MODULE C BTS SP 3S
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

MODULE C BTS SP 3S

on

  • 1,364 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,364
Views on SlideShare
1,364
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

MODULE C BTS SP 3S MODULE C BTS SP 3S Document Transcript

  • qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty - MODULE C -uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui BTS SERVICES ET PRESTATIONS SECTEUR SANITAIRE ET SOCIALopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop 2013/14asdfghjklzxcvbnmqwertyuiopas GILLES DUCLOUXdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmrtyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopas Page - 0 - sur 92 Page - 0 - sur 92dfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdf
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxTable des matières INTRODUCTION .................................................................................................................... - 3 -1. NOTIONS DE PRESTATIONS ET DE SERVICES ............................................... - 4 - 1.1. LA SOLIDARITE ........................................................................................................... - 4 - 1.2. LA DISCRIMINATION POSITIVE. .................................................................................. - 4 - 1.3. L’ACCES AU DROIT ..................................................................................................... - 5 - 1.3.1. DROITS FORMELS ET DROITS RÉELS. ........................................................................... - 6 - 1.3.2. UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE DROITS. .................................................................. - 6 - 1.4. LA DECENTRALISATION .............................................................................................. - 7 - 1.4.1. UN PROCESSUS ENGAGÉ IL Y A PLUS DE 20 ANS. ........................................................ - 7 - 1.4.2. LES LOIS DEFERRE DE1983 ........................................................................................... - 8 - 1.4.3. LA REFORME CONSTITUTIONNELLE DE 2003 .............................................................. - 8 - 1.5. LA PLUS TRADITIONNELLE DE NOS COLLECTIVITES : LA COMMUNE.............................- 11 - 1.5.1. LE RÔLE DU MAIRE .................................................................................................... - 11 - 1.5.2. LE RÔLE DU CONSEIL MUNICIPAL .............................................................................. - 11 - 1.6. LES INSTITUTIONS MINISTERIELLES OU TERRITORIALES, .............................................- 12 - 1.6.1. LE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ........................................... - 12 -2. DIVERSITE DES PRESTATIONS ET SERVICES SANITAIRESET SOCIAUX .... -15 - 2.1. PRESTATIONS FAMILLES ET ENFANTS ........................................................................- 16 - 2.1.1. LES ALLOCATIONS FAMILIALES, une allocation spécifique ........................................ - 17 - 2.1.2. PRESTATION DACCUEIL DU JEUNE ENFANT (PAJE) .................................................. - 18 - 2.1.3. LAIDE A DOMICILE .................................................................................................... - 19 - 2.1.4. COMPLEMENT FAMILIAL ........................................................................................... - 20 - 2.1.5. ALLOCATION RENTREE SCOLAIRE .............................................................................. - 20 - 2.1.6. ALLOCATION JOURNALIERE DE PRESENCE PARENTALE ............................................ - 20 - 2.1.7. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIAL ......................................................................... - 21 - 2.1.8. LES PENSIONS ALIMENTAIRES ................................................................................... - 21 - 2.2. LES RETRAITES ..........................................................................................................- 23 - 2.2.3. LES RAISONS .............................................................................................................. - 24 - 2.2.4. LALLOCATION DE SOLIDARITÉ AUX PERSONNES AGÉES (ASPA) .............................. - 25 - 2.3. PERSONNES AGEES ET/OU DEPENDANTES, ................................................................- 25 - 2.2.5. LALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE (APA), ............................................ - 26 - 2.3. PERSONNES HANDICAPEES .......................................................................................- 27 - 2.3.5. LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ............................. - 27 - 2.2.5. ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES................................................................. - 28 - 2.2.6. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP ..................................................... - 29 - 2.3. PERSONNES CONCERNEES PAR LA MALADIE, .............................................................- 30 - 2.3.5. ALLOCATION DEDUCATION DE LENFANT HANDICAPE (AEEH) ................................ - 30 - 2.3.6. L’AIDE SOCIALE .......................................................................................................... - 31 - 2.4. PRESTATIONS LOGEMENT .........................................................................................- 31 - 2.4.5. LE LOGEMENT ............................................................................................................ - 32 - 2.4.6. L’EXPULSION LOCATIVE : UNE REPONSE PUBLIQUE TROP REPRESSIVE .................... - 33 - 2.4.7. AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT (APL) ALS .......................................................... 34 2.4.8. FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT ................................................................ 35 2.4.9. LAIDE LOCA-PASS .......................................................................................................... 35 2.5. PRESTATIONS D’INSERTION.......................................................................................... 37 2.5.5. LA CONSTITUTION DE 1945 ........................................................................................... 37 2.5.6. LE SEUIL DE PAUVRETE ............................................................................................. 37 Page - 1 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.5.7. LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) ...................................................................... 38 2.5.8. LE RSA JEUNES ............................................................................................................... 39 2.5.9. LE CONTRAT D’AVENIR .................................................................................................. 403. SANTE ET ACTION SOCIALE ................................................................................... 42 3.1. UNE SECURITE SOCIALE POUR TOUS - état des lieux...................................................... 42 3.2. LA CONSTRUCTION PROGRESSIVE DUNE PROTECTION SOCIALE UNIVERSELLE............... 42 3.2.1. LE DEFICIT DE LA SECURITE SOCIALE ............................................................................. 43 3.2.2. 2009-2012 : UNE SECURITE SOCIALE EN PLEINE REFORME .......................................... 43 3.2.3. LA LOI « HOPITAL, PATIENTS, SANTE, TERRITOIRES » (HPST)........................................ 43 3.2.4. ORGANISATION ADMINISTRATIVE ................................................................................ 44 3.2.5. ORGANISATION FINANCIERE DU REGIME GENERAL ..................................................... 47 3.2.6. LA GARANTIE DES RISQUES DU REGIME GENERAL ....................................................... 48 3.2.7. LES GRANDS PRINCIPES DE PRISES EN CHARGE ............................................................ 50 3.2.8. LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE ..................................................................... 51 3.2.9. L’AIDE MEDICALE DE L’ETAT. ......................................................................................... 52 3.3. LES PRESTATIONS SOCIALES FACULTATIVES .................................................................. 52 3.3.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ...................... 52 3.1.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES ORGANISMES DE PROTECTION SOCIALE........ 54 3.1.2. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES EMPLOYEURS ................................................. 55 LES MUTUELLES D’ENTREPRISES ................................................................................................... 554. OFFRE DE SERVICES ................................................................................................. 57 4.1. LES ENJEUX MODERNES DE LA SOCIÉTÉ ........................................................................ 57 4.1.1. L’ANALYSE : DIFFÉRENCIER DES PUBLICS ET DÉFINIR DES RISQUES ............................. 57 4.1.2. LA SOCIALISATION ......................................................................................................... 59 4.1.3. L’INSERTION, REINSERTION ........................................................................................... 63 4.1.4. L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ....................................................................................... 63 4.1.5. LA RÉINSERTION SOCIALE .............................................................................................. 65 4.1.6. LA PROTECTION JURIDIQUE .......................................................................................... 71 4.1.7. PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ET PERSONNES AGEES DEPENDANTES .......... 72 4.1.8. LES REGIMES DE TUTELLE ET DE CURATELLE ................................................................ 74 4.1.9. PROTECTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES MINEURS, .................................................. 76 ANNEXES ................................................................................................................................ 83 1. article du Monde sur la politique familiale française ............................................................ 83 2. le régime général de la Sécurité sociale ................................................................................ 85 Page - 2 - sur 92 View slide
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxINTRODUCTION1La genèse dune politique sociale sapprécie à travers le repérage dune question sociale et deréponses possibles, des pressions multiples, des débats, des rapports et enfin, la décision duneintervention de lÉtat. En France, les politiques sociales se construisent à partir du XIXe siècle. Elles sappuient sur les interventions antérieures de lÉtat dans le domaine de lassistance aux indigents et de la répression des populations considérées comme dangereuses (vagabonds, indigents valides...) et sur celles de léglise qui répond depuis des siècles à son devoir de charité en accueillant orphelins, malades, vieillards... Fondé sur le principe duniversalité, le système de protection sociale concerne toute personne résidant sur le sol français et confrontée à lun des risques quil court : maladie, maternité, vieillesse, accident du travail ou invalidité et dépendance. Il est destiné, à partir dun principe fondateur de redistribution des richesses, à améliorer les conditions de vie de lensemble de la population. Il se traduit essentiellement par des allocations et des prestations et se complète de dispositifs sanitaires et sociaux. Le secteur sanitaire et social est un système de compensation dinégalités, qui traduit uneconception de laction positive (discrimination positive) en faveur de population identifiée. Lesecteur sanitaire et social se décompose en : « aide sociale » définie par un cadre légal et en «action sociale » volontaire ou extralégale, décidée pas une collectivité publique en plus de la loi.L’aide et l’action socialeL’aide sociale en France regroupe lensemble des prestations sociales versées aux personnes ensituation de pauvreté ou dextrême pauvreté. L’aide sociale a pour objectif de répondre auxbesoins primordiaux des personnes. On la distingue de laction sociale, qui englobe laide socialefacultative et territorialisée mais également les actions engagées pour sortir les personnesconcernées de cette situation.Les missions de lassistant de service social en polyvalence de secteur sont différentes de cellesexercées en service spécialisé. Aujourdhui, un quart des assistants de service social en postesont employés par les Conseils Généraux. Le service social de polyvalence par son approchegénéraliste reste le modèle de base du travail social et permet la rencontre dun public diversifiéavec des demandes variées.1 D’après « Comprendre les politiques d’action sociale » de Valérie Löchen, éditions Dunod et « La nouvelle questionsociale » de Pierre Rosanvallon, éditions Points. Page - 3 - sur 92 View slide
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux1. NOTIONS DE PRESTATIONS ET DE SERVICESArticle 1er de la Constitution : " La France est une République indivisible, laïque, démocratiqueet sociale. Elle assure légalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction dorigine, de raceou de religion. Elle respecte toutes les croyances. " 1.1. LA SOLIDARITELa solidarité est au fondement du système français de protection sociale : solidarité entre lesgénérations pour le régime des retraites, solidarité nationale en direction des personnesdéfavorisées, solidarité de proximité à travers lAide sociale départementale où lactioncommunale.La solidarité apparaît en tant que mode de laction publique par opposition à la charité apportéeau nom didéaux religieux ou politiques. Elle sen différencie par son caractère légal qui luidonne une puissance universelle. Ce nest pas un jugement moral qui détermine laccès ou nonau bénéfice à la solidarité mais une situation objective, identifiée dans des textes légaux etréglementaires. Cette rationalisation juridique tend à sortir lAction sociale de la subjectivité.La solidarité vise ainsi à compenser les inégalités liées à la naissance, à lorigine, au sexe, à létatde santé... Elle nagit pas sur la cause mais sur ses effets.LÉtat doit-il se substituer aux régulations qui sopèrent par le système de loffre et de lademande? Les tenants du libéralisme et de létatisme sopposent sur cette question. Mais au-delàdes débats, le système français est fondé sur des équilibres entre les deux approches, plus oumoins avantagées selon les forces en présence.En 1945, avec la Constitution Française du 4 octobre 1945 de la Vème République, œuvredu Conseil National de la Résistance, la perspective de solidarité est complétée par lidéedaccompagner la modernisation du pays en permettant aux individus et aux groupessociaux de sadapter progressivement à cette grande mutation.Elle a vocation à compenser linadaptation sociale et professionnelle liée à lévolution delenvironnement. Il sagit également de mettre en place une justice redistributive pour mieuxpartager les fruits de la croissance et de permettre à chacun den tirer profit. Pendant les TrenteGlorieuses, le niveau de vie des Français évolue de façon très rapide. À léchelle de lhistoire,cette période de forte croissance est tout à fait exceptionnelle. La pauvreté recule, le niveaugénéral dinstruction augmente et, avec lui, le caractère démocratique de la société, des libertésindividuelles et collectives. 1.2. LA DISCRIMINATION POSITIVE.La discrimination positive consiste à mettre en oeuvre de façon volontariste les conditions duneégalité entre les individus en conduisant des actions en direction des personnes « défavorisées »par leur âge, leur sexe, leur appartenance à une minorité, leur handicap, leur lieu dhabitation,etc. Page - 4 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe concept de discrimination positive, s’il est un levier important de justice réparatrice, présenteun effet pervers de stigmatisation et peut être perçu comme dangereux en mettant « sous lalumière » des populations ou des quartiers en difficulté. La vraie question est celle del’investissement de ces personnes ou de ces problèmes par les autorités publiques. Ils n’ont pasà bénéficier d’un traitement privilégié mais d’un traitement normal. Il s’agit de remplacer unprincipe de discrimination positive par un principe d’égalité républicaine.La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) est créée enFrance par la loi du 30 décembre 2004, modifiée par la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité deschances. Autorité administrative indépendante, elle a pour missions générales de contrer lesdiscriminations prohibées par la loi2 et de fournir toute information nécessaire, d’accompagnerles victimes, d’identifier et de promouvoir les bonnes pratiques pour faire entrer dans les faits leprincipe d’égalité.Elle peut procéder à des tests de discrimination (testing).Cliquez ici pour 6 vidéos produites par La HALDE sur le thème de la discrimination 1.3. L’ACCES AU DROIT3Laccès aux droits constitue un des fondements des politiques sociales. Il ne sagit pas seulementdaffirmer des droits mais dorganiser les conditions daccès et dexercice de ces droits pourtoutes les personnes concernées.La reconnaissance des droits constitue une première étape. On peut dégager trois grandesphases dans lhistoire de la citoyenneté des pays occidentaux : le XVIIe siècle promeut des droits civiques, le XIXe siècle des droits politiques et économiques et enfin le XXe siècle consacre les droits sociaux.Les droits sociaux sont énoncés et mis en oeuvre au niveau national à travers la construction dusystème de protection sociale.2 (origine, santé, handicap, H., sexe, situation de famille, activités syndicales, Perpignan, orientation sexuelle,convictions religieuses, apparence physique, caractéristique génétique,...)3 Références juridiques - Loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures damélioration des relations entre ladministration et le public. - Loi du 6 juin 1984 relatif aux droits des usagers dans leurs relations avec les services chargés par la protection de lenfance. - Loi du 29 juillet 1998 dorientations et de lutte contre les exclusions. - Loi du 30 juin 1999 sur la couverture maladie universelle. - Loi du 2 janvier 2002 rénovant laction sociale et médico-sociale portant diverse mesures damélioration des relations entre la ladministration et le public. - Loi du 4 mars 2002 relatif aux droits des malades et à la qualité du système de santé. - Loi du 11 février 2005 pour légalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. - Loi du 5 mars 2007 sur le droit au logement opposable. Page - 5 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.3.1. DROITS FORMELS ET DROITS RÉELS.La complexité croissante de la réglementation, le développement du partenariat dans la gestiondes droits rendent plus difficile laccès direct des bénéficiaires. La montée des exclusions, ledéveloppement de la pauvreté, les recours accrus au dispositif durgence sont venus interrogeren profondeur le système français de protection sociale. Que la Sécurité sociale ne puisse couvrirtous les risques concernant lensemble de la population, cétait une chose acquise, laide socialeprenant alors le relais. Le RMI avait amélioré la situation, notamment en matière de couverturesociale, à travers une affiliation obligatoire des allocataires à lassurance-maladie personnelle.Cependant, au tournant des années 90 émerge un problème depuis longtemps évoqué par lesassociations : laccès aux droits et aux soins. Professionnels et bénévoles de laction socialeconstatent une recrudescence du nombre de personnes ne connaissant pas leurs droits où nouspouvant les mettre en oeuvre. La recherche du bon interlocuteur, la capacité à prouver sonidentité et ses revenus, la domiciliation, laccès à lécrit sont autant dobstacles qui viennentfreiner laccès aux droits. 1.3.2. UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE DROITS.Dans les années 1990 à 2000, 3 nouveaux types de droits sont définis : les droits des victimes, lesdroits des usagers et les droits opposables.Concernant le droit des usagers, le tournant est pris par la loi du 2 janvier 2002 rénovant lactionsociale et médico-sociale, qui entend introduire de nouvelles approches dans les relations entrelusager et linstitution, en garantissant aux usagers lexercice de leurs droits les plusfondamentaux.Une nouvelle étape est bientôt franchie à travers la définition de droits opposables. Cette notionde droits opposables entend renforcer les droits sociaux subjectifs et insuffisamment mis enoeuvre malgré les volontés ou les tentatives. Dans cette logique, lopposabilité vise à identifierun responsable qui pourra répondre devant la justice de la non-application dun droit reconnu àdes individus.Mise en place de la loi DALO et conséquencesLa loi en préformation : débatsAugustin Legrand et Les Don Quichotte en 20072008 : premiers jours de mise en place de la loiNovembre 2008 : Où en est la loi DALO ?Février 2009 , la fête du DALIl existe depuis de nombreuses années en France deux droits opposables : laccès à lécole etlaccès à la santé. La loi 5 mars 2007 définie un nouveau droit opposable, le logement, afin derendre ce droit au logement effectif.Cette nouvelle approche, qui renforce le principe daccès aux droits, et cependant très critiquéedans la mesure où elle pourrait développer la judiciarisation des relations entre lÉtat et lescitoyens sans apporter de réponse à la vraie demande qui est non pas davoir accès à un droitmais bien plus d’avoir accès à un logement.La mise en place de nouveaux droits opposables est envisagée concernant la garde denfants. Cedroit permettrait aux parents dattaquer les collectivités n’offrant pas de solutions en matière degarde denfants. Page - 6 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.4. LA DECENTRALISATION 1.4.1. UN PROCESSUS ENGAGÉ IL Y A PLUS DE 20 ANS.La décentralisation est un processus consistant pour l’Etat à transférer au profit descollectivités territoriales certaines compétences et les ressources correspondantes.La France, qui a conservé loptique dune « république unie et indivisible » apparaît peudécentralisée par rapport aux états voisins, qui donnent généralement de plus grandes libertésdactions à leurs régions, voire ont une structure clairement fédérale (fédéralisme)ou autonome.Que désigne le terme de collectivité territoriale ? Les collectivités territoriales sont des structures administratives, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. 36 000 communes, syndicats, syndicats mixtes, pays, 2 400 communautés de communes, 97 départements, 22 régions. Une collectivité territoriale est définie par trois critères : personnalité morale, compétences propres et pouvoirs de décision.Elle est dotée de la personnalité morale, qui lui permet d’agir en justice. Elle dispose ainsi de sonpropre personnel et de son propre budget. Au contraire, les ministères, les services de l’État auniveau local (comme les préfectures) ne sont pas des personnes morales mais desadministrations émanant de l’État.Elle détient des compétences propres, qui lui sont confiées par le législateur. Une collectivitéterritoriale n’est pas un état dans l’État. Elle ne détient pas de souveraineté et ne peut pas sedoter, de sa seule initiative, d’organes nouveaux.Elle exerce un pouvoir de décision, qui s’exerce par délibération au sein d’un conseil dereprésentants élus. Les décisions sont ensuite appliquées par les pouvoirs exécutifs locaux.Les deux grands moments de la décentralisation se sont concrétisés par l’adoption de loisélaborées par le gouvernement : ce sont les lois Defferre en 1982-1983, puis la réformeconstitutionnelle en 2003. Page - 7 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.4.2. LES LOIS DEFERRE DE1983 Les lois portés par Gaston Defferre4 en 1983 : avaient allégé la tutelle de l’Etat sur les collectivités locales, avaient donné au département et à la région une autorité exécutive (ce n’est plus le préfet qui assure l’exécution des décisions, mais le président du Conseil général ou de la Région) et avaient transformé la Région en collectivité territoriale, structure administrative, distincte de l’administration de l’État, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. Les compétences transférées alors aux collectivités concernent : l’urbanisme et le logement, la formation professionnelle, l’aménagement du territoire, l’action sociale, la santé et les transports.Des aides financières sont accordées par l’Etat aux collectivités sous la forme de dotations(dotations globales de fonctionnement, d’équipement, de décentralisation).Vingt ans après cette première étape, le bilan reste positif mais met en évidence la nécessité d’unapprofondissement dans les domaines de la démocratie locale et de la définition des relationsdes collectivités avec l’Etat. La question des moyens accordés aux collectivités reste posée ainsique celle d’une clarification des compétences attribuées à chacune d’elles. 1.4.3. LA REFORME CONSTITUTIONNELLE DE 2003Depuis 2003, le gouvernement a fait adopter plusieurs textes qui sont présentés comme l’acte IIde la décentralisation :La révision constitutionnelle du 28 mars 2003. Sur l’organisation décentralisée de la République, étend les responsabilités des collectivités etleur reconnaît notamment un droit à expérimentation. (Huit domaines sont définis commepouvant faire l’objet d’expérimentations5). Elle renforce leur autonomie financière et élargit la4 Gaston Defferre : 1910-1986. Parlementaire et ministre sous les IVe et Ve Républiques.5 Les collectivités locales volontaires pourront mener des expérimentations dans les huit domaines suivants : la gestiondes fonds structurels européens, les interventions économiques, le transfert des aéroports, la résorption de l’insalubrité, le Page - 8 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxdémocratie locale (droit accordé aux collectivités locales d’organiser des référendumsdécisionnels et droit de pétition pour les électeurs).L’organisation des pouvoirsEnsuite, la mise en œuvre de cette réforme a nécessité l’adoption de 3 lois organiques (loirelative à l’organisation des pouvoirs) relatives à : l’expérimentation par les collectivités, aux référendums locaux et à l’autonomie financière des collectivités territoriales.La loi relative aux libertés localesEnfin, la loi relative aux libertés et responsabilités locales, du 13 août 2004, (élaboration deschémas régionaux) est présentée par le gouvernement comme la dernière étape législative dece nouvel acte de la politique de décentralisation.(Ce texte énumère l’ensemble des nouvelles compétences transférées par l’Etat aux collectivitéslocales. Il définit les principes permettant la compensation financière des différents transferts decompétence et il organise les modalités de transferts des personnels de l’Etat vers les collectivitésainsi que les garanties apportées aux fonctionnaires transférés).Les principales compétences transférées à partir de 2005 :Les compétences transférées concernent les secteurs suivants : Le développement économique : renforcement du rôle de coordination de la Région. La formation professionnelle : la Région devra désormais définir et mettre en œuvre la politique d’apprentissage et de formation professionnelle des adultes en recherche d’emploi. Les transports : entre autres, certaines parties des routes nationales sont transférées aux départements, les collectivités territoriales (ou leurs groupements) pourront prendre en charge la création et la gestion des aéroports (à l’exception de certains aéroports d’intérêt national ou international). L’action sociale : les départements se voient attribuer un rôle de « chef de file » en matière d’action sociale, ils auront notamment à leur charge l’ensemble des prestations d’aide sociale. Le logement social : la loi prévoit le transfert aux collectivités locales des responsabilités relatives aux politiques de l’habitat, ne conservant à l’Etat qu’un rôle de « garant de la solidarité nationale ». L’essentiel des responsabilités doit être transféré aux départements ou aux groupements intercommunaux. L’éducation et la culture : les personnels techniciens, ouvriers et de service (TOS) des lycées et collèges doivent être recrutés et gérés par la collectivité dont ils relèvent (département pour les collèges, région pour les lycées).financement de l’équipement sanitaire, l’assistance éducative confiée par la justice aux départements, l’organisation desécoles primaires et l’entretien du patrimoine. Des conventions devront être passées avec l’Etat pour l’attribution desmoyens nécessaires à ces expérimentations. Page - 9 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux La compensation financière devrait être intégrale, les nouvelles ressources devraientcorrespondre aux ressources que l’Etat consacrait à l’exercice des compétences transférées. Les questions des modalités de transferts des personnels de l’Etat vers les collectivités locales, ainsi que celles concernant la compensation financière des transferts de compétences sont celles qui suscitent le plus d’inquiétudes et de polémiques chez les partenaires sociaux ou les élus locaux. Les syndicats de l’Education nationale, par exemple, contestent la nécessité de procéder au transfert des personnels administratifs des lycées et collèges. De nombreux élus locaux, parmi lesquels la quasi-totalité des présidents de régions, mettent en doute le caractère intégral des compensations financières annoncées.La notion de compétences générales et celle de conseillers territoriauxLes compétencesLe projet de loi prévoit que régions et départements seront dotés decompétences exclusives.Ces compétences ne pourront être exercées par un autre niveau de collectivité.Mais cette règle sera assortie d’exceptions. Ainsi, régions et départementsconserveront une capacité d’initiative, limitée aux domaines non couverts parla loi.Dans le cas, « exceptionnel », de compétence partagée, la loi pourradésigner une collectivité chef de file, ou autoriser les collectivitésintéressées à procéder par voie de convention pour désigner leur chef defile. Ce chef de file devra organiser l’action commune des collectivités parvoie de convention.Les cofinancementsLes financements croisés ne seront possibles que pour les projets d’envergure, ou pourmotif de solidarité ou d’aménagement du territoire. Le maître d’ouvrage devra assurerune « part significative » du financement.Les conseillers territoriauxLe conseiller territorial est la réponse que le Gouvernement Sarkozy souhaitait apporter aurenforcement de la complémentarité de laction des départements et des régions. Il devait être ledernier acte de la décentralisation, le gouvernement Hollande a annulé la mesure fin 2012. Page - 10 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.5. LA PLUS TRADITIONNELLE DE NOS COLLECTIVITES : LA COMMUNE 1.5.1. LE RÔLE DU MAIRE Le maire est le représentant de l’État dans la commune. Il est aussi officier d’état-civil et officier de police judiciaire. Il exerce des fonctions propres au pouvoir municipal (publication des lois et règlements, organisation des élections, légalisation des signatures, préparation du budget et ordonnancement des dépenses, gestion du patrimoine). Le maire est titulaire de pouvoirs propres. En matière de police administrative, il est chargé de maintenir l’ordre public. Il a en charge les polices spéciales (baignade, circulation, etc.). Le maire est également le chef de l’administrationcommunale. Il est le supérieur hiérarchique des agents de la commune et dispose d’unpouvoir d’organisation des services.Le maire exerce des compétences déléguées par le conseil municipal et doit lui rendre compte deses actes. 