Lehman brothers - Crise des subprimes
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Lehman brothers - Crise des subprimes

on

  • 3,599 views

Le 15 septembre 2008, la quatrième banque de Wall Street faisait faillite.

Le 15 septembre 2008, la quatrième banque de Wall Street faisait faillite.

Statistics

Views

Total Views
3,599
Views on SlideShare
3,599
Embed Views
0

Actions

Likes
2
Downloads
49
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Lehman brothers - Crise des subprimes Lehman brothers - Crise des subprimes Document Transcript

  •  LEHMAN  BROTHERS  GRANDEURS  ET  DÉCADENCES  DU  NUMÉRO  4  DE  WALL  STREET.  Guillaume  ALLEGRE,  Magistère  Droit,  Fiscalité  et  Comptabilité.        
  •   2  Nous   sommes   dans   la   nuit   du   14   septembre   2008   (nuit   de   dimanche   à   lundi)   sur   la  septième   avenue   de   Manhattan   à   New   York.   Il   est   exactement   2.18   AM   lorsque   les  lumières   de   la   banque   d’affaires   Lehman   Brothers   s’éteignent   à   tout   jamais,   dans   le  bureau  le  plus  élevé  du  bâtiment.  Harvey  R.  Miller,  le  plus  grand  avocat  américain  en  droit  des  faillites  selon  le  New  York  Times,  vient  de  décréter,  en  compagnie  de  Richard  Fuld  et  de  quelques  collaborateurs,  la  banqueroute  de  l’établissement  bancaire.  Le   11   septembre   2008,   le   Président   du   conseil   d’administration   et   Directeur   général  (PDG)  de  Lehman  Brothers  déclarait  «  on  va  coincer  tous  ceux  qui  pratiquent  la  vente  à  découvert  sur  notre  action,  et  on  va  serrer  très  fort  !  Ce  que  je  veux,  c’est  les  attraper,  leur  arracher  le  cœur  et  le  bouffer  avant  qu’ils  crèvent  !  ».  Quelques  jours  plus  tard,  la  multinationale  faisait  faillite  faute  de  repreneurs,  entrainant  pour  les  jours,  semaines,  mois  et  désormais  années  à  venir,  une  crise  sans  précédent  sur  les  places  financières  mondiales.  Malgré  le  sauvetage  des  banques  partout  dans  le  monde  par  les  Etats,  la  faillite  de  Lehman  Brothers  outre  les  marchés  financiers,  aura  également  eu  un  impact  sur  l’économie  réelle,  plongeant  les  USA  et  l’Europe  dans  la  plus  grosse  connue  depuis  1929   et   le   jeudi   noir.   Si   le   contexte   économique   actuel   n’est   qu’en   partie   la  conséquence  de  la  crise  des  dettes  souveraines  qui  a  pris  le  relais  de  la  crise  de  2008,  si  les  erreurs  grossières  commises  par  les  banques  semblent  peu  à  peu  se  faire  oublier  des  citoyens   et   des   Etats,   l’Histoire   se   souviendra   à   jamais   des   employés   de   la   banque  quittant  les  bureaux  du  siège  social  le  lundi  matin,  un  carton  dans  les  mains  et  sensation  que  le  ciel  leur  tomber  sur  la  tête.    Mais  comment  a-­‐t-­‐on  pu  en  arriver  à  une  telle  désillusion  ?  Quels  ont  été  les  facteurs  financiers,   politiques   et   économiques   qui   ont   conduit   Lehman   Brothers   à   la   faillite  ?  Comment  l’un  des  plus  gros  établissements  financiers  du  monde  a-­‐t-­‐il  pu  garder  aussi  longtemps  les  yeux  fermés  sur  les  produits  toxiques  en  circulation  sur  les  marchés  ?    Histoire  d’une  faillite  inévitable  aux  conséquences  dramatiques…  En   1844,   Henry   Lehman  quitta   l’Allemagne   pour   se  rendre   à   Montgomery,   en  Alabama,   où   il   créa   une  petite  boutique  vendant  des  produits   dépicerie,   produits  secs,   et   des   ustensiles   pour  les   producteurs   de   coton  locaux.   En   1850,   ses   deux  frères,  Emanuel  et  Mayer,  le  rejoignent   dans   lentreprise  qu’ils   décident   ensemble  d’appeler  «  Lehman  Brothers  ».  Après  la  mort  de  Henry  Lehman  en  1855  à  lâge  de  33  ans,  les  deux  jeunes  frères  dirigent  lentreprise  pour  les  quatre  prochaines  décennies.    
  •   3  Peu   de   temps   après   sa   fondation,   Lehman   Brothers   a   rapidement   évolué   vers   une  activité  de  courtier  en  marchandises.  Comme  lentreprise  grandit  vite,  un  partenariat  est  conclu  avec  le  marchand  de  coton  John  Wesley  Durr  pour  construire  un  entrepôt  de  stockage  de  coton,  ce  qui  permet  à  Lehman  Brothers  se  livrer  à  des  ventes  de  plus  en  plus   importantes.   Un   bureau   de   New   York   ouvre   ses   portes   en   1858,   donnant   à   la  société  une  présence  plus  forte  dans  le  négoce  des  matières  premières  mais  lui  offrant  surtout  un  véritable  pied  dans  la  communauté  financière.  L’essentiel  de  ses  activités  étant  liées  à  léconomie  du  Sud,  Lehman  Brothers  na  pas  échappé  à  la  misère  de  la  guerre  civile.  Le  siège  social  fut  reconstruit  après  la  guerre,  en  concentrant   l’activité   au   bureau   de   New   York.   En   1870,   Lehman   Brothers   dirige   la  formation   du   «  New   York   Cotton   Exchange  »,   la   première   entreprise   commerciale.  Mayer  Lehman  fut  nommé  à  son  premier  conseil  dadministration.  Comme  les  ventes  de  marchandises   et   les   activités   commerciales   ont   augmenté   pour   inclure   dautres  produits,  la  société  a  également  contribué  à  établir  la  Bourse  du  café  et  la  Bourse  du  pétrole.    En  raison  de  son  héritage  du  Sud  et  les  connexions  du  Nord,  Lehman  Brothers  a  été  désigné  pour  être  lagent  financier  du  gouvernement  de  lAlabama  afin  d’aider  à  vendre  les  obligations  de  lÉtat  en  1867.  L’entreprise  a  également  été  affectée  au  service  des  dettes   de   lEtat,   des   paiements   dintérêts   et   autres   obligations,   ce   qui   fût   le  commencement  d’une  longue  tradition  dans  les  finances  municipales.  Le  développement  rapide  des  chemins  de  fer  a  contribué  à  transformer  profondément  l’économie   américaine   dans   les   années   suivant   la   guerre   civile.   Le   boom   de   la  construction   du   chemin   de   fer   a   entraîné   une   énorme   activité   sur   Wall   Street,   les  entreprises  se  tournant  évidemment  vers  les  marchés  financiers  pour  lever  les  fonds  nécessaires.  Kuhn,  Loeb  &  Co.,  qui  a  fusionné  avec  Lehman  Brothers  près  dun  siècle  plus   tard,   a   été   lun   des   principaux   conseillers   financiers   et   assureurs   de   lindustrie  ferroviaire.  Le  cabinet  a  été  engagé  dans  le  financement  des  chemins  de  fer  à  travers  le  pays.    En   1887,   lentreprise   est   devenue   membre   de   la   Bourse   de   New   York,   marquant  lévolution  de  Lehman  Brothers  à  partir  d’une  entreprise  de  matières  premières  à  une  banque  daffaires.  Le  bureau  de  New  York  développa  une  véritable  activité  de  négoce  de  titres  et  Lehman  Brothers  intensifia  cette  voie.  La  banque  est  également  de  plus  en  plus  impliquée  dans  le  conseil  financier,  ce  qui  fut  la  base  pour  le  développement  de  lactivité  de  souscription  dans  les  années  1900.  Pendant  20  ans  à  compter  de  1906,  le  fils  Emanuel,  Philip  Lehman,  et  Henry  Goldman,  le  partenaire  dominant  de  la  firme  Goldman  Sachs,  ont  formé  petit  à  petit  une  alliance  pour  financer  lindustrie  du  détail  émergent.    
