• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Enquete France Maroc
 

Enquete France Maroc

on

  • 1,265 views

Transport, eau, assainissement, énergie,...

Transport, eau, assainissement, énergie,
travaux publics... tous les chantiers stratégiques du Maroc sont l’apanage des entreprises françaises. Poussées par la crise mondiale et soutenues par
une diplomatie économique active, les entreprises françaises comptent bien se
renforcer au Maroc.
Retour sur une politique publique de reconquête.

Statistics

Views

Total Views
1,265
Views on SlideShare
1,264
Embed Views
1

Actions

Likes
3
Downloads
32
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Enquete France Maroc Enquete France Maroc Document Transcript

    • EnquêtE 017 A la (re)conquête du Maroc! 022 Des desseins expansionnistes 017 En moins de 10 ans, le CAC 40 s’est enraciné dans l’économie marocaine BNP, Société Générale, CIC, Vinci, Bouygues, Colas, Alstom, CMA-CGM, SNCF, Veolia, GDF-Suez, EDF, Crédit Lyonnais, Crédit Lafarge… Thales… Alstom, Thales, Cegelec… Agricole, Caisse d’Epargne... Elles construisent Train, tramway, bus, marine, La technologie française Elles sont un élément de pratiquement tous les signalisation, les marocains fait tourner les centrales confiance et de veille pour grands projets. bougent au moyen électriques marocaines. attirer des entreprises. d’entreprises françaises. Veolia, Suez, RATP… Renault, PSA, Valéo Accor, Pierre & Vacances, ST, Thales, Nexans, Alcatel Les services urbains, tous Avec le rachat de la Club Med, FRAM… Eads, Safran, domaines, sont partagés Somaca, Renault détient le Des enseignes qui Les sous-traitants dominent entre les entreprises monopole sur le montage apportent un savoir-faire et les exportations dans les francaises. automobile au Maroc. des clients. métiers mondiaux. Par Ghassan Waïl El Karmouni A la (re)conquête du Maroc!Transport, eau, assainissement, énergie, une diplomatie économique active, lestravaux publics... tous les chantiers entreprises françaises comptent bien sestratégiques du Maroc sont l’apanage renforcer au Maroc.des entreprises françaises. Poussées Retour sur une politique publique depar la crise mondiale mais soutenues par reconquête. Octobre 2010 Economie|Entreprises
    • EnquêtE|France-Maroc «Une visite ‘classe affaires’», titrait le site relocalisation d’entreprises en France de la chaîne télé France24, la veille de et de mesures restrictives à la déloca- Et l’Espagne ? la visite du président français Nicolas lisation, a été perçue presque comme Les postes Investissements Directs Etrangers Sarkozy au Maroc en octobre 2007. une trahison du côté marocain. Preuve (IDE) et exportations espagnols au Maroc n’ont Et pour cause ! Pour sa première visite en est que la relation France-Maroc va cessé de croître depuis 5 ans. Ils ont atteint d’Etat au Maroc, pas moins de 70 chefs au-delà du commercial, pour frôler avec pour les investissements directs de notre voi- d’entreprise français et non des moin- le fusionnel. Au Maroc, ça a été en effet sin ibérique une proportion de 17,6% sur le to- dres, accompagnaient leur président. la panique, vu l’énorme potentiel que tal des IDE qu’a reçu le Maroc en 2009, contre Résultat: près de 3 milliards d’euros de représente l’offshoring avec déjà 25.000 seulement 5,5% en 2005, soit une croissance contrats ont été signés. Parmi eux, 2 salariés et 13% de croissance en 2009. en valeur de 196%. Les importations marocai- milliards rien que pour le TGV. Il faut Placé devant un casse-tête diplomatique, nes en provenance d’Espagne ont crû de 10 dire que ce contrat était l’un des princi- le pouvoir a préféré employer ses relais milliards de dirhams pour la même période, soit une croissance de 47%. paux enjeux commerciaux de cette visite. au Maroc et à Paris pour faire réaliser L’agressivité économique espagnole vient Ayant raté l’occasion de vendre des au gouvernement français le fait qu’il se concrétiser la doctrine des relations