Denise Jodelet                            Jean Viet                        Philippe Besnard                              (...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   2                 Politique dutilisation      ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   3  Un document produit en version numérique pa...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   4
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   5                   Table des matièresINDEX DE...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   6 IV. Groupes restreints : généralités ; dynam...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)        7AUTEURS DES TEXTES ANALYSÉSIndex alphabé...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)    8                                            ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)     9Petrullo, L., 129, 200                     ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   2Quatrième de couvertureLes textes sociologiqu...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)     3AVANT-PROPOSRetour à la table des matièresO...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   4la psychologie sociale expérimentale, on trou...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   5point les contraintes de lautomatique documen...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   6masse, processus de diffusion et changement s...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)           7PRÉFACEdeSERGE MOSCOVICI             ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)            8globale et de lemprunt scrupuleux au...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   9pratiques et ses accomplissements scientifiqu...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   10PRÉFACEPremière Partie1. LA PSYCHOLOGIE SOCI...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)           11le renoncement à cerner lindividuali...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)       12dintégration particulièrement entre deux...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)      13beaucoup dinformations y parviennent, y s...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)    14     Dautre part, elle a aussi innové dans ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   15    Une première confusion réside dans lidée...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)    16scientifiquement, ils nen ont pas moins un ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)            17lactivité sur des thèmes ou des dom...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)        181. Première ligne de tension : le confl...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)        19lon fait sien un credo défini sans autr...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)              20sociologie, non tant à cause de l...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)            21la relier à lactivité théorique, ma...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   22scientifique des données, a mis en veilleuse...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   23animal quelles considèrent : on fait de la p...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)        24Bastille, one could only conclude that ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   25encore, la psychologie sociale ne peut dépas...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)     26« sociologique ». Mais, quon prenne garde ...
Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970)   27Sujet :                                     ...
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Jodelet psycho sociale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Jodelet psycho sociale

5,213

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
5,213
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
503
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Jodelet psycho sociale"

  1. 1. Denise Jodelet Jean Viet Philippe Besnard (1970)La psychologie sociale Préface de Serge MoscoviciUn document produit en version numérique par Mme Marcelle Bergeron, bénévole Professeure à la retraite de l’École Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec et collaboratrice bénévole Courriel : mabergeron@videotron.ca Dans le cadre de la collection : "Les classiques des sciences sociales" dirigée et fondée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Site web: http://classiques.uqac.ca/ Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de lUniversité du Québec à Chicoutimi Site web: http://classiques.uqac.ca
  2. 2. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 2 Politique dutilisation de la bibliothèque des ClassiquesToute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, mêmeavec la mention de leur provenance, sans l’autorisation formelle,écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sansautorisation formelle:- être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) surun serveur autre que celui des Classiques.- servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par toutautre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),Les fichiers (.html, .doc, .pdf., .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site LesClassiques des sciences sociales sont la propriété des Classiquesdes sciences sociales, un organisme à but non lucratif composéexclusivement de bénévoles.Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelleet, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des finscommerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et touterediffusion est également strictement interdite.Laccès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs.Cest notre mission.Jean-Marie Tremblay, sociologueFondateur et Président-directeur général,LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.
  3. 3. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 3 Un document produit en version numérique par Mme Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de l’École Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec. courriel : mailto:mabergeron@videotron.ca DENISE JODELET, JEAN VIET ET PHILIPPE BESNARDLa psychologie sociale, une discipline en mouvement, préfacede Serge Moscovici. Paris - La Haye : Mouton, 1970, 470 pp.Mme Denise JODELET, chercheure retraitée de l’ÉHESS, nous a accordé le 4 juin2007 son autorisation de diffuser électroniquement cet article dans Les Classiques dessciences sociales. Courriel : denise.jodelet@wanadoo.fr Polices de caractères utilisés : Pour le texte : Times New Roman, 12 points. Pour les citations : Times New Roman 10 points. Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 10 points. Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2003 pour Macintosh. Mise en page sur papier format LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’) Édition complétée le 1er mai, 2008 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, Québec.
  4. 4. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 4
  5. 5. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 5 Table des matièresINDEX DES AUTEURS DES TEXTES ANALYSÉSAVANT-PROPOSPRÉFACE DE SERGE MOSCOVICI 1 – La psychologie sociale. Science ou mouvement : sa spécificité et ses tensions 2 – Les courants actuels de la recherche psychosociologique 3 – Perspectives davenir ANALYSES DE TEXTES ILLUSTRANT LES TENDANCES RÉCENTES DE LA RECHERCHEPREMIÈRE PARTIE : INTRODUCTION AU DOMAINE I. Manuels et ouvrages dintroduction II. Revues de tendances III. Points de vue sur létat de la discipline IV. Théories et systèmes dapproche de linteraction sociale V. Modèles théoriques et mathématiquesDEUXIÈME PARTIE : CHAMPS DÉTUDE SPÉCIFIQUES I. Attitudes, opinions et représentations sociales A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques II. Communications de masse, processus de diffusion et changement social A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques III. Structures de communication et langage A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques
  6. 6. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 6 IV. Groupes restreints : généralités ; dynamique et processus intragroupe ; structure, organisation et production des groupes A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques 1 – Dynamique et processus intra-groupe 2 – Structure et organisation des groupes 3 – Créativité et production des groupes. Comparaison des performances individuelles et collectives V. Groupes restreints : hiérarchie, leadership et pouvoir A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques VI. Pressions sociales : processus dinfluence ; normes et rôles A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriquesVII. Analyse de linteraction sociale : échange, conflit, négociation A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriquesVIII. Processus psychologiques, variables psychologiques et facteurs sociaux A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques IX. Perception sociale, relations interpersonnelles et intergroupes A. Perspectives théoriques et tendances de la recherche B. Illustrations empiriques
  7. 7. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 7AUTEURS DES TEXTES ANALYSÉSIndex alphabétique ∗Retour à la table des matièresAbelson, R.P., 49, 51 Chombart de Lauwe, P.H., 68Adams, J. S., 128, 167 Cohen, A. R., 59, 137,139,178,215Allen, V. L., 160 Cohen, B. P., 50Allport, F. F., 36 Cohn, R., 220Altman, I., 101 Converse, P. A., 9Altrocchi, J., 207 Courchet, J. L., 195Andrieux, C., 67, 175 Crockett, W. H., 216Anzieu, D., 103 Cronbach, L. J., 197, 213Apfelbaum, E., 169 Crow, W. J., 217Applezweig, M. H., 152 Crowell, L., 90Argyle, M., 226 Crowne, D. P., 187Arkoff, A., 171Aronson, E., 15 Daval, R., 4Asch, S.E., 1, 147 Davis, K. E., 208 Davit Z. J., 118Back, K. W., 2 7, 194 De Charms, R., 219Backman, C. W., 7 De Lamater, J., 99Bales, R. F., 98 Delamotte, Y., 4Barbichon, G., 76 Deutsch, M., 39, 172Bass, B. M., 129, 142 Dill, W. R., 112Bavelas, A., 43 Dittes, J. E., 148Becker, G., 99 Doron, R., 4Bern, D. J., 70, 192, 193 Duncan, C. P., 120Berg, L A., 142Berkowitz, L., 199, 204 Ervin-Tripp, S .M., 87Bogdonoff, M. D., 194 Exline, R. V., 218Borgatta, E.F., 98Bourricaud, F., 4 Faucheux, C., 94, 123, 145, 173Brehm, J. W., 40, 178 Faust, W. L., 121Brehm, M. L., 194 Feather, N. T., 63Brenner, M., 118 Feldman, S., 186Bresson, F., 83, 184 Festinger, L., 16, 30, 31, 65, 179Brodbeck, M., 78 Fiedler, F. E., 130, 135Brown, R., 8 Fisher, S., 153Bruner, J. S., 214 Flament, C., 84, 85, 157 Forehand, G. A., 114Campbell, D. T., 108 Fouraker, L. E., 164Cartwright, D., 46, 18, 96 Fox, D., 118Cervin, V., 107 Freedman, J. L., 60Chammah, A. M., 168 French, J. R. P., 47, 140Chombart de Lauwe, M.J., 68 French, R. L., 17∗ Les chiffres correspondent aux numéros des analyses.
