Groupement pme cluster expos final

  • 769 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
769
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
48
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. GROUPEMENT PME: LES CLUSTERSPrésentée par: Encadrée par:Halima DABTI Mme ILHAM JDID
  • 2. INTRODUCTION
  • 3. PROBLÉMATIQUESPourquoi les clusters sont un choix plus favorable ?
  • 4. PLAN I. GENERALITE SUR LES II. LES CLUSTERS : CLUSTERS PROJET ET BENEFICE1. Historique 1. Le mode de développement des2. Qu’est ce qu’un cluster ? clusters3. Les caractéristiques des 2. Les bénéfices attendus clusters des clusters 3. Les limites des clusters 4. Exemple de Maroc
  • 5. GÉNÉRALITÉ SUR LES CLUSTERS
  • 6. HISTORIQUE
  • 7. L’explication de ces phénomènes est ancienne: Alfred MARSHAL 1890 Les districts industriels BECATTNI 1979 Michael PORTER 1990 LES CLUSTERS
  • 8. QU’EST CE QU’UN CLUSTER?
  • 9. M. PORTER :« une concentration géographique dentreprises liéesentre elles, de fournisseurs spécialisés, deprestataires de services, de firmes dindustriesconnexes et dinstitutions associées(universités, agences de normalisation ouorganisations professionnelles, par exemple) dans undomaine particulier, qui saffrontent et coopèrent ».
  • 10. Après M. Porter, de nombreux auteurs ont travaillé le concept de cluster
  • 11.  Einright (1996): « un cluster sectoriel dont les entreprises bénéficient d’une proximité géographique ». Il renoue avec une certaine reconnaissance du territoire, dans la continuité des districts industriels de Beccatini. Rosenfeld (2002) « une masse critique d’entreprises (suffisante pour attirer des services, des ressources et des fournisseurs spécialisés) ayant des relations systémiques fondées sur des complémentarités et des similarités, sur une étendue géographique limitée. » Cooke (2003) « la concentration géographique d’acteurs technologiques unis par des chaînes de valeur économique, évoluant dans un environnement bénéficiant d’infrastructures de soutien, partageant une stratégie commune et visant à attaquer un même marché ».
  • 12. Aujourd’hui trois acceptions du mot cluster coexistentde fait : Economique Relationnelle Territoriale
  • 13. MODE DE CONSTITUTION DES CLUSTERS :1. identifier les clusters potentiels par une analysefine du tissu productif et mener ensuite unecampagne de sensibilisation auprès des acteursconcernés ;2. recourir à une procédure dappels à projets demanière à obtenir des propositions des acteurs eux-mêmes. Ceci nempêche pas que certains agents(chambres de commerce et d’industrie…etc.) aidentles entreprises à nouer les contacts préalables et àdéfinir leurs objectifs.
  • 14. QU’ELLES SONT LES ELEMENTSCARACTERISTIQUES DES CLUSTERS ?
  • 15. LA MASSE CRITIQUELa taille critique doit permettre de réaliser desactivités qui ne seraient pas accessibles aux acteursconcernés agissant de manière isolée. Cette massecritique est variable selon le domaine visé et ne peutdonc être déterminée a priori, en termes de nombredentreprises partenaires ou de poids dans la valeurajoutée régionale.
  • 16. L’INTÉRÊT COMMUNIl faut que des intérêts communs puissent êtredégagés pour que des collaborations se développententre les membres du cluster.
  • 17. L’ENGAGEMENT VOLONTAIRE DES PARTENAIRESLe cluster doit résulter dune démarche "bottom-up", cest-à-dire émanant des entreprises elles-mêmes, conscientes des opportunités offertes par lacollaboration pour lamélioration ou à tout le moins lemaintien de leur compétitivité
  • 18. LE DÉVELOPPEMENT DE COLLABORATIONS, DANS LE RESPECT DE L’INDÉPENDANCE DES PARTENAIRESLa collaboration peut être orientée dans 3 directionsnon mutuellement exclusives : Lorientation « Moyens » : la recherche de solutions collectives à des besoins communs (formation, recherche-développement, veille commerciale,…etc). Lorientation « Produits/Marchés » : l’exploitation des complémentarités pour mettre au point de nouveaux produits et services et/ou élargir le marché ; Lorientation « Club de travail » : essentiellement léchange dexpériences et de connaissances.
