PROJET	
  DE	
  LOI	
  DE	
  FINANCES	
  POUR	
  2014	
  
Fiscalité	
  des	
  particuliers	
  et	
  des	
  entreprises	...
Le	
   15	
   septembre	
   2013,	
   le	
   Président	
   de	
   la	
   République	
   annonçait	
   une	
   «	
  pause	
...
frappés	
   des	
   PS	
   au	
   taux	
   en	
   vigueur	
   le	
   jour	
   de	
   leur	
   réalisation.	
   Ainsi,	
   ...
Les	
   principales	
   victimes	
   auraient	
   été	
   les	
   entreprises	
   industrielles	
   et	
   les	
   télécom...
Afin	
  de	
  limiter	
  cet	
  avantage	
  fiscal,	
  un	
  plafonnement	
  a	
  été	
  instauré	
  par	
  la	
  gauche	
...
Montant	
  du	
  revenu	
  /	
  part	
  au	
  titre	
  de	
  
2013	
  
<	
  6.011	
  €	
  	
  
entre	
  6.011	
  et	
  11....
Le	
  montant	
  de	
  la	
  réduction	
  était	
  fixé	
  de	
  manière	
  forfaitaire,	
  elle	
  dépendait	
  du	
  niv...
Ensuite,	
  et	
  surtout,	
  le	
  Gouvernement	
  veut	
  conditionner	
  le	
  bénéfice	
  du	
  crédit	
  d’impôt	
  
...
théorique	
  évidemment	
  mais	
  qu’il	
  convient	
  de	
  mentionner	
  ;	
  le	
  contribuable	
  modeste	
  
qui	
  ...
d’acquisition	
   rétroagit	
   au	
   1er	
   janvier	
   de	
   l’année	
   de	
   souscription,	
   soit	
   le	
   1er...
l’abattement,	
  le	
  groupe	
  familial	
  s’entend	
  du	
  cédant,	
  son	
  conjoint,	
  leurs	
  ascendants	
  et	
 ...
doit	
   par	
   ailleurs	
   avoir	
   détenu	
   au	
   moins	
   25%	
   du	
   capital	
   (droits	
   de	
   vote	
  ...
régime	
   fiscal	
   rattacher	
   ces	
   PV.	
   A	
   cet	
   effet,	
   le	
   Parlement	
   a	
   tranché	
   en	
  ...
mesure.	
   Par	
   conséquent	
   depuis	
   le	
   1er	
   janvier	
   2013,	
   les	
   PV	
   sur	
   TAB	
   demeuren...
Le	
  PLF	
  2014	
  prévoit	
  en	
  son	
  article	
  53	
  un	
  relèvement	
  du	
  plafond	
  du	
  PEA.	
  Il	
  pas...
II	
  –	
  Fiscalité	
  des	
  entreprises	
  pour	
  2014.	
  
Taxe	
  EBE.	
  
Devant	
  figurer	
  à	
  l’article	
  10...
non	
  déductibilité	
  du	
  résultat	
  imposable	
  et	
  la	
  taxation	
  à	
  50%	
  de	
  la	
  fraction	
  excédan...
La	
  mesure	
  s’appliquera	
  à	
  tous	
  les	
  exercices	
  clos	
  à	
  partir	
  du	
  25	
  septembre	
  2013,	
  ...
En	
   deuxième	
   lieu,	
   le	
   renversement	
   de	
   la	
   charge	
   de	
   la	
   preuve	
   n’aurait	
   lieu	...
Crédit	
  d’impôt	
  recherche.	
  	
  
Le	
  CIR	
  est	
  un	
  moyen	
  d’optimisation	
  fiscale	
  connu	
  dans	
  l...
le	
   sous-­‐traitant	
   facture	
   de	
   la	
   TVA	
   au	
   maitre	
   de	
   l’ouvrage,	
   la	
   collecte	
   m...
Taxe	
  générale	
  sur	
  les	
  activités	
  polluantes.	
  
La	
   TGAP	
   comprend	
   plusieurs	
   composantes.	
  ...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

22	
  
	
  
	
  
PLF	
  2014	
  –	
  Gu...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Projet de loi de finances pour 2014 - Mesures fiscales

4,692

Published on

Fiscalité des entreprises et des particuliers.

Published in: Economy & Finance
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
4,692
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
27
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Projet de loi de finances pour 2014 - Mesures fiscales

