• Like
  • Save
Internet managers club 2011 -  livre blanc 2 what's next
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Internet managers club 2011 - livre blanc 2 what's next

on

  • 3,001 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,001
Views on SlideShare
2,110
Embed Views
891

Actions

Likes
1
Downloads
27
Comments
0

3 Embeds 891

http://blog-jamespot.com 858
http://en-net2.cpgrp.root.local 32
http://translate.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Internet managers club 2011 -  livre blanc 2 what's next Internet managers club 2011 - livre blanc 2 what's next Document Transcript

    • WHAT ’S2011 SMARTPHONES, TABLETTES & TV CONNECTÉES NEXT ?
    • l’Internet Managers Clubwww.internetmanagersclub.com
    • SOMMAIREEDITO >>> 2 WHAT’SLE BUREAU >>> 4ALAIN GARNIER – JAMESPOT >>> 6ANDREW BUCKMAN – CRITÉO >>> 8ANTHONY KUNTZ – KREACTIVE >>> 10CLÉMENT CHARLES – TOUTLECONTENU.COM >>> 12CHRISTOPHE LÉON - PURE AGENCY >>> 14DANIEL BRECHIGNAC - BRECHIGNAC ASSOCIATES >>> 16 NEXT?EMMANUEL RACCA - NOUVEAU SENS / SPEEDNAMING.COM >>> 18EMMANUEL VIVIER - VANKSEN & CULTUREBUZZ >>> 20ERIC TENIN – LES PRODUCTEURS DU NET >>> 22FLORENCE SORTELLE - ATVISUAL-LINK >>> 24FRANCOIS LE TANNEUR – SNAPP >>> 26FRÉDÉRIC CANEVET – SAGE >>> 28GILDAS PIQUET-FRIBOULET – BUZZPRESS >>> 30PUB >>> 32HERVÉ BLOCH – DIGILINX >>> 34HERVÉ KABLA - BLOGANGELS + MEDIAACES - GOLFWORLD >>> 36JEAN-MICHEL MAURER – CAMPING&CO >>> 38JÉRÔME BOUTEILLER – MOBPARTNER >>> 40JULIEN LOPIZZO – ABSOLUDIGITAL GROUP >>> 42LAURENT ESPOSITO – PANELS&MEDIA + TIVIPRO >>> 44MARC COHEN - ATOS ORIGIN >>> 46MORGANE CASTANIER - SFR >>> 48NABIL BEN HADID - NETISSE >>> 50OLIVIER CHOURAKI – MOBILUCK >>> 52OLIVIER LUET - ASSOR >>> 54SABINE FILLIAS – CHAUSSON FINANCE >>> 56SÉBASTIEN ROBERT – TOPANNONCES.FR (SPIR) >>> 58THIERRY DEROUET – GROUPE 01 >>> 60YOUSSEF RAHAOUI - MADMAGZ >>> 62REMERCIEMENTS >>> 64
    • Barbara Sohier Rédactrice en chef du livre blanc 2011 Chaque mois depuis 2 ans, l’Internet Managers Club réunit lors de cocktails ou diners des passionnés du web. Qu’ils soient annonceurs, agences ou médias, ces rencontres sont toujours l’objet d’échanges, de par- tages, de découvertes, de collaborations, d’accords et même parfois de… désaccords ! Un seul objectif : passer des moments sympathiques, amicaux, riches et passionnés ! Pour faire que ces échanges ”In Real Life” ne s’arrêtent pas là, pour qu’ils soient partagés avec encore plus de passionnés et pour faire que ces passions se transmettent, rien de tel que d’immortaliser les réflexions digitales…de nos passionnés dans un vrai livre imprimé sur papier à l’heure de la dématérialisation. Bien entendu, ce Livre Blanc sera doublé d’une version électronique pour les “num-addicts” Le sujet de cette édition N°2 “What’s next ? Smartphones, Tablettes et TV connectées” a été désigné “haut la main” face à L’E-Commerce Gagnant et aux Réseaux sociaux. A ce sujet complexe, vaste et technique mêlant le numérique, le virtuel, le tactile, le relationnel et l’intercon- nexion, 27 passionnés ont répondu “présent” et nous font partager leur vision du sujet ! A l’heure du tout numérique, de la mobilité et des réseaux sociaux, qui peut encore se targuer de ne pas avoir de téléphone portable et/ou d’ordinateur et/ou même de télévision ou bien encore de ne pas dépasser les 15 amis sur Facebook ?Quand nos vies d’aujourdhui mériteraient des journées de 48h, quand nos amis habitent à l’autre bout dumonde, quand la mobilité géographique devient courante, nous avons tous ce besoin d’appartenance à unecommunauté “d’amis”, de “collègues”…Et au reste du monde ! Pour cette nouvelle vie devenue “mobile”,il faut des outils et des “machines” mobiles et connectés ! Ces liens dont nous avons besoin, nousles retrouvons chaque jour dans notre environnement technologique …si nous, nous sommes connectésalors nos machines le sont aussi ! Télévisions, ordinateurs, téléphones, réfrigérateurs, tablettes, tous nosoutils communiquent également entre eux et nous fournissent un lien social dont nous avons tant besoinpour nous relier au reste du monde !Si la grande révolution de la mobilité et de “écrans connectés” est en marche, une autre révolutionla talonne…c’est la dimension tactile qui renforce le lien homme/machine et qui donnerait presque un peu desensualité, d’attachement et de vie à nos objets du quotidien pourtant si froids, mécaniques et matériels !Alors à quand la connexion par la pensée entre l’homme et la machine et les précogs* ?* Philip Kindred Dick dans Le Rapport minoritaire adapté au cinéma par Steven Spielberg dans le Film Minority Report en 2002
    • 1 Hervé Bloch President and co-founder Hervé, 35 ans, travaille depuis 12 ans dans le domaine du web. Il a débuté sa carrière 5 chez IBM dans la division NetGen dédiée aux pure player Internet où il traitait 2 avec les acteurs de renom de lépoque comme Aquarelle, 4 3 Allociné, Aucland, Ibazar... Hervé Bloch a ensuite participé à la création dune start-up Internet en tant 1 que Directeur Commercial & Marketing associé, avant de rejoindre Emailvision en tant que Directeur des Ventes France, puis Directeur Général Suisse et Directeur de la Region Central & East Europe. Après 18 mois à linternational, Hervé a souhaité revenir en France et a réalisé une missionLE BUREAU de six mois auprès de la société Come & Stay. Hervé est aujourdhui fondateur de la société Digilinx qui conseille les annonceurs sur des problématiques digitales. Hervé est aussi un “power networker” et anime une communauté de plus de 3 500 professionnels dans le marketing, la communication et l’Internet sur les différentes L’Internet Managers Club est une association loi 1901 plates-formes de social networking. Il est également un spécialiste des réseaux sociaux.@Emmanuelvivier
    • 2 4Jean-Michel Sanja 5Maurer ZjalicVice-President and Emmanuelco-founderJean-Michel, 34 ans, General Secretary Sanja, 44 ans, Lecugy 3a débuté sa carrière dans Art Director a commencé sa carrièrele conseil en 2002, comme dans le marketing et la vente Emmanuel 40 ans, travailleconsultant en marketing dans l’art, la mode et depuis plus de 15 ans en tantet e-business. le design intérieur. que Directeur de CréationEn 2005, il rejoint Greenwich Barbara En 2005, après un MBA (DC/DA).Consulting, cabinet de conseilspécialisé en stratégie et Sohier en Marketing International, elle se découvre une passion Diplômé de Charpentier où il est aujourd’hui juré d’examen,management des Télécoms Teasurer Emmanuel a successivement“Internet” Media, au poste de pour internet et les nouvelles exercé chez S2l santé (DA)Senior Consultant. Après une maîtrise technologies et commence à dÉconomie Appliquée dans l’univers du médicalFort de cette expérience, développer ses compétences à Paris IX Dauphine, Barbara, puis chez Evidence (DC),il rentre en 2007 au sein dans ce domaine.de la web agency Business Lab 32 ans, a débuté sa carrière agence spécialisée RH.en tant que Directeur Conseil dans le Web en 2002 en tant En 2007 elle devient Depuis 10 ans, il travailleen charge de la mise en place que Responsable Marketing Responsable Marketing chez Peter Pen, agenceet du pilotage de lactivité France chez Pixmania.com. et Commercial International conseil en communication,de conseil en stratégie et En 2005, elle intègre lESSEC d’une publication en ligne dont l’expertise prévaut enmarketing Internet. pour un dernier cycle en destinée aux professionnels matière de communication Mastère Marketing du design. Sanja travaille corporate, RSE et développementEn 2008,il devient entrepreneur Management puis rejoint actuellement sur des projets durable, tant en communicationen étant co-fondateur & Coursengo.com,VP marketing du portail de business développement externe qu’interne. le supermarché en ligne dentreprises àde shopping local Brozengo. de Franprix Leader Price GDF SUEZ, Rhodia, Edenred, linternational et sur desEn 2009, il crée Neovicom, en 2006 au poste EFS, l’Autorité de la Concur- de Responsable Marketing missions d’accompagnementcabinet de conseil en rence, Accor font partie des Internet. de sociétés qui lancent leurstratégie et marketing quelques références de site e-commerce.Internet & Mobile. En Juin 2010, Barbara rejoint l’agence pour lesquellesEn 2011, Jean Michel intègre le Comité de Direction de Emmanuel conçoit des identitésle comité de direction de Dakota Editions au poste de graphiques web et print,la société Holidays&Co / Directrice Internet et Marketing des chartes d’édition,Camping&Co (société du de Dakotabox (Société de des campagnes, des brochures,Groupe Smart&Co / ` Coffrets cadeaux) et de Thank des rapports d’activité, etc.Smartbox) en tant que You Charlie (le cadeau instantané par SMS). Emmanuel est aussi unDirecteur e-Commerce. “power networker“ et animeJean-Michel est par ailleurs une communauté de plusun blogger du web, de 1700 professionnels,il interviewe chaque mois Directeurs de création,des serials entrepreneurs free lances, photographes,de la toile sur son blog illustrateurs sur différenteswww.jeanmichelmaurer.com. plates-formes.
