I N V E S T I S S E M E N T 	   -­‐ 	   F I N A N C E 	  ALLEGRE	  Guillaume	               	  Magistère	  Droit,	  Fiscal...
Déjà	   actionnaire	   de	   plusieurs	   grands	   groupes	   français	   (on	   citera	   LVMH,	   Lagardère,	  Vivendi,...
En	  outre,	  lorsqu’une	  personne	  physique	  ou	  morale,	  est	  considérée	  comme	  résidente	  en	  France	  et	  ...
2005.	  Ce	  dispositif	  d’imposition	  repose	  sur	  un	  principe	  et	  une	  exception.	  En	  principe,	  les	  div...
afin	   d’échapper	   aux	   dispositions	   relatives	   aux	   retenues	   à	   la	   source.	   Dans	   notre	   cas	  ...
des	   conventions	   fiscales	   internationales,	   on	   retient	   comme	   seuil	   de	   participation	  substantiel...
le	   patrimoine	   financier	   devra	   être	   détenu,	   directement	   ou	   indirectement	   pendant	   au	  moins	 ...
internationale	   d’une	   personne	   physique	   doit	   se	   régler	   quant	   aux	   immeubles	   qu’elle	  détient	...
d’investir	   en	   France	   par	   le	   biais	   d’autorités	   publiques	   (Qatar	   Investement	   Authority	  notam...
médiatique	   qu’il	   fait	   en	   démontrant	   son	   attirance	   toute	   particulière	   pour	   le	   luxe	   dans...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Pourquoi la France est-elle un paradis fiscal pour le Qatar?

3,656 views

Published on

Published in: Economy & Finance
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
3,656
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
36
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Pourquoi la France est-elle un paradis fiscal pour le Qatar?

  1. 1. I N V E S T I S S E M E N T   -­‐   F I N A N C E  ALLEGRE  Guillaume    Magistère  Droit,  Fiscalité,  Comptabilité      25  mars  2013           POURQUOI  LA  FRANCE  EST-­‐ELLE   UN  PARADIS  FISCAL  POUR  LE   QATAR?  
  2. 2. Déjà   actionnaire   de   plusieurs   grands   groupes   français   (on   citera   LVMH,   Lagardère,  Vivendi,  Total,  Véolia),  le  Qatar  envisage  encore  et  toujours  d’investir  dans  les  fleurons  économiques  de  l’hexagone.    Le   4   décembre   1990,   la   France   signait   avec   le   Qatar   une   convention   fiscale   bilatérale  ayant  pour  principal  objectif  d’éviter  les  doubles  impositions  en  matière  d’impôt  sur  le  revenu,  sur  la  fortune  et  les  successions.  Cette  convention  a  récemment  été  modifiée,  plus   précisément   sous   le   quinquennat   de   Nicolas   Sarkozy   par   avenant   du   14   janvier  2008.     I  –  Champ  d’application  et  répartition  du  pouvoir  d’imposition.  Concernant   le   champ   d’application   de   la   convention,   celle-­‐ci   s’applique   classiquement  aux   personnes,   physiques   ou   morales,   considérées   comme   des   résidents   d’un   ou   des  deux   Etats.   Elle   s’applique   à   plusieurs   catégories   d’impôts   à   savoir   plus   précisément  l’impôt   sur   le   revenu,   l’impôt   sur   les   sociétés,   l’impôt   sur   la   fortune   et   l’impôt   sur   les  successions.   Du   point   de   vue   Qatari,   la   convention   vise   l’impôt   sur   le   revenu   des  sociétés  et  les  éléments  compris  dans  l’impôt  sur  le  revenu  des  personnes  physiques.  Il  est  prévu  une  obligation  d’information  déclarative  entre  les  Administrations  fiscales  des  deux  Etats.  En  effet,  dès  lors  que  des  modifications  fiscales  importantes  sont  adoptées  chez   l’un,   il   doit   immédiatement   en   informer   l’Administration   de   l’autre   et   lui  communiquer   la   portée   et   les   conséquences   des   modifications   substantielles   apportées  au  droit  fiscal  national.    En   guise   de   préambule,   la   convention   définit   qui   sont   les   résidents   des   deux   Etats   et  auxquels  s’appliqueront  les  règles  qui  y  sont  exposées.  En   France,   est   considéré   comme  résident  celui  qui  est  assujetti  à  l’impôt  en  France  à  raison  soit  de  son  domicile  ou  de  sa  résidence,   soit   de   son   siège   de   direction   effectif.   A   cet   égard,   il   convient   de   constater  que   cette   expression   renvoie   classiquement   à   l’article   4B   du   CGI   qui   considèrent   qu’ont  leur  domicile  fiscal  en  France  et  sont  par  conséquent  à  une  obligation  fiscale  illimitée,  les  personnes  qui  ont  en  France  leur  foyer  ou  lieu  de  séjour  principal,  celles  qui  exercent  en   France   une   activité   professionnelle,   salariée   ou   non   à   moins   qu’il   soit   prouvé   que  cette   activité   n’est   qu’accessoire,   enfin   celles   qui   ont   en   France   le   centre   de   leurs  activités   économiques.  L’article   4.2   assimile   à   des   résidents   français   les   agents   publics  de  l’Etat  qui  exercent  leur  fonction  à  l’étranger  et  qui  ne  sont  pas  soumis  dans  cet  Etat  à  un   impôt   personnel   frappant   l’ensemble   et   non   pas   seulement   la   partie   de   leurs  revenus.   