Loi de finances pour 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Loi de finances pour 2013

on

  • 941 views

 

Statistics

Views

Total Views
941
Views on SlideShare
901
Embed Views
40

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

1 Embed 40

http://www.scoop.it 40

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Loi de finances pour 2013 Loi de finances pour 2013 Document Transcript

  • θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψ  υιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδ    φγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµ LOI  DE  FINANCES  POUR  2013  θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψ FISCALITE  DES  PARTICULIERS  ET  DES   ENTREPRISES  υιοπασδφγηϕκτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβν Guillaume  ALLEGRE  µθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτ  ψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµρτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθ
  • La   loi   de   finances   pour   2013,   après   avoir   été   soumise   au   Conseil  constitutionnel   (décision   2012-­‐662   DC   du   29   décembre   2012),   a   été  publiée   au   JO   du   30   décembre   2012.   Cet   article   aura   pour   objet  d’étudier  d’une  part  les  mesures  validées  par  le  juge  constitutionnel  et  d’autre  part,  celles  qui  ont  été  censurées.     I  –  Les  nouvelles  mesures  fiscales  pour  2013.  A)  Fiscalité  des  particuliers.  La   première   mesure   phare   en   matière   de   fiscalité   des   particuliers   est  bien   évidemment   la   création   d’une   tranche   marginale   d’impôt  supplémentaire.   En   effet,   la   part   des   revenus   excédant   150.000   €   sera  désormais   soumise   à   un   taux   de   45%   par   part   de   quotient   familial.  D’ailleurs,   toujours   concernant   ce   quotient   familial,   la   loi   de   finances   a  instauré  un  plafond  général  de  l’avantage  en  impôt  que  l’on  pouvait  en  retirer.  Il  passe  en  effet  de  2.336  à  2.000  €,  au  titre  des  revenus  de  2012.  Certaines   catégories   de   personnes   et   notamment   les   anciens  combattants,  bénéficieront  à  due  concurrence  d’une  réduction  d’impôt  complémentaire  pour  compenser  ce  dispositif.    En   outre,   il   est   de   coutume   que   les   contribuables   dont   l’impôt   est  inférieur   à   un   plafond   bénéficient   d’une   décote   permettant   d’en   réduire  le   montant.   Cette   décote   a   été   revalorisée   de   9%.   Le   nouveau   plafond  est   désormais   de   960   €   par   conséquent,   les   contribuables   s’acquittant  d’un  impôt  brut  de  moins  de  960  €  pour  2013  (l’impôt  brut  tient  compte  du   plafonnement   des   avantages   tirés   du   quotient   familial   mais   pas   des  réductions  d’impôts)  bénéficieront  de  la  décote.    Autre  mesure  qui  a  fait  débat,  le  plafond  global  en  matière  de  réductions  et   crédits   d’impôt.   En   effet,   à   compter   de   2013,   les   avantages   fiscaux  que  pourront  retirer  les  particuliers  seront  limités  à  10.000  €.  Autrement  dit,  tout  foyer  fiscal  ne  pourra  prétendre  à  plus  de  10.000  €  de  réduction  d’impôt,  toute  défiscalisation  confondue  à  l’exception  de  trois  dispositifs  dont   le   dispositif   Malraux   (permet   la   défiscalisation   sur   les   travaux  effectués   de   restauration   d’un   bien   immobilier   situé   dans   certaines  zones  géographiques).    Toutefois,  une  nouvelle  réduction  d’impôt  en  faveur  de  l’investissement  locatif   est   entrée   en   vigueur   –   dispositif   Duflot.   Ce   dispositif   remplace   le  dispositif   Scellier   (qui   demeure   applicable   pour   un   engagement     2  
  • d’investissement  pris  avant  le  1er  janvier  2013  et  lorsque  l’immeuble  est  acquis  lors  du  premier  trimestre  2013).    Par  ailleurs,  les  réductions  d’impôt  liées  à  l’investissement  dans  les  PME  sont   reconduites   et   s’appliquent   toujours   pour   les   versements  effectuées   jusqu’au   31   décembre   2016.  Rappelons   à   ce   titre   qu’en   vertu  de   l’article   199   terdecies   0A,   tout   particulier   peut   bénéficier   d’une  réduction   d’impôt   s’il   souscrit   en   numéraire   au   capital   initial   ou   lors  d’une   augmentation   de   capital   d’une   PME   en   s’engageant   toutefois   à  conserver   les   parts/actions   pendant   5   ans   à   compter   de   celle   de   la  souscription.   Certaines   conditions   doivent   toutefois   être   remplies   et  notamment  depuis  le  1er  janvier  2011,  la  PME  doit  compter  au  moins  2  salariés   à   la   clôture   de   l’exercice   qui   suit   la   souscription   sauf   si  l’entreprise   est   soumise   à   l’obligation   de   s’inscrire   à   la   chambre   des  métiers   ou   de   l’artisanat.   