3 filaires exotiques
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

3 filaires exotiques

on

  • 2,037 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,037
Slideshare-icon Views on SlideShare
2,021
Embed Views
16

Actions

Likes
0
Downloads
33
Comments
0

2 Embeds 16

http://www.medtizi.123.fr 14
http://medtizi.123.fr 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    3 filaires exotiques 3 filaires exotiques Presentation Transcript

    • COURS DE PARASITOLOGIE DUT ABB 3 - Les Filaires exotiquesAuteur : Bruno Flamand, IUT de Dijon
    • Les Filaires et FILARIOSES•La LOASE à Loa-loa•L’ONCHOCERCOSE à Onchocerca volvulus•Les FILARIOSES LYMPHATIQUES à Wuchereria bancroftiet Brugia malayi•La DRACUNCULOSE à Dracunculus médinensis
    • La LOASEFilaire LOA-LOAStrictement africaine: A. de l’Ouest et équatorialeHyperendémique dans pays du Golfe de Guinée: 10 à 90% populationHD: HommeHI et Vecteur: Chrysops (Taon)MorphologieVers adultes: Filaire mâle 3cm, femelle 5 cmLarves: Microfilaire: 250-300 µm Microfilaire sur goutte épaisse
    • Cycle:-prélèvement larves microfilaires par repas sanguin diurnede Chrysops sur HD-mues larvaires dans HI-contamination HD, lors piqûre diurne de Chrysops-pénétration cutanée des larves et migration sous-cutanée-transformation en vers adulte, mobilité sous-cutanée constante 1cm/min,-longévité 10-15 ans-ponte des vers adultes femelles après 1 an:Larves microfilaires sanguines, présentes dans capillairespériphériques la journée (pic à 12H): périodicité diurne
    • Clinique:-incubation 6-18 mois silencieuse-Passage vers adulte tissus sous cutanés:Prurit, fourmillement, abcès si mort vers-Passage erratique rapide versadulte dans conjonctive de l’œil:larmoiement, gêne de la vision-Œdème de Calabar: membressupérieurs et tronc,œdème fugace,qq jours, prurit, éruption cutanée
    • Diagnostic-clinique: oedèmes, reptations sous-cutanée des versadultes-biologique: hyperéosinophilie,Microfilarémie sur goutte épaisse ou frottis sanguin coloréMGG, sang prélevé à 12HTraitementMicrofilaricide: Ivermectine Mectizan® Extraction oculaire vers adultes
    • L’ONCHOCERCOSE –Cécité des rivières-
    • L’ONCHOCERCOSE –Cécité des rivières-Filaire Onchocerca volvulusAfrique tropicale (30pays),Amérique du Sud-Centrale30 Millions personnes infectéesCause principale de cécité en AfriqueProgramme OMS d’éradicationHD: HommeHI et vecteur transmission: Simulie (Moucheron)Vivant à côté d’eaux courantes rapides Microfilaire en goutte épaisseMorphologieFilaires adultes: mâle 3 cm,femelle 30-50 cmMicrofilaires 200-300 µm
    • Cycle:-prélèvement larves microfilaires présentes dansle derme lors repas sanguin diurne de Simulie sur HD-mues larvaires dans HI-contamination HD, lors piqûre diurne de Simulie,-pénétration cutanée des larves et migrationsous-cutanée-mues et transformation en vers adulte-formation de nodules, longévité 10-15 ans-ponte des vers adultes femelles après 1 an:Microfilaires libérées des nodules, migrations danstissus sous-cutanés, dans vaisseaux lymphatiques,dans l’œil, pas dans le sang, pas de périodicité
    • Clinique:Incubation 6-18 mois, silencieuse-Nodules ou Kystes onchocerquiens: tuméfactionsremplies de vers adultes vivantsAfrique: crêtes iliaques, syndrome de l’ainependante, plus rarement scrotumAmérique: cou, tête
    • Nodules onchocerchiens (aine, scrotum) Nodules onchocerchiens ouverts remplis de filaires adultes
