Of tilly

229 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
229
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Of tilly

  1. 1. Bretagne 7 Tilly-Sabco cherche de nouveaux actionnaires Un pôle ouvrier avec les Bonnets rouges Bruxelles et l’État vont apportent un sérieux bol d’air au groupe volailler de Guerlesquin (Finistère). Mais l’entreprise, dirigée par Daniel Sauvaget, va devoir ouvrir son capital. Pour 1 € investi, 65 centimes d’argent public leur seront reversés. « À condition que l’investissement vise à améliorer la productivité dans le respect de l’environnement, la qualité des produits ou les conditions de travail », précise Gwenegan Bui. Les actions des salariés de TillySabco ont donc porté leurs fruits. La filière avicole bénéficie de nouveaux d’aides. « Malgré tout, l’entreprise n’est pas définitivement sauvée, souligne Corinne Nicole, déléguée CGT chez Tilly-Sabco. Depuis cet été, on se sert dans les fonds propres de l’entreprise, il va donc falloir recapitaliser. » « Pour faire face aux dégâts du second semestre, je vais devoir trouver de nouveaux partenaires actionnaires », annonce Daniel Sauvaget, le PDG de Tilly-Sabco et son unique actionnaire. Ce qui ne réjouit pas les représentants syndicaux. « Les relations seront forcément plus compliquées », souligne Corinne Nicole. Joël Le Gall Hier, Daniel Sauvaget, président directeur général du groupe TillySabco et Gwenegan Bui, député PS de Morlaix, ont exposé aux salariés de Tilly-Sabco les décisions prises à Bruxelles, vendredi. D’abord, les 4 millions annoncés par Jean-Marc Ayrault au Space, à Rennes, ont été actés et seront bientôt distribués. Vont venir s’y ajouter les 15 millions obtenus à Bruxelles. Ils vont bénéficier à la filière amont, c’est-à-dire aux éleveurs, aux accouveurs… Ils sont salariés des entreprises en difficulté. Le mouvement des Bonnets rouges est, disent-ils, populaire. « Pas populiste. » Daniel Sauvaget Une chaîne hôtelière bretonne à la conquête de l’Est Les entreprises de la région. Fondé à Loudéac il y a vingt ans, le réseau Brit Hôtel compte aujourd’hui 105 hôtels en France. Guy Gérault, son tout nouveau directeur général ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Le virage Internet En 1993, la marque Brit Hôtel voit le jour (la société fondée par Jean Madore est aujourd’hui propriétaire de 17 établissements). Mais c’est à partir de 1999 que la chaîne va connaître son extraordinaire expansion. Brit Hôtel décide de s’ouvrir à des hôteliers indépendants en leur offrant son enseigne, l’expérience de sa réussite et une mutualisation des coûts commerciaux. Avec une « spécialité maison » toujours d’actualité : « Nous sommes la seule chaîne qui « Depuis un mois, on assiste à une manipulation de l’histoire de la Bretagne, à un degré rarement atteint. Historiens, nous pensons qu’on ne peut pas dire et écrire n’importe quoi, et en particulier en matière d’histoire : trop d’exemples tragiques nous l’ont rappelé. Qu’est-ce que « les Bonnets rouges » ? Nous sommes en 1675, sous le règne de Louis XIV, dans les campagnes de Basse-Bretagne. À un moment où, par ailleurs, de nombreuses villes à l’est de la province, Rennes surtout, connaissent aussi une révolte dite « du Papier timbré ». Pourquoi cette révolte des Bonnets rouges ? Alors que la Bretagne connaît, pour la première fois depuis près d’un siècle, de sérieuses difficultés économiques, les charges qui pèsent sur les paysans s’alourdissent : versements aux seigneurs surtout, taxes royales aussi, dont la multiplication donne une impression d’accablement fiscal. Ces taxes, réelles (sur le tabac, par exemple) ou imaginaires (l’instauration de la gabelle sur le sel) sont même