Muséum national d’Histoire naturelle de Paris
              Muséum d’Histoire naturelle de Marrakech
                 Fédé...
Sommaire




                 Fiche technique & résumé du projet

                 I. Les milieux souterrains : les mondes...
Fiche technique de l’expédition

Responsables biospéléologie : Jean-Michel Bichain, Muséum national d’Histoire naturelle d...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)



                         Expédition Win-Tim...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                                 culmine à 1...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                                            ...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                                 démisme, mi...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                                            ...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                              de communicati...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


   la structure des macroinvertébrés d’un   ...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                              Prof. Lahoucin...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


(SAMNHNP)                                  r...
Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)


                              lphilippe@biot...
Win-Tandouine 2008
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Win-Tandouine 2008

3,455
-1

Published on

Projecte d'expedició al Marroc

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,455
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
33
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Win-Tandouine 2008

  1. 1. Muséum national d’Histoire naturelle de Paris Muséum d’Histoire naturelle de Marrakech Fédération Française de Spéléologie Win-Timdouine 2008 Expédition spéléologique et biospéologique dans le plus grand réseau souterrain du continent africain (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir)
  2. 2. Sommaire Fiche technique & résumé du projet I. Les milieux souterrains : les mondes perdus p. 5 II. Win-Timdouine, un monstre souterrain p. 5 III. Les objectifs de Win-Timdouine 2008 p. 6 1. Déroulement de l’expédition p. 6 2. Programme scientifique p. 7 3. Programme spéléologique p. 7 IV. Restitutions des résultats p. 8 V. Budget prévisionnel p. 9 VI. Participants et partenaires p. 10 1. Organigramme p. 10 2. Partenaires de l’expédition p. 12 3. Cordonnées des membres du comité directeur p. 12 4. Liste des membres de l’expédition p. 13 Références citées p. 14 Dossier de présentation du projet Win-Timdouine 2008, juillet 2008.
  3. 3. Fiche technique de l’expédition Responsables biospéléologie : Jean-Michel Bichain, Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (France). Mohamed Ghamizi, Muséum d’Histoire naturelle de Marrakech (Maroc). Responsables spéléologie : Bob Ascargorta (France, FFS, CDS08), Jean-François Fabriol (France, FFS, CDS46). Date : 10 juillet au 10 août 2008 Lieu : Zone karstique de Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) Objectifs : Connaissance de la biodiversité souterraine et exploration du plus grand réseau kars- tique souterrain du continent africain. Participants : Une quinzaine de participants, spéléologues et scientifiques de deux grandes institutions française et marocaine (Muséums de Paris et de Marrakech). Partenaires principaux : Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Muséum d’Histoire naturelle de Marrakech, Fédération Française de Spéléologie. Budget global : 18 000 euros Résumé du Projet Win-Timdouine 2008 est une expédition scientifique et spéléologique franco-marocaine des- tinée à dresser un inventaire de la faune souterraine et à poursuivre l’exploration de la plus grande cavité du continent africain située dans le Haut-Atlas occidental : Win-Timdouine, la grotte des lacs. A l’heure de l’érosion massive de la biodiversité, scientifiques et spéléologues mettent en commun leurs compétences dans un même objectif : connaître et préserver le patrimoine naturel d’une grande zone karstique marocaine. Win-Timdouine 2008 est une expédition placée sous la double égide du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et du Muséum de Marrakech et sous le parrainage de la Fédération Française de Spéléologie. Win-Timdouine 2008 constitue une première en matière d’expédition. Il s’agit d’une col- laboration inédite, dans le cadre d’un grand projet, d’une quinzaine de spéléologues et de bio- logistes. Il faut attendre de cette expédition non seulement une foison de données nouvelles pour la science, notamment en terme d’organismes nouveaux, mais aussi pour les spéléologues, l’exploration et la cartographie des zones jusqu’alors inconnues de ce gigantesque réseau sou- terrain. Win-Timdouine 2008 permettra l’élaboration d’un corpus inédit de connaissances de cette zone karstique mais aussi des actions concrètes en direction des populations locales pour la gestion de l’eau et du patrimoine biologique. Recherche, exploration, formation et diffusion des connaissances sont les grands axes de cette expédition. Win-Timdouine 2008 est un nouveau regard sur deux mondes : l’exploration souterraine et celle de la biodiversité.