  8. 8. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 8 Leiderman, P. H., 181Gage, N. L., 197 Lemaine, G., 222Gamson, W. A., 166 Lemaine, J. M., 201Gardner, R.C., 224 Levinson, D.J., 28Gerard, H. B., 12, 24, 109 Levy, A., 5Gilchrist, J-C., 20 Lindzey, G., 15Goding, E. F., 91 Lippitt, R., 73Goffman, E., 33 Lorge, I., 117, 124,125Granai, G., 25 Lott, A. J., I 10Guetzkow, H., 112 Lott, B. E., I 10Haller Gilmer, B. Von, 114 Lubin, A., 153Harary, F., 46 Lumsdaine, A. A, 77Hare, A. P., 97, 98 Lyons, J., 106Hearn, G., 138Heckhausen, H., 188 Maisonneuve, J., 6, 104, 210, 212Heider, F., 32 Manis, J. G., 13Heyns, R., 19 Mann, R. D., 122Hiebsch, H., 41, 42 Marlowe, D., 187Himmelweit, H. T., 79 Martin, J. Y., 103Hoffman, L. R., 126 Maucorps, P. H., 195Hollander, E. P., 11,131 May, M. A., 77Horowitz, M. W., 106 McClelland, D. C., 177Horwitz, M., 189 McClintock, C. G., 99Hovland, C. I., 52, 5 3 McDavid, J. Jr., 158Huguet, M., 68 McGinnics, E., 66 McGrath, J., 10 1Insko, C. A., 64 McGuire, W. J., 62, 69 Meidinger, T., 216Jackson, J. M., 154 Meltzer, B. N., 13Jakobovits, L. A., 92 Miller, N., 24Jamous, H., 222 Mitnick, L. L., 66Janis, I. L., 52, 71 Moeller, G., 152Jones, E. E., 12, 38, 208, 219 Montmollin, G. de, 95, 100, 141, 161, 162Katz, E., 72 Moscovici, S., 55, 56, 57, 76, 80,Kaufmann, H., 209 88,93,123,145Kelley, H. H., 34, 52, 148, 174 Mouton, J. S., 149Kendon, A., 226 Mulder, M., 113 Mundy, D., 91Kidd, J. S., 108, 155Klapper J. T., 74 Nebergall, R. E., 61Koch, S., 2 Newcomb, T. M., 9, 35Kogan, N., 180, 192, 193, 214Krauss, R. M., 39,172 Oléron, P., 119 Oppenheim, A. N., 79Lamb, T. W., 151 Orne, M. T., 26Lambert, R., 133, 146 Orwant, C., 165Lana, R. E., 59 Osgood, C. E., 45, 81, 86Langhan, P., 190 Pagès, R., 48, 211Lanzetta, J. T., 125, 190 Pagès, M., 105Lapassade, G., 102 Parke, R. D., 144Latand, B., I I I Pepitone, A., 206Lawler, E. E., 115 Perlmutter, H. V., 106Lazarsfeld, P., 72 Peters, S. C., 156
  9. 9. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 9Petrullo, L., 129, 200 Siegel, S., 164Plon, M., 93, 170 Slobin, D. I., 87Poitou, J. P., 132 Solomon, H., 117, 124Porter, L. W., 115 Steiner, I. D., 23, 156 Stoetzel, J., 3Rapoport, A., 165, 168 Strickland, L. H., 91, 150Raven, B. H., 140 Suci, G. J., 81Riecken, H. W., 21, 65 Swingle, P. G., 14Riley, M., 220Roby, T. B., 125 Taft, R., 198Rocheblave-Spenlé, A. M. 37, 159 Tagiuri, R., 200, 214,Rokeach, M., 54 Tajfel, H., 202, 221, 223, 224, 225Rommetveit, R., 44, 89, 203 Tannenbaum, P. H., 45, 81Romney, A. K., 128 Thibaut, J. W., 34, 91, 150, 173Rosenberg, M. J., 49 Triandis, H. C., 183Rosenthal, R., 29 Turner, R. H., 9Saltzstein, H. D., 154 Vinacke, W. E., 171Schachter, S., 65, 176, 182 Vince, P., 79Schelling, T. C., 163 Vorweg, M., 41, 116Schopler, J., 134Schramm, W., 73 Wallach, M. A., 180,192,193 Walters, R. H., 144Sears, D. O., 60 Watson, J., 73Sebeok, T. A., 86 Wendt, G. R., 190Secord, P. F., 7 Westley, B., 73Shapiro, D., 181 Wilkes, A. L., 223, 225Shaw, M. E., 22, 82, 136Sheikh, A. A., 224 Zajonc, R. B., 10, 127, 191Sherif, G. W., 61, 143 Zander, A., 96, 137Sherif, M., 61, 143, 205 Zimbardo, P. G., 196Shrauger, S., 207
  10. 10. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 2Quatrième de couvertureLes textes sociologiques, à la fois synthèse et commentaire critique, exprimentlessentiel de la pensée scientifique, de son évolution et de son avant-garde.Conçus comme instrument de travail et de réflexion, ils publient des recueils detextes-clés sur les thèmes centraux de la recherche, présentés par des introductionsoriginales.
  11. 11. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 3AVANT-PROPOSRetour à la table des matièresOn ne sétonnera pas de trouver dans une collection dite de « Textessociologiques » un ouvrage consacré à la psychologie sociale : de toutes lesdisciplines voisines de la sociologie, celle-ci est assurément celle qui senrapproche le plus et la manière même dont on a choisi de laborder correspond bienà lesprit dune collection qui a pour ambition dintroduire aux thèmes centraux dela recherche. Conçu pour fournir des éléments dinformation et de réflexion à tous ceux quiveulent apprécier lactuel développement de la psychologie sociale et augurer deson futur, le présent volume est le fruit de la collaboration qui sest établie entre leGroupe dÉtudes de Psycho-Sociologie de lÉcole Pratique des Hautes Études et leService dÉchange dInformations Scientifiques de la Maison des Sciences delHomme. Il sinscrit à la suite dun ouvrage consacré à la démographie, ∗ mais en diffèreassez largement en ce quil ne procure pas dinformation sur le cadre institutionnelde la discipline, ses congrès, ses moyens de documentation, ses instruments dediffusion, son enseignement. Si aucune part nest ainsi faite à lorganisation de larecherche, cest faute dune place suffisante et linformation correspondante nen apas moins été recueillie : le Service dÉchange dInformations Scientifiques aconduit une enquête par voie de questionnaire auprès des centres de rechercherelevant de la psychologie sociale dans les divers pays et il dispose de nombreusesréponses, souvent très détaillées ; il a de même relevé les principaux thèmesabordés depuis dix ans dans les congrès internationaux de la discipline, recensé sesinstruments documentaires, décrit ses périodiques spécialisés ; cette informationdemeure à la disposition des chercheurs. ∗∗ Si lon excepte cet avant-propos et la préface particulièrement importante, oùSerge Moscovici a bien voulu faire le point sur le statut actuel et les tendances de∗ TABAH, L. ; VIET, J. Démographie. Tendances actuelles et organisation de la recherche, 1955-1965. Paris-La Haye, Mouton, 1966, 393 p.∗∗ Maison des Sciences de lHomme, 54 boulevard Raspail, Paris VIe.
  12. 12. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 4la psychologie sociale expérimentale, on trouvera seulement dans cet ouvrage desanalyses. Il convient dexpliquer pourquoi. Et tout dabord pourquoi des analyses et non les textes eux-mêmes ou desmorceaux choisis de ces textes ? La raison première est matérielle. Les textesanalysés étant plus de deux cents et chacun deux comportant, en moyenne,plusieurs dizaines de pages, il ne pouvait être question de les reproduire in extenso.On ne pouvait davantage limiter leur nombre, si lon voulait couvrir les diverssecteurs de la recherche. Quant à fournir seulement des extraits, des morceauxchoisis significatifs des tendances actuelles de la psychologie sociale, le procédénous a paru peu commode et peu conforme surtout à certaine vérité documentairedont nous avons souci : à sélectionner quelques études parmi beaucoup dautres, àdécouper parfois dans lune delles des passages, on aurait sans doute construit uneimage de la discipline sans grand rapport avec le tout de la recherche. Aussi à deschoix plus ou moins arbitraires, a-t-on préféré le renvoi à des textes plusnombreux, par le moyen danalyses autant que possible fidèles. Mais pour fondée quelle soit dun certain point de vue, cette préférence nenfait pas moins problème dun autre. Sil sagissait seulement de renvoyer aux textes,de signaler la littérature la plus apte à transmettre une vision juste de la disciplineen son évolution, pourquoi des analyses et pas une simple liste douvrages etdarticles ? À citer tout bonnement les textes par leur titre, à dresser labibliographie des études, on aurait disposé de tout le champ nécessaire pourdévelopper le commentaire, brosser le tableau des recherches en cours, décelerleurs orientations. Adoptée par la plupart de ceux qui procèdent à des revues detendances, cette position ne nous a pas semblé de mise ici. Elle nous aurait conduità redoubler, avec des moyens bien plus faibles, des entreprises comme la secondeédition du Handbook of Social Psychology, la publication de lAnnual Review ofPsychology ou la rédaction des Advances in Experimental Social Psychology.Notre objet était tout différent. Nous cherchions moins à ouvrir nous-mêmes desperspectives quà fournir des éléments dinformation sur le contenu des études,poussant le lecteur à consulter celles-ci et lassurant davance de lutilité de sadémarche. Doù la nécessité de rédiger des analyses. Dans cette rédaction nous avons suivi les textes de près, les disposant les unspar rapport aux autres selon la date de leur publication pour donner limage la plusexacte du champ quils recouvrent, procédant pas à pas à linventaire de leurcontenu et nhésitant pas à présenter deux parfois des traductions très littérales.Cela ne va pas toujours sans lourdeur mais, à tout prendre, le manque daisance ases avantages ; il évite au moins que lon ne tienne lanalyse pour ce quelle nestpas, quon ne la prenne pour un équivalent du texte qui dispenserait de recourir àloriginal. Les difficultés nées de lécriture, dans un genre aussi ingrat que celui delanalyse documentaire, paraîtront sans doute négligeables si lon cesse deconsidérer lanalyse comme une fin pour en faire un simple moyen daccès, si on lajuge moins objet de lecture quinvite à lire par ailleurs, et si lon constate à quel
  13. 13. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 5point les contraintes de lautomatique documentaire pèsent déjà sur elle, lobligeantà se déployer dans le langage des intermédiaires, sans accent marqué ni recherchede style. Ces analyses, on verra quelles diffèrent des comptes rendus critiques présentésdordinaire par les revues spécialisées. Rejetant le commentaire explicatif ou lasynthèse brillante pour faire droit aux documents eux-mêmes, elles situent lecontenu plus quelles ne cherchent à lévaluer. Les auteurs remercient toutparticulièrement ceux qui les ont aidés dans leur travail et ils sont heureux de citerici M. Claude Faucheux, Mme Marie-France Essyad du Service dÉchangedInformations Scientifiques, MM. Jean-Claude Abric et Michel Plon du GroupedÉtudes Psycho-sociologiques. Les études analysées ont pour la plupart été publiées de 1955 à 1968 ; ellesappartiennent à deux types, assez distincts : les unes constituent elles-mêmes desbilans de recherche, que ces bilans sétablissent au niveau de la discipline prise enson ensemble ou quils portent sur lun de ses domaines propres ; les autresreprésentent des recherches originales, quil sagisse détudes théoriques ou decomptes rendus dexpériences. Ouvrages et articles ont été sélectionnés selon quilsparaissaient plus que dautres significatifs des domaines sur lesquels porte larecherche à lheure actuelle et des courants qui sy font jour. Cest dire quilsprésentent dans lensemble un caractère théorique ou méthodologique, et que leurcollection ne peut être tenue pour léchantillon représentatif de toutes les étudespsychosociologiques parues dans la période considérée ; elle se rapporte surtout àla psychologie sociale expérimentale et fait une place particulière aux recherchesqui se poursuivent en Europe. Cependant, à lintérieur même de ce champ limité,des lacunes peuvent subsister. Elles sont évidentes et voulues en ce qui concerneles expériences proprement dites : on ne pouvait songer à donner de toutes lesexpériences, ni même des plus importantes, un compte rendu, et celles qui sontmentionnées le sont seulement à titre dexemples. Elles sont également sensiblesau plan même des recherches théoriques : il ne pouvait être question danalysertoutes les études, dans un ouvrage qui devait rester facile à consulter, et ce dautantplus quun certain nombre dentre elles allaient bientôt figurer dans dautresrecueils de textes appartenant à la même collection ; aussi les a-t-on choisies dansla mesure seule où elles permettaient dattirer lattention du lecteur sur les courantsles plus actuels de la recherche. On espère, à ce niveau, navoir omis riendessentiel. Les chapitres ont été disposés de manière à distinguer les principaux secteursqui intéressent aujourdhui les psychosociologues. Après avoir consacré les cinqchapitres de la première partie à lintroduction au domaine, cest-à-direessentiellement aux théories et systèmes dapproche de linteraction sociale, auxmodèles théoriques, aux revues générales des tendances de la recherche et auxdifférents points de vue sur létat de la discipline, on a regroupé, dans la secondepartie, les analyses sous les rubriques suivantes : attitudes ; communications de
  14. 14. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 6masse, processus de diffusion et changement social ; structures de communicationet langage ; groupes restreints (dynamique et processus intra-groupes ; structure,organisation et production des groupes ; hiérarchie, leadership et pouvoir) ;pressions sociales (processus dinfluence ; normes et rôles) ; analyse delinteraction sociale (échange, conflit, négociation) ; processus psychologiques,variables physiologiques et facteurs sociaux ; perception sociale, relationsinterpersonnelles et intergroupes. Ce plan situe-t-il avec assez de précision les domaines de recherche enpsychologie sociale ? Lanalyse présentée par Serge Moscovici des tendances de ladiscipline est, pour bien lentendre, indispensable. Il reste cependant que lessciences sociales et humaines en leur évolution rapide échappent sans cesse à ladescription quon en pourrait donner, et quil nest guère de bilan les concernantqui, fidèle un moment, napparaisse bientôt périmé. Et ce qui est vrai sur le plangénéral lest plus encore dune discipline relativement récente, qui trouve dans ledéveloppement même de ses recherches des raisons nouvelles de saffirmer. Aussinest-il rien de définitif dans létat que lon a pu dresser : sil paraît figer lapsychologie sociale en quelques-unes de ses réalisations les mieux acquises, cest àseule fin dy marquer les voies quelle emprunte déjà pour les dépasser.