1.5.2. LE RÔLE DU CONSEIL MUNICIPALLe conseil municipal représente les habitants. Ses attributions sont très larges.Le conseil municipal donne son avis toutes les fois qu’il est requis par les textes ou par lereprésentant de l’État. Il émet des vœux sur tous les sujets d’intérêt local, il vote le budget,approuve le compte administratif (budget exécuté). Il est compétent pour créer et supprimer desservices publics municipaux, pour décider des travaux, pour gérer le patrimoine communal,pour accorder des aides favorisant le développement économique. Le conseil exerce sescompétences en adoptant des « délibérations » (terme désignant les mesures votées). Il peutformer des commissions disposant d’un pouvoir d’étude des dossiers.Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre et l’ordre du jour, fixé par lemaire, doit être communiqué avant le début de la séance. Celle-ci est ouverte au public.L’apport des lois de décentralisation depuis 2003Pour les communes et groupements de communes, la loi élargit leurs compétences dans lesdomaines de : L’urbanisme et Des transports, De l’enseignement, De l’action économique, Du logement, De l’action sanitaire et sociale et De la culture. Page - 11 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa responsabilité juridique des mairesCes dernières années, la responsabilité personnelle d’élus a été engagée de façon croissante. Lesrisques de mise en cause d’élus et de fonctionnaires pour fautes non intentionnelles naissentessentiellement des obligations d’hygiène et de sécurité, des pouvoirs de police, qui mettent lesmaires au premier rang en cas d’accident, et de la gestion de certains services publics locaux.Afin de limiter ces mises en cause pénales, jugées parfois excessives, la loi du 10 juillet 2000, dite"loi Fauchon ", assouplit le régime de la responsabilité pour faute non intentionnelle. L’élu nepeut plus être condamné s’il a accompli les diligences normales compte tenu des circonstances.L’intercommunalité comme nouvel échelon administratifPrésentée comme un remède à l’émiettement communal et un instrument del’organisation rationnelle des territoires, l’intercommunalité s’est développéedepuis la loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification dela coopération intercommunale, dite « loi Chevènement ».6La loi du 13 août 2004 accorde aux établissements publics de coopérationintercommunale à fiscalité propre, qui en font la demande, le droit d’exercercertaines compétences attribuées aux régions et aux départements, pour lecompte de ces collectivités et sous réserve de leur approbation.Avec l’émergence des structures intercommunales, le centre du pouvoir local s’est déplacé et faitcraindre aux maires des petites communes ou des communes périurbaines d’être dépossédés deleur mandat.En outre, des interrogations se font jour quant aux coûts de l’intercommunalité. 1.6. LES INSTITUTIONS MINISTERIELLES OU TERRITORIALES, 1.6.1. LE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉi organigramme du ministère des Affaires Sociales La ministre des affaires sociales et de la santé prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines des affaires sociales, de la solidarité et de la cohésion sociale, de la santé publique et de l’organisation du système de soins. Sous réserve des compétences du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, elle prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans le domaine de la protection. Elle a autorité sur la DGS et la DGOS6 Selon le bilan de l’intercommunalité dressé au 1er janvier 2008 par la Direction générale des collectivitéslocales, 92 % des communes et 87 % de la population appartiennent à un groupement de commune à fiscalitépropre. Page - 12 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLA SANTELa Direction Générale De La Santé (DGS) Différentes missions : promotion de la qualité et la sécurité des soins ou analyse des besoins desanté de la population.La Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS)Pilotage statégique, contrôle, évaluation et animation des ARSLA PROTECTION SOCIALE.La Direction Générale de la Cohésion SocialeDirection d’administration centrale des ministères sociaux, chargée de la conception, du pilotageet de l’évaluation des politiques publiques de solidarité, de développement social et depromotion de l’égalité favorisant la cohésion sociale. Veille à la cohérence nationale etterritoriale de ces politiques.Elle anime l’action des pouvoirs publics en matière de politiques publiques de solidarité, dedéveloppement social et de promotion de l’égalité. En particulier, elle est compétente en matièrede : Politique familiale, Autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées, Égalité entre les femmes et les hommes et de promotion des droits des femmes, Prévention et lutte contre les exclusions, inclusion sociale et insertion des personnes en situation de précarité, Économie sociale et solidaire.Par ailleurs, elle définit le cadre d’intervention des professionnels du secteur social et médico-social et des organismes prestataires de services et elle veille au développement de l’emploi destravailleurs et intervenants sociaux.Les différents organismes du régime général de la sécurité sociale :La Caisse Nationale d’Assurance-Maladie, la Caisse Nationale des Allocations Familiales, la CaisseNationale d’Assurance Vieillesse, Lagence Centrale Des Organismes De Sécurité Sociale.LES STRUCTURES TERRITORIALISÉES.Les Agences Régionales de Santé (ARS)Les ARS remplacent, depuis 2010, les DDASS et DRASS. Elles rassemblent au niveau régional lesressources de l’Etat et de l’Assurance maladie, pour renforcer l’efficacité collective et garantirl’avenir du service public de la santé. Page - 13 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxL’ARS regroupe en une seule entité plusieurs organismes chargés des politiques de santé dansles régions et les départements : Directions Régionales et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS et DDASS), Agences Régionales de L’hospitalisation (ARH), Groupements Régionaux de Santé Publique (GRSP), Unions Régionales des Caisses d’Assurance Maladie (URCAM).En unifiant des forces dispersées, les ARS permettent de mener des politiques de santé plusefficaces et de simplifier notre système de santé. Interlocuteur régional unique, l’ARS garantitaux professionnels de santé des procédures plus simples (guichet unique pour les aides àl’installation par exemple) et aux patients un égal accès aux soins et une meilleure coordinationsur le terrain entre les professionnels et les établissements de santé et médico-sociaux.Vidéo : le point de vue de Jacques Attali sur la décentralisation Page - 14 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2. DIVERSITE DES PRESTATIONS ET SERVICES SANITAIRESET SOCIAUXVeuillez trouver en annexe 2 le tableau de synthèse des prestations et dispositifs sociaux iiQu’est-ce que le quotient familial, et à quoi sert-il ?7 Le quotient familial (QF) est un indice calculé par la Caisse d’Allocations Familiales. IL représente le revenu mensuel disponible, indexé sur la taille de la famille. La CAF se base sur ce QF pour déterminer le montant de certaines prestations familiales, soumises à des conditions de revenus. Elles ne seront versées que si le quotient familial ne dépasse pas un certain plafond. C’est le cas par exemple des aides aux vacances familiales, des tickets temps libre enfant et de certaines aides individualisées.Ce quotient est aussi très utilisé par la commission de recours amiable de la CAF. Il sert àexaminer les demandes de remises de dettes de la part d’allocataires qui ont perçus desprestations indues et qui doivent les rembourser.D’autre part, certains organismes partenaires de la CAF se servent du quotient familial. En effet,cet outil leur permet de fixer la participation financière qui sera demandée aux familles. C’est lecas par exemple dans les cantines municipales, ou dans les crèches. Des associationsfonctionnent aussi en partenariat avec la CAF, dans le domaine par exemple des aide-ménagères.Le nombre de parts, la base du quotient familialCalcul du quotient familial en fonction des ressources d’une familleLa CAF considère la taille de la famille. C’est ce que l’on appelle le nombre de parts. Les parents comptent pour 2 parts, qu’il s’agisse d’un couple ou d’un parent isolé. Il faut ensuite rajouter à ce nombre les parts correspondant aux enfants à charge, de moins de 20 ans. Tous les enfants comptent pour 0,5 part, à l’exception du troisième, qui compte pour 1 part complète. De même, les enfants handicapés sont comptabilisés comme 1 part entière. 8Une fois que l’on connaît le nombre de parts, il devient possible de calculer le quotient familial. Ilsuffit d’appliquer la formule :7 Source Bloc.com : http://www.bloc.com/article/banque/impots/le-calcul-du-quotient-familial-pour-la-caf-2011-02-28.html#ixzz1HUNpnI2b8 Détail des calculs de part Page - 15 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Quotient familial = (1/12° ressources annuelles + prestations familiales mensuelles) Nombre de parts Les ressources annuelles correspondent au revenu imposable des parents, 2 ans avant la demande. On y relève le montant des revenus imposables, et ce avant tout abattement fiscal ou report des déficits antérieurs pour les employeurs et travailleurs indépendants. Ce montant est divisé par 12, pour obtenir la valeur des ressources mensuelles de la famille. On y ajoute le montant des prestations mensuelles perçues le mois précédent la demande. Toutes les prestations sont prises en compte, à l’exception des allocations exceptionnelles (allocation rentrée scolaire, prime déménagement, allocation d’éducation spéciale « retour au foyer », prime à la naissance et à l’adoption et complément de libre choix du mode de garde dans le cadre de la PAJE). 2.1. PRESTATIONS FAMILLES ET ENFANTSPour connaître le détail de chacune des prestations depuis le 1er janvier 2004, réactualisées au 31décembre de chaque année (conditions d’accès, conditions de ressources, montants, etc.) cliquez icipour le site de la PAJE, conditions de ressourcesVous pouvez aussi consulter les montants et conditions d’accès de ces prestations réactualisées enpermanence sur le site de ASH (Actualités sociales hebdomadaires) : pour ASH cliquez iciOPERATEURS ET CAISSES DE PAIEMENTDépartements : Comme nous l’avons déjà vu, les Conseils généraux sont les principauxopérateurs des prestations légales obligatoires que sont les aides familles et enfants. Ilsreprésentent les guichets d’accueil, les instructeurs des dossiers de demandes et assurent lesuivi du bon déroulement des aides.CAF : La branche famille du régime général de la sécurité sociale : la Caisse Nationale desAllocations Familiales, informe les familles de leur droit et, par l’intermédiaires des caisses deleur lieu de résidence, procède au paiement des prestations.CONDITIONS GENERALESQuelque soit sa nationallité, une famille résidant en France au moins 6 mois par an peutbénéficier des prestations familliales. Si elle est étrangère hors CEE, elle doit fournir un titre deséjour en cours de validité.La CAF prend en considération les revenus déclarés sur les deux années précédentes, en Franceet à l’étranger s’il y a lieu.Les familles sans domicile doivent se domicilier auprès d’un CCAS. Page - 16 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.1.1. LES ALLOCATIONS FAMILIALES, une allocation spécifiqueVeuillez trouver, en annexe 2, l’article de Anne Chemin du 19/08/2011, dans Le Monde, sur lapolitique familiale française.Créées en 1932, les allocations familiales sont aujourd’hui les prestations familiales les pluscourantes. En effet, toutes les familles comptant au moins deux enfants peuvent y prétendre. Deplus, il n’y a pas de démarche à effectuer, elles sont versées automatiquement.Ce dispositif, dans son état actuel, avait fait l’objet d’une controverse au sein des campagnesprésidentielles 2012, Hollande proposant que les AF soient redistribuées en fonction desressources ; la réforme n’a finalement pas été retenue. Conditions d’attributionCette prestation est versée à toutes les familles ayant au moins deux enfants de moins de20 ans à charge, et cela quelles que soient les conditions familiales et le montant desressources.Méthode de calculLes allocations familiales sont calculées à partir d’une base et ne dépendent en aucun cas desrevenus de la famille. Plus le nombre d’enfants est important, plus leur montant est élevé.D’autre part, il existe une majoration du montant pour les enfants de 11 à 16 ans, puis pour lesenfants de 16 à 20 ans. Mais attention, si la famille ne compte que deux enfants, l’aîné n’ouvrepas le droit à cette somme supplémentaire.Enfin, une allocation forfaitaire peut être versée pour les enfants de plus de 20 ans. Pour cela, lafamille doit avoir perçu les allocations familiales pour 3 enfants le mois précédent les 20 ans del’enfant. De plus, celui-ci doit être toujours considéré comme « à charge », cest-à-dire vivanttoujours au sein du foyer, ou percevant un salaire inférieur à 55% du SMIC. Cette allocationforfaitaire est versée aux familles jusqu’au mois précédent le 21ème anniversaire de l’enfant.Montant des allocationsLe montant de base des allocations familiales est fixé à : - 125.78 €/mois pour 2 enfants ; - 286.94 €/mois pour 3 enfants ; - 161.17 €/mois pour chaque enfant supplémentaire.En outre, la majoration est de : - 35.38 € pour les enfants de 11 à 16 ans - 62.90 € pour les enfants de 16 à 20 ans.Enfin, l’allocation forfaitaire pour un enfant de plus de 20 ans est de 75,33 €. Page - 17 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.1.2. PRESTATION DACCUEIL DU JEUNE ENFANT9 (PAJE)Cette prestation concerne les familles dont les ressources ne dépassent pas certaineslimites. Si le parent isolé ou la famille attend un enfant, elle doit simplement déclarer lagrossesse à la CAF et à sa caisse d’assurance maladie dans les 14 premières semaines.Si la famille adopte un enfant, celui-ci doit avoir moins de 20 ans. La famille doit avoir adopté cetenfant où il doit avoir été confié en vue d’adoption par : Le service d’aide sociale à l’enfance. Un organisme autorisé pour l’adoption. Une autorité étrangère compétente. Cette prestation comprend : Une prime à la naissance, Une allocation de base, Un complément du libre choix de garde ou libre choix d’activité (les deux pouvant se cumuler si la personne travaille à mi-temps.)Dans tous les cas, le demandeur doit adresser à la CAF la déclaration de grossesse (ou livret defamille) ou les justificatifs concernant l’adoption ou l’accueil en vue de l’adoption de l’enfant.Laccueil des jeunes enfants par la PAJE de Haute-LoirePrime à la naissance Le montant mensuel de la prime à la naissance est de 903.07 euros par famille (1 806.40 € pour un enfant adopté). Elle est versée au cours du 7ème mois de grossesse ou le mois suivant l’arrivée d’un enfant adopté.Allocation de baseSi une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de trois ans que cet enfant est à sa chargeet qu’elle ne dépasse pas un certain seuil de limites de ressources, elle peut bénéficier d’uneallocation de base.Les visites médicales obligatoires :Après la naissance, l’enfant doit passer trois examens médicaux obligatoires au cours : Dés les huit premiers jours, De son neuvième ou 10e mois, De son 24e ou 25e mois. Le montant de l’allocation de base est de 180.62 € par foyer et par enfant, jusqu’à l’âge de trois ans.9 Rapport INSEE 2010 : 2.01 enfants par femme. 828 000 naissances Page - 18 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxComplément de libre choix du mode de garde.Si une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de 6 ans, né, adopté ou recueilli en voied’une adoption, qui est gardé par une assistante maternelle ou une garde d’enfant àdomicile elle peut bénéficier, selon ses ressources, de cette allocation :pour un montant maximum de 560.40 € par famille, par enfant de moins de trois ansComplément de libre choix dactiviteSi une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de 6 ans, né, adopté ou recueilli en voied’une adoption, qu’un des deux parents ne travaille plus ou exerce une activité à tempspartiel, elle peut bénéficier, selon ses ressources :d’un complément de libre choix d’activité (801 € / mois), oud’un complément optionnel de libre choix d’activité si le ménage a au moins trois enfants. Cettedernière allocation est d’un montant plus élevé mais pendant une période plus courte.Ces allocations sont cumulables avec les allocations de base de la Paje mais en diminuent lemontant. Le montant de cette allocation varie selon de nombreux critères. Cf le site de la PAJE pour en savoir plusActualité presse récente La Croix.com du 25/08/2011 Le congé parental sera soumis à la CSG Le « complément de libre choix de mode de garde » (CLCA) est actuellement perçu par 553 200 personnes, qui s’arrêtent de travailler professionnellement pour s’occuper de leurs enfants. Alors que jusqu’ici le congé parental n’était ni imposable ni soumis à la CSG, Matignon a estimé mercredi 24 août que cette prestation devait être traitée « de la même façon que les autres revenus de remplacement », comme les allocations chômage par exemple. Dès lors, le « complément de libre choix d’activité », d’un montant de 560 € par mois versé aux parents qui suspendent leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants (553 200 personnes), devrait prochainement être soumis à un taux de CSG de 6,2 %. La mesure concerne également le complément optionnel de libre choix d’activité (Colca), un congé parental plus court – un an au lieu de trois – et mieux rémunéré (801 € par mois), accessible aux familles d’au moins trois enfants dont bénéficient 2 200 personnes 2.1.3. LAIDE A DOMICILEL’aide ménagère qui permet la prise en charge partielle d’un quota d’heures d’interventiond’aides ménagères ou d’auxiliaires de vie employées par un service habilité. Pour les personnesqui perçoivent une ou plusieurs prestations familiales ou qui relèvent du régime général de laSécurité sociale et ont au moins un enfant âgé de moins de 14 ans.La participation financière de la CAF pour lemploi dune aide à domicile peut êtreaccordée notamment dans les situations suivantes : Page - 19 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Maternité normale Maladie, hospitalisation de la mère Grossesse pathologique Maladie du père Maladie dun enfant Surcharge de travail Le montant de l’aide varie selon les revenus et la durée de l’intervention de l’aide à domicile. 2.1.4. COMPLEMENT FAMILIALCette allocation cible les familles ou parents isolés ayant au moins trois enfants à charge tousâgés de plus de trois ans et dont les ressources ne dépassent pas certaines limites. Le montant forfaitaire est de 163,71 € enfant/famille (jusqu’à 21 ans si à charge).La mise en place du complément familial en 76 par Simone Veil 2.1.5. ALLOCATION RENTREE SCOLAIRECette allocation cible les familles ou parents isolés ayant au moins un enfant à charge âgé de 6à 18 ans, dont les ressources ne dépassent pas certaines limites. (En deçà 22 946€/an/foyer).L’an passé, le montant de cette allocation était en de 300 euros en moyenne, d’après lesstatistiques de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Pour la rentrée 2012, lesparents de près de 5 millions d’enfants (3 millions de famille) se verront attribuer une aide plussignificative. Comme l’avait promis François Hollande durant la campagne pour l’électionprésidentielle, elle sera revalorisée de 25%.Le montant de l’Ars dépend de l’âge de l’enfant. Il est de : 356.20 € euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans 375.85 € euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans 388.87 € euros pour un enfant âgé de 15 à 18 ans (après 16 ans, sur réception du certificat de scolarité) 2.1.6. ALLOCATION JOURNALIERE DE PRESENCE PARENTALESi un médecin juge que la présence au côté d’un enfant gravement malade, accidenté ouhandicapé est indispensable, cette allocation peut palier à l’arrêt ponctuel de l’activitéprofessionnelle d’un membre d’une famille ou d’un parent isolé.Le droit à l’AJPP est soumis à un avis favorable du contrôle médical de l’assurance maladie.Ce droit est ouvert par périodes de 6 mois renouvelables dans la limite de trois ans, pour 310allocations journalières maximum (sont versées autant d’allocations journalières que de joursd’absences pris dans la limite de 22 jours par mois). Page - 20 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Le montant de l’allocation est de 41.79 €/jour, pour un couple et de 49.65 € pour un parent isolé. Un complément mensuel pour frais de 106.88 € peut être versé si ont été engagées des dépenses liées à létat de santé de lenfant pour un montant égal ou supérieur à 107.41 €. Il peut être versé même si pour un mois donné aucune allocation journalière de présence parentale nest versée. 2.1.7. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIALSi une pension alimentaire a été fixée par décision de justice et quelle nest pas versée àlallocataire, lallocation de soutien familial lui est due à titre davance. La CAF se chargede récupérer la pension et se rembourse des sommes quelle a déjà versées à lallocataire.S’il ny a pas eu de décision de justice fixant le montant de lallocation, lallocation est alorsversée à lallocataire pendant quatre mois. Cest le délai pendant lequel lallocataire doit engagerune action de justice, auprès du juge aux affaires familiales du Tribunal de grande instance dontdépend son domicile, pour faire fixer le montant de la pension. Sinon le versement de lallocationsera suspendu au bout de quatre mois.Aucune action nest exigée si le parent est reconnu hors détat de faire face à ses obligations.Lallocataire peut en bénéficier sil est père seul ou mère seule ou toute autre personne (grands-parents par exemple) ayant recueilli un enfant et en ayant la charge effective et permanente, silun des parents (ou les deux) est décédé ou na pas reconnu lenfant ou la abandonné et silréside en France.Lallocation est due à compter du mois suivant lévénement qui y donne droit (décès, divorce,abandon).Lallocataire doit prouver que lenfant vit bien sous son toit et quil suit son éducation.Lallocation cesse dêtre versée en cas de mariage, sil vit maritalement ou sil conclue un pactecivil de solidarité (PACS) ou s’il perçoit un capital décès.Dans tous les cas, lenfant doit être âgé de moins de 20 ans. Sil exerce une activitéprofessionnelle, sa rémunération ne doit pas excéder un certain plafond. Pour un enfant privé de laide de lun de ses parents: 88.44 € par mois et par enfant. Pour un enfant privé de laide de ses deux parents : 117.92 € par mois et par enfant. 2.1.8. LES PENSIONS ALIMENTAIRESLa pension alimentaire est une somme dargent versée par une personne à une autre enexécution dune obligation alimentaire. Elle se distingue de la prestation compensatoire quivise à compenser les disparités de niveaux de vie des époux engendrées par le divorce.La pension alimentaire découle de lobligation quont les parents dentretenir leurs enfants,cest-à-dire de subvenir à leurs besoins. Lorsque la famille vit ensemble, cette pensionalimentaire na pas lieu dexister. Dans lhypothèse où lun des époux refuserait de contribueraux frais normaux du ménage, lautre pourrait saisir le juge pour le contraindre à participer Page - 21 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxfinancièrement aux dépenses liées à lentretien des enfants. En revanche, en cas de séparationdes parents, la pension alimentaire retrouve toute sa raison dêtre.Elle est principalement due aux enfants, mais un des conjoints peut en bénéficier à loccasion dela procédure de divorce. La pension alimentaire est versée : - pour lentretien des enfants mineurs ; - pour le conjoint lui-même uniquement pendant la procédure de divorce et au-delà de la procédure dans certains cas seulement.Le montant de la pension alimentaire est fixé soit conventionnellement entre les parties(notamment dans le cas dun divorce par consentement mutuel), soit par le juge. Le juge va dansce dernier cas prendre en compte les ressources respectives du créancier et du débiteur. Il peutaussi tenir compte des indices de lINSEE (Institut national des statistiques) relatifs au coût de lavie.Elle peut être révisée à tout moment à la demande du bénéficiaire de la pension ou de celui qui laverse, si on constate un changement de situation chez lun des ex-conjoints ou une évolution desbesoins de lenfant. En cas de remariage ou concubinage du bénéficiaire : - elles sont maintenues si elles sont attribuées pour lentretien des enfants ; - elles sont supprimées si elles sont attribuées pour le conjoint.Le recouvrement publicLa pension est réclamée par le comptable du Trésor comme un impôt. Il faut avoir déjà essayésans succès un paiement par huissier ou par voie directe, ce qui implique que les impayéspeuvent durer un temps assez long, et naturellement créer une situation difficile.Cest la méthode la plus efficace pour obtenir le paiement des 6 derniers termes dus et destermes à venir. Cette procédure est gratuite. Le plaignant sadresse à un procureur de laRépublique du tribunal de grande instance du domicile du créancier. 2.1.9. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIALLes Caisses dallocations familiales disposent dun service daide aux parents pour lerecouvrement des pensions alimentaires impayées depuis plus de 2 mois.Les parents isolés peuvent percevoir lallocation de soutien familial à titre davance sur lapension impayée. Le versement de cette allocation déclenche automatiquement la mise enoeuvre du service de recouvrement. Les conditions pour prétendre au bénéfice de cetteallocation sont les suivantes :- fournir une décision de justice fixant une pension alimentaire ;- être un parent isolé (non remarié, ne vivant pas en concubinage) ;- avoir des enfants à charge.En cas de paiement partiel, il est versé une allocation différentielle complétant la sommeréellement due.A noter : Larticle 314-7 du code pénal punit dun emprisonnement de 3 ans et dune amende de 45 Page - 22 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux000 € les personnes qui auraient organisé ou aggravé leur insolvabilité en vue de ne pas payer lapension alimentaire quelles doivent. 