La Crise Dans Les MéDias News Up!

1,698 views
1,595 views

Published on

Evaluation sur base d'un concept scientifique d'analyse du contenu des médias du poids de la crise économique dans les médias belges et le Financial Times par rapport aux autres sujets d'actualité qui préoccupent les médias

Published in: Economy & Finance, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,698
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
30
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

La Crise Dans Les MéDias News Up!

  1. 1. L’impact médiatique de la crise en Belgique Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 For internal use only © AuxiPress s.a./n.v. www.auxipress.be Analyses Department
  2. 2. NewsUp! METHODOLOGIE S’appuyant sur le concept Mediascore©, AuxiPress s’est efforcé d’évaluer la portée des informations diffusées par voie de presse sur la crise. Basé sur un modèle mathématique inédit, Mediascore intègre les paramètres les plus importants de la presse écrite, à savoir: 1. Le tirage d 1 L ti des publications et l’ di bli ti t l’audience, qui dét i déterminent l’ i t l’ampleur d l diff i l de la diffusion d’ d’une i f information et l ti t les retombées médiatiques sur l’opinion publique. 2. La surface de l’expression écrite (titre, chapeau, espace rédactionnel) et iconique (photos, dessins, infographies) et le temps de la séquence témoins de l’effort d’un média. 3. 3 Les facteurs de mise en valeur et d’amplification de l’information tels que la mise en page ou la mise en scène l’information, de l’information, le fait du jour, le scoop ou l’exclusivité, la rectification ou le jugement, la place de l’information dans le JT, le direct par rapport au différé qui renforcent l’information factuelle. A la saisie quantitative, une appréciation qualitative (positive, neutre, négative) est ajoutée, permettant de déterminer les traits d’image ‘ média ’ et d’en suivre l’évolution. Ainsi, Mediascore joue - t - il le rôle de « go - between » entre les retombées media et l’élaboration du bilan média. Le concept se trouve donc aussi bien à l’amont qu’à l’aval des stratégies médias, visant à établir un ‘mediagnostic’ soit: • Etudier quotidiennement la portée de la presse écrite et audiovisuelle. • Etablir une hiérarchie d’importance des thèmes traités suivant l’ampleur de leur diffusion d importance l ampleur diffusion. • Evaluer le taux de positivité et de négativité du secteur. • Estimer l’image du secteur et en suivre l’évolution. • Analyser les retombées médiatiques suivant le type de public atteint. • Déterminer l’intérêt des médias par zone linguistique ou géographique. • Déterminer les lignes de force. • Dégager les tendances lourdes et identifier les clignotants faibles. Concept by Eric de Séjournet de Rameignies, Brussels. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 2 Analyses Department
  3. 3. NewsUp! SOMMAIRE Méthodologie p.2 Sommaire p.3 Champ d’étude p.5 L’impact de la crise dans la presse belge p.6 L’impact de la crise dans le FT p.22 Comparaison Presse belge et FT p g p p.41 Conclusions p.45 La présente étude compile les résultats de l’analyse d’impact de 1.849 articles publiés entre le 1er septembre 2008 et le 28 février 2009 dans le FT, L’Echo, De Tijd, Le Soir, De Standaard, La Libre Belgique, De Morgen, Het Laatste Nieuws, Trends-Tendances et Trends. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 3 Analyses Department
  4. 4. NewsUp! AuxiPress s.a., fondée en 1919 sous le label Auxiliaire de la Presse, est leader du marché belge du suivi et de l’analyse de la presse écrite, online et audiovisuelle. L’entreprise compte aujourd’hui un portefeuille cumulé de plus de 1.500 clients. Euro Argus s.a., fondée en 1973, est spécialisée dans l’analyse, la surveillance et le suivi de la presse internationale (plus de 80 pays). © AuxiPress s.a./n.v. For internal use only Analyses Department www.auxipress.be 4
  5. 5. NewsUp! Champs d’étude • Période: du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 soit 6 mois à partir de la faillite de Lehman Brothers • Champ d’étude médiatique: les éditoriaux de L’Echo, De Tijd, Le Soir, De Standaard, La Libre Belgique, p q , j , , , gq , De Morgen, Het Laatste Nieuws, Trends-Tendances, Trends. • Objectif 1: évaluer sur base d’un concept scientifique d’analyse du contenu des médias le poids de la crise dans les médias par rapport aux sujets d’actualité q p p pp j qui préoccupent les médias. p • Objectif 2: Dégager les tendances d’évolution de 4 thématiques liées à la crise: •Les aspects financiers de la crise. •Les aspects économiques d l crise. L t é i de la i •Les aspects sociaux de la crise. •Les aspects politiques de la crise • Objectif 3: Afin de donner une dimension internationale à l’étude, nous avons également analysé l’impact de la crise dans le FT. • Objectif 4: Les médias se sont-ils bornés à constater l’actualité ou ont-ils été les artisans de pistes à explorer pour résoudre la crise? © AuxiPress s.a./n.v. For internal use only Analyses Department www.auxipress.be 5
  6. 6. L’impact de la crise dans la presse belge Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 For internal use only © AuxiPress s.a./n.v. www.auxipress.be Analyses Department
  7. 7. Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Mediascore Index For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 7 Analyses Department
  8. 8. Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 8 Analyses Department
  9. 9. Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009: FT vs presse belge NewsUp! Mediascore Index For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 9 Analyses Department
  10. 10. Presse belge: impact par sujet d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Mediascore Index For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 10 Analyses Department
  11. 11. Presse belge: impact par sujet d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 11 Analyses Department
  12. 12. Presse belge: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 12 Analyses Department
  13. 13. Presse belge: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 Les négociations institutionnelles sont au cœur des préoccupations politiques. Leterme accusé de faire pression sur un magistrat dans l’affaire Fortis. Obama présente son plan de sauvetage Fortis perd 20% le vendredi 26 pendant que nos politiciens sont aux septembre. septembre C’est le sports d’hiver (Le Soir 26 février) d hiver Soir, déclenchement du plan de sauvetage A 100 jours des 9 octobre : la BCE élections baisse ses taux directeurs de 0,5% , 27 janvier: Lundi noir Obama gagne pour l’emploi Mi-septembre: Lundi les élections Investiture noir dans la Finance d’Obama ndex Mediascore In G7 à Washington G 20 Davos Sommet de Nice 11-12 octobre 14-15 septembre 27 janvier 13 septembre Euro groupe Paris For internal use only 11-12 octobre © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 13 Analyses Department
  14. 14. Presse belge: évolution de l’impact par sujet et par semaine du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 14 Analyses Department
  15. 15. Presse belge: évolution de l’impact par sujet et par semaine du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 15 Analyses Department