  •   4  Lehman  Brothers  était  un  bailleur  de  fonds  au  début  de  lindustrie  du  divertissement,  Comme  lindustrie  du  cinéma  s’est  développée  dans  les  années  1930,  Lehman  Brothers  a  pu,  notamment,  aidé  à  financer  «  20th  Century  Fox  ».  Lehman  Brothers  a  été  lune  des  premières  entreprises  à  mettre  au  point  un  nouveau  mode   de   financement   connu   sous   le   nom   de   private   equity.   Ces   prêts   entre  emprunteurs  de  premier  ordre  et  prêteurs  privés  permettait  aux  emprunteurs  de  lever  des  capitaux  et  aux  prêteurs  de  recevoir  un  rendement  approprié  avec  un  niveau  de  risque   tolérable.   Novatrice   à   lépoque,   le   private   equity   est   une   technique   de  financement  majeure  aujourdhui.  Le  développement  rapide  du  high-­‐tech  depuis  les  années  1980  constitua  un  nouveau  marché  pour  la  banque  d’affaires.  Lehman  Brothers  a  acheté  sur  ces  nouveaux  marchés  des  entreprises  comme  Intel,  la  société  qui  a  introduit  le  premier  microprocesseur  au  monde.    En  1984,  Lehman  Brothers  est  acquis  par  American  Express  et  fusionne  avec  Shearson  (banque   d’investissement   et   société   de   courtage)   pour   former   Shearson   Lehman  Brothers.   Petit   à   petit   American   Express   a   commencé   à   se   séparer   de   ses   services  financiers  et  finalement,  en  1993,  Lehman  Brothers  a  été  cédé.    En  2000,  Lehman  a  célébré  son  150ème  anniversaire.  Les  bureaux  de  la  société  ont  été  détruits  par  les  attentats  terroristes  de  2001,  et  finalement  elle  emménage  dans  son  nouveau  siège  social  mondial  à  Manhattan  en  2002.    Après  avoir  brièvement  décrit  l’histoire  de  Lehman  Brothers,  il  faut,  avant  d’en  étudier  la  faillite,  se  concentrer  quelques  instants  sur  l’origine  de  cette  faillite  à  savoir,  la  crise  des  subprimes.    Contrairement   à   ce   que   pense   la   majorité   des   analystes   aujourd’hui,   cette   crise   est  selon  moi  au  moins  aussi  grave  que  la  crise  financière  (et  non  pas  la  crise  économique)  de  1929.    Tout   commence   à   l’éclatement   de   la   bulle   internet   en   2000   aux   Etats   Unis.   La   bulle  internet  représente  ce  que  l’on  pourrait  appeler  l’engouement  très  rapide  pour  le  world  wide  web  avec  un  retour  de  bâton  fracassant.  Dans  les  années  1990,  le  développement  d’internet   aux   Etats   Unis   prend   un   envol   décisif,   notamment   par   la   naissance   du  premier   navigateur   grand   public.   D’innombrables   start-­‐ups   voient   fleurissent   comme  des  champignons  et  beaucoup  de  grandes  sociétés  commencent  à  investir  massivement  en  la  matière.  L’euphorie  atteint  une  première  apogée  en  1995  avec  l’IPO  de  Netscape.  Le  prix  d’introduction  est  de  28  dollars  au  matin  de  l’introduction  en  bourse,  il  clôturera  à  plus  de  75  en  fin  de  journée,  de  la  pure  folie,  la  société  est  valorisée  en  quelques  heures  à  2  milliards  de  dollars  de  capitalisation.  Alan  Greenspan,  le  patron  de  la  Fed  aux  Etats   Unis,   voie   là   une   opportunité   pour   booster   encore   plus   le   développement   de  l’économie,  il  décide  d’abaisser  le  taux  directeur  de  la  Fed  ce  qui  incite  de  plus  en  plus  de   start-­‐ups   à   se   lancer   dans   la   grande   aventure   d’internet.   L’apogée   de   la   stupidité  
  •   5  financière  est  atteinte  en  1999  lorsque  Nokia  connaît  une  croissance  de  246%  en  un  an.  On   croirait   rêver.   Devant   ce   signal   alarmiste   de   déconnection   absolument   totale   de  l’économie   réelle   avec   les   marchés   financiers,   Greenspan   sait   qu’il   doit   absolument  relever   le   taux   de   refinancement.   C’est   ce   qu’il   fera   en   1999,   à   six   reprises.  Malheureusement,  il  est  déjà  trop  tard,  en  mars  2000,  un  krach  boursier  commence  à  se  profiler  et  les  pertes  sur  Wall  Street  sont  démentielles.  Plusieurs  sociétés  font  faillites  et   comme   si   cela   ne   suffisait   pas,   des   scandales   financiers   frappent   certains   grands  noms   comme   Enron   qui   était   parvenu   à   dissimuler   des   pertes   via   des   actifs   non  consolidés.  Il  faudra  plus  de  deux  ans  au  NASDAQ,  pour  s’en  remettre  et  retrouver  des  niveaux  habituels.    En  effet,  le  11  septembre  2001  éclatent  les  attentats  des  tours  jumelles  du  World  Trade  Center  implantées  à  New  York  en  plein  quartier  d’affaires.  L’Amérique,  symbole  de  la  puissance  économique  et  militaire  mondiale,  est  touchée  en  plein  cœur  et  l’économie  des  Etats  Unis  est  sur  le  point  d’être  asphyxiée.  La  bulle  internet  en  2000  et  les  attentats  de   2001   ont   presque   eu   raison   des   américains.   La   Fed   (Federal   Reserve,   la   banque  centrale  des  Etats  Unis)  est  alors  contrainte  de  prendre  deux  mesures  afin  d’éviter  le  drame   financier.   Deux   mesures   d’essence   keynésienne   vont   être   adoptées,   Alan  Greenspan   étant   encore   à   la   tête   de   la   Fed.   D’une   part,   l’injection   d’argent   dans   le  système  monétaire  pour  relancer  l’économie  via  un  quantitative  easing  massif.  L’afflux  de  liquidités  via  la  planche  à  billets  permettra  selon  Greenspan  de  relancer  la  croissance  en  berne.  D’autre  part,  le  maintien  du  principal  taux  directeur  dit  «  taux  REFI  »  (c’est  à  dire  le  taux  auquel  les  banques  se  refinancent  auprès  de  Fed)  à  1%.  L’action  sur  le  taux  de  refinancement  d’une  banque  centrale  est  l’emprunte  keynésienne  par  nature.  Les  hauts   fonctionnaires   peuvent   ainsi   maitriser   l’émission   et   surtout,   la   valeur   de   la  monnaie  en  circulation  dans  l’économie.    On  a  coutume  de  dire  que  la  valeur  de  la  monnaie  dépend  uniquement  de  la  confiance  qu’en  ont  les  épargnants  et  investisseurs,  et  c’est  vrai.  Quelle  valeur  peut  bien  avoir  un  bout  de  papier  si  ce  n’est  représenter  la  confiance  accordée  par  celui  qui  l’accepte  à  celui  qui  l’émet  ?    Dès  lors,  il  apparaît  comme  une  évidence  que  plus  un  Etat  produit  de  monnaie,  moins  celle-­‐ci  a  de  la  valeur  par  rapport  aux  autres  (il  est  intéressant  de  faire  le  parallèle  avec  la  politique  mondiale  menée  actuellement  par  la  BoJ  –  Bank  of  Japan,  la  Fed,  et  depuis  le   2   mais   2013,   la   BCE   qui   par   l’intermédiaire   de   Mario   Draghi   consent   à   entrainer  l’Europe  dans  la  course  folle  vers  les  ruine  qui  semblait  pourtant  déjà  acquise  aux  Etats  Unis  via  le  quantitative  easing  infini  appliqué  par  Bernanke,  nouveau  directeur  de  la  Fed  ayant   succédé   à   Greenspan).   La   décision   prise   en   ce   sens   par   Greenspan   avait   donc  deux  objectifs  principaux.  En  premier  lieu,  diminuer  le  taux  directeur  aurait  permis  de  faire  baisser  le  dollar  et  donc  de  booster  les  exportations  américaines.  En  second  lieu,  la  pratique   d’un   taux   d’intérêt   à   1%   aurait   eu   une   conséquence   également   sur   les  ménages   américains   qui,   y   voyant   une   condition   de   financement   préférentielle   et  exceptionnelle,   auraient   tout   le   loisir   de   consommer   d’avantage   et   d’accentuer  massivement  l’offre  sur  le  marché.    
  •   6  Quoi   qu’il   en   soit,   libéraux   et   keynésiens   sont   d’accord   sur   un   point.   La   politique   de  Greenspan   soutenue   par   Bush   aura   contribué   en   très   grande   partie   à   la   crise   des  subprimes  que  connaîtront  les  Etats  Unis  en  2007.    Dans  le  jargon  bancaire,  le  «  prime  »  est  un  prêt  dont  la  solvabilité  estimée  du  débiteur  permet   de   considérer   comme   très   faible   la   probabilité   d’un   défaut   de   paiement,  bénéficiant  par  conséquent  du  taux  d’intérêt  le  plus  favorable  possible.  Par  conséquent  a   contrario,   le   terme   «  subprimes  »   représente   quant   à   lui   les   prêts   octroyés   à   des  débiteurs   de   moindre   solvabilité,   d’où   le   risque   de   non   remboursement   élevé,   d’où  évidemment   le   taux   d’intérêt   de   plus   en   plus   élevé   au   fil   du   temps.   Les   ménages  américains  qui,  malheureusement  pour  eux,  ont  consenti  à  emprunter  des  fonds  aux  banques   spécialisées   en   subprimes,   sont   appelés   «  ménages   subprimes  ».   Les   prêts  subprimes   étaient   dits   prêts   menteurs,   ou   encore   prêts   à   neutrons   dans   le   milieu  financier   de   l’époque   (cette   dénomination   tire   en   réalité   sa   source   du   fait   que   le  neutron  est  une  arme  qui  détruit  les  hommes  mais  laisse  intacts  les  bâtiments).  Quelles  étaient  les  cibles  privilégiées  des  prêts  subprimes  ?  D’une  manière  générale,  toutes  les  catégories  vulnérables  de  la  société  américain  :  les  minorités  ethniques,  les  hispaniques,  les  noirs,  les  pauvres,  les  vieux  et  les  handicapés.  Les  contrats  de  prêts  étaient  le  plus  souvent   conclu   en   infraction   avec   les   règles   pénales   classiques  :   abus   de   confiance,  escroquerie,  abus  de  faiblesse  etc.  Le  prix  de  maison  lui  aussi,  était  très  souvent  truqué  et  élaboré  de  manière  frauduleuse,  ce  qui  fait  dire  à  certains  auteurs  que  la  crise  des  subprimes  est  une  crise  criminelle.  Les   banques   spécialisées   en   subprimes  ne  sont  pas  toutes  des  banques  comme  les  autres  que  l’on  a  l’habitude  de  voir  dans  le  paysage  bancaire  américain.  On  croise   en   effet   plus   souvent   des  institutions  bancaires  constituées  par  le    gouvernement   lui-­‐même,   dont   les   plus  connues   sont   Freddie   Mac   et   Fannie  Mae.   Elles   ont   pour   objet   l’achat  d’hypothèques  sur  le  marché  des  prêts  hypothécaires   et   leur   revente   sur   le  marché   financier   mondial,   contaminant  ainsi  tout  le  système  boursier.    Dans  les  années  2004/2005,  le  rêve  américain  si  on  peut  l’appeler  ainsi,  en  est  à  son  apogée.  Tout  américain  quel  qu’il  soit,  du  cadre  supérieur  au  maçon,  rêve  de  devenir  propriétaire   de   son   logement.   Il   faut   dire   que   la   politique   interventionniste   étatique  conduite  jusqu’alors  n’a  fait  qu’accentuer  le  symbole  bobo  et  inciter  les  particuliers  quel  que  soit  le  niveau  de  leurs  revenus,  à  solliciter  un  prêt  pour  être  propriétaires  de  leurs  toits.    