    • -Lésions cutanées: gale filarienne, pigmentation etdépigmentation, « peau d’éléphant »-Lésions oculaires, dues à l’accumulation demicrofilaires dans l’œil: opacité de la cornée,lésions de l’iris et de la choroïde, dépigmentationde la rétine. Après 10 à 15 ans d’évolution,Larmoiement, gêne de la vision diurne, photophobie,cécité à long terme
    • Diagnostic biologique: hyperéosinophilie, Biopsie sous-cutanée exsangue, avec recueil dans une goutte d’eau, des microfilaires sortant du derme Examen ophtalmologique: microfilaires chambre antérieure de l’œil Après dénodulisation: adultesTraitement: Dénodulisation, Ivermectine Mectizan®
    • FILARIOSES LYMPHATIQUESWuchereria bancrofti et Brugia malayiWB: Afrique, Amérique du Sud, Indes, AntillesWB var. pacifica: Océanie (Polynésie F.)BM: Chine, Corée, Malaisie120 Millions personnes infectées (50% Asie, 35% Afrique, 15% Océanie)Programme d’éradication OMS dans 13 paysHD: HommeHI et vecteur: Moustiques (Culex, Aedes, Anophèles, Mansonia)MorphologieVers adultes: mâle 1 à 4 cm, femelle 4 à 10 cmMicrofilaires: 150-300 µm
    • Cycle:-prélèvement larves microfilaires par repas sanguin nocturnede Moustique sur HD-mues larvaires dans HI-contamination HD, lors piqûre nocturne du Moustique-pénétration cutanée des larves-migration dans vaisseaux lymphatiques, mues enadultes et ponte 1 an après-longévité des adultes 15 à 20 ans-femelles pondent les microfilaires dans ganglionset système lymphatique, puis microfilaires gagnentle sang-microfilaires présentes dans capillaire périphériquesla nuit: périodicité nocturne (sauf WB var.pacifica)
    • Clinique:Incubation 3mois-1an, prurit, œdème-phase d’état:Adénopathies, Lymphangites,Oedèmes douloureux,membres supérieurs etInférieurs (éléphantiasis),organes génitaux (chezl’homme orchite, hydrocèle),asthme allergique
    • -phase chronique: varices lymphatiques,Chylolymphurie, éléphantiasis des membres supérieurs.ou inférieurs.: œdème élastique etHypertrophie derme et hypoderme chylolymphurie ELEPHANTIASIS
    • Éléphantiasis du scrotum Éléphantiasis de la vulve
    • Diagnostic-Clinique: lymphangite, adénopathie-Biologique: hypereosinophilie, microfilarémie surgoutte épaisse ou frottis de sang prélevé la nuit,Recherche microfilaires dans urines laiteusesPCR, et sérologies possiblesTraitement:Ivermectine Mectizan®, corticoïdes,anti-histaminiques, chirurgieRechutes fréquentes après traitement
    • La DRACUNCULOSE
    • La DRACUNCULOSEFilaire Dracunculus médinensisFilaire de Médine, Fil d’Avicenne, Ver de Guinée,Serpent de Feu, DragonneauAfrique du nord et équatoriale, Asie centrale,Moyen-OrientProgramme éradication OMS depuis 1991,Estimation 150 000 cas en 2000 (1950, 50 millions)HD: Homme et mammifères domestiquesHI et vecteur transmission: Cyclops (crustacéplanctonique d’eau douce)Morphologie:Vers adultes: mâle 4 cm, femelle 80 cm à 1,20 mMicrofilaires: 500-700 µm Microfilaires
    • Cycle:-contamination humaine par ingestion d’eau de boisson (puits)contenant des Cyclops contaminés par larves microfilaires-libération de la larve, passage dans les muscles, mues, etformation adultes, copulation après 2mois-mort des adultes mâles, et migration des vers femelles danstissus sous-cutanés-1 an après contamination, saison des pluies, femelle gravidedescend membres inférieurs (pieds, chevilles), entraîne uneulcération, qui éclate-le ver sort légèrement, la paroi utérine se rompt,pour libérer des microfilaires dans l’eau (2 à 3millions/semaine), puis la femelle meurt et se calcifie-microfilaires pris en charge par crustacé
    • Extirpation du vers femelle