  15. 15. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 7PRÉFACEdeSERGE MOSCOVICI 1Retour à la table des matières Bien que récemment apparue dans le champ des sciences humaines, lapsychologie sociale a connu aux États-Unis un essor rapide et décisif qui la classeaujourdhui parmi les disciplines les plus marquantes et fécondes. Il nen fut pas demême en Europe où elle a longtemps présenté les stigmates du sous-développement : faiblesse numérique des spécialistes qualifiés empêchantdatteindre la « masse critique » qui autorise une production dynamique etoriginale ; entreprises isolées, mal connues et peu coordonnées ; sous-équipementinstitutionnel et scientifique ; non-reconnaissance académique ; état de dépendanceà légard des orientations venues doutre-Atlantique... Si pour certains pays, lasituation évolue dans un sens positif depuis quelques années ; si un effort européenréussit à favoriser les échanges et le développement cohérent dunepsychosociologie continentale 2 ; on doit regretter en France un état de relativestagnation due à la persistance de certains obstacles au nombre desquels lesrésistances intellectuelles ne sont pas les moindres. Chez nous, dernière venue et parente pauvre des sciences de lhomme, lapsychologie sociale a singulièrement pâti des difficultés qui entravent lexpansionet la diffusion de la recherche fondamentale. Parallèlement, les débouchés ouvertspar le marché privé ont encouragé la prolifération des applications pratiques,induisant par là une image de la discipline comme pure technique dinterventionsociale. Par suite, elle se trouve dans la position paradoxale dêtre tout à la fois malconnue dans ses aspects les plus recevables scientifiquement et prise à partie, avecune réitération opiniâtre, par les critiques épistémologiques et idéologiques. Lessciences qui lui sont apparentées saccommodent, sans inconfort, de sa récusation1 Directeur dÉtudes à lÉcole Pratique des Hautes Études. Fellow au Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences (1968-1969).2 Cf. JAHODA, G. ; Moscovici, S. « European association of experimental social psychology », Social Science Information/Information sur les Sciences sociales 6 (2/3), avril-juin 1967.
  16. 16. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 8globale et de lemprunt scrupuleux aux travaux qui la représentent. Divers courantsde pensée cristallisent sur sa méconnaissance les griefs dont ils accablentlensemble des sciences humaines. 1 Cette dynamique se traduit dans ladésaffection que les jeunes esprits manifestent pour la recherche et la réflexionthéorique en psychologie sociale et la fuite des talents vers le secteur privé oudautres régions du champ intellectuel. Et le cercle vicieux du piétinement estnoué. En tout cela, il y aurait matière à une intéressante analyse psychosociologiquedes préjugés qui régissent implicitement les rapports au sein de la communautéscientifique. De même serait-il aisé de retrouver, sous lemballage de la critiqueépistémologique ou idéologique, les anciennes oppositions philosophiques auxsciences sociales. Tous ces commentateurs aussi sévères que peu inventifs qui,citant Bachelard ou Koyré, mais pensant Brunschvicg ou Ravaison, usant dunelangue néo-kantienne mâtinée de marxisme, condamnent, sans les connaître, lesefforts dune discipline à comprendre les phénomènes essentiels de la vie socialeou politique (linfluence, la communication, les conflits, les représentationssociales, les idéologies, etc.) ne font que réconforter de vieilles préventions etperpétuer une forme desprit et de questionnement contraires au travailexpérimental et théorique. Mais pour importants que soient sociologiquement ces défenses, ces « retoursdu refoulé », pour justifiées que paraissent certaines critiques épistémologiques,idéologiques, ou politiques adressées aux psychosociologues, en discuter ici nestpas la tâche primordiale. Il y a plus urgent (et il vaut mieux attendre, du reste, quetous ces discours passent à « lœuvre » pour savoir exactement ce dont ils sont lediscours et pourquoi ils prétendent représenter quelque chose plutôt que rien). Pourredresser une situation dont bientôt nous serons les seuls à souffrir, et à lavenantdes autres pays dEurope occidentale et orientale, libérer les énergies qui aiderontau progrès de la discipline, il est deux tâches plus immédiates et plus humbles. Lapremière est dinformation : tel est le but du présent ouvrage. La seconde, visée decette préface, est de découvrir un domaine de pensée dans la richesse de sescontradictions et de sa conquête. Alors, en connaissance de cause, pourrasinstaurer un débat sur le fond. Car la seule illustration digne dune science est sapratique et sa seule défense la vitalité de ses problèmes et de ses tensions internes.Elle na pas à se situer par rapport à un modèle idéal ou par rapport à un paradigmequi joue le rôle dun système normatif et exprime davantage les pressions dungroupe social particulier que les exigences de la découverte et de la vérité. À cetégard, elle est nécessairement et constamment imparfaite et ceux qui la pratiquentdoivent se dire, à linstar de Guillaume dOrange : « Il ne suffit pas despérer pourentreprendre ni de réussir pour persévérer ». Pour la psychologie sociale ceci estparticulièrement évident, tant est grand le décalage entre ses réussites technico-1 Par exemple, cf. HERBERT, Y. « Réflexions sur la situation théorique des sciences sociales et spécialement de la psychologie sociale », Cahiers pour lAnalyse 2 : 174-203.
  17. 17. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 9pratiques et ses accomplissements scientifiques, tant est visible lécart entre lesmissions dont elle est investie par sa position dans une classification des sciencessociales et les missions quelle remplit effectivement pour lavancement du savoir. Il ne saurait être question, dans les quelques pages imparties à cette préface, debrosser un tableau historique de la psychologie sociale ou de dresser le panoramade ses liens organiques ou accidentels avec lensemble des sciences humaines. Ceciferait la matière dun ouvrage, somme toute étroitement dépendant doptionspersonnelles en ce qui concerne tant léchelle de valeurs qui ordonne entre elles lesdites sciences que la hiérarchie des centres dintérêts de la psychologie sociale.Entendant surtout découvrir sous son vrai jour, cest-à-dire en sa juste importanceet sa juste place, la production contemporaine dune communauté scientifique endéveloppement, avec les richesses et les approximations que cela suppose, jemattacherai à mettre en évidence les problèmes concrets que la disciplinerencontre pour poser sa légitimité, son autonomie et sa cohérence, les thèmesessentiels autour desquels se sont mobilisés les efforts, et les directions danslesquelles ils doivent à lavenir sorienter pour que la psychologie sociale atteigne àun statut scientifique authentique. De quelque côté que lon se tourne, la psychologie sociale fait question ou setrouve mise en question. Que ce soit dans les sciences environnantes ou chez lespsychosociologues eux-mêmes, il est aisé de déceler des ambiguïtés, desoppositions quant à la position de la psychologie sociale ou quant aux choixthéoriques ou méthodologiques qui en définissent lidentité. Désigner quelques-unes de ces divergences, tensions voire mésinterprétations majeures fera le proposde la première partie de cette présentation. Jy examinerai dabord les conceptionsqui tendent à réduire de lextérieur la portée ou la visée de la discipline, pourensuite montrer comment, en tant que mouvement de pensée, elle reste encoremarquée par des tensions internes qui tout à la fois assurent son dynamisme etmenacent son unité. Comme avers, la seconde partie, présentera lacquis et les progrès récentsenregistrés dans la recherche. Introduisant directement aux analysesdocumentaires, elle dégagera les principales tendances qui ont guidé lespréoccupations théoriques ou empiriques au cours de la dernière décade et seraamenée, de ce fait, à insister sur la psychologie sociale expérimentale. Ainsi serontsoulignés les thèmes les plus importants, historiquement ou théoriquement, qui ontretenu lattention jusquà présent ou méritent de le faire à lavenir. Se fondant sur cette double description, la conclusion de la préface, avancerades réflexions, très personnelles, pour servir à un meilleur établissement de ladiscipline. Je formulerai ainsi quelques-uns des impératifs auxquels devraitrépondre, selon moi, lactivité des chercheurs pour pallier les difficultésrencontrées dans le passé et entreprendre des progrès décisifs.
