Your SlideShare is downloading. ×
W3CFondé en octobre 1994par Tim Berners-Leeau MIT/LCS(Massachusetts Institute of Technology / Laboratory for ComputerScien...
Pour sa première conférence parisienne autour de HTML 5, le W3C,organisme de standardisation du Web, est venu évangéliser ...
Aujourd’hui, Android, iPhone et consorts proposent des modèles dedéveloppement et de distribution d’applications qui ne pe...
HTML : L’Hypertext Markup Language, généralement abrégé HTML,est le format de données conçu pour représenter les pages web...
SOAP : (ancien acronyme de Simple Object Access Protocol) est unprotocole de RPC orienté objet bâti sur XML.Le World Wide ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

W3C TS4

123

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
123
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "W3C TS4"

  1. 1. W3CFondé en octobre 1994par Tim Berners-Leeau MIT/LCS(Massachusetts Institute of Technology / Laboratory for ComputerScience) avec le soutien de la DARPA (Defense Advanced ResearchProjects Agency) et de la Commission.En avril 1995 l INRIA (Institut national de recherche en informatiqueet en automatique) accueille la partie européenne du W3C.En janvier 2003, le consortium ERCIM (European ResearchConsortium for Informatics and Mathematics)prend le relai de lINRIApour héberger la partie européenne du W3C.Le W3C a environ 65 employés comprenant des personnes en chargedes groupes de travail, du personnel administratif, desadministrateurs systèmes, des responsables communication. Ils sontgarants du bon respect de la charte de fonctionnement du W3C.En octobre 2007 on compte 16 bureaux du W3C dans les différentesrégions du monde
  2. 2. Pour sa première conférence parisienne autour de HTML 5, le W3C,organisme de standardisation du Web, est venu évangéliser sestravaux autour du langage et insister sur son importance dans levisage du Web de demain. Tout en rappelant que sa mission estparfois semée d’embûches, à la fois techniques, mais surtoutpolitiques.Quoi de plus naturel pour l’organisme en charge de standardiserHTML 5 que de gagner en visibilité ! Le W3C a donné, hier mercredi 7avril, en France sa première communication officielle autour deHTML 5. L’année où justement le langage qui motorise le Web depuisson origine connaît sa plus importante refonte depuis 1998, date àlaquelle les spécifications dHTML avaient été figées pour lesmaintenir uniquement en mode errata (limité à la seule correction debogues). Une refonte qui doit propulser le langage au cœur dudéveloppement d’applications Web, et lui ôter cette étiquette delangage limité à la structuration de document.Le W3C a décidé de poser sur la table le principe de réalitéaugmentée. A l’occasion d’un séminaire les 15 et 16 juin à Barcelone,le consortium en charge de développer les standards du Web entenddébattre de cette nouvelle problématique de plus en plus au cœurdes services mobiles. Poussée notamment par la géolocalisation et lacartographie sur le Web ou les terminaux mobiles.S’il s’agit d’un workshop (atelier) et non pas de la création d’ungroupe de travail, le W3C confirme son intérêt pour la réalitéaugmentée, et par voie de blog souligne que cette initiative s’inscriten droite ligne de sa volonté de standardiser les API (le groupe detravail Device API) capables d’attaquer certaines fonctions desterminaux. Comme par exemple l’APN ou la caméra embarquée.
  3. 3. Aujourd’hui, Android, iPhone et consorts proposent des modèles dedéveloppement et de distribution d’applications qui ne permettentpas de faire interopérer leurs systèmes. Une application pourAndroid ne s’installe pas sur un iPhone, par exemple. Les App Storesrespectifs ne sont également pas compatibles. Le W3C a donc décidéde prendre le taureau par les cornes et de pousser sa mission destandardisation vers le monde de la mobilité, comme l’indique parailleurs le site de MobiWebApp. Une initiative qu’elle peutaujourd’hui réaliser grâce, notamment, à l’évolution des technologiesdu Web, comme HTML 5 et CSS 3, de plus en plus richesfonctionnellement parlant.La presque totalité des sites Web actuels nest accessible quaumoyen de navigateurs graphiques traditionnels, empêchant ainsi leuraccès par des personnes atteintes dun handicap physique, moteurou neurophysiologique. Le HTML des années 90 ne prévoyait pas lesupport de synthétiseurs vocaux ou de plages Braille.Mais ce nest plus le cas de nos jours. Les normes du W3C intègrentces considérations dans les standards et facilitent grandement lacréation de sites universellement accessibles.
  4. 4. HTML : L’Hypertext Markup Language, généralement abrégé HTML,est le format de données conçu pour représenter les pages web.eXTML : eXtensible HyperText Markup Language, dit XHTML, est unlangage de balisage servant à écrire des pages pour le World WideWeb.XML : Extensible Markup Language, « langage de balisage extensible» est un langage informatique de balisage générique qui dérive duSGML.RDF : Resource Description Framework est un modèle de graphedestiné à décrire de façon formelle les ressources Web et leursmétadonnées, de façon à permettre le traitement automatique detelles descriptions.SPARQL : (prononcé sparkle en anglais : « étincelle ») est un langagede requête et un protocole qui permettra de rechercher, dajouter,de modifier ou de supprimer des données RDF disponibles à traversInternet. Son nom est un acronyme qui signifie SPARQL Protocol andRDF Query Language.CSS : (Cascading Style Sheets : feuilles de style en cascade) est unlangage informatique qui sert à décrire la présentation desdocuments HTML et XML.PNG : Le Portable Network Graphics est un format ouvert d’imagesnumériques, qui a été créé pour remplacer le format GIF, à l’époquepropriétaire et dont la compression était soumise à un brevet.SVG : Le Scalable Vector Graphics (en français « graphique vectorieladaptable »), est un format de données conçu pour décrire desensembles de graphiques vectoriels et basé sur XML.
  5. 5. SOAP : (ancien acronyme de Simple Object Access Protocol) est unprotocole de RPC orienté objet bâti sur XML.Le World Wide Web (WWW), littéralement la « toile (d’araignée)mondiale », communément appelé le web, le Web, et parfois la toile,est un système hypertexte public fonctionnant sur internet quipermet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles surdes sites. L’image de la toile daraignée vient des hyperliens qui lientles pages web entre elles.CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaireINRIA : Institut National de Recherche en Information et Automatique

×