• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Guide open-source
 

Guide open-source

on

  • 11,218 views

 

Statistics

Views

Total Views
11,218
Views on SlideShare
11,210
Embed Views
8

Actions

Likes
2
Downloads
237
Comments
0

2 Embeds 8

http://www.scoop.it 4
http://www.techgig.com 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Guide open-source Guide open-source Document Transcript

    • Sommaire INTRODUCTION 6 LA BELLE ÈRE DE L’OPEN 8 AU SERVICE DE L’ENTREPRISE, DE LA SOCIÉTÉ, DU CITOYEN 10 UNE GOUVERNANCE ET UNE POLITIQUE OPEN SOURCE AU SERVICE DU NUMERIQUE 18 REJOIGNEZ-NOUS, C’EST OUVERT ! 23 LES COMMUNAUTÉS MEMBRES4 DU STEERING COMMITTEE DE L’OPEN WORLD FORUM 28 DIMENSION « APPLICATIONS » 29 CRM 30 Décisionnel : ETL 33 Décisionnel : Reporting 35 Décisionnel : Suite 38 E-Commerce 42 ERP / PGI 48 CMS 53 GED & ECM 60 Bibliothèque & Documentation 64 Portail 66 Réseaux sociaux d’entreprise (RSE) 69 Blog, Wiki et Forum 73 E-Learning 78 Suivi d’audience 81 Autres 83 DIMENSION « INFRASTRUCTURE » 86 Contrôle de postes à distance 87 Gestion de parc et inventaires 90 Déploiement et sauvegarde 93
    • Haute disponibilité 96 Sécurité 99 Firewalls 104 VPN 107 Supervision et Métrologie 109 Système d’exploitation Linux & BSD 114 Virtualisation 118 VOIP / Téléphonie 121 Messagerie, Emailing & Groupware 124 Accélérateur Http 131 Autres 133 DIMENSION « DÉVELOPPEMENTET COUCHES INTERMÉDIAIRES » 136 Annuaire d’entreprise 137 Bases de données relationnelles 139 Big data et NOSQL 143 BPM / Workflow 147 Outils de développement 151 Tests & intégration continue 160 5 ESB 164 Frameworks et bibliothèques pour le développement Web 167 Frameworks mobiles cross-platform 175 PKI 178 Authentification, fédération et gestion d’identité 181 Outils de tests de charge 186 Moteurs de recherche 188 Serveurs http et serveurs d’applications 192 MOM & EAI 195 Autres 198CONCLUSION 200REMERCIEMENTS 201LICENCES 202ANNEXE : Annuaire des prestatairesen Île-de- France 204
    • Introduction Les pages qui suivent présentent près de 200 produits dans 40 domaines d’applications pour l’entreprise. Leur objectif est de constituer un référentiel large et pratique des meilleures solutions open source. Ces produits recouvrent un périmètre large. Ils ont été sélectionnés par un groupe d’experts techniques, fonctionnels et métiers, d’abord au sein de la société Smile, qui a accepté de faire don de son travail pour constituer le présent Guide, puis étendus par un second groupe d’experts, membres du Groupe Thématique Logiciel Libre du Pôle Systematic Paris-Region. CHOIX DES CATÉGORIES Pour cela, nous avons commencé par établir la liste des catégories qui se- raient présentes dans ce livre. Il était essentiel de faire des choix tant l’offre open source est large. Nous avons donc retenu tous les domaines qui font du sens pour l’entreprise, et où nous avons déjà implémenté des projets.6 Nous avons réparti ces 40 et quelques catégories en trois « dimensions » : • Applications, où l’on trouve par exemple : les CRM, les outils de décisionnel, les CMS, les outils de GED, les portails, les solutions d’e-commerce, etc. • Infrastructure, où l’on trouve par exemple : la gestion de parc, les firewalls, les vpn, la supervision, la virtualisation, les systèmes d’exploitation, les accélérateurs http, etc. • Développement et couches intermédiaires, où l’on trouve par exemple : les annuaires d’entreprise, les bases de données, les ESB, les frameworks web et mobile, les moteurs de recherche, les MOM et EAI, etc.
    • SÉLECTION DES SOLUTIONSDans de nombreux domaines, le secteur du logiciel libre est très concurren-tiel. Des choix doivent être réalisés entre de nombreuses solutions, moti-vés par les critères suivants : dynamisme, périmètre fonctionnel, qualité dusocle technique, souplesse / extensibilité, notoriété sur le marché français,existence de ressources sur le territoire français. Ces sont des critères enpartie subjectifs, qui dépendent en partie de la perception et de l’expériencede chacun, ce qui explique que certaines solutions ne soient pas représen-tées.Nous espérons que cette sélection vous fournira les premières pistes pouravancer dans vos recherches, tout en vous recommandant d’effectuer le caséchéant, des recherches complémentaires, par exemple en partant de Wiki-pedia.EVOLUTION FUTURE DE CE DOCUMENTDans l’esprit de collaboration du logiciel libre auquel nous sommes attachés,les sources de ce guide, soumises à des licences mentionnées en fin d’ou- 7vrage, sont disponibles sur GitHub, un site de développement collaboratif,à l’URL :https://github.com/GTLL/guide-ossSi vous souhaitez collaborer à des évolutions futures de cet ouvrage, dans lerespect des licences sus-citées, vous pouvez nous envoyer vos suggestionsvia les mécanismes de collaboration intégrés à GitHub. Les nouvelles ver-sions de ce document seront rendues publiques sur le site :http://www.guide-solutions-opensource.com/
    • La belle ère de l’open En finalement peu d’années, le prin- cipe de l’ouverture et du partage est devenu une lame de fond qui boule- verse jusqu’aux consciences les plus réticentes. Ces principes n’avaient rien d’évident si l’on a bonne mémoire. En effet, militer pour l’ouverture, le par- tage, la collaboration n’a pas toujours été une certitude. Et c’est d’abord contre une vision fermée, étriquée pourrait-on dire, que les premiers activi- tistes du « libre »  se sont mobilisés. Considérer que le collectif, le cumulatif pouvait rivaliser face à l’individuel, au restrictif, au concurrentiel est originellement un principe porté par des acteurs du numérique. Vous retrouverez une partie d’entre eux lors de l’Open World Forum. Comme chaque année, ils montreront que la vision8 « open » irrigue dorénavant de multiples secteurs de l’économie et des acti- vités humaines au sens large. Du logiciel libre, nous sommes aujourd’hui face à « l’open data », « l’open map », « l’open content », « l’open innovation »… Et chaque jour de nou- velles citadelles tombent, submergées par de nouvelles cohortes de cher- cheurs, de créateurs, de citoyens qui rejoignent tous ceux pour qui les li- mites à la circulation des informations et des savoirs sont une hérésie. La dynamique est donc du côté de l’ouverture et du partage et c’est heureux. La vision « Libre » n’est pas une mode ou un caprice de « techniciens », elle est un moyen de progrès, d’efficacité et de création d’activité. Et durant ce moment de crise très forte et de questionnement sur les modèles à bout de souffle des économies modernes, « l’open » a de beaux arguments à faire valoir. Le Libre, « l’open », le partagé et le cumulatif sont autant de valeurs qui per- mettent de penser l’avenir autrement, de militer pour une autre vision du monde, plus collective, plus coopérative, plus fluide aussi. Et parce qu’il n’y a pas d’engagement, il n’y a que des preuves de l’engage- ment, La Fonderie, agence numérique d’Île-de-France est heureuse et fière d’avoir participé à cette réédition augmentée du guide des solutions « Open source ».
    • Cet outil qui recense les principales solutions disponibles se veut un étatde l’art à disposition des décideurs en charge des systèmes d’informations,et en particulier les décideurs du secteur public. Le libre c’est le partage dutalent, mais c’est aussi un moyen de partager des coûts.Durant cette période difficile qui oblige à soutenir l’activité, à tout misersur l’innovation, mais aussi à maîtriser les dépenses et faire des économiesbudgétaires, le choix de « l’open source » est donc à la fois celui du cœur etde la raison.Jean-Baptiste ROGERDirecteur de La FonderieAgence numérique d’Île-de-France 9
    • Au service de l’entreprise, de la société, du citoyen Chaque année se tient à Paris l’Open World Forum, un événement de renommée internationale dédié à l’open source et aux approches ouvertes. L’open source est une idée qui a pris naissance dans le monde du logiciel, mais a inspiré et bous- culé bien d’autres domaines. Nous essayerons de montrer ici ses multiples impacts. Pour les infrastructures et systèmes d’informations des entreprises, les logiciels open source ont de nombreux bénéfices, d’ordre économique bien sûr, mais aussi au plan de la pérennité, de l’ouverture, de l’indépendance et de la gouvernance. Et comme on le verra, l’open source, c’est aussi un écosystème et une indus- trie, dont beaucoup d’acteurs sont présents en Ile de France. Ce guide vous en donnera un aperçu, et vous aidera peut-être à trouver dans ce domaine les10 professionnels et experts pour vous accompagner. LOGICIEL LIBRE ET OPEN SOURCE Revenons aux origines. Le logiciel libre est imaginé dans les années 80 par Richard Stallman. Il affirme que les programmes informatiques doivent pou- voir être librement utilisés, et surtout étudiés et modifiés. Utopique pour certains, il amorce pourtant une véritable révolution, qui 20 ans plus tard a bousculé toute l’économie du logiciel, et bien au delà. Fin des années 90, certains préfèrent l’appellation alternative de logiciel «open source» pour désigner à peu près la même chose, mais en mettant en avant non pas tant la liberté, que les qualités spécifiques de ces programmes réalisés de ma- nière collective, peu centralisée, dont le code source (le programme tel qu’il est écrit par un informaticien) est disponible et peut être modifié, utilisé pour créer de nouveaux programmes, des œuvres dérivées. A certains égards, l’open source est un mouvement humaniste. Il considère que le logiciel est, à la manière de la connaissance scientifique, une forme de patrimoine de l’humanité, un bien commun que nous enrichissons col- lectivement, pour le bien être de tous.
    • L’open source, disons ici plutôt le logiciel libre, porte aussi un message par-ticulièrement d’actualité : le logiciel nous contrôle, il est vital pour nous decontrôler le logiciel. Des pans de plus en plus grands de notre vie sont sousla maîtrise de logiciels. Un logiciel détermine si votre voiture va freiner, unautre si votre pacemaker va faire battre votre cœur, et un autre peut-êtredéterminera pour qui vous avez voulu voter aux présidentielles. Le logicielfait désormais plus que nous «rendre service», il nous contrôle. Ce n’est pasun mal en soi, à condition seulement que le contrôlions aussi, que nous sa-chions ce qu’il fait exactement, et ayons le droit de le modifier si besoin.Cette exigence première du logiciel libre est plus que jamais essentielle.Ces 20 dernières années, le logiciel libre et open source, réuni sous l’appel-lation FLOSS, a apporté d’incroyables bouleversements.DANS L’INFORMATIQUE, UNE RÉVOLUTION AUX MULTIPLESFACETTESD’abord dans la manière de créer des programmes. Dans les années 90,peu après la naissance du web, c’est une révélation : les programmes lesplus critiques de la toile, les programmes les plus utilisés, les programmesles plus complexes, sont des programmes open source. Même Bill Gates 11en prend soudain conscience, et adresse en 1998 un mémo à ses troupes,où il s’alarme de cette transformation, de ces logiciels aussi bons et parfoismeilleurs, de cette nouvelle forme de concurrence.L’open source a apporté une rupture dans l’économie du logiciel en abais-sant les coûts d’une manière incroyable. Tout ce qui constitue le socle d’uneplateforme informatique, d’une plateforme web, est devenu tout simple-ment gratuit : système d’exploitation, bases de données, logiciels serveurs,outils de développement, outils d’administration. Bien sûr, le coût total depossession n’est jamais nul : il faut du matériel, du support et de l’expertisehumaine pour déployer et faire marcher tout cela. Mais pour une startup,la barrière à l’entrée a été abaissée de manière phénoménale, stimulant etaccélérant la création d’entreprises innovantes. Et pour les entreprises utili-satrices, cette nouvelle donne s’est traduite en gains de compétitivité.
    • Comme toutes les révolutions technologiques depuis la machine à vapeur, l’open source a amené une forme de destruction créatrice, comme l’avait décrit l’économiste Joseph Schumpeter. En produisant des alternatives qua- si-gratuites à des logiciels anciennement coûteux, l’open source a fait dispa- raître des acteurs devenus non compétitifs, et réduit les marges de quelques autres. Mais le contexte nouveau d’un socle logiciel devenu un bien com- mun a permis l’émergence de milliers d’acteurs, de startups innovantes, dont certaines sont déjà grandes. Et a permis, plus largement, l’émergence du web, de ses acteurs géants, et des milliers d’acteurs plus petits mais in- novants et grandissants. Le développement logiciel a été profondément modifié lui aussi. L’approche moderne du développement consiste à assembler des composants, grands et petits, pour l’essentiel open source. Une part déterminante du dévelop- pement consiste donc à sélectionner les bons composants et les intégrer, en ne développant réellement que les parties spécifiques, qui concentrent la valeur ajoutée de l’application. C’est une transformation du développement logiciel qui a apporté d’importants gains de productivité.12 L’OPEN SOURCE DOMINE SUR LES SERVEURS ET DANS LE CLOUD L’open source a eu des succès mitigés sur le poste de travail, sur le PC or- dinaire. Et pourtant, moins visible et moins connue du public, la victoire de l’open source a été écrasante du côté serveurs et Cloud. Si Windows domine sur les postes de travail, le système d’exploitation Linux a une domination plus grande encore sur les millions de serveurs des grandes plateformes du web, de Google, Facebook, Amazon, ou eBay, mais des plus petits acteurs de la même manière. Une étude récente estimait à 90 % la part de marché de Linux sur le Cloud de Amazon. Dans beaucoup de domaines, l’open source est en pointe, faisant naître les outils de demain. Citons par exemple l’émergence du «Big Data», la mani- pulation des données à une échelle nouvelle, où les outils de bases de don- nées anciens atteignent leurs limites, et où des technologies nouvelles sont nécessaires. Ces nouvelles bases, dites «NoSql», sont pratiquement toutes des logiciels open source.
    • OPEN INNOVATIONL’open source a apporté aussi une nouvelle approche de la R&D. Une belleillustration est donnée par le projet open source Genivi, qui a l’initiative deBMW et PSA a réuni des grands constructeurs automobiles et équipemen-tiers dans une démarche typique de R&D mutualisée, construisant ensembleune plateforme logicielle destinée à leurs véhicules. Pour réussir ce projetstratégique, ces grands industriels ont adopté le modèle open source tanten termes de socle, de développement, de diffusion, que de gouvernance.Et l’on pourrait citer évidemment le noyau du système Linux lui-même, au-quel contribuent des dizaines d’entreprise, en faisant sans doutes le plus belexemple de R&D mutualisée, à l’échelle mondiale. Les démarches appeléesparfois « open innovation » ont montré les bénéfices d’une innovation plusouverte sur le monde, moins cachée, fonctionnant en réseau.OPEN ARTCertains ont présenté l’open source comme antagoniste à la propriété in-tellectuelle. C’est tout le contraire, puisque l’open source se définit par seslicences d’utilisation, qui s’appuient elles-mêmes sur le droit d’auteur. L’au- 13teur, titulaire des droits, donne à l’utilisateur des droits étendus, et quelquesdevoirs. Ce principe par lequel l’auteur d’une œuvre reste parfaitementidentifié, conserve ses droits, mais autorise différentes utilisations et la re-distribution de son œuvre a été étendue à de nombreux domaines, bien audelà du logiciel.L’open source se décline dans l’art également. Les licences Creative Com-mons ont permis de diffuser des œuvres de toutes natures en donnant desdroits étendus, en particulier une libre rediffusion, avec ou sans le droit demodifier l’œuvre originale.Ainsi, la fondation Blender, qui développe l’un des meilleurs programmesd’animation 3D du monde, un programme open source, réalise des «openmovies», des films d’animation dont tous les fichiers source, qui permet-tent de générer le film, sont rendus disponibles et peuvent être modifiés.Comme un roman dont on pourrait réécrire la fin.
    • OPEN HARDWARE L’open source a gagné le matériel également, sous l’appellation de « open hardware ». Il s’agit ici de partager les plans de circuits et d’équipements entiers. Un bel exemple d’open hardware, le projet Arduino est un micro- contrôleur programmable totalement open source, matériel et logiciel, qui peut être adapté pour toutes formes de traitement du signal, ou de contrôle de process. Il peut être programmé pour réagir aux signaux de capteurs ex- ternes, les traiter, et commander des actions. Depuis 2005 il s’enrichit d’an- née en année, et plus de 300 000 unités ont été fabriquées. La diffusion de l’open hardware est encore modeste, mais souvenons-nous que c’était le cas aussi de l’open source logiciel à ses débuts : un « truc de geek ». Mais ces trucs de geeks font tourner les plateformes du web aujourd’hui. Le mot clé derrière ces projets, ces démarches, est celui de réappropriation de la technologie. La technologie n’est pas le domaine réservé d’une élite minuscule, du fond de la Silicon Valley. Nous pouvons la maîtriser, et par- ticulièrement si nous réunissons nos forces. C’est le principe des FabLabs… Nous ne sommes pas que des consommateurs idiots qui s’endettent pour acheter le dernier smartphone, dont on n’aura pas le droit même de chan-14 ger la batterie. Avec quelques amis, avec un peu d’aide, avec des plans et des logiciels open source, nous pouvons construire des choses extraordinaires, dans notre garage. Pas tout à fait le dernier smartphone, mais pas très loin. Les imprimantes 3D ouvrent de nouvelles frontières pour ces démarches. Après avoir pris le contrôle des logiciels, il sera possible de reprendre le contrôle sur le matériel. On rêve déjà de pouvoir télécharger, sous licence libre, les plans d’une pièce de rechange pour sa cafetière, d’imprimer chez soi sa pièce en 3D. Et un peu plus tard, d’imprimer la cafetière open source elle-même ! Utopique ? Mais justement, c’est la plus grande révolution de l’open source, de montrer que l’utopie gagne, parfois. OPEN MÉDECINE ? Les systèmes open source ne sont pas que pour les bricoleurs du dimanche. Ils gagnent par exemple la recherche en médecine. Merveilleux exemple de matériel et de logiciel open source associé à une démarche de recherche : des chercheurs ont développé Raven, un robot chirurgien open source,
    • mis à disposition des équipes de recherche du monde entier afin de faireprogresser les logiciels et technologies de chirurgie assistée.D’autres chercheurs travaillent à une machine combinant scanneur et ra-diothérapie, dont les plans, le code source, et les instructions de fabrica-tion seront open source. Il est intéressant de remarquer que certains deces projets de médecine open source ont reçu le soutien de la FDA, qui estun peu l’équivalent de l’AFSSAPS, avec l’espoir en particulier que le logicielopen source améliore la qualité, jugée insuffisante, des équipements pro-priétaires.FÉDÉRER LES ÉNERGIES CITOYENNESL’open source a montré aussi que l’on pouvait fédérer et organiser les ef-forts d’un grand nombre de personnes sur un projet commun. Il était pré-curseur de ce qu’on a appelé plus tard le «crowdsourcing», ces projets quiimpliquent un grand nombre de contributeurs bénévoles, dont la réussiteemblématique est celle de Wikipedia, mais qui a aussi donné OpenStreet-Map. Avec un double crédo : d’une part la connaissance est un bien communqui doit être accessible à tous sans barrière économique, d’autre part lescitoyens peuvent gérer eux-mêmes ce patrimoine, dans le cadre d’une orga- 15nisation décentralisée, et d’une gouvernance ouverte.Parmi les déclinaisons de l’open source, on peut citer aussi le mouvementde l’open data, la mise à disposition des données publiques, mais aussi desdonnées de certaines entreprises. Une démarche citoyenne et démocra-tique d’une part, mais aussi le socle de nombreuses initiatives et modèleséconomiques nouveaux appuyés sur ces données.DES COMBATS CITOYENSL’open source a fédéré des combats citoyens fondamentaux. Les militantsde l’open source ont une force particulière : ils réfléchissent aux tendancessociétales, mais sont aussi au cœur des technologies nouvelles et parfoisde leurs rouages économiques. Ils ont compris par exemple l’importancede standards réellement ouverts, dont la spécification soit librement acces-sible, dont la gouvernance soit ouverte, dont l’utilisation soit gratuite. Ilsse battent pour la neutralité du Net, ce principe fondateur de non-discri-mination des flux sur le réseau mondial, qui a permis l’émergence de toute
    • une industrie du web et qui est menacée aujourd’hui. Ils tentent d’expli- quer aux politiques pourquoi les brevets ne sont pas applicables au monde du logiciel, où la seule protection du copyright est amplement suffisante. Dans le monde du logiciel, les brevets sont contre-productifs, ils découra- gent l’innovation, ils sont l’arme d’un oligopole de géants et d’entités ma- fieuses appelées «patent trolls». Pour les premiers il s’agit d’effrayer les pe- tits concurrents plus innovants. Pour les seconds, d’extorquer une rente sur l’innovation des autres. UNE INDUSTRIE FLORRISSANTE L’open source n’est pas à l’écart de l’économie, au contraire. Les déve- loppeurs qui construisent les programmes open source ne sont pas toujours des bénévoles : la plupart sont payés par des entreprises qui voient un in- térêt bien analysé dans leurs participations à ces travaux : elles bénéficient de logiciels performants dont elles n’ont eu à financer qu’une fraction de la R&D, elles ont une parfaite maîtrise de ces technologies qui deviennent des standards, elles ont un rôle dans la gouvernance de ces projets. En France, l’économie du logiciel libre représente plus de 300 PME et ETI,16 éditeurs de logiciels ou sociétés de services, dédiées au logiciel libre. Elles sont souvent réunies en associations régionales, elles-mêmes fédérées au sein du CNLL, le Conseil National du Logiciel Libre. Elles représentent en- semble plus de 3000 salariés, et connaissent une croissance annuelle de près de 30 %. Si on comptabilise également les emplois liés au logiciel libre dans les so- ciétés de services généralistes, l’industrie (notamment aéronautique) et les télécommunications, le chiffre d’affaires global lié à l’open source est estimé à 2.5 Mrds d’Euros, soit 6% du marché des logiciels et des services informa- tiques, et plus de 30000 emplois, en croissance annuelle de ~30%. [Source : Pierre Audoin Consultants].
    • CONCLUSIONOn le voit, les déclinaisons de l’open source sont nombreuses, les impactsde l’open source vont bien au-delà du logiciel, des nouvelles technologies,ils s’étendent à d’autres industries, à l’ensemble de la société, à nos concep-tions de la citoyenneté, de la démocratie. Les révolutions technologiquesimpactent les entreprises, c’est une évidence, mais de plus en plus de chan-gements prennent naissance dans la société avant d’impacter les systèmesd’information. Il suffit de citer les réseaux sociaux, ou encore les nouveauxparadigmes de la mobilité, et leurs impacts sur l’entreprise. Technologies,société, citoyenneté, forment un triptyque dont les décideurs doivent com-prendre les rouages, et où le logiciel libre et open source a une place déter-minante. Patrice Bertrand
 President open world forum 2012 Fondateur et Directeur Général de Smile Président du Conseil National du Logiciel Libre 17
    • Une gourvernance et une politique open source au service du numérique L’Entreprise numérique, telle qu’elle est présentée notamment par les travaux du CIGREF, a toutes les raisons de trouver en l’Open Source le partenaire ouvert dont elle a besoin. Chaque jour, les besoins de collaborations internes et externes se font plus exigeants : l’ouverture est au cœur de bon nombre de besoins exprimés auprès des Directeurs de Sys- Jean-Luc Raffaëlli tèmes d’Informations, de structures publiques ou privées. Le Système d’informations a pour obliga- tion d’être ouvert et étendu, accessible aux parte- naires internes mais également externes, au-delà18 des organisations, dans le cadre des collaborations ou bien d’expositions plus riches et interactives auprès de ses Utilisateurs. L’e-transformation déjà engagée, montre qu’il est nécessaire de réussir sa transformation numérique, que les écosystèmes sont fondamentaux et que l’Open Innovation est clef. Louis Montagne Les solutions fermées sont aujourd’hui à l’origine d’un constat redoutable : l’enfermement est synonyme de coûts supplémen- taires, parfois comparables à ceux de la mise en place d’une nouvelle solu- tion, quand il ne conduit pas à une incompétence et incapacité à répondre au cahier des charges, y compris dans des processus de désengagement. Les choix sont donc bornés, le contrôle est réduit, et les données potentielle- ment captives. Malheureusement le Système d’Informations des Entreprises et des Collec- tivités est confronté à une évolution toute naturelle : il vieillit, autant dans sa réalisation que dans les concepts qu’il a appliqués durant des décennies.
    • Certes, certains métiers ont encore cette « chance » de ne pas être tropexposés à ce changement, mais là où une solution informatique pouvait sesuffire à elle-même pendant des années, elle doit maintenant s’intégrer etévoluer dans un écosystème global, nécessairement de moins en moins cloi-sonné et de plus en plus dynamique.Parallèlement, l’approche des Utilisateurs vis-à-vis des applications change :les enjeux de l’Entreprise et de la mission citoyenne, font que les applica-tions doivent s’adapter à l’Utilisateur et au client, suivre leur propre dé-marche intellectuelle et répondre à l’évolution de leurs compétences et deleurs usages. La notion d’expérience utilisateur est restée trop longtempsréduite et est devenue fondamentale. Nous avons vécu très longtemps unrapport inversé : celui où l’Utilisateur apprenait à « rentrer » dans le logiciel.Ce temps est révolu.Le Système d’Informations d’aujourd’hui doit donc être centré sur l’Utili-sateur, à son service et présent sans difficultés aux différentes étapes del’élaboration d’un projet. Nombreux sont les projets qui demandent en effetd’être rapidement prêts à tester et à déployer, dans le cadre de méthodesagiles, au service d’un résultat certes partiel, mais immédiat, adaptable, etdonc utilisable, qui va à la rencontre de ses utilisateurs, pour correspondre à 19leurs besoins. Dans cette accélération des délais, il peut être judicieux de nepas rentrer dans une phase de négociation éditoriale, fastidieuse et au final,chronophage. Qui plus est, le mécanisme des options poussé à outrancedans certaines solutions a cloisonné la réflexion des Utilisateurs, alors qu’ilest au contraire régulièrement demandé de donner de l’ambition aux pro-jets et de construire une réelle expérience utilisateur.De par ses fondements, l’Open Source s’affranchit de nombreusescontraintes. Par leur prédisposition naturelle à se rapprocher des standards,de nombreuses solutions Open Source visent le développement de la va-leur, notamment grâce à leur pérennité, ainsi que leur disposition à être enphase avec les besoins et expériences Utilisateurs, au service des nouvellesmissions des Collectivités et en support de la stratégie numérique des En-treprises. Ce dernier point est d’ailleurs rarement estimé lors de la concep-tion d’une solution : le respect des standards réduit le coût de migrationet d’évolution. Ainsi, placer le Système d’Informations au-delà de deux ans,en intégrant sa migration et en challengeant la prise en compte de risques
    • économiques et conflictuels, conduit inévitablement à une meilleure esti- mation des apports bénéfiques de l’Open Source. Les solutions et les architectures « Open » sont conçues pour se concentrer sur l’essentiel : le besoin de l’Utilisateur. Cette direction permet de construire des architectures plus simples, moins adhérentes entre elles, plus durables et urbanisées. Cette façon de constituer des motifs architecturaux plus ou- verts conduit à une meilleure visibilité, une maîtrise accrue du Système d’In- formations et un véritable sentiment de contrôle et d’efficacité. Savoir plus précisément ce que fait chaque composant de son patrimoine information- nel et sa raison d’être, parce qu’il est ouvert et accessible à tous, est un avan- tage certain et constitue une étape complémentaire dans la maîtrise de son Système d’Informations. Cela est applicable notamment dans le domaine de la sécurité et de la gestion des risques, mais également en termes de cohé- rence nécessaire à la mise en place d’une gouvernance performante. Cette maîtrise contribue grandement à asseoir le développement de la confiance vis-à-vis des solutions informatiques et le stockage des données critiques et personnelles. Les initiatives «Open Governement» et «Open Data» mon- trent à quel point le sujet de l’ouverture est devenu fondamental, pour l’en-20 treprise, les Utilisateurs, mais aussi les collectivités et les états. Favoriser le déploiement de solutions Open Source conduit à une culture de standardisation et d’indépendance : la standardisation facilite grandement l’évolutivité des logiciels, et même leur archivage, par son format de don- nées générique, interopérable et indépendant des applications. Dans ce cas également, le logiciel Open Source peut être un vecteur de standardisation : la plupart des Communautés Open Source attache de l’importance à l’éla- boration et au respect des standards, pouvant protéger d’une faillite ou du rachat d’un éditeur, et surtout comme éléments de compétitivité. Il en res- sort globalement une autonomie plus grande et une diminution des risques face à une actualité très changeante. N’oublions pas également le nerf sensible du Système d’Informations, ce- lui du contrôle des coûts qui est inévitablement moins sujet à la variabilité, pour ne pas dire l’inconstance, du Marché. La maintenance et le support sont proposés par plusieurs acteurs sur le marché. Qui dit pluralité, dit concurrence. Pour autant, l’Open Source n’est pas gratuit. Par la richesse ap- portée à bon nombre d’Utilisateurs, l’Open Source mérite un investissement
    • plus grand, au-delà de la maintenance et de l’acquisition des droits d’exploi-tation. Dans ce sens, le support des associations et les projets de collabora-tion entre Communautés, Régions, Etats et Entreprises doivent permettrede co-investir pour des solutions performantes et accessibles, encore plusproches des Utilisateurs et de leurs besoins. L’Open Source doit aussi dé-passer la technologie pour approcher d’autres secteurs, à commencer parl’expérience utilisateur, le design, le contenu, les processus et méthodes in-dustriels,…C’est dans la mission de servir ces ambitions et de détailler chacun de cesaspects que l’Open World Forum a construit cette année son programme2012. Nous avons souhaité consolider ce rôle d’animateur et créateur derencontre entre Utilisateurs, Entreprises, Collectivités et Communautéspour un Open Source chaque jour plus en phase avec les besoins numé-riques et la stratégie des organisations, pour un Open Source plus fort etplus étendu, reconnu comme stratégique.Nous exprimons à cette occasion nos chaleureux remerciements à la sociétéSMILE et en particulier Patrice Bertrand, qui mettent à disposition leurs tra-vaux dans cette nouvelle édition du « Guide Open Source ». 21 Jean-Luc Raffaëlli Louis Montagne Vice-Président OWF 2012 Vice-Président OWF 2012 Parrain de l’Open CIO Summit Board@ Silicon Sentier Directeur de Projets Stratégiques & CapDigital DSI-Groupe La Poste CEO AF83 & Bearstech
    • 22
    • Rejoignez-nous, c’est ouvert ! Le Groupe Thématique Logiciel Libre (GTLL) du pôle de compétitivité Systematic Paris-Region a été fondé en 2007 autour d’une vision originale : fédé- rer les acteurs du Logiciel Libre en Ile-de-France et aider à l’émergence d’une industrie saine et prospère du Logiciel Libre. Sa mission : rassembler PME, grands groupes, universités et centres de re- cherche autour de projets collaboratifs et d’actions de développement économique local, favoriser la coopération, l’innovation et la création de valeur, dans le cadre des principes et des valeurs de l’open source et du logiciel libre.A la croisée des intérêts des entreprises et des chercheurs, et dans la logiquede territoire qui est celle des pôles de compétitivité, le GTLL s’attache doncà favoriser le développement de logiciels libres innovants qui profitent des 23avancées scientifiques de l’Ile-de-France.LES GRANDS DÉFISDès sa création, le GTLL s’est attaqué à trois grands types de défis.Tout d’abord, les défis liés à la collaboration : le développement logiciel col-laboratif distribué est dans l’ADN des communautés du logiciel libre, quiconstituent à ce titre le modèle idéal de l’innovation ouverte. Ce modèle,relativement récent, présente un grand nombre de défis pour les chercheurset les entreprises habitués au génie logiciel traditionnel : cycles de dévelop-pement souvent très courts ; nécessité de mettre en place des méthodeset des outils afin d’assurer la qualité, fonctionnelle, technique et juridique,des logiciels ainsi produits ; rôle essentiel des outils de développement etde coordination pour les équipes distribuées hétérogènes, en sont quelquesexemples.La multiplicité des technologies et des communautés dans le domaine du lo-giciel libre incite à établir des passerelles entre celles-ci : un enjeu essentiel
    • est l’interopérabilité entre les plateformes et les logiciels, qui peut prendre concrètement la forme de connecteurs entre les produits des différents ac- teurs, et dont l’émergence est facilitée par des rencontres entre les commu- nautés qui permettent une fertilisation croisée et peuvent faire émerger de nouvelles collaborations. On observe également que la coopération entre les entreprises, a fortiori entre les grands groupes et les PME, ou entre les entreprises et les cher- cheurs, dans un cadre institutionnel défini par des contraintes juridiques et économiques, nécessite d’adapter le mode de travail des différents parte- naires. Le GT s’est attaché à minimiser les différences d’impédance entre les acteurs en prodiguant aux intéressés conseils et outils. Cette question, cruciale, de l’adaptation d’impédance entre acteurs aux cultures différentes se retrouve aussi dans les questions de gouvernance open source dans les grands groupes : le GT s’efforce auprès de ses parte- naires d’aider à l’émergence et au partage de bonnes pratiques, dans le but de rassurer les utilisateurs et d’aider les fournisseurs à être mieux reconnus. Une dernière facette de ce défi auquel s’est attaqué le GTLL est le transfert et la valorisation des résultats de la recherche publique sous forme de logi-24 ciels libres. Deuxième catégorie de défis, les défis technologiques, autrement dit le dé- veloppement d’outils logiciels libres qui répondent d’une part aux besoins spécifiques du domaine, d’autre part aux avancées génériques de l’informa- tique. Principal enjeu ici : favoriser l’adoption du logiciel libre par les orga- nisations de toutes natures, qu’elles relèvent du domaine de l’informatique ou d’autres secteurs. Citons ici les travaux d’Øyvind Hauge qui distingue 6 axes selon lesquels les organisations adoptent l’open source : le déploiement de logiciels libres, l’utilisation d’outils de développements libres, l’intégration de composants libres préexistants, la participation au développement de logiciels libre, la création de produits logiciels libres, et l’adoption des pratiques du logiciel libre. Ces axes se retrouvent dans les travaux de R&D soutenus par le GT : forges logicielles et outils de développement, outils de déploiement et d’adminis- tration de systèmes et d’applications, briques logicielles pour l’embarqué ou pour l’informatique de gestion, applications finales.
    • Dernier défi, celui de la formation : assurer sur nos territoires une bonneconnaissance des logiciels libres, et une présence forte dans les projets libresles plus importants, est un enjeu majeur pour maintenir la position françaisedans ce domaine stratégique. Si l’on veut que davantage de jeunes “geeks”français lancent leurs entreprises sur le Net, que la France tienne une placeplus grande dans l’économie numérique, il est indispensable que le systèmeéducatif leur apprenne à manipuler cette nouvelle matière première de l’in-formatique que sont les logiciels libres ou open source. Le GTLL participe àcette ambition en associant étroitement ses membres, entreprises en re-cherche de compétences sur le marché du travail et institutions éducatives,autour de réflexions sur la mise en correspondance entre les besoins decompétences et les programmes de formation, ou le développement de la«marque employeur» des sociétés spécialisées dans le logiciel libre.En s’attaquant à tous ces défis, le GTLL se pose en fer de lance de la com-pétitivité du territoire francilien, en catalyseur d’innovation, en un mot enmoteur de croissance.LES RÉSULTATSLe GTLL rassemble aujourd’hui (octobre 2012) un réseau de 98 partenaires : 2564 PME-PMI, 13 grandes entreprises et 21 établissements de recherche et/ou d’enseignement supérieur. Cette adhésion massive de l’écosystème dulogiciel libre en Ile-de-France s’explique à la fois par son adhésion au projetet par les bénéfices concrets qu’il en retire. 
 Ainsi le domaine de la R&D collaborative, en 5 ans, le GTLL a permis l’émer-gence, la structuration, la labellisation et au final le financement de 33 pro-jets représentant un coût total de 139,7 M€. De nombreux instruments ontété mobilisés pour financer ces projets : FUI, FEDER, ANR, PCRD, EUREKA,ITEA2, FSN, appels à projets Web Innovant. L‘“usine à projets” du GTLLtourne donc aujourd’hui à plein régime, avec actuellement 25 projets ac-tifs qui occupent une centaine de partenaires, et représentent environ 360équivalents temps pleins en personnel de R&D.Avec le recul de ses 5 ans d’existence, le GTLL est également en mesured’évaluer l’impact de ses projets qui ont déjà atteint leur terme. Citonsquelques exemples : suite au projet Couverture, la société AdaCore com-mercialise le logiciel GNATCoverage utilisé à présent dans la certification de
    • logiciels critiques dans l’avionique, le ferroviaire, le contrôle aérien et l’éner- gie ; grâce au projet Neoppod, base de données transactionnelle et répartie pour le Big Data, la société Nexedi, éditrice du PGI ERP5, a pu conquérir de nouveaux clients intéressés par le Big Data ; les projets Squale et Squash ont permis à la société Henix et à sa filiale Qualixo de démocratiser les outils de tests fonctionnels d’applications d’entreprise, créant à l’arrivée une tren- taine d’emplois. Enfin, les actions de soutien aux PME menées par le pôle portent également leurs fruits : mise en relation dans le cadre de partenariats technologiques ; préparation à la levée de fonds et mise en relation avec des investisseurs ; conseil stratégique aux dirigeants sur leur business model, leur go-to-mar- ket ou leur interaction avec les communautés ; missions de prospection ou de mise en relation à l’étranger, etc. LES PERSPECTIVES Le monde de l’informatique connaît régulièrement des révolutions tech- nologiques. Celles qui s’annoncent ont pour nom : cloud computing, in- formatique ubiquitaire, internet des objets, big data, consumérisation de26 l’informatique d’entreprise, etc. Le logiciel libre est un levier puissant pour répondre à ces nouveaux défis, que l’on soit offreur de technologie, de service ou utilisateur en recherche des meilleures solutions : il fournit des briques technologiques sur lesquelles il est possible de construire des offres à valeur ajoutée, il accélère l’émergence et l’adoption de nouveaux stan- dards, il catalyse la collaboration entre des acteurs complémentaires voire dans certains cas concurrents. Alors que l’impact du numérique sur les en- treprises et sur la vie privée est plus fort que jamais, le logiciel libre agit aussi comme un régulateur, un garde-fou en somme, contre les dérives de certains acteurs. Mais l’innovation ne se limite pas à la technique et les facteurs de succès des innovations à succès ne sont jamais purement technologiques. Un pro- jet innovant, pour réussir et avoir un impact, doit intégrer conjointement des innovations techniques, d’usage et de modèle économique. Dans ce contexte, les principes de collaboration technologique ouverte, maximisant au passage les effets d’externalités positives, deviennent de facto le cadre de travail assurant les meilleures chances de succès pour les entreprises et de retombées économiques globales pour le pays.