Les   versements   ne   seront   toutefois   pris   en  compte  que  dans  la  limite  de  20.000  €  pour  un  contribuable  célibataire  et   40.000   pour   un   couple   soumis   à   une   imposition   commune,   avec  toutefois   une   possibilité   de   report   les   années   suivantes   en   cas   de  nouvelle   souscription   pour   la   part   excédentaire   non   prise   en   compte.  Une   difficulté   subsiste   néanmoins   pour   les   particuliers   optant   pour   ce  dispositif  :  les  titres  reçus  en  échange  de  la  souscription  ne  peuvent  pas  être  placés  sur  une  PEA,  ou  pour  les  salariés  sur  une  PEE.    Autre   mesure   attendue,   la   barémisation   des   dividendes   et   produits   de  placement   à   revenus   fixes   qui   seront   désormais   imposés,   sauf  exceptions,  au  titre  de  l’IR.  Un  prélèvement  à  la  source  non  libératoire,  autrement  dit  un  simple  acompte,  sera  désormais  pratiqué.  Il  est  de  21%  mais   les   contribuables   modestes   pourront   demander   à   en   être  dispensés.   Par   ailleurs,   la   loi   de   finances   pour   2013   a   supprimé  l’abattement   fixe   de   1.025   ou   3.050   €.   Demeure   toutefois   la   réfaction  d’assiette  de  40%.  La  mise  en  place  de  cet  acompte  permettra  à  l’Etat  de  bénéficier   de   précieuses   «  avances   sur   recettes  »   en   2013.   Rappelons  par   ailleurs   que   cette   fois   sur   le   plan   social   et   depuis   la   loi   de  financement   de   la   sécurité   sociale   pour   2013,   les   dividendes   distribués  par   les   SARL   se   voient   désormais   traités   en   grande   partie   comme   une  rémunération,   plus   précisément,   la   partie   du   dividende   soumise   aux  cotisations   TNS   –   travailleurs   non   salariés   –   correspond   désormais   au  montant  du  dividende  supérieur  à  10%  du  capital  social.  On  peut  donc  se  poser   de   nombreuses   questions,   dont   celle   de   savoir   quelle   est   la  logique   poursuivie   par   le   législateur   qui   traite   fiscalement   le   dividende     3  
  • comme  un  revenu  du  capital  mais  qui  le  considère  dans  le  cadre  social  et  au-­‐delà  de  10%  du  capital  comme  un  revenu  du  travail.    Les   plus-­‐values   de   cessions   sur   valeurs   mobilières   et   autres   droits  sociaux   assimilés   réalisées   en   2012   demeurent   soumises   à   une  imposition  proportionnelle  mais  le  taux  est  porté  à  24%.   Concernant  les  plus-­‐values   réalisées   en   2013,   celles-­‐ci   subiront   le   même   sort   que   les  dividendes  puisqu’elles  seront  directement  intégrées  dans  le  barème  de  l’IR,   avec   toutefois   évidemment,   une   base   réduite   par   un   abattement  pour  durée  de  détention.    Ensuite,   la   déduction   forfaitaire   de   10%   pour   frais   professionnels   est  plafonnée   à   12.000   €.   A   l’heure   actuelle   en   effet,   les   salariés   bénéficient  d’une   déduction   appliquée   d’office   par   le   fisc   sur   les   revenus   déclarés  sauf  option  pour  une  déduction  sur  le  montant  réel  et  justifié  des  frais  engagés.   Cet   abattement   est   encadré   entre   un   minimum   et   un  maximum.  Ce  dernier  vient  d’être  abaissé,  il  passe  de  14.157  à  12.000  €  autrement  dit,  la  déduction  forfaitaire  ne  jouera  que  pour  la  fraction  des  salaires  imposables  inférieure  ou  égale  à  120.000  €.  Elle  ne  s’appliquera  pas   sur   la   fraction   excédentaire   des   salaires   qui   seront   par   conséquent  imposés  à  100%  de  leur  montant  déclaré.    Dans   le   même   sens,   les   salariés   qui   optent   pour   la   déduction   des   frais  réellement   engagés   vont   voir   leurs   frais   de   véhicules   déductibles  diminuer  si  leurs  véhicules  font  plus  de  7  cv.    Concernant   désormais   les   prélèvements   sociaux,   la   mesure   phare   en  2013   est   la   diminution   de   la   CSG   déductible   sur   les   revenus   du   capital.  Elle  est  désormais  de  5,1%  à  compter  des  revenus  2012.        L’ISF   dû   à   compter   de   2013   sera   calculé   par   application   d’un   barème  progressif   par   tranches.   Six   tranches   composent   ce   barème,   de   0,5%  (entre   0,8   et   1,3   million   €)   à   1,5%   (supérieur   à   10   millions   €).   Notons  toutefois  que  ce  relèvement  du  tarif  s’accompagne  par  la   réinstauration  du  plafonnement,  supprimée  dans  le  cadre  de  la  réforme  de  la  fiscalité  du   patrimoine   de   juillet   2011.   Ce   plafonnement   a   été   fixé   à   75%   du  montant   des   revenus   mondiaux   nets   du   montant   des   frais  professionnels   de   l’année   précédente.   Les   revenus   capitalisés   et  théoriques   ne   seront   finalement   pas   pris   en   compte   dans   le   calcul,   le  Conseil  ayant  censuré  cette  disposition.  Par  ailleurs,  le  montant  en  deçà  duquel   les   contribuables   peuvent   bénéficier   d’une   déclaration   simplifiée  a   été   abaissé   à   2,57   millions   €.   Rappelons   toutefois   que   les   dispositifs     4  