extérieu- avions de chasse Rafale, le président tirait une balle dans le pied. res défendue par le Premier Ministre espagnol français a dû prendre note de son échec Le cabinet de Nicolas Sarkozy a fini José Luis Zapatero, qu’il nomme «le lit d’inté- et redoubler d’efforts pour octroyer aux par ponctuer. Ainsi, selon un magazine rêts communs» et qui vise l’affermissement des entreprises françaises ce contrat juteux. hexagonal, on apprend que le réseau du relations économiques entre les deux voisins, Depuis, selon la même source, une club d’affaires France Maroc, avec à sa au-delà des relations politiques. D’ailleurs, de- cellule opérationnelle à l’Elysée baptisée tête, le Président du conseil de sur- puis 2008, l’Espagne a inscrit le Maroc parmi «war room» a été mise en place pour gé- veillance de Vivendi Jean-René Fourtou une liste de 11 pays prioritaires pour l’interna- rer les grosses opérations de la diploma- et l’ancien ministre Alain Carignon, a tionalisation des entreprises ibériques. Les espagnols semblent donc s’inspirer du tie économique voulue par le président. finalement fait entendre la voix de la rai- modèle français pour concrétiser cette am- Presque 3 ans plus tard, la machine son à l’Elysée. Et Sarkozy aurait rassuré bition. C’est ce que laissent entrevoir plu- diplomatico-économique française le Souverain en personne sur le fait que sieurs actions allant dans ce sens, comme la018 tourne à plein régime et ce n’est pas la les emplois au Maroc ne seraient pas 10ème rencontre franco-marocaine de 130 touchés par ces mesures. En effet, toute haut niveau tenue à Paris, début juillet la sphère politico-économique sait très construction par le consortium Ditema de la plus grande zone industrielle du Maroc dédiée 160 aux de change euro/dollar 150 Taux entreprises espagnoles à Settat. Cette ini- 2010, qui va déroger à la règle. Durant bien que les hommes d’affaires agissent (éch. droite) tiative, qui fait grincer des dents les français, 120 les deux jours de rencontre, pas moins de par pragmatisme et que le Maroc reste s’aligne sur le succès des zones industriel- 140 11 accords ont été signés pour un mon- une bouée de sauvetage dans ce contexte les construites par la Chambre Française de 130 tant global de 147 millions d’euros. «Le 110 de crise. D’abord, vu les énormes béné- Commerce et d’Industrie (CFCI) à Bouskoura 120 Maroc est aussi stratégique pour la France fices réalisés par les entreprises françai- et Settat qui connaissent un grand succès. Se- lon nos sources, la 110 CFCI est en prospection que la France est stratégique pour le Maroc. ses, dont la plus importante, Vivendi, Espagne 100 du foncier pour en 100 construire une troisième. Nous ne pouvons pas vivre l’un sans l’autre rapatrie près de 4,5 milliards de dirhams L’autre exemple est l’encouragement des Allemagne et nous ne le voulons pas», déclarait le pre- en dividendes chaque année. Ce n’est familles marocaines90à opter pour les écoles mier ministre français François Fillon, 90 pas un hasard si Jean René Fourtou est espagnoles pour leurs enfants au lieu de la France 80 à l’issue de sa rencontre avec Abbass le co-président du Groupe d’Impulsion mission française devenue trop chère et diffi- 70 El Fassi, lors de cette grande messe des Economique Italie franco-marocain. cile d’accès. Grâce à leurs 6 écoles, les espa- 80 60 relations bilatérales. Cette déclaration 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 gnols cherchent à renforcer leurs réseaux d’in- 2004 2006 2008 forte montre clairement l’attachement fluence au Maroc. Autre exemple et non des de la France à sa place et justifie, à elle Compétitivité des prix à l’export en Europe moindres, celui des modes de financement et L’internationalisation et l’intégration économique sont parmi les seule, la position qu’occupe le Maroc pistes pour la France de gagner des points de compétitivité. des aides octroyés par le gouvernement espa- gnol pour les grands projets d’infrastructures. dans la politique étrangère française. 