    • Clinique:Asymptomatique 8-10 moisPrurit, Ulcération conduisant à des surinfections Bactériennes:gangrène, tétanosArthrites, Ankyloses, dues au vers calcifiéDiagnosticclinique: ulcérationradiologique: vers calcifiébiologique: microfilaires dans l’eauTraitement du vers: aucun vraiment efficaceExtirpation indigène de la femelle ou chirurgiePrévention: vaccinations, ATBProphylaxie:Parasitose possible à éradiquer: destruction Cyclops,protection des puits, boire eau filtrée ou bouillie
    • VERS HELMINTHES LES CESTODES•TAENIA SAGINATA-(Taeniase)•TAENIA SOLIUM (Taeniase) et CYSTICERCUS CELLULOSAE (Cysticercose)•DIPHYLLOBOTHRIUM LATUM – Bothriocéphale-(Bothriocéphalose)•ECHINOCOCCUS GRANULOSUS-(Hydatidose ou Echinococcose)•ECHINOCOCCUS MULTILOCULARIS –(Echinococcose alvéolaire)
    • TAENIA SAGINATA-(Taeniase)Embranchement des Plathelminthes, Classe des Cestodes, Ordre des Cyclophyllidés, Familledes TaeniidaeMorphologie:Vers adulte: Strobile de 4 à 10 m, 1000 à 2000 « anneaux » ou segmentsou proglottis, segments mûrs rectangulaires (15 à 20 mm x 5 à 7 mm) ànombreuses et fines ramifications utérinespas de tube digestif: digestion externe et pénétration des nutrimentspar osmose, pas de système circulatoire ni respiratoirele segment mûr contient plus de 50 000 oeufs dont environ la moitié sontmûrs
    • Scolex piriforme de 1 à 2 mm,organes de fixation: 4 ventouses (nirostre , ni crochets) doù "Téniainerne"Lœuf: paroi très fine facilement déchirée et souvent absente, contientun embryophore sphérique de 35 µm de diamètre à coque épaisse, bruneet radiée contenant un embryon "hexacanthe" (à 6 crochets résiduels)
    • Cycle évolutif: cycle indirect, parasite hétéroxène, HD = homme, HI =bovidéle ver adulte est souvent unique chez lHD en raison de la faibleinfestation de lHIle ver adulte croît dune quinzaine de segments par jour, les segmentsmûrs peuvent sortir activement par lanus (de 5 à 15 par jour, laprèsmidi et le soir de préférence) ou lors de le défécationLes segments sont lysés et les œufs sont libérés. Les embryophoressont très résistants (plus de 6 mois dans le sol).Lœuf ingéré par les bovins, libère lembryon dans le tube digestif,lembryon traverse la paroi du tube digestif grâce à ses crochets et auxenzymes quil secrète; il migre par voie sanguine ou lymphatique.Dans le tube digestif de lhomme, le cysticerque vivant, sous linfluencedes sucs digestifs, laisse le protoscolex se dévaginer, des segmentssont immédiatement élaborés au niveau du cou. Le ver sera adulte en 2mois environ (émission des premiers segments ), sa survie est >15 ans
    • Après passage par le foie, le cœur et lespoumons (petite circulation) puis retour aucœur (passage dans la grande circulation),lembryon sarrête dans un muscle et sytransforme en quelques mois en une larve vésiculeuse appelée cysticerque(Cysticercus bovis), vésicule blanchâtretranslucide de 10 mm de diamètre contenantun scolex invaginé. Le cysticerque a unedurée de vie denviron 2 ans après quoi ilmeurt et se calcifie in situLes cysticerques survivent quelques jours à + 4°C, elles sont tuées parchaleur (56°) et la congélation (10 jours à - 10°C). La saumure estmoins efficace (nécessité dune saumure à 20 % de sel pendant 5jours)
