AL’
LOC
N°26

E 2013

BR
DECEM

infos

MAINTENANT OU JAMAIS !!

Nicolas ROULIN
secrétaire général

SOMMAIRE
P 2: NAO
METAL...
Activité revendicative NAO négociation annuelle obligatoire
SIMAIR :

MALICHAUD :

-Une Augmentation Générale de 2,9 % du ...
Activité revendicative

D

es salariés « volontaires » en pleurs à la télévision, des consommateurs en colère
s’exprimant ...
P

rofiteurs, égoïstes, paresseux, rapaces insensibles aux difficultés des plus jeunes, bouffeurs
de privilèges, pilleurs ...
RETRAITE

10 SEPTEMBRE

15 OCTOBRE

L

es manifs des 10 septembre et 15 octobre 2013,
avaient pour mots d’ordres non à la ...
ANI

L

05 MARS

09 AVRIL

ors des manifestations du 05 mars 2013 et du 09 avril 2013, nous
sommes sortis dans la rue pour...
ANI SUITE
Le 11 janvier 2013, les syndicats patronaux et trois syndicats de salariés sont parvenus à un accord national
in...
Formation Syndicale

Vie de l’UL

FORMATION
1er semestre 2014
STAGE

DATE

LIEU

ANIMATEUR

Stage UD ou UL

S. ISNARD – D....
Vie de l’UL

COMPTOIRS DU BISCUIT
Le 30 octobre 2013 l’Union Locale du Pays Rochefort est venue soutenir les salariés des ...
Vie de l’UL

SECTION MULTIPRO
Qu’en est-il de la section des
Retraités Multipro.?
Mot du secrétaire:
Jean-Claude DEMONSAIS...
Activité revendicative

Journée nationale
interprofessionnelle
de mobilisation

Le 6 février 2014 :
Toutes les raisons
de ...
VIE SYNDICALE

5ème CONFERENCE DEPARTEMENTALE

Coordination syndicale départementale
Charente-Maritime
Villeneuve-les-Sali...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

LOCAL'INFOS n°26

330

Published on

Journal de l'Union Locale CGT du pays Rochefortais

Published in: Social Media
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
330
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "LOCAL'INFOS n°26 "