    • Alain GarnierCo-founder & CEO
    • De l’originedes espèces NumériquesL’ordinateur pour ceux qui n’aiment pas ou ne veulent pas d’ordinateurs ou “De l’originedes espèces Numériques”.Il y a eu au moins six grandes extinctions de masse au cours de lhistoire de la vie surTerre. On se rappelle souvent celle des Dinosaures, mais c’est oublier celles qui ont eulieu avant… Il en est de même pour le PC. Oui ce bon vieux PC… qui va bientôt êtresupplanté par ces nouveaux “ordinateurs” que sont les tablettes et la … télé.Mais avant de jouer les futurologues, essayons de comprendre comment le PC s’estincrusté dans notre quotidien. Il était plus petit et donc plus agile que ses aînés. Il étaitdoté de nouvelles capacités comme des écrans plus précis. Et enfin, il était équipéde nouveaux périphériques (pour ne pas dire organes), comme la souris.Si l’on reprend les mêmes composants et que l’on y ajoute une couche de “PLUS”, dehigh-tech et de vulgarisation du produit; vous comprendrez pourquoi le PC est dépassé.Qu’en est-il des tablettes et des Smartphones ? L’iPad bien sûr, étalon galopant loindevant les autres, montre la voie : plus besoin d’incantations, le système s’expliquede lui même. Les doigts y sont devenus des chefs d’orchestre et les objets numériques(photos, vidéos, pages Web) nous suivent au doigt (et peut-être bientôt) à l’œil.Aujourd’hui, la nouvelle réalité “concrète” du numérique s’incarne et se présente sousforme d’objets au sens propre. une technologieSi l’on rajoute à toutes ces transformations la dimension de connectivité, alors oncomprend pourquoi les tablettes vont rapidement supplanter l’espèce principale que l’on croyait “out”du PC auprès de ceux qui ne souhaitent pas se vouer au “Saint-Ordinateur”. C’est ainsi. repart de plus belle :La technologie rend païen qu’on le veuille ou non. la télévision.”Mais à côté de ces objets agiles, petits et communicants, une technologie que l’on croyait“out” repart de plus belle : la télévision.Cet objet qui semblait dévolu à la ménagère de plus de 50 ans fait un retour en force.Pourquoi ? Parce que l’objet seul, par ses impressionnantes dimensions, proposeà nos regards un horizon d’importance. De plus, la télévision “relookée”, aussi, se dotede “nouveaux” pouvoirs : 3D, interaction par le corps (comme la nouvelle consolede Microsoft) et connectivité totale.Mais a-t-on conscience qu’à côté de cette matérialité qui nous dépasse ou nous englobe,nous reproduisions le schéma de ces extinctions au sein de la sphère numérique, commeen témoigne l’arrivée de ces nouveaux prédateurs numériques qui remplacent les anciens ?Le combat de l’homme contre la machine ne fait que commencer... 7
    • Andrew BuckmanVice President Strategic Partnership
    • Synchronicityla prédiction des besoinsde l’utilisateurLes opportunités mobiles tournent autour de la synchronisation. Avec la multipli-cation des plateformes, formats et technologies, c’est la consommation et surtoutla digestion de contenu en grosse quantité qui intéressent l’utilisateur. L’importancese trouve dans la fluidité d’accès à l’information, prenons comme exemple le papade famille qui regarde la télévision en petit-déjeunant, un segment l’intéresse maisil doit amener les enfants à l’école. Plus tard dans le train, il connecte son téléphoneà sa TV pour revoir l’émission en question qui a automatiquement été stockéedans le Cloud, en arrivant au bureau son PC est déjà configuré en fonctiondes informations qu’il a digérées ce matin. Le device n’est pas important : contentis king !Des technologies et services commencent à voir le jour, Whispersync par Amazonexiste depuis presque 2 ans déjà et des Applications comme Instapaper commen-cent à être bien rodées, mais quelles sont les opportunités pour les fabricants,les plateformes, les annonceurs…? Chaque plateforme veut être la plateforme pourles gouverner tous, mais l’interopérabilité augmente les taux d’utilisationet nous amène plus facilement au tipping point où chaque utilisateur consommede plus en plus d’information tous les jours de façon plus efficace et les annonceursprofitent d’une mine d’information comportementale permettant une dépensepublicitaire efficace et efficiente. Le device n’est pasL’écran tactile est de rigueur en téléphonie mobile et occupe un secteur important important :en bureautique. Le jour où tout le monde pourra avoir un bureau tactile commela démonstration de Jeff Han au TED de 2006 n’est plus très loin. Les développeurs content is king ! ”de Table Connect s’amusent à recréer un iPhone fonctionnel en format géant etla commercialisation d’un tel écran tactile rendra obsolète la différence entreun ordinateur et un smartphone, voire même une télévision. Le futur du contenudépend de la présentation d’une synthèse qu’un utilisateur peut approfondiren fonction de son écran. Le futur de la publicité dépend de la capacité des plate-formes à prédire le comportement de l’utilisateur au moment de la consommationde contenu. 9
    • Anthony KUNTZFounder & CEO
    • Always on L’usage de l’Internet tel que nous l’avons connu ces dix dernières années n’estplus. De la simple consommation de contenu et services sur un navigateur Web,nous sommes passés à une fragmentation des points de contact digitaux : ordina-teurs, smartphones, tablettes et maintenant téléviseurs. Il ne faut plus parler del’Internet Web mais de l’Internet des objets qui ouvre de nouvelles opportunités decommunication et de services. Par cette rupture rapide et profonde des usages, lemedia Internet se retrouve à la fois renforcé dans les stratégies de communicationdes entreprises, mais aussi au sein même de leur système d’information straté-gique.Les entreprises, contraintes d’investir dans ces nouveaux médias, se retrouventconfrontées à des problématiques majeures. Quels sont les supports, les écrans,à privilégier ? Quelles sont les technologies à utiliser ? Quels sont les services per-tinents à proposer ? Quels sont les leviers marketing les plus efficaces pour en as-surer la promotion ? Quels sont les impacts au niveau de l’organisation et de laproduction en interne ? Et enfin, quels sont les modèles économiques associés ?La maîtrise de ce nouveau média passe par une compréhension fine et permanentede la chaîne de valeur et des nombreux acteurs y contribuant. Quel est l’élémentclé générant le plus de valeur au sein de cette chaîne ? L’opérateur telco, leconstructeur du support, l’éditeur du système d’exploitation, le fournisseur de ser-vices ? Nous vivons et allons vivre une période extrêmement riche avec une créa-tion de valeur toujours plus grande. Dans cette compétition acharnée qui sedessine, seules les entreprises audacieuses et visionnaires sauront en tirer profit.A la question “Whats Next ?”, les objets sont d’une part connectés à Internet, maisaussi entre eux. Cette dimension supplémentaire sera la source d’une nouvelle gé- Il ne faut plus parlernération de services totalement innovants : des box se transformant en véritablehub, au-delà d’un media center, contrôlant l’ensemble des objets du foyer (tv, de l’Internet Websmartphones, tablettes, réfrigérateur, climatisation, …). Dans le domaine de l’au- mais de l’Internettomobile ou encore du paiement sans contact (NFC) d’autres révolutions de grande des objets”ampleur sont également en marche…Dans ce monde digne des meilleurs films de science-fiction, la place de l’individu,la notion de dépendance vis-à-vis des objets, et la protection des données per-sonnelles représentent bien évidemment le principal risque de l’individu toujoursconnecté : always on. 11
    • Clément CHARLESFounder & CEO
    • Prêt pourle journalisme 3.0En cette période de mouvement de fond dans les médias, le rôle réel du journalistede demain nest pas quune question de forme dans un monde où tous deviennentproducteurs de contenus et où laccès au "top stories" simpose comme gratuitautant quimmédiat.Les professionnels de linformation se sentent menacés, à juste titre. En effet, dansun métier très assis sur ses acquis, la peur entraîne un immobilisme encore plusfort qui augmente l’incapacité à intégrer le changement, à trouver des réponsesvalides pour lavenir de ces professionnels de linterrogation.Historiquement, journaux et journalistes étaient valorisés pour deux choses :trouver les informations et les mettre en perspective. Dans les grands médias, lasélection des sujets est quasiment laissée aux grandes agences de presse et, parpression économique, manque de place ou bien à cause dune forme de "serviceminimum", la mise en perspective par les rédactions de ces informations fait défaut.Ayant gagné son statut délite en tant quartiste créateur dinformations originales,le journaliste est progressivement devenu diffuseur de message quil na pas pro-duit, voire pas choisi. Pour retrouver la crédibilité perdue du public et sa propreconfiance dans limportance de sa profession, son futur doit dune part revenir auxsources, à la production dune information exclusive et unique, et dautre part mo-difier le rôle conceptuel du média et des talents qui le composent. Dans la sociétéCréer du sens de la connaissance, la création de valeurPour filer la métaphore artistique, le journalisme 3.0 ne sera ni un travail dartistepur ou de simple courroie de transmission, mais une mission de commissaire dex- provient non plusposition, de sélectionneur en chef des informations les plus originales, crédibles, de la quantité devérifiées et intéressantes pour le public. Son rôle comme celui du média avec sonangle propre, sera de mettre les faits en perspective, de livrer des analyses en pro- données,fondeur, dutiliser son talent et son savoir faire pour agréger des informations per- mais de la qualitétinentes (au lieu de les reproduire une énième fois) tout en signant des contenus de celles-ci...”uniques et originaux.Dans la société de la connaissance, la création de valeur provient non plus de laquantité de données, mais de la qualité de celles-ci. Changement en profondeur,ce nouveau rôle pourrait remotiver les équipes, et permettre la mutation organisa-tionnelle nécessaire des rédactions. Papier ou digital, le média et sa marque sontassociés à une valeur ajoutée thématique, pertinente pour une cible particulière.Remplir ces attentes est la clé de tous les succès, publics comme financiers. 13
    • Christophe LeonCEO & Founder
