Your SlideShare is downloading. ×
Sondage rapportmieuxetre
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Sondage rapportmieuxetre

538
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
538
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Sondage sur le mieux-être auprès des élèves du Nouveau-Brunswick Rapport de suivi des écoles primaires du district scolaire 3
  • 2. Sondage sur le mieux-être auprès des élèves du Nouveau-Brunswick Rapport de suivi des écoles primaires du district scolaire 3Le nouveau Sondage sur le mieux-être des élèves du Nouveau-Brunswick : rapport de suivipour les écoles primaires du district présente les principaux indicateurs provinciaux considéréscomme cruciaux pour la surveillance des comportements des élèves liés au mieux-être ainsique le développement d’une culture du mieux-être dans la province. Pour plus d’information sur le présent rapport, veuillez vous adresser au : Groupe de recherche en santé et en éducation Marshall d’Avray Hall, local 228 Université du Nouveau-Brunswick C.P. 4400 Fredericton (N.-B.) Canada E3B 5A3 Courriel : herg@unb.ca Téléphone : 506-453-5114 Sans frais : 1-888-390-2822 Télécopieur : 506-451-6920 Membres du GRSE : Dr William Morrison, codirecteur exécutif (chercheur principal) Dr Patricia Peterson, codirectrice exécutive (chercheuse principale)Nous tenons à souligner la contribution de l’Institut canadien de recherche en politiquesociale, le Consortium conjoint pour les écoles en santé, ainsi que l’équipe du Système 2
  • 3. Sondage sur le mieux-être auprès des élèves du Nouveau-BrunswickLe Sondage sur le mieux-être auprès des élèves du Nouveau-Brunswick est une initiativeprovinciale du ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport. La collecte et l’analyse desdonnées sont menées par le Groupe de recherche en santé et en éducation (Université duNouveau-Brunswick et Université de Moncton), en collaboration avec le ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport et avec la participation du ministère de l’Éducation. Le but dece sondage est d’examiner les attitudes et les comportements des élèves de la maternelle e année par rapport au mieux-être, ainsi que ceux des parents des élèves de la e année.La collecte de données dans le cadre du Sondage sur le mieux-être auprès des élèves desécoles primaires du Nouveau-Brunswick a été effectuée au moyen de deux sondages : Sondage sur le mieux-être auprès des élèves, versions A et B (4e et 5e année); e année).Les questions du sondage ciblent quatre piliers de la stratégie du mieux-être du Nouveau-Brunswick : Alimentation saine Activité physique Vivre sans tabac Santé psychologiqueVingt-trois écoles élémentaires (échantillon) ont participé au sondage 2007-2008, En tout,203 (95 %) écoles primaires ont répondu aux sondages sur le mieux-être des élèves 2010-2011.Au total, 11 784 élèves et 19 739 parents ont participé au sondage. Chacune de ces écoles areçu un rapport de suivi personnalisé présentant les résultats colligés pour tout le district, saufdu nombre total d’élèves ayant participé au sondage dans le district.L’organisation du rapport de suivi qui vous est destiné tient compte des liens qui existentsanté. Les rapports sont organisés en fonction des réponses données par les élèves de 4e et 5e e année liées auxattitudes et aux comportements en matière de mieux-être. 3