  16. 16. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Alors que John McCain est investi comme candidat républicain à la présidence des Etats-Unis, la rentrée politique bat son plein en Belgique et montre que rien n’a vraiment changé au sein du gouvernement Leterme. Il est en effet préoccupé par les querelles institutionnelles alors que la presse lance quelques cris d’alarme sur la situation économique. La Libre Belgique rapporte que Reynders a confirmé qu’il n’y aura pas d’équilibre budgétaire en 2008. La récession s’annonce. Luc Coune, vice-gouverneur de la banque nationale fait une déclaration de rentrée qui donne froid dans le dos et ne met pas seulement les politiques en garde mais également les partenaires sociaux sociaux. De son côté, l’OCDE prévoit que la croissance des pays européens ne sera pas à la hauteur des prévisions. Le 6 septembre, L’Echo évoque la crise économique liée à la crise des subprime. Le rédacteur en chef adjoint du journal, Marc Lambrechts, n’est pas optimiste et se demande si les Etats-Unis seront assez robustes pour faire face au bond en avant du chômage. Le journaliste semble dire que la crise, qui a pourtant pris racine aux Etats-Unis, semble faire plus de dégâts en Europe. Les marchés ont peur. Pour De Tijd, les marchés boursiers ont connu l b i t leurs pires semaines. i i Le 9 septembre, De Tijd déclare que la tendance à affirmer que les gouvernements ont un rôle à jouer pour relancer l’économie convainc depuis que le trésor américain a décidé de venir en aide à FreddieMac et FannyMae. Cependant, L’Echo pense que le Trésor américain est plutôt poussé dans le dos par l’urgence et n’anticipe rien. La L presse est consternée par l négociations i tit ti t t é les é i ti institutionnelles qui minent l’ ti d gouvernement d ll i i t l’action du t depuis 457 j i jours. Le 11 septembre, La Libre Belgique relaie le dérapage de Lippens lors d’une conférence au cercle de lorraine. Le même jour, L’Echo rapporte que l’Europe est bel et bien sans défense selon Jean-Claude Junkers. Il admet que l’Europe ne peut pas prendre d’initiatives extraordinaires pour faire face au ralentissement. La naïveté des Etats et des institutions est consternante. Les conclusions du sommet de Nice des grands argentiers européens et des prévisions économiques du bureau du plan à Bruxelles sont à côté de la réalité: dans les deux cas, on se veut rassurant. Il n'y pas de récession (en tout cas pas durable). Discours naïfs et manque évident de vision. Le gouvernement Leterme martèle lui (fort de ces constats) et par la voix de son ministre des finances que le gouvernement a un plan qui tient la route , que tout est sous contrôle, en particulier les dépenses de l'Etat. Tout le monde navigue à vue, surtout si on prend du recul par rapport aux événements qui vont se produire dans le monde bancaire. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 16 Analyses Department
  17. 17. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! De son côté L‘Insitute of International Finance continue de déclarer que la santé des plus grandes banques du monde s'améliore ce qui côté, L Insitute s améliore, est assez lénifiant. Le journaliste évoque la nouvelle victime Lehman Brothers qui est aux abois. Le journaliste parle aussi de Wachovia et Merill Lynch ainsi que de Washington Mutual et du secteur automobile. A la mi-septembre, après un lundi noir dans la finance, on constate que les grandes banques dans le monde commencent à vaciller. Selon La Libre Belgique, la crise boursière est en train de se muer en krach. Guido de Muelenaer dans Trends affirme déjà qu’on est gq , j q conscient que la chute de Lehman Brothers aura des conséquences pour nos banques puisqu’elles détiendraient 777 millions d’euros … Le 19 septembre, la presse annonce une journée de grève nationale et L’Echo ajoute qu’on se passerait bien d’une crise sociale alors qu’on est en pleine crise économique. Le 24 septembre, et toujours selon L’Echo, la Belgique se dirige tout droit vers la récession. 3 éléments peuvent contrecarrer ce constat: p j gq g p le plan Paulson, la stabilisation des prix du pétrole mais surtout avoir un gouvernement qui puisse fonctionner pleinement pour prendre à bras le corps les problèmes socio éco de la Belgique. Leterme est mis en cause. Il tergiverse. Sur le plan international, on affirme que l’objectif de moralisation et d’assainissement des marchés mérite du temps et une vraie réflexion. Dans Le Soir, le chroniqueur Jurek Kuczkiewicz appelle à chercher une nouvelle vrai idéologie face à la crise provoquée par un libéralisme effréné . Les choses deviennent sérieuses lorsque l’action Fortis perd 20% en 1 jour le 27 septembre. Fin du week-end, les initiatives prises par le gouvernement Leterme sont plébiscitées. La chute des valeurs financières est catastrophiques. Les américains ont nationalisé Freddie Mac et Fannie Mae. L’Europe est en train de lui emboîter le pas L'exemple de Fortis ce week-end est alarmant Les Etats n'ont pas d'autre choix Ariane van Caloen de La Libre pas. L exemple week end alarmant. n ont d autre choix. Belgique regrette le manque de pro-activité du politique en déplorant le manque de mobilisation et l'absence de prise de conscience auparavant. La commission bancaire est montrée du doigt. Les banques également qui jonglent avec des sommes astronomiques. Là où la presse semble dire qu'on ne peut se tenir à l'écart indéfiniment de l'économie, l'Etat doit tout à coup agir devant l'impuissance de cette économie, des banques et des banques centrales. En Angleterre où les britanniques sont adeptes du laissez faire, tout le monde est surpris par la nationalisation de Northern Rock pensant cependant que c'est une exception. c est Alors qu’on parle déjà d’une commission d’enquête, Axel Miller chute et doit quitter Dexia. Tout se gère dans l’urgence. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 17 Analyses Department
  18. 18. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! De Standaard prévient que la situation va en s'empirant puisque le déficit de l'état va en augmentant et pourrait atteindre déjà 1 4 milliards s empirant l état 1,4 fin 2008 alors que Reynders affirme toujours que tout va bien. Le spectre d'un enchaînement infernal est dans les têtes: celui d'un assèchement du crédit durable. L'image de la Belgique en prend un coup : il y avait déjà eu pendant 15 mois la crise politique, il y a maintenant la crise financière avec Fortis qui a failli provoquer une catastrophe en domino au niveau planétaire. q p q p p De Tijd souligne que l’impuissance de l‘Europe est frappante et consternante. Il manque de leader comme Mitterrand, Delors et Kohl en Europe. Il y a bien une banque centrale avec 15 états membres mais elle fait ce qu'elle peut tant ses marges de manoeuvre sont étroites. Bref, l‘Europe est montrée du doigt. La presse constate l’incapacité chronique de l‘Europe à dépasser ses divisions: le seul mini consensus est l’harmonisation de la protection bancaire minimum des épargnants. Le 8 octobre, c’est au tour de la KBC de plonger suivie de la Royal Bank of Scotland et la Deutsche Bank. Le 9 octobre, la presse explique que le geste fort de la BCE de baisser ses taux directeurs de 0,5% était vain puisqu’après une brève accalmie, les bourses ont replongé. C’est le chaos total. Tout le monde est groggy. Pour l’Echo, il faudrait sortir les produits toxiques du bilan, les isoler...c'est la seule manière de sortir de la spirale négative qui menace la planète finance et donc à terme l'économie. De Standaard confirme que tous les gouvernements en Europe sont dans la même situation et naviguent à vue. Pour la Libre Belgique, les politiciens mettent en oeuvre les recettes qu'ils dénonçaient à savoir la nationalisation des banques...C'est au politique qu'il revient d'innover, de proposer aux opinions démocratiques de nouvelles valeurs. On se met à espérer un nouveau plan à la Roosvelt. La réunion du G7 à Washington et de l‘Euro groupe à Paris durant le week-end doit aboutir à l’idée d'agir ensemble : l'intervention de l état l’état ne doit être que provisoire il faut créer un nouveau système système. Parallèlement, De Morgen annonce le 16 octobre que le gouvernement a confiance dans son budget et pour l'avenir: c’est incroyable car il n'anticipe pas ou se cache la face. Le 30 octobre, L’Echo annonce que les Etats-Unis sont entrés en récession. L’objectif est maintenant d’empêcher la perte de confiance des ménages et des entreprises. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 18 Analyses Department
