Of rentrée (2)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Of rentrée (2)

on

  • 421 views

 

Statistics

Views

Total Views
421
Views on SlideShare
146
Embed Views
275

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 275

http://www.gweneganbui.fr 275

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Of rentrée (2) Of rentrée (2) Document Transcript

    • 21-22 septembre 2013 Ouest-France Morlaix Rédaction : 3, rampe Saint-Melaine Tél. 02 98 63 88 20 - Tél. sports : 02 98 33 22 20 Courriel : redaction.morlaix@ouest-france.fr Relations abonnés : Tél. 02 99 32 66 66 Justice « Expédition punitive » chez un couple : un an ferme Le 30 mai dernier, à 22 h, la gen- darmerie intervenait dans un appar- tement à Saint-Pol-de-Léon, suite à l’appel d’une des occupantes des lieux. Sur place, les militaires trou- vaient cette dernière, une femme enceinte de 6 mois, en larmes et te- nant son fils de 3 ans dans les bras ; l’appartement sens dessus dessous. Peu de temps auparavant, deux jeunes hommes avaient fait irruption dans l’immeuble, l’un enfonçant avec son pied la porte du hall, puis celle de l’appartement de la jeune femme. « Ou est Monsieur B. ? », demande alors le duo. L’individu en question, l’ex-compagnon de la femme en- ceinte, n’est pas présent. Qu’importe, voilà les deux qui s’en prennent au mobilier (porte de penderie, table et fer à repasser, vêtements) puis au nouvel ami de la jeune femme : il est question de coups de poing au vi- sage et sur le corps. Avant de gifler la compagne, puis de la menacer de « prendre [son] enfant ». « Heureusement que la gendar- merie de Saint-Pol, qui a eu be- soin du renfort d’un peloton de surveillance de Plourin-lès-Morlaix, est intervenue pour mettre fin à ce qui aurait pu être un carnage », sou- ligne le procureur. Il demande un an de prison ferme à l’encontre de ce bi- nôme ayant, à son avis, « voulu se la jouer Tony Montana ». À l’audience en effet, le seul pré- venu présent, un ouvrier agricole de 26 ans, explique avoir voulu se ven- ger de propos que lui a adressés, via Facebook, le fameux Monsieur B. Le tout sur fond de dénonciation dans le cadre d’un important trafic de stu- péfiants démantelé en ville quelque temps auparavant. « La rancune étant durable dans ce domaine, on monte une expédition punitive. Même si on ne s’en prend pas aux bonnes personnes… » Les deux jeunes hommes, déjà condamnés, écopent d’un an de pri- son ferme. Ils devront également ver- ser 1 000 € de dommages-intérêts à la femme enceinte ainsi qu’à son fils qui, tous deux, « ont subi une fort choc émotionnel », selon leur avo- cat. La gare de 2017 se dévoile au public aujourd’hui Morlaix communauté, en collabo- ration avec ses partenaires (État, Région, Département, SNCF, RFF villes de Morlaix et Saint-Martin-des- Champs) dans le projet du nouveau quartier de la gare à l’horizon 2017, dévoile ses grandes lignes au pu- blic. Celui-ci pourra découvrir les contours en détail grâce à une ma- quette de la future gare et ses amé- nagements périphériques (nouveaux parkings, accès, etc.), mais aussi des photos géantes qui donnent une idée précise de ce que deviendra le site. Il pourrait, néanmoins, connaître quelques petites retouches d’ajuste- ment. « Nous répondrons à toutes les in- terrogations et serons attentifs aux suggestions de détails », promet Vincent Martin, directeur de l’aména- gement du territoire et des infrastruc- tures à Morlaix communauté, prin- cipal financier de ce projet estimé à quelque 13,1 millions d’euros. Pour sa part, la SNCF offrira di- verses animations en gare (décou- verte d’une cabine de conduite d’un TGV, d’un poste d’aiguillage, etc.) Et Pays d’art et d’histoire organise trois visites guidées du quartier de la gare, en expliquant ses différentes méta- morphoses depuis l’arrivée du train, il y a 150 ans. Ce samedi 21, de 14 h à 18 h, à la gare de Morlaix. Accès et animations gratuits. Une maquette sera exposée dans l’enceinte de la gare. Suivez l’actualité en direct et en continu sur www.ouest-france.fr L’Aéro-club s’ouvre aussi aux jeunes futur(e)s pilotes L’Aéro-club de Morlaix organise, di- manche 22 septembre, une journée consacrée aux jeunes pilotes, en pré- sence de ses instructeurs : présenta- tion de son école de pilotage, des dif- férents diplômes. Dès l’âge de 13 ans, les ados, filles et garçons, peuvent s’initier sérieuse- ment aux plaisirs du vol et pilotage en passant le BIA, brevet d’initiation à l’aéronautique. L’école de l’Aéro- club forme au Private pilot licence, le PPL, qui permet de voler seul à