  • 4. Le rapport de suivi fournit une occasion unique de renforcer l’importance du lien qui existeentre des habitudes de vie saines et l’apprentissage. La recherche actuelle apporte la preuvequ’il existe des liens étroits entre les quatre piliers du mieux-être ainsi que l’engagement et laréussite scolaire des élèves. Par exemple : Alimentation saine : Prendre chaque jour un déjeuner peut aider à améliorer la concentration et à accroître la capacité d’apprendre (Agence de la santé publique du Activité physique : Les élèves actifs et en bonne santé ont un meilleur niveau de tendance à être plus actifs physiquement (Agence de la santé publique du Canada, Vivre sans tabac : Les habitudes liées à la consommation de tabac chez les parents constituent un facteur clé quant à l’acceptation du tabagisme comme étant « normal » et à son association avec un nombre moins important de perceptions négatives et de un lien entre le tabagisme, la faiblesse du rendement scolaire et la motivation chez les Santé psychologique : La satisfaction des besoins liés à la santé psychologique (compétences, rapprochement et autonomie) a été associée à une série de résultats positifs sur le plan scolaire et personnel, notamment une meilleure estime de soi et une scolaires, ainsi qu’une baisse du risque de décrochage scolaire (Morrison et Peterson,La santé à l’école : une approche globale Ceintègrent des aspects et des pratiques clés dans les quatre domaines suivants : Milieu social et physique Enseignement et apprentissage Politiques saines dans les écoles Partenariats et servicesPour en savoir plus sur le cadre global de santé enpour les écoles en santé, veuillez visiter le site www. 4
  • 5. partir du cadre global sur la santé en milieu scolaire. Chaque district peut donc se servir dece rapport pour établir des priorités ainsi que pour élaborer et mettre en place des initiativesmatière de santé. Les résultats détaillés du sondage que contient le rapport permettentadministrateurs, les fournisseurs de services et les membres de la communauté, travaillentensemble. Voici quelques idées sur la façon d’utiliser votre rapport de suivi.Les parents et les communautés peuvent utiliser les résultats pour : Conseil d’éducation de district (CED), le Comité d’action santé de district (CASD) ou les donner l’exemple de comportements sains et encourager l’adoption de tels comportements; partager leurs compétences, leurs talents et leurs connaissances pour soutenir l’école, le district et la communauté;Le personnel du district peut utiliser les résultats pour : communiquer les résultats avec le Conseil d’éducation de district (CED), le Comité des élèves; donner l’occasion au personnel de montrer l’exemple; mieux-être); saines; améliorer la prestation de services ou de programmes pour les élèves (p. ex. des conseils former de nouveaux partenariats avec les parents et l’ensemble de la communauté dans le but d’agir collectivement;Légende du graphique :Réponses des élèves de 4e et 5e année : Analyse du sondage auprès des élèvesRéponses des parents : Analyse du sondage auprès des parents sur leurs proprescomportementsPerspective des parents des élèves de la maternelle à la 5e année : Analyse du sondage e année sur les comportements de leur(s)enfant(s) 5
  • 6. Au cours des 25 dernières années, le pourcentage d’adolescents canadiens considéréscomme étant en situation d’embonpoint ou d’obésité a augmenté de façon très importante.(Fondation des maladies du cœur du Canada, 2006). La consommation de repas rapides et DurantEmbonpoint et obésitéLa consommation accrue de glucides et de sucres simples, de portions plus importantes ainsiles enfants (ASPC, 2009). Le poids santé peut être déterminé au moyen de l’indice de masse (Cole, Bellizzi, Flegal e année degraphique suivant. Graphique 1 : Indice de masse corporelle des élèves Perspective des parents* des élèves de la maternelle à la 5e année 100 90 80 70 IMC 60 50 47 40 30 30 20 11 12 10 0 Poids infuffisant Poids Embonpoint Obésité normal (Shields, Connor Gorber, Janssen, et Tremblay, 2011). 6
