Syllabus ivsp 4 2013 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Syllabus ivsp 4 2013 2014

on

  • 1,182 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,182
Views on SlideShare
1,064
Embed Views
118

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

1 Embed 118

http://isfsociales.wordpress.com 118

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Syllabus ivsp 4 2013 2014 Syllabus ivsp 4 2013 2014 Document Transcript

  • Madame Gandibleux Page 1 Initiation à la vie sociale et professionnelle 1) Les objectifs du cours : Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui le rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ; Préparer tous les élèves à être des citoyens capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire et ouverte aux autres cultures. Il s’agit donc de former des acteurs, et non seulement des consommateurs, même critiques les préparer à agir sur la réalité, pour l’enrichir, pour participer à l’élaboration du monde de demain. 1. Education du jeune en tant que consommateur individuellement responsable : Le programme vise essentiellement à : Sensibiliser l’adolescent à se situer dans sa vie quotidienne comme consommateur responsable et citoyen conscient de l’impact social des gestes posés. Développer le sens critique comme support à un agir responsable dans l’activité de consommateur. Eduquer à des comportements de consommateur lucide et critique, solidaire et civique. Elaborer des projets de consommation en se fixant des priorités. Analyser des faits d’actualité se rapportant à la consommation Analyser et critiquer les techniques publicitaires en fonction des thèmes choisis. Eduquer à une gestion financière équilibrée. Prendre conscience que le progrès technique et l’évolution du mode de vie créent sans cesse de nouveaux besoins secondaires Quatre thèmes : 1. La consommation 2. Achat d’un bien ou service « jeune» 3. Gestion budgétaire 4. Dossier noir
  • Madame Gandibleux Page 2 2) Evaluation: L’élève peut-être évalué en fin de cours sur la matière vue pendant cette heure de cours L’élève peut-être interrogé sur la matière vue au cours précédent, une étude régulière est donc nécessaire. L’élève présentera des contrôles de synthèse, il sera alors averti par le professeur de la date de l’interrogation. L’élève présentera deux examens : en décembre et en juin. Les interrogations peuvent être orales ou écrites. En début d’année, le professeur remettra une feuille de répertoire que l’élève devra compléter après chaque interrogation. Ces derniers seront obligatoirement signés par les parents. Compétence Descriptif C1 Savoir : maîtriser les acquis théoriques, s’approprier les concepts. C2 Lire, analyser et interpréter les informations. C3 Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer les acquis théoriques. C4 Communiquer : argumenter, s’approprier des aptitudes à communiquer
  • Madame Gandibleux Page 3
  • Madame Gandibleux Page 4 Thème 1 : La consommation Compétences : Observer et analyser, à l’aide d’exemples concrets, en tant que jeune consommateur : produits généraux et produits services ciblés « jeunes » Différencier besoins vitaux –envies- plaisirs. Etablir une échelle de priorités parmi les besoins. Définir la raison de l’appellation « société de consommation » établir des comparaisons temporelles ou spatiales avec d’autres types de sociétés. Identifier et hiérarchiser les produits de consommation nécessaires à l’intégration socioprofessionnelle des jeunes au quotidien, mettre en exergue les facteurs d’exclusion et de solidarité.
  • Madame Gandibleux Page 5 Thème 1 : La consommation INTRODUCTION : Il est midi. En classe, notre attention se relâche parce que notre organisme réclame une alimentation qui lui permet de se sustenter. Nous éprouvons le …………….. ………., et cela nous donne une sensation désagréable et de gêne. Lorsque nous aurons donné ………………………….. à notre besoin de manger en …………………. des aliments, nous nous sentirons mieux. Les aliments constituent donc un …………………. Mais, il se peut aussi que nous éprouvions une sensation de gêne parce que nos cheveux sont trop longs, ou que nous sommes malades ! Dans ce cas, les ……………… du coiffeur et du médecin, nous procureront aussi une sensation de mieux –être. Les …………. que nous éprouvons sont multiples. Ils sont aussi variables d’individu à individu. De plus, ils se modifient, dans le temps et dans l’espace sous l’influence de différents facteurs. Quant aux ………………………………….., ils contribuent ensemble à la réalisation d’une situation de bien-être. Tout au long d'une journée, l'homme accomplit toute une série d'actes tels que travailler, acheter, économiser, consommer. Tous ces actes sont des actes économiques car ils ont pour but de satisfaire nos besoins.
  • Madame Gandibleux Page 6 A) ACTIVITE ECONOMIQUE: L'activité économique est l'ensemble des actes économiques effectués par des individus ou groupes appelés agents économiques dans le but de satisfaire nos besoins. Ces agents économiques sont au nombre de 3 selon leur fonction principale: LES MENAGES: leur fonction principale…………………………………………… LES ENTREPRISES: leur fonction principale………………………………………. L'ETAT: sa fonction principale est ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Exercices C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques 1. Entourez la définition la plus précise : Ménage: Une famille: père, mère avec enfants Une ou plusieurs personnes vivant sous le même toit et dont la fonction principale est la consommation Un célibataire qui prend ses repas dans une pension de famille Les habitants d'un immeuble à appartements multiples Un club de natation Entreprise: Unité de fabrication de biens économiques Unité autonome de production de biens économiques Unité autonome de production de biens économiques destinés à la vente Une carrosserie Une scierie Etat: Toute entreprise qui offre des biens collectifs Les services publics L’activité des pouvoirs publics qui ne vendent pas des biens économiques sur le marché Tout organisme prestant des services et fournissant des biens collectifs sans but lucratif (bénéfice)
  • Madame Gandibleux Page 7 2. Transposez les opérations suivantes sur un schéma. 1 les entreprises versent leurs impôts et cotisations patronales 2 les ménages versent leurs impôts et taxes 3 les ménages reçoivent des allocations 4 les entreprises reçoivent des subsides, des aides 5 les ménages consomment des biens et des services 6 Les entreprises produisent des biens et des services 7 Les ménages offrent leur travail/capital 8 Les entreprises rémunèrent leurs employés Remarque : Le marché est un lieu où l'on achète des marchandises. Au sens large, c'est un ensemble de personnes qui sont en relation d'affaires et qui font des transactions. C'est le lieu de rencontre de l'offre et de la demande. Exemples: Marché du travail: situation de l'offre et de la demande d'emploi; Marché des capitaux: transactions entre les banquiers et ceux qui prêtent et empruntent de l'argent; Marché des biens et services: ensemble des vendeurs et acheteurs qui effectuent des transactions. En répondant aux questions et en traçant le schéma, tu as construit le schéma de l'économie simplifiée. MENAGES ENTREPRISEETAT
  • Madame Gandibleux Page 8 B) LA PRODUCTION : Toute création de richesse n’est pas une production 1. Dans ces photos, quelle est la nature du produit créé bien ou service ? 2. Le produit est-il payant ou gratuit ? 3. Pour chacune des situations, précisez si le travail effectué est rémunéré ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… …………………………………………… …………………………………………… …………………………………………… …………………………………………… …………………………………………… …………………………
  • Madame Gandibleux Page 9 1. Qu’est-ce que la production ? C2 : Lire, analyser et interpréter les informations 1. Donnez des exemples de « travail au noir » ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… 2. Que veut dire « socialement organisée» ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… 3. Pourquoi certaines activités sont-elles exclues de la production ? ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 10 C) LES BESOINS: Identifiez les besoins qui sont à l’origine de ces publicités et précisez pour chacune la réponse qu’elle est censée apporter à chaque besoin. Besoin : Besoin : Besoin : Réponse : Réponse : Réponse : Besoin : Besoin : Besoin : Réponse : Réponse : Réponse : Besoin : Besoin : Besoin : Réponse : Réponse : Réponse : D’une manière générale, un besoin est un sentiment de manque, d’inconfort, de privation qui suscite un désir, une nécessité de posséder, de consommer ou de faire quelque chose.
  • Madame Gandibleux Page 11 1. Catégories de biens et de services : Les besoins primaires, secondaires et tertiaires : Imaginez que vous arrivez sur une planète déserte. Vous allez vivre sur cette planète avec d’autres humains, il faut survivre et organiser votre vie, dressez la liste des nombreux objets dont vous aurez besoin pour vous et vos amis : ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… Reprenez la liste des besoins puis classez les différents besoins dans les 3 groupes. besoins indispensables (sinon on meurt) besoins utiles à la vie de l’homme besoins qui améliorent sa vie Dans notre vie de tous les jours, on a trois types de besoins : Les besoins primaires : Ils sont ……………………… à la survie de l’Homme. Exemples : ………………………………………………………………………….. Les besoins secondaires : Ils sont ………………… à la survie de l’Homme. Exemples : …………………………………………………………………………….. Les besoins tertiaires : Ils …………………………… la vie de l’Homme Exemples : …………………………………………………………………………….. Les besoins économiques et non-économiques : Les besoins économiques :……………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………….. Exemple :…………………………………………………………………………………. Les besoins non- économiques :……………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………….. Exemple :………………………………………………………………………………….
  • Madame Gandibleux Page 12 Les besoins individuels et collectifs : Les besoins individuels :…………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Exemple :…………………………………………………………………………………. Les besoins collectifs :……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………… Exemple :…………………………………………………………………………………. Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Inscrivez en dessous de chaque image le type de besoin dont il s’agit et à quelle catégorie il appartient :
  • Madame Gandibleux Page 13 2. Le classement des besoins : Abraham Maslow (1908-1970) est un psychologue américain, qui a classé les besoins humains. Il a en effet remarqué que certains besoins étaient plus importants que d'autres, que certains besoins devaient être comblés en priorité par rapport à d'autres. Par exemple, la soif est plus importante que la faim. Maslow a donc classé les besoins humains en cinq catégories, et les a hiérarchisés. On obtient une pyramide. Les besoins fondamentaux sont à la base de la pyramide, les besoins accessoires (le confort) sont au sommet. Les catégories de besoins sont : 1. Besoins de maintien de la vie : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………... 2. Besoins de protection et de sécurité : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… 3. Besoins d'amour et d'appartenance : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… 4. Besoins d'estime de soi : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… 5. Besoins d'accomplissement personnel : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Fonctionnement de la pyramide : 1. un besoin de la catégorie inférieure doit être ou presque pleinement satisfait avant qu’un besoin d’une catégorie supérieure puisse se manifester. 2. Ce n’est que lorsque l’individu a acquis un certain sentiment de sécurité que les relations affectives peuvent se manifester au maximum 3. quand l’individu a de bonnes relations avec son entourage, il parvient à être bien avec lui-même.