  1. 1.   PROJET  DE  LOI  DE  FINANCES  POUR  2014   Fiscalité  des  particuliers  et  des  entreprises         ALLEGRE  Guillaume     Magistère  droit,  fiscalité  et  comptabilité            
  2. 2. Le   15   septembre   2013,   le   Président   de   la   République   annonçait   une   «  pause   fiscale  »   en   2014   pour   les   entreprises   et   ménages   français.   Qu’en   est-­‐il   quelques   semaines   plus  tard,  à  l’heure  où  l’Assemblée  nationale  (AN)  vient  d’adopter  la  première  partie   du  Projet  de  loi  de  finances  pour  2014  (PLF  2014)  ?   Concernant   la   fiscalité   des   particuliers,   force  est   de   constater   que   la   pause   fiscale   ne   sera   pas   pour   2014.   Amoindrissement   des   avantages   tirés   du   quotient   familial,   suppression   de   la   réduction   pour   frais   de   scolarisation,   durcissement   de   la   fiscalité   des   plus-­‐values   immobilières,   les   députés   et   sénateurs   n’y   sont   pas   allés   de   mains   mortes.  A  la  décharge  de  ces  derniers,  plusieurs  mesures  d’assouplissement  ont  été   adoptées,   notamment   en   matière   de   plus-­‐values   mobilières   (suite   au   mouvement   des  pigeons).     Les   entreprises   quant   à   elles   connaitront   (moins   qu’en   2013   il   est   vrai)   certaines   réformes,  dont  les  principales  sont  l’augmentation  des  contributions  additionnelles  à   l’impôt   sur   les   sociétés   (IS),   l’instauration   d’une   taxe   exceptionnelle   sur   les   hautes   rémunérations  et  la  modification  des  taux  de  TVA.   Outre   l’absence   de   pause   fiscale,   c’est   surtout   le   manque   de   lisibilité   dans   la   politique   fiscale   de   l’exécutif   qui   semble   inquiéter   le   plus   les   entreprises   et   les   ménages.   Deux   exemples   dans   chacun   de   ces   domaines   permettent   de   démontrer   l’inaptitude   du   Gouvernement   à   exposer   une   stratégie   fiscale   claire   et   compréhensible.     En   premier   lieu,   à   l’égard   des   particuliers,   le   Gouvernement   a   dit   tout   et   son   contraire   concernant   la   modification   du   calcul   des   prélèvements   sociaux   (PS)   sur   certains   placements   d’épargne.   En   effet,   le   23   octobre   dernier   en   début   de   soirée,   le   Sénat   adoptait   une   disposition   dans   le   Projet   de   loi   de   financement   de   la   sécurité   sociale   (PLFSS)   frappant   les   plans   d’épargne   en   actions   (PEA),   contrats   d’assurance   vie   en   euros   et   plans   d’épargne   logement   (PEL).   Ces   3   placements   ont   en   commun   l’objectif   de   favoriser   l’épargne   longue   en   contrepartie   d’une   exonération   d’impôt   sur   le   revenu   (IR).   Devant   rapporter   environ   600   M   €,   dont   450   devaient   être   rattachés   à   la   Sécu,   la   mesure   avait   pour   conséquences   d’imposer   rétroactivement   les  gains  réalisés  par  les  particuliers  sur  certains  produits  d’épargne.     Petite   piqûre   de   rappel.   Jusqu’au   26   septembre   2013,   les   gains   nets   de   cession   réalisés   sur   un   PEA   étaient   exonérés   d’IR   dès   lors   que   la   sortie   du   plan   avait  lieu   plus   de   5   ans   après   sa   souscription.   Seuls   des   PS   étaient   dus   par   le   particulier.   Ces   PS   étaient   calculés   selon   la   méthode   dite   du   «  taux   historique  »  :   les   gains   étaient   1       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  3. 3. frappés   des   PS   au   taux   en   vigueur   le   jour   de   leur   réalisation.   Ainsi,   pour   un   gain   réalisé  en  1997  (première  année  durant  laquelle  les  gains  ont  été  soumis  à  la  CSG),  le   taux  des  PS  était  de  3.90%.     Exemple  :  un  particulier  acquiert  en  1992  pour  5.000  €d’actions  TOTAL  qu’il  place  sur   son   PEA   nouvellement   crée.   Entre   1992   et   1996,   la   PV   réalisée   sur   ces   titres   était   totalement  exonérée.  Les  gains  acquis  1996  et  1997  étaient  frappés  de  PS  au  taux  de   0.5%,  3.90%  entre  1997  et  1998,  10%  entre  1998  et  1999  etc.     Ainsi,  pour  connaître  le  taux  de  PS  applicable  à  vos  gains,  il  fallait  rechercher  le  taux   en   vigueur   à   leur   date   de   réalisation.   A   compter   du   26   septembre   2013,   date   d’annonce   de   la   mesure,   le   Gouvernement   comptait   uniformiser   ce   calcul,   en   appliquant   le   taux   en   vigueur,   soit   15.5%,   à   l’ensemble   des   gains   réalisés   depuis   1997.   Scandalisés,   certains   épargnants   avaient   prévenu   vouloir   saisir   le   Conseil   constitutionnel   sous   forme   de   QPC,   pour   faire   juger   cette   mesure   illégale   pour   rétroactivité.   Malheureusement,   les   sages   auraient   sans   aucun   doute   validé   le   dispositif,  car  si  rétroactivité  dans  les  faits  il  y  a,  il  n’était  pas  question  d’y  voir  une   quelconque  rétroactivité  au  sens  juridique  et  fiscal  du  terme.     Fort  heureusement,  c’est  le  Gouvernement  lui-­‐même  qui  est  revenu  sur  ses  pas,  en   excluant  de  ce  dispositif  les  PEA  et  PEL.  A  l’heure  actuelle,  seuls  les  fonds  en  euros   d’assurance  vie  sont  concernés  par  la  mesure.     En  second  lieu,  concernant  la  fiscalité  des  entreprises,  le  Gouvernement  avait  inclus   dans   le   PLF   2014   une   taxe   sur   l’excédent   brut   d’exploitation   (taxe   EBE).   En   contrepartie,  le  taux  d’IS  brut  devait  diminuer  (de  33.33%  à  30%),  deux  contributions   additionnelles  à  l’IS  devant  également  être  supprimées  à  compter  du  1er  janvier  2014   (l’imposition  forfaitaire  annuelle  –  IFA,  dont  la  suppression  demeure  en  bonne  voie,   et   la   contribution   sociale   de   solidarité   des   sociétés   –   C3S,   au   taux   de   0.16%,   versée   à   la  Caisse  nationale  du  régime  social  des  indépendants  –  RSI,  due  par  les  entreprises   dont   le   chiffre   d’affaires   annuel   hors   taxe   réalisé   sur   l’exercice   précédent   excède   760.000  €).     La  taxe  EBE  devait  concerner  les  entreprises  dont  le  chiffre  d’affaires  annuel  excède   50   M   €.   Au   fil   des   débats,   le   Gouvernement   avait   finalement   écarté   la   diminution   du   taux  d’IS  brut  et  la  suppression  de  la  C3S.  Surtout,  les  cabinets  spécialisés  en  fiscalité   des   entreprises   s’étaient   rendus   compte   que,   alors   que   l’IFA   rapportait   500   M   €   à   Bercy,  la  taxe  EBE  en  aurait  rapporté  2.5  Mds  !   2       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  4. 4. Les   principales   victimes   auraient   été   les   entreprises   industrielles   et   les   télécoms   (pour  exemple,  Orange  aurait  supporté  une  taxe  à  hauteur  de  250  M  €),  en  raison  du   fort   investissement   qu’elles   réalisent.   Pour   calmer   le   jeu,   le   Gouvernement   a   transformé   la   taxe   EBE   en   taxe   ENE,   taxe   sur   l’excédent   net   d’exploitation.   Pour   soutenir  ce  nouveau  mode  d’imposition,  Bercy  avait  fait  valoir  que  dans  l’hypothèse   d’une   taxe   frappant   l’excédent   net,   un   certain   nombre   de   dotations   aux   amortissements   et   aux   provisions   aurait   pu   être   imputé   pour   diminuer   la   charge   fiscale.   S’engouffrant   dans   la   faiblesse   du   Ministre   de   l’économie   et   des   finances,   les   entreprises  et  cabinets  spécialisés  s’étaient  insurgés,  dénonçant  une  manipulation  de   Bercy   sur   la   définition   de   «  l’excédent   net   d’exploitation  »,   notion   qui   n’a   aucun   sens   légal.     Finalement,  Pierre  Moscovici  abandonna  la  taxe  EBE/ENE.  Elle  est  remplacée  par  une   surtaxe   temporaire   d’IS.   Cette   surtaxe   existe   déjà  ;   la   contribution   exceptionnelle,   dont  le  taux  était  jusqu’alors  de  5%.  Elle  figure  à  l’article  235  ter  ZAA  du  code  général   des  impôts  (CGI).  Elle  est  due  par  toute  entreprise  soumise  à  l’IS,  de  plein  droit  ou  sur   option,  qui  réalise  un  chiffre  d’affaires  supérieur  à  250  M  €  sur  l’exercice  fiscal.  Elle   est   assise   sur   le   montant   total   d’IS   brut   dû   par   l’entreprise   au   titre   de   cet   exercice.   A   compter  du  1er  janvier  2014,  son  taux  sera  de  10.7%.     Voici   un   exposé   plus   substantiel   des   mesures   fiscales   contenues   dans   le   PLF   2014.   Seront   d’abord   étudiées   les   principales   nouveautés   intéressant   les   particuliers   (I),   puis  dans  un  second  temps,  celles  qui  s’appliquent  aux  entreprises  et  sociétés.     I  –  Fiscalité  des  particuliers  pour  2014.   Réduction  du  plafond  des  avantages  liés  quotient  familial.   