  • 7. S’alimenterLa quantité de légumes et de fruits que les adolescents consomment est un marqueurparticulièrement important. En effet, les enfants et les adolescents qui consomment dessituation d’embonpoint ou d’obésité que ceux dont la consommation de légumes et fruits estmoins fréquente (Tjepkema et Shields, 2005). Graphique 2 : Consommation de légumes et de fruits (journée précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année et réponses des parents 100 90 80 70 60 50 40 35 31 30 Élèves 21 20 20 18 Parents 20 15 15 10 10 5 7 3 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7−8 fois 9 fois et +Limiter les aliments et les boissons riches en calories, en lipides, en sucre et en sel (sodium) estune étape importante vers une meilleure santé et un poids santé (Santé Canada, 2007a). Graphique 3 : Consommation d’aliments non nutritifs* (journée précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année et réponses des parents 100 90 80 70 60 50 58 40 45 Élèves 30 36 Parents 20 26 10 18 0 5 7 4 0 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7 fois et + *Exemples d’aliments non nutritifs : bonbons, friandises, croustilles, frites. 7
  • 8. Graphique 4 : Consommation de boissons non nutritives* (journée précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année et réponses des parents 100 90 80 70 60 53 50 45 38 Élèves 40 Parents 30 30 20 16 10 7 6 4 1 1 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7 fois et +* Exemples de boissons non nutritives : boissons gazeuses, eaux aromatisées, boissons pour sportifs, barbotines (slush).Manger sainement à la maison Par exemple, les élèves quiet sont également plus créatifs (Santé Canada, 2007b). . 8
  • 9. Au Nouveau-Brunswick, 70 % des élèves de 4e et 5e Graphique 5 : Prise d’un déjeuner (semaine précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 79 80 70 60 50 40 30 20 11 10 3 5 2 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7 fois et +le fait de regarder la télévision pendant le repas peut annuler les effets positifs des repas enfamille. En effet, les enfants qui mangent devant la télévision consomment moins de légumeset de fruits et plus d’aliments gras et de boissons gazeuses. La prise de repas devant la (Les diététistes du Canada, 2007). Graphique 6 : Prise de repas devant la télévision (semaine précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 80 70 60 50 40 34 30 22 22 20 14 10 7 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7 fois et + 9
  • 10. Les parents peuventfamille peut permettre de renforcer de bonnes habitudes alimentaires et offrir aux adultes et (Santé Canada, 2007b). Les enfants et lesadolescents qui mangent régulièrement avec au moins un autre membre de leur famille ontune meilleure alimentation et un meilleur apport nutritionnel (Les diététistes du Canada, 2007). Graphique 7 : Prise de repas avec un parent (journée précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e anné 100 87 81 80 60 45 40 32 20 0 Déjeuner Dîner Souper Au moins un repas avec un parentVingt-deux pour cent de la consommation moyenne de gras trans chez les Canadiensproviennent d’aliments consommés en dehors de la maison, et souvent dans desétablissements de restauration rapide ou d’autres types d’environnements (Santé Canada,2007a). De nombreuses études ont prouvé que les enfants et les adultes qui consomment desaliments rapides ont plus de risques de prendre du poids, de faire de l’embonpoint ou d’êtreobèses. Cette relation est la plus forte chez les personnes qui consomment un ou plusieursrepas par semaine dans un établissement de restauration rapide (Nutrition Evidence Library,2010). Graphique 8 : Fréquentation d’établissements de restauration rapide ou de restaurants avec son enfant (semaine précédant le sondage) 100 Réponses des parents 90 80 70 60 50 47 41 40 30 20 10 10 2 0 0 fois 1 fois 2 fois 3 fois et + 10