  1. 1. AL’ LOC N°26 E 2013 BR DECEM infos MAINTENANT OU JAMAIS !! Nicolas ROULIN secrétaire général SOMMAIRE P 2: NAO METALLURGIE MALICHAUD FONCTION PUBLIQUE P 3: TRAVAIL DOMINICAL P 4: REFORME RETRAITE P 5: MANIFS RETRAITE DERNIERE MINUTE ROANNE P 6: ANI JURIDIQUE P 7: ANI SUITE JURIDIQUE P 8: FORMATION P 9: COMPTOIRS DU BISCUIT SEPA P 10: RETRAITES MULTIPROS P 11: 6 FEVRIER P 12: CSD 5ème CONFERENCE N o u s allons fêter dans quelques mois le 2ème anniversaire de la Présidence de François Hollande. Force est de constater que le bilan de ce gouvernement à apporté de grandes désillusions chez les salariés qui espéraient voir la fin de la casse des acquis sociaux, et bien non, avec la transposition dans la Loi de l’ANI (accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013) le gouvernement actuel nous montre bien que le PS et l’UMP mènent le même combat à savoir la protection du libéralisme et du capitalisme. Aujourd’hui ce gouvernement continue de rester droit dans ses bottes en ce qui concerne sa politique libérale en favorisant toujours et de plus en plus les riches au détriment des salariés, des retraités, des privés d’emploi, et la liste est longue. Il suffit de regarder la nouvelle réforme des retraites (2013), François Hollande annonçait une réforme sur les retraites soucieuse « de justice et d’égalité », mais il va pousser les anciens à se tuer au travail. Il va forcer les salariés à travailler jusqu’à 65, 66, 67 ans et plus, alors que leurs enfants, voire leurs petits-enfants, sont condamnés au chômage. Et il va faire exploser le nombre de retraités pauvres. En augmentant le nombre d’annuités à 43 ou 44, des millions de travailleurs ne parviendront jamais à cotiser pour une retraite à taux plein. Les ouvriers qui sont abîmés sur les chaînes de montage, tous ceux astreints au travail en équipe ou de nuit, les femmes qui élèvent leurs enfants, n’auront jamais de pension complète. Les travailleurs licenciés, les ouvriers des abattoirs Doux, ceux de Michelin de Joué-lès-Tours, de PSA ou de Goodyear qui vont se retrouver à Pôle emploi, ne pourront jamais cotiser tous leurs trimestres. Et le gouvernement ose parler de justice ! Cela fait vingt ans que l’on nous chante le même refrain : « il y a un trou dans la caisse de retraite », « il faut travailler plus longtemps pour sauver les retraites ». Vingt ans que, de réforme en réforme, l’âge de départ est reculé, le nombre d’années de cotisation augmenté et le mode de calcul révisé à la baisse. Et cela fait vingt ans que les pensions diminuent. Non, les retraites ne sont pas sauvées par ces réformes, elles sont démolies, petit à petit ! L’argent pour payer les retraites existe. Le gouvernement s’inquiète d’un déficit de la caisse de retraite de 20 milliards prévu en 2020. Mais 20 milliards, c’est le montant du cadeau que le gouvernement octroie au grand patronat avec le crédit impôt compétitivité chaque année ! Ce n’est donc pas l’argent qui manque. Les travailleurs ont des droits sur ces milliards parce que ce sont eux qui les produisent au quotidien. Il faut demander des comptes à tous ces parasites qui prospèrent sur le dos des exploités et qui font reculer toute la société. Le gouvernement montre depuis plus d’un an et demi qu’il est vendu corps et âme à la bourgeoisie et au patronat. La preuve en est avec la nouvelle réforme sur la protection sociale et la hausse de la TVA qui verront le jour en tout début d’année 2014. Aucune mesure n’est prise pour amélioré le quotidien des français en général, il faut bien garder en tête que 50% de la population gagne moins de 1583€/mois, 40% gagne entre 1584€ et 3183€/mois, 9% gagne entre 3184€ et 7450 €, 0,99% gagne entre 7451€ et 61250€, 0,01% de la population gagne plus de 61292€. En 25 ans le salaire moyen en France n’a pas doublé tandis que les dividendes ont été multipliés par 13. De l’argent il y en a !!!, les politiciens nous parlent de crise, ce ne sont que des menteurs et des profiteurs de ce système pourri. Le changement on nous l’a promis, on le veut et on se battra pour l’obtenir. L’heure de la prise de conscience à sonné, il est urgent de se mobiliser, il est grand temps de privilégier le travail à la place du capital. C’est à chacun d’entre nous de prendre son avenir en mains ! Ce sont nos luttes et nos engagements qui ont fait avancer les droits des salariés. L’année 2014 s’annonce chargée en mobilisation, il est important que nos syndicats mobilisent leurs bases et les salariés pour que ces mouvements soient une réussite. Fraternellement Bonnes fêtes de fin d’année et tous mes vœux pour 2014. Nicolas ROULIN. Journal de l’Union Locale CGT du pays Rochefortais 37, Rue du Docteur Pujos 17300 Rochefort Téléphone: 0546994962 Fax: 0546999089 Mail: ulcgt.rochefort@wanadoo.fr Site web: http://ulcgtrochefort.fr
