Les réseaux sociaux et les sites de partage (2e éd.)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Les réseaux sociaux et les sites de partage (2e éd.)

  • 1,171 views
Uploaded on

Support du cours Réseaux sociaux et sites de partage (cours n° 801) dispensé dans le cadre du programme printemps/été 2012 de l’Université populaire de Lausanne (http://www.uplausanne.ch). Ce cours......

Support du cours Réseaux sociaux et sites de partage (cours n° 801) dispensé dans le cadre du programme printemps/été 2012 de l’Université populaire de Lausanne (http://www.uplausanne.ch). Ce cours était donnée pour le 2e fois.

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
1,171
On Slideshare
1,171
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
143
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. programme printemps / été 2012 cours 801Les réseaux sociaux etles sites de partage avril-mai 2012 animé par Raphaël Grolimund bibliothécaire, Bibliothèque de lEPFL
  • 2. Ce document est le support du cours Réseaux sociaux et sites de partage (cours n° 801) dispensédans le cadre du programme printemps/été 2012 de lUniversité populaire de Lausanne(http://www.uplausanne.ch).Les cours de lUniversité populaire sont destinés à tout le monde. Le contenu de ce cours est doncadapté au grand public. Vous avez le droit de réutiliser le contenu de ce document pour autant que cela ne soit pas à des fins commerciales et à condition que les documents dérivés soient également mis sous licence CC-BY-NC-SA. Dans tous les cas, mon nom et celui de lUniversité populaire doivent être mentionnés. Pour de plus amples informations sur la licence, référez-vous au lien indiqué dans la mention légale ci-dessous. Raphaël Grolimund This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License. To view a copy of this license, visit http://creativecommons.org/licenses/by-nc- sa/3.0/ or send a letter to Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California, 94105, USA.
  • 3. programme printemps / été 2012 cours 801 Les réseaux sociaux et les sites de partage partie 1Quest-ce que les réseaux sociaux et les sites de partage ? Avril 2012 animé par Raphaël Grolimund bibliothécaire, Bibliothèque de lEPFL
  • 4. Contexte> web ≠ InternetCes termes web et Internet sont souvent utilisés indifféremment. Or, le web nest quune partiedInternet.Internet est le réseau qui relie les ordinateurs connectés partout dans le monde. Sur ce réseau (quiest en fait un réseau de réseaux), il est possible déchanger des documents, des e-mails, de surfer surdes sites web, etc.Le web regroupe tous les sites auxquels vous accédez à laide dun navigateur web comme Firefox ouInternet Explorer.Les navigateurs web utilisent le protocole HTTP (hypertext transfer protocol, protocole de transfertshypertexte en français) pour communiquer avec les serveurs web et afficher les pages web. Lesclients de messagerie, comme Microsoft Outlook, se servent du protocole SMTP (Simple MailTransfer Protocol, protocole simple de transfert de courrier en français), alors que le transferts dedocuments sur des serveurs se fait FTP (File Transfer Protocol, procotole de transfert de fichier enfrançais).Ces protocoles sont des langages différents. Cest la raison pour laquelle vous ne pouvez parexemple pas afficher une page web dans votre client de messagerie.Il existe par contre des clients de messagerie en ligne comme Yahoo! Mail ou Gmail. Il sagit de cequon appelle des webmails, cest à dire des applications web qui reproduisent les fonctions dunclient de messagerie.Voici brièvement la différence entre Internet et le web. Mais alors quest-ce que le web 2.0 ?> web VS web 2.0Pour décrire la différence entre le web et le web 2.0, il faut dabord définir ce dernier.Tout dabord, du point de vue technologique, le web est le web 2.0 sont strictementidentiques. Dans les 2 cas, les pages sont en HTML (HyperText Markup Language, langage debalisage hypertexte en français) et autres technologies web, comme le javascript ou PHP1.Le terme web 2.0 apparaît pour la première fois durant l’été 2004 lors d’une séance debrainstorming entre Dale Dougherty (O’Reilly) et Craig Cline (MediaLive). John Battelle (Wired) sejoint à eux rapidement pour créer la première conférence web 2.0, en octobre de la même année.Mais la paternité du terme est attribuée à Tim O’Reilly, car c’est lui qui en développe l’aspect sociallors de la deuxième conférence web 2.0, en octobre 2005.Tim O’Reilly décrit les 7 principes du web 2.0 dans un article intitulé What is web 2.0 ?2 publié le30 septembre 2005 :1 Le javascript est un langage de programmation qui ajoute de linteractivité aux pages web. Le PHP est un des langages de programmation qui permet par exemple dinteragir avec une bases de données.2 http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html (consulté le 22 avril 2012)UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <1>
  • 5. 1. Le web comme plateforme 2. Tirer parti de l’intelligence collective 3. La puissance est dans les données3 4. La fin des cycles de release 5. Des modèles de programmation légers 6. Le logiciel libère le PC 7. Enrichir les interfaces utilisateurTous ces principes mettent l’internaute au centre. Plus besoin d’être webmaster pour publier sur leweb. Les outils existent maintenant pour faire cela en se concentrant sur le contenu et non sur laforme. Le web 2.0 a mis la publication de contenu sur le web à la portée de tous. Les interactions quien découlent ont rendu le web social. Et cest là, la principale différence entre le web tel quon leconnaissait il y a quelques années et le web 2.0.Le web 2.0 repose sur 3 piliers : la collaboration, l’agrégation de données (et leur diffusion) et laréutilisation.