  • Madame Gandibleux Page 14 La pyramide de Maslow Fig. 1-1 Pyramide de Maslow - hiérarchisation des besoins humains Cette pyramide peut également servir dans l’entreprise : ainsi, la productivité d’un collaborateur (niveau 5) peut-être dégradée si celui-ci ne se sent pas intégré dans son équipe de travail (niveau 3) ou tout simplement si il n’a pas bien dormi ! (niveau 1) Mais il est également intéressant de noter ceci : un individu se souviendra plus longtemps d’une augmentation de situation dans les niveaux élevés que dans les niveaux bas. Par exemple, on se souvient généralement plus longtemps d’un compliment su son travail (niveau 4) que d’une augmentation de salaire ou d’un changement de menu à la cantine (niveau 1) Ce modèle est très utilisé dans les entreprises. On peut citer par exemple les publicités de voiture : Qui jouent sur la sexualité (p.ex. la jolie femme dévêtue ……………..), L’impression de sécurité (p.ex. tenue de route, airbag - ……………...), Sur l'appartenance à une tribu (p.ex. marquage rituel du pommeau de vitesse), Sur l'image que l'on donne, la classe (………………….), L’originalité (…………). Il est aussi beaucoup utilisé pour étudier la motivation du personnel en entreprise, améliorer la productivité, éviter les démissions
  • Madame Gandibleux Page 15 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Inscrivez les besoins qui sont ou qui ne sont pas satisfaits dans cet exemple : Lucie a subit une agression lors du bal de fin d’année et malheureusement sont premier bulletin est catastrophique alors que normalement c’est une excellente élève. Pourquoi ? …………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………… …………………… Gilles travaille dans le milieu de la publicité et lundi il découvre que sa fiancée est parti avec un autre homme, depuis il n’arrive plus à trouver de nouvelles idées pour son travail? …………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………… ……………… …………………………………………………………………………… …… 3. Les réponses aux besoins: Lorsque nous avons analysé le classement des besoins selon le degré de nécessité. Nous avons été amenés à distinguer les besoins primaires, secondaires et tertiaires L’analyse des réponses à ces besoins débouche automatiquement sur des nouvelles notions : Le minimum bio-vital Le minimum socio-vital Le minimum désirable Le luxe Réponses aux besoins Besoins primaires Minimum bio-vital Besoins secondaires Minimum socio-vital Besoins tertiaires Minimum désirable Luxe ou superflu
  • Madame Gandibleux Page 16 Qu’est-ce que le minimum Bio-vital ? Il existe un minimum biologique en dessous duquel le maintien de la vie humaine n’est pas possible : ainsi aucun humain n’a jamais pu survivre sans s’alimenter. La survie d’un individu peut aussi dépendre de la possibilité de porter des vêtements chauds et de s’abriter contre le froid. Le minimum bio-vital se mesure alors par les quantités d’aliments et d’eau ainsi que par les éléments de protection contre les intempéries nécessaires à l’homme pour survivre. Mais alors se pose la question : nécessaires pour quoi faire ? Survivre dans un camp nazi ? Ne jamais ressentir la faim ? Avoir suffisamment d’énergie pour travailler ? Les rations alimentaires nécessaires dans ces trois cas ne sont pas du tout les mêmes. Des remarques du même ordre peuvent être faites concernant les besoins vestimentaires : les vêtements indispensables pour survivre doivent être beaucoup plus nombreux et plus chaud au Groenland qu’en Afrique centrale. Ainsi, même les besoins correspondant à des nécessités biologiques ne sont pas les mêmes partout. D’autre part, des besoins physiologiques similaires ne s’expriment pas partout avec la même intensité. On peut donc dire que les besoins sont relatifs. Qu’est-ce que le minimum socio-vital ? Le minimum socio-vital correspond à ce dont doit disposer tout individu pour ne pas être menacé d’exclusion social. C’est donc aussi le minimum qui permet à une personne de conserver sa dignité, dans un pays donné et à un moment donné. C’est donc également une notion relative. Posséder un domicile fixe fait partie de ce minimum dans un pays comme la Belgique : l’octroi de l’aide sociale est conditionnée par la possession d’un domicile fixe. Par contre, dans les pays en voie de développement où la sécurité sociale est inexistante, les personnes ne possédant pas de domicile fixe ne sont pas nécessairement frappées d’exclusion sociale. Avoir des moyens suffisants pour payer les charges (eau, gaz,…) découlant de ce domicile. Posséder un diplôme d’études élémentaires, tout cela fait partie du minimum socio-vital. En Belgique, la loi du 8 juillet 1976 précise que toute personne a droit à ce minimum pour mener une vie conforme à la dignité humaine. Il s’agit de la loi instaurant les CPAS et garantissant à chacun le minimum de moyens d’existence ou minimex. Initiation aux faits économiques et sociaux, les besoins économiques et leur satisfaction, coll J.L Mathieu
  • Madame Gandibleux Page 17 Qu’est-ce que le minimum désirable? Le minimum désirable peut-être défini comme le minimum de revenu qui permet à une personne d’épargner un peu après avoir déduit les dépenses nécessaires pour vivre normalement, c’est-à-dire selon les normes en vigueur dans une société donnée à un moment donné. Aujourd’hui, on peut dire que le minimum désirable doit permettre à un individu d’épargner quelque peu et de posséder les biens suivants : une voiture de petite cylindrée, un diplôme d’études secondaires, des vêtements en suffisance, propres, non démodés et adaptés aux saisons, une maison avec un nombre de pièces suffisant pour y loger décemment toute la famille, un moyen d’information (journal, tv, radio, ordi..), une montre, une cuisinière, une machine à lessiver, un animal de compagnie pour les personnes seules, un veston, une cravate, les moyens de se payer un avocats de son choix ou de se distraire (bibliothèque, jeux, équipements sportifs,…). Bien sûr, la définition du minimum désirable est aussi relative que celle du minimum bio-vital ou socio-vital. La voiture n’est peut-être pas désirable pour tout le monde mais posséder un moyen de transport est plus ou moins une nécessité selon qu’on habite à la campagne ou à la ville. De la même manière, on peut vivre tout à fait correctement sans posséder de veston ou de cravate, mais dans certains milieux, les normes sociales peuvent rendre tout à fait désirables ces deux accessoires vestimentaires sans en faire des objets de luxe. Qu’est-ce que le luxe ? Le luxe qualifie un niveau de dépense excessif par rapport au minimum socio-vital ou au minimum désirable au sein d’une société donnée et à un moment donné. Il s’identifie à une dépense extraordinaire ou encore à ce dont on peut se passer sans risquer de tomber dans la précarité ou d’être hors normes au sein de cette société. La notion de luxe est aussi relative que celle du minimum vital. Ce qui constitue un luxe dans certain milieu ne l’est pas dans un autre
  • Madame Gandibleux Page 18
  • Madame Gandibleux Page 19 D) NOTIONS DE BIENS ET DE SERVICES: 1. Définitions : J’ai faim, je mange de la viande. Mes portes doivent être entretenues, j’utilise de la peinture. Je dois me déplacer, je prends ma voiture. Ce calcul complexe nécessite l’usage d’une calculatrice. La viande, la peinture, la voiture, la calculatrice… sont des choses matérielles (qui ont un corps) et qui satisfont mes besoins. Ces deux éléments me permettent d’affirmer que je suis en présence d’un …………. A partir des informations ci-dessus, remettez en ordre le puzzle suivant qui vous permettra de découvrir la définition du bien : Bien : reconnue – matérielle – apte- les- chose- à – besoins-satisfaire. Bien :………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………… J’ai mal aux dents, le dentiste me soigne. Ma voiture est en panne, le garagiste la répare. Ma cheminée est bouchée, le ramoneur la nettoie. Le jardin doit être tondu, le jardinier accomplit le travail. Le dentiste, le garagiste, le ramoneur, le jardinier… prestent un service qui satisfait mes besoins. Contrairement aux biens, le service est une chose ……………………… Service :……………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… …………
  • Madame Gandibleux Page 20 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Inscrivez en dessous de chaque image s’il s’agit d’un bien ou d’un service et justifiez votre réponse :
  • Madame Gandibleux Page 21 2. complétez le tableau en précisant les différences entre un bien et service : Bien Service 2. Catégories de biens et de services : Comme les besoins, les biens et les services font l’objet de classements. 1. Biens économiques et non économiques/ Services économiques et non économiques : Parmi l’ensemble des besoins ressentis par les individus, la plupart concernent l’obtention de biens rares. A cause de leur rareté, ces biens doivent faire l’objet d’une ……………. avant de pouvoir être consommés : ils ont donc un …………. Qui se concrétise, entre autres, par la matière première, les outils, les équipements et le travail qui ont servi à les produire. C’est la raison pour laquelle, on appelle ces biens les……………………………………… De la même manière, un service est dit économique dans la mesure où sa production entraîne un coût direct. Par contre, les biens et les services qui n’entraînent aucun coût direct sont dits non- économiques. Bien ou service économique Bien ou service non-économique
  • Madame Gandibleux Page 22 2. Biens marchands et non marchands / Services marchands et non marchands On parle de biens et services marchands lorsque le prix à payer pour leur utilisation est supérieur ou égal à leur coût de production. Au contraire, les biens et services sont dits non marchands lorsque le prix à payer est nul ou inférieur à leur coût de production. Les biens et services marchands sont achetés « sur le marché » à des entreprises qui les réalisent pour faire…………………… Par contre, les biens et services non marchands étant vendus…………., il n’y a aucune entreprise privée qui accepte de les produire. Ce sont donc les administrations publiques qui les produisent. La distinction marchand – non marchand est aussi à l’origine d’une classification des secteurs économiques. On appelle…………………………… celui qui produit des biens et des services marchands tandis que ………………………… est celui qui produit des biens et des services non marchands. Bien ou service marchand Bien ou service non marchand 3. Biens individuels et collectifs/ Services individuels et collectifs La plupart des biens et services font l’objet d’une consommation individuelle, parce que celui qui les consomme est quelqu’un qui éprouve le besoin de le faire seul, ou en tout cas au sein de la famille. Cette consommation implique une dépense personnelle directe. Ces biens et services correspondent à des besoins individuels, on les appelle donc biens et services individuels. Par contre, certains biens et services font l’objet d’une consommation collective, parce que celui qui les utilise n’empêche pas les autres membres de les utiliser, on les appelle donc des biens et services collectifs. Ils n’entraînent pas non plus de coût supplémentaire lorsque d’autres personnes les utilisent. Bien ou service individuel Bien ou service collectif
  • Madame Gandibleux Page 23 4. Biens durables et non durables Les biens durables sont ceux qui peuvent être utilisés de nombreuses fois. Exemple :…………………………………………………………………. Les biens non durables ou périssables sont ceux qui sont détruits par le premier usage que l’on en fait. Exemple : ………………………………………………………………… 5. Biens de consommation et biens de production Les biens de production appelé biens-facteurs : sont des biens permettant de produire d’autres biens. Exemple :……………………………………………………………….. Les biens de consommation appelé biens-produits : sont destinés à l’usage direct des individus qui en tirent une satisfaction immédiate. 3. Synthèse sur les biens et les services : Les biens vendus dans les commerces ont un coût qui se concrétise par un travail préalable. Ainsi, le besoin de respirer est un besoin non économique, parce que l’air que nous respirons existe en quantité illimitée et que le fait de respirer n’entraîne pas de coût. L’air est donc un bien ………………………………………. Le bien ou le service non économique est ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ……………… Dans ce cas, on parlera également de consommation non marchande. Par contre, le besoin de respirer éprouvé par un plongeur sous-marin est un besoin économique car la bouteille de plongée coûte X euros et a nécessité un travail préalable. Le besoin de respirer est donc satisfait ici par un bien ……………………………………. Le bien ou le service économique est …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………
  • Madame Gandibleux Page 24 D’autres besoins humains tels que les besoin d’amitié, d’affection, de méditation, sont en principe satisfaits par des services……………………………………………………… En principe, car les clubs de rencontres, les agences matrimoniales… sont des ……………………………………………….. La plupart des biens et services consommés font l’objet d’une consommation individuelle, parce que celui qui les consomme est quelqu’un qui éprouve le besoin de consommer individuellement. Il y a donc appropriation personnelle. Il en ainsi de la nourriture, des vêtements, des appareils électroménagers, des services du médecin…. Ces biens ou services sont dits ……………………………. Le bien ou service individuel est …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………… Certains biens et services font l’objet d’une consommation collective, parce que celui qui les utilise, n’empêche pas les autres membres de la société de les utiliser. Sont rangés dans les biens et services collectifs les stades de football, les services d’immondices, l’éclairage public, l’école, le réseau routier….. Le bien ou service collectif est …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………… Le bien qui est dit gratuit, non onéreux et qui ne s’exprime pas en monnaie est un bien ……………………………………………………………….. Le bien dont la valeur s’exprime en monnaie et qui a nécessité un travail préalable, est ……………………………………………………………….. Le bien que je consomme personnellement, à titre individuel et propre est un bien ………………………………………………………………… Le bien qu’une série de consommateurs peuvent s’approprier simultanément est un ………………………………………………………………….
  • Madame Gandibleux Page 25 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Classez les biens suivants : La chaleur propagée par le soleil Bien économique Bien non économique Bien marchand Bien non marchand Bien individuel Bien collectif Bien durable Bien périssable Bien de consommation Bien de production Une crème glacée Bien économique Bien non économique Bien marchand Bien non marchand Bien individuel Bien collectif Bien durable Bien périssable Bien de consommation Bien de production Une brosse à dents Bien économique Bien non économique Bien marchand Bien non marchand Bien individuel Bien collectif Bien durable Bien périssable Bien de consommation Bien de production La salle de gymnastique Bien économique Bien non économique Bien marchand Bien non marchand Bien individuel Bien collectif Bien durable Bien périssable Bien de consommation Bien de production Une plaine de jeux Bien économique Bien non économique Bien marchand Bien non marchand Bien individuel Bien collectif Bien durable Bien périssable Bien de consommation Bien de production
  • Madame Gandibleux Page 26 E) LA CONSOMMATION: 1. Définition : A partir des informations ci-dessus, remettez en ordre le puzzle suivant qui vous permettra de découvrir la définition de la consommation : La consommation : est - de biens – nos – ou - l’utilisation – besoins – l’usage- de satisfaire – de services – dans - le but.. Consommation :…………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ……………… 2. Catégories de consommations : La consommation………………est l’utilisation d’un bien ou l’usage d’un service pour…………………………………………………………………. Ex : La consommation………………est l’utilisation d’un bien ou l’usage d’un service pour…………………………………………………………………. Ex : La consommation………………est l’utilisation d’un bien ou l’usage d’un service pour…………………………………………………………………. Ex : La consommation………………est l’utilisation d’un bien ou l’usage d’un service pour…………………………………………………………………. Ex : La consommation……………..est celle qui met en présence le ………………….. d’un bien ou d’un service avec le…………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… ………….. Ex : La consommation………………est celle où l’acte économique………….. est posé………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …….. Ex :
  • Madame Gandibleux Page 27 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Pour chaque exemple précisez de quel type de consommation il s’agit : Consommation de chocolat qui coute 2€ pour obtenir de la mousse au chocolat …………………………………………………………………… Utilisation d’un fer à repasser pour repasser une chemise …………………………………………………………………… Tailler soi-même les arbustres du jardin …………………………………………………………………… Aller au cinéma avec des copains …………………………………………………………………… Acquerir des connaissances à l’école pour trouver un emploi plus tard ……………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 28 3. LA CONSOMMATION AU FIL DES TEMPS… Suite à l'analyse des images suivantes, commentez la consommation des ménages belges. QUE CONSTATEZ-VOUS ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………… 20101950
  • Madame Gandibleux Page 29 4. COMMENT EVOLUE LA CONSOMMATION? C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Analyser le tableau de statistiques suivant en répondant aux questions ci-après: Total des dépenses des ménages réparties selon les différents postes de consommation en Belgique (1950 - 2008) POSTES DE CONSOMMATIONS PARTS DES POSTES DE CONSOMMATION DANS LE BUDGET DES MENAGES (%) 1950 1970 2008 Produits alimentaires, boissons, tabac 33,30 27,80 15,60 Habillement et chaussures 11,00 8,75 5,00 Logement, chauffage, éclairage 10,40 16,35 22,20 Meubles, matériel ménager, article de ménages et d'entretien (y compris les services personnels) 11,00 9,00 5,10 Services médicaux et de santé 5,00 4,80 6,00 Transports et communications 11,60 10,30 11,20 Loisirs, spectacles, enseignement et culture 6,00 7,00 9,40 Autres biens et services (y compris hôtels, restaurants, voyages touristiques, etc.) 11,70 16,00 25,50 TOTAL 100,00 100,00 100,00 Sources: Bureau fédéral du Plan, 2008 - Insee  Regrouper certains postes selon les catégories établies ci-dessous. CATEGORIES PARTS DES POSTES DE CONSOMMATION DANS LE BUDGET DES MENAGES (%) 1950 1970 2008 Produits alimentaires Loisirs, santé, voyages Divers (l'habillement, le logement, le chauffage, l'éclairage, le matériel ménager et les transports et communications) TOTAL
  • Madame Gandibleux Page 30  Quant au regroupement réalisé, commentez l'évolution de chacune des catégories. …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………  Réalisez trois diagrammes circulaires présentant pour chaque année la proportion de chacune des catégories établies.
  • Madame Gandibleux Page 31 5. LA CAUSE DE L'ÉVOLUTION: L'AUGMENTATION DES REVENUS Analysez le graphique suivant: Source: Institut du Développement Durable (IDD) De quel sujet traite le graphique précèdent? ………………………………………………………………………………………………………………… …… Que montrent les bâtonnets? ………………………………………………………………………………………………………………… …… 0% 10% 20% 30% 40% 50% 1950 1970 2008 Partsdespostesdeconsommation danslebudgetdesméanges(%) Années Evolution des postes principaux de consommation dans le budget des ménages Produits alimentaire Loisirs, santé, voyages Divers 66,7 99,4 158,4 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 1950 1970 2008 Revenudisponibletotal (auxprixde2008-mds€) Années Évolution des revenus belges
  • Madame Gandibleux Page 32 6. ENGEL, QUI EST-CE? Qui est-il ? Au XIXe siècle, le statisticien allemand Ernst Engel (1821-1896) a essayé de mettre en évidence une loi générale qui pouvait caractériser l'évolution de la structure du budget des ménages lorsque le revenu s'accroît. Albert COHEN (2010), Sciences-économiques et sociales, Paris: Edition Boras. Sur base des analyses précédemment réalisées, déterminez les généralités des règles qu'il a établies.  La part des ……………………. affectées aux besoins en ………………………………….est d'autant plus faible que le ………………..est grand.  La part des besoins en ……………….,………………et…………………augmente au fur et à mesure que le ……………… augmente.  La part consacrée aux …………………………………….est à peu près constante quelle que soit l'importance du ……………………….. Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Voici une liste de biens et de services pouvant correspondre à la consommation d’une personne durant un mois. Un abonnement dans une salle de sport : 30 euros Un repas au restaurant : 22 euros 4 caddies alimentaires : 80 euros chacun Une entrée au cinéma : 9 euros Une paire de chaussures : 60 euros Les frais d’assurance : 30 euros Le loyer d’un appartement : 500 euros/par mois Une entrée au théâtre : 25 euros Un pantalon : 39 euros Une consultation chez un spécialiste : 40 euros Une facture d’électricité : 80 euros Un pull : 30 euros Une veste pour l’hiver : 60 euros Une facture de téléphone : 40 euros Divers achats de livres et revues : 30 euros Une semaine au sport d’hiver transport, forfaits…) : 700 euros 1. Pour chacun des budgets de la page suivante, précisez ce que vous achèteriez dans la liste ci-contre. Vous pouvez faire le choix d’épargne.