    • Pour toutes ces raisons, le logiciel libre continue à progresser et à stimulerl’innovation dans les entreprises, dans l’industrie, dans l’administration etdans les produits et services grand public, et le GTLL se voit conforté dansson ambition d’être l’accélérateur de cette progression.POURQUOI REJOINDRE LE GTLL ?Le GTLL est ouvert à tous les partenaires, qu’ils soient ou non déjà impliquésdans une communauté du logiciel libre, pour peu qu’ils s’inscrivent dans ladémarche collaborative que nous avons adoptée.Les bénéfices à en retirer sont nombreux : un accès à une expertise hors ducommun en termes aussi bien scientifiques que de développement écono-mique ; un taux de succès remarquable aux appels à projets ; une coopéra-tion entre les membres qui se fait le plus souvent dans la bonne humeur.En contrepartie, le GTLL demande à ceux de ses membres qui s’engagentdans des projets de R&D financés avec son soutien de respecter une chartequi les oblige à bien réaliser sous forme de logiciel libre, dans la lettre commedans l’esprit, les travaux ainsi financés.C’est en nous regroupant que nous sommes plus forts, que nous pouvons 27construire les plateformes et les écosystèmes associés qui représentent lesmeilleures opportunités de création de valeur, et que nous pouvons faireentendre notre voix, en particulier sur des sujets de politique industrielle quiimpactent notre écosystème : refus des brevets logiciels, préférence pourles standards ouverts, politiques d’achats publics ou privés qui favorisent ledéveloppement économique et l’emploi local, etc.Rejoignez-nous, c’est ouvert ! Stéfane Fermigier President du GT LL Systematic Paris-Region
    • Les communautés membres du steering committee de l’open world forum28 by
    • DIMENSION « APPLICATIONS »La dimension « Applications », présente toutes les solutions courammentutilisées par les utilisateurs finaux des entreprises. Ils disposent générale-ment d’interfaces soignées loin des lignes de commandes fréquemment dis-ponibles parmi les outils de la dimension « Infrastructure ».Une grande majorité de ces outils est développée par des éditeurs ; contrai-rement aux outils d’infrastructure, majoritairement communautaires. Ceséditeurs ont choisi le modèle open source pour diffuser leur solution – leurmodèle économique est la plupart du temps basé sur le support voire la ga-rantie des produits en question. Ces outils jouent un rôle clé dans l’adoptionde l’open source par le plus grand nombre en présentant des applicatifs dequalité au périmètre très large.Aujourd’hui, la quasi totalité des catégories sont représentées par l’opensource. Même dans des domaines pointus comme la gestion de biblio-thèques ou le décisionnel, des solutions libres sont disponibles.Plus de 50 solutions ont été évaluées dans cette dimension ; et près de 100 29solutions y sont recensées parmi les catégories suivantes : • CRM • GED & ECM • Décisionnel : ETL • Bibliothèque & Documentation • Décisionnel : Reporting • Portail • Décisionnel : Suite • Réseaux sociaux d’entreprise • E-Commerce • Blog, Wiki et Forum • ERP / PGI • E-Learning • CMS • Suivi d’audience • Autres
    • CRM Les outils de CRM (« Customer Relationship Management »), appelée en français GRC (« Gestion de la Relation Client »), sont des outils destinés à capter, traiter et analyser les informations sur des clients ou prospects. Le périmètre de ces outils est donc potentiellement très large puisqu’il traite de toutes les actions permettant de fidéliser des clients et prospects en leur offrant le meilleur service possible. Parmi les fonctionnalités que l’on trouve dans les CRM, on peut citer : gestion multi-entités, service Client, gestion de cas et groupware, cycle des ventes, campagnes de marketing et de diffusion massive, gestion des contacts et des comptes, etc. Dans l’univers open source, on trouve des produits de grande qualité comme SugarCRM ou VTiger. On trouve également des ERP dont le module de CRM est au meilleur niveau (voir section ERP). OpenCRX30 Version : 2.8.5 Site : www.opencrx.org Porteur : une communauté Licence : BSD OpenCRX est une solution open source de CRM ciblant fortement les en- treprises. OpenCRX est actuellement développé et maintenu par une petite équipe de développeurs. La première version est apparue en 2004 et n’a cessé de s’améliorer depuis. OpenCRX fournit de nombreuses fonctionnalités parmi lesquelles : CRM multi-entités pour les entreprises ayant des besoins élevés en automa- tisation des ventes, service Client, gestion de cas et groupware, etc. Les fonctionnalités offertes dans ces domaines dépassent celles offertes dans les autres CRM du marché (open source ou non). Il manque cependant quelques fonctionnalités dans d’autres parties importantes du cycle de vie comme le marketing.
    • Quelques-uns des principaux développeurs travaillent dans des entreprisesfournissant des plugins et services additionnels, notamment CRIXP Corp.une entreprise allemande. Mais OpenCRX lui-même, est un pur projet com-munautaire.OpenCRX est une application JEE qui supporte la plupart des bases de don-nées relationnelles, y compris PostgreSQL, MySQL, Oracle et DB2.SugarCRMVersion : 6.3.0Site : www.sugarcrm.comPorteur : un éditeur (SugarCRM Inc)Licence : Affero GNU Public License Version 3 et propriétaireSugarCRM est une suite open source de management de la relation Client.Elle a été distribuée pour la première fois en 2004 et n’a cessé d’être déve-loppée et maintenue par SugarCRM Inc depuis. Ces derniers sont basés àCupertino en Californie. 31SugarCRM a évolué pour couvrir toutes les caractéristiques principales dela gestion des clients et du cycle des ventes. La liste des fonctionnalités estimpressionnante, des campagnes de marketing et de diffusion massive, auxleads, en passant par la gestion des contacts et des comptes, etc. Les der-nières versions (notamment depuis la version 6) ont mis l’accent sur le CRMmobile (applications natives) et l’intégration d’une dimension «Social CRM».SugarCRM a trois types d’offres, une édition Community (libre et gratuite),une édition Enterprise (avec un ensemble de fonctionnalités supplémen-taires) et une édition Saas (à la demande). La version Community a un péri-mètre fonctionnel bien inférieur aux autres éditions.Le produit est basé sur une plateforme LAMP, avec quelques variantes pos-sibles concernant les bases de données et serveurs Web (tant que PHP peutêtre exécuté).
    • VTiger Version : 5.2.1 Site : www.vtiger.com Porteur : un éditeur (VTiger) VTiger est un CRM open source né du fork de SugarCRM en 2004. La raison de ce fork était de conserver une offre complètement gratuite et pleine- ment open source alors que SugarCRM commençait la diversification de son business modèle en lançant des offres commerciales. VTiger n’a pas cessé d’évoluer depuis. La dernière version (publié en novembre 2010) offre un ensemble complet de fonctionnalités, y compris les rapports et tableaux de bord, les factures et le contrôle d’accès au niveau de l’organisation (les équipes). VTiger dispose également de connecteurs pour les suites bureautiques les plus utilisées et pour les clients de messagerie. Dernièrement, VTiger a fait ses premiers pas dans le monde mobile avec des applications iPhone et Android. VTiger est une société présente à Bangalore, en Inde et à Sunnyvale, en Ca-32 lifornie. Elle gère le projet open source. Ils offrent des services de soutien technique, formation, migration, etc. Le produit est bâti sur une plateforme LAMP/WAMP. VTiger OnDemand (basé sur le Cloud) est hébergé sur la plateforme d’Amazon EC2. Le code issu du fork de SugarCRM est sous la licence publique de SugarCRM, et les modifications VTiger sont sous la licence MPL. Voir également Les logiciels ci-dessous disposent de fonctions de CRM et sont traités dans d’autres sections du guide: • ERP5 (section ERP) • OpenERP (section ERP) Autres Parmi les produits de l’univers du CRM, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • CiviCRM: http://civicrm.org
    • DÉCISIONNEL : ETLL’ETL est souvent une brique du décisionnel même si on l’utilise parfois endehors de ce cadre.ETL signifie « Extract Transform Load ». Ce sont des outils qui permettentla réalisation de synchronisations massives d’informations d’une source dedonnées vers une autre. Dans les faits, les ETL peuvent être utilisés dans descas bien plus simples d’extraction, de transformation et/ou de chargement.Les outils d’ETL disposent généralement de connecteurs permettant l’im-portation ou l’exportation de données dans les applications tierces. Lestransformations peuvent être réalisées à partir de « plugins » existant ou viaprogrammation.Parmi les outils open source, on citera Talend ou Pentaho Data Integration(anciennement kettle).TalendVersion : 4.2.3 33Site : www.talend.comPorteur : un éditeur (Talend)Licence : GPL et propriétaireTalend Open Studio est un ETL open source apparu en 2005, développé parla société Talend, basée en France. C’est un ETL de type « générateur decode », c’est-à-dire qu’il permet de créer graphiquement des processus demanipulation et de transformation de données puis de générer l’exécutablecorrespondant sous forme de programme Java ou Perl. Une liste très ex-haustive de composants permet de se connecter à tout type de base dedonnées ou d’applications (SAP, SugarCRM,…). En 2010, une brique MDM avu le jour.
    • Pentaho Data Integration Version : 4.1.0 Site : http://kettle.pentaho.com Porteur : un éditeur (Pentaho) Licence : GPL Pentaho Data Integration (PDI) est un ETL open source qui permet de conce- voir et d’exécuter des opérations de manipulation et de transformation de données. Au moment où nous écrivons ces lignes, Pentaho Data Integration est disponible dans sa version 4.1. Grâce à un modèle graphique à base d’étapes, il est possible de créer sans programmation des processus composés d’imports et d’exports de données, et de différentes opérations de transformation telles que des conversions, des jointures, l’application de filtres, ou même l’exécution de fonctions ja- vascript. Un planificateur permet aussi de planifier l’exécution des jobs. Un module complémentaire propriétaire commercial, « Agile BI », permet de visualiser graphiquement les résultats de transformations de données34 dès les premières étapes de développement. Autres • Scriptella: http://scriptella.javaforge.com/ • JasperETL: http://www.jaspersoft.com/jasperetl • CloverETL: http://www.cloveretl.com/ • Benetl: http://www.benetl.net/ • Toolsverse ETL Framework: http://www.toolsverse.com/
    • DÉCISIONNEL : REPORTINGUne des briques essentielles du décisionnel consiste à établir des rapports.Les outils de reporting, tel que BIRT, permettent non seulement de générerdes rapports (paramétrés ou non) au format HTML, PDF, XLS, DOC, PPT, etc.)mais aussi de construire des tableaux croisés dynamiques.Les données affichées peuvent provenir de bases et de requêtes différentes.D’ailleurs, les outils de reporting fournissent généralement des plugins pourse greffer facilement à des sources ou applications externes.Les outils comme JasperReports, vont jusqu’à offrir des analyses multidi-mensionnelles ce qui permet d’exploiter les possibilités d’un serveur Mon-drian directement dans des rapports.BIRTVersion : 3.7Site : www.eclipse.org/birtPorteur : une fondation (Eclipse) 35Licence : Eclipse Public Licence (EPL)BIRT (The Business Intelligence and Reporting Tool) est un projet de la com-munauté Eclipse comprenant un générateur de graphiques, un générateurde rapports et un environnement de conception. Le projet a été initié en2005.Le moteur de BIRT est une bibliothèque qui permet de générer des rapports(paramétrés ou non) au format HTML, PDF, XLS, DOC ou PPT. Ces rapportspeuvent être complexes et contenir plusieurs tableaux, graphiques avancéset images. BIRT propose également la réalisation de tableaux croisés dyna-miques. Les données affichées peuvent provenir de bases et de requêtesdifférentes. Le moteur de BIRT peut être intégré dans toute application dé-veloppée avec le langage Java, que ce soit dans une application web ou dansune application de type « client lourd ». Le concepteur de rapport est unplugin s’intégrant à Eclipse (pouvant aussi être exécuté en stand-alone).
    • JasperReports / IReport Version : 4.0.2 Site : http://jasperforge.org/project/ireport Porteur : un éditeur (JasperSoft) Licence : GPL et proprietaire JasperReports est un moteur de rapport développé par la société JasperSoft et distribué sous licence open source. IReport est l’éditeur de rapport de Jas- perSoft. Au moment où nous écrivons ces lignes, JasperReports et iReport sont disponibles dans leur version 4.0.2. Ces outils existent depuis 2001 et sont déjà largement utilisés dans de nombreuses applications métiers pour leurs parties reporting. Le moteur JasperReports permet la génération de rapports au format PDF, HTML, XML, CSV, RTF, XLS et TXT. Il utilise JFreeChart pour générer les gra- phiques et peut être intégré dans toute application développée avec le lan- gage Java. Il supporte, en plus des bases de données classiques, les serveurs d’analyse multidimensionnelle ce qui permet d’exploiter les possibilités du serveur Mondrian directement dans un rapport JasperReports. Le concep-36 teur de rapport, IReport, est utilisé pour le design des rapports. Jedox / Palo Version : 3.2 Site : http://www.palo.net/ Porteur : un éditeur (Jedox) Licence : GPL et proprietaire Palo est un moteur OLAP comportant un ETL et des modules simplifiant son usage sous Excel ou OpenOffice. Jedox est l’éditeur de Palo. Jedox fournit en licence open source la version précédente de Palo alors que la dernière version est diffusée sous licence propriétaire. Palo est probablement aujourd’hui l’outil de reporting le plus simple d’em- ploi. Palo ne nécessite aucune programmation et s’utilise soit à partir d’un tableur (Excel, OpenOffice) soit au travers d’un tableur Web intégré. Palo
    • convient à des applications de type reporting budgétaire, reporting comp-table, analayse des ventes. Palo intègre un portail Web et une gestion desutilisateurs et peut donc être utilisé dans devoir installer un logiciel client.Pentaho Report DesignerVersion : 3.8Site : http://reporting.pentaho.comPorteur : un éditeur (Pentaho)Licence : GPL et propriétaireJFreeReport a rejoint le projet Pentaho début 2006. Au fur et à mesure, lenom JFreeReport a été abandonné au profit de Pentaho Report Designer(PRD). PRD permet de développer des rapports complexes et, en associationavec la plateforme Pentaho, de les publier directement sur le serveur déci-sionnel. Au moment où nous écrivons ces lignes, PRD est disponible dans saversion 3.8.Pentaho Report Designer est un outil simple à manipuler, bien intégré à lasuite décisionnelle Pentaho pour la gestion des paramètres ou la publication 37sur la plateforme web. Il permet la génération de rapports au format PDF,HTML, XML, CSV, RTF, XLS et supporte les sources de données multiples.Par contre, la création de tableaux croisés dynamiques n’est pas encore évi-dente (fonctionnalité cachée), et est attendue pour la version 4.
    • DÉCISIONNEL : SUITE Les suites décisionnelles regroupent généralement les deux catégories pré- sentées précédemment ; c’est-à-dire l’ETL et le reporting. Ainsi, le périmètre des suites décisionnelles est très vaste : exécution des rapports, analyse OLAP avec Mondrian, aide à la création de requêtes, ETL, module de gestion du workflow de publication, etc.. L’offre décisionnelle open source est très riche avec 4 outils de grande qua- lité : JasperSoft, SpagoBI, Palo et Pentaho. Rapid-Miner Version : 5.2 Site : http://rapid-i.com/ Porteur : un éditeur (Rapid-I) Licence : AGPL et proprietaire Rapid-Miner est une suite décionnelle complète conçue pour le Big Data.38 Rapid-Miner comporte un module d’analyse de données, de reporting, un module OLAP, un module Hadoop, et un ETL. Il intègre tous les outils de business intelligence y compris les modules R et la bibliothèque Weka. Son interface utilisateur permet de dessiner des chaînes de traitement et des rapports à la souris. Son moteur de calcul est capable de répartir les calculs sur un cluster. Rapid-Miner est issu de la recherche universitaire allemande et est au- jourd’hui largement diffusé dans les banques et compagnies outre-Rhin où il parvient à remplacer le leader du marché sur le segment du décisionnel. Rapid-Miner s’interface avec de nombreuses bases de données et notam- ment Vectorwise pour atteindre de très hautes performances sur les fermes de données.
    • SpagoBIVersion : 3.0Site : www.spagoworld.orgPorteur : un éditeur (Engineering Ingegneria Informatica)Licence : LGPLSpagoBI est une suite décisionnelle développée par la société italienne En-gineering Ingegneria Informatica. Ce projet a été initié en 2005. Au momentoù nous écrivons ces lignes, SpagoBI Server est disponible dans sa version3.0.Le périmètre des fonctionnalités de SpagoBI comprend, à l’instar de Pen-taho et Jasperserver : exécution des rapports JasperReports (réalisés aveciReport) et BIRT, l’analyse OLAP avec Mondrian, un composant d’aide à lacréation de requêtes (Query By Example, QbE), gestion des métadonnées,analyse géo-localisée, etc. L’ETL utilisé par défaut est Talend. Cette suite pro-pose en plus un module de gestion du workflow de publication (états debrouillon non visibles dans le portail web). 39JasperSoftVersion : 4.1Site : www.jaspersoft.comPorteur : un éditeur (JasperSoft)Licence : GPL et propriétaireJasperServer est la plateforme décisionnelle de JasperSoft, société qui dé-veloppe également le générateur d’états JasperReports disponible depuis2001. Cette plateforme propose des fonctionnalités de reporting et d’ana-lyse.En version community, JasperServer propose la conception et générationde rapports (avec IReport). Dans sa version commerciale, il propose la créa-tion de domaines métier, couches sémantiques et techniques au dessus desbases SQL relationnelles, permettant à la fois de définir un lexique métier,de s’abstraire de la technique et du SQL, ainsi que d’ajouter simplement unesécurité d’accès aux données.
    • Une autre fonctionnalité majeure consiste en la création de rapport Ad Hoc, c’est-à-dire que l’utilisateur final peut créer ses propres rapports via une interface web conviviale. De plus, à l’instar des autres plateformes BI, Jasper propose la création de cube OLAP (brique Mondrian) et intègre Talend en tant qu’ETL. Pentaho Version : 4 Site : www.pentaho.com Porteur : un éditeur (Pentaho) Licence : GPL et propriétaire Pentaho est une suite logicielle qui permet la distribution de fonctionnalités et documents décisionnels à un grand nombre de personnes par l’intermé- diaire d’une interface Web. Le projet a été initié en 2007. A l’instar de JasperServer, Pentaho regroupe toutes les fonctionnalités d’une suite BI : l’ETL (Pentaho Data Integration), l’analyse OLAP (Mondrian), le re-40 porting Ad Hoc, la couche métadonnée, et le reporting classique (Pentaho Report Designer). Les différences sont les suivantes : le reporting Ad Hoc est disponible dès la version communautaire mais est beaucoup moins évolué que celui du JasperServer commercial, le reporting n’inclut pas encore les tableaux croisés dynamiques et la gestion de la sécurité des données est plus complexe à mettre en place. Globalement, la suite Pentaho est plus complète que la suite Jasper en version communautaire, mais la tendance s’inverse en version commerciale, JasperServer proposant des fonctionnali- tés très intéressantes (Domaines, Ad Hoc évolué,…)
    • Palo Version : 3.2 Site : www.jedox.com/fr/produits/Palo-Suite-Apercu.html Porteur : un éditeur (Palo) Licence : GPL et propriétaireJedox, société allemande fondée en 2002, est l’éditeur de la suite Palo, ainsique de différents composants connexes permettant d’en faire une suite dé-cisionnelle complète.Cette suite se compose des éléments suivants: le serveur OLAP qui permetde gérer les bases de données multidimensionnelles (organisées sous formede cubes et de dimensions), un add-on pour Microsoft Excel et OpenOffice.org Calc (cet add-on supporte la lecture et l’écriture dans les cubes), un ta-bleur web «Excel-like», reprenant toutes les fonctions d’Excel (formules,graphiques, macro...), permettant la saisie et la consultation en ligne desdonnées du serveur OLAP, un ETL qui permet d’interfacer des bases opé-rationnelles pour alimenter les bases de données Palo et un observateurd’événements (Supervision Server) qui permet également de déclencher 41des événements en fonction de certaines actions.Autres • Vanilla: http://forge.bpm-conseil.com/projects/vanilla/ • KNIME: http://www.knime.org/ • BIRT Project: http://www.eclipse.org/birt/phoenix/
    • E-COMMERCE Le domaine de l’e-commerce est également très vaste. Que ce soit pour faire connaître sa e-boutique et obtenir du trafic, pour informer le client sur les produits, de lui faire vivre une expérience de shopping, d’assurer la vente, et l’après vente… de nombreuses solutions sont disponibles. Dans cette catégorie, toutefois, nous nous sommes focalisés sur les solutions open source de boutique en ligne en présentant des outils phrares comme Magento ou Prestashop. Au côté de ces solutions dominantes, la conver- gence ERP/CRM/CMS/e-business poussée par l’intégration du e-commerce au coeur de métier de l’entreprise a conduit plusieurs ERP open source et CMS open source à fournir des fonctions de e-commerce comparables avec une intégration plus forte d’autres fonctions métiers. Le périmétre des e-boutiques est devenu très important avec des fonction- nalités comme : la catégorisation avancée, la définition de familles de pro- duits, la gestion des produits configurables, des fonctions de cross-selling et de up-selling, les moteurs de promotions, la gestion multi-boutiques, la gestion avancée des devises et des taux de TVA, etc.42 Magento Version : 1.6 (version Community) et 1.11 (version Enterprise) Site : www.magentocommerce.com Porteur : un éditeur (Magento Inc.) Licence : OSL et propriétaire Dès les premières versions bêta parues en 2007, cet outil - porté par l’édi- teur américain Magento Inc. (anciennement Varien) - a généré un buzz phé- noménal, au niveau mondial, permettant de fédérer en un temps record une communauté extrêmement active. Magento tire sa force de sa grande modularité et de sa robustesse. Il a clai- rement été pensé pour porter des sites marchands ambitieux et d’envergure avec des fonctionnalités telles que : catégorisation avancée, définition de famille de produits, gestion des produits configurables, fonctions de cross-
    • selling et de up-selling, puissant moteur de promotions, gestion multi-bou-tiques, gestion avancée des devises et des taux de TVA, etc.Diffusé dans un premier temps exclusivement sous licence OSL, Magentoa réussi le pari dès sa sortie à s’emparer d’un grand segment du marché.En avril 2009, Magento a annoncé la sortie d’une version Entreprise. Cettedernière, moyennant une redevance annuelle, intègre un certain nombre defonctionnalités supplémentaires et un contrat de support.La solution repose sur le framework PHP Zend et bénéficie d’un grandnombre d’innovations en termes de fonctionnalités participatives.PrestashopVersion : 1.4.4.1Site : www.prestashop.comPorteur : un éditeur (Prestashop)Sorti quelques mois après Magento (juillet 2008), Prestashop est une solu-tion e-commerce française qui a rapidement conquis un grand nombre d’uti- 43lisateurs par sa grande simplicité de mise en œuvre et sa totale adéquationavec les besoins des e-marchands, lesquels ont bâti des liens forts avec leproduit (80 000 sites utilisent la solution dans le monde).D’un point de vue fonctionnel, Prestashop se révèle également très complet :que ce soit au niveau du catalogue, de la gestion des clients, des com-mandes, de la logistique ou du reporting, toutes les fonctionnalités d’uneplateforme e-commerce sont couvertes. L’outil gère même nativement desaspects tels que la géolocalisation de boutiques, les alertes SMS et la fidélitéclient. Et si cela ne suffisait pas, près d’un millier de modules prêts à l’emploisont disponibles.Prestashop est distribuée sous licence OSL.Prestashop est développé intégralement en PHP/MySQL. Il dispose d’uneAPI et d’une couverture WebService complète, permettant d’adapter l’outilà de nouveaux besoins et contextes spécifiques.
    • Oxid Version : 4.5 Site : www.oxid-esales.com Porteur : un éditeur (Oxid) Licence : GPL v3 Sortie en novembre 2008, la solution allemande Oxid a très rapidement conquis le marché germanophone grâce à une solution très riche fonction- nellement. Devenue en très peu de temps la première solution e-commerce de l’autre côté du Rhin, Oxid est arrivée en France mi-2011 avec une version complètement adaptée aux spécificités du marché français. Sans doute la solution la plus riche sur le plan fonctionnel après Magento. Oxid est un outil pensé pour servir de référentiel multi-canal : web, mobile, bornes interactives, etc. Tout est conçu pour permettre aux utilisateurs de diffuser leur catalogue sur plusieurs périphériques. Si l’ergonomie du back- office est parfois perfectible, Oxid reste un outil à destination des sites mar- chands les plus ambitieux.44 Oxid est développé intégralement en PHP/MySQL. Il intègre le framework Ajax jQuery, et dispose d’une API et d’une couverture WebService complète, permettant d’adapter l’outil à de nouveaux besoins et contextes spécifiques. RBS Change Version : 3.0.4 Site : www.rbschange.fr Porteur : un éditeur (Ready Business System) Licence : GPL v3 Le modèle open source attire bien des éditeurs de logiciels. RBS fait partie de ceux qui se sont tournés vers un tel modèle en livrant en février 2010 ses applications Change CMS et e-commerce sous licence open source. Fruit de 5 ans de développement et plus d’une centaine de projets, cette solution est très prometteuse tant d’un point de vue technique que fonctionnel. Notons quelques aspects différenciants de la solution :
    • CMS et e-commerce totalement intégrés et couplés, un backoffice de ges-tion utilisant la technologie Ajax, une version entreprise pour des fonction-nalités avancées (prévisualisation du site à une date donnée, gestion auto-matique des promotions…), etc.Du fait de son récent virage vers l’open source, RBS Change compte peud’acteurs dans sa communauté, ne bénéficiant pas encore de cet atout es-sentiel à la pérennité d’une solution libre.RBS Change est écrit en PHP et s’appuie sur un framework PHP5 développépar l’éditeur offrant un environnement de développement avancé.Drupal CommerceVersion : 1.0Site : www.drupalcommerce.orgPorteur : un éditeur (Commerce Guys)Licence : GPL v3Sortie en août 2011, Drupal Commerce est la branche e-commerce du CMS 45mondialement connu, Drupal. Successeur de l’extension Ubercart, DrupalCommerce bénéficie du support de deux sociétés : Commerce Guys pour lagestion de la roadmap et l’animation de la communauté et Acquia (sociétédu fondateur de Drupal : Dries Buytaert) pour les offres de support.Si à l’heure actuelle le périmètre fonctionnel de Drupal Commerce reste unpeu moins riche que ses aînés, c’est la seule solution avec RBSChange à offrirde vraies fonctionnalités de gestion de contenus en s’appuyant sur l’efficaci-té reconnue de Drupal. A l’image du CMS, Drupal Commerce est par ailleursune solution extrêmement modulaire qui bénéficie d’une communauté trésactive.Drupal Commerce est développé intégralement en PHP/MySQL. Il est fournisous forme de module pour Drupal 7.
    • osCommerce Version : 3.0.2 Site : www.oscommerce.com Porteur : une communauté Licence : GPL Difficile de ne pas évoquer OsCommerce quand on parle de solution e-com- merce open source. Cet outil, apparu dans sa première version en mars 2000, s’est rapidement imposé comme la solution incontournable en ma- tière de e-commerce et comme porte-étendard de l’offre open source à une époque où elle était encore naissante. Mais ces dernières années, cette communauté a commencé à se désolida- riser de l’équipe de développement et a développé de nombreux « forks ». Le développement de la solution a fortement ralenti depuis 2006. Le code vieillissant rendant l’application très difficile à maintenir, l’équipe a entamé une refonte totale de l’outil et une V3 est sortie récemment après plusieurs années d’attente.46 OsCommerce est un outil reposant entièrement sur une communauté au- trefois très large et très active. Développé intégralement en PHP/MySQL, OsCommerce doit en grande par- tie son succès à l’absence d’alternatives dans le domaine open source et à l’explosion du e-business dans le début des années 2000. C’est encore au- jourd’hui le webshop le plus déployé au monde. Voir également Les logiciels ci-dessous disposent de fonctions de e-commerce et sont trai- tés dans d’autres sections du guide: • ERP5 (section ERP) • Jommla (section CMS)
    • AutresParmi les produits de l’univers du E-Commerce, on peut compléter la listeavec les outils ci-dessous : • Thelia: http://thelia.net • Wordpress Commerce: http://wordpress.org/extend/plugins/ wp-e-commerce/ • OFBiz: http://ofbiz.apache.org • Spree: http://spreecommerce.com • Broadleaf Commerce: http://www.broadleafcommerce.org 47
    • ERP / PGI Le monde du progiciel de gestion intégré (PGI, ou ERP en anglais), est à son tour gagné par des solutions open source arrivées à maturité. Dans un premier temps, les ERP open source permettent à des petites PME de disposer d’outils de gestion complets au meilleur coût, leur apportant rapidement un vrai bénéfice en termes de compétitivité. Mais déjà, ils re- montent l’échelle, et s’adressent à des PME de plus de 1000 salariés, que ce soit dans les secteurs industriels, distribution ou services. Le domaine étant extrêmement vaste, des différences de couverture fonc- tionnelle peuvent destiner un produit de préférence à tel ou tel secteur d’activité. Mais l’un des critères de choix les plus importants est la flexibi- lité, l’extensibilité, et donc les bases technologiques qui permettront à un produit donné d’être adapté à une diversité de contextes, avec très peu de développements spécifiques. Des produits comme Compiere, ERP5, OpenBravo ou OpenERP tiennent la corde des ERP open source. la convergence ERP/CRM/CMS/e-business poussée par l’intégration du e-commerce au coeur de métier de l’entreprise48 conduit égalemet des logiciels de e-commerce à proposer des fonctions de plus en plus proches de celles d’un ERP. Compiere Version : 3.2 (Community Edition) Site : www.compiere.com Porteur : un éditeur (Compiere Inc.) Licence : MPL Compiere a été développé à ses débuts par l’allemand Jorg Janke, lequel a su mettre à profit ses 20 années d’expérience chez SAP puis Oracle et sa maitrise des produits ADV/Orga, Unisys, R/2, R/3.
    • Les concepts de « l’application dictionnary » (modèle de méta-programma-tion à la base de Compiere permettant l’adéquation de la persistance rela-tionnelle avec les structures de données métiers personnalisées et leurs in-terfaces) ont été prototypés dès 1988 pour SAP, puis mis au service du projetlibre Compiere. Ce dernier a connu de beaux succès ses dernières années(dans le secteur de la distribution et du service tout particulièrement) grâcenotamment à son support de la base de données Oracle et à son socle Java.D’un point de vue fonctionnel, Compiere est relativement complète notam-ment pour les PME/PMI, on peut par exemple citer : gestion des ventes, desfonctions d’achats, de fonctions de stock et de logistique, gestion comptableet financière, gestion de la production, etc.Compiere est écrit sur une base Java.ERP5Version : 5.4.7Site : www.erp5.comPorteur : un éditeur (Nexedi)Licence : GPL 49ERP5 a été développé à partir de 2001 par l’Ingénieur de Mines Jean-PaulSmets. Grâce à sa conception radicalement différente des autres ERP, ERP5a remplacé avec succès des ERP propriétaires dans plusieurs entreprisesmultinationales, notamment au Japon et en Allemagne, ainsi que dans unebanque centrale.Selon Brian Prentice, analyste chez Gartner, la force d’ERP5 tient à la foisà son modèle conceptuel et à son architecture technique.Alors que la plupart des ERP a besoin de milliers de tables, ERP5 parvient àunifier les sciences de gestion autour d’un modèle abstrait à 5 classes qui afait l’objet de plusieurs publications scientifiques et a prouvé sa capacité àépouser un très large spectre de besoins fonctionnels: budget, comptabilité,CRM, achats, ventes, stock, production, RH, supply chain, projets, logistique,
    • KM. Il intègre également un CMS multilingue complet, une suite bureau- tique en ligne, une GED, un moteur de workflows d’entreprise et un système de e-business capable d’intégrer les ventes de plusieurs sites, notamment Prestashop, Magento et OSCommerce. C’est aussi depuis peu un système de gestion et de facturation pour le Cloud Computing. Alors que la plupart des ERP modernes fait appel à une architecture de type Object Relational Mapper (ORM), ERP5 fait appel à une base NoSQL de type objet (NEO) associée à un moteur d’indexation relationnel (MariaDB) et plein texte (Mroonga, Sphinx). ERP5 permet ainsi la migration de données sans interruption de service lors des mises à jour. Cette architecture «search based» est adaptée aux systèmes critiques en 24/7. Son moteur de sécurité par règles simplifie la gestion de droits d’accès dans les grandes organisa- tions à organigramme matriciel (site, fonction, projet, service). ERP5 intègre le support natif du protocole git et permet le développement en ligne du code dans le navigateur de façon collaborative. ERP5 est développé par la société française Nexedi, membre de Systematic.50 OFBiz Version : 10.04 Site : http://ofbiz.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Le projet Open For Business (« Ofbiz ») est né en 2001, et a terminé sa pre- mière phase de développement vers 2003 sous l’impulsion de ses 2 créa- teurs : David Jones et Andrew Zenesky. Depuis le projet s’est enrichi de nombreux modules fonctionnels. En 2006, il a même été soumis comme projet « incubator » à la fondation Apache. Il en est très rapidement sorti comme projet approuvé de très bon niveau. A la différence de Compiere ou d’OpenERP, OFBiz n’a pas la vocation à être un ERP clé en main. Il s’agit d’un framework ERP pour développer des logiciels d’entreprise. D’ailleurs l’outil s’est fortement spécialisé dans les interfaces d’e-commerce ces dernières années. OFBiz est écrit en Java.
    • OpenbravoVersion : 3.0Site : www.openbravo.comPorteur : un éditeur (Openbravo)Licence : licence publique Openbravo, basée sur la licence open sourceMPL (1.1).Openbravo est une solution d’origine espagnole basée sur l’ERP Compiere(autre produit open source présenté dans ce livre) créé en 2001. Le projet,appelé initialement Tecnicia est devenu open source en 2005.Openbravo a forké tout le code métier en PL/SQL de Compiere ainsi queson moteur de gestion d’entities et l’a transposé dans une interface webassise sur un serveur Java. Interfaces qui constituent le point fort du produit: parmi les plus séduisantes et les plus ergonomiques. Malgré une grosselevée de fonds en 2005, le produit a un dynamisme modéré notammenten termes de références. Openbravo cible le marché des ERP pour PME etdispose d’un périmètre large bien qu’inférieur à OpenERP.L’éditeur est solide et apte à fournir un support professionnel. 51D’un point de vue technique, Openbravo est basé sur des technologies webdont le JEE et l’Ajax.
    • OpenERP Version : 6.0.3 Site : www.openerp.com Porteur : un éditeur (OpenERP) Licence : AGPL v3 OpenERP (anciennement Tiny ERP) a été fondé en 2005 en Belgique par Fa- bien Pinckaers. OpenERP combine à la fois la force d’un éditeur et celle d’une large commu- nauté, comprenant ses intégrateurs présents dans le monde entier, qui ba- lise l’ensemble des cas d’usages et fournit de précieux retours, notamment sous forme de modules réutilisables. Tout ceci est rendu possible par une réelle innovation technologique qui s’appuie sur des standards reconnus en termes de base de données et de webservices. OpenERP couvre tous les besoins, tels que ventes, achats, rh, projets, comptabilité, logistique, stock, production, facturation, ... et son framework permet de l’adapter rapide- ment aux contextes spécifiques, que ce soit par le paramétrage de nouveaux workflows, de nouvelles informations, ou de tableaux de bord pour une tou-52 jours plus grande efficacité de l’ERP en entreprise. OpenERP est écrit en Python et repose sur un framework orienté objet. La base de données PostgreSQL est utilisée.