L’application   cumulée   des   articles   4B   et   4A   permet   d’en   déduire   une  soumission  à  l’impôt  sur  le  revenu  français  à  raison  de  l’ensemble  de  leurs  revenus  pour  les   personnes   frappées   d’une   obligation   fiscale   illimitée,   une   soumission   à   raison   de  leurs   seuls   revenus   de   source   française   pour   ceux   dont   le   domicile   fiscale   est   situé   hors  de   France.   Dans   la   continuité   de   ces   textes,   l’article   4   bis   du   CGI   énonce   le   principe  subsidiaire   selon   lequel,   sont   également   soumis   à   l’impôt   sur   le   revenu   en   France   les  personnes   qui,   ayant   ou   non   leur   domicile   fiscal   en   France,   recueillent   des   bénéfices  dont   l’imposition   est   attribuée   à   la   France   en   vertu   d’une   convention   internationale  relative  aux  doubles  impositions.       2  
  3. 3. En  outre,  lorsqu’une  personne  physique  ou  morale,  est  considérée  comme  résidente  en  France  et  au  Qatar,  l’article  4.2  met  en  œuvre  une  procédure  de  règlement  des  conflits  par   cascade.   En   effet,   selon   ces   dispositions,   il   conviendra   d’appliquer   dans   l’ordre  suivant   les   critères   de   foyer   d’habitation   permanent   (si   la   personne   dispose   d’une   foyer  d’habitation   permanent   dans   les   deux   Etats,   elle   est   considérée   comme   résidente   de  l’Etat  avec  lequel  elle  présente  les  liens  économiques  et  personnels  les  plus  étroits  c’est  à   dire   celui   dans   lequel   elle   a   le   centre   de   ses   intérêts   vitaux),   à   défaut   le   lieu   de   séjour  habituel,  à  défaut  de  l’Etat  duquel  elle  a  la  nationalité  et  à  défaut,  la  procédure  amiable  pourra   jouer   autrement   dit,   les   administrations   fiscales   des   deux   Etats   devront  s’entendre   pour   déterminer   l’Etat   de   résidence   de   la   personne   dont   il   est   question.  Attention,   le   Conseil   d’Etat   a   eu   l’occasion   de   rappeler   à   maintes   reprises   que   la  procédure  amiable  ne  pouvait  être  valablement  mise  en  œuvre  que  lorsque  les  quatre  critères   en   cascade   n’ont   pas   permis   d’établir   valablement   l’Etat   de   résidence   du  contribuable.    Concrètement,  le  champ  d’application  de  la  convention  franco-­‐qatari  n’innove  guère  et  les  critères  employés  ne  diffèrent  pas  de  deux  habituellement  retenus  en  la  matière.  En  revanche,  l’étude  de  cette  convention  bilatérale  devient  très  intéressante  quant  à  son  contenu  c’est  à  dire  en  matière  de  répartition  du  pouvoir  d’imposition  et  des  diverses  exonérations  mentionnées.    A)  Impositions  des  revenus.    Concernant   tout   d’abord   l’imposition   des   immeubles.   La   convention   répartit   ici   le  pouvoir   d’imposition   d’une   manière   classique   en   conférant   le   droit   d’imposer   les  revenus   tirés   d’un   immeuble   à   l’Etat   dans   lequel   est   situé   ce   bien.   Ainsi,   le   résident  qatari   qui   louerait   un   immeuble   situé   à   Paris   supporterait   à   cet   effet   un   impôt   du   en  France.  Notons  ici  que  la  convention  prend  évidemment  soin  de  prévoir  le  cas  où  une  société  interposée  aurait  été  constituée.  En  effet  à  défaut  de  dispositions  expresses,  le  résident   qatari   créant   une   holding   dans   son   Etat   de   résidence   mais   détenant   un  immeuble  en  France  pourrait  échapper  à  l’imposition  française.  Il  n’en  est  rien  puisque  l’article   5.4   de   la   convention   dispose   in   fine   que   lorsque   des   actions   parts   ou   titres  assimilés   portent   sur   une   société   détenue   par   un   résident   qatari   et   lui   conférant   un  droit   de   jouissance   sur   un   immeuble   situé   en   France,   celui   ci   supportera   en   cas   par  exemple  de  location  de  l’immeuble,  un  impôt  du  en  France.    L’avenant   du   14   janvier   2008   a   également   modifié   le   régime   d’imposition   des  dividendes.  A  cet  égard,  le  principe  selon  lequel  les  dividendes  perçus  par  les  résidents  de  France  en  provenance  de  sociétés  résidents  de  l’autre  Etat  ne  sont  imposables  qu’en  France  est  maintenu.  Toutefois,  pour  que  cette  disposition  soit  pleinement  applicable,  encore   faut-­‐il   que   le   résident   français   qui   perçoit   les   dividendes   soit   le   bénéficiaire  effectif  de  la  distribution.  C’est  cette  disposition  qui  innove  dans  l’avenant  du  14  janvier  2008.  En  effet,  la  notion  de  bénéficiaire  effectif  de  la  distribution  n’était  pas  comprise  dans  la  convention  initiale  conclue  en  1990,  mais  a  été  insérée  lors  de  la  modification  du  texte  en  2008  en  se  référant  au  modèle  de  convention  fiscale  donné  par  l’OCDE  en     3  
