• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Réputation des entreprises du CAC 40 - édition 2011
 

Réputation des entreprises du CAC 40 - édition 2011

on

  • 12,130 views

Principaux résultats 2011 de l'étude i&e / Reputation Insititue sur la réputation des entreprises du CAC 40.

Principaux résultats 2011 de l'étude i&e / Reputation Insititue sur la réputation des entreprises du CAC 40.

Statistics

Views

Total Views
12,130
Views on SlideShare
7,162
Embed Views
4,968

Actions

Likes
1
Downloads
50
Comments
0

11 Embeds 4,968

http://www.huffingtonpost.fr 3941
http://www.management-reputation.fr 976
http://m.huffpost.com 35
http://www.slideshare.net 5
url_unknown 3
https://p.yammer.com 2
http://pigeindexer2 2
https://www.google.fr 1
http://translate.googleusercontent.com 1
http://pigeindexersv 1
http://www.google.fr 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Réputation des entreprises du CAC 40 - édition 2011 Réputation des entreprises du CAC 40 - édition 2011 Presentation Transcript

    • PRINCIPAUX RÉSULTATS 2011 DE L’ÉTUDE I&E/REPUTATION INSTITUTERÉPUTATIONDES ENTREPRISES DU CAC 40
    • Qui sommes-nous ? Groupe indépendant créé en 1962, i&e aide les entreprises, les marques et les institutions à créer et nourrir le lien avec leurs parties prenantes. Le groupe, partenaire du Reputation Institute en France, accompagne notamment ses clients dans le management de leur réputation, en France et à lʼinternational." www.i-e.fr" www.management.reputation.fr" Le Reputation Institute est un institut privé spécialisé dans lévaluation de la réputation. Fondé à New-York en 1997 il a modélisé un système dévaluation de la réputation des entreprises grâce à 10 ans de recherches et analyses. Ce modèle fait aujourdhui référence et est utilisé par les plus grandes entreprises à travers le monde. " www.reputationinstitute.com "
    • La mesure de la réputation rend tangible la valeur de la relation d’une entreprise avec son écosystème. L’entreprise connaît alors ses forces et ses zones de progrès. Elle peut redéfinir sa relation au marché et à la société, ainsi que les standards d’exercice de son métier. Cette démarche demande de l’écoute, de l’échange, du faire ensemble, de l’engagement car la réputation se construit dans le regard des autres. Les deux facteurs de succès de la réputation seront la proximité avec les publics et la cohérence des discours sur toutes les dimensions de l’entreprise (marché, social, sociétal). Cette deuxième édition de l’étude éclaire la relation des Français avec leurs grandes entreprises.Repenser sa relationau marché et à Premier enseignement, la réputation des entreprises du CAC 40 progresse en 2011. Cette bonne nouvelle ne doit pas masquer unela société autre réalité : les Français restent plus critiques sur leurs entreprises que les Américains ou les Allemands. Les notes les plus basses portent sur l’engagement social et sociétal des entreprises. Deuxième enseignement, les trois premiers critères qui fondent l’opinion des Français sont les Produits & Services, la Gouvernance avec notamment l’éthique des affaires, et l’Emploi qui passe devant la Citoyenneté. Le critère Performance économique est reconnu, mais il n’est pas déterminant en France pour la réputation. Troisième enseignement, les plus belles progressions 2011 viennent du secteur industriel avec Schneider Electric, Essilor, Lafarge ou Veolia Environnement. Certains secteurs comme l’énergie ou l’environnement sont porteurs. D’autres, comme la banque/ assurance, souffrent. Aucune banque n’émerge dans le TOP 20.
    • LES 20 MEILLEURES REPUTATIONS GLOBALES DUComme en 2010, Michelin, Danone et CAC 40 DʼAPRÈS LES FRANÇAIS"L’Oréal occupent le podium. Ces troischampions enregistrent des scorestoutefois inférieurs à 2010, notammentL’Oréal qui perd 4 points et glisse à latroisième place. La réputation, bonneou mauvaise, n’est ni un acquis, ni unefatalité. C’est l’état actuel des opinionsémises sur l’entreprise.La nouveauté 2011, c’est l’écart qui seresserre entre le peloton de tête et lessuivants. Une nouvelle génération defleurons de l’industrie s’installe enhaut du classement avec Peugeot,LVMH, Schneider Electric ou Essilordont les scores progressent. Essilor etPPR entrent dans le TOP10 audétriment d’Air Liquide et de PernodRicard.Les entreprises du TOP 10 sont issuesde secteurs aussi divers que les biensde consommation, le luxe, l’industrie oul’énergie. Ainsi, la réputation ne répondpas à une logique BtoB ou BtoC. Lepoint commun de ces entreprises estd’être au rendez-vous des attentesde leurs publics, tant sur leurmarché que dans la société.