  4. 4. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) Expédition Win-Timdouine 2008 (Haut-Atlas, Maroc) Expédition biospéologique et spéléologique franco-marocaine dans le plus grand réseau karstique souterrain du continent africain I. Les milieux souterrains : munauté scientifique ne peut ni dres- les mondes perdus ser une estimation fiable du nombre d’espèces souterraines, ni fournir des informations sur leur biologie, réparti- O n a longtemps considéré les mi- lieux souterrains comme des ha- bitats hostiles au développement de tion ou écologie. La raison première est la difficulté d’accéder dans les milieux souterrains pour y observer et prélever toute forme de vie. Actuellement, avec les animaux. Les grandes campagnes le recul de deux siècles de recherches de recherche sont donc peu fréquentes biospéléologiques, le nombre d’espè- et nécessitent de mettre en œuvre des ces strictement inféodées aux milieux logistiques lourdes et des techniques hypogés est évalué entre 50 000 et d’exploration spécifiques. 100 000 (Culver & Holsinger 1992), soit moins de 1% du total estimé des espèces de la planète. Or, les découver- Parallèlement, l’impact des activi- tes dans ces milieux s’accélèrent con- tés humaines rend urgente l’étude et la sidérablement notamment grâce aux valorisation de ces faunes. Les eaux techniques modernes d’exploration douces continentales (hors glaciers) souterraine et d’investigation scienti- sont à 98% des eaux souterraines et fique. Les recherches de ces quarante nous ne connaissons pas les consé- dernières années ont permis de décou- quences des pollutions en surface sur vrir autant d’espèces nouvelles que ce monde d’en dessous. Il existe donc durant le premier siècle et demi d’ex- une réelle nécessité, pour l’étude de plorations initiées au début du 19ème ces écosystèmes, de faire émerger des (Ferreira 2005). Avec ce nouveau re- grands projets ciblés et efficaces tant gard, les milieux souterrains consti- sur le terrain que dans l’exploitation tuent probablement un compartiment des données au laboratoire. Dans ce de la biodiversité planétaire bien plus cadre, il est aussi primordial de diffu- diversifié que ce qui est traditionnelle- ser la connaissance vers les populations ment admis. locales afin qu’elles puissent dévelop- per stratégie pédagogique et actions concrètes pour la conservation de leur Ces organismes souterrains sont patrimoine biologique qui est aussi le remarquables à plusieurs titres. Ils patrimoine de la planète. sont parfaitement adaptés à l’absence de lumière et aux ressources alimen- taires limitées (aveugles, dépigmentés II. Win-Timdouine, un mons- et capables de résister au jeûne). Leur tre souterrain histoire évolutive est strictement liée aux milieux souterrains et certaines lignées n’ont pas de représentant dans les milieux épigés. Enfin, leur réparti- tion géographique est souvent limitée E xplorée depuis 1950, essentielle- ment par des spéléologues maro- cains et espagnols (Camus & Lamou- à l’échelle d’une seule grotte ou d’une reux 1981), Win-Timdouine (la grotte seule rivière souterraine, endémisme le des lacs en berbère) est la plus grande plus marqué sur l’ensemble des éco- cavité du continent africain avec plus systèmes de la planète (Gibert & De- de 19 km de galeries. Ce gigantesque harveng 2002). réseau souterrain est situé dans la partie occidentale du Haut-Atlas marocain, à Pourtant, les informations essen- 70 km au Nord-est d’Agadir. Il draine tielles manquent pour la plupart de ces les eaux pluviales qui tombent sur le espèces, et à l’heure actuelle, la com- plateau de Tasroukht dont le sommet Win-Timdouine 2008 - 5
  5. 5. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) culmine à 1789 m. Le réseau karstique ont été recensés dont des mollusques, de Win-Timdouine s’est formé, depuis collemboles, coléoptères aquatiques, le mésozoïque et pendant tout le qua- micro-crustacés avec les copépodes, ternaire, dans les calcaires du Jurassi- myriapodes polydesmides et isopodes que inférieur, lesquels reposent sur les terrestres. Par ailleurs, Limnius stygius marnes imperméables de l’Oxfordien Hernando, Aguilera & Ribera, 2001, (Angelova et al. 2003). Cette configu- coléoptère décrit d’une cavité voisine, ration géologique et la forte activité est le seul représentant stygobie de sa tectonique de cette région ont permis la famille (Elmidae) dans tout le paléarc- formation d’une rivière souterraine au tique (Hernando et al. 2001). Les mollusques représen- débit moyen de 8 à 10 l/s et d’une série tent un tiers des organismes de lacs constituant la plus grande ré- souterrains dont 98% sont Outre les invertébrés, un tel réseau des hydrobies. La répartition serve d’eau douce souterraine de la ré- peut abriter d’importantes