    • Les 7 leviers d’une stratégieM-Commerce rentableEn 2011, la question de “se lancer ou pas sur le mobile” est dépassée !Cela fait plus de 2 ans que des annonceurs phares du marché français gagnent del’argent sur le mobile : Voyages-sncf.com reçoit plus d’un million de visites par moissur ses applis, AccorHotels.com va dépasser les 20 millions d’euros de CA mobileen 2011, BrandAlley et Easyvoyage ont rentabilisé leurs applis en quelques mois àpeine…Plus question de réaliser une V1 mobile “vitrine”, il est impératif de se mettredirectement au niveau des meilleurs sites et applis mobiles du marché et d’imaginerles services et fonctionnalités qui feront la différence.Alors quelles sont les clés du succès pour bâtir une stratégie M-Commerceprofitable ?1. Réaliser un business plan réaliste en amont, définissant les indicateurs de succès : sources de trafic, coût d’acquisition de leads, récurrence du trafic…2. Penser Mobile : ne pas répliquer telles quelles les fonctionnalités du web, mais réfléchir aux fonctionnalités réellement utiles en situation de mobilité.3. Soigner le Design : plus encore que sur le web, le design et l’ergonomie sont déterminants. Les standards commencent à se dégager, fortement inspirés par les meilleures pratiques instituées par Apple. Il est important de consacrer du temps à cette phase de conception.4. S’assurer de la robustesse technique et de la fluidité des services réalisés : La Data est au cœur le mobile impose des contraintes en matière de gestion des flux (data, photos, de la bataille vidéos) et de gestion de la mémoire du terminal pour le ROI mobile !”5. Prévoir un vrai plan de lancement marketing : le moment du lancement est clé pour constituer rapidement une base importante d’utilisateurs actifs. La recette la plus efficace consiste à activer simultanément les leviers d’auto-promo de l’annonceur (site web, newsletter…), les relais d’influence (bloggeurs et journalistes spécialisés), les réseaux sociaux, ainsi que de lancer une campagne publicitaire mobile visant à garantir la visibilité dans les top positions des Appstores.6. Relancer sa base d’utilisateurs via des alertes pertinentes et ciblées : il sagit dun levier CRM efficace et économique sans lequel le trafic des applications mobile séteint rapidement.7. Mesure : la Data est au cœur de la bataille pour le ROI mobile ! Seuls les annon- ceurs qui ont mis en place une vraie stratégie de tracking rentabilisent leur investissement. Il est fondamental de monitorer la performance des investissements publicitaires mobiles, de tagger les parcours sur les sites et applis lancés, de mesurer les taux de conversion. 15
    • Daniel BréchignacFounder & Managing Partner
    • Futureor no futureTV CONNECTEES ET VIDEO NOMADE1. Lingénierie de diffusion audiovisuelle va se modifier avec la montée de la déli-néarisation. Les chaînes de TV classiques seront réellement concurrencées lorsqueles plateformes multiplieront les chaînes thématiques comme le fait Daily MotionKids. Une partie de laudience continuera à consommer de la TV de flux pendantque lautre ira vers une “Video On Demand” naturelle sur Internet.2. La publicité affichée dans et autour du programme peut être facturée en fonctionde limpact REEL et non de son impact PRESUME. Nous devrions voir émerger unbusiness model de revenue share sur la rémunération des droits de diffusion. Lepricing model des droits audiovisuels doit se réinventer, il faudra valoriser les pro-grammes sur la base de laudience réellement constatée comme le revenu dunfilm en salles est lié au nombre d’entrées générées.SMARTPHONES ET INTERNET MOBILE1. Les chiffres disponibles semblent dire que la consultation dinternet en mobiliténa de sens que sur des services qui ont une valeur dusage forte : services élé-mentaires (transport, resa vente privée, meteo pro). Cela restreint la surface éco-nomique du marché des services Internet mobiles. Le service mobile est uncomplément à la puissance dune marque Media ou Services pré-existante.2. La concentration des contenus sur des plates-formes propriétaires sur le modèle Une option facturéeItunes nous ramène au temps de la télévision hertzienne. Or ce modèle de distri- 2€/mois a plus debution centralisé est contraire à la génétique du web. Il est probable qu’apparais-sent des initiatives collaboratives qui viendront contrer la concentration de la valeur quune pubdistribution que tentent dimplanter Apple et Google. Notons quApple a fait ses sur un email à l’abonné.”succès sur l’intégration verticale hardware/software/diffusion mais en se limitant àune cible marquée (créatifs, art, éducation). Son modèle de contrôle de la distribu-tion peut-il tenir sur un marché ouvert ? Devra-t-il se recentrer sur une cible de"trendies" qui est son identité historique ? Auquel cas il représente le succès in-contestable dune entreprise mais pas un business model extensible à lensemblede lInternet.ET LA PUB DANS L’INTERNET MOBILE ?Le marché de la publicité sur lInternet mobile nexistera pas. La distribution din-formation vers des terminaux mobiles est contrôlée par le cartel des opérateursmobiles. Une option facturée 2€/mois a plus de valeur quune pub sur un email àl’abonné. "Lup selling" (vente à labonné de services annexes) coûte beaucoupmoins cher quune régie publicitaire. Les smartphones et tablettes connectées sontdes outils de services de communication et la clé du marché est dans la propriétéde la carte SIM! La volonté dApple de pouvoir vendre des cartes SIM en est unedémonstration magistrale, tout autant que celle de Google dêtre présent sur lemarché des devices mobiles. 17
    • Emmanuel RaccaCEO & Founder
    • Nomade landAvec l’arrivée des Smartphones, des tablettes de type iPad et des écrans de toutpoil, c’est un concentré d’innovation qui débarque dans nos poches, avecune donnée de taille : le marketing…Le marketing fusionne désormais avec la technologie, une technologie chaque foisplus innovante, à dominante mobile et sociale. Nous sommes (serons pour lagénéralisation) tous en possession d’un Smartphone, objet innovant permettant viales applications de type réseau social de “claimer” à la fois aux yeux du mondemais également pour conforter notre propre ego et notre échelle de valeur sociale.Nous agissons volontairement sur l’émission du message, nous en sommes lesprincipaux auteurs, animateurs, distributeurs, nous jouons les rôles d’agencede publicité, d’attaché de presse et d’ambassadeur d’une marque ou d’un universde marque. L’exemple frappant en est Foursquare, une application destinéeaux Smartphones : l’individu s’identifie (check in) là où il se trouve, Monoprix,cinéma, bar etc.Aidé par la géolocalisation, ses contacts Facebook et Twitter sont avertis visuelle-ment de sa position, captant ainsi la mobilité de celui-ci…Résultat, l’individu suivantles endroits où il “check” se définit une image de marque de lui-même.Cette scénarisation constante contribue à créer des images qui peu à peu vont définirune sorte de logotype émotionnel. Les marques commencent à le comprendre, ensuivant l’exemple Foursquare, Starbucks la chaîne de cafés du même nom,comptabilise le nombre de checkin dans ses points de ventes et permet aux habi- Résultat l’individu suivanttués ayant checké un certain nombre de fois d’avoir un cappuccino gratuit. Imagi-nons des applications de type Foursquare, Facebook Places, Twitter, couplées les endroits ouà des écrans LCD 4X3 permettant la diffusion de messages en temps réels ou il “check” se définitl’interpellation d’un individu qui aura le privilège d’un affichage 4x3 de son profil, une image de marquephotos, blog, site etc., sponsorisé par une marque suivant son nombre de tweetsou de check. L’esprit nomade, est bien là et cela va s’accélérer, l’avenir est entre de lui-même”nos mains, dans nos poches, nous ne serons plus jamais seuls tout en étant deplus en plus libres de nos mouvements. Toute la stratégie sera pour tout un chacun,du contrôle de ses propres informations, de rester dans l’ombre ou non.Une gestion de l‘image et de l’identité numérique que jamais le monde et l’hommen’ont connues auparavant. 19
    • Emmanuel VivierBuzz marketing expert& Previously Cofounder
    • Mobile :un avenir camoufléWhat’s next ? Projection de poche, dalles LCD translucides, écrans flexibles, ter-minaux de paiement intégrés, reconnaissance d’images, capteurs sensoriels, in-tégrations corporelles et nanotechnologies, une succession d’innovations déjàbalisées. Who’s next ? Personne, tant il est vrai qu’aucun créateur ne s’est encoreconfronté à cette part du mobile qui fera le sel et le piquant de nos dressings dansles années à venir : le style-scanning.Un Smartphone avec toujours plus de mégapixels en poche, une connexion 3G etl’œil du tigre : nous sommes déjà tous des Sartorialists en puissance. Nos look-books sont quotidiens et partagés en direct avec l’aréopage que l’on aura eu lavanité d’assembler en réseau social. C’est là toute la science des “choses vues”des bloggeuses modes et il suffit d’observer le spectacle, présent, d’une industriehabituée à se renouveler par semestre et mise à genoux à grands coups d’updatesquotidiens pour saisir la puissance schumpeterienne de la révolution à venir.Le style-scanning, qu’est-ce que c’est ? Une variation de l’état d’esprit actuel.D’où viendra le mal ? De la reconnaissance d’images, cette technologie, bien in-nocente, qui permet, aujourd’hui, de scanner des colonnes Morris pour afficherdes bandes annonces ou de récolter, au gré des publicités des magazines, de pré-cieux coupons de réduction.L’anticipation, donc, c’est qu’à terme, on puisse scanner n’importe quel élémentde son environnement. Une photo, un envoi vers une base de données et serontreçus, en retour, informations, images, contenus et surtout, lien vers la possibilité Le style-scanning,d’un achat voire de fabrication de l’objet de notre attention. C’est le monde trans- qu’est ce que c’est ?formé en plateforme e-commerce permanente et le début d’un drôle de safari dansles rues de Paris. L’écharpe que vous avez commandée à Londres, le trench chiné Une variation de l’étatà Berlin ou vos lunettes vintage en sont les proies. Tous ces éléments choisis avec d’esprit actuel. ”grand soin dans le but de vous distinguer seront désormais accessibles en un flashà l’imitateur, au copieur ou au suiveur. Bref, être bien looké, ce sera s’exposer à plusde convoitise photographique qu’une Britney Spears descendant de son véhicule,culotte mise ou pas.C’est inévitable, de nouveaux usages textiles, passionnants à observer, se ferontl’écho de cette émulation mobile permanente.Les plus mercantiles, Christian Audigier de leur temps, n’hésiteront pas à faciliterou inviter le scan en échange de revenus d’affiliation. On imagine des messagesaguicheurs imprimés sur leurs vêtements : “Sc*n me I’m famous ?”. Les snobs op-teront pour le camouflage anodin : capuches, casquettes et cheveux gras commeautant de garanties d’anonymat. Les audacieux se voudront indéchiffrables, touten dégaines baroques, dignes d’un poisson des grandes profondeurs. Enfin, lesplus entreprenants chercheront à appliquer l’instantané et la “sérendipité” du digitalau textile. Ce serait enfin l’occasion de produire en masse ces camouflages ma-giques dont la culture populaire regorge (d’Harry Potter à Ghost in the Shell). Infinitédes couleurs, des textures et des motifs, ces peaux de caméléons numériquesnous distingueront en nous rendant à nouveau insaisissables.Salon du prêt à porter, en janvier Porte de Versailles 21