  • ISF-­‐PME   et   ISF-­‐dons   demeurent   inchangés.   Ils   demeurent   des   outils   de  défiscalisations   intéressants   (réduction   d’ISF   à   hauteur   de   50%   des  sommes   versées   sous   réserve   d’une   limitation   pour   le   premier,   à   75%  également  plafonnée  pour  le  second).    La   loi   de   finances   pour   2013   a   également   touché   l’apport-­‐cession   de  titres.   Il   s’agit   d’un   mécanisme   d’optimisation   fiscale   peu   connu   du  grand  public  qui  consiste  pour  un  contribuable  à  apporter  à  une  société  soumise   à   l’IS   des   titres   dont   la   plus-­‐value   d’échange   bénéficie   d’un  sursis   d’imposition   de   plein   droit   conformément   aux   dispositions   de  l’article  150  –  0  B  du  CGI.  Suite  à  l’apport,  la  société  cède  à  bref  délai  les  titres  à  un  tiers,  en  général  encore  à  leur  valeur  d’apport.   Ainsi,  lorsque  le   contribuable   contrôle   la   société   bénéficiaire,   il   apparaît   très  clairement   qu’il   bénéficie   des   liquidités   reçues   en   contrepartie   de   la  cession   et   ce,   sans   être   imposé   sur   la   plus-­‐value   d’échange.   L’imposition  n’aura  lieu  que  lors  de  la  cession  ultérieure  des  titres  remis  en  échange  et  se  calculera  sur  la  base  de  la  valeur  d’acquisition  des  titres  remis  en  échange,   diminué   ou   augmenté   selon   les   cas   de   la   soulte   versée   ou  reçue  pour  compenser  la  transaction.  Bien  avant  la  loi  de  finances  pour  2013,  le  Conseil  d’Etat  se  fondant  sur  l’article  64  du  LPF  avait  déjà  eu  à  maintes   reprises   l’occasion   de   qualifier   un   tel   montage   d’abus   de   droit  lorsque   les   gains   provenant   de   la   cession   n’étaient   pas   rapidement  réinvestis   dans   le   cadre   d’une   activité   économique.   Désormais,   une  solution   plus   radicale   vient   d’être   adoptée   par   le   législateur   puisqu’ils  exclut   purement   et   simplement   du   sursis   d’imposition   les   plus-­‐values  d’apport  de  titres  à  une  société  contrôlée  par  le  contribuable  auteur  de  l’apport.   Ces   plus-­‐values   seront   alors   soumises   à   un   régime   de   report  d’imposition   de   plein   droit,   ainsi,   l’échange   des   titres   ne   sera   plus  considéré  comme  une  simple  opération  dite  «  intercalaire  »  et  le  calcul  de   la   plus   value   se   fera   entre   le   prix   d’acquisition   des   titres   reçus   en  échange   et   celui   des   titres   remis   en   échange.   Il   sera   mis   donc   fin   au  report   d’imposition   lors   de   la   cession   à   titre   onéreux,   du   rachat   ou   du  remboursement   des   titres   reçus   en   rémunération   de   l’apport   ou   des  titres  apportés  à  la  société  bénéficiaire  (dans  ce  dernier  cas,  la  cession  le  rachat  ou  le  remboursement  devant  intervenir  dans  un  délai  de  3  ans  à  compter   de   l’apport   sauf   si   la   société   réinvestit   dans   un   délai   de   2   ans  suivant  la  cession,  au  moins  50%  du  produit  tiré  de  la  cession,  dans  une  activité   économique).   Evidemment,   il   sera   également   mis   fin   au   report  d’imposition  lorsque  le  contribuable  transfèrera  son  domicile  fiscal  hors  de   France   (l’article   167   bis   et   l’exit   tax   ayant   alors   vocation   à   s’appliquer    à  ce  genre  de  situation).       5  