  • 19. LA PÉRENNITÉpour que des échanges fructueux puissent sopérer, ilfaut que des relations de confiance et des habitudesde travail en commun aient eu le temps de sétablir
  • 20. LA COMPÉTITIVITÉLe cluster doit contribuer à la performance et à lacompétitivité des entreprises qui le composent
  • 21. LA VALEUR AJOUTÉE RÉGIONALELe cluster peut être un outil de développementéconomique régional, en raison de leffet de levierquil exerce sur lactivité des partenaires. Parailleurs, conçu dans cette optique, le cluster peut êtreun facteur dattraction dinvestisseursétrangers, intéressés par les possibilités desynergies.
  • 22. QU’IL EST LE MODE DEDEVELOPPEMENT DES CLUSTERS ?
  • 23. Phase 1: La création d’un cluster peut être liée àl’existence de matières premières, d’un savoir-fairetraditionnel, de connaissances spécifiques quitrouvent de nouvelles applications productivesPhase 2: L’émergence d’économies externes une foisl’agglomération d’entreprises établie.Phase 3: La formation de nouvelles structures
  • 24. Phase 4: Le développement d’économies externes etl’émergence de nouvelles organisations localesPhase 5: Le développement de relations « horsmarché », d’échanges d’informations et deconnaissancesPhase 6: Le déclin du cluster est inévitable à plus oumoins long terme et peut s’expliquer par un blocagetechnologique, institutionnel, social et/ou culturel.
  • 25. CLUSTER: PROJET ET BÉNÉFICE
  • 26. PORQUOI LES CLUSTERS SONT IMPORTANTS ?
  • 27. Les clusters, par la proximité qu’ils permettent, possèdeun avantage concurrentiel déterminant car il développeet intensifie les interactions entre quatre facteurscomplémentaires constitutifs de lavantage compétitifrégional, synthétisés par le « diamant » (ou «losange »)de M. Porter : Les ressources Lenvironnement politique, législatif et économique Un marché local de qualité, et en quantité suffisante Un tissu local
  • 28. QUELS SONT LESBENEFICES ATTENDUS DES CLUSTERS ?
  • 29. 1. LES ENTREPRISES PROCHESGEOGRAPHIQUEMENT SERAIENT PLUSCOMPETITIVES2. LA REVALORISATION DU LOCAL DANS UNCONTEXTE DE MONDIALISATION
  • 30. LES ENTREPRISES PROCHESGEOGRAPHIQUEMENT SERAIENT PLUS COMPETITIVES
  • 31. LES RAISONS DE SUCCÈS L’accès à un bassin d’emploi compétent La spécialisation accrue des fournisseurs La proximité géographique
  • 32. LA DYNAMIQUE COMPETITIVE DU CLUSTERLes quatre éléments du diamant compétitif, réunisdans un même cluster, auraient un triple effetbénéfique en accroissant à la fois: la productivité; linnovation; lentrepreneuriat
  • 33. DES MOTEURS D’AGGLOMERATION PLUSSOCIOLOGIQUES : LES RELATIONS SOCIALES AU COEUR DES ECHANGES ECONOMIQUES L’intensité des interactions sociales peut par exemple permettre une meilleure circulation de la connaissance et des savoir-faire entre les entreprises, par l’intermédiaire des employés. mettre en jeu tous les acteurs, et plus particulièrement des instances intermédiaires (collectivités publiques, associations, coopératives, syndicats...)
  • 34. LA REVALORISATION DU LOCAL DANS UN CONTEXTE DE MONDIALISATION
  • 35.  Il permet en effet de redécouvrir l’importance du local et des ressources régionales spécifiques pour stimuler l’innovation et la compétitivité des entreprises en prenant en considération les tendances lourde de la globalisation
  • 36. LES LIMITES DES CLUSTERS
  • 37. Dans la réalité de nombreuses questions demeurentainsi sans réponses: A quel niveau de spécialisation économique une concentration d’entreprises devient-elle un cluster ? Quels sont exactement les acteurs (institutions, recherche, formation), et les activités qui doivent être associées au cluster ? Les typologies de clusters ne conduisent-elles pas à voir des clusters et des entreprises appartenant à des clusters partout ?
  • 38. UN EXEMPLE DU MAROC :
  • 39. LE MAROC NUMERIC CLUSTERMaroc Numeric Cluster est une structure àgouvernance mixte Public/Privé regroupant plusieursacteurs : Etat, Grandes entreprises, PME, opérateursde l’enseignement et de la recherche et organismesd’aide et de financement avec pour objectif final defaire émerger des projets innovants et à forte valeurajoutée dans les 4 niches d’excellence TIC du Clusterà savoir : Services mobiles Sécurité, monétique, droits numériques Multimédia Progiciels
  • 40. CONCLUSION
  • 41. Merci pour votre attention