La fonction de l'Audit au Maroc
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La fonction de l'Audit au Maroc

on

  • 1,524 views

Ce rapport a été effectué en guise de prospectus présentant la fonction de l'Audit au Maroc avec la participation du cabinet Berrada & Associés. ...

Ce rapport a été effectué en guise de prospectus présentant la fonction de l'Audit au Maroc avec la participation du cabinet Berrada & Associés.
Grand merci à Keyrates.org pour l'infographie.

Statistics

Views

Total Views
1,524
Views on SlideShare
1,524
Embed Views
0

Actions

Likes
3
Downloads
140
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La fonction de l'Audit au Maroc La fonction de l'Audit au Maroc Document Transcript

    • Rapport sur la fonction de l’Audit Cours : Audit et Contrôle de Gestion Rédigé par : Hafsa EL GHAZOUI Organisme visité : Cabinet Berrada & Ass - Salé
    • Remerciements Avant tout développement de mon rapport, j’aimerais remercier le Professeur Hicham ATTOUCH de nous avoir enseigné les principes, outils et méthodologie de l’Audit ainsi que ceux de la Gestion Interne, à travers un séminaire qui a duré tout le semestre, accompagné d’un support en papier riche en informations et en schémas aussi. Je tiens à remercier également monsieur Mohamed BOUYZAR, chef comptable exerçant dans le cabinet Berrada & Ass de m’avoir accueillie au sein de cet établissement pour m’expliquer encore plus profondément ce qu’est le métier de l’audit et me donner les papiers aidant. Je remercie également monsieur Mohamed OUACHTOUK, auditeur interne pour ses conseils et informations concernant l’audit interne.
    • Sommaire Introduction.....................................................................................................................5 Partie I Aspects théoriques : Evolution et Définition de l’audit..........................6 - A. Définition............................................................................................................6 B. Evolution par nature et par destination..............................................................6 C. Préoccupations de l’audit...................................................................................7 Partie II - Méthodologie et Outils de l’audit du Cabinet Berrada et Ass.................8 A. Phase d’étude.....................................................................................................8 B. Phase de vérification.........................................................................................11 C. Phase de conclusion.........................................................................................12 Partie III - Le cabinet visité : Cabinet Berrada & Ass..............................................14 A. Présentation.......................................................................................................14 B. Photos................................................................................................................14 C. Annexes.............................................................................................................15 Conclusion....................................................................................................................16
    • Introduction Durant la vie de l’entreprise, comme durant la vie d’un bien ou carrément d’une personne, il est nécessaire de faire des bilans de l’activité, procéder à des contrôles afin de déterminer les problèmes, anomalies ou risques qu’on ne peut pas voir à l’œil nu ou en tant qu’une partie de ces derniers. Ceci nous aide et à soigner les dégâts existant et à prendre les mesures nécessaires afin de se prémunir contre d’éventuels problèmes. Il est maintenant question de faire appel à un expert en la matière qu’on appelle aujourd’hui par un « auditeur » afin d’améliorer la qualité de vie de son entreprise. Le métier de l’auditeur reste cependant différent de ce que j’appellerais dans ce rapport les métiers voisins de l’audit voire ce lui du contrôleur de gestion, du manager de risque et de l’inspection. Alors qu’elle est d’abord la définition de l’ « audit », à quoi sert-il, qu’elles sont les normes, la méthodologie et les outils de travail d’un auditeur marocain ? Ce rapport répond à toutes ces questions accompagné par une étude de cas et appuyé par des documents et informations émis par des professionnels, que j’ai eu l’honneur d’avoir de la part du Cabinet Berrada & Ass situé dans la ville de Salé et de la part de monsieur Mohamed Ouachtouk auditeur interne basé dans la ville de Casablanca.
