Protection des cultures Contrôle du mildiou de la pomme de terre par le système d’avertissements - Ducatillon christian
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Protection des cultures Contrôle du mildiou de la pomme de terre par le système d’avertissements - Ducatillon christian

on

  • 629 views

Présentation #PotatoMorocco2014

Présentation #PotatoMorocco2014
Conférence Pomme de terre du Maroc 20 mars 2014

Statistics

Views

Total Views
629
Views on SlideShare
627
Embed Views
2

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

1 Embed 2

http://www.slideee.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Protection des cultures Contrôle du mildiou de la pomme de terre par le système d’avertissements - Ducatillon christian Protection des cultures Contrôle du mildiou de la pomme de terre par le système d’avertissements - Ducatillon christian Presentation Transcript

  • Carah - Ath – Mars 2014 ferme@carah.be 1 Protection des cultures Contrôle du mildiou de la pomme de terre par le système d’avertissements
  • • Le CARAH • Le mildiou • La lutte contre le mildiou • Le système d’avertissement du CARAH • L’expérimentation en champ 2 Plan
  • Centre pour l’Agronomie et l’Agro-industrie de la Province de Hainaut Le CARAH 3 Infrastructures: o Des laboratoires = pédologie, biotechnologie, chimie alimentaire, bactériologie, recherche appliquée o BER= comptabilité des exploitations agricoles o FEP= ferme mixte, expérimentations pour toutes cultures wallonnes, animation scolaire, gîte à la ferme, fromagerie Coordonnées: o Secrétariat d’analyse: 068/264.690 o Secrétariat FEP: 068/264.630 o E-mail: info@carah.be o Site internet : www.carah.be o : carahasbl View slide
  • • Le CARAH • Le mildiou • La lutte contre le mildiou • Le système d’avertissement du CARAH • L’expérimentation en champ 4 Plan View slide
  • Définition: Maladie cryptogamique causée par un champignon Le mildiou 5 Variétés attaquées: Solanum tuberosum et autres Solanum lycopersicum, Vitis par ex. Historique: Disette en Irlande 1845-1849 plus d’1 million émigré et 1,5 million de morts
  • Cycle: o Pour se développer (sporuler et germer) la spore a besoin d’humidité et de température o Une fois dans la feuille, l’humidité de celle-ci assure la survie du pathogène o La vitesse d’incubation dépend de la température (15-20°C) o La dissémination est occasionnée : - Par le plant contaminé - Par les oospores contenues dans le sol (Souche A1+A2) - Par le vent via la production de spores  Centaines … milliers … millions…  Transport sur plusieurs km 6 Le mildiou
  • Cycle du mildiou C.Ducattillon, CARAH directe indirecte x 8 opt. 24°C opt.12°C directe indirecte A1 A2 Oospore enété:4,5à7jours Survie hivernale Inoculum primaire tubercule 7
  • 8
  • Symptômes: o En végétation (feuilles, tiges et sommités) - Face supérieure : Petites taches décolorées qui brunissent Halo vert-clair à jaune - Face inférieure : si condition humide = feutrage blanc autour de la tache - Le feuillage se dessèche puis destruction o Sur tubercules Pourriture superficielle de couleur marron ou gris-violacé au contour mal défini o Sur coupe Chair marbrée de couleur rouille progressant vers l’intérieur du tubercule 9 Le mildiou
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • • Le CARAH • Le mildiou • La lutte contre le mildiou • Le système d’avertissement du CARAH • L’expérimentation en champ 16 Plan
  • 17 Elle s’articule principalement autour des mesures suivantes – Connaissance de la maladie – Surveillance des parcelles et des environs surtout en début de saison – Choix des produits et de leur date d’application – Mais aussi… La lutte contre le mildiou