> ... et au sein du web 2.0Le web 2.0 comporte toute sorte doutils parmi lesquels les blogs, les wikis, les flux RSS, les réseauxsociaux et les sites de partage.Les blogs sont une sorte de journal intime ou de carnet de bord dans lequel sont consigné desarticles (ou posts) classés antéchronologiquement (le plus récent en premier). Il est facile dinclureune vidéo de Youtube ou une photo tirée de Flickr dans un article.Il existe des blogs personnels et des blogs dentreprise ou dinstitution. Il y a des blogs amateur etdes blogs professionnels. Certains sont dédiés aux photos (photoblog) ou aux vidéos (vidéoblog). Etil y en a qui sont aujourdhui très suivis, car ils font autorité dans un domaine. Et beaucoup qui restentanonymes...Les blogs proposent par défaut un moyen de sabonner très simple et très efficace : les flux RSS. Leprincipe de cette technologie est que vous vous abonnez à un flux et dès que le site en question estmis à jour, vous recevez les nouveautés sans devoir vous rendre sur le site web. Ainsi, lorsquunnouvel article est publié sur un blog auquel vous êtes abonné, vous êtes averti automatiquement etinstantanément.Pour pouvoir gérer vos flux RSS, il vous faut un lecteur de flux. Ce lecteur de flux peut aussi bien êtreun logiciel dédié (quon appelle agrégateur), quun navigateur web, un client de messagerie ou uneapplication web (site web).Les wikis sont des plateformes collaboratives par excellence. Wikipédia est une encyclopédie créésur un wiki (doù son nom). Lidée est que nimporte qui peut modifier le contenu dun wiki, mêmejuste pour corriger une faute dorthographe. Si tout le monde peut participer, il y a donc de fortechance que le résultat soit meilleur que le travail dun petit groupe. Mais le problème est quecertaines personnes vandalisent le travail des autres et que la qualité du contenu peut donc en pâtir.Un mécanisme simple (lutilisation de lhistorique des modifications) permet de rétablir rapidementles contenus vandalisés. Mais à léchelle dun site web comme Wikipédia, quelques problèmessubsistent tout de même.3 « Data is the Next Intel Inside » en version originale, ce qui est une allusion aux autocollants « Intel Inside » présents sur la plupart des ordinateurs.<2> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 6. Les réseaux sociaux et les sites de partage sont les deux types de site sur lesquels nous allons nousconcentrer dans ce cours. Commençons par un petit historique.> historiqueCet historique est un résumé de lhistorique distribué en cours. Il ne comprend que lapparition desprincipaux sites appartenant aux 4 catégories traitées dans ce cours. réseaux sociaux partage de photos partage de vidéos partage de liens2001 StumbeUpon2003 LinkedIn Photobucket Delicious MySpace Xing2004 Facebook Flickr Vimeo Digg Viadeo2005 Picasa Web Albums Youtube Dailymotion2006 Twitter Diigo2009 Pearltrees2011 Google+UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <3>
  • 7. Réseaux Sociaux> définitionUn réseau social est un service en ligne sur lequel les membres sinscrivent (souvent gratuitement)pour y partager des informations et entrer en contact avec dautres membres quils connaissent ounon.Pourquoi appelle-t-on cela un réseau ? Voyez la photo ci-dessous. Figure 1 : European detail map of Flickr and Twitter locations par Eric Fischer (CC BY) http://www.flickr.com/photos/walkingsf/5912946760/Cette carte pourrait être une repérsentation du trafic aérien, mais il sagit de la localisations descomptes Flickr et Twitter en Europe. Cela ressemble vraiment à un réseau avec des noeuds, lesgrandes villes, et les connexions entre les villes.> typologieOn peut diviser les réseaux sociaux en 3 grandes catégories : les réseaux généralistes, les réseauxprofessionnels et les réseaux spécialisés.réseaux sociaux généralistesLes réseaux sociaux généralistes sont les plus connus et les plus utilisés.<4> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 8. MySpace Facebook Google + http://www.myspace.com http://www.facebook.com http://plus.google.com[création] août 2003 fév. 2004 juin 2011[membres] 30 millions 845 millions 170 millions (déc. 2011, en.wikipédia.org) (déc. 2011, en.wikipédia.org) (avril 2012, en.wikipédia.org)MySpace a eu un énorme succès avant de faire place à Facebook. On pourrait aujourdhui leconsidérer comme un réseau social spécialisé, puisque tout les groupes de musique ont une pageMySpace (il sagit même parfois du site web officiel du groupe).Avec 845 millions de membres, Facebook représente aujourdhui la plus grande commauté aumonde ! On estime que le nombre dinternautes a dépassé la barre des deux milliards durant lannée2011, ce qui signifie que plus de 40% des internautes ont un compte sur Facebook.Google+ est apparu cet été. Il est donc encore trop tôt pour savoir ce quil va devenir. Le but deGoogle est de contester la suprématie de Facebook. Lavenir nous dira si cela a fonctionné ou non.réseaux sociaux professionnelsLes réseaux sociaux professionnels sont apparus avant les réseaux sociaux généralistes. Ils se sonttoutefois fait rapidement dépasser par ces derniers, en nombre de membres. Ils nen restent pasmoins très actifs et très utilisés. LinkedIn Viadeo Xing http://www.linkedin.com http://www.viadeo.com http://www.xing.com[création] mai 2003 mai 2004 nov. 2003[membres] 150 millions 40 millions 11 millions (fév. 2012, en.wikipédia.org) (oct. 2011, fr.wikipédia.org) (1er trimestre 2011, de.wikipédia.org)LinkedIn est le numéro un mondial inconstesté dans ce domaine. Par contre, beaucoup de Françaissont aussi sur Viadeo (il sagit dun site français).microbloggingTwitter est le seul outil de son genre. Ce nest pas un réseau socail à proprement parler. Il sagit dunservice de microblogging, cest-à-dire un service sur lequel vous pouvez poster des commentaires de140 caractères au max. Cela rappelle lusage du SMS.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <5>