    • Eric TENINCEO & Founder
    • Du multimédiaau multiécran…En octobre dernier, je me suis retrouvé au “Smart TV Challenge”, un méga raout orga-nisé par Samsung où les grands pontes de la marque avaient été spécialement dépê-chés de Corée. But du jeu ? Inciter les petits Frenchies à pondre des applis pour lestélévisions connectées du géant coréen… Amusant de voir les fabricants d’électroniquegrand public (Samsung n’est évidemment pas le seul) s’agiter autour de la télévisionconnectée. Amusant, mais pas étonnant… Ils aimeraient bien pouvoir prendre une partdu juteux gâteau télévisuel : celle des contenus.Regardez déjà la façon dont vous “consommez” vos loisirs, votre information, vos re-lations… Le matin vous jetez sûrement un petit coup d’œil à vos mails sur votre Smart-phone, dans les transports en commun vous lisez le “journal” sur votre iPad et enarrivant au boulot vous faites pareil, mais sur votre PC. Le soir, c’est la télévision quiprend le relais. Si la vôtre est déjà connectée, vous avez accès à des vidéoclubs enligne, à de la télévision de rattrapage, la météo, des chats, etc. Rien ne change vraimenten terme de consommation au cours de votre journée, hormis… la taille de l’écran etsans doute, un peu, la nature des contenus.Et c’est précisément là où se situe l’enjeu de demain : comment faire en sorte que cha- Rien ne change…cun puisse retrouver les mêmes sites, la même ergonomie, le même confort d’accès,les mêmes raccourcis, les mêmes réseaux sociaux sur tous ses écrans ? hormis… la tailleUne grosse pierre de cet édifice repose sur le système d’exploitation. Google l’a bien de l’écran et sans doute,compris, qui est en passe d’installer Android sur tout ce qui bouge… Mais il n’est pasle seul. Yahoo! cherche à implanter ses widgets un peu partout, Apple vient de relancer un peu, la naturel’Apple TV, Microsoft, qui était trop en avance sur la télévision, s’efforce maintenant des contenus. ” revenir dans la course, notamment celle des mobiles, etc.Mais l’enjeu final, vous l’aurez compris, ce n’est pas tant la technique, mais le fait deparvenir à organiser les contenus de telle manière qu’ils soient aussi accessibles surun écran exigu de Smartphone que sur une tablette ou un écran de télévision, dépourvude souris et de clavier. C’est aussi de créer des plateformes de dispatch du contenuqui sachent s’adapter à tous les écrans sans intervention manuelle. Voilà les défis quenous allons devoir affronter dans la prochaine décennie et c’est plutôt stimulant... 23
    • Florence SORTELLEClient Manager
    • Prémices d’un mondehyper connecté : les usagesévoluent plus vite quele marketing !Nous le constatons déjà, nos vies digitales ne se déroulent plus uniquement devantnos ordinateurs. Nous sommes connectés en permanence, dans les transports,dans les files d’attente… On twitte, on achète sur son mobile, on télécharge desapplications sur son iPad…L’Internet fixe fera-t-il bientôt partie de l’histoire ancienne ?Les marques ont bien compris les bénéfices en terme marketing et économiquequ’elles pouvaient en retirer : publicité géolocalisée, nouvelles expériences utilisa-teurs, m-couponing personnalisé, m-commerce…Cette révolution des usages va bientôt toucher monsieur et madame tout le mondepar le biais de l’objet fétiche du salon : la télé !La TV connectée permettra de visionner des programmes, dutiliser des applica-tions ou de surfer sur internet.Cependant, pour attirer une clientèle plus familiale que celle des smartphones etdes tablettes, le nerf de la guerre va se jouer sur la production de contenus autourde la consommation de vidéos : VOD, guides TV enrichis, recommandations de ... interagir enprogrammes… Ces offres à la carte vont contribuer à segmenter un peu plus l’au- permanence avecdience. Les annonceurs vont devoir se poser la question de l’intégration de la pu-blicité interactive dans leurs stratégies, pour toucher des cibles habituées à interagir d’autres objetsavec tous types de contenus. de notre quotidien.”La prochaine étape sera d’évoluer dans un monde hyper connecté et d’interagiren permanence avec d’autres objets de notre quotidien. Les expériences où le di-gital rejoint le réel sont de plus en plus nombreuses : balance Withings connectéeà l’iPhone, smart e-scooter avec iPhone, BMW ConnectedDrive, maisons intelli-gentes…Ces objets connectés et intelligents représenteront pour les marques un canal pri-vilégié dans leur relation aux consommateurs en terme d’image, de fidélisation etde personnalisation d’offres commerciales. Comme les objets, les produits devien-dront également des supports. Flashé via un code 2D, un produit pourra par exem-ple contenir des informations spécifiques pour le consommateur en fonction deson profil et communiquer les avis d’autres acheteurs.Comment les marques vont intégrer ces nouveaux “supports de communication”dans des stratégies multi-canal déjà complexes ? Seront-elles suffisamment inno-vantes pour toucher un public hyper sollicité ?Et surtout comment vont-elles réagir face à ces nouvelles formes de dialogue etcette transparence hors d’un contexte purement web ? 25
    • François LE TANNEURDevelopment Director
    • Le mobile,média caméléon,formidable outilde marketing direct.Depuis 15 ans, le marketing relationnel affirme proposer “la-bonne-offre-à-la-bonne-personne-au-bon-moment”, grâce à une segmentation poussée, grâce à une politiquemulticanale.Et voici que l’arrivée des Smartphones (+138% en 2010, avec près de 20% destéléphones) vient tout bousculer et ouvre de nouvelles perspectives pour exposerl’individu à l’offre, mais aussi pour utiliser le contexte dans lequel un client accède auxpropositions commerciales.La contextualisation de l’offre est en effet l’une des principales opportunités qui seprésente : Comment intégrer dans nos plans commerciaux le moment, le lieu, l’envi-ronnement du client ?Trois exemples simples pour illustrer comment le contexte peut renforcer l’impact devos offres :• Un restaurant gagnera à adresser une offre sur les seuls portables situés à proximité et à partir de 11h00.• De même, un accessoiriste auto aura intérêt à pousser localement ses offres de climatisation ou de chaines-neiges en fonction de la météo. Aux marques• Un coupon de réduction valable dans votre magasin de Bordeaux et reçu directement sur mon téléphone le samedi matin, avant une après-midi de balade de se mettre en état aura toujours plus d’impact qu’un email, même personnalisé. d’offre et à la disposition des individus, directementAinsi et pour autant que l’on respecte scrupuleusement le choix du client ; le mobile,média caméléon, permettra de prendre en compte les éléments suivants : dans leur mobile. ”• OÙ Suis-je à la maison ? Au travail ? Dans les transports ? En vacances ?• QUAND Une offre pour le matin, le déjeuner ou le soir ? En semaine ou le Week-end ?• POUR QUI Pour moi seul ? Pour ma famille ? Pour mon réseau ?Le mobile ajoute une autre dimension, quasiment impossible à aborder avec les au-tres médias : ici vous poussez vos offres en utilisant, en direct, la géolocalisation etl’heure.Tous ces éléments étant autant de nouvelles opportunités pour renforcer les liens entreune marque et son client, sous la seule contrainte de laisser ce dernier piloter la relation.Aux marques de se mettre en état d’offre et à la disposition des individus, directementdans leur mobile.Pour conclure, on peut proposer comme future évidence que les applications mobilesse créeront/s’activeront dans les portables et sur l’ensemble des supports connectéspour apporter un service adapté au moment et à l’environnement du client. 27
    • Frédéric CANEVETProduct ManagerEditor
    • La Mobilité va-t-elle(enfin) révolutionnerle travail dansles entreprises ?Jusqu’au début 2010, la Mobilité restait cantonnée à une utilisation soit basiqueavec un PC Portable soit au mieux à une consultation des emails et de son agendasur un BlackBerry.Or la donne est en train de changer depuis 2010 :- Démocratisation de l’usage des Smartphone pour un usage personnel (+ de 3 millions d’iPhone)- Banalisation de l’usage d’un Smartphone pour consulter ses informations, forfaits et la couverture 3G accessibles pour quelques euros par mois,- Grandeur des écrans et ergonomie facilitée,Par exemple l’iPad offre aux populations commerciales un excellent outil de dé-monstration “terrain” pour des présentations produit (photos, vidéos…), mais aussipour de la prise de notes ou de commandes.En revanche, les différents appareils ne viennent pas en alternative les uns des au-tres, mais en complémentarité :- Le Smartphone pour accéder immédiatement à l’information. Par exemple, dégainer son iPhone de sa poche permet d’obtenir immédiatement des coordon- nées, de géolocaliser un contact…- L’iPad pour des démonstrations et des actions simples. Plus ergonomique et plus Apporter une plus-value pratique qu’un Smartphone, l’iPad permet de saisir des données simples lors des rendez-vous, de faire des présentations valorisantes…. tangible aux utilisateurs- Le PC portable pour la réalisation d’actions complexes et évoluées, la création (GPS, préqualification de contenus, pour l’utilisation de logiciels métiers, l’utilisation d’un traitement de texte ou d’un tableur, l’impression de documents via une imprimante Bluetooth… de leads…), sans en faireCette nouvelle vague de Mobilité va permettre de mettre en application le principe“Always Connected”, où les collaborateurs terrain seront en liaison permanente une contrainte.”avec l’entreprise.Cependant, pour mettre en place la Mobilité, il faudra respecter les règles d’or dunprojet réussi :- Lier le projet de Mobilité à la stratégie globale de l’entreprise et à l’évolution du marché.- S’adapter aux contraintes et aux besoins des utilisateurs, tout en cherchant à optimiser les process sans forcément reproduire l’existant et en ayant en tête les limites de ces outils.- Apporter une plus-value tangible aux utilisateurs (GPS, préqualification de leads…), sans en faire une contrainte.- Travailler sur la conduite du changement (communiquer sur les bénéfices, former, faire évoluer la solution…).- Hiérarchiser les besoins et se concentrer apports immédiats et concrets de la solution.En effet, comme dans tout projet, il faut prendre en compte la dimension techniqueet humaine. 29
    • Gildas PIQUET-FRIBOULETFounder & CEO