130 160 Base 100 1999 Taux de change euro/dollar A travers le fonds espagnol d’aide au déve- 150 loppement, les marchés publics marocains Un enjeu économique 120 140 impliquant des groupes espagnols, comme les Les relations économiques entre les 110 130 chantiers énergétiques, bénéficient de dons et deux pays carburent, au plus grand 110 de «prêts liés» du gouvernement espagnols. Espagne 100 bonheur des responsables des deux 100 C’est un argument souvent décisif, puisqu’il 90 pays. Si ce n’était ce nuage d’été qui Allemagne permet de boucler le financement de projets 80 est venu perturber cette lune de miel: 90 France budgétivores. Mais force est de constater que Italie 70 la polémique sur les relocalisations. si l’Espagne a réussi sa conquête économique 80 60 En effet, l’annonce, par le gouverne- 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 de l’Amérique du Sud, elle est encore loin de rattraper les avancées de la France au Maroc. ment français, de mesures d’aide à la Source: OFCE Economie|Entreprises Octobre 2010
    • EnquêtE|France-Maroc des grands, mais aussi des PME de provient du fonds spécial dit «Réserve l’hexagone. Pays Emergents», spécialement dédié au De plus, à travers la multiplication des financement de projets impliquant des IDE, la France ne fait que rattraper son entreprises françaises. Il sera proba- retard d’intégration industrielle et éco- blement consacré en partie à la relance nomique avec le sud de la méditerranée. du projet du TGV, qui peine à boucler Du fait de sa proximité géographique son tour de table et éviter, de la sorte, et culturelle mais aussi de par sa volonté le couac qu’a connu le projet de l’usine d’ouverture et la relative embellie de son Renault TangerMed. On se souvient économie, le Maroc est bien placé pour que la crise et les difficultés financières «profiter» de cet impératif économique de Renault, ainsi que le retrait de Nissan et le souhaite même fortement. du projet en février 2009, ont fait déci- der Fipar Holding, filiale de la CDG, à Un enjeu géostratégique se renforcer à hauteur de 47% du capital Ce sont d’ailleurs les français qui sont de Renault Tanger Med, pour éviter que les principaux porte-drapeau de cette le projet ne tombe à l’eau. De même,Selon Dominique Bocquet, il y a un regain d’intérêt de vision au sein de l’Union Européenne. la politique de dons et de prêts conces-la France pour le Maroc. Le statut avancé accordé au Maroc sionnels à taux bonifiés sert directement durant la présidence française de l’UE l’implantation d’entreprises françaises Ensuite, la nécessité pour l’économie est, à cet égard, révélateur. L’initiative de et leur adjudication de marchés publics.française de s’internationaliser encore l’Union Pour la Méditerranée annoncée, Ainsi, «l’aide au développement octroyéeplus, pour justement sauvegarder les elle aussi, par Sarkozy, l’est d’autant plus. par la France ne s’inscrit pas dans une dé-emplois en France. «La politique d’aide C’est donc une réelle volonté politique marche caritative ou compassionnelle. Elleà la relocalisation n’est nullement ciblée de garder une influence sur les marchés consiste en une véritable politique publique,contre le Maroc. La France cherche aussi à traditionnels de la France. que justifient les interdépendances mondia-être attractive et c’est tout à fait normal. Ledéveloppement des investissements directs Raisons économiques et industrielles mais aussi pour des raisons sécuritaires les apparues dans les dernières décennies», explique Serge Michaïlof, enseignant à 019étrangers (IDE) est un tournant historique comme l’explique Khadija Mouhssine- l’Institut d’Etudes Politiques de Paris,qui ne sera pas remis en cause», explique Finane, chercheuse et enseignante à dans un article publié récemment. EnDominique Bocquet, chef du Service Paris: «La multiplication des initiatives effet, les dons et les prêts accordés sontEconomique (SE) de l’Ambassade de pour le développement des régions sud de «liés». C’est-à-dire qu’ils sont condition-France à Rabat. En effet, la mondialisa- la méditerranée s’explique par un retard à nés par le fait que l’emprunteur (Etattion et la perte relative de la compétitivi- rattraper. Il y a en effet un lien établi entre ou entreprises publiques) les dépen-té internationale de l’économie française la sécurisation de la zone et le dévelop- sent directement auprès d’entreprisesla poussent à repartir dans la course aux pement. Et deux risques majeurs ont été françaises. Ce sont donc des catalyseursmarchés. Le Maroc n’est finalement que identifiés: le terrorisme et la migration». Enl’une des cibles du capitalisme français, fait, c’est toute une batterie de mesuresqui cherche à redynamiser son tissu économiques, politiques, culturelles quiindustriel et à renforcer ses acquis tech- viennent soutenir cette nécessité de lanologiques. D’ailleurs, ce ne sont autres «realpolitik». Ainsi, selon une sourceque ces entreprises du CAC40, dont 38 proche du dossier, le Maroc, reçoit 50%sont bien établies au Maroc, qui en pro- des aides qu’octroie la France au pays dufitent le plus, entraînant d’autres dans sud de la méditerranée. Toujours selonleur sillage. Ainsi, en 3 ans, le nombre la même source, la France compte, surd’implantations d’entreprises françaises les prochaines années, débloquer uneau Maroc est passé de 529 à 750, soit enveloppe supplémentaire d’un milliardune progression de 40% entre 2006 et d’euros, en plus de l’augmentation de2009. Le stock de l’IDE français au 30% du budget triennal de l’AgenceMaroc en 2008 était de 90 milliards de Française pour le Développementdirhams, soit un triplement par rapport (AFD) à 600 millions d’euros. Dansà 2004 et il a été quasiment multiplié une période de crise et de restrictionspar 8 par rapport à 2000. Et ce qui va budgétaires, ces chiffres mettent endans le sens de la reconquête, c’est que évidence l’intérêt que porte la France Pour Eric Cecconello, le Maroc constitue uneles IDE français ne sont plus l’apanage au Maroc. D’ailleurs, le milliard d’euro plateforme pour le développement à l’international d’entreprises françaises. Octobre 2010 Economie|Entreprises
    • EnquêtE|France-Maroc vis-à-vis des ressources financières internes et internationales, au plus grand Les filiales françaises en tête de l’économie marocaine Avec des niveaux de rentabilité qui frôlent les 30%, les entreprises françaises ont des filiales florissantes et bonheur des entreprises qui en profitent. qui figurent parmi les 500 plus grandes entreprises marocaines. Les 10 plus grandes, représentent à elles seules près de 14% du chiffre d’affaire cumulé des 500. L’exemple le plus éloquent est encore celui du TGV. Celui-ci coûtera pour sa Raison soCiaLE GRouPE FRançais ChiFFRE RésuLtat nEt EFFECtiF sECtEuR invEstissEuR d’aFFaiREs première phase 2 milliards d’euros, dont 1 Maroc Telecom Vivendi 30 339 000 000 9 425 000 000 10 950 Télécoms 1 milliard d’euros profitera directement 2 Total Maroc Total 7 218 167 825 174 027 139 299 Hydrocarbures 3 Lafarge Ciments Lafarge 5 441 000 000 1 861 000 000 708 BTP à trois entreprises françaises, Alstom, 4 Lyonnaise des Eaux de Casablanca Suez Environnement 5 344 000 000 221 000 000 3400 Services d’utilité publique la Société nationale des chemins de 5 Véolia Veolia Environnement 4 623 000 000 103 400 000 2130 Services d’utilité publique fer français (SNCF) et Réseau ferré 6 BMCI BNP-Paribas 3 783 770 000 806985000 2092 Banque 7 Somaca Renault 3 780 123 000 - 2278 Automobile de France, pour le matériel roulant et 8 SGMB Société Générale 3 217 000 000 745000000 3550 Banque l’équipement de la voie. L’autre milliard 9 Axa Assurance Maroc AXA Assurance 3 061 000 000 - 540 Assurance fera l’objet d’un appel d’offres pour les 10 Brasseries du Maroc Groupe Castel 2 125 000 000 330 200 000 569 Agroalimentaire Source: Les 500 travaux de génie civil, où les