problème de santé publique Ces résultats doivent être interprétés avec compris entre 25 et 94 ans, totalisant 114 009 précaution étant donné le type d’analyse, lamajeur ; cependant, ces désordres sontfacilement évitables par les modifications du personnes, suivies sur une période de 8 à 16 source alimentaire très hétérogène destyle de vie, dont l’alimentation est un élément ans. Toutes les formes de consommation de chocolat et l’appréciation assez grossière de laclef dans la genèse, la prévention et le contrôle. chocolat ont été rapportées, telles que les consommation de chocolat. En ces temps de barres, boissons chocolatées et les collationsD es études récentes (à la fois « malbouffe », de « 5 fruits et légumes par (confiseries, biscuits, desserts et compléments jour » et autres slogans, cette constatation expérimentales et dobservation) ont nutritionnels). La quantification de la peut apparaitre comme un pavé dans lasuggéré que la consommation de chocolat a consommation était différente dans ces marre. Prudemment, les auteurs émettent desune influence positive sur la santé humaine, études, mais variait entre jamais et plus d’une réserves, car le chocolat est un aliment à trèsavec des effets antioxydants, anti- fois par jour et les résultats exprimés en haute densité calorique (500 kcal/100 g) liée àhypertenseurs, anti-inflammatoires, anti- « forte consommation » ou « faible sa richesse en matière grasse (30 g/100 g) etathérogènes et anti-thrombotiques ainsi que consommation ». La plupart de ces personnes en sucre (10 g/100 g) ajouté pour masquersur la sensibilité à linsuline, la fonction incluses dans ces études étaient des sujets de lamertume des polyphénols. Uneendothéliale et lactivation de l’oxyde nitrique race blanche, bien qu’une étude incluait des consommation excessive risque d’être à(ou monoxyde d’azote), par le biais des Afro-américains et des hispaniques et une l’origine de prise de poids, d’hypertensionpolyphénols contenus dans ces substances. étude, des sujets asiatiques. artérielle, de dyslipidémie et de diabète etLes sources alimentaires de ces polyphénols Cette méta-analyse a montré que lapport de cette méta analyse n’a pas permis de savoirsont principalement le café (36,9 %), le thé chocolat a été significativement associé à une quelle était la composition exacte des alimentsvert ou noir (33,6 %), le chocolat pour son réduction du risque de maladie à bas de chocolat.cacao (10,4 %), le vin rouge (7,2 %) et les cardiovasculaire. Cette association était Le chocolat pourrait devenir un moyen naturel,fruits (6,7 %). Mais l’effet bénéfique sur la significative pour toute maladie facilement généralisable et particulièrementsurvenue d’évènement cardiovasculaire n’est cardiovasculaire (37 % de réduction, RR 0,63, bien accepté contre la pandémie de troublespas clairement démontré. IC 95 % 0,44 à 0,90), le diabète (31 %), et les cardiométaboliques, sous réserve d’uneC’est la raison pour laquelle les auteurs ont AVC (29 %), mais aucune association consommation contrôlée et d’une améliorationeffectué une revue systématique et méta- significative a été trouvée avec linsuffisance des adjuvants du chocolat. A confirmer àanalyse de la littérature scientifique (1) pour cardiaque (RR 0,95 ; 0,61 à 1,48). l’approche des fêtes…Rappelons nous que cetévaluer lassociation entre la consommation Toutes les associations rapportées ont été aliment (xocolatl) vient d’Amérique du Sud, etde chocolat et le risque de développer des ajustées pour lâge et de multiples variables était partie prenante des rituels religieux cheztroubles cardiométaboliques, y compris les comme le sexe, l’indice de masse corporelle, les Mayas…maladies cardiovasculaires (accident lactivité physique, le tabagisme, les facteursvasculaire cérébral, insuffisance cardiaque, et alimentaires (y compris la consommation de Pr Luc BRESSOLLETTE,infarctus du myocarde), le diabète et le Brest café), et léducation. Certaines ont égalementsyndrome métabolique. Ils ont également été ajustées pour les traitementscherché à évaluer si cette association serait 1-Buitrago-Lopez A, Sanderson J, Johnson L, et al. médicamenteux. Ces ajustements sontdifférente selon le type de troubles Chocolate consumption and cardiometabolic disorders: importants car les polyphénols du chocolat systematic review and meta-analysis.BMJcardiométaboliques, le sexe, et les sont pour un dixième des catéchines, voisines 2011;343:d4488 doi: 10.1136/bmj.d4488caractéristiques des études. Parmi 4 576 2-E.Lopez-Garcia, F.Rodriguez-Artalejo, KM. Rexrode, et de celles du thé vert et du café, dont on aréférences, seulement 7 études correspondant al. Logroscino Coffee Consumption and Risk of Stroke in vanté récemment les effets de prévention desau critère principal ont été retenues. Aucune Women. Circulation. 2009; 119:1116-1123 accidents vasculaires cérébraux (2). Ce

×