    • Il était une fois...le Transmédiaet la communicationaugmentéeQuelles que soient les avancées technologiques, les matériels proposés ou les di-verses fonctions des écrans, les organes de perception dun individu restent im-muables. Et si nos yeux et nos oreilles ont été jusquà présent les cibles directesdes médias, les autres sens deviendront progressivement des récepteurs marketingpertinents. Comment les marques peuvent-elles aujourdhui innover tout en enga-geant les consommateurs et en communicant efficacement sur tous les médias ettous les récepteurs physiques disponibles ?Du crossmédia au transmédiaIl nest aujourdhui plus possible de dupliquer un message sur différents médiascomme on sème aux quatre vents. Il est donc nécessaire de les toucher à différentsmoments, de différentes façons et sur différents supports. Le terme Transmédia ouencore Transmédia Storytelling est apparu en 2003, dans la bouche dHenry Jen-kins, Professeur au MIT. Évolution logique du crossmédia, le Transmedia consisteà développer un message sur différents supports tout en adaptant son contenupour en optimiser sa compréhension et son interaction. Cest la création dune his- Le transmédia peuttoire où lindividu est à la fois récepteur et acteur. Voici une vidéo peut-être plusclaire : http://bit.ly/cB9N3g maintenant enrichirEn France, Orange et Happy Fannie ont été les premiers à créer une opération de la communicationtransmédia digne de ce nom "Faits divers paranormaux" (http://happyfannie.com/).Cette expérience de plus de deux ans a permis de déterminer les leviers dactiva- en général. ”tion, les vecteurs pertinents et performants en fonction des messages et des ciblesà toucher pour la réussite dune opération Transmédia : Audience (indicateur de vi-sibilité), Engagement (activation et participation des cibles) et Fidélisation (tempspassé couplé aux caractères des commentaires émis).Du transmédia à la communication augmentéeLe transmédia peut maintenant enrichir la communication en général. Que ce soitdans les relations presse, les stratégies dinfluence ou les actions sur les réseauxsociaux, il est aujourdhui intéressant denvisager une évolution de la communica-tion qui allierait transmédia et lensemble des influenceurs : journalistes, bloggeurs,people, professionnels mais également les individus lambda ! Une vendeuse devêtements à Bordeaux qui a plus de 4 000 amis sur sa page Facebook est assuré-ment un média pertinent pour une marque. Et si tous les communicants lui racon-taient une belle histoire ? 31
    • Hervé BLOCHFounder & CEO
    • L’ascension inexorablede l’Internet des objetsiFini le temps où l’on se connectait à Internet via un vulgaire ordinateur. Vive l’Inter-net des objets! Le lapin Nabaztag (vous vous rappelez ce petit lapin communiquantrose qui vous lisait des flux RSS, vous présentait la météo…) était le précurseur dece phénomène; Rafi Haladjan son créateur prépare d’ailleurs les nouvelles géné-rations d’objets connectés et Bruno Bonnel a investi la robotique domestique quiintègre naturellement une connexion à la toile… Bref on est au début d’une nouvellerévolution !Les perspectives sont illimitées et tous les secteurs en jouiront : énergie (refroidis-sement à distance des centrales nucléaires), transport (recharge automatique descartes de transport), santé (consultation immédiate des encours médicaux et trai-tement adéquats), éducation (livre électronique qui charge en temps réel la leçondu jour), défense (armement piloté à distance), justice (bracelet connecté qui em-pêche la récidive). Eh oui nos chers politiques vont devoir s’y impliquer car cela vatoucher tous les ministères…Qui va en profiter ?Les consommateurs vont se servir de leur Smartphone pour comparer les prix deleurs produits favoris, lire des informations détaillées sur la composition même duproduit (valeur énergétique, couverture de la garantie…). En arrivant chez eux, ilauront tout un tas d’objet connectés qui leur donneront des informations straté- Les perspectivesgiques sur le remplissage de leur réfrigérateur, l’état d’avancement des devoirs deleurs enfants, les articles indispensables à lire... sont illimitées et tous les secteursLes entreprises vont booster la traçabilité de leurs marchandises de l’entrepôt du en jouiront.”fabricant au client final et donc réduire drastiquement leurs délais de livraison, op-timiser leur relation clientèle via une conversation digitale personnalisée et endu-rante renforcée par tous les objets connectés (portable, tablette, tv, voiture,réfrigérateur…) et donc accroître leur profitabilité.Les parents vont pouvoir suivre à la trace leur progéniture et donc ne jamais plusse retrouver dans une situation de drame absolu lorsque l’enfant se perdra àquelques dizaines de mètres de l’aire de jeux. En même temps ne serait-ce pas àcause de ce même objet connecté que le parent a perdu sa vigilance ?Les vacanciers vont découvrir la réalité augmentée : à chaque monument reconnuen ”live” sur un écran connecté apparaitra “le” guide sous forme d’un avatar à salangue et son langage…C’est une nouvelle ère qui s’annonce et des milliers de nouveaux usages vont surgir.Certains appellent même cette nouvelle révolution l’intelligence ambiante ! 35
    • Hervé KABLAManaging DirectorCEO
    • Ecran totalDepuis que l’homme évolue en société, le don d’ubiquité a toujours fait partie deses fantasmes. L’omniprésence étant un des attributs divins, et l’effet tunnel étantencore mal maîtrisé, l’espèce humaine a donc dû faire preuve de ruse et de persé-vérance pour pallier ce défaut de constitution, et disposer de moyens d’action àlong rayon d’action. Il ne faut pas chercher ailleurs l’intérêt qu’ont porté des géné-rations de chercheurs et de scientifiques pour ces techniques de vision ou d’écouteà distance : on leur doit la télévision, la télédiffusion, la téléprésence, toutes tech-nologies dérivées du préfixe grec tele, qui se rapporte à la distance.Seuls trois de nos cinq sens ont pu bénéficier de ces évolutions : voir, écouter et,dans une certaine mesure toucher, sont des opérations que l’on peut effectuer deloin. Un ustensile en assure de nos jours le fonctionnement : auxiliaire de la vision,l’écran est devenu peu à peu l’organe principal qui permet de contrôler nos modesd’opération à distance. De la télévision, à l’ordinateur, puis à nos caméras, l’écranest désormais l’apanage de nos téléphones. Autrefois bombé, il est désormais plat,flexible, de plus en plus connecté et tactile. Sa taille varie selon sa fonction : petitpour ses variantes les plus mobiles, il s’étale sur plusieurs mètres pour le plaisirdes foules.Il est fort probable que l’écran hyper-connecté et intelligent remplacera l’ordinateur.Depuis quelques années, déjà, Sony vend des ordinateurs dotés d’un écran et d’unclavier, et dont l’unité centrale se trouve logée derrière l’écran lui-même. Apple a ...l’écran est devenupoussé plus loin le concept, en intégrant le clavier au système d’exploitation, et enpermettant son accès depuis un écran tactile : iPhone et iPad ont enterré nos vieux peu à peu l’organeclaviers. principal qui permetMais ce n’est pas fini. Bientôt, l’unité centrale elle-même disparaîtra. Le bus qui de contrôlerrelie l’écran au processeur n’a aucune raison de rester filaire : une connexion haut- nos modes d’opérationdébit, entre une unité centrale reliée à plusieurs écrans, et distribuant son système à distance.”d’exploitation par les airs, permettra l’essor d’écrans indépendants : un disque,une mémoire, mais plusieurs postes de travail connectés en simultané.Ainsi, la boucle sera bouclée et l’on reviendra à l’ère du mainframe... Le retour àl’informatique centralisée n’est plus qu’une question de mois. Autrefois synonymede liberté, du temps de l’ordinateur personnel, l’écran, désormais hyper-connecté,pourrait, un jour, devenir le symbole de l’arbitraire. 37
    • Jean-Michel MAURERMarketing & eCommerce Director
    • La désintermédiationdes opérateursL’arrivée des nouveaux terminaux connectés smartphone, tablettes, TV connectéesa donné lieu à l’émergence de nouveaux business models et de mouvements surla chaîne de valeur. En effet, on assiste à une désintermédiation des opérateursfixes et mobiles au profit des constructeurs.C’est Apple qui grâce à son produit, l’iPhone, et sa marque a pu s’imposer faceaux opérateurs. En lançant l’iPhone et surtout son Appstore, il a contourné les opé-rateurs mobiles puisqu’il est en relation directe avec le consommateur pour laconsommation (téléchargement d’application, contenus/services) et pour la factu-ration. L’opérateur mobile n’est finalement qu’un tuyau qui transporte les données.Idem, les téléviseurs connectés vont permettre aux consommateurs de rester dansleur canapé pour utiliser des applications, des services, du contenu web directe-ment sur leur télévision. Là aussi, les constructeurs de téléviseurs prennent positionet vont signer des accords avec des fournisseurs de contenus/services pour leurpermettre d’exister sur ces téléviseurs. Finalement les fournisseurs d’accès Internetqui jusqu’à présent jouaient ce rôle vont eux aussi devenir de simples tuyaux quitransportent des données.Les opérateurs doivent donc se réinventer pour ne pas devenir de simples tuyauxavec un réseau coûteux à construire et à entretenir. D’autant que les revenus core- Constructeursbusiness issus du seul trafic voix stagnent et que le trafic data et les services sont contre opérateurs,des relais de croissance. la guerre de l’accèsPour le mobile, grâce à Androïd de Google, les opérateurs customisent et créent au client final ne faitleur propre Appstore basé sur un Androïd Market spécifique. Ainsi ils vont sélec- que commencer...”tionner les fournisseurs de services/contenus à intégrer et à proposer à leursclients. La valeur ajoutée de l’opérateur réside donc dans sa capacité à apporterdes services exclusifs ou en tout cas un nombre plus limité mais pertinent d’appli-cations “approuvées par l’opérateur mobile”.Pour les TV connectées, les fournisseurs d’accès vont devoir prendre la mêmeorientation mais en plus profiter du terminal dont ils sont propriétaires. C’est le casde Free qui propose une box avec lecteur DVD blu-ray et manettes de jeu parexemple. Il lui reste à présent à enrichir ses services par des exclusivités. Ou il peutlier l’utilisation de ses accessoires (manettes de jeu par exemple) uniquement àdes services qu’il propose et empêcher l’utilisation via les services proposés pardes TV connectées par exemple.Constructeurs contre opérateurs, la guerre de l’accès au client final ne fait quecommencer.Et c’est bien le client final qui devrait être gagnant… 39
    • Jérôme BOUTEILLERMarketing & CommunicationDirector