  4. 4. 2005.  Ce  dispositif  d’imposition  repose  sur  un  principe  et  une  exception.  En  principe,  les  dividendes   versés   par   une   société   française   à   un   résident   du   Qatar   sont   exonérés   de  retenue   à   la   source   en   France.   L’exception   réside   désormais   en   ce   que   cette  exonération  pourra  être  remise  en  cause  par  le  fait  que  le  résident  du  Qatar  n’est  pas  en  réalité,  le  bénéficiaire  effectif  de  la  distribution.    Toujours   en   matière   de   dividendes,   la   convention   adopte   une   règle   spéciale   en   matière  de  distribution  opérée  par  les  établissements  stables.  En  effet,  si  en  principe  lorsqu’un  résident   du   Qatar   tire   des   dividendes   d’une   société   établie   en   France,   celui-­‐ci   ne  supportera  que  l’imposition  qatarie  mais  aucun  prélèvement  à  la  source  en  France,  il  en  ira  autrement  dans  la  mesure  où  ces  dividendes  attachés  à  des  actions  parts  sociales  ou  titres  assimilés  des  rattachent  effectivement  à  un  établissement  stable  situé  en  France.    Par   ailleurs   et   surtout,   l’article   8.6   a   été   refondue   lors   de   la   dernière   modification.   La  réécriture   du   texte   a   accentué   l’attractivité   fiscale   du   territoire   français.   Le   texte  dispose  en  effet  que  lorsqu’une  société  est  résident  du  Qatar  mais  imposable  en  France  (par   exemple   à   raison   à   de   ses   revenus   qu’elle   tire   des   immeubles   exploités   ou   mis   à  disposition   en   France),   elle   ne   supportera   pas   la   retenue   à   la   source   sur   les   revenus  réputés  distribués  prévue  à  l’article  115  quinquies  du  CGI.  A  cet  égard,  le  texte  du  code  général   des   impôts   dispose   en   effet   que   les   bénéfices   réalisés   par   les   sociétés  étrangères   en   France   seront   toujours   réputés   distribués   aux   associés   n’ayant   pas   leur  domicile  fiscal  en  France  au  sens  de  l’article  4B  précité.   Cette  disposition  permet  alors  à  la   France   de   percevoir   une   retenue  à   la   source   sur   le   montant   réputé   distribué.   Le   code  prévoit  une  exception  à  cette  retenue  à  la  source,  notamment  lorsque  la  société  a  son  siège  de  direction  effective  dans  un  Etat  de  l’Union  et  y  est  passible  de  l’impôt  sur  les  sociétés   sans   que   son   résultat   puisse   en   être   partiellement   ou   totalement   exonéré.  Toutefois,  le  code  général  des  impôts  ne  vise  pas  expressément  une  exception  pour  les  Etats  avec  lesquels  la  France  aurait  conclu  une  convention  fiscale  internationale.  Cette  carence   est   donc   comblée   par   la   convention   franco-­‐qatarie   qui   prévoit   expressément  l’exonération  de  retenue  à  la  source.  Ainsi  et  a  fortiori,  lorsqu’un  établissement  stable  en   France,   d’une   société   résident   du   Qatar,   réalise   des   bénéfices,   l’imposition   de   ces  derniers   en   France   par   le   biais   d’une   retenue   à   la   source   n’est   plus   possible   dans   la  mesure   où   l’activité   exploitée   par   l’établissement   stable   est   imposable   en   France   au  titre  des  gains  réalisés  en  capital,  d’un  résultat  imposable  à  l’impôt  sur  les  sociétés  ou  des   revenus   immobiliers.   Toutefois,   il   faut   bien   évidemment   remarquer   que   le   cas  inverse  autrement  dit,  lorsqu’une  société  résident  en  France  exploite  un  établissement  stable   au   Qatar,   l’exonération   d’une   éventuelle   retenue   à   la   source   ne   pourra   pas  s’appliquer.   La   disposition   est   donc   en   ce   sens   clairement   déséquilibrée   au   profit   du  Qatar.    Enfin,   toujours   en   matière   d’imposition   des   dividendes,   une   clause   anti-­‐abus   a   été  instaurée  lors  de  la  modification  de  2008.  Une  clause  anti  abus  est  désormais  classique  et  habituelle  dans  les  conventions  fiscales  internationales.  Elle  constitue  un  des  moyens  traditionnels  pour  lutter  contre  les  schémas  de  treaty  shopping,  qui  traduit  l’intention  et  la  volonté  d’une  personne  de  contourner  les  dispositions  de  la  convention  bilatérale     4  