  • La   loi   de   finances   pour   2013   modifie   également   le   régime   de   cession  d’usufruit   temporaire.   Rappelons   que   l’usufruit   temporaire   fait  référence   à   un   usufruit   consenti   pour   une   durée   fixe.   Jusqu’à   présent,  les   cessions   d’usufruit   temporaire   relevaient   du   régime   fiscal   des   plus-­‐values   selon   les   règles   de   droit   commun   (plus-­‐value   réalisée   par   un  particulier,   mobilière   ou   immobilière,   plus-­‐value   réalisée   par   le  professionnel  dans  le  cadre  de  son  activité).  Toutefois,  l’article  15  de  la  loi   de   finances   pour   2013   dispose   que   désormais,   le   prix   de   cession   de  l’usufruit   temporaire   sera   soumis   au   barème   progressif   de   l’IR   et   selon  les   types   de   revenus   susceptibles   d’être   encaissés   par   le   bien  démembré.   Autrement   dit,   le   produit   de   la   cession   sera   rattaché   pour  son  imposition  à  la  catégorie  (BIC,  BNC  etc.)  à  laquelle  se  rattachent  ou  se  rattacheraient  les  revenus  procurés  par  le  bien  ou  le  droit  sur  lequel  porte   l’usufruit   cédé.   Des   présomptions   de   rattachement   ont   été  prévues   lorsqu’il   est   impossible   de   déterminer   à   l’amiable   le   revenu  catégoriel  de  rattachement.  Ainsi  par  exemple  lorsque  l’usufruit  cédé  est  relatif   à   un   bien   immobilier,   des   parts   de   sociétés   à   prépondérance  immobilière,  le  produit  de  cession  sera  présumé  être  un  revenu  foncier.  Rappelons   par   ailleurs   que   ce   produit   de   cession   pourra   tout  naturellement  être  soumis  à  la  contribution  exceptionnelle  sur  les  hauts  revenus  entrée  en  vigueur  par  la  loi  de  finances  du  28  décembre  2011,  dont  le  dispositif  est  détaillé  à  l’article  223  sexies  du  CGI.    Comme   énoncé   précédemment,   le   régime   d’imposition   des   plus-­‐values  mobilières  ayant  été  modifié,  le  législateur  devait  modifier  et  adapter  le  dispositif   exit   tax.   Ainsi,   l’article   22   de   la   loi   de   finances   pour   2013  apporte   les   modifications   nécessaires   et   régit   le   transfert   de   domicile  fiscal   hors   de   France   à   compter   du   1er   janvier   2013.   Les   plus-­‐values  latentes   imposables   lors   du   transfert   du   domicile   fiscal   hors   de   France  bénéficieront   de   l’abattement   pour   durée   de   détention   de   titres  applicable   aux   gains   réalisés   à   compter   du   1er   janvier   2013   soumis   au  barème  de  l’IR.  Ces  plus-­‐values  pourront  demeurer  imposables  au  taux  forfaitaire   de   19%   si   le   cédant   a   opté   pour   le   régime   des   créateurs  d’entreprises,   à   défaut   elles   seront   imposées   au   titre   du   barème  progressif  de  l’IR.      B)  Fiscalité  des  entreprises.       6  
  • En  matière  de  fiscalité  des  entreprises,  la  mesure  la  plus  médiatisée  est  évidemment   le   crédit   d’impôt   pour   la   compétitivité   et   l’emploi,   lequel  sera  calculé  à  raison  des  rémunérations  inférieures  ou  égales  à  deux  fois  et   demie   le   SMIC   versé   au   cours   de   l’année   civile.   Ce   dispositif   a   un  champ   d’application   clairement   défini,   à   savoir   en   premier   lieu   que  seules   les   entreprises   imposées   d’après   leur   bénéfice   réel   pourront   en  bénéficier.   Autrement   dit,   le   texte   ne   s’applique   pas   aux   entreprises  imposées  au  titre  des  micro  BIC  ou  micro  BNC.  Toutefois,  ce  dispositif  ne  s’applique   pas   qu’aux   entreprises   puisque   sont   également   visés   les  syndicats   professionnels,   les   organisme   HLM,   les   unions   d’économie  sociale,  les  collectivités  locales,  les  fondations,  les  sociétés  coopératives  et  leurs  unions  etc.  (voir  la  liste  énoncée  à  l’article  207  du  CGI).  Dans  le  cadre   de   ce   crédit   d’impôt,   les   dépenses   à   prendre   en   compte   pour   le  calcul   du   crédit   sont   les   rémunérations   définies   pour   le   calcul   des  cotisations  de  sécurité  sociale.  Ce  sont  donc  toutes  les  sommes  versées  aux   salariés   en   contrepartie   et   notamment   les   salaires,   indemnités   de  congés   payés,   primes,   avantages   en   nature,   pourboires,   gratification  mais   pas   l’intéressement   ou   la   participation.   Seules   seront   retenues  dans   l’assiette   du   crédit   d’impôt   les   rémunérations   qui   n’excèdent   pas  deux   fois   et   demie   le   SMIC.   Attention   car   les   rémunérations   qui  dépassent  ce  montant  n’ouvrent  pas  droit  au  crédit  d’impôt  et  ce  même  pour   la   fraction   de   la   rémunération   n’excédant   pas   le   seuil.   Le   crédit  d’impôt   sera   calculé   annuellement,   le   taux   est   actuellement   fixé   à   4%  des   rémunérations   versées   en   2013   et   à   6%   de   celles   versées   au   cours  des   années   suivantes.   Pour   le   moment,   aucun   plafonnement   dans  l’octroi   de   ce   crédit   d’impôt   n’a   été   mis   en   œuvre.   Nul   doute   qu’un  dispositif   analogue   sera   institué   dans   les   années   qui   suivent.   Ce   crédit  une   fois   calculé   sera   imputé   sur   l’IR   ou   l’IS   du   par   le   contribuable   ou  l’entreprise   au   titre   de   l’année   au   cours   de   laquelle   les   rémunérations  ont   été   versées.   