2.2. LES RETRAITES 2.2.1. REGIME DE BASE ET REGIME DE RETRAITE COMPLEMENTAIREDès le premier emploi, lAssurance Retraite10 ouvre un dossier individuel pour chaque salarié.Tous les ans, les employeurs transmettent les déclarations annuelles de données sociales(DADS) à partir desquelles lAssurance Retraite peut mettre à jour les dossiers individuels parrapport aux salaires et aux cotisations versés.Tous les régimes français de retraite obligatoire sont construits sur le système de retraitepar répartition (selon lequel chacun cotise pour les aînés, ce n’est donc pas de l’épargne) :les cotisations prélevées sur les salaires (25 % du salaire brut) des travailleurs servent àpayer les pensions des retraités actuels.A ce régime de base s’ajoute le régime de retraite complémentaire des salariés, calculé en points.Ce régime a été rendu obligatoire en 1972, pour les salariés relevant du régime général et durégime des salariés agricoles, mais pas pour les fonctionnaires. Il est financé par des cotisationssociales, patronales (60 %) et salariales (40 %), qui permettent d’obtenir des points, dont lavaleur est régulièrement revalorisée. Les points accumulés s’ajouteront à la pension du régimede base.Enfin, le principe d’une retraite par capitalisation qui est celui d’une assurance privée (société,mutuelle, etc.) qui garantit le paiement futur à hauteur d’un capital garanti.Vidéo : retraite par répartition, retraite par capitalisation 2.2.2. LÂGE DE LA RETRAITELâge légal est lâge qui « ouvre le droit » de prendre sa retraite et toucher une pension. Ilsera repoussé de 60 ans à 62 ans en 2018,11 avec des exceptions (ceux qui sont « usés » parle travail pourront s’arrêter à 60 ans). Ce dispositif permettra à l’Etat d’économiser 19milliards d’eurosLa « durée de cotisation » : un salarié a droit à sa retraite à taux plein lorsquil a cotisé uncertain nombre de trimestres (41 ans et un trimestre en 2013, 41 ans et un semestre en2020).Lâge du taux plein passe de 65 à 67ans, on peut partir à la retraite en bénéficiant du tauxplein, même si lon na pas tous ses trimestres.Lâge de la retraite doffice a été repoussé de 65 à 70 ans. Un employeur peut alors obligerson salarié à partir.10 Les conditions de la retraite sur le site de Bercy11 Pour les salariés atteignant 60 ans entre 2009 et 2012, le nombre dannées de cotisations augmentera à raison dun trimestre par anet par année de naissance pour atteindre 164 trimestres. (cf infotravail.com) Page - 23 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.2.3. LES RAISONS DE LA RÉFORME DE 2010Les actifs doivent payer de plus en plus de retraites. De 2 actifs pour 1 retraité en lan 2000,le « taux de remplacement » passera, si rien ne change, en 2050, à 1,2 actif pour 1 retraité. (Voirle graphique du Conseil dorientation des retraites ci dessous).En 2010, le déficit de l’ensemble des régimes de retraites est d’environ 32 milliardsd’euros. Cf : huitième rapport du conseil dorientation des retraitesLespérance de vie sallonge. (Voir le graphique du Conseil dorientation des retraites)Les entrées sur le marché du travail sont de plus en plus tardivesCette situation démographique tendue est aggravée par la crise économique. Plus de chômeurs,moins dactivité, cest moins de cotisations.Les critiques apportées à cette réforme Une réforme inefficace car le vrai problème est le chômage. Demander aux personnes de travailler plus alors qu’elles n’ont pas de travail est inutile. Cf le site "Alternatives économiques". Page - 24 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Une réforme injuste car elle est d’autant plus rude pour ceux qui ont commencé à travailler jeune, qui devront travailler deux ans de plus alors que leur espérance de vie est plus courte (21 ans pour un cadre, 14 pour un ouvrier). 2.2.4. LALLOCATION DE SOLIDARITÉ AUX PERSONNES AGÉES (ASPA) 12Le minimum vieillesse a été simplifié en 2006 en une prestation unique : lAllocation deSolidarité aux Personnes Agées (ASPA).Personnes concernées Personne âgée de 65 ans (de 60 ans dans certains cas : inapte au travail, ancien combattant, mère de famille ouvrière...), de nationalité française ou de nationalité étrangère, sous réserve dans ce cas de fournir une preuve de la régularité du séjour, résidant en France.Conditions de ressourcesLes ressources annuelles, allocation comprise, doivent être inférieures à : 8.507,49 € (708.95 € / mois) pour une personne seule, 13.889,62 € (1 157.46 € / mois) pour un ménage.Montant du minimum vieillesse 8.507,49 € par an pour une personne seule, 13.889,62 € par an pour un couple.Ces montants sont exonérés totalement des prélèvements sociaux sur les pensions de retraite.La demande est à adresser à la caisse du régime de retraite de base dont dépend principalementlassuré.PresseAu lendemain du mardi 7 septembre 2010, le gouvernement annonce quelques avancées sur laréforme des retraites :presse du Figaro sur la pénibilité au travailUn pont de vue pertinent sur la notion sociologique de la durée de vie des françaisLa durée de la vie et lépargne retraite par Gérard FillocheLe bilan d’une journaliste du Monde sur les retraitesLe monde.fr/politiques 2.3. PERSONNES AGEES ET/OU DEPENDANTES,Un accroissement annoncé : en 2050, 7 millions de français seraient âgés de 65 ans ou plus, soitprès du double des chiffres de 2000, alors que l’ensemble de la population n’augmenterait que de 9%. Cette évolution s’explique par l’arrivée aux âges élevés des générations nombreuses nées entre1945 et 1975, conjugué à un allongement de leur espérance de vie. En 2009, celle-ci a atteint 77,8ans pour les hommes et 84,5 ans pour les femmes.12 vos droits.service-public.fr Page - 25 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxRevue de presse au lendemain de la déclaration d’intension du Président de la République N.SARKOSY sur le chantier prioritaire de la dépendanceLe Point du 17 novembre 2011 "Comment financer la dépendance ?"Dépêche de lAFP sur lentrée des assurances privées dans le marché de la dépendanceMaxi sciences du 16 novembre 2011Express du 16 novembre 2010 "la réforme de la dépendance nest pas acquise"2.2.5. LALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE (APA),Mise en place le 1er janvier 2002, sest substituée à la Prestation spécifique dépendance (PSD) età une part des prestations prises en charge par les caisses de retraite13. Elle vise à unemeilleure prise en charge de la perte dautonomie des personnes âgées pour accomplirles gestes ordinaires de la vie courante.L’allocation personnalisée s’adresse à l’ensemble des personnes âgées en perte d’autonomienécessitant un soutien de la collectivité. L’uniformisation des tarifs et des barèmesnationaux garantit l’égalité et la transparence du dispositif vis-à-vis des usagers.Un tarif national fixe le montant maximum du plan d’aide à domicile en fonction du degréde perte d’autonomie du bénéficiaire. Un barème national permet également dedéterminer, en fonction des ressources de l’usager, la participation restant à sa charge.L’APA est gérée par les départements. La mise en œuvre de cette prestation se fait en associanttous les partenaires concernés, sous la responsabilité du président du Conseil général. Elle estattribuée dans les mêmes conditions sur tout le territoire.L’APA peut être mobilisée pour financer toute une palette de services tels que l’aide ménagère,l’accueil de jour, l’accueil temporaire, les aides techniques (pour la part non couverte par lasécurité sociale) ou l’adaptation du logement et de l’environnement matériel.Pour prétendre à l’APA, le bénéficiaire doit retirer un dossier de demande au Conseil Général, CCAS ou services d’aide à domicile agrées.La demande d’APA doit être adressée au président du Conseil Général. Les services doiventnotifier leur décision d’attribution de l’APA au bénéficiaire dans un délai de deux mois.Montant maximum mensuelA domicile : l’évaluation du degré de dépendance donne lieu à une visite à domicile d’’une équipemédico-sociale du CG, selon divers éléments matériels, sociaux et familiaux.Si le demandeur appartient à un GIR 1 à 4, il obtient une aide. S’il relève des GIR 5 et 6, son degréd’autonomie ne justifie pas un plan d’aide.Le montant maximum mensuel du plan daide sélève à (valeur au 7 septembre 2011) :GIR 1 : 1 261,59 euroGIR 2 : 1 081,36 euro13 Sources : La gazette Santé Social N° 68 – novembre 2010 et Travail-solidarite.gouv.fr Page - 26 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxGIR 3 : 811,02 euroGIR 4 : 540,68 euroEn établissement : l’évaluation de la perte d’autonomie et des besoins de la personne esteffectuée, sur la base de la grille AGGIR14, sous la responsabilité du médecin coordonnateur dela structure ou à défaut, d’un médecin conventionné.En établissement, lallocation mensuelle correspond à la différence entre le tarif dépendance delétablissement et la participation laissée à la charge du bénéficiaire, celle-ci dépendant de sondegré de perte dautonomie (GIR).Montant forfaitaire d’attenteÀ défaut, l’allocation est accordée sur la base d’un montant forfaitaire et ce, jusqu’à lanotification d’une décision expresse. A domicile, ce montant forfaitaire est égal à 50 % du montant du tarif national correspondant au GIR 1, soit 584,38€ (au 1er janvier 2006). En établissement, il s’élève à 50 % du tarif afférent à la dépendance appliqué, dans la structure, aux résidents classés dans les GIR 1 et 2.2.3. PERSONNES HANDICAPEES2.3.5. LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEESLa loi du 11 février 2005 crée un lieu unique destiné à faciliter les démarches des personneshandicapées : la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Celle-ci offre, danschaque département, un accès unifié aux droits et prestations prévus pour les personneshandicapées.15Lieu unique d’accueil, la Maison départementale des personnes handicapées « exerce unemission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées etde leur famille ainsi que de sensibilisation de tous les citoyens aux handicaps ».La MDPH (cliquez ici)La Maison départementale des personnes handicapées a 8 missions principales : Elle informe et accompagne les personnes handicapées et leur famille dès l’annonce du handicap et tout au long de son évolution. Elle met en place et organise l’équipe pluridisciplinaire qui évalue les besoins de la personne sur la base du projet de vie et propose un plan personnalisé de compensation du handicap. Elle assure l’organisation de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et le suivi de la mise en œuvre de ses décisions, ainsi que la gestion du fonds départemental de compensation du handicap.14 La grille nationale AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso-Ressources) permet d’évaluer le degré de perted’autonomie des demandeurs selon dix critères : cohérence, orientation toilette, habillage, alimentation, etc.15 Source : Ministère de la Santé et des Solidarités (08/02/2009) Page - 27 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Elle reçoit toutes les demandes de droits ou prestations qui relèvent de la compétence de la Commission des droits et de l’autonomie. Elle organise une mission de conciliation par des personnes qualifiées. Elle assure le suivi de la mise en œuvre des décisions prises. Elle organise des actions de coordination avec les dispositifs sanitaires et médico-sociaux et désigne en son sein un référent pour l’insertion professionnelle. Elle met en place un numéro téléphonique pour les appels d’urgence et une équipe de veille pour les soins infirmiers.2.2.5. ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPESNotion de protection juridiqueToute personne handicapée mentale ou psychique est reconnue capable de tous les actesde la vie civile mais, quoique majeures, certaines personnes sont dans l’impossibilitéd’accomplir les actes de la vie.C’est pourquoi le droit français, par la loi du 3 Janvier 1968, a créé 3 régimes de protection : la sauvegarde de justice, la curatelle16 (simple ou renforcée), la tutelle17.On cherche ainsi à protéger ces personnes en raison de leur vulnérabilité. Cette décision doittenir compte des aptitudes de la personne, elle est prise par un Juge des Tutelles qui s’appuierasur tout un tas d’éléments dont le premier va être un avis médical.La réforme de mars 2007 place la personne au centre du dispositif et passe d’un systèmed’incapacité à celui de protection. Elle tient compte de l’évolution de la population concernée, del’augmentation de l’espérance de vie, de la complexification des structures familiales.En cas de protection juridique, la copie du jugement de curatelle ou de tutelle doit être intégréeau dossier de demande d’AAH.Lallocation aux adultes handicapés (AAH) a pour objet de garantir un revenu minimumaux personnes handicapées pour quelles puissent faire face aux dépenses de la viecourante. Son versement est subsidiaire.18 LAAH est attribuée à partir dun certain tauxdincapacité sous réserve de remplir des conditions de résidence et de nationalité, dâge et deressource.Elle est accordée par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées(CDAPH) pour une durée, renouvelable, variant de 1 à 5 ans sous conditions.Financée par l’Etat, elle est versée par la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la MutualitéSociale Agricole (MSA).16 Plus de 60 % des mesures prononcées sont des curatelles. 50 % des mesures sont assurées par des familles, 50 % par desorganismes de tutelles17 La Sauvegarde de justice : la personne a besoin d’une protection juridique temporaire ou d’être remplacée pourl’accomplissement de certains actes déterminés. La Curatelle : la personne qui, sans être hors d’état d’agir elle-même abesoin d’être assistée ou contrôlée d’une manière continue dans les actes importants de la vie. La Tutelle : la personne doitêtre représentée d’une manière continue dans tous les actes de la vie civile.18 le droit à lallocation nest ouvert que lorsque la personne handicapée ne peut prétendre à un avantage de vieillesse,dinvalidité ou dune rente daccident du travail dun montant au moins égal à celui de lAAH. Page - 28 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxTaux dincapacitéLa personne doit être atteinte dun taux dincapacité permanente : Dau moins 80 %, Ou compris entre 50 et 79 % et avoir une restriction substantielle daccès à lemploi du fait de son handicap.Le niveau dincapacité est apprécié par la commission des droits et de lautonomie despersonnes handicapées (CDAPH) en fonction dun guide-barème (décret du 6 novembre 2007,annexe 2-4).Condition liée à la nationalitéLes personnes de nationalité étrangère doivent être en possession dun titre de séjour réguliersur le territoire national ou être titulaire dun récépissé de demande de renouvellement de titrede séjour.Condition dâgeLa personne handicapée doit être âgée de plus de 20 ans ou de plus de 16 ans, si elle nest plusconsidérée comme à charge pour le bénéfice des prestations familiales.LAAH nest plus versée à partir de 60 ans en cas dincapacité de 50 % à 79 %. A cet âge, lesbénéficiaires basculent dans le régime de retraite pour inaptitude.Conditions de ressourcesLes revenus ne doivent pas dépasser un plafond annuel de ressources fixé à : 8.543 € pour une personne seule, 17.086 € pour une personne vivant en couple.Montant 776.59 € depuis le 1er septembre 2012.2.2.6. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAPLa Prestation de Compensation du Handicap (PCH) est un nouveau droit accordé pourtoute personne handicapée âgée de 20 à 59 ans, attribuée par la Commission des Droits et del’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) après évaluation et élaboration d’un planpersonnalisé défini par l’équipe pluridisciplinaire de la Maison Départementale des PersonnesHandicapées (MDPH), sur la base du projet de vie exprimé par la personne. Page - 29 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa Prestation de Compensation du Handicap est une aide financière destinée à financerles besoins liés à la perte d’autonomie des personnes handicapées. Les montantsattribués devront toujours être justifiés par des dépenses réelles.La Prestation de Compensation du Handicap (cliquez ici)Aides couvertes par la prestation : Aides à la vie quotidienne Aides techniques Aides au logement Aménagement du véhicule ou d’éventuels surcoûts dus au transport d’une personne handicapée Aide au permis de conduire Aides aux charges exceptionnelles Aides animalièresToute personne handicapée résidant de façon stable et régulière en France a droit à uneprestation de compensation. La loi du 11 février 2005 a supprimé la notion de « seuil d’invalidité» et ouvert le nouveau dispositif d’aide aux personnes souffrant de handicap psychique.Il y a cependant des conditions à l’ouverture du droit à la prestation de compensation individuelle : Etre âgé de plus de 20 ans, Avoir un taux d’incapacité permanente supérieur ou égal à 80 % (condition conservée à titre provisoire). Présenter une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité ou une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux activités (les difficultés devant être définitives ou d’une durée d’au moins un an). Résider régulièrement en France, Il ny a pas de condition de ressource pour lattribution de la PCHLa mise en place du dispositif concerne au 1er janvier 2006 les seuls adultes, puis les enfants dès2008 et les personnes âgées en 2010.2.3. PERSONNES CONCERNEES PAR LA MALADIE,LAPA (Allocation Personnes Agées) et l’AAH (Allocation Adultes Handicapé) ne sont pas des aidesexclusivement réservées à la dépendance et au handicap. Elles ont pour mission d’aider et de vivremieux également la maladie. Elles peuvent bénéficier à des personnes hébergées à domicile ou dansun établissement.2.3.5. ALLOCATION DEDUCATION DE LENFANT HANDICAPE (AEEH)Cest une prestation familiale financée par la sécurité sociale, destinée à compenser lesfrais déducation et de soins apportés à un enfant handicapé ou malade.Composition de la prestationLAEEH est composée dune allocation de base, à laquelle il peut être ajouté un complémentdallocations, dont le montant est gradué en 6 catégories, selon : Le coût du handicap de lenfant, Page - 30 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux La cessation ou de la réduction dactivité professionnelle de lun des parents nécessitée par ce handicap, Lembauche dune tierce personne. Une majoration spécifique peut sajouter lorsquun enfant, bénéficiant de laeeh et de la pch ou dun complément de 2ème, 3ème, 4ème, 5ème ou 6ème catégorie, est à la charge dun parent isolé.Montant de l’AEEH 126 mois/enfantRègles de cumul avec dautres prestationsLattribution de lAEEH de base et de ses compléments éventuels ne fait pas obstacle auversement des prestations familiales.Lallocation de présence parentale peut être cumulée avec lAEEH de base, mais pas avec soncomplément ni avec la majoration de parent isolé.Depuis le 1er avril 2008, tous les éléments de la prestation de compensation du handicap(PCH) sont également ouverts aux bénéficiaires de lAEEH de base, sous certaines conditions. Lesparents denfants handicapés doivent donc choisir entre le versement du complément dAEEH etla PCH.LAEEH ne peut être attribuée à un jeune handicapé exerçant une activité professionnelle si larémunération perçue est supérieure à 55 % du montant du SMIC mensuel.Complément d’AEEH PCHCondition préalable : le taux d’incapacité doit Condition préalable : avoir droit à unêtre de 80 %, ou d’au moins 50 % en cas de complément d’AEEHbesoin d’une prise en charge particulière Condition spécifique pour la PCH : avoir uneCondition pour le complément d’AEEH : le difficulté absolue pour exécuter une activitébesoin d’aide doit avoir un retentissement sur ou une difficulté grave pour la réalisation d’aul’activité professionnelle des parents ou moins deux activités fixées dans une listeentraîner l’intervention d’une personne énoncée par la règlementation (marcher, seextérieure salariée et/ou entraîner d’autres laver, s’habiller, …)frais liés au handicap.2.3.6. L’AIDE SOCIALEL’aide sociale concerne les personnes âgées ou handicapées qui, faute de moyens suffisants, nepeuvent assumer leur entretien. Elle peut être mobilisée pour faciliter le soutien à domicile,assurer la prise en charge des frais de restauration à domicile ou dans un foyer logement. L’aidesociale revêt un caractère subsidiaire. Elle n’intervient que si la mise en oeuvre des ressourcespersonnelles, de la solidarité familiale (dans le cadre du devoir de secours qui prévoit cettesolidarité familiale dans l’article 212 du code civil, à la charge des ascendants et descendants) etdes régimes de prévoyance ou d’assurance sociale s’avère insuffisante pour permettre audemandeur de faire face à ses besoins.2.4. PRESTATIONS LOGEMENTPour connaître le détail de chacune des prestations réactualisées au 31 décembre 2011 (conditionsd’accès, conditions de ressources, montants, etc.) Site de la Caisse des Allocations Familiales Page - 31 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe logement social19 a été créé pour améliorer les conditions de logement des couchespopulaires et moyennes. Les plafonds de loyers et de revenus des locataires sont fixéschaque année par décret et diffèrents selon la localisation, le type de conventionnement et lacomposition des ménages locataires.Pour que les loyers restent bas les pouvoirs publics fournissent une aide indirecte, versée non aulocataire mais au bailleur, sous forme de facilités de financement, de subventions, de déductionfiscale, etc. Cette aide est assortie de conditions sur la qualité du logement et le montant desloyers.Depuis lan 2000, le logement social vise à répondre aux objectifs de mixité sociale définiepar la loi rendant obligatoire un pourcentage de 25 % de logements sociaux dans lescommunes de plus de 3 500 habitants.Le logement social est aussi un outil visant à répondre au droit au logement, qui est reconnu parla loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable (loi DALO).2.4.5. LE LOGEMENTLes 2 tableaux ci-dessous, émanant du rapport de la fondation Abbé Pierre au 1er février 2013,permettent de mesurer facilement la transformation de l’offre de logement HLM entre 2005 et2008 et, conjointement, le boom immobilier dans le parc privé, l’ensemble contractant l’offreimmobilière à bas coût. Il faudra un énorme effort de la part de l’Etat pour rétablir une harmonieen terme de logement social.19 6 millions de foyers bénéficiaires. Source : weka.fr Page - 32 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.4.6. L’EXPULSION LOCATIVE : UNE REPONSE PUBLIQUE TROP REPRESSIVESur le front des contentieux et expulsions locatives, tous les indicateurs (tableaux ci-dessous)sont au rouge en 2010. Le nombre de contentieux locatifs n’a jamais été aussi élevé (plus de158 000), et celui des expulsions suit la même progression… Une augmentation des procéduresengagées qui traduit un durcissement, sous le gouvernement Sarkosy, sans précédent dans letraitement des situations et qui renvoie les situations des plus démunis dans les centred’hébergement déjà saturés ou à la rue. Page - 33 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.4.7. AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT (APL) ALSQuels que soient l’âge, la situation familiale et professionnelle d’une personne, elle peut bénéficierd’une allocation de logement20 concernant sa résidence principale, si ses ressources sont modestes.Comme le FSL (Fonds de Solidarité Logement), cette allocation s’applique aussi bien au parc locatif public queprivé.Le demandeur (ou son conjoint) : Doit être locataire ou colocataire et payer un loyer. Si le logement est loué par un ascendant (parents, grands-parents, arrière-grands-parents) ou un descendant (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants) le demandeur ne peut pas bénéficier dune aide au logement. Peut être sous-locataire, ou habiter un foyer, une résidence universitaire, une maison de retraite, un centre de long séjour ou dhébergement pour handicapés, un hôtel ou un logement meublé. (la chambre ne doit pas être occupée par plus de deux personnes. L’allocation de logement est accordée à titre personnel). Le logement doit être décent et avoir une superficie minimale selon le nombre doccupants.Le montant de lallocation dépend de nombreux éléments : ressources, situation familiale, nature du logement,lieu de résidence, loyer, nombre denfants ou de personnes à charge.Une demande d’allocation logement peut entraîner la diminution, voir la perte d’allocations de logement, deprestations familiales ou de RSA pour les jeunes de moins de 25 ans quittant le domicile familial.Tout changement de situation peut entraîner un nouveau calcul à la hausse ou à la baisse. 20 Site CAF de simulation de ressources Page - 34 - sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.4.8. FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENTPour connaître le détail de cette prestation : Site Service Public Direction de linformation légale et administrativeLe fonds de solidarité pour le logement (FSL) accorde des aides financières aux personnes en difficultépour leur permettre daccéder à un logement ou de sy maintenir. Elles sappliquent à tous les secteurslocatifs (parc public ou privé).Les conditions doctroi des aides ainsi que les modalités de fonctionnement du fonds sont déterminées parchaque département dans un règlement intérieur. Les départements ont la possibilité de moduler le niveaude ressources et la nature des difficultés ouvrant droit aux aides du FSL. Les plafonds de ressources, lesmontants des aides et les catégories de bénéficiaires peuvent donc être appréciés différemment dundépartement à lautre.Concernant l’accès au logement, les aides du FSL permettent De financer le dépôt de garantie, sil nest pas avancé par une avance loca-pass, De financer la caution garantissant au propriétaire le paiement des loyers et des charges en cas de défaillance du locataire, De financer les dépenses liées à lentrée dans les lieux (frais de déménagement, assurance habitation, frais déquipements mobiliers), De rembourser les dettes de loyers et de charges locatives ou de factures impayées dénergie, deau et de téléphone dont le règlement conditionne laccès à un nouveau logement.Concernant le maintien du logement, les aides du FSL permettent : De rembourser les dettes de loyers et De charges locatives sous réserve de la reprise du paiement par le locataire. En règle générale, leur attribution est subordonnée à la mise en place dun plan dapurement et dun accompagnement social.Les aides du FSL sadressent : au locataire, au sous-locataire, au résident dun hôtel meublé, dun logement-foyer ou dune résidence sociale, et dans certains cas, au propriétaire occupant.Elles sont réservées en particulier aux personnes et aux familles : sans logement, menacées dexpulsion sansrelogement, hébergées ou logées temporairement dans des habitations insalubres.Les aides du FSL sont soumises à des conditions de ressources évaluées dans le cadre dun budget dans lesconditions fixées par le règlement intérieur du FSL ; elles tiennent compte de limportance et de la nature desdifficultés rencontrées.2.4.9. LAIDE LOCA-PASSLe Loca-Pass est destiné à faciliter l’accès des jeunes ou leur maintien dans un logement locatif.Bénéficiaires Les salariés des entreprises du secteur privé non agricoles (y compris les préretraités et les retraités de moins de 5 ans) et les travailleurs saisonniers Les jeunes de moins de 30 ans : - en formation professionnelle - en recherche d’emploi (inscrits à Pôle Emploi) - en situation d’emploi quelque soit la nature du contrat de travail et l’employeur, y compris le secteur agricole ainsi que les fonctionnaires d’une des trois fonctions publiques (Etat, territoriale ou hospitalière) non titulaires d’un emploi permanent. Les étudiants boursiers de l’Etat français. Page 35 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe Loca-Pass est constitué de 2 servicesLa garantie Loca-Pass qui est un système de cautionnement pour la location de logements. Lorganismesengage alors à régler au bailleur le loyer et autres charges locatives en cas de difficultés financières. Encontrepartie, la personne bénéficiant de cette aide sengage à rembourser les sommes avancées.Lavance Loca-Pass qui permet de financer, par un prêt à 0% et sans assurance, la caution exigée par lebailleur. Le prêt doit alors être remboursé dans un délai maximum de 36 mois après un différé de 3 mois.Il s’agit d’un dispositif à système ouvert21. L’aide est octroyée par les organismes collecteurs CIL (ComitésInterprofessionnels du Logement) ou CCI (Chambres de Commerce et dIndustrie) du 1% logement(participation des employeurs à l’effort de construction).Il arrive que les agences refusent de louer un logement avec une garantie LOCA-PASS au motif quelle ne couvreque 18 mois sur les 36 (au moins) dun bail et que laccord de lorganisme est donnée après la signature decelui-ci. Laide LOCA-PASS est destinée à rassurer les bailleurs. Dans la pratique, beaucoup dentre euxcontinuent à préférer des locataires munis dune caution parentale. Le demandeur qui se voit refuser laidepeut faire appel auprès du Conseil dadministration du CIL ou de la CCIMontant Le montant de l’avance est plafonné à 500 € Le montant des mensualités de remboursement est de 20 € minimum (sauf la dernière) 21 L’octroi de la garantie et/ou de l’avance LOCA-PASS est automatique dès lors que le demandeur remplit les conditions ; il lui suffit de s’adresser à l’organisme collecteur le plus proche de son domicile ; à défaut de réponse dans le délai de 8 jours, l’aide est considérée comme accordée. Page 36 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.5. PRESTATIONS D’INSERTION2.5.5. LA CONSTITUTION DE 1945 Les notions dinsertion, de réinsertion, de socialisation, de désocialisation, se fondent sur des observations sociologiques, observation de modes de vie relationnelles, psychiques mais aussi matérielles et donc économiques. Lappauvrissement, la pauvreté sont des leviers puissants de désocialisation. Or il sagit aujourdhui de répondre à une nouvelle pauvreté qui tend à toucher des personnes toujours plus nombreuses. En outre, cette pauvreté se caractérise par sa persistance dans le temps. Que sont devenues les valeurs de solidarité, dégalité, de dignité et de justice sociale auquel faisait référence la constitution du 4 octobre 1958 ? « La nation assure à lindividu et à la famille des conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit àtous, notamment à lenfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, lerepos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de sa situationéconomique, se trouve dans lincapacité de travailler, a le droit dobtenir de la collectivité des moyensconvenables dexistence».Pourtant, un demi-siècle plus tard, cette pauvreté est plus que jamais dactualité, comme a pu le mettre enavant, en 2008, un rapport de lObservatoire national de la pauvreté et de lexclusion. Ce rapport souligne quela France compte 7,1 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté.2.5.6. LE SEUIL DE PAUVRETEEn 2009, Le constat de l’INSEE est des plus aggravants…« Le seuil de pauvreté, qui équivaut à 60 % du niveau de vie moyen des Français,sétablissait en 2009 à 954 € par mois, soit 10 648 € par an. Et, sur ces 8,2 millions depauvres (sur 65 millions de français), la moitié vivait avec moins de 773 € par mois »… Précise encore lInsee.Nul doute que cette pauvreté se sera encore accrue depuis cette date de référence, même si, reconnaît lInstitut,des mesures ponctuelles et la montée en charge progressive du revenu de solidarité active (RSA) ont pu limiterles effets de la crise.Ce taux de pauvreté, supérieur en 2009 à ce quil était en 2007, trouve bien sûr son explication dans la