    • Partie I - Aspects théoriques : Définition et évolution de l’audit A. Définition L’Audit est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses Conseils pour les améliorer, et contribuer à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des risques, de contrôle, et de gouvernement d’entreprise, et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité.1 La mission d'audit conduit à exprimer une opinion sur les comptes conformément au référentiel comptable utilisé : les comptes devant exprimer sincèrement, dans tous leurs aspects significatifs, la situation financière de l'entité et les résultats de ses opérations.2 L’auditeur est appelé à donner une assurance et un conseil sur les plans suivant : La pertinence des objectifs : cohérence avec les finalités, ambition et faisabilité ; L'adéquation moyens -objectifs : efficience -économie de l'organisation, adaptation des structures, coordination des activités de l’organisation auditée ; La bonne mise en œuvre des moyens : efficacité du pilotage (il agit à temps, anticipation et on le sait), existence d'objectifs, animation, suivi (feed-back et réaction) ; La qualité et la fiabilité des informations : pour la prise des bonnes décisions, les comptes rendus et le contrôle des activités ; Le respect des principes, politiques, règles : politiques de la société ; procédures, textes réglementaires, séparations de fonctions, respect des autorisations et des délégations de pouvoirs, etc. ; La protection et la sauvegarde du patrimoine : humain, financier, immatériel (information, savoirfaire, image....), matériel, etc. B. Evolution par nature et par destination Domaines et sujets Comptabilité Objectifs et préoccupations Chiffres revus exacts Procédures respectées Informations faibles Procédures suffisantes Célérité, fluidité Système d’infos pertinent Responsabilités claires Recherche de la compétitivité Adaptabilité, flexibilité Administration Départ Audit des comptes 1 Finance Audit des opérations Industriel Commercial Informatique Social Juridique Fiscal De communication D’environnement Audit de l’organisation Internal auditing is an independant, objective assurance and consulting activity designed to add value and improve an orgamzation’s opérations. It helps an organization accomplish its objectives by bringing a systematic, disciplined approach to evaluate and improve the effectiveness of risk management, control, and governance processes. Définition approuvée par L’IIA le 29 Juin 1999. 2 Ordre des experts comptables du Maroc - Guide pratique d’Audit
    • C. Préoccupations de l’audit Les préoccupations de l’audit s’étalent sur 4 niveaux : - - - Les objectifs et les résultats attendus, sont-ils : définis ? précis ? correctement limités ? complets ? mesurés ? régulièrement suivis et analysés ? coordonnés ? limités entre eux ? Les responsabilités et les règes de gestion, sont-elles : définies ? diffusées ? connues ? expliquées ? comprises ? mises à jour ? adaptées aux opérations ? aux cas rencontrés ? aux structures en place ? respectées ? cohérentes ? réalistes ? simples ? permanentes ? Les moyens mis en place, sont-ils :  Moyens financiers : nécessaires ? suffisants ? correctement alloués ?  Moyens techniques : en places ? nécessaires ? suffisants ? performants ? faibles ? adaptés aux besoins ? maîtrisés ? souples ? bien affectés ? sûrs ?  Moyens humains : nécessaires ? suffisants ? capables ? formés ? motivés ?  Moyens d’information : précis ? fiables ? rapides ? pertinents ? significatifs ? Les tâches effectuées, sont-elles : conformes aux règles de gestion ? effectuées par les personnes prévues ? sans difficultés ni problèmes de frontières ? sans erreurs ?
    • Partie II - Méthodologie et outils des auditeurs du Cabinet Berrada & Ass La démarche d’une mission d’audit passe par trois phases : Elle commence par la phase d’étude qui sert à découvrir le sujet et/ou l’entité étudiée et à définit ce qu’il faudra vérifier, ensuite vient la phase de vérification qui sert à programmer et spécifier les vérifications, à vérifier, évaluer, mesurer, valider et conclure et dernièrement, vient la phase de conclusion qui sert à obtenir des actions et dresser un bilan des progrès accompli. A. Phase d’étude 1) Méthodologie : Cette phase est propre à - - La prise de connaissance du sujet et prise de conscience de ses risques habituels ("analyse des risques"} et pratiques de bonne gestion (« décomposition en objets auditables ») pour ensuite discuter intelligemment avec les audités. Identification des risques spécifiques à l'organisation auditée ("discernement des risques"}, sur le terrain, pour sélectionner les vérifications à mener. Choix des objectifs et recadrage. Il s’agit alors de rencontrer le demandeur pour comprendre ses attentes, recueillir une première idée sur l'activité à auditer (lectures + documentation + interview des Directions hiérarchiques et fonctionnelles, importance et organisation, finalités, objectifs, performances, frontières), rencontrer le demandeur pour valider ses attentes, redéfinir la mission et rédiger l'Ordre de Mission, le faire signer, le diffuser. Exemple d’ordre de mission : Direction : Générale Direction: Audit Interne Objet : Audit des achats de l'usine de Boussekoura Conformément aux décisions du Comité Interne d'Audit, la Direction d'Audit Interne commence, à la demande de la Direction de la Branche, un audit des achats de l'usine de Boussekoura. Les objectifs généraux sont les suivants : - Apprécier l'organisation en vigueur et les systèmes d'informations existants ; - S'assurer de l'efficacité des procédures mises en oeuvre pour prévoir, effectuer et suivre les achats (commandes, réceptions, règlements) ; - Evaluer les gains réellement apportés par le système de suivi récemment mis en place. Cette mission sera menée par Ch. Alaoui (0 XXX.XXX.XXX) assisté de A. Kamal et M. Slaoui. Vous voudrez bien en informer les personnes concernées et prêter votre concours actif au bon déroulement de cette mission. le Directeur de la Branche pour la Direction Générale A. Ziani C;Belafdil Destinataires : B.Rafik, D. Faiçal Copie : membres du Comité Interne d'Audit et Contrôleur de Gestion de la Branche 2) Outils : Cabinet Berrada & Ass utilise deux questionnaires sont utilisés afin de simplifier la prise de connaissance et d’évaluer les risques : Secteur d’activité de l’entité Domaine
    • Produits Organisation de l’activité Particularités Concurrence Part du marché et situation du marché Perspectives Facteurs externes Principaux clients Principaux fournisseurs Liens de sous-traitance Collecte documentaire : - Brochure commerciale - Monographie du secteur - Articles, diverses documentations Appartenance à un groupe Position dans le groupe Société mère Filiales Consolidation Collecte documentaire : - Organigramme du groupe - Règles de consolidation - Listes des filiales et participations Organisation Implantation Structure interne Conseils externes Services d’audit interne et/ou organes de contrôle externes Collecte documentaire : - Organigramme fonctionnel - Liste et coordonnées des conseils Données juridiques Forme sociale Entité cotée Composition du capital Direction Historique Particularités Collecte documentaire : - Statuts et principaux contrats - Liste de dirigeants Données fiscales Régimes fiscaux Particularités Existence de redressements Données sociales Régimes sociaux Particularités Conflits sociaux Mode de rémunération des dirigeants Données comptables Mode de gestion comptable Mode de gestion budgétaire Organisation comptable Particularités Calendrier d’arrêté comptable Partenaires financiers Politique de financement et d’endettement Règles d’inventaire Collecte documentaire : - Derniers états de synthèse - Rapport des auditeurs précédents - Dernier budget Tableau 1 : Questionnaire de simplification de la prise de connaissance
    • Appréciation du risque Risques liés à l’activité de l’entreprise : - Secteur d’activité (en croissance ou en récession) - Risques spécifiques aux produits et au marché - Intégrité et compétence de la direction - Facteurs d’influence sur la direction - Intérêt de la direction pour les données comptables et financières - Degré de fragilité de la structure financière (dont existence d’engagements financiers importants) - Ratios comparés de l’entreprise et de la moyenne du secteur - Respect des lois et règlements - Degré de sensibilisation au risque de fraudes et erreurs - Existence d’opérations juridiques particulières en cours - Existence er nombre de conventions règlementées - Difficulté entre associés ou avec des partenaires - Appréciation de la continuité d’exploitation - Identification de retards de règlement - Qualité de l’organisation générale de l’entreprise - Existence d’un manuel de procédures et de documentations appropriées - Compétence du personnel - Place des intervenants externes Risques liés aux opérations : - Complexité