  •   7  Les  ménages  à  faibles  revenus  sont  en  outre  attirés  par  la  pratique  d’un  accroissement  progressif  des  taux  d’intérêts  qui  demeurent  très  faibles  lors  de  la  conclusion  du  contrat  de  prêt,  mais  ne  cessent  d’augmenter  au  fil  du  remboursement.  Pour  ne  prendre  aucun  risque  démesuré,  les  banques  ont  veillé  à  prendre  les  garanties  qui  s’imposaient.  Des  clauses  d’indexation  du  taux  d’intérêt  sur  le  taux  directeur  de  la  Fed  étaient  en  effet  systématiquement   incluses   dans   les   contrats   de   prêts   conclus   avec   les   ménages  subprimes.   Par   conséquent,   le   prêteur   prévoyait   contractuellement   la   possibilité   de  relever,  à  sa  guise,  le  taux  d’intérêt  du  prêt  si  Greenspan  au  cours  d’un  instant  de  folie  eut   l’idée   de   rehausser   le   taux   REFI.   Enfin,   dans   l’hypothèse   où   le   ménage   ne  parviendrait   pas   à   rembourser   sa   dette,   l’établissement   créditeur   conserverait   bien  évidemment  la  possibilité  de  faire  saisir  le  bien  et  de  le  faire  vendre  pour  se  payer  sur  le  prix  de  vente.  Malgré  cette  couverture  contractuelle,  quel  peut  bien  être  l’intérêt  pour  une  banque  de  prêter   à   des   personnes   dont   elle   sait   pertinemment   qu’elle   ne   remboursera   pas   le  capital   versé?   Aucun   pourriez   vous   penser   a   priori,   mais   il   convient   de   se   poser   la  question  inverse.  Quel  est  le  risque  encouru  par  la  banque  en  prêtant  à  un  insolvable  ?  Aucun  non  plus  puisque  les  prix  de  l’immobilier  en  Amérique  à  cette  époque  ne  cessent  de  croitre.  Comme  l’immobilier  augmente,  la  valeur  du  logement  vaut  (x)  fois  plus  que  la   valeur   qu’il   avait   lors   de   la   mise   à   disposition   des   fonds   dans   le   cadre   du   prêt  contracté.   Dès   lors,   les   deux   parties   au   contrat   sont   gagnantes   dans   tous   les   cas   de  figure.   La   banque   impayée   revend   l’immeuble   et   retrouvera   quoi   qu’il   en   soit   le  montant  qu’elle  a  prêté.  Le  particulier  s’il  parvient  à  rembourser  le  prêt  peut  quant  à  lui  réaliser  une  incroyable  plus-­‐value  (on  remarque  ici,  qu’il  s’agit  ni  plus  ni  moins  d’une  application  de  l’acquisition  à  effet  de  levier  par  une  personne  physique).    Courant  2006,  les  impayés  pour  les  banques  s’accentuent  assez  fortement  et  l’équation  mathématique   jusque   là   très   simple   se   complique   légèrement   pour   les   banques.   En  effet,  quand  la  proportion  de  ménages  insolvables  qui  ne  parviennent  pas  à  rembourser  leur  prêt  reste  faible  et  que  l’immobilier  augmente,  la  banque  ne  court  aucun  risque,  mais   quand   cette   proportion   augmente   et   que   la   hausse   de   l’immobilier   se   tasse,  l’opération  jusqu’alors  ultra-­‐bénéfique  et  bénéficiaire  pour  la  banque  peut  basculer  et  se   transformer   à   une   opération   à   perte.   Mais,   cela   serait   bien   mal   connaître   les  banquiers  de  la  place  qui,  plus  que  jamais  attirés  par  l’appât  du  gain,  vont  trouver  un  remède  à  ce  premier  obstacle  financier.  Les   dispensateurs   de   crédits   bien   décidés   à   ne   pas   porter   à   eux   mêmes   la   majeure  partie   du   risque,   eurent   l’ingénieuse   idée   d’acheter   des   bons   du   Trésor   américain,  obligations  dont  la  valeur  est  sûre  et  qui  inspire  confiance  à  tous  les  investisseurs.  Très  simplement,  le  bon  du  Trésor,  américain  ou  autre  peu  importe,  est  un  titre  de  créance  que  détient  le  propriétaire  (l’investisseur/épargnant)  sur  l’Etat.    Ce  titre  de  créance  est  dénommé   «  obligation  »   par   opposition   à   l’action   (l’actionnaire   contrairement   à  l’obligataire  est  détenteur  d’un  titre  de  propriété).  Le  raisonnement  des  banques  était  bien  huilé.  Qui  mieux  que  l’Etat  offre  une  capacité  de  remboursement  infaillible  ?  Pour  renforcer  le  raisonnement,  il  faut  noter  qu’en  2005/2006,  l’Etat  américain  s’est  d’ores  
  •   8  et  déjà  bien  désendetté,  sa  capacité  de  rembourser  le  capital  investi  par  les  détenteurs  de   bons   du   Trésor   est   quasi   parfaite,   aucun   risque   donc   pour   nos   banques,   qui   se  lancent   dans   une   course   folle   à   l’achat   sur   le   marché   de   ces   titres   de   créances  négociables.  Pendant  ce  temps,  la  bulle  immobilière  continue  de  grossir.  Fin  2005,  les  analystes   font   les   comptes  :   l’immobilier   a   pris   15%   en   seulement   une   année,  incroyable.  Parallèlement   à   ces   acquisitions   d’obligations,   les   banques   commencent   dès   2005   à  regrouper  les  crédits  subprimes  dans  un  pool  structuré  (asset  backed  securities  –  ABS),  titrisé  et  déplacé  dans  un  véhicule  spécial  d’investissement  (special  purpose  vehicle  –  SPV)  par  le  biais  d’un  CDO  –  collateralized  debt  obligation.  Le  CDO  est  un  malin  moyen  pour  se  défaire  du  risque  d’un  crédit,  surtout  quand  ce  dernier  est  douteux.  Il  permet  en  effet  de  déconnecter  le  risque  de  crédit  du  portefeuille  de  la  banque  qui  a  consenti  le  prêt  et  ce  comme  dit  ci-­‐dessus  par  la  création  d’un  véhicule  ad  hoc  c’est  à  dire,  crée  pour  l’occasion  (en  France,  ce  véhicule  est  appelé  «  Fonds  commun  de  titrisation  »).  Les  techniques   d’émission   des   CDO   sont   diverses   et   extrêmement   complexes,   mais   pour  faire  simple,  il  s’agit  d’un  titre  qui  représente  un  portefeuille  de  créances  bancaires  (ici,  le  CDO  représente  donc  les  créances  de  prêt  et  indirectement,  les  créances  portant  sur  le  prix  de  vente  de  l’immeuble  si  le  ménage  subprime  ne  rembourse  pas  le  capital  dû).  Les  CDO  sont  découpés  en  plusieurs  tranches  et  les  banques  y  ont  vu  là  l’opportunité  de  créer   un   millefeuille   incroyable.   Elles   avaient   le   choix   de   vendre   aux   acquéreurs   des  produits  plus  ou  moins  risqués  selon  la  tranche  choisie.  Les  praticiens  et  financiers  présentent  la  mise  en  place  d’un  CDO  en  trois  étapes.  Dans  un  premier  temps  comme  exposé  précédemment,  la  banque  cède  son  portefeuille  de  créances   bancaires   au   SPV.   Ces   créances   bancaires   peuvent   être   adossées   à   des  obligations,   d’où   le   lien   avec   l’achat   de   bons   du   Trésor.   Une   masse   inestimable   de  créances  douteuses  adossées  à  des  bons  du  Trésor  US  ont  été  transférées  par  montages  financiers  à  des  véhicules  fictifs  par  les  plus  grosses  banques  d’affaires  comme  Lehman  Brothers.  Une  fois  la  créance  cédée  (et  le  risque  avec  !),  le  SPV  émet  des  tranches  de  CDO  comme  exposé  ci  dessus  pour  se  refinancer.  Très  schématiquement,  le  SPV  a  un  bilan  composé  à  l’actif  par  les  créances  cédées,  et  au  passif  par  les  tranches  de  CDO  plus  ou   moins   sûres.   La   tranche   la   plus   sûre   est   dite   «  tranche   super   senior   ».   Intervient  ensuite  la  tranche  senior,  la  tranche  mezzanine  ou  dite  encore  «  tranche  subordonnée  »  puis  la  tranche  equity.  Les  tranches  composant  les  titres  font  l’objet  d’une  notation  par  les   agences   de   rating    (agences   de   notation  comme   Fitch   ou   S&P).  Par   exemple,   la   tranche  super   senior   est  systématiquement  notée  AAA,  quoi  de  plus  normal,   elle   représente  une   créance   sûre   et  
  •   9  certaine  qui  porte  soit  sur  un  emprunteur  solvable  soit  sur  les  obligations  du  Trésor  US.  La  tranche  senior  est  notée  AA  ou  A  pour  les  moins  sûres.  Toutes  les  composantes  de  la  tranche  mezzanine  sont  notées  de  BBB  à  BB.  Enfin,  la  tranche  equity  est  le  plus  mal  notée,  elle  absorbe  tous  les  risques  attachés  au  portefeuille  d’actifs  titrisés  (donc  les  créances  douteuses  des  subprimes  font  partie  de  cette  tranche).    Nous  venons  de  comprendre  le  point  de  départ  de  la  crise  des  subprimes  :  la  titrisation  de  créances.  Titriser  une  créance,  c’est  donc  tout  simplement  le  fait  d’incorporer  une  créance   dans   un   titre   négociable   et   échangeable   sur   les   marchés   financiers.   Titriser,  c’est   rendre   un   actif   peu   liquide   en   un   actif   extrêmement   liquide   et   circulant  rapidement   entre   les   investisseurs.   Titriser,   c’est   aussi   et   surtout   se   débarrasser   du  risque  d’insolvabilité  du  client  en  dissimulant  ce  risque  dans  un  titre  qui  regroupe  des  actifs  risqués  et  non  risqués.    Une  fois  les  titres  échangés  sur  le  marché,  d’énormes  gains  furent  réalisés  par  les  SPV,  lesquels   remontaient   aux   sociétés   mères,   les   banques   d’investissement,   par   voie  d’intérêts  et  primes  diverses.    Les   banques   avaient   trouvé   là   un   moyen   bien   commode   pour   cacher   les   défauts   de  paiement   des   ménages   subprimes.   J’emploie   le   mot   cacher   volontairement,   car   s’il  convient   d’affirmer   que   la   banque   mère   ne   détient   plus   les   créances   douteuses,   elle  détient  quand  même  les  participations  du  fonds  commun  de  titrisation  ou  SPV  qu’elle  a  crée  et  auquel  elle  a  cédé  les  créances.  Par  conséquent,  si  en  apparence,  la  situation  financière  des    banques  d’investissement  comme  Lehman  apparaissait  saine  dans  les  années  2005/2006,  en  réalité,  il  en  allait  déjà  tout  autrement,  et  il  est  par  conséquent  faux  de  dire  que  la  crise  des  subprimes  s’est  produite  d’un  coup  l’été  2007.  Il  est  faux  de  dire  que  le  système  financier  s’est  écroulé  en  quelques  jours,  ce  système  était  en  réalité  en  survie  artificielle  depuis  déjà  au  moins  un  an.    La   dérive   s’accentuait   au   fil   des   mois   et   la   défaillance   des   ménages   dans   le  remboursement  des  prêts  ne  cessait  de  s’accroitre.    Courant  2006,  les  banques,  conscientes  de  la  défaillance  qui  s’accentue,  continuent  à  diluer  les  titres  subprimes  dans  les  SPV  et  les  banquiers/avocats  d’affaires  réfléchissent  à  un  mécanisme  permettant  de  prendre  des  garanties  supplémentaires  afin  d’éviter  au  maximum  les  défauts  de  paiement  qu’accusent  les  ménages  américains.  Eureka,  les  financiers  avaient  inventé  les  CDS  –  credit  default  swaps.  Le  credit  default  swaps  est  un  titre  assurance  contre  le  défaut  de  paiement.  Le  principe  est  simple  :  la  banque  achète  à  un  «  vendeur  de  protection  «    (protection  seller)  des  CDS  en  versant  une  prime  à  l’émetteur,  prime  dont  le  montant  varie  selon  le  degré  de  risque  attaché  au  prêt  accordé  aux  ménages.  En  contrepartie  de  la  prime,  le  vendeur  s’engage  à  couvrir  l’impayé   en   cas   d’incident   de   paiement.   Le   CDS   est   un   produit   dérivé   et   plus  précisément  un  dérivé  de  crédit  puisqu’il  porte  dans  notre  cas  sur  le  prêt.    