  • 9. Twitter http://www.twitter.com[création] juil. 2006[membres] 140 millions (fév. 2012, en.wikipédia.org)Mais Twitter est devenu un réseau social, car les gens se regroupent sur Twitter comme ils le font surFacebook. Ils communiquent, partagent et suivent ce que font les autres comme cela se fait surnimporte quel réseau social.Twitter a pris une grande importance du fait quun fait dactualité est aujourdhui relaté sur Twitteravant que les médias naient eu le temps den prendre connaissance. Le premier exemple de la sorteest latterrissage forcé dun avion sur lHudson le 15 janvier 2009 4. Janis Krums lavait annoncé sur soncompte Twitter avec une photo à lappui. Linformation ne pouvait pas être plus fraîche puisquilvenait dêtre témoin de la scène. Le scoop nest dès lors plus réservé aux journalistes ! De nombreuxexemples ont suivi. Nous allons y revenir dans les bénéfices et dangers des réseaux sociaux.réseaux sociaux spécialisésDevant le succès des réseaux sociaux généralistes, beaucoup de réseaux sociaux spécialisés se sontcréés pour répondre à une demande plus précise ou regrouper des membres autour de sujet qui netrouvent pas leur place sur les sites existants. Des réseaux sociaux dédiés à la religion, au sport, auxétudiants, à des jeux, aux vacances, à lactualité, etc. Parmi eux, je ne citerai ici que les 2 exemples : Babelio Farmville http://www.babelio.com http://www.farmville.com réseau de partage jeu social en ligne de ses lectures préférées[création] jan. 2007 juin 2009 ( jeu Facebook)Une liste de 500 réseaux sociaux est disponible dans Les réseaux sociaux sur Internet de Louis-SergeReal Del Sarte (voir Bibliographie).4 http://twitter.com/#!/jkrums/status/1121915133 (consulté le 22 avril 2012)<6> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 10. > bénéficesLintérêts des réseaux sociaux réside dans les contacts quils rendent possibles et qui nexisteraient passans eux. Vous pouvez retrouver des gens que vous aviez perdu de vue depuis longtemps ou dontvous ne vous seriez pas souvenu si vous naviez pas vu leur nom proposé comme contact potentiel.Il est également plus facile, lorsque vous partez en voyage autour du monde ou pendant une année àlétranger, de garder le contact avec tout votre entourage en une seule fois.Dans le même ordre didée, il est plus facile de suivre ce que font vos amis, connaissances, famille, etc.en les réunissant à un seul et même endroit, que vous soyez à lautre bout du monde ou dans lamême ville queux.Les jeux, très addictifs pour certains dentre eux, ont participé au succès de Facebook. Nonseulement il est difficile darrêter dy jouer, mais en plus, lorsque vous y parvenez enfin , il y a toujoursun ami qui vous envoie un message pour vous défier de faire mieux que lui (à un jeu que vous neconnaissez pas encore).Finalement, il y a le partage. Il est plus facile et plus efficace de faire part de ces dernières trouvaillesen les postant sur un réseau social que de lenvoyer par mail à tous vos amis, en devant prendre soinde bien choisir ladresse e-mail qui est encore valable pour chacun dentre eux. Et de ne pas lenvoyeraux gens avec qui vous vous êtes brouillés...La question est de savoir quel est le nombre maximum de personnes avec qui il est possible de resteren contact en même temps. Ou avec combien dentre elles avez-vous vraiment envie de rester encontact ?Mais il existe bien des cas où les réseaux sociaux ont vraiment changé la donne. Les réseaux sociauxont par exemple eu un rôle important lors des révolutions du Maghreb. Les dictatures narrivent pas àbloquer les mouvements de contestation sur les réseaux sociaux.Cela a deux conséquences principales. Les opposants ont des moyens instantanés, mobiles etaccessibles à (presque) tous de sorganiser. À côté de cela, il leur est également possible detémoigner de ce qui se passe dans leur pays et den faire part au monde entier. Et, comme mentionnéprécédement, les dictatures narrivent pas à bloquer ces flux dinformations vers lextérieur.Dans un autre ordre didée, les témoins des heurs qui ont eu lieu en Angleterre cet été ont beaucoupcommuniqué sur Twitter notamment.> dangersLe problème principal lié aux réseaux sociaux est le respect de vie privée. Et ce problème a en plusdeux facettes.La première concerne létalage de votre vie privée qui devient accessible à (presque) nimporte qui.Tout ce que vous mettez sur le web est potentiellement public. Il y a évidemment des paramètres desécurité quil est possible daffiner afin déviter que nimporte quelle photo ne soit visible de tout lemonde. Mais il y a une faille importante dans ce système : vos amis. Eux aussi peuvent mettre desphotos de vous sur le compte et vous taguer (cest-à-dire vous désignez comme étant sur la photo).Votre seul espoir est alors darriver à raisonner ces amis et leur faire comprendre que cette photovous embarasse ou que vous ne voulez simplement pas apparaître en photo sur un réseau social.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <7>
  • 11. La gestion de ces problèmes est sociale, technique et parfois juridique. Dans tous les cas, rien nestsimple.Lautre menace qui plane sur votre vie privée vient elle de lintérieure : le service lui-même. Lorsquevous publiez une photo ou une information, même privée et non visible, celle-ci est enregistrée surles serveurs du service en question. Parfois les conditions générales dutilisation du service stipulentque le site devient copropriétaire de ce que vous déposez !Vous êtes alors exposé à ce que ces données ressortent une fois ou lautre. Et il se peut évidemmentquelles soient vendues à des tiers par le site. Et cela viendra lorsque les problèmes financiers vontcommencer à apparaître.Un danger dun tout autre genre vous guette également. Il va de la simple anecdote à la cause dunlicenciement. Vous donnez une information dont certaines personnes, par exemple votre employeur,ne devraient pas avoir connaissance. Comme indiquer que vous passez une journée de ski superbealors que vous êtes en congé maladie...Mais il ne faut pas être paranoïaque. Même si les raisons de se méfier ont lair plus nombreuses quecelles de senthousiasmer, il faut simplement définir ce que vous voulez faire sur un réseau social. Etsy tenir !Notes personnelles<8> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 12. Sites de partage> définitionUn site de partage est un service en ligne sur lequel les membres sinscrivent (souvent gratuitement)pour y publier des photos, vidéos ou tout autre contenu, entrer en contact avec dautres membres ety partager un intérêt commun et leurs création.