partir de 15 ans révolus. Différentes autres qualifications autoriseront de voler en loisir avec des passagers, de nuit, aux instruments… Qui, pour les plus acharnés, pourront donner un envol vers des carrières de pilote profes- sionnel dans le civil ou dans l’armée. Des bourses sont possibles… Chef pilote et instructeurs seront, dimanche, à la disposition de tous les jeunes, mais pas forcément, atti- rés par l’aviation de loisirs avec pos- sibilité d’un vol d’initiation (100 €) où l’élève pourra piloter en compagnie d’un instructeur. Dimanche 22 septembre, à l’Aéro- club, aéroport de Morlaix, de 10 h à 18 h, entrée libre. Possibilité de bap- têmes de l’air et balades aériennes à tarif réduit. Contact : 02 98 88 32 80. Instructeur à l’Aéro-club de Morlaix, Fred Boccou accueillera, avec Éric Tanguy, chef pilote, les jeunes attirés par l’apprentissage du pilotage. ArchivesOuest-France. Vide-greniers, vide-jardin à l’IME de Trévidy Après le succès de la première édi- tion, la coopérative scolaire des élèves de l’IME de Trévidy organise son deuxième vide-greniers, vide- jardins (avec animations). Les bé- néfices de cette journée serviront à la réalisation des projets des élèves tout au long de l’année. Il reste de la place pour ceux qui veulent exposer, au prix de 3 € le mètre linéaire cou- vert, 2 € l’emplacement extérieur. Dimanche 29 septembre, de 9 h à 18 h, IME de Trévidy route de Paris. Restauration sur place. Contact et ré- servation : 06 09 39 37 55. Entrée vi- siteur 1 € (+ de 14 ans). Morlaix et son pays en bref « Je participerai à la victoire de la gauche » Gwenegan Bui, député PS du Finistère, a repris le chemin de l’Assemblée et de sa circonscription. L’occasion de faire le point sur les municipales, la crise de l’agroalimentaire, l’écotaxe… Nouvelle permanence Située place Émile-Souvestre, la per- manence de Gwenegan Bui a démé- nagé 23, avenue de la République, depuis le mois de juillet. Des locaux plus accessibles. « En tant que par- lementaire, je ne me voyais pas ne pas être dans les normes concer- nant l’accessibilité. » Fiscalité « De plus en plus de personnes viennent à la permanence pour avoir des explications sur l’augmen- tation de leurs impôts », note Fran- çoise Garnier, attachée parlemen- taire spécialisée dans les questions économiques. « C’était une néces- sité, répond Gwenegan Bui. Il faut éponger les 600 milliards de dettes supplémentaires créées par le quin- quennat Sarkozy. » Seulement, le gouvernement n’avait pas prévu les trois trimestres de récession. « Mais, il va y avoir stabilisation puis dimi- nution », rassure le député. Ainsi, certains ménages devenus imposa- bles cette année, redeviendront non- imposables. Non-cumul des mandats Les sénateurs ont refusé le non-cu- mul des mandats. « Ne pas avoir voté cette loi, c’est ridicule. On ne peut pas être maire et député ou maire et sénateur ; ou alors, il y a quelque chose qu’on ne fait pas. Je suis député et conseiller régional, et c’est suffisant. » Pour cause, entre les séances à l’Assemblée nationale et la circonscription (qui compte 64 communes) à gérer, les journées de Gwenegan Bui sont bien remplies. Pour rappel, il est devenu député, il y a un an, alors qu’il était suppléant de Marylise Lebranchu appelée au gouvernement. Il a alors démission- né de son poste de conseiller muni- cipal de Morlaix et de vice-président du conseil régional. « Mais il est im- portant de garder un ancrage lo- cal, c’est pourquoi je suis resté conseiller régional. » Municipales « Mon but pour les munici- pales ? Participer à la victoire de la gauche. » Gwenegan Bui sera peut-être sur la liste de la coopéra- tive, « cela se discutera », mais ne sera certainement pas tête de liste, puisque « [je] suis contre le cumul des mandats. » Quant à la candidature d’Agnès Le Brun, « il faudra qu’elle choisisse entre son mandat de députée euro- péenne et de maire ; ou qu’elle ex- plique aux électeurs pourquoi elle ne se présente que pour deux ans et demi. Car, en 2017, le non-cumul des mandats sera une réalité ». Gad « Tant qu’on n’est pas mort et en- terré, il y a un espoir. » Le tribunal de Rennes rend sa décision le 16 oc- tobre. « C’est un dossier sur lequel nous travaillons à temps plein, afin de trouver un repreneur. Et, s’il y a un plan social, nous veillerons à ce que les obligations légales soient scrupuleusement respectées. » Tilly-Sabco L’avenir de Tilly-Sabco est suspen- du à la décision qui sera prise pour Doux, le 24 septembre. Si Doux sort du redressement judiciaire, l’entre- prise pourra réinvestir. Pour