colonies de de ce groupe hyper-diversifié gion d’Agadir (Angelova et al. 2003). chauves-souris jusque dans ses parties atteint sa limite Sud dans le Nord de l’Afrique. Leur étu- les plus profondes. Hôtes emblémati- de, lors de l’expédition Win- Le réseau de Win-Timdouine a ques des grottes, les chauves-souris Timdouine 2008, présente attiré de nombreux spéléologues, fait sont les seuls mammifères qui fréquen- donc un intérêt majeur dans la compréhension de leur l’objet de documentaires diffusés sur tent les parties les plus éloignées des histoire évolutive globale. la RTM (la première chaîne nationale réseaux souterrains. Par leurs cadavres Par ailleurs, l’endémisme marocaine), d’un projet d’aménage- et leurs déjections laissés dans les ca- marqué de ces animaux doit succiter des actions de con- ment pour le tourisme et est proposé vités, ils sont des acteurs importants du servation afin de protéger pour intégrer le Patrimoine Scientifi- fonctionnement écologique des éco- ces espèces particulièrement que et Naturel Mondial de l’UNESCO. systèmes souterrains (Prié et al. sous vulnérables. Ici, Bythinella sp. du gouffre Pourtant, cette célèbre cavité est en- presse). de Padirac (France). core loin d’avoir livré tous ses secrets tant sur sa faune, sur l’étendue de son Win-Timdouine offre donc un large réseau que sur son fonctionnement hy- spectre de découvertes spéléologiques drogéologique. et scientifiques dans un compartiment encore très mal connu de notre planète, Les précédentes explorations bios- le monde souterrain et sa biodiversité. péléologiques menées par M. Messouli (Université Cadi Ayad de Marrakech), membre de Win-Timdouine 2008, in- III. Les objectifs de Win-Ti- diquent que ce réseau renferme une mdouine 2008 Les chauves-souris sont faune diversifiée dont la majorité des les hôtes emblématiques des espèces n’a pas encore été décrite. Les L grottes mais elles jouent aus- grands groupes taxonomiques y sont es objectifs de l’expédition se dé- si un rôle essentiel dans les présents avec des coléoptères troglo- écosystèmes souterrains en y clinent autour de deux grandes thé- apportant la matière organi- bies (c.-à-d. inféodés strictement aux matiques : (1) estimation de la structu- que (guano et cadavres) qui milieux terrestres souterrains) appar- re et de la magnitude de la biodiversité en général fait défaut à ces tenant aux genres Domene (Staphyli- réseaux trophiques. des écosystèmes souterrains ; (2) con- L’inventaire des espèces de nidae) et Sphodrides (Carabidae) ainsi naissance et exploration des réseaux chauves-souris et l’étude de qu’un amphipode stygobie (c.-à.-d. souterrains. En marge de ces objectifs leur comportement dans le inféodés strictement aux eaux souter- réseau profond de Win-Ti- scientifiques et spéléologiques, Win- mdouine est inscrit au pro- raines) de la famille des Metacrango- Timdouine 2008 souhaite développer gramme des scientifiques. nyctidae. D’autres animaux, unique- des actions concrètes à destination des ment connus de quelques spécimens, y populations locales, pour la gestion et Ci-contre le plateau de Tasroukht qui culmine à 1789 m. L’émergence de Win-Ti- mdouine est ici visible lors de la crue exceptionnelle de 1985. L’entrée du réseau est située à environ 1400 m d’al- titude, au dessus du village de Tizgui N’chorfa où sera installé le camp de base pour l’expédition de 2008. 6 - Win-Timdouine 2008
  6. 6. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) Pour les biospéléologues, Win-Timdouine représente une véritable terra incogni- ta. Dans ce milieu difficile d’accès, il faudra adapter et multiplier les méthodes de travail pour réaliser l’étude de la faune souterraine. L’ambition de Win-Tidoui- nee 2008 est de dresser l’in- ventaire de l’ensemble de la faune souterraine et de cons- tituer ainsi un arrêt sur image de la biodiversité hypogée d’une grande zone karstique du Maroc. la valorisation de leur patrimoine bio- 10 août 2008, dont dix jours consécu- logique lié aux eaux souterraines. tifs passés sous terre. L’expédition im- pliquera une quinzaine de participants, 1. Déroulement de l’expédition spéléologues avertis dont certains con- naissent le réseau de Win-Timdouine et scientifiques appartenant à de grandes Pour explorer une telle cavité, il institutions de recherche marocaine et sera nécessaire d’établir un bivouac française. souterrain au cœur même du réseau afin de mener au quotidien les travaux d’exploration et de recherche scientifi- 2. Programme scientifique que dans ses parties les plus éloignées. Un séjour de 10 jours, sans retour à la Le programme scientifique se dé- surface, semble un bon compromis en- veloppe autour de deux modules, le tre le volume de matériel à transporter module «Biodiversité souterraine» et