  •   10  La   transaction   d’achat   du   CDS   se   fait   via   un   PSI   –   prestataire   de   services  d’investissement  qui  la  réalise  sous  la  forme  d’un  OTC  –  over  the  counter  (marché  de  gré   à   gré   non   organisé   et   non   contrôlé   qui   se   trouve   en   dehors   du   marché   régulé  comme   l’est   NYSE   Euronext   par   exemple).   Ce   PSI   est   un   IS   –   internalisateur  systématique   dont   les   activités   échappent   aux   autorités   de   contrôle   nationales   et  internationales.  Les  incidents  de  paiement  en  proportion  des  titres  demeurent  encore  assez  rares  début  2007   et   grâce   aux   CDS,   les   banques   imaginent   pouvoir   faire   face   aux   plus   grandes  catastrophes.   Elles   savent   que   la   situation   est   malsaine   mais   n’ont   plus   réellement  connaissance   du   niveau   de   solvabilité   des   emprunteurs   primaires   (dits   emprunteurs  «  NINJA  »   pour   no   income,   no   jobs,   no   assets),   et   ce   en   raison   de   l’importance   du  marché.  Toutes  les  banques  sont  concernées,  américaines,  européennes,  asiatiques.  Les  prêts  toxiques  qui  étaient  à  l’origine  cantonnés  sur  le  marché  hypothécaire  américain  ont  été  titrisés.  Les  titres  circulent  sur  toutes  les  places  financières  et  devant  le  haut  niveau   de   rendement   offert   par   ces   titres,   toutes   les   banques   en   achètent  :   Société  Générale,  BNP  Paribas,  Santander.    Le  potentiel  de  risque  est  grand,  mais  devant  une  supercherie  aussi  complexe,  seuls  les  banquiers  d’affaires  et  financiers  dotés  d’une  connaissance  du  marché  sont  au  courant.  Ceux  qui  ne  veulent  pas  l’avouer  sont  des  menteurs,  car  en  réalité,  si  la  crise  continue  à  faire  la  une  des  médias  aujourd’hui,  elle  n’était  pas  une  surprise  pour  ceux  qui  l’ont  provoqué.    Face  à  ce  potentiel  de  risque,  les  banques  tentent  de  se  rassurer  du  fait  qu’elles  ont  acheté   un   nombre   de   CDS   pour   un   montant   bien   supérieur   au   risque   encouru.   Par  conséquent,   quand   la   crise   relèvera   son   étendue,   les   banquiers   imaginent   qu’ils  revendront  ces  garanties/CDS  excédentaires  à  prix  d’or.    Voilà   bon   sang,   l’attractivité   et   l’opportunité   qu’offrent   ces   fameux   CDS  :   acheter   à  découvert   c’est   à   dire   sans   courir   un   risque   et   en   s’exonérant   de   verser   la   garantie  normalement  exigée  pour  couvrir  le  défaut  de  la  livraison  du  sous  jacent  (produit  qui  correspond  au  CDS).  Les  CDS  sont  donc  achetés  à  découverts  et  sont  dits  «  à  nu  »,  ils  ne  représentent  aucune  charge  pour  la  banque.    Les   défaillances   se   multiplient,   le   CDS   devient   très   recherché   et   les   banques   les  revendent  comme  prévu  à  prix  d’or  en  réalisant  des  plus-­‐values  considérables.  Comme  les  ventes  de  CDS  ont  lieu  par  le  biais  d’un  PSI  internalisateur  systématique,  les  profits  n’apparaissent  nul  part  et  seuls  les  banquiers  sont  au  courant  de  la  supercherie  qui  est  en  train  de  se  produire  sous  les  yeux  du  monde  entier.  Fascinées   par   le   profit,   ce   que   recherche   quoi   qu’on   en   dise   tout   entrepreneur,   les  banques   rachètent   des   CDS   en   masse,   mais   comme   le   risque   pour   lequel   elles   les  achètent  a  déjà  été  couvert,  aux  mêmes  causes  s’appliquent  les  mêmes  effets  et  la  crise  s’accentue   hiver   2006/printemps   2007.   Le   premier   signe   qu’une   crise   majeure  s’annonce  intervient  en  février  2007.  Peu  d’analystes  en  parlent  et  pourtant,  ce  signal  
  •   11  représente  selon  moi  un  élément  clef  à  prendre  en  compte  dans  le  déclenchement  de  la  crise.  Le  8  février  2007  au  matin,  HSBC  à  la  réputation  impeccable  trébuche.  La  banque  annonce  un  profit  warning  en  raison  d’impayés  immobiliers  plus  importants  que  prévus.  Le  titre  dégringole  en  bourse.  Il  sort  brutalement  du  canal  haussier  par  le  bas  et  vient  taper  un  plus  bas  depuis  9  mois.  La  cause  ?  HSBC  relève  de  10  milliards  de  dollars  soit  une   hausse   de   20%   par   rapport   à   ce   que   prévoyait   UBS   ou   Morningstar,   de   ses  provisions   pour   créances   douteuses.   Mais   pourquoi   les   provisions   doivent   elles   être  revues  à  la  hausse  ?  La  raison  est  très  simple,  dès  l’hiver  2006,  début  2007,  la  pente  des  prix   de   l’immobilier   s’inverse.   Le   secteur   perd   4%   en   quelques   mois.   La   bulle  immobilière  est  bel  et  bien  en  train  d’exploser.  Le  8  février  2007  est  une  date  décisive,  c’est  le  premier  profit  warning  de  HSBC  dans  son  histoire.  Pourtant,  les  médias  n’en  ont  quasiment  pas  parlé  et  les  banques  quant  à  elles,  continuaient  leur  course  folle  vers  l’argent.    Elles   ne   sont   pas   toujours   pas   satisfaites,   elles   veulent   plus   de   profit   et   moins   de  risques,   le   beurre   et   l’argent   du   beurre.   Elles   décident   de   changer   d’échelle   et   de  s’attaquer  aux  Etats  en  achetant  de  la  dette  souveraine  notée  AAA  qu’elles  couvrent  (pour  le  risque  quasi  nul  évidemment,  à  cette  époque  la  crise  de  la  dette  souveraine  n’existe   pas   ou   du   moins,   personne   ne   veut   la   voir)   en   achetant   des   CDS.   Même  opération  que  pour  les  ménages  subprimes,  les  banques  achètent  énormément  de  CDS,  beaucoup  trop.    Elles  vendent  à  perte  la  part  de  dette  des  Etats  sous  forme  de  titres.  Les  agences  de  rating  sont  dans  le  coup  et  aident  alors  les  banques  à  dégrader  la  notation  de  certains  opérateurs  économiques  afin  de  les  affaiblir  financièrement.  Les   agences   de   notation,   encore   elles,   diffusent   l’information   financière   à   travers   le  monde,   les   marchés   baissent   et   les   investisseurs   s’inquiètent   de   voir   le   marché  s’écrouler   ainsi.   Ils   vendent   à   leur   tour   leurs   titres,   à   perte   puisque   les   cours   sur   les  différentes  places  boursières  sont  bien  en  deçà  de  leur  valeur  normale.  Les  investisseurs  sont   obligés   d’assumer   des   pertes   de   plus   en   plus   importantes   jusqu’à   se   rendre  dépendants  des  CDS  que  détiennent  les  banques.  La  demande  étant  disproportionnée  par   rapport   à   l’offre,   les   prix   des   CDS   augmentent   et   les   banques   les   vendent   par  millions  et  par  minute,  c’est  ce  que  l’on  a  appelé  le  trading  haute  fréquence.  Le   12   mars   2007,   onde   de   choc   à   Wall   Street,   la   SEC   (Securuties   and   Exchanges  Commission,  le  gendarme  de  la  bourse  aux  US)  annonce  que  la  New  Century  Financial  Corporation  est  décotée  du  NYSE  (New  York  Stock  Exchange).  Les  choses  s’accélèrent.  Courant   mars,   la   compagnie   annonce   qu’elle   ne   peut   plus   accorder   de   prêts   car   elle  n’arrive   plus   à   se   refinancer.   Par   ailleurs,   comme   HSBC,   elle   relève   le   niveau   de   ses  provisions  pour  créances  douteuses.  Elle  frôle  le  ravin.  Un  pas  de  plus  et  la  crise  des  subprimes  fera  sa  première  «  grande  »  victime.  Ce  pas  est  franchi.  Le  2  avril  2007,  la  NCFC  se  déclare  en  faillite  et  se  place  sous  la  protection  du  chapitre  11  de  la  loi  sur  les  faillites.   KPMG,   cabinet   d’audit   comptable   et   financier   est   nommé   vérificateur   et   la  boite  est  chargée  de  vérifier  les  états  financiers  de  la  compagnie.  Mark  Kim,  Directeur  
  •   12  Senior   de   KPMG   affirmait   dans   la   presse   «  avoir   failli   à   son   devoir   de   conseil  »   en  refusant   d’alerter   (et   ce   dès   2004  !)   la   compagnie   sur   la   sous   estimation   de   ses  provisions.    Pourtant,  le  monde  de  la  finance  se  porte  au  mieux.  Le  1er  juin  2007,  le  CAC  touche  une  résistance  majeure  et  fait  son  plus  haut  de  l’année  à  6.168  points.  Si  l’on  regarde  les  graphiques  historiques,  ce  point  correspond  clairement  à  la  fin  d’un  cycle  2003/2007,  cycle   globalement   haussier   et   ce,   bien   évidemment,   grâce   aux   politiques   monétaires  très  accommodantes  appliquées  dans  le  monde  entier  par  les  banques  centrales,  BCE  et  Fed  (énormes  injections  de  liquidités  sur  le   marché   en   2003   pour   la   BCE   et   2004  pour  la  Fed).  Le  1er  juin,  c’est  aussi  le  jour  du   DAX,   l’indice   allemand   qui   tape  également  une  résistance  majeure  et  fait  un  plus  haut.  Mais  encore  le  S&P500  pour  les   US,   plus   haut   qui   a   été   récemment  battu  (plusieurs  fois  à  répétition  courant  avril   2013,   encore   une   fois   grâce   à   la  politique   folle   de   Bernanke   et   des  quantitative  easing).    Le  17  juillet  2007,  le  DJ  –  dow  jones  –  franchit  les  14.000  points,  le  plus  haut  de  son  histoire  (record  battu  également  pour  l’indice  phare  américain  courant  avril  2013).  Le  18  juillet  2007,  un  jour  plus  tard,  un  hedge  fund  de  la  banque  d’investissement  Bear  Stearns  accuse  des  pertes  importantes.  Dans  la  presse,  ce  fait  reste  invisible,  personne  n’en  parle  pourtant,  quelques  mois  plus  tard  en  2008,  la  faillite  devra  être  prononcée  comme   nous   allons   le   voir.   Le   lendemain,   l’atmosphère   commence   à   se   tendre   chez  certains  financiers.  On  sent  que  les  choses  sont  en  train  de  basculer  et  ces  trois  jours  consécutifs  représentent  pour  moi  un  moment  décisif  dans  la  crise  des  subprimes.  Alors  que  l’indice  américain  bat  un  record  historique,  deux  jours  plus  tard,  l’agence  de  rating  S&P  dégrade  plus  de  400  titres  subprimes,  les  fameux  titres  émis  par  les  SPV  divisés  en  tranches.  C’est  la  panique  sur  les  marchés  financiers.  6  ans  plus  tard,  avec  un  peu  de  recul,  on  peut  dire  que  la  crise  des  subprimes  prend  véritablement  un  tournant  majeur  le   19   juillet   2007.   Jusqu’à   cette   date   comme   nous   l’avons   vu   jusqu’à   présent,   les  banques   avaient   connaissance   des   risques,   parfois   même,   elles   avaient   accusé   des  pertes  importantes  et  leur  capacité  de  refinancement  était  bien  endommagée.  Mais  ces  difficultés   financières   étaient   masquées   et   il   est   vrai   que   les   CEO   (chief   executive  officers)  de  certaines  grandes  banques  comme  Dick  Fuld  à  la  tête  de  Lehman  Brothers  ont   réellement   cru   pouvoir   s’en   sortir.   Mais   il   n’y   avait   rien   à   faire,   début   aout,   IKB  Deutsche  Industriebank,  grande  banque  allemande,  fait  l’objet  d’un  plan  de  sauvetage  par  le  gouvernement.  La  crise  apparaît  pour  la  première  fois  en  Europe.  Elle  finira  par  succomber  et  sera  cédée  pour  un  prix  ridicule  en  2008  à  un  fonds  de  pension  américain.  En  France  maintenant,  toujours  courant  aout  2007,  la  BNP  ferme  temporairement  trois  fonds  d’investissement  implantés  aux  USA  et  très  investis  en  titres  subprimes  dont  BNP  