> typologiepartage de photosIl y a 3 grands services de partage de photos : Flickr (racheté par Yahoo!), Picasa Web Albums(Google) et Photobucket (racheté par une division de News Corp.). Flickr Picasa Web Albums Photobucket http://www.flickr.com http://picasaweb.google.com http://www.photobucket.com[création] fév. 2004 juil. 2005 mai 2003Si Flickr compte plus 6 milliards de photos et Photobucket près de 10 milliards de photos et devidéos, il nen reste pas moins que cest Facebook la plus grande plateforme de partage de photos,puisque Facebook avait déjà passé la barre des 10 milliards de photos début 2009.On ne trouve toutefois pas le même type de photos sur Facebook et sur les autres services.Nous verrons ces services lors des prochaines séances.partage de vidéosYoutube est le numéro un mondial inconstesté, mais Dailymotion, Vimeo et quelques autres se sonttrouvés une place confortable. Youtube Dailymotion Vimeo http://www.youtube.com http://www.dailymnotion.com http://www.vimeo.com[création] fév. 2005 mars 2005 nov. 2004UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <9>
  • 13. Les chiffres concernant la quantité de vidéos et le nombre de visionnements sont déments. Il y a 1.2milliards de vidéos vues chaque mois sur Dailymotion, alors que plus de 24 heures de vidéos sonttéléchargées sur Youtube chaque minute !Vous y trouverez tout ce que vous voulez.partage de musiqueLes sites de partage de musique sappellent des webradios. Vous pouvez effectivement écouter de lamusique comme sil sagissait dune radio (sans les animateurs ni les pubs). La musique nest pastéléchargée sur votre ordinateur. Elle est disponible en streaming (écoute depuis les serveurs en fluxcontinu).Pour des raisons de droits dauteur, les leaders dhier ne sont plus les mêmes aujourdhui. Les maisonsde disque ont fait pression pour avoir leur part du gâteau, ce qui explique quelques changementsintervenus ces dernières années. Deezer Spotify Grooveshark http://www.deezer.com http://www.spotify.com http://listen.grooveshark.com[création] août 2007 oct. 2008 mars 2007Ainsi, après avoir été indisponible en Suisse pendant de longs mois, le précurseur Deezer est ànouveau disponible en Suisse. Maintenant entre temps, dautre se sont installés. Comme Spotify, surlequel 10000 nouvelles chansons sont ajoutées chaque jour. Et comme Grooveshark. Les droitsdoivent être négociés pays par pays, ce qui a longtemps rendu le marché des webradios instables.Les services apparaissaient et devenaient indisponibles tour à tour.À côté de cela, il y a Jamendo (http://www.jamendo.com/fr) qui propose de la musique gratuite,parce que sous licence libre.partage de liensComment retrouver vos sites favoris si vous êtes sur un autre ordinateur que celui sur lequel voussurfez habituellement ? En utilisant un service de social bookmarking (partage de liens). Delicious Diigo Pearltrees http://www.delicious.com http://www.diigo.com http://www.pearltrees.com[création] fin 2003 juil. 2006 déc. 2009< 10 > UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 14. Le plus connu dentre eux est Delicious. Racheté en 2005 par Yahoo!, le service a récemment étérevendu. Et les changements apportés par les nouveaux propriétaires du site nont pas plu auxutilisateurs qui ont migré leurs données vers dautres services comme Diigo ou Pearltrees. Lesfonctionnalités manquantes de Delicious sont réapparues en fin dannée dernière.partage de documentsIl existe aussi des sites de partage de documents. Slideshare Scribd http://www.slideshare.net http://www.scribd.com[création] oct. 2006 mars 2007Slideshare est le leader du partage de présentations (PowerPoint, Keynote ou autre). Beaucoup deconférences mettent les présentations en ligne. Et si les organisateurs ne le font pas, ce sont lesauteurs eux-mêmes qui sen chargent. Sur Scribd, on trouve des documents telles que supports decours, rapports, livres, etc.> bénéficesLe premier bénéfice qui vient à lesprit est évidemment le partage. Pouvoir partager ses créations entoute simplicité est un gain énorme par rapport à ce qui se faisait avant. Un photographe nadésormais quà créer un compte sur un site pour pouvoir exposer ces oeuvres, montrer au monde cequil sait faire et peut-être rencontrer la reconnaissance à laquelle il na pas accès par dautres biais.Comme pour les blogs, certains personnes ont atteint la célébrité par le biais des sites de partage.Lexemple de Grégoire, chanteur français lancé par les internautes du site My Major Company(http://www.mymajorcompany.com), vit désomais de la chanson. Ces premières chansons étaient à detous sur le site, afin de se faire connaître. Et comme suffisamment de gens ont aimé et misé de largentsur lui, il a pu enregistrer un disque.Finalement, les membres dun site de partage forment une communauté dintérêts (pour laphotographie, la vidéos, la peinture sur figurine, etc.). Cest le cas de DeviantArt, site de partagedoeuvre graphique sur lequel se mélangent des spécialistes de la palette graphique et des expertsde la peinture sur figurines de jeu de rôle. On y trouve des oeuvres tout à fait remarquables, quitrouveraient difficilement une place dans un lieu dexposition conventionel.> dangersIl y a plusieurs problèmes liés au dépôts doeuvre sur un site de partage. Dabord, à quiappartiennent les images disponibles sur le site. Le prestataire devient-il copropriétaire dès lemoment où vous mettez vos créations sur le site ? Cest parfois le cas. Avec toutes les conséquencesque cela peut avoir sur la réutilisation de vos oeuvres.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage < 11 >