ce qui met le feu aux poudres. Les révoltés s’organisent de manière assez remarquable : rédaction de « codes », ancêtres des cahiers de doléances de 1789, élection de députés dotés d’une chemise et d’un bonnet rouge. La mobilisation des troupes pour la guerre de Hollande permet à la révolte de durer quatre mois, chose Des soutiens Le Comité de convergence des intérêts bretons (CCIB), lancé par des personnalités « soucieuses des évolutions en Bretagne » (1), souhaite le succès du rassemblement de Carhaix, samedi et « qu’il soit un prélude à la communication que va organiser le CCIB pour annoncer l’ambition de construire un autre futur ». Le Pays de Redon forme le premier comité de soutien au mouvement des Bonnets rouges. A sa tête, Émile Granville de Bretagne réunie. « Mais c’est bien à titre individuel que nous formons ce comité, ouvert à tous. » Le comité évoque le désir d’une vraie décentralisation pour mener les politiques de développement et d’aménagement à l’échelle régionale. (1) Jakez Bernard, Olivier Bordais, Jean Collet, Alain Glon, Jean-François Jacob, Jacques Jaouen, JeanPierre Le Mat, Frank Nicolas, Jean Ollivro. 1 000 commerçants et artisans manifestent à Lorient Hier, un millier de commerçants, artisans et patron de PME sont descendus dans les rues de Lorient pour dire leur colère. « Nous sommes gravement menacés. Les entrepreneurs sont atteints par le découragement et la colère face aux dysfonctionnements du régime social des indépendants et à l’autisme des pouvoirs publics ». Dans leurs messages au président Hollande et au gouvernement, ils ont exprimé leur « exaspération face au poids grandissant des taxes. Nous demandons le retrait de toutes les charges supplémentaires sur les travailleurs indépendants depuis janvier 2013 ». Ediis, basé à Saint-Malo, devient n° 1 du chèque Christophe Madore, président et Guy Gérault, directeur général du réseau Brit Hôtel. ne prélève aucune commission sur le chiffre d’affaire apporté à nos adhérents, quand ce service coûte ailleurs de 15 % à 17 % » rappelle Guy Gérault, 43 ans, ex-directeur du Castel et nouveau directeur général de Brit Hôtel développement. Si le siège social du groupe est resté fidèle à ses origines, Loudéac, le siège administratif de Brit Hôtel s’est installé à Rennes. Guy Gérault y dirige une équipe de quatorze personnes. Dont une partie spécifiquement dédiée au web-marketing. « Internet a représenté une véritable révolution dans nos métiers, et ce n’est pas fini ! Ceux qui n’ont pas pris ce train sont condamnés », craint Christophe Madore. La petite chaîne bretonne des années 1980 s’est aujourd’hui hissée au huitième rang national dans son secteur, réalisant un chiffre d’affaire de plus de 62 millions, 12 millions étant drainés par sa centrale de réservation. La marque Brit Hôtel figure au fronton de 110 établissements en France, offrant un total de 4 705 chambres. Une grande majorité d’hôtels et hôtels-restaurants deux et trois étoiles, rigoureusement sélectionnés sur la qualité de leur accueil et du service, soumis « à deux visites mystères » effectuées par des auditeurs du groupe s’y présentant anonymement. Dès la fin de cette année, « cinq nouveaux établissements devraient nous rejoindre », assure Guy Gérault dont les efforts en matière de développement vont se concentrer « sur les frontières de l’Est ». Le groupe né à l’ouest où il s’est majoritairement développé veut ainsi mieux équilibrer son implantation dans l’Hexagone. Jean-Laurent BRAS. La vie des entreprises de l’Ouest sur ouestfrance-entreprises.fr « Non à la manipulation de l’histoire ! » Tribune Carhaix. Breizh éco Ouest-France L’histoire de Brit Hôtel n’est pas banale. C’est celle d’une