    • CMSLa gestion de contenus recouvre aujourd’hui une large palette de besoins :sites d’informations, sites Corporate, sites de services, extranets sécurisés,intranets participatifs, espaces communautaire...Pour couvrir ce périmètre, il existe d’excellentes solutions open source aupérimètre très large comme : eZ Publish, Drupal, TYPO3, Jahia, Infoglue,SPIP, HippoCMS, Joomla, Plone… lesquelles sont devenues des standardsdans l’univers de la gestion de contenus tant elles dominent par leur capa-cité, leur modularité et leur périmètre fonctionnel et technique.Elles sont devenues, au fil des années, plus que des alternatives sérieusesdans le domaine de l’Enterprise Content Management : elles dominent dé-sormais le marché.Au côté de ces solutions dominantes, la convergence ERP/CRM/CMS/e-bu-siness poussée par la croissance e-commerce conduit des applicatifs issusd’autres domaines fonctionnels (ERP, CRM) à intégrer des fonctions de CMSéquivalents aux meilleurs produits dédiés du marché. 53DrupalVersion : 7.8Site : www.drupal.orgPorteur : une communautéDrupal est un CMS aux multiples facettes. Conçu à l’origine pour être unblog collectif, il trouve aujourd’hui des applications très variées : du site cor-porate au portail communautaire, il sait tout faire ! Il a été conçu dans lesannées 2000 par Dries Buytaert et connaît depuis un succès mondial. Unecommunauté énorme s’est créée autour du produit.La force de ce CMS est son extensibilité. Il accueille très facilement de nom-breux modules complémentaires (forum, galerie photos, sondage, formu-laire, newsletter, messagerie, chat, enquête, paiement en ligne, calendrierpartagé, etc.). Il possède notamment des modules communautaires trèssoignés et appréciés ce qui le rend particulièrement adapté aux réseaux so-ciaux d’entreprise.
    • Drupal est publié sous licence GNU GPL et est pleinement open source. Des offres de support existent, notamment via la société Acquia (www.acquia. com). D’un point de vue technique, Drupal est bâti autour des technologies LAMP (PHP et MySQL notamment). eZ Publish Version : 4.5 Site : www.ez.no Porteur : un éditeur (eZ Systems) La solution eZ Publish a été créée en 1999 par la société eZ Systems. eZ Pu- blish se distingue des autres CMS open source par ses possibilités de confi- guration et d’extensions : il se présente comme un outil prêt à l’emploi mais aussi comme un framework de développement permettant de réaliser des applicatifs métier. Sur les fondamentaux de la gestion de contenus, eZ Publish est l’un des ou-54 tils les plus puissants disponibles en open source. Il pousse l’approche objet jusqu’au bout, en faisant de chaque contenu un objet et en lui appliquant toutes les méthodes disponibles : multi- positionnement, versionning, mul- tilinguisme, relation entre contenus, droits d’accès, workflow, etc. Cette no- tion en fait un CMS hautement paramétrable. eZ Publish est un logiciel libre publié sous licence GPL. Deux éditions sont distribuées : une version Community et une version commerciale dite Enter- prise apportant stabilité, support et garantie. Sur le plan technique, eZ Publish est en PHP, fonctionne sur Apache et MyS- QL (PostGreSQL 8 et Oracle 11g sont supportés), gère trois caches différents en fichiers et sépare très distinctement contenus et présentation.
    • HippoCMSVersion : 7.6Site : www.onehippo.comPorteur : un éditeur (OneHippo)HippoCMS est un CMS open source qui fait partie de la famille des CMSécrits en JAVA. Il a été créé en 1999 par l’éditeur néerlandais OneHippo. Ilest fortement utilisé dans les pays nordiques et tout particulièrement auxPays-Bas.Il possède l’essentiel des fonctionnalités que l’on peut attendre d’un CMS :édition de modèle de document, création de contenu, multilinguisme, tem-plating, workflow de publication, multi-sites, import/export des contenus,édition de contenu en direct, etc. L’interface utilisateur est moins riche quedans certains autres produits mais elle reste ergonomique et fonctionnelleet inclut l’essentiel des fonctionnalités courantes attendues d’un bon CMS.La roadmap du produit est par ailleurs particulièrement dynamique et pro-met une belle suite.HippoCMS est distribuée sous licence Apache 2.0. Deux éditions sont distri- 55buées : une version Community et une version Enterprise apportant stabi-lité, support et garantie.Bien conçu techniquement, Hippo CMS offre de réels avantages pour l’inté-gration du besoin fonctionnel par les développeurs. Les concepteurs de Hip-poCMS ont eu à cœur de respecter les standards (JEE), d’utiliser des outilséprouvés tels que Spring, JackRabbit et Maven, et de définir une architec-ture claire et extensible. Ces efforts facilitent une prise en main rapide parles développeurs.JahiaVersion : 6.5Site : www.jahia.comPorteur : un éditeur (Jahia Corp)Jahia est un produit franco-suisse, créé dans les années 2000, qui tient une
    • place à part dans le monde des portails et des CMS JEE. En effet, Jahia est une des rares solutions qui réunit portail JEE et gestion de contenu en un produit unique, parfaitement intégré. Librement téléchargeable, Jahia est d’un niveau de finition et de packaging impressionnant. Jahia se distingue des autres CMS par son interface d’ad- ministration des contenus, qui est fondue dans le site lui-même. Au niveau fonctionnel, Jahia est une des solutions CMS les plus abouties : gestion multi-sites, versionning, workflows efficaces, données structurées, multilin- guisme, gestion des droits très fine, etc. La version 6.5 a notamment apporté une interface utilisateur très agréable et un éditeur de templates très com- plet. Jahia constitue une excellente alternative aux solutions de portail des grands éditeurs propriétaires, la possibilité de voir et de modifier les sources (li- cence GPL pour la version Community) assurant la pérennité et l’adéquation de l’outil aux besoins. Jahia propose également une version Entreprise sous licence commerciale apportant stabilité, support et garantie. Jahia est bâtie sur des technologies JEE : persistance via Hibernate, support des normes JSR 170, moteur de recherche Apache Lucene, support des stan-56 dards de portlets JSR 168, etc. Joomla Version : 1.7 Site : www.joomla.org Porteur : une communauté Joomla est un CMS développé à partir de Mambo en 2005. Il a été créé suite à un différend entre les développeurs principaux et la société coordinatrice des développements. Aujourd’hui, la majorité des développeurs de la com- munauté se consacre à Joomla, ce qui fait nettement pencher la balance en sa faveur. Cet outil se démarque principalement par la convivialité de son interface d’administration. Le mot d’ordre étant de « donner un contrôle total du pro- duit à un non-technicien ». Création de pages, catégorisation, recherche,
    • statistiques d’accès, urls significatives ainsi que de nombreux modules sontdirectement intégrés et ne demandent pas de connaissances spécifiquespour leur mise en œuvre. Ce CMS conviendra parfaitement pour des sitespersonnels mais pourra également répondre aux besoins de certains sitesprofessionnels ; ceux notamment de type Corporate (simple publication).Joomla est une solution 100% communautaire publiée sous licence GNUGPL.Joomla est écrit en PHP et utilise une base de données MySQL.SPIPVersion : 3.0.4Site : www.SPIP.netPorteur : une communautéA l’origine, en 2001, SPIP était principalement utilisé par des internautespour gérer leur site web personnel, ou pour des sites d’associations, maisSPIP a grandi et est maintenant utilisé par des organismes privés ou publics, 57pour gérer leur site web professionnel.SPIP fait partie des rares CMS à pouvoir prétendre à plusieurs milliers deréférences à travers le monde. Cette réussite s’explique par la simplicité duproduit : simplicité d’utilisation, mais aussi simplicité de déploiement etd’adaptation. En contrepartie de cette simplicité, SPIP présente quelques li-mitations sur des fonctionnalités clés de gestion de contenus, ce qui le limiteclairement au monde des outils de gestion de contenus orienté ‘web’, et nonpas ‘entreprise’.SPIP est un projet open source français (licence GPL), et sa communautépeut être qualifiée d’active, avec plusieurs versions par an et des centaines– voire des milliers – de membres.SPIP est un logiciel écrit en PHP qui s’appuie sur les bases de données MyS-QL, PostgreSQL et SQLite. Il propose un interface privée simplifiée basée surl’Ajax, une page de téléchargement et d’installation de plugins, la gestiondes conflits, une API et de nouvelles fonctions pour le développement detemplates.
    • TYPO3 Version : 4.5 LTS Site : www.typo3.org Porteur : une communauté Licence : GPL TYPO3 est le fruit de plusieurs années de travail d’un gourou danois du nom de Kasper Skårhøj. Le produit est sorti fin 2000, et depuis, une communauté très active s’est développée, particulièrement dans les pays germaniques. En termes de fonctionnalités prêtes à l’emploi, TYPO3 est l’un des outils les plus riches que nous ayons trouvés à ce jour. Il offre à peu près tout ce que l’on peut souhaiter, et cela avec un bon niveau de finition. Gestion des droits et des contributions, cache, habilitations, gabarits, etc., tout y est, avec peu de limitations. Parmi les fonctionnalités offertes par TYPO3, on peut citer la manipulation d’images, qui permet de redimensionner des images, de créer des vignettes et également de générer dynamiquement des titres en tant qu’images. L’une des grandes forces de TYPO3 réside dans son extensibi- lité par modules. Un module peut ajouter un ensemble de fonctionnalités à58 TYPO3, mais aussi modifier une fonctionnalité déjà intégrée, sans modifier le code de TYPO3, et donc, le laissant compatible avec les futures versions de TYPO3. TYPO3 est écrit en PHP et utilise une base de données MySQL. Voir également Les logiciels ci-dessous disposent de fonctions de CMS et sont traités dans d’autres sections du guide: • ERP5 (section ERP) • OpenERP (section ERP)
    • AutresDans l’univers de la gestion de contenu, l’offre open source est particulière-ment vigoureuse. Pour preuve, au-delà des produits présentés précédem-ment, on peut également citer les outils ci-dessous : • Plone http://plone.org • Infoglue http://www.infoglue.org • Mambo http://www.mamboserver.com • Apache Lenya http://lenya.apache.org • Zope http://www.zope.org • SilverStripe http://www.silverstripe.com • Modx http://modx.com • CMS Made Simple http://www.cmsmadesimple.fr • Sympal http://www.sympalphp.org • Apostrophe http://apostrophenow.com 59 • Cayaha http://cahaya-project.org • Magnolia http://www.magnolia-cms.com • Silverpeas http://www.silverpeas.com • Umbraco http://umbraco.com • Centurion http://centurion-project.org • OpenCMS http://www.opencms.org
    • GED & ECM La gestion de l’information d’entreprise (Enterprise Content Management) se caractérise par la combinaison d’outils de gestion électronique des docu- ments (GED ou GEIDE) et de gestion de contenu structuré (CMS). L’ECM permet d’accroître l’efficacité de votre organisation en offrant à vos collaborateurs une solution pratique et efficace pour créer, trouver et uti- liser l’information – qu’elle soit structurée ou non, incluse ou non dans un document. Aujourd’hui, les solutions de GED open source ont atteint un exceptionnel niveau de maturité, et rivalisent à armes égales avec les plus grandes offres commerciales, apportant des bénéfices uniques en termes d’ouverture, de pérennité, et de coûts. Alfresco, Nuxeo, Knowledge Tree, Maarch, Jahia... l’offre open source de la gestion documentaire est de plus en plus riche. Alfresco60 Version : 3.4 Site : www.alfresco.com Porteur : un éditeur (Alfresco Software) Licence : GPL et propriétaire Alfresco est une solution d’ECM, créé en 2005, par l’éditeur anglais Alfresco Software, une société fondée par d’anciens dirigeants de Documentum et Business Object. La société est aujourd’hui présente directement en Angle- terre, en France et aux Etats-Unis. Alfresco propose l’ensemble des fonctionnalités attendues du domaine de la gestion documentaire : métadonnées, types de documents, workflow documentaire et avancé, gestion de catégories, outils de collaboration, recherche, gestion de plusieurs bases indépendantes, gestion de contenu Web, etc.
    • Alfresco est disponible en deux versions : une version « Labs », gratuite, souslicence GPL et une version « Entreprise », qui donne accès à la garantie del’éditeur, aux modules de RM et de clustering intégré ainsi qu’aux mises àjour intermédiaires.Alfresco est écrit en JEE.MaarchVersion :1.3Site : www.maarch.org / www.maarch.comPorteur : un éditeur (Maarch)Licence : GPL v3Maarch est une solution GED/GEC/SAE développée par la société françaiseMaarch, membre de Systematic. Les domaines d’application privilégiés deMaarch sont les Systèmes d’Archivage Electroniques (SAE), la Gestion Elec-tronique du Courrier (GEC), et la gestion de dossier.Maarch suit un certain nombre de normes sur l’archivage, en particulier ISO 6114721 (OAIS) et NFZ42-013. La version 1.3 comprend la gestion du cycle devie, la réplication, et la prise en charge de paquets d’archives compressés(AIP). Maarch dispose d’un mode GEC verticalisé qui sait notamment s’in-terfacer avec un scanner ou gérer le cycle de distribution du courrier dansl’entreprise : réception, distribution, annotation, versionning, modèles deréponse et recherche.La communauté autour de la solution est de petite taille, concentrée autourde son éditeur. Le forum est actif est comprend un millier d’inscrits.Maarch est construit sur un framework PHP maison. La société Maarch estbasée à Nanterre, France, et Dakar, Sénégal.
    • Nuxeo Version : 5.6 Site : www.nuxeo.com Porteur : un éditeur (Nuxeo) Licence : LGPL Nuxeo est une société française membre de Systematic, qui produit une so- lution de GED open source depuis 2001. Nuxeo Enterprise Platform est le résultat de la migration en Java de la version basée sur Zope et Python. La société est aujourd’hui présente en France et aux Etats Unis. Il s’agit d’une solution complète de gestion de contenu d’entreprise : mé- tadonnées, types de documents, workflow avancé, gestion de catégories, fonctions de collaboration, recherche, gestion de contenu complexe (web, multi-fichiers, structurés), gestion multi bases. L’outil se distingue par diffé- rents éléments : éditeur de thèmes, notion de « relations » qui permet de réaliser des liens typés entre contenus, gestion des vocabulaires, notion de section de publication, une architecture totalement modulaire, etc.62 Elle propose également, sous forme d’extensions, des fonctions de Digital Asset Management (DAM), de gestion des cas et d’intranet social. Nuxeo est bâtie sur des technologies JEE avec l’utilisation de composants open source issus des projets JBoss, Apache, Eclipse et des projets libres de Sun.
    • Voir égalementLes logiciels ci-dessous disposent de fonctions de GED/ECM et sont traitésdans d’autres sections du guide: • ERP5 (section ERP)AutresDans l’univers de la gestion documentaire, l’offre open source est particuliè-rement vigoureuse. Pour preuve, au-delà des produits présentés précédem-ment, on peut également citer les outils ci-dessous : • Jahia: http://www.jahia.com • Freedom: http://www.dynacase.org • Quotero: http://www.quotero.com • Exo DMS: http://www.exoplatform.com 63
    • BIBLIOTHÈQUE & DOCUMENTATION Adossés à l’univers de la gestion documentaire, des outils open source de gestion bibliothécaire et de documentation ont vu le jour ces dernières an- nées. On peut notamment citer Koha ou PMB. Parmi les principales fonctionnalités de ces outils, on peut citer : import de notices et catalogage UNIMARC, gestion des lecteurs, prêts/retours avec amendes, périodiques et commandes, OPAC, Client et Serveur Z3950, ser- veur OAI-PMH, gestion de thesaurus, OPAC (interface de consultation à des- tination des utilisateurs), DSI (diffusion selon centres d’intérêt), gestion des périodiques et des achats, etc.. Koha Version : 4.2 Site : www.koha.org Porteur : une communauté64 Licence : GPL v2 Ce SIGB (système intégré de gestion de bibliothèque) a été créé en 1999 par un consortium de quatre bibliothèques néo-zélandaises. Koha s’adresse surtout aux bibliothèques souhaitant respecter le standard de catalogage UNIMARC. Parmi les principales fonctionnalités de Koha, on peut citer : import de notices et catalogage UNIMARC, gestion des lecteurs, prêts/retours avec amendes, périodiques et commandes, OPAC, Client et Serveur Z3950, ser- veur OAI-PMH. A l’exception de la récupération d’une vignette, Koha ne pro- pose pas de fonctions de GED. Il est conseillé de remplacer l’OPAC de consul- tation par un CMS (un connecteur Drupal existe par exemple) pour disposer d’une ergonomie plus agréable. Koha est maintenu par la communauté. Deux entreprises françaises ont monté leur activité autour de Koha.
    • Koha est développé en Perl et tourne sous Linux Debian, mais peut égale-ment s’installer sous OpenBSD, FreeBSD, MacOS X, Windows, etc. Les basesde données supportées sont MySQL et PostgreSQL.PMBVersion : 3.4Site : www.pmbservices.frPorteur : un éditeur (PMB Services)Licence : CeCILLCréé en 2003 par la société française PMB Services, ce SIGB très complets’adresse plutôt aux centres de ressources documentaires et bibliothèquesspécialisées qui n’ont pas besoin de cataloguer en Unimarc.Parmi les principales fonctionnalités de PMB, on peut citer : catalogage detout type de document (textuel, multimédia, web) avec attachement de fi-chiers. L’indexation fulltext est prévue dans la roadmap ; import de notices(Unimarc, csv, etc), gestion de thesaurus, OPAC (interface de consultationà destination des utilisateurs), DSI (diffusion selon centres d’intérêt), ges- 65tion des lecteurs, gestion des prêts/retours, gestion des périodiques et desachats, client Z3950.A noter qu’il n’existe pas à ce jour de réseau de partenaires établi.PMB a été développé autour d’une plateforme LAMP/WAMP (plateformeApache, PHP, MySQL), qui peut donc fonctionner sous Linux, Mac OS X ouMicrosoft Windows.
    • PORTAIL Un portail est un site qui réunit différentes ressources, soit autour d’un même thème (portail immobilier, portail d’emploi, …) soit sans thème parti- culier, c’est un portail généraliste, tel que Yahoo par exemple. Un portail donne accès à des ressources qui ne lui appartiennent pas toutes : il propose des services relevant d’autres sites, sa valeur ajoutée propre étant dans la sélection et la réunion de ces outils. Enfin, un portail intègre aussi une dimension de personnalisation, plus ou moins élaborée. Alliance de contenus et bouquet de services, liens vers des ressources tierces, personnalisation : voilà qui définit généralement un portail. Des outils open source sont disponibles pour permettre la réalisation de ce type de projet. On peut notamment citer Liferay, eXo Platform ou plus ré- cemment Silverpeas.66 eXo Platform Version : 3.0 Site : www.exoplatform.com Porteur : un éditeur (eXo) Licence : AGPL et propriétaire eXo est un éditeur français open source français créé en 2003, membre de Systematic. L’entreprise possède des bureaux en France, aux Etats Unis, au Vietnam, en Ukraine et en Tunisie. Elle édite une suite logicielle de travail collaboratif et de gestion de contenus destinée aux entreprises. La dernière version d’eXo Platform, la 3.0, intègre quatre projets open source dans un package unique : eXo Collaboration (2.1), eXo WCM (2.1), eXo Knowledge (2.1) et eXo Social (1.1). L’ergonomie de la solution est un peu en retrait par rapport à la concurrence mais les apports fonctionnels du produit pour la collaboration et l’échange en font un candidat à envisager pour tout projet de cette nature.
    • eXo Platform est diffusé via un modèle de licence double. Le code sourceet une version packagée sont librement accessibles via une licence opensource (Affero GPL) et une version entreprise est commercialisée via unesouscription.eXo Platform est écrit en Java, conforme aux normes JSR 168 et 286, WSRP1 et 2. Il intègre également un repository de contenus conforme à la normeJSR 170.SilverpeasVersion : 7.4Site : www.silverpeas.comPorteur : un éditeur (Groupe Oevo)Licence : Affero GPL v3Silverpeas est un portail collaboratif et social. Développé entre 2001 et2003, la solution a connu une première vie dans le monde des logiciels pro-priétaires avant de récemment devenir open source. 67Silverpeas se distingue par un apport fonctionnel plutôt riche et une ergo-nomie d’ensemble assez confortable. Même si la visibilité du produit resteessentiellement nationale pour l’instant, Silverpeas est une alternative trèsintéressante pour construire rapidement un portail collaboratif simple. Sil-verPeas n’est pas qu’un portail, ni un CMS, ni un outil de travail collaboratif.En fait, il est à la croisée de tous ces mondes. C’est un portail, car il est ca-pable d’agréger des ressources hétérogènes. C’est un CMS, car il permet deconstruire simplement des mini-sites avec une interface WYSIWYG simple.C’est un outil collaboratif, car il fournit des outils de gestion de projet avectâches et visuel Gantt intégré, un agenda partagé, un forum, un blog ou en-core un annuaire commun.Silverpeas est écrit en Java, conforme aux normes JSR 168 et 286.
    • Liferay Version : 6.0 Site : www.liferay.com Porteur : un éditeur (Liferay, Inc) Licence : LGPL et propriétaire Liferay est une solution de portail d’entreprise open source d’un très bon niveau qui permet, entre autres, l’agrégation de contenus et d’informations, le partage des ressources et la collaboration. Liferay a été créé en 2000 à l’origine pour une église américaine. L’une des forces de Liferay est la facilité de personnalisation par l’utilisateur final. Liferay offre également plus de 60 portlets dont une palette complète d’outils collaboratifs et sociaux (blog, forum, wiki, centre de tâches, notifi- cations, réservation de ressources, …), une gestion intuitive des communau- tés de pratiques et de l’organisation hiérarchique de l’entité qui l’emploie. Liferay est en outre d’une grande flexibilité pour la gestion des droits ou l’adaptation de l’apparence graphique des pages, et il propose une solution puissante de staging. Liferay est une excellente solution pour un portail d’en-68 treprise, permettant l’intégration standardisée de tous les applicatifs exis- tants. Liferay est écrit en Java et est conforme aux normes JSR 168, JSR 286 et JSR 170. Autres Dans l’univers des portails, l’offre open source est particulièrement vigou- reuse. Pour preuve, au-delà des produits présentés précédemment, on peut également citer les outils ci-dessous : • JBoss / Gatein: http://www.jboss.org/gatein • Apache Pluto: http://portals.apache.org/pluto • Sakai: http://sakaiproject.org • JetSpeed2: http://portals.apache.org/jetspeed-2 • Lutece: http://fr.lutece.paris.fr
    • RÉSEAUX SOCIAUX D’ENTREPRISE (RSE)Le succès des réseaux sociaux publics tels que Facebook, Twitter, LinkedIn,etc. n’est plus à démontrer (plus de 400 millions d’usagers inscrits sur Fa-cebook à ce jour). Ils mettent en lumière l’intérêt qu’ont les individus à serapprocher, à se connaître, à échanger et à travailler ensemble.Les RSE (« Réseaux sociaux d’Enteprise ») sont nés du constat que l’entre-prise pouvait également utiliser ce support pour générer de la valeur.L’usage des réseaux sociaux est désormais intégré et ce sont dorénavant lesentreprises qui encouragent leurs collaborateurs à les utiliser pour commu-niquer.Pour couvrir ce besoin, on trouve de plus en plus de solutions open sourcede qualité telles que Drupal Commons, Elgg ou Liferay Social Office.BuddyPressVersion : 1.2.9Site : http://buddypress.org 69Porteur : une communautéBuddyPress a été conçu en 2008 par Andy Peatling alors qu’il travaillait àl’ajout de fonctionnalités de networking sur le célèbre moteur de blog Wor-dPress. La première version officielle (v1), sortie en mai 2009, connait de-puis une activité croissante.BuddyPress est livré par défaut avec de nombreuses fonctionnalités qu’ilest très simple d’activer. Citons par exemple : flux d’activité, profil, groupes,gestion des amis, messagerie, blogs, forums, etc. BuddyPress dispose d’unecommunauté active. Une roadmap est accessible sur le site de la commu-nauté. La prochaine version (la 1.3) consolidera l’existant (interface d’ins-tallation, amélioration des attributs des profils, support de WordPress 3.0,etc.).BuddyPress est publié sous la licence open source GNU version 2.BuddyPress a la particularité d’être bâti sur l’outil Wordpress. Il dispose ainsid’une architecture semblable : PHP, Apache et MySQL.
    • Drupal Commons Version : 2.0 Site : www.acquia.com Porteur : un éditeur (Acquia) Licence : GPL Drupal Commons est une distribution Drupal orientée « Réseaux sociaux » publiée en 2010 par Acquia (société de services fondée par le créateur de Drupal). Drupal a été conçu dans les années 2000 par Dries Buytaert et connaît depuis un succès mondial. Le périmètre des portails communautaires créés sous Drupal dépend des modules disponibles (plus de 10 000 – mais une partie seulement concerne les RSE). Citons : Homebox (pour les pages personnalisées), Invite Friends (pour gérer ses amis), Content Profile (pour gérer les données des profils), FriendList (liste des amis), Organic Group (gestion des groupes), Privatemsg (messagerie privée), etc. La distribution Drupal Commons offre nativement un périmètre fonctionnel large permettant de mettre en œuvre rapidement un véritable réseau social.70 Une offre de support existe via la société Acquia (fondée par Dries Buytaert). D’un point de vue technique, Drupal est bâti autour des technologies LAMP (PHP et MySQL notamment). La dernière version, la 7, offre plus de stabilité et un périmètre fonctionnel plus large. Elgg Version : 1.8.0.1 Site : www.elgg.com Porteur : un éditeur (Curverider Ltd) Licence : GPL Elgg fait partie des solutions de réseaux sociaux open source les plus connues et les plus abouties. La solution a été créée en 2004 par Dave Tosh et Ben Werdmuller. Ces derniers ont, par la suite, créé la société Curverider Limited pour maintenir et faire évoluer le produit.
    • Elgg offre l’essentiel des fonctionnalités attendues dans le cadre d’un projetde réseaux sociaux. Sa conception par module garantit son extensibilité ; sacommunauté est, quant à elle, très active et publie de nombreux plugins in-téressants (www.elgg.org). On peut citer notamment : la gestion des profils(avec la possibilité de définir des attributs), la mise à disposition de flux d’ac-tivité, la notion de « blogging » et « microblogging », la gestion de groupe(avec espaces restreints), une gestion fine des droits, une API complète, etc.Coté support, la société Curverider, éditrice du produit, offre de nombreuxservices comme la correction d’anomalies et l’hébergement.Elgg est écrit en PHP et fonctionne sous technologies LAMP (Linux, Apache,MySQL et PHP). Son architecture autorise la notion de plugins et permetd’étendre facilement et rapidement les fonctionnalités du produit (plus de900 extensions).Liferay Social OfficeVersion : 1.5.B (Béta) pour Liferay SO. / 6.0 pour Liferay PSite : www.liferay.comPorteur : un éditeur (Liferay) 71Liferay Social Office est un produit de la société Liferay, déjà éditrice du por-tail Liferay. Social Office est une solution de collaboration sociale pour l’en-treprise. Le portail Liferay a vu le jour au début des années 2000, lancé parBrian Chan. Fin 2008, Liferay a lancé une déclinaison de son portail avec unpackaging spécifique au travail collaboratif : Liferay Social Office.Son périmètre fonctionnel est très orienté entreprise : profil/membre, ges-tion de document, calendrier, événements, groupes, chat, wiki, etc. On re-trouve de nombreuses fonctionnalités Projet et peu d’éléments conversa-tionnels. On peut tout de même souligner la qualité du Chat embarqué sousLiferay.Social Office est distribué sous la licence Affero GPL pour la version Commu-nity (la version en cours, la 1.5, est en béta). Une version Entreprise existe,incluant un support de l’éditeur.
    • Coté technologies, Social Office s’appuie sur le portail Liferay, c’est-à-dire sur une architecture JEE. Il supporte une dizaine de bases de données et de serveurs d’applications. Autres Dans l’univers des réseaux sociaux d’entreprise, l’offre open source est par- ticulièrement vigoureuse. Pour preuve, au-delà des produits présentés pré- cédemment, on peut également citer les outils ci-dessous : • eZ Teamroom: http://www.ez.no • eXo Social: http://www.exoplatform.com • Lovdbyless: http://lovdbyless.com • Mahara: http://mahara.org • Noserub: http://www.noserub.com • Pligg: http://pligg.com72 • Spree: http://project.askspree.de
    • BLOG, WIKI ET FORUMOn ne présente plus les blogs, wiki et forums tellement ils sont désormaisintégrés à l’entreprise. On dit d’eux qu’ils sont une composante à part en-tière du Web 2.0.Un blog est un type de site Web composé de billets (post), c’est-à-dire desnotes agglomérées au fil du temps (classement par date).Un wiki peut également être défini comme un type web mais sa particula-rité consiste en son ouverture vers les autres. En effet, les pages sont géné-ralement modifiables par les visiteurs afin de permettre des contributionscollaboratives.Un forum est, quant à lui, un espace de discussion publique (généralement)ou les échanges sont archivés par sujet.Dans cette catégorie, nous présentons les meilleures solutions open source: DotClear, PhpBB, XWiki, etc.DotClear 73Version : 2.4.4Site : http://fr.dotclear.orgPorteur : une communautéLicence : GPL v2Dotclear est un logiciel libre de publication web créé en 2002 par OlivierMeunier. Dotclear est une solution conçue avant tout pour ses utilisateurs etrecevant des contributions régulières de ceux-ci. En Juin 2009, Xavier Plante-fève a pris la tête du projet.Dotclear dispose d’une richesse fonctionnelle faisant de lui un outil de pu-blication de grande qualité, égalant et allant parfois plus loin que d’autresoutils du même ordre. Au-delà des fonctionnalités, Dotclear est conçu pourapporter le maximum de confort à l’utilisateur : une installation automatiséequi ne comprend que 2 étapes. De plus, de nombreux thèmes et pluginssont disponibles pour le personnaliser facilement. Les pages générées ontune structure qui optimise leur référencement naturel.
    • DotClear2 est développé en PHP5 et supporte les bases PostgreSQL (8.0 mi- nimum), MySQL (4.1 minimum avec InnoDB) et SQLite. PhpBB Version : 3.0.9 Site : www.phpbb.com Porteur : une communauté Licence : GPL v2 PhpBB est un outil de la famille des forums. En plus des fonctions habi- tuelles, PhpBB permet de créer des sondages, annonces et post-it, ces deux derniers restant en haut de la page pour être plus visibles. Les émoticônes permettent de rendre plus visuel le contenu. Il gère un sys- tème d’avertissement optionnel par courriel de l’apparition d’une réponse au(x) sujet(s) que l’on choisit de surveiller. Si on accepte les cookies dans le navigateur, on peut voir rapidement où sont les nouveaux messages (c’est-à- dire ceux publiés depuis la dernière consultation de la page). Pour aller plus74 loin, un système de messages privés entre les utilisateurs, permet d’éviter la publication des adresses électroniques personnelles. Il permet l’utilisa- tion du BBCode (code voisin du HTML) dans les messages pour une mise en forme enrichie. Graphiquement, le support de différents thèmes visuels est complet : la partie graphique est totalement séparée du logiciel en lui- même, et est donc personnalisable à volonté. PhpBB repose sur une architecture LAMP. Il est écrit en PHP.
    • TWikiVersion : 5.1.1Site : http://twiki.orgPorteur : un éditeur (TWiki)Licence : GPLTWiki est un logiciel programmé en Perl qui utilise le principe du wiki pourfournir une plate-forme de travail collaboratif.Il peut être utilisé comme un espace de développement, système d’admi-nistration de documents ou système d’administration de personnel. Les dé-veloppeurs peuvent étendre le contenu et les fonctionnalités de TWiki avecdiverses extensions.TWiki est composé de scripts cgi-bin écrits en Perl. Les informations conte-nues dans TWiki sont stockées dans des fichiers textes et sont mises enforme à la volée au format Html.Wordpress 75Version : 3.3.1Site : http://wordpress.orgPorteur : une communautéWordpress a été créé en 2003 suite à un fork du logiciel « b2 ». Développéprincipalement par Matt Mullenweg, Wordpress a connu un succès de plusen plus important au fil des années, et est désormais soutenu par une im-portante communauté.Wordpress est un outil de blog très complet et très riche ce qui lui permetd’être également employé pour la construction de sites web. Il fait partiedes outils de blog les plus évolués. La roadmap du produit est très dyna-mique avec des nouvelles versions tous les six mois en général. La version 3,sortie en juin 2010, a vu la fusion de Wordpress et Wordpress MU, intégrantainsi nativement la gestion multi-blogs.Wordpress est distribué sous licence GPL.
    • Wordpress est développé en PHP sur une base MySQL. Il dispose de plu- sieurs API et d’un système de plugins très évolués – des milliers d’extensions sont disponibles. XWiki Version : 3.1.4 Site : www.xwiki.org Porteur : un éditeur (XWiki SAS) Licence : LGPL La solution XWiki a été créée en 2004 par Ludovic Dubost. Elle est au- jourd’hui essentiellement supportée par la société XWiki. Wiki applicatif de seconde génération, XWiki est utilisé pour du travail col- laboratif, du partage d’informations, ou encore la mise en ligne de contenu structuré ou non. En plus des fonctionnalités wiki usuelles (mise-en-forme facilitée, gestion des droits d’accès, édition collaborative...), il offre la pos- sibilité de programmer au sein même des pages du wiki. C’est ce qui en fait76 un wiki applicatif, c’est-à-dire capable d’évoluer en fonction des besoins de ses utilisateurs. XWiki est développé en Java sur une base Hibernate. Les langages de pro- grammation au sein du wiki sont Velocityy et Groovy. Il dispose de plusieurs API et d’un système de plugins et de portlets. PmWiki Version : 2.2.43 Site : http://www.pmwiki.org/ Porteur : Une communauté Licence : GPL v2 PmWiki est un moteur de wiki libre programmé par Patrick Michaud. Il uti- lise le language PHP et ne nécessite pas de base de données.
    • L’approche de PmWiki est d’être centré sur les rédacteurs plutôt que les lec-teurs, ce qui implique certaines limites aux documents rédigés, notammentdans leur présentation. PmWiki se concentre également sur un nombre defonctionnalités répondant à des besoins bien spécifiques plutôt que deschoses identifiées comme «pouvant être utiles». Ce ce fait, PmWiki disposed’un champ fonctionnel réduit mais extremement pointu. L’approche modu-laire de PmWiki permet également à chacun de se créer et de partager unefonctionnalité qu’il trouve intéressante.AutresDans l’univers des réseaux blogs, wikis et forums, l’offre open source estparticulièrement dynamique. Pour preuve, au-delà des produits présentésprécédemment, on peut également citer les outils ci-dessous : • DokuWiki: http://www.dokuwiki.org/dokuwiki • FSB: http://www.fire-soft-board.com • MediaWiki: http://www.mediawiki.org 77 • PunBB: http://punbb.informer.com • SMF: http://www.simplemachines.org
    • E-LEARNING L’e-learning, également appelé « Formation en ligne » consiste en l’appren- tissage à travers des solutions électroniques, web notamment. Elle permet de créer et mettre à disposition des apprenants, des cours et divers outils pédagogiques, d’évaluer leurs connaissances et de favoriser les communautés d’apprentissage autour d’outils collaboratifs. Parmi les principales fonctionnalités que l’on peut trouver dans un outil d’e- learning, on peut citer : gestion des professeurs, élèves et cours, création de types de ressources pédagogiques, compatibilité SCORM, questionnaires, outils collaboratifs (wiki, forums et blog), planning, supervision des appre- nants, etc. Parmi les solutions open source, les outils tels que Moodle ou Claroline ont une excellente notoriété. Moodle Version : 2.378 Site : http://moodle.org Porteur : une communauté Licence : GPL Créée en 2002 par l’australien Martin Dougiamas (venu de la solution pro- priétaire WebTC), Moodle est la plateforme d’apprentissage en ligne la plus utilisée dans le monde. Elle permet de créer et mettre à disposition des apprenants, des cours et divers outils pédagogiques, d’évaluer leurs connaissances et de favoriser les communautés d’apprentissage autour d’outils collaboratifs. Son approche modulaire répond aux besoins d’un formateur isolé comme d’une grande institution. Parmi ses principales fonctionnalités, on peut citer : gestion des professeurs, élèves et cours, création de 9 types de ressources péda- gogiques, compatibilité SCORM, questionnaires, outils collaboratifs (wiki, forums et blog), planning, supervision des apprenants.
    • Moodle est supporté par des communautés de pratiques actives qui parti-cipent à son développement. Des sociétés de services autorisées proposentdiverses prestations (hébergement, création de modules, etc.).Moodle est une application LAMP (Linux, Apache, MySQL et PHP). Elle fonc-tionne aussi bien sur Unix, Linux, FreeBSD, Windows, Mac OS X, NetWare,...et avec les bases de données PostgreSQL, Oracle et Microsoft SQL Server.ClarolineVersion : 1.11.2Site : www.claroline.netPorteur : un consortiumLicence : GPLCréée en 2000 par l’université catholique de Louvain, Claroline est la se-conde application d’apprentissage en ligne la plus utilisée en Europe. Sonusage est simple, en partie dû à une moindre richesse fonctionnelle par rap-port à Moodle. A noter qu’elle a donné lieu au fork Dokéos (géré maintenantpar une entreprise), qui lui même a donné lieu dans sa version 1.8.6 au fork 79Chamilo (prometteur).Parmi ses principales fonctionnalités, on peut citer : gestion des professeurs,élèves et cours, création d’exercices et de cours, compatibilité SCORM etIMS/QTI 2, outils collaboratifs (wiki, forums), planning, statistiques de fré-quentation et de réussite aux exercices.Claroline bénéficie aujourd’hui de l’appui de la Région Wallonne et de 3 par-tenaires belges pour son développement. Le consortium, créé en 2007 sousforme association internationale sans but lucratif, fédère la communautéClaroline, coordonne les développements de la plate-forme et en promeutl’usage.Claroline est écrit en PHP et fonctionne sous Linux, Mac OS et MicrosoftWindows. La base de données utilisée est MySQL.