Le   montant   du   crédit   d’impôt   non   imputé   constituera  une  créance  sur  l’Etat  sans  plafonnement.    Autre   mesure   adoptée   touchant   la   fiscalité   des   entreprises,   l’article   31  de   la   loi   de   finances   pour   2013   qui   permet   la   déduction   des   aides   autres  qu’à   caractère   commercial   accordées   à   des   entreprises   en   difficultés  financières   en   application   d’un   accord   de   conciliation   constaté   par   le  Président   du   tribunal   de   commerce.   A   cet   effet,   rappelons   que   depuis   le  4  juillet  2012,  en  principe,  les  aides  accordées  à  une  autre  entreprise  ne  sont  plus  déductibles  au  titre  des  charges  financières  dès  lors  qu’elles  ne  présentent   pas   un   caractère   commercial.   Autrement   dit,   les   aides  purement   financières   sont   donc   exclues   du   régime   de   déduction.     7  
  • Toutefois,   une   exception   est   prévue   pour   les   aides   consenties   aux  entreprises   en   difficultés   financières   (conciliation   en   application   d’un  accord   homologué   mais   pas   constaté).  C’est   bien   là   l’innovation   de   la   loi  de   finances   pour   2013   –   article   39   alinéa   13   du   CGI.   En   effet   et   depuis   le  1er   janvier   2013,   les   aides   consenties   dans   le   cadre   d’un   accord   de  conciliation  constaté  au  sens  de  l’article  L.  611-­‐8  du  Code  de  commerce  seront   déductibles   au   même   titre   que   les   aides   consenties   dans   le   cadre  d’un   accord   homologué.   Cette   mesure   est   rétroactive   et   s’applique   pour  tous  les  exercices  clos  à  compter  du  4  juillet  2012.    Par   ailleurs,   l’article   20   de   la   loi   de   finances   pour   2013   modifie  également  le  régime  fiscal  aux  porteurs  de  parts  professionnels  lors  des  distributions  réalisées  par  des  FCP.  A  l’heure  actuelle,  rappelons  que  les  OPCVM   ont   pour   objet   la   constitution   et   la   gestion   de   portefeuilles  d’action  de  sociétés  en  faveur  de  divers  épargnants.  Lorsque  le  porteur  de   parts   est   soumis   à   l’IS,   ils   sont   imposés   dans   les   conditions   de   droit  commun   c’est   à   dire   au   taux   de   33,33%   en   clôture   d’exercice   selon   les  écarts  des  valeurs  liquidatives  de  leurs  parts  par  rapport  à  la  clôture  de  l’exercice   précédent.   Les   entreprises   soumises   à   l’IR   quant   à   elles,  bénéficient   d’un   report   d’imposition   à   raison   du   profit   ou   de   la   perte  résultant  de  la  cession  de  titres  par  un  FCP.  Autrement  dit,  la  quote-­‐part  de  résultat  revenant  à  l’entreprise  membre  du  FCP  n’est  comprise  dans  son   résultat   qu’au   titre   de   l’année   où   elle   cèdera   elle   même   ses   parts  détenues   dans   le   FCP.   Désormais,   les   plus-­‐values   réalisées   par   un   FCP  seront   imposables   dès   leur   distribution   par   le   fonds.   Elles   ne   peuvent  plus  bénéficier  d’un  report  d’imposition.   En  outre,  le  porteur  de  parts  va  être  imposée  au  taux  de  droit  commun  et  ne  pourra  plus  bénéficier  du  régime   des   plus-­‐values   à   long   terme   comme   c’était   le   cas   auparavant  pour   les   porteurs   de   parts   de   FCPR   fiscaux.   Ce   nouveau   régime  s’appliquera   pour   toutes   les   sommes   distribuées   par   les   OPCVM   à  compter  du  1er  janvier  2013.  Autre   modification   de   la   loi   fiscale   concernant   les   entreprises,   elle  touche   la   contribution   additionnelle   à   l’IS   de   3%   due   par   les   sociétés  françaises   ou   étrangères   passibles   de   l’IS   français   sur   le   montant   des  sommes  distribuées  à  compter  du  17  aout  2012.  Sont  toutefois  exclues  le   OPCVM,   les   PME   au   sens   du   droit   de   l’Union,   les   distributions   sous  forme   d’actions,   les   distributions   réalisées   au   sein   d’un   même   groupe  fiscal   et   enfin,   ni   les   distributions   opérées   par   les   SIIC   (sociétés  d’investissement   immobilier   cotées)   ayant   opté   pour   le   régime   spécial  prévu   à   l’article   208   C   du   CGI   à   d’autres   SIIC   ayant   opté   pour   le   même     8  