  18. 18. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 10PRÉFACEPremière Partie1. LA PSYCHOLOGIE SOCIALE SCIENCE OU MOUVEMENT : SA SPÉCIFICITÉ ET SES TENSIONSRetour à la table des matières Qui manifeste tant soit peu dexigence et de rigueur, et jen suis, devra, au vu delimage couramment reçue de la psychologie sociale, dire sans crainte dêtreabrupt : « cest par métaphore que lon parle aujourdhui de la psychologie socialecomme science ». Ses défenseurs eux-mêmes lui assignent souvent, au sein dessciences humaines, une position fondée sur des confusions ou des divisionscommodes mais fallacieuses. Elle ne saurait encore être définie ni par lunité dunobjet, ni par un cadre systématique de critères et dexigences, ni par une sommecohérente de connaissances, ni même par une orientation prospective univoque. Ilserait plus près de la vérité de reconnaître dans la psychologie sociale unmouvement de pensée, de recherche qui draine ou attire périodiquement descuriosités venues dhorizons variés sur des voies originales mais particulières, sansaboutir à la constitution dun savoir cristallisé. Quune telle reconnaissance nesassortisse pas dun déni de limportance ou de la dignité des résultats obtenus,cela va de soi ; bien des sciences ont connu un tel état qui nest nullement unsymptôme de jeunesse, mais un mode particulier dinstauration dune discipline àpartir de traditions ou dattitudes intellectuelles vivantes et de demandes socialesconcrètes.I. Position de la psychologie sociale comme région autonome de savoir Loin de moi, donc, lidée de présenter, à linstar de certains illustrateurs, lapsychologie sociale comme une science structurée, ayant ses cartes, sesgénéalogies, ses auteurs. Rien nest plus erroné que cette image ordonnée qui visedavantage à réduire les incertitudes et linsécurité propre à cette discipline quàfournir une représentation correcte de sa situation interne. Mais que senregistre leconstat de certains flottements ou de certaines contradictions nimplique nullement
  19. 19. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 11le renoncement à cerner lindividualité et la validité dun tel mouvement. Car, lefaisceau dactivités quil provoque reste néanmoins lié par une tendance unitaire etautonome, dont on peut sessayer à dégager les caractères, à travers lessédimentations parfois divergentes de son passé récent. Bien plus, cest au prix dela reconnaissance de sa spécificité, me semble-t-il, que pourront être formulées etmises en œuvre les conditions permettant à un tel mouvement de fonctionnervéritablement comme une science. Et en définitive, la tentative de poser, partant dufait de sa production, lidentité et les conditions de possibilité de la psychologiesociale formera la trame de cette préface. Dans cette entreprise, où il sagit de dégager la spécificité et lunité de lapsychologie sociale, une double démarche simpose en préalable : préciser contrecertains présupposés réductionnistes la place qui lui revient en regard desdisciplines qui lavoisinent directement ; éclaircir les courants et les tensions qui àlintérieur de son champ contribuent à maintenir son ambiguïté.1. La psychologie sociale : discipline intermédiaire, interdisciplinaire ou laboratoire des sciences sociales Du fait de sa double référence à lindividu et au groupe, au psychologique et ausociologique, à la personnalité et à la culture, la psychologie sociale se voitvolontiers attribuer un statut, une position hybride. 1 On en fait, au pire, unediscipline intermédiaire, au mieux, une science interdisciplinaire, mais on manquele plus souvent à saisir son originalité propre tant au niveau de son domaine quàcelui de sa contribution aux autres sciences humaines. Il sopère ainsi une véritableréduction de la psychologie sociale observable sous plusieurs formes : soit à partirdune définition organique de ses fonctions dans le tout des sciences humaines, soità partir dune délimitation spatiale de ses frontières ou de son objet comme zone deréférence. Historiquement, la psychologie sociale a paru se dégager, dans ses intentions etses méthodes, comme science interdisciplinaire. 2 En tant quunivers de savoirs,elle interviendrait comme champ médiateur sous plusieurs rapports : transfert detechniques ou transposition de phénomènes, apport déclairages ou despécifications complémentaires dun domaine dans un autre. Est-ce à dire quel« interdisciplinarité » constitue le caractère majeur de la psychologie sociale etpour en trancher, ne convient-il pas de mieux dégager ce qui est compris sous unetelle notion ? Ou bien lon entend par là quelle assure une tâche de coordination et1 Ainsi C. E. TOLMAN la nomme-t-il « hybrid science » dans son article « A theoretical analysis of relations between sociology and psychology », Journal of Abnormal and Social Psychology 47, 1952 : 291-298.2 Cf. ALLPORT, G. W. « The historical background of modern social psychology », pp. 3-56 in : LINDZEY, G. (ed.). Handbook of Social Psychology. Vol. I Reading, Mass., Addison-Wesley, 1954.
  20. 20. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 12dintégration particulièrement entre deux domaines, la psychologie et la sociologie,dont le degré de différenciation sélevant continûment réclame que sétablissententre eux des voies de passage. Ou bien lon entend que loriginalité de sondomaine implique des approches complexes et mixtes, composées en partiedemprunts aux disciplines voisines. Dans le premier cas, il sagirait alors dunetâche dévolue à un corps de savants ou de praticiens dans ses rapports aux autresgroupes scientifiques ; dans le deuxième cas, la production psychosociologiqueconstituerait un arsenal de techniques et de méthodes où pourraient puiser à leurgré les disciplines extérieures. Tant chez les psychologues que chez lessociologues on utiliserait les travaux psychosociologiques comme élémentsdinformation ou de transformation entre les différentes aires de recherche ou bien,sen rapportant seulement aux méthodes, on traiterait la psychologie socialecomme « laboratoire des sciences sociales ». Nous allons examiner ce quil en estde ce double caractère dinterdisciplinarité. Sil est vrai, comme certains le posent en principe, que notre discipline assureet se borne à un rôle de coordination et dintégration, il doit être possible denrepérer les indicateurs au niveau langes scientifiques, des emprunts théoriques, dela transmission dinformations, de lélaboration intermédiaire assurés par lapsychologie sociale en vue dapplications ou de conceptualisation dun champ danslautre. Sur ce plan, une récente étude réalisée par deux chercheurs hollandais 1permet détablir que daucun côté on ne confère un tel rôle aux psychosociologueset que, bien plus, ces derniers font un usage très particulier, on pourrait direidiosyncrasique, centré sur eux-mêmes, des rapports quils nouent avec les autressecteurs de la recherche. Selon les auteurs de cette étude, la position interdisciplinaire de la psychologiesociale peut être estimée à partir du critère que constituent les interrelationsexistant entre les revues et périodiques spécialisés dans les trois disciplinesvoisines : la psychologie, la psychologie sociale et la sociologie. Ces interrelationssont établies en sappuyant sur le nombre de références uni- ou bi-latérales relevéesdans un échantillon comprenant les dix revues le plus souvent citées dans leschapitres publiés sur la psychologie sociale dans lAnnual Review of Psychology,depuis 1950. Cet échantillon comprend : 4 revues de psychologie sociale, 3 depsychologie, 3 de sociologie. Une analyse sociométrique des citations, une analyseordinale de leur probabilité conditionnelle, et une analyse utilisant les échellesdintervalles, complètent la procédure empirique. Il apparaît que la distance entreles revues de psychologie et de sociologie étant maximum, les périodiques depsychologie sociale occupent bien une position intermédiaire. Mais sils puisent delinformation à un taux égal dans les deux autres groupes de publications, parcontre ils ne servent nullement de canal de transmission entre lune et lautredisciplines. Il se dégage ainsi une image centripète de la psychologie sociale :1 JASPARS, J. M. F. ; ACKERMANS, E. « The interdisciplinary character of social psychology. An illustration », Sociologia Neerlandica 4 (1), hiver 1966-1967 : 62-79.
  21. 21. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 13beaucoup dinformations y parviennent, y sont converties en investigations ou enapplications ; cependant on manifeste peu dintérêt hors des cerclespsychosociologiques pour le travail qui sy réalise ; lutilisation faite des empruntsaux autres domaines nest pas répercutée vers eux, encore moins retransposée dansleurs recherches. La mise en relation de la psychologie et de la sociologieseffectue au sein même de la psychologie sociale, et lanalyse du processus delinvestigation psychosociologique laisse voir que le contact avec les sciencesvoisines a lieu surtout au niveau théorique, la psychosociologie théoriquenapparaissant dès lors que comme de la psychologie ou de la sociologieappliquées en laboratoire. Dautre part, il semble que la prévalence de lapplicationsur la théorie empêche actuellement la psychologie sociale de constituer un pontou de jouer un rôle connecteur entre les autres disciplines. Je nai retenu de cette étude que les conclusions qui se rapportent directement ànotre propos. Elles me semblent montrer à lévidence quil ny a guère de fonctionmédiatrice objectivement constatable à partir des échanges scientifiques ; ouplutôt, il ny a guère de la part des sciences connexes une attente de ce typeconcernant la psychologie sociale. La discipline elle-même fait-elle un effort dediffusion, entend-elle remplir ce rôle ? On ne peut tirer aucune réponse à cettequestion des données analysées ; mais il est permis de penser que là n’est pas lesouci des psychosociologues. Lanalyse laisserait voir, au contraire, le processus deconstitution dun domaine puisant à des sources extérieures et organisant demanière autonome le développement dun savoir spécifique. Ceci à lui seulsuffirait à prouver que les tenants mêmes de la discipline sont en train deninstituer lindépendance. Si lon se tourne maintenant vers un autre aspect de linterdisciplinarité, laspectplus instrumental, méthodologique, où sentend la combinaison dapprochesmultiples à un même phénomène, nous devons reconnaître à la psychologie socialeun tel caractère. Ce fut véritablement son innovation, son originalité, pour certainssa seule vertu et en quelque manière son vice, davoir beaucoup œuvré pourlélaboration de méthodologies complexes, polyvalentes et raffinées. Dans lamesure où elle avait à explorer des phénomènes complexes, à rendre compteconjointement de déterminations ressortissant à des systèmes variés, elle a étéamenée à emprunter des techniques provenant de disciplines extérieures, à intégrerdes méthodologies différentes afin détablir des instruments de recueil ou demesure de données adaptés à ses objets spécifiques. Pour ne citer que quelquesexemples, songeons au recours à lethnologie pour lélaboration de méthodesdobservation participante en milieu naturel, à la psychologie pour létablissementde mesures de la personnalité, à la sociologie pour les procédures dinvestigationsur large échelle. Son effort méthodologique fut déjà bénéfique pour les autresdisciplines par le simple fait quelle a dû sefforcer dassurer la validité et la fidélitéde ses instruments, fournissant en cela sur le marché des techniques complexes,largement étalonnées.