  2. 2. Activité revendicative NAO négociation annuelle obligatoire SIMAIR : MALICHAUD : -Une Augmentation Générale de 2,9 % du salaire brut. -Une Augmentation Individuelle de 0,7 % de la masse salariale. -La prise en charge à 100% de la mutuelle par l’employeur en 2014. -La réévaluation de la prime de panier de 0,50 d’euros -Une Augmentation Générale de 30€ par personne sur le salaire brut. -La prise en charge par l’employeur de la journée de solidarité. -Une prime de salissure mensuelle de 6€ par personne. -La prise en charge de 87% de la mutuelle par l’employeur. SOGERMA : Pour les Non-Cadres un budget de 3,2% de la masse salariale réparti comme suit : -Une Augmentation Générale de 1,4% du salaire brut au 1er janvier 2013. -Deux Augmentations Individuelles de 0,9% au 1er mai et au 1er octobre de la masse salariale avec un minimum de 48 euros ou 2,5% du salaire brut. -L’augmentation du salaire de base de 1,4% soit un salaire minimum d’embauche à 1521 euros. Pour les Cadres un budget de 3,2% de la masse salariale : -Une Augmentation Individuelle au 1er janvier 2013 avec un minimum de 4% du salaire brut. MALICHAUD Le samedi 21 septembre 2013, les salariés de l’entreprise Malichaud située dans la zone des sœurs, se sont réunis lors d'une assemblée générale à L'Union Locale du Pays Rochefortais pour la création du syndicat Malichaud. Ils étaient 5 présents de Malichaud. Etaient invités: Nicolas ROULIN en tant que secrétaire de l’Union Syndicale des Travailleurs de la Métallurgie et de l’UL, Alain Bizet pour la région, Mickael METIVIER pour l’USTM et Antoine GIRAUD en tant que consultant de l’USTM. A l’issue de cette assemblée générale, Alain Bertaudeau a été élu secrétaire du syndicat. Les statuts sont prêts, il ne reste plus qu'à les déposer en mairie pour officialiser la création du syndicat de Malichaud. FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Perte du pouvoir d’achat sur le salaire indiciaire depuis le 1er janvier 2000 du point sur l’indice des prix. Cidessous un exemple de la grille catégorie C; il en est de même des catégories B et A . Depuis 2010, le point d’indice est gelé. Marylise Lebranchu, ministre de la fonction publique a indiqué qu'il n'était pas question pour l'heure d'un dégel en 2014. Au 1er Février 2014 des augmentations allant de 4,6 euros à 46 euros mensuels, devraient être attribués aux fonctionnaires les moins bien payés (catégories C), soit près de la moitié des 5 millions d'agents. Indice INSEE juin 2013 2
  3. 3. Activité revendicative D es salariés « volontaires » en pleurs à la télévision, des consommateurs en colère s’exprimant devant les micros, des « syndicats » présentés comme des dinosaures coupés des salariés et des réalités de l’économie et de l’emploi, voilà, brièvement résumée, la position des médias les plus complaisants sur la question de l’ouverture des magasins le dimanche ou la nuit. On veut faire croire aux gens qu’en tant que consommateurs, ils seraient gagnants, relève de l’escroquerie, mais on oublie l’essentiel, le coût des ouvertures supplémentaires se répercute dans les prix et la qualité de service. Le travail du dimanche dans les commerces ne créé pas d’emploi, il déplace les dépenses du consommateur d’un lieu vers un autre, d’un jour vers un autre. Notre ville n’est pas à l’abri de ce fléau, malheureusement, car depuis le dimanche 10 novembre 2013, le magasin INTERMARCHE de Rochefort est ouvert chaque dimanche matin de 9 h à 12 h 30. Ceci relance la polémique nationale sur l’ouverture dominicale des commerces. M. BONNIFAIT, propriétaire d’INTERMARCHE Rochefort, a pris cette décision, d’imposer à ses salariés de venir travailler le dimanche matin, sous couvert que son magasin n'est pas assez rentable, se rangeant derrière la convention collective du commerce qui lui autorise cette ouverture dominicale sans pour autant rémunérer ses salariés travaillant le dimanche d’une quelconque majoration. L’Union locale CGT du pays Rochefortais qui était à l’initiative d’une pétition envers le personnel concerné a obtenu plus d’une quarantaine de signatures contre cette ouverture dominicale sans majoration. Il faut que les salariés d’INTERMARCHE se mobilisent pour faire valoir leurs droits car ils en ont, comme par exemple le fait de travailler le dimanche doit se faire sur la base du volontariat et non imposé comme c’est le cas à l’heure actuelle, mais l’Union locale CGT du pays Rochefortais ne pourra pas mener ce combat à leur place, encore faudrait- il que les salariés veuillent prendre leur part dans ce combat… Lorsque le travail du dimanche deviendra la norme dans le commerce, il ne sera plus majoré nulle part. Tous ensemble, nous devons nous battre pour que cette bataille de parts de marché entre les grands groupes de distribution ne transforme pas la vie de tous, au bénéfice des intérêts de quelques-uns. 3