  • Madame Gandibleux Page 33 2. Quels sont les deux produits que vous avez consommés en priorité ? Pourquoi avez-vous prioritairement consommé ces biens ? Justifiez votre choix ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… 3. Faites le total de ces dépenses prioritaires et calculez la part qu’elles représentent dans chacun des 3 budgets. Quelle conclusion pouvez-vous tirer de ces calculs ? ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Choix des produits Budget 1 900 euros Budget 2 1200 euros Budget 3 2300 euros Total des consommations Epargne
  • Madame Gandibleux Page 34 7. Pourquoi des consommations différentes ? : A) Pour commencer : Le marché des seniors : Vous êtes responsable d’une agence de publicité. Vous devez envoyer de la publicité ciblée à différentes catégories de population. 1. Pour chacun de ces trois profils de « seniors », imaginez de quels types de produits serait constituée votre sélection publicitaire. 2. Sur quels critères avez-vous fait votre choix ? Laurent M. Age : 68 ans Pays : France Personnalité : jeune retraité, aime rire, partager découvrir Centre d’intérêt : ses petits enfants, ses amis, les voyages, la cuisine indienne Josette B. Age : 79 ans Pays : France Personnalité : calme, aime recevoir Centre d’intérêt : la lecture, les promenades, le jardinage Nathan G Age : 52ans Pays : France Personnalité : généreux, sportif, moderne, en activité Centre d’intérêt : les nouvelles technologies, les avions, le tennis, le bricolage …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 35 B) Une culture qui conditionne les consommations: C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Vocabulaire : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………………………… Définition de la culture : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………
  • Madame Gandibleux Page 36 1. Remplissez le tableau suivant en vous appuyant sur le texte. Classe populaire Bourgeoisie Quels sont les plats consommés ? Comment sont organisés les repas ? - Qui est à table ? ……………………………………….. - Ordre des plats ? ………………………………………. - Rythme des repas ? ……………………………………… -Quelles « manières » doit-on respecter ? ………………………………… ………………………………… ………………………………… ……………………………………….. ……………………………………….. ………………………………………. Quel est le nom donné par Bourdieu à chaque type de repas ?
  • Madame Gandibleux Page 37 C) On ne mange pas la même chose à tous les âges: C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Ne pas confondre : Effet d’âge : Les différences de consommation de plusieurs personnes s’expliquent par le fait qu’elles n’ont pas le même âge. Par exemple, c’est parce qu’une personne est jeune qu’elle va manger au Mcdonald’s Effet de génération : Les différences de consommation de plusieurs personnes s’expliquent par le fait qu’elles appartiennent à des générations différentes qui ont été socialisées différemment et n’ont donc pas les mêmes habitudes de consommation. Ce qui signifie qu’en vieillissant chaque personne conserve son mode de consommation puisqu’il est lié à sa génération et pas à son âge. Par exemple une personne jeune va au fast food mais, en vieillissant, elle continuera à y aller. 1. Pourquoi les jeunes ne mangent-ils pas comme les adultes ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. Le revenu est-il le seul critère qui différencie les pratiques alimentaires? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 38 D) La régularité du repas change en fonction de l’âge : C2 : Lire, analyser et interpréter les informations 1. Faites une phrase exprimant la signification des données entourées. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. Le déclin de la régularité dans le repas relève-t-il d’un effet d’âge ou d’un effet de génération? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 39 Les variables qui influencent la consommation Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Complétez le schéma : C4 : Communiquer : argumenter, s’approprier des aptitudes à communiquer Synthèse : en prenant l’exemple du vêtement, montrez comment l’âge, le sexe, la catégorie sociale d’appartenance influencent la consommation. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… Les Variables économiques Prix ……………………. Les variables sociales …………………….. ………………………….. Autres à imaginer :………………………… ………………………………………… ……………….………..
  • Madame Gandibleux Page 40 8. Une consommation sous influence ? : A) Pour commencer : Comment se distinguer par la consommation ? : Sachant que les ouvriers et les employés ont des revenus à peu près équivalents, qu’est- ce qui explique leurs différences de consommation ? B) La consommation, un choix de plus en plus individuel… : C2 : Lire, analyser et interpréter les informations 1. Que signifie l’expression « corset social» ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………….. ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 41 2. Quelle est l’origine des contraintes sociales qui encadrent la façon de manger. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3. Ces contraintes sociales sont-elles toujours aussi forte aujourd’hui ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… C) Consommer pour se positionner par rapport aux autres C2 : Lire, analyser et interpréter les informations 1. Pourquoi certaines catégories cherchent-elles par leur consommation à se distinguer? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………… 2. Pourquoi d’autres cherchent-elles au contraire à les imiter ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………… 3. Présentez un autre exemple de consommation qui s’est diffusée des « couches aisées jusque dans les couches populaires». …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………….
  • Madame Gandibleux Page 42 D) Consommer pour envoyer un signe C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Effet de signe : L’effet de signe signifie que la consommation agit comme un signal que l’on peut envoyer aux autres afin de montrer sa position sociale ou la position sociale que l’on souhaiterait atteindre. 1. Pourquoi certains jeunes sont-ils attirés par des marques portées par des catégories aisées ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. Donnez des exemples de marques « Sésame» et de marques « hip-hop». …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3. Qu’est-ce qui distingue ces deux catégories de marques ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 43 Exercices : C4 : Communiquer : argumenter, s’approprier des aptitudes à communiquer Classez en deux colonnes les arguments du dossier 5 permettant de répondre à la question suivante : Consomme-t-on pour soi ou par rapport aux autres ? Rédigez des arguments dans lesquels vous veillerez à faire apparaître les mots suivants : Traditions, préférences individuelles, distinction, imitation, contraintes personnelles. Pour soi Par rapport aux autres Synthèse : après avoir montré que la consommation s’individualise de plus en plus, vous montrerez qu’elle reste encore fortement influencée socialement. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 44 Thème 2 : Achat d’un bien et service « jeune » Compétences : Analyser et critiquer positivement et négativement les messages publicitaires et les emballages. Enumérer et distinguer les différents modes d’achat. Répertorier et caractériser les différents lieux et moyens d’achat. Répertorier les différents modes de paiement et choisir le plus adéquat. Remplir correctement les documents d’achat, de paiement. Lire et interpréter des informations et des documents. Relever les pièges et les réactions « d’instinct » devant les spots de marketing d’un produit et caractériser les comportements à adopter pour les éviter. Acquérir un comportement réducteur de risques dans la société de consommation : savoir dire non, faire des choix, postposer des choix, en anticiper les conséquences. Lister les droits et devoirs par rapport à un achat.
  • Madame Gandibleux Page 45 Thème 2 : Achat d’un bien et service « jeune » INTRODUCTION : Analyse d’une chanson : Jean-Jacques Goldman : « les choses ». Si j'avais si j'avais ça Je serais ceci je serais cela Sans chose je n'existe pas Les regards glissent sur moi J'envie ce que les autres ont Je crève de ce que je n'ai pas Le bonheur est possession Les supermarchés mes temples à moi Dans mes uniformes, rien que des marques identifiées Les choses me donnent une identité Je prie les choses et les choses m'ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis Des choses à mettre, à vendre, à soumettre Une femme objet qui présente bien Sans trône ou sceptre je me déteste Roi nu, je ne vaux rien J'ai le parfum de Jordan Je suis un peu lui dans ses chaussures J'achète pour être, je suis Quelqu'un dans cette voiture Une vie de flash en flash Clip et club et clop et fast food Fastoche speed ou calmant Mais fast, tout le temps zap le vide Et l'angoisse Plus de bien de mal, mais est-ce que ça passe à la télé Nobel ou scandale ? on dit 'V.I.P' Je prie les choses et les choses m'ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis
  • Madame Gandibleux Page 46 Des choses à mettre, à vendre, à soumettre Une femme objet qui présente bien Sans trône ou sceptre je me déteste Roi nu, je ne vaux rien Je prie les choses et les choses m'ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis Un tatouage, un piercing, un bijou Je veux l'image, l'image et c'est tout Le bon 'langage' les idées 'qu'il faut' C'est tout ce que je vaux Quel est le message que J-J Goldman veut faire passer dans ce texte ? Le titre de la chanson annonce la problématique : il s’agit de la société de consommation Le texte présente un narrateur pris au piège de la société de consommation. Consommer est devenu le centre de sa vie : ………………………………. Il attache beaucoup d’importance aux marques des produits………………………………. En effet, avec les marques, il a l’impression d’être plus important………… Il s’identifie à la personne célèbre qui fait la publicité pour ce produit……………………………………………………………… On remarque aussi qu’il dépend de l’opinion des autres. Il veut avoir ………… c’est-à- dire le look et …………………. Qu’il faut. Il utilise les mots à la mode et veut être branché. Dans ce texte, ce qui est frappant, c’est que le narrateur dit souvent………. Il semble particulièrement égoïste mais il est quand même très passif. Il n’est pas l’acteur de la scène, les choses agissent ………………………………….. On pourrait dire que le narrateur est manipulé par les choses. On peut aussi souligner le contraste entre « rien », « n’existe pas », « nu » et « j’ai », « tout », « combler » : apparemment, dans cette société, on est tout ou rien. A ce sujet, Goldman détourne deux citations célèbres. En effet, dans le refrain, il dit « J’ai donc je suis ». Ce n’est plus, ……………………………. De Descartes. Goldman dénonce avec ironie l’évolution de la société pour laquelle les idées deviennent moins importantes que les biens de consommation. A la fin du refrain, le chanteur fait encore preuve d’ironie. Il s’agit d’une allusion à un célèbre slogan de publicité : « Parce que je le vaux bien ». Dans le texte, il affirme que sans les choses il ne vaut rien. Il vaut donc attirer notre attention sur les pièges de la publicité qui veut nous faire croire que nous sommes ce que nous achetons. Il dénonce la dictature des marques et veut nous faire comprendre que plus nous possédons des choses, moins nous existons parce que nous oublions qui nous sommes vraiment
  • Madame Gandibleux Page 47 A.LA PUBLICITE: « Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible, c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (…) » Patrick Le Lay, ex P.D.G de TF1, juillet 2004 1. Introduction : 1.1 Tous touchés! Nous sommes tous fortement influencés par la publicité et nous connaissons tous des dizaines de slogans, logos ou autres messages publicitaires. Petit test pour le prouver. Donne la marque correspondant aux logos suivants :
  • Madame Gandibleux Page 48 1.2 Définition du concept « publicité » La publicité est une stratégie d'incitation à la consommation ciblant un public particulier. L'objet consommable peut être ………………… (Bien, produit), ……………….. (service, événement), ou ………………………(la marque elle- même). La publicité se donne pour premier but :……………………………………………………………………………………… puis de familiariser le consommateur avec lui afin de faire aller de soi, si elle le peut, l'acte d'achat. En second but, elle cherchera éventuellement à : …………………………………persuader que le produit répond au besoin et parfois convaincre qu'il le fait mieux que d'autres produits (publicité comparative). La familiarisation est parfois suffisante à cette fin, un produit dont on a entendu parler ayant souvent préférence, toutes choses égales par ailleurs, à un autre dont le nom est inconnu. On parle de publicité cognitive (faire connaitre), conative (faire bouger, acheter) et affective (faire aimer). Le mot "média" désigne le canal par lequel cette incitation est délivrée : annonce dans un journal, spot publicitaire à la radio ou à la télévision, affiche sur la voie publique, etc. La publicité existe depuis plus de 150 ans sous forme d'affiches, de panneaux publicitaires, etc. La publicité se distingue de la propagande par sa finalité commerciale. La publicité modèle certains comportements sociaux qu'elle juge bon de propager dans la mesure où elle permet la satisfaction du diffuseur. La propagande : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 49 1.3 Propagande et image subliminale L'image subliminale est une image qui est indécelable à l'oeil nu mais que le cerveau enregistre malgré tout. En effet, le cerveau imprime…… images à la seconde afin de se construire une perception visuelle de notre environnement. En insérant une image parasite parmi les 24 qui défilent par seconde au cinéma (25 à la télévision), l’oeil voit et le cerveau en est informé, mais en dessous du seuil de conscience, c'est-à-dire subliminal (du latin sub limen, sous la limite). La législation interdit ce type d'images dans la publicité. Et pourtant ! La publicité subliminale est une technique publicitaire qui consiste à insérer un message visuel et/ou sonore, qui ne peut être consciemment perçu par le spectateur, mais qui est censé frapper son subconscient. C’est interdit mais plusieurs cas ont pu être répertoriés : Exemples : 1988 : MITERRAND François Mitterrand est réélu à la présidence. Mais le "Quotidien de Paris" lui reproche d'avoir bénéficié d'images subliminales contenues dans le générique du journal d'Antenne 2. Une imperceptible image du président avait été insérée dans le générique du journal télévisé d'Antenne 2(France 2) à l'automne 1987. Elle a été diffusée 2 949 fois jusqu'à son interdiction, en mai 1988. Cependant, le procès intenté pour "manipulation électorale" a été perdu, car l'image durait plus d'un vingt- cinquième de seconde (plus court qu’un vingt-quatrième de seconde), ce qui exclut la qualification de subliminale.