    • Autres Parmi les produits de l’univers E-Learning, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • Dokéos: http://www.dokeos.com • Chamilo: http://www.chamilo.org • Ilias: http://www.ilias.de80
    • SUIVI D’AUDIENCEIl existe deux catégories d’outils extérieurs aux applicatifs (au sens large)pour la mesure de l’audience : les analyseurs de log, qui travaillent à partirdes fichiers de log du serveur HTTP, et les applications distantes qui collec-tent leurs données au moyen de balises spéciales insérées dans les pages.Dans l’univers des solutions open source, on utilise fréquemment des outilscomme AWStats (analyse de logs) ou Piwik (analyse sur base de marqueur).AWStatsVersion : 7.0Site : http://awstats.sourceforge.netPorteur : une communautéLicence : GPLAWStats est un outil de suivi d’audience basé sur l’analyse des logs web. Il aété écrit par Laurent Destailleur, il y a quelques années déjà. 81AWStats fournit de nombreuses statistiques, graphiques et rapports à partirde l’analyse des logs web (mais également FTP, Streaming et mail). Il sup-porte nativement la lecture des fichiers de logs de la pluparts des serveursweb comme Apache, WebStar, IIS, etc. Parmi les fonctionnalités d’AWStats,on peut citer : le nombre de visites, de visiteurs uniques, de pages, de hits,de transfert, par domaine/pays, hôte, heure, navigateur, OS, etc. Un despoints forts d’AWStats consiste en la possibilité de générer des tableaux defaçon dynamique sans perte de performances notamment grâce à une po-litique de cache efficace. Il est très populaire au près des administrateurssystème et réseau.Écrit en Perl, AWStats peut être installé et exécuté sur la plupart des sys-tèmes. C’est un outil de supervision très mature disposant de packages surtoutes les distributions Linux.
    • Piwik Version : 1.5.1 Site : http://piwik.org Porteur : une communauté Licence : GPL v3 Piwik est le successeur de la solution phpMyVisites. Dirigé par Matthieu Aubry, la solution a vu le jour récemment. Piwik a comme objectif de deve- nir une alternative de choix à Google Analytics. Le défi est important ; pourtant, ses débuts sont prometteurs. En quelques clics, on accède aux graphiques des dernières visites, à la durée des visites, aux navigateurs des visiteurs, aux pays des visiteurs, à la liste de mots clés utilisés, à la liste de sites externes, aux classements des moteurs de re- cherche, à la répartition des visites par fuseau horaire, suivi des objectifs, répartition géographique, etc. Très jeune, Piwik fait déjà l’unanimité ; il a d’ailleurs reçu le prix du meilleur projet Sourceforge pour le mois de juillet 2010 ; de quoi lui prévoir de beaux jours.82 Piwik est bâti sur une architecture LAMP, dispose d’un système de plugins, d’une API et d’une interface très simple d’utilisation grâce à l’utilisation combinée de l’Ajax et du Flash.
    • AUTRESDans cette dernière rubrique de la dimension « Applications », nous pré-sentons d’autres outils open source qui peuvent trouver leur intérêt dansles entreprises même s’il est difficile d’en faire une catégorie à part entière.Nous présentons notamment QGis (un système d’information géographiquebureautique), OpenX (un outil de régie publicitaire) et Limesurvey (un outilavancé de création de sondages et d’enquêtes professionnels).Quantum GISVersion : 1.8Site : www.qgis.orgPorteur : La communautéLicence : GPL v2Quantum GIS, ou QGIS, est un système d’information géographique bureau-tique. QGIS permet d’ouvrir les fichiers contenant de l’information géogra-phique (Shapefiles, bases de données PostGIS, KML...), et de les visualiser. 83Il possède des fonctions d’édition de donnée, ainsi que de croisement et detraitement de l’information. Il supporte les standards en vigueur.QGIS est extensible et possède des centaines de plugins pour des usagesdivers, de la connexion à des catalogues OpenData, jusqu’à l’édition de jeuxde cartes, en passant par des usages métiers spécifiques.Au delà d’un simple logiciel bureautique, QGIS est aussi une plateformepermettant de développer des solutions basées sur des données cartogra-phiques de façon efficace.
    • OpenX Version : 2.8.7 Site : www.openx.com Porteur : un éditeur (OpenX) Licence : GPL v2 OpenX est une solution de gestion d’espaces publicitaires open source. C’est la société américaine OpenX qui édite et supporte cet outil. OpenX permet de bien maîtriser les campagnes publicitaires d’un ou plusieurs sites, et d’en connaître ses performances. OpenX a un périmétre fonctionnel relativement large : gestion multi-sites, multi-annonceurs, affichage de bannières selon un calendrier (date début/ fin), affichage rotatif dans un même espace (zone), multi-formats (IAB et plus), limitation à un nombre de clic ou d’affichage par jour, gestion des priorités à certaines campagnes, etc. OpenX supporte toute une variété de médias (Images, Html, Javascript, Flash, Google Ad Sense, Doubleclick, Atlas, Yahoo). On peut également suivre les statistiques pour chaque campagne : suivi des affichages, suivi des clics et rapport selon les canaux, export Excel,84 HTML, CSV des rapports, etc. L’application est capable de gérer plusieurs centaines de millions d’impres- sions par mois. Elle s’exécute sur un serveur web Apache (ou httpd) dispo- sant de PHP, de MySQL, et d’un accélérateur PHP.
    • LimeSurveyVersion : 1.91Site : www.limesurvey.orgPorteur : une communautéLicence : GPLLimeSurvey (anciennement PHPSurveyor) est un logiciel libre de sondageen ligne. Il a été inscrit sur SourceForge.net sous le nom de PHPSurveyor le20 février 2003. Il a été écrit par un développeur Australien nommé JasonCleeland.LimeSurvey est un outil open source complet dédié à la création de ques-tionnaires de tout type. Le programme permet de réaliser des question-naires comportant un nombre de catégories et de questions illimitées. 20styles de questions sont proposés lors de la création d’un questionnaire :date, évaluation, liste déroulante, classement, entrée numérique, etc. Lime-Survey est utilisé par un grand nombre de personnes privées, par de grandesentreprises, dans les milieux universitaires et dans des institutions gouver-nementales à travers le monde. Parmi les références les plus marquantes 85nous pouvons retenir OpenOffice.org, Ubuntu ou encore Gnome.LimeSurvey est écrit en PHP couplé à une base de données MySQL, Post-greSQL ou Microsoft SQL Server.
    • DIMENSION « INFRASTRUCTURE » La dimension « Infrastructure » est certainement la dimension la mieux re- présentée dans le domaine de l’open source avec des centaines voire des milliers de solutions disponibles. C’est d’ailleurs de cette « dimension » que les projets open source sont nés avec des produits majeurs tels que le serveur http Apache, utilisé dans une majorité de serveur Web, les systèmes d’exploitation Linux, l’outil de super- vision Nagios, etc. Les catégories de cette dimension posent les bases d’une bonne infrastructure capable d’accueillir des meilleures applications dans des conditions optimales. Plus de 50 solutions ont été évaluées dans cette dimension ; et plus de 90 solutions y sont recensées parmi les catégories suivantes : • Contrôle de postes à distance • Supervision et Métrologie86 • Gestion de parc et inventaires • Système d’exploitation Linux & BSD • Déploiement et sauvegarde • VOIP / Téléphonie • Haute disponibilité • Réseaux sociaux d’entreprise • Sécurité • Messagerie, Emailing & Groupware • VPN • Accélérateur http • Firewalls • Autres
    • CONTRÔLE DE POSTES À DISTANCELes solutions de contrôle de postes à distance sont de plus en nombreusesavec des changements notables en termes de technologies ces dernièresannées.Elles ont été créées pour répondre à une problématique de support et d’as-sistance aux utilisateurs. Ces solutions de prise en main à distance peuventselon les besoins, être localisées ou bien généralisées à tout ou partie despostes clients de l’entreprise.Elles permettent de répondre à différentes problématiques rencontréesdans les entreprises dont la vision partagée du poste de travail et le trans-fert de fichiers.Parmi l’offre open source, on peut citer des outils comme FreeNx, TightVNCou OpenSSH. Ce dernier étant le favori des administrateurs systèmes dans lemonde des serveurs UNIX.FreeNx 87Version : 0.7.3Site : http://freenx.berlios.dePorteur : un éditeur (NoMachine)Licence : GPLFreeNX est un ensemble de composants implémentant le protocole NX.FreeNX a été développé la société NoMachine en 2005. Celle-ci continue àle supporter et propose même différentes version de son produit, dont desversions commerciales.FreeNX est un protocole d’accès à distance à des systèmes UNIX, basé surle protocole X11, mais avec un certain nombre d’optimisations facilitantson utilisation sur les réseaux à faible bande passante. Similaire à MicrosoftRDesktop, il permet de conserver les sessions, et de partager des périphé-riques tels que les imprimantes, cartes son, etc. FreeNX est très performanten matière de compression, de gestion de session et de ressources.FreeNX est développé par une communauté depuis 2006 et est réalisé en C/C++
    • TightVNC Version : 2.0.4 Site :www.tightvnc.com Porteur : une communauté Licence : GPL v2 TightVNC est un ensemble d’outils implémentant le protocole VNC. Ce protocole permet l’affichage graphique à distance via un autre protocole réseau, le RFB (Remote Frame Buffer). Il s’agit d’un protocole très répandu pour l’administration graphique des postes de travail, l’assistance utilisateur, etc. TightVNC se définit donc comme un programme de contrôle à distance et d’administration via Internet, de votre ordinateur quel que soit le système d’exploitation utilisé. TightVNC est développé en C/C++. OpenSSH88 Version : 5.9 Site : http://www.openssh.com Porteur : une fondation (OpenBSD) Licence : BSD OpenSSH est un ensemble de logiciels permettant l’administration de ser- veurs à distance. Dans le monde des serveurs UNIX, il s’agit du logiciel favori des adminis- trateurs systèmes. Au fil des années, OpenSSH s’est étoffé de nombreuses fonctionnalités qui permettent de l’utiliser bien au delà de la classique « console réseau ». OpenSSH permet notamment de mettre en place des formes simples de VPN, et l’affichage déporté d’applications graphiques. OpenSSH est développé depuis 1999 par la fondation OpenBSD, qui réfé- rence un certain nombre de sociétés assurant son support. Comme la majorité des projets BSD, OpenSSH est écrit en C.
    • Autres • FreeRDP: http://www.freerdp.com/ • KRDC: http://www.kde.org/applications/internet/krdc/ • AnywhereTS: http://anywherets.com/ • Chrome Remote Desktop: https://chrome.google.com/remote desktop 89
    • GESTION DE PARC ET INVENTAIRES Les outils de gestion de parc et d’inventaires open source sont de plus en plus plébiscités dans les entreprises avec des références phares comme GLPI ou OCS Inventory NG utilisées par de nombreux acteurs du CAC 40. Ces solutions ont un périmètre fonctionnel large incluant la gestion du parc matériel de la société, la gestion des contrats associés (ordinateurs, périphé- riques, imprimantes, éléments réseau, consommables, etc.), des fonctions d’assistance (accès utilisateur ou non, gestion fine des droits, notifications automatiques avec modèles personnalisables, SLA), la gestion des licences, etc. Les outils de gestion de parc et d’inventaires peuvent également disposer d’une dimension financière (module de suivi de coûts, calcul d’amortisse- ment, etc.). GLPI Version : 0.80.290 Site : www.glpi-project.org Porteur : une communauté Licence : GPL GLPI est un outil d’inventaire de parc informatique et de Helpdesk, lancé en 2003 et porté par Julien Dombre, Jean-Mathieu Doléans et Bazile Lebeau. Il permet : • la gestion du parc matériel de la société avec leurs contrats associés : ordinateurs (avec remontée automatique si couplé à OCS-NG ou Fusion Inventory), périphériques, imprimantes, éléments réseau, consommables.
    • • des fonctions d’assistance : accès utilisateur ou non, gestion fine des droits, notifications automatiques avec modèles personnali- sables, SLA. • une grande extensibilité grâce à ses plugins : intégration à des logiciels de supervision, gestion de projets, nouveaux éléments d’inventaire, etc.GLPI est basé sur les technologies PHP/MySQL.OCS Inventory NG Version : 2.0 Site : www.ocsinventory-ng.org Porteur : une communauté Licence : GPLOCS Inventory NG est un outil d’inventaire automatique de postes informa-tiques, d’origine française, créé en 2001.OCS remonte aussi bien les caractéristiques matérielles des postes que les 91logiciels qui y sont installés. Toutes ces informations sont ensuite visuali-sables au travers d’une interface web avec des fonctions d’exports. Des dic-tionnaires de logiciels peuvent être également définis pour effectuer des re-groupements (MAJ Windows par exemple). Au niveau du télédéploiement,OCS permet de gérer les installations de logiciels aussi bien pour les postesWindows que Mac ou Linux au travers de packages créés par les administra-teurs. Les télédéploiements sont sécurisés et peuvent être planifiés ; de plusl’architecture des serveurs OCS peut être répartie pour ne pas congestion-ner le réseau lors de gros télédéploiements.OCS repose sur les technologies Perl et MySQL principalement.
    • Pulse 2 Version : 1.3.1.1 Site : www.mandriva.com/fr/pro/pulse Porteur : un éditeur (Mandriva) Licence : GPL Pulse 2 est un logiciel d’inventaire de parc informatique, d’imaging de poste et de télédéploiement créé par Mandriva, société francilienne membre de Systematic. Grâce à un agent installé sur les postes, Pulse 2 permet la remontée des caractéristiques matériels et logiciels des postes. L’agent permet également la prise en main à distance sur les postes par les administrateurs au travers du protocole VNC sur un canal sécurisé (SSH). Le télédéploiement se fait par packages, éventuellement de manière distribuée, avec reporting et planifi- cation. Les plateformes Windows, Mac et Linux sont supportées. L’imaging de poste permet de créer des masters et de les installer rapidement et à dis- tance sur des postes sans aucune intervention des administrateurs (Contrôle à distance, PXE).92 Pulse 2 est construit sur plusieurs technologies : Python, MySQL et C++. Autres Parmi les produits de l’univers Gestion de parc et inventaires, on peut com- pléter la liste avec les outils ci-dessous : • Fusion Inventory http://fusioninventory.org • Linbox Rescue Server http://lrs.linbox.org
    • DÉPLOIEMENT ET SAUVEGARDELes outils de sauvegarde, tel que Bacula, permettent l’enregistrement surdifférents supports des données importantes pour l’entreprise, ceci à partirde règles évoluées.Parmi les fonctionnalités que l’on retrouve dans les outils de sauvegarde, onpeut citer : la planification des sauvegardes de manière très précise (agendapar exemple), la définition du type de sauvegarde (complète, incrémentale,différentielle), le lieu de stockage, etc. Certains outils vont jusqu’à proposerdu multi-streaming, du multi-plexing, de la sauvegarde utilisateur, de la ges-tion des Pools de sauvegarde, etc.Les outils de déploiement, tel que Puppet, permettent de préparer à dis-tance des environnements selon des réglés prédéfinies ou selon un état finalattendu. Toutes les grandes entreprises utilisent des logiciels de déploie-ment pour faciliter l’administration de leur parc.BaculaVersion : 5.0.3 93Site : www.bacula.org/frPorteur : un éditeur (Bacula Systems)Licence : GPLBacula est un système de sauvegarde et de restauration très flexible déve-loppé en 2000 par Kern Sibbald et maintenant soutenu par la société BaculaSystems.Bacula permet la planification des sauvegardes de manière très préciseaussi bien en termes d’agenda que de type de sauvegarde (complète, incré-mentale, différentielle). L’architecture de Bacula repose sur 3 composantsessentiels : le Director est le chef d’orchestre (c’est lui qui coordonne demanière centralisée le déroulement des sauvegardes), le File Daemon estl’agent déployé sur chacun des clients chargé de réaliser la sauvegarde sousle contrôle du director, et le Storage Daemon assure le rôle d’interface avecles supports de stockage. Bacula implémente également les fonctionnalitésavancées utilisées par toutes les solutions de sauvegarde performantes tel
    • que le multi-streaming, le multi-plexing, la sauvegarde utilisateur, la gestion des Pools de sauvegarde, etc. Bacula est développé en C/C++. Il s’appuie sur une base de données Post- greSQL ou MySQL. Puppet Version : 2.6 Site : http://puppetlabs.com Porteur : un éditeur (Puppet Labs) Licence : Apache Puppet est un outil d’automatisation d’infrastructure. Au lieu de décrire une suite d’actions à réaliser, comme avec les outils d’ad- ministration classiques, l’administrateur saisit l’état qu’il souhaite obtenir (permissions souhaitées, fichiers et logiciels à installer, configurations à ap- pliquer), et puppet se charge automatiquement d’amener le système dans l’état spécifié quelque soit son état de départ. Puppet permet ainsi d’admi-94 nistrer un grand parc hétérogène de façon centralisée. Puppet bénéficie d’une communauté d’utilisateurs enthousiastes et dyna- mique, et d’un support professionnel par son éditeur Puppet Labs. Puppet est réalisé en Ruby. Autres Parmi les produits de l’univers Déploiement et Sauvegarde, on peut complé- ter la liste avec les outils ci-dessous : • Chef: http://www.opscode.com/chef/ • Salt: http://saltstack.com/ • Ansible: http://ansible.cc/ • Kdump http://lse.sourceforge.net/kdump • mkCDrec http://mkcdrec.sourceforge.net
    • • SIS http://sourceforge.net/projects/sisuite • CloneZilla http://clonezilla.org • Partimage http://www.partimage.org • OCS Inventory NG http://www.ocsinventory-ng.org • Amanda http://www.amanda.org/ • BackupPC http://backuppc.sourceforge.net/ 95
    • HAUTE DISPONIBILITÉ La haute disponibilité est un terme fréquemment utilisé dans l’univers du Web, à propos d’architectures de systèmes ou de services pour désigner le fait qu’ils soient disponibles un maximum de temps, 100% idéalement. Dans les entreprises, il est très important de mettre en place des techniques de hautes disponibilité et de résilience tant l’informatique représente sou- vent le système nerveux de l’organisation. Elles peuvent être mises en œuvre de différentes manières : d’un point de vue physique ou d’un point de vue logique notamment. Il existe d’excellents outils open source pour s’assurer que les services ré- pondent en permanence. Keepalived par exemple qui fonctionne tel un rou- teur pour aiguiller les demandes selon l’état des services, ou Linux-HA qui permet la communication entre serveurs pour changer à chaud des configu- rations selon les états des autres serveurs. Linux-HA96 Version : 3.0.4 Site : www.linux-ha.org Porteur : une communauté Licence : GPL v2 Le projet Linux-HA fournit des composants de haute disponibilité pour les systèmes d’exploitation de type UNIX. Le composant principal de ce projet est le logiciel de communication Heart- beat, qui permet à un groupe de machines de connaître leur état respectif, et ainsi de déclencher des actions de manière concertée sans avoir besoin d’un serveur tiers. Heartbeat est généralement utilisé avec un logiciel de gestion de cluster, tel que Pacemaker, dont le rôle est de gérer les dépendances entre services et réaliser les opérations de bascule automatiquement. Un gestionnaire de ressources minimal est fourni par Linux-HA, et s’avère très souvent suffisant.
    • Linux-HA est le système de haute disponibilité le plus répandu, et de nom-breux prestataires sont disponibles pour assurer son support. Il remonte à1999 pour ses premiers composants.Linux-HA est écrit en C et en Python.LVSVersion : 1.2.1Site : www.linuxvirtualserver.orgPorteur : une communautéLicence : GPL v2LVS (Linux Virtual Server) est le système d’équilibrage de charge inclus aunoyau Linux depuis 1998. Il a écrit écrit par Wensong Zhang.Il permet de router les connexions réseau entrantes vers un ensemble demachines, en suivant un certain nombre de politiques d’équilibrage decharge classiques (round-robin, weighted round-robin, etc.). Il constitue unesimple brique d’un système de load balancing, car il ne prend pas en charge 97lui-même sa configuration. On utilise un logiciel tiers pour tester l’état desserveurs et mettre à jour la configuration LVS en cas de panne d’un serveur.Comme le reste des composants de Linux, LVS est disponible sous licenceGPL v2 et est supporté par un grand nombre de prestataires.
    • HAProxy Version : 1.4.17 Site : http://haproxy.1wt.eu Porteur : une communauté Licence : GPL HAProxy est un reverse proxy utilisé pour la répartition de charge. Le projet existe depuis 2001 ; il a été écrit par Willy Tarreau. Il gère nativement le protocole HTTP ce qui permet de mettre en place de l’affinité de session par cookies. Il dispose de plusieurs mécanismes de véri- fication d’états afin de détecter les serveurs en panne et de rediriger leur trafic vers les autres serveurs. HAProxy est supporté officiellement par un petit nombre de sociétés. Keepalived Version : 1.2.198 Site : www.keepalived.org Porteur : une communauté Licence : GPL Keepalived est un composant permettant de configurer LVS. Le projet existe depuis 2001. LVS étant un système relativement basique et statique, il a besoin d’un logi- ciel pour maintenir sa configuration. Keepalived permet de faire des tests de disponibilité (par exemple connexion TCP, requête HTTP) d’un service, tient à jour la liste des serveurs utilisables pour LVS. Il gère également un système de bascule IP basé sur VRRP pour sa propre redondance.
    • SÉCURITÉLe domaine de la sécurité est très large, de l’antivirus aux systèmes de détec-tion d’intrusion, on trouve de nombreuses solutions open source.Dans cette rubrique, on présente les vérificateurs d’intégrité, les détecteursde virus, les détecteurs d’intrusions, les outils d’analyse de problèmes ré-seaux et des « testeurs » de failles de sécurité. Les anti-spam tels que Spa-mAssassin ou DSPAM sont rangés dans la catégorie Messagerie, Emailing &Groupware.Tous ces outils sont de précieuses aides pour les administrateurs Systèmeset Réseaux pour garantir l’intégrité de leur parc.AIDEVersion : 0.15.1Site : aide.sourceforge.netPorteur : une communautéLicence : GPL 99AIDE est un vérificateur d’intégrité pour système UNIX, développé depuis1999. Rami Lehti and Pablo Virolainen ont initié les développements, suivientre 2003 et 2010 par Richard van den Berg, puis désormais par Hannesvon Haugwitz.Son but est de calculer une empreinte des fichiers du système au momentde l’installation, et par la suite de valider la conformité du système aveccette empreinte. Ainsi, l’administrateur peut repérer toute modification defichiers suspecte, généralement signe d’une intrusion sur le système.
    • ClamAV Version : 0.97.2 Site : www.clamav.net Porteur : un éditeur (SourceFire) Licence : GPL ClamAV est un détecteur de virus antérieur à 2005. Contrairement à ses équivalents du monde Windows, il n’est pas utilisé pour protéger la machine sur laquelle il est installé, mais pour scanner les fichiers qui s’y trouvent. On l’utilise ainsi sur les serveurs web, sur les serveurs de fichiers ou encore sur les serveurs mail. ClamAV détecte un grand nombre de menaces couvrant tous les systèmes d’exploitation. L’accès aux mises à jour des signatures est gratuit, alimentées par une communauté investie. Le moteur antivirus est la bibliothèque libclamav écrite en C. SNORT100 Version : 2.9.1 Site : www.snort.org Porteur : un éditeur (SourceFire) SNORT est un détecteur d’intrusion réseau réalisé en 1998 par Martin Roesch. Souvent utilisé comme sonde, il dispose aussi d’un mode actif qui lui per- met, lorsqu’il est installé sur un équipement de routage, de bloquer tout tra- fic suspect. Il s’agit donc d’un détecteur d’intrusion réseau (NIDS : Network Intrusion Detection System) permettant l’analyse en temps réel du trafic sur un segment de réseau. Bien que le moteur soit distribué sous licence GPL, il n’est pas utile sans une base de règles. Celle-ci fait l’objet d’une souscription payante auprès de l’éditeur. Cependant, les règles sont mises à disposition gratuitement au bout de 30 jours.
    • OpenVASVersion : 4.0Site : www.openvas.orgPorteur : un éditeur (Greenbone)Licence : GPLOpenVAS (Open source Vulnerability Assessment Scanner) est un projet issudu célèbre scanner Nessus dont la première version date de 1998.Il permet de tester la présence, dans les systèmes à tester, de failles de sécu-rité. Contrairement à Nessus, OpenVAS est complètement open source etdispose de mises à jours gratuites fournies par la communauté. Des mises àjour payantes, à la disponibilité garantie, et une interface d’administrationgraphique sont proposées par l’éditeur Greenbone.WireSharkVersion : 1.6.2Site : www.wireshark.org 101Porteur : une fondation (WireShark)Licence : GPLWireshark (anciennement Ethereal, changement pour des raisons de copy-right essentiellement) est un outil d’analyse de trafic réseau qui a vu le jouren 1998. Il fait partie de la famille des « packet sniffer ».Il est utilisé par grand nombre d’administrateurs pour diagnostiquer desproblèmes réseaux complexes. Disponible sous forme d’une application gra-phique lourde ainsi qu’une interface en mode texte, il est capable de déco-der un très grand nombre de protocoles, y compris chiffrés.Wireshark est multi-plateforme, il fonctionne sous Windows, Mac OS X,Linux, Solaris, ainsi que sous FreeBSD. Wireshark reconnait 759 protocoles.
    • LinShare Version : 0.11.2 Site : www.linshare.org Porteur : un éditeur (LINAGORA) Licence : GNU Affero GPL v3 LinShare est une application de partage de fichiers volumineux et sécurisés créée en 2008, qui se focalise sur la traçabilité, la confidentialité et l’intégrité des données. Cette application propose plusieurs interfaces d’utilisation telles que : une interface web, des plugins (Outlook, Thunderbird, OBM), une API REST. Elle est utilisée dans l’entreprise pour déposer des fichiers dans son espace per- sonnel (tel qu’un coffre-fort) et partager des fichiers avec des utilisateurs internes ou externes, ou des invités ponctuels. Les points forts de LinShare sont : la sécurité des échanges (horodatage, signature et chiffrement), la traçabilité des échanges (notifications, histo- rique, journaux, reporting, etc.), l’utilisation et la configuration par multi-102 domaines. LinShare est une application Java JEE multi-plateformes (GNU/Linux, Win- dows, etc.). Elle fonctionne dans un conteneur applicatif (Tomcat, Jetty) et s’appuie sur une base de données (PostgreSQL, MySQL) et un annuaire (LDAP, Active Directory). LinSign Version : 1.1 Site : www.linsign.org Porteur : un éditeur (LINAGORA) Licence : GNU Affero GPL v3 LinSign est une application de signature électronique de documents créée en 2008, multi-documents et multi-signatures. Spécialement conçue pour signer électroniquement des documents, des contrats et des données sensibles, LinSign garantit l’authentification du
    • signataire, l’intégrité, la non-répudiation et l’invariance sémantique desdonnées signées. Nombreux formats de documents à signer (PDF, OpenDo-cument, XML, etc.), de signatures (PDF, XAdES, XML-Dsig) et supporte diverstypes de magasins de certificats (PKCS #12, carte à puce, token USB, naviga-teur web).LinSign peut être : soit installée sur le poste de travail, soit installée sur unserveur web, soit intégrée dans une autre application web (e.g. une GED).Elle s’appuie sur un système de politiques de signature pour signer des docu-ments avec des certificats numériques X.509 qui peuvent être stockés surdes cartes à puce.LinSign est une application Java JEE multi-plateformes (GNU/Linux, Win-dows, etc.).LinSign est conforme au Profil de protection Application de création de si-gnature électronique, et est en cours de certification ANSSI-CSPN (Certifica-tion de sécurité de premier niveau).Autres 103Parmi les produits de l’univers Sécurité, on peut compléter la liste avec lesoutils ci-dessous : • Bastille: http://bastille-linux.sourceforge.net • OpenSIMS: http://opensims.sourceforge.net • RadicalSpam: http://www.radical-spam.org
    • FIREWALLS La notion de firewall est souvent liée à celle de routage, c’est-à-dire l’ache- minement des flux réseau entre les différentes machines. Les firewalls sont donc généralement installés sur des équipements de rou- tage, dont ils sont une partie intégrante. Ce qui signifie que le routage peut être modifié par une décision du firewall, et que le firewall appliquera des règles de filtrage différentes selon l’origine et la destination du trafic. C’est la mission principale du firewall. Le firewall peut également être utilisé dans un rôle plus qualitatif, plus fin, comme le volume de bande passante autorisé pour telle ou telle application dans tel ou tel contexte. En matière de firewall, l’offre open source est très riche avec des produits tels que Packet Filter, NetFilter ou pfSense. pf (Packet Filter) Version : 4.9 (suit les versions d’OpenBSD)104 Site : www.openbsd.org/faq/pf Porteur : une communauté Licence : BSD pf (Packet Filter) est la couche de filtrage intégrée aux systèmes libres héri- tés de BSD UNIX (FreeBSD, NetBSD, OpenBSD...). pf a été créé en 2001 par Daniel Hartmeier en remplacement du logiciel IPFilter. Ce système présente l’avantage d’avoir un langage de configuration simple, et d’intégrer les fonctionnalités de NAT et de QoS. Packet Filter est devenu l’outil libre le plus puissant pour jouer le rôle de pare-feu. Il peut également servir pour équilibrer la charge et gérer le trafic réseau sur des Unix libres BSD.
    • NetFilterVersion : 1.4.12Site : www.netfilter.orgPorteur : une communautéLicence : GPL v2Netfilter, parfois appelé iptables, est la couche de filtrage intégrée au noyauLinux. Il a été créé en 1998 par Rusty Russell.Il s’agit d’un système extrêmement souple, qui s’intègre avec les fonction-nalités de routage et de QoS du noyau, et comprend les fonctions de NAT.Il dispose de nombreux critères de filtrage (temps, volume de données), etdes modules de suivi de connexions pour les protocoles complexes (FTP, SIP,H323). Il est en revanche complexe à configurer, et on utilise souvent unoutil tiers pour générer sa configuration (Shorewall, ferm, etc.).pfSenseVersion : 2.0 105Site : www.pfsense.orgPorteur : un éditeur (BSD Perimeter)Licence : BSDpfSense est une distribution logicielle permettant de réaliser une passerelleréseau à partir d’un serveur x86. Elle date de 2004 à partir d’un fork dem0n0wall par Chris Buechler et Scott Ullrich.Très fréquemment rencontrée dans les PME et les petites structures,pfSense offre une solution complète de routage, filtrage, VPN et partagede connexion. Il est basé sur pf, et intègre un grand nombre de composantstiers : serveur DHCP/DNS, serveur de temps, proxy web, monitoring... Laconfiguration se fait entièrement via une interface web.Un support officiel est proposé par la société BSD Perimeter.
    • Autres Parmi les produits de l’univers Firewalls, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • NuFW: http://www.nufw.org • Uncomplicated Firewall: https://launchpad.net/ufw • Firewall Builder: http://www.fwbuilder.org • Ferm: http://ferm.foo-projects.org • ShoreWall: http://shorewall.net106
    • VPNUn VPN, Réseau Privé Virtuel en français, peut être défini, de manière assezlarge, comme les différentes techniques permettant d’étendre le Réseau del’entreprise en préservant la confidentialité des données et en traversant lesbarrières physiques des réseaux traditionnels.Les solutions VPN apportent généralement les bénéfices suivants : authenti-fication par clé publique, confidentialité des échanges, confidentialité a pos-teriori en cas de compromission des secrets cryptographiques et transportde paquets à destination d’un réseau privé via un réseau public.Dans l’univers de l’open source, on compte de nombreuses solutionsde qualité dont OpenVPN et OpenSWAN présentés ci-après.OpenVPNVersion : 2.2.1Site : http://openvpn.netPorteur : un éditeur (OpenVPN Technologies)Licence : GPL v2 107OpenVPN est le fer de lance d’une catégorie de VPN assez récente : les VPNSSL. Il existe depuis 2002 et a été écrit par James Yonan.Ces derniers réutilisent les mécanismes du chiffrement SSL pour authenti-fier et chiffrer les connexions. OpenVPN est basé sur le produit OpenSSL,la principale implémentation libre du protocole SSL, tant en termes de qua-lité que d’adoption, et s’appuie sur ses routines de chiffrement et de véri-fication d’identité pour assurer une très bonne sécurisation des données.Disponible sous Solaris, Linux, OpenBSD, FreeBSD, NetBSD, Mac OS X,Windows 2000, XP, Vista et 7, il offre aussi de nombreuses fonctions de sécu-rité et de contrôle.
    • OpenSwan Version : 2.6.35 Site : www.openswan.org Porteur : une communauté Licence : GPL Openswan est une implémentation IPsec pour Linux, descendante du projet FreeS/WAN (remontant à 1999). OpenSwan permet la mise en place de liens IPsec entre machines, mais éga- lement de tunnels VPN, et ce, aussi bien entre réseaux d’entreprises que pour des clients nomades. Il est compatible avec un grand nombre de sys- tèmes d’exploitation et de solutions propriétaires.108
    • SUPERVISION ET MÉTROLOGIELes outils de supervision permettent la surveillance de réseaux, machines,services, etc. Parmi les fonctionnalités que l’on peut trouver, on peut citer :la consultation de l’état des services et des machines supervisés, la métrolo-gie, le reporting, l’accès aux évènements de supervision, la gestion avancéedes utilisateurs et des ACL, mais aussi les dépendances, l’escalade de noti-fication, les templates de services et d’hôtes, le support des surveillancesactives et passives, etcLa Supervision et métrologie est un domaine bien servi par l’open sourceavec de nombreux produits de qualité, comme Nagios notamment qui dis-pose également d’une grande notoriété.CactiVersion : 0.8.7Site : www.cacti.netPorteur : une communautéLicence : GPL 109Cacti est un outil basé sur RRDTool dédié à la métrologie. Il permet de repré-senter sous forme de graphiques n’importe quelle donnée quantifiable col-lectée soit par le biais de protocoles réseaux tels que SNMP ou soit par desscripts personnalisés par l’utilisateur.Il est considéré comme étant le digne successeur de MRTG et apporte unevéritable interface à RRDTool en permettant de modifier chacun des aspectsdes graphiques générés. Les possibilités de configuration très avancées fontque celui-ci est souvent utilisé en complément de solutions de supervisiontel que Nagios, notamment, pour assurer la partie métrologie lorsque lesexigences sont fortes.De nombreux plugins développés par la communauté permettent d’étendreles fonctionnalités de Cacti et parfois bien même au delà de la simple métro-logie.Il fonctionne grâce à un serveur web équipé d’une base de données et du
    • langage PHP. Cacti utilise aussi un système de scripts (Bash, PHP, Perl, VBs...) pour effectuer des mesures plus complexes. Nagios Version : 3.4.1 Site : www.nagios.org Porteur : un éditeur (Nagios Enterprises) Licence : GPL Nagios (anciennement Net saint) est un logiciel de supervision de réseaux créé en 1999 par Ethan Galstad. Il est considéré comme étant la référence des solutions de supervision open source. Nagios dispose de nombreuses fonctionnalités tel que l’héritage multiple, les dépendances, l’escalade de notification, les templates de services et d’hôtes, le support des surveillances actives et passives, etc. Cela en fait un outil très complet pouvant s’adapter à n’importe quel type d’utilisation avec des possibilités de configuration très poussées.110 La modularité et la forte communauté (> 250 000) qui gravite autour de Nagios (en participant au développement de nombreux plugins et addons) offrent des possibilités en terme de supervision qui permettent aujourd’hui de pouvoir superviser pratiquement n’importe quelle ressource. Les plugins sont écrits dans les langages de programmation les plus adaptés à leur tâche : scripts shell (Bash, ksh, etc.), C++, Perl, Python, Ruby, PHP, C#, etc.
    • CentreonVersion : 2.2.2Site : www.centreon.comPorteur : un éditeur (Merethis)Licence : GPLCentreon est un frontend Web, développé et supporté par la société fran-çaise Merethis, qui permet de réaliser le paramétrage d’outils de supervi-sion tel que Nagios, Inciga ou Shinken.Cette interface évoluée apporte, en plus de ses possibilités de configura-tion, de nombreuses fonctionnalités telles que la consultation de l’état desservices et des machines supervisés, la métrologie, le reporting, l’accès auxévènements de supervision, la gestion avancée des utilisateurs et des ACL,etc.Centreon s’appuie sur les technologies Apache et PHP pour l’interface web,MySQL pour le stockage des données de configuration et de supervision. 111ZabbixVersion : 1.8Site : www.zabbix.comPorteur : un éditeur (ZABBIX SIA)Licence : GPLZabbix est une solution de monitoring complète embarquant un front-endweb, un ou plusieurs serveurs distribués, et des agents multi-plateformesprécompilés (Windows, Linux, AIX, Solaris, etc).Zabbix est également capable de faire du monitoring SNMP et IPMI ainsi quede la découverte de réseau. Des vérifications web sont également intégréespermettant de simuler le parcours d’un visiteur sur un serveur web tout envérifiant le contenu et les temps de réponse des pages. Des graphiques etcartes sont modélisables directement depuis le front-end sur toutes les va-leurs supervisées par zabbix et ses agents.
    • Il repose sur du C/C++, PHP pour la partie front end et MySQL/PostgreSQL/ Oracle pour la partie BDD. OpenNMS Version : 1.8.13 Site : www.opennms.org Porteur : un éditeur (OpenNMS group) Licence : GPL v3 OpenNMS est à l’open source ce qu’est HP Openview et IBM tivoli au monde propriétaire de la surveillance de réseaux. OpenNMS a été conçu, dès ses débuts en 1999, pour répondre aux exigences des grandes entreprise telles que la scalabilité, l’automatisation et la flexibi- lité lui permettant ainsi de surveiller «out-of-the-box» plusieurs dizaines de milliers de ressources. Parmi ses nombreuses fonctionnalités on retrouve : découverte et surveillance automatique des équipements et services, collecte et traitement de données (en SNMP, JMX, XML, nrpe, et autres),112 gestion avancée d’événements actifs et passifs, alertes et notifications avec escalade et calendrier d’astreinte, génération de rapports, graphiques et cartes réseaux, surveillance en simulation de parcours, compatible multi- sites (remote polling), etc. OpenNMS est développé en Java et s’appuie sur le moteur WEB Jetty et le SGBD PostgreSQL. Il respecte les standards FCAPS. Munin Version : 1.4.5 Site : http://munin-monitoring.org Porteur : une communauté Licence : GPL Le projet existe depuis 2004. Il a été créé par la société Redpill Linpro puis rapidement rejoint par de nombreux autres développeurs. Le projet reste très actif aujourd’hui.