l’instant, chez Tilly-Sabco, du chômage par- tiel va être mis en place, d’ici fin sep- tembre, pour six mois. Les salariés travailleront cinq heures de moins sans perte de salaire. C’est l’État qui remunèrera ces cinq heures supplé- mentaires. « Cela permet d’alléger la charge de l’entreprise et de gar- der tous les salariés. » Par ailleurs, Jean-Marc Ayrault a an- noncé 45 millions d’euros d’aides pour le secteur de l’agroalimentaire et 200 000 € de subventions aux ac- couveurs. « La balle est donc dans le camp des chefs d’entreprises, observe Gwenegan Bui. L’État est avec eux, à eux de sortir des pro- jets. » Écotaxe « On ne peut pas revenir sur l’éco- taxe. C’est financièrement impos- sible. » En effet, cette taxe amène l’entreprise Écomouv à recevoir 250 millions d’euros pendant treize ans. Si on la supprime, l’État devrait plus de 3 milliards d’euros à Éco- mouv. Seule marge de manœuvre : essayer de l’assouplir encore. « Et puis, c’est aussi une taxe pour favoriser la transition écologique ; elle pénalise les transporteurs qui roulent au fioul. Il faut des évolu- tions. Enfin, au moment où Jean- Louis Borloo l’a évoquée, toute l’UMP soutenait l’écotaxe », repré- cise le député. Brittany Ferries « Le nombre de passagers a aug- menté, c’est une bonne nouvelle. Mais tant que le fret sera en désé- quilibre, la société n’ira pas mieux. » Julie DESBOIS. Gwenegan Bui (le troisième) entouré de ses attachés parlementaires, Gérald Sauvageot, Françoise Garnier et Alban Leroux. Le transport interurbain baptisé Linéo Une nouvelle identité et de nouvelles couleurs : dès cette semaine, le réseau sera plus facilement reconnaissable. « Morlaix communauté a souhai- té créer une image pour son ré- seau de transports urbains, afin de la rendre reconnaissable en lui donnant une cohérence », pré- cisait Marc Madec, vice-président de Morlaix communauté en charge des transports. Dorénavant, les cars qui circuleront pour le compte de la communauté de communes porte- ront une livrée aux peintures métalli- sées rouge et blanc, estampillée Li- néo, Morlaix communauté et du nom du transporteur affrété. Cette nouvelle image et nouveau nom sont mis en œuvre pour une du- rée de quatre ans, 2013-2017, dans le cadre des marchés publics pour les lignes d’autocars du réseau interur- bain. « Pour l’exploitation des bus urbains, c’est Keolis, via la TIM, qui continuent à exploiter le réseau en délégation de service public », rap- pelle le vice-président. 2 100 scolaires Quant au réseau interurbain, quatre lignes régulières et 25 circuits sco- laires sont assurés au quotidien par cinq sociétés de transports de voyageurs. À savoir, la CAT22 pour la ligne 30, Morlaix-Lannion, les Voyages Merer pour la ligne 20, Morlaix-Plougasnou-Saint-Jean-du- Doigt, la CAT29 pour la ligne Morlaix- Loc-Éguiner-Saint-Jean-du-Doigt, les Voyages Rolland pour la ligne Mor- laix-Botsorhel et Keolis Armor pour le secteur nord-ouest et les navettes es- tivales de Carantec. Cette offre de transport est adap- tée pour la demande du déplace- ment quotidien de quelque 2 100 scolaires, de déplacements domi- cile-travail, aux petits flux de dépla- cement avec le basculement de cer- tains horaires de services à la de- mande fonctionnant sur réservation téléphonique (02 98 15 31 65). Navettes estivales Par ailleurs, et pour répondre à cer- tains besoins liés à la fréquentation des zones littorales durant la période estivale, le système de navettes déjà existant sur Carantec, sera étendu aux communes de Plougasnou et Locquirec dès la saison prochaine. Enfin, dans sa politique de mise en place et de développement du transport en commun sur ses 28 communes, plus le transport ur- bain sur Morlaix et Saint-Martin-des- Champs, Morlaix communauté inves- tit 4,01 millions d’euros dont 54,3 % vont aux transports interurbains. Élus de Morlaix communauté et responsables des entreprises de transports partenaires ont symboliquement inauguré la nouvelle marque de fabrique du transport interurbains, Linéo. HervéRonné établissements touristiques étaient recensés au 2e trimestre 2013 dans le pays de Morlaix. Soit 17 303 lits marchands. Le territoire représente 18 % de l’offre touristique marchande du département en nombre de structures, et 12 % en nombre de lits. Y sont intégrés 41 hôtels classés (2 100 lits), 30 campings (9 500 lits), de nombreux gîtes et chambres d’hôtes, auberges de jeunesse… Carantec détient la palme avec 2 031 lits, suivie de Roscoff et ses 1 919 lits. La grande majorité de l’accueil se trouve sur la côte. (Source : Finis- tère Tourisme). 850