  • Madame Gandibleux Page 50 L'histoire de la publicité subliminale remonte à 1956, au moment de la diffusion du film Picnic dans une salle de cinéma à New-Jersey. Celle-ci est pointée du doigt pour avoir, durant six semaines, inséré pendant la projection du film deux messages subliminaux: « Vous avez faim ? Mangez du pop-corn » et « Buvez Coca-Cola ». Les résultats de diffusion de ces deux messages étaient remarquables (sachant que plus de 45 000 personnes voient ce film) : la vente de pop-corn augmente de 58% par rapport à la même période de l’année précédente. L'histoire dévoilée par la suite dans les médias soulèvera de vifs débats. 2001 Durant l'émission Popstars de Décembre 2001, un téléspectateur vigilant a découvert 33 images cachées de quelques milli secondes représentant un appareil photo jetable de marque Kodak Fun. 2003 M6 est à nouveau épinglée par le CSA pour avoir diffusé quatre soirs de suite dans le générique de l'émission "Caméra Café" une image subliminale représentant le logo de Freedent White, un chewing-gum de la marque Wrigley's et ceci, malgré les recommandations faites précédemment par le CSA en décembre 2001. Cette image réapparaît, dans les mêmes conditions, les 27, 28 et 30 mai 2003. Observez cette image attentivement. Prenez le temps. Qu'y voyez-vous ? Des plantes qui s'enlacent ? Maintenant, ne regardez plus les plantes mais dirigez vos yeux vers le bas de l'image et fixez l'arrière-plan. Vous y remarquerez entre les pieds des plants la lettre "S" puis la lettre "E" et enfin la lettre "X" qui forme le mot sex. Vos yeux se sont arrêtés sur les plantes mais c'est souvent dans la toile du fond que se trouvent les messages subliminaux.
  • Madame Gandibleux Page 51 2. Le vocabulaire de la publicité : 1. L’accroche 2. Le slogan 3. Le logo 4. L’annonceur 5. L’argument 6. Le sujet 7. L’information 8. Le support C’est la personne ou la firme qui paie la campagne publicitaire. C’est le symbole d’une marque ou d’une fabrique. C’est une formule brève et frappante reprenant le plus souvent le nom du produit accompagné d’un élément. C’est l’élément matériel où va apparaître la publicité (panneaux, magazines, écrans de cinéma, de télévisions…). C’est une phrase servant à attirer l’attention. Elle change dans les différentes publicités concernant un produit. C’est l’objet ou l’individu à travers lequel on présente le produit. C’est un renseignement donné concernant la composition ou la fabrication du produit. C’est une raison donnée pour acheter le produit.
  • Madame Gandibleux Page 52 C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Pour chaque une des publicités suivantes, réponds aux questions : Y a-t-il un slogan ou une accroche? Lequel ou laquelle ? Y a-t-il un logo ? Lequel ?
  • Madame Gandibleux Page 53 3. Le public visé : Une publicité, et plus largement une argumentation, est toujours destinée à un public bien déterminé. Afin de le convaincre, il faut adopter son point de vue, cibler ses besoins et toucher sa sensibilité. Si vous voulez vendre votre produit, vous devez toujours réfléchir au public auquel il est destiné car tout dépendra de cela : l’atout mis en avant, le design, la musique utilisée (en cas de spot télé ou radio), les couleurs, les acteurs de la pub, etc. La stratégie marketing se modifiera radicalement en fonction de ce public et du consommateur visé. Quelles sont les différentes distinctions qui peuvent être établies entre les publics ? …………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………….. Une publicité peut évidemment toucher simultanément des publics différents et ne pas se limiter à une seule tranche d’âge, un seul sexe, etc. Certaines publicités sont d’ailleurs destinées au public le plus large possible (des pubs plus neutres) tandis que certaines marques vont privilégier une catégorie particulière (par exemple pour toucher un nouveau marché qu’elles n’ont pas encore atteint).
  • Madame Gandibleux Page 54 C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Parmi les publicités télévisées célèbres suivantes, essaie de déterminer le public visé, décris le en quelques lignes. La publicité pour les jus de fruits « Oasis » dans laquelle des petits fruits font une danse de la pluie …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… La publicité du parfum « Dior » dans laquelle l’actrice Charlize Theron enlève ses bijoux, vêtements, etc. les uns après les autres en disant « qu’importent les bijoux, l’or, etc. » pour finir par dire « être soi, exister », c’est ça que J’adore. ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 55 Les affiches aussi ciblent un public particulier. Les images suivantes visent quel public selon vous ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 56 4. Les différentes symboliques de la publicité: Par groupe de trois, classer les publicités en fonction des couleurs dominantes ensuite tenter de trouver la signification des différentes couleurs sur chaque publicité. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 4.1 La symbolique des couleurs Tout d’abord le choix des couleurs qui est d’une grande importance pour la publicité que ce soit dans la conception d’une annonce presse, d’un film publicitaire ou d’une affiche. Mais la symbolique des couleurs reste liée à des a priori culturels et simplificateurs. Par exemple lorsque le ………………….est utilisé en publicité c’est très souvent comme fond car il sépare les autres couleurs et donc il donne plus d’éclat et d’intensité. Dans nos cultures le ……………………. est la couleur du deuil et de la mort, mais lorsqu’il est brillant il peut évoquer l’élégance, la « classe » ou la modernité. Il existe d’autres symboliques des couleurs utilisées dans les publicités comme les couleurs de feu qui sont : le ………………………., qui est d’ailleurs la couleur la plus utilisée en publicité, elle peut représenter aussi la couleur du sang et du feu mais elle représente aussi la couleur de la force, de la passion, du dynamisme, et de la virilité d’ailleurs on peut remarquer que dans les publicités les voitures sont souvent ……………………. .
  • Madame Gandibleux Page 57 Le …………………est lui aussi une couleur de feu. C’est la couleur du soleil, elle symbolise l’énergie, la générosité. Lorsqu’une zone ………………….est placée au centre d’une publicité, cela veut donner une impression de chaleur et de sécurité. Dans les publicités les couleurs de l’air sont aussi utilisées comme le …………….qui ressort et attire l’œil, il est d’ailleurs fréquemment utilisé pour les tirages. C’est la couleur de la lumière, de l’or et du soleil. C’est une couleur qui est gaie et tonique qui évoque la chaleur et la plénitude. Dans les couleurs de l’air on trouve aussi le ………………. qui symbolise la pureté, mais aussi la joie, l’innocence, le triomphe et la gloire. Mais aussi le …………….qui est associé à l’air et à la sagesse, il invite aussi au rêve, il symbolise aussi la puissance spirituelle, la force intérieure, la maturité, la foi, la paix, la certitude. Le …………… est fréquemment utilisé dans les publicités engageant au voyage. Mais c’est aussi une couleur froide, de glace, de banquise, utilisée pour les produits surgelés. On peut également trouver en publicité des couleurs dites « couleur de l’eau » dans ce type de couleurs on trouve ;le ……………. qui est la couleur de la nature et qui symbolise aussi l’espérance, le calme, la sérénité, la fertilité, la renaissance, l’énergie vitale, l’apaisement et le repos. C’est une couleur qui est surtout utilisée pour donner une impression de fraîcheur, mais il peut aussi être associé au goût acide. Le ………………………lui est classé dans les « couleurs de la terre », il donne une impression de réalisme, de matérialisme, de gravité, d’utilité. C’est une couleur reposante, sécurisante, apaisante, un peu mélancolique, celle de l’automne. Le ………………. est utilisé par les publicités comme le symbole du petit péché autorisé (comme le chocolat) ou de la transgression. Les couleurs permettent donc de mettre en évidence certains éléments, elles contribuent à créer l’impression de profondeur de l’image. Il faut relativiser toute l’importance et la signification accordées aux couleurs par les publicitaires. Certains phénomènes de mode modifient tout.
  • Madame Gandibleux Page 58 4.2 La symbolique des formes. Nous avons vu dans le paragraphe précèdent quelle était l’importance et la signification des couleurs utilisées en publicité, maintenant nous allons voir la symbolique des formes. Cette symbolique des formes s’explique en fonction de très anciennes notions qui se réfèrent de façon plus ou moins rigoureuse aux anciennes civilisations. Tout d’abord le ………………. : qui évoque la douceur, le calme, la paix. Sans commencement, ni fin il renvoie au temps. C’est une forme ludique non agressive. Le………………lui, fait penser à l’équilibre, au sérieux, à la sécurité. Ancré sur 4 cotés il est la marque de la stabilité et de la confiance. C’est pour cela qu’il est très couramment utilisé pour les logos de Banques. Le ………………… lui, est porteur du chiffre trois qui signifie : la divinité, l’harmonie, la proportion. C’est un symbole de fécondité. Mais c’est aussi une forme agressive qui symbolise le danger, c’est pour cela qu’il est très souvent utilisé pour les panneaux de signalisation.
  • Madame Gandibleux Page 59 5. L’ARGUMENTATION 5.1 Introduction
  • Madame Gandibleux Page 60 Analyse la stratégie proposée pour vendre les menhirs. Quelle est la caractéristique de la cible visée ? …………………………………………………………………………………………… …….............................................................................................................................. Quels moyens sont utilisés pour vendre les menhirs ? …………………………………………………………………………………………… ……...…………………………………………………………………………………… Quels arguments sont avancés dans ce but ? …………………………………………………………………………………………… ……............................................................................................................................... Est-il vrai de nos jours que personne n’essaierait de vendre quelque chose de complètement inutile ? Explique ton point de vue. …………………………………………………………………………………………… …….................................................................................................................................
  • Madame Gandibleux Page 61 5.2 Les différents arguments : • L’argument par l’exemple Il fait appel à un simple exemple ou à une anecdote. Exemple : Fumer est réellement dangereux : mon oncle, qui fumait beaucoup, est mort l’an dernier d’un cancer des poumons. • L’argument par l’analogie ou la comparaison Il fait appel à la ressemblance entre le thème et l’élément choisi dans la comparaison pour en induire les mêmes conséquences. Exemple : Pour moi, conduire aussi vite en ville, c’est comme tirer à la mitraillette dans la foule en fermant les yeux. • L’argument d’autorité Il fait appel à un expert, à une personne dont la compétence est reconnue, à une citation, à des statistiques. Exemple : Les scientifiques sont tous d’accord pour incriminer certains gaz dans le problème de la couche d’ozone. • L’argument ad populum Il affirme qu’une chose peut être bonne puisque tout le monde le fait. Exemple : Tout le monde s’habille comme ça maintenant ! • L’argument par les valeurs Il se réfère à une valeur censée être partagée par le lecteur. Exemple : La vie est un plaisir, et doit le rester. Voici une liste d’arguments et de slogans. A toi de les regrouper par type d’arguments utilisé ! Note les numéros des arguments sur la deuxième ligne du tableau. C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Exemple Autorité Valeurs Ad populum Comparaison 1) Whirlpool recommande Calgonite 2) Krisprolls : Ce que la Suède a de plus croustillant. 3) Actimel aide à soutenir vos défenses naturelles : c’est scientifiquement prouvé. 4) Fais comme moi : en arrêtant de boire de l’alcool, j’ai perdu deux kilos ! 5) Ptit Louis : pour grandir et s’épanouir. 6) En suivant mon exemple, tu peux arrêter de fumer très facilement : j’ai remplacé la cigarette par le chewing-gum. 7) Là où une brosse-a-dent ordinaire laisse du tartre, la nouvelle Colgate laisse vos dents blanches et parfaitement propres ! 8) Tous les autres peuvent sortir jusqu’à minuit le week-end !
  • Madame Gandibleux Page 62 9) Les experts recommandent Oral-B. 10) Quick : nous, c’est le goût. 11) Tout le monde aimera le nouveau prix de l’I-phone 3G. 12) Les ménagères aiment avoir une maison qui sent bon. 13) Autant les parfums habituels sentent bons, autant celui-ci est divin ! 14) Maïté vous dit : Bonux, c’est une question de bon sens. 15) Dash est plus puissant contre les taches que vos lessives habituelles. 16) Les jeunes de mon âge s’habillent comme ça ! 17) C’est si bon de faire un caprice. 18) George Clooney vous recommande de boire du café Nespresso : quoi d’autre ? 19) La voiture qui consomme le moins ! 20) Moi, depuis que j’utilise le dentifrice signal, j’ai des dents plus blanches ! 21) Garnier : prends soin de toi ! 22) Tout le monde se lève pour Danette. 23) Ma mère a toujours des vêtements très propres et elle les lave avec Ariel. 24) Welcome to the fun. Fanta 25) Mon frère est un modèle pour moi : il court un kilomètre tous les jours et il est mince et musclé ! 5.3 analyse de document : C2 : Lire, analyser et interpréter les informations 1. Dans le texte qui suit, le journaliste justifie la raison d’être de son article, quel est son argument principal ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. Les sociologues distinguent deux modes d’expression du message publicitaire. Quels sont ces modes et que recouvrent-ils ? Quel est celui qui se sert de l’argumentation ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3. Un certain type de publicité s’appuie sur le réflexe conditionné, aussi appelé le réflexe de Pavlov. Lis l’encart ci-dessous et essaye ensuite d’expliquer le but du matraquage publicitaire intensif. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 63 Réflexe de Pavlov Mis en évidence par Ivan Petrovitch Pavlov, ce réflexe conditionnel lui doit son nom. On dit souvent Conditionnement Pavlovien. A partir de 1889 le physiologiste montra que si l'on accoutumait un chien à accompagner sa nourriture d'un stimulus sonore, ce dernier pouvait à la longue déclencher la salivation de l'animal sans être accompagné de cette nourriture. En fait, est démontré que la sécrétion de la salive peut être provoquée à la fois par un contact direct avec la nourriture et / ou par un stimulus raccordé à celle ci tel un son de cloche par exemple. Celui qui est considéré comme le fondateur de la psychologie moderne (Pavlov) est le même qui a fait considérablement avancer les recherches sur les réflexes conditionnels. Ces réflexes peuvent s’apparenter à une réaction involontaire, non innée, provoquée par un stimulus extérieur. Pavlov a développé la théorie selon laquelle les réactions acquises par apprentissage et habitude deviennent des réflexes lorsque le cerveau fait les liens entre le stimulus et l’action qui suit. D’après Pavlov, il y a deux types de réflexes, les réflexes innés, déjà présents à la naissance, et les réflexes conditionnels, ceux que l’on acquiert avec l’apprentissage. C’est sur cela qu’il se base pour faire avancer sa théorie et donner corps à cette idée. Il se lance donc dans des études sur le conditionnement des réflexes. Pour appuyer ce qu’il avance, Ivan Pavlov expérimenta sa théorie sur un chien. 4. Qu’est-ce qui caractérise la démarche suggestive ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… Vocabulaire du document : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 64
  • Madame Gandibleux Page 65
  • Madame Gandibleux Page 66 6. Quel est l’impact des stratégies d’entreprises? : Pour commencer : Comment séduire le consommateur ? : 1. Où est placée cette publicité ? Pourquoi ce type d’emplacement est-il particulièrement efficace?. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………. 2. Quel est l’argument qu’utilise cette publicité ? Pourquoi? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………...