  • 11. physique se produit chez les deux sexes.sont inactifs, ce qui reste vrai même quand les cours d’éducation physique ou d’autres types(Jeunes en forme Canada, 2009)physique des enfants, puisque des études ont montré que celle-ci peut être égalementl’estime de soi (Jeunes en forme Canada, 2010).Le Guide d’activité physique canadien recommande que les élèves consacrent au moins (Sociétécanadienne de physiologie de l’exercice, 2011a). Au Nouveau-Brunswick, 75 % des élèves (de4e et 5e 11
  • 12. Graphique 9 : Heures consacrées à l’activité physique (la plupart des jours) 100 Réponses des élèves de 4e et 5e année 90 80 70 60 50 40 30 24 24 20 19 20 11 10 2 0 0h Moins de 1 h Moins de 2 h 2h 3h Plus de 3 h très actif physiquement pendant 30 minutes au moins (Société canadienne de physiologie del’exercice, 2011a). Graphique 10 : Être très* actif physiquement pendant au moins 30 minutes (semaine précédant le sondage) Réponses des élèves de 4e et 5e année et réponses des parents 100 90 80 70 60 50 Élèves 40 35 36 33 Parents 28 30 21 20 16 16 8 10 4 4 0 0 fois 1−2 fois 3−4 fois 5−6 fois 7 fois et + * Très actif physiquement » a été décrit comme l’état de quelqu’un qui pratique respiration intense, comme la course, le vélo ou les travaux ménagers. 12
  • 13. Heures passées devant un écranSelon les Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire, les enfants et lesp. ex. regarder la télévision ou utiliser un ordinateur (Société canadienne de physiologie del’exercice, 2011b). Graphique 11 : Heures passées devant un écran (la plupart des jours) Réponses des élèves de 4e et 5e année et réponses des parents 100 90 80 70 60 50 45 40 Élèves 40 35 Parents 30 19 18 20 16 15 10 4 4 0 1 2 0 0h Moins de Moins de 2h 3h Plus de 3 h 1h 2hL’inactivité augmente le risque de prendre du poids, de même que la probabilité deconsommer des aliments plus riches en matières grasses, en sucre et en sel (Santé Canada,2007b). Graphique 12 : Heures consacrées aux activités quotidiennes (la plupart des jours) Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 80 80 Devant un écran Activité physique 70 Lecture/Devoirs 60 54 54 50 40 29 30 24 20 20 14 16 10 3 4 0 2 0 0h Moins de 1 h Moins de 2 h 2 h et + 13
  • 14. La période après l’école est idéale pour introduire des changements chez les enfants quiplus actifs physiquement. Environ 5 % des élèves de niveau élémentaire au Nouveau-Brunswickn’avaient pas fait d’activité physique la semaine précédant le sondage. Graphique 13 : Participation des élèves à des activités physiques non organisées par l’école Perspective des parents des élèves de la maternelle à la 5e 100 90 90 76 78 80 Après I’école 70 Soirs de semaine Fin de semaine 60 50 40 30 24 22 20 10 10 0 Oui Nonniveaux d’activités de leurs élèves (Fondation des maladies du cœur du Canada, 2005). Àl’école, les activités physiques permettent aux élèves d’être actifs et de nouer des relations quirenforcent l’adoption d’attitudes et de comportements sains. Graphique 14 : Participation des élèves à des activités physiques en dehors à l’école Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 81 80 Avant I’école, à la récréation ou le midi 70 66 Immédiatement après I’école 60 50 40 30 25 20 12 7 9 10 0 Oui Non Aucune activité offerete 14
  • 15. Vivre sans tabac plus le nombre de fumeurs (Santé Canada, 2002). Graphique 15 : Élèves vivant avec des personnes qui fument la cigarette ou d’autres produits du tabac Réponses des parents 100 90 80 68 70 60 50 40 32 30 20 10 0 Oui Nonprévalence du tabagisme . Graphique 16 : Permettre aux gens de fumer à l’intérieur Réponses des parents 100 95 88 90 80 70 60 50 Dans la maison 40 Dans la voiture 30 20 12 10 5 0 Oui Non 15