  22. 22. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 14 Dautre part, elle a aussi innové dans la mesure où elle a eu à ajuster desméthodes originales à des objets quelle construisait : ayant à isoler desphénomènes nouveaux, des processus irréductibles à une approche psychologiqueou sociologique, elle a été contrainte dinventer les instruments de saproblématique. Les procédés développés dans létude des petits groupes sont de cepoint de vue assez représentatifs : méthodes danalyse de linteraction de Bales,diverses mesures sociométriques, réseaux de Bavelas, etc. Mais, il y a plus :lévolution de ses préoccupations scientifiques, a conduit la psychologie sociale àadopter une démarche hypothético-déductive où lexpérimentation devait jouer unrôle cardinal. Cette orientation ne doit pas être interprétée comme découlantuniquement des impératifs et des progrès expérimentaux manifestés dans ledomaine de la psychologie en général. À lessor de la discipline dont on doitenregistrer le bond prodigieux au cours des dernières années, a correspondulélaboration de procédures expérimentales totalement originales, toujours plussubtiles, compliquées, rigoureusement contrôlées, et où le recours au traitementmathématique a pris une part croissante. À la manipulation relativement simpledattributs individuels ou de situations sociales élémentaires et superficielles, sestsubstitué un contrôle expérimental de variables plus décisives et complexes auniveau de linteraction et la véritable miniaturisation de situations sociales réellesou leur simulation. On peut ajouter, à juste titre, que dans le domaineexpérimental, la psychologie sociale a accompli un progrès unique et décisif enintroduisant dans la situation expérimentale la présence du « compère » qui, sortedobservateur participant, agit et interagit selon un programme pré-établi. Ainsiest-il permis à lexpérimentateur que son rôle empêche dintervenir, de manipulersous une forme dynamique et dans la situation expérimentale concrète, desvariables dinteraction où sont opérationnalisés des concepts théoriques et demaintenir un contrôle rigoureux des mécanismes quil étudie. Aujourdhui lapsychologie sociale est la seule science sociale où lon fasse de lexpérimentation etlà encore elle joue un rôle de pionnier et de modèle. Quil faille déplorer quelle aittrop porté ses efforts et quelle ait trop fait dans ce domaine, cest certain. Il en estrésulté limage, hélas généralement partagée, dune discipline technologique, sacontribution méthodologique paraissant à beaucoup comme son seul mérite.Dautre part, du point de vue de sa situation interne, ce développement réalisé audétriment de lélaboration théorique a entraîné de sérieux problèmes sur lesquelsnous aurons loccasion de revenir. Il ressort néanmoins de tout ceci quelle a rempliun véritable rôle interdisciplinaire, œuvrant effectivement comme un laboratoirepour les autres sciences humaines.2. Variations sémantiques et fonctions vicariantes La bi-polarité des orientations psychosociologiques a également favorisélaccentuation de leur caractère subsidiaire en regard des besoins ou desdélimitations intrinsèques des disciplines voisines. Certaines conceptions ont ainsicirconscrit le propre de la psychologie sociale, de lextérieur en quelque sorte, ense fondant sur des confusions ou des dénivellations purement formelles.
  23. 23. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 15 Une première confusion réside dans lidée que notre discipline est unediscipline mixte, qui, à limage de son nom, se situe entre la psychologie et lasociologie, pallie les insuffisances ou limitations que chacune de ces sciencessimpose et assure entre elles une voie de passage. En dautres termes, cest dans lesnécessités du développement de la psychologie et de la sociologie quilconviendrait de rechercher lorigine et la raison de la psychologie sociale. Celle-ci,définie non par un objet mais par un rôle vicariant constituerait entre lune et lautreune sorte de lieu commun, dintersection ou de complémentarité, où raffiner leurslois, étendre leur domaine de validité. Par rapport à la psychologie elle ne seraitquun moyen détudier des fonctions générales comme la perception, leconditionnement, etc. en manipulant des variables plus complexes que les seulesvariables physiques ou en les insérant dans un contexte social. Par rapport à lasociologie, elle permettrait dapprocher plus complètement ceux des processussociaux essentiels qui intègrent des aspects subjectifs comme les attitudes, lesopinions, etc. Être une psychologie pour sociologues et une sociologie pourpsychologues telle paraîtrait la position et la fin de la psychologie sociale, ramenéeainsi au rang de science ancillaire, intermédiaire, coincée entre deux aînées qui latraitent comme un accident de parcours ou une source de méthode. On trouvera une autre réduction externe de la psychologie sociale dans lecourant didées qui use du seul critère quantitatif pour en établir, sectoriellement,lobjet et les bornes. Il y a en effet quelques esprits assez soucieux dordres enescalier pour se contenter de dire que lon fait de la psychologie quand il sagit dunindividu, de la psychologie sociale avec quelques individus, et quavec un grandnombre dindividus nous sommes au sein de la sociologie. Si lon peut concéderquil existe des paliers dans la réalité sociale et que leur affecter une science plutôtquune autre nest pas dans certains cas dépourvu de sens, il faut se garder desystématiser une telle répartition. On se heurterait alors aux problèmes liés à undécoupage fragmentaire du réel en données et processus hétérogènes dontlintégration relèverait de lartifice littéraire. Cette « division du travail » outrequelle contribue à rendre ambigus le sens de ce qui est étudié et les conceptsstratégiques qui en permettent labord, conduit à diviser la psychologie sociale elle-même qui deviendrait alors, à léchelle « microsociale » une psychologie socialiséeet à léchelle « macro-sociale » une sociologie personnalisée. Cest lunité même dela discipline qui se trouve ainsi menacée. Il faut récuser de telles représentations, pour leur inexactitude et pour le dangerquelles présentent du point de vue de la pratique scientifique. La nécessité dunepsychologie sociale sest fait sentir non à cause des limitations volontaires de deuxsciences majeures, mais à cause de lexistence de certains phénomènes que ni luneni lautre ne pouvait saisir adéquatement. Ces phénomènes ne constituent pas un n°sciences land que manquent à balayer les systèmes clos de la psychologie et de lasociologie, sortes de résidus, marqués en creux dans le réseau de leurs lois et dontle soin de les oblitérer reviendrait à une science frontalière. Sils ne se manifestentpas toujours à lévidence immédiate, sil faut les isoler ou les faire apparaître
  24. 24. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 16scientifiquement, ils nen ont pas moins un statut réel et indépendant. Relevant dunordre dinterdétermination entre le psychologique et le social, de tels phénomènesne sauraient être dégagés par un découpage arbitraire et abstrait de paliers dans laréalité sociale, dans la mesure où ils sont repérables, dans leur spécificité à tous lesniveaux, individuel, collectif ou global. Nous aurons loccasion de revenir sur leurdéfinition, quil suffise pour linstant dorienter lattention vers quelques-uns dentreeux : modes dintériorisation et dextériorisation du social affectant de manièredécisive les fonctions et processus psychologiques ou physiologiques ;modification des structures mentales et cognitives, des systèmes symboliques parla dynamique interpersonnelle et intergroupe ; incidence des représentations etidéologies sur les processus sociaux, phénomènes de communication, etc. Nen déplaise à ceux qui méprisent les étiquettes et militent pour le paradisinterdisciplinaire, ces problèmes et ces distinctions sont fondamentaux pour lapratique de la recherche : en dépendent les questions que lon pose et lesorientations théoriques. On ne saurait prétendre fonder valablement la recherche etla théorie psychosociologique si lon se contente den faire une simple rubriquedans un classement des sciences sociales, obéissant à des critères en eux-mêmescontestables. Il convient essentiellement de reconnaître et daccepter une manièrespécifique dinterroger les phénomènes assortie dune approche adaptée auxformulations théoriques correspondantes. Passé cette défense, en quelque sorte négative, il devient plus délicat de saisirlunité et lidentité de la psychologie sociale, si lon songe que cette discipline, sansdoute surgie dans le champ des sciences sociales déjà tout armée de ses techniques,semblable à Minerve pour reprendre une image dAllport, sans doute marquée parune fécondité prolifique, na pas encore atteint un stade satisfaisant dintégrationthéorique. Laboratoire, creuset de méthodes pour les autres sciences, elle resteencore un mouvement qui se cherche, comme je lai dit dentrée de jeu. À cet étatje vois plusieurs raisons, que je tenterai de développer maintenant.II. Le mouvement de la psychologie sociale et ses tensions La psychologie sociale se présente, au plan des résultats acquis, avec unephysionomie nettement rhapsodique, et au plan des valeurs et orientationsscientifiques comme un système de courants, où les efforts théoriques etempiriques convergent progressivement vers la formulation dapproches, dedémarches empiriques et de définitions dobjets sur lesquels puisse sétablir unconsensus de la part des chercheurs. Une telle progression est lente, et même à nepas douter quelle sous-tend la visée de ces derniers, on peut se risquer à augurerson terme comme lointain au vu des familles didées qui coexistent, plus ou moinspacifiquement, dans la culture psychosociologique. Car, cest un fait, dans son processus de développement, la psychologie socialeoffre la physionomie dun mouvement amiboïde, mobilisant périodiquement
  25. 25. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 17lactivité sur des thèmes ou des domaines qui paraissent neufs ou importants, pourles abandonner lorsque leur filon sest révélé stérile ou sest épuisé. Mouvementdétalement, donc, plus que dascension ou daccumulation, dont le flux et le refluxse marquent à un pôle par lémiettement dintérêts transitoires (tel se dirapsychosociologue parce quil sintéresse aux petits groupes, ou aux réseaux decommunication, ou à la comparaison des performances individuelles etcollectives), à lautre pôle par lillusion de totalité pour autant que lon sy réfère àdes ensembles notionnels et expérimentaux qui, sils sont encore éclectiques,sorganisent néanmoins selon une certaine cohérence théorique (par exemple :processus dinfluence, changement dattitudes, etc.). Une telle situation nest pas sans provoquer de malaise chez lespsychosociologues eux-mêmes. À ce propos il est instructif de parcourir les revuesde tendances auxquelles lAnnual Review of Psychology réserve un chapitre depuis1950 1 . Dans des « déclarations olympiennes », comme dit lun des auteurs, on ysouligne le bourgeonnement expérimental du champ, son articulation progressiveen controverses sur des problèmes particuliers, mais on y manifeste une inquiétudequi va saccentuant avec le temps, devant labsence de cohésion ou de structurationdu domaine. Le zèle à recueillir des données est avancé comme raison à ladispersion empirique et au manque dintégration théorique. Pour ma part, je vois làseulement une raison apparente : ces constatations et le malaise quelles désignentme paraissent comme le symptôme dune situation provoquée par la divergence desvaleurs engagées dans la recherche psychosociologique et qui en déchire le champà un niveau plus profond. En ce sens aussi, la psychologie sociale est un mouvement : domaine depréoccupations dont lhomogénéité relative est parcourue par des courants entrelesquels sinstaurent parfois des conflits. Simpose ainsi limage dun champ deforces partagé par des lignes de tension qui menacent de devenir des lignes derupture entre des « clans » des « écoles », des « establishments » sopposant sousplusieurs rapports. Mais ce mouvement pourrait voir dans cette absence decohésion lespoir ou la condition même de son établissement en discipline purifiée.Car les débats qui laniment, sont si fondamentalement reliés à son statutscientifique quils ne sauraient désormais être évités et que leur résolution nepourra intervenir quau prix de choix impliquant de la part des chercheurs eux-mêmes ladhésion aux impératifs dune science unitaire ou leur basculement versdes disciplines voisines. Ces courants dopposition et ces lignes de séparation que jentreprends dedécrire ici, peuvent être repérés sous les chapitres de la méthodologie, de luniversthéorique de référence, de la délimitation de lunité danalyse propre à lapsychologie sociale.1 Voir les analyses documentaires consacrées aux chapitres publiés depuis 1960, Première Partie, chap. II.