brutaleaggravation du chômage passée au-dessus de la barre de 10 %. Et, constat plus vrai que jamais, ce seuil depauvreté concerne aussi un actif sur dix». Page 37 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLE PROCESSUS D’EXCLUSION PASSE PAR 3 VECTEURS :LA PERTE D’EMPLOI PUIS DE RESSOURCES,LA PERTE DE LOGEMENT,LE HANDICAP ET LA DEPENDANCE.UN SEUL DES TROIS SUFFIT POUR ENTRAINER UNE DESOCIALISATION EXCLUANTE, MAIS SOUVENT LES TROISARRIVENT A SE CUMULER SUR UNE SEULE EXISTENCE D’EXCLU.Dans son livre « Secrets de fabrication », Martin HIRSCH22 déclare pourtant. «On vit dans une société formidable.Une société qui a suffisamment de richesses pour pouvoir éradiquer la pauvreté. Une société qui a tant investi dansléducation quelle pourrait supprimer lillettrisme. Une société qui a construit un système de santé si perfectionnéquil pourrait réduire les inégalités de santé, liées aux origines sociales. Une société qui a un tel réservoir degénérosité quelle pourrait renouer avec les principes de la solidarité. Mais nous vivons en même temps dans unpays qui ne parvient pas à loger toutes les familles qui le composent. Un pays qui ne sait plus, depuis dix ans,réduire sa pauvreté. Un pays qui doute, un pays qui se crispe, un pays qui donne parfois limpression de tourner surlui-même».2.5.7. LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)Le revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur le 1er juin 2009 en France métropolitaine. Le Revenu de Solidarité Active est versé à des personnes qu’elles soient ou non en activité et dont les revenus sont limités. Son montant dépend à la fois de la situation familiale et des revenus du travail. Il peut être soumis à l’obligation d’entreprendre des actions favorisant une meilleure insertion professionnelle et sociale.L’état et les départements (Conseil général) sont associés pour mettre en place cette nouvelle prestation, dontle premier versement est intervenu le 6 juillet 2009. Le RSA est versé par les Caisses d’allocations familiales oules Caisses de mutualité sociale agricole.Le RSA en termes de politique nationaleComme l’indique le tableau ci-dessous, le nombre de dossiers RSA est passé de moins de 500 000 à 1 100 00 ensix mois23. Au 31 juillet 2010, le RSA est versé à 1,79 million de foyers dont 1,15 million touchant le RSA"socle".2422 haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté sous le gouvernement Sarkozy de 2007 à 2010. Initiateur du RSA23 Source INSEE 24 Marc-Philippe Daubresse, ministre des Solidarités actives. Page 38 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLes cinq missions du RSA Le RSA remplace le revenu minimum d’insertion (RMI), Lhistoire du RMI : solidarité collective, responsabilité individuelle l’allocation de parent isolé (API) et certaines aides forfaitaires temporaires comme la prime de retour à l’emploi. Le RSA complète les revenus du travail pour ceux qui en ont besoin. Si le salaire d’une personne est limité, le RSA peut, sous certaines conditions de ressources et selon sa situation familiale, améliorer son quotidien, et cela même si la personne ne bénéficie d’aucune autre prestation. Le RSA encourage l’activité professionnelle. Il assure un complément de revenus qui permet de gagner plus que les seules prestations. Le RSA lutte contre l’exclusion. Avec le RSA, un interlocuteur unique (Conseil Général) suit l’ensemble d’un dossier, accompagne la personne dans sa recherche d’emploi et l’informe sur les aides qui peuvent faciliter sa reprise d’activité. Le RSA simplifie les minima sociaux. Au lieu de recevoir plusieurs aides séparées (allocation de parent isolé ou RMI ou intéressement proportionnel et forfaitaire à la reprise d’activité) et qui ont des règles complexes, le bénéfiviare perçoit une seule et même aide qui intègre plusieurs prestations sociales et demeure stable sa situation ne change pas.Martin Hirsh ex-haut commissaire aux Solidarité actives parle du RSATémoignage dune employée dans les écoles de Nogent-sur-Oise. (cliquez ici)Le RSA en termes de montant Le montant maximum du RSA est de 475 € Il est variable selon la composition du ménage. Le RSA est versé sans limitation de durée, tant que le bénéficiaire continue à remplir les conditions. Le montant versé peut varier si la situation familiale ou les ressources du foyer évoluent.Laide au logement déduite du RSAQuelle que soit son montant, laide au logement perçue par le foyer entraîne une diminution forfaitaire du RSA.Les droits connexes au RSAConditions générales dattribution Les demandeurs doivent être âgés de plus de 25 ans ou, sils ont moins de 25 ans, assumer la charge dun ou plusieurs enfants nés ou à naître. (cf RSA-Jeunes). Il ny a pas dâge maximum limite pour faire une demande de RSA. Toutefois, à partir de 60 ans, il y a de nombreux cas particuliers, compte-tenu des différentes prestations susceptibles dêtre perçues par les demandeurs. Sont exclus du bénéfice du RSA : les élèves et étudiants, les personnes en congé parental (total ou partiel), sabbatique, sans solde ou en disponibilité, Le conjoint, concubin ou partenaire pacsé du bénéficiaire du RSA est pris en compte pour déterminer les droits au revenu de solidarité active, sil nest pas en congé parental (total ou partiel), sabbatique, sans solde ou en disponibilité. Les ressources prises en compte pour déterminer les droits au RSA comprennent lensemble des ressources de toutes les personnes composant le foyer.2.5.8. LE RSA JEUNESCette prestation ne se limite pas à une aide financière, un référent unique est à disposition des jeunes qui ont besoin deconseils et de soutien dans la construction de leur projet professionnel et de leurs démarches. Les jeunes de moins de25 ans ont accès au RSA dans les mêmes conditions que celles du RSAgénéralisé hormis une condition d’activitépréalable. L’extension du RSA généralisé aux jeunes de moins de 25 ans (il est entré en vigueur au 1er septembre2010) s’adresse à deux types de personnes : Les personnes sans activité et qui ont exercé une activité professionnelle au préalable. Page 39 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Les personnes qui disposent de faibles revenus du travail qui vont percevoir un complément de ressources avec le RSA.ConditionsPour en bénéficier, les jeunes doivent avoir travaillé l’équivalent de 2 ans à temps plein (3214 heures d’activité )dans les 3 dernières années précédant la demande. Les conditions d’éligibilité au RSA pour les moins de 25 anssont les mêmes que pour le RSA généralisé hormis la condition d’activité.Le RSA Jeunes présenté par le Ministre des Solidarités actives2.5.9. LE CONTRAT D’AVENIR Lemploi davenir (entré en vigueur en novembre 2012) a pour objet de faciliter linsertion professionnelle et laccès à la qualification de jeunes sans qualification ou peu qualifiés et rencontrant des difficultés particulières daccès à lemploi, par leur recrutement dans des activités présentant un caractère dutilité sociale ou environnementale et ayant un fort potentiel de création demplois.BénéficiairesEn premier lieu les jeunes sans diplôme âgés de 16 à 25 ans à la signature du contrat, en particulier dans leszones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage ainsi quen Outre-mer; mais aussi des jeunes endifficulté dinsertion, ayant poursuivi leurs études jusquau CAP ou BEP ou jusquau baccalauréat dans certaineszones difficiles; ainsi que des travailleurs handicapés de moins de 30 ans en difficulté et peu qualifiés.Durée du contratTemps pleins, en CDI ou CDD dun an (renouvelable) à trois ans. Un employeur voulant recourir à un emploidavenir doit dire dans quelle mesure il a des chances de devenir pérenne au-delà des trois ans. Les jeunes avecun emploi davenir ont une priorité dembauche chez lemployeur et ce dernier ne peut enchaîner des emploisdavenir sans engagement dinsertion.Secteurs concernésPrincipalement les secteurs non marchands dactivités en développement ou à forte utilité sociale ouenvironnementale, à savoir filières vertes et numériques, secteur social et secteur médico-social, animation,tourisme, aides à la personne. Louverture au secteur marchand est sous conditions.Aide de lEtat75% de la rémunération brute au niveau du Smic est pris en charge pendant une durée maximale de trois ans;laide est de 35% pour les employeurs du secteur marchand.EncadrementLes employeurs sont sélectionnés en fonction de lencadrement et des actions de formation quils prévoient. LesMissions locales ou Pôle emploi sont chargés de laccompagnement. Page 40 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Page 41 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux3. SANTE ET ACTION SOCIALE3.1. UNE SECURITE SOCIALE POUR TOUS25 - état des lieux La Sécurité sociale est un système complexe aux enjeux multiples. Qualifiée de conquête du siècle, elle a accompagné lévolution de la société française depuis 1945. Fondée sur des valeurs de justice sociale et de réduction des inégalités, elle constitue le pilier du système de protection sociale.3.2. LA CONSTRUCTION PROGRESSIVE DUNE PROTECTION SOCIALE UNIVERSELLE.Comme le rappelait Stéphane Hessel dans l’introduction de son essai « Indignez-vous ! », le Conseil National dela Résistance (cf lien Le programme du Conseil National de la Résistance) a organisé en 1944 un programmequi fut le socle de notre assurance santé pour tous, en adoptant un : « … plan complet de sécurité sociale, visant àassurer à tous les citoyens des moyens dexistence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par letravail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de lÉtat… ». De 194526 à aujourd’hui, le système français de sécurité sociale poursuit toujours ce triple objectif : unité de la sécurité sociale, généralisation quant aux personnes, extension des risques couverts. Les ordonnances des 4 et 15 octobre 1945 promulguaient la sécurité sociale et plaçaient sa gestion sous la double autorité des représentants des travailleurs et de lÉtat. Depuis les réformes Juppé de 1995 prononcées par ordonnance, puis la loi Douste-Blazy en 2004, cest lÉtat seul qui gère la sécurité sociale. Cest par exemple le chef de lÉtat qui nomme par décret le directeur général de la caisse nationale dassurance maladie. Ce ne sont plus, comme au lendemain de la libération, des syndicalistes qui sont à la tête des caisses primaires départementales mais lÉtat, via les préfets. Les représentants des travailleurs n’y tiennent plus quun rôle de conseiller.27 Lordonnance du 4 octobre 1945 - sous l’impulsion du Conseil de la Résistance, durant le gouvernement du Général de Gaulle - prévoit un réseau coordonné de caisses se substituant à de multiples organismes, lunité administrative ne sera cependant pas réalisée et ne lest toujours pas.28 Lordonnance du 15 octobre 1945 concerne les risques maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès. La loi du 22 août 1946 étend les allocations familiales à pratiquement toute la population et La loi du 30 octobre 1946 intègre la réparation des accidents du travail à la sécurité sociale. La loi du 22 mai 1946 pose le principe de la généralisation de la sécurité sociale à lensemble de la population mais les professions non salariées agricoles sy opposeront. La loi du 4 juillet 1975 : généralisation à lensemble de la population active de lassurance vieillesse obligatoire.25 Historique-de-la-sécurité-sociale Source INA26 références (cliquez ici) sur le site officiel de la Sécurité sociale27 Stéphane Hessel. « Les Indignés ». Editions Indigènes28 Les salariés des régimes spéciaux vont refuser de sintégrer dans le régime général et conserver dans un cadre " transitoire "qui dure encore, leurs régimes spécifiques (fonctionnaires, marins, cheminots, mineurs etc..). Page 42 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux La loi du 28 juillet 1999 : institution dune couverture maladie universelle, sous le gouvernement Jospin : protection de base sur le seul critère de résidence et protection complémentaire pour les plus démunis. La loi du 21 juillet 2009 : portant réforme de lhôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, plus connue sous lexpression « Hôpital, patients, santé et territoire », abrégée en HPST et dite aussi loi Bachelot. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 prévoit un certain nombre de mesures visant un retour progressif à léquilibre par la maîtrise des dépenses, (déficit sous la barre des 14 milliards en 2012, contre 24 en 2010).3.2.1. LE DEFICIT DE LA SECURITE SOCIALELe déficit de la Sécurité sociale est le manque entre les recettes et les dépenses. Ce déficit induit un besoin de financementcomplémentaire qui est comblé par emprunt, contribuant à la dette des administrations de sécurité sociale : la « dettesociale », appelée communément « trou de la sécu ». La dette sociale fait partie de la dette publique de la FranceLa santé dans le monde, Le monde du 2/11/02iii.3.2.2. 2009-2012 : UNE SECURITE SOCIALE EN PLEINE REFORMEEntre déficits et réformes, la Sécurité sociale aborde le XXIe siècle dans lincertitude.29 Le débat tourne autourde la réduction des frais de santé et de la nécessité de gagner en efficacité autour des deux problèmesrécurrents de la sécurité sociale : le premier étant lié à la demande puisquon peut considérer que lesindividus ont tendance aujourdhui à surconsommer ; le deuxième étant lié à l’offre, si lon considèreque la surconsommation des patients est induite par les médecins eux-mêmes. Le résultat étant que lefonctionnement par ticket modérateur et par franchise impacte prioritairement les plus bas revenus.3.2.3. LA LOI « HOPITAL, PATIENTS, SANTE, TERRITOIRES » (HPST)D’après un focus spécial « Accès aux soins » daté du 29 octobre 2011, édité chez Busi’com. Article de Pierre-YvesLange.  La loi HPST se décline en quatre grands volets : modernisation des établissements de santé, accès de tous à des soins de qualité, prévention, création des agences régionales de santé (ARS). Projet dorganisation sanitaire et non de financement, la loi HPST - dite aussi loi Bachelot - ambitionne de mettre en place une offre de soins gradués qualité, accessible à tous et satisfaisant à lensemble des besoins de santé. Pour ce faire elle réforme en profondeur les établissements de santé - publique comme privé - et renouvèle lorganisation territoriale du système de santé en y intégrant le champ de la prévention, la santé publique et le secteur médico-social, cest-à-dire la prise en charge des personnes dépendantes.  La loi HPST met fin au clivage entre les secteurs hospitaliers publics et privés, en favorisant leur coopération. Concrètement, des hôpitaux publics peuvent mettre en commun leurs moyens autour dun projet médical commun. Par ailleurs, établissements de santé peuvent assurer les missions de service public, à condition de répondre à un cahier des charges précis.  Dans le secteur public, les hôpitaux voient leur gouvernance repensée, avec la mise en place dun conseil de surveillance et d’un directoire autour des directeurs, dont les pouvoirs sont renforcés.29 Débat vidéo sur la réforme de la Santé (cliquez ici) Page 43 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux  La loi HPST généralise la contractualisation, via des contrats pluriannuels dobjectifs et de moyens (COM) établis pour cinq ans au maximum entre les agences régionales de santé (ARS) et létablissement.  La loi HPST entend favoriser laccès de tous à des soins de qualité. Une ambition qui passe par la mise en place de parcours de soins structurés, coordonnés et lisibles pour le patient, distinguant les « soins de premiers secours », autour des médecins généralistes, les « soins de second secours » dispensés par les spécialistes et les établissements de santé. La coordination des soins entre lhôpital, la médecine de ville et le secteur médico-social sen trouvera améliorée.  La loi HPST sattaque également à linégale répartition des professionnels de santé sur le territoire. Pour repeupler les « déserts médicaux » tout en respectant le principe de la liberté dinstallation des médecins libéraux, plusieurs mesures incitatives sont instaurées, comme les contrats dengagement de service public pour les étudiants et internes en médecine, les plates-formes dappui aux professionnels de santé, la filiation des études médicales qui doit permettre de mieux répondre aux besoins des territoires.  La loi HPST sintéresse également à la prévention et à la santé publique, consacrant léducation thérapeutique comme une étape clé du parcours de soins du patient.  La loi HPST acte la création des agences régionales de santé (ARS), chargées de coordonner la nouvelle organisation de loffre de soin et médico-social sur un territoire régional. Les ARS concentrent les compétences auparavant exercées par les agences régionales de lhospitalisation (ARH), les DDASS et DRASS, les unions régionales des caisses dassurance-maladie (URCAM), les groupements régionaux de santé publique (GRSP), les missions régionales de santé (MRS) et une partie de lactivité des caisses régionales dassurance-maladie (CRAM). o Premier objectif : améliorer lefficacité du système avec les moyens dont dispose chaque territoire. « Ce nouvel acteur trouve progressivement son positionnement. Il marque une vraie simplification : on passe de neuf instances à une », souligne Emmanuel Wargon, secrétaire générale des ministères chargés des affaires sociales. o Le deuxième objectif prioritaire des ARS est d’améliorer la santé de la population grâce à une vision transversale sur tout le champ de loffre de soins. «Auparavant chaque acteur régulait son propre secteur et les passerelles étaient plus difficiles à franchir. Désormais, dans chaque territoire de santé, l’ARS, peut réfléchir aux besoins des patients quel que soit le secteur, note Emmanuel Wargon. Cest un acteur global qui peut coordonner efficacement en mettant en regard des besoins, loffre de soin hospitalier et ambulatoire, et la prise en charge médico- sociale en établissement pour personnes âgées ou handicapées ». La loi HPST met en place un outil : le Plan régional de santé, qui fixe les orientations des Schémas régionaux de prévention et dorganisation des soins, dans le cadre des priorités nationales de santé publique.3.2.4. ORGANISATION ADMINISTRATIVEPLUSIEURS REGIMES ET PLUSIEURS RISQUES30Le fondement du système de sécurité sociale pour tous étant de fédérer l’ensemble de la nation sous les mêmesdroits d’accès à la Santé, son organisation comptable a logiquement organisé différents champs de protectionsociale, appelés REGIMES : ceux existants précédemment (les régimes spéciaux) et les nouveaux régimes.Dans le régime dit général, celui qui nous intéresse prioritairement, cette même organisation comptable a misen place 5 typologies, appelées BRANCHES.30 D’après le Code de la sécurité sociale et « le droit en action sociale », de Malik Boumédiene, éditions Dunod. Page 44 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxREGIMES PRINCIPAUXCe que l’on nomme régime est un ensemble de droits et d’obligations entre employés (et leurs « ayantsdroits », patrons et caisses de SS.La Sécurité sociale repose sur des principes d’universalité et d’unité tout en étant gérée par différents régimes. Le régime général pour les salariés et les inactifs, (80 % de la population). Le régime agricole des salariés et des exploitants agricoles gérés par la caisse centrale de la mutualité sociale agricole (ccmsa) et Le régime social des indépendants (rsi) qui couvre les artisans, les commerçants et les professions libérales. De nombreux autres régimes spéciaux, propres à certaines professions, viennent compléter cette architecture (fonctionnaires, sncf, ratp, industries électriques et gazières, etc.). Régimes SS Régimes spéciauxAfin de simplifier le propos, nous n’étudierons ici que le régime général, qui concerne 80 % de la population.DANS LE REGIME GENERAL : 4 BRANCHESIntroduit dès l’origine dans le code de la sécurité sociale afin de séparer comptablement les différents risquesde santé, la Sécurité sociale comporte cinq branches (ou risques) pour le régime général. A chaque branche estaffilié un organisme de gestion de gestion différent Régimes SS ATMP Maladie Vieillesse Famille RecouvrementLA BRANCHE MALADIE Page 45 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa branche maladie (maladie, maternité, invalidité, décès) couvre, avec la Caisse Primaire D’assuranceMaladie (CPAM) une partie des conséquences pécuniaires d’une maladie, et assurent les relations deproximité avec le public, sous l’autorité de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurssalariés (CNAMTS).Les missions dune CPAM sont les suivantes : Affilier les assurés sociaux et gérer leurs droits à lAssurance Maladie Traiter les feuilles de soins et assurer le service des prestations dassurance maladie et daccidents du travail / maladies professionnelles (remboursement des soins, paiement des indemnités journalières, avance des frais médicaux aux bénéficiaires de la CMU, etc.) Appliquer, un plan daction en matière de gestion du risque Développer une politique de prévention et de promotion de la santé (dépistage des cancers, des déficiences, etc.) Assurer une politique daction sanitaire et sociale par des aides individuelles aux assurés et des aides collectives au profit dassociations.LA BRANCHE ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLESLa branche ATMP et son organisme local CPAM gère les risques professionnels auxquels sontconfrontés les travailleurs. En tant que gestionnaire des risques professionnels, la branche ATMP : gère le système légal d’assurance des dommages corporels liés au travail : accidents du travail, accidents de trajet et maladies professionnelles. A ce titre, elle indemnise les victimes et fixe la contribution respective des entreprises au financement du système ; met en œuvre la politique de prévention des risques professionnels, visant à améliorer la santé et la sécurité des travailleurs.LA BRANCHE FAMILLELa branche famille et son organisme local : les Caisses D’allocations Familiales (CAF). Les CAF sontchargées de verser aux particuliers des aides financières à caractères familial ou social (prestationslégales). Elles assurent en outre, à l’échelle locale, une action sociale d’assistance technique et desubventions à des acteurs locaux de la vie sociale (mairies, crèches, MJC, etc.).LA BRANCHE VIEILLESSE ET VEUVAGE, RETRAITE,Caisse Nationale d’assurance vieillesse (CNAV). En matière d’assurance vieillesse et assurance veuvage.La branche dépendance (baptisée dans les médias : 5ème risque). Devrait permettre une prise en charge de ladépendance liée à la vieillesse ou au handicap, par la Sécurité sociale. Le débat, lancé en 2009 par N. Sarkosy,aboutit en 2011 à l’intention de créer un 5ème branche de la Sécurité sociale Mais la crise financière etéconomique sétant installée en 2011, le débat national sur la prise en charge de la dépendance et la création du"5ème risque", sest achevé sans quaucune réforme ne soit programmée. Page 46 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Régime général de la Sécurité Sociale Conditions douverture des Branche Caisse Missions droits Maladie - Moins de 20 ans, affiliation au régime des parents. - Avoir -Remboursement soins cotisé 60 fois le SMIC horaire au cours d1 mois (pour 1 an dindemnisation) ou 1030 fois le SMIC au cours d1 année pour 2 ans dindemnisation. -Versement des indémnités journalières Maternité Maladie CPAM - Déclaration à la Sécu 3 mois -Traitement feuilles maladie avant la grossesse. Invalidité - Aptitude au travail réduite de -Prévention 2/3 - Moins de 60 ans Décés -Action sanitaire - Compensation financière dans certains cas -Versement des aides financières aux familles (prestations légales) Famille CAF Cf tableau prestations -Assistance technique -Subventions -Assurance vieillesse et veuvage Vieillesse CNAV Cf retraite -Suivi de la carrière Accident du travail et CPAM -Médecine du travail maladieprofessionnelle3.2.5. ORGANISATION FINANCIERE DU REGIME GENERALLA BRANCHE RECOUVREMENT DE LA SECURITE SOCIALELAgence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) est la caisse nationale de la branche derecouvrement du régime général de la sécurité sociale.L’ACOSS assure la gestion de la trésorerie de la sécurité sociale et coordonne laction des unions derecouvrement des cotisations de sécurité sociale et dallocations familiales (URSSAF) qui, au niveaulocal, assurent lencaissement des cotisations et des contributions. Le régime général est financé à 70 % par ses cotisations sociales (versements obligatoires des non-salariés, employeurs et salariés acquérir le droit à des prestations sociales) pesant sur les revenus professionnels et de remplacement (allocation chômage). L’Etat contribue au financement à hauteur de 10 %. Cependant, la place des taxes et impôts : 20 % (produits pharmaceutiques, boissons alcoolisées, sodas, prime d’assurance automobiles, etc.) ne cesse d’augmenter. Page 47 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxNous évoquons ici les deux plus connues :LA CONSTIBUTION SOCIALE GENERALISEE (CSG)La CSG est une taxe, (instituée en 1990 par Michel Rocard), qui contribue au financement (18 % desressources) de la Sécurité Sociale. Elle recouvre aussi bien des contributions assises sur les salaires,que les revenus du patrimoine et des produits de placements.LA CONTRIBUTION POUR LE REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)La CRDS a été créée en 1996 par Alain Juppé sur le modèle de la CSG, afin de doter la Caisse d’amortissement dela dette sociale (CADES), structure créée pour gérer et apurer la dette sociale.Conçue à l’origine comme transitoire (5 ans), la CRDS a été régulièrement prolongée ; une loi organique en alimité la pérennité à 2017, en obligeant le gouvernement à compenser par des ressources supplémentairestoute hausse du besoin de financement.Rappel : cette organisation financière suppose non seulement des recettes mais également lintervention dedifférents organismes (ACOSS et URSSAF) regroupés dans la branche recouvrements que nous avons évoqués ci-dessus.3.2.6. LA GARANTIE DES RISQUES DU REGIME GENERALAu sein du régime général existent plusieurs assurances garantissant différents risques.L’ASSURANCE-MALADIEAccès aux droitsLassurance maladie reste marquée par son histoire et le régime dont dépend un assuré dépend de sonactivité professionnelle présente ou passée. Toutefois, pour les personnes ne remplissant pas les conditionsdaffiliation à un régime sur la base professionnelle mais résidant en France depuis au moins trois mois ensituation régulière, il existe une Couverture Maladie Universelle (Voir 3.2.6.).Lassuré ouvre droit aux prestations en nature de lassurance maladie et maternité à :  Son conjoint, concubin ou pacsé lorsquil ne bénéficie pas dun régime de protection sociale,  Les enfants à sa charge ou à la charge de son conjoint, concubin, pacsé jusquà 20 ans maximum.  Toute personne à la charge effective et permanente de lassuré ne bénéficiant pas dun régime de protection sociale.Afin de bénéficier de droits il faut justifier un certain nombre de conditions.  Avoir cotisé au moins 60 fois le SMIC horaire ou avoir effectué 60 heures de travail salarié au cours dun mois civil. Dans ce cas-là, la personne bénéficie du remboursement de soins pendant une année.  Avoir cotisé sur la base de moins de 1030 fois le SMIC horaire ou avoir effectué 1200 heures de travail salarié ou assimilé au cours de lannée civile. Dans ce cas-là la personne pourra bénéficier dune prise en charge allant jusquà deux années. Page 48 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxPrestationsL’assurance-maladie offre différentes prestations prise en charge des soins lorsque l’assuré est malade et donc dans l’incapacité de travailler, la CPAM lui verse un substitut de son salaire sous la forme d’indemnités journalières.Vidéo : les indemnités des arrêts maladies revus à la baisse : BF MTVDurée de versement.La durée de versement des indemnités journalières est de 360 jours par périodes de trois ans (saufmaladies de longues durées).MontantL’indemnité s’élève à la moitié du salaire brut journalier de la moyenne des trois derniers mois.LASSURANCE MATERNITÉL’assurance maternité offre différentes prestations : prise en charge des soins à 100 %, 6 mois avant la date présumée de l’accouchement et 8 semaines après congés maternité prénatal et postnatal, selon le nombre d’enfants attendus et le nombre d’enfants déjà à chargeDepuis le 1er janvier 2002, la loi octroie au père 11 jours consécutifs sous réserve qu’il cesse son activité.LASSURANCE INVALIDITÉL’invalidité se définit comme une réduction stabilisée de la capacité de travail. Cette réduction ne trouvant passa source dans un accident de travail ou une maladie professionnelle.L’assuré a droit à une pension (de 30 à 50 % des dix meilleures années de leur vie salariée) lorsqu’il présenteune invalidité réduisant des deux tiers sa capacité de travail.A noter qu’il faut être âgé de moins de 60 ans car après l’assurance vieillesse prend le relais, dont le montant nepeut être inférieur. La pension peut être révisée en fonction de l’évolution de la santé de la personne.LASSURANCE DECESDans la limité où la personne décédée exerçait une activité salariée (ou un revenu de remplacement de typechômage, rente accident du travail ou pension d’invalidité), le capital décès assure un capital aux ayant droits(conjoint ou pacsé, enfants, ascendants ou tout autre personne à charge totale, effective et permanente).LASSURANCE RISQUE PROFESSIONNEL : LES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIESPROFESSIONNELLES Page 49 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxEst considéré comme accident du travail31 « quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou àloccasion du travail à toute personne salariée travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour unplusieurs employeurs ou chefs dentreprise 32. Laccident na donc pas besoin davoir eu lieu au sein delentreprise.La loi assimile laccident de trajet à un accident du travail, sous certaines conditions.33La personne a droit à la prise en charge totale des dépenses de soins dans la limite des tarifs de remboursementgaranti par lassurance-maladie. En cas dincapacité provisoire, une indemnité journalière est due dès lepremier jour. Elle est égale à 60 % du salaire journalier de base pour les 28 premiers jours puis à 80 % à partirdu 29e jour.En cas dincapacité permanente de <10 % la personne a droit à un capital qui va varier en fonction du tauxdincapacité. Si l’incapacité est supérieure ou égale à 10 %, la personne a droit à une rente de manièrepermanente.LASSURANCE RETRAITELassurance retraite gère la retraite du régime général de la Sécurité sociale. C’est la retraite de base dessalariés de l’industrie, du commerce et des services. Sur 10 Français, 9 y ont cotisé, y cotisent ou y cotiseront.Depuis le 1er juillet 2011, l’âge légal de la retraite est passé à 62 ans. L’assurance retraite, basée sur le principede répartition, a vocation à fournir une pension de retraite à toute personne ayant cotisé.QUELQUES TERMES COURAMMENT EMPLOYEES  Ticket modérateur. Il sagit des frais qui restent à la charge de lassuré après remboursement de la sécurité sociale. Ces frais ont vocation à être pris en charge soient par les complémentaires santé, soit directement par lassuré si celui-ci nen possède pas.  