  • Madame Gandibleux Page 67 6.1 L’exposition à la publicité: C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Chaque Belge est soumis chaque jour en moyenne à 60 expositions à des publicités à la télévision, soit un peu plus de 20 minutes (10% de son écoute totale). Il entend également 60 messages publicitaires à la radio et est confronté à une trentaine de messages dans la presse. Il est donc soumis quotidiennement à quelque 150 stimuli émanant des grands médias. Il faut ajouter à cela les messages véhiculés par les affiches publicitaires placées dans les lieux publics, sans parler de ceux présents dans les vitrines et à l’intérieur des magasins. Une estimation de 50 par jour est un minimum pour un actif urbain. L’exposition continue dans le cadre de la vie professionnelle, avec la lecture de journaux et, surtout, l’utilisation d’Internet. Une fois rentré chez lui, il est alors confronté au courrier publicitaire reçu dans sa boite à lettres, aux appels téléphoniques à vocation commerciale. S’il est connecté à internet à son domicile, il est soumis au spamming, aux pop-ups et aux bandeaux publicitaires qui s’affichent spontanément sur l’écran. Le nombre de contacts peut varier d’une dizaine pour les moins exposés à plusieurs centaines pour les « surfeurs ». Au total, on peut donc estimer qu’un Belge est confronté au minimum à 300 messages commerciaux par jour, beaucoup plus ( plusieurs milliers) si l’on comptabilise l’ensemble des stimuli qu’il croise sur son chemin, le plus souvent sans en être conscient. 1. Que pouvez-vous conclure à propos de l’exposition aux messages publicitaires? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. Quelles peuvent être les conséquences de cette exposition publicitaire sur la consommation des ménages ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 68 6.2 Essensis, le yaourt qui rend beau… : C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Définitions : Le marketing : correspond à l’ensemble des méthodes et des moyens mis en place par une entreprise, par lesquels elle cherche à favoriser la commercialisation d’un produit en fonction des caractéristiques des consommateurs ciblés. La « filière inversée » : Selon cette théorie, ce ne sont pas les consommateurs qui dictent aux entreprises ce qu’elles doivent produire pour les satisfaire, mais ce sont les entreprises qui par leurs stratégies (produit, emballage, publicité.) créent le besoin chez les consommateurs des produits qu’elles mettent sur le marché. 1. La création d’Essensis par Danone répond-elle à un besoin existant chez le consommateur ?. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2. D’après vous, la théorie de la « filière inversée » est-elle vérifiée pour Essensis? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3. Pourquoi la marque Danone mène-t-elle des actions de marketing ?. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………
  • Madame Gandibleux Page 69 6.3 Les stratégies marketing des entreprises: 1. Qu’est-ce qu’un « aliment » ? …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………… 2. Remplissez le tableau suivant ? Exemples Besoin de la population ciblée Contexte social Aliments « beauté » Essensis de Danone, Vichy Célestins Besoin de paraître jeune, en forme Importance de l’image, valorisation de la beauté, jeunisme Alicaments Produits allégés Plats cuisinés Portions individuelles
  • Madame Gandibleux Page 70 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Construisez une affiche publicitaire pour un produit de beauté pour homme. 1. Précisez la cible que vous choisissez (âge, catégories sociale ou type de profession, localisation, géographique…) 2. Expliquez la pertinence de votre cible par rapport au contexte social. 3. Quelle méthode retenez-vous pour interpeller la cible choisie ? (la provocation, l’humour, la mise en scène d’une star, la création d’un symbole comme le « Bonhomme Michelin» 4. Choisissez un nom pour votre produit et un slogan. Justifiez votre choix. 5. Construisez votre affiche …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 71 B.MODES ET LIEUX D’ACHATS: 1. La distribution « La distribution est l'activité qui consiste à acheter des produits pour les vendre ensuite à des revendeurs, des transformateurs, des utilisateurs professionnels, des collectivités (hôpitaux, écoles…) ou des consommateurs finaux. La distribution englobe aussi bien le commerce de détail que le commerce de gros. Ses activités s’étendent également au transport, au stockage des marchandises ainsi qu’aux services complémentaires liés à la vente. Comparée à celle des pays voisins, l’activité commerciale est plus importante en Belgique. En effet, avec 11,6% du Produit Intérieur Brut (PIB), le secteur de la distribution belge se positionne devant les Pays-Bas (11,3%), l’Allemagne (9,6%) et la France (9,5%). En 2005, la distribution a réalisé un chiffre d’affaires de plus 66 milliards d’euros dont plus d’un tiers provenant du commerce de détail en magasins non spécialisés à prédominance alimentaire. Dans ce secteur, ce sont surtout les grandes chaînes qui prédominent en réalisant plus de 76% du chiffre d’affaires. » Exercice : Par un schéma, expliquez ce que signifie la distribution :
  • Madame Gandibleux Page 72 2. Définitions Supérette : magasin de détail de denrées alimentaires en self-service d'une surface de vente de 100 – 400 m². Supermarché : magasin de détail de denrées alimentaires en self-service d'une surface de vente de 400 –2.500 m². Les produits non-food ne composent pas plus d’1/3 de l'assortiment. Hypermarché : magasin de détail à partir de 2.500 m² avec un assortiment large de denrées alimentaires et autres produits non-food. Magasin spécialisé : magasin de détail spécialisé dans la vente d'une certaine catégorie de produits, en self-service ou pas. Vente directe - vente à domicile : home parties, porte-à-porte... Vente à distance : e-commerce, vente par catalogue. Source : Fedis Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Supérette Supermarché Hypermarché Magasin spécialisé Vente directe Vente à distance Mesdagh Aldi Innovation Night & Day Carrefour Louis Delhaize 3 Suisses e-bay vente Tupperwaer H&M Voir site (critères de choix d’un magasin) : http://www.observatoire-consommation.be/docs/circuits.pdf
  • Madame Gandibleux Page 73 3. Les discounters et les magasins de proximité gagnent du terrain Aldi est le moins cher et Colruyt l'enseigne la plus attractive, pour le consommateur. Voici ce qui ressort d'une nouvelle étude du CRIOC. 29% des interrogés citent Colruyt comme enseigne de prédilection. Colruyt devance ainsi confortablement Delhaize le Lion (16%), AD Delhaize (11%), Carrefour (11%) et Aldi (9%). A la question du meilleur prix, plus de la moitié des consommateurs (52%) citent Aldi, suivi par Colruyt (35%) et Lidl (8%). Ce sont surtout les groupes sociaux inférieurs qui plébiscitent Aldi.. 1. Choix d'un magasin: localisation plus importante que le prix La proximité (42%), le prix (14%), la fraîcheur des produits (10%) et les possibilités de parking (7%): ce sont - dans l'ordre - les principaux critères de choix d'une enseigne, selon les interrogés. L'intérêt pour les magasins d'alimentation qui proposent des produits éthiques, est en augmentation constante depuis 2002. On constate néanmoins un statu quo de cette préoccupation en 2007. Qualité (5%) et variété des produits (2%) clôturent la liste. 2. Qui achète quoi? La moitié des consommateurs déclarent avoir changé leur comportement d'achat durant l'année écoulée. La majorité d'entre eux (20%) sont des consommateurs qui achètent de plus en plus souvent des produits de marque propre (marques des enseignes). Cette évolution était déjà sensible en 2005. La nouveauté, c'est la popularité des grandes marques. 19% des consommateurs déclarent avoir acheté plus de ces produits depuis un an. Les allégations de santé qu'on voit fleurir sur les produits de marque, expliquent peut- être cette évolution. 3. Qui achète où? A la question du choix des magasins où les consommateurs font effectivement leurs courses (plusieurs réponses étaient évidemment possibles), 52% des consommateurs ont cité Colruyt. Cette enseigne est largement en tête devant Aldi (47%), Delhaize le Lion (32%), Carrefour (32%) et Lidl (19%). Si l'on compare ces réponses à celles des années précédentes, on peut déduire que les hard et soft discounts renforcent leur position dominante. Mais c'est aussi le cas des magasins de quartier (5%): ceux-ci effectuent une percée. 4. Préférences et perceptions Les consommateurs qui apprécient Aldi, font partie des groupes sociaux inférieurs et des familles de 40 à 49 ans. Pour les Bruxellois et les membres de groupes sociaux moyens, cette enseigne a moins d'attrait. L’image « française » de Carrefour qui attirait une clientèle francophone et bruxelloise il y a 3 ans s’est corrigée et aujourd’hui, l’enseigne attire aussi en Flandre. Cependant, cette chaîne n'est pas populaire parmi les groupes sociaux inférieurs.
  • Madame Gandibleux Page 74 Colruyt attire les familles issues des groupes sociaux supérieurs et plus souvent wallonnes que flamandes. Cette enseigne est moins attractive pour les familles sans enfants et les plus de 65 ans. Delhaize (Le Lion) présente aujourd’hui une image plus francophone, wallonne qui attire les seniors, les Bruxellois et les groupes sociaux supérieurs. GB Contact est préférée par les célibataires, les femmes, les 40-49 ans et les habitants de Flandre. Par contre elle est rarement l’enseigne préférée des seniors et des francophones. Lidl est l'enseigne que les hommes wallons déclarent préférer. Son attractivité est très faible dans le nord du pays et à Bruxelles. Communiqués de presse - Distribution Date : 31-10-2007 Conclusion : Quatre éléments essentiels interviennent dans le choix d’un magasin alimentaire : …………………………………………................................................................... ..... Les hard-discounters voient leur nombre de clients légèrement augmenter. Par contre, la grande distribution (Colruyt, Delhaize, Carrefour...) perd des clients au profit :……………………………………………………………………………… ….. Les groupes sociaux inférieurs privilégient les produits les moins chers (premiers prix) et les marques de distributeurs. Les groupes sociaux moyens préfèrent les marques nationales et ensuite les marques de distributeurs et les premiers prix. Les groupes sociaux supérieurs s’orientent vers ………………………………….........................
  • Madame Gandibleux Page 75 4. Le e-commerce : 1. Le commerce en ligne séduit de plus en plus d’utilisateurs d’internet ! Ces dernières années, le nombre d’internautes n’a fait qu’augmenter. Chaque année, le nombre de commerçants en ligne augmente lui aussi, élargissant ainsi l’offre de produits et services. En 2005, la moitié des Belges qui surfaient avaient déjà effectué des achats occasionnels sur Internet. Au total, 2,3 millions de consommateurs belges ont en moyenne effectué 4 achats en ligne pour une dépense moyenne par transaction de 133 euros. On observe une diminution progressive du montant moyen par transaction : 80 € en décembre 2006. Cette baisse résulte de la multiplication du nombre de sites et de la diversification des produits et services vendus sur Internet. Entre 2005 et 2006, le nombre de transactions sur des sites belges d’e-commerce a doublé, passant de 1,4 à 2,8 millions de transactions. Soit une progression de 100%. Cette évolution du nombre de transactions sur Internet est due, en partie, aux investissements réalisés par les sites pour faciliter les commandes en ligne pour l’internaute. La Belgique se situe en dessous de la moyenne européenne. Un sondage commandé par la Commission européenne en 2004 a montré que seuls 12% des Belges avaient déjà effectué un achat en ligne contre une moyenne européenne de 16%. Quels sont, selon vous, les principaux freins au développement du e-commerce : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 76 2. Quels produits ? Jusqu’il y a peu, l’e-commerce en Belgique se limitait essentiellement à la vente de livres, de CD et de DVD, mais aussi et surtout à celle de voyages, qui est un secteur où la dépense moyenne est forcément élevée. Le secteur des voyages figure dans le groupe des prestataires qui profite le mieux du développement du commerce en ligne. En tête des produits achetés sur Internet par les consommateurs belges, on retrouve …………………………………………………………et …………………………………… A la troisième place, on retrouve les commandes de livres et, nouveauté, les vêtements. L’achat en ligne de livres et de CD ne cesse de décliner. Quels sont, selon vous, les raisons qui poussent les internautes européens à acheter en ligne : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3. Les réticences au commerce électronique Un « e-shopper » sur cinq a déjà été confronté à des difficultés lors du processus d’achat en ligne. Pourtant peu d’entre eux renoncent aux achats sur Internet… Quels sont, selon vous, les principales raisons avancées pour expliquer la crainte à l’égard de l’Internet : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………….
  • Madame Gandibleux Page 77 4. Quelques règles pour acheter en sécurité : Des informations claires sur le vendeur, le produit, les modalités de paiement et de livraison. Votre vie privée en de bonnes mains Lorsque vous commandez sur Internet, vous communiquez au minimum votre nom et votre adresse e-mail, parfois aussi votre adresse postale. Les entreprises conservent ces données dans des banques de données sécurisées. Vous pouvez autoriser ou non votre magasin en ligne à transmettre votre adresse e-mail à ses partenaires. Le choix vous appartient ! Paiement sécurisé garanti ! Votre magasin en ligne vous propose un choix de modalités de paiement sûres (home banking, carte de crédit, Bancontact, virement, paiement à la livraison). Si vous payez en ligne, des entreprises spécialisées veillent à ce que vous puissiez le faire en toute sécurité. Commande rapide égale livraison rapide Selon la loi, vous devez recevoir votre commande dans les 30 jours. Pour les produits sur mesure ou les articles qui viennent de l’autre bout du monde, cela peut durer plus longtemps. Toutefois, pour les commandes sur Internet, une livraison rapide est la règle. Pas satisfait ? Il vous suffit de renvoyer ! Selon la loi, vous disposez d’un délai de réflexion de minimum 7 jours qui commence le jour de la livraison. Si vous renvoyez votre commande pendant cette période, le vendeur vous rembourse.