  4. 4. P rofiteurs, égoïstes, paresseux, rapaces insensibles aux difficultés des plus jeunes, bouffeurs de privilèges, pilleurs de la société. La bataille idéologique visant à culpabiliser une partie de la population bat son plein. Alain Minc, le visiteur du soir de l'Élysée du temps de Sarkozy, administrateur de plusieurs sociétés, plein aux as comme on dit communément, invitait dans un article resté célèbre, les vieux à ne pas trop tarder à quitter ce monde. En voyant son père agonir et constatant que l'accompagnement médical coûtait « trop cher », le fils indigne de l'ancien militant communiste en tirait la conclusion qu'il fallait faire des économies en matière de santé. Minc qui se fait soigner à l'hôpital américain de Neuilly, à plusieurs milliers d'euros la nuitée, est un précurseur. Depuis, sous un vocabulaire hypocritement châtié, mais dans une ligne idéologique calibrée au plus juste, la chasse aux retraités est ouverte. Tous les coups sont permis. D'abord il faut culpabiliser les retraités en leur tenant à peu près ce langage : en cette période de crise, alors que la population active peine à trouver du travail et que les jeunes ont besoin de votre aide, vous vous recroquevillez sur vos acquis. Ce discours est tenu généralement par le patronat, les milieux les plus aisées et leurs relais médiatiques chargés de pervertir les esprits couchés et faibles. Les retraités sont-ils des profiteurs, alors que des millions d'entre eux, surtout les veuves, vivent chichement avec moins de 700 € par mois ? S'il est vrai qu'une frange de la population retraitée dispose encore de ressources assurées, le pouvoir d'achat pour l'immense majorité, tend à se réduire considérablement. Des paresseux, ceux qui ont travaillé plus de 40 ans ? Des profiteurs de la politique de santé, ceux qui souhaitent vivre plus longtemps ? Ceux qui ont gagné de haute lutte l'allongement de la durée de vie ? Ceux qui ont conquis et préservé la Sécurité Sociale. Ceux qui ont arraché au patronat des droits sociaux ? Des privilégiés parce que certains partent en vacances, la plupart du temps en groupes, hors saison ? Les nouveaux boucs émissaires sont affichés : les retraités. Pas les retraités du CAC 40 partis avec des parachutes dorés, pas les cumulards de la politique, pas les grandes fortunes souvent planquées à l'étranger. En cette fin d'année 2013, les boucs émissaires sont ceux qui ont peiné toute leur vie et tentent de se construire dignement la dernière partie de leur vie. Cette campagne s'apparente à d'autres : le travail du dimanche, la baisse acceptée des salaires au nom de prétendus sauvetages des entreprises, le choix pervers des mots comme « le coût du travail », les « partenaires sociaux », etc.. C'est un fait, les jeunes vivent plus mal que leurs parents. Pour leur faire accepter les stages non rémunérés, les bas salaires, les horaires décalés, les emplois précaires, le patronat et ses têtes pensantes alimentent une prétendue guerre intergénérationnelle : les vieux contre les jeunes, la méfiance à l'égard de l'étranger, la haine de l'autre. Ce n'est pas, bien entendu, en restant l'arme au pied, en regardant passer le train des attaques contre les droits des retraités et de la population jeune et âgée que l'on pourra résister à l'entreprise patronale accompagnée, malheureusement et malgré les promesses électorales, par l'actuel gouvernement. L'heure, plus que jamais est à l'action réunissant jeunes et retraités, femmes et hommes, syndiqués et ceux qui peuvent le devenir. Les retraités font entendre leur voix. Les véritables "salauds" devraient les entendre au risque sinon de les retrouver autrement que la fleur à la boutonnière. Dans la rue, par exemple. Cet article, de José Fort, est paru dans le journal de l’Union Confédérale des Retraités CGT, Vie Nouvelle N°178 de décembre 2013 4
