2179 bn
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

2179 bn

on

  • 191 views

 

Statistics

Views

Total Views
191
Views on SlideShare
191
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

2179 bn 2179 bn Document Transcript

  • LE BLOC-NOTES La reconquête Hollande devient business angel, de Frédéric Simottel 21 Une reconquête industrielle NOV. très pragmatique L a première réunion de la commission cloud, qui figure parmi les 34 plans de reconquête industrielle de la France voulue par Arnaud Montebourg, s’est tenue à Paris. Encadré par Thierry Breton, PDG d’Atos, et par Octave Klaba, fondateur de l’hébergeur OVH, ce groupe de travail réunit quelques-uns des principaux acteurs du cloud dans l’Hexagone. Les grands axes de réflexion de ces experts concernent la sécurité. Que faire, en effet, pour que les entreprises clientes aient pleinement confiance en l’informatique en nuage et que la sécurité ne soit plus un débat ? Un deuxième sujet porte sur le pouvoir de la puissance publique à jouer un rôle d’accélérateur. La fiscalité, le prix de l’énergie, et l’interaction à mener entre cloud et grand public sont également au programme de la commission cloud. Ces mesures semblent intéressantes car elles sont loin des grandes phrases que l’on entend souvent sur ce type de projet. Elles allient le pragmatisme des témoignages terrain aux réalités business et technologiques. 22 Le pessimisme lucide NOV. Pour Jim Snabe, patron de SAP, la compétitivité de l’Europe passe par l’innovation. A du PDG de SAP ujourd’hui, la création de valeur dans notre économie ne peut plus être le fruit des seuls spécialistes IT comme cela a été le cas ces dernières années, explique avec lucidité Jim Snabe, coprésident de SAP de passage à Paris (et qui quittera bientôt son poste) Toutes les entreprises, tous secteurs confondus, sont désormais concernées. Elles créeront de la valeur au fur et à mesure que les technologies numériques prendront de l’importance dans les produits et services qu’elles offriront.Toutes les industries verront ainsi leurs modèles économiques remis en cause au cours des dix prochaines années. Cela signifie que leurs dirigeants doivent davantage s’impliquer dans le digital et que les DSI prennent en charge cette digitalisation. » Plus pessimiste, Jim Snabe ajoute : « Je suis inquiet pour l’avenir de l’Europe. Coincé entre la Silicon Valley et l’Asie, deux régions actuellement en pointe en matière d’innovation, le Vieux Continent est miné par ses niveaux de salaires et le coût de son énergie. Sa compétitivité ne peut être assurée que par l’innovation et la recherche. » 26 Le marquis de Louvois NOV. D n’a pas mérité ça ! es bugs en série ont eu raison du projet Louvois – le Logiciel unique à vocation interarmées de la solde –, autrement dit l’application chargée de gérer la paie de nos militaires. Ce programme a été baptisé ainsi en mémoire du marquis de Louvois. Ce ministre de Louis XIV décréta que les soldats devaient cesser toute forme de pillage et qu’en récompense de leurs devoirs militaires, une solde leur serait versée. Détesté des officiers, il dénonça également avec véhémence leur absentéisme. Ce ne sont ni le pillage, ni l’absentéisme des militaires qui sont aujourd’hui mis en cause, mais plutôt une désorganisation complète dans l’installation du logiciel Louvois. Un programme bâti sans suffisamment prendre en compte les exigences des directions métier, comme disent les civils. Un projet où ont été confondues vitesse et précipitation, où le manque de spécialistes comptables, RH ou techniques s’est révélé flagrant. L’organisation de départ était défaillante et par on ne sait quel miracle, les hauts gradés s’imaginaient qu’un logiciel allait tout résoudre. Un fiasco qui risque de coûter plusieurs centaines de millions d’euros aux contribuables. Et si certains pensent qu’il est plus raisonnable, d’un point de vue médiatique, de tout redémarrer à zéro, d’autres estiment qu’une mise à niveau des bases de données RH et une formation plus qualifiée pour le personnel auraient permis de réparer une très grosse partie des dégâts. 29 Gardez-moi de mes amis, NOV. L je m’occupe de mes ennemis a France fait l’objet de dénigrement à l’étranger. Son image est si détestable qu’IBM France se retrouve en concurrence avec d’autres filiales du géant américain. Selon un salarié de Big Blue rencontré au hasard d’une conférence,Allemands, Hollandais et Belges abusent du french bashing pour s’attirer les faveurs du siège américain, lors de la négociation de contrats internationaux. 12. 01 BUSINESS 01B_2179_012_013_Bloc-notes.indd 12 05/12/13 19:16 i l