  • Madame Gandibleux Page 78 Exercices : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Par groupe de trois : énumérez les avantages et inconvénients des achats en ligne et discutez la nature de ces avantages et inconvénients en fonction du type d’achat que vous choisissez dans la liste ci-dessous. Ensuite vous présentez devant la classe le fruit de vos recherches. un voyage un vêtement un livre un bon cadeau (groupon ou autre) Un appareil électroménager un objet d’occasion ( ebay,..) …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 79 C.MODES ET MOYENS DE PAIEMENT DE L’ACHAT: 1. Le Virement La plupart des Belges sont pratiquement aussi habitués au formulaire de virement qu'à la télécommande de leur télévision. En haut de celui-ci figurent la date de signature et la signature du donneur d'ordre. Viennent ensuite deux colonnes; la première reprend les coordonnées (numéro de compte, nom, adresse) du donneur d'ordre, la seconde, celles du bénéficiaire. A gauche au-dessus de la première colonne, il est possible d'inscrire une date mémo, c'est-à-dire la date à laquelle le client souhaite que la banque effectue le virement. En dessous, il est prévu un espace pour noter une communication, laquelle peut se composer de n'importe quelle combinaison de chiffres et de lettres. Un virement : …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………. Un virement ne constitue en aucun cas une preuve de paiement. N'acceptez donc jamais un tel formulaire comme moyen de paiement. Collez-ici un virement
  • Madame Gandibleux Page 80 Les virements peuvent être effectués sur papier (formulaires à compléter), mais aussi par voie électronique, c'est-à-dire sans utiliser de document (via banque par téléphone, par ordinateur, par internet ou en self-service). a. Qu'en est-il de la sécurité du virement ? Les virements sont sûrs, quelle que soit la manière dont on les effectue. Sur papier, ils sont toujours signés; le personnel de l'agence vérifie la signature à l'aide du spécimen de signature que le client a déposé lors de l'ouverture du compte à vue. Le client peut aussi effectuer ses virements par ordinateur ou par internet. Il calcule alors sa signature électronique à l’aide d’une calculette ou du Digipass, par ex.; pour contrôler l'identité de l'émetteur du virement, la banque effectuera ensuite de son côté le même calcul et vérifiera la concordance des résultats. Des erreurs restent bien entendu toujours possibles; elles peuvent être imputables soit au client (qui s’est trompé dans le numéro de compte, le montant ou la date d'exécution) soit éventuellement au système bancaire. Elles sont cependant toujours rectifiables. b. Quels sont les avantages et les inconvénients du virement ? Emetteur du paiement Banque A Banque B Bénéficiaire - payer de sa propre initiative - pas de limite de montant - paiement à distance - risque quasi-nul (contrôle de la signature) - l'argent produit un rendement jusqu'à l'exécution - services supplémentaires y attachés - tout se fait automatiquement - l'argent produit un rendement immédiat - reçoit confirmations de données utiles possibilités d'erreurs - risque d'une saisie trop tardive du paiement - les données sont consignées et laissent une trace - saisie obligatoire des données - retards
  • Madame Gandibleux Page 81 Exercice : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Le 25 novembre 2002, Monsieur Denis désire payer à Monsieur Duval la somme de 7541 euros , montant de la facture n° 123 du 16 octobre 2002. Monsieur Denis (37, rue des déportés, La Louvière) possède le compte en banque n° 271 0012148 23. Monsieur Duval ( 18, rue basse à Mons) possède aussi un compte portant le n° 270 0030674 28 Recherchez la signification des mots suivants : Débiteur :………………………………………………………. Créancier :……………………………………………………… Observe attentivement ce document et essaie de le compléter avec les données de l’exemple ainsi que de répondre à ces quelques questions. D’après ce document, comment appelle-t-on aussi - le débiteur ? ……………………… - le créancier ? ……………………... Quelle est la différence entre : - la date de remise ? …………………………………………. - la date mémo ? ………………………………………………
  • Madame Gandibleux Page 82 2. LA DOMICILIATION ET L’ORDRE PERMANENT 1. Ordre permanent Loyer, cotisations, remboursement de votre prêt... Il s’agit de montants fixes, que vous devez payer régulièrement à date fixe. Un ordre permanent vous garantit le paiement automatique de tels montants, sans que vous n’ayez plus à vous en soucier. C’est également très pratique si vous êtes absent, et il s’agit de la formule idéale pour épargner facilement et rapidement. Si les montants de certains paiements répétitifs sont variables (comme les frais de téléphone), alors demandez plutôt une domiciliation. 2. Domiciliation Réduisez considérablement vos tâches administratives en automatisant le paiement de vos factures de téléphone, d’électricité, vos primes d’assurance,... Le fournisseur envoie, avec votre autorisation, le montant à payer à la FORTIS BANQUE. Elle débite l’argent de votre compte. Par la suite, vous recevez la facture. Une domiciliation est donc idéale pour les montants variables que vous devez payer à intervalles réguliers. De la sorte, vous n’oubliez jamais d’effectuer des paiements, et tout se déroule à la date prévue et en toute sécurité. (www.fortis.be) Complétez les phrases ci-dessous. a) J’ai acheté une voiture à crédit et je souhaite régler mes factures par ………………………… car il s’agit de paiements répétitifs. b) Lors d’un règlement par domiciliation, le ………………………… envoie le montant à payer à l’organisme financier. Mon compte en banque sera alors ………………………… de ce montant. c) Généralement, les montants à payer sur les factures d’électricité sont …………………………. Dans ce cas, je demanderais plutôt une ………………………….  ordre permanent/ domiciliation/ client/ fournisseur/ variables/ fixes/ débité/ crédité.
  • Madame Gandibleux Page 83 Exercice : C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Tu es titulaire du compte n° 063-1380012-92 chez Dexia. Tu désires domicilier tes factures du téléphone (Belgacom – adresse en fonction du domicile). Ton numéro de référence est le 475/2487/12078. Complète le document ce jour.
  • Madame Gandibleux Page 84 2. La carte Bancontact / Mistercash a. La carte La carte de débit se présente comme suit : Recto : nom du titulaire de la carte, numéro de compte du titulaire, numéro de la carte. Verso : bande magnétique, bande avec la date de validité, logo des services offerts. La bande magnétique renferme toutes les indications nécessaires à l'exécution d'une opération via un guichet automatique ou un terminal de paiement dans un commerce. Recto Ve rso
  • Madame Gandibleux Page 85 b. Qu'est-ce qu'une carte de débit ? Une carte de débit est une carte plastique qui, à l'aide des données figurant sur la bande magnétique, permet d'accéder au compte à vue et de virer de l'argent d'un compte à vue à un autre par voie électronique (transfert en cas de paiement dans un commerce par exemple). D'autre part, cette carte permet d'effectuer des retraits auprès d'un guichet automatique, le compte étant automatiquement débité du montant retiré. L'inscription au débit du montant retiré est (pratiquement) immédiate. c. Qu'en est-il de la sécurité d'une carte de débit ? Les opérations effectuées à l'aide d'une carte de débit sont protégées par un code PIN ……………………………………….. personnel et secret composé de quatre chiffres. Ce code PIN peut être modifié par le titulaire de la carte auprès de n'importe quel guichet automatique du réseau Bancontact/Mister Cash. Lorsque le client perd sa carte ou qu'elle lui est dérobée, il doit immédiatement en avertir CardStop (070-344 344). Cette carte sera alors bloquée et refusée si elle est utilisée auprès d'un guichet automatique ou d'un terminal de paiement. Le titulaire fera aussi en sorte d’avertir également la police et son agence de ce vol. La carte est assortie d'une limite d'utilisation qui contribue également à sa sécurité : les retraits quotidiens à l'aide d'une carte donnée ne peuvent dépasser un certain montant. Il est aussi prévu un contrôle automatique du solde du compte, de sorte qu'il est impossible de descendre sous zéro sans le vouloir. d. Quels sont les avantages et les inconvénients de cette carte ? Emetteur du paiement Banque A Banque B Bénéficiaire du paiement accepté sûr grâce au code PIN 24, 7 jours sur 7 automatique d'erreurs automatique d'erreurs immédiatement disponible = crédit direct automatique en caisse d'achat = spontanéité paiements confidentiels dans des équipements payer par le commerçant
  • Madame Gandibleux Page 86 e. A qui cette carte est-elle destinée ? Nombreux sont ceux qui possèdent une carte de débit; il s'agit d'un service que les banques accordent assez facilement à leurs clients si elles pensent que ceux-ci n'en abuseront pas. La plupart des banques proposent d'ailleurs aussi des cartes de paiement aux mineurs, parfois déjà à partir de 10 ans ! f. Comment se déroule un paiement par carte ? C'est la société Banksys qui gère l'essentiel des paiements électroniques effectués par carte de débit en Belgique. Lorsque la bande magnétique de la carte est passée dans le lecteur de cartes chez le commerçant, une série d'informations sont notifiées à Banksys par téléphone, parmi lesquelles les coordonnées du client et celles du commerçant chez qui le lecteur de cartes est installé. Banksys autorise ou refuse alors le paiement (solde insuffisant, code PIN erroné, …). Les données du paiement sont ensuite transmises par Banksys - via le CEC (Centre d'Echange d'opérations et de Compensation) - aux banques concernées. Les innombrables paiements que les banques belges doivent effectuer en faveur les unes des autres – représentant par exemple des achats de clients chez des commerçants - sont en effet centralisés et dénoués au niveau du CEC. Les informations relatives à ces paiements sont transmises de manière totalement automatique aux banques concernées, où les comptes visés sont débités et crédités. 3. Le Chèque L'Eurochèque est le formulaire de chèque le plus couramment utilisé : il est pour ainsi dire accepté partout. Il se présente de la manière suivante : - Recto : montant en lettres, code devise, montant en chiffres, lieu, date et signature. Les nom et numéro de compte du propriétaire du chèque et le nom de la banque sont bien entendu préimprimés. - Verso : endroit pour noter le numéro de la carte de garantie
  • Madame Gandibleux Page 87 a. Qu'est-ce qu'un chèque ? On utilise un chèque pour effectuer un paiement unique. Cet instrument a pour incontestable avantage d’être assez simple à utiliser, mais il est tout aussi exposé au vol que l’argent liquide. L'émetteur d'un chèque donne un ordre inconditionnel à sa banque de payer un montant donné au bénéficiaire. Le paiement proprement dit n'intervient qu'au moment où le chèque est encaissé. Au niveau national, les chèques sont dans une large mesure traités automatiquement, cependant le chèque demeure un instrument de paiement onéreux. L’utilisation de chèques décroît d’année en année, au profit du virement et de la carte de débit. Par ailleurs, le 1er janvier 2002, la garantie Eurocheque n’existe plus. b. Qu'en est-il de la sécurité du chèque ? Un chèque peut facilement se perdre, mais il peut aussi être volé. Un client peut cependant toujours faire opposition à des chèques perdus ou volés. c. Quels sont les avantages et les inconvénients inhérents au chèque ? Emetteur du paiement Banque A Banque B Bénéficiaire d'utilisation continue de rapporter des intérêts sûr anonyme de données l'argent peut être utilisé tant que le chèque n'est pas perçu (intérêts) imputer des coûts de saisie vol ou de perte formulaires sont chers obligatoire des données (ce n'est que lorsque le chèque est encaissé que l'argent peut produire un rendement) Source :http://www.abb-bvb.be/edu/fr/mod002/tools/e1.htm
  • Madame Gandibleux Page 88 ©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC©CRIOC D.LES DROITS ET LES DEVOIRS DU CONSOMMATEUR MINEUR D’AGE Etre mineur signifie être considéré comme incapable de passer des actes juridiques . Les professionnels du secteur commercial s'intéressent de près aux jeunes, parce que ceux-ci disposent d'un budget de plus en plus important (travail, argent de poche, etc.). Ainsi, les produits et les campagnes publicitaires s'adressent de plus en plus directement aux jeunes. Quand un mineur effectue un achat dans un magasin, il n'y aucun problème tant que le produit est payé. Si l’achat n'est pas payé, le vendeur ou les parents vont procéder en justice. Dans ce cas, il appartient au juge de décider si le jeune a oui ou non, atteint « l'âge de raison ». II s'agit d'un critère flou, puisque certains jeunes seront considérés « raisonnables » à l'âge de 12 ans, tandis que certains juges situent l'âge de raison vers 6 ans déjà. Lorsqu'un mineur achète un produit « ordinaire » (alimentation, matériel scolaire, par exemple), les tribunaux estiment qu'il le fait à la demande ou avec le consentement de ses parents. Les parents peuvent être obligés de payer la facture (qui peut être assez importante quand il s'agit par exemple d'un meuble de bureau). Imaginons qu'un jeune achète une voiture (en occasion) et qu'il ne peut payer la facture car il a dépassé son budget, dans ce cas, cette facture sera présentée aux parents. S'ils paient, il n'y aura aucun problème, mais s'ils ne paient pas... L'achat ne peut être annulé que si les parents peuvent convaincre le juge du fait que la situation sociale et financière de leur enfant ne permettait pas un tel achat. En ce qui concerne « la fortune personnelle » (argent, biens immobiliers, etc.) d'un enfant mineur, les parents ont le droit d'en toucher les revenus et de les dépenser (l'usufruit). Le tribunal de la jeunesse peut sanctionner des parents qui gèrent mal les biens qui leur sont confiés. Seuls les biens qui sont confiés au jeune sous la condition explicite que les parents ne peuvent pas en toucher les revenus, et les sommes que le jeune gagne lui-même en travaillant, sont exclus de cette gestion parentale. Les parents peuvent encaisser ces revenus jusqu'à ce que le jeune ait atteint l'âge de 18 ans ou jusqu'à ce qu'il soit émancipé, mais ils doivent l'utiliser pour l'éducation et l'entretien de l'enfant. Ils ne font alors qu'exercer leur « autorité parentale ». Cette « autorité parentale » est constituée de l'ensemble des droits et devoirs des parents envers leurs enfants et le « patrimoine » de leurs enfants. Cette autorité ne peut être exercée que dans l'intérêt du mineur. Responsabilité : « celui qui cause des dommages en est responsable », est un principe de base généralement admis. Mais quand un adolescent cause des dommages, c'est son père ou sa mère qui sera responsable par manque de supervision. Les parents conservent l'autorité parentale, même quand le jeune ne vit plus avec eux..
  • Madame Gandibleux Page 89 Age et actes spécifiques Pour certains actes spécifiques, la loi peut prévoir une capacité limitée pour le mineur : 12 ANS : Le jeune reçoit une carte d'identité de l'administration municipale, mais il ne doit pas toujours la porter. Il peut, avec l'autorisation de ses parents ouvrir un compte bancaire courant et disposer d'une carte de retrait ( souvent plafonnée à un certain montant, et sans possibilité de descendre en négatif sur le compte) 14 ANS Tant qu'on n'a pas 14 ans, on ne peut prendre de boissons alcoolisées, même en compagnie d'un adulte. 15 ANS : Le port de la carte d'identité est obligatoire. Le mineur peut être émancipé ou demander à être émancipé. Le mariage mène à l'émancipation automatiquement. Une fille peut se marier à partir de l'âge de 15 ans, un garçon doit avoir 18 ans. On peut conclure un contrat pour travail de vacances, à moins que les parents ne s'y opposent explicitement. Dès que l'adolescent a 18 ans, l'opinion des parents ne compte plus. L'adolescent doit être en ordre sur le plan de la scolarité obligatoire (jusqu'à l'âge de 16 ans ou de 15 ans si les deux premières années du secondaire ont été suivies). 16 ANS : Le jeune a accès aux dancings et cafés (en dessous de 16 ans, ce n'est permis que s'il est marié ou accompagné d'un parent, du tuteur ou d'un superviseur). Dès 16 ans, les contacts sexuels sont acceptés. Conduire une motocyclette est légalement permis. Au cinéma, il sera admis aux films « pour adultes». Le jeune mineur peut rédiger un testament. Pour ouvrir un compte bancaire, le jeune doit encore toujours avoir la permission ou la caution des parents. Ils le mandateront à disposer librement de l'argent qui se trouve sur ce compte. Le jeune émancipé doit avoir l'autorisation du tuteur. Une exception existe : « tout mineur qui touche un revenu régulier de travail d'étudiant ou de travail à temps partiel, peut, dès l'âge de 16 ans, ouvrir un compte courant auprès de certaines banques ». Si le père, la mère ou le tuteur ne s'y oppose pas, tout adolescent qui travaille peut toucher personnellement son salaire.(au comptant, ou sur un compte bancaire). Jusqu'à l'âge de 18 ans, les parents peuvent exiger que ses gages soient versés sur leur compte. Ils doivent le signaler par écrit à l'employeur. Le conseiller de l'aide à la jeunesse, est compétent pour tout litige concernant les gages de l'adolescent. II décidera dans l'intérêt du jeune travailleur. II ne faut pas nécessairement avoir un contrat de travail pour pouvoir ouvrir un compte bancaire, tant qu'on a la permission du représentant légal. Tout enfant peut ouvrir un compte d'épargne et y verser de l'argent, même sans la permission des parents ou du tuteur. Mais ce n'est qu'à partir de l'âge de 16 ans, qu'il peut retirer une certaine somme d'arge nt de ce compte, somme variable selon les banques. Pour des montants plus importants, il lui faut l'accord de ses parents. Quand un compte d'épargne a été ouvert en son nom, il ne peut retirer de l'argent qu'avec l'autorisation de son représentant légal. Lui seul peut disposer de cet argent. II ne peut retirer la totalité de cet argent du compte qu'à partir de l'âge de 18 ans. Ses parents ne peuvent utiliser l'argent de son compte que pour son éducation et son entretien. Dans la pratique, les relations entre mineurs et banques ou caisses d'épargne, peuvent varier selon l'institution.