    • Kiosquesd’applications :la revanchedu minitel“En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées” expliquait une célèbre pu-blicité des années 70. Une décennie exceptionnelle puisqu’elle a vu la naissancede bon nombre de membres de l’Internet Managers Club mais également laconception d’un petit terminal révolutionnaire : le Minitel.Lancé au tout début des années 80, le Minitel a vite conquis les Français, y comprisles plus technophobes, mais a surtout imposé un modèle économique simple, fai-sant la fortune de France Telecom et de nombreux entrepreneurs tels que Marc Si-moncini (iFrance, Meetic, 1000mercis) ou Xavier Niel (Iliad, Free).A l’orée du nouveau millénaire, les Français ont néanmoins tourné le dos à ce ter-minal et son écosystème. Mais l’idée a été reprise, dans un premier temps auJapon, avec l’i-Mode de NTT DoCoMo, mais surtout en Californie, chez Apple,avec le désormais incontournable AppStore. ...“MMM”, un internetAccessible depuis l’iPhone, l’iPad et bientôt le Mac, l’AppStore est en effet un éco-système monétisé comparable à celui du Minitel. Tout comme France Telecom en mobile, multimédiason temps, Apple joue le rôle de tiers de confiance et capte d’ailleurs un tiers des et monétisé...”flux financiers qui transitent par sa plate-forme. Une équation simple et équitablecomme le prouve le référencement de près de 300 000 applications en deux anssur le kiosque d’Apple.Critiqué par les adeptes d’un Internet libre et ouvert, ce modèle est néanmoins plé-biscité par les consommateurs et copié par les concurrents d’Apple : Google dis-pose de son Android Market, Microsoft de sa Windows Marketplace, Nokia de sonOVI Store sans oublier Facebook et ses nombreuses applications. Le web se frag-mente et les kiosques privés se multiplient sur les écrans numériques, qu’ils soientfixes ou mobiles.Après plus de dix ans de WWW (World Wide Web), place désormais au “MMM”,un Internet mobile, multimédia et monétisé dans lequel les entrepreneurs français,familiers de l’écosystème du Minitel, ont sans doute une belle carte à jouer. 41
    • Julien LOPIZZOVice Chairman
    • L’hypernumériqueDepuis 2 ans, Apple, Google, Samsung et consorts nous entraînent à consommerdu numérique à chaque instant.La Smartphone RévolutionActuellement le Smartphone est un téléphone autant que le couteau Suisse sertjuste à couper. En effet, d’après l’étude Smartphone 360 de Nokia, un Smartpho-nien ne consacre que 12% de son temps à téléphoner. Ce chiffre montre que la re-naissance des Smartphones a profondément changé notre utilisation du mobileavec comme usage numéro 1: le téléchargement d’applications.Les applications : un bien de consommation comme un autreL’émergence des applications mobile a permis la création d’un marché extrême-ment lucratif qui se chiffre à quelques milliards par an. Aujourd’hui nous consom-mons sur nos Smartphones comme nous achetons en supermarché. Sauf qu’à laplace de chercher dans les rayons le dernier produit vu à la TV, nous recherchonssur notre mobile la dernière application à la mode. Le Smartphone est devenu unsupermarché numérique ambulant.Serial killer, le Smartphone ?Mais de la même manière que les supermarchés ont cannibalisé les commercesde proximité, le Smartphone empiète-t-il sur le marché d’autres appareils, est-ilseulement un prolongement de notre consommation ou encore est-il un créateurde nouvelle tendance ? Quelques exemples : nous utilisons de plus en plus le mo-bile en remplacement du GPS - nous nous tenons informés de l’actualité avec les Le Smartphoneapplications de nos médias favoris - nous téléchargeons des applications qui n’ont est devenupas d’équivalence sur Internet. Notre supermarché Smartphone joue sur tous les un supermarchétableaux : serial killer de marchés voisins, bienfaiteurs de la convergence et créateurde nouveaux marchés. En sera-t-il de même pour les autres écrans connectés : numérique ambulant.”TV, tablette…?Nos Hypers NumériquesPour reprendre la métaphore du supermarché Smartphone, les autres écransconnectés seront des types de magasins différents. Mais comme dans la grandedistribution, nous ne trouverons pas les mêmes produits et nous ne pourrons pasutiliser les mêmes cartes de fidélité en fonction du magasin.Prenons un exemple numérique : si je possède un iPhone, une tablette Android etune TV Sony, quelle garantie aurai-je de retrouver mes applications favorites surchaque appareil ? Devrais-je repayer à chaque fois mes applis sur chaque plate-forme de téléchargement ?L’ensemble des acteurs du numérique devront trouver les réponses à ces questionss’ils veulent une “grande distribution numérique”. 43
    • Laurent ESPOSITOCo-founder and PartnerCo-founder
    • Social TV : la TV 2.0passe par l’écouteet l’engagementdes téléspectateursconnectésLe Paysage Numérique Audiovisuel est en pleine expansion. Un Big Bang doubléd’une mutation sous l’effet d’un gène baptisé “interactivité”.L’ADN de la télévision évolue sous la pression des nouvelles technologies : explo-sion de l’offre TV et Web TV, percée de la consommation à la demande (catch-upTV, VOD payante, Youtube, Dailymotion) ; multiplication des écrans vidéo (TV, or-dinateur, tablet, console de jeu, mobile) et des réseaux (TNT, câble, satellite, ADSL,Wifi, 3G) ; interaction avec les programmes TV et viralisation des contenus dansles réseaux sociaux (Facebook, Twitter).Alors que la télévision analogique, de masse et linéaire, s’apprête à s’éteindre,le média TV se transforme en hyper-télévision : un uni-média, où chacun estson propre directeur des programmes, mais aussi un hyper-média, où chaque“téléspect-acteur” devient émetteur d’avis par la voie de retour interactive etde recommandations par les médias sociaux. Les trois piliersAvec l’arrivée massive de terminaux connectés tels que Smart TV, Tablet et Smart- de la relation sontphone, favorisant l’interactivité avec les programmes, la TV 2.0 prend corps. L’enjeu l’Ecoute, le Marketingpour les acteurs de la chaîne de valeur audiovisuelle (producteurs, annonceurs, promotionnelchaînes TV, éditeurs de bouquet, opérateurs télécom, fabricants de terminaux) estde maîtriser cette mutation des usages. et le Community Management.”Les points-clés : être dans l’écoute et la co-création avec les publics, s’appuyersur la puissance des médias sociaux pour mieux distribuer les contenus et dirigerl’attention, développer de nouveaux modèles économiques sans pénaliser les re-venus actuels.Ce nouveau processus de création et de distribution des contenus est basé surune relation continue avec les téléspectateurs, avant, pendant et après la diffusiond’un programme TV. Les trois piliers de la relation sont l’Ecoute, le Marketing pro-motionnel et le Community Management. L’Ecoute est la capacité à étudier les be-soins, les usages et les conversations ; le Marketing promotionnel vise à engagerdes actions ciblées pour impliquer les influenceurs TV et viraliser les contenus ;enfin, le Community Management permet de fidéliser par l’interactivité et de valo-riser les publics. Ce cycle se boucle ensuite de manière vertueuse et itérative.Par leur interactivité native, les terminaux connectés engagent les consommateurset les acteurs de l’audiovisuel dans la voie de la Social TV. Dans cet environnementde contenus et services innovants, en perpétuel renouvellement, la clé du succèsde la TV 2.0 sera la capacité à dialoguer avec les publics afin de mieux anticiperleurs besoins. 45
    • Marc CohenE-Commerce & CollaborativePortal Manager
    • E-melting potInternet a désormais pris sa place parmi les choses usuelles de notre vie commel’électricité, la radio, la télé ou le téléphone. Internet constitue en soit le moyen decommunication fédérateur par excellence : pour tout et pour tous.Tout y converge : vidéos, photos, écrits, sons, achat, vente, soldes, information entemps réel… Cependant Internet se différencie des autres médias en ce sens qu’ilest “ouvert”, il est en effet accessible et offre la possibilité à chacun de s’exprimer.La mutation du téléphone portable en smartphone, véritable mini-ordinateur trans-portable a instauré de nouveaux usages. Un individu peut ainsi travailler à distanceet agir sur la toile où qu’il se trouve sur le globe.Les tablettes situées à mi-chemin entre smartphone et netbook rendent encoreplus mobile et accessible l’Internet. Ces terminaux intelligents sont en train de“dresser” les médias classiques, les obligeant à transformer leurs contenus pourêtre diffusés sur ces supports.Les TV offrent de plus en plus l’accès à Internet. Une évolution logique face à ladémocratisation de l’Internet haut débit mais surtout une réponse à la dématéria-lisation des contenus et à l’extension des programmes télé sur le net.Les nouveaux outils et moyens de pénétrer la toile confèrent ainsi à l’utilisateur le Ces terminauxpouvoir d’interagir sur le net pour devenir acteur à tout moment, depuis son salon,le train ou la rue. intelligents sont en trainChacun peut décider de dire, de faire et de voir ce qui lui plaît. de ”dresser ” les médias classiques...”Si ces nouveaux moyens d’accéder à l’information au sens large rendent la vie dechacun plus pratique et confortable tout en dopant l’utilisation d’Internet, c’est sur-tout une mutation en tache de fond qui est en train de s’opérer. La communicationprint est ainsi en train de disparaître. Chez le coiffeur, une association dépose toutesles semaines des magazines gratuits, officiellement pour sensibiliser les personnesà la lecture… Dans le métro, chez les opérateurs télécom les affiches commencentà être remplacées par des spots télé. Une banque à Paris a ouvert fin 2010la première agence entièrement électronique où le client consulte ses comptes etsigne directement sur une tablette géante. On peut se demander quelles serontles informations encore consommées sur le papier dans 10 ans.De nouveaux usages se développent, entraînant un changement global de l’offreet des modèles économiques. Avec Internet et ses nouveaux moyens d’accès quipermettent de s’exprimer et de composer, c’est le consommateur qui prend lecontrôle ! 47
    • Morgane CASTANIER ©ManuMoviesHead of Marketing Web