les objectifs fixés par cette expédi- dont l’objectif est l’inventaire et la tion. connaissance de la faune souterraine et le module «Chauves souris et refu- Outre la cavité de Win-Timdouine, ges en milieu profond» dont l’objectif des explorations et prélèvements bio- est l’inventaire des chauves-souris et logiques seront réalisés dans plusieurs l’étude de leurs comportements dans autres cavités présentes dans cette zone les réseaux profonds. karstique (Tagadert, Dou Ossolil, Tal- mat, Imi Ougoug, Arbalou, Lakhssass, Le module «Biodiversité souter- La Vache). Les données ainsi acquises raine» mettra en œuvre les moyens permettront d’établir des éléments de techniques de prélèvements (piégea- comparaison avec les résultats obtenus ges, récoltes de sédiments, etc.) et de à Win-Timdouine. Ils permettront aus- retour au laboratoire, les moyens d’in- si de dresser un inventaire plus précis vestigations scientifiques (biologie de la biodiversité souterraine de cette moléculaire, microscopie électronique région du Maroc. par ex.) pour inventorier et décrire la biodiversité dans les sites prospectés. Au total, la durée de l’expédition Il sera possible d’évaluer la magnitude Haut-Atlas aucontreforts du Premiers Nord de Mar- s’étendra sur un mois, du 10 juillet au (nombre d’espèces) et la structure (en- rakech. Win-Timdouine 2008 - 7
  7. 7. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) démisme, micro-répartition, densité d’inventaire, de compréhension des des populations, composition faunisti- patrons de distribution, de délimitation que) de la biodiversité rencontrée, de d’espèces, et par conséquent, dans les reconstituer l’histoire évolutive de cer- enjeux de conservation. tains de ses composants mais aussi de déterminer les enjeux de conservation 3. Programme spéléologique liés à chacun de ces organismes. L’objectif des spéléologues est Le module «Chauves souris et double, tout d’abord en encadrant refuges en milieu profond» propose l’équipe scientifique dans les réseaux d’explorer la faune en chauves-souris mais aussi en menant des travaux de Win-Timdouine et plus largement d’explorations et de topographie des dans cette région du Haut-Atlas avec cavités visitées. A Win-Timdouine, la trois objectifs [pour de plus amples dé- zone de la Grande Salle, un des termi- tails, consulter le dossier Agadir 2008] naux actuels du réseau situé à environ : (1) Produire un inventaire des espèces 9 km de l’entrée, semble prometteuse Un séjour de 10 jours dans présentes en optimisant les méthodes et d’après les précédentes explorations le réseau profond de Win-Ti- de recherche (détecteurs d’ultrasons, pourrait se poursuivre bien au-delà. mdouine impose une logis- captures au filet japonais, prospections tique lourde et des moyens adaptés non seulement pour spéléologiques), (2) établir une ban- mener les tâches de recher- que de sons sur les espèces marocaines L’équipe de spéléologie se fixe che mais aussi pour y vivre méconnues et (3) collecter des tissus, donc comme objectifs d’exploration : au quotidien. La plupart des spéléologues de l’expédition sans perte pour la biodiversité, en vue (1) de photographier et de topogra- a cette expérience très spéci- d’analyses génétiques. phier toutes les zones découvertes et fique des séjours prolongés (2) de tenter de mettre en évidence les en milieu souterrain. connections hydrogéologiques entre En effet, la faune mammalogique Win-Timdouine et les réseaux voisins. du Maroc est relativement bien connue (voir par exemple Cuzin 1996, Dobson 2003). Toutefois, les chiroptères res- tent, comme bien souvent, les parents IV. Restitution des résultats pauvres des atlas de répartition. Depuis les travaux de Panouse (1951, 1954, 1956-1959) seuls les travaux de Benda et al. (2004) synthétisent les connais- L a diffusion des connaissances et la restitution des résultats suivront deux stratégies. La première est de sances actuelles sur les chiroptères du Maroc. Pourtant, les chiroptères repré- diffuser auprès d’un large public les sentent environ le tiers des espèces de enjeux et les résultats d’une telle expé- mammifères du Maroc et les enjeux dition, et ce, par le site internet de Win- de conservation pour ces espèces, sen- Timdouine 2008 (http://wittamdoun. sibles au développement des activités free.fr), par des articles dans la presse humaines, sont importants. nationale spécialisée ou généraliste et par des cycles de conférences. La se- Un aspect du projet Win- conde suit la logique de la communi- Timdouine 2008 est de Les nouvelles techniques d’inves- cation scientifique, en publiant les ré- sensibiliser les populations tigation, comme les prospections spé- locales sur les ressources sultats de l’expédition dans des revues en eau tant de surface que léologiques, l’utilisation de détecteur scientifiques internationales. souterraine. Protéger ces mi- d’ultrasons ou les approches molé- lieux fragiles s’inscrit dans culaires, ont été peu utilisées à notre un cadre de développement Enfin, Win-Timdouine 2008 pro- durable du patrimoine natu- connaissance au Maroc. Elles sont rel de notre planète. néanmoins prometteuses en termes posera aux populations locales une 8 - Win-Timdouine 2008