    • Epidémiologie: R de P = hommeparasitose cosmopolite, liée à la consommation de viande bovine crue ouinsuffisamment cuite, Contamination humaine par « carnivorisme »viande parasitée ("ladre") contenant un cysticerque vivant.En France, 10 à 20 % des bovins sont porteurs de cysticerques, dont lacysticercose est asymptomatique.Clinique:phase dincubation: silencieuse, hyperéosinophiliependant 1 moisphase dinvasion: asthénie, troubles neuro-végétatifs, diarrhées, douleur, anorexie, boulimieetc.. parfois silencieusephase détat: souvent asymptomatique, avec pruritanal au moment de la sortie des segments,formes symptomatiques variées: Nervosité: 3,5 %,diarrhée: 6 %,vertiges:8 %,constipation: 10 %,céphalées: 15 %,boulimie: 17 %,amaigrissement:21%, asthénie: 25 %, nausées: 34 %, douleurs abdominales: 35 %. Parfoiscrises asthmatiformes, parfois anémie ...durée infestation peut être > 15 ans sans traitement
    • Diagnostic:le taenia nest pas visible directement en imageriehyperéosinophilie modéréediagnostic direct: segments murs rectangulaires éliminés en dehors desdéfécations (souvent diagnostic fait par le patient lui-même !)Transparisation des segments pour mettre en évidence utérus àramifications fines et nombreusesTest à la cellophane adhésive montrant oeufs et embryophoresParfois embryophores libérés dans selles par segments lysés
    • TAENIA SOLIUM (Taeniase) et CYSTICERCUS CELLULOSAE (Cysticercose)Embranchement des Plathelminthes, Classe des Cestodes, Ordre des Cyclophyllidés, Familledes TaeniidaeDifférences avec T. saginata:Morphologie:Vers adulte: plus petit (2 à 8 m),Scolex avec ventouses + crochetsSegments murs avec ramifications utérines épaisses et peu nombreusesŒuf: identique à T.saginata
    • Cycle évolutif: HD = homme, HI = porcsortie anale passive des segments mûrs avec les matières fécaleshumaines (de 5 à 30 par jour), pris en charge par le porc, chez qui lecycle est identique à T.saginata chez le bovin. La larve cysticerque =Cysticercus cellulosae, est hébergé dans les muscles. La contaminationhumaine est réalisé par ingestion de viande de porc peu cuite contaminéepar des larves cysticerqueslhomme peut être HI, la contamination est alors due à lingestionaccidentelle dembryophores dorigine humaine ==> Cysticercosehumaine, il sagit alors dune impasse parasitaire Epidémiologie: Taeniasis: (portage intestinale du vers adulte), cosmopolite, à lexception des régions où lon ne consomme pas de porc La taeniasis à T. solium a pratiquement disparu des pays industrialisés. La Cysticercose humaine est surtout observée en Amérique Centrale et pour les zones francophones à la Réunion et à Madagascar.
    • LarveCysticerque
    • Clinique:- Taeniasis: (portage vers adulte), comparable à celui causé par T.saginata;- Cysticercose: signes de tumeur en fonction de la localisationlocalisations cérébrale dans environ 40 % des cas: troublesneurologiques, crises épileptiformes, hyperéosinophilie et modificationdu LCR, accentuation des signes lors de la mort des cysticerqueslocalisation oculaire dans environ 40 % des cas: exsudat inflammatoire,douleur intra-orbitaire, diminution du champ de vision, hyperéosinophiliefaible, accentuation des signes lors de la mort des cysticerqueslocalisations musculaires et sous-cutanées plus souventasymptomatiques: crampes, fatigue, tachycardie et syncopes silocalisation dans le muscle cardiaque
    • Diagnostic:- taeniasis:diagnostic direct: segments et embryophore doivent être recherchés surou dans les selles (souvent diagnostic fait par le patient lui-même !)- cysticercose:diagnostic direct: impossible comme dans tous les cas dimpasseparasitaire où il ny a pas dextériorisation du parasiteou détection déléments de la cysticerque tels que les crochets dans unebiopsiediagnostic indirect: par recherche des anticorps sériques et imageriemédicale permettant de localiser une zone de la taille dun pois.