Le  quotient  familial  a  été  instauré  en  1948.  Il  permet  de  répartir  la  charge  fiscale  du   foyer  en  fonction  de  sa  composition.  Le  principe  est  le  suivant.  Les  revenus  du  foyer   sont   additionnés,   puis   le   revenu   global   est   divisé   par   le   nombre   de   parts   qui   composent  le  foyer.  Ainsi,  une  fois  le  revenu  attribué  à  chaque  part,  il  est  soumis  au   barème  progressif  de  l’IR.  Le  résultat  est  alors  multiplié  par  le  nombre  de  parts  pour   obtenir  le  montant  total  d’IR  dû.   Le  quotient  familial  permet  donc  de  générer  une  économie  d’impôt  importante,  qui   croit   plus   que   proportionnellement   à   l’IR.   Autrement   dit,   le   quotient   familial   favorise   plus,  à  parts  égales  évidemment,  les  foyers  aisés  que  les  foyers  dont  les  revenus  sont   plus  modestes.   3       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  5. 5. Afin  de  limiter  cet  avantage  fiscal,  un  plafonnement  a  été  instauré  par  la  gauche  en   1982.   Ce   plafond   concerne   chaque   demi-­‐part   supplémentaire   accordée   en   cas   d’enfant   à   charge   ou   dans   certaines   situations   (parent   isolé,   invalidité   etc.).   Ainsi,   l’économie   d’impôt   était   jusqu’alors   plafonnée   à   2.000   €   pour   chaque   demi-­‐part   supplémentaire.  Le  PLF  2014  prévoit  d’abaisser  ce  montant  à  1.500  €.     Cette  baisse  du  plafond  aura  pour  conséquence  de  taxer  davantage  les  familles  avec   enfants   que   celles   qui   qui   n’en   ont   pas.   La   mesure   frappera   12%   de   familles   avec   enfants,   et   73%   des   foyers   concernés   font   partie   des   10%   de   la   population   dont   le   niveau  de  vie  est  le  plus  élevé.  Autrement  dit,  la  mesure  atteint  bien  son  objectif  en   faisant  principalement  supporter  l’effort  par  les  ménages  français  les  plus  aisés.       Revalorisation  des  tranches  du  barème  IR.   Pour   l’imposition   des   revenus   de   2011   et   2012,   les   tranches   du   barème   de   l’IR   ont   été  gelées.  Concrètement,  le  gel  du  barème  consiste  à  calculer  son  IR  sans  prendre   en   compte   le   niveau   d’inflation.   En   effet,   jusqu’en   2011,   les   gouvernements   successifs   avaient   pour   habitude   de   revaloriser   les   limites   des   tranches   en   fonction   de   l’évolution   des   prix,   et   ce   afin   d’éviter   que   les   contribuables   paient   davantage   d’impôt  de  ce  seul  fait.     En  2011,  le  Gouvernement  Fillon  avait  rompu  avec  cette  tradition  en  gelant  pour  2   années   les   tranches   du   barème.   De   ce   fait,   non   seulement   les   contribuables   qui   payaient   déjà   des   impôts   ont   vu   la   facture   augmenter,   mais   surtout,   ceux   qui   n’en   payer   pas   se   sont   vus   propulser   dans   le   barème   progressif.   La   Cour   des   comptes   a   évalué  à  1.6  Md  €  le  gain  de  cette  mesure  indolore.     Dans  ses  promesses  de  campagne,  François  Hollande  avait  promis  revenir  sur  le  gel   du   barème,   chose   qu’il   n’a   pas   faite,   ou   du   moins   pas   comme   les   français   l’avaient   compris.  En  effet,  la  désindexation  a  été  maintenue  pour  les  revenus  de  2012,  avec   un  simple  adoucissement  pour  les  ménages  les  moins  aisés.     Pour   les   revenus   2013,   le   PLF   2014   prévoit   (articles   2   et   3)   que   le   barème   sera   revalorisé  en  fonction  de  l’indice  des  prix  hors  tabac,  soit  0.8%.  Ainsi,  voici  le  tableau   qui  devrait  en  principe  voir  le  jour  en  2014.       4       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  6. 6. Montant  du  revenu  /  part  au  titre  de   2013   <  6.011  €     entre  6.011  et  11.991  €   entre  11.991  et  26.631€   entre  26.631  et  71.397  €   entre  71.397  et  151.200  €   >  151.200  €   Taux  du  barème  pour  les  revenus  2013   0%   5,5%   14%   30%   41%   45%     Décote.   Quelle   soit   la   situation   familiale   d’un   contribuable,   il   bénéficie   d’une   décote   sur   sa   cotisation  d’IR  brut  tel  qu’elle  résulte  du  barème  progressif  lorsqu’elle  est  inférieure   à  un  certain  montant.  Cette  décote  sera  revalorisée  de  5%  pour  les  revenus  2013.  En   effet,   elle   était   de   960€,   elle   sera   désormais   de   1.016€.   Autrement   dit,   la   décote   bénéficie  aux  seuls  contribuables  dont  l’IR  dû  est  inférieur  à  1.016€.   La  décote  est  égale  à  la  différence  entre  508  et  la  moitié  du  montant  de  la  cotisation   d’IR  brut.     Exemple  1  :  un  contribuable  doit  un  impôt  brut  de  1.004€.  La  décote  est  égale  à  508   –  (1004/2)  soit  508  –  502,  soit  6€.  L’impôt  brut  du  contribuable  sera  de  998€.   Exemple  2  :  un  contribuable  doit  un  impôt  brut  de  1.500€.  Il  dépasse  le  plafond  de   1.106€,  il  ne  peut  bénéficier  d’aucune  décote.     Exemple  3  :   un   contribuable   doit   un   impôt   brut   de   200€.   La  décote  est  égale  à  508  –   (200/2)  soit  508  –  100,  soit  408€.  Le  contribuable  après  application  de  la  décote  ne   doit  plus  d’IR.       Frais  de  scolarisation.   Jusqu’en   2013,   les   contribuables   dont   les   enfants   à   charge   poursuivent   des   études   dans   le   secondaire   (collège   et   lycée)   ou   supérieur   bénéficient   d’une   réduction   d’IR.   On  rappelle  que  la  réduction  d’impôt  n’est  pas  un  crédit  d’impôt.  Elle  correspond  à   une   somme   à   retrancher   de   l’impôt   dû   mais   ne   permet   jamais   d’obtenir   un   remboursement.     5       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  7. 7. Le  montant  de  la  réduction  était  fixé  de  manière  forfaitaire,  elle  dépendait  du  niveau   d’étude   de   l’enfant   à   charge.   Par   ailleurs,   elle   pouvait   se   cumuler,   ce   qui   devenait   très   intéressant   pour   une   famille   nombreuse   dont   les   enfants   étaient   dans   le   supérieur   (par   exemple,   la   réduction   était   de   183€   par   enfant   se   trouvant   en   première  année  d’une  licence  de  droit  à  l’université).     Exemple  :  une  famille  est  composée  de  4  enfants  dont  3  qui  sont  en  master  1  droit   des  affaires  et  l’autre  qui  va  achever  sa  formation  en  science  politique  dans  un  IEP.   Compte   tenu   de   la   réduction   d’impôt   actuellement   en   vigueur,   le   foyer   pouvait   réduire  son  IR  de  732€.   Le  PLF  2014  prévoit  de  supprimer  cette  réduction.       Fiscalité  environnementale  du  logement.   Dans   un   souci   de   favoriser   le   renouvellement   des   appareils   électroménagers   et   autres   équipements   consommant   de   l’énergie   dans   le   logement,   le   Gouvernement   avait  instauré  un  crédit  d’impôt  sur  le  revenu.     Ce  crédit  d’impôt  vise  les  résidences  principales,  peu  importe  la  qualité  de  celui  qui   l’occupe  à  savoir  propriétaire,  locataire  ou  occupant  à  titre  gratuit.  Afin  de  favoriser   la   mise   à   disposition   des   logements   d’habitation   et   de   pallier   à   la   pénurie   de   logements   sur   le   marché   immobiliers,   le   Gouvernement   avait   étendu   le   crédit   d’impôt   à   tout   logement   construit   depuis   plus   de   2   ans   dont   le   propriétaire   s’engage   à  louer  nu  pendant  au  moins  5  ans.     Le   crédit   d’impôt   concerne   deux   types   de   dépenses.   D’abord   les   dépenses   d’acquisition  (chaudières,  matériel  d’isolation  thermique,  appareils  de  régulation  de   chauffage,   matériel   de   récupération   et   de   traitement   des   eaux   pluviales   etc.).   Il   concerne  également  les  dépenses  de  diagnostic  et  de  performance  énergétique.   Pour  le  traitement  des  revenus  de  2013,  n’ouvriront  plus  droit  au  crédit  d’impôt,  si  le   PLF   2014   demeure   en   l’état,   les   dépenses   engagées   pour   acquérir   des   appareils   de   régulation   de   chauffage,   les   équipements   de   production   d’électricité   et   les   équipements  de  récupération  et  de  traitement  des  eaux  pluviales.     Par   ailleurs   et   c’est   regrettable,   toutes   dépenses   engagées   par   les   bailleurs   seront   également  du  dispositif.     6       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  8. 8. Ensuite,  et  surtout,  le  Gouvernement  veut  conditionner  le  bénéfice  du  crédit  d’impôt   aux  contribuables  qui  engagent  des  dépenses  dans  le  cadre  d’un  bouquet  de  travaux,   autrement   dit   ceux   qui   modifient   substantiellement   leurs   installations   existantes.   