  • 16. de l’absence de maladies.(province du Nouveau-Brunswick, 2009).de la santé mentale positive : Meilleures pratiques et perspectives. Ce document décrit desLes analyses des données du sondage 2007-2008 sur le mieux-être ont révélé que des niveaux des niveaux plus élevés de l’affect positif et des attitudes pro-sociales et moins de comportements d’opposition; (Morrison et Peterson, 2010). 16
  • 17. environnement et des personnes qui s’y trouvent. Graphique 17 : Niveau de santé psychologique 100 Réponses des élèves de 4e et 5e année 90 80 70 60 56 50 Fiable 40 Modéré 31 Élevé 30 20 13 10 0 .Autonomie « Je suis capable de faire des choix pour les choses qui sont importantes pour moi. »Les élèves ont besoin de liberté pour faire des choix ou prendre des décisions qui lesconcernent.autres. Graphique 18 : Niveau d’autonomie 100 Réponses des élèves de 4e et 5e année 90 80 68 70 60 50 Fiable 40 Modéré Élevé 30 23 20 9 10 0 17
  • 18. Création de liens « Je sens que je fais partie du groupe, qu’on me soutient et qu’on m’encourage. »Les élèves ont besoin de se sentir liés et d’être proches de leur famille, des personnes de leur Ce besoinsoutien et l’encouragement offerts par les autres. Graphique 19 : Niveau de rapprochement 100 Réponses des élèves de 4e et 5e année 90 80 70 60 50 43 37 Fiable 40 Modéré Élevé 30 20 20 10 0Compétences « Je suis conscient, ainsi que les autres, de mes forces et de mes talents. » La satisfaction de ce besoin procure un sentiment d’accomplissementpersonnel. Graphique 20 : Niveau de compétence Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 80 70 60 48 50 38 Fiable 40 Modéré Élevé 30 20 14 10 0 18
  • 19. Comportements pro-sociauxde comportements pro-sociaux, p. ex. aider les gens et partager des choses sans qu’onleur demande. On a demandé aux élèves dans quelle mesure ils étaient en accord ou enles gens et partager. Le graphique suivant indique les résultats pour les comportements pro-sociaux (réponses des élèves et des parents) par rapport au reste de la province. Réponses des élèves de 4e et 5e année À quel point es-tu en accord ou en désaccord À quel point es-tu en accord ou en désaccord Entièrement en Ni d’accord, ni D’accord ou désaccord et en d’accord Entièrement en désaccord d’accordJe rends souvent service aux gens sans qu’on me le 5 13 82demande.Je prête souvent des choses aux gens sans qu’on 18 15 67me le demande.J’aide souvent les gens sans qu’on me le demande. 9 14 78Je complimente souvent les gens sans qu’on me le 7 13 80demande.Je partage souvent des choses avec les gens sans 12 15 73qu’on me le demande.comportements pro-sociaux. Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 80 70 60 51 50 Fiable 40 Modéré 27 Élevé 30 21 20 10 0 19
  • 20. scolaire, relations malsaines, toxicomanie, problèmes avec la loi et risque accru de problèmesde santé mentale (Van Lier, Muthen, Van der Sar et Crijnen, 2004)attitudes et les comportements positifs ainsi que l’amélioration des résultats au plan physiqueet psychologique et la diminution des comportements d’opposition (Juvonen, 2007).On a demandé aux élèves dans quelle mesure ils étaient en accord ou en désaccord avecrésistance et la bagarre. Réponses des élèves de 4e et 5e année Pourcentage des élèves qui ont répondu À quel point es-tu en accord ou en désaccord avec Entièrement en Ni D’accord ou désaccord et en d’accord, Entièrement désaccord ni en d’accord d’accord 56 24 20 73 12 15 76 9 15Je me bagarre. 76 11 13 88 6 6Je prends des choses qui ne m’appartiennent pas, que 91 3 5comportements d’opposition. Graphique 22 : Niveau de comportements d’opposition 100 Réponses des élèves de 4e et 5e année 90 80 70 60 50 40 Fiable 40 Modéré 31 28 Élevé 30 20 10 0 20