    • Munin permet de surveiller n’importe quel paramètre des serveurs, et rendl’information disponible sous forme de graphes dans une interface Web. Ilpermet également d’évaluer n’importe quelle métrique: système, réseau,applications, jusqu’aux limites de votre imagination. Ses principaux atoutssont sa simplicité et le grand nombre de plugins disponibles (par centaines)pour ajouter des graphes supplémentaires.Munin se repose sur l’excellent outil RRDTool. Il est écrit en Perl, ce qui faitde lui un logiciel totalement multiplateforme (Linux / UNIX / Windows).Les plugins sont des exécutables pouvant être écrits dans n’importe quellangage.AutresParmi les produits de l’univers Supervision et Métrologie, on peut complé-ter la liste avec les outils ci-dessous : • MRTG: http://oss.oetiker.ch/mrtg • Shinken: http://www.shinken-monitoring.org 113 • Vigilo: http://www.projet-vigilo.org • Zenoss: http://community.zenoss.org • Icinga: https://www.icinga.org
    • SYSTÈME D’EXPLOITATION LINUX & BSD Les systèmes d’exploitation constituent la base de tout programme informa- tique. Ils fournissent un socle d’exécution de milliers d’applications. Dans l’univers de l’open source, deux grandes familles de systèmes d’exploi- tation sont représentés : ceux basés sur Linux et ceux basés sur BSD. Malgré le fait qu’ils partagent un socle commun, ils proposent tous des spé- cificités qui les rendent meilleurs dans tel ou tel contexte comme c’est le cas, par exemple, pour OpenBSD qui est souvent utilisé pour la mise en œuvre d’éléments réseaux sensibles. Debian Version : 6.0 Site : www.debian.org Porteur : une communauté Debian est un système d’exploitation libre, gratuit et communautaire, basé114 sur le noyau Linux et démarré en 1993 par Ian Murdock avec le soutien de la Free Software Foundation. Avec l’une des plus grandes communautés open source au monde (plus de 1600 développeurs), le projet Debian est la distribution la plus complète disponible, avec près de 30 000 packages dans la version 6. La distribution est éditée en accord avec la philosophie communautaire qui a donné nais- sance au logiciel libre, et constitue une référence en termes de qualité et de stabilité. Debian est une distribution GNU/Linux non commerciale.
    • UbuntuVersion : 12.04 (Long Time Support)Site : www.ubuntu.comPorteur : un éditeur (Canonical)Ubuntu est un système d’exploitation libre, communautaire, basé sur De-bian. Le projet a été initié en 2004 par le sud-africain Mark Shuttleworth.Officiellement supporté par la société Canonical, Ubuntu est disponible enversion poste de travail et serveur. Ubuntu est toutefois orienté grand publicnotamment grâce à sa simplicité d’utilisation qui favorise la prise en main.C’est une distribution compacte (fréquemment distribuée sur CD) qui assureune grande compatibilité matérielle et dispose de nombreux logiciels, debase ou à installer. Parmi les grandes réussites d’Ubuntu, on notera qu’iléquipe les ordinateurs des députés français.Red Hat Enterprise LinuxVersion : 6.0 115Site : www.fr.redhat.com/products/rhelPorteur : un éditeur (Red Hat)RedHat Enterprise Linux est un système d’exploitation libre édité par RedHatdepuis 1995.Basée sur la distribution historique Red Hat Linux (désormais Fedora), RHELest un produit destiné aux entreprises, et bénéficie d’un support éditeur, etd’une stabilité étendue. De nombreux accords avec les éditeurs de logicielset les fabricants de matériels assurent une bonne intégration dans les entre-prises.
    • SUSE Version : 11 Site : www.suse.com Porteur : un éditeur (SUSE / Attachmate Group) Suse Linux Enterprise Server est un système d’exploitation libre crée en 1996. La première version de cette distribution apparut au début de l’année 1994, faisant de SUSE la plus ancienne distribution commerciale encore existante. Basée sur la distribution OpenSUSE, il s’agit d’une distribution destinée aux entreprises, mettant l’accent sur la prise en charge de davantage de maté- riels et logiciels que les autres distributions GNU/Linux ainsi que la compati- bilité avec les outils de Microsoft, VMware et SAP. Plusieurs versions sont mises à disposition, en fontion de l’emploi opération- nel du système d’exploitation, on peut citer notamment les versions spéci- fiques pour IBM zEnterprise, pour Cluster, pour point de service, temps réel, pour SAP, etc.116 OpenBSD Version : 4.9 Site : www.openbsd.org Porteur : une fondation (OpenBSD) OpenBSD est un système d’exploitation libre, gratuit et communautaire, basé sur BSD UNIX. Il a été créé en 1994 par Theo de Raadt. Le projet est issu de NetBSD, dont il s’est séparé en 1996. Développé par la fondation OpenBSD, qui comprend une centaine de déve- loppeurs, le projet OpenBSD est un système d’exploitation complet mettant l’accent sur la qualité et la sécurité du code. C’est un système fréquemment utilisé sur des équipements réseaux sensibles. OpenBSD est distribué sous licence BSD. La très grande majorité du code est en langage C.
    • FreeBSD Version : 8.2 Site : www.freebsd.org Porteur : une communautéFreeBSD est un système d’exploitation libre, gratuit et communautaire, basésur BSD UNIX. Le projet est né en 1993.Le projet FreeBSD met l’accent sur les performances et les fonctionnalités,il dispose de fonctionnalités avancées en matière de stockage (ZFS), de ré-seau, et de sécurité (MAC, framework d’audit BSM). Il est majoritairementutilisé dans le Web, et au cœur de matériels propriétaires (Juniper, NetApp).FreeBSD est distribué sous licence BSD.La majorité du code est en langage C.AutresParmi les produits de l’univers Système d’exploitation Linux & BSD, on peut 117compléter la liste avec les outils ci-dessous : • Fedora: http://fedoraproject.org/fr • Mageia: http://www.mageia.org/ • Mandriva: http://www.mandriva.com/fr/ • Gentoo: http://www.gentoo.org/ • Arch Linux: http://www.archlinux.org/ • CentOS: http://www.centos.org/ • Slackware: http://www.slackware.com/
    • VIRTUALISATION La virtualisation de serveurs est un ensemble de techniques et d’outils per- mettant de faire tourner plusieurs systèmes d’exploitation sur un même ser- veur physique. Le principe de la virtualisation est donc un principe de partage : les diffé- rents systèmes d’exploitation se partagent les ressources du serveur. Pour être utile de manière opérationnelle, la virtualisation doit respecter deux principes fondamentaux : le cloisonnement (chaque système d’exploi- tation a un fonctionnement indépendant, et ne peut interférer avec les autres en aucune manière) et la transparence (le fait de fonctionner en mode virtualisé ne change rien au fonctionnement du système d’exploita- tion et à fortiori des applications). Xen Version : 4.1.1 Site : www.xen.org118 Porteur : un éditeur (Citrix) Licence : GPL Xen est un hyperviseur gérant la paravirtualisation. Le projet est né en 2003 sous la forme d’un projet de recherche de l’université de Cambridge au Royaume-Uni. La paravirtualisation désigne la capacité pour un système de virtualisation à interagir avec les systèmes virtualisés. Les machines virtuelles sont ainsi plus performantes, et mieux administrables. Xen est issu d’un projet de re- cherche universitaire, et fait désormais partie du noyau Linux. Une version entreprise et le support associé est proposée par Citrix.
    • OpenVZVersion : 3.0.25Site : www.openvz.orgPorteur : une communautéLicence : GPL v2OpenVZ est une solution de virtualisation légère pour Linux créée en 2005.Comme toute solution de virtualisation légère, il n’est possible d’exécuterque des systèmes Linux au sein d’OpenVZ. En contre-partie les performancesobtenues sont bien plus proches des performances natives que tout autretype de virtualisation, en particulier pour les entrées-sorties, ainsi qu’uneconsommation de mémoire réduite. OpenVZ est principalement utiliséedans les environnements de développement et de tests, où il n’est pas rared’avoir plusieurs dizaines de systèmes sur un même hôte.KVMVersion : 2.6.20 119Site : www.linux-kvm.orgPorteur : une communautéLicence : GPLKVM est une solution de virtualisation complète basée sur Linux datant de2005. KVM est un fork de QEMU. Parfois, le code source des deux produitsest resynchronisé.Intégré au noyau Linux (depuis la version 2.6.2), KVM est capable d’exécu-ter des systèmes virtuels sous tous les OS courants en simulant un matérielstandardisé, et supporte des fonctions avancées telles que la migration etl’inspection en profondeur de l’état de la VM.
    • Oracle VirtualBox Version : 4.1.2 Site : www.virtualbox.org Porteur : un éditeur (Oracle) Licence : GPL v2 VirtualBox est une solution de virtualisation, créée en 2007 et destinée aux postes de travail. VirtualBox supporte un grand nombre de systèmes d’exploitation invités, et dispose de fonctionnalités d’interaction avec ces systèmes : partage de fichiers, intégration du pointeur de souris, fusion du bureau avec le bureau hôte. Certaines options, telles le partage des périphériques USB, peuvent être ajoutées sous forme de plugins propriétaires. QEMU Version : 1.2.0 Site : www.qemu.org120 Porteur : une communauté Licence : GPL QEMU est un émulateur de système libre développé à l’origine par Fabrice Bellard et à présent étendu par une large communauté de contributeurs. QEMU fonctionne sur les plateformes x86, x64, PPC, Sparc et ARM et fonc- tionne sous les systèmes d’exploitation Linux, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, Mac OS X, Unix et Microsoft Windows. Il sait émuler des systèmes à base de processeurs x86, PowerPC, ARM et SPARC. Du fait de sa versatilité, il est souvent utilisé dans le cadre de travaux de recherche et développement. Utilisé conjointement à KVM, il permet de virtualiser un système x86 au-des- sus d’un processeur x86 avec une perte de performance minimale.
    • VOIP / TÉLÉPHONIELa VOIP (« Voix sur IP ») est une technique qui permet de communiquer parla voix sur des réseaux compatible IP. Ce peut être des réseaux privés ouInternet, filaire (câble/ADSL/optique) ou non (satellite, Wifi, GSM).Cette technologie est notamment utilisée pour supporter le service de télé-phonie sur IP (« ToIP » pour Telephony over Internet Protocol).Les meilleures solutions permettent l’interopérabilité avec des IPBX (sys-tème utilisé en entreprise qui assure l’acheminement de tout ou partie descommunications) propriétaires via les protocoles existants (H.323, SIP, IAX,MGCP) et les codecs les plus couramment utilisés (G711, G729ab, iLBC,Speex, GSM, etc.).Au niveau des solutions open source, Asterisk est l’outil le plus utilisé etle plus complet avec de nombreuses fonctionnalités et une bonne capacitéd’intégration à un environnement existant.Asterisk 121Version : 1.8.6.0Site : www.asterisk.orgPorteur : un éditeur (Digium)Licence : GPLAsterisk est un autocommutateur téléphonique privé (PABX) open sourcepour systèmes UNIX. Il permet, entre autres, la messagerie vocale, les filesd’attente, les agents d’appels, les musiques d’attente, les mises en garded’appels, la distribution des appels et la gestion de conférences.Asterisk implémente les protocoles H.320, H.323 et SIP, ainsi qu’un proto-cole spécifique nommé IAX (Inter-Asterisk eXchange). Asterisk peut égale-ment jouer le rôle de registrar et de passerelle avec les réseaux publics. Il estutilisé par certains opérateurs comme coeur de réseau téléphonique du faitde son intéropérabilité et de sa scalabilité. Associé à SugarCRM ou Vtiger onle retrouve également souvent comme outil de gestion de centre d’appels.
    • Dans son utilisation classique comme plateforme de téléphonie IP, Asterisk est généralement associé à Freepbx, une IHM permettant de piloter l’en- semble des ses fonctionnalités. On retrouve Asterisk et Freepbx dans de nombreuses distributions-appliance dont les plus populaires sont Elastix et Trixbox. Kamailio Version : 3.1.5 Site : www.kamailio.org Porteur : une communauté Licence : GPL Kamailio est un Server SIP open source. Ce fork du projet OpenSER (en 2005) est l’un des PBX les plus complets. Il supporte des transactions asynchrones TCP, UDP et SCTP, l’encryptage des communications via TLS, la répartition de charge, un mécanisme natif de fail-over, l’authentification sur des backend Radius, Mysql, LDAP ou via trans-122 port XMLRCP. Il est utilisé aussi bien par des opérateurs télécoms comme plate-forme de service VoIP que pour les solutions classiques de téléphonie d’entreprise. C’est une alternative à Freeswitch et Asterisk les deux autres poids lourds du domaine. Kannel Version : .5.0 Site : www.kannel.org Porteur : une communauté Licence : Kannel Software License (basée sur la licence Apache) Kannel a été développé en 1998 par la société WAPit Ltd qui n’existe plus à ce jour. Le projet est désormais géré par les membres d’un groupe (« The Kannel Group ») qui inclut de grandes entreprises.
    • Kannel est une Gateway SMS et WAP Open Source Carrier Grade, elle sup-porte les protocoles des SMSC standard : UCP/EMI, SMPP, HTTP, CIMD. Kan-nel fournit un ensemble d’API lui permettant d’être utilisée comme frontend à des middlewares ou applications Web nécessitant des sorties WAPou SMS. Intégrée comme brique d’infrastructure, elle sécurise l’accès auxressources des opérateurs tout en fournissant un support SMS et WAP fiableet robuste.Kannel est écrit en C.AutresParmi les produits de l’univers VOIP/Téléphonie, on peut compléter la listeavec les outils ci-dessous : • CallWeaver: http://www.callweaver.org • SER: http://www.iptel.org/ser • sipXecs: http://www.sipfoundry.org • Trixbox: http://fonality.com/trixbox 123 • Yate: http://yate.null.ro/pmwiki • FreeSwitch: http://www.freeswitch.org
    • MESSAGERIE, EMAILING & GROUPWARE Le domaine de la « messagerie » est très large, de la messagerie individuelle à l’envoi de mailing groupé, on trouve de nombreuses solutions open source. Dans cette rubrique, on présente les serveurs de messagerie (SMTP et IMAP), les outils Anti-spam et les interfaces de consultation (Groupware). Les anti-virus tels que CLAV sont rangés dans la catégorie Sécurité. Tous ces outils sont de précieuses aides pour mettre en œuvre un système de messagerie complet. Postfix Version : 2.8.5 Site : www.postfix.org Porteur : une communauté Licence : IBM (open source) Postfix est un serveur de messagerie. La création de postfix remonte à 1997.124 Il a été développé par Wietse Venema et plusieurs contributeurs. Postfix a tout d’abord été connu sous les noms de VMailer et par la suite IBM Secure Mailer. Remplaçant de plus en plus Sendmail au sein des infrastructures mail open source, Postfix est un serveur SMTP souple et extensible. Il est capable d’interroger un grand nombre de sources d’informations externes (base de données, annuaires LDAP). Son périmétre est relativement large et parfai- tement adapté à une utilisation professionnelle. Postfix permet notamment d’éviter le spam (à partir d’une liste publique anti-spam par exemple).
    • Cyrus IMAPdVersion : 2.4.10Site : www.cyrusimap.orgPorteur : une communautéLicence : BSDCyrus est serveur mail extensible disponible à la fois pour un usage person-nel ou professionnel. Cyrus se base sur de nombreux standards et proposedeux versions téléchargeables. Cyrus IMAPd, quant à lui, est un serveurIMAP libre. Le projet est issu de l’université américaine Carnegie Mellon, etremonte à 1994.Il supporte des fonctionnalités avancées telles que le push (IDLE), les ACL,les dossiers partagés, les quotas, le filtrage côté serveur (sieve), et un grandnombre de méthodes d’authentification via SASL.SpamAssassinVersion : 3.3.2 125Site : http://spamassassin.apache.orgPorteur : une fondation (Apache)Licence : ApacheSpamAssassin est un antispam utilisant un grand nombre de techniques dif-férentes. Il date de 1997 et est mené par la Apache Software Foundation,auteur du très célèbre serveur Web Apache HTTP Server.Il s’agit d’un outil très répandu sur les serveurs de mails, y compris dansles infrastructures des grands fournisseurs. Parmi les techniques utilisées,on retrouve l’analyse Bayesienne, basée sur l’apprentissage de mots-clés,divers systèmes de listes noires (URIBL, DNSBL), l’analyse du contenu (Razor,DCC), et un certain nombre de critères sur le formatage du message (tauximages/texte, absence de version texte, émetteur invalide, etc.).SpamAssassin est écrit en Perl.
    • DSPAM Version : 3.10.1 Site : www.nuclearelephant.com Porteur : une communauté Licence : GPL DSPAM est un antispam basé sur le filtrage Bayesien, écrit par Jonathan A. Zdziarski, également auteur du livre Ending Spam. Ce type de filtrage, basé sur l’apprentissage de mot-clés, s’avère particu- lièrement efficace après une phase d’entrainement. Le principal intérêt de DSPAM par rapport à ses concurrents réside dans la richesse de son moteur d’analyse, ainsi que dans l’interaction avec l’utilisateur, qui dispose d’une interface web pour gérer la quarantaine, et désigner explicitement un mail comme désirable ou indésirable. Zimbra Version : 7.1.1126 Site : www.zimbra.com Porteur : un éditeur (WMware) Licence : Zimbra Public License, dérivée de MPL Zimbra est un serveur de messagerie collaborative. Son interface utilisateur entièrement web et basée sur AJAX est célèbre pour son ergonomie. Toutes les fonctionnalités de Zimbra sont accessibles via un navigateur web ou un client lourd. Le Webmail de Zimbra est en effet compatible avec tout navigateur web moderne. La suite Zimbra intègre un client lourd Zimbra Desktop mais reste complètement compatible avec les clients lourds stan- dards tels que Microsoft Outlook, Mozilla Thunderbird, Eudora, etc. Dans sa version commerciale, Zimbra se synchronise également avec la quasi totalité des plateformes mobiles (iPhone OS, Blackberry, Android, Symbian OS, Palm OS). Cet outil de messagerie s’appuie sur un socle infrastructure riche et robuste : WebDAV (XML), LDAP, iCal, HTTP(S), SMTP, IMAP, POP3 et CalDAV. Il fournit
    • un socle SOAP permettant le développement de plugins appelés «Zimlets»assurant l’extension libre de son périmètre fonctionnel. Il est ainsi possiblede l’interfacer avec une solution de téléphonie comme Asterisk ou un outilde CRM tel que SugarCRM. Zimbra est aujourd’hui une référence incontour-nable de la messagerie collaborative d’entreprise.HordeVersion : 4.0.8Site : www.horde.orgPorteur : une communautéLicence : GPLHorde Groupware Webmail Edition est une solution professionnelle demessagerie collaborative. C’est un groupware (logiciel de groupe de travail)entièrement modulable.Il permet aux utilisateurs de pouvoir, lire, échanger et organiser leurs emails,organiser et partager leur calendrier, contacts et tâches. Plus qu’un simpleagrégat de briques techniques, Horde est une association ergonomique 127d’applications comme INgo, Turba, IMP, Mnemo dont l’ergonomie en faitune solution incontournable et fiable de messagerie collaborative.Horde est écrit en PHP.ZarafaVersion : 7.0.1Site : www.zarafa.comPorteur : un éditeur (Zarafa)Licence : Affero GPL v3Zarafa est une solution de messagerie collaborative supportant nativementle protocole MAPI. Elle est originaire des Pays-bas.
    • Son Webmail (entièrement accessible en Web et utilisant de l’Ajax) et son interfaçage direct avec Outlook le désigne, fonctionnellement, comme l’al- ternative open source la plus proche de Microsoft Exchange. Depuis 2007, le moteur de la version entreprise de Zarafa embarque le protocole Z-push assurant une compatibilité quasi totale avec les smartphones et Pocket PC du marché. Zarafa utilise la base de données MySQL pour le stockage de ses données. Le webmail est basé sur l’Ajax avec des traitements en PHP (avec l’extension MAPI PHP). OpenEMM Version : OpenEMM 2011 Site : www.openemm.org Porteur : un éditeur (AGNITAS AG) Licence : Common Public Attribution License 1.0 (CPAL) OpenEMM est une solution d’emaling open source développée depuis128 1999 par la société allemande Agintas. OpenEMM est utilisé par de grands groupes tels que BenQ, Siemens, etc. OpenEMM est utilisé pour gérer les newsletters et les campagnes marketing par email des entreprises. Il existe peu de solutions d’emailing open source disposant d’un périmètre fonctionnel aussi large : une interface entièrement web, disponible en plusieurs langues dont le français et l’anglais, outils de ciblage, statistiques en temps réel, gestion des templates, modules d’impor- tation et d’extraction de masse, bonne documentation, utilisation possible de webservices, gestion des erreurs de retours, etc. OpenEMM repose sur les langages C, Java et Python. Il utilise la base de données MySQL pour le stockage de ses informations.
    • OBMVersion : 2.4.1Site : www.obm.orgPorteur : un éditeur (Linagora)Licence : Affero GPL v3OBM est une solution de messagerie collaborative. Elle est utilisée dans lesservices publics français et propose aussi une offre SaaS. Elle est développéepar la société francilienne Linagora, membre de Systematic.OBM apporte depuis 1999 une alternative crédible aux produits MicrosoftExchange et Lotus Domino. OBM dispose d’un front-end web permettantl’administration de la solution, ainsi que l’accès aux calendriers, contactset aux emails via roundcube. Des connecteurs pour Mozilla Thunderbird etMicrosoft Outlook sont disponibles, ainsi que la connectivité Smartphonevia le standard de fait ActiveSync.Basé sur une architecture distribué, OBM utilise Postfix et Cyrus pour la ges-tion des emails, OpenLDAP comme annuaire, supporte les bases de don-nées MySQL et PostgreSQL. Le front-end web repose sur Apache/PHP, avec 129RoundCube pour la partie webmail. Les web-services ainsi que connectivitésmartphone sont réalisés en Java.Blue MindVersion : 0.22Site : www.blue-mind.netPorteur : un éditeur (Blue Mind)Licence : AGPL v3 / CeCILL v2Blue Mind est une solution complète de messagerie d’entreprise, d’agendaset de travail collaboratif.L’ensemble des fonctionnalités est accessible via un navigateur et supportele mode déconnecté directement dans le navigateur sans installation de lo-giciels supplémentaire. Blue Mind est aussi accessible via les clients lourdsde messagerie classique via les protocoles standard SMTP/POP/IMAP. Pour
    • les logiciels Thunderbird et Outlook, Blue Mind fourni en plus des connec- teurs permettant de synchroniser les contacts et calendriers (ou un accès aux calendriers pour Thunderbird). Le support de la synchronisation (push) des Smartphones (Android, Iphone, Ipad, Windows Mobile,..) est natif via le protocole Exchange ActiveSync (EAS). Blue Mind s’appuie sur les logiciels libres préexistants: Postfix, cyrus IMAP, Roundcube, Apache, Tomcat, nginx, HornetQ, PostgreSQL. L’interface utili- sateur est entièrement fondée sur Ajax avec le framework Javascript Closure développé par Google. L’architecture de Blue Mind est basée sur des web services et un bus de messages. Blue Mind est développé et supporté par la société française éponyme qui travaille avec des revendeurs et des intégrateurs pour déployer la solution chez ses clients. Autres Parmi les produits de l’univers Messagerie, Emailing & Groupware, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous :130 • RoundCube: http://roundcube.net • EGroupware: http://www.egroupware.org • Open-Xchange: http://www.open-xchange.com
    • ACCÉLÉRATEUR HTTPLes accélérateurs HTTP, également appelés « Reverse Proxies », sont implé-mentés du côté des serveurs Internet. Ils ont différents usages comme :la sécurité, la répartition de charge, l’accélération SSL, la compression et lecache.C’est notamment ce dernier point que nous présentons dans cette rubrique.Les internautes « passent » par l’intermédiaire des reverse proxies pour ac-céder aux applications de serveurs internes. Des politiques de cache adap-tées permettent de réduire la charge des serveurs d’applications Web quelque soit le langage utilisé. Certains accélérateurs HTTP gèrent le cache parfragment en supportant notamment le standard ESI (Edge Side Includes).SquidVersion : 3.1Site : www.squid-cache.orgPorteur : une communautéLicence : GPL 131Squid est un serveur proxy HTTP fréquemment utilisé en entreprise. La pre-mière version de Squid date de 1996.Sa fonction principale est celle de proxy direct, utilisée pour réguler le traficweb et mettre en cache les contenus fréquemment consultés. Il est parfoiségalement utilisé comme proxy inverse dans les architectures web. Lorsqu’ilest utilisé à des fins de contrôle d’accès, il est possible de se procurer deslistes noires d’URL auprès de fournisseurs tiers.Squid est inspiré du projet Harvest. Il est compatible avec IPv6 à partir desa version 3.
    • Varnish Version : 3.0.1 Site : www.varnish-cache.org Porteur : un éditeur (Varnish Software) Licence : BSD Varnish est un cache HTTP hautes performances. La première version stable de Varnish date de 2006, et a été initiée pour le journal norvégien Verdens Gang. L’architecte du produit est le danois Poul-Henning Kamp. Utilisé pour améliorer les performances des sites web à fort trafic, Varnish dispose également de fonctionnalités de répartition de charge et permet de tester la disponibilité des serveurs produisant le contenu web. Varnish est notamment utilisé par Facebook. Varnish stocke une partie de ses données dans la mémoire virtuelle. La configuration de l’outil est réalisée à partir de fichiers VCL (language spécifique) ; cela permet d’aller très loin dans la définition des régles de gestion. Enfin, Varnish supporte les tags ESI (Edge Side Includes).132
    • AUTRESDans cette dernière rubrique de la dimension « Infrastructure » nous pré-sentons d’autres outils open source particulièrement utiles pour des admi-nistrateurs Système & Réseaux.Nous présentons notamment CUPS (un serveur d’impression), SAMBA (per-mettant l’échange de fichiers UNIX sur des postes Windows), ProFTPD (unserveur FTP), et BIND (un serveur DNS).CUPSVersion : 1.5.0Site : www.cups.orgPorteur : un éditeur (Apple Inc.)Licence : GPLCUPS (Common Unix Printing System) est un serveur d’impression populairepour les systèmes UNIX. Sa création remonte à la fin de l’année 1999 parMichael Sweet et Andrew Senft, propriétaires de Easy Software Products. 133Il est utilisé aussi bien sur les postes de travail que sur les serveurs d’impres-sion dédiés. Il offre le support d’un très grand nombre d’imprimantes, descapacités d’administration (gestion des files, comptabilité), et la compatibi-lité avec les protocoles d’impression classique : IPP, AppSocket, LPD, SMB(Windows).
    • Samba Version : 3.6.0 Site : www.samba.org Porteur : une communauté Licence : GPL Samba est un serveur SMB pour postes de travail Windows. C’est en 1992 que remonte la première version de Samba. Elle fût écrite par Andrew Tridgell à l’Australian National University. Sous Windows, le protocole SMB est utilisé pour le partage de fichiers et d’imprimantes. Samba permet l’utilisation d’un serveur UNIX pour la mise à disposition de ces ressources à des clients Windows, permettant ainsi la compatibilité entre les deux environnements. Samba est également capable de fonctionner en contrôleur de domaine sur des petits réseaux. ProFTPD Version : 1.3.3134 Site : www.proftpd.org Porteur : une communauté Licence : GPL ProFTPD est un serveur FTP libre très puissant et bien documenté. Il dispose de fonctionnalités avancées comme le chroot, les hôtes et utilisa- teurs virtuels, la comptabilité et les quotas. ProFTPD dispose d’une syntaxe d’accès et de configuration proche de celle du serveur Web Apache. ProFTPD permet d’utiliser une base de données MySQL pour gérer les comptes FTP en lieu et place des utilisateurs de la machine. Son architecture est modu- laire, ce qui a permis d’écrire des extensions pour le support de la crypto- graphie SSL/TLS (protocole FTPS) et l’extension de l’authentification via des bases RADIUS, LDAP ou SQL.
    • BindVersion : 9.8.1Site : www.isc.org/software/bindPorteur : une communautéLicence : BSDBIND est le serveur DNS de référence. Les origines de BIND remontent auxannées 1980 par quatre étudiants de l’Université de Californie.Édité par l’Internet Software Consortium, BIND est un serveur DNS per-mettant aussi bien la résolution des noms auprès de serveurs autoritaires,que l’hébergement de sa propre zone. Il supporte toutes les fonctionnalitésavancées, notamment DNSSEC (depuis la réécriture de son code au débutdes années 2000). 135
    • DIMENSION DÉVELOPPEMENT ET COUCHES INTERMÉDIAIRES La dimension « Développement et couches intermédiaires », comme son nom l’indique, présente toutes les solutions utiles aux fonctions de dévelop- pement, que l’on trouve habituellement entre les couches Infrastructures et Applicatives. C’est également une dimension particulièrement bien fournie en produits open source. On constate ainsi qu’au-delà des applicatifs tels que les CMS, les boutiques e-commerce, les solutions de gestion documentaire… l’open source dispose d’un large panel de solutions permettant le développement comme Eclipse, par exemple, ou les frameworks tels Symfony ou Django. Notons que cer- tains outils, comme les annuaires ou les bases de données, auraient égale- ment pu être rangés dans la dimension Infrastructure. Plus de 50 solutions ont été évaluées dans cette dimension ; et près de 110 solutions y sont recensées parmi les catégories suivantes :136 • Annuaire d’entreprise • Frameworks et bibliothèques pour le développement Web • Bases de données relationnelles • Frameworks mobiles cross-platform • Big Data et NoSQL • PKI • BPM / Workflow • Authentification, fédération et gestion d’identité • Outils de développement • Outils de tests de charge • Tests et Intégration continue • Moteur de recherche • ESB • Serveurs http et serveurs d’applications • MOM & FAI • Autres
    • ANNUAIRE D’ENTREPRISELes annuaires d’entreprise, également appélés Annuaire électroniques, sontdes bases de données spécialisées destinées à contenir de façon hiérar-chique des éléments d’organisation de l’entreprise.La plupart du temps, on y stocke des personnes (utilisateurs), des groupeset des ressources (imprimantes, etc.). Cependant l’usage d’un annuaired’entreprise ne se limite pas à des recherches textuelles, on peut égalementl’utiliser pour constituer des carnets d’adresses, pour authentifier les utilisa-teurs, pour piloter la politique de sécurité de l’entreprise, etc.Il existe un standard utilisé dans la plupart des annuaires d’entreprise poureffectuer des requêtes (protocole LDAP).Dans l’univers de l’open source, la solution OpenLDAP dispose de la plusgrande notoriété même si un outil comme 389 Directory server dispose d’unbeau périmètre fonctionnel.389 directory server 137Version : 1.2.9.9Site : http://directory.fedoraproject.orgPorteur : un éditeur (Red Hat)Licence : GPL389 Directory Server, anciennement Fedora Directory Server, est un serveurLDAP développé par Red Hat au sein de la communauté Fedora. Il est basésur le code du vénérable Netscape Directory Server, lui même basé sur lecode de slapd original qui a également donné naissance à OpenLDAP. L’ori-gine remonte donc à 1996, même si la première version de Fedora DirectoryServer est sortie en 2005.389 Directory Server implémente le protocole LDAP v3, se distingue de sesconcurrents par une interface graphique d’administration écrite en Java ain-si que le support de la réplication master-master, permettant ainsi la redon-dance des accès lectures et écritures. A noter également que 389 directoryserver peut servir de solution de remplacement à SunONE/JES Directory
    • Server, la base de code étant très proche, et SunONE semblant ne pas être poursuivi depuis le rachat par Oracle. 389 Directory Server est écrit en majeure partie en C, avec certaines parties telles que le GUI en Java. OpenLDAP Version : 2.4.26 Site : www.openldap.org Porteur : une communauté Licence : OpenLDAP Public License, compatible avec la licence GPL OpenLDAP est un annuaire d’entreprise libre. Il représente une alternative solide aux annuaires commerciaux. OpenLDAP a été créé en 1998 par Kurt Zeilenga. OpenLDAP implémente le protocole LDAP dans sa version la plus récente (V3) tout en fournissant une architecture extensible à travers un système d’overlay et backend. Chaque overlay fournit des fonctionnalités supplé-138 mentaires (groupe dynamique, log d’accès, politique de mot de passe, etc.). En outre, les données de l’annuaire peuvent être stockées dans différents backends (proxy ldap, transferts des requêtes à des scripts Perl ou Shell, ou une base de données SQL, ...). OpenLDAP intègre également des méca- nismes de réplications et de délégation, permettant par exemple l’implé- mentation d’un annuaire LDAP distribué sur plusieurs sites, chacun dispo- sant de l’administration de sa propre branche. OpenLDAP est développé en C et fonctionne sous Linux, sous différentes variantes BSD, sur les OS à base UNIX (Android, AIX, HP UX, Solaris, etc...), ainsi que sous Windows et MacOSX. Autres Parmi les produits de l’univers Annuaire d’entreprise, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • Apache Directory: http://directory.apache.org • OpenDS: http://www.opends.org
    • BASES DE DONNÉES RELATIONNELLESLes bases de données sont devenues des éléments incontournables du pay-sage informatique. Elles permettent de stocker un lot d’informations dansune structure définie par avance. Les technologies actuelles permettentd’organiser et de structurer la base de données de manière à pouvoir facile-ment manipuler le contenu et stocker efficacement de très grandes quanti-tés d’informations.Les bases de données traditionnelles, comme MySQL ou PostgreSQL, sontde type relationnel et utilisent le langage SQL pour l’interrogation de leursdonnées.PostgreSQLVersion : 9.2.1Site : www.postgresql.orgPorteur : une communautéLicence : PostgreSQL License, approuvée par l’Open Source Initiative 139PostgreSQL est le SGBDR open source le plus complet aujourd’hui. PostgreS-QL est issue de Ingres. Le projet a été lancé en 1985 par Michael Stonebra-ker. La première version bâtie sur l’architecture actuelle est sortie en 1995.Le périmètre fonctionnel de PostGreSQL est très large et comparable auxautres bases de données entreprise du marché. Il supporte les procéduresstockées, les déclencheurs, les fonctions spécifiques, les indexes sur fonc-tions, les transactions, les règles customs permettant de modifier le che-min d’exécution des requêtes, un large éventail de types de données, del’héritage de tables, de la recherche full-text, la répartition de charge surplusieurs bases, etc. Ses performances et sa stabilité lui permettent de s’in-tégrer à une plateforme de production exigeante.PostgreSQL est écrit en C et fonctionne sur un très grand nombre de plate-formes Unix (Linux, Solaris, BSD) ou Windows.
    • MySQL Version : 5.5.15 Site : www.mysql.fr Porteur : un éditeur (Oracle) Licence : GPL avec lining exception, et propriétaire pour la version entreprise MySQL est un SGBDR rapide et robuste, particulièrement déployé dans les environnements Internet. MySQL a été créé en 1995, par Michael «Monty» Widenius. A l’origine principalement orienté vitesse et simplicité, MySQL s’est peu à peu enrichi de fonctionnalités réservées aux bases de données tradition- nelles dites d’entreprise. MySQL supporte les transactions, l’intégrité ré- férentielle, les procédures stockées, les déclencheurs, la réplication asyn- chrone, le clustering, la récupération des données en cas de coupure. MySQL est largement utilisé auprès de sociétés comme Google ou Face- book, ou auprès de sites majeurs tels que Wikipedia. MySQL est développé en C et C++ et fonctionne sur un très large nombre140 de plateformes, que ce soit celles basées sous Unix (Linux, Solaris, BSD) que sous Windows.
    • MariaDBVersion : 5.5Site : mariadb.orgPorteur : une communautéLicence : GPL avec lining exceptionMariaDB est un SGBDR rapide et robuste, particulièrement déployé dansles environnements Internet. MariaDB est un fork de MySQL développé parMichael «Monty» Widenius, l’auteur de MySQL, suite au rachet de MySQLpar Oracle.MariaDB comporte de nombreuses extensions par rapport à MySQL, notam-ment dans le domaine de l’indexation plein texte et pour le support des lan-gues asiatiques. MariaDB comporte plusieurs moteurs de stockage à hautesperformances qui ne sont pas encore présents dans MySQL.Le mode de développement communautaire ainsi que des offres de mainte-nances commerciales attractives provenant de plusieurs sociétés indepen-dantes assurent à MariaDB un avenir certain. 141CubridVersion : 8.4.1Site : www.cubrid.orgPorteur : un éditeur (Naver)Licence : GPLCubrid est une base de données relationnelle développée par le géant co-réen de l’Internet Naver. Cubrid a été conçu par Naver pour remplacer unebase de données propriétaire très connue et propulser toutes ses applica-tions de réseaux sociaux, dont le plus grand réseau social de gamers.Cubrid a la particularité de tenir la charge grâce à une version clusterisée etde d’utiliser Java comme langage procédural à la place de PL/SQL. Cubrid aété optimisée pour les architectures à base de disques SSD.
