• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Mensuel actions septembre_2011
 

Mensuel actions septembre_2011

on

  • 943 views

 

Statistics

Views

Total Views
943
Views on SlideShare
542
Embed Views
401

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

2 Embeds 401

http://bourse-maroc.forume.biz 396
http://www.bourse-maroc.org 5

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Mensuel actions septembre_2011 Mensuel actions septembre_2011 Document Transcript

    • Notre lecture du MarchéMASI, après une hausse de 2,80% une correction s’impose...Au titre de ce mois de septembre qui a connu la Évolution de la performance mensuelle du MASIpublication des résultats semestriels des sociétéscotées, le MASI enregistre un repli de 0,43% aprèsavoir opéré un rebond significatif de 2,80% durant 5,59%le mois d’Août.Ce recul du MASI s’est réalisé dans des volumes en 2,80%hausse de 13,30% comparé au mois précédent pour 1,72%se chiffrer à 137,80 MDh. Ces volumes ont été -0,52%principalement drainés sur les valeurs Samir, BCP, mars-11 mai-11Attijariwafa bank et Managem qui ont concentré à janv-11 avr-11 juin-11 juil-11 août-11 sept-11 févr-11elles seules près de 48,00% du total des échanges. -2,68% -0,43%Suite à la publication des sociétés cotées de leursrésultats semestriels 2011, le marché affiche une -4,94% -5,11%croissance bénéficiaire modeste de 4,10%. -5,62%Les secteurs ayant longtemps soutenu la croissancedu marché traversent aujourd’hui une mauvaise Évolution de l’indice MASI vs volumes en 2011passe, pénalisés à la fois par une conjonctureinternationale moins favorable et par uneconcurrence locale de plus en plus acharnée. Il 250 13 000s’agit notamment de l’agro-alimentaire, des 200 12 500télécoms et des cimenteries, qui ont été 12 000automatiquement sanctionnés par le marché. 150 11 500A l’inverse, d’autres secteurs tels que les mines et 100 11 000l’énergie semblent avoir repris le flambeau avec 50 10 500des croissances bénéficiaires élevées derespectivement 159,30% et 161,80%. Par 0 10 000 mars-11 mai-11 janvier-11 avril-11 juin-11 juillet-11 août-11 sept-11 février-11conséquent, ces derniers affichent de bonnesperformances durant le mois de septembre. Volumes (MC) Indice MASIPour leur part, les assurances et le BTP, dont lesréalisations sont ressorties en ligne avec la massebénéficiaire du marché, ont enregistré desprogressions sectorielles intéressantes. Performances sectorielles en Août Mines 20,17% Sté de financement 9,24% BT P 4,56% Energie 3,62% Assurance 3,48% Banque 0,47% Agroalimentaire 0,42% Ciment -0,15% T élécom -0,56% Automobiles -1,04% Immobilier -7,08% NT I -8,85%
    • Notre vision stratégiqueVers une nouvelle configuration du marché ...Si nous devions résumer notre sentiment envers les réalisations du marché au S1 2011, nous annoncerions avecconviction : « une nouvelle configuration se dessine ».En effet, les principaux moteurs historiques de la croissance bénéficiaire du marché tels que les Télécoms, lesCimenteries et l’Agro-alimentaire sont aujourd’hui en perte de vitesse, pénalisés à la fois par une conjonctureinternationale moins favorable et par une concurrence locale de plus en plus acharnée.Parallèlement, nous assistons à l’émergence de nouveaux relais de croissance pour le marché marocain à l’imagedes Mines et de l’Énergie. Pour sa part, le secteur des BTP, représenté principalement par Sonasid et DeltaHolding, pourrait constituer, selon nous, un véritable levier de croissance dans une optique moyen terme.Au niveau des Bancaires, le secteur confirme son rôle historique en tant que locomotive de la croissancebénéficiaire du marché, notamment grâce à son poids important dans le marché et à ses perspectives dedéveloppement prometteuses à moyen/long terme.Enfin, nous estimons que les réalisations semestrielles affichées par les Immobilières ne reflètent pas le potentielréel du secteur, compte tenu de son caractère cyclique. Avec un