  19. 19. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Le 4 novembre l’élection d’Obama occupe l’actualité novembre, l élection d Obama l actualité. Le 8 novembre, le budget est mort-né. On est maintenant certain qu’il ne tient pas et qu’il a été concocté avec beaucoup de légèreté. Mi-novembre, le secteur automobile se rappelle aux bons souvenirs de la crise. Rik Wagoner avoue manquer de vision stratégique à long terme. A ce stade cela devient de la cécité. C’est la réunion du G20 le 14 et le 15 novembre mais elle n’est pas très productive. Le L 24 novembre, on apprend que l croissance b l b d la i belge est surévaluée. L presse a l’i t é l é La l’impression qu’un plan d relance d i ’ l de l devrait êt l it être la priorité mais les politiques ne semblent pas motivés. Fin novembre, la presse annonce que l’OCDE a officiellement déclarés que les pays européens étaient en récession. Le Soir suggère ou presse les Etats à injecter des milliards dans l’économie mondiale pour relancer l’économie. Pour Trends Tendances la Belgique est trop occupée avec ses querelles linguistiques et n’a pas encore prévu de plan de relance Trends-Tendances, na relance. De Standaard déclare qu’en temps de crise il est d'avantage impératif que le comportement des politiques soit cohérent et irréprochable. De Morgen écrit que relancer l'économie est la priorité. On attend 8000 faillites d'entreprises belges. Le 9 décembre, le gouverneur de la banque nationale annonce une récession de -0,2% en Belgique et que la situation va peut-être empirer. empirer L'accord social financé par l'état coûtera cher au citoyen par la suite. La Belgique augmente son déficit (La Libre Belgique, 12/12/2009). D'un autre côté, on attend les résultats des plans adoptés par les pays voisins car comme nous dépendons tellement de l'exportation, si leur plan marche, on suivra! Entre le 15 décembre et début janvier au moment où Van Rompuy va reprendre le gouvernement l’actualité tourne autour de l’affaire gouvernement, l actualité l affaire Fortis et de la séparation des pouvoirs. Leterme remet sa démission. Pour L’Echo, l’Etat est devenu un colosse financier puisque ce sont les Etats qui tiennent les banques. Début janvier, De Tijd rappelle qu’en 2008, l'économie belge a plongé. Hausse du chômage, balance de commerce dans le rouge. Il ne faut pas que ce taux de chômage conjoncturel ne glisse vers le structurel. On attend le réaction du gouvernement. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 19 Analyses Department
  20. 20. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! L élection L’élection des managers de l’année par Roularta donne des idées à certains C’est la première fois que la presse proposent qu’on l année certains. C est qu on demande quelques conseils pour relancer l’économie à des chefs d’entreprises dont la situation économique se porte bien. Le budget 2009 est très inquiétant, dit Le Soir, d’autant plus que le problème du financement des pensions a été nié (manque de 13 milliards d'euros), ce qui risque de prolonger la crise si on ne fait pas quelque chose. De Standaard demande que le gouvernement retouche le budget 2009, mal pensé par le gouvernement précédent, même si les choix à faire seront difficiles. De Tijd conseille à Van Rompuy d ne pas cacher l réalité même si elle moche et d ne pas f i ses responsabilités. R de h la é lité ê i ll h t de fuir bilité Le 15 janvier, L’Echo annonce que la récession va empirer et qu’on n’attend pas d’améliorations avant mi-2010. Le problème est le manque de confiance des acteurs éco -- la BCE procède en douceurs aux ajustement monétaires. Elle encourage la dynamique des entreprises. Mais L’Echo ajoute que les banques ne prêtent pas l'argent que la BCE met à leur disposition à moindre frais, frais elles stockent! La Belgique ne peux plus uniquement compter sur le plan de relance de ses pays voisins qui n'en mènent pas large. Les chiffres budgétaires sont catastrophiques. Les belges ne prennent pas en compte la potentielle mise en place d'une quot;bad bankquot; pour reprendre les actifs toxiques des banques et qui alourdirait d'avantage l'ardoise. La capacité de résistance de l'Union monétaire est à l'épreuve et menace la zone Euro d'un éclatement . Les pays les plus endettés pourrait quitter la zone et dévaluer leur monnaie. (L’Echo, 22/01/2009) Trends voit nos grandes entreprises se délocaliser (Fortis, Inbev) Le 27 janvier, la presse parle d’un lundi noir pour l’emploi en précisant que les plus de 70.000 emplois perdus ne vont pas spécialement relancer l’économie. Au forum de l’économie mondiale à Davos le mercredi 28 janvier on apprend que la récession de la zone euro atteint -1 9% l économie janvier, 1,9%. Fin janvier 2009, De Tijd se demande: Que faut il faire si l'industrie auto s'écroule? Il ne s'agit pas d'une banque donc, il n'est pas forcément judicieux que l'état recapitalise le secteur mais il doit l'aider d'une autre manière, en allégeant les charges et en poussant à la consommation. Pour combattre la récession, il faut pousser les entreprises à innover, investir et rester compétitif, écrit encore De Tijd For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 20 Analyses Department
  21. 21. Presse belge: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! La politique protectionniste de relance de l'économie d'Obama est critiquée cela pourrait conduire à la dépression (De Standaard le 30 l économie d Obama critiquée, Standaard, janvier). La Belgique fait partie des grands perdant de la crise en Europe. Quel est désormais notre rôle à jouer au sein de l'Europe? (Het Laatste Nieuws, le 3 février) La Belgique a le meilleur indice de globalisation au monde mais ce n’est pas idéal. Il faut dé-globaliser et entreprendre des mesures protectionnistes mais là, ça devient difficile puisque plus grand chose n’est vraiment belge (Trends tendances, le 5 février). On annonce 3 % de déficit cette année par rapport au PIB. Le gouvernement devrait privilégier d'avantage l'intérêt général (La Libre Belgique, le 15 février). La crise met en lumière un besoin urgent d'un nouveau cadre financier et socio-éco en Belgique mais ce nouveau modèle doit surtout être conçu sous la tutelle d'un système politique qui se responsabilise davantage. Les politiques n'ont fait que se jeter la pierre, ce qui ne fait rien avancer (De Standaard le 17 février) ) On ne devrait pas laisser le problème de la dette sur le côté et s'occuper sérieusement du avancer. Standaard, février).) s occuper budget. (Het Laatste Nieuws, le 16 février) La presse annonce le 18 février le plan de relance d'Obama, le plus grand de l'histoire US mais c’est sans doute encore insuffisant. Le 20 février, la Belgique enregistre un déficit du PIB de 3,4% par rapport aux autres pays. C’est surtout dramatique pour la dette publique. publique De Standaard prévient qu’une chute de 3% de l’économie peut entraîner de lourdes conséquences pour le chômage mais dit qu une l économie aussi que le gouvernement ne semble pas voir l’urgence. Le 25 février, L’Echo demande s’il n'est il pas temps de penser à des mesures structurelles dans l'optique de faire revenir la confiance sur les marchés? De Standaard presse les politiques à penser ensemble à un plan social dans l'idée de celui d'après la seconde guerre mondiale pour assurer comme une deuxième sécurité sociale. Alors que la presse reconnaît qu’Obama a bien défendu son plan de relance, nos élus font du ski. (Le Soir, 26 février) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 21 Analyses Department
  22. 22. L’impact de la crise dans le FT Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 For internal use only © AuxiPress s.a./n.v. www.auxipress.be Analyses Department
  23. 23. Financial Times: impact par sujet d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Mediascore Index For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 23 Analyses Department
  24. 24. Financial Times: impact par sujet d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Mediascore Index For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 24 Analyses Department
  25. 25. Financial Times: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 NewsUp! au 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 25 Analyses Department