  • 15. Ensuite, il y a la réutilisation par les internautes qui visitent le site. Les gens pensent très souvent quece qui est sur le web est libre de droit. Cest faux ! Mais il utilise tout de même ce quils trouvent sansdemander lautorisation de lauteur. Que faire contre cela ?Le cas juridique des oeuvres publiés sur le web est vaste et assez compliqué. Il existe des mécanismespour autoriser les internautes à réutliser vos oeuvres à vos conditions. Mais nous laborderons lorsdes prochaines séances.En plus du droit dauteur, il y a le droit à limage quil faut prendre en compte. Si vous photographiezune personne et quelle est reconnaissable sur la photo, cette personne a également son mot à direquant à la publication de la photo sur le web. Nous verrons également cela lors des prochainesséances.Notes personnelles< 12 > UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 16. BibliographieARPIN, Dominic et DION, Patrick, 2010. Comment devenir une star des médias sociaux  : maîtriserFacebook, Twitter comme des pros. Montréal : Éditions Quebecor. ISBN 9782764016565.FANELLI, Marc, 2010. Guide pratique des réseaux sociaux  : Twitter, Facebook... des outils pourcommuniquer. Paris : Dunod. Efficacité professionnelle. ISBN 978-2-10-054730-2.LEFEVER, Lee, 2007. Social Networking in Plain English [e n ligne]. 28 juin 2007.[Consulté le 14 October 2009].Disponible à l’adresse : http://www.youtube.com/watch?v=6a_KF7TYKVc&feature=youtube_gdataLEFEVER, L e e , 2 0 0 8 . Social Media in Plain English [ e n l igne]. 29 mai 2008.[Consulté le 14 October 2009].Disponible à l’adresse : http://www.youtube.com/watch?v=MpIOClX1jPE&feature=youtube_gdataLEVARD, Olivier et SOULAS, Delphine, 2010. Facebook  : mes amis, mes amours... des emmerdes  !  :la vérité sur les réseaux sociaux. Paris : Michalon. Essai. ISBN 978-2-8418-6517-8.SARTE, Louis Serge Real del, 2010. Les réseaux sociaux sur Internet. Monaco : Alphée-Jean-PaulBertrand. ISBN 978-2-7538-0571-2.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage < 13 >
  • 17. programme printemps / été 2012 cours 801Les réseaux sociaux etles sites de partage partie 2 La recherche de photos sur flickr mai 2012 animé par Raphaël Grolimund bibliothécaire, Bibliothèque de lEPFL
  • 18. Panorama> RappelIl y a 3 grands services de partage de photos : Flickr (racheté par Yahoo!), Picasa Web Albums(Google) et Photobucket (racheté par une division de News Corp.). Flickr Picasa Web Albums Photobucket http://www.flickr.com http://picasaweb.google.com http://www.photobucket.com[création] fév. 2004 juil. 2005 mai 2003Si Flickr compte plus de 6 milliards de photos et Photobucket près 10 milliards de photos et devidéos, il nen reste pas moins que cest Facebook la plus grande plateforme de partage de photos,puisque Facebook avait déjà passé la barre des 10 milliards de photos début 2009.On ne trouve toutefois pas le même type de photos sur Facebook et sur les autres services.> Partager = chercher & mettre à dispositionComme tout outil 2.0, un site de partage de photo vous permet dêtre utilisateur et producteur decontenu.chercherSans doute que le plus souvent vous nêtes quutilisateur : vous cherchez du contenu, ici des images.Et, comme nous allons le voir dans les travaux pratiques, vous avez beaucoup dangles dattaque pourrechercher des photos.Cest ce que nous allons voir lors de cette séance.mettre à dispositionMais vous allez également voir quil est aisé de devenir producteur de contenu et de mettre àdisposition des autres, les images que vous avez créées ou les photos que vous avez prises. Vousverrez aussi, lors de la prochaine séance, que vous nêtes pas obligés de les mettre à disposition detous.> Fonctionnalités de flickr flickrFlickr comporte beaucoup de fonctionnalités. Bien trop pour pouvoir toutes les utiliser en 2 séances.De plus, certaines sont réservés aux membres qui possèdent un compte Pro.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <1>
  • 19. Dans les travaux pratiques qui vont suivre...... nous allons voir* comment rechercher des photos ;* comment paramétrer son compte ;* comment ajouter des photos ;* comment organiser les photos ;* comment gérer ses contacts.* la création et la gestion dun groupe ;Nous verrons aussi les données EXIF (exchangeable image file format, format de fichier imageéchangeable en français). Il sagit de données sur limage (informations sur lappareil photo,géolocalisation, etc.) que Flickr peut extraire et afficher. Cest grâce à ces données quil est possiblede chercher les photos faites avec un certain type dappareil photo.Je vous présenterai brièvement les licences Creative CommonsFinalement, je vous ferai une démonstration de lutilisation des wigdets, où comment inclurefacilement un aperçu de vos photos sur un autre site.... nous nallons pas voir* linscription (pour des questions de temps), vous utiliserez donc des comptes existants ;* les statistiques (réservées aux comptes Pro) ;* tout ce qui touche au compte Pro ;* les expositions ;* les paramètres liés aux vidéos (sujet de la 3e séance) ;* les extensions (applications manipulant les contenus de Flickr).Nous ne verrons pas ces aspects-là, non pas parce quils ne sont pas intéressants, mais parce quilssont destinés à des utilisateurs connaissant bien Flickr.