Morlaix

Rédaction : 3, rampe Saint-Melaine
Tél. 02 98 63 88 20 - Tél. sports : 02 98 33 22 20
Courriel : redaction.morlai...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Of itw

436 views
340 views

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
436
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
205
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Of itw

  1. 1. Morlaix Rédaction : 3, rampe Saint-Melaine Tél. 02 98 63 88 20 - Tél. sports : 02 98 33 22 20 Courriel : redaction.morlaix@ouest-france.fr Relations abonnés : Tél. 02 99 32 66 66 Gwenegan Bui : « 2014, année de la croissance » Mandat Le Brun : le bilan de l’opposition Plans sociaux, fermetures d’usine, inondations… l’année 2013 et ses derniers mois n’auront pas été très joyeux. Pour le député PS de Morlaix, « difficile de faire pire et les capacités de rebonds sont réelles ». Éclaircie chez Jean Caby Une bonne nouvelle quand même pour l’agroalimentaire et Lampaul, l’usine Jean Caby a trouvé un repreneur. « Le groupe Turenne Lafayette, qui possède, entre autres, William Saurin, devrait racheter les usines de productions de Lampaul et d’Ergué-Gabéric, a annoncé Gwenegan Bui, hier. Sans suppression d’emploi. » Enfin, concernant Tilly-Sabco, les aides annoncées sont liées à la Pac (Politique agricole commune) Le parfum des élections se fait de plus en plus sentir et les vœux sont l’occasion de faire des bilans, même chez l’opposition. Archives Ouest-France - Joël Le Gall. Agroalimentaire L’agroalimentaire est le secteur qui a le plus souffert durant cette année 2013. D’abord il y a eu Gad, à Lampaul-Guimiliau. L’abattoir de porcs a fermé ses portes, mettant 889 personnes au chômage. Depuis, les salariés qui ont accepté le CSP (contrat de sécurisation professionnelle) proposé par l’État sont suivis par une cellule de reclassement afin de les aider à trouver un nouvel emploi ou des formations. 97 % d’entre eux ont accepté ce plan, mais certains n’ont pas encore fait le deuil de l’abattoir ou n’arrivent pas à se projeter. « Pourtant, il est très important qu’ils se forment. Ce sont des formations qualifiantes qui ne peuvent que leur être bénéfiques », souligne le député. Cependant, une activité d’abattage sur le site de Lampaul pourrait redémarrer et redonner du travail à 250 personnes. Mais sur ce projet, le député préfère rester prudent. « L’annonce faite dans la presse est un peu prématurée, explique-t-il en prenant des pincettes, car il n’a pas eu accès au dossier complet. Il ne faut pas donner de faux espoirs à ceux qui y croient encore. Il faut être sûr. » Et surtout que la Cecab accepte de céder le site. « Mais si toutes les conditions sont réunies, tout sera fait pour que ça aille vite », promet Gwenegan Bui. Le 25 novembre, Gwenegan Bui était chez Tilly-Sabco pour leur rendre compte d’un rendez-vous à la Commission européenne. Le député s’est beaucoup investi dans le dossier Tilly-Sabco afin de trouver une sortie de crise. et ne seront versées qu’en fin d’année. « Mais Daniel Sauvaget savait à quoi s’en tenir, précise le député. Désormais, le rôle de l’État, c’est de s’assurer que les banques font leur travail correctement voire de créer un GIP (Groupement d’intérêt public) afin de prêter à crédit de l’argent aux producteurs puis de se rembourser sur la Pac. » De son côté, Daniel Sauvaget, le PDG de Tilly-Sabco, comme il l’avait annoncé à ses salariés, le 25 novembre, cherchent de nouveaux actionnaires pour renflouer sa trésorerie. « C’est son rôle et il le joue très bien », souligne Gwenegan Bui. Inondations La fin d’année a été marquée par des inondations dans le centre-ville de Morlaix. Le gouvernement a réagi rapidement. « Le 24 décembre Morlaix était inondé ; le 26, Manuel Valls était là ; le 17, janvier l’état de catastrophe naturelle était signé par Philippe Martin, le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et publié au journal officiel le 18, détaille le député. En moins d’un mois, la procédure était bouclée. Maintenant, c’est aux assureurs de faire leur travail. » Britanny Ferries Le 14 janvier, la Britanny Ferries confirmait la commande d’un ferry géant au gaz aux chantiers STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) : Pegasis. « Cette commande démontre notre foi en l’avenir, souligne le député, également président de la Sem Sameben, car c’est un investissement sur 25 ans. Et puis on est dans une stratégie d’innovation qui nous permet de prendre un pas d’avance sur la concurrence européenne. » Emploi Pour Gwenegan Bui, la priorité de cette année 2014, c’est l’emploi. Ouest-France Mardi 21 janvier 2014 « Et nous gagnerons cette bataille, notamment celle de l’emploi des jeunes, au premier semestre. 