  26. 26. Financial Times: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 Conflit Russie-Géorgie, campagne présidentielle américaine américaine, Irak Irak, L’Espagne ’ Pakistan Chute de bascule dans la Madoff récession Obama gagne Investiture les élections d’Obama Chute de Lehman Brothers La Présidence de la Tchéquie à l’UE crée une Citigroup vague de scepticisme en pleine crise ndex Mediascore In G7 à Washington G 20 Davos Sommet de Nice 11-12 octobre 14-15 novembre 27 janvier 13 septembre Euro groupe Paris For internal use only 11-12 octobre © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 26 Analyses Department
  27. 27. Financial Times: évolution de l’impact par sujet et par semaine du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 27 Analyses Department
  28. 28. Financial Times: évolution de l’impact par sujet et par semaine du 1er septembre 2008 au NewsUp! 28 février 2009 ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 28 Analyses Department
  29. 29. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Alors sur la scène internationale, le conflit entre la Russie et la Géorgie suscite de l’inquiétude, le FT se pose des questions face à différents indicateurs. La Fed doit obtenir des liquidités mais elle est critiquée parce qu’elle a proposé un taux d’intérêt inaproprié. Cependant, sans cette démarche, l’inflation aurait été plus élevée. Il faut selon le FT proposer des stimuli à la consommation aux Etats- Unis (2 septembre). En Allemagne, la Commerzbank prend des initiatives. Le FT constate que la plus grande économie européenne, l’Allemagne, consolide son secteur bancaire et se demande si elle le fait en vue d’une crise de marché (3 septembre). Le 5 septembre les interrogations se posent sur l’Angleterre qui subit une croissance économique négative Y-a-il des raisons de septembre, l Angleterre négative. s’attendre à une décroissance significative? Les avis sont partagés bien que la crise financière semble s’annoncer comme la plus sévère depuis la seconde guerre mondiale. Le FT prévient: un gouvernement faible dans ces moments est un gros risque. On ne peut s’empêcher de penser au gouvernement belge. La crise des crédits semble moins sévère en Europe qu’au Etats-Unis (sauf en Espagne et en Irlande). Mais la zone Euro est proche de la récession. D é i Depuis 2007 l secteur d' i 2007, le t d'exportation d l zone E t ti de la Euro a subit un d bl choc: Ch d t bit double h Choc du taux d change d l'E de h de l'Euro et choc d t h du prix du pétrole. (9 septembre) La faiblesse de l’économie va continuer à se propager dans les mois à venir. La crise des crédits aura un impact plus important en Grande Bretagne et aux Etats-Unis, en Espagne et en Irlande mais moins au Japon. A chaque état sa stratégie. Le FT prédit qu’on va découvrir le résistance de la croissance de la zone Euro. La réaction de la Chine est elle aussi attendue. Il semble déjà que chaque état j q q se bat seul avec ses propres démons. Le FT va à de nombreuses reprises insister sur l’importance que les membres de l’UE s’entendent et trouvent des solutions ensemble mais les tentatives vont être vaines durant les 6 mois qui vont suivre. Freddie Mac et Fannie Mae, 2 entreprises actives dans les prêts financiers sont désormais sous le contrôle du gouvernement. Une grande partie de l'économie globale est dévastée, au delà de l'immobilier et du financier. Après 13 ans de croissance économique, l'Espagne subit un affaiblissement de son économie et une augmentation de chômage mais, toujours un peu au dessus du reste de la zone Euro en ce qui concerne son PIB. Les espagnols sont optimistes et s'attendent à une reprise de la croissance en 2010. Les dernières années ont boosté l'Espagne qui est désormais une éco compétitive, moderne et intégrée internationalement, prête pour tout changement structurel. C’est le ministre des finances espagnole qui le dit. Le FT s’interroge sur ce qui pourra arriver si un grand groupe bancaire international devait être sauvé par un gouvernement? Les banques s interroge centrales se sont déjà mises d'accord pour améliorer leur procédures de coopération. La zone euro a décider de se prêter au jeu afin de mettre en place des plans qui redresseraient un crise simulée. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 29 Analyses Department
  30. 30. Financial times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Le FT émet des propositions de formations de quot;collègesquot; des régulateurs des différentes banques et groupes d'assurance Européens. Dans le climat éco actuel, les leaders Européens (et surtout Sarkozy) sont déterminés à évoluer. Panique britannique, ca sent la récession! Cela pourrait engendrer des réformes d'urgence inconsidérées (12 septembre) La crise des crédits va-t-elle endommager le capitalisme compétitif? On constate une perte de confiance dans les marchés ouverts. Mi-septembre, Mi-septembre on parle de Post « supersize me movement » dans l’article de Jonathan Brichall qui titre Small may be beautiful but it can l article also be deceptive. La crise inquiète les leaders européens. Ils doivent faire leur preuves et développer des stratégies visant à renforcer le bien-être de leur pays (ex: Suède) avant de se demander s'ils seront réélus. (16 septembre) On a été coiffé par une succession de chutes impressionnantes d'institutions financières sans précédents historiques. Si on se base sur la d institutions Grande Dépression, on constate que les politiques adoptées ont été improvisées et étaient inappropriées. (17 septembre) Le gouvernement américain a débloqué un fond de sauvetage pour AIG ce qui fait l'affaire des gouvernements européens qui auraient été touché par cette chute. Mais certains enragent accusant AIG d'avoir joué avec le feu. Malgré la pire crise financière, le dollar n'a pas bougé. Les gens ont confiance aux Etats-Unis et pensent qu'ils sauront s'en sortir seul. Il ont les poches profondes mais s'ils doivent continuer à dé ti dépenser d t ll sommes pour sauver l de telles leurs i tit ti institutions, ça risque d coûter cher! (18 septembre) O est retombé aux i de ût h ! t b ) On t t bé conditions de marché financier de 32. Jusqu'ou cela peut-il descendre? La politique déployée il y a 6 ans par Greenspan (faible taux d'intérêt et stimilus fiscal) est aujourd'hui accusée d'être la cause de la crise actuelle. (19 septembre) Il est possible que l'éco US soit déjà en récession Toute estimation des dommages causés par la crise possède un marge d'erreur l éco récession. d erreur énorme. Il faut se préparer à ce que l'économie et le contribuable souffrent mais qu'en sera t-il du secteur financier? La partie de l'ombre du système bancaire n'a pas de pare feu en cas de trop gros risque. Les institutions financières Européennes sont en danger a cause des produits américains toxiques et sécurisés qu'ils ont achetés. La crise financière va donc également envelopper l'Europe. L’économie est à la frontière de la récession. Aucune solution systémique apportée maintenant ne rendra l'apparence d'une économie fonctionnant normalement. Nous avons déjà essuyé trop de pertes. Cette crise résulte d'une trop grande prise de risque des systèmes financiers et d'une mauvaise régulation.(23 septembre) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 30 Analyses Department