Cette  nouvelle  condition  qu’instaure  le  PLF  2014  ne  devrait  toutefois  pas  concerner   les  contribuables  dont  la  situation  est  modeste.     Enfin,  le  taux  du  crédit  d’impôt  a  également  été  revu,  à  la  baisse.  Il  sera  désormais  de   15%   pour   l’ensemble   des   dépenses   engagées,   porté   à   25%   si   les   dépenses   le   sont   dans  le  cadre  du  bouquet.       Plus-­‐values  de  cessions  de  valeurs  mobilières.   Lors  des  assises  de  l’entrepreneuriat  qui  se  sont  déroulées  entre  janvier  et  avril  2014,   le   Président   de   la   République   avait   promis   de   revoir   sa   copie   sur   l’imposition   des   PVCVM,  suite  au  fameux  mouvement  des  pigeons.   Cela  sera  chose  faite  grâce  au  PLF  2014.  A  l’exception  de  quelques  mesures,  le  projet   est  en  la  matière  plus  favorable  que  ce  qu’il  ne  l’était  auparavant.     Petit  rappel  des  faits  ;  le  régime  d’imposition  des  PVCVM  s’applique  dans  la  majeure   partie  des  cas  aux  PV  réalisées  par  les  personnes  physiques  qui  agissent  dans  le  cadre   de  la  gestion  de  leur  patrimoine   privé,  soit  directement  soit  par  personne  interposée   (une  société  IR  dont  l’activité  est  la  gestion  de  portefeuille-­‐titres  par  exemple).   Les   titres   concernés   sont   les   valeurs   mobilières   françaises   ou   non,   cotées   ou   non   à   savoir  les  actions,  obligations,  titres  participatifs  et  droits  de  souscription  portant  sur   ces  titres  (cela  vise  donc  les  OBSA,  ABSA,  OCEANE  etc.).  Cela  vise  également  les  droits   sociaux,   les   droits   d’usufruit   ou   de   nue-­‐propriété   portant   sur   ces   droits   sociaux,   ainsi   que  les  titres  représentatifs  de  droits  imposables  (parts  dans  les  SICAV,  SICAF,  FCP).       La   loi   de   finances   pour   2013   a   été   un   tournant   dans   l’imposition   des   PV   sur   titres.   En   effet   jusqu’alors,   elles   étaient   imposées   selon   un   taux   forfaitaire   (certes,   rehaussé   tous   les   ans  ;   19%   et   24%   pour   les   deux   dernières   années).   Par   conséquent,   le   barème  progressif  de  l’IR  ne  leur  était  pas  applicable,  même  s’il  convenait  d’ajouter  à   ce  taux  forfaitaire  les  PS  (15.5%  actuellement).     Depuis  le  1er  janvier  2013,  les  gains  nets  tirés  des  cessions  de  valeurs  mobilières  sont   compris  dans  le  barème  progressif.  Il  apparaît  comme  une  évidence  de  dire  que  cette   réforme   bénéficie   aux   moins   aisés   et   handicapent   les   plus   riches  ;   hypothèse   très   7       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  9. 9. théorique  évidemment  mais  qu’il  convient  de  mentionner  ;  le  contribuable  modeste   qui  ne  reçoit  quasiment  aucun  revenu,  mais  qui  réalise  d’importantes  PV  sur  titres,   sera  imposé  dans  les  premières  tranches  du  barème,  soit  5.5  ou  14%.  Par  opposition,   le   contribuable   chef   d’entreprise   qui   a   un   niveau   de   vie   aisé   et   qui   réalise   des   PV   sur   titres  verra  sa  facture  fiscale  considérablement  alourdie  par  le  dispositif,  puisque  de   24%,  il  passera  à  41  voire  45%.     Pour   atténuer   cette   présentation   un   tant   soit   peu   à   charge   et   caricaturale,   des   mesures   d’assouplissement   avaient   été   instaurées   dans   la   loi   de   finances   2013.   Notamment,  3  taux  d’abattements  à  appliquer  sur  le  gain  net  de  cession,  dont  le  taux   variait  selon  la  durée  de  détention  des  titres  cédés  ;  20%  après  2  ans  de  détention,   30%  après  4  ans  de  détention  et  40%  après  6  ans  de  détention.     Par   ailleurs,   des   régimes   de   faveur   permettent   également   dans   certains   cas   particuliers  de  diminuer  la  charge  fiscale.  Ils  seront  étudiés  ci-­‐après.     L’article   11   du   PLF   2014   qui   prévoit   de   modifier   ce   régime   a   été   adopté   par   les   députés.   Il   devrait   donc   se   retrouver   tel   quel   dans   la   loi   de   finances   fin   décembre.   Selon   cet   article,   les   gains   nets   tirés   de   la   cession   des   titres   demeurent   soumis   au   barème  progressif  de  l’IR.     Le  premier  changement  notoire  concerne  le  taux  des  abattements  applicables  sur  le   gain  net  avant  impôt.  Désormais,  la  PV  sera  réduit  d’un  abattement  de  50%  au  bout   de  2  ans  de  détention,  et  de  65%  après  8  ans  de  détention.  A  noter  que  l’abattement,   comme   dans   le   régime   antérieur,   s’appliquera   au   prix   de   cession   en   principal,  mais   également   au   complément   de   prix   éventuellement   consenti   entre  les   parties.   Cela   vise   les   clauses   d’earn   out   que   l’on   rencontre   souvent   dans   les   cessions   d’entreprises,   afin   de   prendre   en   considération   entre   la   signature   et   le   closing   de   l’opération  la  performance  de  la  société  objet  de  la  cession.     Par   ailleurs,   toujours   en   ce   qui   concerne   les   abattements   de   droit   commun   pour   durée   de   détention,   le   mode   de   calcul   de   la   durée   de   détention   est   également   modifié.  Jusqu’alors,  la  date  d’acquisition  était  précisément  celle  où  l’acquéreur  avait   pris  possession  des  titres.  Désormais,  la  date  d’acquisition  rétroagit  au  1er  janvier  de   l’année  d’acquisition  ou  de  souscription  des  titres.     Exemple  :  M.  X  acquiert  500  actions  ACCOR  le  30  décembre  2006.  Il  voudrait  savoir  à   quel  abattement  seront  soumis  ses  titres  s’il  les  vend  en  mai  2014.  Conformément  à   l’ancienne  législation  en  vigueur,  M.  X  aurait  du  attendre  le  30  décembre  2014  pour   bénéficier   de   l’abattement   maximal.   Mais   le   PLF   2014   prévoit   que   la   date   8       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  10. 10. d’acquisition   rétroagit   au   1er   janvier   de   l’année   de   souscription,   soit   le   1er   janvier   2006.  M.  X  pourra  donc  bénéficier  de  l’abattement  de  65%  dès  le  1er  janvier  2014.     Par   ailleurs,   les   députés   ont   voté   la   suppression   du   report   d’imposition   figurant   à   l’article   150-­‐0   du   CGI.   En   effet,   depuis   la   loi   de   finances   pour   2012,   un   report   d’imposition  peut  avoir  lieu  si  le  produit  de  la  cession  des  titres  détenus  depuis  plus   de   8   ans   est   investi   pour   50%   au   moins   de   la   PV   nette   des   PS   dans   la   souscription   initiale  ou  dans  l’augmentation  de  capital,  en  numéraire,  d’une  société,  sous  24  mois.   Evidemment,  le  report  ne  s’applique  qu’à  la  fraction  réinvestie.   Outre   le   régime   de   droit   commun,   le   Gouvernement   et   le   Parlement   avaient   pour   objectif   de   favoriser   la   transmission   d’entreprise   et   la   prise   de   risques   de   certains   investisseurs.   Ainsi,   le   PLF   2014   crée   2   abattements   dérogatoires  ;   un   abattement   majoré  et  un  abattement  fixe.     L’abattement  majoré  s’applique  dans  3  cas.  Il  est  plus  avantageux  que  l’abattement   de   droit   commun   car   il   varie   entre   50%   pour   1   an   de   détention   des   titres,   et   85%   pour   une   durée   de   détention   supérieure   à   8   ans.   Sont   tout   d’abord   concernées   les   cessions   de   titres   de   PME   de   moins   de   10   ans.   Pour   bénéficier   de   ce   régime   avantageux,   la   PME   dont   les   titres   sont   cédés   doit   remplir   certaines   conditions.   En   premier   lieu,   la   société   doit   être   créée   depuis   moins   de   10   ans,   étant   entendu   que   la   «  création  »   s’entend   de   la   constitution   même   de   la   société.   Cette   définition   restrictive   exclut   donc   du   régime   dérogatoire   les   PME   restructurées,   ou   dont   l’activité   a   seulement   été   reprise   il   y   a   moins   de   10   ans.   En   deuxième   lieu,   les   souscripteurs   de   titres   qu’émet   la   PME   ne   doivent   avoir   droit   qu’aux   seules   prérogatives  tirées  de  leur  qualité  d’associé,  à  l’exclusion  de  tout  autre  avantage  ou   garantie   de   capital.   Par   ailleurs,   la   PME   doit   être   passible   de   l’IS,   ou   si   elle   est   établie   dans  un  autre  Etat  de  l’Espace  Economique  Européen  (EEE),  d’un  impôt  équivalent  à   l’IS  français  (c’est  à  dire  d’un  impôt  qui  reprend  les  principales  caractéristiques  de  cet   impôt).   Enfin,   la   PME   doit   exercer   à   titre   principal   une   activité   industrielle,   commerciale,   artisanale,   agricole   ou   libérale.   Le   dispositif   exclut   donc   les   sociétés   dont  l’objet  est  la  gestion  de  leur  propre  patrimoine.  