    • PostGIS Version : 2.0.1 Site : http://postgis.refractions.net/ Porteur : une communauté Licence : GPL-2.0 PostGIS est la cartouche spatiale de PostgreSQL. PostGIS permet de traiter de l’information géographique dans la base de donnée PostgreSQL de la même façon que l’on traite des données alphanumériques. Cette solution implémente les standards normalisés par l’OGC et l’ISO dans ce domaine. De nombreuses fonctionnalités sont disponibles, permettant le traitement de géométries vectorielles, d’images raster et de topologie. Des modules additionnels offrent d’autres services, tels que pgRouting pour le calcul d’iti- néraire. Les fonctionnalités de stockage et traitement d’objets 3D sont ac- tuellement en développement. PostGIS est aujourd’hui le standard pour les bases de données spatiales open source. Elle est supportée par la grande majorité des outils SIG du142 marché. Elle est utilisée par de nombreux organismes sur des bases transac- tionnelles comme pour le traitement de données avancé dans des domaines d’applications variés. Autres Parmi les produits de l’univers Base de données relationnelles (et incidem- ment, objets ou clef/valeur), on peut compléter la liste avec les outils ci- dessous : • Berkeley DB: http://www.oracle.com/us/products/database/ber keley-db • db4o: http://www.db4o.com • Apache Derby: http://db.apache.org/derby • FireBird: http://www.firebirdsql.org • HSQLDB: http://hsqldb.org • SQLite: http://www.sqlite.org
    • BIG DATA ET NOSQLDepuis 2009, une nouvelle mouvance – le NoSQL – est apparue. Elle proposeune alternative au SQL et au modèle relationnel afin de permettre un hautniveau de scalabilité (extensibilité), et permettre aux entreprises de toutestailles d’exploiter au mieux le déluge de données (big data) qu’elles sontcapables de générer ou d’acquérir.Apache HadoopVersion : 1.0.3Site : http://hadoop.apache.org/Porteur : une fondation (Apache)Licence : ApacheApache Hadoop est une plateforme Java pour développer des applica-tions distribuées autour de jeux de données massifs. Hadoop comprend unnombre significatif de sous-projets, dont les plus fondamentaux sont Ma-pReduce, framework de calcul distribué massivement parallèle et HDFS, 143système de fichier distribué qui permet l’accès à haut débit à des jeux dedonnées massifs.Plusieurs autres projets Apache viennent Hadoop, comme par exemple Zoo-Keeper, qui permet de coordonner la configurations des différents serveursd’un cluster de calcul, ou Hive et Pig, qui implémentent des langages derequêtes spécifiques aux jobs MapReduce exécutés par Hadoop.Hadoop est écrit en Java, et soutenu par plusieurs startups américaines.
    • MongoDB Version : 2.2.0 Site : http://www.mongodb.org Porteur : 10gen Inc Licence : Affero GPL MongoDB est une base de données «orientée documents» de la mouvance NoSQL permettant le stockage de documents au format BSON (une forme binaire de JSON). Elle dispose de capacité à évoluer en environnement distribué via des méca- nismes de réplication et de sharding. Son intégration particulièrement réus- sie avec la plupart des langages de programmation ainsi que sa documen- tation de qualité lui confèrent une popularité importante. MongoDB profite du fort regain d’intérêts pour les bases documentaires qui permettent de mieux coller aux environnements modernes qui se doivent de manipuler des données fortement hétérogènes et pour lesquels les SGBD relationnels ne sont pas nécessairement les plus adaptés.144 La base de données est par ailleurs supportée par une entité commerciale, la société 10gen Inc. MongoDB est écrit en C++. NEO Version : 1.0 Site : http://www.neoppod.org/ Porteur : un éditeur (Nexedi) Licence : GPL-2.0 NEO est une base de données NoSQL de type objet qui est la fois transaction- nelle, répartie et redondante. NEO a fait l’objet dans le cadre de Systematic d’un projet de recherche conjoint de Nexedi, Pilot Systems, l’Université de Paris 13 et l’Université de Paris 6. La cohérence transactionnelle de NEO sur
    • un cluster de stockage réparti a ainsi pu être démontrée ce qui ouvre la voieà une application des technologes NoSQL aux systèmes de paiements et auxsystèmes bancaires.NEO est écrit en python et en C.RedisVersion : 2.2.13Site : http://redis.ioPorteur : un éditeur (VMware)Licence : 0BSDRedis est un dépot de données clé/valeur issue de la mouvance NoSQL. Leprojet est sponsorisé par VMware. La première version a été publiée en2009 par Salvatore Sanfilippo et Pieter Noordhuis.Comme la plupart des datastores key / value, Redis propose une interfaceHTTP REST. Son originalité par rapport aux autres solutions disponibles ré-side dans le fait que Redis dispose d’un ensemble de fonctions de mani- 145pulation de données principalement axées sur la manipulation des chainesde caractères qui sont stockées, conférant à Redis la capacité de construiredes requêtes légèrement plus complexes que ses concurrents tradition-nellement limités aux opérations CRUD (Create Reade Update Delete). Lesbonnes performances de Redis, que ce soit en lecture ou en écriture, le po-sitionnent comme un excellent choix pour l’implémentation de backend decache ou de gestionnaire de session.Redis est écrit en C.
    • Apache Cassandra Version : 1.1.5 Site : http://cassandra.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Cassandra est une autre base de données de la mouvance NoSQL. Initiale- ment développée par Facebook en 2008, elle a été par la suite libérée et son développement est aujourd’hui assuré par la fondation Apache. Cassandra est une base de données dite «orientée colonne». Etudiée pour des déploiements massivement distribués (éventuellement sur plusieurs da- tacenters), Cassandra est l’une des bases les plus performantes dès lors qu’il s’agit de répondre à des problématiques de traitement de données massif. Son architecture complètement décentralisée lui confère par ailleurs une ré- sistance à la panne très importante. Comme la plupart des bases orientées colonnes, elle est par ailleurs particulièrement adaptée aux problématiques décisionnelles.146 Cassandra est écrit en Java. Autres L’univers Big Data / NoSQL est particulièrement dynamique, on peut com- pléter la liste avec les outils ci-dessous : • CouchDB: http://couchdb.apache.org • Neo4j: http://neo4j.org • Voldemort: http://www.project-voldemort.com • Riak: http://wiki.basho.com/ • HBase: http://hbase.apache.org/ • Hypertable: http://www.hypertable.com> • Disco: http://discoproject.org/
    • BPM / WORKFLOWDemande de congés, validation de documents, dématérialisation de la re-lation client : les processus sont au cœur du système d’informations desentreprises et collectivités.Les solutions de BPM (Business Process Management) offrent une approchemoderne en affranchissant en grande partie les utilisateurs des contraintestechniques pour modéliser, déployer et optimiser leurs processus.Les solutions de BPM permettent la modélisation graphique des processus,la génération et l’adaptation des formulaires, et le suivi web des demandes.Dans l’univers de l’open source, des solutions de qualité existent commeBonita, produit phare du secteur BPM open source.BonitaVersion : 5.5.2Site : http://fr.bonitasoft.comPorteur : un éditeur (BonitaSoft) 147Licence : GPL et propriétaireDéveloppé depuis le début des années 2000 par Bull, le produit est portédepuis 2009 par l’éditeur français open source BonitaSoft, membre d’OW2.Bonita propose un modeleur graphique de processus extrêmement convi-vial et qui permet de déployer en quelques clics des applications BPMsimples (par exemple diffuser des formulaires de demande de congés sur unintranet). Les formulaires sont générés automatiquement par la solution, oupeuvent être paramétrés de manière avancée. L’accès aux demandes en at-tente et leur traitement s’effectuent de manière intuitive grâce à l’interface«user XP», très semblable à un client mail. Mais la véritable force de Bonita,c’est son système de connecteurs, proposés par défaut ou développés surmesure.La version SP (Pack de Souscription) est soumise à une souscription qui enplus du support, apporte d’autres fonctionnalités.
    • Bonita est développé en Java, langage également utilisé pour le développe- ment de nouveaux connecteurs. Certains paramétrages avancés s’effectuent en Groovy. JBPM Version : 5.1 Site : www.jboss.org/jbpm Porteur : un éditeur (JBoss) Licence : LGPL JBPM est développé par une communauté soutenue par JBoss. Référence du BPM open source depuis plusieurs années, JBPM a été intégré par de nombreux éditeurs à leurs solutions. Le produit souffre toutefois aujourd’hui d’un manque de dynamisme de sa communauté. La dernière version est néanmoins prometteuse et le produit reste incontournable comme brique BPM technique de projets notamment en environnement open source. JBPM est un excellent moteur BPM, puissant et léger. la version 5 est an-148 noncée compatible avec le langage BPMN 2.0. Utilisé comme brique logi- cielle c’est une solution technique simple à configurer et bénéficiant d’une API très complète. Des interfaces Eclipse (développeurs) et web (utilisateurs fonctionnels) permettent de gérer les workflows graphiquement, mais pâ- tissent d’une certaine jeunesse qui les rend inadaptées pour une gestion par des utilisateurs non techniques. De plus, l’interface web n’est disponible que via l’application Drools (moteur de règles) ce qui fait perdre à l’outil son principal avantage : sa simplicité. JBPM est développé en Java.
    • ActivitiVersion: 5.7Site : www.activiti.orgPorteur : un éditeur (Alfresco)Licence : ApacheActiviti a été publié par l’éditeur d’ECM Alfresco, qui souhaitait développerune alternative à JBPM pour ses propres besoins. En choisissant d’en faire uncomposant indépendant, Alfresco parie sur le dynamisme de l’open source(le produit a été reversé à la communauté Spring) et souhaite en faire l’outilde référence du BPM open source. Activiti est ainsi techniquement à l’étatde l’Art et bénéficie d’un très bon dynamisme grâce à la grande popularitéde son porteur.Activiti est aujourd’hui un moteur BPM léger et robuste. Sa jeunesse le des-tine plutôt à une fonction de brique BPM intégrée à des projets plus com-plexes, comme il l’est à Alfresco par exemple. Activiti présente néanmoinsdes interfaces agréables pour les utilisateurs finaux (dessin de processus) quipermettront aux équipes fonctionnelles et techniques de travailler conjoin- 149tement sur la modélisation des processus. Sa mise en œuvre à proprementparler nécessitera toutefois impérativement de réelles compétences tech-niques.Activiti est développé en Java.Petals BPMVersion : 1.0-alpha-3Site : http://research.petalslink.org/display/petalsbpm/Porteur : un éditeur (Linagora)Licence : AGPLPetals BPM est un outil open source de modélisation de processus métier. Ilse présente sous la forme d’une application web, qui permet à travers uneinterface graphique de créer des diagrammes au standard BPMN 2.0, et àterme, les traduire en processus BPEL exécutables.
    • Il peut s’interfacer avec le bus de services Petals ESB, ainsi que l’annuaire de services Petals Master, pour assurer la gestion complète du cycle de vie des processus métiers. C’est un moteur léger, conforme aux standards et ergonomique. Il permettra à terme d’étendre ses modèles grâce à une API dédiée.150
    • OUTILS DE DÉVELOPPEMENTCette section présente les outils utiles aux développements d’applications,web notamment.On y trouve des outils de gestion de projet comme Redmine ou Maven, desoutils d’automatisation comme Ant ou Phing, des environnements de déve-loppement comme Eclipse, des gestionnaires de tickets comme MantisBT,des outils de gestion de source comme Subversion ou Git, et des solutionsde collaboration et d’ingénierie logicielle comme Tuleap.Comme on le voit, l’open source offre d’excellentes briques de développe-ment pour bâtir des projets ambitieux dans des conditions optimales.AcceleoVersion : 3.3.0Site : http://www.eclipse.orgPorteur : une fondation (Eclipse)Licence : EPL (Eclipse Public License) 151Acceleo est un générateur de code qui permet de transformer des modèlesvers du code (approche MDA - Model driven Architecture). Acceleo a l’ori-ginalité de laisser à l’utilisateur le choix dans le formalisme de modélisationen entrée, et dans le type de langage et de framework à générer en sortie.Ainsi, de nombreux éditeurs sous Eclipse ont été créés pour simplifier lacréation de générateurs sur mesure, via une approche basée sur des tem-plates et une syntaxe standardisée.Acceleo est écrit en Java.
    • Ant Version : 1.8.2 Site : http://ant.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Ant («Another Neat Tool») est un outil d’automatisation de tâches tout au long du cycle de développement logiciel. Ant a été conçu par James Duncan Davidson en 2000 (sortie de la première version). Ant permet donc d’automatiser des opérations répétitives tout au long d’un projet, à l’instar de ce que peuvent faire les commandes Make. Ant est prin- cipalement utilisé dans le cadre de projets écrits en Java même s’il peut être utilisé dans des projets faisant appels à d’autres technologies. Parmi les tâches que l’on confie souvent à Ant, on peut lister : l’exécution d’outils externes comme Checkstyle ou FindBugs, la génération des documentations (Javadoc), la compilation des programmes, l’archivage, la sauvegarde, etc. Ant est écrit en Java.152 Phing Version : 2.4.7.1 Site : www.phing.info/trac Porteur : une communauté Phing est un outil de gestion de cycle de vie de projet informatique, inspiré de Ant et développé à l’origine par Andreas Aderhold. Il est notamment uti- lisé pour automatiser les tâches récurrentes lors du développement de pro- jets informatiques tels que lancement de tests unitaires ou d’outils d’analyse de code ou encore pour la gestion des livraisons. Phing utilise, comme Ant, un fichier XML pour définir une liste d’actions («target»), comportant chacune une ou plusieurs tâches (copy de fichiers, lancement d’une commande), pouvant être lancées en ligne de commande. Il intègre une large liste de tâches en natif (exécution de tests PHPUnit, ana- lyse de code avec PHP CodeSniffer, PHP Mess Detector, manipulation
    • de fichiers, travail avec des gestionnaires de versions de sources), qu’il esttrès facile d’étendre en fonction de ses besoins par l’intermédiaire de nou-velles classes PHP. Distribué à travers le gestionnaire de paquets PEAR, Phingpeut utiliser, pour certaines de ses tâches, des librairies annexes telles queXdebug, phpcs.Phing est distribué sous licence LGPL (Lesser Public General License) en version 3.Phing est développé en PHP et est compatible avec les plateformes Win-dows, Linux et Max OS X.EclipseVersion : 3.7Site : www.eclipse.orgPorteur : une fondation (Eclipse)Licence : EPL (Eclipse Public License)Eclipse est un environnement de développement extensible et polyvalent,initié par IBM en 2001 et porté depuis 2004 par la Fondation Eclipse. 153Conçu autour d’une plateforme commune à laquelle s’agrègent des compo-sants dérivatifs, le projet est ainsi constitué de nombreux sous-projets spé-cifiques aux technologies sous-jacentes. L’object de la solution Eclipse estde fournir des outils favorisant la productivité, mais pas seulement celle quiconcerne le codage logiciel. On y trouve des environnements de dévelop-pement intégré mais également de conception, de modélisation, de tests,de reporting, etc. Eclipse a beau être écrit en Java, il peut être utilisé pourdévelopper sous de très nombreux langages de programmation.Eclipse est écrit en Java.
    • MantisBT Version : 1.2.8 Site : www.mantisbt.org Porteur : une communauté Licence : GPL v2 MantisBT est un outil web très populaire de suivi de tickets (anomalies, de- mandes d’évolutions, demandes d’intervention, ...), adapté à tous types de projets. Kenzaburo Ito, initiateur du projet en novembre 2000, est rapide- ment rejoint en 2002 par Jeroen Latour, Victor Boctor et Julian Fitzell pour constituer le cœur de l’équipe de développement. MantisBT permet une répartition des tickets par projet. Il est également possible de qualifier les demandes suivant différents critères (type, caté- gorie, sévérité, priorité, privé/public). L’outil dispose notamment de fonc- tionnalités comme : un workflow d’enchaînement d’états paramétrables, un système de notification, un formulaire de recherche de tickets avec filtres, une page personnalisée pour chaque utilisateur listant les tickets dont il est l’auteur ainsi que les tickets qui lui sont assignés, une gestion de droits utili-154 sateurs, une rubrique d’administration par projet permettant d’ajouter/sup- primer des utilisateurs au projet, la création de sous projets, etc. MantisBT est développé en PHP et nécessite l’utilisation d’une base de don- nées (MySQL, PostgreSQL, MS SQL ou DB2). Il est principalement testé pour les serveurs Web Apache et IIS. Maven Version : 3.0.3 Site : http://maven.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Maven est un outil de gestion de projet technique. Son développement est assuré principalement par la fondation Apache.
    • Maven permet de standardiser la forme d’un projet ainsi que son utilisa-tion. Il permet également de gérer les dépendances d’un projet, d’effectuerune livraison complète et automatique, de déployer une application, et defaciliter le déploiement d’un projet au sein d’une plate-forme d’intégrationcontinue. Maven offre également une intégration poussée de nombreux ou-tils de reporting (Surefire, PMD, CheckStyle, NCSS, etc.). Maven est destinéaux projets Java en général et aux projets Java EE en particulier.Maven est écrit en Java.SubversionVersion : 1.6.17Site : http://subversion.apache.orgPorteur : une fondation (Apache)Licence : Apache et BSDSubversion (SVN) est un système de gestion de version centralisé. Issu deCVS, son développement est initialisé en 2000 par la société Collabnet. Il estdevenu officiellement un projet de la fondation Apache en 2010. 155Standard et populaire, il a été choisi par de nombreuses communautés dulogiciel libre. De nombreux outils et ressources sont disponibles pour l’ex-ploiter au mieux. Apache Subversion a été écrit pour combler les manquesde CVS dont seule l’implémentation avait été remis en cause (et non sonconcept). Certaines fonctionnalités ont été ajoutées : les répertoires et lesmétadonnées sont versionnées, les numéros de révision sont globaux pourl’ensemble du dépôt, il est possible de renommer ou de déplacer des fichierssans perte de l’historique, etc.Subversion est écrit en C.
    • Git Version : 1.7.6.1 Site : http://git-scm.com Porteur : une communauté Git est un système de gestion de versionnement décentralisé (DVCS). Il est notamment utilisé pour le noyau Linux ou pour PHP. C’est un logiciel libre créé par Linus Torvalds en 2005. Git permet notamment de «commiter» localement puis de pousser aux autres développeurs un ensemble de commits locaux. Il permet également d’utiliser un workflow de développement en soumettant par exemple l’en- voi de code à l’approbation d’un des développeurs. La faculté de Git à créer des branches facilement ainsi que de permettre leur administration de façon simple en fait un outil de choix dans le cadre de développement de projets open source. Git est distribué sous la licence GPL v2. Git est écrit en C, Bourne Shell et Perl.156 Redmine Version : 1.2.1 Site : www.redmine.org Porteur : une communauté Licence : GPL v2 Redmine est un outil collaboratif permettant, à travers une interface web sécurisée, de gérer des projets. Il a été créé par Jean-Philippe Lang en 2006. Redmine offre les fonctionnalités suivantes : • gestion multi-projets sécurisée • gestion des utilisateurs, des profils et des droits, en fonction de chaque projet
    • • gestion de documents, classement par catégorie, propriétaire, titre, date, etc. • gestion des demandes, de leur statut, de leur priorité et de leur historique, assignation de ces demandes aux acteurs pertinents du projet. • visualisation de l’actualité du projet sous forme de diagramme de Gantt • notification par mail ou par flux RSS • etc.Redmine a été développé en Ruby sur la base du framework Ruby on Rails. 157
    • Tuleap Version : 4.0.21 Site : www.enalean.com/produits/tuleap Porteur : un éditeur (Enalean) Licence : GPL Tuleap est une Suite Logicielle open source qui fournit les outils nécessaires aux entreprises pour un développement logiciel et une collaboration effi- cace. Egalement appelée Forge Logicielle ou ALM (application life cycle ma- nagement), Tuleap a été développée par la société Enalean. Tuleap est un logiciel utilisé par plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs dans le monde pour leurs développements professionnels, dans de grandes entreprises telles que STMicroelectronics, ST-Ericsson ou encore Orange. Tuleap est une suite ALM complète : tracking de bugs, de tests, de risques, etc, gestion de versions, intégration continue, gestion documentaire, outils de collaboration, etc. L’éditeur de Tuleap, Enalean, est une société française qui a fondé son mo-158 dèle économique sur le support et les services professionnels Tuleap est écrit majoritairement en PHP. Mercurial Version : 2.3 Site : http://mercurial.selenic.com Porteur : une communauté Licence : GPL Mercurial est un logiciel de gestion de versions décentralisé (DVCS) dispo- nible sur la plupart des systèmes Unix, Windows et Mac OS X. Il a été créé pour s’utiliser via la ligne de commande, mais propose une intégration forte avec le bureau Windows (TortoiseHg), des interfaces gra- phiques avancées pour l’affichage de l’historique (HgView) et une interface web intégrée.
    • Ses principales caractéristiques sont sa capacité à gérer les gros projets, sonfonctionnement complètement distribué ne nécessitant pas de serveur, sagestion avancée des branches et des fusions, ainsi que l’ajout récent de latraçabilité de l’évolution de l’historique.Mercurial est écrit principalement en Python.AutresParmi les produits de l’univers Outils de développement, on peut compléterla liste avec les outils ci-dessous : • CVS: http://cvs.nongnu.org • Gforge: http://gforge.org/gf • Trac: http://trac.edgewall.org 159
    • TESTS & INTÉGRATION CONTINUE L’intégration continue est un ensemble de pratiques visant à améliorer la qualité de livraison d’une application en vérifiant à chaque modification de code source, que le résultat des modifications n’entraine pas de régressions (c’est-à-dire d’anomalies supplémentaires liées à l’ajout de code). Pour mettre en œuvre des plateformes d’intégration continue, il existe de nombreux outils open source de qualité tels que Continiuum ou Hudson. Autour des ces outils, on trouve également des solutions de rendu gra- phique (affichage des résultats). Jenkins Version : 1.483 Site : www.jenkins-ci.org Porteur : une communauté Licence : MIT et Creative Commons.160 Jenkins est un outil d’intégration continue, fork du projet Hudson développé à l’origine par Sun. Jenkins permet d’automatiser la construction de projets et de générer des rapports de tests et de qualité. Jenkins est majoritairement utilisé dans le marché des solutions d’intégration continue. Le grand atout de Jenkins est son écosystème composé de centaines de plugins, ainsi que son interface plus simple et moins austère que celle de Continuum par exemple. Les géné- rations de projets peuvent être initiées par différents moyens (mécanismes de planification similaires au cron, des systèmes de dépendances entre gé- nérations, ou par des requêtes sur certaines URL spécifiques). Jenkins est écrit en Java.
    • ContinuumVersion : 1.3.7Site : www.continuum.apache.orgPorteur : une fondation (Apache)Licence : ApacheContinuum est l’outil d’intégration continue de la fondation Apache.Continuum offre toutes les fonctionnalités que l’on attend d’un tel outil. Au-tomatisations configurables bien sûr, mais aussi distribution du build sur desmachines esclaves, configuration de différents environnements d’exécution,gestion très fine des droits et reporting intégré pour les résultats des testsunitaires.La fonctionnalité différenciante de Continuum est la possibilité de regrouperdes modules/projets au sein de groupes de projets. Au sein de ces groupes,les différentes configurations et droits sont mutualisés ce qui permet de gé-rer un ensemble de projets de façon simple même quand ce nombre aug-mente rapidement. 161Continiuum est écrit en Java.Selenium IDEVersion : 1.0.4Site : http://seleniumhq.org/projects/idePorteur : une communautéLicence : ApacheSelenium est un outil de tests d’interfaces. Le projet a débuté en 2004 chezThoughtWorks à Chicago grâce à Jason Huggins, lequel voulait tester lestemps de réponse de diverses applications (Python, Plone, etc.).Selenium IDE permet d’enregistrer des tests d’interfaces depuis Firefox puisde les sauvegarder afin de les rejouer avec Selenium. Cet outil est très utilepour vérifier qu’une interface est conforme à ce qui est attendu. De plus,il peut être intégré à une plateforme d’intégration continue afin d’automati-ser les tests d’interfaces.
    • Selenium IDE n’est pas seulement un outil d’enregistrement : il s’agit d’un environnement de développement intégré (IDE). L’utilisateur peut choisir d’utiliser sa capacité d’enregistrement, ou peut modifier les scripts à la main. PMD Version : 4.2.5 Site : http://pmd.sourceforge.net Porteur : une communauté Licence : BSD PMD, connu également sous le nom de «Project Mess Detector», ou de «Project Meets Deadline» est un outil d’analyse statique de code destiné à détecter les erreurs de programmation les plus courantes. En utilisant un système de règles extensibles, PMD est capable de détecter les try-catch vides, le code mort, code sur-compliqué, copié-collé de code (grâce au plugin CPD). PMD est également capable de calculer la complexité cyclomatique d’un code, indicateur intéressant dans l’évaluation de la qua-162 lité logicielle. PMD analyse le code source Java. Il existe un équivalent en PHP (PHPMD, a.k.a. PHP Mess Detector). Les règles peuvent s’écrire à travers des expres- sions XPath ou des classes Java (ou PHP pour PHPMD). Squash Version : 1.3.0 Site : www.squashtest.org Porteur : une communauté Licence : LGPL v2 La suite open source Squash se compose de plusieurs outils dédiés à l’indus- trialisation des tests fonctionnels. Squash TM est un outil open source de gestion de référentiels de tests. Nativement «multi-» et «inter-» projets, il permet de gérer l’ensemble des
    • étapes d’une recette, de la gestion des exigences à l’exécution des cam-pagnes de test. Squash TM est un outil «full web» proposant une interfacequi se veut ergonomique et intuitive.Squash TA est un outillage open source d’automatisation des tests fonction-nels et d’industrialisation de leurs exécutions. Compatible avec plusieursautomates open source (Selenium, Sahi...), Squash TA propose une biblio-thèque de fonctions pour gérer les tests automatisés d’applications Web, dewebservices, de batchs, et les jeux de données associés (base de donnéesou fichiers).Outre Squash TM et Squash TA, la suite open source Squash se compose deSquash Data pour la gestion des jeux de données et Squash SC pour le pilo-tage et l’administration de Centres de Services Qualité Logicielle.Le projet Squash a été sélectionné par le pôle Systematic et est soutenu parla région Ile de France, le Conseil Général des Hauts de Seine, Oséo et laDirection générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS).Autres 163Parmi les produits de l’univers Tests et intégration continue, on peut com-pléter la liste avec les outils ci-dessous : • Sonar: http://www.sonarsource.org • Checkstyle: http://checkstyle.sourceforge.net • JUnit: http://www.junit.org • PHPUnit: https://github.com/sebastianbergmann/phpunit • FindBugs: http://findbugs.sourceforge.net • CruseControl: http://cruisecontrol.sourceforge.net
    • ESB Les ESB (« Enterprise Service Bus ») permettent la communication entres applications qui ne proposent pas, à la base, de services ou d’interfaces pré- vus pour cela. Les ESB sont souvent présentés comme des architectures nouvelles qui ex- ploitent différentes techniques comme la transformation, le transfert et rou- tage d’informations et les services Web. Les ESB interviennent en tant que « médiateur » entre les clients et les four- nisseurs de services (applications). Dans l’univers de l’open source, des solutions de référence existent comme Talend ESB, Mule et Petals. Talend ESB Version : 4.2.1 Site : http://fr.talend.com Porteur : un éditeur (Talend)164 Licence : Apache Talend, société française membre de Systematic, a acquis Sopera, éditeur allemand de solutions SOA et de plateforme middleware, connu outre-rhin pour ses références prestigieuses telles que Deutsche Post, Zurich Insurance ou encore Landesbank Berlin. La fusion des solutions Talend Data Manage- ment et Sopera ASF a permis la naissance d’un outil middleware intégré de haut niveau alliant la souplesse d’utilisation d’un framework de manage- ment de services d’entreprise à la puissance des outils de manipulation de données. Talend ESB permet de jouer à la fois sur le tableau de la Qualité de Données et de la Qualité de Service. Les key features qui démarquent cette solution sont : une plateforme de médiation, une capacité de distribution des ser- vices, un monitoring technique centralisé et de haut niveau, l’intégration de la suite Talend.
    • MuleVersion : 3.2.0Site : www.mulesoft.orgPorteur : un éditeur (MuleSoft Inc)Licence : CPAL (« Common Public Attribution License »)Mule est à la fois un ESB et un EAI. Le projet open source a été développéen 2003 par Ross Mason, aujourd’hui CTO de la société MuleSoft (ancienne-ment MuleSource).Mule est une plateforme favorisant les échanges multiples entre différentesapplications utilisant différentes technologies telles que : http, Xml-RPC, Em-ail, JMS, etc. En fait, Mule supporte plus de 50 standards, protocoles et tech-nologies, comme JMS, JDBC, TCP, UDP, Multicast, HTTP, servlet, SMTP, POP3,XMPP. Mule c’est également une plate-forme d’échanges qui possèdent denombreuses capacités de routage. L’architecture de Mule est conçue pourêtre extensible.Mule est écrit en Java. 165Petals ESBVersion : 3.1.3Site : http://petals.ow2.orgPorteur : un consortium (OW2) et un éditeur (Petals Link)Licence : LGPLPetals ESB est un bus de services d’entreprise (ESB) open source, médiateuret plaque tournante d’une infrastructure SOA. Le projet est dirigé par PetalsLink, et est développé sur les forges du consortium OW2.
    • Petals ESB répond aux problématiques de la SOA : un système d’information flexible et adapté aux évolutions rapides de l’IT. Le tout avec un système temps réel et ouvert à l’extérieur. Intégré avec Petals View (supervision mé- tier), Petals Master (gouvernance de SOA) et Petals Studio (Environnement de développement SOA), Petals ESB se place au centre d’une solution com- plète et open source pour une infrastructure SOA. Petals supporte et intégre de nombreux protocoles et technologies : JBI, SCA, BPEL, EIP, Java, JSR 181, XSLT, XSD WSDL, SOAP, REST, POP, SMTP, IMAP, Plateforme JSE. Autres Parmi les produits de l’univers ESB, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • JBoss Enterprise Service Bus: http://www.jboss.org/jbossesb • ServiceMix: http://servicemix.apache.org • Synapse: http://synapse.apache.org166
    • FRAMEWORKS ET BIBLIOTHÈQUES POUR LE DÉVELOPPEMENT WEBLa plupart des applications modernes s’appuie sur des frameworks ou bi-bliothèques web.Un framework permet de réduire les temps de développement des appli-cations en répondant de façon efficace aux problèmes les plus courantsrencontrés par les développeurs. Il inclut généralement de nombreusesfonctionnalités prêtes à l’emploi dont les implémentations sont bien rodéeset utilisent des modèles de conceptions standards et bien implémentés. Letemps ainsi gagné sur les questions génériques pourra être mis à profit surles parties spécifiques de l’application.Les frameworks disponibles sont généralement de grande qualité. On entrouve pour tous les langages (Java, Php, Javascript, Python, Ruby, etc.) avecdes approches parfois très différentes.Symfony 167Version : 2.0.0Site : www.symfony-project.orgPorteur : un éditeur (Sensio Labs)Licence : MITSymfony est un framework Web MVC écrit en PHP. Créé par Fabien Poten-cier, la première version est sortie en 2005, et la version 2.0, fortement at-tendue est arrivée en août 2011.Symfony est un framework dont les principes de fonctionnement sontsimilaires à Django ou Ruby On Rails. Le respect du protocole HTTP et duparadigme MVC sont au coeur du framework, qui fournit un contexte dedéveloppement complet. Le développeur a un accès uniformisé à la base dedonnées (grâce à l’ORM Doctrine), aux contrôleurs, aux vues, etc.
    • Le framework fournit également une large bibliothèque de fonctions uti- litaires. Du côté de la sécurité, Symfony fournit des protections contre les attaques classiques sur les applications Web (SQL injection, XSS, CSRF, ...). Symfony fournit également un ensemble d’outils en ligne de commande permettant de gérer le cache, de générer automatiquement une interface d’administration (admin generator), de générer la structure de la base et les écrans d’éditions pour les objets déclarés (scaffolding), ... Symfony est développé par la société française Sensio Labs. Zend Framework Version : 1.11 Site : http://framework.zend.com Porteur : un éditeur (Zend Technologie) Zend Framework fait partie du couple de tête des frameworks PHP avec Symfony. Il est un des frameworks PHP les plus utilisés, sinon le plus utilisé.168 L’approche de Zend est assez différente de Symfony, le couplage des com- posants étant bien plus léger. Il peut d’ailleurs être vu comme plus proche d’une bibliothèque de composants qu’un framework complet. Néanmoins, il fournit les composants permettant la création d’une application MVC, avec abstraction de la base de données. A noter cependant que Zend Framework ne fournit pas d’ORM, mais une solution légère de Table Gateway Interface. D’un point de vue général, le panel de composants de Zend Framework est très large. On pourra citer entre autres Zend_Gdata qui permet de commu- niquer avec les services Google ou Zend_Captcha pour intégrer des captcha à son application. Zend Framework est distribué sous New BSD license et soutenu par la socié- té Zend Technologies, éditrice également du moteur Zend qui est au cœur de l’interpréteur PHP. Zend Framework nécessite PHP 5.2 et supporte toute les bases de données gérées par PDO.
    • SpringVersion : 3.0.6Site : www.springsource.orgPorteur : un éditeur (SpringSource, une entité de VMware)Spring est un portfolio d’outils et de bibliothèques. Spring propose un stackcomplet comme une sorte d’alternative à la stack standard Java EE.Spring s’appuie sur son conteneur léger permettant de gérer les dépen-dances entre les objets composant l’application. Par dessus ce conteneurléger, il est possible d’utiliser un des nombreux composants du portfolio. Lesprincipaux étant Spring MVC, Spring ORM et Spring AOP. Spring MVC est unframework MVC full-REST et basé sur les annotations. Les classes répondantaux actions utilisateur sont annotées afin d’indiquer la méthode à utiliserainsi que la vue à retourner. Spring ORM est une bibliothèque d’abstrac-tion des accès aux données. Il fournit une abstraction pour les frameworksusuels de persistence tels que Hibernate, JDO ou EclipseLink. Spring AOP estun framework de programmation orientée aspect. Plus simpliste que As-pectJ, Spring AOP offre néanmoins les outils usuels de la POA avec différents 169types de greffons et différentes manières d’exprimer les points de coupe.Spring est également utilisé pour charger les différentes configurations del’application, pour la gestion des transactions ainsi que pour tout un en-semble d’outils utilitaires ce qui le rend incontournable dans l’éco-systèmeJava. Spring est distribué sous la licence Apache.
    • GW T Version : 2.4 Site : http://code.google.com/intl/fr-FR/webtoolkit Porteur : un éditeur (Google) Google Web Toolkit est un framework RIA développé par Google dont la version 1.0 date de du 17 mai 2006. GWT permet le développement d’applications riches en pur Java qui sera «compilé» en Javascript et HTML. Le résultat est une application riche res- pectant les standards du web par opposition à des technologies comme Flex ou Silverlight qui nécessitent l’installation d’un plugin spécifique sur les postes Client. GWT permet un développement rapide grâce à son format XML de descrip- tion d’interfaces. Toutefois, GWT générant toutes les vues de son interface à partir de XML et de Java, il est paradoxalement très difficile d’intégrer un montage HTML ce qui implique une intégration longue et manuelle consis- tant en une traduction du montage en XML et en Java.170 GWT est distribué selon les termes de la licence Apache. GWT permet de créer et maintenir des applications web dynamiques met- tant en œuvre JavaScript, en utilisant le langage et les outils Java. JQuery Version : 1.6.3 Site : http://jquery.com Porteur : une communauté JQuery est une des principales bibliothèques JavaScript. Créée par John Re- sig en 2006. JQuery simplifie les développements JavaScript multi-navigateurs en four- nissant une API indépendante de la plateforme sous-jacente. L’objectif de jQuery est de simplifier les manipulations usuelles en javascript : manipu-
    • lation du DOM, gestion des événements, animation et gestion des appelsAJAX. L’implémentation suit une logique objet stricte et peut bénéficier duchainage d’appels pour simplifier l’écriture. JQuery possède également unmode de compatibilité, autorisant son utilisation en même temps qu’uneautre bibliothèque JavaScript. Une des forces de jQuery est l’écriture sim-plifiée de plugins permettant la réutilisation et l’encapsulation fonctionnelledes comportements. La communauté étant très réactive, une multitude degreffons sont disponibles sur le site officiel.JQuery est distribué sous une double licence MIT ou GPL, permettant de l’in-tégrer sans contrainte. JQuery a été intégré dans de nombreux projets opensource ainsi que dans Microsoft ASP.NET Ajax et Google fournit un CDN pourles fichiers de la bibliothèque.JQuery est compatible avec la vaste majorité des navigateurs, y compris In-ternet Explorer 6.PrototypeVersion : 1.7Site : www.prototypejs.org 171Porteur : une communautéPrototype est une bibliothèque Javascript créée en 2005 par Sam Stephen-son, afin d’ajouter le support AJAX au framework Ruby On Rails.En plus de la simplification du développement cross-navigateurs et orientéAjax, le but de Prototype est d’enrichir le langage JavaScript ainsi que leDOM en lui rajoutant composants et fonctionnalités supplémentaires. Decette façon, le développement JavaScript à l’aide de Prototype permet deretrouver certains concepts traditionnels de la programmation orientée ob-jet, absent du JavaScript standard (constructeurs, héritage objet, ...). A noternéanmoins que l’enrichissement du DOM pose plusieurs problèmes et esten train d’être retiré de la bibliothèque.Prototype est distribué sous licence MIT.Prototype est écrit en JavaScript et est compatible avec la vaste majorité desnavigateurs, y compris Internet Explorer 6.