  31. 31. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Alors que le gouvernement américain possèdera bientôt une large part du système bancaire US, beaucoup de grande banques Européenne bénéficieront du sauvetage des banques américaine et de l'argent injectée par l'état L'ennui avec les grandes banques l argent l état. L ennui Européennes c'est qu'elles sont devenues trop importantes pour tomber mais aussi trop importantes pour être sauvées. (ex: la dette de Fortis correspond à 3x le PIB de la Belgique) . Le problème se situe dans l'illiquidité et non dans l'insolvabilité. L'idéal serait de trouver une solution pour recapitaliser et diminuer l'endettement du système financier sans pour autant toucher à l'argent du contribuable. Comment réinjecter des liquidités dans le marché des crédits? Paulson et Bernanke ont lancé la quot;stratégie visant a rétablir la stabilité sur nos marchés: la Trap ou The Troubled Asset Relief Programme. (25 septembre) Washington a reconnu la crise comme étant globale. Il faut donc créer une nouvelle entité globale pour gérer le problème rassemblant les banques centrales des pays les plus influents, comprenant cette fois la Chine, le Brésil et l'Arabie Saoudite. Le gouvernement américain a la possibilité de sauver ses plus grandes banques mais il n'est pas assez fort pour sauver le système financier tout entier et il aurait fallu y penser avant de sauver le premier. En Europe, le problème est qu'on ne sait pas qui sauve quoi, il faut un plan de sauvetage. Le FT rapporte la rage des contribuables qui doivent payer pour les erreurs des financiers qui touchent encore de gros bonus! France et Allemagne ont déclaré la fin de la suprématie financière Anglo-américaine mais si cette décision doit être prise, c'est à Washington qu'elle le sera. Malgré ce qu'on peut penser de ces 2 villes au regard de ces dernières semaines, si on regarde les évolutions d'il y a 30 ans, on qu on d il constate de grosse similitudes qui pourraient laisser à penser que New York et Londres sont et seront les capitales de la finances; elles vont se redresser! (30 septembre) Suite au sauvetage de Dexia et Fortis, l'Europe ne juge pas un plan de sauvetage européen nécessaire, or des solutions a l'échelle nationale ne suffisent pas. (6 octobre) Le gouvernement Brown devrait prendre plus de risque face à la crise (7 octobre) La crise se fait significativement sentir dans l'économie réelle en Europe. Baisse de la demande, l'économie ralenti. Le secteur auto est particulièrement touché. Les erreurs des années 30 ne voulant pas être reproduites, une foule de nouvelles idées posent le problème de savoir laquelle sera la bonne... Une solution UE/euro zone est-elle préférable ou nécessaire à une solution nationale? (13 octobre) C’est déjà toute la problématique du protectionnisme qui est posée. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 31 Analyses Department
  32. 32. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Les banques islandaises ont pris de trop gros risques (comme dans tous les pays) mais la cause est différente: car la banque centrale du pays ne semblait pas être un quot;prêteur de dernier secours quot; crédible. L’Angleterre a réagi agressivement à cette attitude. Les leaders internationaux prennent beaucoup de temps afin de tomber d'accord et agir sur la nationalisation des banques. Accord européen: plan contenant des éléments individuellement nécessaires et collectivement suffisants mais des risques subsistent. la gestion publique sera-t-elle plus efficace que des shareholders conventionels? Portait de Keynes. Ses idées (30's) pour sauver le capitalisme de lui-même semblent être aujourd'hui au goût du jour. (18 octobre) Même Dubai doit penser à se serrer la ceinture. (20 octobre) La croissance économique de la Chine à besoin de nouvelles ressources et d'innovations pour continuer à enregistrer des records. Les institutions fi i tit ti financières j iè japonaises reprennent d poil d l bêt et ont b i t du il de la bête t t besoin d s‘étendre à l'ét i de ‘ét d l'étranger. E t Est-ce l’ l’espoir d' i d'un nouveau souffle pour l'Occident? (23 octobre) La Russie glisse vers une économie de survie. Les soucis économiques que rencontrent la Russie auront des répercutions sur sa politique (perte de confiance dans le pouvoir en place) (27 octobre) Crise en Europe! Un European financial stability fund doivent être mis en place Certains pays devront payer pour les erreurs des autres place. autres. Le Yen qui avait considérablement chuté semble avoir été partiellement redressé en 2 jours... Ca n'arrange pas le problème de base: l'Asie possède trop d'épargne et les Etats-Unis et l’Europe trop de flambeurs. (30 octobre) L'Espagne n'a pas été invitée au Sommet du G20 (nov. 14-15). Or l’Espagne est la 8ème plus large économie du monde. Le 4 novembre, Obama est élu Président des Etats-Unis. Le prix du pétrole bas, la faible valeur de l'Euro et un taux d'intérêt Européen bas offrent des perspectives d'espoir, mais pas pour tout de suite. Des perspectives angoissantes persistent aussi: que la récession provoque une seconde vague de pertes en crédits. La peur d'atteindre la limite du taux d'intérêt zéro pourrait mettre les banques centrales à quot;court de munitionsquot;. La présidence de la Tchéquie à l UE l'UE en temps de crise crée une vague de scepticisme . For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 32 Analyses Department
  33. 33. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Les actions sont à bas prix et tendent à être de moins en moins chères une occasion à saisir? Il faudrait y penser mais dans une chères...une perspective de très long terme. Les initiatives nationales n'ont pas abouti à un résultat global. Une politique fiscale ciblée et temporaire semble être la solution la plus puissante. Cette solution est plus adaptée à l’Angleterre et aux Etats-Unis actuellement, la Chine et l’Allemagne y étant plus opposés) Obama doit faire le choix de déployer ou non une politique fiscale et si oui dans quelles conditions Gros dossier pour un président d'à oui, conditions. dà peine 3 jours. (10 novembre) Bretton Woods 2 risque d'être moins bon que l'original car la crise n'a pas été aussi dévastatrice que durant la 2ème guerre. Les pays décideurs ne se mettent pas d'accord (Europe><Asie et US). Les Etats-Unis ne possèdent plus la suprématie pour imposer leur pouvoir . Enfin, il manque de temps. Le prochain sommet du G20 devrait annoncer aussi les changements dans le classement des puissances mondiales. di l La récession est réelle et plus ressentie en Angleterre. Les zones les plus touchées seront Londres et ses environs en comparaison avec les autres régions. (la construction du stade Olympique près de Londres semble même être postposée) Le système financier global doit être renforcé en agissant sur 3 facteurs: le court-terme, le manque de transparence et le pro-cyclisme excessif. excessif Une politique macro économique sur le moyen terme doit être mise en place moyen-terme place. G20: les leaders du monde vont tenter de redessiner le capitalisme et de mettre en place une nouvelle architecture financière. L'Afrique semble pour l'instant à l'écart de la crise mais va probablement souffrir d’un quot;after-shockquot; . Il faut évoquer son cas. 11 conseils à suivre pour limiter les risque d'un autre écroulement du marché financier Les assureur en crédit ont le vent en poupe mais ils ne doivent pas prendre trop de risques pour ne pas se retrouver avec 1000 fournisseurs se retrouvant face à des clients ruinés, incapables de les payer...Les assureurs se voient donc obliger de refuser des contrats jugés trop dangereux par leurs quot;informateursquot; . Ils écopent donc d'une mauvaise réputation. Obama ne s'est pas rendu au somment du G20. Un prochain est prévu pour Avril. La crise a mis en lumière l'importance d'une réponse coordonnée de manière internationale Mais les résultats de ces dernières années ont démontrés que les sommets économiques étaient internationale. une perte de temps et même Obama n'y changera rien. Classement des ministres des finances d'Europe. La grande star est le finlandais Jyrki Katainen . Reynders se place en 12ème position. (18 novembre) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 33 Analyses Department