La franchise médicale. Depuis le 1er janvier 2008, certains frais médicaux sont à la charge des Français. Les bénéficiaires de la CMU, les enfants de moins de 18 ans et les femmes enceintes en sont dispensés.  Lentente préalable : certains soins ne peuvent donner lieu à un remboursement quà la condition où la caisse a donné préalablement son accord. Labsence de réponse de la CPAM vaut acceptation.  Le tiers payant : permet déviter de faire lavance des frais pour la part sécurité sociale. Il faut justifier de ses droits au remboursement avec sa carte vitale ou autre.Le rapport de la cour des comptes sur le déficit de la SS343.2.7. LES GRANDS PRINCIPES DE PRISES EN CHARGELassurance maladie prend en charge :  Les frais de médecine générale et spéciale,  Les frais de soins et de prothèses dentaires,  Les frais pharmaceutiques et dappareillage,31 A noter qu’un dispositif de retraite pour "pénibilité" est mis en place. A compter du 01/07/2011, les assurés concernés peuventpartir à la retraite à taux plein dès 60 ans. La pénibilité se traduit par une incapacité permanente de travail d’au moins 20 %reconnue au titre d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail qui a entraîné des lésions identiques à cellesindemnisées au titre d’une maladie professionnelle.32 Article L. 411-1 du CSS. Cf lien du Code de la Sécurité sociale : Code de la Sécurité sociale33 Article L. 411-2 du CSS.34 News Letter Social RH N° 156 – Septembre 2010 Page 50 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux  Les frais danalyses et dexamens de laboratoire,  Les frais dhospitalisation et de traitement lourds dans les établissements de soins, de réadaptation fonctionnelle et de rééducation ou déducation professionnelle,  Les frais dexamen prénuptial,  Les frais afférents aux vaccinations dont la liste est fixée par arrêté,  Les frais relatifs aux examens de dépistage effectué dans le cadre de programmes de santé publique,  Les frais dhébergement et de traitement des enfants ou adolescents handicapés dans les établissements déducation spéciale et professionnelle, Les frais de transport des malades dans des conditions et limites tenant compte de létat du malade et du coût du transport.Le Haut conseil pour lavenir de lassurance-maladie préconise dans son rapport, en 2004 : «… Sans remettre encause luniversalité de la couverture nous devons être capables de faire des choix. Cest lautre changementimportant pour lassurance-maladie : loffre de soins est infiniment plus riche et variée qu’autrefois et la demandede biens médicaux croît sans cesse. Or tout ce qui est proposé nest pas à mettre sur le même pied, tout na pas lamême qualité, tout na pas la même pertinence pour bien soigner. Le système de financement sépuiserait à vouloircouvrir sans aucun tri tout ce que les industries et professions de santé peuvent offrir. Plus grave encore, celaépuiserait les possibilités autour de distribution de la richesse collective sur beaucoup dautres besoins sociauxessentiels… »CLAUSES DE REMBOURSEMENT DES SOINS ET PRODUITSAujourdhui, et depuis 2005, les nombreuses mesures prises contribuent à la mise en place progressive maisinexorable d’un système de santé à deux vitesses, dans lequel la part des assurances prend le pas sur la part deprotection sociale, accentuant la distinction de la qualité des soins en fonction des ressources des patients.Parmi ces mesures, de nombreuses visent à responsabiliser les patients en augmentant leur participation aufinancement de leurs soins et en agissant sur leur comportement sur celui de leur médecin, qui serait à loriginedune part importante du déficit de sécurité sociale, à travers la consommation excessive de médicaments.Les procédures d’attributionPour une prise en charge par lassurance maladie, les soins et produits doivent remplir deux conditions : Etre dispensés par un établissement public ou privé autorisé ou un praticien ou personnel paramédical dûment habilité à exercer, Figurer dans la nomenclature des actes professionnels ou sur la liste des médicaments et produits remboursables.3.2.8. LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLELa loi du 27 juillet 1999 portant création dune couverture maladie universelle met en place à compter du 01janvier deux droits fondamentaux pour laccès aux soins : Un droit immédiat à lassurance maladie pour toute personne en résidence stable et régulière sur le territoire, aussi bien métropolitain que dans les DOM ; Un droit pour les plus défavorisés, sous condition de ressources, à une couverture complémentaire gratuite, avec dispense davance des frais (tiers-payant).La couverture de base Page 51 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe premier volet, la Couverture de base, améliore laccès aux soins de personnes en situation de grandeexclusion, mais aussi de nombreuses personnes auparavant momentanément ou durablement dépourvues dedroit à lassurance-maladie.Il simplifie également nombre de situations, en posant le principe de la continuité des droits : une caisse nepourra cesser de verser les prestations que si une autre caisse prend le relais à un autre titre ou si lassuréquitte le territoire national.la couverture complémentaireLa loi sur la CMU prévoit pour les personnes affiliées à lassurance personnelle qui est supprimée une affiliationau régime général sur critère de résidence. Seuls les assurés dont les revenus fiscaux dépassent un seuil,paieront une cotisation, calculée sur les revenus excédant ce seuil. Le second volet, la création dune couverturecomplémentaire gratuite, au titre de la solidarité nationale, sajoute à la prise en charge des soins parlassurance maladie.Cette réforme touche les 10 % les plus défavorisés de la population, répondant à des critères de ressources etde résidence.3.2.9. L’AIDE MEDICALE DE L’ETAT.L’Aide Médicale de l’Etat (AME) vise à permettre l’accès aux soins des personnes étrangères résidant enFrance, de manière irrégulière (absence de titre de séjour ou de récépissé de demande), depuis unedurée ininterrompue de trois mois minimum et ayant sur le territoire français leur foyer ou leur lieu deséjour principal.  La demande d’aide médicale est instruite par les caisses d’assurance maladie du régime général.Les soins de maladie et de maternité sont pris en charge à 100 % pour les bénéficiaires de l’AME, de même que le forfait hospitalier.  Le droit aux prestations de lAME est conditionné par le paiement dun droit annuel de 30€ par bénéficiaire majeur.Plus de 200 000 personnes ont eu accès à l’aide médicale de l’Etat en 2010.3.3. LES PRESTATIONS SOCIALES FACULTATIVES3.3.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES35Au-delà du suivi global au plan national des politiques confiées aux collectivités locales, la décentralisation,dont l’objectif demeure l’adaptation à des contextes locaux différents dans des limites posées par la loi,implique une connaissance territorialisée. Si de façon générale les collectivités locales interviennent pour unepart limitée, leur participation diffère cependant selon la richesse des territoires d’une part et des besoins de lapopulation d’autre part.Les départements, régions et communes disposent d’une marge d’action dans la mise en œuvre de leurscompétences sociales, dans le respect des règles d’accès fixées par la loi, en fonction de leurs caractéristiquesdémographiques, de leurs ressources fiscales ou encore de leurs choix politiques. Les collectivités localespeuvent ainsi, à titre facultatif, engager des actions sociales en complément de leurs obligations légales ou desaides dispensées par d’autres collectivités ou organismes.35 Aide et action sociales des collectivités locales : évolution des bénéficiaires et des dépenses depuis vingt ansDocument PDF de Katia Julienne en lien ci-après - Aide et action sociales des collectivités Page 52 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLES REGIONSLes régions disposent de compétences en matière de formation, en particulier pour l’accès à l’emploi desjeunes de 16 à 25 ans en difficulté et confrontés à un risque d’exclusion professionnelle.L’ACTION SOCIALE FACULTATIVE DES DEPARTEMENTS ET DES COMMUNESDepuis les lois de décentralisation entrées en vigueur au début des années quatre-vingt, les départementsexercent des compétences renforcées en matière sanitaire et sociale.Les départements ont en charge  L’aide sociale à l’enfance (ASE),  Les services de la protection maternelle et infantile (PMI),  Une partie de l’aide aux familles, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et aux personnes en difficulté.Nombre de départements mais aussi de communes engagent des actions sociales complémentaires dans lerespect des compétences tant des autres collectivités locales que des organismes de sécurité sociale. La distribution de repas ou de colis alimentaires, le règlement de factures de gaz ou d’électricité, des aides exceptionnelles ou des aides spécifiques pour les personnes surendettées.Quelques départements mènent des actions spécifiques dans le domaine du logement social ou allouent desaides à des propriétaires aux revenus modestes pour effectuer des travaux indispensables.En matière d’aide à l’enfance et à la famille, les départements versent parfois des subventions : Aux crèches, Centres de loisirs ou Haltes garderies pour diminuer le coût à la charge des familles.Des actions de soutien à la parentalité prennent la forme de Subventions à des associations, Organisation de points de rencontre entre parents et enfants pour l’exercice du droit de visite dans un lieu neutre ou encore un service d’écoute téléphonique.Les aides en direction des jeunes prennent en général la forme de soutiens à la formation (prêt d’honneur,prise en charge des intérêts bancaires des prêts étudiants...) Ou de participation au financement de structuresde vacances et d’activités de loisirs de proximité.LES COMMUNESL’action sociale communale intervient, par ailleurs, en complément de l’aide légale ou facultative miseen oeuvre par les départements.Les communes exercent principalement leurs responsabilités sociales par le biais des CCAS (Centre Communaled’Action Sociale). 36 36 En 2011, 83 % des CCAS ont constaté une augmentation globale des demandes d’aides extralégales, soit 4 % de plus qu’en2010 et 8 % de plus qu’en 2009, enquêteUnion nationale des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (Unccas). Page 53 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux3.1.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES ORGANISMES DE PROTECTION SOCIALE Une mutuelle est une société de personnes à but non-lucratif organisant la solidarité entre ses membres, et dont les fonds proviennent des cotisations des membres. Le fonctionnement des mutuelles est régi par le code de la mutualité. Les mutuelles en France agissent en complément de la Sécurité sociale obligatoire. Ainsi, les mutuelles proposent notamment des complémentaires santés et des complémentaires retraite.37DISTINCTION ENTRE ASSURANCES ET MUTUELLESL’article 1 du Code de la mutualité définit les mutuelles comme : « des personnes morales de droit privé à butnon lucratif. Elles acquièrent la qualité de mutuelle et sont soumises aux dispositions du présent code à daterde leur immatriculation au registre National des mutuelles. Elles mènent notamment au moyen de cotisationsversées par leurs membres, et dans l’intérêt de ces derniers et de leurs ayant droit, une action de prévoyance,de solidarité et d’entraide, dans les conditions prévues par leurs statuts afin de contribuer au développementculturel, moral, intellectuel et physique de leurs membres et à l’amélioration de leurs conditions de vie ». 38Les compagnies dassurances dépendent, elles, du code des assurances. Elles ont un objectif lucratif et leurorganisation nest pas démocratique mais entrepreneuriale39.Une mutuelle santé se distingue dune compagnie dassurance sur plusieurs points :  Le fonctionnement interne est égalitaire, il nest pas lié à lapport de capital : chaque adhérent possède une voix dans les délibérations (caractéristique de la société de personnes, à lencontre de la société en participation de capital) ;  Les fonds propres varient selon les cotisations ;  Le but non-lucratif : tout excédent est réparti au sein de la mutuelle entre les membres ;  Les cotisations sont indépendantes du risque individuel de ladhérent : il nexiste pas de sélection selon létat de santé de ladhérent (le questionnaire médical est interdit). Cependant, le risque est parfois partiellement maîtrisé par la catégorisation de la mutuelle (mutuelle denseignants, de cadres, détudiants...),  Elle est régie par le code de la mutualité. LE NOUVEAU CODE DE LA MUTUALITELes mutuelles, sous la pression du cadre concurrentiel imposé par la globalisation, tendent à devenir desorganismes financiers. Comme le soulignent certains articles du nouveau code de la mutualité, dont nous allonsdécouvrir ci-dessous quelques extraits : « Les mutuelles peuvent faire varier le montant des cotisations enfonction de l’âge des membres et peuvent aussi instaurer des différences dans le niveau des prestations en fonctiondes cotisations payées ou de la situation familiale. Art. L.112-1…/… Elles sont autorisées à former un groupe avecdes institutions de prévoyance ou avec des cies d’assurances et faire appel à l’épargne en vue de capitalisation etengendre une politique commerciale, technique et financière commune. Elles peuvent instaurer des contratsd’assurance-vie comme les cies d’assurance. Art. L.212-7 ».Ces exemples illustrent la direction prise par une mutualité qui, avec ce nouveau code, rejoint les sociétésd’assurances privées et se retrouve ainsi plongée dans la financiarisation du marché et les flux boursiers. Face à37 Wikipédia38 Art. L111-1 alinéa 1 du code de la mutualité39 Le contrat dassurance est un contrat par lequel un organisme dit "lassureur" - qui pour pratiquer lassurance doit être autorisé par le Ministèredes Finances à exercer ce type dactivité - sengage envers une ou plusieurs personnes déterminées ou un groupe de personnes dites les"assurées", à couvrir, moyennant le paiement dune somme dargent dite "prime dassurance", une catégorie de risques déterminés par le contratque dans la pratique on appelle "police dassurance". Cette activité sexerce dans de très nombreux secteurs (assurance de dommages, assurancede responsabilité, assurance vie, assurance-crédit notamment)39. Page 54 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxce changement, les petites mutuelles ont été mises devant la nécessité d’être remplacées par des unions quisont financièrement assez solides pour tenir la concurrence.Avec le désengagement progressif de la sécurité sociale, les dépenses de santé pèsent de plus en plus sur lebudget des assurés, les mutuelles parlent de relever les cotisations de 7 %.  Libération, 6 novembre 2011« Le taux de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), s’appliquant aux «contrats solidaires etresponsables» - qui représentent la quasi-totalité des contrats proposés par les complémentaires santé -, va ainsipasser de 3,5% à 7% ».Article Libé : un nouvel impôt sur la santé  Libération, 16 novembre 2011« Sur leur lancée, ils ont aussi supprimé le doublement de la taxation des complémentaires de santé (de 3,5 à 7%).Cette mesure, censée rapporter 1,1 milliard d’euros et votée à l’Assemblée, avait provoqué l’ire de la gauche, laMutualité française menaçant de répercuter la hausse sur les patients avec une augmentation moyenne des tarifsdes mutuelles de 4,7% ». Article LIbé : le budget de la SS revu en profondeur3.1.2. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES EMPLOYEURSLES MUTUELLES D’ENTREPRISES Dans un contexte difficile où lon constate une baisse du niveau des régimes obligatoires, un déséquilibre démographique grandissant entre les actifs et les retraités, le système de solidarité actuel atteint ses limites. Les offres mutualistes d’entreprises répondent à cette inquiétude en faisant bénéficier de conditions tarifaires collectives (et donc négociées avantageusement) aux salariés. L’entreprise participe (généralement à hauteur de 50%) à la cotisation des salariés. Pour l’employeur, ces montants sont déduits du résultat imposable et exonérés de charges sociales dans les limites réglementaires (loi Evin de défiscalisation).En termes de protection sociale, les mutuelles proposent aux entreprises une protection sociale collectiveadaptée à leurs besoins en :  Frais de santé (avec plusieurs niveaux de garantie : unique familiale ou célibataire), remboursements complémentaires à ceux de la Sécurité sociale.  Prévoyance (incapacité, invalidité, décès, etc.).  Retraite par capitalisation (dispositif d’épargne cotisée, qui est déductible de l’impôt sur les sociétés pour l’employeur).  Epargne salariale (dispositif d’épargne du salarié, également déductible de l’IS).LE PRET EMPLOYEUR OU 1 % LOGEMENT.Les salariés peuvent obtenir, auprès de leur employeur, des prêts pour acheter leur résidence principale ou yréaliser les travaux grâce au prêt employeur ou 1 % logement. Dans la majorité des cas, il est accordé quel quesoit le montant des revenus du demandeur. Ce dispositif est mis en place uniquement dans les entreprises deplus de 10 salariés. Celles-ci sont tenues de consacrer une somme égale à 0,45 % des salaires versés pourfavoriser le logement des salariés cette participation, fixée initialement à 1 % varie dans les faits de 1,5 % à 3%. Page 55 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxAIDES FACULTATIVES AU TRANSPORTLes employeurs peuvent verser 200 € par an maximum 50 % des titres dabonnement aux transports collectifs.L’ensemble de ses mesures, que les assureurs nomment aujourd’hui « périphérique de rémunération »,constitue de plus en plus un solide attrait pour les salariés, au-delà de la rémunération de base. Page 56 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux4. OFFRE DE SERVICES4.1. LES ENJEUX MODERNES DE LA SOCIÉTÉ Comprendre les phénomènes sociaux (sociologie, anthropologie, socialisation, etc.), les anticiper (prévention, épidémiologie, sensibilisation, etc.), organiser une offre globale et cohérente au niveau national et/ou international, (politques internationnales, politiques sociales, etc.), tels sont les enjeux modernes de notre société.4.1.1. L’ANALYSE : DIFFÉRENCIER DES PUBLICS ET DÉFINIR DES RISQUESL’aide et l’action sociale en France, au-delà d’un panel de prestations, sont également un ensembled’offres de services proposés à différentes catégories d’usagers, selon les publics : familles et enfants,retraités, personnes âgées et/ou dépendantes, personnes handicapées et personnes concernées par lamaladie, par l’exclusion sociale, étrangers, etc.Une fois ces catégories établies, une politique sociale cohérente nécessite de se définir en fonction de la naturedes risques : ainsi la prévention, l’aide, les soins, la rééducation, l’insertion ou réinsertion sociale.Organiser la préventionLa prévention (on parle aussi de risques, prévision, protection) est une attitude et/ou lensemble demesures à prendre pour éviter quune situation (sociale, environnementale, économique..) ne sedégrade, ou quun accident, une épidémie ou une maladie ne survienne.Ex : dans le cas de la tempête Xynthia, dans le Calvados, en 2010, on évoqua dans le même temps les 47 morts, lemilliard d’euros de la facture finale, l’efficacité des services de secours et la politique de construction le long dulittoral. L’arrivée d’un évènement tragique met donc en échec la tentative de prévention qui aurait dû en découleret en bouleverse toutes les données.La politique de prévention consiste donc ;  A limiter le risque, cest la prévention proprement dite : mesures visant à prévenir un risque en supprimant ou en réduisant la probabilité doccurrence du phénomène dangereux ;  A prévoir des mesures pour combattre le « sinistre » si celui-ci survient, cest la prévision ; on parle également de protection : mesures visant à limiter l’étendue ou/et la gravité des conséquences d’un phénomène dangereux, sans en modifier la probabilité doccurrence.La prévention, à une « juste mesure et au bon moment », est donc identifiable : c’est laction la plus efficace et apriori celle qui limite le risque quil y ait des victimes. Mais une vision à plus long terme que le politique estnécessaire, car une prévention qui semble pertinente et efficace à court terme peut avoir à long terme un effetinverse de celui qui était recherché (ainsi « trop dhygiène » ne permettant plus à lindividu dentretenir uneimmunité normale face aux microbes et parasites)Aujourd’hui, les politiques de prévention sont au carrefour de mouvements de sociétés ou se mêlent le sacré, leculturel, l’argent, et ont parfois du mal à jouer leur rôle repère sur des sujets comme l’alcool, le jeu, le tabac, laprostitution, etc. Page 57 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxPREVENTION ET SENSIBILISATION : le Ministère des Affaires sociales et de la SantéLa Santé Publique française a dabord relevé des œuvres charitables dindividus ou établissements etcongrégations religieuses. Suite aux grandes épidémies de choléra du XVIIème siècle, l’Etat a commencé àlencadrer, a créé le premier Ministère de la santé publique. Quelques décennies plus tard, suite à la pandémiede grippe espagnole de 1918, la société des nations a décidé de créer lOMS.La Nouvelle Santé Publique repose sur une meilleure compréhension de la façon dont les styles de vie et lesconditions de vie (dont facteurs sociologiques et environnementaux) déterminent la santé. Limportanced’autres secteurs en dehors du secteur de la santé et la nécessité de mobiliser les ressources et les appuispolitiques sont également soulignées. Les problèmes sont définis dans un contexte plus global, conduisant à despréoccupations plus environnementales. Comme avec tout ce qui est labellisé «nouveau», cette expression a étéintroduite pour marquer une renaissance de la santé publique en contraste avec une tradition stéréotypée.Le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, sous la direction de Marisol Touraine, développe tout au longde l’année des campagnes de prévention sur le tabac, la drogue, la contraception, le cancer, etc. en direction desmédias, des écoles, des entreprises, etc.LORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE (OMS),L’OMS est une institution spécialisée de lOrganisation des Nations unies (ONU) pour la santé publique. Cetteorganisation dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situeà Genève, en Suisse.Selon sa constitution, lOMS a pour objectif damener tous les peuples du monde au niveau de santé le plusélevé possible, la santé étant définie dans ce même document comme un « état de complet bien-être physique,mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou dinfirmité ».LES ONGUne ONG est une organisation de la société civile, d’intérêt public ou ayant un caractère humanitaire, qui nedépend ni d’un Etat, ni d’une institution internationale. Un ONG décide de manière autonome des actionsqu’elle engage. Ses membres sont en grande partie des volontaires bénévoles, le plus souvent organisés enassociation. Ses ressources proviennent des fonds publics ou privés.Son action peut prendre la forme d’intervention de première urgence pour secourir des populations en dangeren cas de catastrophe naturelles, de guerres, d’exodes, d’épidémies, etc. Les ONG entreprennent aussi desprogrammes à plus long terme, moins médiatisés, d’aides au développement : éducation, santé, droits del’homme, développement durable, etc.Quelques ONG : Médecins Sans Frontière, Médecins de Monde, La Croix-Rouge, Handicap International, ActionContre la Faim, Amnesty International, ATD Quart-Monde, Terre des Hommes, Greenpeace, Attac, etc.LES FONDATIONSLa fondation se distingue de l’association par le fait qu’elle ne résulte pas du concours de volonté de plusieurspersonnes pour œuvrer ensemble, mais de l’engagement financier et irrévocable des créateurs de la fondation,qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. Une fondation, c’est avant tout de l’argent privé mis à dispositiond’une cause publique. À linverse dune association, une fondation ne comporte pas de membres. Elle est dirigéepar un conseil dadministration, dont les membres peuvent être composés en partie par les fondateurs, maisaussi de membres de droit et de membres cooptés élus.RECONNAISSANCE DUTILITÉ PUBLIQUE Page 58 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa reconnaissance dutilité publique, abrégé par le sigle RUP, est une procédure de droit français par laquellelÉtat reconnaît quune association ou une fondation présente une utilité publique, ce qui lui permet debénéficier davantages spécifiques, mais lui confère aussi une légitimité particulière.La reconnaissance se fait suite à la demande de lassociation ou de la fondation. La demande, qui doit êtreaccompagnée des statuts, et pour les fondations, dun bilan prévisionnel concernant les trois premières annéesdactivité, doit être faite auprès du ministère de lIntérieur. Celui-ci fait procéder, sil y a lieu, à linstruction dudossier. Dans ce cas, la demande est transmise pour avis au Conseil dÉtat. Le cas échéant, la reconnaissancedutilité publique se fait par décret en Conseil dÉtat.4.1.2. LA SOCIALISATIONAdaptation d’un individu aux contraintes de la vie sociale (Larousse) Comment la société construit-elle lesindividus ? Quels sont les processus sociaux à travers lesquels nous devenons ce que nous sommes ? La socialisation est un processus dapprentissage qui permet à un individu dacquérir les modèles culturels de la société dans laquelle il vit et agit. Elle est le résultat à la fois dune contrainte imposée par certains agents sociaux, mais aussi et surtout dune interaction entre lindividu et son environnement. Il s’agit de toujours poser la question de la socialisation comme une question empirique, qui se construits et se résout dans l’analyse des matériaux recueillis lors d’enquêtes de terrain, et d’autre part de ne pas hésiter à se situer au niveau microsociologique de l’individu pour identifier l’effet des structures sociales. Vidéo : L’enfant sauvage. De François TruffautAPPRENTISSAGE OU INTERACTION ?Deux définitions de la socialisation coexistent :  Lune assez normative : la socialisation est le processus par lequel la société attire à elle lindividu, à travers lapprentissage méthodique de règles et de normes par les jeunes générations ; elle favorise et renforce lhomogénéité de la société.  