    • DIPHYLLOBOTHRIUM LATUM Bothriocéphale (Bothriocéphalose)
    • DIPHYLLOBOTHRIUM LATUM – Bothriocéphale-(Bothriocéphalose)Embranchement des Plathelminthes, Classe des Cestodes, Ordre des PseudophyllidésFamille des DiphyllobothridiidaeMorphologie:Vers adulte: 2 à 8 m, 3 à 4000 segments trapézoïdauxscolex: 2 bothridiesOeuf: 70 x 40 µm, forme ovoïde trapue,operculé, coque jaune clair, contient 1 cellule (non embryonné à laponte)
    • Cycle évolutif hétéroxène: HD = mammifères ichtyophages,(ours, renard, …homme) le ver adulte vit dans lintestin, lessegments mûrs libèrent les oeufs dans lintestin (environ 1million dœufs par jour et par ver). Les œufs sont éliminés dansles selles.Dans leau lœuf libère un coracidium (embryon hexacanthe ciliénageur)HI 1 = petit crustacé aquatique planctonique ex: Cyclops; lecoracidium se transforme en larve procercoïde (larvevermiforme à 6 crochets) dans la cavité générale du crustacéHI 2 = poisson deau douce; ingestion des crustacés parasités,les larves procercoïdes se transforment en larvesplérocercoïdes, environ 20 à 30 mm, dans les viscères et lesmuscles du poissonles larves plérocercoïdes se réenkystent chez les poissonscarnivores (ex: brochet, perches…), ce qui explique le nombreimportant de larves hébergées
    • Epidémiologie: R de P: animaux domestiques et sauvagescontamination par ingestion de poisson cru ou insuffisammentcuitrégions de lacs ou de deltas (en Europe: pays nordiques, régiondes grands lacs italiens, suisses, delta du Danube, ExtrêmeOrient)En France: 22 cas en 7 ans en Haute-Savoie (bords du Léman)Clinique:taeniasis: troubles gastro-intestinaux à la phase détat, les verspeuvent être nombreux ==> déficit alimentaire possibleAprès plusieurs années: Anémie bothriocéphalique (type Biermer), parmanque de vitamine B12. Le ver adulte utilise la vitamine B12 apportéepar lalimentation doù un déficit qui se manifestera quand lindividuaura utilisé toutes les réserves de son organismeDiagnostic:diagnostic direct: oeufs dans les selles
    • Les Echinococcoses ECHINOCOCCUS GRANULOSUS-(Echinococcose ou Hydatidose)Embranchement des Plathelminthes, Classe des Cestodes, Ordre des Cyclophyllidés,Familledes Taenidae Morphologie: Vers adulte: 4 à 6 mm, 3 à 5 segments, scolex: 4 ventouses et rostre avec 2 couronnes de crochets
    • larve de type vésiculeuse composée demétacestodes, le kyste hydatique: siège dereproduction asexuée ==> grande taille (2 à20 cm de ∅, et contenant de nombreuxprotoscolex de quelques µm. Capsule fibreuse du Capsule fibreuse de parasite l’hôte Kyste hydatique Protoscolex Kyste fille Protoscolex Kyste hydatiqueCycle évolutif: cycle indirect, parasite hétéroxène, zoonoseHD = canidés (chien, renard, loup) (vers nombreux, vivent quelques moisdans le tube digestif) extériorisation des segments murs avec les feces,libération des embryophores résistants plusieurs mois dans le milieuextérieur
    • HI = herbivores, moutons, bovins, équidés, et lhomme, l’embryophoreingéré se transforme en forme larvaire, le kyste hydatique. La larve estlocalisée au niveau des viscères (survie de la larve quelques années), pasdextériorisation de la larve Kystes dans foie de mouton (résistance des protoscolex dans le kyste: 2 mois à + 4°C et quelques jours à + 20°C, même dans la viande en putréfaction)Épidémiologie: R de P = chien dans les régions délevage, et canidéssauvages, les chiens vagabonds entraînent la dissémination.contamination humaine par ingestion dembryophores: contact avec chien porteur, ou eau et/ou aliments souillés(fruits rouges sauvages consommés crus ) par des embryophores