Il  est  important  de  préciser  que   l’abattement   majoré   peut   également   aux   titres   qu’émet   une   holding,   mais   à   la   condition   que   toutes   les   sociétés   que   gère   cette   dernière   respectent   les   conditions   ci-­‐dessus.     Sont  ensuite  concernées  les  cessions  intervenant  dans  le  cadre  d’un  groupe  familial,   lorsqu’elles   portent   sur   au   moins   25%   du   capital.  Là  encore,  la  société  dont  les  titres   sont   cédés   doit   être   soumises   à   l’IS   ou   impôt   équivalent.   Pour   bénéficier   de   9       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  11. 11. l’abattement,  le  groupe  familial  s’entend  du  cédant,  son  conjoint,  leurs  ascendants  et   descendants,   et   leurs   frères   et   sœurs.   Il   convient   de   noter   que   le   pourcentage   de   participation  de  25%  constitue  un  minimum  et  doit  être  détenu  pendant  au  moins  5   ans   antérieurement   à   la   cession.   La   cession   pour   se   voir   appliquer   le   régime   de   faveur   doit   intervenir   dans   le   groupe,   mais   peu   importe   le   pourcentage   de   titres   cédés.     Exemple  :   M.   X   détient   avec   son   groupe   familial   40%   de   la   société   PSA.   Suite   à   des   difficultés  financières,  il  décide  de  céder  l’intégralité  des  titres  en  sa  possession,  soit   par  exemple  20%,  à  sa  sœur  Mme  X.  La  cession  peut  bénéficier  du  régime  de  faveur.     Enfin,  les  titres  doivent  faire  l’objet  d’un  engagement  de  conservation  dans  le  groupe   familial   pendant   5   ans   post   cession.   A   défaut,   c’est   à   dire   si   les   titres   sont   cédés,   même  en  partie,  à  un  tiers  extérieur  au  groupe  familial,  le  premier  cédant  supporte   une  pleine  imposition  sur  la  PV,  après  application  des  abattements  de  droit  commun.     Enfin,   l’abattement   majoré   concerne   les   cessions   de   titres   de   PME,   lorsque   ces   titres   sont   détenus   par   des   dirigeants   qui   partent   en   retraite.   Pour   cela,   certaines   conditions  sont  exigées  ;  ce  sont  les  mêmes  que  celles  qui  permettent  d’obtenir  un   abattement  fixe.     Le  premier  régime  de  faveur  (jeunes  PME  créées  depuis  moins  de  10  ans)  s’applique   rétroactivement  aux  cessions  intervenues  depuis  le  1er  janvier  2013.  Les  deux  autres   ne  s’appliqueront  qu’aux  cessions  intervenues  postérieurement  au  1er  janvier  2014.   L’abattement   fixe   s’impute   sur   le   gain   net   de   cession   lorsqu’un   dirigeant   de   PME   décide   de   prendre   sa   retraite.   Il   est   de   500.000€.   Cet   abattement   se   cumule   avec   l’abattement   majoré   étudié   précédemment.   Les   conditions   à   remplir   pour   en   bénéficier  s’appliquent  d’ailleurs  identiquement  aux  deux  abattements.  La  PME  doit   être   une   société   soumise   à   l’IS   ou   impôt   équivalent.   Elle   doit   exercer   une   activité   commerciale,  artisanale,  agricole,  industrielle  ou  libérale.  Il  doit  s’agir  d’une  PME  au   sens   européen   du   terme,   c’est   à   dire   avec   un   effectif   inférieur   à   250   salariés,   un   chiffre  d’affaires  hors  taxe  annuel  inférieur  à  50  M  €  ou  un  total  du  bilan  n’excédant   pas  43  M  €,  et  son  capital  ne  doit  pas  être  détenu  à  25%  ou  plus  par  des  personnes   physiques   ou   morales   qui   ne   remplissent   pas   les   deux   premières   conditions.   Par   ailleurs,  le  dirigeant  qui  part  en  retraite  doit  également  remplir  des  conditions  pour   bénéficier   des   deux   abattements.   Tout   d’abord,   il   doit   avoir   été   dirigeant   de   la   société,  étant  entendu  que  la  notion  de  dirigeant  renvoie  à  la  définition  qu’en  donne   le  CGI  pour  bénéficier  de  l’exonération  ISF  sur  les  biens  professionnels.  Le  dirigeant   10       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  12. 12. doit   par   ailleurs   avoir   détenu   au   moins   25%   du   capital   (droits   de   vote   ou   droits   financiers),  seul  ou  par  l’intermédiaire  de  son  groupe  familial,  directement  ou  via  une   personne   interposée   (holding).   Lorsque   les   conditions   sont   remplies,   il   convient   d’appliquer  en  premier  lieu  l’abattement  fixe,  puis  l’abattement  majoré.     Exemple  :   M.   X   remplit   les   conditions   pour   bénéficier   du   régime   de   faveur   des   dirigeants  partant  à  la  retraite.  Il  réalise  le  1er  avril  2014  une  PV  nette  de  1.300.000  €   sur  des  titres  qu’il  détient  depuis  10  ans.  Il  convient  pour  déterminer  son  imposition   d’appliquer   successivement   les   deux   abattements   dont   il   peut   bénéficier.   Tout   d’abord,  la  PV  nette  doit  être  réduite  de  l’abattement  fixe  ;  il  reste  donc  800.000  €.  Il   détient   les   titres   depuis   plus   de   8   ans,   il   a   donc   droit   à   l’abattement   de   85%,   soit   680.000  €.  Par  conséquent,  la  PV  après  abattements  sera  de  120.000  €.     D’autres   mesures,   plus   spécifique,   intéressant   davantage   la   fiscalités   des   produits   financiers,   sont   prévues   par   le   PLF   2014.   Tout   d’abord,   un   point   concernant   la   fiscalité  des  Organismes  de  Placements  Collectifs  en  Valeurs  Mobilières  (OPCVM).  Il   existe   deux   grandes   catégories   d’OPCVM,   les   Fonds   Communs   de   Placements   (FCP)   et  les  Sociétés  d’Investissement  à  Capital  Variable  (SICAV).  Ces  entités  sont  souvent   décrites  comme  des  outils  financiers  délicates  à  appréhender  car  faisant  appel  à  des   notions   financières   peu   usitées   par   les   juristes.   Pour   faire   simple,   FCP   et   SICAV   répondent  à  un  même  objectif  ;  le  partage  des  risques  entre  investisseurs.  Imaginons   un  particulier  disposant  de  1.000  €  à  investir.  La  somme  est  minime  et  les  possibilités   de   placement   sont   faibles.   S’il   décide   d’acquérir   100   actions   GEMALTO   et   que   le   cours  chute  brutalement,  l’investisseur  a  perdu  1.000  €.  Imaginons  maintenant  que   l’investisseur   en   rejoigne   plusieurs   autres,   et   qu’ils   forment   ensemble   une   communautés   d’investisseurs,   mettant   en   commun   1.000.000   €   au   total.   Les   possibilités   d’investissement   s’éclaircissent  ;   le   groupe   pourra   placer   200.000   €   en   actions   européennes,   200.000   €   en   actions   US,  200.000   €   en   devises   et   400.000   €   en   obligations   espagnoles.   Admettons   que   le   cours   des   actions   européennes   chute   brutalement.   200.000   €   sont   perdus,   mais   notre   investisseur   a   limité   sa   perte   à   sa   participation  dans  le  groupe  ;  c’est  le  principe  des  OPCVM.  Une  fois  cela  compris,  la   seule   différence   entre   le   FCP   et   la   SICAV   tient   à   la   personnalité   morale.   Le   FCP   est   compris   comme   une   copropriété   de   titres,   la   SICAV   est   une   véritable   société  (société   anonyme).     Depuis   le   1er   janvier   2013,   le   code   monétaire   et   financier   (CMF)   offre   la   possibilité   aux   OPCVM   de   distribuer   à   leurs   investisseurs   les   PV   réalisées   sur   les   titres   que   détient   l’organisme.   Se   posait   donc   la   question   pour   le   législateur   de   savoir   à   quel   11       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  13. 13. régime   fiscal   rattacher   ces   PV.   A   cet   effet,   le   Parlement   a   tranché   en   soumettant   ces   PV  au  régime  de  droit  commun  d’imposition  des  PVCVM.     Ensuite,   deux   autres   mesures   ont   été   insérées   dans   le   PLF   2014   concernant   les   PV   réalisées   par   des   non   résidents.   En   premier   lieu,   les   PV   distribuées   aux   non   résidents   par   des   OPCVM   qui   gèrent   des   actifs   situés   en   France   seront   désormais   comprises   comme   des   revenus   de   source   française   au   sens   de   l’article   164   B   du   CGI.   Qui   dit   revenus  de  source  française  dit  retenue  à  la  source  (RAS).  Elle  sera  de  30%,  calculée   sur  la  PV  nette  distribuée,  voire  75%  si  la  distribution  à  lieu  envers  un  ETNC.     En  second  lieu,  le  PLF  2014  en  son  article  11  diminue  la  RAS  frappant  les  distributions   de  PV  par  les  Sociétés  de  Capital  Risque  (SCR).  Une  SCR  est  une  société  par  actions   dont   l’objet   est   l’investissement   et   la   gestion   de   portefeuilles   investis   en   diverses   classes  d’actifs.  Les  actionnaires  de  SCR  prennent  d’énormes  risques,  d’où  le  régime   fiscal  avantageux  de  ce  type  de  société.  