entreprises françaises sont déjà très présentes, no- tamment Bouygues et en particulier sa filiale Colas qui connaît de grosses diffi- même concurrencer les entreprises de Maroc Télécom, filiale de Vivendi, cultés ces derniers temps. Ce projet est, françaises. Et enfin, la proximité cultu- est à ce titre significatif. Mais il n’est pour les français, stratégique. Ce sont relle et religieuse des populations de pas le seul! Nexans, Delattre Levivier, non seulement des marchés mais surtout ces pays fait qu’elles sont plus enclines Renault et bien d’autres encore visent une vitrine pour susciter un besoin chez à faire des affaires avec des marocains. ce marché. Des success stories, dont les voisins maghrébins. Autre exemple Un phénomène accentué par le rôle que français et marocains ne cessent de de «vitrine technologique», la centrale joue la diaspora marocaine et la forte s’enorgueillir pour vendre la destination électrique à Akhfenir. La construction proportion d’anciens et actuels étudiants Maroc à d’autres entreprises encore. «Il de celle-ci s’est vu déléguer par Nareva, originaires de la région au Maroc. faut considérer le Maroc comme un pays020 filiale en énergie et environnement de ONA/SNI adjudicataire du marché, à C’est ce qu’explique Youssef Tagmou- ti, président de la Fédération Nationale de développement intermédiaire avec un coût moyen raisonnable. C’est un relais Alstom. Pour cette dernière, c’est tout de l’Electricité et de l’Electronique, qui qui permet de percer sur d’autres mar- simplement le 1er marché en Afrique a une grande activité au Maghreb et en chés», explique Jean Luc Martinet, chef pour ce type de technologie… Afrique de l’Ouest. «Pour les français, d’entreprise français et ancien président de la Chambre Française de Commerce «Le Maroc n’est que l’une des cibles du capitalisme et d’Industrie (CFCI). C’est aussi dans français, qui cherche à redynamiser son tissu cette perspective que fut conclu l’accord de coopération, qui lie Maroc Export industriel et à renforcer ses acquis technologiques.» à son homologue français Ubifrance depuis mars 2009. Celui-ci permet un Et le choix du Maroc n’est pas fortuit. le Maroc est devenu incontournable sur partage d’expériences et d’informations C’est en effet le point d’appui de nom- le marché africain. Nous avons tellement et l’organisation d’actions commerciales breuses entreprises françaises pour partir gagné de parts de marché que les grands communes sur des marchés tiers. Cet vers d’autres marchés, notamment en groupes français sont maintenant obligés accord a ainsi permis l’organisation en Afrique de l’Ouest. de soumissionner avec nous sur des marchés mai 2010 du Forum Casablanca, un fo- publics». Avis partagé par Eric Cecco- rum d’affaires qui a rassemblé 200 chefs Maroc, porte de l’Afrique nello, DG de Delattre Levivier Maroc: d’entreprise venant de France, du Maroc En effet, sur ce marché, le Maroc est «Depuis 2 ou 3 ans, de plus en plus d’entre- et de l’Afrique de l’Ouest. devenu un passage obligé. Non seule- prises françaises, qui veulent s’implanter en ment à travers son rôle diplomatique et Afrique de l’Ouest ou au Maghreb, instal- Des intérêts convergents militaire mais aussi sa percée économi- lent leur siège à Casablanca. Il faut être au Le regain d’intérêt pour le Maroc que sur ces marchés. D’abord, la forte Maroc pour profiter de ses relais africains». correspond, ainsi, à une période de implantation dans la région de banques, Pour une France qui traîne une repositionnement géostratégique de la telles que BMCE Bank ou Attijariwafa image pas toujours reluisante avec ses France au niveau mondial, confrontée à Bank comme tête de pont du capita- anciennes colonies, le Maroc com- l’essor de nouvelles puissances, surtout lisme marocain. Ensuite, la percée de mence à devenir une porte d’entrée pour la Chine qui fait une razzia dans les certaines entreprises et offices publics reconquérir commercialement l’Afrique marchés d’infrastructure et de matières marocains sur ces territoires, venant francophone. L’exemple emblématique premières en Afrique. L’ancienne puis- Economie|Entreprises Octobre 2010