    • Play! Version : 1.2.3 Site : www.playframework.org Porteur : un éditeur (Zenexity) Licence : Apache Play! est un framework Java orienté Web créé par Guillaume Bort en 2007. Le principe de Play! est de réduire la durée du cycle de développement Java, ainsi que limiter la complexité applicative souvent associée aux projets Java. On y trouvera donc la transposition en Java des concepts principaux de frameworks tel que RoR, Django ou encore Symfony : MVC, Convention over Configuration, Don’t Repeat Yourself, .... Play! dispose également de son propre gestionnaire technique de projets, permettant la création des interfaces CRUD, et de son propre serveur d’application (même s’il peut se déployer facilement dans un Tomcat), ce qui lui permet par exemple le re- chargement transparent et à chaud du code modifié. Play! a été développé par la société française Zenexity. Le support en est à172 présent assuré par la société américaine Typesafe. Play! est écrit en Java en en Scala, les templates en Groovy et le gestionnaire de projets en Python. Django Version : 1.4.1 Site : https://www.djangoproject.com Porteur : une fondation (Django Software Foundation) Licence : BSD Django un framework Web en Python qui a été créé en 2005 par le groupe de presse Lawrence Journal-World. Django est basé sur le paradigme MVC et sur le principe du Don’t Repeat Yourself, en fournissant le maximum d’éléments pré-existants,
    • tels qu’une couche d’abstraction à la base, un système de cache, une infras-tructure de manipulation des formulaires et de validation des entrées, unmoteur de templating, une interface au framework de tests unitaires Python(PyUnit), des outils de créations d’interface CRUD, des systèmes de préven-tions des attaques Web classiques (XSS, CSRF, injection SQL, etc...). A noterque Django est disponible sur la plateforme Google App Engine. Parmi lessites notables de l’Internet utilisant Django, on peut citer Disqus ou encoreSpotify.Django est développé en Python.Ruby On RailsVersion : 3.2.8Site : http://rubyonrails.orgPorteur : une communautéLicence : MITRuby On Rails est un framework Web. La première version, écrite par DavidHeinemeier Hansson, est sortie en 2004.Le framework Ruby On Rails se caractérise par le concept du Don’t Repeat 173Yourself, en fournissant un certain nombre de générateurs de codes et d’in-terfaces (scaffolding). Ceux-ci évitent au développeur de refaire les mêmesopérations et de recoder des fonctionnalités standards toujours similaires.Dans le même état d’esprit, les couches basses classiques (sécurité, accèsaux bases de données, gestion du HTTP, appels Ajax) sont intégrées au fra-mework et permettent au développeur de se concentrer sur la logique mé-tier plutôt que sur les aspects techniques. Parmi les success story de RoR,on peut citer Twitter, même si certaines parties (non liée au front office) ontété ré-écrites en Scala, suite à des problèmes de tenue en charge de l’inter-préteur Ruby.Ruby On Rails est développé en Ruby.
    • CubicWeb Version : 3.15.4 Site : http://www.cubicweb.org/ Porteur : une communauté Licence : LGPL CubicWeb est un framework en Python pour le Web Sémantique qui a été créé en 2001 par la société Logilab. Au-delà des fonctionnalités habituelles de ce genre d’outil (CRUD, sécurité, RESTful, développement agile, tests unitaires, indépendance vis-à-vis de la base de données sous-jacente, etc), CubicWeb met l’accent sur la réutilisa- tion et la fusion de données disponibles sur le Web (Linked Open Data) et leur visualisation dynamique dans un navigateur, le tout en respectant les standards du W3C (RDF, OWL, etc). Les applications typiques concernent la publication de catalogues de plusieurs dizaines de millions d’objets ou des bases dédiées à la recherche médicale. CubicWeb est développé en Python.174 Autres Parmi les produits de l’univers Frameworks et bibliothèques pour le déve- loppement Web, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • CakePHP http://cakephp.org • Lithium http://lithify.me • Prado http://www.pradosoft.com • PHPonTrax http://www.phpontrax.com • CodeIgniter http://codeigniter.com • Jelix http://jelix.org/fr • CXF http://cxf.apache.org • Yii http://www.yiiframework.com • Zeta components http://incubator.apache.org/zetacomponents
    • FRAMEWORKS MOBILES CROSS-PLATFORMLes applications mobiles se sont multipliées ces dernières années avec l’avè-nement des smartphones. On trouve désormais de nombreux systèmes d’ex-ploitation mobiles ce qui nécessite la multiplication des développements.Pour éviter cette fragmentation des développements, des frameworks mo-biles open source cross-platform ont vu le jour permettant à partir d’unmême code le portage sur X systèmes d’exploitation.C’est le cas par exemple pour PhoneGap qui fonctionne, entre autres, avecIPhone, Android, Blackberry, Symbian et Palm.Dans l’univers de l’open source, 3 frameworks ressortent assez nettement :PhoneGap comme évoqué précédemment, mais également Rhodes et Tita-nium. Ces frameworks emploient des techniques différentes pour amener àdes résultats relativement proches.TitaniumVersion : 1.7.2 175Site : www.appcelerator.comPorteur : un éditeur (Appcelerator)Titanium Mobile est un Framework multiplateforme, permettant la généra-tion d’applications natives pour iOS et Android. Cet outil est développé parAppcelerator depuis 2009.L’API JavaScript de Titanium permet le développement multiplateforme, etle SDK Titanium se charge de générer le code natif à partir du code JavaS-cript. Titanium permet l’accès à toutes les fonctionnalités des smartphoneset tablettes, et de nombreuses extensions sont disponibles (paypal, barcodescanner...).Ce produit est disponible sous licence Apache 2 et Appcelerator proposeplusieurs niveaux de support allant de Indie à Professionnel. On peut déve-lopper une application avec Titanium en utilisant le langage JavaScript et lesextensions sont réalisées en code natif.
    • Les bases de données manipulées sont des bases SQLite. Titanium supporte actuellement iOS et Android, le support BlackBerry est en bêta. PhoneGap Version : 1.0.0 Site : www.phonegap.com Porteur : un éditeur (Nitobi) PhoneGap est un outil permettant de créer des applications mobiles multi- plateformes en utilisant les standards du web. PhoneGap est développé par la société Canadienne Nitobi, depuis 2008. Les applications réalisées avec PhoneGap sont des applications web, qui sont packagées par l’outil de façon à être lancées via le navigateur natif du smart- phone cible. PhoneGap propose également une API qui permet l’appel aux fonctionnalités avancées des smartphones (GPS, accéléromètre, caméra...). PhoneGap est distribué sous licence MIT.176 PhoneGap supporte actuellement 6 plateformes, c’est donc une solution complète et techniquement pertinente pour le développement d’applica- tions mobiles multiplateforme. Nitobi a récemment lancé le service Pho- neGap Build permettant la génération des applications finales depuis une interface web.
    • RhodesVersion : 3.0Site : http://rhomobile.comPorteur : un éditeur (Rhomobile)Rhodes est un Framework open source multiplateforme, dédié au dévelop-pement d’applications mobiles. Cet outil est développé par la société Rho-mobile depuis 2009.Rhodes supporte de nombreuses plateformes (depuis Android jusqu’à Win-dows Phone 7, en passant par Symbian). Côté développement, Rhodes estun framework inspiré de Ruby On Rails, les vues sont développées en HTMLet le métier de l’application en Ruby. L’application finale générée embarqueune VM Ruby et un serveur web, afin de s’abstraire de la plateforme cible, cequi permet à Rhodes de supporter de nombreuses plateformes.Rhodes est sous licence MIT.La société Rhomobile propose également toute une suite d’outils pour dé-velopper et distribuer une application Rhodes, tels qu’un IDE en ligne et une 177place de marché.
    • PKI Les solutions de type PKI permettent de sécuriser les relations électroniques (email par exemple) en garantissant confidentialité, authentification, inté- grité et non-répudiation, que ce soit à travers des certificats de signature (d’e-mail ou d’accès web) ou de chiffrement (cryptage bi-clef). En sécurisant la gestion des identités, les outils de PKI facilitent le dévelop- pement des activités transactionnelles, qu’elles soient externes (relations contractuelles et commerciales) ou internes (responsabilisation des colla- borateurs). Parmi les solutions open source disponibles, on peut citer OpenSSL, Open- CA, OpenTrust ou encore EJBCA. OpenCA Version : 1.1.1 Site : www.openca.org Porteur : une communauté178 Licence : BSD OpenCA PKI est aujourd’hui la composante d’un vaste projet communau- taire, visant à définir les standards de développement d’un logiciel de PKI. OpenCA PKI en est la partie dédiée à la gestion des certificats. D’une conception modulaire, il fournit une interface web pour réaliser aisé- ment la plupart des tâches courantes (révocation et émission de certificats, tests...). Il permet également une restriction des droits. Avec les autres com- posants du projet PKI tel que le répondeur OCSP, il peut participer à l’établis- sement d’une solution complète de PKI. Le développement, entièrement communautaire, a été initié en 2001 et se poursuit activement. La solution est très hétérogène mais utilise des standards actuels reconnus : le serveur web est basé sur Apache 2 et l’interface écrite en Perl. Les méca- nismes de cryptographie sont basés sur OpenSSL. Enfin, la gestion des certi- ficats est réalisée par OpenLDAP.
    • OpenSSLVersion : 1.0.0eSite : www.openssl.orgPorteur : une communautéLicence : Apache et BSDOpenSSL est la librairie open source, quasiment élevée au rang de standard,en ce qui concerne les fonctions cryptographiques. En particulier, elle implé-mente complètement le standard des PKI, i.e la norme X509.En plus d’offrir le chiffrement ainsi que le hachage possible avec n’importequel algorithme connu (MD5, AES, blowfish...) elle permet également, avecle support X509, d’émettre et de révoquer des certificats ainsi que de par-faitement gérer des chaînes de certification. Elle peut écrire et réécrire lescertificats dans les formats les plus courants du marché, et nombre d’outilsplus avancés en terme d’utilisabilité sont basés sur OpenSSL.Le développement d’OpenSSL est ancien et a débuté avant 1998.Développé en C, elle reste la référence dans le domaine Linux et BSD et 179se retrouve souvent utilisée dans tout contexte nécessitant un chiffrement(allant des protocoles 802.11 aux communications HTTPS, en passant parSSH et FTPS).easyCAVersion : 0.9Site : http://sourceforge.net/projects/easycaPorteur : une communautéeasyCA permet de gérer très rapidement et sans fioriture une PKI de petitetaille. Il a été développé par Ferry Kemps en 2005.Il permet de s’abstraire quasi-totalement de la complexité relative d’OpenSSLen permettant de créer très vite ses autorités de certification ainsi que sescertificats Client. Il permet en outre la gestion des révocations et proposedes options d’export pour sauvegarde.
    • Sous licence GPL, le développement semble toutefois désormais interrom- pu. Cependant, le script de base a été repris dans de nombreux projets in- dépendants et s’est vu compléter par de nouvelles fonctionnalités (OCSP, etc...). easyCA est écrit en Bash et ne requiert aucune dépendance, hormis OpenSSL. Il est facilement éditable et personnalisable pour les besoins de la plupart des administrateurs système. EJBCA Version : 4.0.3 Site : www.ejbca.org Porteur : un éditeur (Primekey) Licence : LGPL Développée depuis 2001, EJBCA est une solution open-source de gestion PKI, parmi les plus complètes qui soient. Il est actuellement porté et main- tenu activement par la société suédoise Primekey.180 A l’instar d’autres solutions de PKI, EJBCA permet non seulement de gérer tous les aspects de la certification courante X509 (émission de certificats, révocations avec CRL, chaînes de certifications) mais fait partie des seuls produits, et c’est là son grand avantage, à implémenter une grande partie des standards liés à la spécification X509 (répondeur OCSP, CMS...) et gère correctement les matériels spécifiques tels que les HSM. Il propose égale- ment une interface d’administration complète avec restrictions des droits ainsi qu’un portail client. Un support commercial est contractable auprès de la société éditrice Pri- mekey. D’un point de vue technique, EJBCA est écrit intégralement en Java et est propulsé par un serveur d’applications JEE, qui peut être aussi bien JBoss que Glassfish. Il fait partie des rares produits respectant intégralement les spécifications Java Beans.
    • AUTHENTIFICATION, FÉDÉRATION ET GESTION D’IDENTITÉDans cette catégorie, nous vous présentons différentes solutions d’authenti-fication, de fédération et de gestion d’identité.Il s’agit donc d’outils relativement proches mais avec des finalités parfoisdifférentes. Ainsi par exemple, le système Shibboleth, permet l’authentifi-cation unique multi-domaines. Il est ainsi possible d’inclure des applicationstierces dans son système de gestion d’identité fédéré afin que les utilisa-teurs s’identifiant sur leur système unique d’identification puissent avoiraccès à l’application en question.LinOTP est également présenté ; il s’agit d’une solution d’OTP permettantl’utilisation de mots de passe générés à un instant donné, valides pendantune courte durée et utilisables une seule fois.D’autres solutions open source comme CAS, FederID, LemonLDAP, OpenAMsont présentées. 181CASVersion : 3.4.10Site : www.jasig.org/casPorteur : une communautéLicence : JA-SIG, de type BSDCentral Authentication Service est un système de Single Sign On orientéWeb. Il a été créé au début des années 2000 à l’université de Yale. En 2004,CAS est passé dans le giron du groupement d’intérêts JA-SIG.CAS permet de faire du Single Sign On entre plusieurs sites, y compris dansdes domaines différents, en utilisant des tokens à usage unique. Les appli-cations n’ont jamais accès au mot de passe de l’utilisateur, et obtiennent lelogin de celui-ci en interrogeant CAS. Le protocole de communication uti-lisé est le SAML v2, et dans les dernières versions de CAS, il est possible defournir des informations supplémentaires au login de l’utilisateur (groupes,nom, prénom, etc...). CAS peut utiliser différents types de backend en tant
    • que base utilisateur, tels qu’un annuaire LDAP, une base de données rela- tionnelle, des fichiers à plats, etc. CAS fournit également un système de proxy, permettant à une application de transférer l’identification à une autre application, Web ou non, en backend, tel qu’un webservice ou un serveur IMAP. CAS est écrit en Java, et fournit des clients CAS pour intégrer les applications au SSO, ceci en Java, PHP et .Net. Un module Apache est également dispo- nible. LemonLDAP::NG Version : 1.2.2 Site : http://lemonldap-ng.org Porteur : un consortium (OW2) Licence : GPL LemonLDAP::NG est un système de SSO et de contrôle d’accès Web, initié en 2003 par le Ministère des finances, puis repris par la Gendarmerie Nationale182 et Linagora. Il intègre le consortium OW2 en 2007. Il nécessite l’utilisation d’un serveur Apache, mais un mode reverse proxy permet de l’utiliser avec des applications fonctionnant sous un autre serveur (IIS, Tomcat, etc.) LemonLDAP::NG permet de baser l’authentification des applications web sur un annuaire LDAP, mais aussi sur de nombreux autres annuaires, bases de données, ainsi que sur d’autres systèmes tels que OpenID et SAML. Il peut également servir de fournisseur CAS, OpenID et SAML. Le contrôle d’accès peut se faire par URL pour chaque application à protéger. LemonLDAP::NG permet aussi la traçabilité des accès. Il propose une interface d’administra- tion Web. Le produit est réalisé en Perl et est facile à personnaliser, aussi bien en termes de comportement que d’apparence via un moteur de template.
    • OpenAMVersion : 9.5.3Site : http://forgerock.com/openam.htmlPorteur : un éditeur (ForgeRock)Licence : CDDL(Common Development and Distribution License, licence open sourcecréée par Sun Microsystems, basée sur la Mozilla Public License, version1.1).OpenAM est une solution complète de gestion d’identités. Suite à la décisionde Sun d’arrêter le développement d’OpenSSO, la société ForgeRock a initiéune branche qu’elle a nommée OpenAM et qu’elle continue de développeret de maintenir depuis lors. Elle a annoncé qu’elle allait poursuivre la sortiede nouvelles versions d’OpenAM en suivant la feuille de route d’origine deSun Microsystems.OpenAM est une brique d’infrastructure permettant d’assurer de façontransparente les fonctions de Single Sign On aussi bien pour des applicationsWEB que pour des Middleware. OpenAM fournit une solution permettantun déploiement facilité des projets de gestion des droits d’accès Web : lapasserelle universelle. 183OpenAM est développée en Java.LinOTPVersion : 2.3Site : www.linotp.orgPorteur : un éditeur (LSE Leading Security Experts GmbH)Licence : AGPL v3. Une version Enterprise est également disponible.LinOTP est une solution d’OTP open source maintenue par la société alle-mande LSE Leading Security Experts GmbH.C’est une solution robuste et professionnelle intégrable dans une infrastruc-ture hétérogène. LinOTP s’interface avec tout type de tokens supportant leprotocole HMAC-OTP mais également des solutions hybrides telles que lespériphériques MOTP. OTP signifie « One-Time Password » : en effet, les OTP
    • sont des mots de passe générés à un instant donné, valides pendant une courte durée et utilisables une seule fois. La génération s’effectue grâce à des matériels adaptés, comme les tokens ou même des smartphones. D’un point de vue technique, LinOTP est un serveur écrit en langage Python, avec lequel on communique par de simples requêtes HTTP. Il est donc pos- sible de l’administrer via d’autres outils que ceux fournis dans la distribution. On peut imaginer développer une interface web spécifique que l’on inclurait dans une section privilégiée d’un Intranet par exemple. Shibboleth Version : 2.0 Site : http://shibboleth.internet2.edu Porteur : une communauté Licence : Apache 2.0 Shibboleth a été développé par le consortium Internet2 regroupant univer- sités et centres de recherche (plus de 200) afin de simplifier et sécuriser184 l’accès à différentes ressources internes et externes. La version 1.0 de Shib- boleth a été publiée en 2003. Shibboleth permet la mise en place d’un système d’authentification centra- lisé entre plusieurs services ainsi que la propagation d’identités entre ces services. L’objectif de la propagation d’identités est double : déléguer l’au- thentification à l’établissement d’origine de l’utilisateur et obtenir certains attributs de l’utilisateur (pour gérer le contrôle d’accès ou personnaliser les contenus). A l’instar du module pour Apache HTTP Server, plusieurs exten- sions ont été développées permettant d’interfacer divers systèmes avec Shibboleth. Shibboleth est écrit en Java et C++.
    • LinID Directory Manager Version 1.0 Site http://www.linid.org/projects/directory-manager Porteur un éditeur (Linagora) Licence AGPLv3LinID Directory Manager est un framework Java basé sur Spring et Tapestry5 permettant de concevoir des interfaces de gestion d’identités en interagis-sant directement avec les données d’un annuaire LDAPv3.Le framework fournit de nombreux composants, comme le formulaire dechangement de mot de passe, le blocage/déblocage de comptes, l’associa-tion de membres à des groupes, la gestion des valeurs par liste de sélectionou cases à cocher.Il permet de créer des interfaces allant de l’utilisation très technique (par 185exemple LinID OpenLDAP Manager, console d’administration de la confi-guration OpenLDAP), à utilisation très fonctionnelle, comme des pagesblanches/pages jaunes ou un trombinoscope.AutresParmi les produits de l’univers Authentification, fédération et gestion d’iden-tité, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • OpenSSO http://java.net/projects/opensso • FederID http://federid.ow2.org
    • OUTILS DE TESTS DE CHARGE Les outils de tests de charge, comme leur nom l’indique, sont des applica- tions permettant de simuler une forte charge sur un service. Cela peut être un site Web mais également une base de données, un an- nuaire LDAP, un webservice, etc. Les possibilités sont très nombreuses. Une interface graphique est généralement disponible pour permettre la sai- sie des scénarios de tests : passage par telle page, clic sur tel menu, rem- plissage de tel formulaire, soumission, etc. Les scénarios en eux-mêmes peuvent être d’une grande complexité, avec des boucles, conditions, extrac- tion et réutilisation de variables, chargement de variables depuis un fichier externe, etc. En sortie des tests de charge, les applications proposent généralement de nombreux de graphes et statistiques exportables sous la forme de rapports. Parmi les outils open source, on peut citer JMeter, Tsung et aussi Funkload.186 JMeter Version : 2.5 Site : http://jakarta.apache.org/jmeter Porteur : une fondation (Apache) Jmeter est un outil d’injection de trafic édité par la fondation Apache. Il est utilisé pour réaliser des tests de charge sur plusieurs types de serveurs : Web, LDAP, Bases de données, etc. Il dispose d’une interface graphique qui rend la création de scénarios d’utilisation plus facile. Les scénarios en eux- mêmes peuvent être d’une grande complexité, avec des boucles, conditions, extraction et réutilisation de variables, chargement de variables depuis un fichier externe, et de nombreux types de graphes et de statistiques. JMeter est distribué sous licence Apache. Son développement a commencé en 2001, il est réalisé en Java.
    • Tsung Version : 1.4.0 Site : http://tsung.erlang-projects.org Porteur : une communauté Licence : GPLTsung est un outil d’injection de trafic, utilisé pour les tests de charge dedifférents types de serveurs.Il supporte HTTP et quelques dérivés (SOAP, WebDAV), les bases MySQL etPostgreSQL, ainsi que XMPP. Réalisé en Erlang, un langage spécialisé dansles applications hautes performances, il ne souffre pas des limites tradition-nelles de ce type d’outils, et peut donc simuler un trafic très important. Ildispose d’un générateur automatique de statistiques.Initialement crée par la société française Idealx, il est désormais développépar une communauté indépendante.FunkLoad 187 Version : 1.16.1 Site : funkload.nuxeo.org Porteur : une société (Nuxeo) Licence : GPLFunkload est un outil de tests fonctionnels et de charge pour applicationset services web développé par la société française Nuxeo, pour ses besoinspropres. Il a été utilisé entre autres par Google et Mozilla.Funkload est développé en Python.AutresParmi les produits de l’univers Outils de tests de charge, on peut compléterla liste avec les outils ci-dessous : • CLIF http://clif.ow2.org • OpenSTA http://opensta.org
    • MOTEURS DE RECHERCHE Les moteurs de recherche sont, comme les systèmes d’exploitation et les bases de données, des pierres angulaires de notre quotidien. Ils permettent de retrouver et d’accéder à des ressources (au sens large : pages web, images, vidéos, fichiers, etc.) indexées avec un ensemble de mots clés. Les moteurs de recherche sont généralement composés de deux services : l’indexation et la recherche. Les moteurs de recherche se différencient généralement par leurs capacités d’indexation (format, rapidité, algorithme de pertinence) et leurs fonctions de traitements linguistiques (pluriels, conjugaisons, phonétique, etc.). Dans l’univers de l’open source, le marché est dominé par les moteurs de recherche Lucene et Solr. On les retrouve très souvent associées aux meilleures applications web.188 Lucene Version : 3.4.0 Site : http://lucene.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Porté par la fondation Apache, le projet Lucene est la solution retenue, entre autres, par Wikipedia, pour l’indexation et la recherche de ses contenus. Lu- cene est sans aucun doute l’outil de recherche le plus connu, le plus utilisé et le plus dynamique du marché de l’open source. Il a été accessible en libre téléchargement par Doug Cutting en mars 2000. Lucene se définit avant tout comme une bibliothèque de recherche et d’in- dexation de contenus. Comme la plupart des moteurs de recherche, Lucene se base sur le concept de l’indexation automatique, c’est-à-dire en traitant une seule fois les données d’entrée et en leur donnant de multiples liens. Coté fonctionnel, Lucene support la recherche de formes approximatives d’un même mot (féminin, pluriel, conjugaison), la gestion des synonymes,
    • la pertinence paramétrable, etc. Le tout avec un niveau de performancesexceptionnels.Lucene est écrit en Java. Il peut être intégré au sein d’applications écritesdans différents langages : Java, Python, Ruby, Perl, PHP, C++, etc.SolrVersion : 3.4.0Site : http://lucene.apache.org/solrPorteur : une fondation (Apache)Licence : ApacheSolr est une surcouche de Lucene qui ajoute des fonctionnalités et facilitele déploiement de certaines fonctions de Lucene reconnues comme troptechnique. Son développement a été initié par CNET Networks lesquels ontdécidé en 2006 de publier leur travail.Solr est un serveur de recherche d’entreprise permettant de centraliser lesopérations d’indexation et de services de résultats. Solr est capable de com- 189muniquer avec les autres applications via de nombreux protocoles basés surdes standards ouverts, il dispose également d’une interface d’administrationen mode Web. L’une des caractéristiques majeures de Lucene est la capacitéà indexer les contenus par champ, ou par attribut, c’est à dire qu’un docu-ment n’est pas analysé comme un simple ensemble de mots, il est constituéde champs, chaque champ étant une suite de mots (terms). Solr permet detirer pleinement parti de cette fonctionnalité. Ce fonctionnement permetune gestion beaucoup plus fine de la pertinence, et de la recherche avancée.mnoGoSearchVersion : 3.3.11Site : www.mnogosearch.orgPorteur : un éditeur (Lavtech.com)MnoGoSearch est un moteur de recherche dont la première version opensource est sortie en 2000.
    • MnoGoSearch est spécialisé dans l’indexation de sites Web Internet ou In- tranet. De ce fait, son mode d’indexation est principalement basée sur du crawling HTTP. Pour la recherche, MnoGoSearch fournit un script CGI inté- grable dans un serveur Web. Un système simple de templates permet de customiser la page de recherche. MnoGoSearch supporte nativement de nombreuses langues, les synonymes, la correction orthographique, les opé- rateurs de recherche booléenne, etc.... Le stockage peut se faire en base MySQL ou en base PostGreSQL. MnoGoSearch supporte également l’indexation de documents bureautiques à travers des utilitaires externes (catdoc, pdf2text, etc...), ainsi que l’indexa- tion de système de fichiers sans passer par un serveur HTTP. MnoGoSearch est distribué sous licence GPL pour les environnements Unix, tandis que les binaires Windows sont propriétaires et payants. MnoGoSearch est développé en C. OpenSearchServer Version : 1.2.1190 Site : www.open-search-server.com Porteur : un éditeur (OpenSearchServer) Licence : GPL OpenSearchServer est un serveur de recherche, créé par Emmanuel Keller. La première version open source est sortie en 2008. OpenSearchServer a été développé en interne dans le cadre du site l’Usine Nouvelle. Basé sur Lucene, il se différencie de SolR par une interface d’admi- nistration graphique accessible en HTTP, une capacité de crawling de site très avancée (gestion des threads, exclusion de pages, programmation de l’indexation, etc...), un système d’indexation de base de données et un crawler de fichiers. OpenSearchServer peut également facilement s’inter- facer avec toute application, à travers une interface REST. De plus, Open- SearchServer peut être étendu facilement à travers des modules spécifiques qui viendront enrichir ses fonctionnalités. OpenSearchServer est également capable d’interpréter le contenu de plusieurs formats de fichiers
    • (OpenOffice, Ms Office, PDF, etc...).La société Jaeksoft, basée sur Paris et membre de Systematic, assure la ma-jeure partie des développements et fournit du support sur l’outil.OpenSearchServer est écrit en Java.AutresParmi les produits de l’univers Moteurs de recherche, on peut compléter laliste avec les outils ci-dessous : • Xapian: http://xapian.org/ • Whoosh: http://whoosh.ca/ • Nutch: http://nutch.apache.org • Sphinx: http://sphinxsearch.com • Flax: http://www.flax.co.uk 191
    • SERVEURS HTTP ET SERVEURS D’APPLICATIONS Dans cette rubrique, nous présentons les serveurs HTTP et les serveurs d’ap- plications JEE open source du marché. Les serveurs HTTP (également appelé daemon HTTP ou serveur Web) ser- vent les requêtes (pages, images souvent) des internautes en respectant le protocole http. Dans l’univers des serveurs HTTP, le serveur Apache domine très largement avec une notoriété exceptionnelle. Il n’est pas difficile de trouver des presta- taires pour du conseil ou de l’intégration. Concernant les serveurs d’applications, même si JBoss AS et Tomcat se par- tage la vedette, on voit de nombreux noms apparaitre comme Glassfish no- tamment. Compte de tenu de la diversité des outils sélectionnés dans cette catégorie, les graphiques suivants ne présentent pas de moyenne.192 Apache Version : 2.2.20 Site : http://httpd.apache.org Porteur : une fondation (Apache) Licence : Apache Apache est le serveur web le plus utilisé au monde. Son développement a commencé en 1995 alors qu’il s’agissait uniquement d’une collection de correctifs et d’additions au serveur NCSA HTTPd 1.3. Il offre une grande souplesse de configuration et un grand nombre modules pour une couverture fonctionnelle toujours inégalée. La version 2 a notam- ment apportée le support de plusieurs plateformes (dont Windows), une nouvelle API et le support d’IPv6. En plus de son périmétre initial, Apache est conçu pour être modulaire et permettre l’accueil de fonctionnalités ad- ditionnelles comme l’interprétation du language PERL, PHP, Python et Ruby, le support des tags SSI et des CGI, etc.
    • JBoss ASVersion : 7.0.1Site : www.jboss.org/jbossasPorteur : un éditeur (Red Hat)JBoss AS est le leader mondial des serveurs d’application, avec plus d’untiers de part de marché. Le premier concepteur du produit fut Marc Fleury.En avril 2006, Red Hat a racheté JBoss Inc.Certifié Java EE 6 Web Profile, il représente une excellente alternative auxserveurs d’application commerciaux comme WebSphere ou Weblogic. JBossfournit une interface d’administration claire et simple. Son arborescence esttoutefois assez complexe.JBoss est distribué sous la licence LGPL.JBoss est écrit en Java.Tomcat 193Version : 7.0.21Site : http://tomcat.apache.orgPorteur : une fondation (Apache)Apache Tomcat est le conteneur de servlets JEE de la fondation Apache. Leprojet Tomcat a été lancé comme implémentation de référence des servletspar James Duncan Davidson, architecte logiciel chez Sun.Il s’agit du serveur d’application Java le plus utilisé au monde. Son interfaced’administration est très sommaire. D’ailleurs, on associe souvent Tomcat àun autre serveur Web plus « généraliste » comme Apache voire JBoss. Dansce cas, le serveur Web s’occupe de servir les pages web HTML par exempleet délègue à Tomcat les pages faisant appel à Java (Servlet, JSP, etc).Tomcat est distribué sous la licence Apache.Tomcat a été écrit en langage Java. Il peut donc s’exécuter via la machinevirtuelle Java sur n’importe quel système d’exploitation la supportant.
    • GlassFish Version : 3.0.1 Site : http://glassfish.java.net/fr Porteur : un éditeur (Oracle) GlassFish est l’implémentation de référence Java EE développé par Oracle. En fait, le projet est né en 2005 de par l’ouverture de Sun Application Server. La première version de GlassFish, la 1.0, date de 2006. GlassFish possède notamment une interface d’administration très complète et un shell complet permettant d’administrer le serveur en ligne de com- mande. Au niveau des standards, GlassFish est une implémentation com- plète de la norme Java EE 6 qui recouvre : EJB 3.1, JPA 2.0, JAX-RS 1.1, JSF 2.0, Servlet 3.0, CDI 1.0, etc. GlassFish est distribué sous double licence CDDL et GPL v2. GlassFish est écrit en Java.194 Autres Parmi les produits de l’univers Serveurs HTTP et serveurs d’applications, on peut compléter la liste avec les outils ci-dessous : • EasyBeans: http://wiki.easybeans.org • Geronimo: http://geronimo.apache.org • JOnAS: http://wiki.jonas.ow2.org • Lighttpd: http://www.lighttpd.net
    • MOM & EAILes Middleware Orientés Messages, ou « MOMs », sont des outils particu-lièrement précieux pour mettre en œuvre des échanges entre applicationsde toutes natures.Un middleware permet à différentes applications d’échanger et d’intero-pérer. Un middleware permet aux applications d’interopérer y comprislorsqu’elles tournent sur des serveurs différents, interconnectés par un ré-seau. Le middleware est un outil de haut niveau, puisqu’il offre ses servicesaux applications, mais les échanges induits s’appuient sur toute une pile deprotocoles réseau.Un middleware est davantage qu’un simple protocole d’appel des servicesofferts par une application, et typiquement RPC, RMI ou bien SOAP, touségalement synchrones, ne sont pas vraiment considérés comme des mid-dlewares.ActiveMQVersion : 5.5.0 195Site : http://activemq.apache.orgPorteur : une fondation (Apache)Licence : ApacheSorti en 2004, ActiveMQ est le MOM open source de la fondation Apache.ActiveMQ s’appuie sur quelques autres projets Apache : Apache Camel(Implémentation partielle des « Entreprise Integration Patterns ») et Jetty(Serveur d’application Java intégré à ActiveMQ). Et ActiveMQ est à son tourutilisé par quelques autres grands projets : Apache Service Mix, Mule, Gero-nimo (comme fournisseur JMS par défaut). Le traitement des messages deActiveMQ est sans doute son plus célèbre atout, après celui de sa grandeconnectivité. À l’aide du projet Camel qui est intégré, il a la possibilité detraiter les messages selon les modèles d’intégration d’entreprises (EIP).ActiveMQ est développé en Java. La diversité des langages et environne-ments supportés au niveau des clients est particulièrement grande, et c’est
    • un des grands atouts de Active MQ. Les langages et protocoles à partir des- quels on peut accéder à ActiveMQ sont : C, C++, Ajax, RESTful et SOAP, .Net, Delphi, FreePascal, Perl, PHP, Pike, Python, Ruby, etc. JORAM Version : 5.7.0 Site : joram.ow2.org Porteur : un consortium (OW2) et un éditeur (ScalAgent) Licence : LGPL JORAM (« Java Open Reliable Asynchronous Messaging ») est le Middleware de consortium Object Web, sortie en 1999. Object Web est aussi connu pour son serveur d’application Java nommé Jonas auquel est d’ailleurs intégré JO- RAM. JORAM a une architecture interne élégante, basée sur le modèle d’agent. Un agent est un composant logiciel répondant à certains événements. Dans le cas de JORAM, les événements sont sous forme de messages. Les queues196 et les topics sont ainsi représentés par des agents. Un utilisateur connecté à la plateforme est également représenté par un agent dit proxy. Cette ap- proche offre une grande flexibilité car elle permet la création et la suppres- sion d’agents à la volée et sur n’importe quel broker. Les langages par lesquels ont peut accéder à JORAM sont : Java (via l’inter- face JMS), C et C++ (à l’aide de JNI permettant ainsi de simuler un environ- nement JMS).
    • RabbitMQ Version : 2.8.6 Site : www.rabbitmq.com Porteur : un éditeur (VMWare) Licence : MPLRabbitMQ est un MOM open source qui implémente le standard AMQP etpropose des passerelles vers d’autres protocoles. Son architecture à pluginslui permet d’être étendu par l’ajout de nouvelles fonctionnalités.RabbitMQ est implémenté en Erlang au-dessus de la plateforme de hautedisponibilité OTP, ce qui lui confère une grande robustesse. On peut y ac-céder côté client via une grande variété de langages, grâce à l’utilisation duprotocole standrad AMQP.AutresParmi les produits de l’univers MOM & EAI, on peut compléter la liste avecles outils ci-dessous : 197 • JBoss Messaging : http://www.jboss.org/jbossmessaging • ZeroMQ: http ://www.zeromq.org/
    • Autres Dans cette dernière rubrique de la dimension « Développement et couches intermédiaires » nous présentons d’autres outils open source qui peuvent trouver leur intérêt dans les entreprises même s’il était difficile d’en faire une catégorie à part entière. Nous présentons notamment Drools (un moteur de règles étonnant) et ESI- Gate (permettant la construction à la volée de pages à partir de fragments issus de technologies différentes). Drools Version : .2.0 Site : www.jboss.org/drools Porteur : un éditeur (JBoss) Drools (ou JBoss Rules) est un système de gestion de règles métier utilisant un moteur d’inférence à chaînage avant.198 L’utilisation d’un outil tel que Drools permet de faire évoluer des règles et des contraintes sans modifier un programme informatique. Cela représente un avantage certain. Drools est constitué de plusieurs modules : Guvnor (in- terface d’administration Web, Expert (moteur de règles), Planner (Moteur de planification automatique) et Flow (Moteur de workflow). Drools Gu- vnor offre les services suivants : gestion des versions et le déploiement des règles, édition des règles sans développement, hiérarchisation et catégori- sation des règles, déploiement automatisé des règles. Les règles peuvent être visualisées de manière technique mais également grâce à un éditeur très simple d’accès et sous forme de tableau de décision parfaitement com- préhensible par des utilisateurs fonctionnels. Drools est distribué sous la licence Apache.
    • ESIGateVersion : 2.19Site : www.esigate.orgPorteur : une commaunutéESIGate est un agrégateur de contenus web. Il a été créé par plusieurs ingé-nieurs spécialistes JEE de chez Smile, premier intégrateur français de solu-tions open source.ESIGate peut s’interfacer à des serveurs existants, dont il récupère les pagesHTML à la volée. Les différentes bribes de contenus ainsi obtenues de diffé-rents serveurs sont ensuite assemblées en une page unique, servie à l’inter-naute. La grande force de cette approche est qu’elle est totalement agnos-tique technologiquement, capable d’intégrer n’importe quelles applicationsweb, sans demander la moindre modification de l’existant. ESIGate peutaussi être configuré pour extraire des bribes de contenus au sein des pagesexistantes. Dans ce cas, il est possible d’insérer des commentaires HTML,afin de parfaitement délimiter les blocs à extraire.ESIGate est distribué sous la licence Apache. ESIGate est écrit en Java et 199fonctionne en acceptant plusieurs syntaxes, soit à base de taglibs JSP, soiten utilisant les tags de la norme ESI définie par Akamai pour son ContentDelivery Network.