diversification originale et pour le moins réussie ! En 1982, à Loudéac, trois amis, Jean Madoré, Bernard Couédic et Robert Le Meaux fondent une société métallurgique, spécialisée dans les équipements pour abattoirs et unités de désossage-découpe de viande. Leur affaire prospère sur le développement de l’industrie agroalimentaire en Bretagne. « En 1992, raconte Christophe Madore, président de Brit Hôtel, mon père s’est vu proposer la reprise d’un hôtel, Le Villeneuve, à SaintGrégoire, près de Rennes ». Jean Madoré se laisse convaincre. Mais dans son esprit entrepreneur, cette acquisition n’a rien de spéculatif : « C’était un domaine évidemment très éloigné de son métier, mais il voulait s’investir à fond, absolument tout maîtriser, la gestion comme la commercialisation en hôtellerie ». Le nouvel hôtelier y prend goût. Rachète le Castel, à Chantepie (près de Rennes) et quelques autres établissements en Bretagne. Il sait jouer de sa connaissance des grandes entreprises de l’agroalimentaire breton pour fidéliser une clientèle professionnelle. Est-ce une réponse à la manif des syndicats samedi dernier ? Des salariés, non syndiqués, des entreprises Gad (Lampaul-Guimiliau), Marine Harvest (Poullaouen), Tilly-Sabco (Guerlesquin) viennent de créer un collectif baptisé « Pôle ouvrier », initié par le collectif pour le maintien de l’emploi en Centre-Bretagne. Ces salariés ont annoncé hier qu’ils participeront au rassemblement des Bonnets rouges, samedi à Carhaix. Le message est clair : « Il faut tordre le cou à l’idée véhiculée depuis des semaines qui dit que le mouvement des Bonnets rouges est un rassemblement de patrons, d’extrémistes, d’identitaires… » Au contraire « c’est un mouvement populaire. Pas populiste. » C’est Matthieu Guillemot, le porteparole du Nouveau parti anticapitaliste en Centre-Bretagne et membre du comité de soutien qui le dit : « Le 2 novembre, à Quimper, il y avait dans le cortège une majorité de salariés, d’ouvriers, de chômeurs, de précaires… » Qui sont invités à se retrouver samedi 30 novembre à inouïe dans la France du roi absolu et dans une province réputée pour sa tranquillité. Il est facile d’établir des parallèles avec notre époque, et aussi des différences : l’essentiel n’est pas là. La révolte, en effet, vise tous ceux qui, de près ou de loin, peuvent être perçus comme des exploiteurs : seigneurs, agents du fisc, clergé même. Les codes paysans réclament la suppression des corvées (seigneuriales surtout), la diminution des prélèvements sur les récoltes (les seigneurs encore, le clergé aussi), et un juste tarif pour divers services du quotidien : les messes et le vin, les actes devant notaire et le tabac… Ils ne s’en prennent jamais, bien au contraire, à un roi supposé ignorer les abus que connaît son royaume. Cette révolte, qui oppose des paysans bretons à leurs exploiteurs bretons, est avant tout sociale : il est symbolique que le révolté le plus connu, Sébastien Le Balp, soit assassiné par un seigneur, le marquis de Montgaillard. Gommer cette fondamentale dimension sociale est un travestissement de l’histoire. Délibérément, certains au moins des animateurs du collectif Bonnets rouges veulent détourner la très légitime colère des victimes (agriculteurs, éleveurs en particulier, salariés d’une partie de l’industrie agroalimentaire) contre « Paris », responsable de tous les maux. Alors qu’une part essentielle de responsabilité incombe à certains chefs d’entreprise et à certains syndicalistes agricoles qui n’ont pas voulu voir venir l’effondrement d’un modèle économique devenu dépendant de subventions européennes, ou qui l’ont très bien vu venir sans chercher à faire évoluer manières de produire et types de