    • EnquêtE|France-Maroc sance coloniale semble avoir choisi de Photo: AFP consolider sa position là où elle a le plus d’acquis et de repartir à la reconquête de ses marchés perdus. Pour sa part et en l’absence d’une perspective maghré- bine crédible, le Maroc encourage cette tendance, tout en essayant de diversi- fier ses partenaires, en l’occurrence ses voisins ibérique et outre-atlantique. Toutefois, c’est encore difficile pour de nombreuses raisons. D’une part, la proximité culturelle et géographique mais aussi une histoire commune qui justifie une forte dépendance à la base. Mais ne sous-estimons pas le poids des élites marocaines formées en France, qui s’accaparent la plupart des postes-clés au sein de l’administration. Cette corpo- ration constitue, pour les dirigeants français, un relais d’influence évident. Rappelons que, parmi les architectes de cette corporation, on retrouve Feu Abdelaziz Meziane Belfkih et Moham- med Kabbaj, tous deux conseillers à la Des desseins cour royale.022 D’autre part, le Maroc n’arrive pas à trouver un allié indéfectible, sachant expansionnistes que les milieux économiques espa- gnols sont intimement liés aux milieux politiques. Et, tant que le conflit du Sahara sera d’actualité et que l’affaire de Ceuta et Melilla sera en suspens, l’élément ‘confiance’, fondamental pour le développement de relations sereines, Chambre Française de Commerce, Ambassade de est compromis. Enfin et malgré les France à Rabat, réseaux des chefs d’entreprise, nombreux efforts entrepris en direction des USA, ses entrepreneurs semblent politiciens, lobbyistes… autant de relais pour favoriser snober le Maroc, trop petit, trop loin, les relations d’affaires France-Maroc. Retour sur une pas assez sûr, pas assez riche…, d’autant nébuleuse qui s’est patiemment tissée depuis longtemps plus que la diplomatie américaine tient et qui n’a cessé de s’affirmer. à maintenir de bonnes relations avec l’Algérie. En outre, le Maroc tire un intérêt Le suspens aura plané jusqu’à la Est-ce ce rachat qui aurait retardé économique évident de son partenariat fin. La concession de la centrale l’annonce de la concession? Car, avec la France: muscler ses capacités éolienne de Tarfaya au consortium dans les milieux énergétiques, productives, booster l’investissement Nareva/International Power est l’information, selon laquelle Nareva et l’exportation, réaliser un transfert de finalement survenue en août 2010, était adjudicataire du projet, circu- savoir-faire et d’expertise, renforcer son soit plus de 3 ans après le lancement lait depuis déjà 9 mois. attractivité pour d’autres investisseurs… de l’appel d’offre. Mais, le plus En effet, le secteur de l’énergie Pour les français, c’est une relance des intriguant, c’est qu’elle soit inter- notamment renouvelable est l’un exportations, un gain de compétitivité venue une semaine après l’annonce des domaines où la France compte global et un positionnement sur une pla- du rachat de l’anglais International bien exporter son expertise vers le teforme de développement à l’interna- Power par GDF Suez, l’autre short Maroc. Les entreprises, soutenues tional. En fait, c’est du win-win! E|E listé du projet. par «l’équipe France», autre concept Economie|Entreprises Octobre 2010