  5. 5. RETRAITE 10 SEPTEMBRE 15 OCTOBRE L es manifs des 10 septembre et 15 octobre 2013, avaient pour mots d’ordres non à la nouvelle réforme des retraites, mais nous étions bien conscients que le problème est bien plus global. En France c’est le chômage qui explose, C’est les bas salaires, C’est la difficulté pour nos jeunes qui sortent des écoles, des diplômes plein les mains, à qui on n’ouvre pas les portes du marché du travail. Il faut juste prendre le problème par l’autre bout. Il faut créer des emplois en relançant la croissance, en augmentant les salaires et en finançant les retraites et la Sécurité sociale. Tous les jours nous entendons dans les médias « le coût du travail en France », le travail n’est pas un coût mais bien une richesse, c’est le capital qui est un coût, on entend aussi « les charges sociales », c’est faux ce ne sont pas des charges mais des cotisations sociales c’est ce qui a permis de mettre en place le système de retraite, notre sécurité sociale, notre assurance chômage … Voilà à quoi s’attaque le libéralisme, le Medef, le capitalisme. En 25 ans le salaire moyen en France n’a pas doublé tandis que les dividendes ont été multipliés par 13. De l’argent il y en a !!!, nos politiciens se servent de la crise pour revendiquer leur politique d’austérité, se ne sont que des menteurs et des profiteurs de ce système pourri. N’oubliez pas que nos députés n’ont pas votés le changement de leur système de retraites, cela prouve bien leur volonté de creuser l’écart entre les pauvres et les riches. DERNIERE MINUTE L RELAXE!!!VICTOIRE e tribunal correctionnel de Roanne (Loire) vient de prononcer la relaxe des cinq militants de la CGT qui étaient poursuivis pour avoir refusé un prélèvement ADN. Plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées devant le palais de justice de Roanne au moment du délibéré. C’est une victoire pour toute la CGT mobilisée autour des cinq militants et engagée dans la défense des libertés d’actions syndicales et contre la criminalisation par le patronat des conflits sociaux. Le gouvernement, sa majorité parlementaire doivent entendre ce message et donner suite aux propositions de la CGT : une loi d’amnistie ; une loi pour renforcer la protection des militants syndicaux et associatifs qui agissent dans le cadre d’action collective ; une Loi pour supprimer de la liste du fichier des prélèvements génétiques, tous les mili tants syndicaux et associatifs. 5
  6. 6. ANI L 05 MARS 09 AVRIL ors des manifestations du 05 mars 2013 et du 09 avril 2013, nous sommes sortis dans la rue pour combattre et dire non à la transposition en texte de loi de l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013. Malheureusement pour nous ce mouvement n’a pas été suivi en grande masse par les salariés, qui encore aujourd’hui n’ont pas conscience des conséquences de cette loi sur la pérennité de leur emploi. Pour remplir son devoir d’information la CGT du pays Rochefortais a invité Suzanne Tallard, députée PS de la circonscription de Rochefort, à un débat public le 31 mai 2013 à 18h30 au palais des congrès de Rochefort. Lors de ce débat la CGT a démontré à la députée PS que cette loi était tout sauf une sécurisation de l’emploi, et surtout qu’elle signait des lois sans en connaître le contenu. Cette loi impose une plus grande flexibilité pour les salariés, un recul de leurs droits individuels et collectifs au bénéfice des employeurs. Cette loi dite « sécurisation emploi », assassine le code du travail, Le code du travail c’est 170 ans d’histoire. En 1840, le docteur Villermet fait une étude sur l’état physique et mental des ouvriers (hommes, femmes, enfants) qui à cette époque travaillaient en moyenne 17 heures par jour et mourraient fréquemment au travail. Ce docteur en a donc conclu, à juste titre, qu’il fallait travailler moins… Il faudra pourtant attendre 80 ans, soit l’année 1920, pour que la journée de travail passe de 17 h à 10h. En 1936 la semaine de travail est fixée à 40 h et 15 jours de congés payés sont octroyés aux travailleurs. En 1982 la semaine de travail est écourtée d’une heure et passe à 39h et une 5ème semaine de congés payés est acquise. Puis en 2002 arrivent les 35 h. Le code du travail est fait : De sueur, de sang, de luttes et de larmes. Cette loi (l’ANI) n’aura pour effet que de dégrader le marché de l’emploi, modifier le droit du travail et accélérer les procédures de licenciement. Cette politique d’austérité, basée sur le modèle capitaliste, n’a pour but que d’engraisser les plus riches et de mettre au pain sec et à l’eau les retraités, les salariés du privé et du public et les privés d’emploi . Cet accord continuera demain d’accroitre l’impunité patronale, qui déjà aujourd’hui n’a pas de compte à rendre sur le crédit d’impôts, compétitivité emploi qui coûtera 20 Milliards d’€uros à l’état, et malgré cet argent reversé par le gouvernement, certains n’ont pas honte de licencier leur personnel. 6