  •   13  Paribas  ABS  Euribor.  Suite  à  cette  annonce,  le  CAC  dévisse  et  perd  plus  de  5%  en  deux  jours.  Le  17  aout,  le  CAC  n’est  plus  qu’à  5.200  points,  la  chute  est  inquiétante  selon  les  analystes.    Le  22  aout  2007,  Lehman  Brothers  ferme  à  son  tour  une  filiale  de  crédit  à  risques  –  BNC  Mortgage.   BNC   Mortgage   était   tout   simplement   une   filiale   de   crédit   immobilier  subprime,  elle  s’était  rapidement  mise  à  prêter  de  l’argent  aux  ménages  définis  comme  insolvables.  Premier  coup  de  semonce  pour  le  numéro  4  de  Wall  Street  qui  va  accuser  à  cette   occasion   une   perte   de   25   millions   de   dollars.   Cette   fermeture   entraina   la  suppression  de  plus  de  1200  emplois  aux  USA.  Pour  ne  pas  créer  de  panique,  Lehman  Brothers   publie   dans   la   journée   un   communiqué   de   presse.   Dick   Fuld   prend   contact  avec   une   connaissance   haut   placée   dans   la   presse   américaine   afin   de   d’enjoliver  l’information  (de  la  fausser…).  Ainsi  apprend-­‐t-­‐on  que  Lehman  Brothers,  malgré  cette  fermeture,   ne   compte   pas   cesser   d’octroyer   des   prêts   à   ses   clients.   A   cet   effet,   son  autre   filiale   dénommée   Aurora   Loan   Services   assurera   dès   lors   cette   activité.   Le  maquillage  médiatique  marche  !  La  fermeture  de  la  filiale  est  passée  presque  inaperçue,  plus  personne  ne  parle  de  Lehman  dans  les  journaux.  En  réalité,  si  personne  ne  parle  de  Lehman,  c’est  parce  que  la  crise  a  frappé  ailleurs,  et  cette  fois,  un  géant  de  la  finance.  Le   14   septembre   2007,   Northern  Rock,   numéro   5   du   crédit  immobilier   au   Royaume   Uni   est   au  bord   de   la   faillite.   Les   clients   de   la  banque   sont   affolés,   ils   se   ruent  dans   les   agences   pour   vider   leurs  comptes  en  banque.  En  à  peine  24  heures,   1   milliard   de   livres   sont  retirées  par  les  anglais.  Le  cours  de  bourse  plonge  de  plus  de  25%.  Les  médias  sont  présents  sur  place  et  filment  les  scènes.  Certains  journalistes  de  Times  racontent  que  certains  clients  se  battent  avec  les  agents  de   sécurité   pour   récupérer   à   tout   prix   leurs   fonds.   Sur   internet,   le   service   de  consultation   des   comptes   à   distance   ne   fonctionne   plus,   les   clients   ne   peuvent   plus  accéder  à  leurs  comptes.  Nous  sommes  dans  les  heures  les  plus  enfiévrées  de  2007.  Dans   un   premier   temps,   la   Banque   d’Angleterre   consent   un   prêt   de   25   milliards   de  livres,  prêt  bien  évidemment  garanti  par  l’Etat.  Finalement,  la  banque  sera  nationalisée,  les   autorités   britanniques   ne   voulant   pas   laisser   une   telle   emblème   nationale   faire  faillite  (cette  banque  était  un  véritable  symbole  en  Angleterre  car  elle  résultait  de  la  fusions   de   deux   anciennes   banques,   dont   l’une   servait   la   cause   ouvrières   et   l’autre  l’aristocratie.  Les  anglais  étaient  très  attachés  à  cette  institution).  Octobre  2007,  les  mauvaises  nouvelles  s’enchainent  les  unes  sur  les  autres.  Les  indices  boursiers   dévissent,   Citigroup   annonce   une   baisse   de   60%   de   son   bénéfice   au   3ème  trimestre  2007,  le  PDG  de  Merril  Lynch,  Stanley  O’Neal,  démissionne  sous  la  pression,  la  banque  a  déjà  perdu  plus  de  2  milliards  de  dollars.  Un  mois  plus  tard  en  novembre,  Charles  Prince,  le  PDG  de  Citigroup  démissionne  à  son  tour.  Pendant  ce  temps,  la  Fed  
  •   14  s’inquiète  de  plus  en  plus,  Greenspan  est  sur  tous  les  fronts,  il  sait  qu’une  catastrophe  est  inévitable  mais  il  cherche  la  meilleure  solution  pour  la  retarder.  Décembre  2007,  baisse  du  taux  directeur  de  la  Fed  accompagnée  d’une  injection  de  plusieurs  milliards  de   dollars   dans   l’économie.   Effets   de   secousses   garantis  !   La   parité   EUR/USD   se  déséquilibre  de  plus  en  plus,  chaque  jour,  la  monnaie  européenne  prend  le  pas  quand  le  dollar   américain   prend   l’eau.   La   politique   de   Greenspan   soutenu   par   Bush   porte   ses  fruits,  le  dollar  chute.    Pourtant,  la  mascarade  continue.  Le  9  décembre,  AIG  –  American  International  Group,  immense  compagnie  d’assurance,  annonce  que  je  cite  «  la  crise  des  subprimes  est  sous  contrôle  ».  Elle  en  profite  pour  annoncer  une  perte  de  352  millions  de  dollars  (en  réalité  en   février   2008,   la   compagnie   révisera   cette   estimation   de   quelques   chiffres…   Il   lui  suffira  finalement  d’y  ajouter  un  zéro  et  de  multiplier  le  résultat  par  deux).  Toujours  en  décembre,  la  Fed  baisse  encore  son  taux  directeur  et  contacte  ses  homologues  dans  le  monde  entier  pour  en  faire  de  même.  Appel  entendu  !  Courant  décembre,  la  majorité  des   banques   centrales   entament   une   action   concertée  :   les   fonctionnaires   ont   prit  conscience  de  la  crise  de  liquidités.  Désormais,  ce  n’est  plus  une  crise  à  laquelle  il  faut  faire  face,  mais  deux  :  la  crise  des  subprimes  qui  n’en  a  pas  fini  (au  contraire,  elle  vient  juste  de  commencer)  et  la  crise  de  liquidités  des  banques  qui  ne  peuvent  plus  prêter  et  donc,  ne  peuvent  plus  financer  l’économie  réelle.  Le  monde  va  mal,  très  mal.  Le  début  2008   s’annonce   déjà   tonitruant,   plusieurs   entreprises   industrielles,   commerciales,   se  déclarent  déjà  en  faillite.  En  réalité,  la  crise  de  liquidités  se  poursuit,  les  banques  ne  prêtent  plus  aux  entreprises,  elles  ne  peuvent  plus.  Or,  quel  est  le  rôle  d’une  banque  si  ce   n’est   faire   le   pont   entre   les   dépôts   des   épargnants   et   les   besoins   en   cash   des  investisseurs  et  des  entreprises  ?    Le   8   janvier   2008,   James   Cayne,   CEO   de   Bear   Stearns   démissionne.   Les   pertes  s’accentuent  et  Merril  Lynch  bat  tous  les  records  jusqu’alors  atteints  :  pas  moins  de  9  milliards   de   pertes   au   quatrième   trimestre   2007.   Bush   doit   agir.   C’est   ce   qu’il   fait.   Il  convoque   une   conférence   de   presse   et   annonce   un   plan   d’aide   de   150   milliards   de  dollars,   la   folie   outrancière   continue.   24   janvier   2008,   date   clef   pour   la   Société  Générale.  C’est  sa  fête.  Elle  fête  deux  chiffres,  2  milliards  d’euros  de  pertes  sur  la  crise  des  subprimes,  5  milliards  de  pertes  sur  les  opérations  de  Kerviel.    En  février,  l’affaire  AIG  revient  au  devant  de  la  scène.  Le  groupe  annonce  des  problèmes  de  survalorisation  sur  ses  dérivés  mais,  deuxième  mensonge,  il  annonce  avoir  pris  les  mesures  nécessaires  pour  valoriser  correctement  ses  investissements  dans  les  fameux  CDO.   Enfin   les   investisseurs   se   réveillent  !   Le   titre   chute   et   le   spectacle   donné   se  transforme   en   tragédie.   Les   agences   de   notation   deviennent   bien   moins   clémentes  qu’auparavant.  Elles  ne  sont  plus  dans  le  coup  et  préviennent  qu’elles  vont  abaisser  la  note  d’AIG.  Mais  pendant  ce  temps,  la  plaisanterie  sur  les  titres  subprimes  continue  et  s’étend  au  delà  des  banques.  Les  titres  toxiques  sont  vendus  à  des  fonds  dits  agressifs  que  sont  les  hedge  funds  (fonds  de  couverture  en  français)  contrôlés  eux  mêmes  par  des  fonds  de  