production. Selon une recette éprouvée, ils tentent de détourner une profonde et légitime colère sociale vers « les autres », tous les autres mais pas eux. Avec la connivence de quelques élus. Nous ne sommes pas les seuls à dénoncer cette escroquerie intellectuelle : syndicats de salariés, désormais unanimes, un syndicat agricole comme la Confédération paysanne, certains partis politiques, certains journalistes, certaines personnalités. Nous voulons leur apporter notre soutien. Manipuler l’histoire, tomber dans le populisme, n’a jamais aidé à résoudre de vrais problèmes. La preuve en est dans les efforts de récupération du mouvement par l’extrême droite, ce qui devrait faire réfléchir. Oui, il y a de quoi lakaat e voned ruz, « mettre son bonnet rouge », c’est-à-dire piquer une colère noire, selon l’expression imagée du breton. Encore faut-il tourner sa colère vers les vrais responsables. Alain Croix (Nantes), André Lespagnol (Rennes), Fañch Roudaut (Brest) Historiens auteurs de plusieurs livres sur la Bretagne Ediis vient d’acquérir les activités chèques et titres de service d’Oberthur Fiduciaire. Le groupe (siège social à Saint-Malo), devient ainsi le n° 1 Français du chèque, avec 220 salariés pour 25 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe est réparti sur cinq sites avec notamment un centre éditique à Saint-Malo (35), une imprimerie à Courseulles-surMer (14) et trois sites à Angoulême (16), Blois (41) et Épinal (88). Le journal des municipales À Pontivy, le socialiste Daniel Le Couviour, premier adjoint au maire sortant, constitue sa liste. Mais il ne pourra pas compter sur les communistes. Pour la première fois, depuis 40 ans, le PC fera bande à part. Il soutiendra Marie-Madeleine Dugas. À Auray, il y aura une deuxième liste à gauche. Faute d’accord avec Guy Roussel, le maire sortant, apparenté socialiste, le communiste Roland Le Sauce a annoncé qu’il mènera une liste citoyenne. À droite, il y aura deux listes. Après celle du jeune militant UMP Ronan Allain, Jean Dumoulin, le PDG de Construction Dorso et patron du Medef dans le Morbihan, non encarté, sera candidat. À Binic, c’est René André, 71 ans, ancien député et maire d’Avranches (RPR puis UMP), qui mènera la liste d’opposition face au maire sortant PS, Christian Urvoy. Breton, né à Quintin, ayant fréquenté Binic dès 1950 pour ses vacances, René André n’est plus encarté. Il dit se présenter à la tête d’une liste « ni de droite, ni de gauche, mais binicaise ». À Lorient, Daniel Gilles, adjoint au maire de Lorient, et vice-président de Lorient agglomération, a annoncé qu’il ne briguerait pas un cinquième mandat. Ancien membre du PC et aujourd’hui adhérent du mouvement de Robert Hue, Daniel Gilles estime que « vouloir assumer trop de mandats » peut être « une erreur ». Il est aussi vice-président du conseil régional de Bretagne en charge des sports. boutique.ouestfrance.fr IDÉE CADEAU Panier “Le Prestige” OFFRE SPÉCIALE Un cadeau original à réserver aux gourmets, avec d’authentiques produits bretons de qualité : mousse de homard au Cognac, verrine de foie gras de canard entier, verrine de perles de l’Océan citron poivre, rochers tricolores du Pays Bigouden, liqueur de caramel au beurre salé… Une variété de saveurs et dae produits pour régaler tous les palais. 68€90* Une sélection de notre partenaire Planète Breizh. CUISINE En vente sur SPORT JEUX boutique.ouestfrance.fr JEUNESSE IDÉES CADEAUX * Frais de port en sus. Photos non contractuelles, dans la limite des stocks disponibles. Crédit photo : A Point Studio. Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr. L’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. Ouest-France Mardi 26 novembre 2013

×