  26. 26. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 181. Première ligne de tension : le conflit entre expérimentation et enquête En abordant derechef le problème des conflits entre les optionsméthodologiques, je ne commence pas par toucher, comme il pourrait le sembler, àune question superficielle ou secondaire. Outre que cette question doit par sesimplications nous conduire à des problèmes théoriques fondamentaux, je crois quilsagit de quelque chose dessentiel pour la psychologie sociale, détroitement lié àson statut scientifique. Non que notre mouvement se borne à être un concert devariations technologiques, mais bien parce que comme toute science, il doit aussitenir son caractère de ses procédures dexploration et de vérification. Je ne pensepas non plus quil faille considérer lopposition entre tenants de lenquête et tenantsde lexpérimentation comme une phase de lévolution historique de notrediscipline : cette opposition peut être retrouvée dès les premiers balbutiements dela psychologie sociale. Même si la prétention à être une science purementexpérimentale ne sest formellement exprimée que dans une période récente – senréférant aux signes que constituent les publications, on situera la généralisationdune telle affirmation dans les années 60 : 1964, début de la parution annuelle desAdvances in Experimental Social Psychology ; 1965 : création du Journal ofExperimental Social Psychology – il est aisé de montrer que lexpérimentation futtoujours présente là où la psychologie sociale a posé son existence, et quelquefoisavant lenquête. À titre de repère rappelons que la première observationexpérimentale en psychologie sociale remonte à 1897, 1 que la premièrevérification expérimentale dune hypothèse se situe en 1920 2 et que Lewinformula la charte de lexpérimentation en psychologie sociale au moment où celle-ci simposait spectaculairement, en cette deuxième moitié du 20ième siècle. 3 Ladualité des démarches est donc autre chose que la marque dune étape historiquequand bien même présentement les conflits quelle engendre font figure de périodecritique dans la croissance de la discipline. La séparation entre expérimentation et enquête ne doit pas non plus êtreassimilée à une répartition des tâches, une spécialisation technique ou rapportée àune différentiation des stratégies de recherche selon les types de problèmes àexplorer. Nous sommes en présence dune véritable coupure clivant lacommunauté scientifique en deux mondes intellectuels, de sorte que lon est endroit de se demander si nous navons pas affaire à deux sortes de savants, ou àdeux disciplines différentes. De fait, opter pour lune ou lautre de cesméthodologies, revient à adhérer à une « société » dont laccès nest ouvert que si1 TRIPLETT, « The dynamogenic factors in pace making and competition », American Journal of Psychology 9, 1897 : 507-533.2 ALLPORT, F. « The influence of group upon association and thought », Journal of Experimental Psychology 3, 1920 : 159-182.3 LEWIN, K. « Field theory and experiment in social psychology : concepts and methods », pp. 130-154 in : CARTWRIGHT, D. (ed.) Field theory in social science. London, Tavistock, 1951.
  27. 27. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 19lon fait sien un credo défini sans autre besoin de justification et de discussion.Entre ces deux mondes, les jeux sont faits et la critique mutuelle semble exclure –malgré les efforts de certains 1 – toute possibilité de rapprochement. Les critiquesque chaque école adresse à lautre sont désormais connues : aux psychosociologuesexpérimentaux, on reproche lartificialité des situations dans lesquelles ilsprocèdent à lexamen des phénomènes sociaux : en bref, linadéquation entre leurdémarche scientifique et la réalité sociale. Aux psychosociologues nonexpérimentaux, on reproche de ne pouvoir saisir dans un contexte « naturel » lacomplexité des processus sociaux, dadopter une démarche où la collecte desdonnées nautorise pas une vérification rigoureuse des propositions que lon entire : en bref, lincompatibilité de leur vue de la réalité sociale avec la démarchescientifique. À travers ce débat, cest bien dune définition de la psychologie sociale quilsagit : ou bien lon insiste sur le primat de ce qui constitue le caractère scientifiquedune démarche, quel que soit son objet, et, avec les expérimentalistes, on sefforcedélaborer des méthodes qui répondent à ce critère général de scientificité ; ou bienlon accorde que prévaut la spécificité de la réalité visée et lon tente, avec lespsychosociologues de lenquête et de lobservation, détablir une méthodologie quiy soit adaptée. Mais nest-ce pas une erreur de rester enfermé dans une dichotomieaussi abrupte et ne convient-il pas de formuler en termes différents le problème desrapports entre démarche et objet de la discipline ? Cest en se situant à ce niveauquil me paraît possible de surmonter les conséquences fâcheuses dune dissensionfondée sur une fausse représentation du champ. Il est en effet réaliste denvisagerune évolution qui consacrera la rupture actuelle : au niveau théorique, il estillusoire de croire à une conciliation possible étant donné justement lesreprésentations enjeu ; au niveau pratique, la division méthodologique impose etimposera, tant pour la formation des chercheurs que pour le fonctionnement desinstitutions de recherche, des spécialisations dont les contraintes serontdéterminantes pour lavenir de la science. Mais devant une telle situation, deuxtypes de prédictions peuvent être formulées dont les implications sont opposées. Ceux qui ne reconnaissent pas de spécificité à lobjet de la psychologie socialeverront en effet dans la division méthodologique lamorce dune dissolution commedomaine de recherche autonome. On prévoit alors que la partie proprementexpérimentale de la psychologie sociale sera intégrée à la psychologie générale etla partie enquête absorbée par la sociologie. Mais si lon pense, comme cest moncas, que cest lexistence de certains phénomènes qui a rendu nécessaire lapsychologie sociale et que celle-ci le restera tant que leur explicitation théorique nesera pas intervenue, alors on voit se dessiner un autre devenir à la séparation entreenquête et expérimentation. Certes, il est prévisible que certaines parties de lapsychologie sociale se rapprocheront progressivement de la psychologie et de la1 HOVLAND, C. « Reconciling conflicting results derived from experimental and survey studies of attitude change », American Psychologist 14 (1), 1959 : 8-17 [Voir analyse n° 53].
  28. 28. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 20sociologie, non tant à cause de leur méthodologie quen raison dune communautéde préoccupations. Ainsi toute une orientation clinique viendra à juste titrerejoindre le domaine de la psychologie de la personnalité où, à la suite des néo-freudiens, se développe un courant qui intègre la considération de certains facteurssociaux et relationnels dans létude de la personnalité : un exemple dune telletendance peut être trouvé dans la transformation de la revue Journal of Abnormaland Social Psychology en Journal of Personality and Social Psychology. De mêmepeut-on constater dès maintenant lexpulsion hors du champ de la psychologiesociale du domaine se rapportant aux sondages dopinons, et le rapprochement detoute une série détudes psychosociologiques avec la sociologie de typefonctionnaliste que lon peut considérer comme une psychosociologie « glacée »,soccupant de phénomènes psychosociologiques réifiés (par exemple, létude desorganisations, des institutions hospitalières, carcelaires etc.). Mais conjointement à ces redéfinitions des secteurs dappartenance, il est déjàpossible de percevoir que se modifient les conceptions de lexpérimentation et delutilisation des techniques dobservation et denquête dans lapproche desphénomènes et processus proprement psychosociologiques. À partir de quoi lehiatus entre méthodes disparaît en faveur dune complémentarité. Le dépassementde la contradiction sopère par lapplication de la démarche hypothético-déductiveà lobservation et à lenquête en milieu naturel (les psychosociologues abandonnantle modèle physique – pure expérimentation en laboratoire – pour le modèleastronomique expérimental, test en milieu naturel dhypothèses théoriques) ouencore par linclusion de situations sociales réelles en vue de lélaboration dunethéorie elle-même vérifiée dans le laboratoire et/ou par lenquête, lobservationcontrôlée, le traitement de données darchives, etc. Bien quelle ait été fort décriée, la psychologie sociale expérimentale reste lepoint fort et, paradoxalement, la partie la plus appliquée de la psychologie sociale.Cest delle quil faut partir pour procéder à la redéfinition des problèmes et desvoies dexploration quengendre toute division. En disant « partir », jentends quilfaut renoncer à saffirmer expérimentaliste contre toute autre tendance, à faire delexpérimentation une fin en soi ou un faux semblant qui confère aux recherchesdes allures de scientificité à lusage des collègues 1 Jentends aussi que par le biaisde lexpérimentation il ne faut pas sattendre à rejoindre la psychologieexpérimentale ou y puiser notre nourriture, non plus quà accéder à la rigueur de laphysique ou de la mathématique. Lexpérimentation reste une phase essentielle dela démarche scientifique, mais dans le cas de la psychologie sociale, il convient delinsérer en juste place dans le processus dexploration dune réalité spécifique et de1 Un article de K. RING, usant dun ton polémique quelque peu justifié, souligne les dangers dune telle dépravation de lorientation scientiste. On aboutirait à une sorte de surenchère gratuite où les expérimentations habiles sur des thèmes « exotiques » servent à cacher sous un style flamboyant et artificieux une matière vide ou triviale (« Experimental social psychology : some sober questions about some frivolous values », Journal of Experimental Social Psychology 3 (2), 1967 : 113-123).