  •   15  private  equity.  Les  titres  sont  également  cédés  à  des  fonds  dits  non  agressifs  comme  les  fonds  de  pension  ou  encore,  les  fonds  d’assurance.  Le  marché  s’enlise.    Les   prix   de   l’immobilier   baissent   de   plus   en   plus,   les   ménages   ne   peuvent   plus  rembourser  et  la  pyramide  s’écroule  comme  un  château  de  cartes  et  comme  le  veut  la  théorie  des  risques  de  contrepartie.  Cette  théorie  tente  d’expliquer  les  conséquences  des   relations   qu’entretiennent   les   banques   d’affaires   avec   les   hedge   funds,   fonds  spéculatifs   agressifs   très   investis   dans   les   crédits   subprimes.   Lorsque   les   prix   de  l’immobilier   baissent,   les   crédits   subprimes   créent   des   pertes   de   plus   en   plus  importantes  pour  les  hedge  funds.  Pendant  longtemps,  aucun  problème  n’apparaît  au  grand   jour   car   ces   immenses   groupes   reçoivent   énormément   d’argent   de   la   part   de  fonds  de  pensions,  et  grâce  à  la  règle  du  lock  up,  l’argent  investi  ne  peut  pas  être  retiré  avant  un  certain  temps.  Surtout,  les  hedge  funds  ne  sont  pas  obligés  d’évaluer  en  valeur  de  marché  leurs  actifs.  Par  conséquent,  seuls  les  spécialistes  avaient  connaissance  de  la  tromperie  qu’ils  pratiquaient  sur  leurs  propres  comptes.    Mais  en  mars  2008,  l’un  des  hedge  funds  les  plus  puissants,  Carlyle  Capital  Corporation  (dirigé   par   un   ami   intime   des   Bush,   David   Rubinstein)   dépendant   du   fond   de   Private  equity  Carlyle  Group,  accuse  des  pertes  énormes  avoisinant  les  16  milliards  de  dollars  et  ne  parvient  plus  à  refinancer  les  actifs  en  pertes.  Il  est  sur  le  point  d’être  liquidé.    La  banque  d’investissement  Bear  Stearn,  numéro  5  de  Wall  Street,  qui  alimente  Carlyle  Capital   en   liquidités   sous   forme   de   prêts   se   trouve   donc   devant   un   trou   immédiat  d’argent  frais,  le  fonds  n’alimentant  plus  en  cash  l’établissement  bancaire.  Comme  la  Bear   Stearns   avait   déjà   été   très   agressive   dans   la   titrisation   et   accusait   des   pertes  considérables  dès  l’été  2007,  ce  choc  fut  l’ultime.  C’est  le  plus  grand  bank  run  de  Wall  Street  à  cette  époque.    Le  16  mars  2008,  la  Fed  décida  de  soutenir  la  cinquième  banque  de  Wall   Street   en   lui   procurant   des   financements   sur   28   jours   par  l’intermédiaire  de  la  banque  JP  Morgan  Chase.  Le  17  mars  2008,  on  apprenait   que   les   conseils   d’administration   des   deux   banques  s’étaient  mis  d’accord  pour  que  Bear  Stearns  soit  rachetée  par  JP  Morgan   et   ce   par   échange   de   titres,   certes   avec   une   faible  valorisation   (l’action   BS   vaut   environ   30   dollars   alors   qu’elle   en  valait  encore  110  en  2007).  Les  médias  et  politiques  prennent  réellement  conscience  de  la  dureté  de  la  crise.  Si  Bear  Stearns,   la   cinquième   banque   de   Wall   Street   prend   froid,   la   quatrième   risque  d’éternuer.   La   situation   de   Lehman   Brothers   inquiète.   En   mars   2008,   le   titre   perdait  déjà  14%  en  bourse  le  même  jour  que  Bear  Stearns  était  rachetée  par  JPMC.  Toutefois,  bien  malin  est  celui  qui  peut  prédire  à  cet  instant  précis  que  le  numéro  4  de  Wall  Street  sera  en  faillite  quelques  mois  plus  tard.  Et  pourtant…  Le  mois  d’avril  commence  mal,  très  mal.  En  Europe,  la  Deutsche  Bank  que  les  montants  de  dépréciations  sur  des  dettes  LBO  (leveraged  buyouts)  pourraient  être  de  3  milliards  
  •   16  (contre   750   millions   selon   les   prévisions   des   analystes).   L’Europe   prend   l’eau   tout  autant  que  les  USA.  Le  PDG  d’UBS  Marcel  Ospel  démissionne  le  1er  avril  et  le  lendemain,  UBS  annonce  une  augmentation  de  capital  pour  15  milliards  de  francs  suisses.  Lehman  Brothers   fait   de   même   dans   une   moindre   mesure.   Le   2   avril   également,   la   banque  d’investissement  de  NY  procède  à  une  augmentation  de  capital  de  4  milliards  de  dollars.  En  mai,  c’est  le  Crédit  Agricole  SA  qui  procède  à  son  tour  à  l’augmentation  de  capital  pour   6   milliards   d’euros.   La   banque   est   assez   exposée   aux   subprimes   et   risque   d’y  laisser  des  plumes.    Début  juin,  Lehman  coule  petit  à  petit,  mais  toujours  pas  d’alerte  dans  la  presse  ou  pour  le  pouvoir  politique.  Le  9  juin,  Dick  Fuld  demande  à  son  Directeur  général  Joe  Gregory  de  démissionner.  La  banque  annonce  plus  de  2,8  milliards  de  pertes  pour  son  deuxième  trimestre,   la   situation   est   réellement   alarmante.   La   topline   (le   chiffre   d’affaires)   est  aussi  mauvais  :  -­‐  668  millions  de  dollars  ce  qui  prouve  l’ampleur  de  la  dépréciation  des  actifs  de  l’établissement.  Depuis  début  2007,  la  banque  a  déjà  lâché  17  milliards  pour  les   dépréciations…   La   crise   chez   Lehman   se   poursuit.   La   même   semaine,   le   directeur  financier  démissionne  à  son  tour.  L’action  perd  6%  en  une  journée.  Il  est  urgent  pour  Lehman  de  se  renflouer,  sinon,  son  sort  en  est  jeté.    L’été  2008,  ce  sont  deux  établissements  dont  nous  avons  déjà  parlé  qui  sont  dans  le  rouge  :   Fannie   Mae   et   Freddie   Mac.   Le   gouvernement   ne   peut   pas   laisser   des  institutions   qu’il   a   lui   même   créées,   non  !   Greenspan   le   Magnifique   déverse   100  milliards  de  dollars  sur  les  deux  établissements.    Nous   sommes   le   vendredi   13   septembre   2008,   les   limousines   noires   des   maîtres   du  monde,   en   clair,   une   trentaine   de   banquiers   de   Wall   Street   (Goldman   Sachs,   JPMC,  Citigroup,  Bank  of  America,  Barclays…),  s’agglutinent  aux  pieds  de  la  Banque  centrale  de  New   York.   Timothy   Geithner   qui   est   le   Président,   a   convoqué   une   réunion   le  vendredi  12  septembre,  à  6.00  PM,  pour  évoquer  sort  de  Lehman.    La  réunion  se  prolongera  en  réalité  tout  le  week-­‐end  devant  la  gravité  de  la  situation.  Henry  Paulson,  le  grand  argentier  de  l’Etat,  s’est  déplacé  tout  comme  Christopher  Cox,  le  patron  de  la  SEC,  qui  a  suivi  tout  comme  Ben  Bernanke,  le  numéro  1  de  la  Réserve  fédérale.  Les  plus  grands  sont  là,  c’est  une  réunion  au  sommet  entre  les  puissants.  Le  message   de   Washington   aux   banquiers   new-­‐yorkais   ne   variera   pas   d’un   iota   tout   au  long  du  week  end:  la  solution  doit  venir  de  l’industrie.  Aux  banquiers  de  se  mobiliser  pour  sauver  l’un  des  leurs.    L’Etat,  cette  fois-­‐ci,  ne  bougera  pas.  L’heure  est  grave.  Le  maire  de  New  York,  Michael  Bloomberg,  qui  fut  en  son  temps  un  salarié  de  la  société  Salomon  Brothers,  a  annulé  sa  petite  escapade  en  Californie  pour  rencontrer  Arnold  Schwarzenegger.  Il  préfère  rester  près  de  son  téléphone  pour  savoir  à  quelle  sauce  vont  être  mangés  les  25.000  employés  de  Lehman  Brothers.    
  •   17  Nous  sommes  désormais  le  dimanche  14  septembre  2008.  La  crise  ne  faiblit  pas,  bien  au  contraire,  elle  s’aggrave.  A  la  manière  du  loto,  une  question  taraude  les  financiers  :  à  qui  le  tour  ?    Aujourd’hui,  c’est   le   jour   du   seigneur.   En   principe,   personne   ne   travaille.   En   principe  seulement.  Chez  Lehman  Brothers,  au  siège  social  à  Manhattan,  dans  les  bureaux  les  plus  élevés  du  bâtiment,  les  influents  sont  inquiets.  Une  réunion  est  organisée  vers  3.00  PM  avec  les  avocats  et  banquiers  d’affaires  de  la  société.  La  situation  est  grave,  mais  elle  est  pire  que  prévu.  Harvey  Miller,  l’avocat  d’affaires  spécialisé  en  droit  des  faillites  prévient  Richard  Fuld  que  Lehman  Brothers  va  devoir  se  déclarer  en  faillite.  Pourtant,  plus  tôt  dans  la  journée,  l’espoir  était  toujours  là,  notamment  lorsque  Bank  of  America  a  envisagé  le  rachat  de  Lehman.  John  Thain,  ex-­‐Goldman  boy  mais  désormais  PDG  de  Merill  Lynch,  a,  lui,  retourné  sa  veste  le  samedi  matin  lors  de  la  réunion  organisée  par  Geithner.  Comprenant  que  sa  banque  serait  très  probablement  la  prochaine  à  tomber,  il  appelle  sur  le  champ   Ken  Lewis,  le  PDG  de  Bank  of  America,  pour  lui  offrir…  Merrill  Lynch  !  Pendant  ce  temps,  un  autre   ancien   de   Goldman   Sachs,   Christopher   Flowers,   épluche   la   comptabilité   de  Lehman  avec  les  équipes  de  Bank  of  America.  Tout  cela  ressemble  à  un  complot  (encore  faut  il  savoir  que  Goldman  Sachs  est  la  banque  rivale  de  Lehman…).  Au   final,   les   représentants   de   Bank   of   America   ont   analysé   les   livres   de   compte   de  Lehman  pendant  douze  jours  en  vue  du  rachat,  et  en  un  seul  week-­‐end,  Merrill  Lynch  a  raflé  la  mise.    Bank  of  America  accepte  de  payer  50  milliards  de  dollars  pour  racheter  Merril.  Lehman  ne  l’intéresse  plus,  c’est  une  grande  opportunité  qui  s’envole.    C’est  alors  que  Barclays,  banque  d’investissement  britannique,  contacte  Lehman  qu’elle  sait   sur   le   point   de   faire   faillite.   Elle   lui   propose   de   l’acheter.   Dick   Fuld   sûr   de   lui  n’imagine   pas   une   seule   seconde   sa   boite   faire   banqueroute,   surtout   qu’il   l’a   amère  depuis  la  trahison  de  Bank  of  America.  Il  est  donc  prêt  à  accepter  la  proposition  de  la  banque   britannique.   Il   en   parle   aux   avocats   mais   ces   derniers   l’alerte   sur   un   point  sensible  :   l’accord   des   pouvoirs   publics   américains.   En   effet,   une   acquisition   de   cette  envergure   est   risquée   pour   Barclays,   très   risquée,   d’autant   plus   que   les   conseilles  financiers   de   la   banque   britannique   savent   très   bien   que   la   situation   «  officielle  »   de  Lehman  cache  de  graves  irrégularités,  et  qu’en  réalité,  l’état  de  sa  situation  financière  officieuse  est  dramatique.  Barclays  demande  donc  à  Fuld  pour  concrétiser  le  rachat  de  Lehman  la  meilleure  garantie  qu’il  soit  :  la  Fed  ou  le  Trésor  américain.  Sans  plus  tarder,  Fuld  et  ses  collaborateurs  se  précipitent  sur  le  téléphone  pour  contacter  Greenspan,  le  boss  de  la  Fed.  Ils  obtiennent  un  rendez  et  s’y  rendent  sur  le  champ.  Les  négociations  ont  lieu,  longtemps,  très  longtemps,  et  le  verdict  finit  par  tomber  dans  l’après  midi.  La  Fed   refuse   d’aider   Lehman   Brothers   et   ne   donnera   pas   de   garanties   à   Barclays   pour  finaliser   le   rachat.   Aux   alentours   de   4.00   PM,   la   situation   semble   acquise  :   Lehman  Brothers   va   se   déclarer   en   faillite.   Ce   sera   une   onde   de   choc   terrible,   du   jamais   vu,  