  5. 5. afin   d’échapper   aux   dispositions   relatives   aux   retenues   à   la   source.   Dans   notre   cas  d’espèce   c’est   à   dire   concernant   la   convention   fiscale   bilatérale   conclue   entre   la   France  et  le  Qatar,  la  clause  anti  abus  pourra  jouer  en  se  fondant  sur  l’objectif  recherché  donc  l’intention   des   parties.   Il   faudra   dès   lors   prouver   que   cet   objectif   particulier   était   de  minimiser  la  retenue  à  la  source  dans  le  cadre  d’une  distribution  des  dividendes.    En   lien   avec   l’imposition   des   dividendes,   il   convient   de   s’attacher   aux   intérêts.   A   cet  égard,  l’article   9  de  la  convention  franco-­‐qatarie  dispose  que  les  intérêts  attachés  aux  créances  et  versés  à  un  résident  (personne  physique  ou  personne  morale)  sont  imposés  dans   l’Etat   du   bénéficiaire.   En   l’espèce,   la   convention   prévoit   les   mêmes   exceptions  qu’en   matière   de   distribution   des   dividendes   à   savoir   que   pour   que   l’exonération   de  retenue   à   la   source   puisse   jouer,   la   personne   qui   reçoit   les   intérêts   doit   être   le  destinataire   réel   et   effectif   des   sommes   perçues.   A   défaut,   la   convention   prévoit   la  perte   des   dispositions   exonératoires.   Dans   la   continuité,   un   dispositif   anti   abus   a  également   été   prévu   dans   la   convention.   Le   même   schéma   se   retrouve   concernant  l’imposition  des  redevances  perçues  par  les  résidents.    Autre  domaine  traité  par  la  convention,  l’imposition  des  gains  en  capital  autrement  dit  les   modalités   d’imposition   des   plus-­‐values.   A   cet   égard   et   concernant   tout   d’abord  l’imposition  des  plus-­‐values  immobilières,  le  principe  est  que  le  pouvoir  d’imposition  est  conféré   à   l’Etat   dans   lequel   est   situé   le   bien   immeuble   –   article   11   de   la   convention.  Autrement   dit   et   in   fine,   lorsqu’un   résident   qatari   détient   un   immeuble   en   France,   la  plus-­‐value   qu’il   va   réaliser   lors   de   la   cession   à   titre   onéreux   de   cet   immeuble   sera  imposable   en   France   selon   les   modalités   d’impositions   prévues   à   cet   effet.   La  convention  applique  également  ce  principe  aux  plus-­‐values  de  cession  réalisées  non  pas  sur   la   cession   directe   d’un   immeuble   mais   sur   la   cession   de   droits   sociaux   et   titres  assimilés   portant   sur   une   société   dont   80%   de   l’actif   au   moins   est   composé   d’un   ou  plusieurs   immeubles.   Ces   dispositions   ne   visent   toutefois   que   les   plus-­‐values   réalisées  par   des   personnes   privées   puisque   la   convention   prévoit   implicitement   que   lorsque   la  plus-­‐value   de   cession   est   réalisée   par   l’Etat   lui-­‐même,   la   banque   centrale   ou   une  institution  financière  détenant  l’immeuble,  celle-­‐ci  sera  exonérée.    Concernant   l’imposition   des   plus-­‐values   portant   sur   des   biens   autres   qu’immobiliers  autrement   pour   les   plus-­‐values   portant   sur   des   biens   meubles,   la   convention   octroie   un  pouvoir   d’imposition   à   l’Etat   de   résidence   du   cédant   du   bien   meuble.   A   cet   égard,   la  cession  par  un  qatari  de  tableaux  dont  il  dispose  en  France  sera  imposée  conformément  aux   règles   des   plus-­‐values   prévues   par   le   Qatar.   Toutefois,   la   convention   prévoit   un  traitement  spécial  pour  les  plus-­‐values  sur  titres  qui  constituent  dès  lors  une  catégorie  bien  particulière  de  biens  meubles.  En  effet,  les  gains  de  cession  portant  sur  des  actions,  parts  sociales  ou  titres  assimilés  ouvrant  droit  à  une  participation  substantielle  dans  une  société  seront  imposables  dans  l’Etat  dans  lequel  réside  ou  est  établie  cette  société.   Par  conséquent,  un  qatari  peu  retrouver  soumis  aux  dispositions  françaises  d’imposition  des  plus-­‐values   sur   titres   lorsqu’il   détient   une   participation   substantielle   d’une   société  établie   en   France.   Dès   lors   se   pose   la   question   de   la   définition   de   «  participation  substantielle  ».   A   cet   effet   et   conformément   aux   dispositions   classiques   de   la   plupart     5  
  6. 6. des   conventions   fiscales   internationales,   on   retient   comme   seuil   de   participation  substantielle   dans   une   société   lorsque   le   contribuable   détient   seul   ou   avec   des  personnes   apparentées,   directement   ou   indirectement   au   moins   25%   du   capital   donc  du  droit  aux  bénéfices  de  la  société.    Enfin,  les  revenus  d’activité  se  rattachant  à  une  profession  dépendante  sont  en  principe  imposables  dans  l’Etat  où  l’activité  est  exercée.  Le  salarié  qatari  travaillant  et  exerçant  une  activité  présentant  un  lien  de  subordination  en  France  sera  imposée  sur  les  revenus  de  cette  activité  conformément  aux  règles  sur  les  traitements,  salaires  et  pensions,  sauf  lorsqu’il   travaille   pour   une   société   exploitant   une   compagnie   aérienne   ou   maritime.   