Bordeaux 2007 Bientraitance Des Enfants
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Bordeaux 2007 Bientraitance Des Enfants

on

  • 3,346 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,346
Views on SlideShare
3,345
Embed Views
1

Actions

Likes
1
Downloads
14
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Bordeaux 2007 Bientraitance Des Enfants Presentation Transcript

  • 1.
    • La bientraitance des enfants : une pratique, une modélisation   
    • La bientraitance est un besoin de base de l’être humain :
    • Prendre soin des enfants est fondamental pour leur survie, car leur développement n’est pas achevé à la naissance, ils sont donc plus vulnérables et dépendent de leurs géniteurs.
    • La bientraitance des enfants s’inscrit ainsi dans une génétique propre à la condition humaine.
    • Elle devrait être une finalité de la société plus juste, plus éthique, et moins violente que nous souhaitons pour tous.
    • Elle devrai être une garantie pour que les besoins des enfants soient satisfaites, par leurs propres parents, par leurs donneurs de soin, par l’ensemble de la société.
  • 2. Dès la conception d'un nouveau petit, puis au cours de l'enfance, de la vie adulte et jusque dans la vieillesse personne ne peut survivre sans les soins procurés par les autres. La santé physique et surtout mentale dépend des bons ou mauvais traitements que nous recevons au cours de notre existence.
  • 3. L’IMPACT DES CONTEXTES HUMAINS Message de non-respect et de dépréciation de la personne VIOLENCE Destruction de l’autre et/ou autodestruction. NOURRITURES MATERIELLES NOURRITURES AFFECTIVES NOURRITURES ÉTHICO- MORALES NOURRITURES RELATIONNELLES NOURRITURES CULTURELLES Messages de respect inconditionnel et de renforcement positif de la personne AMOUR Capacité de donner et de recevoir Bientraitrance Maltraitance Action/Omission Bien-être, santé, bonheur Souffrance, Traumatismes, Maladie
  • 4.
    • DES DYNAMIQUES FAMILIALES ET COMMUNAUTAIRES
    • DE BIENTRAITANCE FOURNISSENT :
    • Des apports nutritionnelles et de entraide pour faire face au défie de exister et pour s’adapter au perturbations de l’environnement.
    • Une atmosphère affective, nourrissante, gratifiante et protectrice.
    • Des soins et la solidarité qui rendent la vie plus heureuse, plus saine et plus longue.
    • Un soutien affectif et matériel régulant les effets du stress et soulageant les souffrances inhérentes aux situations de crises.
    • Le soutien émotionnel et les soins nécessaires pour surmonter des situations de stress et de douleur intenses provoqués par une maladie, un trouble relationnel ou une agression externe.
  • 5.
    • LA BIENTRAITANCE DANS UNE PERSPECTIVE DE GENRE
    • Les femmes jouent le rôle le plus important dans la bientraitance et des soins envers les autres. Cela atteint son paroxysme en ce qui concerne les soins aux enfants.
    • Les femmes ont survécu à la violence ancestrale des hommes, grâce à leur capacité à s'associer, collaborer et se prodiguer des soins mutuellement.
    • Cette capacité a été manipulée par l'idéologie patriarcale afin de les soumettre dans un rôle de "pourvoyeuses de soin" au service des hommes et des enfants.
    • A u cours de ces dernières décennies, beaucoup d'hommes se sont éveillés à l'émotion et à la tendresse et se sont impliqués dans le monde de l'affectivité. Cela les a porté à s’engager dans la bientraitance et les soins aux enfants,
  • 6. LES HORMONES DE LA BIENTRAITANCE Le "circuit biologique associatif". L'oxitocine, la vasopressine et les peptides opioïdes endogènes Interviennent dans de nombreux comportements sociaux liés à la bientraitance et font partie de ce que les neurophysiologistes nomment le « circuit neurologique associatif  » Leur quantité augmente dans les relations mère-enfants ou homme- femme si celles-ci sont caractérisées par les soins et la bientraitance.
  • 7.