  • Madame Gandibleux Page 90 Thème 3 : Gestion budgétaire Compétences : Citer des types de monnaies répondant à différents types de dépenses et des réflexes de protection adaptés. Enumérer les moyens de gagner de l’argent par les jeunes. Reconnaître les causes et les conséquences du surendettement des jeunes de – 25 ans, identifier les possibilités d’aide spécifique. Identifier les possibilités d’épargne, fixer des objectifs, choisir un mode d’épargne et évaluer son choix. Démasquer les objectifs poursuivis par les banques quant à la fidélisation des jeunes clients. Identifier et classifier les principaux achats auxquels les élèves consacrent leur budget.
  • Madame Gandibleux Page 91 A. LES JEUNES ET L’ARGENT 1. Les revenus des jeunes ORIGINE A mesure qu'ils grandissent, les jeunes ont de plus en plus d'argent. à leur disposition. L'origine de ces sommes tend également à se dissocier des apports parentaux avec l'âge: la part de l'argent de poche donnée par les parents diminue progressivement et les sources se diversifient. Les principales sources de revenus que l'on peut citer sont : L'argent de poche hebdomadaire ou mensuel donné par les parents : en Belgique, 82% des jeunes de 12 à 20 ans, reçoivent de l'argent de poche de leurs parents. En 1993, la moyenne hebdomadaire reçue par les jeunes de leurs parents, se situait aux environs de…………………….. L'argent occasionnel représente également un apport attendu au moment des fêtes (…………………………………...) par 60% des jeunes belges. ……………………………………………………….. : certains parents monnaient l'aide de leurs enfants, parfois déjà dès les premières années du primaire. D'autres, modulent leur apport en fonction des résultats scolaires. Mais ces deux catégories représentent une minorité en Belgique. . L'argent………………………………………………………………………. évolue également selon l'âge et l'indépendance des enfants. L'habillement tend à être le premier poste de cette catégorie à partir de la pré-adolescence, reflet d'un consensus social relativement nouveau: le droit des 12-15 ans à une culture spécifique. Un jeune belge sur quatre, bénéficie de ce type de revenus pour l'achat de ses vêtements, ses frais de voyage, etc. L'argent reçu occasionnellement de parents éloignés (…………………………………………), vient améliorer le portefeuille de près de 42% des jeunes en Belgique. Les ……………………………………………………………..effectués au cours de l'année scolaire, connaissent un succès grandissant auprès des 14-15 ans. Mais les jeunes belges semblent légèrement moins impliqués dans ces petits jobs (baby-sitting et aides commerciales ne tentent qu'un jeune sur sept en Belgique), que ceux d'autres pays européens. Les travaux de vacances ont plus de succès : 3% des 12-14 ans, 19% des 15-16 ans et 42% des 17-18 ans, y ont recours.
  • Madame Gandibleux Page 92 Enfin, il faut citer les revenus des bourses d'étude, d'allocations familiales, d'indemnités de chômage, et même les revenus d'un travail régulier pour la catégorie au dessus de 16 ans. Les jeunes gagnent aussi de l'argent comme……………………………………. Ils peuvent le faire à partir de l'âge de 15 ans, lorsqu'ils suivent le programme d'enseignement à temps plein ou lorsqu'ils suivent l'enseignement à temps partiel spécialement conçu à cet effet. Dans ce cas, ils peuvent gagner jusqu'à l'équivalent d'un salaire de 416,47 euros (net imposable). Si ce montant est dépassé, il n'est plus déductible (sur le plan des impôts) pour la personne qui était en charge des soins du jeune travailleur. Ce plafond varie bien évidemment, et est redéfini d'année en année par les services compétents. Les parents reçoivent une ………………………………. tant que le jeune ne preste que du travail de vacances sous contrat écrit ou pas plus de ……………heures de travail étudiant par mois. Pour travailler à temps partiel, il faut l'autorisation (au moins implicite) des parents. C'est aussi à eux de décider si le jeune peut gérer ses ………………….. lui-même ou pas. Dans des cas exceptionnels, les mineurs peuvent demander le ……………………… auprès du CPAS, s'ils sont émancipés par le mariage ou ont un ou plusieurs enfants à charge (même hors mariage). A partir de l'âge de 18 ans, s'ouvre de toute façon, dans certaines conditions, le droit au revenu minimum d’insertion. Pour les besoins financiers avant 18 ans, il est possible de s'adresser au CPAS pour un soutien supplémentaire. La volonté du CPAS de supporter le jeune et le montant de ce support éventuel, dépendront fortement de sa situation.
  • Madame Gandibleux Page 93 2. Les dépenses des jeunes Actuellement, les jeunes n'ont plus systématiquement besoin d'argent comptant (monnaie fiduciaire) pour régler leurs achats. LA MONNAIE FIDUCIAIRE EST REMPLACÉE PAR LA MONNAIE SCRIPTURALE Toutes les institutions financières se sont intéressées à ce nouveau marché constitué par les jeunes. Les banques investissent à long terme auprès des enfants et cherchent à fidéliser les jeunes par une diversification des produits proposés. Cette stratégie s'accompagne d'une campagne publicitaire ciblée sur les 12-16 ans, leur proposant à l'ouverture d'un compte, qui un CD, qui un sac de sport, etc. Les parents sont également sollicités, leur aval étant absolument nécessaire, un mineur d'âge ne pouvant pas effectuer seul des opérations bancaires. Les banques tentent plutôt de sécuriser les parents, en jouant sur la pédagogie et l'apprentissage d'une gestion moderne du budget ( à l'exemple de la banque DEXIA qui a proposé aux parents qui en faisaient la demande un dossier pédagogique et informatif sur l'argent de poche de leurs enfants) , tout en les tenant évidemment comme responsables en dernier ressort de l'évolution des fonds (la plupart des banques demandent aux parents de fixer un plafond de retrait et par ailleurs, ils doivent se porter garants du compte ouvert par leurs enfants). Selon une enquête réalisée par «Le Soir » en 1993 déjà, six banques sur sept, approchées en Belgique, offraient la possibilité d'ouvrir un compte courant dès l'âge de 12 ans, avec accès aux réseaux automatiques et au « self-banking ». Les retraits maxima autorisés varient de 120 à 1 200 euros par semaine avec, dans la plupart des cas, un montant plus important permis après 16 ans. Services bancaires et jeunes. L'ouverture d'un compte courant est présentée comme la porte d'accès à l'indépendance, l'émancipation et la liberté. Ce compte courant sera soit approvisionné pas ses parents, soit par le jeune lui-même, lorsqu'il accède à un job occasionnel ou à un véritable emploi. Tant qu'un mineur est étudiant, il doit attendre ses 18 ans pour ouvrir seul un compte en banque. S'il travaille avant d'atteindre sa majorité, l'autorisation et la garantie des parents resteront également nécessaires jusqu'à sa majorité. Cette indépendance tant vantée par les banques reste donc strictement conditionnée aux lois de protection des mineurs. La plupart des banques ne font aucun problème pour l'administration de cartes électroniques, mais l'emploi de ces cartes varie d'une institution à l'autre. Certaines proposent, dès 16 ans, une utilisation identique à celle ouverte aux adultes, avec donc la possibilité de descendre en dessous de zéro, pour des montants limités (de - 50 à -120 euros ). Cette possibilité s'offre aussi, en pratique et dans certaines limites, à tous les jeunes de 12 ans, titulaires d'une carte de retrait électronique. Edition 2002Réf catalogue : 228-02DD-2002–2492-11© CRIOC
  • Madame Gandibleux Page 94 3. L’épargne : le rôle des banques Exercice : texte à trous C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Etats - entreprises – monnaie (2x) - crédit – paiement - bourses - seigneur - guerre – renaissance – placement - moderne - économie - opérations – Antiquité – banc – changeurs - Moyen-âge Les origines de la banque remontent à l'……………. . Le mot "banque" dérive de l'italien "banca" qui désigne un ……………. en bois sur lequel les changeurs du Moyen Âge exerçaient leur activité. Les premiers banquiers de cette époque sont les……………. .Au……………., chaque grand……………. ou chaque grande ville avait le droit de frapper sa propre ……………. . Des monnaies différentes étaient donc en circulation dans un même pays. Le rôle du changeur était de changer (moyennant paiement) la……………. de celui qui arrivait de l'extérieur de la ville contre de la monnaie utilisée dans la ville. De la……………. au 19ème siècle, les fondements de la banque ……………. se mettent en place. Les premières banques publiques et les premières……………. apparaissent pendant la Renaissance, tandis que les banques privées connaissent une expansion en Europe. Après la…………….1914-18, l'histoire delabanque est conditionnée par le développement de l' ……………. et l'organisation des systèmes bancaires. Les……………. jouent un rôle de plus important dans le système bancaire. Depuis cette époque la banque est un établissement de……………. pouvant effectuer toutes…………………..de banque : recevoir des dépôts, accorder des crédits à tout type de clientèle et pour toute durée, mettre en place et gérer des moyens de……………. , effectuer des opérations connexes à son activité principale : change, conseils et gestion en matière de……………………., conseils et gestion en matière de patrimoine pour les particuliers, conseils et gestion au service des……………..
  • Madame Gandibleux Page 95 Exercice : C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Par groupe de deux, recherchez sur internet les réponses aux questions ci-dessous n’oubliez pas de précisez les sites que vous avez visités. 1) Qu’est ce qu’une banque ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 2) Qu’est ce qu’un dépôt ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 3) Quels sont les différents types de dépôts ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 4) Comment fonctionne le système bancaire entre une banque et un particulier qui y place son argent ? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… 5) Comparer les sites de trois banques différentes et choisissez celle qui vous séduit le plus entant que jeune consommateur, justifiez votre réponse? …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux IVSP96 B. LES MENAGES ET L’ARGENT Introduction : Remettez en ordre les puzzles suivant qui vous permettront de découvrir les définitions du ménage et du revenu. Le ménage : résident – logement - d’une ou plusieurs personnes – même - composé - ayant ou non – dans- un lien de parenté – mais -un – même. ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Remarque : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… 1. Les revenues des ménages : immobilier – activité- produit- ou - d’une- ou –d’un capital – mobilier – régulier ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Revenus des jeunes Revenus des ménages On peut donc classer les revenus des ménages en 4 catégories : 1………………………………………………………… 2………………………………………………………... 3……………………………………………………….. 4………………………………………………………..
  • Madame Gandibleux IVSP97 1.1Les revenus du travail : Il existe deux grandes catégories de travailleurs : ……………………………. : il perçoit sa rémunération d’un employeur vis-à-vis duquel il est lié par un contrat de travail. …………………………….. : il ne dépend d’aucune autorité et il exerce librement son activité sans être lié par un contrat de travail auprès d’un employeur. ……………….. ……………….. ……………..... ……………….. ………………… ………………. ……………… ………………… ……………… ……………….. ……………….. ……………..... ……………….. ………………… ………………. ……………… ………………… ……………… ……………….. ……………….. ……………..... ……………….. ………………… ………………. ....................... ……………… ……………..
  • Madame Gandibleux IVSP98 Les différentes parties de la rémunération : Monsieur Dupond vient de signer un contrat d’emploi. Il y lit que sa rémunération sera de 1290 €. A la fin du mois, il est étonné et déçu car son patron ne lui remet que 920€. Comment cela est-il possible ? ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Pourquoi ces retenues ? Les retenues sont effectuées pour permettre, par l’intermédiaire de l’ONSS : Salaire brut (obtenu dans le cadre du contrat de travail) - Cotisations sociales du travailleur (13,07% du salaire brut pour les travailleurs du secteur privé) ---------------------------------------------- = Salaire brut imposable - ………………………………….. ----------------------------------------------- Salaire
  • Madame Gandibleux IVSP99 Exercices : 1. Différentes parties de la rémunération. C2 : Lire, analyser et interpréter les informations Observe la feuille de paie et réponds aux questions : 1. Quel est le montant du a) brut total :……………… b) imposable total :……………. c) net total :………………. 2. La différence entre le brut total et l’imposable total est de ………………. Ce montant représente :………………………………………………………............. 2. La différence entre l’imposable total et le net total est de ………………. Ce montant représente : ……………………………………………………………. 2. Calcul du salaire net C3 : Appliquer : résoudre des applications concrètes, appliquer des concepts théoriques Monsieur X reçoit un appointement de 1859,20 €. Il paye 1442,17 € d’impôts. Madame Y perçoit un salaire brut de 785,25 € et elle paye 22% d’impôts. Monsieur Z gagne 2032 € (brut) il paye 573 € d’impôts.
