R ao (pr. latreche)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

R ao (pr. latreche)

on

  • 1,025 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,025
Views on SlideShare
1,025
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
24
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

R ao (pr. latreche) R ao (pr. latreche) Presentation Transcript

  • RÉTRÉCISSEMENT AORTIQUE. Pr LATRECHE Samia Service de Cardiologie A2 – Pr MERAD CHU Mustapha- Alger
  • I. DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC, AHA), JACC 1998II. ETIOLOGIEIII. ANATOMIE PATHOLOGIQUElésions valvulaires2) lésions extra valvulairesIV. PHYSIOPATHOLOGIEV. CLINIQUE1) Circonstance de découverte2) Signes CliniquesVI. RADIOGRAPHIE PULMONAIREVII. ECGVIII. ECHO DOPPLER CARDIAQUEDiagnostic positif (échographie et doppler)Précise le mécanisme (échographie)Etude de la fonction VG (échographie et doppler)Quantification du RAo (doppler)évaluation de la PAPSrecherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale)ETO8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altéréeX. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAOXI. TRAITEMENT DU RAOa) RAo asymptomatique non compliquéb) RAo symptomatique
  • I.DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC,AHA), JACC 1998:Surface Ao < 1.5 cm2 → RAo peu serré1cm2 < SAo < 1,5cm2 → RAo moyennement serréSurface aortique < 1 cm2 ou 0,6 cm2 /m2 de surface corporelle → RAo serré.
  • II. ETIOLOGIE :RAo post rhumatismal.RAo dégénératif ou maladie Monckeberg du sujet âgé.RAo congénital :Valvulaire avec fusion commissurale. Il réalise le plus souvent une valve bicuspide,rarement tricuspide.Sous- valvulaire le plus souvent par diaphragme fibreux, les sigmoïdes sont altéréespar effet de jet.Sus – valvulaire (très rare) à la limite supérieure des sinus de Valsalva.Endocardite bactérienne.RAo athéromateux chez le sujet de la cinquantaine.
  • III. ANATOMIE PATHOLOGIQUE :1) lésions valvulaires :Aspects anatomiques propres à chaque étiologie au début de leur évolution.Tardivement : transformation calcaire → uniformisation des lésions.2) lésions extra valvulaires :dilatation de l’aorte ascendanteHVG concentriqueArtères coronaires de gros calibreEmbolie calcaire : non exceptionnelle
  • IV. PHYSIOPATHOLOGIE : Les conséquences de la gêne éjectionnelle sont : •une augmentation de la durée de l’éjection systolique •une HVG permettant une augmentation de la pression systolique pour vaincrele barrage •enfin une baisse du débit systolique survenue d’abord à l’effort puis defaçon constante. L’IVG apparaît tardivement par trouble de la complication ventriculaire.
  • V. CLINIQUE : 1) Circonstance de découverte : Longtemps asymptomatique de découverte lors d’un examen systématique. La survenue d’une symptomatologie d’effort témoigne d’un RAo serré. Il s’agit : •d’angor d’effort •syncope – lipothymie d’effort •dyspnée d’effort. 2) Signes Cliniques : •thrill systolique perçu au 2EID ou à la fourchette sternale •souffle systolique éjectionnel, à maximum méso systolique, rude râpeux siégeantà la base du cou et irradiant vers les carotides. Un maximum télé systolique du souffleest un critère de gravité. •diminution voire abolition de B2 aortique si RAO serré calcifié •pincement de la différentielle par diminution de la PAS •peuvent exister des signes d’IVG ou de bat débit.
  • VI. RADIOGRAPHIE PULMONAIRE :•cardiomégalie avec ICT > 0,5 aux dépens de l’arc inférieur gauche•dilatation post sténotique de l’aorte ascendante par lésion jet.•rechercher les calcifications valvulaires voire de l’aorte ascendante.