    • LES BASES BIOLOGIQUES DE LA BIENTRAITANCE
    • Ils existent des circuits neurophysiologiques qui régissent les comportements sollicitant et fournissant des soins, de la même manière que nous disposons de circuits biologiques pour l’alimentation, la régulation des émotions, et l’excitation sexuelle.
    • Le développement cérébral lui-même dépend des soins et de la bientraitance que chaque personne a reçu, tant dans son enfance, qu'au cours de sa vie adulte.
  • 8.
    • BIENTRAITANCE ET DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL
    • La présence bientraitante des parents ou des autres adultes est responsable de la maturation et du développement du cerveau en facilitant :
    • La production des neurotrophines que vont stimuler
    • La croissance des neurones,
    • La prolifération des dendrites et axones, ramifications neuronales, qui rendent possible les connexions entre différents neurones,
    • La stabilisation synaptique
    • La myélinisation.
  • 9.  
  • 10. LA BIENTRAITANCE EN GÉNÉRAL, ET EN PARTICULIER LA STIMULATION QUE REÇOIVENT LES ENFANTS PENDANT LEURS TROIS PREMIÈRES ANNÉES SONT DÉTERMINANTES : Pour la maturation des aires du cerveau, résultat des synapses Essentielles pour son développement moteur, cognitif, affectif et relationnel. Configuration de un cerveau saine capable de répondre à tous les défis de l’existence infantil et plus tard de la vie adulte.
  • 11. I) CONTACTS PHYSIQUES DES BÉBÉS ET DÉVELOPPEMENT DU CERVEAU Les enfants ont besoin de sentir les caresses, d’être touchés, pris dans les bras de leurs parents, pour s’attacher, mais aussi pour permettre la maturation de leur cerveau . Le plus destructeur pour la maturation précoce du Système Nerveux Central, semble être l’absence de stimulation tactile, c'est-à-dire du toucher et de mouvements, qui procurent une stimulation vestibulaire. (Rygaard N.R 2005) La négligence est donc, une des formes les plus nuisibles de la maltraitance des enfants (Barudy J. 1997).
  • 12. II) CONTACTS PHYSIQUES DES BÉBÉS ET DÉVELOPPEMENT DU CERVEAU Une diminution du développement du système limbique * a été observé dans des cas ou les contactes physiques entre la mère et leur progéniture n’existaient pas ou étaient insuffisants. ( Quand les chimpanzés sont abandonnés pour une courte période, ou pire encore, pour une longue période, le développement des dendrites, donc aussi des synapses, est fortement retardé dans le système limbique (Heath, 1975, Bryan, 1989).) Les conséquences d’une croissance moindre des dendrites suite à un abandon précoce impliquent probablement que le réseau neurologique interne entre les différentes zones fonctionnelles du cerveau devient imprécis et instable. *Le système limbique correspond a une série des areas cérébrales ou se localisent la gestions des fonction fondamentales pour la vie, comme : les comportements émotionnels, la alimentation, la agressivité et la sexualité.
  • 13.  
  • 14. III) CONTACTS PHYSIQUES DES BÉBÉS ET DÉVELOPPEMENT DU CERVEAU Il existe une période critique pour la formation des réseaux neuronal dans le cortex préfrontal entre 10 et 18 mois. Il existe assez de données pour assurer que la réussite des connexions dépend des contact physiques et des soins parentaux adéquats Les réseaux cérébraux du cortex préfrontal mettent en relation les réponses émotionnelles avec des zones supérieures du cerveau, permettant ainsi la possibilité de combiner pensée, projets et langage, avec les sentiments. Les enfants victimes de maltraitance ont de grands difficultés à développer un équilibre sain entres leurs émotions, leurs pensées, leur langage et leurs comportements
  • 15.  
  • 16. STRESS ET DOMMAGE CÉRÉBRAL Le stress intense et chronique résultat des différents types de maltraitance affectif ou psychologique provoquent des dommages importants dans le développement des structures cérébrales participant a l’attachement , BIENTRAITANCE 5% de cortisol libre et 95% lié aux protéines (Corticoid-Binding-Globulin ou C.B.G.). MALTRAITANCE INFANTIL le cerveau augmente sa production de cortisol, substance nécessaire pour produire les hormones qui participent aux réponses normales face au stress . Si la production de C.B.G. est dépassée augmentation du cortisol libre. Inondation toxique du cerveau par le cortisol avec des dommages considérables, surtout dans la région de l’Hippocampe, qui est une structure microscopique du système limbique et joue un rôle fondamental dans la mise en mémoire des expériences récentes.