  34. 34. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Le G20 a évité le sujet d'un régulateur financier international favorisant l'indépendance Pourtant plus d'indépendance au niveau des d un international, l indépendance. Pourtant, d indépendance banques centrales ne résoudraient pas le problème... Mise en place d'un plan de sauvetage dans le but d'éviter l'écroulement de l'industrie automobile de Détroit regroupant GM, Ford et Chrysler. Si GM ou Ford s'écroule, cela marquera la plus grande faillite connue aux Etats-Unis et ferait des dégâts considérables, provoquant un puissant effet domino. La chute du Pound serait la solution pour l'Angleterre, pas l'Euro! Avec le nouveau classement des puissance mondiales, la représentation de l'Europe au G8 est compromise. Mais l'élargissement du G8 mènerait automatiquement à un quot;G2 informelquot; (US/Chine par ex) qui exclurait totalement l'Europe. L'Europe doit se réorganiser. (20 novembre) 2 grosses erreurs possibles: rejeter le scénario de la dépression alors celui-ci se révèle vrai et accepter l'hypothèse sans qu'elle ne se vérifie. Angela a bien posé ses pions depuis le début de la crise, sans faire de show et reste en bonne position pour les futurs élections en Allemagne. En Belgique, le gouvernement semble incapable de gérer les différents enjeux en même temps. Le Japon souffre, son économie ralenti, la population vieilli. On constate une chute de la demande, une chute de l'exportation et une très basse productivité qui fait dépendre de l’exportation (27 novembre). Le 29 novembre, le FT constate la sagesse et la prudence allemande, orchestrée par Madame Merkel. Risque de déflation américaine. Les américains abusent de leur carte de crédit, le liquide ne circule plus . Les paradis fiscaux sont en danger, accusés de déséquilibrer le système financier. (1 décembre). L'industrie automobile pourrait être sauvée par le passage d'une deuxième à une troisième révolution industrielle, intégrant la voiture électrique et donc la création d’emplois « verts » Le succès commercial et économique ne dépend pas de la qualité de la technologie mais bien de la correspondance entre la technologie et les besoins des consommateurs. C’est pourquoi la croissance des capacités technologiques de la Chine et de l'Inde représente d'avantage une opportunité qu'une menace pour les affaires EU et US For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 34 Analyses Department
  35. 35. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Si les pays en surplus ne pallient pas les besoins des pays en déficit en élargissant leur demande nationale (en fonction du rendement potentiel) on devra s'attendre à des mesures protectionnistes des pays déficitaires. Le pire n'est pas dernière nous. 2009 sera une année marquée par le récession, la déflation et les faillites. Des politiques d'actions agressives et coordonnées vont devoir être mises en place pour espérer un rétablissement en 2010, au risque de devoir faire face à une autre année de stagnation et de dépression (3 décembre) Mr. Yushehchenko a du mal a assurer le contrôle de l'Ukraine. La crise économique pause beaucoup de problèmes de relation avec Moscou et le président craint une « guerre du Gaz ». NON aux politiques protectionnistes. Il faut maintenir la compétition et valoriser les plus petites entreprises et les entrants potentiels. (8 décembre) Extrapoler aujourd'hui sur le futur cycle de vie du pétrole risque de donner de faux résultats. (10 décembre) Faut-il ou non sauver le trio de l'industrie automobile de Détroit? Elle nécessite une restructuration et une aide financière du gouvernement américain. Cela pourrait rétablir la confiance mais il ne s'agit pas ici de banques ou groupes d'assurance. Où est donc la limite dans l'intervention de l'état? Les gouvernements ont commencé par réinjecter du cash dans les banques et institutions financières, puis, par ci par là dans différentes industries mais il est temps de prendre du recul et d’arrêter de déstabiliser la concurrence. De plus, doit il aider les vieilles entreprises à survivre ou aider les nouvelles à percer? Il faut surtout instaurer une politique cohérente. Le FT titre: It is time to stop improvising our way out of trouble. (13 décembre) Il est temps que les politiques se secouent et prennent les mesures nécessaires pour éviter les dérives éco de 1930 31 32 La crise 1930-31-32. financière se transformera-t-elle en crise politique? Pointerons-nous du doigts les politiques comme on pointe les banquiers? (15 décembre) Les banques d'Espagne semblent éviter un peu le pire de la crise mais rencontrent des problème de concurrence déloyale de la part de banques étrangères bénéficiant d'assistance. (16 décembre) Beaucoup de petites usines de productions destinées à l'exportation tombent en faillite. Les Chinois devraient ils ré-envisager un système capitaliste? Le pouvoir de l‘Etat sur les finances chinoises fera t-il plonger le pays? (17 décembre) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 35 Analyses Department
  36. 36. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Intervention des réserves fédérales aux Etats-Unis pour éviter une potentielle déflation qui terrifie la banque centrale (depuis 6 ans) Est- ans). ce la solution? Eviter la déflation est chose plus aisée que d'essayer de récupérer un équilibre après coup. (17 décembre) Les compagnies de fret maritime allemandes souffrent et se voient dans l'obligation de revoir leurs projets d'expansion à la baisse. Elles restent cependant confiant es en l'avenir de l'industrie maritime. (18 décembre) La Fed devrait communiquer le plus clairement possible un plan de sortie afin de regagner la confiance des investisseurs (18 décembre) investisseurs. Les banques, malgré leur recapitalisation, ont du mal à prêter aux entreprises. Manque de confiance ou parce qu'elles pensent que les autres banques ne prêteront pas non plus? Dans ce cas, le contexte actuel ne bougera pas, on va resté coincé. Est-ce alors aux gouvernements de prêter aux entreprises? (19 décembre) Les Etats devraient se contenter de déployer un cadre administratif autour des institutions financières afin que celles-ci fournissent aux celles ci clients des solutions transparentes mettant en valeur prospérité et qualité de vie. (22 décembre) La crise met Sarkozy sous les feux de la rampe. Va-t-il convaincre le public qu'il détient une politique viable et bénéfique sur le long terme? Les frictions avec l’Allemagne se multiplient. Les chefs d’Etat ne s’entendent pas sur les solutions économiques (23 décembre) L'Eglise pense que la crise aura un effet bénéfique sur les comportements humains. quot;Penser à son prochainquot; deviendra t-il le nouveau but g p q q p p a atteindre? Pour l'instant beaucoup de gens semblent encore très préoccupés par eux et l'espoir de garder leur boulot . (24 décembre) L'économie Russe va mal. La chute du prix du baril devrait entraîner une dévaluation du rouble mais Poutine refuse. C’est une stratégie qui va lui coûter cher. Les pays des Balkans affichaient les meilleures performances économiques d'Europe ces dernières années mais la crise à renversé la tendance et les a rendu vulnérables. Ceci dit, étant déjà passés par là, ces pays quot;survivantsquot; restent confiants . Fin de l'année marquée par la chute de Madoff et de son quot;agence conseilquot;, ça promet un début 2009 sombre pour le monde financier. Quand la confiance aux investisseurs aura-t-elle été retrouvée? Beaucoup d'entreprises ont fait faillite. Certains secteurs ont été épargnés (production de luxe et chocolats). Espoir placé dans une « énergie verte ». For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 36 Analyses Department
  37. 37. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Malgré la crise, le dollar sort triomphant. L’économie américaine pourrait être la première à émerger car elle possède un stimulus macro économique plus agressif. L'autre alternative au dollar est l'Or. Les américains veulent que les banques ayant été recapitalisées par le gouvernement suppriment tous les bonus pour cette année; Il faut de toute façon réguler les systèmes des bonus et le payement des executives pour limiter les excès et les débordements. La chute des exportations en Chine supprime un nombre conséquent quot;d'emplois ». Le Brésil qui pensait que l'Amérique Latine passerait à côté du pire de la crise constate qu'aujourd'hui son pays en souffre sévèrement. (9 décembre) Faut-il forcer à la dépense? La génération Y ne sera pas difficile à convaincre, la classe moyenne et les plus vieux risquent de ne pas vouloir, préférant utiliser leur argent à rembourser leurs dettes et épargner. Les gouvernements doivent booster eux-mêmes l'économie, pas les consommateurs. (10 décembre) Il f t attribuer à l'i fl ti une valeur numérique à atteindre, un objectif chiffré.(12 dé faut tt ib l'inflation l éi tt i d bj tif hiff é (12 décembre). b ) Beaucoup de suspicions de fraude en Inde poussent les entreprises indiennes à montrer patte blanche et prouver leur bonne éthique si elles veulent rester dans la course en temps de crise (plus rien n'est laissé au hasard) L'Inde qui bénéficiait d'une bonne réputation en affaires semble avoir taché sont portfolio. La crise financière ne laissera pas passer ce problème d gestion d' t blè de ti d'entreprise et l marché I di aura d mal à récupérer. (14 j i t le hé Indien du l é é janvier) i ) Obama a annoncé son plan de réinvestissement. Il pense s'en sortir avec un stimulus fiscal massif mais cela ne suffira pas! Les Etats- Unis sont non seulement déficitaires mais aussi endettés. (14 janvier) Qui prendra la tête de quot;Citigroupquot; pour accepter des ambitions à la baisse et stopper le massacre. Si le groupe continue de couler, les répercussions mondiales seront terribles De son côté l'Irlande va très mal: chute des finances publiques augmentation du chômage terribles. côté, l Irlande publiques, chômage... For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 37 Analyses Department