Lautre plus dynamique : la socialisation correspond au processus par lequel lindividu sapproprie les règles dune organisation, à lensemble des interactions par lesquelles se construit lidentité sociale. Il existe des phénomènes de socialisation réciproque entre générations, par exemple entre enfants, parents et grands parents, les enfants initiant souvent les parents à linformatique ou aux cultures récentes.Lindividu intériorise un certain nombre de normes et de valeurs propres au groupe social dans lequel il vit. Lesvaleurs sont les manières quune société considère comme devant être respectées. Il sagit didéaux partagéspar les membres de cette société : sens de leffort, réussite professionnelle, solidarité… Les normes en sontlincarnation plus concrète, dans une société elles désignent tout ce quun individu peut ou ne peut pas faire, ilsagit donc de la traduction des valeurs en lois : être ponctuel à son travail, cotiser à la sécurité sociale, etc.SOCIALISATION PRIMAIRE ET SECONDAIRELe sociologue Pierre Bourdieu nous invite à distinguer : la socialisation primaire qui s’effectue au cours del’enfance et de l’adolescence de la socialisation secondaire qui s’effectue durant toute la vie. On intègre deséléments socioculturels de son milieu à notre personnalité sous l’influence d’expériences et d’agents sociaux.LA SOCIALISATION PRIMAIRE.La force de la socialisation primaire sexplique parce que l’enfant est un être particulièrement influençable surlequel les premières expériences ont une forte prise, parce quil a véritablement besoin, à ce moment-là, delinfluence des personnes qui l’entourent pour ne pas être un animal, parce que, à cet âge de la vie, les Page 59 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxinfluences socialisatrices sont de fait imposées à lenfant, qui ne choisit ni ses parents ni laction quils vontavoir sur lui, mais également parce que cette contrainte particulière qui pèse sur lenfant saccompagne d’uncontexte affectif qui donne sa tonalité particulière, et partant son efficacité, à la socialisation primaire, et enfin,parce que ces premières expériences vont constituer des filtres par lequel lindividu va ultérieurementpercevoir le monde extérieur et sélectionner, dans ce qui lui arrive, les événements, les personnes ou lesperceptions qui ne remettent pas en cause la manière dont ces premières expériences l’ont construit. C’est aunom de ces raisons que lon peut penser que lindividu est profondément forgé par léducation quil a reçuependant son enfance40.Cet espace-temps de la socialisation primaire est essentiellement tourné vers le cocon familial, il en faudrait paspour autant en déduire qu’il se vit en circuit fermé, la famille étant elle-même incubé dans un contextesocioculturel. Un acteur majeur de différenciation des socialisations est lorigine sociale des enfants parlappartenance de place des parents.Leffet symbolique des conditions matérielles dexistence.Dune certaine façon, on peut donc dire que toute enquête statistique qui fait apparaître lorigine sociale commefacteur explicatif dune pratique sociale quelconque sous-entend lexistence deffets liés à la socialisationprimaire.Les catégories socioprofessionnelles peuvent être considérées comme des résumés de socialisation de classe,qui condense les traits communs de ces socialisations, et toute enquête qui met en lumière les traitsdifférentiels de lappartenance sociale sur les pratiques ou les représentations réaffirment le poids de lasocialisation primaire.Les conditions matérielles de vie induisent ainsi un rapport aux contraintes économiques et à lespace quidifférencie profondément les socialisations bourgeoises et populaires. Ces conditions de socialisationsdifférentes induisent « un rapport spécifique à lespace, à son propre corps et au corps des autres » et engagelintériorisation de la place occupée dans la société en même temps que de ce rapport à lespace.Cependant lexpérience du dénuement en milieu populaire ne signifie pas que les enfants y soient moins bien« gâtés ». En effet, les contraintes économiques ne dessinent pas à elles seules les modalités de la socialisationde classe. La culture de classe, quelle soit bourgeoise populaire, intervient. Cest à la lumière de cet aspect de laculture populaire que Richard Hoggart 41 interprète à la fois les soins aux nourrissons et aux enfants, lachat desjouets très coûteux par rapport au budget familial qui leur sont destinés, ou la manière dont les parents lesnourrissent (les surpoids et obésité enfantins en milieu populaire pourraient constituer « la face noire » de cespratiques). Cet aspect des socialisations populaires peut servir aujourdhui à interpréter la grande permissivitésur les usages de la télévision, des jeux vidéos ou lheure du coucher, et les cadeaux onéreux aux enfants, noncomme un laxisme irresponsable, mais bien comme une disposition socialement produite à « saisir les bons semoments » quand ils existent42.Une socialisation primaire plurielle.Il est difficile d’imaginer un monde où l’enfant ne serait en contact, même au cours de ses premières années,qu’avec ses parents. La socialisation primaire dépasse donc le simple cadre familial. On distingue, commeautres influences principales : L’hétérogénéité familiale : tous les membres d’une même famille ne sont pas forcément porteurs des mêmes normes ni des mêmes dispositions. Les variations des modes de gardes. L’action des professionnels de l’enfance et des normes d’éducation. L’influence des pairs et des industries culturelles. L’école, plaque tournante de la socialisation primaire.40 ème « La socialisation, 2 édition ». Muriel Darmon. Editions Armand Colin. 2011. Page 1141 R. Hoggart. « La culture du pauvre ». Paris. Minuit. 1970. Page 68.42 « Quartiers populaires : l’école et les familles ». D. Thin. Lyon. PUL. 1998. Page 121 Page 60 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLA SOCIALISATION SECONDAIRELa socialisation secondaire, ou re-construction de l’individuSi la socialisation primaire a pour effet de construire un individu, la situation de départ est fort différente dansle cas de la socialisation secondaire. Elle ne « crée » ni ne « produit » un individu social mais doit faire avec,dune manière ou dune autre, les produits antérieurement incorporés au cours de la socialisation primaire quiont fait de lindividu ce quil est devenu. Une socialisation secondaire est donc nécessairement unereconstruction et lun des enjeux de son analyse est de comprendre ses rapports avec la socialisation primaire.La vulnérabilité de la socialisation secondaire.Alors que lenfant intériorise le monde familial comme sur le seul monde, l’adulte peut intégrer le monde de sontravail de manière située et relative et le processus de socialisation ne donnera donc pas lieu à une même «incrustation » de ces produits dans lindividu. Contrairement aux produits de la socialisation primaire qui sont« très difficilement désintégrées », les produits de la socialisation secondaire sont donc vulnérables à ladestruction.Le problème de larticulation.Puisque la socialisation primaire est si puissante et que ces produits sont aussi « incrustés » dans lindividu,comment est-il possible quil y ait autre chose après elle, cest-à-dire des socialisations ultérieures ? Leproblème nest plus de comprendre larticulation de socialisations plurielles et largement concomitantes, maisdenvisager la dynamique temporelle de socialisations diverses et successives. La cohérence entre lesintériorisations originelles et nouvelles, et notamment le fait que la socialisation secondaire doit « traiter avecun moi déjà formé et avec un monde déjà intériorisé ».Pour illustrer cette idée, prenons lexemple de lapprentissage dune seconde langue en la construisant sur laréalité de sa langue « maternelle ». Le temps passant, si lapprentissage et la pratique de la langue sontsuffisamment soutenus, il devient graduellement possible de penser directement dans la nouvelle langue, mais il estrare d’y acquérir une aisance tout à fait équivalente. Cette métaphore montre bien que les analyses en termes desocialisation secondaire ne peuvent pas esquiver la question de la séquence temporelle et socialisation et delarticulation de leurs produits.D’AUTRES TERRAINS DE SOCIALISATION SECONDAIRESLa force socialisatrice du travail.Le travail, c’est : apprendre à coopérer, faire l’apprentissage des interactions structurées (hiérarchiquessouvent) et réglementées, donner un sentiment d’utilité, une fierté (de ses compétences), donner une identitésociale.La force socialisatrice attribuée au travail est souvent due aux réactions collectives face au travail. Relationsd’amitiés, syndicalisme, action collective, conscience de classe.Les déficiences de la socialisation par le travail.Pendant les Trentes glorieuses, le travail a été abondant. Il a donné accès à un certain bien être matériel, à unesécurité matérielle. Les cadres et professions intermédiaires ont pu bénéficier d’opportunités de promotionsociale via le travail. Les classes populaires ont pu caresser l’espoir d’une ascension sociale de leurs enfants, parles études. Enfin, les mouvements sociaux, le syndicalisme, le militantisme, tous étroitement liés à la sphèreprofessionnelle, ont offert un espoir d’amélioration à ceux qui bénéficiaient le moins du nouveau rapportsalarial instauré par le mode de régulation fordiste.Depuis la crise, la montée du chômage et de la précarité, le travail s’est raréfié et a partiellement cessé dedonner accès à des positions sociales stables. L’intégration sociale en a beaucoup souffert. On peut repérer Page 61 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxdifférents degrés de "mal-intégration" sociale. Avec le chômage, sont apparues de situations de pauvreté, deprécarité, et enfin d’exclusion.La meilleure preuve de l’importance du travail comme agent d’intégration sociale est sans doute à rechercherdans l’examen des relations entre chômage et suicide (forme ultime de la non-intégration sociale). Alors quedurant les Trentes glorieuses, le suicide ne semblait pas aussi dépendant de la situation économique, depuis lacrise, on observe une corrélation très forte entre chômage et suicide.43Enfin, l’intensification des pressions psychologiques (obligation de productivité et d’adaptation) et de laconcurrence entre employés dans les nouvelles formes d’organisation du travail affaiblissent les vertusintégratrices du travail. Les maladies professionnelles, les cas de suicide au travail illustrent les limites del’intégration par le travail. L’intégration même de « départ négocié » dans le Code du travail montre bien uneévolution des rapports employés/employeurs qui tend à désacraliser le travail.La socialisation conjugale.La vie en couple se traduit pour les deux conjoints par lintériorisation dun univers partagé de référence etdaction. Une illustration en est donnée avec le « nettoyage » amical qui peut affecter le réseau de sociabilité delun des conjoints, certains amis étant perdus de vue suite au mariage, ce qui ne tient pas ni à une décisiondélibérée de lun des conjoints, ni un travail de sape de lautre, mais bien à un processus de socialisationconjugale qui redéfinit de manière invisible le rapport au monde, les bons et les mauvais amis. La force duprocessus à loeuvre le rapproche donc de la socialisation primaire, mais sa structure est cependant différente.Tout dabord, lindividu y est davantage actif et collabore à la définition des contenus de la socialisation.Pourtant, il est très peu conscient de lexistence même de cette socialisation conjugale, alors que lenfant se sentet se sait formé par ses parents. Les conjoints ont certes limpression que la vie commune leur a permis dedécouvrir qui ils étaient vraiment et de se rendre compte de ce quils aimaient vraiment mais ce quilsperçoivent sous langle de la découverte de soi est en fait la construction de leur vie commune : ils ne se sontpas chacun découverts, mais bien transformés lun lautre44.La socialisation par les groupes ou les groupementsCest-à-dire une forme de socialisation exercée au sein de groupes plus ou moins institutionnalisés dindividusen dehors du travail ou de la famille. Le quartier pavillonnaire peut ainsi être le lieu dune « socialisationsecondaire résidentielle ». Même un groupe faiblement organisé peut être une instance de socialisation, moinsscolaire et plus diffus mais qui nen sont pas moins opérante, telles celles qui reposent sur la fréquentationassidue des camarades qui favorisent lincorporation des façons dêtre, de parler, par imprégnation.La socialisation des institutionsCertaines institutions constituent des exemples classiques « dappareils à transformer les individus », telles quele couvent, lécole, lusine, lhôpital, la prison, ou encore larmée. Michel Foucault montre plus précisément queces institutions « corrigent », « dressent » et « fabriquent » les individus au moyen de la surveillancehiérarchique, de la sanction normalisatrice et de leurs combinaisons dans la procédure de « lexamen »45.Événements et volontéA lécart de la socialisation ? Si institutions sont des instances typiques de socialisation, cest probablementparce quelles possèdent ce qui apparaît comme une condition sine qua non pour la transformation desindividus : elles peuvent encadrer leur vie pendant le temps nécessaire à linculpation de dispositions. Est-ce à43Suicide et intégration(PDF, 44.4 ko)44 « La construction sociale de la réalité » P. Berger. Diogène. Pages 307 à 334.45 « Surveiller et punir » M. Foucault, Paris. Gallimard. 1975. Pages 159-227. Page 62 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxdire quil ne peut y avoir de socialisation en labsence dun tel dispositif, dans un temps court et lorsquelindividu est seul ? Lévénement et la volonté individuelle sont souvent présentés comme des exceptions à lasocialisation, alors quils peuvent très bien opérer comme des instances sociales socialisatrices. Tout commelévénement, la volonté et leffort individuel sont souvent pensés comme un mode de transformation de lapersonne qui échappe à la socialisation. Dans cette optique, la transformation de soi manifesterait une sortedarrachement aux pesanteurs sociales au cours duquel lindividu serait son propre socialisateur. On peuttoutefois soutenir que même dans ce qui se donne à voir comme un effet de volonté, il nest jamais inutile derechercher laction influences sociales et socialisatrices.4.1.3. L’INSERTION, REINSERTIONEléments de définition« L’insertion sociale est laction visant à faire évoluer un individu isolé ou marginal vers une situationcaractérisée par des échanges satisfaisants avec son environnement. C’est aussi le résultat de cette action, quisévalue par la nature et la densité des échanges entre un individu et son environnement.»46Jean-Yves Barreyre donne l’origine étymologique du mot « insérer » du latin in-sere, qui signifie « introduiredans ». Linsertion couvre lensemble des rapports de la personne avec son environnement social. Être insérésignifie avoir une place, être assuré de positions sociales différenciées et reconnues (statut, rôles, etc.)Le concept dinsertion est indissociable du concept de socialisation car pour être inséré, l’homme doitintérioriser un ensemble de valeurs, de normes, de règles communes. Marc Lorio, pour sa part, cite Durkheim pour définir le concept d’insertion : « un groupe ou une société sont intégrés quand leurs membres se sentent liés les uns aux autres par des croyances, des valeurs, des objectifs communs, le sentiment de participer à un même ensemble sans cesse renforcé par des interactions régulières ». L’insertion sociale revêt donc plusieurs dimensions, que ce soit au niveau professionnel, du logement, culturel ou encore de la santé.On évoquera d’une part la notion de réinsertion sociale en parlant d’une personne (ou de sa situation) en tantqu’exclu (intégralement ou partiellement) à un moment donné de la société et d’autre part la notion deprotection sociale en parlant d’une personne (ou de sa situation) en tant qu’incapable (au sens juridique).Il y a ainsi un enchaînement de situations sociales : - socialisation (primaire puis secondaire) – insertion(sociale, scolaire, professionnelle) – marginalisation (on est dans la limite de l’acceptable quand lamarginalisation est éthique, par exemple les artistes ou les aventuriers sont des marginaux « intégrés ») –exclusion – désocialisation – réinsertion.Pour des motifs qui sont aussi bien d’un ordre culturel (l’éclatement de la cellule familiale), cultuel,philosophique qu’économique ; la société contemporaine, bien que plus tolérante par certains aspects, ne peutadmettre l’exclusion comme avant (le clochard, l’idiot du village, les personnes âgées) qui pouvaient êtredésocialisés sans être exclus.4.1.4. L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉDifférentes modalités et structures permettent de répondre à la difficulté scolaire et au handicap. Cela peutaller dun aménagement particulier en milieu ordinaire à une scolarisation en structure spécialisée. Dans laprise en charge globale dun enfant on distingue généralement trois champs dintervention : léducatif(renvoyant à léducation spécialisée), le pédagogique (renvoyant au scolaire) et le thérapeutique.46 Selon lIDRIS (Index International et Dictionnaire de la Réadaptation et de l’Intégration Sociale) Page 63 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Métiers : L’enseignement spécialisé du 1er degré (CAPAH-SH)Lenseignant spécialisé exerce auprès délèves présentant des besoins éducatifs particuliers liés à une situationde handicap, une maladie ou des difficultés scolaires graves, en recherchant pour chacun deux les conditionsoptimales daccès aux apprentissages scolaires et sociaux.Difficultés scolaires à l’école primaire, les PPRE et les RASEDDès lâge de 3 ans, si leur famille en fait la demande, les enfants handicapés peuvent être scolarisés à lécolematernelle. Pour répondre aux besoins particuliers des élèves handicapés, un projet personnalisé descolarisation organise la scolarité de lélève, assorti des mesures daccompagnement décidées par lacommission des droits et de lautonomie des personnes handicapées (CDAPH). La scolarisation peut êtreindividuelle ou collective, en milieu ordinaire ou en établissement médico-social.Sigle signifiant "Programme Personnalisé de Réussite Educative". Le PPRE est censé cibler des difficultésparticulières repérées dans les évaluations nationales pour les travailler de manière intensive pendant unecourte durée. Il concerne les élèves qui risquent de ne pas maîtriser une compétence en fin de cycle.Lévaluation des besoins se fait individuellement.Le RASED (réseau daide spécialisée aux élèves en difficulté) est composé de 3 dominantes : pédagogique,rééducative et psychologique. Le maître E fournit une aide pédagogique, le maître G une aide rééducative, lapsychologue scolaire laide psychologique. En cas de difficulté trop importante, le RASED peut orienter vers unservice de soin.Une nouvelle réforme gouvernementale envisageait dès la rentrée 2012 une suppression de 2 500 RASED sur leplan national.Vidéo : "Un parmi les autres" de Pierre de Nicola - extrait 20 mnDifficultés scolaires au secondaire, les PPRE et les EGPALe PPRE concerne également les élèves du secondaire.(Enseignements Généraux Et Professionnels Adaptés), Les EGPA accueillent des élèves en grande difficultéscolaire qui ne maîtrisent pas les compétences attendues à la fin du premier cycle. Les EGPA n’ont pas une viséeimmédiatement professionnelle. Il s’agit de "faire acquérir aux élèves une autonomie et les acquisitionssuffisantes en fin de troisième pour préparer une formation qualifiante", de type CAP par exempleLes EGPA regroupent deux types détablissements : Les SEGPA : Section denseignement général et professionnel adapté. Celles-ci sont au sein dun collège ordinaire. Les EREA : Etablissement régional denseignement adapté. Il existe un établissement de ce type par région. La différence avec les SEGPA consiste en la présence dun internat.Scolarisation des élèves en situation de handicapDepuis la Loi du 11 février 2005, toute personne en situation de handicap devrait pouvoir bénéficier dune"compensation" de son handicap, dont le Projet personnalisé de scolarisation est la version scolaire. Elaboré etproposé par léquipe éducative, il est validé et décidé par la MDPH.L’enseignement spécialisé en milieu ordinaire ou en établissement Page 64 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Métier : L’enseignant référent est un enseignant spécialisé titulaire du CAPA-SH ou de CAPSAIS. Il a un rôled’information, de conseil et d’aide, tant auprès des équipes enseignantes, que des parents de l’élève. Il assure, surl’ensemble de parcours de formation, un échange entre les parents et les différents partenaires (services desoins, personnel de la MDPH, etc.)Métier : L’auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) – niveau bac - intervient pour permettre à lenfant handicapédaccomplir des gestes quil ne peut faire seul, travaille en collaboration avec lenseignant, facilite le contact entrelélève et ses camarades de classe, tout en veillant à lencourager dans ses progrès en autonomie.Un enseignant spécialisé est avant tout un enseignant. Il doit donc avoir passé le concours de recrutement pourêtre professeur des écoles ou du second degré. Ensuite une spécialisation doit être passée.En milieu ordinaireDe nombreux élèves en situation de handicap sont scolarisés en milieu ordinaire, parfois avec desaménagements, matériels (ordinateur…) ou humains (accompagnement dun AVS auxiliaire de vie scolaire-ou EVS – emploi de vie scolaire-). La scolarisation en milieu ordinaire est toujours recherchée tant quelle estpossible et bénéfique pour lenfant.Dans un établissement spécialisé : les CLIS (Classes Inclusion scolaires)Les dispositifs collectifs d’intégration scolaire articulent le projet personnalisé de chaque élève autourd’intégrations collectives : les CLIS (Classes Inclusion scolaires) peuvent être de différents types (troubles desfonctions cognitives, auditives, visuelles, moteurs). La scolarisation en établissement spécialisé peut aussi avoirlieu en IME (Institut médico-éducatif) ou hôpital de jour.Site "Rééducations" de Sylvie Castaing sur les enfants en difficulté et en situation de handicap4.1.5. LA RÉINSERTION SOCIALELe chômageDès le milieu des années 1970, les pouvoirs publics français prennent conscience d’une rupture importanteavec la dynamique économique antérieure de plein-emploi. Ainsi, pour le chômage de masse, l’INSEE enregistre 3,7 % de chômeurs en 1975, 6 % en 1980, 9,5 % en 2010.47 Ce taux de chômage a dépassé les 10% de la population active avec 3 millions de chômeurs début 2013.Les explications sur les origines du chômage sont aussi complexes que diverses et doivent s’aborder selonplusieurs approches :- Les évolutions de la population active influencent le niveau du chômage, tout comme la démographie ouencore le taux dactivité.- Le chômage peut être expliqué par la faiblesse de la demande de travail de la part des entreprises.(croissance).47 En moyenne en 2008, 25,9 millions de personnes ont un travail et 2,1 millions sont au chômage au sens du BIT. Neuf personnes sur dix quitravaillent sont salariées*. 20 % des personnes travaillant dans le secteur des services aux particuliers ont moins d’un an d’ancienneté et lesdeux tiers sont des femmes. Parmi les personnes ayant un emploi, 5 % sont en situation de sous-emploi. Entre 15 et 24 ans, les femmes sontun peu moins touchées par le chômage que les hommes. Au-delà de 50 ans, plus de la moitié des chômeurs recherchent un emploi depuis plusdun an Page 65 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe chômage peut sexpliquer par le coût de production que représente le travail pour les entreprises. (coût dutravail) :- Le chômage peut sexpliquer par la dérégularisation d’une offre de travail mondialisée.- La qualité de loffre de travail dépend des qualifications et des processus de formation.La naissance des politiques d’insertionEn 81, le gouvernement de Mitterand, avec Pierre Moroy comme Premier ministre, met en place une politiqued’insertion de grande envergure centrée sur les jeunes en difficulté, la formation qualifiante, les contratsd’insertion professionnels, les missions locales, les contrats en alternance dans le secteur marchand et lescontrats aidés dans le secteur associatif, etc.Ce changement marque le passage de politiques menées au nom de l’intégration (animées par la recherche degrands équilibres) à des politiques conduites au nom de l’insertion (ciblant des populations particulières del’espace social).Exclusion et pauvretéÉléments de définition48.Pour les sociologues, lexclusion correspond au processus de mise à lécart de la société dun individu ou dungroupe, de telle sorte que le les individus concernés occupent dorénavant une position considérée commeextérieure (et pas seulement inférieure) vis-à-vis des autres individus.Le concept dintégration recouvre deux sens complémentaires :  Il renvoie tout dabord à la société prise dans son ensemble. Une société est intégrée lorsquelle est caractérisée par une forte cohésion sociale, cest-à-dire quil existe des rapports dinterdépendance qui conduisent à unir les membres de la société. La cohésion sociale est ce qui permet de « faire société », de constituer une « société de semblables » selon lexpression requise.  Au contraire, une société peu intégrée devient anomique49 lorsque lintensité des liens sociaux se relâche, ce qui peut conduire à de la désorganisation sociale. Cest dans cette optique que certains auteurs évoquent aujourdhui une crise du lien social se manifestant par une exclusion croissante.Le concept dintégration sapplique par ailleurs aux individus. On parle ainsi de lintégration des immigrés oude lintégration scolaire des handicapés. Dans ce cadre, le terme dexclusion peut être utilisé pour rendrecompte de la situation dun groupe social particulier ou de certains individus (les immigrés clandestins parexemple).Les exclus sont généralement considérés comme différents et inférieurs au sein de la société mais tous lesindividus différents ou victimes dinégalités ne sont pas nécessairement des exclus.Il ne faut pas confondre lexclusion sociale et la marginalité. Être marginal, cest appartenir à un groupe socialqui évolue à lécart des valeurs et des normes de la société globale. La marginalité correspond à une culture. Parexemple, dans les années 1960, les beatniks où les hippies étaient considérés comme des groupes marginaux. Ala différence de lexclusion qui est liée à un cumul de handicaps sociaux (pauvreté, échec scolaire, chômage,conflits familiaux, etc.) pouvant conduire à l’anomie…Lintégration sociale comme lexclusion ne corresponde pas à des états mais à des processus.Exclusion et émergence de la « nouvelle pauvreté ».48 ème Sciences sociales – 6 édition – collection Aide-Mémoire – Alain Beitone, Christine Dolo, Jacques Gervasoni et Christophe Rodrigues – 531p.49 Absence dorganisation sociale résultant de la disparition des normes communément acceptées. Page 66 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux À partir de la fin des années 1970, lexpression « nouvelle pauvreté » est de plus en plus utilisée, dabord dansles productions scientifiques, puis dans les discours politiques et médiatiques. Progressivement, sinstalle lidéeque les sociétés industrielles produisent des « nouveaux pauvres »…Cette expression vise à marquer une rupture avec la pauvreté des années de croissance… Avec l’installation duchômage de masse, la remise en cause progressive de la norme de lemploi salarié stable, et les difficultéscroissantes dinsertion professionnelle des jeunes sur un marché de plus en plus sélectif, la pauvreté changedune part de nature (elle nest pas simplement résiduelle) et, dautre part, elle est le fait d’une populationnouvelle. Anciennement inactifs et âgés, les pauvres sont aujourdhui actifs et plutôt jeunes. Ils sont de fait plus« visibles » et contribuent davantage à la médiatisation du débat sur la pauvreté et lexclusion.La raison historique essentielle de cette nouvelle pauvreté sexplique par les politiques sociales mises en placedurant les 30 glorieuses et qui continuent à porter leurs fruits durant les années 1970. Mais le changementdorientation de la politique économique à partir de 1981 conduit à accentuer la montée du chômage et àprécariser le rapport à lemploi.Quant à la politique de protection sociale, si elle peut faire office de dernier rempart contre lexclusion, lesallocations versées ne permettent pas en général au ménage de passer au-dessus du seuil de pauvreté.Enfin, on associe traditionnellement la pauvreté à linactivité et au chômage. Or le phénomène de la pauvretérenvoie également à lexistence dune pauvreté laborieuse. Il sagit pour lINSEE dindividus qui se sont situéssous le seuil de pauvreté et qui par ailleurs sont enregistrés comme actifs : « les travailleurs pauvres ».L’insertion par le travailDu revenu minimum d’insertion (RMI) au revenu de solidarité active (RSA) :La loi sur le Revenu minimum d’insertion, a été votée en décembre 1988, lors d’une période de reprise del’économie et de l’emploi : Le faible impact de cette embellie sur la résorption du chômage de longue duréeimposait en effet une réaction plus globale pour faire face à des situations structurelles d’exclusion socialed’une partie des chômeurs.Cette loi introduit deux innovations majeures vis-à-vis des adultes chômeurs ou précaires à très faiblesressources :  Un minimum de ressources de subsistance, ainsi qu’un accès aux droits sociaux essentiels (CMU et aide au logement), transforme un système d’aide sociale facultatif en un droit garanti par la loi.  