  • 17. STRESS ET TROUBLES DE L’ATTACHEMENT L’excès de cortisol provoque une atrophie des cellules nerveuses de l’Hippocampe Déficit de la mémoire des expériences relationnelles affectives, qui sont la base de la sécurité de base des attachements sécures. Risques de troubles de l’attachement définitifs si le stress persiste. L’attachement sécure de la mère et du bébé, réduit définitivement les taux de cortisol
  • 18.
    • Le développement du cerveau est influencé par l’environnement
    • L’environnement pour le nouveau né et le nourrisson sont ses parents ou leurs soignants.
    • Le développement le plus important du cerveau se fait durant la première année de vie (0-3 ans)
    • La plupart des neurones sont déjà formés et fonctionnels au moment de la naissance. Seuls ceux du lobe frontal et de l’hypocampus finissent leur développement à l’âge adulte ( 20 ans)
    • Un environnement de bientraitance est synonyme d’un attachement sécurisant.
    • L’attachement sécurisant est le meilleur protecteur contre le stress à travers la libération des “encéphalines”, via des neurotransmetteurs régulateur de stress et analgésiques. De plus ils facilitent la relaxation musculaire.
    La Bientraitance et la Neuroprotection
  • 19. BT Ressources communautaires Facteurs contextueles Compétences parentales Besoins des enfants resilience LA BIENTRAITANCE DES ENFANTS La bientraitance d’un enfant n’est jamais un cadeau ou l’effet de la chance ou de la malchance. Au contraire, elle est une production humaine, jamais purement individuelle, ni uniquement familiale, mais bien le résultat de l’effort de l’ensemble d’une société.  
  • 20.
    • ENVIRONNEMENT, ATTACHEMENT MATERNEL ET FONCTIONS DU CERVEAU
    • L’étude du fonctionnement du cerveau des jeunes enfants a permis de découvrir que certaines zones de leurs cerveau sont activées par des phénomènes d’attachement au visage et à la voix de leur mère .
    • Il existe un « substrat biologique de l’attachement mère bébé » qui a pour fonction la régulation de l’affect vis-à-vis des expériences vécues.
    • De même que l’apport sensoriel de la mère à son bébé, intervient dans le développement anatomique des leurs dendrites, qui sont les structures réceptives de la cellule nerveuse.
    • Toutes ces données confirment l’idée d’un cerveau se développant, dépendant de l’environnement matériel, humain et social avec lequel il est en relation permanente.
    • L’environnement, et avant tout chez le petit enfant,l’’attachement qui influence la construction des structures cérébrales et les fonctions du cerveau .
  • 21. Les sources de la bientraitance
    • Sources biologiques
    • Hormones : l’ocytocine, la vasopressine et les peptides opiomanes endogènes.
    • Structure différenciée du cerveau
    • 2. Les ressources des enfants
    • 3. Attachement Empathie
    • 4. Les modèles de bientraitance dans la Famille d’origine
    • 5. Intégration des éléments bientraitants de la culture
    • 6. Soutien Social Pratiques de réseau
    • 7. Expériences de résilience
  • 22.  
    • LES BESOINS DES ENFANTS
    •  
    • Physique et matériel alimentation, sommeil, hygiène, stimulation, soins médicaux,…
    • Affectif attachement sécurisant, empathie, affection,investissement, …
    • Cognitif stimulation intellectuelle, connaissance du milieu, réflexion et pensée critique, …
    • Social et culturel appartenance, croyances, valeurs, éthique, participation sociale, …
  • 23.   LE SOUTIEN SOCIAL ET LES RESSOURCES COMMUNAUTAIRES     Les ressources communautaires correspondent à l’obligation que toute société ou communauté a d’offrir les meilleures conditions de vie possibles aux familles, et spécialement aux enfants.   Cela implique des politiques de protection de l’enfance adéquates. D’autant plus que les mauvais traitements émergent souvent de contextes communautaires ou sociétaires tellement nocifs que même des compétences familiales saines ne sont plus capables d’offrir une réponse adéquate aux besoins de l’enfant.  