  38. 38. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Même si l'Australie ne pourra pas échapper à la récession il semble que les répercussions de la crise y soient moins dures l Australie récession, Les chiffres sont tombés pour Citigroup et Bank of America.. Ils ont essuyé trop de pertes. L'état continue de promettre de leur injecter de grosses liquidités mais ce n'est que pour nous laisser le temps de nous faire à l'idée qu'elles sont mortes. (19 janvier) Depuis le quot;Merill dealquot; du 15 Septembre (la stratégie mise en place par Mr. Lewis), la Bank of America ne fait que se tromper davantage.(20 janvier) L'intervention de l‘Etat au profit de Lehman Brothers a démontré que si cela est satisfaisant sur le moment, cela ne résoudt pas spécialement le problème. (22 janvier). Le plan économique d'Obama, en proposant le stimulus fiscal le plus grand de l'histoire, est de relancer l'économie en créant de l'emploi, en protégeant les plus vulnérables et en procédant aux investissements nécessaires à un futur économique plus stable. Mais cette stratégie peut prendre du temps avant de présenter des résultats probants. (23 janvier) Bonne idée: un marché commun à la zone euro pour les dettes gouvernementales. L'Allemagne risque de na pas être d'accord. Mauvais timing. L'Espagne, le Portugal et la Grèce ont cependant besoin d'une solution, urgemment! (26 janvier) Précautions à prendre lors de la nationalisation des banques. Le politique doit être solide! Leitmotiv qui revient souvent. Les Etats-Unis ont besoin d'un cadre fiscal à moyen terme. Le stimulus proposé par Obama semble pensé à trop court terme même si son plan de dépenses comprend des investissements très prometteurs. L'accroissement de la dette privée (surtout aux Etats-Unis et en Grande Bretagne) devient inquiétante. Différentes stratégies sont envisageables pour y remédier mais non sans risque. (28 janvier) Il ne faut pas diaboliser le concept de déflation qui n'est par ailleurs pas attendue d'office (30 janvier) Le premier ministre Chinois explique son plan contre la crise. Il veut avant tout protéger son pays d'un menace venue de l'Ouest. Le Forum économique de Davos a cette année constaté la dé-globalisation causée par un protectionnisme financier et commercial. Le spectre du protectionnisme est bien présent. (2 février). La leitmotiv américain pour amortir le choc de la récession est d’ailleurs: on gère « alone » (5 février). Le protectionnisme Européen que l'on constate est le meilleur moyen de faire évoluer la récession en dépression...Ce n’est pas l’idéal. n est l idéal. Naïveté ou réalité: De grands économistes du passé nous permettent de garder espoir. Les sciences économiques nous sortiront du trou. (6 février) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 38 Analyses Department
  39. 39. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Des leçons peuvent être déjà tirées de la crise et il faut déployer les politiques appropriées pour regagner la confiance du public en minimisant la prise de risque. Redévelopper un système financier vaillant et dynamique, au coeur d'un système économique vaillant et dynamique. (9 février) L'économie globale est parvenue en moins de 6 mois à la situation qui avait pris 3 ans à arriver pendant la crise des années 30. Il faut éviter les tendances protectionnistes (10février) protectionnistes. les banques et le secteur automobile en Europe sont en état de crise. Ils ont besoin de restructuration ambitieuse. Chaque gouvernement ne doit pas oublier que leur premier intérêt national est de protéger le marché interne de l'Europe. (12 février) Si les solutions de sauvetage ont échoué dans les différents pays d'Europe c’est parce que les solutions étaient trop petits et que les pays ont agi de manière indépendante, alors qu'ils auraient du envisager leur solution de façon coordonnée avec l'ensemble de l'Euro zone. qu ils l ensemble l Euro La Bank of England est critiquée pour son mauvais management, son absence de prudence et sa naïveté. Ils ont clamé la stabilité, il n'en était rien. Devraient-ils prendre exemple sur la banque centrale Européenne? A l'heure ou tous les pays proposent des solutions économiques pour relancer l'économie globale, il est important d'y apporter des éléments quot;greenquot;. L'économie verte est un investissement intelligent pour un avenir prometteur et plus stable. (17 février) g g p p p ( ) Fiction: que serait le paysage politique US de 2012 à la suite de l'instabilité économique d'aujourd'hui. La sécurité nationale serait-elle menacée? Le 4ème plus grand membre de la zone Euro est plongé dans la récession. Sa dette privée a doublé. Dans les crises précédentes, l'Espagne s'en était sortie en dévaluant la Pesetas mais avec l’euro il n‘en est plus question. Sa seule chance est d'augmenter la compétitivité et la productivité en adoptant des réformes structurelles. Les déclarations sont très pessimistes. La crise fait renaître de vieux boucs émissaires. Les juifs sont à nouveau montrés du doigt, prenant une place trop importante dans le monde des affaires. La crise pousse la zone Euro à repenser sa structure. Le problème étant l'existence d'une banque centrale mais sans trésorerie centrale avec une supervision des systèmes bancaires qui est laissée aux autorités nationales. D'autre part, la crise a clairement démontré les avantages d'une monnaie commune. 2 problèmes vont devoir être résolus: l'allègement du poids de la dette des états membres et ensuite la question de la valeur relative des votes des ministres des finances des différents pays . (19 février) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 39 Analyses Department
  40. 40. Financial Times: Historique de la crise depuis du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Puisqu aucun Puisqu'aucun miracle ne peut sauver l'Europe il faut que ses Etats en collaboration avec les institutions Européennes forcent les l Europe, Etats, Européennes, banques à se débarrasser des capitaux affaiblis qui continuent à empoisonner le marché interne pour permettre aux entreprises viables d'investir, en leurs prêtant. (27 février) For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 40 Analyses Department
  41. 41. L’impact de la crise dans le FT & la presse belge Du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 For internal use only © AuxiPress s.a./n.v. www.auxipress.be Analyses Department
  42. 42. Financial Times: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 Presse belge: évolution de l’impact par sujet et par mois du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! Mediascore Index ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 42 Analyses Department
  43. 43. Presse belge: impact Mediascore par sujet Financial Times: impact Mediascore par sujet d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 d’intérêt du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 Nombre d'articles publiés dans la presse belge du 1er septembre 2008 au 28 février 2009 NewsUp! For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 43 Analyses Department