  7. 7. ANI SUITE Le 11 janvier 2013, les syndicats patronaux et trois syndicats de salariés sont parvenus à un accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi. La CGT et FO ont refusé de signer l’accord car c'était accorder de nouveaux outils de flexibilité aux entreprises. Exemples des conséquences de l'ANI dans l'entreprise. Sténico de Saint-Jean-d’Angély ferme en août 2013. Dix salariées sont à reclasser. Trois des salariées touchées par (photo S. J.) la fermeture ont accepté d’aller travailler à Saintes et trois ont opté pour la rupture conventionnelle. Les quatre autres refusent la démission ou la rupture conventionnelle et demandent un licenciement économique,comme le prévoit maintenant l’ANI du 11 janvier 2013. Grâce à nos luttes le licenciement pour motif personnel lors d’un refus d’une mobilité interne a été transformé en licenciement économique lors de la publication de la loi du 14 juin 2013. La direction de Sténico refuse cette application, c’est pour cette raison qu’une procédure est engagée aux prud’hommes pour faire reconnaître le licenciement économique. Autre cas dans une entreprise de Rochefort. Turbulences économiques, mauvais bilan comptable, par rapport à ces difficultés passagères on propose à l’ensemble des salariés l’abandon de 8 jours de RTT. Délai d’un mois de réflexion, si refus des salariés possibilité de licenciement économique La mobilisation de certains salariés auprès de l’Union Locale CGT, puis l’alerte auprès des médias et de la députée Mme Tallard Suzanne ont permis que ces mesures ne soient pas mises en place. Info UL JURIDIQUE http://www.cgt.fr/Je-signe-pour.html Les conseillers prud’hommes sont des juges élus tous les 5 ans. Ils sont 14000 répartis en 209 conseils de Prud’hommes sur tout le territoire national. Ils sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice qu’ils ont subi de la part de leur employeur. C’est pour cette raison qu’ils font l’objet d’attaques incessantes visant à rendre la juridiction prud’homale de plus en plus difficile d’accès aux salariés et la moins contraignante possible pour les employeurs. C’est dans cette logique que le Gouvernement, par la voix de son ministre du Travail, vient de décider de supprimer les élections des conseillers prud’hommes prévues d’ici fin 2015. http://www.cgt.fr/Je-signe-pour.html C’est inadmissible ! JE SIGNE Avec la CGT, j’exige la tenue des élections prud’homales au suffrage universel dans les meilleurs délais. SYNDIQUES, PRENEZ LA PAROLE! La CGT lance une consultation auprès de ses adhérents. Pourquoi? C’est l’occasion d’exprimer vos attentes, vos besoins, vos satisfactions ou insatisfaction à l’égard de votre syndicat, la CGT. Un moyen pour les organisations de la CGT d’apprécier avec vous ce qu’il convient de conforter ou de faire bouger dans la CGT pour que vous puissiez y prendre toute votre place. Elle se déroulera du 06 au 19 janvier 2014. L’institut Harris Interactive garantit l’anonymat et la confidentialité des réponses. Pour répondre au questionnaire, nous vous invitons à vous connecter sur le site ouvert à partir du 06 janvier 2014: www.consultationcgt.fr Au quotidien, les forces de la CGT c’est vous, c’est nous, près de 700 000 syndiqués! Ceux qui n’ont pas accès à internet peuvent se rendre à l’Union Locale CGT du Pays Rochefortais. 7
  8. 8. Formation Syndicale Vie de l’UL FORMATION 1er semestre 2014 STAGE DATE LIEU ANIMATEUR Stage UD ou UL S. ISNARD – D. CHIRON J-L. GRATECAP UD UD Janvier Elus et mandatés 13 au 14 Rochefort PRUDIS 21 au 22 La Rochelle 2ème module - 3ème session Protocole d’accord électoral REPORTE (Journée d’étude) UD Février 2ème NIVEAU 2ème partie 10 au 14 Rochefort Conseiller du salarié 10 au 14 Rochefort 10 au 14 10 au 14 17 au 21 24 au 26 31 au 4/4 Royan Rochefort La Rochelle ISNARD SONNIE ROULIN NICOLAS J-L. GRATECAP UD UD Mars 1er NIVEAU CHSCT 1er NIVEAU Vie syndicale 1er NIVEAU E. LATIMIER – N. MARGELIN Saintes UL Royan UD UL La Rochelle UD UL Saintes Avril Cogitiel – Cogétise – outil du 7 au 9 trésorier Communication 14 au 18 Rochefort P. GUINET UD D. MAGNANT UD M-L. ESCOT – P. MASSE J-L. GRATECAP UD UD A. FRIGO- N. ROULIN E. LATIMIER – M-L. ESCOT J-L. GRATECAP UL La Rochelle UL Rochefort UD UD Mai CHSCT PRUDIS 3ème module - 3ème session 19 au 23 Date à définir Rochefort Rochefort 16 au 20 23 au 27 30 au 4/07 Date à définir La Rochelle Rochefort Juin 1er NIVEAU 1er NIVEAU ECO/CE PRUDIS ème 3 module - 3ème session Journées d’études à programmer: - Loi sécurisation de l’emploi Redressement et liquidation judiciaire Rupture conventionnelle – harcèlement Com = 2 j Rédiger un tract + 3 j animer un syndicat - Pensez à vous faire connaître auprès de la structure formatrice (UD en jaune – UL en orange). Vous avez droit à 12 jrs par an pour la formation syndicale. 8