  8. 8. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) Une telle expédition ras- semble des partenaires d’ho- rizons différents, des spécia- listes de la biodiversité et de l’exploration des réseaux souterrains. Données, résul- tats et expérience acquise ne manqueront pas d’être multi- ples et devront être diffusés au plus grand nombre par le biais de publications et de conférences. C’est aussi l’occasion pour des étudiants de niveau mas- ter de l’université de Caddi Ayad de Marrakech de mener leur propre recherche à partir du matériel collecté pen- dant cette expédition. Pour ces jeunes étudiants, se sera l’opportunité de collaborer à un grand projet d’envergure internationale. diffusion des connaissances autour du 18 000 euros. Les financements sont patrimoine naturel souterrain et des recherchés auprès des grandes institu- ressources en eau. En effet, dans les tions publiques, fondations et entrepri- zones arides, comme celle de Win-Ti- ses françaises et étrangères en insistant mdouine, les réserves en eau de sur- sur trois idées : face sont réduites en raison de la rareté et l’irrégularité des précipitations. Les (1) Engagement sur le thème de la bio- eaux souterraines sont par conséquent diversité à travers une opération qui une ressource vitale. Cependant, les s’inscrit dans les enjeux actuels sur la écosystèmes souterrains sont parfois connaissance du patrimoine biologi- soumis à des menaces anthropiques que mondial. qui menacent l’équilibre de ces mi- (2) Soutien à un projet de coopération lieux particulièrement sensibles aux franco-marocaine. perturbations extérieures (par exemple, la modification du régime hydrologi- (3) Investissement dans une action con- crète de développement durable cen- Le site internet de l’expé- que par pompage, les rejets industriels, dition (http://wittamdoun. urbains ou agricoles). Un des objectif trée autour de la gestion des ressources free.fr) permet d’ores et déjà pour l’équipe de Win-Timdouine 2008 en eaux et du patrimoine biologique. de communiquer toutes les est donc de sensibiliser les popula- informations sur ce projet. L’ensemble des partenaires finan- C’est aussi une interface de tions locales sur ces enjeux globaux travail pour l’ensemble de de la pollution des eaux souterraines, ciers sera associé à toutes les actions l’équipe. en leur adressant les informations sur les mesures de protection des sources d’approvisionnement en eau à partir des milieux karstiques. Avec les col- lectivités locales, c’est une meilleure gestion de ces écosystèmes souterrains que nous proposons afin de conserver la biodiversité de ce patrimoine natio- nal. V. Budget prévisionnel L e budget de fonctionnement de Win-Timdouine 2008 est estimé à Win-Timdouine 2008 - 9
  9. 9. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) de communication de l’expédition. Bichain, J.M., Boudsocq, C. et Prie, V. 2004. Les Mollusques souterrains du réseau karstique de Padirac (Lot, Fran- ce) et micro répartition de Bythinella VI. Participants et partenai- padiraci Locard, 1903 (Mollusca, Cae- res nogastropoda, Rissooidea). Karstolo- gia, 43 : 9-18. Bichain, J.M. (coord.) 2005. Expédition Jean-Michel Bichain Muséum de Paris, responsa- 1. Organigramme Lesur, avril 2005 : Mission Spéléolo- ble français du projet. gique et Biospéologique dans le réseau Karstique de Padirac (France, Lot). 1.1 Comité directeur Rapport d’expédition CDS46/MNHN, octobre 2005 : 87 pages. Jean-Michel Bichain Bichain, J.M., Boisselier, M.C., Samadi, S., Bouchet, P. Cryptic subterranean species in the genus Bythinella (Gas- Chercheur attaché au Muséum na- tropoda, Caenogastropoda, Amnicoli- tional d’Histoire naturelle de Paris et dae). Abstracts of the 18th Internatio- enseignant certifié de Biologie-Eco- nal Symposium of Biospeleology, Cluj logie, J.M. Bichain est spécialiste des (Roumania) 10-17 July 2006. mollusques et a orienté ses recherches particulièrement sur les micro-mollus- Mohamed Ghamizi ques souterrains. Il participe en 2003 à une première expédition à Padirac, Professeur de l’Enseignement Su- Mohamed Ghamizi l’une des plus grandes cavités d’Eu- Muséum de Marrakech, res- périeur à l’Université Cadi Ayad, Fa- ponsable marocain du pro- rope, et avec le Muséum de Paris à la culté des Sciences Semlalia de Mar- jet. mission internationale Sulawesi 