du système et des opérations - Qualité de suivi de la comptabilité - Anomalies détectées dans les données comptables et financières - Existence de changement de méthodes et choix de règles comptables particulières - Existence d’opérations exceptionnelles, particulièrement complexes ou inhabituelles - Implication de la direction dans le suivi des opérations - Existence de procédures de contrôle interne - Fiabilité de l’environnement informatique - Principales transactions comptables Risques liés aux cycles : - Clients/ventes :  Appréciation du ratio de rotation clients  Existence d’une clientèle à risque  Evolution des créances provisionnées et des pertes sur créances clients - Achats/fournisseurs :  Appréciation du ratio de rotation fournisseurs  Existence de litiges - Stock/production :  Appréciation du ratio de rotation stock  Position en termes de sous-activité  Changement de méthode d’évaluation ou de provision - Personnel/paie :  Existence de conflits sociaux  Existence de plan de restriction - Immobilisations incorporelles et corporelles :  Appréciation de la variation des postes d’immobilisations incorporelles  Part des locations et crédit-baux  Productivité et obsolescence de l’outil de production  Assurance du parc immobilier - Opérations financières (trésorerie et emprunts) :  Niveau d’utilisation des outils financiers  Existence de mouvements de fonds non justifiés  Existence de placements financiers à risques  Souscription de nouveaux emprunts (niveau d’endettement) - Fonds propres et associés :  Variation des fonds propres (dont risque de perte des capitaux propres) - Immobilisations financières et opérations groupe : 3) Appréciation de la variation des immobilisations financières 4) Existence d’opérations intra-groupe 5) Existence de comptes courants d’associés
    •  - Impôts et taxes : Existence de contrôle ou de contentieux fiscal Autres actifs et passifs :  Appréciation de la variation des autres actifs et autre passifs  Position de l’entreprise en termes d’activation des charges Tableau 2 : Questionnaire d’évaluation des risques B) Phase de vérification 1) Méthodologie : Cette phase passe par 4 étapes : - Détermination des vérifications à effectuer ; Estimation des charges (planning), affectation des tâches aux auditeurs (allocation), puis suivi et ajustement ; - Exécution d’une tâche (test/entretien), compte-rendu et conclusion sur ce point ; - Exploitation de ce qu’on constaté :  Transformation du constat en trouvailles : Faits, causes et conséquences  Formulation du problème pour communiquer avec l’audit concerné  Elaboration de la recommandation avec lui. 2) Outils Le premier outil de la phase de vérification est la trame de plan de mission, s’en suit une feuille de travail et ensuite la FRAP. Données de base sur l’entité Présentation générale Description de l’activité Stratégie et évolution Noms et coordonnées des dirigeants et principaux interlocuteurs Données comptables caractéristiques (sur au moins 3 exercices) Evénements significatifs de l’exercice Politique d’arrêté des comptes Données de base sur la mission Réglementation particulière, méthodes spécifiques Actualisation et appréciation du système de contrôle interne Détermination des domaines sensibles Outils internes sur lesquels l’auditeur peut s’appuyer Organisation de la mission Travaux sur le contrôle interne Référence aux travaux de tiers Travaux particuliers Contrôles substantifs Coordination avec le co-commissaire Equipe et budget Interlocuteurs Calendrier Tableau 3 : Trame de plan de mission Nom du dossier : Date de clôture de l’exercice : Intervenants de l’équipe d’audit : Interlocuteurs dans l’entité : Objectifs recherché : Travail effectué : Documents utilisés : Techniques mises en œuvre : Critères de sélection utilisés : Table des symboles utilisés : Conclusions des travaux : Conclusion des travaux : Visa et commentaire du chef de mission Tableau 4 : Notes de travail Référence dans le dossier : Dates d’intervention :