    • CliniqueTaeniasis du renard et chien: bien supportée.Hydatidose humaine ou Kyste Hydatique (échinococcose uniloculaire) :phases dincubation et dinvasion longues, plusieurs années,asymptomatiques, puis signes de pathologie selon la localisation larvaire:foie (60 à 80 % des cas) ==> ictère, hépatomégalie, douleurpoumon (20 à 30 % des cas) ==> toux, hémoptysies tardivesrein, rate, système nerveux, oséchinococcose secondaire péritonéale suite à la rupture spontanée ou provoquée de la larve, évolution lente, guérisonspontanée rare
    • Diagnostic de lhydatidose:diagnostic clinique: aspécifique, confusion avec tumeurdiagnostic dorientation: éosinophilie inconstante à la phase cliniqueimagerie => masse liquidienne arrondie diamètre > 2 cm; ne pas ponctionner en raison du risquedéchinococcose secondaire Scanner Kyste hépatique Radiographie Kyste pulmonairediagnostic direct: pas dextériorisation sauf temporairement en cas devomique ou de fissurationdiagnostic indirect: recherche danticorps circulants détectés parAnalyse ImmunoElectrophorétique, ELISA, électrosynérèse, dosagedes IgE spécifiques,recherche dimmun-complexes
    • Prophylaxie:prophylaxie généralevis à vis des chiens R de P: vermifugations régulièresmesures sanitaires: veiller à lalimentation des chiens, pas dabattageclandestin, pas de chiens vagabonds dans les abattoirs, incinération desabats parasités impropres à la consommation humaineprophylaxie individuelle:hygiène manuelle avant la préparation et la consommation des repas,comportement vis à vis des chiens en zone dendémie, interdire leurprésence à proximité de la nourriture destinée à lhommeMaladie cosmopolite: foyer humain principal au Kenya et Tanzanie(prévalence 7%), Amérique latine, pays pourtour méditerranéen, Asie,OcéanieFrance: 266 cas entre 1982-99, (1/3 des cas dans le Jura !)14 décès en France /an
    • ECHINOCOCCUS MULTILOCULARIS –(Echinococcose alvéolaire)Morphologie: identique à E. granulosusCycle évolutif: Cycle comparable à celui de E. granulosus, mais:HD = renard, chienHI = rongeurs sauvage, homme accidentellementEpidémiologie: R de P= renard et rongeurs sauvageszoonose, hémisphère nord, pays froids ou daltitude, (les embryophoresrésistent mieux au froid quà la chaleur, survie de lordre dun an dansle milieu extérieur), surtout zones rurales en raison du couple HD / HIsauvagesContamination humaine par contact avec chien porteur ou eau et/oualiments souillés (fruits rouges sauvages, myrtilles, framboises, fraises)par des embryophores
    • Clinique:Taeniasis du renard: asymptomatique, bien supportéeEchinococcose alvéolaire : phases incubation et dinvasion longues(plusieurs années), asymptomatiques puis signes de pathologie tumoraleselon la localisation larvairefoie dans la majorité des cas ==> ictère, hépatomégalie, douleur, notionde « cancer vermineux du foie » , évolution lente, guérison spontanéerare, essaimage possible vers dautres organes Foie de Foie de rongeur rongeur infecté sain