    • Explosion de la data :nouveaux défis pourles opérateurs télécoms“Seamlessly”En français dans le texte “sans soudure” ou dans une version plus féminine “sanscouture”, c’est le mot clé du moment, sésame de la bonne vision des usages dedemain.L’Internet partout, tout le temps, sur toutes sortes de terminaux et d’un terminal àl’autre : smartphones, netbooks, tablettes, TV connectées et autres objets com-municants. Les projections les plus conservatrices prédisent plus de 20 milliardsd’objets connectés à horizon 2020.Data boulimie sans filetPour les opérateurs télécoms, cette explosion des services connectés à laquelleils ont largement contribué en généralisant les offres “triple-play” est d’abord syno-nyme d’augmentation du trafic data. Le volume de data consommé par abonnéADSL a décuplé au cours des 5 dernières années, un utilisateur de webphoneconsomme déjà 10 fois plus que pour un mobile classique. A elle seule, la vidéoreprésentera plus des ¾ du trafic sur les réseaux télécoms à horizon 5 ans.Les opérateurs télécoms en ont jusqu’ici bénéficié, la multiplication des usages ...le concept denourrissant l’acquisition de nouveaux clients. Aujourd’hui, sur un marché mature, “data illimitée”leur modèle historique de développement et d’investissement change au rythmedu transfert de valeur de la voix vers la data. Et c’est encore plus vrai concernant très courant dansla data mobile car la limitation physique des ressources en spectre la rend de plus les offres pourraiten plus précieuse. Dans ce contexte, le concept de “data illimitée” très courant être perçu commedans les offres pourrait être perçu comme un non sens économique.L’enjeu pour les opérateurs de télécoms est donc bien de transformer la coûteuse un non sensexplosion du trafic en nouveaux revenus pour continuer à financer leurs réseaux, économique.”garantir le niveau de service annoncé à leurs clients et permettre à I’Internet decontinuer à foisonner d’innovations.Customer PowerC’est aussi pour eux une formidable opportunité de mettre plus que jamais le clientau cœur de leurs préoccupations. Aujourd’hui, le consommateur peut accéder encontinu à un espace numérique presque infini et dans cette économie de l’attentionoù le temps devient l’arbitre principal de la proposition de valeur, l’enjeu pour legarder est de simplifier au maximum son expérience d’utilisation.C’est à la portée des professionnels du secteur, et au delà des technologies quiexistent et se développent, c’est l’obsession d’une expérience d’utilisation parfaitequi doit guider nos propositions d’interfaces. 49
    • Nabil BEN HADIDCEO & Founder
    • Vers un contenudigital plus vivantque jamaisFait avéré, les dernières avancées du marché de la TV et de la téléphonie mobileforment une fantastique fenêtre ouverte sur le monde que personne n’aurait enviede fermer. Si cette dépendance technologique a déjà quelques années derrière elle,le besoin n’a jamais été aussi fort tant les possibilités offertes par nos précieuxcompagnons électroniques sont grandes. Mieux encore, le spectre des possibleslaisse entrevoir un avenir radieux pour ces icones modernes de la convergence.Autrefois simples consommateurs de contenus et acteurs d’échanges fermés, lesindividus sont gagnés par les nouveaux usages des Smartphones, Tablettes et au-tres TV connectées. La ferveur est telle que les rapports à l’information, aux pro-duits, et aux services ont irrévocablement changé : le désir d’agir, d’échanger, etd’enrichir est exalté. Le partage d’expérience doit pouvoir se faire à tout moment,partout, et en toutes circonstances.Et l’échange, propulsé par ces nouveaux supports, en est la clé. Comme les ré-centes études nous le prouvent, les réseaux sociaux sont désormais intimementliés aux terminaux mobiles avancés. 23% des utilisateurs de smartphones consul-tent ainsi Facebook plusieurs fois par jour, contre 12% pour ceux qui n’en possè- Le partage d’expériencedent pas, et 80% des cadres d’entreprise possèdent un smartphone. Des chiffres doit pouvoir se faire à toutsynonymes d’opportunités B2C comme B2B. Pour les TV connectées, un usagepoussé se profile dans le maillage TV/Web/Téléphone développé par les chaines moment, partout, et enet sociétés de production, au moment où les tablettes ont d’ores et déjà fait bas- toutes circonstances.”culer l’entertainment dans une nouvelle ère. Et pour ne pas perdre de vue la portéeglobale de ces outils, rappelons que les terminaux mobiles constituent un canalprivilégié dans les pays émergents où le coût d’équipement des terminaux fixesreste un frein important.Comment alors, ne pas s’imaginer la propagation des mécaniques d’User Genera-ted Content à des domaines de pointe ? La déclinaison systématique des publica-tions en quadruple-play ? Ou l’arrivée de reality-shows dont le scénario seraitmodulé en temps réel et à distance par les téléspectateurs ?Dans une configuration où les barrières qui séparent l’entreprise de ses clients tom-bent les unes après les autres sous le poids de la connectivité, la réussite desmarques passera inévitablement par leur capacité à satisfaire la soif de “pouvoirdigital” des consommateurs. 51
    • Olivier CHOURAKIFounder & CEO
    • Des opportunitésdans la publicitéet le paiement sur mobile ?LInternet mobile décolle. Avec 4 milliards de téléphones portables dans le monde,c’est un marché fabuleux, mais fragmenté, jeune, complexe, pris d’assaut par unemultitude de petits acteurs en concurrence acharnée.La grande diversité des terminaux augmente les coûts de développement des ap-plications mobiles et va conduire à une généralisation des "webapps". Comme surPC, un réseau rapide, peu coûteux, et des navigateurs performants vont privilégierle “browser-based”. Les capacités limitées des mobiles vont accentuer ce phéno-mène, les utilisateurs hésitant à télécharger des applications souvent encombrantesou inutiles.Il ny a pas encore de solution de paiement mobile satisfaisante et généralisée. Lacarte bancaire nest pas adaptée au mobile ni au micro-paiement. La facturationpar lopérateur est trop coûteuse et lourde à déployer à léchelle mondiale. Les so-lutions de compte mobile ont un excellent business model et domineront à termemais sont encore peu utilisées. Pour pénétrer ce marché et ouvrir des millions decomptes, il faut de gros moyens financiers et des partenariats avec les réseaux so-ciaux mobiles. ...attirer des clientsLe paiement est problématique, les mobinautes plébiscitent les services gratuits, à travers le “local search”,il faut donc financer par la publicité. Mais on ne peut pas monétiser correctement les recommandationsun site mobile en affichant de la publicité provenant dune seule source. Les ré- d’amis et les couponsseaux internationaux avec des taux de remplissage supérieur à 50% vendent leclic à quelques centimes, tandis que les régies Premium qui traitent directement mobiles.”avec les agences et les marques et vendent 10 fois plus cher ont des taux de rem-plissage très bas et une couverture nationale. C’est une opportunité pour des agré-gateurs.Sur le Web, le ciblage par mot-clé a fait décoller les taux de clic, les ROI et les bud-gets publicitaires des e-commerçants, mais les annonceurs locaux sont restés fi-dèles aux médias traditionnels (affichage, PQR, gratuits, prospectus, radio). Leciblage hyperlocal va permettre des campagnes multi-points de ventes pour lesgrandes chaînes de restaurants, magasins, cinémas, salons de coiffure, banque,automobile. Puis une masse critique et un écosystème structuré vont permettre àun restaurant, une boutique, un théâtre ou un hôtel, dattirer des clients à traversle “local search”, les recommandations d’amis et les coupons mobiles. Des acteursspécialisés par métier et par pays vendront ces campagnes aux “local businesses”,des agrégateurs les fourniront aux éditeurs mobiles. 53
    • Olivier LUETE-commerce Director
    • A l’ère de E-nom@dismeLe web s’affranchit de son support pour devenir, comme décrit dans le livre“Hypérion”, une megasphère (une mega-toile) sur laquelle viennent se “plugger”toutes sortes d’utilitaires.Quels sont-ils ?A l’ère préhistorique, il y eut les PC.Puis sont venus les téléphones de plus en plus petits et puissants.Puis ces téléphones ont été rebaptisés Smartphones car ils n’étaient déjà pluscomplètement des téléphones mais déjà des ordinateurs, des porte-monnaie,des terminaux de paiement, etc.Aujourd’hui viennent les tablettes (ovni entre le pc, le téléphone et le cahier à spirale !),les télévisions connectées, l’électroménager, connecté, les machines à opérerconnectées, les GPS (qui vont très vite évolué), …- L’évolution du support vient nous faire changer la façon dont nous appréhendons Internet.- A l’heure où j’écris ces lignes, Google vient d’annoncer qu’il travaillait à une “Google car”, certes encore autonome… le conducteur est désormais beaucoup plus libre au volant de sa “Google Car”. Cette voiture utilise les serveurs de Google et les services de cartographie de lentreprise !- Apple a bien compris cette tendance et permet déjà une convergence entre ses différents produits. La télévision devient écran d’ordinateur, album photo, l’iPhone devient télécommande de chaine HiFi, l’iPad également.Du coup, la frontière entre chaque produit devient perméable.-Tout est potentiellement communiquant et donc connecté (une corbeille à papier, une poubelle, un abri d’autobus, un panneau publicitaire tant via un code 2D, une colonne Morris, un quai de métro, une montre, un taxi…), la seule Tout est potentiellement limite est l’infrastructure technique. communiquantMais là encore les choses vont très vite : et donc connecté”-Le protocole IPv6 permet aujourd’hui de donner une adresse IP à tous les objets manufacturés créés et à créer.-L’essor du “Wireless” permet un nomadisme tout à fait nouveau et sans précédent.Il faut nous faire une raison, nous sommes entourés par un réseau d’ondes (radio,tv,gps…) et bientôt nous serons entourés, reliés par un réseau dont l’utilité sera de nousproposer des données par le biais “d’utilitaires” tactiles, vocaux, sensoriels… partout :cette mégasphère citée plus haut.Et l’enjeu est là ! Ce marché du “tout connecté” est un marché mondial gigantesqueou deux types d’acteurs devront coexister : les fournisseurs d’infrastructures et lesfabricants de supports.“l’E-nnov@tion technologique des années à venir se concentrera autour dela “méta-convergence” entre nanotechnologies, biotechnologies, technologiesde l’information et sciences cognitives - ce que les Américains désignent parl’acronyme NBIC (nano-bio-info-cogno)“ .Daniel Kaplan (Fondation pour lInternet Nouvelle Génération) 55
    • Sabine FilliasPartner