    • La réputation se mesure sur septcritères rationnels qui sont autantd’interfaces de l’entreprise avec sonécosystème. En fonction du pays, de saculture et de son développement, lepoids relatif des critères change dansl’évaluation d’une entreprise.En France, les trois premiers critèresqui construisent la réputation sont lesProduits & Services, la Gouvernanceet l’Emploi. L’entreprise doit être auminimum performante dans son métier,éthique dans ses pratiques et socialedans son approche. Les entreprises dessecteurs « bancaire » et «pharmaceutique » sont particulièrementmal notées sur ces dimensions liées àl’éthique et l’ouverture. Ces entreprisessont sous surveillance de l’opinion. > Produits et Services : qualité > Citoyenneté : responsabilité des produits, rapport qualité / prix, sociale et environnementale, soutienLes scores attribués par les Français adéquation aux attentes. de causes.sont très bons (>78 points) sur ladimension marché (Produits & > Innovation : capacité > Leadership : crédibilité etServices et Innovation), ainsi que sur d’innovation, capacité d’adaptation charisme des dirigeants, qualitéla performance économique. En aux changements du marché. du management, vision du futur.revanche sur les dimensions plussociales et sociétales, les scores sont > Emploi : rétribution juste et > Performance : profitabilité,inférieurs (< 72 points). C’est sur ces équitable des salariés, bien-être perspectives de croissanceterrains que les entreprises françaises des collaborateurs.ont la marge de progression la plusforte. > Gouvernance : ouverture et transparence de l’entreprise, éthique des affaires.
    • LES MEILLEURES REPUTATIONS DU CAC 40 ENUne bonne réputation nécessite un FONCTION DES “DRIVERS”"bon équilibre sur les sept drivers.C’est le cas pour Michelin et Danone.En revanche, L’Oréal est absent duTOP 5 sur les critères Gouvernance etCitoyenneté. Le leader de lacosmétique perd également son statutde référence sur l’Emploi avecsimplement une quatrième place en2011.Schneider Electric fait une entréeremarquée dans ce classement pardrivers. Sur le critère Produits etServices dominé par les entreprises degrande consommation, il se classe encinquième position. L’entreprise estégalement présente dans le TOP 5 descritères Gouvernance, Emploi etCitoyenneté.Veolia Environnement prend lapremière place sur Citoyenneté ; elleétait absente du TOP 5 en 2010.Sanofi-Aventis et Total, principalescapitalisations du CAC 40, quittent leTOP 5 du critère Performance. Lejugement des Français sur ce critèreporte davantage sur le potentiel decroissance des entreprises que sur laperformance boursière.
    • LA CAPACITÉ DE RECOMMANDATION ESTLa réputation produit de larecommandation. Et le cercle est INDEXÉE SUR LA RÉPUTATION"vertueux. Plus la réputation seraélevée, plus la puissance derecommandation sera forte. Et plusl’entreprise sera recommandée, pluselle bénéficiera d’une bonne réputation.Dans une société de l’influence et de laconversation, la capacité derecommandation donne un avantagecompétitif à l’entreprise dans son accèsaux ressources (capital, emploi, etc.)comme dans la conquête et lafidélisation des consommateurs.L’inverse est vrai. Une mauvaiseréputation pénalise l’entreprise dans sarelation avec ses publics et dans sondéveloppement. En France, huitpersonnes sur dix disentrecommander Michelin et plus de septsur dix lui accorderont le bénéfice dudoute en cas de crise. Ces proportionschutent de moitié pour les entreprisesles moins réputées.La réputation joue donc un doublerôle ; un effet « levier » sur l’activitépar la recommandation et un effet «bouclier» en cas de crise grâce aubénéfice du doute (dès lors quel’entreprise reste éthique dans sa Chaque point correspond à une entreprise du CAC 40. En abscisse segestion de crise). trouve le score total obtenu par chaque entreprise. En ordonnée, le taux de recommandation également obtenu par chaque entreprise. Le lien entre forte réputation et recommandation devient explicite.
    • L’étude a été menée entre janvier et février 2011 auprès d’un échantillon qualifié de 3 783 personnes représentatif de la population française (sexe, âge, niveau d’éducation, zone géographique). Pour chaque entreprise, seules les personnes « qualifiées » c’est-à-dire connaissant suffisamment l’entreprise pour avoir une opinion sur elle, ont été interrogées via un questionnaire en ligne (avec un minimum de 100 personnes « qualifiées » par entreprise). Le questionnaire permet de déterminer le score de réputationLa méthodologie global sur la base des perceptions émotionnelles les plus structurantes de l’opinion : la confiance, l’estime, l’admiration et l’affinité. Chaque répondant est ensuite interrogé sur sa perception des entreprises à partir des sept dimensions rationnelles qui fondent la réputation : performance, gouvernance, produits et services, citoyenneté, emploi, leadership et innovation. Les scores obtenus permettent d’expliquer le score global de réputation. À l’international, le Reputation Institute conduit chaque année une étude dans 35 pays sur la réputation des 2 000 plus grandes entreprises mondiales. Ces données internationales et sectorielles permettent de mettre en perspective les résultats des entreprises du CAC 40.
    • CONTACTSAlexandre DenisReputation Managementadenis@i-e.fr - 01 56 03 13 17 http://www.management-reputation.frLaurent ReynesDirecteur associé i&elreynes@i-e.fr - 01 56 03 12 06www.i-e.fr