  9. 9. Vie de l’UL COMPTOIRS DU BISCUIT Le 30 octobre 2013 l’Union Locale du Pays Rochefort est venue soutenir les salariés des comptoirs du biscuit à Saint Jean d’Angely. Plusieurs délégations de différents syndicats du privé et du public ainsi que des retraités étaient rassemblées sur le site de l’entreprise. Depuis le mois de juillet ces 72 ouvriers occupent leur usine dans l’espoir d’une reprise d’activité. Un repreneur est pressenti mais toujours dans l’attente.. SEPA-PERMANENCES Vie de l’UL REGELEMENT DES COTISATIONS Les paiements européens simplifiés avec SEPA Le 1er Février 2014, les virements et prélèvements nationaux n’auront plus cours au profit de virements et prélèvements européens dit SEPA*. L’Union Locale se conforme à cette nouvelle réglementation. Pour vous syndiqués, rien ne change: l’autorisation de prélèvement que vous nous aviez adressée sera automatiquement convertie en « mandat de prélèvement » qui sera accompagné d’une référence unique dite RUM. Votre RUM vous sera communiquée prochainement sur vos documents. Vous n’aurez rien à faire, rien ne changera dans vos prélèvements *Single Euro Payments Area (espace unique de paiement en euros). Nos permanences Défense des consommateurs (INDECOSA) Défense des salariés (DLAJ) ------------------------------------------------- les permanences se déroulent normalement le vendredi après-midi de 14H30 à 18H au 37 rue du docteur PUJOS 17300 Rochefort salle 111, escalier B. Permanences à la maison de l’emploi les 2ème et 4éme lundi de chaque mois. -------------------------- Mme Liliane Moreau 37 rue du docteur PUJOS 17300 Rochefort salle 111, escalier B. Le mercredi après-midi de 14h à 17h 06 85 15 85 36 9
  10. 10. Vie de l’UL SECTION MULTIPRO Qu’en est-il de la section des Retraités Multipro.? Mot du secrétaire: Jean-Claude DEMONSAIS. 1999 2014 soit 15 années de fonctionnement. A l’aube de cette nouvelle année qui ne s’annonce pas de meilleure augure que l’année qui s’achève, la section des Retraités CGT Multipro peut se glorifier de sa 15ème année d’existence, avec toujours en place, la même équipe dirigeante reconduite à chaque assemblée générale annuelle. Cette équipe n’a jamais failli à son mot d’ordre de rassemblement du « tous ensemble ». Mais sachant qu’indépendamment de ma volonté, des problèmes personnels m’ont amené à avoir moins de disponibilité dans ma fonction de secrétaire, ce qui pourrait nuire au bon fonctionnement de la section, à l’assemblée générale du 2ème semestre 2013, j’ai souhaité que la question de mon remplacement soit évoquée. Ce n’est pas une rupture de ma Souvenirs, souvenirs part, je resterai toujours fidèle à mon engagement syndical et j’apporterai selon mes possibilités toute l’aide nécessaire au bon fonctionnement de notre Union Locale. A chacune et chacun d’entre vous, qui m’avez apporté votre confiance et votre soutien durant ces quinze années, je vous prie de croire à toute ma reconnaissance et à ma fidèle amitié. Dans cette « hargne » qui nous anime de n’avoir pas réussi à nous faire entendre dans nos justes revendications de « Retraités Bafoués », il est plus que jamais d’actualité de nous renforcer, de ne pas baisser les bras dans cette volonté de changement pour un monde meilleur. « La lutte continue »……………. Fraternellement, Jean-Claude. Après l’effort, le réconfort! Nécrologie: Le lundi 18 novembre 2013, notre camarade Jean BOISSON nous a quitté dans sa soixante quinzième année. Il avait lutté avec un courage exemplaire contre la maladie qui finalement l’a emporté. Il était un de nos fidèle camarade qui avait fait carrière à l’atelier maintenance de Rol Tech comme tourneur. A son fils et petit fils nous renouvelons nos sincères condoléances et l’assurance de toute notre sympathie. A chacune et chacun d’entre vous, ainsi qu’à vos familles, chers camarades Retraités, je voudrais vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur et santé, quant aux souhaits que nous pourrions émettre concernant les satisfactions de nos avancées syndicales, elles seront à la hauteur de ce que nous en ferons. 10