  •   18  explique  un  proche  collaborateur  de  Fuld.  Mais,  le  CEO  est  tenace,  il  ne  supporte  pas  l’idée  de  voir  sa  société  plonger.  Mais,  quelle  solution  lui  proposer  ?  Par  quels  moyens  peut-­‐il   donner   des   garanties   à   Barclays,   la   Fed   ayant   refusé  ?   Ah   oui,   demander   la  garantie  du  Trésor  américain,  bon  sang,  pourquoi  ne  pas  y  avoir  pensé  plus  tôt.  Lehman  est  sauvé.  Si  le  Trésor  accepte  de  donner  une  garantie  à  Barclays,  Fuld  restera  à  la  tête  de   Lehman.   Toutefois,   il   y   a   un   petit   problème   dans   cette   mécanique.   En   réalité,   le  problème,   c’est   le   secrétaire   du   Trésor,   Heny   Paulson.   Henry   Paulson   est   un   homme  d’affaires  américain,  mais  avant  d’être  le  secrétaire  du  Trésor,  il  a  occupé  un  poste  bien  plus  gratifiant  de  1998  à  2006:  CEO  de  Goldman  Sachs,  or,  Goldman  Sachs  est  l’ennemi  juré   de   Lehman   Brothers.   Dès   lors,   le   petit   problème   est   en   réalité   énorme.   Fuld   et  Paulson  se  détestent,  mais  une  lueur  d’espoir  reste  permise  si  la  morale  et  la  conscience  humaine  de  Paulson  le  pousse  à  se  rendre  à  l’évidence  :  comment  pourrait-­‐il,  même  par  vengeance  personnelle  et  par  le  plaisir  qu’il  prendrait  à  faire  couler  son  rival,  refuser  de  venir  en  aide  au  numéro  4  de  Wall  Street  ?  Osera-­‐t-­‐il  mettre  la  banque  en  faillite,  osera-­‐t-­‐il  créer  l’onde  de  choc  qu’il  combat  depuis  des  mois  ?  Les  négociations  commencent  dans   la   soirée,   par   voie   téléphonique   uniquement.   Les   deux   hommes   se   contactent  directement,  pas  d’entremetteur,  paroles  d’homme  à  homme.  Les  deux  puissants  ont  le  destin   du   monde   entre   leurs   mains.   Si   Paulson   refuse   de   venir   en   aide   à   Lehman,   il  condamnera  le  monde  à  des  années  de  récession  économique.  Vers  01.00  AM,  le  lundi  15  septembre,  les  négociations  échouent.  Maintenant,  c’est  sûr,  Lehman  va  faire  faillite,  les  banquiers  d’affaires  quittent  la  tour,  les  avocats  quant  à  eux  se  mettent  au  travail  et  rédigent  la  mise  en  faillite  de  la  banque  américaine.  Paulson  se  justifie  en  mettant  en  avant   le   fait   que   «  l’Etat   refuse   de   payer   les   bêtises   des   uns   par   l’argent   des  contribuables  ».  Nul  ne  saura  jamais  s’il  était  sincère  ou  s’il  a  refusé  d’aider  Lehman  par  pure   fierté.   Seul   probablement   Richard   Fuld   le   sait,   étant   le   seul   lui   ayant   parlé   au  téléphone  dans  la  nuit  de  dimanche  à  lundi.    Quoi   qu’il   en   soit,   cette   nuit   du   14   au   15   septembre   2008   fût   l’événement   le   plus  médiatisé   depuis   2007,   et   encore   aujourd’hui.   La  journée  de  lundi  s’annonçait  déjà  comme  dramatique…  Le   15   septembre   2008   au   petit   matin,   plusieurs  institutions   financières   sont   dans   la   tourmente.   En  France,  les  agences  de  presse  attendent,  postées  devant  les  entrées  des  principales  banques  françaises  (BNP,  CA,  SG).   Les   patrons   arrivent   en   avance,   ils   savent   à   cette  heure  que  Lehman  à  fait  faillite  mais  ce  qu’ils  ne  savent  pas,   c’est   la   réaction   du   marché.   Et   le   pire   arriva…   les  Bourses  chutent.  L’indice  dow  jones  finit  la  séance  à  10  917.5  points,  en  retrait  de  plus  de  4  %.  C’est  la  plus  forte  baisse  depuis  sept  ans.  Le  titre  Goldman  Sachs  s’affiche  en  recul  de  19  %,  l’action  Citigroup  suit  de  près  à  15  %.  La  société  Lehman  Brothers,  créée  en  1850  par  l’immigré  allemand   Henry   Lehman   dans   un   coin   perdu   de  
  •   19  l’Alabama,  n’est  plus.  Rideau  sur  Lehman  Brothers.  L’image  que  l’on  voit  en  direct  grâce  aux  médias  au  journal  de  13H00  restera  à  jamais  gravée  dans  les  mémoires  des  gens.  Les  employés  quittent  le  siège  de  Lehman,  un  par  un…  Une  page  de  l’histoire  se  tourne  pour  le  monde  entier.  Pendant  ce  temps,  le  flux  stable  de  dollars  américains  qui  abreuve  habituellement  le  monde   n’est   plus   là.   Les   prêts   interbancaires   cessent   et   le   marché   des   billets   de  trésorerie   qui   anime   habituellement   les   relations   interentreprises   coince,   laissant   les  entreprises  dans  un  vide  financier  sans  précédent.    Depuis  1980,  les  américains  investissent   leurs  économies   dans   les   fonds  du   marché   monétaire   qui  prête   ensuite   l’argent   aux  entreprises.   Au   moment   de  sa   chute,   Lehman   devait  800  millions  de  dollars  à  un  fond  de  marché  monétaire,  argent   qu’il   ne   reverra  jamais.    Les   actionnaires   des   fonds  mutuels   retirent   peu   à   peu  leur  argent  du  marché  monétaire,  les  liquidités  disparaissent  au  fil  de  la  journée  et  c’est  une  grande  menace  pour  les  entreprises  qui  ont  besoin  de  ces  liquidités  à  très  court  terme.  Le  mercredi,  tous  les  établissements  n’ont  plus  accès  aux  crédits,  la  crise  franchit  un  nouveau  seuil.  Les  entreprises  américaines  les  plus  puissantes  n’avaient  plus  de  cash  pour  les  salaires  ou  les  stocks  !  Pendant  les  3  jours  qui  suivent  la  chute  de  Lehman,  les  gouvernements  gèrent  les  problèmes  au  cas  par  cas.  Ils  doivent  notamment  s’occuper  d’un  patient  malade  depuis  déjà  plusieurs  mois,  AIG.  Le  groupe  approche  du  ravin  dans  lequel   Lehman   vient   de   tomber.   L’Etat   ne   veut   pas   prendre   le   risque   de   le   laisser  s’écrouler,   il   s’engage   à   investir   85   milliards   de   dollars   en   échange   de   85%   de  participation  dans  le  groupe.    Les  banques  britanniques  quant  à  elle  sont  au  fond  du  trou.  Prochaine  victime,  HBOS  (Halifax  Bank  of  Scotland),  l’Etat  doit  en  effet  renégocier  sa  revente  pour  12  milliards  de  livres.    Gordon  Brown  pense  alors  que  c’est  au  Royaume  Uni  de  lancer  un  plan  de  sauvetage  financier.  Ce  plan  changera  radicalement  le  cours  de  choses  mais  pour  l’heure,  les  USA  doivent   faire   face   à   la   situation   qui   est   la   leur.   Ce   qui   menace   les   banques,   ce   sont  toujours  ces  actifs  toxiques  acquis  par  les  banques  avec  un  effet  de  levier  qui  ne  cesse  de  s’accroitre.  L’effet  de  levier  augmente  les  bénéfices  mais  décuple  les  pertes…  Il  est  impossible   pour   les   banques   de   vendre   des   actifs   au   prix   du   marché,   elles   vendent  
  •   20  toutes   à   pertes.   Elles   n’avaient   plus   assez   de   capitaux   et   de   liquidités,   elles   étaient  vraiment  coincées.    En  fin  d’après  midi,  le  mercredi  17  septembre,  le  Trésor  américain  par  la  voie  du  fameux  Paulson  décide  de  prendre  le  problème  à  bras  le  corps.  En  réalité,  quatre  options  lui  été  proposées  :   soit   racheter   directement   les   actifs   toxiques,   soit   assurer   ces   actifs,   soit  injecter   des   capitaux   en  achetant  des  parts  aux  fonds,  soit   le   renflouement  monétaire.    Toutes   ces   options   sont  chères   et   nécessitent   dans  tous   les   cas   l’accord   du  Congrès.   Une   conférence   a  lieu  à  01.00  AM  dans  la  nuit  le  jeudi   18   septembre.   Paulson  demande   alors   à   Bush   de  soutenir   le   projet   de   rachat   des   actifs   toxiques,   c’est   la   première   option   qui   a   été  retenue.   Bush   hésite,   mais   sous   l’importance   la   rapidité   de   décision   qu’appelle   la  situation,  le  Président  accepte  que  la  demande  soit  faite  au  Congrès  pour  introduire  une  motion  d’urgence.  La  nouvelle  se  répand  très  vite.  Une  heure  plus  tard,  Bernanke  et  Paulson  s’entretiennent  avec  les  hommes  les  plus  influents  de  Washington.  Paulson   demande   l’autorisation   d’acheter   des   centaines   de   milliards   d’actifs  toxiques  avec  l‘argent  du  contribuable  (que  c’est  bizarre,  ce  cher  Paulson  qui  quelques  jours   plus   tôt   refuser   d’utiliser   l’argent   de   ce   même   contribuable   pour   renflouer  Lehman).  Lors  des  discussions,  un  membre  du  Congrès  suggère  que  l’Etat  achète  des  parts  aux  banques  et  les  nationalise  en  partie,  mais  cela  n’était  pas  concevable  dans  la  politique  de  Bush  donc  cette  proposition  fut  rejetée.    Suite  à  la  réunion,  Paulson  parle  d’une  Amérique  unie.  Le  secrétaire  au  Trésor  fit  une  déclaration   retentissante   parlant   d’un   pays   capable   de   s’unir   et   d’agir   vite   quand   la  situation   l’exigeait   pour   le   bien   de   ses   citoyens.   Cette   action   malgré   la   mauvaise   foi  flagrante   suffit   à   dynamiser   les   marchés   du   monde   entier.   A   Londres   le   FTSE   (dit  «  footsie  »,   l’indice   boursier   des   100   entreprises   les   plus   capitalisées   à   la   Bourse   de  Londres)  gagne  plus  de  400  points.  À  6  semaines  des  élections,  il  ne  sera  toutefois  pas  facile  d’obtenir  l’accord  des  législateurs.    Paulson  s’est  adressé  aux  congrès  3  jours  après  la  faillite  de  Lehman.  La  facture  est  de  700  milliards  de  dollars.  John  McCain,  candidat  républicain  à  la  Présidence,  refusa  de  se  prononcer  pour  ou  contre  le  projet  de  loi,  ce  qui  retarda  considérablement  l’adoption  du  plan.  Le  plan  de  sauvetage  s’enlise,  comme  toujours  quand  les  politiques  s’en  mêlent.  Cela  fait  10  jours  que  Lehman  Brothers  n’est  plus,  les  bourses  mondiales  s’affolent,  l’Irlande  