déficit structurel au niveau du segmentéconomique, les promoteurs immobiliers devraient contribuer, in fine, à l’amélioration du rythme de croissancede la cote.Croissance des principaux secteurs au S1 2011 Vs le poids de leurs résultats dans la masse bénéficiaire du marché Secteurs ayant sous-performé le marché Secteurs affichant des croissances en Secteurs ayant sur-performé le marché ligne avec le marché 30% BanquesPoids dans la masse bénéficiaire du marché Télécoms 25% 20% 10% Cimenteries Mines 5% Immobilier Agro Assurances Energi e BTP -20,4% -12,2% -10,3% -6,2% 4,1% +10,6% +15,1% +159,3% +161,8% Marché Croissance bénéficiaire
    • Notre portefeuille tactiquePortefeuille tactique Performance P/E Croissance des bénéfices D/Y Valeurs Cours Cours au Var 11e 12e 13e 11e TCAM 12-13 11e 12e 13e dentrée 06-10-2011 Managem 1421,0 1625,0 14,4% 25,2 17,2 10,1 147,0% 58,4% 1,2% 1,7% 3,0% SMI 4400,0 4300,0 -2,3% 13,1 10,3 6,3 144,7% 44,7% 6,1% 7,8% 12,6% Addoha 94,0 79,8 -15,1% 12,5 10,1 8,0 22,7% 25,0% 2,5% 3,0% 3,8% Cimar 1100,0 1065,0 -3,2% 16,3 15,4 15,0 9,2% 4,2% 3,1% 3,2% 3,3% BCP 400,0 396,0 -1,0% 15,7 14,6 13,7 6,1% 7,1% 1,9% 2,1% 2,2%Portefeuille tactique 7415,0 7465,8 0,7% 16,5 13,5 10,6 65,9% 27,9% 3,0% 3,5% 5,0% MASI 11798,3 11459,8 -2,9% 16,8 14,9 13,3 4,3% 12,4% 3,8% 4,1% 4,0%Méthodologie de gestion du portefeuilleNotre portefeuille tactique dynamique composé de 5 valeurs permettrait aux investisseurs de profiter de la dynamique dumarché à court terme ainsi que d’une diversification bien étudiée;Le choix des valeurs tiendra compte des critères suivants:* Anticipation des bénéfices futurs;* Évolution des ratios de valorisation;* Évolution du rendement estimé;* Points dentrée attractifs sur la base de lanalyse technique;
    • La question du mois« Quelle prime de risque pour le marché Actions marocain ? »Dans une conjoncture où le marché Actions marocain poursuit une tendance baissière de fond, certains optentpour un relèvement de la prime de risque, justifié par une aversion au risque plus prononcée de la part desinvestisseurs. A l’opposé, d’autres préconisent son abaissement compte tenu que ces derniers sont aujourd’huide moins en moins exigeants en termes de rémunération envers le marché Actions.Face à ce dilemme, notre département Analyse & Recherche a décidé d’institutionnaliser une publicationintitulée « Quelle prime de risque pour le marché Actions ? », et ce, selon une fréquence trimestrielle. L’objectifétant de déterminer de manière régulière un niveau de prime de risque selon les différentes approches, àsavoir : historique, prospective et par sondage. Par la suite, notre arbitrage portera sur la méthode qui nousparaît la plus adaptée à la fois au contexte actuel et aux spécificités du marché marocain.A cet effet, le département Analyse & Recherche a opté pour un arbitrage plutôt qu’une moyenne desdifférentes méthodes, et ce, pour les raisons suivantes : • d’une part, chaque approche repose sur une logique radicalement différente. La méthode historique se base sur les rendements effectifs par le passé pour projeter une prime de risque future. Alors que la méthode prospective est obtenue à partir d’un modèle prévisionnel reposant sur la croissance estimée de la masse bénéficiaire des sociétés cotées. Quant à la méthode par sondage, celle-ci reflète les attentes subjectives des investisseurs en termes de rentabilité envers le marché Actions ; • d’autre part, les niveaux de prime de risque qui en ressortent varient considérablement en fonction de l’approche adoptée. L’élaboration d’une moyenne biaise l’intérêt et la finalité de chaque méthode.Synthèse des travauxA la lecture des résultats des différentes méthodes adoptées, nous relevons les constats suivants :• la prime de risque prospective est la plus faible à 6,2%. Ceci s’explique par le choix d’un taux de croissancedes bénéfices à long terme modéré, qui s’aligne avec les perspectives d’évolution du PIB ;• la prime de risque historique demeure quant à elle la plus élevée à 10,3%, justifiée par les niveaux importantsde rentabilité qu’a procurés le marché Actions sur la dernière décennie comparé aux instruments à rendementfixe ;• enfin, la prime de risque par sondage s’établit à 7,6% et repose sur la perception actuelle des investisseursquant à l’excédent de rentabilité future du marché Actions marocain par rapport à un placement supérieur àcinq ans.Un arbitrage optant pour la méthode du sondageA l’analyse des différents résultats, le choix s’est porté sur la méthode du sondage qui reflète au mieux lesspécificités du marché Actions marocain et demeure, par conséquent, la plus réaliste comparée aux autresméthodes. Trois principaux arguments soutiennent ce choix :• l’acte d’investir revêt aujourd’hui une dimension de plus en plus psychologique et subjective qui n’est guèreprise en compte par les méthodes historique et prospective. A titre d’exemple, les évolutions des contextespolitique, géopolitique et international impactent directement la perception actuelle des investisseurs envers laBourse. Seule la méthode par sondage semble intégrer entièrement ces aspects qualitatifs ;• la méthode historique est statistiquement peu fiable compte tenu du peu de recul historique que procure unmarché jeune à l’image de la Bourse de Casablanca. Afin de calculer une prime de risque fiable et normalisée,un historique minimum de trente ans de données serait nécessaire ;• les méthodes prospectives paraissent particulièrement arbitraires pour le cas du Maroc. Ces méthodesaccordent au taux de croissance à long terme (g) un poids prépondérant dans la détermination de la rentabilitéfuture du MASI. La détermination de ce taux sur une place financière jeune à l’image de la Bourse de Casablancademeure un travail périlleux, ce qui réduit d’autant l’intérêt de cette approche.
    • ContactsFront Recherche AVERTISSEMENTAttijari Intermédiation Directeur de la Recherche Risques L’investissement en valeurs mobilières est une opération à risques. Ce document s’adresse à des investisseurs avertis.Salma Alami La valeur et le rendement d’un investissement peuvent être influencées par plusieurs aléas Abdelaziz Lahlou notamment l’évolution des taux d’intérêt, des taux de change devises, de l’offre et la+212 5 22 43 68 21 demande sur les marchés. +212 522 43 68 37 Les performances antérieures n’assurent pas une garantie pour les réalisations postérieures. Aussi, les estimations des réalisations futures pourraient être basées sur des hypothèses quis.alami@attijari.ma ab.lahlou@attijari.ma pourraient ne pas se concrétiser. Limites de responsabilité L’investisseur admet que ces opinions constituent un élément d’aide à la décision. Il endosseRachid Zakaria la totale responsabilité de ces choix d’investissement. Attijari Intermédiation ne peut en aucun moment être considéré comme étant à l’origine de ses choix d’investissement. Responsables Desks Ce document ne peut en aucune circonstance être considéré comme une confirmation+212 5 22 43 68 48 officielle d’une transaction adressée à une personne ou une entité et aucune garantie ne peut être donnée sur le fait que cette transaction sera conclue sur la base des termes etr.zakaria@attijari.ma Taha Jaidi conditions qui figurent dans ce document ou sur la base d’autres conditions. La Direction analyse et Recherche n’a ni vérifié ni conduit une analyse indépendante des +212 522 43 68 23 informations figurant dans ce document. Par conséquent, La Direction Analyse et Recherche ne fait aucune déclaration ou garantie ni ne prend aucun engagement envers les lecteurs deKarim Nadir t.jaidi@attijari.ma ce document, de quelque manière que ce soit (expresse ou implicite) au titre de la perti- nence, de l’exactitude ou de l’exhaustivité des informations qui y figurent ou de la perti- nence des hypothèses auxquelles elle fait référence.