2014 sera l’année du retour à la croissance. » Municipales « Je suis très confiant dans une victoire de la gauche. Pour la première fois depuis 1997, le Parti socialiste et les Verts sont de nouveau ensemble. La démarche de la Coopérative citoyenne est une démarche d’unité, souligne le député. On a fait le pari du renouvellement et de l’engagement à 100 %. Jean-Paul Vermot, s’il est élu, sera maire et seulement maire. Contrairement à Agnès Le Brun, qui cumule les mandats et devra faire un choix. » Reste à savoir si le pari sera gagné. Réponse dans les urnes, en mars. Julie DESBOIS. Les élus de l’opposition, Michel Le Saint, Françoise Abalain, Elisabeth Binaisse, Sylvie Béguin, Sylvain Espitalier et Guénaëlle Clech pointent du doigt le manque de consultation des riverains au cours du mandat d’Agnès Le Brun. Finances et impôts « Certes, il fallait redresser les finances et reconstituer la capacité d’épargne de la ville, admet l’opposition. C’est ce qu’a fait Agnès Le Brun mais pas forcément de la bonne manière. » En effet, afin de réduire la dette de la ville, la nouvelle équipe municipale a dû fortement augmenter les impôts locaux la première année de son mandat. Ce que dénonce l’opposition avec, par exemple, l’augmentation de la taxe d’habitation. « Elle a plus augmenté pendant ce mandat (41 %) que pendant le précédent (38 %). » Urbanisme et logement L’opposition déplore une politique foncière inexistante. « Il y a de nombreux logements vacants et vétustes dans le centre-ville et il n’y a pas eu de vraie politique de réhabilitation. Par ailleurs, les constructions sorties de terre sont celles qui avaient été décidées pendant le précédant mandat. » En matière d’urbanisme, c’est le manque de concertation et de consultation que regrettent le PS et le groupe Idées. En pointant du doigt la place Emile-Souvestre, qui leur semble être « plus une dépense de prestige que d’utilité publique ». Cependant, les élus de l’opposition saluent la création de la nouvelle salle omnisports, l’Espace Kervéguen, inauguré le 11 janvier. « Le dossier a été très bien suivi et les riverains et les futurs utilisateurs ont été consultés, avec la création d’un comité de pilotage », soulignent-ils. Enfin, concernant les transports, l’opposition s’interroge : « Pourquoi les liaisons douces ne sont-elles pas davantage prises en compte ? Surtout quand on refait des rues, comme la rue de Paris. Où sont les pistes cyclables ? Car même si on ne peut pas tout faire d’un coup, il faut penser la ville sur du long terme », argumentent-ils. Sans oublier de remettre sur la table la liaison entre la gare et le centre-ville et le fameux projet d’ascenseur - passerelle… Morlaix et son pays en bref Un commandant par intérim au commissariat Hôpital : discorde sur la prime de la médaille du travail Depuis lundi 13 janvier, les 56 fonctionnaires de police du commissariat de Morlaix ont un commandant par intérim, pour une période de trois à quatre mois. C’est Christophe Tanguy. Ensuite, il prendra définitivement ses fonctions à Brest, le commissariat où il a été affecté. Pour Christophe Tanguy, d’origine brestoise, c’est un retour sur ses terres. « Pour l’anecdote, raconte-t-il, mon grandpère et mon père étaient policiers à Brest. » Christophe Tanguy arrive de la région parisienne où il a passé vingt ans dans les Hauts-de-Seine. Il a été, entre autres, chef de la brigade des stups de la sûreté départementale, chef de la brigade de sûreté urbaine à Asnières-sur-Seine avant d’être chargé de la sécurisation et du maintien de l’ordre à l’État-major, de 2007 à 2011. Durant son intérim, le commandant assure qu’il « prendra le temps de s’occuper des biens et des personnes, parce que c’est le cœur de Vendredi, le syndicat Sud santé du centre hospitalier du pays de Morlaix a boycotté la cérémonie des vœux du directeur, Richard Bréban et de la remise de médaille du travail qui suivait. Par ce mouvement d’humeur, le syndicat dénonce la décision prise par « la direction de supprimer la prime des médaillés invoquant comme seule et unique raison le paiement non autorisé par chèque. La perte de cette gratification, si minime soit-elle pour la direction (275 € pour 30 ans et 350 € pour 35 ans de service) est Un atelier pour soigner ses photos et communiquer La Maison du tourisme Baie de Morlaix - monts d’Arrée accompagne les professionnels du tourisme dans leur communication visuelle, en misant sur l’impact des photos dans le choix d’une destination. Un atelier nommé « Soignez vos photos pour mieux communiquer et optimiser l’utilisation de votre appareil photo » se déroulera les 27 mars et 15 avril sur le pays de Morlaix. Il s’agit des ateliers lancés par le Comité régional du tourisme, dans le cadre de la Marque Bretagne. Associée à l’office de tourisme Roscoff - Côte-des-Sables, la maison du tourisme a choisi d’en faire bénéficier ses partenaires en organisant l’atelier localement. Assistés d’un photographe professionnel, les participants pourront découvrir les fondamentaux de la photographie, maîtriser la technique de leur propre appareil photo numérique et progressivement mieux exploiter leur créativité. Tarifs des deux journées complémentaires et obligatoires : 40 € HT pour les partenaires des offices de tourisme, 80 € HT pour les non-partenaires. Inscriptions par courriel : mbc@ tourisme-morlaix.fr ; plus d’infos : 02 98 79 92 92. Peine plancher Les deux cousins ont volé six voitures pour se déplacer. À chaque fois, ils ont forcé les portières. Le dernier véhicule a été incendié. Se pose évidemment la question du rôle joué par Mathieu. Il est le plus aguerri et se retrouve en double récidive. Sa compagne aussi est récidiviste. Seul le jeune cousin comparaît pour la première fois comme majeur. Calvin affirme haut et fort qu’il assume ce qu’il a fait. Mais jouer à l’affranchi demande des nerfs. Le jeune homme, tout juste âgé de 18 ans, s’est effondré en larmes lorsque son avocate, Me Miossec, a laissé entendre qu’il avait pu être influencé par Mathieu. « Marina n’était pas sous influence, elle était amoureuse, a plaidé Me Chanteux-Caron. Jugez-la à l’aune de sa personnalité, pas du casier de son compagnon. » L’avocate a aussi tenté de convaincre les juges que Mathieu avait envie d’en finir vraiment avec la délinquance, pour voir grandir l’enfant qu’il a eue avec Marina. La procureure avait requis la peine plancher de 4 ans contre Mathieu, « inscrit dans la délinquance et dont le parcours est un échec des peines alternatives ». Mme Kerisit avait demandé 12 mois dont 4 avec sursis et mise à l’épreuve pour Marina ; 18 mois dont 6 avec sursis pour Calvin. Le tribunal a condamné Mathieu Le Bars à la peine plancher ; Marina et Calvin à 12 mois dont 4 avec sursis, peine assortie d’une mise à l’épreuve qu’ils pourront accomplir sous le régime du bracelet électronique. Yannick GUÉRIN. 8j an vie ra u 11 fé vr ie r2 01 4 SO LD ES notre métier ». Son analyse rapide du territoire révèle que les affaires sont souvent des violences intraconjugales liées à l’alcool ou des affaires de stupéfiants. Quant aux visites ministérielles, devenues fréquentes ces derniers mois, cela ne l’effraie pas. « Vous savez, dans les Hauts-deSeine, il ne se passait pas un jour sans qu’il y ait un président de la République ou un ministre dans les parages », conclut-il en souriant. Dans l’univers de Mathieu, Marina et Calvin, on ne fait pas de longues phrases. Aux questions du président Legname, ils se contentent de répondre le plus souvent par « oui », « non », « j’sais pas ». Mathieu, 23 ans, a déjà dix-huit condamnations. Il ne travaille pas, n’a jamais travaillé : « J’ai été incarcéré presque tout le temps… » Avec sa compagne, ils ont cambriolé, en décembre, le Saint-Georges, un café-épicerie à Botsorhel. Butin : des alcools, du tabac, des confiseries. Mathieu s’insurge : « Les bières, on les a bues, les confiseries, on les a mangées. Y’avait pas d’alcool fort et de tabac. » De même qu’il conteste le butin du second cambriolage commis début janvier par Mathieu et son cousin Calvin, dans le même commerce. Ils auraient emporté alcools, tabac, confiserie, ordinateur et appareil photo. « Pas d’ordinateur, pas d’appareil photo. » du Christophe Tanguy est le commandant par intérim du commissariat. très importante pour les agents du CHPM. Sa suppression entache le pouvoir d’achat des agents hospitaliers. Nous dénonçons, déplorons la casse sociale au CHPM, la perte des différents acquis. » Pour le directeur, « cette prime, qui représenterait globalement environ 15 000 € pour 2013, a été instaurée il y a 20-25 ans. Elle ne repose sur aucun dispositif légal et réglementaire. Légalement elle ne peut pas être payée. Des propositions ont été faites auprès des syndicats, mais elles ont été refusées. » Le trio familial condamné pour divers délits À l’actif de deux jeunes hommes et d’une jeune femme : des vols de voitures et deux cambriolages à Botsorhel. Infolocale Le système de literie qui s‘adapte à moi. www.swissflex.com A la ville de Paris Rte de Landivisiau - LandeRneau - 02 98 85 11 01 ‡Université du Temps Libre Jeudi 23 janvier, 8 h, place du Pouliet. Le car pour les adhérents inscrits à la sortie à Brest passera place du Pouliet à 8 h et sur le parking de Géant à 8 h 15. 4 ° matin 9 ° après-midi ‡Carrières-emploi, action du Secours catholique Permanence jeudi 23 janvier, 9 h à 12 h et 14 h à 17 h ; lundi 27, 9 h à 12 h, 2, rue Bakounine. Service d’accompagnement : CV, lettres de motivation, aide personnalisée et suivi de projet. Tél. 02 98 15 11 12.

×