  • industrielle passe par le cloud, le Printemps se met au multicanal 3 Le Printemps électronique DÉC. François Hollande consacrera 250 millions d’euros à cette initiative. 2 Quand l’État devient DÉC. business angel N os ministres Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg en ont assez de voir la France pointer à la 17e place en termes d’innovation. Ils veulent montrer au monde que le moteur de l’innovation hexagonale va se remettre à rugir. François Hollande lance donc le « concours mondial d’innovation ». Objectif : repérer une centaine de projets innovants, dans les sept domaines identifiés par le rapport de la Commission Innovation 2030, présidée par Anne Lauvergeon (le big data est le seul des sept à être 100 % numérique). Les 100 programmes sélectionnés, tous secteurs confondus, recevront d’ici au printemps 200 000 euros chacun. Une aide supplémentaire de 2 millions sera octroyée à 30 d’entre eux, en septembre 2014. « Nous retiendrons des projets d’entreprise ou de R&D, mais aussi de création d’entreprise, même s’ils utilisent des technologies pas forcément matures », précise Olivier Lluansi, conseiller énergie et industrie de la présidence de la République. Le clap final du concours est prévu en 2016. L’Etat s’engagera à hauteur de plusieurs millions d’euros en prenant des participations, ainsi qu’en favorisant la prise de commandes publiques. « L’idée est de dénicher les innovations de rupture qui dessineront notre horizon industriel de demain », explique Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l’Elysée. Cette initiative, dont le montant global s’élève à 250 millions d’euros, soulève de nombreux commentaires parmi les business angels. Selon eux, ce n’est pas le rôle de l’Etat d’agir ainsi. Ils préféreraient que les efforts portent sur la flexibilité du code du travail ou sur une fiscalité mieux adaptée aux modèles des start up. I est arrivé l n’y a pas que les vitrines de Noël du célèbre magasin, dont le vaisseau amiral se trouve sur les grands boulevards à Paris, qui attirent les regards ; la boutique en ligne fait également peau neuve. Le fonds qatari Divine Investments, nouveau propriétaire du Printemps, vient de finaliser le rachat du pure player Placedes tendances.com. Ce site marchand, qui appartenait à TF1 et aux deux fondateurs, distribue 200 marques de mode. Mais contrairement aux spécialistes du discount et aux sites de ventes privées, il vend les nouvelles collections au prix magasin. Sa force : livrer en moins de trois heures dans Paris. Pour le Printemps, ce rachat marque le véritable début de sa stratégie multicanale. Avec une chute du marché textile de 14,4 % entre 2007 et 2012, et une croissance des ventes en ligne de 11 % sur la même période – certes avec des volumes moindres – (source : IFM Printemps), les nouveaux propriétaires ont compris qu’une simple présence marchande en ligne ne suffisait pas. Leur stratégie doit désormais être « omnicanale », sans couture entre les magasins physiques et le Web. 4 Open data : déjà 150 projets DÉC. F recensés et 25 primés rédéric Mazzella, fondateur du site de covoiturage en ligne Blablacar, a eu bien du mal, cette fois-ci en tant que président du jury du concours Dataconnexions, à dénicher les meilleurs projets open data. Pour cette 4e édition, 64 dossiers ont été présentés. Un succès pour HenriVerdier, le dynamique patron de la mission Etalab, qui organise ce concours. Parmi les primés figurent des services grand public comme Open Food Facts (informations sur les produits alimentaires via un code-barres lu par un smartphone), Vamos a la L’appli Vamos playa (qualité des plages), ou encore a la playa délivre la géniale application Guido. Cette des infos dernière transmet aux passagers sur la qualité des plages. des informations culturelles, historiques ou touristiques tout au long d’un voyage en voiture sur l’autoroute. Pour les professionnels, citons Leveilleur.fr, un moteur de recherche qui scrute en permanence toutes les commandes publiques en cours. NIAZMAN/REUTERS - YOAN VALAT/POOL/REUTERS - FOTOLIA e , RETROUVEZ 01 BUSINESS EN RADIO ET TÉLÉVISION TOUS LES SAMEDIS À 20 HEURES ET TOUS LES DIMANCHES À 17 HEURES WWW.01 BUSINESS.COM .13 01B_2179_012_013_Bloc-notes.indd 13 05/12/13 19:17