    • FRAP n° X Problème : Faits : Causes : Conséquences : Recommandations : Etabli par .............................., Revue par ...... Soumise à ........................... Le............................... Le..................... Le......................................... Tableau 5 : Feuille de Révélation et d’Analyse de Problèmes C) Phase de conclusion 1) Méthodologie C’est à la fin de cette phase que le travail de l’auditeur d’achève et se limite dans la structuration des conclusions et des futurs rapports, la réorganisation des FRAP en un projet de rapport puis validation, la modification et diffusion du rapport définitif et enfin l’obtention des plans d’action des audités en réponse aux recommandations. 2) Outils Oui Non NA Démarche mise en œuvre Prise de connaissance : - Mise à jour des éléments du dossier - Examen analytique global - Identification du risque  Plan de mission  Lettre de mission Evaluation du contrôle interne : - Actualisation de la connaissance des procédures - Tests de conformité - Testes de procédures  Evaluation du système de contrôle  Adaptation de l’approche audit  Détermination du programme de contrôle des comptes Révision des comptes : - Procédures analytiques (feuilles maîtresses) - Contrôles substantifs  Techniques de mise en œuvre (observation/confirmation/calculs/lettres d’affirmation)  Conclusions sur les assertions  Préparation de l’opinion sur les comptes Finalisation : - Contrôle des états de synthèse dont l’ETIC - Conformité avec les éléments audités - Examen des événements post clôture - Vérifications spécifiques Supervision du dossier Revue de feuilles de travail : - Les orientations issues des phases d'initiation de la mission ont été prises en compte - Les feuilles maîtresses sont cohérentes avec les états de synthèse - Tous les contrôles programmés ont été effectués - Les travaux sont documentés et référencés - Les points en suspens sont traités - Les conclusions sont correctes Renvoi
    • - La note de synthèse est complète Revue des états de synthèse : - Les ajustements proposés ont été pris en compte - Les comptes sont complets et cohérents avec les éléments collectés au cours de la mission - L'ETIC est complet et cohérent avec les éléments collectés au cours de la mission - Les risques relatifs à la continuité d'exploitation sont pris en compte Gestion de la mission : - Mise à jour du relevé des temps passés - Rapprochement des temps passés et du budget - Analyse des écarts - Aise en œuvre des procédures internes de revue de qualité - Etablissement de la déclaration d'activité - Mise à jour du dossier permanent - Etat des points à suivre en N+1 Communication Compte-rendu de la mission : - Ecrit - Oral (note de résumé dans le dossier) - Cohérent avec les conclusions de la mission et l’opinion Recommandation : - Sur le contrôle interne - Sur les comptes - Cohérent avec les conclusions de la mission et l’opinion Rapport : - Général - Spécial Assemblée générale : - Présence - Communication sur des événements postérieurs à la clôture de l’exercice et à la date de signature du rapport général Tableau 6 : Questionnaire de fin de mission
    • Partie III - Le cabinet visité : Cabinet Berrada & Ass A. Présentation Le cabinet Berrada & Ass est une SARL crée en 1988 et spécialisée dans l’expertise comptable et l’audit. Située à 22, av de Fès, appt.7 - 11000 Salé, elle compte 14 salariés dont : 1 expert, 2 secrétaires, 1 coursier, 1 chef comptable (Mohamed Bouyzar) et 9 collaborateurs. Gérée par M. Mohamed Berrada, le cabinet a un chiffre d’affaire de 1.5 millions de dirhams. B. Photos
    • C. Annexe Tableau 1 : Questionnaire de simplification de la prise de connaissance (page 8) Tableau 2 : Questionnaire d’évaluation des risques (page 9) Tableau 3 : Trame de plan de mission (page 11) Tableau 4 : Note de travail (page 11) Tableau 5 : Feuille de révélation et d’analyse de problèmes (page 11) Tableau 6 : Questionnaire de fin de mission (page 12)
    • Conclusion Ce travail a été pour moi une opportunité et une occasion d’apprendre plus sur le métier d’un commissaire aux comptes et d’un auditeur en général. Des métiers qui nécessitent beaucoup de vigilance et de précision. Délicat par sa situation mais aussi très important par son rôle, que ça soit en interne ou en externe. L’évolution de l’audit est aussi conditionné à l’évolution des secteurs entrepreneuriales, son travail par contre et conditionné, comme ses frais d’ailleurs au volume du travail, ou plus précisément au nombre d’heures limités selon les contrats d’audit. Toutefois, l’audit est une activité essentielle à l’entreprise, car il permet non seulement de voir les anomalies et les dysfonctionnements d’une objectivité totale quand il s’agit d’externaliser l’activité, mais apporte aussi des recommandations correctives et découlant sur toutes les fonctions de l’entreprise. J’espère, par ce travail, avoir pu collecter un maximum d’informations sur comment travail un auditeur, plus précisément le cabinet Berrada & Ass.