Toutefois  pour  avoir  le  statut  fiscal  privilégié,   la  société  doit  investir  au  moins  50%  de  son  actif  net  en  titres  de  sociétés  non  cotées   en   bourse.   Les   distributions   hors   de   France   de   produits   par   les   SCR,   prélevées   sur   les   PV   qu’elles   réalisent,   sont   actuellement   frappées   d’une   RAS   de   45%.   La   RAS   sera   à   compter  du  1er  janvier  2014  de  30%.     Plus-­‐values  immobilières.     L’article   18   du   PLF   2014   concerne   le   régime   d’imposition   des   PVI,   mais   distingue   selon  qu’il  s’agisse  d’un  terrain  à  bâtir  (TAB)  ou  d’autres  biens  immobiliers.     S’agissant   des   TAB   et   droits   s’y   rapportant,   il   est   mis   fin   aux   abattements   pour   durée   de  détention  pour  toute  cession  intervenant  à  compter  du  1er  janvier  2014.  La  notion   de   TAB   doit   être   définir   conformément   à   celle   qui   en   est   donnée   par   le   droit   de   l’urbanisme.     Petit  rappel  de  la  situation  ante  PLF  2014.  Jusqu’au  1er  février  2012,  les  PV  sur  TAB   étaient  imposées  à  un  taux  forfaitaire  +  PS,  avec,  comme  en  matière  de  PV  sur  titres,   un  abattement  pour  durée  de  détention.  Le  dispositif  prévoyait  qu’au  bout  de  15  ans   de   détention,   la   cession   d’un   TAB   était   totalement   exonérée   d’impôt   sur   la   PV.   A   compter  du  1er  février  2012,  la  durée  de  détention  nécessaire  à  l’exonération  a  été   allongée  à  30  ans.  Pour  couronner  le  tout,  le  PLF  2013  prévoyait,  toujours  en  faisant   le   parallèle   avec   le   PV   sur   titres,   la   soumission   au   barème   des   PV   sur   TAB.   Fort   heureusement  pour  le  contribuable  foncier,  le  Conseil  constitutionnel  a  invalidé  cette   12       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  14. 14. mesure.   Par   conséquent   depuis   le   1er   janvier   2013,   les   PV   sur   TAB   demeurent   imposées  à  un  taux  forfaitaire,  soit  19%  actuellement.     Exemple  :  M.  X  souhaite  céder  une  parcelle  de  terrain  constructible  le  15  mai  2014.   La   parcelle   est   estimée   à   50.000   €.   Il   la   détient   par   succession   depuis   43   ans.   Conformément   au   PLF   2014,   50.000   x   19%   =   9.500   €   d’imposition,   plus   les   PS.   Peu   importe  la  durée  de  détention  du  terrain.     S’agissant   des   autres   PVI,   l’abattement   pour   durée   de   détention   demeure   mais   les   modalités   de   calcul   sont   modifiées  ;   elles   sont   entrées   en   vigueur   pour   toute   cession   intervenue   postérieurement   au   1er   septembre   2013.   Il   convient   d’ores   et   déjà   de   rappeler   que   les   taux   d’abattements   ne   sont   identiques   selon   qu’il   s’agit   de   l’IR   ou   des  PS.     Par  ailleurs,  toujours  à  compter  du  1er  septembre  2013  et  jusqu’au  31  aout  2014,  un   abattement  exceptionnel  de  25%  est  instauré  pour  toute  PVI  autre  que  sur  un  TAB.  Il   se  cumule  avec  l’abattement  de  droit  commun.     Fiscalité  de  l’épargne  longue.   On  entend  par  épargne  longue  l’épargne  investie  sur  du  long  terme  et  bénéficiant  en   contrepartie  d’une  fiscalité  privilégiée.  Sur  ce  point,  le  PEA  est  un  outil  crée  en  1992   par   Pierre   Bérégovoy   dont   peuvent   disposer   les   résidents   fiscaux   français,   pour   compléter  un  compte  titres  ordinaire.     Le   PEA,   comme   les   autres   outils   d’épargne   longue,   bénéficie   d’un   régime   fiscal   privilégié.  En  cas  de  retrait  ou  clôture  du  PEA  moins  de  2  ans  après  sa  création,  les  PV   sont   imposées   au   taux   de   22,5%   +   PS.   Le   taux   passe   à   19%   pour   un   retrait   ou   une   clôture  entre  2  et  5  ans,  et  enfin,  une  exonération  totale  (mais  les  PS  sont  toujours   dus)  au  bout  de  5  ans.   Le   PEA   permet   d’acquérir   des   actions   et   titres   de   sociétés   soumises   à   l’IS   ou   impôt   équivalent,   dont   le   siège   est   en   France   ou   dans   l’UE.   L’épargnant   peut   également   s’investir   en   SICAV   et   FCP   si   75%   ces   derniers   sont   investis   à   75%   de   valeurs   répondant  aux  conditions  ci-­‐dessus.   Pendant  la  durée  du  plan,  les  dividendes,  PV  et  autres  produits  réalisés  sur  celui-­‐ci  ne   sont  pas  imposables  à  l’IR  du  moment  qu’ils  sont  réinvestis  sur  le  plan.   13       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  15. 15. Le  PLF  2014  prévoit  en  son  article  53  un  relèvement  du  plafond  du  PEA.  Il  passe  de   132.000  à  150.000  €.   Il   prévoit   également   la   création   d’un   PEA-­‐PME-­‐ETI   (entreprises   de   taille   intermédiaire).  Il  sera  plafonné  à  75.000  €  de  versements.  Les  titres  éligibles  sur  ce   PEA   sont   les   titres   émis   par   les   ETI   françaises   et   européennes.   Une   ETI   est   une   entreprise  dont  l’effectif  est  inférieur  à  5.000  salariés,  avec  un  chiffre  d’affaire  hors   taxe   annuel   n’excédant   pas   1.5   Md   €   ou   un   bilan   n’excédant   pas   2   Mds   €.   Sont   donc   visées  les  ETI  mais  également  les  PME.     Sont   également   éligibles   les   parts   ou   actions   émises   par   les   OPCVM   à   conditions   que   ces  OPCVM  soient  investi    au  moins  à  75%  dans  des  ETI.     Ce  PEA-­‐PME-­‐ETI  peut  bien  évidemment  se  cumuler  avec  un  PEA  classique.     Impôt  de  solidarité  sur  la  fortune  –  plafonnement.   Le  plafonnement  de  l’ISF  est  un  système  qui  consiste  à  éviter  que  le  total  formé  par   l’IR   et   l’ISF   excède   75%   des   revenus   qu’a   engrangé   le   contribuable   l’année   précédente.  Si  ce  plafond  est  percé,  le  trop  plus  d’impôt  vient  en  diminution  de  l’ISF   dû.     Dès   lors   se   pose   la   question   des   revenus   qui   rentrent   en   compte   dans   le   calcul   de   ce   plafonnement.  Le  PLF  2013  prévoyait  déjà  des  dispositions  à  cet  égard  ;  Bercy  avait   tenté   d’élargir   la   définition   des   revenus   en   y   incluant   les   revenus   «  capitalisés  »   comme   les   dividendes   versés   dans   des   holdings   mais   non   distribués.   Le   Conseil   constitutionnel   avait   finalement   censuré   cette   disposition,   jugeant   que   les   revenus   capitalisés  ne  sont  pas  disponibles  pour  le  contribuable.  Bercy  n’a  pas  renoncé  ;  il  a   recalculé  le  ratio  du  plafonnement  ;  dans  le  PLF  2014,  les  dividendes  non  distribués   ne  doivent  plus  être  pris  en  compte,  mais  les  contrats  d’assurance-­‐vie  le  seront,  dans   la   limite   de   leur   montant   soumis   aux   PS.   Cette   mesure   fait   débat   chez   les   avocats   fiscalistes  ;   il   conviendra   d’attendre   la   décision   du   Conseil   constitutionnel   fin   décembre  2013  avant  de  se  prononcer  sur  sa  date  d’entrée  en  vigueur.           14       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  16. 16. II  –  Fiscalité  des  entreprises  pour  2014.   Taxe  EBE.   Devant  figurer  à  l’article  10  du  PLF  2014,  la  taxe  EBE  a  finalement  été  supprimée  et   remplacée  par  un  relèvement  de  la  contribution  exceptionnelle.  Cette  disposition  a   déjà  été  étudiée  précédemment.     Taxe  exceptionnelle  sur  les  hautes  rémunérations.   Prévue   à   l’article   9   du   PLF   2014,   cette   taxe   ne   sera   pas   payée   (comme   cela   devait   être   le   cas   selon   le   PLF   2013,   mais   censure   du   Conseil   constitutionnel)   par   les   personnes   physiques   mais   par   les   entreprises   qui   versent   des   rémunérations   individuelles   supérieures   à   1   M   €.   Cette   taxe   va   s’appliquer   à   toutes   les   rémunérations   attribuées   ou   acquises   en   2013   et   2014   (voire   plus   si   prolongement   il   y  a).   Le  champ  d’application  de  la  taxe  est  très  large,  et  c’est  bien  ce  point  qui  a  fait  débat   dans   la   presse   avec   la   grève   des   clubs   de   foot.   Sont   visées   par   le   dispositif   les   entreprises  individuelles,  les  sociétés  quelle  que  soit  la  forme  et  quel  que  soit  l’impôt   auquel   elles   sont   assujetties   (IR   ou   IS).   Mais   sont   aussi   visées   les   autres   personnes   morales  comme  les  associations  et  les  GIE,  ou  encore  les  groupements  et  organismes   non  dotés  de  la  personnalité  morale  comme  une  société  en  participation.     Ces  entités  doivent  exploiter  une  entreprise  en  France,  d’où  le  fait  qu’en  principe,  le   club  de  foot  de  Monaco  ne  sera  pas  soumis  à  cette  taxe.   