  • Madame Gandibleux IVSP100 Le ………………………………………………… peut se définir comme une retenue fiscale à la source des revenus professionnels de certains contribuables à l’impôt des personnes physiques (IPP). Il s’agit donc d’un acompte, d’une avance sur l'impôt global qui sera établi à l'issue de la déclaration à l'impôt des personnes physiques. Raisons d’être du précompte professionnel 1. L’Etat est soucieux de percevoir une partie des recettes fiscales sans attendre que l’année imposable soit écoulée. 2. L’Etat juge plus fiable et rapide un prélèvement fiscal opéré par l’intermédiaire des employeurs qu’auprès des destinataires de revenus À quels revenus professionnels le précompte s’applique-t-il ? Le précompte professionnel est dû sur les revenus professionnels autres que les « ……………….. » ou « ……………… » des travailleurs indépendants (entreprises et professions libérales). Il est dû sur les : « rémunérations », que perçoivent : 1. Les TRAVAILLEURS : salariés, fonctionnaires, militaires, magistrats, ministres du culte. 2. Les DIRIGEANTS D’ENTREPRISE : administrateurs et gérants de sociétés, et membres du comité de direction d’une SA par exemple. « pensions, rentes et allocations » : pensions de retraite et de survie, de même que les allocations aux victimes d’accident de travail ou de maladies professionnelles. Le montant du précompte professionnel et ses variables Le montant du précompte n’est évidemment pas fixe. Il dépend des variables suivantes : Variable principale : ………………………………………………..c’est-à-dire le revenu brut après déduction des cotisations sociales personnelles Variables secondaires = 1. ……………………….. 2. ……………………….. 3. ……………………….. 4. ………………….........
  • Madame Gandibleux IVSP101 Les retenues sont fixées dans des échelles (« barème ») de précompte professionnel. Résumons : 1.2Les revenus sociaux : Les revenus sociaux se composent des revenus de ………………………. et des revenus de……………………………. Quelle est la différence entre ces deux types de revenus ? ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………. Revenus de complément Revenus de remplacement Les revenus sociaux sont ceux versés par le biais de la Sécurité Sociale
  • Madame Gandibleux IVSP102 1.3Les revenus de la propriété : On peut distinguer deux grandes catégories de revenus de la propriété : Les revenus immobiliers provenant des biens immobiliers : Exemple :…………………………………………………………………………………… . Les revenus immobiliers prennent la forme de loyer versé par les locataires. Les revenus mobiliers provenant des biens mobiliers : Exemple :…………………………………………………………………………………… 1.4Les revenus exceptionnels : Les revenus exceptionnels sont ceux qui sont occasionnels, extraordinaires, rare Exemple :…………………………………………………………………………………….
  • Madame Gandibleux IVSP103 2. LES DEPENSES DU MENAGE Les ménages vont utiliser leur revenu pour acquérir les biens et services nécessaires à la satisfaction de leurs besoins. Ces dépenses sont multiples et peuvent être classées de différentes manières : 2.1Les différentes dépenses : Les charges fixes : Définition: des charges incompressibles et indispensables. Exemples: ………………………………………………………………………………… Les charges courantes Définition: des charges qui peuvent être réduites mais qui sont indispensables. Exemples: ……………………………………………………………………………….. Les charges extraordinaires Définition: des charges qui peuvent être réduites et qui ne sont pas indispensables. Exemples: …………………………………………………………………………… Les ménages qui ne dépensent pas la totalité de leurs revenus épargnent Revenu = consommation + épargne Epargne= différer sa consommation Certains ménagent dépensent plus que la totalité de leurs revenus : Consommation = revenu disponible+ crédit
  • Madame Gandibleux IVSP104 2.2Le crédit Toutes ces personnes n’ont pas assez d’argent pour payer leurs achats, ils doivent faire appelle à un crédit. Définition du crédit : activités liées aux prêts d’argent se traduisant par une dette. Les types de crédits : Le …………………………………………………………. Exemple: Marc travaille au Quick en tant qu'étudiant durant l'année. Il y a des rentrées d'argent régulières sur son compte en banque, mais les sorties d'argent le sont tout autant. Parfois, il dépense même plus que ce qu'il ne reçoit. Comment fait-il? Définition : Réserve financière mise à votre disposition par votre banque en vue de faire face à court terme à des problèmes de liquidité. La …………………………………………………. Exemple: Vous avez besoin d'argent. Pas pour n'importe quoi, pour achetez votre nouvelle Mini. Donc, vous avez besoin d'une somme bien déterminée. Vous vous rendez auprès d'un établissement de crédit. Que vont-ils vous proposer? Pas de chance la voiture de M Gilles vient de rendre l'âme, au bout de sept années de bons et loyaux services. Après s'être informé, il arrête son choix sur un modèle: une Peugeot 307. Coût: quelques 15 000 €. N'ayant pas une telle somme disponible, il faudra bien avoir recours au crédit. Le garagiste auquel il s'adresse lui propose un financement. Monsieur Fernandez, grand amateur de musique à décidé de remplacer sa chaine HIFI. Son choix se porte sur la marque Pioneer. Une publicité lui annonce que Photo-Hall propose justement un modèle à 575 €, assortie d'une formule alléchante: un crédit à 0%. M et Mme K sont mariés depuis 2 ans. Ils vivent dans un appartement. La venue prochaine d'un enfant et leur envie de vivre dans un endroit spacieux et calme les fait envisager l'achat d'une fermette à la campagne. Ni leurs revenus, ni leurs économies ne leur permettent de payer cash le prix demandé.
  • Madame Gandibleux IVSP105 Définition : Crédit proposé pour l'acquisition d'un bien ou la prestation d'un service. Un acompte de 15% sur le prix du bien doit être payé. Le reste est payé en plusieurs mensualités. Exemple: Achat d'une voiture, d'une TV, d'une machine à laver, de meubles, etc. Le …………………………………………….. Exemple: Vous avez besoin d'argent. Mais vous ne voulez pas faire part à votre établissement de crédit du but de ce prêt d'argent. Donc vous vous rendez auprès de votre établissement de crédit et vous leur demandez un crédit qui ne demande pas d'affectation bien précise. Définition : Crédit proposé pour l'acquisition d'un bien ou la prestation d'un service. Un acompte de 15% sur le prix du bien doit être payé. Le reste est payé en plusieurs mensualités. Exemple: Achat d'une voiture, d'une TV, d'une machine à laver, de meubles, etc. Remarque: ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Le ………………………………………………… Exemple: Vous rêvez d'habiter une belle villa. Le problème est que vous êtes contre la location car vous estimez qu'il s'agit de fonds perdus. Mais vous n'êtes pas non plus riche comme crésus, donc vos ne savez pas acheter cette magnifique villa au comptant. Que vous reste-t-il comme solution. Définition : Le crédit hypothécaire, vous permet d'avoir les fonds nécessaires auprès d'un organisme financier pour acheter, construire, transformer/rénover un bien immeuble. C'est un crédit à longue durée (20-30 ans). Les mensualités ne peuvent dépasser 30% du revenu. Exemples: maison, appartement, terrain. 4 5
  • Madame Gandibleux IVSP106 3. Le surendettement Exercice : Ces personnes sont-elles surendettées ? Monique 50ans, Secrétaire, mère de 3 enfants. Elle est au chômage, divorcée et a 3 enfants à charge. Elle touche 1000€ par mois comme revenu de remplacement. Elle doit payer par mois 500€ de loyer, 400€ par mois pour les études onéreuses de sa fille, 80€ seulement pour les frais alimentaires, 100€ pour tous les autres frais. Pour essayer de s’en sortir, elle contracte des crédits et très vite elle n’arrive plus à assumer, chaque mois, elle se retrouve en négatif. ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………. Suzette a contracté un crédit hypothécaire et un crédit pour la voiture, elle doit rembourser près de 770 € par mois. Au mois de décembre, elle fait plaisir à sa fille et lui offre une nouvelle chaîne-hifi de 200€. Pour récompenser son autre fils, elle achète un nouvel ordinateur de 1100 €. Ses frais personnels s’élèvent à 250€ pour ce mois. Au mois de décembre 2006 elle a touché comme salaire, 2100 € mais se retrouve en négatif. Au mois de janvier, Suzette touche à nouveau son salaire de 2100€. ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………. Paul possède un compte chez Dexia mais cette banque ne lui plaît plus, il retire son argent et le place sur un nouveau compte, chez Fortis. Il reçoit un extrait de compte de la banque Dexia, il est en négatif de 2€ car des frais on été retirés lorsqu’il a enlevé son argent. ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………. Critères du surendettement : 1…………………………………. 2………………………………….. 3………………………………….. Définition : Le surendettement est la situation d’une personne qui ne sait plus faire face à ses dettes et qui éprouve donc des difficultés financières importantes mais aussi de manières durables
  • Madame Gandibleux IVSP107 3.1Les causes du surendettement : Evolution (en%) de la fréquence et du montant des dettes autres que le crédit entre 1994 et 2003 dans les dossiers de médiation de dettes. « Autres dettes » Variation de la fréquence (1994 – 2003) Variation du montant moyen (1994 – 2003) Soins de santé + 26% + 25% Eau + 12% + 52% Loyer + 14% + 44,5% Téléphone + 22% + 110% Dettes fiscales + 26% + 6% Gaz, électricité + 9% + 7% Dettes alimentaires + 0% +131% Total +10% + 34,4% Observatoire du crédit et de l’endettement, 2004 Les causes : ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ………………………………………………. Causes du surendettement en % Difficultés de gestion du budget 34 Divorce-décès 29 Diminution des revenus 20 Perte d'emploi 20 Accident -maladie 16 Cession d'activité d'indépendant 12 Dépression 8 Dépenses de luxe 4
  • Madame Gandibleux IVSP108 Exercices : Le surendettement en chiffres C2 : Lire, analyser et interpréter les informations A l’aide des graphiques suivants, répondez aux questions Questions : Quelle est la région la plus touchée par le surendettement par rapport aux autres régions ? ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Quel est le pourcentage de personnes surendettées à Arlon et à Virton? ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Donne les caractéristiques d’une personne surendettée en utilisant plusieurs graphiques. ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Comment ont évolué les contrats défaillants depuis 3ans ? ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… Grâce au graphique, calcule le nombre de contrat(s) défaillant(s) par personne. Compare les années 2005 et 2006. ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux IVSP109 Ventilation par arrondissements administratifs et provinces 1888 1401 2301 2104 1574 24744 18967 25039 22524 25802 0 2500 5000 7500 10000 12500 15000 17500 20000 22500 25000 27500 Arlon Bastogne Marche-en- Famenne Neufchâteau Virton Villes Nbredepers. contrats défaillants total des contrats enregistrés Partie de la population majeur ayant des contrats défaillants (2006) 61%21% 9% 4% 5% Personnes avec 1 contrat défaillant Personnes avec 2 contrats défaillants Personnes avec 3 contrats défaillants Personnes avec 4 contrats défaillants Personnes avec 5 contrats défaillants Nombre des personnes et des contrats défaillants en Belgique 2004-2006. 508039 501102 492177 349665 343020 337755 0 100000 200000 300000 400000 500000 2004 2005 2006 Années Nbredepers.enmilliers N-bre de personnes N-bre de contrats défaillants Répartition (en %) des demandeurs selon le type de ménage, Région wallonne, 2003 0 10 20 30 40 Caractéristque Pourcentage Famille monoparentale Couple ou cohabitant avec enfants Couple ou cohabitant sans enfant Isolé Sources : - http://www.observat oire- credit.be/SiteOce/sit e.nsf/.Accueil?Read Form - http://www.luttepau vrete.be/chiffres_su rendettement.htm
  • Madame Gandibleux IVSP110 3.2Les conséquences du surendettement : Un témoignage parmi beaucoup d’autres : « Le plus terrible, c’est le regard des autres. Je ne supportais pas la manière dont on me prenait pour une irresponsable incapable de gérer un budget. » « Ce qui est le plus dur à supporter, c’est la peur qui vous tient au ventre quand on sonne à la porte ; le facteur avec un recommandé, les huissiers qui viennent marquer les meubles … » « La cause principale de l’endettement d’une personne peut-être une profonde dépression. De plus, les dettes à rembourser ne sont parfois pas dues à des dépenses folles ou inconsidérées, s’en suit un laisser-aller progressif dû à sa fragilité psychologique. » Reprendre quelques conséquences : ………………………………………… ………………………………………… ………………………………………… ………………………………………… 3.3Comment lutter contre le surendettement : EExxeerrcciiccee :: GGrrââccee aauuxx ddééffiinniittiioonnss ccii--ddeessssoouuss,, rreelliieezz--lleess aauuxx nnoommss ddeess ggrroouuppeess oouu iinnddiivviidduuss qquuii aaiiddeenntt lleess ppeerrssoonnnneess ssuurreennddeettttééeess.. Noms Activité huissiers La mission de cet homme est d’éviter les conflits entre des personnes qui souhaitent passer des accords dans des domaines différents, il écoute, conseille et donne des avis. Métier à forte dimension humaine. Il est un médiateur Service de médiation des dettes agréées Nom d’une association créée à Jemmapes par deux personnes surendettées. dignitas Ils reproduisent un peu trop vite le modèle de l’administrateur des biens qui gère à la place des personnes. De plus les gens confondent trop vite le rôle de défense avec le rôle du médiateur. notaires Image d’un homme sonnant à votre porte pour procéder à la saisie de vos biens. Il peut aussi procéder à des recouvrements amiables de créance, dresser une liste de meubles et procéder à des saisies avocats Services sociaux publics (CPAS) ou privés et leur mission est de venir en aide aux personnes endettées DDééffiinniittiioonn:: Le médiateur doit être neutre entre créanciers et débiteurs, pour aider à la fois à rembourser les dettes et à retrouver des conditions de vie décentes.
  • Madame Gandibleux IVSP111 3.4Préventions : Réglementation : EExxeerrcciiccee :: C2 : Lire, analyser et interpréter les informations GGrrââccee aauuxx aarrttiicclleess rreeppllaacceezz lleess mmoottss mmaannqquuaannttss ddaannss llaa ddééffiinniittiioonn Définition : Le règlement collectif de dettes est une procédure……………………………..qui a pour objectif de ………………………….. la situation …………………………… des personnes surendettées et de leur permettre de pouvoir un jour …………………………. Cette procédure ne fait qu’augmenter depuis quelques années. Préventions Quelques conseils pour éviter les pièges du crédit. Tenir ses dépenses à jour et faire un budget. Analyser son budget, vérifier si vous pouvez faire face à de nouvelles charges. Ne vous fiez pas à certains prêteurs qui proposent de faire le calcul à votre place. Si vous avez besoin d’un emprunt, vérifiez quel est le type de crédit le plus adapté pour vous. N’empruntez jamais pour rembourser une ou plusieurs dettes. Cela peut devenir une spirale sans fin, adressez-vous plutôt au service de médiation de dettes de votre commune.
  • Madame Gandibleux IVSP112 Exercice : Le crédit pour ou contre : synthèse C4 : Communiquer : argumenter, s’approprier des aptitudes à communiquer Après avoir montré le rôle du crédit dans l’accès à la consommation, vous en soulignez les risques. ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux IVSP113 ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux IVSP114 ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………
  • Madame Gandibleux IVSP115 ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… « Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort. » Marc-Aurèle