  • régime  et  les  détenant  à  plus  de  95%.  Toutefois  dans  ce  dernier  cas  de  figure,  l’exonération  est  conditionnée  par  une  obligation  de  distribution  dont  le  montant  varie  selon  le  type  de  produits  distribués.  L’article  36  de  la   loi   de   finances   exonère   de   la   contribution   additionnelle   les  distributions  que  les  SIIC  sont  tenus  d’effectuer.  Cette  exonération  vise  toutes   les   distributions   et   ce   quel   qu’en   soit   le   bénéficiaire   (autrement  dit,  il  ne  doit  plus  forcément  s’agir  d’une  SIIC).  Attention,  cette  mesure  ne   vise   que   les   distributions   intervenus   entre   le   1er   janvier   et   le   31  décembre  2013.    Ensuite,  la  loi  de  finances  pour  2013  a  également  touché  en  matière  d’IS  le   régime   de   déductibilité   des   charges   financières.   En   effet,   l’article   23  de   la   loi   de   finances   instaure   un   plafonnement   global   des   charges  financières   pour   les   entreprises   soumises   à   l’IS.   En   effet,   lorsqu’elles  atteignent   un   montant   au   moins   égal   à   3   millions   €,   les   charges  financières   nettes   ne   seront   déductibles   du   résultat   imposable   que   pour  une   certaine   fraction   de   leur   montant,   à   noter   toutefois   que   cette  mesure  ne  s’applique  pas  de  la  même  manière  selon  que  l’entreprise  fait  ou   non   partie   d’un   groupe   fiscal.   La   justification   de   cette   réforme   est  évidente.  Le  législateur  et  le  Président  de  la  République  ont  voulu  par  ce  biais   limiter   l’attractivité   du   territoire   français   par   rapport   aux   autres  Etats  européens  pour  les  opérations  de  transmissions  d’entreprises  par  endettement  autrement  dit,  les  opérations  de  leveraged  buyout  –  LBO,  consistant   au   rachat   d’une   entreprise   avec   un   financement   majoritaire  par   endettement   bancaire   (dette   senior,   dette   mezzanine,   souscription  de   junk   bonds,   high   yields),   réduisant   ainsi   la   mise   de   départ   en   fonds  propres   par   les   fonds   de   private   equity   qui   dégagent   au   terme   de  l’opération   soit   par   la   vente   des   titres   détenus   dans   la   cible,   soit   par  l’opération  de  reverse  LBO  consistant  en  une  introduction  en  bourse  de  la   cible   suite   au   rachat,   une   plus-­‐value   nette   dont   les   montants   sont  parfois   faramineux   et   demeurent   aujourd’hui   considérés   comme   des  gains   de   cessions   imposables   selon   le   régime   des   plus-­‐values   mais   qui  pourraient   rapidement   être   traités   comme   des   TSP   comme   l’évoque   la  notion  de  carried  interests.  Désormais,  selon  l’article  212  bis  du  CGI,  les  charges   financières   des   entreprises   non   membres   d’un   groupe   fiscal  doivent   être   réintégrées   au   résultat   imposable   pour   une   fraction  forfaitaire  fixée  à  15%  de  leur  montant  pour  2013  et  25%  à  compter  de  2014.   L’article   223   B   bis   prévoit   le   même   dispositif   concernant   les  groupes   de   sociétés,   la   réintégration   étant   alors   opérée   par   la   société  mère  pour  le  résultat  d’ensemble.  Ce  dispositif  concerne  les  entreprises  soumises  à  l’IS  et  rappelons  qu’il  importe  peu  que  celle-­‐ci  le  soit  de  plein     9  
  • droit  ou  sur  option.  Cela  s’applique  tout  naturellement  aux  sociétés  de  personnes   mais   alors,   dans   la   limite   de   la   quote-­‐part   revenant   aux  associés  qui  sont  eux  mêmes  soumis  à  l’IS  de  plein  droit  ou  sur  option.  Toutes   les   charges   financières   sont   retenues   par   le   dispositif,   peu  importe   l’origine   des   sommes   empruntées   et   leur   affectation.  Toutefois,  dans   le   calcul   des   charges   financières   nettes,   les   produits   de  participations  ne  seront  pas  retenus  pour  le  calcul  de  l’assiette.    Toujours   en   matière   d’IS,   l’article   22   de   la   loi   de   finances   pour   2013   a  modifié   les   modalités   de   calcul   concernant   la   quote-­‐part   de   frais   et  charges   dont   sont   redevables   les   entreprises   passibles   de   l’IS   lorsque   les  plus-­‐values   de   cession   de   titre   de   participation   sont   exonérées.  En   effet,  cette  quote-­‐part  ne  doit  plus  est  déterminée  sur  le  résultat  net  des  plus-­‐values   de   cession   mais   sur   le   résultat   brut.   Par   ailleurs,   le   taux   de   la  quote-­‐part   a   également   été   relevé.   Jusqu’alors,   elle   était   fixée  forfaitairement   à   10%   du   montant   net   des   plus-­‐values   de   cession  réalisées   au   cours   de   l’exercice.   Désormais,   c’est   le   montant   brut   qu’il  faudra  prendre  en  compte.  Par  ailleurs,  le  taux  passe  de  10  à  12%.    Egalement,   le   plafond   d’imputation   des   déficits   reportables   en   avant   a  été   abaissé   par   l’article   24   de   la   loi   de   finances   pour   2013.   