Il  serait  en  effet  dans  ce  dernier  cas  imposé  dans  l’Etat  où  se  trouve  le  siège  de  direction  effective  de  la  société.    Les   autres   revenus   qui   ne   sont   donc,   pas   visés   par   les   catégories   spécifiques  mentionnées   dans   la   présente   convention,   seront   imposés   dans   l’Etat   du   bénéficiaire  effectif  des  sommes  versées.    B)  Imposition  du  patrimoine.  Outre   les   revenus,   la   convention   franco-­‐qatarie   vise   également   l’impôt   de   solidarité   sur  la  fortune  –  article  17.  A  cet  effet,  la  convention  prévoit  que  la  fortune  d’un  résident  du  Qatar   constituée   par   des   biens   immobiliers   situés   en   France   ou   des   parts,   actions   ou  titres   assimilés   de   société   à   prépondérance   immobilière   (dont   le   patrimoine   est   donc  composé   en   vertu   du   droit   français,   à   plus   de   50%   d’immeubles   eux   mêmes   sis   en  France),  n’est  passible  de  l’impôt  de  solidarité  sur  la  fortune  en  France  si  et  seulement  si  la   valeur   de   ce   patrimoine   immobilier   est   elle-­‐même   plus   élevée   que   la   valeur   du  patrimoine   financier.   A   cet   égard,   le   patrimoine   financier   se   compose   de   trois  catégories.  D’une  part  les  actions  de  sociétés  cotées  résidentes  de  France  à  l’exception  toutefois  des  participations  supérieures  ou  égales  à  25%  dans  des  sociétés  résidentes  de  France   hors   le   cas   d’une   société   à   prépondérance   immobilière.   Ensuite,   les   actions   de  sociétés   d’investissement   agréées   par   l’Etat   français.   Enfin,   les   créances   détenues   sur  l’Etat   français,   l’une   de   ses   collectivités   publiques,   sociétés   nationales   ou   toute   autre  personne  morale  de  droit  public.  L’appréciation  de  la  valeur  du  patrimoine  immobilier  par   comparaison   à   celle   du   patrimoine   financier   se   fait   au   1er   janvier   de   l’année  d’imposition   dont   il   est   question.   Toutefois,   à   la   lecture   de   ces   dispositions  conventionnelles,  un  schéma  efficace  permettrait  à  un  résident  qatari  d’éluder  l’impôt  sur   le   revenu   français.   En   effet,   lorsque   le   résident   Qatar   localise   en   France   son  patrimoine  financier  (cela  n’entrainant  aucune  conséquence  fiscale  désavantageuse  car  ce  patrimoine  financier  sera  exonéré  en  vertu  des  dispositions  du  droit  interne  français)  et  que  celui-­‐ci  a  une  valeur  au  moins  égale  voire  supérieure  à  celle  de  son  patrimoine  immobilier   situé   en   France,   ce   dernier   serait   exonéré   d’impôt   de   solidarité   sur   la  fortune.  Toutefois,  les  autorités  ayant  envisagé  ce  schéma,  elles  ont  dans  le  cadre  d’un  échange   de   lettres   interprétatif  inséraient   une   condition   de   permanence   du   patrimoine  financier   en   France   pour   que   celui-­‐ci   soit   valablement   pris   en   compte   dans   la  comparaison   de   sa   valeur   avec   celle   du   patrimoine   immobilier   situé   en   France.   En   effet,     6  
  7. 7. le   patrimoine   financier   devra   être   détenu,   directement   ou   indirectement   pendant   au  moins   8   mois   en   France   au   cours   de   l’année   précédant   le   1er   janvier   de   l’année  d’imposition  au  titre  de  l’impôt  de  solidarité  sur  la  fortune.  Lorsque  cette  condition  de  permanence  n’est  pas  remplie,  le  patrimoine  immobilier  situé  en  France  et  détenu  par  le   résident   qatari   sera   soumis   à   l’impôt   de   solidarité   sur   la   fortune   français,   peu  important  donc  la  valeur  du  patrimoine  financier.   Toutefois  une  exception  est  prévue  à  cette  condition.  En  effet,  l’échange  de  lettres  interprétatif  prévoit  la  possibilité  pour  la  France   et   le   Qatar   de   réduire   la   condition   de   permanence   à   une   durée   de   183   jours   par  un  simple  échange  de  lettres  diplomatiques.    Par  ailleurs,  il  est  important  de  mentionner  en  l’espèce  le  principe  de  la  clause  de  «  la  nation   la   plus   favorisée  ».   En   vertu   de   cette   clause   insérée   dans   la   convention   initiale  conclue   en   1990,   si   la   France   venait   à   conclure   une   convention   ou   un   avenant   à   une  convention   avec   un   Etat   arabe   du   Golfe   ou   un   Etat   tiers   dont   le   régime   fiscal   serait   plus  favorable  que  celui  accordé  au  Qatar,  ce  régime  s’appliquerait  de  manière  automatique  dans   les   relations   fiscales   entre   la   France   et   Qatar   à   compter   de   la   date   d’entrée   en  vigueur  de  la  convention  ou  de  l’avenant  dont  il  est  question.  