  29. 29. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 21la relier à lactivité théorique, malheureusement trop négligée jusquà présent.Jaurai à revenir en conclusion sur ce problème qui engage des optionsintellectuelles fondamentales. Pour ce qui concerne la question immédiate dontnous traitons, je crois possible daugurer que la tension méthodologique disparaîtraquand, optant pour la méthode expérimentale comme noyau de la discipline, onreconstituera la séquence méthodologique en réintroduisant lobservation etlenquête sur le terrain en amont et en aval de lexpérimentation et en subordonnantces phases dexploration et de vérification à une analyse théorique, elle-même enprise directe sur la réalité psychosociologique.2. Seconde ligne de tension : lorientation des généralisations Sagissant de référer les résultats obtenus, quelle que soit la méthode employéepour y parvenir, à un cadre doctrinal, les psychosociologues divergent égalementen deux tendances irréductibles. De fait, on retrouve, au niveau de lorientation desgénéralisations le même problème : fonder la spécificité de la psychologie socialeou en délimiter le domaine dallégeance. Car sil se trouve que les généralisationsne peuvent être effectuées dans le cadre de théories purementpsychosociologiques, on est alors conduit à poser que les lois psychosociologiquesne sont que des cas particuliers de lois plus générales qui régissent les systèmespsychologique ou sociologique. Ce dilemme se retrouve depuis que la psychologie sociale a été présentéecomme domaine indépendant, soit – si lon sen tient à la publication de manuels,critère sur lequel saccordent généralement les psychosociologues – depuis 1908. Àcette date, en effet, parurent les deux premiers manuels se rapportant explicitementà la psychologie sociale. Mais déjà et du même coup, se manifestait la dualité detendances dans la mesure où lun des ouvrages était dû à un psychologue, lautre àun sociologue 1 . Par la suite et jusquà ce que soient publiés des manuels dont lesauteurs 2 se posent comme psychosociologues et tentent de définir la spécificité deleur champ, les ouvrages de présentation de la psychologie sociale furent presquepar moitié dus à des psychologues et des sociologues. Cette différenciation seretrouve en filigrane, encore aujourdhui, selon lorigine professionnelle desauteurs, et lon voit ainsi la psychologie sociale considérée soit comme unebranche de la psychologie, soit comme une branche de la sociologie. Outre lorigine professionnelle et les doctrines de lhomme quelle engage, onpeut assigner à la crise des généralisations une autre cause. Le développement desméthodes, laccent placé sur lempirie, limportance accordée à létablissement1 McDOUGALL, W. Introduction to social psychology. London, Methuen, 1908. Ross, E. A. Social psychology. New York, Macmillan, 1908.2 On trouvera dans la partie documentaire lanalyse des manuels dont les auteurs, depuis S. ASCH (1952) ont tenté de circonscrire rigoureusement le domaine psychosociologique, Première Partie, chap. I.
  30. 30. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 22scientifique des données, a mis en veilleuse lactivité théorique en psychologiesociale. Ayant à approfondir et systématiser les problèmes et lensemble desrésultats ainsi accumulés, on se heurte à la difficulté de trouver un cadre explicatifgénéral et spécifique. Pour dépasser le simple langage descriptif auquel on sesttrouvé limité du fait même dune démarche empirique et inductive, la nécessité deconstructions et de généralisations théoriques sest imposée. Comme lapsychologie sociale nest pas partie de la théorie, cette généralisation na pu êtreopérée au sein même du champ, mais par lextension des résultats acquis à un autreordre de connaissance, déjà structuré et applicable à un objet défini : celui de lapsychologie ou de la sociologie. Et ainsi que le remarque Allport 1 il y a eutendance jusque très récemment à rapporter les données recueillies par la recherchepsychosociologique à un contexte de référence sociologique ou psychologique quidépasse largement ce que lon est en droit dinférer à partir des données elles-mêmes. Les conflits dorientation et la diversité des approches tiennent doncégalement à cette bifurcation où un corps commun de résultats et de concepts estdévié dans lune ou lautre de ces directions, la théorie proprementpsychosociologique se trouvant par là dévoyée sinon arrêtée. Orienter les généralisations vers la psychologie, revient à faire de lapsychologie sociale une discipline purement descriptive, un secteur particulier dela psychologie ayant pour fonction détendre et dapprofondir la connaissance dephénomènes, processus, mécanismes généraux qui restent identiques à traverstoutes les conditions de production ou dopération : par exemple, la perception, lejugement, la mémoire, etc. Les résultats obtenus en psychologie sociale ne seraientalors que le moyen de spécifier certains facteurs qui interviennent danslétablissement du comportement humain ou animal, ces spécifications devant êtrerapportées, en dernière analyse, aux lois de la psychologie animale, de lapsychophysique ou de la psychophysiologie. Ainsi étudierait-on la perceptionsociale au même titre que lon étudie la perception visuelle ou auditive. Ainsi desphénomènes proprement psychosociologiques comme les processus dinfluence, lechangement dattitude ne seraient-ils quun cas particulier de conditionnement, unconditionnement intellectuel, soumis aux lois générales de lapprentissage. Ouencore sagissant dun comportement, dune attitude ou dun besoin social setrouve-t-on amené à recourir à une explication purement psychologique : cestRokeach 2 qui rend compte du développement des systèmes de croyance,dogmatique ou libéral, par lexpérience de la petite enfance, plus ou moinstraumatisante ou anxiogène ; cest Schachter 3 qui pour expliquer la grégarité et lebesoin daffiliation sen rapporte aux caractéristiques psychologiques liées au typedéducation reçue en fonction du rang de naissance. Un autre exemple pourrait êtretrouvé dans la tradition behavioriste qui distingue différentes branches dans lapsychologie générale selon le type dantécédent du comportement, humain ou1 Op. cit.2 ROKACH, M. Open and closed mind [Voir analyse n° 54].3 SCHACHTER, S. The psychology of affiliation [Voir analyse n° 1761.
  31. 31. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 23animal quelles considèrent : on fait de la psychologie de la perception quandlantécédent est un stimulus sensoriel, de la psychologie de la motivation quandlantécédent est une déprivation ou une excitation, de la psychologie delapprentissage quand lantécédent est un renforcement, de la psychologie socialeenfin quand lantécédent est un autre organisme, en relation de dépendance oudinterdépendance. 1 Dune manière générale, avec de telles conceptions, dont les exemples sontnombreux, on est amené à négliger les propriétés des entités mises en relations,quil sagisse danimaux, dindividus ou de groupes. Dautre part on se réfère à desmécanismes supposés généraux et indépendants des conditions dans lesquelles ilsse produisent ou opèrent. Par là, on dénie toute spécificité aux objets de lapsychologie sociale. En effet, lextension univoque de lindividuel au socialsuppose de la part ce deux qui la préconisent ou y procèdent, ladoption de troispostulats implicites. Postulat que le social ne constitue par rapport à lélémentairenon-social, quun ordre caractérisé par une complexité croissante et que lahiérarchie des phénomènes sordonne du plus simple au plus complexe, delindividu au groupe. Postulat que le social nimplique pas lexistence dephénomènes spécifiques, et quil ny a pas de lois particulières le régissant, les loisphysiologiques expliquant les lois psychologiques, ces dernières rendant comptedes rapports sociaux. Postulat quil ny a pas de différence fondamentale entre lesocial et le non-social, autrui nétant considéré que comme partie delenvironnement. La doctrine dAllport reste encore admise par beaucoup : « Thesignificance of social behavior is the same as that of non-social, namely, thecorrection of the individuals biological maladjustment to his environment... In andthrough others many of our most urgent wants are fulfilled ; and our behaviortoward them is based on the same fundamental needs as our reactions toward allobjects, social or non-social ». 2 Ceci conduit à ramener la psychologie sociale aurang de discipline purement descriptive et, pour autant quon pose le « social »comme napportant rien, à en faire une psychologie individuelle élargie tandis quela psychologie individuelle (ou générale, ou expérimentale) est une psychologiesociale contractée. Et Asch, commentant ce courant de pensée, a pu, avec unhumour non dénué de fondement, en conclure que les phénomènes sociaux per sene sont pas dun intérêt décisif : « The psychology of the individual also defined ina particular way the scope of social psychology which, instead of studying theusual stimuli weights, lights, sounds, – dealt with social stimuli. The other persontoo is a stimulus. But if « the individual in the crowd behaves just as he wouldbehave alone, only more so », 3 if it was the individual citizen who stormed1 ZAJONC, R. Social psychology [Voir analyse n° 10].2 ALLPORT, F.H. Social psychology. Boston, Houghton-Mifflin, 1924, pp. 3-4.3 Citation extraite de louvrage dAllport cité infra, p. 295.