2007. rakech, département de Biologie et Il est par ailleurs l’organisateur, avec responsable de l’équipe de recherche J.F. Fabriol, de l’expédition biospéolo- «Biodiversité Aquatique et Parasito- gique Lesur en 2005 à Padirac, membre logie» du Laboratoire d’Hydrobiolo- du groupe d’experts de l’UICN, fonda- gie, Ecotoxicologie et Assainissement. teur et coordinateur national du Grou- Spécialiste des mollusques des eaux pe d’Etude de Biospéologie (GEB) de continentales. Il est aussi président du la FFS, membre de la Société Interna- conseil scientifique du Muséum d’His- tionale de Biospéologie et éditeur de la toire Naturelle de Marrakech, mem- revue électronique MalaCo. bre du groupe d’experts de l’UICN pour les listes rouges des mollusques Eléments de bibliographie d’eau douce pour l’Afrique du Nord et pour la région méditerranéenne, coor- Bichain J.M. 2007. La systématique des dinateur du projet multidisciplinaire bythinelles revisitée : apport des outils moléculaires et morphométriques à la sur la conservation, la préservation et délimitation des espèces du genre By- la valorisation des zones humides du thinella Moquin-Tandon, 1856 (Mol- Haut-Atlas soutenu par le Fonds pour lusca, Caenogastropoda, Amnicolidae). l’Environnement Mondial et la Coo- Thèse de Doctorat, MNHN, 257 pp. pération Technique Allemande GTZ. Bichain, J.M., Gaubert, P., Samadi, S., Parmi ses nombreuses responsabilités Boisselier-Dubayle, (sous presse). d’enseignement et de recherche, il di- Phylogenetic species delimitation in rige aussi la publication du Muséum de the confused springsnail genus Bythi- nella (Gastropoda: Risooidea: Amnico- Marrakech : Naturalia Maroccana. lidae): A gleam in the dark. Molecular Phylogenetics and Evolution. Eléments de bibliographie Bichain, J.M., Samadi, S., Boisselier-Du- bayle, M.C., Bouchet, P. (2007). Deli- Abdaoui M., et Ghamizi M., 2005. Im- miting species in the genus Bythinella pact des activités anthropiques sur les (Mollusca: Caenogastropoda: Rissooi- macroinvertébrés d’un cours d’eau du dea): a first attempt using molecular parc National du Toubkal (Haut-Atlas, and morphometrics tools. Malacologia Maroc). Colloque International WAT- MED 2 (Water Ressources in Medi- Prié V., Kirsch R. Bichain JM. (sous pres- terranean Basin), Marrakech, 14 – 17 se) Richesse spécifique et gîtes pro- novembre 2005 fonds des chauves-souris (Mammalia, Chiroptera) dans le Gouffre de Padirac Abdaoui A., Ghamizi M.& Badri A. 2004. (Lot, France). Le Rhinolophe. Influence des activités anthropiques et des variations du débit sur la densité et 10 - Win-Timdouine 2008
  10. 10. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) la structure des macroinvertébrés d’un Jean-François Fabriol cours d’au du Haut-Atlas (Marrakech. Colloque International sur la gestion et la préservation des ressources en eau, Professeur de mathématiques au Méknès, 24 & 25 septembre 2004 Lycée Champollion de Figeac, mem- Ghamizi M., Bodon M. et Giusti F., 2002. bre de l’Association Spéléologique de Les mollusques des eaux souterraines Figeac (ASF) et actuel président du du Maroc: radiation et diversité. Collo- Comité Départemental de Spéléolo- que international, Toulouse, Juin 2002 gie du Lot (CDS 46). Il participe à des Ghamizi M., Bodon M., Boulal M. & Giusti expéditions dans les Picos de Europa F. 1999. Atebbania bernasconii, a new (Espagne) depuis 35 ans et souvent genus and species from subterranean Robert Ascargorta comme responsable. Il pratique la spé- FFS, co-responsable de la waters of the Tiznit plain, Southern léologie en France (dont le réseau de partie spéléologqiue du pro- Morocco (Gastropoda: Hydrobiidae). jet. Journal of Molluscan Studies, 65 : 89 Padirac), en Espagne, au Mexique, en – 98. Suisse, à Cuba et au Maroc. Bodon M., Ghamizi M. & Giusti F. 1999. The Moroccan stygobiont genus Hei- 1.2 Les équipes biospéologie et spé- deella (Gastropoda : Hydrobiidae). léologie Basteria, 63 : 89 - 105. El Ouali E., Ghamizi M., Mouahid A. & Moné H. 1999. Croissance et reproduc- 1.21 Module biodiversité tion de Bulinus truncatus (Gastropoda : Planorbidae) en compétition intras- Dr Jean-Michel Bichain, Muséum pécifique et interspécifique avec Mela- national d’Histoire Naturelle (France), nopsis praemorsa (Gastropoda : Mela- Mollusques nopsidae). Annales de Limnologie, 35 (1) : 41 – 47. Prof Mohamed Ghamizi, Muséum Ghamizi M. 1998. Les Mollusques des d’Histoire Naturelle de Marrakech eaux continentales du Maroc : Sys- (Maroc), Mollusques tématique et Bioécologie. Thèse de Prof Mohamed Messouli, Muséum Doctorat es Sciences, Université Cadi Ayad, Marrakech : 560 p. d’Histoire naturelle de Marrakech (Maroc), Crustacés Ghamizi M., Vala J.C. & Bouka H. 1997. Jean-François Fabriol Le genre Pseudamnicola au Maroc avec