L’instauration d’un volet sur l’insertion, formalisé par un contrat d’insertion entre l’ayant droit et les pouvoirs publics, engagement nécessaire en principe pour bénéficier du droit à l’allocation du RMI.La loi de 2009 sur le Revenu de solidarité active (RSA), impulsée par Martin Hirsch, est née d’un constat : lesconditions de la pauvreté se sont modifiées avec l’amplification du travail précaire et/ou à temps partiel.En conséquence, le changement principal introduit par le RSA consiste : D’une part, à l’attribution d’une allocation complémentaire sous conditions de ressources à des travailleurs en emploi, mais à faibles revenus ; D’autre part, pour les allocataires éligibles au rsa et sans emploi au départ, l’accès à un emploi faiblement rémunéré entraîne le maintien d’une partie de l’allocation (en fonction d’un plafond de ressource correspondant au total (salaire+allocation), et donc une amélioration du revenu global.Martin HIRSCH et le RSAUn témoin en colère contre le RSA Page 67 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLes acteurs de l’insertion professionnellePÔLE-EMPLOISur le plan des politiques d’insertion, les changements concernent essentiellement, au-delà du RSA, laréorganisation du service public de l’emploi par la fusion en 2008 entre l’ANPE et L’UNEDIC au sein du POLEEMPLOI, ce qui est supposé favoriser le suivi individualisé des chômeurs et des précaires jeunes ou adultes, etde la création d’emplois aidés.AFPALa formation pour adultes assure une mission d’orientation et de formation professionnelle, valide les acquisde l’expérience et intervient auprès des publics en difficulté pour favoriser leur insertion professionnelleLes missions locales et PAIO (Permanences d’Accueil, d’Information et d’Orientation)Dotée dune mission de service public, elles Permettent à tous les jeunes de 16 à 25 ans de surmonter lesdifficultés qui font obstacle à leur insertion professionnelle et sociale, les accompagne dans leur parcoursdinsertion, développe localement de nouvelles solutions dinsertion et met en œuvre les politiques publiquesdinsertion des jeunes.Régies de quartier, associations intermédiaires, entreprises d’insertion, entreprises de travail temporaire d’insertion, atelierset chantiers d’insertion.Ces différentes structures sont liées à la nature des activités quelles développent et au cadre réglementaire etjuridique dont elles dépendent.L’insertion par le logementSelon lInsee, le nombre de sans domicile fixe en France était de 133.000 entre 2005 et 2010. Au cours de cettepériode, 33.000 personnes vivaient entre la rue, les abris de fortune et les centres durgence.Le Samu socialLe Samu Social : créé en 1995 par le docteur Xavier Emanuelli, co-fondateur de Médecins sans Frontières,(démissionnaire en 2011) a pour mission d’aller à la rencontre des personnes dans la rue.Le SAMU social gère lhébergement des personnes ayant appelé le 115, en les orientant vers ses proprescentres dhébergement ou ceux dassociations partenaires. Il est également un indicateur de veille sociale enFrance, une force d’interpellation afin de lutter contre la grande pauvreté.Le Samu SocialEmmausCréé en 1949 par l’abbé Pierre, le mouvement développe des actions d’accueil, d’hébergement et de logementde personnes sans logement, de récupération (224 000 tonnes de marchandises collectées) et de réinsertionprofessionnelle et de lutte contre l’endettement dans 116 communautés réparties dans toute la France.Le 115Dans chaque département, ce numéro vert a pour mission d’évaluer l’urgence de la situation des personnes oufamilles en difficultés, d’organiser un accueil immédiat et de tenir à jour les différentes disponibilités d’accueildans le département. Le numéro durgence du 115 SAMU social est ainsi le point dentrée pour les sans-abrisouhaitant de laide.Dans chaque département, les sans-abri peuvent ainsi accéder à une permanence téléphonique ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Les « écoutants » évaluent la situation et mettent lapersonne en lien avec une association ou un établissement qui pourra lhéberger pour une nuit ou plus.En 2010, rien quà Paris, le 115 a géré lhébergement de 21 500 personnes. Elles étaient 14 400 en 1999. Page 68 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe 115Les plans Grands-FroidsA partir de 2005, la DDASS a mis en place, du 1er novembre au 30 mars, un plan de mise à l’abri des impactssanitaires du froid concernent les populations les plus vulnérables : sans-abris, personnes demeurant dans deslogements mal chauffés ou mal isolés, jeunes enfants, personnes âgées et personnes présentant certainespathologies chroniques. Les mesures principales consistent au renforcement des équipes mobiles, des accueilsde jour et de nuit ainsi qu’une mobilisation de capacités de logement supplémentaires. D’abord conditionnés àdes niveaux de températures, ces capacités de logements tendent à se pérenniser. Fin 2012, Cécile Duflot,ministre du logement, obtient la révocation de ces niveaux de températuresLe niveau 2 du plan Grand froid activé à Paris en 2010Les accueils d’urgence :Le dispositif d’hébergement d’urgence gère au quotidien les conséquences d’une exclusion qui laisse lespersonnes à l’écart du logement et de ressources élémentaires. Contrairement aux CHRS, les accueils enurgence ne prévoient pas d’accompagnement social des personnes en difficulté et limitent les séjours à descourtes durées. Cependant, le droit au logement opposable et les plans hivernaux Grands-Froids viennent encontradiction en affirmant « un accueil immédiat et inconditionnel dans le temps, quelle que soit la situationadministrative de la personne » condamnant ce type d’équipement à évoluer ou à disparaître.Les CHRS :Le CHRS de BesançonCe dispositif, en foyer ou en « éclaté », prend en charge, avec une priorité à l’hébergement, des personnesisolées ou des familles en situation d’exclusion, pour des séjours de 6 mois à un an, en capacité d’adhérer à desprojets d’insertion individualisés.Les CADA :Un projet dimplantation de CADAL’accueil des demandeurs d’asile en France résulte de l’application de la Convention de Genève du 28 juillet1951. Les Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile ont été spécialement conçus pour les demandeurs d’asileprimo arrivants n’ayant aucune possibilité de logement et sans ressources suffisantes, afin de leur offrir uneprise en charge pendant la procédure OFPRA devenue fin 2007 "Cour Nationale du Droit dAsile".Les résidences sociales :film sensibilisation de Habitat & HumanismeIssues de la réglementation des logement-foyers, les résidences sociales sont une modalité de logementtemporaire créées en 1994. Elles s’inscrivent dans la chaîne du logement distinctement entre les structuresd’hébergement et d’insertion d’une part, et le logement locatif social d’autre part. leur mission est d’éviter dessituations de rupture pour des publics fragilisés sur le plan économique et social, en facilitant leur accès àl’offre de logement ordinaire.Les foyers de jeunes travailleurs : Page 69 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLes Foyers de Jeunes Travailleurs font partie des grands mouvements déducation populaire qui sont nés et sesont développés après 1945 dans les conditions difficiles de laprès-guerre. Les années 1950 sont marquées pardeux phénomènes de fond très importants : la crise du logement et lexode rural. Leur mission est d’apporterun logement semi-autonome ainsi qu’un ensemble d’activités socialisantes. Ce type de logement, d’abordréservés aux travailleurs de moins de 30 ans, s’est progressivement ouvert aux étudiants et aux jeunesbénéficiaires d’aides et de suivis de la part des conseils généraux et de la Justice.Le logement social :Un logement social est un logement destiné, suite à une initiative publique ou privée, à des personnes à revenusmodestes qui auraient des difficultés à se loger sur le marché libre. Lexpression sert aussi à désigner le secteuréconomique constitué par ce marché immobilier et les politiques déconomie sociale qui président à sonadministration.Depuis lan 2000, le logement social vise à répondre aux objectifs de mixité sociale définie par la loi SRUrendant obligatoire un pourcentage de 20 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500habitants.Le logement social est aussi un outil visant à répondre au droit au logement, qui est reconnu par certainscomme d’intérêt général.Une expérience de logement social à CAENLa loi DALOEn 2008, le début du DALOAssociation VINCI -CODEXDALO : le témoignage dune familleL’adjectif opposable signifie « que l’on peut faire valoir contre autrui ». Le droit au logement opposable permetaux personnes sans domicilie de recourir auprès des autorités pour faire appliquer ce droit, de manière d’abordamiable, puis juridictionnelle. Le DALO a été élaboré en 2005 sous l’égide d’ATD Quart-Monde, puis des Enfantsde Don Quichotte (Augustin Legrand), avant d’entrer en vigueur le 1er janvier 2008. Toutefois, l’offre delogement insuffisante et la spécificité des publics concernés, qui éprouvent de réelles difficultés à fairereconnaître leurs droits dans des dossiers lourds à instruire, l’instauration du DALO se révèle peu efficace. Page 70 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux4.1.6. LA PROTECTION JURIDIQUE A la lumière des évolutions de la démographie marquées par le vieillissement de la population, les situations de mises en œuvre d’une mesure de protection juridique et notamment des mises sous tutelle se sont accrues et appelaient une réforme du régime de « protection des majeurs incapables ». Ce régime était en effet régi par une loi datant de 1968, inadapté à la réalité de la société française quarante ans plus tard.Le Code pénal nenvisage pas les personnes par catégorie quil conviendrait particulièrement de protéger. Cespersonnes sont intégrées dans un vaste ensemble, celui des personnes dune "particulière vulnérabilité". Lavulnérabilité découlant du trop jeune âge est associée celle résultant du trop grand âge. Figurent aussi dans cetensemble les personnes dont la vulnérabilité est due à la maladie, à une infirmité, à une déficience physique oupsychique ou à un état de grossesse.PRINCIPES GENERAUX.Plus de 630 000 personnes sont aujourd’hui placées sous un régime de protection juridique, 67 000 relèventd’une mesure de tutelle aux prestations sociales, soit au total 1,3 % de la population française majeure, 1 126000 personnes seraient placées sous protection en 2012 selon les projections réalisées par la Chancellerie, siles placements continuaient d’augmenter au rythme actuel.50 La notion de protection juridique revient à désigner (mandater) une personne morale (organisme de tutelles) ou physique pour protéger les biens et la sécurité de majeurs dits vulnérables, nommés aussi « personnes protégées » (autrefois, désignées comme incapables) ou de mineurs privés de protection parentale.En effet, la juridiction française distingue la capacité de jouissance dont doit bénéficier toute personne, et quiconsiste à jouir de certains droits sans en avoir l’exercice, (donc à devoir être représenté légalement), de lacapacité d’exercice (aptitude à exercer soi-même un droit que lon détient, sans avoir besoin dêtre représenté niassisté par un tiers). Concernant les majeurs, une fois cette incapacité déterminée dans sa nature et dans le temps par un expert médical, une mesure de protection graduée lui sera proposée, et qui ira du mandat de protection future à la mesure de sauvegarde de justice (mesure temporaire) ; curatelle (la personne est assistée), ou tutelle (la personne est représentée). Concernant les mineurs, c’est la disparition ou l’altération de l’autorité familiale qui va créer le besoin de protection, et ce jusqu’à la majorité de la personne qui retrouve le plein exercice de ses droits.50 Source : INED, 2007 Page 71 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux4.1.7. PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ET PERSONNES AGEES DEPENDANTESAvant de pénétrer plus loin le contenu des régimes de tutelle, il est important de rappeler qu’en matière deprévention, existent dans le Code civil des solutions de protections : Les procurations : la personne donne le pouvoir à un autre d’agir à sa place. Les règles relatives au mariage et aux régimes matrimoniaux : permettant à un époux d’effectuer des actes pour le compte de son conjoint, avec l’accord du juge. Le mandat de protection future : permettant à toute personne d’organiser à l’avance sa protection et de désigner le tiers qui sera chargé d’agir à sa place.LA REFORME DE 2007 SUR LA PROTECTION DES MAJEURS ET DES PERSONNES AGEES DEPENDANTESDès la fin des années 1990, la nécessité d’une réforme datant de 1968 est apparue des plus opportunes et leLégislateur a voté la loi du 5 mars 2007(mise en application au 1er juillet 2009) portant réforme de laprotection des majeurs. Cette loi distingue les deux aspects que présente la protection des majeurs : laprotection juridique proprement dite relevant du Code Civil et la protection sociale relevant du Code de l’ActionSociale et des Familles.Ce faisant, le législateur a marqué une avancée significative en la matière,  En replaçant la personne protégée au cœur du système et en insistant sur l’obligation de la respecter,  En assurant une protection de la personne aussi efficace que celle de son patrimoine instaurée par la loi de 1968. La première marque symbolique de cette volonté est sémantique. Le terme « incapable » disparait presquetotalement du texte pour être remplacée par celui de « personne protégée ». Cette détermination législative estégalement perceptible au travers diverses dispositions concernant la protection stricto sensu, la liberté etl’information de la personne protégée.Cette protection est instaurée et assurée dans le respect des libertés individuelles, des droits fondamentaux etde la dignité de la personne. Elle a pour finalité l’intérêt de la personne protégée. Elle favorise, dans la mesuredu possible, l’autonomie de celle-ci.Ainsi, cette réforme a pour objectif de réserver les régimes de tutelle et curatelle aux personnes réellementatteintes d’une altération médicale de leurs facultés personnelles.Les objectifs de la loiLa mesure choisie par le juge (tutelle, curatelle ou sauvegarde de justice) devra être strictement proportionnéeà la vulnérabilité et à aux besoins de la personne, et pleinement adaptée à sa situation.Le renforcement des compétences des tuteurs et de leur contrôle est organisé par le cadre législatif.La loi a également pour objectif de replacer la personne vulnérable au cœur du dispositif : mandat deprotection future, règles de procédure plus respectueuses, etc.La réforme a en effet pour objectif d’assurer la protection du patrimoine de la personne mais également de cellede la personne.Elle impose une meilleure prise en compte des droits et de la volonté de la personne à protéger ainsi que del’avis et du rôle de sa famille et de ses proches.LA NOTION DE PROTECTION Page 72 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLes conséquences de la dépendance et de la perte d’autonomie sont nombreuses et affectent à la fois lesrelations affectives, humaines, mais aussi les relations sociales. Les personnes qui souffrent d’une grandedépendance sont particulièrement vulnérables en raison des troubles du comportement ou de la pensée dontelles peuvent être les victimes.Les abus de toutes sortes dont elles sont victimes doivent être sanctionnés. Mais, cette présentation logique,voire purement intellectuelle du problème, ne peut résister au constat dun échec de la prévention et de laprotection et à la dure réalité des actes de maltraitance envers les personnes âgées. Comme en matière depédophilie, un tabou est en train de disparaître. La maltraitance des personnes âgées ne demeure plus confinéedans le secret des questions dont on ne doit pas parler. Au cours de la dernière décennie, des faits de plus enplus nombreux et de plus en plus inquiétants sont apparus et le recours à la sanction pénale a été utilisé de plusen plus fréquemment pour punir les auteurs dactes délictueux. Encore ne faut-il pas se leurrer. La majorité descas de maltraitance physique, psychique ou morale demeurent encore très souvent ignorés des tribunaux, doncimpunis. Les affaires qui ont donné lieu à des poursuites et à des condamnations pénales ne constituentvéritablement que la partie émergée de liceberg.Le délit d’abus frauduleux de létat dignorance ou de faiblesseSi des violences sont exercées sur ces personnes vulnérables, larticle 223-15 du Code pénal en fait lélémentconstitutif dune infraction distincte très sévèrement punie.«… Est puni de trois ans demprisonnement et de 375 000 euros damende labus frauduleux de létat dignoranceou de la situation de faiblesse soit dun mineur, soit dune personne dont la particulière vulnérabilité, due à sonâge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparenteet connue de son auteur, soit dune personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de lexercicede pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cettepersonne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables… ».Extrait du Code pénal : site Lexinter…Devant la difficulté de définir une infraction nouvelle, celle de "manipulation mentale", le législateur sest résoluà reprendre et à aménager cette infraction préexistante. Mais, il faut en outre que cet âge ait placé la personnedans un état dignorance ou de faiblesse dont lauteur des actes poursuivis a abusé. Il en résulte que cet étatdignorance ou de faiblesse ne saurait être présumé du seul fait de lâge de la victime.Le Nouveau Code Pénal ne s’est pas contenté de reprendre la notion d’abus, en ce qui concerne les personnesincapables. Il a également renforcé les notions de délaissement, d’abandon de famille et de violence :Le délaissementLarticle 223-3 du Code pénal a classé cette infraction parmi celles qui mettent une personne en danger. Elleconsiste à "délaisser" en un lieu quelconque, une personne qui nest pas en mesure de se protéger en raison deson âge ou de son état physique ou psychique. La personne délaissée peut donc être abandonnée seule à sondomicile, sans visites ou moyens de communication. Le texte ne sanctionne pas une simple négligence, mais unacte volontaire accompli sciemment par une personne qui a connaissance de létat de la victime et de sonincapacité à se protéger. Le délaissement peut avoir des conséquences physiques, matérielles, morales oupsychiques. Page 73 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLabandon de familleLarticle 205 du Code civil dispose que les enfants doivent des aliments à leurs pères et mères ou autresascendants qui sont dans le besoin. A défaut de versement volontaire, les enfants peuvent être condamnés àverser une pension alimentaire à leurs ascendants.Les violences habituellesLes violences exercées occasionnellement sur des personnes vulnérables sont punies de peines aggravées parrapport à celles encourues pour des violences exercées sur des personnes non vulnérables au sens du Codepénal. Mais, si les violences sont exercées "habituellement" sur ces personnes vulnérables, larticle 222-14 duCode pénal en fait lélément constitutif dune infraction distincte très sévèrement punie.4.1.8. LES REGIMES DE TUTELLE ET DE CURATELLE Les personnes majeures reçoivent la protection de leur personne et de leurs biens que leur état ou leur situation rend nécessaire selon les modalités prévues au présent titre. Cette protection est instaurée et assurée dans le respect des libertés individuelles, des droits fondamentaux et de la dignité de la personne. Elle a pour finalité l’intérêt de la personne protégée. Elle favorise, dans la mesure du possible, l’autonomie de celle-ci. Elle est un devoir des familles et de la collectivité publique .Les actes concernés sont ceux des :  Intérêts familiaux : mariage, PACS, divorce, donations et testaments.  Intérêts patrimoniaux : achats de biens, exercice du commerce ou d’u ne profession libérale, etc. (la gestion des comptes bancaires peut être autorisée si l’intérêt de la personne protégée le commande).La mesure de sauvegarde de justiceMajeurs, mineurs émancipés ou non émancipés dans la dernière année de leur minoritéLa sauvegarde de justice est une mesure de protection juridique par essence temporaire qui laisse, en principe,à la personne sa pleine capacité juridique et la faculté d’organiser la gestion de ses intérêts. La mesure ne peutexcéder, sauf décision express du juge, la durée d’un an renouvelable une fois. Elle prend fin à l’expiration dudélai ou par mainlevée ordonnée par le juge.La mesure de curatelleMajeurs, mineurs émancipés ou non émancipésLa curatelle est une mesure de protection juridique visant à assister une personne qui présente une altérationde ses facultés personnelles. Il doit être établi que la sauvegarde de justice (cf. fiche n°6) ne suffit pas à assurerune protection suffisante. La personne en curatelle ne peut, sans l’assistance du curateur, faire aucun acte qui,en cas de tutelle, requerrait une autorisation du juge ou du conseil de famille. Le curateur ne peut se substituerà la personne en curatelle pour agir en son nom.Curatelle renforcéeLe juge peut également, à tout moment, ordonner une curatelle renforcée par laquelle :- le curateur perçoit seul les revenus de la personne en curatelle sur un compte ouvert au nom de cettedernière.- il assure lui-même le règlement des dépenses auprès des tiers- il dépose l’excédent sur un compte laissé à la disposition de l’intéressé. Page 74 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa tutelle(majeurs, mineurs émancipés ou non émancipés)La curatelle est une mesure de protection juridique visant à représenter une personne qui présente unealtération de ses facultés personnelles. Il doit être établi que la sauvegarde de justice (cf. fiche n°6) ne suffit pasà assurer une protection suffisante. Le tuteur représente donc la personne dans tous (sauf énumération précisedu juge) les actes de la vie civile.Les personnes en charge de la mesure de protectionLes personnes désignées comme mandataire spécial, curateur ou tuteur peuvent être :  Un membre de la famille, car le juge des tutelles recherche en priorité dans la famille si une personne souhaite exercer la mesur de protection.  Un professionnel : salarié d’une association tutélaire, employé d’établissement de soin ou d’hébergement, gérant privé indépendantLa tutelle est une mesure de protection et de représentation juridique prononcée par le juge des tutelles (depar son initiative ou à la demande d’un proche ou d’un travailleur social) permettant la protection par un tuteur Dune personne majeure dont les capacités physiques ou mentales sont altérées, ou de Mineurs qui ne sont pas protégés par lautorité parentale (décès des parents ou retrait de lautorité parentale).Les pouvoirs du tuteur dun enfant mineur ou les pouvoirs du tuteur dun majeur en tutelle sont identiques et,dans les deux cas, la tutelle est organisée de la même manière. Le tuteur est désigné par le juge des tutelles etpeut être une personne physique (parent, proche) ou une personne morale (organisme de tutelle) qui désigneun délégué à la tutelle. Page 75 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux4.1.9. PROTECTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES MINEURS,LA PROTECTION DES MINEURSLe droit de la protection des mineurs a également profité de cette réforme pour subir un toilettage nécessaire,puisque le 4 mars 2002, deux lois spécifiques aux mineurs ont été adoptées par le Parlement Français et opèrent demanière complémentaire une prise en compte de la nécessité qu’il y avait à réformer.La loi relative à l’autorité parentale51 a pour objet d’assurer « une autorité parentale mieux définie et uneaffirmation de la coparentalité», répondant ainsi au droit de l’enfant à avoir une famille et d’entretenirdes rapports avec chacun de ses parents. Cette loi, soutenue par Ségolène Royal, alors ministre déléguée à lafamille, met l’accent sur l’intérêt de l’enfant : «… étant élevé par ses deux parents, dans la famille fondée sur lemariage, comme hors mariage, que le couple parental soit uni ou désuni. » Ainsi, lorsque les deux parents seséparent, il leur revient de régler eux-mêmes les conséquences de leur séparation : ils peuvent, s’ils le souhaitent,soumettre leur accord au juge aux affaires familiales. Uniquement en cas de mésentente, le juge intervient pourfixer l’autorité parentale. L’enfant a le droit de voir ses deux parents. La garde alternée intègre le Code Civil.52La loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, venant modifier le Code de la SantéPublique, permet pour sa part au mineur d’avoir une « gestion active » des questions qui touchent sa santé. Pour les mineurs, c’est donc l’absence d’autorité parentale qui entraîne l’ouverture automatique de la mesure de tutelle. Le juge des tutelles des mineurs constitue un conseil de famille ou, à défaut, confie ceux-ci au service de l’aide sociale à l’enfance du Conseil Général.Cette absence dautorité parentale peut être causée par : Une absence de parents vivants ; quils soient morts ou quils naient pas déclaré la naissance. Un retrait de lautorité parentale ; que les parents aient été condamnés pénalement et que leur autorité parentale leur ait été retirée à tous deux, ou, en raison du risque causé par les parents sur les enfants ou labsence constatée de lien entre ceux-ci.« La tutelle53 souvre lorsque le père et/ou la mère sont décédés ou se trouvent privés de lexercice delautorité parentale. Elle souvre, aussi, à légard dun enfant dont la filiation nest pas légalement établie. Il nestpas dérogé aux lois particulières qui régissent le service de laide sociale à lenfance.»54 Métiers : l’éducateur PJJ appartient au corps de la fonction publique d’Etat. Il travaille en milieu ouvert(éducateur de rue) ou en hébergement auprès des mineurs en danger et des adolescents de 13 à 18 anspoursuivis par la Justice, qu’ils soient placés ou détenus ou maintenus dans leur milieu naturel52 LOI n° 2002 du 4 mars 2002 relative à lautorité parentale53 Afin de simplifier la délégation de lexercice de lautorité parentale au tuteur et de rappeler le caractère familial - et nonplus essentiellement patrimonial - de la mesure, la tutelle des mineurs a été confiée au juge aux affaires familiales.54 Article 390 du Code civil, au 19 janvier 2009 Page 76 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLA JUSTICE PENALE DES MINEURSQuelques données chiffréesSelon le ministère de la Justice55, le nombre de mineurs mis en cause a crû de 19% entre 2002 et 2009. Lenombre de condamnations a presque doublé et les faits de violence représentent une part croissante (de 16 à22%). Pour autant, peu de mineurs réitèrent : 7 sur 10 ne font pas l’objet de nouvelles poursuites dans l’annéequi suit leur prise en charge pénale. 56L’ordonnance de 1945 Cette ordonnance fait partie des premières mesures prises par le Général De Gaule, après la Libération, par le Gouvernement provisoire. Elle crée des tribunaux pour enfants et définit clairement la primauté de l’éducatif sur le répressif. Quelle que soit la nature de la mesure mise en œuvre, l’un des objectifs de l’action d’éducation dans le cadre pénal est de prévenir la réitération d’actes délictueux.Trois catégories de jeunes sont concernées par lordonnance de 45 : Les mineurs en danger, Les mineurs délinquants et Les jeunes majeurs en difficulté d’insertion sociale.Le droit pénal des mineurs, instauré par l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante,repose sur trois piliers :  La création d’une juridiction spéciale ; (juge des enfants)  La primauté des mesures d’éducation et de relèvement57  Le traitement individualisé et personnalisé du mineur délinquant. (le traitement judiciaire fait l’objet d’une enquête approfondie sur le caractère et les antécédents de l’enfant).Une ordonnance de 1945 revisitée en 2013Vidéo : Etat des lieux de lapplication de lordonnance 194558L’ordonnance de 45 a été revisitée 34 fois entre sa fondation et 2012, en fonction des grandes orientationssociétales de la Nation. Au cœur du débat des présidentielles, elle sera éventuellement une nouvelle foisorientée sur une politique plus répressive :Accélération des procédures de jugement ;  Extension du contrôle judiciaire des mineurs ;  Placement sous assignation à résidence avec contrôle électronique ;  Comparution des parents défaillants.55 Casier judiciaire national, données provisoires pour 200956 La Gazette Santé-social. Février 2012. N° 82 (extraits)57 Possibilité, pour une personne frappée dune interdiction, déchéance ou incapacité à la suite dune condamnation pénale, dedemander à la juridiction qui la condamnée den être relevée. Exemple : Relèvement dune décision de ne pas quitter leterritoire français.58 Lintégrale de lordonnance de 1945 sur Légifrance Page 77 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLE CŒUR DE LA JUSTICE DES MINEURS DELINQUANTSLe service éducatif, par son action pluridisciplinaire, permet la prise en compte du contexte de vie du mineur,de sa réalité psychique, familiale, sociale, et crée les conditions de la relation d’éducation dans le cadrecontraint de la décision judiciaire.Chaque fois qu’un magistrat confie une mesure à un service, elle est exercée dans un objectif éducatif,notamment dans un cadre pénal. En s’appuyant sur le contenu de la décision judiciaire, les professionnelsdoivent mobiliser les ressources du mineur et de sa famille pour :  Lui donner les moyens de se construire personnellement pour pouvoir vivre au sein de la collectivité sans porter atteinte aux autres ou à lui-même,  L’accompagner dans son insertion par l’élaboration et la mise en œuvre de projets personnels et professionnels, dans l’exercice de ses droits (scolarité, santé) et dans le respect de ses devoirs à l’égard des autres et de lui-même (respect des lois),  L’aider à s’insérer dans son environnement en ayant une image positive de lui-même, en valorisant ses compétences, en contribuant à son bien-être.L’action d’éducation en direction des mineurs doit associer l’ensemble des acteurs judiciaires (procureurs -juges des enfants- juges d’instruction - avocats du mineur, de ses parents, de la victime - éducateurs) au coursde ces différentes phases.Défèrements et jugements, deux mesures du droit pénal adaptées à la pénalité des mineursLe défèrement : Le défèrement marque la volonté pour le procureur de la République d’apporter une réponseforte et immédiate à un acte délictueux. Il permet la mise en œuvre de la procédure de composition pénaleaprès consultation du service de la PJJ compétent, la saisine du juge des enfants ou du juge d’instruction, ou lasaisine du tribunal pour enfants dans le cadre de la présentation immédiate.Le jugement : La préparation de l’audience de jugement de reprendre avec le mineur et sa famille les enjeux del’audience qui repose notamment sur les éléments d’évolution positifs et négatifs de la situation du mineur,notamment en relation avec l’acte délictueux et la victime et les modalités d’action d’éducation mises enœuvre.Direction de la Protection Judicaire de la Jeunesse (DPJJ) et Aide Sociale à l’Enfance (ASE), des opérateursde protection administrative et judicaire.Le juge des enfants peut confier lexécution de ces différentes mesures :  Aux services du secteur public de la PJJ ou  Aux services de lAide sociale à lenfance (ASE).Les Conseils généraux (ASE) et l’Etat (PJJ) sont spécialisés : les premiers pour les mineurs en danger financentles décisions judicaires civiles, le second pour les mineurs délinquants finance les décisions judicairesd’investigations et les mesures pénales.Direction de la Protection Judicaire de la JeunesseLe champ d’action de la DPJJ s’étend de la conception des normes et des cadres d’organisation à la mise enœuvre et à la vérification de la qualité de ces mises en œuvre.Laide à la décision du magistrat Page 78 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa réparation pénaleUne unité éducative de jourle placement familialle placement en CERles établissement pénitentiaires pours mineursDans le cadre de la PJJ, deux types de prise en charge sont possibles :  L’action éducative en milieu ouvert (AEMO) ou  Le retrait du mineur de son milieu naturel.L’AEMO LAEMO judiciaire vise dabord à écarter tout danger encouru par le mineur, ainsi quà le soutenir, à responsabiliser ses parents, à conduire les personnes concernées à trouver ou à retrouver leur place dans le cadre familial. Mesure de milieu ouvert, elle a aussi pour