  • 18 1. La connaissance  Phytophthora infestans (Mont.) de Barry  Progression géométrique de raison 100 à partir du mois de mai Génération Folioles infectées N N+1 N+2 N+3 N+4 … 1000 = 1 1001 = 100 1002 = 10 000 1003 = 1 000 000 1004 = 100 000 000 …  Cycles estivaux de 4,5 à 7 jours  Survie hivernale sous forme de mycélium dans le tubercule ou oospore après fécondation des type A1 et type A2 (plus robuste, survit dans le sol) INRA, 2010
  • 19 2. La surveillance Tas d’écart de triage, tas de compost  Repousse en champs => rotation  Potagers  Dès la levée au champ Important
  • 20 3. Choix des produits (1) L’efficacité de la protection fongicide dépend:  de la qualité de l’application = pression, volume, vitesse (balancements), conditions météorologique et type de buse  du choix du fongicide : différentes propriétés seront requises tout au long de la saison de culture, selon le stade phénologique, la pression dans l’environnement et l’état sanitaire du champ  du moment d’application  Intérêt du système d’avertissement Intervenez préventivement autant que possible
  • 21 3. Choix des produits (2) Les différents types de produits:  Type 1 : Produits de contact sans protection des tubercules Action préventive et destruction des spores lors de la germination Famille chimique Matières actives Spécialités mancozèbe diverses manèbe diverses dérivés benzène chlorothalonil Bravo strobilurine azoxystrobine Amistar strobilurine boscalid + pyraclostrobine Signum, Terminett dithiocarbamates mancozèbe triazolopyrilidymines ametoctradin Type dithiocarbamates 1.Contact Orvego Extra
  • 22 3. Choix des produits (3) Type 2 : Produits de contact ou assimilés, avec protection des tubercules Forte action préventive sur les spores. Diminution du potentiel de germination Action de protection du feuillage, des tiges et des tubercules Famille chimique Matières actives Spécialités hydroxyde diverses oxychlorure diverses sulfate diverses pyridylamines fluazinam diverses benzamides zoxamide dithiocarbamat es mancozèbe cyano- imidazoles cyazofamide acylpicolides fluopicolid carbamates propamocarbe imidazolinones fenamidone dithiocarbamat es mancozèbe Canvas Evitto Santinas Sereno Type 2.Contactouéquivalent protectiondestubercules dérivés du cuivre Unikat Pro Ranman adjuvant heptamethyltrisiloxane Infinito Sulfamoyl- triazole amisulbrom
  • 23 3. Choix des produits (4) Type 3 : Produits pénétrants ou translaminaires avec ou sans rétroaction Translaminaire: rentre dans la plante Avec ou sans rétroaction : curativité Action de protection du feuillage, des tiges et des tubercules Famille chimique Matières actives Spécialités carbamates propamocarbe imidazolinones fenamidone triazolopyrilidy mines ametoctradin morpholines dimethomorphe morpholines dimethomorphe dithiocarbamat es mancozèbe morpholines dimethomorphe pyridylamines fluazinam morpholines dimethomorphe methoxy- carbamate pyraclostrobine dithiocarbamat es mancozèbe valinamide carbamates valiphenalate mandelamides mandipropamid e Revus mandelamides mandipropamid e triazoles difenoconazole carbamates vanilamide benthiavalicarb- isopropyl dithiocarbamat es mancozèbe acetamide cymoxanil dithiocarbamat es mancozèbe ou metiram acetamide cymoxanil strobilurine famoxate acetamide cymoxanil carbamates propamocarbe Valis M Carial Star Valbon diverses Tanos Proxanil Type 3.Pénétrantsoutranslaminaires avecousansrétroaction Boreso Orvego Star Acrobat extra WG Banjo Forte Cabrio Duo
  • 24 3. Choix des produits (5) Type 4 : Produits systémiques avec rétro-action Action préventive et rétroaction. Action de protection du feuillage, des tiges et du feuillage néo-formé Chemical Family Products Speciality kg of l /ha Nbr appl phénylamides benalaxyl dithiocarbamates mancozèbe phénylamides metalaxyl-M dithiocarbamates mancozèbe phénylamides metalaxyl-M pyridylamines fluazinam Type Epok 600 EC 0,5 l Eucrit Plus Fubol Gold Ridomil Gold 2,5 kg 4.Fullysystémics withcurativity Galben M 2,5 kg