En   2012  encore   et   en   vertu   de   l’article   209   I   du   CGI,   le   déficit   constaté   au   titre  d’un   exercice   ne   pouvait   être   déduit   de   l’exercice   suivant   que   dans   la  limite   d’un   montant   de   1   million   €,   majoré   de   60%   du   bénéfice   de  l’exercice  excédant  ce  seuil.  La  fraction  de  déficit  qui  ne  pouvait  pas  être  imputée   était   alors   reportable   sur   les   exercices   suivants   et   ce   sans  limitation   de   durée   particulière.   Désormais,   le   taux   de   majoration   est  abaissé,   il   passe   de   60   à   50%   du   bénéfice   imposable   excédant   la   limite  de   1   million   €.   Toutefois   il   convient   de   noter   une   mesure  d’assouplissement   puisque   le   plafond   fixe   de   1   million   €   pourra  désormais   comprendre   les   abandons   de   créances   consentis   à   des  entreprises  en  difficultés  (sauvegarde,  redressement  ou  liquidation  voire  même   un   accord   de   conciliation   homologué   mais   pas   constaté  !).   Ce  dispositif  s’appliquera  pour  les  exercices  clos  à  compter  du  31  décembre  2012.    De   la   même   manière,   le   régime   fiscal   des   apports   à   une   société   d’une  créance   rachetée   à   une   valeur   décotée   a   été   modifié.   Rappelons   qu’en  l’état  actuel  du  droit,  un  associé  peut  souscrire  à  une  augmentation  de  capital  de  sa  société  en  s’engageant  à  effectuer  de  nouveaux  apports.  Il  peut  s’agir  d’apports  en  cash,  mais  également  d’apports  en  nature  et  par     10  
  • exemple,   une   créance   détenue   sur   un   tiers.   Sur   le   plan   fiscal,   cette  opération  est  considérée  comme  un  acte  d’échange  valorisé  à  la  valeur  vénale   de   l’immobilisation   reçue.   Les   titres   reçus   en   contrepartie   sont  donc  inscrits  pour  leur  valeur  d’apport  soit  la  valeur  vénale  de  la  créance  apportée  et  l’opération  ne  dégage,  en  principe,  aucun  produit  imposable  à  rattacher  au  résultat  chez  la  société  apporteuse.  Le  nouveau  dispositif  détaillé   à   l’article   209   du   CGI   neutralise   le   profit   virtuel   constaté   chez  l’apporteur   lors   d’une   augmentation   de   capital   par   compensation   de  créances   liquides   et   exigibles   si   ces   créances   ont   été   acquises   auprès  d’un   créancier   tiers   non   lié   au   repreneur   ou   à   l’entreprise   débitrice.   Le  résultat   imposable   sera   donc   désormais   déterminé   en   fonction   de   la  différence   entre   le   prix   d’acquisition   de   la   créance   et   la   valeur   réelle   des  titres  reçus  en  contrepartie  de  l’apport  et  non  de  leur  valeur  nominale.    Très   succinctement,   il   faut   également   rappeler   que   la   contribution  exceptionnelle   a   été   prorogée   pour   deux   ans   supplémentaires.   Elle   est  due   par   les   entreprises   qui   réalisent   un   chiffre   d’affaires   supérieur   à   250  millions  €.  Son  montant  est  égal  à  5%  de  l’IS  dû  au  cours  de  l’exercice,  IS  déterminé  avant  imputation  des  réductions,  crédits  d’impôt  et  créances  fiscales.  L’article   71   de   la   loi   de   finances   pour   2013   instaure   également   un  nouveau  crédit  d’impôt  pour  les  dépenses  d’innovation   engagées  par  les  PME.   Sont   concernées   exclusivement   les   PME   qui   répondent   à   la  définition  européenne  à  savoir,  avoir  un  effectif  inférieur  à  250  salariés,  un   chiffre   d’affaires   n’excédant   pas   50   millions   €   ou   un   total   du   bilan  n’excédant  pas  43  millions  €.  Cela  vise  les  opérations  de  conception  de  prototypes  de  nouveaux  produits  ou  d’installations  pilotes  de  nouveaux  produits.   Le   taux   du   crédit   d’impôt   est   fixé   à   20%   mais   les   dépenses  éligibles  au  crédit  d’impôt  sont  plafonnées  à  400.000  €  par  an.  Les  deux  premières  années,  le  taux  du  crédit  d’impôt  peut  être  majoré  à  de  30  à  40%   à   condition   que   l’entreprise   n’ait   pas   bénéficié   du   crédit   d’impôt   au  cours  des  5  dernières  années.     I  –  Les  principales  censures  du  Conseil  constitutionnel.  Le   Conseil   constitutionnel   a   censuré   plusieurs   mesures,   dont   voici   les  principales.    Tout   d’abord   et   les   médias   en   ont   beaucoup   parlé,   la   contribution  exceptionnelle   sur   les   très   hauts   revenus   d’activité.   Cette   contribution  de   18%   prévue   à   l’article   12   de   la   loi   de   finances   aboutissait   à   une     11  