objectif de favoriser le maintien du mineur au domicile familial, ou de faciliter son retour après une mesure de placement dans une institution spécialisée.LA MESURE DE PLACEMENT DES JEUNES EN DANGEREn cas de défaillance du ou des titulaires de lautorité parentale, si des mesures de milieu ouvert ne peuventsuffire à garantir la protection dun mineur (bébé, enfant, adolescent, jeune jusquà 21 ans, puisque les jeunesmajeurs peuvent demander à bénéficier dun placement), le Code civil prévoit le retrait du mineur de sonmilieu naturel.Dans ce cas, le juge des enfants peut le confier : A lautre parent, en cas de séparation des parents, ou bien encore : A un service ou à un établissement sanitaire ou déducation, ordinaire ou spécialisé ; A un service départemental de laide sociale à lenfance » (code civil, art. 375-3).Les décisions du juge des enfants prononçant des mesures dassistance éducative sont toujours susceptiblesdappel.Le placement, comme toute autre mesure dassistance éducative, laisse aux parents lexercice delautorité parentale qui nest pas incompatible avec lapplication de la mesure. En cas de placement, lesparents conservent notamment un droit de correspondance et un droit de visite dont le juge fixe lesmodalités.Le juge peut assortir le placement dune mesure daction éducative en milieu ouvert (AEMO judiciaire) pourapporter aide et conseil à la famille et suivre le développement de lenfant.Les mesures dassistance éducative peuvent à tout moment être modifiées ou supprimées par le juge desenfants qui les a rendues et qui en fixe la durée. Lorsque la mesure éducative est exercée par un service ou uneinstitution, sa durée ne peut excéder deux ans. Elle peut être renouvelée par décision motivée.Les structures qui accueillent les mineurs sont de formes très variables, notamment en fonction de lâge desjeunes placés. Appartenant souvent au secteur associatif habilité, mais également au secteur public de laProtection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ainsi quaux services départementaux de lAide sociale à lenfance Page 79 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux(ASE), ces structures vont des pouponnières départementales ou des assistantes maternelles habilitées jour etnuit pour les enfants en bas âge aux foyers daction éducative (FAE) de la PJJ, en passant par les foyers delenfance ou les maisons denfants à caractère social (MECS), les Centres de Placement Immédiats (CPI) et lesCentres d’Education Renforcés (CER).Les CPILes CPI prennent en charge les mineurs pour lesquels un accueil immédiat est prescrit par les magistrats de lajeunesse, avec priorité donnée aux mineurs délinquants. Ce placement répond à la nécessité déloigner lesjeunes concernés de leur cadre de vie habituel, soit en raison de la gravité des faits commis et de leursconséquences, soit parce que le maintien dans cet environnement est pour eux facteur de danger.Les CPI ont une mission dévaluation et dorientation en vue délaborer des solutions éducatives sur le longterme. Il appartient à chaque centre, sous la responsabilité du directeur départemental, délaborer un projet deservice qui précise les modalités de prise en charge des mineurs.UN CPILes CERLes CER, qui sont des structures éducatives accueillant des mineurs multirécidivistes, sappuient surlexpérience des unités à encadrement éducatif renforcé (UEER) — lancées en 1996, mises en sommeil enseptembre 1997 et reprises lannée suivante sous la forme de « dispositifs éducatifs renforcés » (Conseil desécurité intérieure du 8 juin 1998).Les CER travaillent sur la dimension de la rupture avec le milieu ordinaire, cela dans une perspective éducative: il sagit, grâce à cette rupture, de permettre aux jeunes délinquants — exclus des circuits de la socialisationque sont la famille, lécole, lemploi, la citoyenneté — de modifier leur vision du monde des adultes afin quilspuissent à nouveau vivre en société.Au cours de sessions de trois à six mois, un groupe de six à huit jeunes y est pris en charge par une équipe deonze personnes (éducateurs, psychologues, veilleurs de nuit, maîtresse de maison, chef de service). Cette priseen charge est intensive (des temps dactivités très construits avec des supports capables de motiver les jeunes :projets humanitaires, travaux dutilité, sports…) et continue (présence permanente des adultes constitués enéquipe). À la fin de la session, il est fait en sorte quil ny ait pas de rupture dans la prise en charge éducative,que le mineur retourne dans sa famille ou quil bénéficie dun placement en institution.UN CERSur 100 000 nouvelles mesures dassistance éducative judiciaire prononcées chaque année, on compte environ 40000 mesures de placement.La suite de l’intervention éducative .Au terme de la mesure et/ou de la peine, voire en cours de mesure en l’absence d’une nouvelle infraction quirelancerait le processus pénal, et en fonction de l’évolution du comportement du mineur et de sa situation,l’intervention éducative d’origine judiciaire peut cesser ou au contraire être prolongée. Dans ce dernier cas, ilconvient que les services proposent à la juridiction le maintien ou la modification souhaitable du cadre del’intervention .Il appartiendra alors au juge d’apprécier si l’intervention relève du cadre judiciaire, à travers une procédured’assistance éducative, ou du cadre contractuel des services du conseil général. Il est alors primordial que leservice qui a conduit la mesure assure de manière active le passage de relais aux intervenants qui vont Page 80 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxprolonger son action éducative .De même, s’agissant de mineurs au seuil de la majorité, il importe de concevoir une action d’éducationmobilisant le plus rapidement possible l’ensemble des partenaires susceptibles de contribuer à cette prise derelais. C’est pourquoi la qualité du partenariat constitue un facteur crucial de réussite dans la poursuite duparcours éducatif.Gazette Santé social : les dispositifs pour mineurs déliquants sont-ils adaptés ?LA PRISE EN CHARGE EDUCATIVE ET ADMINISTRATIVE DE L’AIDE SOCIALE A L’ENFANCELAide sociale à lEnfance (ASE) est le service du Conseil général chargé de la protection administrative desmineurs. Elle est lopérateur de droit de protection administrative. LASE délègue une partie des prises encharge à des associations habilitées qui assurent une part importante des placements en foyers.En protection judiciaire, il existe trois opérateurs alternatifs : lASE, les associations habilitées et le secteurpublic de la Protection judiciaire de la Jeunesse (PJJ). LASE peut déléguer aux associations une mesure que lejuge lui a confiée. Cest le cas pour toutes les mesures de mileu ouvert et une partie du placement. Eninvestigation, deux opérateurs sont possibles : le secteur public de la PJJ et les associations quelle habilite.Laide sociale à lenfance est tuteur et, à ce titre, exerce directement la tutelle en prenant en charge les mineursqui lui sont confiés.Pour accomplir ses fonctions, il est doté de personnel administratif et de travailleurs sociaux.Dans le cadre de la protection à lenfance, il collabore étroitement avec les services extérieurs de lÉtat, et peutfaire appel à des organismes publics ou institutions privées spécialisées (associations) ainsi quà des personnesphysiques.LES MISSIONS DE L’AIDE SOCIALE A L’ENFANCESes missions sont précisément définies par larticle L 221-1 du code de laction sociale et des familles 59 : Apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux mineurs, à leur famille, aux mineurs émancipés et aux majeurs âgés de moins de 21 ans confrontés à des difficultés sociales susceptibles de compromettre gravement leur équilibre ; Organiser, dans les lieux où se manifestent des risques dinadaptation sociale, des actions collectives visant à prévenir la marginalisation et à faciliter linsertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles, notamment des actions dites de prévention spécialisée auprès des jeunes et des familles en difficulté ou en rupture avec leur milieu ; Mener en urgence des actions de protection en faveur des mineurs en difficulté ; Pourvoir à lensemble des besoins des mineurs confiés au service et veiller à leur orientation, en collaboration avec leur famille ou leur représentant légal ; Mener, notamment à loccasion de lensemble de ces interventions, des actions de prévention des mauvais traitements à légard des mineurs et organiser le recueil des informations relatives aux mineurs maltraités et participer à la protection de ceux-ci.Le service de laide sociale à lenfance propose ainsi des interventions adaptées à chaque situation. Le soutienapporté peut prendre la forme :  Daide financière (allocation mensuelle),  Dintervention à domicile de TISF (technicien en intervention sociale et familiale) et/ou  De service daction éducative.59 Lintégrale du Code de laction sociale et des familles sur JuryTravail.com Page 81 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxDans sa mission de protection de lenfance en danger, lA.S.E. signale au procureur de la République ouau juge des enfants les cas durgence dont il a connaissance et participe au recueil dinformationsrelatives aux enfants maltraités. Inversement, le procureur de la République informe les services delA.S.E. des mesures urgentes quil a prises.LA PREVENTION SPECIALISEEParmi les actions de léducation spécialisée en France il existe une forme daction nommée "Préventionspécialisée". On peut retrouver cette manière de la prévention dans de nombreux écrits et propos destravailleurs sociaux, des fonctionnaires, des élus locaux, des spécialistes en lien avec cette action.La Prévention Spécialisée est une forme d’intervention sociale placée sous la responsabilité du Conseil généraldepuis la loi de décentralisation du 6 janvier 1986. Inscrite dans le code de l’action sociale et des familles, elleest une prestation de l’Aide Sociale à l’Enfance.Cette action vise à rompre avec l’isolement et restaurer le lien social des jeunes en voie demarginalisation. Dernier recours face à l’échec des autres démarches éducatives institutionnelles, ellevise à favoriser la reconstruction des liens sociaux, une meilleure intégration des jeunes en rupture, lalutte contre l’exclusion sous toutes ses formes.Elle se caractérise par :  Le non-mandat nominatif  La libre adhésion  Le respect de lanonymatPrincipalement tournée vers les jeunes de 16 à 25 ans, elle peut, selon les départements, sadresser àdes plus jeunes. Les éducateurs de prévention, généralement des éducateurs spécialisés, vont à larencontre des jeunes dans leurs lieux de rencontre. Ils sont de ce fait régulièrement appelés« Éducateurs de Rue ». Page 82 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxANNEXES 1. article du Monde sur la politique familiale françaiseLe Monde du 19/08/2011Selon Terra Nova, la politique familiale française, peu redistributive, est injuste. En France, la politique familialefait lobjet dun tel consensus quelle suscite peu de controverses. "Elle est traditionnellement perçue commeune des réussites de notre modèle social", constate le sociologue Guillaume Macher, dans un rapport sur lapolitique familiale du think tank progressiste Terra Nova. Le cercle de réflexion met pourtant en lumière lesfaiblesses du modèle français : la politique familiale est souvent injuste et elle propose peu de services auxfamilles.La politique familiale est faite dune kyrielle daides, dont la plupart ont été créées au lendemain de la secondeguerre mondiale : des allocations familiales, des aménagements fiscaux, des aides au logement, des minimasociaux et des droits familiaux de retraite qui viennent récompenser les parents longtemps après la naissancede leurs enfants. Selon le Haut Conseil à la famille, ces prestations représentent de 78 à 118 milliards deurospar an (4 % à 6 % du PIB).Cette politique est généreuse mais elle offre peu de services aux parents : les crèches sont rares – ellesconcernent à peine 10 % des enfants – et la préscolarisation des enfants de 2 ans est en chute libre – elle adiminué de près de 30 % de 2003 à 2007. Elle a en outre tendance à aggraver les inégalités sociales : elle aide,certes, les familles pauvres, mais elle est aussi très prodigue avec les plus riches. "Cette formedantiredistribution, très spécifique à la politique familiale française, est totalement inique", déplore M. Macher."AIDES CONCRÈTES"Ce travers de la politique familiale française est dû, pour lessentiel, à un mécanisme fiscal unique en Europe : lequotient familial. Introduit en 1945, ce dispositif réduit limpôt des foyers qui comptent des enfants en leurattribuant des "parts" supplémentaires. Le quotient familial mobilise plus de 10 milliards deuros par an, mais ilaide surtout les plus fortunés: plus lon est riche, plus le gain financier est important.Dabord, parce que cet avantage fiscal ne concerne – par définition – que les foyers imposables, cest-à-dire lamoitié des Français les plus riches. Ensuite parce que la réduction dimpôt liée au quotient familial estproportionnelle aux revenus : plus les salaires sont élevés, plus lavantage fiscal est important. Un couple desmicards avec deux enfants bénéficie ainsi dune réduction dimpôt de 280 euros par enfant alors quun coupleaisé peut obtenir, lui, 2 300 euros par enfant.Pour mettre fin à ces injustices, Terra Nova plaide en faveur dune politique familiale ancrée à gauche : elle nedoit pas se contenter de compenser le coût de lenfant, elle doit aussi œuvrer en faveur de légalité hommes-femmes et lutter contre les inégalités sociales. "Le changement proposé est majeur, écrit M. Macher. Il sagitde passer dune politique encore dominée par un soutien monétaire aux familles visant, sous des formes parfoistrès injustes, à compenser un enfant vu comme un coût, à une politique privilégiant les aides concrètes auxfamilles sous formes de prestations de services."Terra Nova ne souhaite pas pour autant que les allocations familiales soient réservées aux plus défavorisés,comme le propose souvent la gauche : cette prestation possède un tel caractère symbolique que lorsque LionelJospin lavait placée sous conditions de ressources, en 1997, il avait déclenché une tempête qui lavait contraintà reculer. Le rapport propose donc prudemment de conserver le caractère universel de la politiquefamiliale, "nécessaire à son acceptabilité".EGALITÉ ENTRE LES SEXESLes propositions ne manquent pas daudace pour autant. Au nom de légalité hommes-femmes, Terra Novapropose de réformer en profondeur le congé parental et de créer un véritable service public de la petite enfance: les deux tiers des enfants de moins de 3 ans pourraient être accueillis dans des crèches, chez des assistantsparentaux ou dans des classes "passerelles" entre laccueil collectif et lécole maternelle. Selon M. Macher, ceteffort permettrait à la fois de favoriser la réussite des enfants issus de milieux défavorisées et dencourager letravail des femmes. Page 83 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxPour éviter de creuser les inégalités, Terra Nova propose de suivre lexemple de la plupart des pays européensen remplaçant le quotient familial par un avantage forfaitaire : soit une réduction dimpôt pour les foyersimposables – il pourrait dans ce cas atteindre 1 100 euros par an et par enfant –, soit un crédit dimpôt ou uneprestation denviron 600 euros versés à lensemble des familles. Au nom de légalité entre les sexes, Terra Novasuggère également de remplacer le quotient conjugal, qui oblige pacsés et mariés à faire une déclarationcommune, par une individualisation de limpôt sur le revenu.Enfin, le rapport recommande de mettre fin aux majorations de pensions de retraite pour les parents de troisenfants et plus. Ces bonus ont linconvénient dintervenir lorsque les parents nont plus aucune charge defamille, et ils sont calculés en pourcentage, ce qui favorise les retraités les plus riches. Terra Nova souhaite doncsoumettre ces majorations à limpôt et les supprimer progressivement.Ces propositions ne creuseraient en rien les déficits publics : la mise en place du service public de la petiteenfance (6,5 milliards deuros) et la création dun nouveau congé daccueil du jeune enfant (2,7 milliards)seraient financées par la réforme des quotients familial et conjugal ainsi que la fiscalisation et la suppression,des majorations de pensions de retraite. Certaines de ces propositions figurent déjà dans le projet socialistepour 2012, notamment le service public de la petite enfance et de la suppression "progressive" et "àdébattre" du quotient conjugal. Anne Chemin Page 84 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2. le régime général de la Sécurité socialeRégime général de la Sécurité Sociale Conditions douverture desBranche Caisse Missions droits Maladie - Moins de 20 ans, affiliation au régime des parents. - Avoir cotisé 60 fois le SMIC horaire -Remboursement soins au cours d1 mois (pour 1 an dindemnisation) ou 1030 fois le SMIC au cours d1 année pour 2 ans dindemnisation. -Versement des indémnitésMaladie CPAM Maternité journalières - Déclaration à la Sécu 3 mois -Traitement feuilles maladie avant la grossesse. Invalidité - Aptitude au travail réduite -Prévention de 2/3 - Moins de 60 ans Décés -Action sanitaire - Compensation financière dans certains cas -Versement des aides financières aux familles (prestations légales)Famille CAF Cf tableau prestations -Assistance technique -Subventions -Assurance vieillesse et veuvageVieillesse CNAV Cf retraite -Suivi de la carrièreAccident dutravail et CPAM -Médecine du travailmaladieprofessionnelle Page 85 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 3. Organigramme i ministère des Affaires Sociales Page 86 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 4. ii Synthèse des prestations sociales au 31/12/2012 SYNTHESE DES PRESTATIONS ET DISPOSITIFS SOCIAUXIntitulé Public concerné Condition Montant Caisse Observations dadmission ressources instructeur Organisme limitées Prime à la Futur parent (isolé Oui Déclaration 14 Naissance 912 € Sur dossier. Versée auPRESTATI FAMILIAL(Naissancadoption) naissance ou en couple) semaines avant la Adoption 1 824 cours du 7ème mois de ONS € ES naissance CAF grossesse pour chaquePAJEe ou enfant. Allocation de Parent (isolé ou en Oui Enfant - 3 ans, 182 € par mois Jusquaux 3 ans de base couple) adoption dun enfant par enfant lenfant (naissance) ou de - 20 ans ; pendant les trois premières années (adoption). Complément Parent (isolé ou en Oui Enfant - 6 ans avec Selon Cumulable avec de libre choix couple) un mode garde ressources et lallocation de base mais du mode de minimum 16 heures âges diminution du montant de garde par mois. celle-ci Complément Parent (isolé ou en Oui Enfant - 3 ans à 801 € par mois Indémnité modulable de libre choix couple) charge, un des deux selon la perte dactivité. dactivité parents ne travaille plus ou à temps partiel. Page 87 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Allocations familiales Parent (isolé ou en Non Au moins 2 enfants - 2 enfants 127 € 3 Possibilité versement couple) 20 ans à charge enfants 290 € 4 jusquà 21 ans si salaire enfants 453 € enfant de lenfant inf. à 55% du suppl. 163 € SMIC. Aide à domicile Parent (isolé ou en Oui Perçoit 1 prestation Varie selon revenus et la durée Prise en charge partielle. couple) familiale ou 1 enfant dintervention. de - de 14 ans Complément familial Parent (isolé ou en Oui Au moins 3 enfants 165 €/mois pour 3 Familles nombreuses les couple) de + de 3 ans et - 21 enfants ou plus plus défavorisées ans Allocation rentrée Parent (isolé ou en Oui Enfant de 6 à 18 ans de 6 à 10 ans 356 € de 11 Après 16 ans certificat de scolaire couple) à 14 ans 376 € de 15 à 18 scolarité. Aide ponctuelle ans 389 € à la rentrée. Allocation journalière Parent avec enfant Oui Sur avis médical 42 € / jour (par couple) 50 € / Période de 6 mois de présence parentale malade, accidenté jour (parent isolé) renouvelable sur 3 ans. ou handicapé (isolé Indemnité compensatrice ou en couple) 22 jours / mois. Allocation de soutien Parent isolé Oui Décès, divorce, 88 € / mois (1 parent absent) Prouver que lenfant vit familial abandon 118 € / mois (2 parents) chez lui et va à lécole. Supprimé en cas de reconstitution dune union, sauf si cette allocation nest versée à aucun des 2 parents Recouvrement des Parent isolé Non Vivre seul, avoir 1 ou Selon le montant de la Toucher partiellement ou pensions alimentaires des enfants de - 20 pension. ne plus avoir de pensions ans à charge. alimentaires depuis + de 2 mois. Cest une avance.PREST Allocation Locataire, isolé ou Oui Appartement Selon la CAF CAF Réévaluation selon lesATION personnalisé au en couple conventionné, situation ressources de la S logement ressources limitées, familiale, les personne.LOGE contrat de location. ressources duMENT Parc locatif public ou foyer et montant privé de la location. Fonds de solidarité Personne en Oui Ne dépend pas du Selon la CAF CAFNon cumulable avec APL. logement difficulté logement mais de la situation Trois services : aide au personne. Tous familiale, les remboursement de la types ressources du dette locative, garantie dhébergement. foyer et montant locative et aide de la location. à lemménagement. LOCA-PASS Jeunes de - 30 ans Oui Etre en formation 500 € (avance) CG CCI * Comité professionnelle, à la /CIL* Interprofessionnel du recherche dun Logement. emploi, en situation Cumulable avec APL et demploi précaire ou FSL. Prêt 0%. étudiant boursier de Garantie LOCA-PASS, lEtat. caution LOCA-PASS. Prêt à lamélioration Bénéficiaires Oui Proprétaire. 1067 € CAF CAF Prêt à 1% et de lhabitat dallocations Réalisation de maximum remboursable sur 36 familiales travaux mensualités égales. damélioration de Dispositif spécial pour lhabitat dans sa assistantes maternelles : résidence principale. prêt 0%.PREST RSA (Revenu Personne isolée ou Oui Avoir + 25 ans, si - 475 € RSA socle CG/ CAF Fin du dispositif à 62ATION Solidarité Active) en couple, revenus 25 ans enfant à CCAS ans.En cas de retour à S limités, avec ou charge ou à naître. lactivité salariéeINSER sans activité et fin Dépend du revenu et perception de RSA TION de droit au de la situation chapeau (RSA + salaire). chômage familiale. RSA jeunes Jeunes de - 25 ans Oui Avoir travaillé 24 475 € CG/ CAF Fin du dispositif à 25 ans. mois a temps plein CCAS dans les 3 dernières années. Page 88 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux CUI (Contrat Unique Demandeurs demploi, Demandeur demploi 9,40 € brut / Entrep ou Exonérations patronales dInsertion) allocataires ou non heure (SMIC) collectivités pour lemployeur. minimum social. pour 20 heures territoriales ou minimum / associations semaine. Contrat 2 ans max. Contrat dAvenir Bénéficiaire du RSA, de Avoir 16 à 25 ans 9,40 € brut / Entrep ou Amélioration de lAAH et de lASS Etre pas ou peu heure (SMIC) collectivités lemployabilité Vocation qualifié sur temps plein territoriales ou daboutir à un CDI 75% ou partiel. associations du salaire pris en charge Contrat minim par lEtat Exonérations 12 mois patronales renouvelable une fois Contrat génération jeunes de 16 à 25 ans et Avoir 16 à 25 ans Le jeune est Entrep ou Pour lentreprise, aide de séniors de + 55 ans Etre pas ou peu embauché en collectivités 2 000 € par salarié durant qualifié CDI. Il bénéficie territoriales ou cinq ans. Mise en place de associations début dannée 2013. laccompagneme nt dun séniorRETR Age légal 60 ans 41 ans et 1 trimestre Indemnités CNAV Cotisations salariales =AITE en 2013 calculées sur 25 % sur salaires brut lensemble de la carrière Taux plein 67 ans Quelque soit le nombre de trimestres Retraite doffice 70 ans Retraite 60 ans Indemnités se rajoutent au régime de AGIR OU Selon le régime de complémentaire base ARRCO retraite Retraite par Salariés, Compagnies dassurance capitalisation commerçants, ou mutuelle artisants, professions libérales LASPA (Allocation de personnes âgées Oui 60 ans ou + 777 € / personne CNAV Partiellement récupérable Solidarité aux résider en France seule 1207 sur la succession Personnes Agées) avoir - de 777 € / € / couple personne seule en retraite et - de 1207 € / couplePREST LAllocation Adulte 50 à 79 % Oui - Plafond de 777 € / mois MDP CGATION Handicapé incapacité de travail ressources 9 000 €/ H S ou 80 % de an/personne ou 18HANDI handicap 000 €/an/couple - + CAP de 20 ans et - 60 ans. - soumis à expertise médicale Prestation de Personnes Non Difficulté absolue Varie en fonction MDP CG Difficulté absolue = une compensation du handicapées pour au moins une des ressources H activité de la personne ne handicap activité essentielle. de la personne peut pas du tout réaliser Taux dincapacité au par elle-même. moins 80% Cumulable avec AEEH Allocation dEducation Famille avec un Non Taux dincapacité au Alloc. de base = MDP SS Majoration de lEnfant Handicapé enfant handicapé de moins 80% ou sup. 128€ /mois H supplémentaire pour moins de 20 ans ou égal à 50% si augmentée en parent isolé. nécessité dispositif fonction des adapté besoins (tierce personne, activitée réduite dun des parents, coût de la prise en charge). Page 89 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxprestati ADPA ou APA (Aide Personnes âgées Non Avoir minimum 60 MONTANT APA CG CG En domicile ou ons Départementale dépendantes ans Etre en = PLAN DAIDE hébergement (montant demaladi Personnalisée à GIR 1 à 4 - 93€ doit être laissé à e& lAutonomie) PARTICIPATIO disposition de ladépend N personne). ance 5. La santé dans le Monde. Le monde du 2/11/02 iii La santé dans le monde, La santé dans le monde, par Pierre Salignon, directeur général de Médecins du monde. Le Monde du 2 novembre 2011 "La santé nest pas un luxe." Cest le slogan de la campagne lancée par Médecins du monde depuis le 7 avril 2011, Journée mondiale de la santé, pour interpeller la présidence française du G20 et lui demander de sengager en faveur dune couverture maladie universelle. Pourquoi avoir lancé une telle démarche ? Parce que face à la crise et aux inégalités de santé dans les pays les plus pauvres, les dirigeants du G20 se doivent dêtre audacieux en soutenant dans les années à venir la promotion dun socle de protection sociale mondial, en matière de santé notamment. Le choix est avant tout politique, cest un choix de société plus solidaire. Si la santé na pas de prix, elle a un coût. Permettre à chacun daccéder à des services de santé de qualité nécessite de trouver les moyens pour financer une offre de soins à la hauteur des besoins des populations. La question est alors de savoir qui doit payer. Est-ce au malade et à sa famille de supporter seuls le poids financier de la maladie, comme cest le cas dans de nombreux pays, ou faut-il au contraire promouvoir des mécanismes de solidarité et de couverture des risques entre riches et pauvres, malades et bien portants ? En dautres termes, cette question de laccessibilité financière aux soins constitue une des dimensions centrales de la lutte contre les grandes inégalités de santé. Pour des millions dindividus parmi les plus fragiles, lobligation de payer pour accéder aux soins représente en effet une barrière financière infranchissable et une des principales causes dappauvrissement. Chaque année, plus de 100 millions de personnes basculent dans la pauvreté à la suite de dépenses catastrophiques de santé. Cette réalité sexprime avant tout dans les pays à faible revenu où les mécanismes de couverture du risque maladie sont quasi inexistants et demeurent le privilège des plus aisés. En Afrique subsaharienne notamment, 5 % à 10 % de la population seulement bénéficient dune protection sociale en santé. De nombreux pays en développement, mais aussi des pays émergents, reconnaissent que la lutte contre la pauvreté passera par la mise en place dune couverture médicale pour les plus pauvres. Mais ce défi de la couverture maladie universelle résonne également dans les pays développés : en France, les réformes engagées dans le domaine de lassurance-maladie (franchise médicale, déremboursement de certains médicaments, offensive contre laide médicale dEtat, doublement de la taxe sur les mutuelles...) nont fait quaccroître les difficultés financières auxquelles se heurtent les personnes défavorisées nécessitant une prise en charge médicale. Page 90 sur 92
  • Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Faudrait-il sacrifier la protection sociale en matière de santé sur lautel de la crise économique actuelle ? Cestexactement linverse que nous demandons aux dirigeants du G20. Il est plus que jamais nécessaire de réaffirmer que lasanté est un droit humain fondamental, et quelle ne saurait en aucun cas être un produit de luxe. Il faut savoir protéger les populations contre les risques pour que la croissance soit équitable et pour prévenir lescrises. La santé nest pas un luxe qui pénaliserait la croissance des pays émergents ou des pays développés. Alors que, sous la pression de la société civile, la promotion dun socle universel de protection sociale sestinvitée ces derniers mois à lagenda du G20, il est maintenant fondamental que laccès pour les plus pauvres à unecouverture du risque maladie prenne toute sa place dans les débats et la déclaration finale du G20 à Cannes. Laréduction des barrières financières à laccès aux services de santé essentiels est une priorité des années à venir, aumême titre que la réforme du système monétaire international et la lutte contre la volatilité des prix agricoles. Le 24 mai dernier, lOrganisation mondiale de la santé (OMS) a dailleurs adopté une résolution invitant lesEtats à réduire au maximum le recours au paiement direct par les patients et à favoriser la mise en place demécanismes de financement plus équitables.Il ne reste plus quà espérer que le G20 suive les traces de lOMS et réponde aux attentes de la société civileinternationale. Une nouvelle approche est nécessaire, sans quoi nous pouvons dire adieu aux ambitieux Objectifs dumillénaire pour le développement adoptés par lONU en 2000. Adieu aussi à notre propre Sécurité sociale. Page 91 sur 92