    • “L’Internet Bidule”Jusqu’à présent, on ne connaissait Internet que via l’écran de son ordinateur quipermettait d’accéder à des pages web. Avec l’arrivée des smartphones, Internet aquitté l’ordinateur du salon ou du bureau pour devenir mobile. Mais ce n’était qu’undébut. Les développements des derniers mois nous laissent entrevoir un mondedans lequel Internet sera un réseau total, omniprésent, dans tous les usages et ob-jets du quotidien, du plus utile au plus anecdotique.Les objets connectés ont ainsi fait leur révolution et se développent pour tous lesusages, même les plus inattendus. Après des outils amusants mais sans réelle uti-lité (citons le charmant lapin Nabaztag ou le robot Rovio), apparaît une nouvellegénération d’objets connectés dédiés.C’est l’avènement de ce qu’on pourrait appeler “l’Internet Bidule”, qui investit l’en-semble de nos objets du quotidien pour en simplifier ou en enrichir l’usage.“L’Internet bidule” se décline désormais dans la santé grâce à la société Withings(financée par le fonds de capital risque Ventech), qui invite Internet directement dansvotre balance pour étudier l’évolution de votre poids ou de votre masse graisseuse.Dans la cuisine, c’est la tablette tactile QOOQ (financée par le fonds 123Venture)qui remplace désormais avantageusement votre vieux livre de recettes qui ne résistepas aux projections d’huile, et propose plus de 3 000 recettes dont 1 000 en vidéo.Sur l’univers du loisir, ce sont les consoles et les TV connectées (avec l’arrivéeproche de la Google TV) qui deviennent des supports de surf, de VOD ou de jeux “L’Internet Bidule”en mode multi-joueurs. Les cartes mémoires deviennent aussi wifi pour partagerses photos sans avoir à se connecter à un ordinateur. investit l’ensemble de nos objetsL’univers du plaisir n’est pas non plus en reste avec OhMiBod qui a développé lepremier sextoy wifi, contrôlable à distance avec un iPhone ou via une playlist mu- du quotidien poursicale. C’est enfin la chaîne hifi qui devient wifi avec des équipements de contrôle en simplifier ouà distance comme ceux développés par la société Sonos. en enrichir l’usage..”Les vieux rêves de domotique semblent devenir réalité, non comme initialementimaginé via un système intégré, mais plutôt via des dizaines d’objets communicantsindépendants qui enrichissent le quotidien.Quelle sera la prochaine étape : dans ce monde de bidules connectés, devien-drons-nous à notre tour des “bidules d’Internet” ? 57
    • Sébastien ROBERTDirector ©Julien BRICHE
    • Le Futur,c’est déjà le Passé !Bien que récent, l’iPhone, l’iPad… sont déjà dépassés au regard de la déferlanteincessante des technologies.La réalité augmentée n’était, il y a 4 ans, qu’un terme employé par les gamersrêvant de sauver le monde de leur chambre, munis de leur lunette spéciale.La technologie évolue en mode accéléré.Quelques récents événements donnent le ton de la prochaine décennie :- AR DRONE : le premier quadricoptère piloté par un iPhone en réalité augmentée; Quel bijou de technologie !- Les prochains brevets déposés par Apple en matière de télévision nous laissent rêveurs : pouvoir intégrer le cockpit des formules 1 lors de la course et ressentir les sensations du pilote. Seule la Géode le proposait autrefois. Pour la caméra dans la casquette du Tennis Man il n’y a qu’un pas.- Hyper connectivité : l’information temps réel (push notification), géolocalisée (promo à 10 mètres)- Uniformité des supports : quel que soit l’endroit où je me trouve ou le support utilisé, mes informations me suivront, partout.- Un marketing du “toujours plus”, du “sans limite” qui s’adapte à chaque instant, à chaque individu.Une Convergence des sciences et technologies en un point : l’infini des possibilités. Est-ce la mortEst-ce la mort du rêve, si tout devient possible ?Une tendance de fond est à observer : les objets s’adaptent en temps réel, aux uti- du rêve,lisations que l’on souhaite en faire : vivre l’expérience d’une formule 1 à domicile, si tout devientpiloter un hélicoptère en pleine guerre dans son salon, slider des photos sur sa possible ?”table où repose la soupe, jouer de la guitare avec son téléphone, un frigo intelli-gent… Affolant non ?Mais pensez à ce que sera demain….… Des sensations nouvelles, des expériences uniques.Imaginez-vous dans 10 ans, avec des milliers d’objets connectés, pilotables à dis-tance et intelligents, capables de s’adapter à une situation précise, de décider ànotre place, d’apprendre.Les Nano technologies couplées aux meilleures intelligences artificielles permet-tront peut-être dans l’infiniment petit de re-créer un nouvel ADN pour inventer sanslimite.Nous pourrons ainsi nous interroger sur les propos de Jean-Paul Sartre :“l’existence précède-t-elle l’essence ?”.Conclusion :Tant de possibilités pour l’avenir. L’entreprise sera bientôt = R&D au carré.Difficile de rêver tant tout est possible. Les rêves des uns sont les prototypes desautres. Messieurs les inventeurs, les génies du changement, ne tuez pas tous nosrêves, cette part d’irréel paraissant irréalisable. L’imaginaire doit perdurer. 59
    • Thierry DerouetChief Editor
    • C’était plus simplequand la tabletteétait en chocolatLa vie c’est comme une tablette Internet,on ne sait jamais ce que l’on va trouver dedans.Avec de l’ancien pouvons-nous encore créer du nouveau ? L’innovation serait dedéverser nos caractères typographiques sur l’écran d’un iPad. L’insertion de plusde photos, de vidéos et d’animation en trois dimensions enrichirait l’information.Et comme par magie, le “lecteur” qui mois après mois déserte les kiosques rede-viendrait “client”.Après plus de six mois d’une euphorie ternie par la réalité de chiffres et de résultatstrop hâtifs, c’est la gueule de bois. Chez Condenast, Wired n’est pas à la fête. Desplus de 100 000 magazines numériques vendus en juin 2010, combien en reste-t-il ?30 000 ? 20 000 ? Le client n’est pas devenu lecteur.Le numérique n’est pas un écran de fumée. Inutile de spéculer, la bulle iPada pour la presse explosée. Le coupable n’est ni Apple et ses pratiques commer-ciales mais bien le modèle vieillissant de diffusion de la presse. Et ne sont pas ni450 000 tablettes, ni même 2 millions qui pourront changer la tendance. La pressepapier offre une diversité qui cible 60 millions de consommateurs. Et les habitudesde consommation, c’est comme tout, ça change, ça évolue. ...le lecteur d’un écranMais un écran connecté ce n’est pas du papier sur lequel on aurait greffé à la hâte connecté à accès– même avec beaucoup de métiers et de moyens – une grosse pincée de multimédia. en flux tendu àUn écran connecté c’est juste un écran connecté à Internet. Le papier c’est pour de l’information”faire une photo, un instantané qui se propose d’être plus ou moins pérenne. Avecà ces deux extrémités, d’un côté le quotidien, de l’autre le livre. Et au milieu lesmagazines.Sur l’écran connecté, on peut tout y trouver. Des photos, tellement plus de photos.Des vidéos, tellement plus de vidéos. Des animations, tellement plus d’animations.De l’information, tellement plus d’informations. On peut donc y trouver de l’infor-mation furtive comme des publications pérennes. Et au milieu de l’information of-frant non pas des gadgets animés mais de l’information “de qualité” avec ce quifait et a toujours fait sa valeur ajoutée : du recul, du talent, du jus de crâne, desplumes mais pas de paillettes et des idées. Et des idées… Reste une question àse poser : qui va accepter de la payer ? Car le lecteur d’un écran connecté à accèsen flux tendu à de l’information. Et lui le modèle économique de la presse il s’enfout ! Tant qu’il a accès à l’information. 61
    • Youssef RAHAOUICEO
    • Le magazine au cœurde la mêlée numériqueChaque innovation technologique semble comme un coup de boutoir pour uneindustrie de la presse dont les bastions s’écroulent les uns après les autres.Pourtant, il se pourrait bien que le récent essor des tablettes leur offre une op-portunité inespérée.La quasi-impossibilité de faire payer linformation a rendu la presse dautantplus dépendante de la publicité. Or celle-ci sest avérée de moins en moins ca-pable de la faire vivre. Cela en a poussé beaucoup à bourrer leur site de publi-cité au point que l’espace de l’information sur les écrans est réduit à sa portioncongrue.Mais que la presse ait ainsi compromis sa raison dêtre : informer, et la raisondêtre de la visite de ses lecteurs : sinformer, ne pouvait qu’entraîner unecontre-réaction des internautes, qui se sont rebellés en négligeant les publicités(banner blindness) et en imprimant les articles.Bref, un problème majeur sest progressivement posé : lire sur un écran. Et quidit problème majeur dit opportunité majeure.Amazon fut le premier à se saisir avec succès de cette opportunité grâce auKindle. Lancé en 2007, il est utilisé par des millions de clients. La deuxième en-treprise fut Apple avec liPad, qui fit mieux encore en 2010 : trois millions duni- Et qui dit problèmetés vendues en 90 jours. Devant un tel succès, plusieurs constructeurs majeur dit opportunitésengouffrent dans la brèche : Samsung, RIM… majeure.”Un des premiers usages constatés des tablettes est la consommation decontenu, en particulier les magazines. Aussi les acteurs permettant de réaliserdes magazines pour tablettes se bousculent-ils : Adobe, Flipboard, Flud, Mad-magz, Paper.li, Printcasting, Pulse, Quark, Woodwing, Zite…Le magazine vit une deuxième jeunesse : il incorpore toujours textes et photos,mais aussi désormais diaporamas, vidéos, liens, transactions, réalité augmen-tée, fonctions de partage… et le plaisir de lire est renouvelé.Les éditeurs traditionnels se réveillent et reprennent espoir : ils y voient une op-portunité inespérée de régénérer leur modèle économique. Quelques acteursaussi se proposent de jouer les bons offices… Apple travaille à un projet dekiosque et a récemment acheté une régie publicitaire mobile (Quattro),plate-forme publicitaire. Google aussi, avec son système d’exploitation Androidet sa régie AdMob.Qui en emportera la plus grande part du gâteau ? Lavenir le dira, maisles tablettes semblent bien représenter une réelle… planche de salut pourla presse magazine. 63
    • VIP 2010 - 2011 Alain de Mendonça CEO & founder Karavel-Promovacances Bruno Bonnell MERC Founder & CEO Robopolis Catherine Barba Founder & CEO Malinea conseil Cyril Attias Founder & CEO Influence Digitale Frank Zorn CEO Groupon France Gauthier Picquart Founder & CEO RueDuCommerce Jean-François Ruiz Founder & CEO PowerOn Valérie Dagand President CyberElles Vincent Ducrey Internet Advisor Ministere Education Nationale Yohan Ruso Managing Director eBay France
    • CI Merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette 2ème Edition de notre Livre Blanc. Le sujet était vaste et complexe mais les participants sont toujours nombreux. Merci à Emmanuel Lecugy pour son talent et sa collaboration permanente en tant que Directeur Artistique. Merci à tous les membres du bureau pour leur implication dans le développement de ce club. Merci à l’ensemble des membres qui participent aux dîners régulièrement et qui partagent leur passion du web au cours de nos cocktails et diners. Le club, c’est vous ! Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent. Rendez-vous pour la prochaine Edition !
    • l’Internet Managers Club• www.internetmanagersclub.com• twitter.com/IMCFrance• fondateurs@internetmanagersclub.com• Hervé Bloch herve.bloch@internetmanagersclub.com• Jean-Michel Maurer jean-michel.maurer@internetmanagersclub.com