Your SlideShare is downloading. ×
0
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Imparfait
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Imparfait

234

Published on

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
234
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. L’imparfait
  • 2. Habitudes dans le passé Mes 18 ans par Olivia Ruiz « J’étais une sale gosse en total désaccord avec mes parents. Ils avaient cessé de pourvoir à mes besoins et j’avais dû trouver des jobs pour manger. En même temps, je chantais dans les bars avec un ami, du Fréhel, Brassens, Brel ou Piaf à la sauve punk. Malgré tout, je continuais à aller en cours, j’ai passé mon bac. J’étais très « bande de potes ». Je ne pensais qu’à faire la fête, être sur scène. Je me débrouillais toujours pour me payer le billet d’un concert que je ne voulais pas rater. Mon père me disait : « OK, fais de la musique pour plaisir, mais assure tes arrières. » moi, je croyais au destin, je savais qu’il allait me guider, au fil de mes rencontres. » EOI Source : Phosphore, 17 décembre 2007, p.16 GPA Lisez les souvenirs d’Olivia Ruiz, un jeune chanteuse, sur sa jeunesse. Identifiez les verbes à l’imparfait. Mes 18 ans par Olivia Ruiz « J’étais une sale gosse en total désaccord avec mes parents. Ils avaient cessé de pourvoir à mes besoins et j’avais dû trouver des jobs pour manger. En même temps, je chantais dans les bars avec un ami, du Fréhel, Brassens, Brel ou Piaf à la sauve punk. Malgré tout, je continuais à aller en cours, j’ai passé mon bac. J’étais très « bande de potes ». Je ne pensais qu’à faire la fête, être sur scène. Je me débrouillais toujours pour me payer le billet d’un concert que je ne voulais pas rater. Mon père me disait : « OK, fais de la musique pour plaisir, mais assure tes arrières. » moi, je croyais au destin, je savais qu’il allait me guider, au fil de mes rencontres. »
  • 3. formation Pour tous les verbes Sauf être Radical 1e pers. du pluriel (nous) du présent de l’indicatif Terminaisons Imparfait 2e pers. du pluriel (vous) du présent de l’indicatif : vous êtes nous chant- finiss- pouv- pren- voy- recev- buv- fais- ais ais ait ions iez aient je chantais tu finissais il pouvait elle prenait nous voyions vous receviez ils buvaient elles faisaient j‘étais tu étais elle était nous étions vous étiez ils étaient verbes en –ier et -yer étudier payer Avant, en France, nous étudiions le latin. Vous aussi, vous l’étudiiez ? Avant, nous payions en francs. Et vous, les italiens, vous payiez en lires. Maintenant, nous payons tous en euros. EOI Source : Grammaire expliquée du français, p. 140 et L’Exercicier GPA
  • 4. EOI Source : Grammaire expliquée du français, p.138-40 et L’Exercicier GPA Usage Valeurs temporelles L’imparfait exprime un temps continu, de durée indéfinie, sans que soient indiqués, sauf par le contexte, un début ou une fin de l’action précis. •Il indique les habitudes ou les coutumes anciennes, en contraste avec le présent. Autrefois on voyageait en diligence, maintenant on utilise la voiture. Au Moyen Âge, les femmes qui travaillaient avaient plus de liberté qu’on ne le pense : elles parlaient haut et fort, aimaient les plaisanteries même très « osées » et se faisaient respecter, voire craindre, chez elles. •Il sert à décrire au passé Quand elle était petite elle avait les cheveux blonds, elle regardait tout avec une grande curiosité et souriait tout le temps. •Il peut exprimer la répétition dans le passé Chaque matin, il allait faire son marché à Saint-Ouen où, selon lui, tout était beaucoup moins cher.
  • 5. Usage Valeurs temporelles L’imparfait exprime un temps continu, de durée indéfinie, sans que soient indiqués, sauf par le contexte, un début ou une fin de l’action précis. •Il sert à planter le décor d’un récit ou les actions secondaires face aux actions principales au passé composé (ou le passé simple) : Il était un fois, une petite fille qui chantait merveilleusement bien. Un jour où il gelait elle est sortie… Le bar était plein, tout le monde fumait, buvait, riait. Tout à coup, la porte s’ouvrit brusquement et trois hommes, revolver au poing, firent irruption. ou à les commenter (souvent avec une valeur causale) Le voyage a été épouvantable : il y avait des embouteillages, il neigeait et les enfants étaient insupportables. EOI Source : Grammaire expliquée du français, p.138-40 et L’Exercicier GPA