  32. 32. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 24Bastille, one could only conclude that social phenomena were not of majortheoretical interest. 1 À cette orientation, soppose un autre courant qui tendrait à étudier lesprocessus psychosociologiques en vue dune connaissance sociologique et enréférence à elle. Bien que répondant à un souci pratique : améliorer lefonctionnement social, cette orientation suppose une théorie de la société et de ladépendance de lindividu par rapport à ses structures. Je fais surtout allusion iciaux travaux portant sur les groupes restreints, leurs structures et les hiérarchies derôles et de statuts par lesquelles se définissent lidentité et lappartenance socialedes individus, ou encore aux recherches portant sur les communications de masse.Avec la première série de travaux, se dessine une image de la société globalecomme étroitement dépendante du fonctionnement harmonieux et efficace dessous-ensembles qui la composent, cest-à-dire les petites unités sociales telles quela famille, les milieux professionnels, les divers groupes primaires, etc. Laconnaissance des règles de la vie de ces sous-ensembles telle quelle procède delétude scientifique des petits groupes permettrait la maîtrise des problèmessociaux cruciaux. Les lois établies sur le fonctionnement des groupes sorganisentalors en une théorie sociale qui les coiffe ; de même les lois qui régissent lesrelations sociales, se déduisent de la connaissance des processus de groupes, lesindividus étant saisis comme des unités sociales dont les propriétés décriventuniquement des rôles, des statuts et des positions quils occupent au sein desstructures complexes. La psychologie sociale devient un moyen détudier enlaboratoire, selon des méthodes éprouvées, les processus sociaux rencontrés à uneéchelle plus vaste dans la société réelle. De même les lois établies sur les effets descommunications de masse, doivent être rapportées à une conception de la sociétécomme masse homogène, composée de manière indifférenciée et atomistiquedéléments équivalents, les individus. Un autre exemple dune généralisationextérieure à la psychologie sociale pourrait être trouvé dans lorientationculturaliste qui subordonne les mécanismes psychosociaux aux caractéristiquessociales et culturelles du champ de comportement, aux cadres sociaux des grandesfonctions mentales, ou aux formes culturelles des acquisitions dans la socialisationet lapprentissage social. Il va sans dire que de telles conceptions engagent des représentations de lasociété sur lesquelles il y aurait lieu de discuter. Mais ce genre de critique relèvedun domaine qui ne nous concerne pas directement ici. Par contre, il me sembleimportant de souligner labsence dune perspective vraiment dynamique danslapproche des phénomènes psychosociologiques. Individus ou groupes y sontconsidérés comme des entités substantielles, dont les propriétés constitutives sontindépendantes des relations sociales qui sétablissent entre elles. Et, dans ce cas1 ASCH, S. « A perspective on social psychology », in : KOCH, S. (ed.) A study of a science. Vol. 3, New York, McGraw-Hill, 1959.
  33. 33. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 25encore, la psychologie sociale ne peut dépasser une tâche purement descriptive,classificatoire. Ces différentes tendances souffrent de navoir pas conçu un objet scientifiqueautonome, de navoir pas posé la possibilité dune théorie spécifique desphénomènes complexes mis à jour par la recherche psychosociologique. Or, si unetelle perspective reste aujourdhui de lordre de lidéal, il existe néanmoins destentatives laissant voir dans quel sens elle peut et doit se développer. Les travauxde M. Sherif par exemple constituent une voie féconde : on reconnaîtra dans sonapproche des normes sociales et des relations inter-groupes, une vue dynamiquepour expliquer tant lélaboration de lidentité individuelle par appartenance ouréférence à divers groupes sociaux, que la définition et lorganisation des groupescomme champs de relations, à partir des rapports quils entretiennent avec lesgroupes environnants. Une autre illustration se trouve dans létude de Festinger,Riecken et Schachter sur la psychologie des millénaristes. Pour vérifier une théoriedu changement dattitude, qui pourrait sembler dorientation individualiste etpsychologisante, ces auteurs ont étudié dans un contexte social réel, par uneméthode dobservation participante et dexpérimentation naturelle, lévolution dunesecte religieuse dont les prédictions nont pas été réalisées. Cette évolution saisieau niveau dun groupe social constituait un phénomène proprement psychosocial –il engageait les attitudes, les comportements et les rôles de ses membres autant queles relations internes au groupe et surtout le rapport de ce dernier àl’environnement social, dans la mesure où le recours au support social sous laforme du prosélytisme constituait pour la secte la seule issue pour résoudre leconflit interne provoqué par la contradiction entre sa propre interprétation de lanature et la réponse quelle recevait de cette dernière. 1 À travers ces deux exemples, se dégage une optique, qui, surmontantlopposition « individuel-social », posant les relations sociales comme essentiellesdans la genèse et lévolution des formations psychologiques, devrait arriver, entoute indépendance, à la formulation dune théorie explicative des phénomènespsychosociologiques.3. Troisième ligne de tension : la définition des unités spécifiques à lapproche psychosociologique Il se pourrait que lopposition dont la section précédente vient de faire état,apparaisse comme une question dhistoire passée et dépassée à un observateur neufqui sen tiendrait aux déclarations des psychosociologues sur lobjet de leurdiscipline. Cest devenu en effet, depuis quelques années, un usage établi de direque la psychologie sociale a pour objet linteraction sociale ; par quoi lon peutsupposer résolue la contradiction entre les perspectives « psychologique » et1 FESTINGER, L. ; RIECKEN, H. W. ; SCHACHTER, S. When Prophecy fails [Voir analyse n°65].
  34. 34. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 26« sociologique ». Mais, quon prenne garde : à y voir dun peu près, il est aisé deconstater que, sous ce terme, sont entendues des acceptions bien différentes. Ouplutôt, que laccord ne règne guère quant à définir la qualité sociale de linteraction,la nature et les termes du rapport par là supposé, et encore moins, quant à analyserle type dincidence que peuvent avoir, les uns sur les autres, les axes et les pôlesdun tel système relationnel. En fait, à prendre pour objet une notion commelinteraction sociale, sans en examiner rigoureusement la dépendance des liens etdes composantes, on court le risque de se donner pour objet une forme vide, ce quirevient à ne pas se donner dobjet. Une telle situation qui fait aujourdhui problèmepour la psychologie sociale, nest pas sans analogie avec celle, historiquementconnue, dun concept comme le « mouvement », qui ne devint objet deconnaissance scientifique quà partir du moment où, cessant dêtre traité commeune entité dotée de propriétés intrinsèques, il fut décomposé par Galilée enéléments et relations. Et il me paraît, quen létat actuel de la réflexion, le recours à une telle notion nepeut que voiler – et combien imparfaitement ! –, les difficultés très réelles que lapsychologie sociale rencontre dans la définition de son unité dobservation etdanalyse, par cela même quelle reste tributaire dun passé lourd en traditionsdifférentes. Traditions ou orientations qui viennent dêtre désignées et quiretentissent sur la conception de tous les aspects du système de linteractionsociale. En rapport avec elles se dégagent plusieurs représentations de l« objetpsychosociologique » lesquelles aboutissent à poser plusieurs « psychologiessociales » coexistant en deçà ou malgré le couvert de linteraction. Jexamineraimaintenant ces optiques qui, déplaçant légèrement lopposition « psychologie-sociologie » soulèvent, selon moi, un problème majeur pour la défense du statutscientifique de notre discipline. Une première optique, individualiste, vise à déterminer les variablessusceptibles de rendre compte de laspect social ou socialisé dune réponse ou duncomportement, en partant dun schéma qui met en rapport deux éléments, déjàdonnés et définis indépendamment lun de lautre, un « Ego » (individuel oucollectif) et un « Objet », ou encore un Stimulus et un répertoire de Réponses : E-0ou S-R. Elle sassigne comme tâche de dresser linventaire des caractéristiquesauxquelles rapporter du côté du sujet ou du côté de lobjet, les variations desréponses observées. Cette optique donne lieu à deux types de psychologie sociale,« taxonomique » et « différentielle », différant par limportance et la significationaccordées aux termes de la relation Ego-Objet. Le point de vue taxonomique, tenant pour négligeable les propriétés du sujetqui peut être individuel ou collectif, humain ou non humain, voit le « social »,donc son objet détude, comme une dimension des stimuli, eux-mêmes classablesen stimuli sociaux et non sociaux. Le schéma de la relation Ego-Objet est ainsispécifié :
  35. 35. Denise Jodelet, Jean Viet, Philippe Besnard La psychologie sociale (1970) 27Sujet : Objet : différencié enindifférencié, quelconque — social — non social Inscrivant la relation sujet-objet dans un contexte de stimulation sociale, lapsychologie sociale se doit dans ce cas de définir les propriétés de lobjet social enregard de lenvironnement non social et de distinguer ce qui découlespécifiquement dun stimulus social (autrui, groupe, société) ou socialisé (« réalitésociale » par opposition à « réalité physique » ; ensemble des objets culturels etc.),bref détablir une classification des conditions et des produits du rapport social.Lenvironnement humain sera considéré comme social, et dans lenvironnementnon humain, les stimuli seront qualifiés de sociaux quand leurs dimensionsphysiques seront soit indexées dune certaine « valeur » (par exemple monnaies,poids, etc.), soit marquées par un faible degré de structuration, soit socialement« codées » ou « qualifiées ». Dans tous les cas on étudiera comment la dimensionsociale infléchit, module des processus fondamentaux comme le jugement, laperception, les attitudes, sans supposer une modification de leur mode opératoire.Ainsi dans les études de perception sociale, sattachera-t-on aux variations qui sontdues au fait que lobjet perçu est un humain (cf. les expériences sur la perceptiondautrui) ou quil appartient à une classe socialement « valuée » (cf. les expériencessur les variations de lévaluation de la taille des monnaies en fonction de leurvaleur). On peut encore citer les expériences de Shérif sur leffet auto-cinétique quiattribuent à la structuration du stimulus certains types de réponses, ou les travauxdu groupe de Yale qui rendent compte de leffet dune communication persuasivepar les caractéristiques sociales de sa source (prestige, crédibilité etc.). Jappellecette psychologie sociale « taxonomique » parce quelle se borne à étendre ladescription psychologique dune classe de stimuli à une autre, à marquer desspécificités, à chercher la manière particulière dont les phénomènespsychologiques généraux jouent dans ces cas spécifiques. En fait, elle procèdecomme une psychologie de la vision, de lodorat, de laudition, etc. Cest-à-direquelle isole une série de variables propres à un champ de stimulation et en étudieles lois. Une telle attitude revient à dénier à la psychologie sociale la possibilitédavoir des phénomènes et des problèmes théoriques propres : celle-ci ne peut êtrequun champ dextension des lois de la psychologie générale. Dautre part, elle meten jeu une représentation du caractère « social » et « non social » des stimuli quipose comme donné, état de « nature », ce qui en fait est déjà le produit dunedifférenciation sociale. Et cest un des problèmes majeurs de la psychologie socialeque de comprendre comment et quand un stimulus acquiert une valeur sociale,comment et quand se constituent la « réalité physique » et la « réalité sociale ». Le point de vue différentiel nest pas très éloigné du point de vue taxonomique,mais il renverse lordre des pôles dans la relation Ego-Objet, voyant dans lescaractéristiques du sujet la raison de la réponse sociale observée. Il sinterroge surle problème du rapport de lindividu à la société en général. De ce fait, la nature dela stimulation importe peu ; par contre, on opère un classement des individus qui

×