Par  rémunération,  il  faudra  entendre  les  sommes  imposables  au  titre  des  TSP  à  savoir   les  salaires,  traitements  et  tout  autre  avantage  en  nature  ou  en  espèce  ;  les  jetons  de   présence  ;   l’attribution   d’actions   gratuites  ;   les   pensions   ou   indemnités   versées   lors   du  départ  à  la  retraite  d’un  dirigeant.     Par   ailleurs,   la   rémunération   pour   être   imposable   à   la   taxe   de   50%   doit   être   déductible   du   résultat   imposable   pour   l’entreprise   qui   la   verse.   Toutefois,   le   PLF   prévoit   que   les   rémunérations   dont   la   déduction   est   limitée   sur   le   plan   fiscal   (par   exemple,  une  rémunération  qui  ne  correspond  pas  à  un  travail  effectif  du  dirigeant)   seront  prises  intégralement  en  compte  pour  le  calcul  de  la  taxe.  Par  le  biais  de  cette   mesure,  le  Gouvernement  veut  donc  inciter  les  sociétés  à  calibrer  les  rémunérations   qu’elles  versent  à  leurs  dirigeants.  A  défaut,  la  sanction  sera  désormais  doublée  ;  la   15       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  17. 17. non  déductibilité  du  résultat  imposable  et  la  taxation  à  50%  de  la  fraction  excédant   les  limites  posées  par  la  loi.   La   rémunération   imposée   sera   prise   en   son   montant   brut   mais   attention,   seule   la   partie  qui  excède  1  M  €  sera  taxée,  contrairement  à  ce  qu’ont  relaté  certains  médias.   Le   montant   de   l’impôt   prélevé   est   plafonné   à   5%   du   chiffre   d’affaires   hors   taxes   annuel   réalisé   par   l’entreprise   qui   verse   la   rémunération.   Elle   doit   être   calculée   et   payée   spontanément   par   l’entreprise,   au   plus   tard   le   30   avril   2014   pour   les   rémunérations  versées  en  2013.       Déductibilité  des  intérêts  versés  entre  entreprises  liées.   La   notion   «  d’entreprises   liées  »   est   définie   à   l’article   39.12   du   CGI,   traitant   des   concessions   et   redevances   de   la   propriété   intellectuelle.   Les   liens   de   dépendance   sont   «  réputés  »   exister   entre   deux   entreprises   lorsque   l’une   détient   la   majorité   du   capital   social   de   l’autre   ou   y   exerce   en   fait   le   pouvoir   de   décision,   directement   ou   indirectement.   Ces   liens   sont   également   réputés   exister   si   deux   entreprises   sont   placés  dans  ces  conditions  sous  le  contrôle  d’une  entreprise  tierce.     Le  texte  ne  fait  pas  l’objet  de  précisions  supplémentaires  sur  le  BOFIP.  Quoi  qu’il  en   soit,  il  ne  semble  instituer  qu’une  présomption  de  liens  de  dépendance.  L’entreprise   préserve  le  droit  de  rapporter  la  preuve  contraire.     A   l’heure   actuelle,   les   intérêts   versés   par   une   société   soumise   à   l’IS   à   d’autres   sociétés   liées   sont   déductibles   dans   la   limite   d’un   taux   moyen   annuel   de   référence   pratiqué  par  les  établissements  de  crédit,  publié  trimestriellement.     L’article  14  du  PLF  2014  prévoit  de  supprimer  la  déductibilité  de  ces  intérêts  lorsque   la  société  prêteuse  de  fonds  qui  reçoit  les  intérêts  n’est  pas  assujettie  sur  ces  intérêts   à   une   imposition   sur   les   bénéfices   dont   le   montant   est   au   moins   égal   au   quart   d’une   imposition  calculée  selon  le  droit  commun.       Cette   mesure   lutte   contre   la   délocalisation   des   bénéfices   et   certains   montages   fiscaux.  En  effet,  de  nombreuses  filiales  françaises  versent  des  intérêts  aux  sociétés   établies  à  l’étranger  (dans  un  Etat  à  fiscalité  privilégiée)  qui  les  détiennent  au  sens  de   39.12   du   CGI.   Le   résultat   imposable   en   France   est   diminué,   des   sommes   importantes   sont   délocalisées   à   l’étranger.   L’exécutif   a   semble-­‐t-­‐il   entendu   lutter   contre   ce   genre   d’opérations.     16       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  18. 18. La  mesure  s’appliquera  à  tous  les  exercices  clos  à  partir  du  25  septembre  2013,  donc   dès  le  31  décembre  pour  la  majorité  des  entreprises.     Prix  de  transfert.   La   problématique   des   prix   de   transfert   est   l’une   des   plus   importantes   en   fiscalité   internationale.  Il  s’agit  pour  les  Etats  de  contrôler  la  fixation  des  prix  entre  «  sociétés   juridiquement   liées  »   et   implantées   dans   des   Etats   différents,   sur   les   biens   et   prestations  de  services  qu’elles  échangent.  En  effet,  il  y  a  parfois  intérêt  à  diminuer   ou  augmenter  le  prix  d’achat  ou  de  vente  d’un  bien  par  une  filiale  à  sa  mère,  pour   délocaliser   les   bénéfices   imposables.   Le   régime   juridique   des   prix   de   transfert   est   précisé  à  l’article  57  du  CGI.     La   notion   de   sociétés   liées   n’est   pas   nécessairement   la   même   que   celle   que   contient   l’article  39.12  visé  ci-­‐dessus.  En  effet,  la  réglementation  des  prix  de  transfert  ne  peut   s’appliquer   que   si   des   liens   de   dépendances   sont   prouvés   entre   les   deux   sociétés   dont  il  question,  sachant  que  ces  liens  peuvent  être  de  droit  ou  fait.     La   preuve   de   la   dépendance   n’est   pas   nécessaire   lorsque   l’Etat   dans   lequel   les   bénéfices  sont  présumés  transférés  est  un  ETNC.   L’article   15   du   PLF   2014   prévoit   de   renforcer   les   pouvoirs   de   contrôle   de   l’administration  dans  la  fixation  des  prix  de  transfert.     D’abord,   la   charge   de   la   preuve   serait   renversée.   Jusqu’alors,   il   revenait   à   l’administration  de  prouver  et  l’existence  de  liens  de  dépendance,  et  l’existence  d’un   avantage   anormal   (preuve   de   la   minoration   ou   majoration   des   prix).   Si   l’administration  rapporte  cette  preuve,  l’entreprise  est  alors  présumée  avoir  effectué   un  transfert  de  bénéfices,  elle  doit  alors  rapporter  la  preuve  contraire.  Désormais,  ce   serait  à  l’entreprise  de  prouver  qu’elle  n’a  pas  transféré  de  bénéfices.  Toutefois,  ce   renversement  de  la  charge  de  la  preuve  n’aura  lieu  que  si  certaines  conditions  sont   remplies.  En  premier  lieu,  il  faut  une  opération  de  business  restructuring  c’est  à  dire   un   redéploiement   de   fonctions   ou   de   risques.   Il   s’agit   simplement   d’une   réorganisation   du   groupe   duquel   la   société   qui   transfert   les   bénéfices   fait   partie,   réorganisation   qui   entraine   un   changement   de   fonctions   ou   du   degré   de   risques   auxquels  fait  face  cette  société.     Exemple  :  une  société  établie  en  France  passe  du  statut  de  distributeur  de  produits  à   celui  de  commissionnaire.     17       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  19. 19. En   deuxième   lieu,   le   renversement   de   la   charge   de   la   preuve   n’aurait   lieu   que   si   le   transfert   se   fait   envers   une   société   liée,   qu’elle   soit   en   France   ou   non.   Cela   vise   donc   toutes  les  opérations  qui  ont  lieu  entre  sociétés  intégrées  en  vertu  de  l’article  223  A   du  CGI,  ou  toutes  fusion,  acquisition  ou  apport  partiel  d’actifs  placé  sous  un  régime   fiscal  de  faveur.   En  troisième  lieu,  le  transfert  des  fonctions  ou  des  risques  doit  être  total.  Suite  à  la   réorganisation,   l’entreprise   n’exerce   plus   du   tout   les   fonctions   et   n’assume   plus   aucun  risque.   Enfin,   le   renversement   n’aurait   lieu   que   si   l’EBE   de   l’entreprise   de   l’une   des   2   dernières   années   après   sa   réorganisation   est   inférieur   à   plus   de   20%   à   la   moyenne   totale  des  EBE  réalisés  sur  les  3  derniers  exercices  ayant  précédé  la  réorganisation  de   l’entreprise.  La  définition  de  l’EBE  pose  problème  car  à  l’origine,  celle-­‐ci  devait  être   calquée   sur   la   définition   donnée   pour   le   calcul   de   la   taxe   EBE.   N’étant   plus   d’actualité,  l’AN  devra  régler  cette  question.   Lorsque   les   conditions   sont   réunies,   l’entreprise   doit   donc   apporter   la   preuve   qu’elle   n’a   pas   transféré   de   bénéfices   à   l’étranger,   ce   qui   revient   donc   à   prouver   qu’elle   a   reçu   une   contrepartie   financière   en   l’échange   du   transfert   des   fonctions   ou   des   risques.       Jeunes  entreprises  innovantes.     Le  statut  de  JEI  est  accordé  aux  PME  créées  depuis  moins  de  8  ans  qui  engagent  des   dépenses   recherche   et   développement   pour   au   moins   15%   de   leurs   charges,   et   à   condition   que   leur   capital   soit   détenu,   pour   50%   au   moins   par   des   personnes   physiques  ou  par  certains  types  de  sociétés  du  capital-­‐risque.     