    • EnquêtE|France-Maroc Photo: AFPPendant la période Bakkoury, le Groupe d’impulsion économique France-Maroc (GIEFM) était un réel outil de réflexion et de rapprochement économique entre les deux pays.cher au président Sarkozy, avec celuide «diplomatie économique», sont millions d’euros. Pour le SE, ses engagements pour ces deux derniè- sceptique par rapport à cet appel d’offres. «Vous savez, quand il s’agit 023en tête pour reconquerir le Maroc. res années ont atteint le milliard des français, on formalise mais on finitSelon ce concept, tous les acteurs d’euros: 625 millions d’euros pour souvent par donner». La directionpouvant concourir à l’influence et le TGV Tanger-Casablanca, 150 de Casatransport SA, pour sa part,aux succès économiques de la France millions d’euros pour le tramway est restée muette quant aux critè-(entreprises, ambassade, opérateurs de Rabat et 225 millions d’euros res qui ont déterminé le choix deet agences publics) doivent travailler pour le tramway de Casablanca, l’équipementier français, malgré uneensemble dans un souci d’efficacité. en plus d’un don de 75 millions correspondance et plusieurs appelsEt pour cela, tous les moyens doi- d’euros pour le TGV. Ils touchent téléphoniques dans ce sens de lavent être mis en œuvre. tous les domaines dans lesquels les part de Economie/Entreprises. entreprises françaises sont présentesUn bras financier en force. Il en a été de même pour Une veille... L’Agence Française de Dévelop- le prêt accordé à Casatransport de C’est en effet un lobbying à hautpement (AFD) et sa filiale pour le 225 millions d’euros, pour acheter niveau, soutenu par des réseauxsecteur privé Proparco, ainsi que des rames Alstom pour le tramway d’information, d’accompagnementle Service Economique (SE) de de Casablanca. Ce projet, comme et de veille stratégique, qui permetl’Ambassade de France au Maroc, à celui du TGV, ne figurait sur aucun aux entreprises françaises d’avoirtravers son fonds dit «Réserve Pays des plans d’actions qui régissent une longueur d’avance certaineEmergent», sont les bras financiers les relations France-Maroc. Selon sur tous leurs concurrents. Ce quide cette coopération. L’AFD frôle une source proche du dossier, c’est pousse même certains acteurs, enles 2,2 milliards d’euros d’enga- une intervention à haut niveau qui plaisantant à moitié, de parler degement depuis son installation au a soutenu le dossier des français, en «délit d ’initiés» ou de «favoritisme».Maroc en 1992. Soit 1,84 mil- dégageant des lignes de financement L’exemple frappant est celui de laliard d’euros pour l’AFD et près supplémentaires. Cela a permis à privatisation de la Comanav. Aprèsde 290 millions pour Proparco et Alstom de s’adjuger un marché de avoir refusé à plusieurs investisseurs,deux opérations de garantie d’em- 2,7 milliards de dirhams après un aussi bien espagnols que scandi-prunts internationaux lancé par appel d’offres international. Toute- naves, de disloquer le holding dele Maroc d’un montant de 440,2 fois, un élu proche du dossier reste transport maritime, c’est finalement Octobre 2010 Economie|Entreprises
    • EnquêtE|France-Maroc le mastodonte marseillais CMA- stars du CAC40, dont les patrons a l’oreille des décideurs au plus haut CGM qui le fait, après moins d’une au Maroc sont regroupés au sein du niveau. Il serait même à l’origine année de son rachat, de revendre réseau du CCEF. Ses membres sont de la réflexion sur le plan logisti- l’activité transport de voyageurs à nommés pour trois ans, par décret que pour booster la compétitivité la Comarit. Répondant, de fait, à la du premier ministre français sur marocaine. Enfin, le groupe serait réalité économique du secteur, plus proposition du ministre de l’écono- derrière la promotion de l’arbitrage enclin à la spécialisation par métier. mie, en fonction de leurs compé- pour résoudre les conflits commer- Il faut dire qu’au cours de la longue tences. Ces patrons sont tenus de ciaux, contournant ainsi les lour- relation qu’entretiennent les deux remonter à leur gouvernement tous deurs de la réforme de la justice. pays, les opérateurs économiques et les faits marquants de la situation Ces deux points sont considérés diplomatiques ont appris à très bien économique locale et les opportu- comme des entraves à l’attractivité connaître les rouages et les coulisses nités d’affaires. Autant d’éléments économique du royaume. Car, la des affaires au Maroc. «Nous ne nous qui permettent aux lobbyistes d’agir logique est simple: «si le