<2> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 20. Problèmes de droit> Droit dauteurDes questions concernant le droit dauteur apparaissent que vousvous placiez du point de vue delutilisateur (Quai-je le droit de faire avec cette photo ?) ou du créateur (Comment empêcher lesgens dutiliser mes photos sans mon consentement ?, Comment donner le droit aux gens dutilisermes photos à certaines conditions ?). Prenons les questions lune après lautre.Quai-je le droit de faire avec cette photo ?Les sites de partage de photos mentionnent les droits liés à la photo. Voici à quoi cela ressemble surFlickr. Image protégée par un copyright Image sous licence Creative CommonsPour être sûr de pouvoir réutiliser une photo, rechercher des images sous licence Creative Commons.Flickr propose une option pour cela dans la recherche avancée (voir travaux pratiques).Comment empêcher les gens dutiliser les photos que jai publiées sans mon consentement ?La réponse à cette question est à la fois simple et brève : impossible ! Le seul moyen de vous assurerque les gens ne se serviront pas de vos photos est de ne pas les rendre publiques. Ou de ne pas lesmettre en ligne.Comment donner le droit aux gens dutiliser mes photos à certaines conditions ?En tant que photographe, vous pouvez avoir envie de mettre vos photos à disposition des autres etles laisser les réutiliser. Ce sont les licences Creative Commons qui vous permettent de faire cela.> Droit à limageÀ côté du droit dauteur, il y a encore une multitude de raisons qui peuvent empêcher une photodêtre publiée. Je ne vais pas métendre sur ce sujet, car cela devient trop juridique. Mais il faut avoirà lesprit quune personne prise en photo (et reconnaissable sur le cliché) peut sopposer à sadiffusion. Cest ce quon appelle le droit à limage. De même, si vous photographiez une marque ouun design, vous pouvez être amené à devoir demander lautorisation aux ayants droits de diffuser laphoto de la marque ou du design dont ils sont propriétaires. Nétant pas un spécialiste de cesquestions, je marrête là.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <3>
  • 21. Creative Commons : du point de vue de lutilisateur> Pourquoi rechercher des images sous licence Creative Commons ?Si vous devez rendre un rapport et que vous vous basez sur diverses sources pour faire desaffirmations, tant que vous citez vos sources, il n’y a pas de problème. Cela rentre dans le cadre de cequ’on appelle le fair use. Vous ne reprenez pas l’intégralité du travail d’une autre personne et vousne vous attribuez pas les idées des autres.Mais lorsqu’il s’agit d’illustrer un propos à l’aide d’une image, cela se complique. Si on peut aisémentciter une petite portion d’un texte, une image n’a souvent de sens que dans son intégralité.Combien de fois se trouve-t-on face à une image ou un document qui serait bien utile pour illustrerou agrémenter un travail ? Le problème, c’est que pour pouvoir utiliser l’image de quelqu’un d’autredans son travail, il faut contacter l’auteur pour lui demander une autorisation explicite de l’utiliser.> Les différentes licences CCIls existent plusieurs licences Creative Commons. Les licences combinent 4 symboles exprimantchacun une contrainte imposée par l’auteur à l’utilisateur.La combinaison de ces quatre conditions donne les six licences suivantes. Le symbole BY fait partiede toutes les licences (lauteur doit toujours être mentionné).Les licences ci-dessus sont présentées de la plus permissive à la plus restrictive. Vous êtes dans lapeau de lutilisateur qui souhaite savoir ce que la licence lautorise à faire avec lœuvre.<4> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 22. Pour des informations complètes concernant les licences Creative Commons, reportez-vous au sitede la Fondation Creative Commons : http://creativecommons.org/licenses/?lang=frUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <5>
  • 23. Travaux pratiques> Chercher des imagesRecherche simpleRecherchez des images sur un ou plusieurs sujet(s) qui vous intéresse(nt).RemarquesRecherche par tagsRecherchez des images/photos par tags et observez la différence avec la recherche simple.RemarquesRecherche avancéeRendez-vous sur http://www.flickr.com/search/advanced et utilisez les outils proposés dans larecherche avancée pour affiner vos premières recherches.Remarques<6> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 24. Recherche dune personne (ou dun groupe)Cherchez une personne (cela peut être un autre participant du cours).RemarquesRecherche dune image à réutiliserRendez-vous sur http://www.flickr.com/creativecommons et voyez ce que vous pouvez trouvercomme contenu à réutiliser.RemarquesRecherche par lieuRetrouvez des images/photos liées à un lieu. RemarquesUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <7>
  • 25. Recherche par type dappareil photoCherchez des photos prises avec un type dappareil photo particulier. Remarques<8> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 26. BibliographieDELCROIX, Eric, 2008. Flickr: on s’y retrouve ! Paris : Pearson. ISBN 9782744092244.LEFEVER, Lee, 2008. Online Photo Sharing in Plain English [en ligne]. 9 January 2008.[Consulté le 28 avril 2012].Disponible à l’adresse : http://www.youtube.com/watch?v=9ClORK1iULQUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <9>
  • 27. programme printemps / été 2012 cours 801Les réseaux sociaux etles sites de partage partie 3 Le partage de photos sur flickr mai 2012 animé par Raphaël Grolimund bibliothécaire, Bibliothèque de lEPFL