Obtenir  la  qualité  de  JEI  signifie  l’octroi  d’avantages  fiscaux  importants.  Pendant  les   12   premiers   mois   suivant   la   création,   la   JEI   est   totalement   exonérée   d’IS.   La   deuxième  année,  la  JEI  bénéficie  d’une  exonération  partielle.  L’exonération  partielle   consiste  en  un  abattement  de  50%.     Ce  dispositif  devait  prendre  fin  en  2013.  Le  PLF  2014  le  prolonge  jusqu’en  2016,  suite   aux  chiffres  encourageants.       18       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  20. 20. Crédit  d’impôt  recherche.     Le  CIR  est  un  moyen  d’optimisation  fiscale  connu  dans  les  grandes  entreprises.  Il  vise   les   dépenses   de   recherches   exposées   par   les   entreprises   et   sociétés   commerciales   qui   remplissent   certaines   conditions.   On   entend   par   recherche   3   catégories   de   dépenses  ;  la  recherche  fondamentale,  la  recherche  appliquée  et  le  développement   expérimental.     La   nature   des   dépenses   est   par   ailleurs   également   encadrée.   Il   doit   en   effet   s’agir,   soit  de  dotations  aux  amortissements  relatifs  aux  immobilisations  acquises  ou  créées   à   l’état   neuf   affectées   aux   opérations   de   recherche,   soit   de   dépenses   relatives   au   personnel   affecté   aux   opérations   de   recherche,  soit   de   dépenses   de   fonctionnement   calculées  forfaitairement  par  application  d’un  taux,  soit  enfin  de  dépenses  externes   de  recherche  à  savoir  en  pratique,  la  sous-­‐traitance.       De   nombreuses   entreprises   cherchent   à   rentrer   dans   ces   catégories   de   dépenses   pour  bénéficier  du  crédit  d’impôt,  dont  le  taux  est  de  30%  des  dépenses  inférieures  à   100  M  €,  5%  au-­‐delà.  L’administration  n’hésite  pas  à  rectifier  les  résultats  imposables   lorsque   le   montage   est   manifestement   artificiel.   Ainsi,   pour   les   dépenses   de   sous-­‐ traitance,  il  faut  pour  remplir  la  condition,  prouver  l’existence  d’un  contrat  de  sous-­‐ traitance.   Un   GIE   ou   une   société   de   participation   entre   deux   sociétés   dont   l’une   finance  les  projets  de  recherche  de  l’autre  ne  suffit  pas  pour  bénéficier  du  CIR.   L’assiette  du  crédit  d’impôt  peut  être  doublée  si  l’entreprise  embauche  des  «  jeunes   docteurs  ».   En   effet,   si   l’entreprise   engage   des   dépenses   liées   à   la   première   embauche   d’un   jeune   médecin,   ces   dépenses   sont   doublées   pour   le   calcul   de   l’avantage   fiscal,   à   condition   toutefois   que   l’effectif   de   l’entreprise   ne   soit   pas   inférieur  à  l’effectif  de  l’année  précédente  (car  l’idée  d’embaucher  un  docteur  et  de   le   licencier   après   obtention   du   crédit   d’impôt   est   tentante).   L’article   54   du   PLF   modifie   cette   condition.   En   effet,   l’effectif   ne   sera   désormais   plus   compris   comme   l’effectif   salarié   global,   mais   seulement   comme   le   personnel   affecté   aux   opérations   de  recherche.       Autoliqudiation  de  la  TVA.   Dans   le   secteur   du   bâtiment,   la   TVA   sera   selon   l’article  16  du  PLF  2014,   autoliquidée.   Cette  mesure  est  instaurée  pour  lutter  contre  certains  montages  de  fraude  à  la  TVA,   faisant  intervenir  le  maitre  d’ouvrage  et  le  sous-­‐traitant.  Il  n’est  en  effet  pas  rare  que   19       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  21. 21. le   sous-­‐traitant   facture   de   la   TVA   au   maitre   de   l’ouvrage,   la   collecte   mais   ne   la   reverse   pas   au   Trésor,   alors   que   le   maitre   de   l’ouvrage   de   bonne   foi   lui,   la   déduit.   Désormais,  lorsqu’un  sous-­‐traitant  facture  de  la  TVA  à  un  preneur  assujetti  pour  des   travaux  dans  le  bâtiment,  la  taxe  sera  acquittée  par  ce  preneur.     Les   travaux   au   sens   du   nouveau   texte   sont   les   travaux   de   construction,   réparation,   aménagement,  entretien  etc.     Défiscalisation  d’outre-­‐mer.   L’article   13   du   PLF   2014   modifie   en   profondeur   le   régime   applicable   aux   investissements   productifs   et   logements   sociaux   qui   permettent   de   défiscaliser   en   outre-­‐mer.     Concernant   l’investissement   productif,   la   loi   fiscale   offre   aux   personnes   physiques   qui  investissement  au  travers  une  entreprise  soumise  à  l’IR  dans  le  logement  neuf  en   outre-­‐mer  une  réduction  d’impôt.  Ce  dispositif  s’applique  également  aux  sociétés  qui   sont  assujetties  à  l’IS.   Pour  les  investissements  faits  à  compter  du  1er  janvier  2014,  la  réduction  d’impôt  ne   sera   accordée   que   si   l’entreprise   réalise   un   chiffre   d’affaires   inférieur   à   20   M   €   au   titre   du   dernier   exercice   clos.   Il   aurait   semblé   évident   pour   le   contribuable   de   constituer   une   autre   entreprise   pour   rendre   illimité   le   bénéfice   de   ce   dispositif,   mais   le   texte   du   PLF   a   prévu   la   manœuvre,   en   imposant   de   tenir   compte   pour   le   calcul   du   chiffre  d’affaires,  des  autres  entreprises  liées  au  sens  de  l’article  39.12  du  CGI.     Concernant  le  secteur  locatif  social,    le  bénéfice  de  la  défiscalisation  persiste  pour  les   entreprises  et  personne  physiques  mais  sera  désormais  lié  à  ce  que  le  logement  en   question  soit  financé  pour  une  certaine  fraction  par  une  subvention  publique.     Ces   investissements   quels   qu’ils   soient   procurent   un   avantage   limité   sur   l’IR   dû.   Le   plafond  est  actuellement  fixé  à  40.000  €  et  il  n’est  pas  prévu  de  le  modifier  dans  le   PLF  2014.       Afin   de   renforcer   les   contrôles,   le   PLF   prévoit   en   revanche   l’obligation   pour   les   cabinets  de  défiscalisation  dont  l’activité  consiste  à  obtenir  pour  le  compte  de  leurs   clients  le  bénéfice  des  nouveaux  crédits  d’impôt,  à  s’enregistrer  sur  un  registre  tenu   par  un  représentant  de  l’Etat  dans  la  collectivité  en  question.     20       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  22. 22. Taxe  générale  sur  les  activités  polluantes.   La   TGAP   comprend   plusieurs   composantes.   Elle   est   assise   selon   les   composantes,   sur   une   certaine   émission   de   substance   polluante.   Le   PLF   2014   prévoit   d’étendre   le   champ  d’application  de  la  TGAP  dans  sa  composante  «  air  ».  Il  est  notamment  prévu   d’intégrer   dans   les   produits   chimiques   qui   obligent   l’entreprise   qui   les   dégage   à   supporter  la  taxe,  le  plomb,  le  zinc,  le  chrome,  le  cuivre,  le  nickel,  le  cadmium  et  le   vanadium,   utilisés   dans   certains   alliages   qui   provoquent   des   problèmes   rénaux   importants  chez  l’homme.       Taxe  systémique.   L’article   235   ter   ZE   du   CGI   prévoit   que   les   sociétés   de   gestion   de   portefeuille   sont   assujetties  à  une  taxe  bancaire  de  risque  systémique  dès  lors  qu’elles  adhèrent  à  une   chambre   de   compensation.   Les   sociétés   de   gestion   de   portefeuille   principalement   visées   sont   les   OPCVM   et   les   sociétés   de   titrisation,   qui   jouent   souvent   le   rôle   de   PSI   (prestataires  de  services  d’investissement).   On  rappelle  que  la  chambre  de  compensation  est  un  mécanisme  bancaire  et  boursier   qui  permet  de  sécuriser  la  livraison  des  titres  dans  une  opération  faite  sur  un  marché   réglementé.     Le  taux  de  cette  taxe  est  relevé,  passant  de  0,5%  à  0,529%.       Imputation  des  déficits  étrangers.     L’article   209   C   du   CGI   prévoit   une   exception   de   mondialité   au   principe   de   territorialité  de  l’IS.  En  effet,  les  PME  établie  en  France  et  passible  de  l’IS  en  France,   qui   détiennent   des   succursales   ou   95%   au   moins   de   filiales   établies   à   l’étranger,   peuvent   imputer   sur   leurs   bénéfices   les   déficits   réalisés   par   ces   succursales   ou   filiales.   L’imputation   est   rapportée   au   fur   et   à   mesure   des   bénéfices   réalisés   par   la   PME  ou  après  5  ans  maximum.     Ce   dispositif   de   faveur   demeure   le   dernier,   suite   à   la   suppression   de   l’article   220   quinquies  qui  prévoyait  le  régime  du  bénéfice  mondial  consolidé.     Il  sera  pourtant  normalement  supprimé  à  compter  du  1er  janvier  2014.     21       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  
  23. 23.                                   22       PLF  2014  –  Guillaume  ALLEGRE  

×