  • 21. (Organisationmondiale de la Santé, 2008).Les enfants qui sont victimes d’intimidation peuvent rencontrer des problèmes émotionnelset comportementaux, par exemple se sentir blessés, gênés, solitaires et déprimés (Hawkeret Boulton, 2000; Sharp, Thompson et Arora, 2000). Des études montrent que les enfantsleurs camarades de classe, peu d’empathie, une perception déformée des conséquences (Beran, Hughes et Lupart,2008). Tableau 3 : Comportement lié à l’intimidation Réponses des élèves de 4e et 5e année Pourcentage des élèves qui ont répondu À quel point es-tu en accord ou en Entièrement en Ni d’accord, ni D’accord et désaccord et en en d’accord Entièrement désaccord d’accordaux adultes de cette école les situations 7 10 83d’intimidation.Liens avec l’écolechoix.élevé. On a demandé aux élèves d’indiquer dans quelle mesure ils étaient d’accord ou en 21
  • 22. Réponses des élèves de 4e et 5e année Pourcentage des élèves qui ont répondu À quel point es-tu en accord ou en désaccord Entièrement Ni d’accord, ni D’accord et en désaccord en d’accord Entièrement et en d’accord désaccordJe me sens en sécurité dans mon école. 6 9 85Je me sens proche des autres dans mon école. 10 15 75J’ai un sentiment d’appartenance pour mon 7 10 83école. 10 16 73 5 10 85avec l’école. Graphique 23 : Niveau de liens avec l’école Réponses des élèves de 4e et 5e année 100 90 80 70 60 50 40 41 Fiable 40 Modéré Élevé 30 19 20 10 0 22
  • 23. Résultats provinciauxCe tableau illustre les résultats provinciaux pour les réponses fournies par les élèves ou lesdéterminer la source du résultat.Légende du graphique :RÉ : Réponses des élèves de 4e et 5e année – Analyse du sondage auprès des élèvesRP : Réponses des parents – Analyse du sondage auprès des parents sur leurs proprescomportementsPP : Perspective des parents des élèves de la maternelle à la 5e année – Analyse du sondage e année sur les comportements de leur(s)enfant(s) Indicateurs de mieux-être % N.-B. RÉ RP PP 2010-11Indice de masse corporelle (IMC) 11 Poids normal 52 Embonpoint 12 Obésité 24Consommation de légumes et de fruits (journée précédant lesondage) 0 fois 9 1-2 fois 20 3-4 fois 21 5-6 fois 17 7-8 fois 15 9 fois et + 18 0 fois 2 1-2 fois 17 3-4 fois 35 5-6 fois 29 7-8 fois 12 9 fois et + 6Consommation d’aliments non nutritifs (journée précédant lesondage) 0 fois 25 1-2 fois 47 3-4 fois 15 5-6 fois 5 7 fois et + 8 0 fois 29 1-2 fois 63 3-4 fois 7 5-6 fois 1 23
  • 24. Indicateurs de mieux-être % N.-B. RÉ RP PP 2010-11 7 fois et + 0Consommation de boissons non nutritives (journée précédant lesondage) 0 fois 44 1-2 fois 37 3-4 fois 10 5-6 fois 4 7 fois et + 5 0 fois 54 1-2 fois 36 3-4 fois 8 5-6 fois 2 7 fois et + 1Prise d’un déjeuner (semaine précédant le sondage) 0 fois 4 1-2 fois 9 3-4 fois 5 5-6 fois 12 7 fois et + 70Prise de repas devant la télévision (semaine précédant le sondage) 0 fois 34 1-2 fois 27 3-4 fois 13 5-6 fois 7 7 fois et + 19Prise de repas avec un parent (journée précédant le sondage) 42 26 Souper 77 Au moins un repas 83Fréquentation d’établissements de restauration rapide ou derestaurants avec son enfant (semaine précédant le sondage) 0 fois 46 1 fois 42 2 fois 9 3-4 fois 2Heures consacrées à l’activité physique (la plupart des jours) 0h 5 Moins de 1 h 20 Moins de 2 h 24 2h 1924
  • 25. Indicateurs de mieux-être % N.-B. RÉ RP PP 2010-11 3h 10 Plus de 3 h 23Être très actif physiquement au moins 30 minutes (semaineprécédant le sondage) 0 fois 5 1-2 fois 15 3-4 fois 25 5-6 fois 20 7 fois et + 35 0 fois 14 1-2 fois 28 3-4 fois 35 5-6 fois 14 7 fois et + 9Heures passées devant un écran (télévision, ordinateur, jeux vidéo)la plupart des jours 0h 1 Moins de 1 h 4 Moins de 2 h 19 2h 14 3h 11 Plus de 3 h 50 0h 2 Moins de 1 h 33 Moins de 2 h 36 2h 19 3h 6 Plus de 3 h 5Lecture/Devoirs (la plupart des jours) 0h 3 Moins de 1 h 15 Moins de 2 h 54 2 h et plus 28Participation à des activités physiques non organisées par l’école Après l’école 68 Les soirs de semaine 69 84Participation à des activités physiques à l’école 77 58Élèves vivant avec des personnes qui fument la cigarette ou d’autres 31produits du tabac 25