    • CONCLUSION Comme nous avons pu le voir à travers ces chapitres, l’offre open source est particulièrement large avec des produits de grande qualité aux socles tech- niques et fonctionnels parmi les meilleurs du marché logiciel. Ainsi, dans un grand nombre de domaines, faire le choix de l’open source n’est plus vraiment une question mais plutôt une réalité d’office pour la plupart des entreprises. D’ailleurs, toutes les études le confirment, l’open source est omniprésent dans l’entreprise. En juillet 2010, sur 547 DSI interrogés par Gartner dans 11 pays différents, seul 1 d’entre eux (soit 0.2% du total!) déclarait ne pas utiliser d’open source dans son organisation. 11% d’entre eux affirmaient utiliser l’open source de manière stratégique pour acquérir un avantage concurrentiel, et 22% supplémentaires déclaraient utiliser l’open source de manière cohérente dans tous les départements de leur organisation. Ces chiffres sont en progression constante, année après année. Les bénéfices à l’utilisation de l’open source sont énormes : pérennité, liber-200 té de choix, respect des standards, dynamique d’évolution, standard de fait, coût, etc. Les administrateurs et exploitants le savent : rien n’est plus fiable et performant qu’un serveur Linux pour faire tourner un serveur d’applica- tion Java ou PHP, par exemple, ou encore une base de données. Ce livre, nous l’espérons, vous permettra de converger vers les meilleurs produits et vous aidera à bâtir des architectures sûres, pérennes et inno- vantes, pour le bénéfice de la compétitivité de votre entreprise.
    • REMERCIEMENTSCe guide est en très grande partie issu d’un livre blanc publié par la sociétéSmile en 2011. Ce livre blanc est toujours disponible depuis le site de Smile(www.smile.fr).Smile a accepté à l’occasion de l’Open World Forum 2012 de passer le conte-nu de ce guide en licence FDL, de façon à ce qu’il puisse être mis à jour etenrichi par de nouveaux contributeurs. Nous les en remercions chaleureu-sement.La rédaction initiale à été réalisée par les collaborateurs et dirigeants deSmile suivants : Grégory BECUE; Benoît JACQUEMONT; Maxime BESSON;Patrick KOUASSI; Alexandre NION; Philippe DE OLIVERIA; Frédéric DE GOM-BERT; Patrick NERDEN; Thomas CHOPPY; Jean-François BOSSARD; Régis DA-MONGEOT; Thibaut DEMARET; Julien BAGARIE; Sébastien GIRAUD; Alain AR-DITI; Patrice BERTRAND; Barthélémy VESSEMONT; Eric DRIER DE LA FORGE;Guillaume MAISSA; Eric PLAQUEVENT; Allaedine EL BANNA; Jérémy SUBTIL;Marc GIBERT; Sylvain TACQUET; Badr CHENTOUF; Hélène ZYSMAN; PhilippeBRIERE; Sébastien MAULION; Aurélien LEMAIRE; Aurélien FOUCRET; Marc 201MAURICE; Sylvain BANNIER.La mise à jour et l’enrichissement du document en septembre 2012 ont étéréalisés principalement par une équipe de bénévoles et permanents du GTLLdu Pôle Systematic Paris-Region : Stéfane FERMIGIER, Laurent SEGUIN, JulienMARBOUTIN, ainsi que d’experts externes comme Jean-Luc RAFFAELLI. Ontégalement apporté des contributions au document plusieurs membres duGTLL : Marine SOROKO, Etienne JULIOT, Nicolas CHAUVAT, Vincent PICAVET,Michaël BELKASMI, Michael BAILLY, Jean-Louis ERCOLANI, David CARELLA,Jean-Paul SMETS.
    • LICENCES Ce document est placé sous des licences qui vous autorisent à en réutiliser le contenu, moyennant le respect de certaines règles: La partie «Guide des logiciels open source» est placée sous licence GNU Free Documentation License version 1.3. En d’autres termes, vous pouvez copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de cette licence que vous pouvez trouver à l’adresse suivante: http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html Nous attirons votre attention sur les contraintes attachées à cette licence en cas de modification du document, qui impliquent en particulier de respecter les auteurs des versions initiales du document, à la fois en les citant comme co-auteurs mais aussi en les dégageant de toute responsabilité relative à vos propres modifications.202 Le reste du document est placé sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 3.0 Unported (CC BY-ND 3.0), disponible à l’adresse suivante : http://creativecommons.org/licenses/by-nd/3.0/fr/ legalcode En d’autres termes, vous pouvez redifuser les textes correspon- dants à condition de ne pas les modifier et d’attribuer l’oeuvre de la manière indiquée par l’auteur de l’oeuvre ou le titulaire des droits (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’ils vous aprouvent, vous ou votre utilisation de l’oeuvre).
    • 203
    • Sommaire des annexes Annexe : annuaire des prestataires en Ile-de-France 204 4D 206 ACAPI 206 ADACORE 207 AF83 207 ALFSTORE 208 ALIXEN 208 ALTER WAY 208 ANAKEEN 209 ANT’INNO 209 ARAOK! 210 ARTENUM 210 BEARSTECH 210 CAPGEMINI 210 CELI 211 CORE-TECHS 211 CS 211204 ENOVANCE 212 EPIPHYTE 212 ESI GROUP 212 EUREVA 212 EXOSEC 213 GENYMOBILE 213 GLOBALIS MEDIA SYSTEMS 213 HAMBURWARE 214 HEDERA TECHNOLOGIES 214 HENIX 214 INNOVIMAX 215 JAEKSOFT 215 KALIS 216 KELIS 216 LINAGORA 217 LOGILAB 217 MAARCH 218 MANDRIVA 218 NEXEDI 218 NUXEO 219
    • OBEO 219OPEN WIDE 220OSLANDIA 220OW2 CONSORTIUM 221PAQTIGO 221PILOT SYSTEMS 221PROLOGUE 222PROXEM 222QUALIXO 222RESTLET 223SMILE 223SOPINSPACE 224SPARKOM 224SPIRULA 224SPLITTED-DESKTOP SYSTEMS 225SYSRA 225TAGMATICA 225TALEND 226WALLIX GROUPE IF RESEARCH 226WEBISTEM 227XWIKI 227YSANCE 228 205ZENIKA 228
    • Annexe: annuaire des prestataires et fournisseurs de solu- tions en Île-de-France La liste qui suit regroupe des sociétés présentes en Île-de-France, actives au sein des associations reconnues du secteur du logiciel libre (Pôles de com- pétitivité, consortia et associations professionnelles). Leur présence dans cet annuaire est bien évidemment purement indicative, et ne saurait constituer à elle seule un label indiscutable de qualité ou de respect des valeurs et des principes du logiciel libre et de l’open source. Nous vous invitons à vous en assurer en les contactant. 4D Adresse: 60 Rue D’Alsace, 92110 CLICHY Site: www.4d.com 4D est l’éditeur de Wakanda, plateforme open source de développement206 et de déploiement end-to-end JavaScript, s’appuyant sur les derniers stan- dards du Web, qui ambitionne de révolutionner la création d’applications Web. Les trois axes majeurs de développement de 4D pour Wakanda sont la démultiplication de la productivité du développeur par rapport aux ou- tils actuels du marché, le déploiement client cross-platform dans n’importe quel navigateur Desktop ou mobile (tablettes et smartphones) à partir d’un projet de développement unique, et enfin la mise en oeuvre d’une offre PAAS « Platform as a service » permettant un déploiement simple et perfor- mant des applications Wakanda sur le Cloud. ACAPI Adresse: 16 Rue Des Chateaupieds, 92565 RUEIL-MALMAISON CEDEX Site: www.acapi.fr ACAPI est une société spécialisée dans l’analyse et l’amélioration des pro- cessus Etudes : développement de projets et maintenance des applications.
    • ADACOREAdresse: 46 Rue d’Amsterdam, 75009 PARISSite: www.adacore.comLa vision d’AdaCore est la création d’une solution 100% libre pour la certi-fication de logiciels critiques dans l’aéronautique, le spatial et le transport.AdaCore est le principal éditeur de solutions de développement pour Ada83, Ada 95, et Ada 2005, le langage de programmation spécifiquementconçu pour les projets logiciels de grande dimension et de longue duréedans lesquels la fiabilité, l’efficacité et la sécurité sont critiques. GNAT Pro,le produit phare d’AdaCore, comprend un ensemble complet d’outils de dé-veloppement (compilateur, debugger, IDE, divers librairies, outils de vérifi-cation de mémoire, de couverture, de test, kit de certification DO-178B, …)et un support technique de très haut niveau, ce qui garantit des réponsesrapides et adaptées aux besoins de ses clients.AF83 207Adresse : 15 rue Poissonnière 75002 ParisSite : www.af83.comFondée en 2006 à Paris et San Francisco, af83 est une agence digitale inno-vante spécialisée en conception d’expérience, technologie et communica-tion. Cette triple expertise nous permet d’assurer toute la chaîne de réali-sation d’un projet digital de la conception à la promotion. Notre mission ?Aider nos clients à créer, transformer et développer leurs services numé-riques.Nous nous sommes positionnés dans la création d’applications mettant enœuvre les technologies et les pratiques les plus avancées depuis la créationd’af83. Nos équipes d’experts se concentrent aujourd’hui sur la nouvelle gé-nération d’applications exploitant les possibilités de HTML5, Ruby on Rails,MongoDB et NodeJS.
    • ALFSTORE Adresse: 44 Rue Cauchy, 94110, ARCUEIL Site: www.alfstore.com Alfstore est un éditeur de logiciels spécialisé dans le domaine des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE). Nous nous positionnons comme un équipemen- tier pour les principales plateformes sociales et collaboratives du marché (Jive, IBM, Liferay, etc). Notre offre de modules ECM permet d’enrichir ces plateformes, en apportant des fonctions métier type GED, CMS et BPM. ALIXEN Adresse: 20 Rue Jean Rostand, 91400, ORSAY Site: www.alixen.fr Alixen a été créée en octobre 2002 par une équipe d’ingénieurs et de com- merciaux expérimentés dans l’intégration et la maintenance de systèmes208 d’informations basés sur des Logiciels Libres. La connaissance et l’expé- rience sur les solutions mises en oeuvre ont permis à Alixen de concevoir une offre de produits et de services parfaitement adaptée aux besoins des entreprises, administrations et collectivités. Alixen s’est construite autour de valeurs, partagées par l’ensemble de ses collaborateurs, visant à promouvoir les logiciels libres et les formats ouverts. Nous estimons, en effet, qu’il est important de pouvoir disposer des sources des logiciels et d’avoir le droit de les modifier pour être maître de son système d’information. Cette liberté permet de garantir une pérennité des données de l’entreprise. ALTER WAY Adresse: 1, Rue Royale 227 Bureaux De La Colline, 227, bureaux de la colline Cedex, 92213, ST-CLOUD Site: www.alterway.fr
    • Alter Way entend donner à la démarche Open Source une dimension in-dustrielle qui en accroîtra l’attractivité et en garantira la pérennité. Lesdonneurs d’ordre trouveront, auprès d’Alter Way, acteur Open Source ma-jeur, une véritable alternative aux grands intégrateurs traditionnels. Les do-maines d’intervention d’Alter Way sont: Intégration en Open Source; Ges-tion de contenu; Administration systèmes et réseaux; Business Intelligence;Hébergement; Formation.ANAKEENAdresse: 5 Place De La Republique, 75003 PARISSite: www.anakeen.comDéveloppeur et commerce de solution logiciel pour la gestion de fichiers etl’accès aux données.ANT’INNO 209Adresse: 29, Rue De La Beaune, 93100 MONTREUILSite: www.antinno.frAnt’inno est un éditeur de logiciel. Ant’inno développe et commercialise unlogiciel de gestion collaborative de documents, l’Ant’box. Le critère différen-ciant de la solution Ant’box est le caractère optionnel du classement desdocuments qui est possible mais pas obligatoire. Cette particularité fonc-tionnelle impose l’intégration d’un moteur de recherche textuel très perfor-mant en terme de pertinence. L’industrialisation du moteur de rechercheen langage naturel du CEA ainsi que la gestion des ressources linguistiquesmultilingues sont aussi au coeur de métier d’Ant’inno.
    • ARAOK! Adresse: 17, Rue Vauquelin, 75005 PARIS Site: www.araok.com ARAOK! est une société de conseil, 100% focalisée sur le e-commerce, qui cultive une double expertise marketing et technique et effectue une veille permanente sur les acteurs du domaine et sur les solutions techniques. ARTENUM Adresse: 24 Rue Louis Blanc, 75010 PARIS Site: www.artenum.com Artenum est la solution adaptée à votre R&D. Entreprise indépendante si- tuée à Paris, Artenum travaille avec des partenaires européens afin de facili- ter le travail numérique et collaboratif. À l’interface entre la recherche et in- dustrie, Artenum apporte les technologies OpenSource les plus innovantes210 pour les deux secteurs. BEARSTECH Adresse: 40 passage de panoramas, 75002 PARIS Site: www.bearstech.com Logiciel libre et services pour l’hébergement et l’administration système. CAPGEMINI Adresse: 11 Rue De Tilsitt, 75017 PARIS Site: www.capgemini.com Capgemini est l’un des leaders mondiaux du conseil, des services informa- tiques et de l’infogérance.
    • CELIAdresse: 33 Avenue Philippe Auguste, Cedex, 75011 PARISSite: www.celi-france.comDéveloppement de logiciels dédiés à l’analyse des opinions, des tendances,des desiderata issus des blogs, newsgroups, forums, etc.CORE-TECHSAdresse: 218, Avenue Jean Jaurès, 75019 PARISSite: www.core-techs.frCore-Techs est un société spécialiste dans la conception et le déploiementde solutions Web : portails Web, plateformes Ecommerce, Intranet, Extra-nets, développements spécifiques. Ses réalisations s’appuient sur l’exploi-tation de solutions de gestion de contenu Open Source et de frameworksPHP et Java. 211CSAdresse: 22, Avenue Galilée, 92350 LE-PLESSIS-ROBINSONSite: www.c-s.frConcevoir, intégrer, exploiter des applications, des systèmes et des infras-tructures critiques, CS met au service de ses clients les technologies les plusinnovantes pour construire des solutions globales de haute performance.Grâce à sa capacité d’innovation et à son potentiel humain et technologique,CS se situe parmi les leaders européens sur ses marchés : Aéronautique,Aviation civile et militaire, Spatial, Défense, Énergie et Utilities, Banque etFinance, Industrie et Automobile, Télécommunications, Administrations etCollectivités locales, Assurance et Prévoyance, Distribution et Logistique,Transports terrestres.
    • eNovance Adresse: 56 Rue De La Rochefoucauld, 75009 PARIS Site: www.enovance.com eNovance est une société composée d’une quinzaine d’experts spécialisés travaillant autour d’une philosophie commune : la diffusion et le dévelop- pement des technologies Open Source. Depuis sa création eNovance s’est positionnée sur une double activité : une activité de service et une activité de R&D autour de l’Open Source. EPIPHYTE Adresse: 12, Rue Vivienne, 75002 PARIS Site: www.epiphyte.eu Basée à Paris, Epiphyte est une société offrant des services en R&D et en Ingénierie Informatique, destinés à la réalisation de prestations de haut ni-212 veau en développement informatique. ESI GROUP Adresse: 100 Avenue De Suffren, BP 80112 Cedex, 75015 PARIS Site: www.esi-group.com Simulation de process et de test. EUREVA Adresse: 17, Rue Pascal, 75005 PARIS Site: www.eureva.fr Eureva est une société de conseil en management et technologies spéciali- sée dans l’innovation logicielle et propose son expertise sur: La virtualisation d’infrastructures; Les architectures mobiles; Les architectures d’entreprises.
    • EXOSECAdresse: 3, Rue Du Petit Robinson, ZAC des Metz, 78350 JOUY-EN-JOSASSite: www.exosec.frEXOSEC ext une société d’expertise en infrastructures à Haute Qualité deService. Nous délivrons notre savoir faire sous la forme de services de conseilet d’ingénierie ainsi que comme éditeur de solutions d’optimisation des flux.Notre objectif est d’accompagner globalement nos clients pour toute la ges-tion de l’infrastructure de leur SI. Conception, implémentation et assistancesur les infrastructures réseaux à Haute Qualité de Service. Expertise réseaux,Open Source et Supervision.GENYMOBILEAdresse: 87 Rue De Turbigo, 75003 PARISSite: www.genymobile.comSociété de service, GENYMOBILE est spécialisée en conseil et ingénierie en 213technologie mobile à destination des grands comptes et industriels. Nos do-maines d’expertise sont les suivants : Conseil Technologique - Ingénierie Mo-bile - Formation - Accompagnement sur programme de R&D et innovation- Sujets techniques pointus : Virtualisation d’Android, customisation de Rom,sécurisation des OS mobiles, mobile device management... - Informatiqueembarquée et domotique.GLOBALIS media systemsAdresse: 6 Bis, Rue Auguste Vitu, 75015 PARISSite: www.globalis-ms.comGLOBALIS est la seule SSII au positionnement intégralement dédié à la pla-teforme PHP / LAMP. Nous concevons et réalisons des solutions (applica-tions et sites) Internet, Intranet et mobiles depuis plus de 15 ans. Etudes,
    • développement, intégration, assistance, TMA, interventions en régie ou au forfait, nos prestations ont déjà séduit plus de 300 clients issus de l’indus- trie, de la banque, des médias ou de la distribution. Chaque année, plus de 100 000 utilisateurs pratiquent nos applications…avec satisfaction. Nous sommes agréés au titre du CIR par le Ministère de la Recherche depuis 2007. HAMBURWARE Adresse: 1 Mail Gay Lussac, Cedex, 95015 CERGY Site: www.hamburware.com A mi-chemin entre l’éditeur d’applications web et la web agency. HEDERA TECHNOLOGIES Adresse: 38, Rue Du Chemin Vert, 75011 PARIS214 Site: www.hederatech.com Hedera Technology est une start-up focalisée sur l’innovation des infrastruc- tures IT. Avec nos solutions logicielles, les infrastructures IT sont agiles et fluides, l’IT devient une commodité. Les applications métiers sécurisées et redondées sont déployées en quelques clics. La configuration, le déploie- ment et l’administration sont complétement automatisés pour une optimi- sation du cycle de vie des infrastructures physiques et virtuelles. HENIX Adresse: 45-47, Avenue Pierre Brossolette, 92120 MONTROUGE Site: www.henix.com Henix est une société de Service en Ingénierie Informatique créée en 1999, spécialisée en Qualification Logicielle et en Assistance à Maîtrise d’Ouvrage. Henix propose à ses clients des équipes dédiées aux tests, organisées en Centre de Service Recette. Son outillage open source, développé dans le
    • cadre du projet R&D Squash, lui a permis de démocratiser l’accès à unealternative open source mature, de renforcer sa visibilité sur ce créneau au-près de grands comptes (groupes, ministères,...) et de renforcer la légitimitéde ses services de qualification logicielle et de ses services supports. Viasa filiale École de la Qualité Logicielle, Henix contribue également à la pro-fessionnalisation/montée en technicité des métiers de la qualité logicielle.Henix anime le Club Qualité Logicielle, créé en 2006 à l’initiative de res-ponsables informatiques qualité/méthode/outils de grandes sociétés fran-çaises. Le Club s’intéresse aux différentes facettes de la qualité, aux traversd’échanges entre grands comptes (normalisation, échange de bonnes pra-tiques, retour d’expérience), de présentations de solutions, et de groupes detravail. En assistance à maitrise d’ouvrage, Henix intervient en analyse mé-tier et fonctionnelle, en conduite de projet / PMO et en accompagnementdu changement, dans les domaines de la santé, de l’énergie, en banque/finance et transports/logistique.INNOVIMAXAdresse: 9 Impasse Des Orteaux, 75020 PARIS 215Site: www.innovimax.frPermettre aux sociétés de prendre en main leur stratégie numérique enmettant en oeuvre de standards pérenne afin d’assurer une qualité maxi-male. Nous ajoutons à cela une forte compétence dans la monté en chargede traitement de volume de données ou de haut débit. Consulting, Forma-tion et développement en stratégie numérique, standards et qualité. Trai-tement de données en masse ou à haut débit en streaming et en parallèleJAEKSOFTAdresse: 89 Rue De Meaux, 93410, VAUJOURSSite: www.open-search-server.comÉditeur du moteur de recherche OpenSearchServer est un logiciel de mo-teur de recherche construit autour des meilleurs outils open source.
    • KALIS Adresse: 2 Rue Eugène Pottier, Promopole, 78190 TRAPPES Site: www.kalis.fr Volonté d’entreprendre et de donner un sens à la vie de l’entreprise. Réelle capacité à rester focalisé pour développer un savoir-faire et créer une po- sition compétitive forte et reconnue par les grandes entreprises… KALIS a conçu et mis en oeuvre des Offres de Services dans le domaine de l’Amélio- ration de la Qualité du Système d’Information - KaliITG : une offre de Conseil ‘outillée’ pour les DSI s’appuyant sur une méthodologie, des expériences et une solution logicielle innovante et performante(XAGA). - KaliSOFT une offre simple permettant aisément l’amélioration de la Qualité des patrimoines Applicatifs (JAVA/C++/...) en s’appuyant sur de la Méthodologie et sur une solution de Qualimétrie Open Source (SQUALE). - KaliTEST une Offre de Tests & Recette s’appuyant sur une méthodologie et une démarche éprouvées, des expériences concrètes et une solution Outillée Open Source à très fort ROI(TESTLINK/MANTIS). - KaliCHANGE une Offre pour supporter le Cycle de vie Applicatif prenant en compte la Gestion des Exigences (Référentiel de216 traçabilité des Exigences), la Gestion de Configuration logicielle, la standar- disation des processus de développement CMMi et de production ITIL KELIS Adresse: 9, Rue Du Gros Buisson, 60150 THOUROTTE Site: www.kelis.fr Kelis a pour volonté la dissémination de l’écriture structurée par le biais d’outils logiciels de type chaînes éditoriales accessibles et performants, dans l’ensemble des secteurs d’activité (de la formation et de la formalisa- tion des savoirs à la rédaction de rapports quotidiens jusqu’à la webradio). Kelis est éditeur de la suite logicielle libre Scenari, de conception de chaînes éditoriales de création de documents multi-supports. Kelis accompagne ses clients et partenaires à la conception et mise en œuvre de leur chaîne édito- riale, adaptée à leur contexte.
    • LINAGORAAdresse: 80, Rue Roque De Fillol, 92800 PUTEAUXSite: www.linagora.comLinagora, société spécialisée en Logiciel Libre, édite ses propres logiciels etpropose une gamme de services professionnels. L’activité d’édition s’articuleautour de 4 produits : • OBM (outils de messagerie et de travail collaboratif) ; • LinPKI (solutions de confiance numérique et de sécurité) ; • LinID (applications de gestion et de fédération des identités) ; • Petals (ESB libre qui s’adapte aux infrastructure étendues etgrande échelle).Linagora propose également l’Open Source Software Assurance, offre desupport et maintenance contractuellement garantis sur plus de 200 logicielslibres, ainsi que des services de développement et intégration, de créationweb, de formations et de conseil. 217LOGILABAdresse: 104 Boulevard Louis-Auguste Blanqui, 75013 PARISSite: www.logilab.frLogilab est reconnue pour son expertise dans les domaines de l’informa-tique scientifique et du Web sémantique, sur la base de Python, Debian etdes méthodes agiles.
    • MAARCH Adresse: 11 Boulevard Du Sud Est, 92000 NANTERRE Site: www.maarch.org Maarch est une infrastructure d’archivage GED Open source complète pour la conservation de gros volumes de ressources numériques. Cette plate- forme offre les fonctions d’importation et de restitution de documents afin de permettre la conservation et l’exploitation des ressources numériques d’une organisation sur le long terme, en contribuant au respect des régu- lations françaises et internationales concernant l’archivage documentaire. Maarch existe aujourd’hui en français, anglais et supporte le multilingue. MANDRIVA Adresse: 8 Rue De La Michodière, 75002 PARIS Site: www.mandriva.com218 Mandriva facilite l’installation et l’utilisation du système d’exploitation li- nux pour les particuliers et les organisations (entreprises, administration) partout dans le monde en fournissant des distributions Linux adaptées aux différents usages. Grand public: distribution Mandriva Linux, édition d’une version Linux gratuite et payante incluant des logiciels tiers; la distribution est aussi disponible sur Clé USB bootable. OEM: les distributions sont dis- ponibles pour être préinstallées sur des PC. Entreprise, administrations: dis- tribution orientée serveur et outils de gestion de parcs informatique (Win- dows, Linux, Unix). NEXEDI Adresse: 39 Rue Erlanger, 75016 PARIS Site: www.nexedi.com Nexedi a été fondée en 2001 avec la création du projet ERP5, dont la pre- mière mise en œuvre a été élu « Meilleur projet ERP » en 2004.
    • NUXEOAdresse: 18, Rue Soleillet, 75020 PARISSite: www.nuxeo.comNuxeo est le pionnier de la gestion de contenu d’entreprise (ECM) en opensource. Nuxeo développe une plateforme open source d’ECM, basée sur lesstandards de l’informatique d’entreprise (Java EE) ; travaille avec un réseaude partenaires, notamment intégrateurs et ISVs, à la mise en oeuvre d’ap-plications développées sur cette plateforme chez des clients, grosses PME,grands comptes ou administrations ; vend, sous forme de souscription, desoutils de développement et de maintenance propres à sécuriser l’usage deson logiciel par les équipes de développement et d’exploitation.OBEOAdresse: 2 route de la Noue - BP 76, 91193 Gif-Sur-YvetteSite: www.obeo.fr 219Obeo propose des solutions d’usines à logiciels, allant de la génération decode à la modernisation d’applications. Obeo est connu pour son implica-tion dans la fondation Eclipse en tant que membre stratégique et comme4e plus gros contributeur au monde sur cette plateforme (notamment via leprojet Acceleo). Son domaine de prédilection est la fabrication sur mesured’outils de modélisation pour l’industrie et pour l’architecture de systèmesd’information.
    • OPEN WIDE Adresse: 14, Rue Gaillon, 75002 PARIS Site: www.openwide.fr Open Wide agit comme ‘Technology provider’, en proposant du service à forte valeur ajoutée dans ses domaines de compétence. Open Wide vise à se développer à l’échelle européenne comme acteur technologique majeur dans les architectures logicielles embarquées et les solutions de traitement d’image avancées. Open Wide est une société de services, centrée autour de ses compétences technologiques (traitement d’image, linux embarqué, temps réel, Andoid). Nous délivrons des prestations de conseil et de support et/ou des solutions clé en main aux grands clients industriels de l’électro- nique professionnelle principalement. OSLANDIA Adresse: 4, Place Louis Armand, Tour de l’horloge, 75603 PARIS CEDEX 12220 Site: www.oslandia.com Oslandia propose toute une gamme de service autour des Systèmes d’In- formation Géographique : AMOA, formation, assistance & support, audit & conseil, développements spécifiques avec nos solutions, ou dans le coeur des logiciels opensource. Oslandia est ainsi capable de vous accompagner sur toutes les phases de votre projet d’architecture de données spatiales, afin de tirer le meilleur des technologies OpenSource
    • OW2 CONSORTIUMAdresse: 7 Avenue Jean Jaures, 78340 LES-CLAYES-SOUS-BOISSite: www.ow2.orgOW2 est une communauté open-source indépendante et mondiale. La mis-sion d’OW2 est de: a) promouvoir le développement de middleware open-source, les applications métiers génériques, les plates-formes de cloud com-puting et b) de favoriser une communauté dynamique et un écosystèmed’affaires.PAQTIGOAdresse: 1 Rue Albert Einstein, 77420 CHAMPS-SUR-MARNESite: www.paqtigo.comPour les Grands Comptes, PAQTIGO a développé une démarche simple etpratique d’industrialisation de processus informatiques basée sur les réfé-rentiels de bonnes pratiques COBIT, CMMi, ITIL pour réduire les délais et les 221délais et les coûts tout en améliorant la Qualité de service.PILOT SYSTEMSAdresse: 9, Rue Desargues, 75011 PARISSite: www.pilotsystems.netPilot Systems réussit tous vos projets Open Source : développements spé-cifique, intégration de solutions Open Source, engagement au forfait… PilotSystems est un acteur reconnu des communautés Open Source. Nos spécia-lités: Intégration de systèmes; Conception et déploiement de sites internetet intranet; Hébergement et maintenance; Développements spécifiques;Formations en Zope, Plone, Python; Conseil en intégration, déploiement etgestion de projet; Maîtrise d’ouvrage.
    • PROLOGUE Adresse: 12 Avenue Des Tropiques, 91940 LES-ULIS Site: www.prologue.fr Prologue crée, développe et met en œuvre des technologies innovantes au service de tous les systèmes d’information. PROXEM Adresse: 19 Bd De Magenta, 75010 PARIS Site: www.proxem.com Proxem est une Jeune Entreprise Innovante spécialisée dans le Traitement Automatique du Langage Naturel, l’analyse des données non-structurées et le Web sémantique. Un effort de R&D important, et l’établissement de partenariats avec des laboratoires d’informatique linguistique, nous per- mettent de raccourcir le délai entre l’apparition d’un concept et sa mise en222 œuvre opérationnelle. QUALIXO Adresse: 73-75, Rue De La Plaine, 75020 PARIS Site: www.qualixo.com Qualixo est spécialisée en qualimétrie - mesure de la qualité logicielle - et en qualification technique : tests de performances, de sécurité applicative, compliance open source. Nous intervenons en conseil sur la mise en œuvre de démarche/outillage, et en audit ponctuel ou récurrent (centre de service qualité logiciels). Positionnée sur une niche, notre capacité d’innovation a été reconnue dès notre création par le Ministère de la Recherche et de la Technologie grâce
    • au label Jeune Entreprise Innovante (JEI). Porteur du Projet Squale (SofwareQuality Enhancement) labellisé par pôle de compétitivité Sytem@tic Paris-Region et financé par le Fond Unique Interministériel, Qualixo engage unepartie de ses charges en R&D afin de valoriser les résultats de ses travauxde recherche.RESTLETAdresse: ESSEC Venturis, CNIT, BP230 - 2, Place de la Défense, 92053 PARISLA DEFENSESite: www.restlet.org/Restlet SAS est un éditeur de middleware, spécialiste des APIs web. Nos pro-duits phares sont le logiciel open source Restlet Framework, leader pour ledéveloppement d’APIs web de style REST en Java ainsi que la plateforme enligne API Spark, simplifiant la création et l’hébergement d’APIs web. 223SMILEAdresse: 48 Rue De Villiers, 92300 LEVALLOIS-PERRETSite: www.smile.frSmile est une société d’experts des architectures web et des solutions opensource. Avec 500 collaborateurs en France et une expertise open source recon-nue dans une variété de domaines, Smile est le premier intégrateur de logiciellibre en France. Avec une devise : faire simple, utile, performant. Acteur engagédans les progrès de l’Internet depuis 1995, Smile a réalisé quelques-uns desplus grands sites de l’Internet français, des sites à forte valeur ajoutée et à forteaudience. Smile a également été choisie par les plus grandes entreprises fran-çaises pour concevoir, réaliser et maintenir des applicatifs Intranet stratégiques,servant des centaines d’utilisateurs sur des milliers de transactions.
    • SOPINSPACE Adresse: 4, Passage De La Main D’Or, 75011 PARIS Site: www.sopinspace.com Sopinspace est un acteur de référence des services Web innovants à base logicielle entièrement libre pour certaines activités collaboratives et la dé- mocratie participative, en particulier le logiciel et service Web co-ment(R) pour l’annotation de textes en lignes. Les principales activités de Sopinspace sont : La R&D pour les logiciels innovants destinés au web social; La concep- tion et l’animation de procédures de démocratie participative, de débat pu- blic et de travail collaboratif utilisant internet; Le conseil aux politiques de démocratie participative et les études d’impact des technologies et de leurs nouveaux usages. SPARKOM Adresse: 7 Rue De La Croix Martre, 91120 PALAISEAU224 Site: www.sparkom.com SPARKOM offre la première plateforme d’optimisation de la montée en com- pétences, de rentabilisation des investissements en formation et de gestion de l’interaction clients par l’accompagnement interactif instantané entre pairs. SPIRULA Adresse: 7, Rue De La Croix Martre, 91120 PALAISEAU Site: www.spirula.info La Mission de Spirula est de permettre aux entreprises de Mesurer leurs Projets en proposant des solutions innovantes pour : Comprendre le passé - Piloter le présent - Prévoir l’avenir. Nous proposons des prestations de Conseil, Assistance et Formation dans les domaines suivants: Ingénierie Logiciels et Systèmes; Me- sure et estimation de Projets; Amélioration de processus de développement.
    • SPLITTED-DESKTOP SYSTEMSAdresse: 2 Square Rivoli, 78150 ROCQUENCOURTSite: www.splitted-desktop.comSYSRAAdresse: 30 Avenue Général Leclerc, 91330 YERRESSite: www.sysra.comDepuis sa création en 1993, SYSRA propose services, développements, sup-port et formation sur les technologies objets pour les projets les plus exi-geants. SYSRA est le leader du projet EyeDB, un Système de Gestion de Basesde Données Objet open source innovant.TAGMATICA 225Adresse: 126 Rue De Picpus, 75012 PARISSite: www.tagmatica.comLa majeure partie de la connaissance figurant dans des textes, il s’agit de lestraiter automatiquement. Les principaux objectifs sont d’extraire le contenuintéressant, de router les textes et/ou de les indexer. Les domaines d’appli-cation sont la presse et la documentation technique. TAGMATICA est uneforce indépendante qui permet à ces clients de développer des fonction-nalités innovantes.Ses spécialités sont les dictionnaires, les analyseurs et lastandardisation ISO. TAGMATICA est aussi éditeur de l’analyseur syntaxiqueTagParser appliqué au français, anglais, avec un prototype pour l’espagnol.TagParser combine des techniques symboliques et statistiques afin d’être unoutil robuste et rapide.
    • TALEND Adresse: 9, Rue Pages, 92150, SURESNES Site: www.talend.com Talend développe des solutions middleware open source qui permettent aux organisations de tirer un meilleur parti de leurs applications, systèmes et bases de données. Faisant voler en éclats le modèle propriétaire tradi- tionnel, Talend démocratise le marché de l’intégration en fournissant des technologies open source d’entreprise qui adressent à la fois les besoins d’intégration de données et d’intégration d’applications des organisations de toute taille. WALLIX GROUPE IF RESEARCH Adresse: 119, Rue De Tocqueville, 75017 PARIS Site: www.wallix.com226 Wallix s’appuie sur le modèle Open Source pour concevoir des solutions de sécurité et de gestion d’infrastructure informatique pour les entre- prises. WALLIX a pour ambition d’être le 1er acteur européen de la sécurité à base de composants logiciels libres. En tant qu’éditeur, WALLIX conçoit des logiciels Open Source packagés sous forme d’appliances matérielles ou logicielles prêtes au déploiement. La gamme Wallix comprend trois offres principales « TotalSecure », « LogBox », Wallix « AdminBastion » ou « WAB ». Ces solutions permettent de déployer des réseaux de confiance dans les entreprises étendues, de contrôler les accès aux ressources de l’entreprise, de recueillir et d’analyser les traces de connexion, enfin de contrôler l’acti- vité informatique pour reconstituer un événement en cas de panne ou de préjudice.
    • WEBISTEMAdresse: 26 Rue Pierre Sémard, 92320 CHÂTILLONSite: www.webistem.comWebistem met à la disposition des communautés scientifiques une gammed’outils de travail clé en main, accessibles en ligne. Webistem place au cœurde sa réflexion les membres de la communauté, afin de leur garantir effica-cité et gain de temps tout au long de la conduite de leur projet. Avec unegarantie de gain de temps démontrée, et pour un budget raisonnable, We-bistem intervient rapidement pour mettre en œuvre des outils de travailcollaboratifs, simples et performants.XWIKIAdresse: 10, Rue Pernety, 75014 PARISSite: www.xwiki.comNous fournissons une gamme de services professionnels sur le logiciel XWi- 227ki, sous licence LGPL (support, développement, formation, conseil et héber-gement), et proposons également une offre packagée : XWiki Cloud. Nosmarché cible : organisations et communautés souhaitant permettre à leursutilisateurs de mieux travailler ensemble, et conduire leur wiki à un plushaut niveau de performance. Nos domaines business cibles : intranet, ex-tranet, site participatif, veille collaborative, CRM, gestion de documentationtechnique, encyclopédie... Notre ambition: devenir leader dans les outilslibres de travail collaboratif et de gestion des connaissances entreprises.
    • YSANCE Adresse: 4 Place Louis Armand, 75012 PARIS Site: www.ysance.com Ysance est une société de conseil et de développement spécialisée sur les problématiques projet à forts enjeux pour ses clients en particuliers dans le domaine de la Business Intelligence, du CRM, du web et du cloud compu- ting. Ysance met l’innovation technologique au services des enjeux de ses clients tout en proposant des solutions éprouvées. Investissement massi- vement en R&D, Ysance sélectionne ses partenaires sur des critères d’excel- lence technique et de pertinence métier ce qui lui permet de proposer une approche projet simplifiée pour le client. ZENIKA Adresse: 51 Rue Le Peletier, 75009 PARIS Site: www.zenika.com228 Zenika est un cabinet de conseil informatique spécialisé dans les nouvelles technologies et présent sur Paris, Rennes, Lyon, Athènes et Londres. Nous sommes plus particulièrement versés dans l’Open-Source et contribuons à développer cet écosystème en France. Nous ne recrutons que des consul- tants justifiant d’une expertise forte et reconnue au niveau national ou in- ternational. Zenika intervient tout du long des projets informatiques. Depuis la prise en charge de la définition des architectures applicatives jusqu’aux livraisons finales, Zenika peut vous aider à industrialiser votre développe- ment et réduire la prise de risque technologique.
    • 229
    • 230