  • VII. ECG : - HVG de type surcharge systolique : proportionnelle à la sévérité du RAomais elle peut manquer alors que le RAo est serré. - BBG incomplet et le plus courant, le bloc complet est plus rare, . - BAV de premier degré, un BAV de haut degré ou 1 BAV complet estpossible. - La FA est rare, sa présence doit faire rechercher une atteinte mitraleassociée.
  • VIII. ECHODOPPLER CARDIAQUE : Examen clé dans l’évaluation du RAo But de l’examen :
  • Diagnostic positif (échographie et doppler) :•Epaississement voire calcification avec jeu systolique limité•Hypertrophie ventriculaire gauche•Dilatation de l’aorte ascendante
  • Précise le mécanisme (échographie) :• nombre et cinétique des sigmoïdes• symphyses commissurales• calcifications
  • Etude de la fonction VG (échographie et doppler)• HVG• Fonction systolique VG• Fonction diastolique VG• Débit cardiaque
  • Quantification du RAo (doppler) •surface aortique •gradient moyen VG –Ao •Indice de perméabilitéCoupe apicale 5 cavités, enregistrement Mesure du diamètre de la chambre dedu flux dans la chambre de chasse VG chasse VG sur la coupe para sternale en doppler pulsé ( VTI = 8 cm) gauche grand axe ( d = 23 mm)
  • Enregistrement du flux de sténose aortique en doppler continu par voie para sternaledroite (gradient moyen VG-Ao = 69 mm Hg)
  • évaluation de la PAPSrecherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale)
  • ETO :• Facilite l’identification des bicuspidies aortiques• Planimétrie de la surface aortique (validée) .• Mesure de la crosse et de l’aorte ascendante• Mesure fiable du diamètre sous aortiqueCritères échographiques de RAO serré :• SAO < 1cm2 ou 0,16 cm2 /m2• Gradient moyen VG –Ao > 50 mm Hg• Index de perméabilité > 25%
  • 8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altérée :Si gradient moyen > 30mm Hg et SAo < 0,6 cm2/m2  RAo serré Si gradient moyen ≤ 30 mm Hg et SAo < 0,6 cm2 /m2 : Echographie de stress 3 types de réponses :
  • Groupe IA : Réserve contractile + (RC+) Gradient augmente S Ao < 0,6 cm2 /m2 RAO serré Implication thérapeutique : Traitement chirurgical
  • Groupe IB :- RC+- Gradient n’augmente pas - SAo augmente RAo non serré Cardiomyopathie Implication thérapeutique : Traitement chirurgical non indiqué
  • Groupe II : RC - RAo serré ? Mauvais pronostic dans les deux cas L’échographie reste l’examen de surveillance indispensable pour les patients asymptomatiques avec RAo serré.
  • X. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAO :• Signes fonctionnels• Souffle systolique à maximum télé systolique• Abolition du B2 aortique• Les signes d’IVG et de bas débit• HVG de type surcharge systolique• SAo < 1 cm2 ou 0.6 cm2 /m2• Gradient moyen VG –Ao >50mmHg.• Index de perméabilité >25%
  • XI. TRAITEMENT DU RAO :
  • a)RAo asymptomatique non compliqué : 1. éviction des efforts physiques 2. prophylaxie de l’endocardite bactérienne et rhumatismale (si l’étiologie estrhumatismale) 3. surveillance clinique et échographique annuelle 4. épreuve d’effort pour dépister les faux asymptomatiques.
  • b) RAo symptomatique :1. Traitement médical symptomatique2. Traitement chirurgical : Remplacement valvulaire aortique avec éventuel pontage coronarien dansle même temps selon les résultats de la coronarographie.Choix du type de prothèses :les bio prothèses : * clairement recommandées après 80 ans * largement utilisées entre 70-80 ansles prothèses mécaniques : •indiquées chez les sujets jeunes •discutées dans certains cas :Patient entre 70-75 ans sans co-morbidité, dont l’espérance de vie est encore longueen cas d’ ACFA nécessitant un traitement anticoagulant en cas d’insuffisance rénalechronique qui accélère la dégénérescence des bio prothèses.-la dilatation aortique percutanée ayant initialement suscité un intérêt particulierchez les sujets âgés en raison de son risque faible. Mais ses indications sontactuellement limitées car le résultat est médiocre.