  • 26. Indicateurs de mieux-être % N.-B. RÉ RP PP 2010-11Permettre aux gens de fumer à l’intérieur Dans la maison 5 Dans la voiture 5Niveau de santé psychologique Faible 21 Modéré 61 Élevé 19Besoins en matière de santé psychologique – Autonomie Faible 18 Modéré 35 Élevé 47Besoins en matière de santé psychologique – Création de liens Faible 23 Modéré 41 Élevé 36Besoins en matière de santé psychologique – Compétences Faible 21 Modéré 36 Élevé 43Comportements pro-sociaux Faible 30 Modéré 28 Élevé 43Comportements d’opposition Faible 55 Modéré 24 Élevé 22Comportement lié à l’intimidation 83les situations d’intimidationLiens avec l’école Faible 17 Modéré 39 Élevé 4426
  • 27. Bibliographiepour une vie active saine ». Disponible en ligne : http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl- Childhood Obesity: How to Achieve and Maintain aHealthy Weight in Children and Teens, Chicago, ADA Evidence Analysis Library.Youth », Canadian Journal of School Psychology, vol. 25, pp. 5-18. Childhood andadolescent onset psychiatric disorders, substance use, and failure to graduate high schoolon time, Sacramento, University of California, Davis, School of Medicine. Legislative smoking bans forreducing secondhand smoke exposure, smoking prevalence and tobacco consumption.10.1002/14651858. CD005992.pub2for child overweight and obesity worldwide: international survey », British Medical Journal,vol. 320, pp. 1-6. Handbook of self-determination research, Rochester, NY :University of Rochester Press. Les écoles et l’activité physique »,énoncé de position de lales adolescents », Journal ofChild Psychology and Psychiatry, vol. 41, pp. 441-455.and engagement », The Educational Psychologist, vol. 42, no. 4, pp. 197-208.avoidance of television viewing at meals to improve children’s food choices and to prevent2007 (cité le 2 août 2011). Disponible en ligne : http://www.pennutrition.com. Accessibleuniquement aux utilisateurs inscrits. 27
  • 28. « Le milieu scolaire comme terrain propice à la promotion de la santé mentale positive : Meilleures pratiques et perspectives », Consortium What is the relationship between eating out and adiposity in children? Disponible en ligne : http://www.nutritionevidencelibrary.com/ Inequalities in Young People’s Health: Health , vol. 5, pp. 159-166, Écosse. être du Nouveau-Brunswick 2009-2013 », ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport (SANTÉ CANADA. (2002). technique Ottawa.SANTÉ CANADA. (2007a). l’intention des éducateurs et communicateurs 0-662-44470-1).SANTÉ CANADA. (2007b). des enfants et des jeunes publications de Santé Canada.SANTÉ CANADA. (2010). Enquête de surveillance de l’usage du tabac au Canada. DisponibleSHARP, S., THOMPSON, D., et ARORA, T. (2000). How long before it hurts? An investigation into (1), 37–46. Estimations de l’obésité chez les enfants fondées sur les mesures déclarées par les parents et sur les mesures directes. Dans: Rapports sur la santé, vol. 22 (Au catalogue 82-003-XPF2011003). Ottawa: Statistique Canada. Disponible en ligne : http://www.statcan.gc.ca/pub/ 82-003- x/2011003/article/11534-fra.htm. collectivités canadiennes – L’embonpoint chez les enfants et les adolescents au Canada » (catalogue 82-620-MWF2005001), Ottawa, Statistique Canada. intervention », Journal of Consulting and Clinical Psychology, vol. 72, pp. 467-478. 28

×