  • 24.
    • LA PARENTALITE SAINE, COMPETENTE ET BIENTRAITANTE
    • Les parents exerçant ce type de parentalité :
    • Ils apportent a leurs enfants les soins nécessaires et adéquats pour satisfaire leurs besoin en les respectant en tant que sujets.
    • Ils offrent à leurs enfants un modèle affectif d'attachement sécure.
    • Ils modulent leurs émotions et conduites afin de les aider à devenir des sujets sociaux altruistes.
    • Ils stimulent le développement d'une capacité cognitive basée sur la pensée critique et réflexive.
  • 25. LE PROCESUS DE RÉSILIENCE CHEZ LES ENFANTS
    • La RÉSILIENCE : la capacité et/ou les ressources pour se développer « sainement » malgré les conditions de vie difficiles.
    • Les SOURCES de la résilience:
      • L’attachement « sécurisant ». La base familiale de sécurité
      • La possibilité de prendre conscience de la réalité individuelle, familiale et sociale, même si elle est terrible.
      • Le soutien social: « les tuteurs du développement et de resilence »
      • Un niveau socio-économique satisfaisant.
      • L’apport des systèmes extra-familiaux: école, voisinage, etc.
    • F. L’engagement social, politique, religieux:
        • Participation à une dynamique altruiste.
        • Meilleure connaissance de soi.
        • Des expériences d’entraide et solidarité
        • Des modèles explicatifs de souffrance, violence, abus de pouvoir.
        • De l’espoir.
    • G. L’appartenance à une culture avec une vision positive et avec de l’HUMOUR.
  • 26.
    • Les enfants bientraités
    • Ils présentent dès leur plus jeune âge la capacité à créer des liens, capacité basée sur la confiance et l'empathie et sur la participation à des pratiques sociales solidaires et altruistes.
    • Ils sont capables d'aimer c'est-à-dire, étant capables de donner et de recevoir.
    • Ils se placent dans une position critique face aux croyances violentes et abusives et ne présentent pas de conduites violentes.
    • Quand l'univers familial dans lequel vit l'enfant se caractérise par la bientraitance, il devient un facteur protecteur pour lui et une source fondamentale de résilience.
  • 27. Les enfants bientraités
    • Les enfants bientraités sont capables de résister aux stratégies d'aliénation de la pensée violente et abusive. Ils sont résilients et peuvent progressivement prendre part à la construction d'un monde humain plus juste et plus solidaire, respectueux du vivant et de la diversité.
  • 28. UNE SOCIETE BIENTRAITANT POUR LES FAMILLES ET LES ENFANTS Des pratiques de réseau pour promouvoir la bientraitance et le bien-être
    • Soutenir et favoriser les compétences marentales et parentales.
    • Renforcer et soutenir les liens familiaux et les réseaux sociaux saines
    • Soutenir les ressources résilientes des familles , des enfants, des profesionels.
  • 29.
    • Assurer une justice sociale pour les familles défavorisées
    • Développer des politiques avec des ressources pour développer une Éducation et une Culture de non-Violence et bientraitance.
    • Favoriser l’égalité des chances au niveau éducatif.
    • Assurer une politique de protection des enfants basée sur leurs droits et leurs besoins.
  • 30. Ressources thérapeutiques des thérapeutes • Capacité de s’attacher Attachement. • Intelligence émotionelle Empathie. • Capacite de réfléchir Pensée Crítique. • Réciprocité conductuelle Donner et recevoir . • Tendresse Agressive Protéger le vivant . • Engagement Ethique – polítique. RÉSEAU DES GOUTTES D’EAU RÉSEAU DE SEMENCES ET/OU DE SPORES . Pratique basée dans la bientraitance et l’émotion de l’amour AGIR