Dr Michel Perreau, Université Paris FFS, co-responsable de la description de Pseudamnicola pallaryi VII (France), Coléoptères partie spéléologqiue du pro- n.sp. (Gastropoda: Hydrobiidae). Ha- jet. liotis, 26: 33 - 49. Dr Arnaud Faille, Muséum national d’Histoire Naturelle (France), Arthro- podes Robert Ascargorta 1.22 Module Chauves-souris Robert Ascargorta pratique la spé- léologie depuis 40 ans, avec toujours Benjamin Allegrini, Biotope (Fran- autant de curiosité, dont plus de 30 ce) ans de connaissance de la rivière sou- Thierry Disca, Biotope (France) terraine de Padirac. Il participe à des expéditions en rivières (Padirac), mon- Alexandre Haquart, Biotope (Fran- tagne (Picos de Europa, Espagne) et ce) aussi pratique de cette «petite spéléo- Laurent Philippe, Biotope (France) logie» qui consiste à prospecter dans des zones plus ou moins bien connues Vincent Prié, Biotope (France) qui peuvent néanmoins déboucher Vincent Rufray, Biotope (France) quelquefois sur de nouveaux réseaux. Les longs séjours sous terre font partie Julien Tranchard, Biotope (France) des dernières aventures modernes, et Prof Mohamed Znari, Muséum Robert se réjouit de ce qui nous attend d’Histoire naturelle de Marrakech sans doute dans le Win-Timdouine ! (Maroc) Pour finir, Robert est un photographe émérite qui ramène d’excellentes pho- 1.23 Equipe de spéléologie tographies spéléologiques ! Robert Ascargorta, Société de Spé- léologie Ariège Pays d’Olmes (France, Ariège) Win-Timdouine 2008 - 11
  11. 11. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) Prof. Lahoucine Bouchaou, Univer- nelles dans la conduite d’expéditions sité d’Agadir (Maroc) dans les milieux souterrains. Certaines ont des portées internationales comme Christian Boudsocq, Nyctalope Am- Ultima Patagonia 2006 et sa reconduite bidextre (France, Lot) en 2008 (http://www.centre-terre.fr/). Jacques Chabert, Spéléo Club de Pa- ris (France, Paris) Autres partenaires Laurent Delfour, FFS (Maroc, Tan- ger) UNESCO - Actuellement notre équipe est en liaison avec la délégation perma- Jean-François Fabriol, AS de Figeac nente du Royaume du Maroc auprès de (France, Lot) l’UNESCO. Lahoucine Faouzi, Association Spor- Biotope - La société Biotope prend en tive de Spéléologie (Maroc, Agadir) charge le volet Chiroptères de l’expé- Aziz Ighouss, Association Sportive de dition. Spéléologie (Maroc, Agadir) Spéléo 2008 - le premier colloque in- Jean Isbecque, Club Alpin Français ternational de spéléologie, du 23 au 26 de Casablanca (Maroc, Casablanca) avril 2008 (Agadir, Maroc) sous le thè- me «Le monde souterrain : Patrimoine M’Barek Largo, Association Sportive et vecteur du développement durable». de Spéléologie (Maroc, Agadir) Nous y présenterons l’expédition Win- Timdouine 2008. Un appel sera lancé, 2. Partenaires de l’expédition pendant ce colloque, aux autorités lo- cales et nationales concernées afin de Le Muséum national d’Histoire na- parrainer le projet d’Intégration du turelle est la seule institution française site de Win-Timdouine au Patrimoine qui cumule plus de deux siècles de Scientifique et Naturel Mondial de traditions d’explorations naturalistes. l’UNESCO. Ce colloque est organisé La dernière en date est la plus grande par l’Université IBN ZOHR (UIZ) expédition sur la biodiversité jamais Agadir et la Faculté des Sciences réalisée, SANTO 2006 (http://www. d’Agadir. santo2006.org), dont les retombées Association Sportive et de Spéléolo- médiatiques et scientifiques ont été lar- gie d’Agadir - Le club ASS a été créé gement diffusées au niveau national et en 1996, à pour ambition la promotion international. de la spéléologie et son enseignement, l’étude et la protection du milieu sou- Le Muséum d’Histoire naturelle de terrain, l’animation des activités spor- Marrakech est une institution scienti- tives, culturelles, scientifiques et sur- fique fondée en 2001 par une équipe tout la vulgarisation de la connaissance coordonnée par M. Ghamizi. L’une du monde souterrain. Les activités de de ses missions, outre la formation l’ASS vont de la recherche des profon- universitaire et la diffusion des con- deurs et de l’étude des cavités souter- naissances vers le grand public, est la raines à la réalisation des films docu- découverte et la préservation de la bio- mentaires. Elle est formée de membres diversité marocaine. géologues, hydrogéologues, paléon- tologues et spéléologues. Rassemble tous ceux qui passionnent le monde La Fédération Française de Spéléo- souterrain sous tous ses aspects. logie, avec ses 7 500 licenciés, présente un réseau de compétences exception- Société des Amis du Muséum de Paris 12 - Win-Timdouine 2008