  • 6. Usage Valeurs temporelles imparfait de « rupture », « pittoresque » ou « stylistique » Il s’utilise à la place d’un passé composé ou d’un passé simple, toujours avec une indication temporelle précise. Il sert à dramatiser un fait précis, ponctuel, à le mettre en relief : Miracle ! À la 88e minute, le milieu de terrain marquait un but magnifique, donnant ainsi la victoire aux Tricolores. Le roi s’adressa une dernière fois à la foule qui était là. Une minute plus tard, sa tête tombait dans le panier. EOI Source : Grammaire expliquée du français, p.138-40 et L’Exercicier GPA
  • 7. Valeurs modales •Imparfait de politesse. Avec des verbes de désir ou avec le verbe venir. Pardon, monsieur. Je voulais vous demander un tout petit renseignement. Bonjour, madame, je venais pour l’appartement. Il est toujours libre ? •Expression… d'un souhait  Ah, si tu m’aimais ! d'un regret  Quand j’étais jeune, il y avait des cancres à la rivière ! d'une suggestion  Bon, et si on se mettait au travail ? d'une éventualité  Et si cette histoire était vraie ? Usage EOI Source : Grammaire expliquée du français, p.138-40 et L’Exercicier GPA
  • 8. Valeurs modales •Hypothèse possible S’il faisait beau demain, on irait pique-niquer dans la forêt. (=il est possible qu’il fasse beau demain) •Irréel du présent Si j’étais toi (si j’étais à ta place), j’accepterais sa proposition. (=ni maintenant ni plus tard ; je ne suis pas à ta place) •Imparfait dramatique : on évoque un fait qui ne s’est pas produit mais qui a failli se produire : Je suis arrivé à la gare juste à l’heure. J’ai couru, couru… Une minute de plus et je manquais mon train. Sans la rapidité des pompiers, la maison flambait complètement. Heureusement, ils sont arrivés très vite et on a évité la catastrophe. Ce temps correspond à un conditionnel passé (irréel du passé) Si je n’avais pas couru, j’aurais manqué mon train. Si les pompiers n’étaient pas arrivés si vite, la maison aurait flambé. Usage EOI Source : Grammaire expliquée du français, p.138-40 et L’Exercicier GPA
  • 9. Dans cet extrait du roman Lutétia, Édourard Kiefer, détective de l'Hôtel Lutetia, présente le liftier Émile. Repérez les formes à l'imparfait d'indicatif. Je me trouvais dans l'ascenseur et, comme à son habitude, Émile, le jeune liftier, « le petit Émile » ainsi qu'on l'appelait avec, dans le ton, l'assurance que sa fonction n'évoluerait jamais non plus que sa taille, me parlait encore de l'Alsace, « not' pays, m'sieur Douarre », disait-il. C'était chaque fois pareil À peine foulais-je le tapis sacré de son territoire qu'il se lançait sur l'unique thème de bavardage que nous pouvions avoir, selon lui, dans notre lente ascension de Lutetia par son tube digestif. Il allait de soi que nous partagions nécessairement le même imaginaire puisque nos racines étaient sensiblement identiques. J'étais l'Alsacien, son compatriote, son ami. Pour la vie. PierreAssouline, Lutetia, p. 48 Je me trouvais dans l'ascenseur et, comme à son habitude, Émile, le jeune liftier, « le petit Émile » ainsi qu'on l'appelait avec, dans le ton, l'assurance que sa fonction n'évoluerait jamais non plus que sa taille, me parlait encore de l'Alsace, « not' pays, m'sieur Douarre », disait-il. C'était chaque fois pareil À peine foulais-je le tapis sacré de son territoire qu'il se lançait sur l'unique thème de bavardage que nous pouvions avoir, selon lui, dans notre lente ascension de Lutetia par son tube digestif. Il allait de soi que nous partagions nécessairement le même imaginaire puisque nos racines étaient sensiblement identiques. J'étais l'Alsacien, son compatriote, son ami. Pour la vie. PierreAssouline, Lutetia, p. 48
  • 10. Maintenant, indiquez quelle est la fonction linguistique de chaque imparfait. Je me trouvais dans l'ascenseur et, comme à son habitude, Émile, le jeune liftier, « le petit Émile » ainsi qu'on l'appelait avec, dans le ton, l'assurance que sa fonction n'évoluerait jamais non plus que sa taille, me parlait encore de l'Alsace, « not' pays, m'sieur Douarre », disait-il. C'était chaque fois pareil À peine foulais-je le tapis sacré de son territoire qu'il se lançait sur l'unique thème de bavardage que nous pouvions avoir, selon lui, dans notre lente ascension de Lutetia par son tube digestif. Il allait de soi que nous partagions nécessairement le même imaginaire puisque nos racines étaient sensiblement identiques. J'étais l'Alsacien, son compatriote, son ami. Pour la vie. PierreAssouline, Lutetia, p. 48 décrire coutume ancienne répétition action secondaire : décor action secondaire : commentaire entaire

×