  • 25 4. Mais aussi…(1)  De la qualité du plant (plant indemne)  Du choix de la parcelle = environnement (possibilité limitée)  Du choix variétal Sensible : = qualité technologique et organoleptique supérieur Résistante : Peu d’intérêt pour les agro-industries  De la date de plantation  De l’application des produits jusqu’au défanage
  • 26 4. Mais aussi…(2)  De la qualité du buttage - amélioration du rendement - surélever la culture : limite risques bactériens (asphyxie) - faciliter la récolte - Meilleure protection contre le mildiou des tubercules  Des risques de périodes humides au contact du plant - Condensation, pluie lors de la plantation et arrachage - Irrigation: raisonnement, optimalisation, timing
  • • Le CARAH • Le mildiou • La lutte contre le mildiou • Le système d’avertissement du CARAH • L’expérimentation en champ 27 Plan
  • Système d’avertissements mildiou Lionel Hanuise Ath - Décembre 2013 28 Deux possibilités pour prévenir la maladie:  protéger avant l’apparition du risque : une protection doit être mise en place avant chaque période de risque. Bonne conditions météo nécessaires, impératif d’agir immédiatement  protéger à la fin de chaque cycle mildiou important : implique une bonne connaissance du pathogène, des données météorologiques fiables pour alimenter le modèle, une bonne connaissance de la réalité de terrain Avantage : possibilité d’envoyer un message d’alerte plusieurs jours avant l’intervention fongicide = AVERTISSEMENTS
  • 29 Eléments de base du contrôle du mildiou de la pomme de terre par le service d’avertissements (1) 1. Données climatiques : Calibrage et positionnement des senseurs des stations météo = données fiables Temp & RH  Détermine les infections Temp  Détermine la durée d’incubation Pluviométrie  Détermine la rémanence des produits fongicides
  • 30 Eléments de base (2) 3. Observation de terrain dont les repousses, les tas d’écart de triage, champs de référence (12 parcelles en 2013) Permet de vérifier l’exactitude du modèle 2. Collecte des données météorologiques complètes via le réseau téléphone mobile et internet Ath
  • 31 Eléments de base (3) 4. Détermination du potentiel infectieux  Détermination des périodes humides: - Si RH > 90% - Considérer pour un même période lorsque l’interruption est < ou = à 3 heures  Reporter sur une table pour indiquer la gravité de l’infection  Une période humide déterminée = début d’infection
  • 32 Eléments de base (4) 5. Graphique des courbes d’incubation pour chaque période humide  Jour de début de la courbe? Dépend du moment de la période humide - Si la période humide commence au matin : jour J-1 - Si elle commence entre 10 et 14h : jour j, -1 = ½ incubation - Si elle commence l’après-midi : jour J (Notifiée le j, +1)  Si la période humide est importante, la fin des courbes dépend de la fin de la période humide  Courbes d’incubation avec des gradiants variables en fonction de la température  Fin des incubations (possibilité de formation de spores sur la face inférieure des feuilles) après 7 unités d’incubation
  • 0 10 20 30 40 50 60 0 5 10 15 20 25 30 35 Précipitations(mm) Température(C) Station de Ath - Saison 2013 Plu T Min T Moy T Max33 Légende des courbes : Ligne unie = nouvelle génération Vert = infection légère Bleu = infection moyenne Noir = infection grave Rouge = infection très grave
  • 34 Eléments de base (6) 7. Sélection de la stratégie de contrôle du mildiou Début de saison (émergence – élongation des tiges) :  Si la pression est faible : fongicide de contact  Si risques d’infection par du mildiou latent (provenant du plant) : cymoxanil  Si la pression est forte: produits protégeant les pousses en croissance 6. Prévision de la date de sporulation Extrapolation des courbes d’incubation en fonction des conditions climatiques