  11. 11. Activité revendicative Journée nationale interprofessionnelle de mobilisation Le 6 février 2014 : Toutes les raisons de revendiquer L es motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées. La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013… Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance. Et c’est possible ! le Medef ne vise qu’à culpabiliser les salariés et à permettre à une minorité d’accaparer les richesses produites par notre travail. Diviser par deux les dividendes des actionnaires libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, permettrait de revaloriser le SMIC et le point d’indice dans les fonctions publiques. Cela créerait de l’emploi et garantirait le financement de la Sécurité sociale. Pour changer de logique de développement, pour changer la donne, nous le savons, le monde du travail doit s’organiser se rassembler , s’unir et agir… En ouvrant le débat sur le « coût du capital » pour répartir autrement la richesse produite, la CGT veut rétablir la vérité. Elle veut démontrer que ce qui coûte ce n’est pas le travail, c’est le capital. Aujourd’hui, en moyenne un salarié du privé travaille 45 jours par an pour payer leurs dividendes aux actionnaires. C’est pourquoi la CGT propose, dans l’unité la plus large, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public, le 6 février 2014. Sur les lieux de travail, agissons pour porter nos revendications et retrouvons nous nombreux pour manifester tous ensemble. La campagne sur le « coût du travail » orchestrée par Pour être plus forts, se défendre, gagner des droits, prenez toute votre place dans la CGT 11
  12. 12. VIE SYNDICALE 5ème CONFERENCE DEPARTEMENTALE Coordination syndicale départementale Charente-Maritime Villeneuve-les-Salines Mardi 10 décembre 2013 C ette assemblée de syndiqués a lieu tous les trois ans. C'est toujours un moment important pour notre vie syndicale de pouvoir faire un bilan des années écoulées, d'échanger sur nos pratiques et de nous fixer les orientations pour les années à venir et c'est toujours un grand plaisir de rencontrer les collègues des « petites » communes. Présentation du rapport d'activités fait par François Thibaut. La question des élections professionnelles de toutes les fonctions publiques du 04 décembre 2014 était au coeur de ce congrès. A Royan, les camarades souhaitent que les élus soient tous syndiqués, d'autres n'exigent pas la carte mais le partage des idées de la CGT. Les problèmes de management dans les différentes mairies ont été largement évoqués avec le questionnement sur le positionnement des élus et des secrétaires de mairie qui ont tendance à prendre les décisions à la place des élus. François rappelle les difficultés des agents qui sont en grande proximité avec leur maire ; une fois son intervention faite, l'agent se retrouve seul alors que dans une collectivité plus grande comme à La Rochelle des collègues restent présents et peuvent soutenir celui qui a une difficulté. Les transformations des communautés de communes, leurs évolutions territoriales et les transferts de personnels ne sont pas sans poser de nombreux problèmes, d'où la nécessité pour nous de faire évoluer nos structures syndicales La question du renouvellement des élus municipaux soulèvent également quelques questions puisque nos élections se feront tous les 4 ans et donc seront déconnectées des élections municipales : les Territoriaux de La Rochelle regrettent cette situation. Gérard de l'UD rappelle les enjeux de ces élections professionnelles et de leur incidence sur la représentativité de la CGT pas uniquement dans la fonction publique mais de manière globale : l'interpro devra aider et aller soutenir les secteurs de la FP où la CGT est assez peu présente comme dans l'éducation nationale. L'UD a d'ailleurs mis en place un collectif des services publics qui a déjà eu une réunion,d'autres sont programmées en 2014 : ce collectif a mis en place un calendrier de travail avec l'idée d'avoir des listes complète en juin 2014. Une discussion autour du CHSCT à partir d'un diaporama a été vive quand un collègue ne porte pas ses Equipements Protection Individuel ou quand il ne respecte pas les consignes de sécurité. Après le repas servi sur place par un traiteur (super repas d'ailleurs), Alain Frigo nous lit le document que le responsable à la politique financière avait préparé : pas de problème le travail de Cyril (et oui! Encore lui!) est salué par toute l'assemblée. Election de la CE avec la candidature de notre camarade Ludovic Depeux : élu à l'unanimité. Après quelques échanges autour de la réforme des rythmes scolaires, François clôt ce congrès vers 16h30

×