Cette  situation  a  connu  un  exemple   il   y   a   quelques   années   lorsque   la   France   a   conclu   une   convention   fiscale  bilatérale  avec  le  Koweït  en  1982.  Dans  le  cadre  de  cette  convention,  la  France  s’était  entendue   avec   le   Koweït   pour   le   fait   que   si   une   personne   physique   venait   à   perdre  pendant   au   moins   3   ans   la   qualité   de   résident   de   France   mais   redevenait   par   la   suite  résident  de  France,  le  patrimoine  de  cette  personne  serait  exonéré  d’impôt  de  solidarité  sur  la  fortune,  seulement  évidemment  à  concurrence  des  biens  localisés  hors  de  France.  Cette   exonération   partielle   est   limitée   quant   à   son   champ   d’application   matériel   mais  également   quant   à   sa   temporalité.   En   effet,   il   convient   ici   de   remarquer   que  l’exonération  ne  vise  que  les  biens  dont  le  résident  du  Koweït  a  la  propriété,  situés  hors  de   France.   En   effet,   ce   dernier   sera   passible   de   l’impôt   de   solidarité   sur   la   fortune   en  France  dès  l’année  où  il  retrouvera  la  qualité  de  résident  de  France  pour  son  patrimoine  soumise  à  cet  impôt  et  localisé  en  France.  Limitation  quant  à  la  temporalité  ensuite  car  l’exonération   ne   va   jouer   que   sur   une   durée   de   5   ans   à   compter   de   l’année   au   cours   de  laquelle   la   personne   physique   a   retrouvé   la   qualité   de   résident   de   France.   Cette  disposition   inscrite   dans   la   convention   fiscale   conclue   avec   le   Koweït   étant   plus  favorable   aux   personnes   physiques   résidentes   de   cet   Etat,   elle   est   donc   appliquée   de  plein  droit  et  sans  contestation  possible  aux  résidents  personnes  physiques  du  Qatar.  C)  Imposition  des  successions.  A  cet  égard,  l’avenant  de  2008  négocié  et  conclu  sous  l’aire  Sarkozy  n’a  apporté  aucune  justification   majeure.   C’est   l’articler   18   de   la   convention   qui   répartit   le   pouvoir  d’imposition  en  fonction  de  la  nature  des  biens  objets  de  la  succession.    Tout  d’abord  concernant  les  biens  immeubles,  ces  derniers  ne  sont  soumis  qu’aux  droits  de   succession   dans   l’Etat   où   ils   sont   situés.   Cette   disposition   n’est   que   l’application  entre  deux  Etats  d’une  règle  classique  de  droit  international  privé.  En  effet,  la  Cour  de  Cassation  a  rappelé  récemment  par  un  arrêt  du  23  juin  2011,  Tassel,  que  la  succession     7  
  8. 8. internationale   d’une   personne   physique   doit   se   régler   quant   aux   immeubles   qu’elle  détient   en   fonction   de   la   loi   du   lieu   de   situation   de   l’immeuble.   Par   ailleurs,   on   peut  également   appliquer   aux   relations   franco-­‐qataries   la   règle   du   renvoi.   Ainsi,   la   Cour   de  Cassation  a  déjà  admis  le  renvoi  pour  corriger  le  morcellement  de  la  succession  à  la  fois  mobilière   et   immobilière   dans   un   arrêt   du   11   février   2009,   Riley.   Dans   ce   cas   là,  l’application  intégrale  de  la  loi  applicable  en  matière  de  succession  mobilière,  à  la  fois  pour  les  meubles  et  immeubles,  n’est  admise  que  lorsqu’elle  a  pour  objectif  d’appliquer  la  même  et  unique  loi  à  la  succession.  Lorsque  le  défunt  possède  des  immeubles  dans  plusieurs   Etats,   il   convient   d’appliquer   cumulativement   les   lois   de   chaque   Etat   dans  lequel  est  situé  l’immeuble.  Ainsi,  lorsqu’un  qatari  dispose  d’immeubles  en  France,  au  Qatar,   en   Italie   et   en   Espagne,   les   héritiers   supporteront   en   France   des   droits   de  successions  immobiliers  à  concurrence  de  l’immeuble  situé  en  France,  sauf  si  le  résident  qatari   défunt   disposait   de   meubles   dans   un   autre   Etat   (que   cet   Etat   soit   son   Etat   de  résidence   ou   non   –   Cour   de   Cassation,   21   mars   2000)   dans   ce   cas,   la   loi   de   cet   Etat   sera  applicable   à   la   fois   pour   la   succession   mobilière   et   immobilière.   Il   apparaît   donc   très  clairement   que   l’Etat   français   pourrait,   du   fait   de   l’application   cumulative   des  dispositions  de  la  convention  bilatérale  et  des  règles  inscrites  en  jurisprudence  de  droit  international  privé,  être  privé  de  ressources  successorales  importantes.  Ensuite,   concernant   la   succession   mobilière,   qu’il   s’agisse   d’ailleurs   de   biens   meubles  corporels   ou   incorporels,   la   convention   fait   état   d’un   principe   et   d’une   exception.   