  •   21  est   en   récession,   une   demi   douzaine   de   banques   françaises   sont   au   bord   de  l’insolvabilité.    Le  président  Français  est  le  premier  à  faire  scission  et  à  remettre  en  cause  les  politiques  de   Londres   et   NY   depuis   des   décennies.   Dans   un   célèbre   discours,   Nicolas   Sarkozy  déclara  «  L’auto  régulation  pour  régler  tous  les  problèmes,  c’est  fini,  le  laissez  faire,  c’est  fini,  le  marché  tout  puissant  qui  a  toujours  raison,  c’est  fini  ».  Comme  la  plupart  des  politiques  parmi  les  moins  bêtes,  Sarkozy  sait  parler,  mais  il  n’a  pas  su  agir.  Ce  discours  est  resté  lettre  morte,  et  il  est  souvent  reproché  à  l’ancien  Président.      En  Grande  Bretagne,  les  prestations  bancaires  sont  ce  qui  s’exporte  le  mieux  et  il  faut  à  tout  prix  que  Brown  répare  le  système.  Pour  ce  faire,  il  a  voulu  se  rendre  compte  de  la  façon  dont  les  américains  analysaient  la  situation.  Il  décida  de  se  rendre  sur  place  pour  apprécier   au   mieux   les   mesures   en   vogues.   Le   plan   américain   était   pour   lui   voué   à  l’échec  car  ne  traitant  pas  le  problème  majeur  à  savoir,  la  fuite  du  capital  des  banques.  Selon  lui,  il  fallait  injecter  de  l’argent.  Brown  demanda  alors  à  Bush  comment  ce  plan  pouvait  augmenter  les  capitaux  des  banques  américaines.  A  ce  stade,  la  seule  source  de  capital,  c’est  l’Etat,  et  Brown  demanda  à  Bush  s’il  était  prêt  à  nationaliser  au  moins  en  partie   les   banques   américaines.   En   quittant   les   USA,   il   n’était   pas   convaincu   par   les  bonnes  paroles  du  Président  américain.    Pendant   ce   temps,   le   conseil   des   ministres   et   la   FSA   (gendarme   de   la   bourse   au  Royaume  Uni)  proposent  en  Grande  Bretagne  un  plan  de  recapitalisation  des  banques  afin  de  traiter  les  actifs  dépréciés.  Brown  reçoit  ce  plan  pendant  le  vol  retour  des  US  par  fax.  Le  Premier  ministre  prend  une  décision  sans  précédent  :  il  décide  de  l’intervention  de  l’Etat  pour  recapitaliser  directement  les  banques.  Il  s’affranchit  alors  de  l’avis  des  USA.  Le  choix  de  Brown  est  tenu  secret,  il  veut  attendre  que  Washington  se  prononce  sur  le  plan  de  rachat  des  actifs  toxiques.    Le  29  septembre  2008,  le  projet  de  loi  de  renflouement  est  justement  présenté  devant  le  Congrès  américain.  Les  avis  sont  très  partagés,  et  les  enjeux  sont  énormes  pour  le  monde  entier.  La  majorité  des  électeurs  sont  contre.  Ce  vote  comptabilise  205  oui  et  228  non.  11  jours  de  perdus  et  toujours  pas  de  solution.  Paulson  déclarera  plus  tard  avoir  vécu  la  pire  journée  de  son  mandat.    Il   faudra   encore   4   jours   pour   que   la   motion   soit   adoptée,   mais   le   mal   fût   déjà   fait.  Quelques  minutes  après  le  non  originaire,  la  bourse  de  Wall  Street  s’effondrait  de  plus  de  700  points,  les  taux  interbancaires  s’envolaient.  Un  véritable  lundi  noir.    Les   différents   gouvernements   du   monde   interviennent   pour   sauver   les   banques   en  France,  Irlande,  Islande,  GB,  Allemagne.  Dans  toute  l’Europe.  La  faillite  de  Lehman  et  les  blocages  de  fonds  affectent  une  banque  Islandaise  qui  sera  recapitalisée  le  29  septembre  mais  l’opération  est  très  couteuse.  Les  filiales  de  dépôt  au  Royaume  Uni  et  Pays  Bas  sont  prises  d’assaut.    
  •   22  L’explosion   du   marché   immobilier   a   également   en   Irlande   emporté   les   banques.   Le  Directeur  de  la  Bank  of  Irland  proposa  de  nationaliser  les  institutions  en  difficultés  car  elles  étaient  au  bord  de  faillite  financière.  L’Etat  irlandais  finit  par  soutenir  ces  banques.    Au  Royaume  Uni,  la  Ministre  des  finances  et  le  Premier  ministre  se  rencontrent.  Le  jeudi  2  octobre  au  matin,  une  réunion  secrète  a  lieu  avec  les  banquiers  de  la  City  au  siège  londonien   de   la   Standard   Bank.   Personne   ne   dira   ce   qu’il   s’y   est   vraiment   passé.   La  réunion   se   termine   à   3.00   AM   avec   comme   proposition   d’injecter   des   fonds   et   du  capital  dans  le  secteur  bancaire  britannique.    A  la  fin  du  week  end  le  projet  est  adopté.  Les  choses  se  précipitent,  le  pic  de  la  crise  approche  à  grands  pas  car  les  investisseurs  veulent  retirer  leur  argent  des  banques  les  plus   fragiles  :   HBOS   et   Royal   Bank   of   Scotland.   Le   matin   du   mardi   7   octobre,   les  conseillers  de  la  City  se  rendent  au  ministère  des  finances  pour  rencontrer  les  hommes  du   gouvernement.   Matinée   mouvementée   à   la   bourse,   les   actions   des   banques  plongent  :  30%  pour  la  RBS.  Vers  10.00  AM,  le  cours  de  l’action  chute  encore  plus  :  40%.  Au  même  moment  le  Directeur  adjoint  de  la  Banque  d’Angleterre  reçoit  un  appel  du  Directeur  des  opérations  bancaires.    Le   système   bancaire   était   sous   pression,   la   RBS   pouvait-­‐elle   se   renflouer   seule  ?  Sûrement  pas.  La  RBS  qui  faisait  partie  des  10  plus  grosses  banques  au  monde  était  a  cours  de  dollars  et  risquait  de  ne  pas  passer  la  nuit,  elle  était  au  bord  du  gouffre.  Les  comptes  servant  à  payer  les  employés  ne  seraient  plus  disponibles,  les  particuliers  ne  pourraient   plus   accéder   à   leurs   comptes,   les   entreprises   plongeraient,   bref,   la  catastrophe  imaginable  devenait  de  plus  en  plus  réaliste  à  Londres.  L’Etat  de  Grande  Bretagne  regarda  alors  la  situation  au  nord  de  l’Europe.  Le  même  jour,  le  gouvernement  irlandais   déclarait   l’urgence   nationale   pour   protéger   les   petits   épargnants.   La  banqueroute  de  Lehman  a  entrainé  une  série  d’évènements  qui  ont  précipité  la  perte  d’un  Etat  souverain,  l’Irlande.  A  Londres,  toute  la  journée,  les  responsables  du  Trésor,  la  FSA  et  la  Banque  d’Angleterre  veillent  la  RBS  avec  anxiété.  Ce  n’est  que  vers  7.00  PM  que  l’on  a  su  qu’elle  tiendrait  jusqu’au  lendemain.    Le  lendemain  matin,  deux  nationalisations  sont  prévues  pour  la  recapitalisation  :  HBOS  et  RBS.  Ces  deux  banques  ont  désespérément  besoin  de  l’Etat  mais  toutes  les  grandes  banques  doivent  participer  au  plan  pour  qu’il  fonctionne.  L’Etat  détient  encore  70%  de  la  RBS  aujourd’hui…    Tous   savent   que   le   moment   est   décisif   pour   le   pays   et   peut   être   pour   le   monde.   La  banque   d’Angleterre   se   prépare   à   prêter   suffisamment   d’argent   pour   que   les   deux  banques  tiennent  jusqu’à  la  fin  de  la  semaine.  Il  fallait  injecter  50  milliards  de  livres,  et  cet   argent,   c’était   l’argent   des   contribuables  !   Pour   que   le   plan   fonctionne,   il   faut  l’accord  de  l’Europe  est  des  USA.    
  •   23  Un  pays  en  particulier  apparaît  en  filigrane  dans  les  débats  comme  une  mise  en  garde  de  ce  qui  arrivera  aux  autres  en  cas  d’échec  du  plan  :  l’Islande.    Le   ministre   britannique   trouve   le   bon   interlocuteur  :   le   même   Henry   Paulson.   La  tactique  audacieuse  de  la  Grande  Bretagne  qui  consistait  en  une  garantie  des  prêts  avec  injection  d’argent  des  contribuables  dans  les  circuits  économiques,  plaçait  les  USA  dans  une  situation  inconfortable.  Désormais  Londres  avait  un  temps  d’avance  sur  son  rival  New  Yorkais.  Henry   Paulson   annonça   que   le   Trésor   allait   engager   une   participation   dans   diverses  banques.  Le  Royaume  Uni  avait  réussi  à  convaincre  les  USA  de  suivre  son  plan.  L’Etat  américain  consacra  l’argent  à  l’achat  d’actions  bancaires.    Les  pays  de  la  zone  euro  suivent  Paulson,  ils  acceptent  le  plan  de  la  Grande  Bretagne.  Les   deux   opérations   (injection   capital   et   garantie   des   prêts)   sont   les   clefs   de   la  stabilisation  financière  étatique.  Les  choses  s’arrangèrent  dans  les  semaines  qui  suivent,  grâce  au  Royaume  Uni.  Le  pire  de  la  crise  des  subprimes  était  passé.  Cette  crise  s’étale  sur  plusieurs  décennies.  Il  faudra  des  années  de  recul  pour  connaitre  la  facture  globale.  Ce  qui  est  sûr,  c’est  qu’aujourd’hui  encore,  les  conséquences  de  la  crise  des  subprimes  sont  visibles  aux  USA,  ainsi  la  ville  de  Cleveland  qui  a  fait  l’objet  d’une   énorme   spéculation   immobilière.   Des   maisons,   en   ruine,   sont   abandonnées   et  vendues   aux   enchères   chaque   jour.   Les   acheteurs   de   ces   maisons   sont   à   la   grande  surprise  en  majorité  des  banques,  qui  essayent  tant  bien  que  mal  de  rentrer  dans  leur  frais   et   de   limiter   la   casse.   Des   statistiques   prouvent   la   faute   volontaires   et   la  responsabilité  des  banques  dans  les  crédits  subprimes.  Dans  70%  des  dossiers  de  prêts,  aucun  justificatif  de  revenu  n’était  exigé  par  la  banque  qui  fermait  les  yeux.  Dans  76%  des  cas,  les  maisons  étaient  achetées  sans  apport  initial  !    Encore  aujourd’hui,  les  systèmes  économiques  des  20  Etats  les  plus  puissants  appellent  une  régulation  plus  stricte  des  marchés  financiers  mais  ces  souhaits  s’envoleront  quand  les  crises  se  seront  totalement  apaisées.    La  chute  de  Lehman  a  fait  voler  en  éclat  les  idées  reçues  de  ces  dernières  années,  celles  qui  veulent  que  la  finance  moderne  soit  sans  risque  et  que  le  marché  fonctionne  mieux  seul.    Cette  faillite  a  brisé  l’illusion  selon  laquelle  on  pouvait  ignorer  le  passé.  Cette  crise  est  une   parmi   tant   d’autres,   peut   être   et   sans   doute   la   plus   grave.   Chaque   crise   est  l’incarnation   de   son   époque   mais   elles   ont   toute   une   chose   en   commun  :   une   soif  immodérée  de  l’argent.