  • 28. Panorama> RappelIl y a 3 grands services de partage de photos : Flickr (racheté par Yahoo!), Picasa Web Albums(Google) et Photobucket (racheté par une division de News Corp.). Flickr Picasa Web Albums Photobucket http://www.flickr.com http://picasaweb.google.com http://www.photobucket.com[création] fév. 2004 juil. 2005 mai 2003Si Flickr compte plus de 6 milliards de photos et Photobucket près 10 milliards de photos et devidéos, il nen reste pas moins que cest Facebook la plus grande plateforme de partage de photos,puisque Facebook avait déjà passé la barre des 10 milliards de photos début 2009.On ne trouve toutefois pas le même type de photos sur Facebook et sur les autres services.> Fonctionnalités de flickrLors de la dernière séance, nous avons vu :* comment rechercher des photos ;Nous avons vu les données EXIF, grâce auxquelles il vous a été possible de chercher les photos faitesavec un certain type dappareil photo.Et vous avez fait connaissance avec les licences Creative Commons (du point de vue de lutilisateur).Il nous reste donc à voir, nous allons voir* comment paramétrer son compte ;* comment ajouter des photos ;* comment organiser les photos ;* comment gérer ses contacts.* la création et la gestion dun groupe ;Vous allez également voir les licences Creative Commons, mais du point de vue de lauteur cette fois.Et je vous ferai une démonstration de lutilisation des wigdets, où comment inclure facilement unaperçu de vos photos sur un autre site.UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <1>
  • 29. Creative Commons : du point de vue de lauteur> Pourquoi publier des images sous licence Creative Commons ?Lorsquun photographe publie une image, elle est automatiquement protéger par le droit dauteur.Si lauteur veut encourager les autres à réutiliser son travail, sans les licences Creative Commons, il nepeut pas le faire. Toute personne souhaitant réutiliserlune de ses œuvres, de quelque manière quece soit, doit le contacter et lui demander son autorisation exprès.Imaginez combien de demandes l’auteur d’une œuvre particulièrement populaire peut recevoir. Etcombien de temps cela peut lui prendre d’autoriser les gens à le faire…Le copyright, qui protège toute œuvre dès le moment de sa création, peut s’avérer très contraignantpour l’utilisateur ET pour l’auteur.Concrètement, en tant dauteur, vous pouvez décider si votre œuvre peut être réutilisée à des finscommerciale (ou non), si elle peut être modifiée (ou non) et si le travail dans lequel votre œuvre a étéutilisée doit également être mis à disposition de tous (ou non).Reprenons les licences présentées lors de la dernière séance, mias vous êtes cette fois dans la peaude lauteur de lœuvre. Les licences ci-dessus sont présentées de la plus permissive à la plusrestrictive. Vous autorisez lutilisateur à copier, modifier, diffuser sous nimporte quelle licence (y compris à des fins commerciales) Vous exigez de lutilisateur de citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originale Vous autorisez lutilisateur à copier, modifier, diffuser (y compris à des fins commerciales) Vous exigez de lutilisateur de publier le résultat de son travail sous la même licence, de citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originale Vous autorisez lutilisateur à copier et diffuser sous nimporte quelle licence (y compris à des fins commerciales) Vous exigez de lutilisateur de publier lœuvre originale inchangée (intégralement), de citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originale<2> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 30. Vous autorisez lutilisateur à copier, modifier et diffuser sous nimporte quelle licence à des fins non commerciales Vous exigez de lutilisateur de publier le résultat de son travail à des fins non commerciales, de citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originale Vous autorisez lutilisateur à copier, modifier et diffuser à des fins non commerciales Vous exigez de lutilisateur de publier le résultat de votre travail à des fins non commerciales, sous la même licence, citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originale Vous autorisez lutilisateur à copier et diffuser sous nimporte quelle licence à des fins non commerciales Vous exigez de lutilisateur de publier le résultat de son travail à des fins non commerciales, de publier lœuvre originale inchangée (intégralement), de citer le titre, la licence et votre nom et de fournir un lien vers lœuvre originaleUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <3>
  • 31. Travaux pratiques> Mettre des images à dispositionRendez-vous sur http://www.flickr.com et connectez-vous à laide des informations données en cours.Vous pouvez aussi utiliser votre propre compte Yahoo!, si vous en avez un.Paramétrer son comptePersonnalisez votre compte. Modifiez votre pseudo et choisissez une adresse web Flickr personnelle.Voyez également les paramètres de confidentialité qui sont à votre disposition. RemarquesAjouter une photoImportez une photo sur Flickr, choisissez si elle est public ou privée et décrivez-la (titre, tags etdescription).Remarques<4> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 32. Ajoutez plusieurs photosRépétez lopération en important plusieurs photos en même temps.RemarquesVisualiser vos photosCherchez les différents moyens de visualiser les photos qui sont dans votre compte.RemarquesModifier les paramètres dune photoChoisissez une photo et modifiez les Paramètres du propriétaire. Choisissez une licence CreativeCommons et limitez le droit de commenter la photo à vos amis et votre famille.Vous pouvez également ajouter des données de géolocalisation, si vous le souhaitez.RemarquesSupprimer une photoCherchez comment supprimer une photo.RemarquesUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <5>
  • 33. Organiser ses photosClassez vos photos dans des albums. RemarquesGérer ses contactsAjoutez dautres participants à vos contacts et voyez les possibilités qui soffrent alors à vous. RemarquesCréer un groupeCréez un groupe, choisissez le type de groupe que vous souhaitez créer et décrivez-le ! Remarques<6> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 34. Sélectionnez le groupe que vous avez créé et ajoutez des membres ( inviter des amis) à votre groupe. RemarquesFinalement, déconnectez-vous et essayez de retrouver vos photos.RemarquesUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <7>