  44. 44. Impact Mediascore par zone linguistique NewsUp! ndex Mediascore In For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 44 Analyses Department
  45. 45. Conclusions For internal use only © AuxiPress s.a./n.v. www.auxipress.be Analyses Department
  46. 46. Presse belge et FT: synthèse Alors que la thématique « aspect financier de la crise » et « International » suivent la même courbe selon qu’on analyse l’impact de la crise au niveau belge ou dans le FT on observe en revanche que l’intérêt du FT pour les aspects économiques de la crise est plus marqué plus rapidement avec une courbe FT, l intérêt ascensionnelle plus forte. Côté belge, la place de la politique intérieure à côté des autres sujets est plus imposante. Elle démontre très clairement un désintérêt du monde politique pour la crise ou du moins une incapacité à y faire face. Cette insensibilité rejoint d’ailleurs peut-être l’impression générale qui transpire des commentaires des médias que les différents gouvernements dans le monde et l’Union européenne en particulier se disent comme paralysés face aux décisions à prendre pour contrer la crise. L’évolution de cette courbe et sa domination marquante sur les autres révèlent que le gouvernement reste focalisé sur ses chamailleries politico-politiciennes. Les querelles institutionnelles et les jeux d’influence sont les sujets dominants et finiront d’ailleurs par faire tomber le gouvernement. L’affaire Fortis permettra à Leterme de re-gagner un peu d’estime grâce au « sauvetage » dans l’urgence de la banque mais fera également tomber son gouvernement à la fin de l’année 2008. Aujourd’hui, à quelques jours des élections, on n’est pas vraiment plus avancé en terme de gestion politique des dossiers. Certains membres du gouvernement parlent déjà d’élections anticipées. Au fédéral après le scrutin de juin. La presse belge anticipe relativement bien la situation mais sans être probablement tout à fait consciente de la situation réelle, de ses causes et de ses solutions. Elle constate un passage au rouge de tous les indicateurs et tente de sensibiliser l’opinion et le politique à la situation qui lui semble explosive. Les préoccupations politiques du gouvernement consternent la presse belge qui presse nos dirigeants à s’occuper des questions socio-économiques. L’obsession de la question institutionnelle chez certains politiciens aura monopolisé leurs énergie au point de les éloigner des questions socio-économiques qui préoccupent l’opinion. Un an après les élections fédérales, le gouvernement est toujours incapable de s’entendre pour se retrousser les manches. Il faudra attendre que les banques soient au bord du gouffre pour que le gouvernement se réveille . Cependant on va constater que malgré le sauvetage de nos Cependant, que, banques, le comportement de certains politiciens va continuer d’éloigner nos ministres des besoins immédiats en matière économique. Non seulement le dossier Fortis va monopoliser toute leur énergie (ils constatent que leur action est très appréciée dans les médias) mais elle va également les empoisonner jusqu’à faire tomber le gouvernement et mettre en place une commission d’enquête. Pourtant, la presse ne cesse d’alarmer, d’identifier et d’analyser la situation en pointant du doigt l’inertie du gouvernement. En revanche, les pistes proposées par les médias restent peu nombreuses. La Communauté Européenne reste également peu dynamique. Les grands rendez-vous internationaux (G7, G20, Davos…voir p.13) ne sont pas fructueux. Tout le monde semble conscient qu’il faut f t mettre en place d nouvelles règles commune mais personne ne semble capable d’é tt un cadre commun. Q l tt l de ll è l i bl bl d’émettre d Quelques dé i i décisions sont cependant prises: t d t i la baisse de la TVA en Europe, la garantie minimum des épargnants, la volonté de règlementer le salaire des dirigeants de banques. La vision du Financial Times se démarque nettement mais logiquement de celle de la presse belge. La dimension internationale du journal lui fait appréhender l’actualité d’un point de vue mondial et ce, exclusivement dans le domaine économique et financier. En permanence à l’affût de l’évolution économique dans toutes les parties du monde, le FT n’a de cesse de scruter, analyser, réfléchir sur l’évolution de la crise pour tenter de déceler les liens entre les attitudes de chaque pays ou continent et essayer d’anticiper une réflexion globale à long terme. Les pistes de réflexion du FT, plus nombreuses, sont probablement le fruit d anticiper de cette vision globale qui lui permet d’être plus pointu et plus téméraire en raison des nombreux paramètres qu’il prend en compte pour suggérer quelques raisonnements ou scénarios. Enfin, il faut souligner que cela ne fait que 6 mois que l’opinion est pleinement consciente de la situation de crise exceptionnelle qui n’épargne aucun état. . Par ailleurs, Obama n’a pris ses fonctions que depuis 2009. Les regards restent malgré tout pointés vers les Etats-Unis dans l’attente, peut-être, de mesures qui pourraient être appliquées en Europe.. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 46 Analyses Department
  47. 47. Presse belge: conclusion NewsUp! La gouvernement belge reste avant tout préoccupé par les questions institutionnelles: Het Laatste Nieuws note le 10 septembre que cela fait 457 jours que cela dure! se mobilise mais démissionne aussi sur l’affaire Fortis: De Morgen déclare le 30 septembre que c’est probablement l’action du gouvernement Leterme la plus courageuse et la plus compréhensible jamais prise. En revanche, le même journal écrit le 20 décembre: Un mauvais gouvernement tombe mais les problèmes restent. ne prend pas la mesure des répercussions de la crise: Le 3 octobre De Standaard prévient que la situation va en s'empirant puisque le déficit de l'état va en s empirant l état augmentant et pourrait atteindre déjà 1,4 milliards fin 2008 alors que Reynders affirme toujours que tout va bien. reste attentiste malgré des informations alarmantes que les journaux publient: Le 24 novembre, on apprend que la croissance belge est surévaluée. La presse a l’impression qu’un plan de relance devrait être la priorité mais les politiques ne semblent pas motivés. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 47 Analyses Department
  48. 48. Presse belge: conclusion NewsUp! La presse belge constate un énorme déficit d’attention de notre gouvernement vis-à-vis de la crise économique. De Morgen rapporte que Leterme reste de glace face aux mauvaises nouvelles du bureau du plan. (13 septembre) est consternée par l’impuissance des autorités de notre pays et de l’Europe à réagir conjointement. conjointement Les institutions reconnaissent leur impuissance et leur surprise face à l’ampleur de la crise. L’Echo précise que L‘Insitute of International Finance continue de déclarer que la santé des plus grandes banques ba ques du monde s'améliore, ce qui est assez lénifiant. (13 septembre) o de s a é o e, qu es asse é a ( 3 sep e b e) dénonce l’inconscience du gouvernement en matière budgétaire. La Belgique ne peux plus uniquement compter sur le plan de relance de ses pays voisins qui n'en mènent pas large. large Les chiffres budgétaires sont catastrophiques Les belges ne prennent pas en compte la potentielle mise catastrophiques. en place d'une quot;bad bankquot; pour reprendre les actifs toxiques des banques et qui alourdirait d'avantage l'ardoise. La capacité de résistance de l'Union monétaire est à l'épreuve et menace la zone Euro d'un éclatement . Les pays les plus endettés pourrait quitter la zone et dévaluer leur monnaie. (L’Echo, 22/01/2009) ne se positionne que très tardivement et du bout des lèvres pour suggérer des pistes souvent évoquées timidement. Pour l’Echo, il faudrait sortir les produits toxiques du bilan, les isoler...c'est la seule manière de sortir de la spirale négative qui menace la planète finance et donc à terme l'économie (9 octobre) l économie. For internal use only © AuxiPress S.A./N.V. www.auxipress.be 48 Analyses Department

×