  • Croissance active (jusqu’à la floraison et l’initiation des tubercules) :  Si la pression est faible : les fongicides de contact restent envisageables mais nécessitent une cadence de traitement plus importante  Si la pression est importante (généralement le cas) : produits protégeant les pousses en croissance 35 Fin de saison : grossissement des tubercules  utilisation impérative de produits assurant la protection des tubercules - Si la pression est moyenne et le champ indemne de maladie: type 2 - S’il y a présence de mildiou dans le champ ou dans l’environnement immédiat : produit possédant des propriétés éradicantes : type 3 Eléments de base (7)
  • 36 Eléments de base (8) 8. Sélection de la date de pulvérisation Pulvérisation précédente En fonction de la date de sporulation estimée, des prévisions climatiques, des traitements fongicides précédent 1ère application lors de la 3ème incubation à partir de l’émergence des premières pdt
  • 37 Eléments de base (9) 9. Choix du fongicide approprié Type 1 : Produits de contact sans protection des tubercules Type 2 : Produits de contact ou assimilés, avec protection des tubercules Type 3 : Produits pénétrants ou translaminaires avec ou sans rétroaction Type 4 : Produits systémiques avec rétro-action En relation avec la gravité du risque mildiou et le stade phénologique de la plante - Proportion importante de souches de mildiou résistantes - Pas utilisés lorsqu’il y a présence de mildiou dans le champ - Max 2 applications, en début de saison
  • 38 Eléments de base (10) 10. Analyse des risques et composition d’un message intégrant le stade phénologique de la plante et le choix du produit fongicide Rédaction Interprétation des données récoltées Envoi des avertissements Par mail, courrier, fax ou via le site internet: www.avertissementspommesdeterre.be Agriculteurs, firmes, centres de recherches …
  • 39 Eléments de base (11) 11. Pulvérisation correcte du fongicide 12. Observations  Que faire s’il y a du mildiou dans la parcelle ?  Agir immédiatement  Propriétés éradicantes indispensables  Comprendre où se situe la source  Protéger à cadence plus importante et non pas à des doses plus élevées ou des mélanges de produits  Adaptations continuelles du modèle
  • En pratique • Messages d’alerte diffusés par : – Répondeur téléphonique – Courrier postal – Télécopie – Courrier électronique – Site interractif • Formations d’agronomes hors Belgique • Coopération technique avec la Chine
  • • Le CARAH • Le mildiou • La lutte contre le mildiou • Le système d’avertissement du CARAH • L’expérimentation en champ 41 Plan
  • 42 o Consiste à comparer dans un essai plusieurs micro parcelles entre elles o Observer, noter, mesurer toutes les différences entre ces parcelles o Depuis leur installation jusqu’à la récolte L’expérimentation en champ Ath, 2013 L.Hanuise
  • 43 Bauffe, 2013 L.Hanuise
  • 1. Objectifs et dispositifs de l’essai • Définir ses objectifs – Poser la question de manière précise – Déterminer le nombre de traitements à comparer – Préciser les mesures à réaliser • Choisir un dispositif expérimental en fonction – Des traitements – Du terrain – Des contraintes pratiques – Du demandeur
  • 45 2. La mise en place de l’essai o Travail du sol o Engrais de fond o Buttage o Piquetage o Plantation manuelle
  • 46 3. Le suivi de l’expérimentation o Cotations mildiou, alternariose o Observations du stade physiologique et phénologique o Pulvérisation de fongicide et/ou d’engrais
  • o Récolte o Observations mildiou o Analyses (PSE, rdt, calibre, test friture, test qualité, …) o Diffusion des résultats 47 4. La récolte
  • 48 Merci de votre attention