Maroc se dé- considérons pas en terrain conquis. La directement sur les faiseurs des veloppe, ses partenaires se développent connaissance que nous avons du pays politiques publiques au Maroc et en aussi», explique Jean-Claude Bou- nous pousse à être mieux à l’écoute France. veur, président du réseau du CCEF de nos partenaires pour répondre au du Maroc. mieux à leurs attentes», explique ...et des lobbies Le lourd dispositif qui entoure la Dominique Bocquet. A travers la Car, parmi ces conseillers, on reconquête des français est soutenu Chambre Française de Commerce retrouve Jean René Fourtou, Joël Si- par la proximité ou même la fami- et d’Industrie (CFCI), le réseau des brac, ex PDG de BMCI, Jean Paul liarité avec le Maroc d’une belle pa- Conseillers du Commerce Extérieur Bechat, PDG de Safran Maroc… lette d’hommes politiques: Jacques de France (CCEF) et les relations Ce sont toutes les têtes pensantes Chirac s’est installé à Taroudant étroites qu’ils entretiennent avec et agissantes, du coté français, du après son retrait de la politique, Do- le SE de l’Ambassade, les français Groupe d’Impulsion Economique minique Strauss Khan fait des va-024 sont assurés d’avoir une approche France-Maroc. Lancé en 2005 par et-vient fréquents entre Washington prospective par rapport au marché Driss Jettou et son homologue et Marrakech, De Villepin est né marocain. Ils connaissent à l’avance français Dominique de Villepin, ce à Rabat, Ségolène Royal dont le tous les projets qui se préparent, les groupe a pendant longtemps été un compagnon est un influent homme budgets publics alloués, les investis- instrument privilégié de dialogue d’affaires d’origine marocaine… Et sements prévus, le climat des affai- entre les faiseurs des politiques et les candidats pour jouer le rôle de res… Tout est transmis, centralisé et analysé au niveau de l’Ambassade. «Les français ont une approche prospective par rapport Les opérateurs et leur gouvernement ont, après, toute la latitude d’agir, au marché marocain. Ils connaissent d’avance tous les soit directement soit à travers leurs projets en préparation et les investissements prévus.» canaux de lobbying. A titre d’exemple, la CFCI a les hommes d’affaires en France et passeur sont nombreux, puisque les organisé en 2009 pas moins de 11 au Maroc. Co-présidé à son lance- groupes d’amitiés France-Maroc, forums publics, en invitant des ment par Mustapha Bakkoury, ex aussi bien au Sénat qu’à l’Assem- personnalités marocaines et françai- directeur général de la CDG et Jean blée Nationale, sont les plus actifs ses, aussi prestigieuses qu’influentes. René Fourtou, ce groupe d’impul- et les plus importants en nombre… De hauts cadres de l’administration sion est, entre autres, le promoteur Au Maroc, cette reconquête est publique, que l’on ne voit pres- de la thèse du «cheval de Troie» qui prolongée par des réseaux d’amitié que qu’à la chambre de commerce défend une coopération tripartite: solidement tissés chez les grands of- française, comme Driss Benhima ou France-Maroc-pays d’Afrique de ficiels et autres personnalités: André encore l’ancien directeur des impôts, l’Ouest. Il serait aussi à l’origine de Azoulay, Fathallah Sijilmassi, Me- Nouredine Bensouda. Autant de l’installation de plusieurs entreprises hdi Qotbi… Tous militent pour un têtes d’affiche que d’opportunités au Maroc, dont Capgemini, Pierre resserrement des liens. Et travaillent de cerner les enjeux et de faire du & Vacances et l’implantation du en coulisse pour pousser tel dossier réseautage. Mais aussi l’influence! centre de développement d’applica- ou désamorcer telle crise. Sans ces Car, bien que la CFCI compte es- tion informatique de BNP-Paribas. soldats de l’ombre, la France n’aurait sentiellement des PME-PMI parmi Discret et efficace, ce «think-tank à peut-être jamais pu réaliser ses des- ses 2.500 membres, il y a aussi les vocation pratique», selon Bakkoury, seins expansionnistes. E|E Economie|Entreprises Octobre 2010