  • taxation   globale   de   75%.   Pour   annuler   cette   disposition,   le   Conseil  constitutionnel   s’est   fondé   sur   la   violation   du   principe   de   taxation   au  niveau  du  foyer  fiscal  applicable  en  matière  d’IR.  En  effet,  la  contribution  avait   pour   assiette   les   revenus   d’activités   de   chaque   personne  physique,  deux   foyers   fiscaux   pouvant   dès   lors   être   assujettis   ou   exonérés   de   la  contribution   en   fonction   de   la   répartition   des   revenus   entre   les  membres  du  foyer  fiscal.  Il  ne  fut  donc  pas  nécessaire  pour  les  sages  de  se  prononcer  sur  le  caractère  confiscatoire  de  la  contribution,  la  simple  violation  du  principe  d’égalité  devant  les  charges  publiques  ayant  suffit  à  invalider  la  mesure.    Par   ailleurs,   l’article   15   de   la   loi   de   finances   prévoyait   une   réforme   en  profondeur   du   régime   d’imposition   des   plus-­‐values   réalisées   sur   les  terrains  à  bâtir.  Celles-­‐ci  devaient  en  effet  être  soumises  au  barème  de  l’IR,  la  taxation  pouvant  dès  lors  se  porter  pour  certains  contribuables  à  82%.  Evidemment,  le  Conseil  a  censuré  cette  mesure,  estimant  que  cet  impôt  faisait  peser  sur  les  contribuables  une  charge  excessive  au  regard  de   leur   capacité   contributive,   contraire   au   principe   d’égalité   devant   les  charges  publiques.  Rappelons  également  que  l’abattement  exceptionnel  de   20%   prévu   dans   le   même   article   pour   toutes   les   autres   cessions  d’immeubles  autres  que  des  terrains  à  bâtir  a  également  été  invalidé  par  les  sages.    Comme  énoncé  en  début  d’article,  une  importante  réforme  a  eu  lieu  en  matière   d’imposition   des   dividendes   et   autres   revenus   de   placement   à  revenus  fixes.  Ils  sont  désormais  soumis  au  barème  de  l’IR,  ce  qui  a  été  jugé   conforme   à   la   Constitution.   Toutefois,   le   législateur   avait   prévu  l’application  rétroactive  de  cette  mesure  aux  personnes  qui,  ayant  opté  pour   le   PFL,   s’étaient   déjà   acquittées   de   l’impôt   en   2012.   Le   Conseil   a  tout   naturellement   sanctionné   cette   dernière   disposition.   Selon   une  jurisprudence   classique   du   Conseil,   on   sait   que   celui-­‐ci   exige   un   motif  d’intérêt   général   pour   admettre   la   rétroactivité   en   matière   fiscale.   En  l’espèce,   la   volonté   du   législateur   d’assurer   des   recettes   fiscales  supplémentaires   ne   constitue   pas   un   motif   d’intérêt   général   suffisant  pour   remettre   en   cause   le   caractère   libératoire   des   prélèvements   déjà  acquittés  en  2012.  En   matière   d’ISF,   le   nombre   de   tranches   a   augmenté   et   le   taux   a   été  rehaussé   mais   le   Conseil   a   validé   ces   mesures,   puisque   le   législateur  s’était   engagé   dans   la   loi   de   finances   à   maintenir   exclus   totalement   ou  partiellement  de  l’assiette  de  l’ISF  de  nombreux  biens.  Par  ailleurs  et  on     12  
  • l’a  déjà  évoqué,  le  législateur  a  réinstauré  un  dispositif  de  plafonnement  limitant   le   montant   d’ISF   et   d’IR   à   75%   des   revenus   du   contribuable.  Toutefois,  il  convient  de  bien  noter  que  le  Conseil  a  censuré  la  prise  en  compte  pour  le  calcul  de  ce  plafonnement  les  bénéfices  ou  revenus  que  le   redevables   n’a   pas   réalisés   ou   dont   il   ne   dispose   pas   (ainsi,   la   création  d’une  holding  et  le  stockage  des  sommes).    Enfin,   le   Conseil   a   sanctionné   quelques   cavaliers   budgétaires.   D’abord  l’article   8   de   la   loi   de   finances   selon   lequel,   il   était   interdit   à   toute  personne  physique  de  faire  un  don  de  plus  de  7.500  €  à  ou  un  plusieurs  partis  politiques  au  cours  de  la  même  année  et  fixant  par  conséquent,  la  limite   maximale   de   déduction   des   dons   aux   partis   politiques   à   7.500   €.  Ensuite,   larticle   104   de   la   loi,   relatif   aux   travaux   dans   les   zones   pour  lesquelles   un   plan   de   prévention   des   risques   technologiques,   qui  imposait   aux   professionnels   et   communes   concernés   une   participation  financière   obligatoire   et   incluait   cette   participation   dans   lassiette   du  crédit  dimpôt  auquel  les  travaux  ouvrent  droit.    Enfin,   notons   que   l’article   14   qui   prévoyait   la   prorogation   d’un   régime  fiscal  de  faveur  pour  les  successions  portant  sur  des  immeubles  situés  en  Corse   a   été   invalidé   par   le   Conseil.   Il   a   en   effet   considéré   que   cette  mesure   conduisait   à   exonérer   sans   motif   légitime   de   droits   de  successions  certains  contribuables.           13