  • 35. BibliographieDELCROIX, Eric, 2008. Flickr: on s’y retrouve ! Paris : Pearson. ISBN 9782744092244.LEFEVER, Lee, 2008. Online Photo Sharing in Plain English [en ligne]. 9 January 2008.[Consulté le 28 avril 2012].Disponible à l’adresse : http://www.youtube.com/watch?v=9ClORK1iULQ<8> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 36. programme printemps / été 2012 cours 801Les réseaux sociaux etles sites de partage partie 4 Les widgets et les mashups mai 2012 animé par Raphaël Grolimund bibliothécaire, Bibliothèque de lEPFL
  • 37. Les widgetsLes widgets sont de petites applications qui affichent sur une page web du contenu provenant dunautre site web (ex. photos provenant de Flickr sur son site web personnel). Le widget affiche même lecontenu en temps réel, ce qui signifie que lajout de contenu sur le site web distant (ajout de photossur son compte Flickr) se répercute automatiquement sur le site où est installé le widget (le site webpersonnel).> DémonstrationVoyons par exemple comment ajouter automatiquement sur LinkedIn1 les dernières présentationsdéposées sur Slideshare2.RappelLinkedIn est un réseau social professionnel, créé en mai 2003. Il compte 150 millions de membres.Slideshare est un site de partage de présentations (et de documents) très utilisé par les personnesqui interviennent dans des conférences ou des cours. Selon le site lui-même 3, il y a 60 millions devisiteurs par mois sur Slideshare. ... + ->1 http://www.linkedin.com (consulté le 13 mai 2012)2 http://www.slideshare.net (consulté le 13 mai 2012)3 http://www.slideshare.net/about (consulté le 13 mai 2012)UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <1>
  • 38. > Découverte de quelques utilisations des widgetsPrenez maintenant un petit moment pour découvrir quelques sites web qui incluent des widgets etvoir comment ils sen servent.My Major CompanySite web français produisant des artistes inconnus grâce aux investissements des internautes.Remarques<2> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 39. Travelin Librarian et Librarian in BlackBlogs de deux bibliothécaires américains grands consommateurs de médias sociaux. RemarquesSources : http://librarianinblack.net http://travelinlibrarian.infoUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <3>
  • 40. Nine Inch NailsGroupe de rock américain, connu notamment pour proposer sa musique en téléchargement gratuitsur son site, parallélement à la vente de CDs. (Source : http://www.nin.com/)RemarquesNetvibesNetvibes est une plateforme dagrégation dinformations lancée en septembre 2005. Il ne sagit pas àproprement parler dun site de partage, car cette plateforme était prévue comme une page daccueilsur laquelle vous pouvez regrouper toutes les sources dinformations qui vous intéressent et/ou quevous consultez régulièrment.Mais Netvibes permet de rendre sa page publique et donc de partager sa sélection avec les autres.Toutes les informations présentent sur une page proviennent en fait dautres sites web et sontaffichés dans des widgets.<4> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 41. (source : http://www.netvibes.com/arkp#La_recherche_de_personnes)UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <5>
  • 42. Les mashupsUn mashup est une application qui va plus loin que le simple affichage du contenu dun site dans unautre. Dans un mashup, plusieurs sources sont combinées pour réaliser quelques choses de nouveau.Nous allons découvrir cela au travers des exemples qui suivent. Mais sachez que les possibilités sonttrès grandes (voire infinies). Seule limagination des développeurs, les données à leur disposition et,dans une moindre mesure, la difficulté de combiner les données choisies, posent les limites de cequil est possible de réaliser dans un mashup.> Lexemple de FlickrLors de la 2e séance, nous avons vu la recherche de photos par lieux de prise de vue(http://www.flickr.com/places/). Il est possible dafficher une carte sur laquelle les photos de la régionsont géolocalisées.En cliquant sur lun des points, la photo concernée saffiche au-dessus de la pellicule, en bas de lacarte. Sil y a plusieurs photos du même lieu, elles sont toutes mises en lumière dans la pellicule.(source : http://www.flickr.com/map?place_id=aNj1c_BWWrkhh0g)La combinaison de photos géolocalisées et dune carte est lutilisation la plus courante des mashups.Mais il en existe beaucoup dautres.<6> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 43. > Découverte de quelques mashupsVoici quelques mashups à découvrir par vous-mêmes.Velopass (réseau suisse de vélo en libre-service)http://www.velopass.chune source de données (2 niveaux dinformation) et une carteRemarquesUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <7>
  • 44. Healthmap (foyer infectieux et épidémie dans le monde)plusieurs sources de données et une carteRemarquesNewspapermap (les journaux du monde entier dans votre langue)plusieurs sources de données, une carte et un outil de traduction(source : http://www.newspapermap.com, carte de la Suisse)<8> UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage
  • 45. RemarquesSwisstrains (le déplacement des trains suisses en temps réel)plusieurs sources de données, une carte et une mise à jour en temps réelRemarquesUPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage <9>
  • 46. > ConclusionEn plus, de rendre la publication accessible à tout le monde, les réseaux sociaux et les sites de partagepermettent daller plus loin en réutilisant les informations fournies par dautres personnes ouinstitutions et de les combiner pour réaliser des produits innovants.Il sagit aujourdhui plus de sélectionner le bon outil et les bonnes sources de données que demaîtriser un savoir-faire technique. Cest en ce sens que le web 2.0 a réussi à réaliser le but du webdès ces débuts : faciliter et accélérer la communication à travers le monde. Mais là où les inventeursdu web (au CERN) pensaient à la communauté scientifique, le web 2.0 a trouvé le grand public.< 10 > UPL printemps/été 2012 – Réseaux sociaux et sites de partage