  12. 12. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) (SAMNHNP) r.ascargorta@wanadoo.fr Tél: 33 (0)5 61 839 389 Association des Amis du Muséum Tél: 33 (0)6 14 358 935 d’Histoire Naturelle de Marrakech (AAMHNM) Jean-François Fabriol Groupe d’Étude de Biospéologie (GEB) de la commission scientifique 46100 Faycelles - France de la FFS. Club spéléo : Association Spéléologique Spéléo-Club de Paris (France, CDS75) de Figeac. Association Spéléologique de Figeac Licence FFS : F460040022005 (France, CDS46) jf.fabriol@wanadoo.fr Société Spéléologique Ariège Pays Tél: 05 65 34 53 70 d’Olmes (France, CDS09) Club les Nyctalopes Ambidextres 4. Liste des membres de l’expédi- (France, CDS46) tion Club Alpin Français de Casablanca Benjamin Allegrini (Maroc, Casablanca). www.caf-maroc. benjallegrini@wanadoo.fr com Robert Ascargorta Club Alpin Français d’Ile-de-France r.ascargorta@wanadoo.fr (France, Paris). www.scp.new.fr Jean-Michel Bichain jean-michel.bichain@educagri.fr 3. Coordonnées des membres du co- mité directeur Lahoucine Bouchaou lbouchaou@yahoo.fr Christian Boudsocq Jean-Michel Bichain plein-vide@cegetel.net Muséum National d’Histoire Naturelle de Jacques Chabert Paris jacques.chabert@noos.fr Département Systématique et Evolution USM602, Unité Taxonomie et collections Laurent Delfour Case Postale 051 ldelfour@yahoo.fr 55, rue Buffon Thierry Disca 75 005 Paris - France tdisca@biotope.fr jean-michel.bichain@educagri.fr Jean-François Fabriol Tél: 01.40.79.31.02 jf.fabriol@wanadoo.fr Tél: 06.42.56.66.24 Arnaud Faille faille@mnhn.fr Mohamed Ghamizi Lahoucine Faouzi Université Cadi Ayad faouzivision@menara.ma Faculté des Sciences Semlalia Mohamed Ghamizi Département de Biologie ghamizi@ucam.ac.ma BP 2390 – 40 000 Marrakech - Maroc Alexandre Haquart ghamizi@ucam.ac.ma ahaquart@biotope.fr Tél: 04.30.79.14 Aziz Ighouss Fax: 212-4-43.74.12 Jean Isbecque isbecquej@hotmail.com Robert Ascargorta M’Barek Largo 4, place du Céciré 31130 Flourens - France Mohamed Messouli messouli@ucam.ac.ma Club spéléo : SSAPO (Société Spéléologie Michel Perreau Ariège Pays d’Olmes) (CDS 09) michel.perreau@univ-paris-diderot.fr Licence FFS : F09-003-087 Laurent Philippe Win-Timdouine 2008 - 13
  13. 13. Expédition scientifique à Win-Timdouine (Maroc, Haut-Atlas, région d’Agadir) lphilippe@biotope.fr des Chauves-souris du Maroc: Pipis- trellus savii et Barbastella barbastellus. Vincent Prié Bull. Soc. Sc. nat. Maroc 35(3): 259- vprie@biotope.fr 263. Vincent Rufray Panouse, J. B. 1957. Les Mammifères du vrufray@biotope.fr Maroc. Trav. Inst. sci. chérifien, sér. Zool. 5: 1-206. Julien Tranchard Panouse, J. B. 1958. Présence au Maroc de jtranchard@biotope.fr Nycteris thebaica (Chiroptera). B. Ma- roc 38(2): 91-98. Mohamed Znari znari@ucam.ac.ma Panouse, J. B. 1959. Une nouvelle localité marocaine pour Nycteris thebaica. C. R. S.S.N.P. Maroc 25: 82. Références citées Prié, V., Kirsch, R. & Bichain, J. M. 2007. Richesse spécifique et gîtes profonds des chauves-souris (Mammalia, Chi- Angelova, D., Belfoul, M. A., Bouzid, S. roptera) dans le Gouffre de Padirac & Faik, F. 2003. Karst and cave sys- (Lot, France). Le Rhinolophe (sous tems in Bosnek region (Vitosha moun- presse). tain, Bulgaria) and in Win-Timdouine (High Atlas mountain, Marocco). In: 11th international karstological school, Karst Terminology, Guide booklet of the excursions and abstracts of lecture or poster presentation, Postojna,, July 2003. 47. Camus, J. & Lamoureux, C. 1981. Inven- taire spéléologique du Maroc. Direc- tion de l’hydraulique du Ministère de l’équipement, Rabat. 245 pp. Culver, D. C. & Holsinger, J. R. 1992. How many species of troglobites are there? National Speleological Society Bulletin, 54: 79-80. Cuzin, F. 1996. Répartition actuelle et sta- tut des grands mammifères sauvages du Maroc. Mammalia 60(1): 101-124. Dobson, M. 2003. Mammal distributions in the western Mediterranean: the role of human intervention. Journal of zoo- logy 259: 189-195. Ferreira, D. 2005. Biodiversité aquatique souterraine de France: base de données, patrons de distribution et implications en termes de conservation, Université Claude Bernard, Lyon I: 444. Gibert, J. & Deharveng, L. 2002. Subter- ranean ecosystems: a truncated func- tional biodiversity. BioScience, 52(6): 473-481. Hernando, C., Aguilera, P. & Ribera, I. 2001. Limnius stygius sp. nov., the first stygobiontic riffle beetle from the Palearctic Region (Coleoptera: Elmi- dae). Entomological Problems, 32(1): 69-72. Panouse, J. B. 1951. Les Chauves-souris du Maroc. Travaux de l’Inst. Sci. chéri- fien, série zool. 1: 1-129. Panouse, J. B. 1954. Observations sur les Chauves-souris du Maroc et addition d’une nouvelle espèce Myotis mystaci- nus (Kuhl, 1819) à la faune marocaine. B. Maroc 33(2): 89-107. Panouse, J. B. 1956. Contribution à l’étude 14 - Win-Timdouine 2008
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×