+212 5 22 43 68 14 En tout état de cause, il appartient aux lecteurs de recueillir les avis internes et externes Achraf Bernoussi qu’ils estiment nécessaires ou souhaitables, y compris de la part de juristes, fiscalistes,k.nadir@attijari.ma comptables, conseillers financiers, ou tous autres spécialistes, pour vérifier notamment l’adéquation de la transaction qui leurs sont présentées avec leurs objectifs et contraintes +212 522 43 68 31 et pour procéder à une évaluation indépendante. La décision finale est la seule responsabili- té de l’investisseur.Abdellah Alaoui a.bernoussi@attijari.ma La Direction Analyse et Recherche ne saurait être tenue pour responsable des pertes financières ou d’une quelconque décision prise sur le fondement des informations figurant dans la présentation.+212 5 22 43 68 27 Sources d’information Nos publications se basent sur une information publique. La Direction Analyse et Recherchea.alaoui@attijari.ma Analyste Financier œuvre pour l’exhaustivité et la fiabilité de l’information fournie. Néanmoins, elle n’est en mesure de garantir ni sa véracité ni son exhaustivité. Les opinions formulées émanent uniquement des analystes rédacteurs. Fatima Azzahraa Belmamoun Ce document et toutes les pièces jointes sont fondés sur des informations publiques et neTarik Loudiyi peuvent en aucune circonstance être utilisés ou considérés comme un engagement de la +212 522 43 68 26 Direction Recherche.+212 5 22 43 68 00 Changement d’opinion f.belmamoun@attijari.ma Les recommandations formulées reflètent une opinion constituée d’éléments disponibles et publiques pendant la période de préparation de la dite note. Les avis, opinions et toutet.loudiyi@attijari.ma autre information figurant dans ce document sont indicatifs et peuvent être modifiés ou retirés à tout moment sans préavis. Indépendance de la Direction Analyse & RechercheAnis Hares Analystes Financiers Junior Attijari Intermédiation peut procéder à des décisions d’investissement qui sont en contradic- tion avec les recommandations ou les stratégies publiées dans les notes de recherche. Rémunération et courant d’affaires+212 5 22 43 68 34 Mahat Zerhouni Les analystes financiers responsables de l’édition de la préparation de ce rapport reçoivent des rémunérations basées sur des facteurs divers, tels que la qualité de la Recherche et laa.hares@attijari.ma +212 522 43 68 19 pertinence des sujets abordés. Attijari Intermédiation et/ou sa maison mère maintiennent un courant d’affaires avec les sociétés couvertes dans les publications de la Direction Analyse et Recherche. m.zerhouni@attijari.ma Adéquation des objectifsOmar Barakat La Direction Analyse et Recherche ne produit pas des notes de recherche à la demande. Ses publications ont été préparées abstraction faite des circonstances financières individuelles+212 5 22 43 68 15 Maria Iraqi et des objectifs des personnes qui les reçoivent. Les instruments et les stratégies traitées pourraient ne pas convenir à l’ensemble des +212 522 43 68 01 investisseurs. Pour cette raison, reposer une décision d’investissement uniquement sur ceso.barakat@attijari.ma opinions pourrait ne pas mener vers les résultats escomptés. Propriété et diffusion m.iraqui@attijari.ma Ce document est la propriété de la Direction Recherche d’Attijari Intermédiation. Ce support ne peut être dupliqué, copié en partie ou en globalité sans l’accord écrit de laWafa Bourse Direction Recherche. Ce document ne peut être distribué que par Attijari Intermédiation ou une des filiales du Groupe. Analyste Taux et Change Autorité de tutelleSofia Mohcine La Direction Analyse et Recherche est soumise à la supervision du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières.+212 5 22 54 50 52 Lamyae Oudghiri Toute personne acceptant la réception de ce document est liée par les termes ci-dessus.s.mohcine@wafabourse.com +212 522 43 68 01 l.oudghiri@attijari.maAttijari Intermédiation TunisieAbdelaziz Hammami+212 5 22 43 68 21abdelazizhammami@attijaribank.com.tn