En  effet   à   cet   égard,   l’article   18.3   dispose   qu’à   défaut   de   stipulations   contraires,   la  succession   mobilière   du   défunt   est   régie   par   la   loi   nationale   de   l’Etat   de   résidence   de   la  personne  physique  au  jour  de  son  décès.  Cette  disposition  vise  donc  par  conséquent  à  la   fois   les   titres   ou   actions,   ou   encore   les   œuvres   d’art   etc.   Toutefois,   l’article   18.2   pose  une   exception.   En   effet,   lorsque   les   meubles   dont   la   succession   est   envisagée   sont  rattachés   à   l’exercice   d’une   activité   industrielle   ou   commerciale   d’un   établissement  stable  situé  dans  un  des  deux  Etats,  ou  d’une  activité  indépendante  exercée  donc  sous  forme   libérale   d’une   base   fixe   situé   dans   ce   même   Etat,   ils   seront   imposés   selon   les  règles   fiscales   de   cet   Etat.   Autrement   dit,   lorsqu’un   qatari   dispose   de   meubles   qu’il   a  affecté   à   une   activité   commerciale   exercée   par   une   société   établie   en   France,   la   loi  française   sera   applicable   à   cette   partie   de   la   succession.   Autrement   dit,   il   faut   ici  remarquer   le   fait   que   la   convention   retient   pour   cette   catégorie   spéciale   de   meubles  dits   «  meubles   affectés  »   un   critère   d’imposition   identique   à   celui   posé   en   matière   de  succession  immobilière  à  savoir  le  lieu  de  situation.  Lieu  de  situation  de  l’immeuble  en  matière   immobilière,   lieu   d’établissement   effectif   de   l’entreprise   pour   les   meubles  affectés.    Enfin,   certaines   dispositions   spécifiques   ont   également   été   posées   par   la   convention  bilatérale   franco-­‐qatarie.   Ainsi,   il   est   stipulé   que   les   placements   d’un   Etat   dans   un   autre  Etat  ainsi  qu’a  fortiori,  les  revenus  tirés  de  ces  placements  et  y  compris  les  gains  tirés  de  leur   aliénation   (on   vise   ici   les   plus-­‐values   réalisées)   sont   purement   et   simplement  exonérés   d’impôt   dans   cet   autre   Etat.   Ces   dispositions   sont   d’application   générale   et  l’exonération   d’impôt   est   totale.   Par   conséquent,   il   suffit   pour   les   riches   qataris     8  
  9. 9. d’investir   en   France   par   le   biais   d’autorités   publiques   (Qatar   Investement   Authority  notamment  qui  agit  lui  même  par  le  biais  de  Qatar  Holding  LLC)  pour  ne  pas  être  soumis  aux  plus-­‐values  immobilières  réalisées  en  France.    Ensuite,   deuxième   disposition   spécifique   et   assez   étonnante,   il   faut   savoir   que   les  résidents   du   Qatar   mais   qui   disposent   d’habitations   en   France   affectées   à   leur   usage  privé   ne   sont   pas   imposés   à   l’impôt   français   à   raison   de   la   valeur   locative   réelle   des  biens  loués.    Quoi   qu’il   en   soit,   les   règles   d’imposition   étudiées   ci-­‐dessus   offrent   dès   lors   de  nombreux   avantages   aux   institutions   qataries   qui   veulent   investir   en   France,   et  notamment   au   fonds   souverain   du   Qatar   «  Qatar   Investment   Auhtority  »   dirigé   par  Tamim   Bin   Hamad   al-­‐Thani.   Ce   fonds   souverain   dispose   d’investissements   dans  plusieurs   grands   groupes,   divers   quant   à   leur   nature   mais   toujours   très   élevés   dans   leur  montant.   A   l’heure   actuelle,   il   faut   savoir   que   les   participations   du   fonds   ne   se  concentrant   pas   qu’en   France,   elles   sont   réparties   plus   généralement   dans   l’Union  européenne  voire  dans  le  monde  entier.  Ainsi,  le  fonds  dispose  d’une  participation  de  10%   dans   Porsche.   A   cet   égard,   le   groupe   ayant   annoncé   récemment   une   importante  augmentation   de   capital,   le   Qatar   a   rapidement   répondu   par   voie   de   communiqué   de  presse  pour  manifester  son  intérêt  et  son  intention  à  y  participer.  Par  ailleurs,  Daimler  ayant  communiqué  sa  volonté  de  céder  sa  participation  dans  EADS,  le  fonds  souverain  du   Qatar   a   également   envisagé   de   racheter   ces   actions   avec   cependant   des   questions  qui   restent   encore   sans   réponse   notamment   la   synergie   attendue   d’une   telle   prise   de  participation.  Le  Qatar  Investment  Authority  envisage  de  rehausser  sa  participation  de  4%  dans  le  joaillier  New  Yorkais  Tiffany.  En  France  et  très  récemment,  la  Caisse  des  dépôts  et  Qatar  Holding  LLC  ont  décidé  de  co   investir   300   millions   d’euros   dans   un   fonds   qui   prendra   des   participations   dans  plusieurs  PME  françaises.  Par  ailleurs,  le  fonds  souverain  du  Qatar  détient  également  la  participation  majoritaire  dans   le   groupe   Lagardère,   spécialisé   dans   les   médias   ce   qui   a   en   outre,   permis   au   Qatar  de   s’immiscer   dans   la   retransmission   du   football   à   la   télévision   et   notamment   BeIN  Sport,  chaune  qui  compte  à  ce  jour  plus  d’1,2  d’abonnés.    Autre  exemple  d’actualité,  l’achat  au  bout  de  6  ans  de  négociation  du  club  du  Paris  Saint  Germain.  Le  fonds  QIA  est  en  effet  parvenu  a  racheté  au  fonds  d’investissement  basé  à  Los  Angeles  Colony  Capital  70%  détenus  dans  le  club.  Enfin   concernant   plus   spécifiquement   le   domaine   immobilier   (dont   on   a   vu  précédemment  qu’il  était  exonéré  totalement  d’impôt  sur  la  plus-­‐value  lorsque  celle-­‐ci  a   été   réalisée   par   l’Etat   ou   une   société   nationale),   plusieurs   exemples   démontrent  l’intérêt   qu’a   eu   le   Qatar   a   investir   en   France.   Tout   d’abord,   l’acquisition   de   l’hôtel  Martinez   à   Cannes   et   l’hôtel   du   Louvre   à   Paris,   ou   encore   les   casinos   Barrière   Croisette.  Deux  intérêts  sont  ici  à  signaler  pour  l’investisseur  qatari.  D’une  part  l’exonération  sur  la  plus-­‐value   qu’il   réalisera   lors   de   la   revente   de   ces   immeubles.   D’autre   part,   le   coup     9  
  10. 10. médiatique   qu’il   fait   en   démontrant   son   attirance   toute   particulière   pour   le   luxe   dans  notre  pays.  Dans  le  même  ordre  d’idées  le  Qatar  a  également  eu  l’occasion  d’acquérir  l’immeuble  qui  abrite  le  Virgin  de  Paris  sur  les  Champs  pour  la  somme  de  500  millions  d’euros.   La   veille,   le   fonds   souverain   s’emparait   du   handball   club   de   Paris…   l’hôtel  d’Evreux   situé   sur   la   place   Vendôme   a   été   fait   l’objet   d’une   acquisition   par   le   fonds  souverain,  tout  comme  l’immeuble  qui  abrite  le  Figaro  boulevard  Haussmann.    La  Qatar  investit  et  entretient  également  ses  relations  avec  le  monde  de  l’éducation.  Il  vient   en   effet   de   conclure   un   accord   de   partenariat   avec   HEC   –   Haute   Ecole   de  Commerce.   Cet   accord   a   pour   objet   de   former   les   dirigeants   et   d’organiser   des   activités  de  recherche  dans  l’émirat.   II  –  Les  stipulations  conventionnelles  relatives  à  l’élimination  des  doubles   impositions.  Enfin,  la  convention  bilatérale  conclue  avec  le  Qatar  contient  des  stipulations  relatives  à  l’élimination  des  doubles  impositions.  Par  conséquent,  c’est  ici  l’autre  objectif  essentiel  de  toute  convention  fiscale  internationale  outre  la  répartition  du  pouvoir  d’imposition  qui   devra   être   étudiée.  En   l’espèce,   la   convention   prévoit   une   clause   anti   abus   en   vertu  de  laquelle  les  deux  Etats  se  réservent  le  pouvoir  d’appliquer  leurs  dispositifs  internes  relatifs  à  la  lutte  contre  la  fraude  fiscale  internationale  et  l’évasion  fiscale.  Le  Qatar  n’a  pas   encore   rempli   cette   liste.   Pour   la   France,   on   peut   notamment   remarquer  l’inscription   de   l’article   209   B   du   CGI,   cas   classique   qui   permet   à   l’Administration  d’imposer   à   l’impôt   sur   les   sociétés   les   résultats   imposables   réalisés   par   des   entreprises  ou  entités  personnes  morales  détenues  à  plus  de  50%  par  une  société  établie  en  France  et   soumises   à   l’impôt   sur   les   sociétés   en   France,   établies   dans   un   Etat   à   fiscalité  privilégiée   (définition   conforme   à   l’article   238   A   du   CGI,   donc   un   Etat   dans   lequel  l’entreprise  ou  la  filiale  détenue  à  50%  au  moins  est  imposée  au  moins  50%  de  moins  de  ce  qu’elle  aurait  été  imposée  en  France),  sont  de  plein  droit  imposables  à  l’impôt  sur  les  sociétés  en  France.  Ce  dispositif  est  donc  tout  à  fait  susceptible  de  s’appliquer  dans  les  relations  franco-­‐qataries,  avec  toutefois  une  imputation  sur  l’impôt  sur  les  sociétés  du  en  France  de  l’impôt  équivalent  acquitté  à  l’étranger.    La   convention   comporte   également   une   clause   anti   double   exonération.   A   cet   effet,  lorsque  les  revenus  doivent,  en  vertu  de  la  convention,  être  imposés  dans  un  Etat  mais  que   celui   prévoit   que   ces   revenus   sont   exonérés,   chaque   Etat   retrouve   le   droit  d’imposer  ces  revenus  selon  le  droit  interne.  Toutefois  et  pour  des  raisons  évidentes,  ce  dispositif  ne  s’applique  pas  en  matière  de  dividendes.   Autrement  dit,  lorsque  le  pouvoir  d’imposition  en  matière  de  dividendes  est  conféré  à  un  Etat  mais  que  celui  ci  ne  prévoit  aucune  imposition  en  la  matière,  les  dividendes  ne  seront  pas  susceptibles  d’être  taxés  et   seront   définitivement   exonérés,   la   clause   anti   double   exonération   ne   pouvant   pas  jouer  à  leur  égard.         10  

×