Your SlideShare is downloading. ×
2174 bn
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
29
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LE BLOC-NOTES L’iPhone 5S le big data devient un sujet de Frédéric Simottel 11 IBM multiple les cursus de SEPT. Data Scientists à l’université L e big data manque de bras. Il y aurait ainsi plus de 150 000 postes de spécialistes en analyse de données (ou Data Scientists) à pourvoir dans le monde, 4,4 millions d’ici à 2015 ! IBM a pris le problème à brasle-corps en mettant en place plusieurs cursus dédiés auprès de 1 000 universités à travers le monde (mais aucune en France). Big Blue fournit des logiciels d’analyse, du matériel pédagogique, des projets d’étude de cas, des Data Scientists experts invités en tant que conférenciers, un accès à sa plate-forme big data et distribue des bourses de 100 000 dollars pour plusieurs de ces cursus. Neuf nouvelles universités viennent de rejoindre le programme, mais toujours aucune en France. Le big data fait pourtant appel à des compétences en mathématiques et statistiques qui figurent parmi les forces reconnues de l’école scientifique française. Mystère. 13 L’iPhone 5S devient notre SEPT. N Phil Schiller, le viceprésident marketing d’Apple. prothèse numérique on, Apple n’a pas perdu son sens de l’innovation avec la disparition de Steve Jobs il y a deux ans. Bien au contraire, la firme à la pomme s’est remise dans le sillon de son illustre fondateur. Pour la partie commerciale tout d’abord. Avec ses prix – un brin excessifs –, Apple renoue avec son marché élitiste et ses marges dignes des meilleures maisons de luxe. Mais l’innovation ne s’arrête pas là. Certes, on s’émerveillera sur l’écran plus lumineux, le capteur biométrique, la caméra et l’appareil photo plus performants. Mais c’est en soulevant le capot, de l’iPhone 5S notamment, que l’on perçoit à nouveau la magie Apple. En intégrant deux processeurs, l’un pour s’occuper des tâches intrinsèques au téléphone, l’autre pour gérer les capteurs (géolocalisation, podomètre, gyroscope, etc.) et autres futurs objets connectés (la montre intelligente), Apple se projette dans l’avenir et nous rejoue le couplet iTunes. Comme il l’a fait avec la musique, l’Américain nous prépare à vivre dans un nouvel environnement dont l’iPhone sera le centre.A peine serons-nous rentré chez nous et géolocalisé dans notre hall que la lumière s’allumera et la chaîne hi-fi nous jouera notre mélodie préférée. Au volant, nous nous verrons proposer automatiquement par le GPS le trajet de la dernière adresse consultée sur le smartphone. Il nous mettra en contact avec notre rendez-vous en cas de retard, saura modifier notre trajet, que nous soyons à pied ou en voiture.Apple a compris que nous ne nous séparerions plus jamais de notre smartphone, devenu notre prothèse numérique. 16 Pour devenir une société 2.0, SEPT. P copiez la SNCF endant longtemps, nous avons pu croire que si la SNCF investissait sur Internet, au travers notamment de son site Voyages-Sncf.com, c’était uniquement parce qu’elle voulait vendre par ce biais encore plus de billets de train. Le site s’est ensuite mis à commercialiser des offres « train+hôtel », puis des vols, des locations de voitures, des séjours tout compris, etc. Devenue un fleuron de l’e-commerce européen, la SNCF s’appuie aujourd’hui sur le Net pour augmenter son chiffre d’affaires global, même si ses nouvelles activités l’éloignent quelque peu de son métier d’origine. Dernier exemple en date, le lancement avec la ville de Paris d’un incubateur autour du « voyageur connecté ». L’objectif est d’accompagner de jeunes entreprises innovantes. Un appel à candidatures est ouvert du 16 septembre au 31 octobre pour identifier les start up qui intégreront ce dispositif. Elles seront installées dans la nouvelle ZAC Boucicaut qui développe déjà des programmes autour du design, de l’e-santé et de la ville de demain. Ces derniers mois, la SNCF a multiplié les concours. L’un d’eux a d’ailleurs débouché sur le service Tranquilien, une application voyageurs indiquant le taux de remplissage des rames. 24 Microsoft croit en son étoile SEPT. S sur le marché de la mobilité ur le marché de la mobilité, nous avons une place à prendre. L’institut Kantar attribue déjà à Windows Phone une part de marché de 11 % en France. Et nous 12. 01 BUSINESS 01B_2174_012_013_Bloc-note.indd 12 26/09/13 16:16 i d
  • 2. innove plus que prévu, de philo, la SNCF 2.0 trace sa voie Sur le départ, Steve Ballmer a déploré de ne pas avoir vu surgir la vague du mobile. dans ces bases se révèlent mal adaptées, notamment lorsque les questions sont mal posées et qu’elles reposent sur des données massives, hétérogènes et incertaines. De ce point de vue, il convient ainsi de différencier la problématique du big data de celle de l’intelligence économique et de la business intelligence. Il faut également distinguer les méthodes qui permettent de mettre en évidence des corrélations lors de croisement de données. « L’erreur la plus fréquemment commise consiste à croire qu’une corrélation est une relation de causalité. Or comprendre à partir d’un ensemble de corrélations les relations de causalité reste un problème largement ouvert, et qui le restera encore pendant très longtemps », explique Michel Cosnard, président-directeur général de l’Inria, qui y voit là le graal du Data Analyst. (*) Clin d’œil à la citation de Jean Baudrillard : « Le hasard est le purgatoire de la causalité ». visons clairement la place de numéro deux dans l’Hexagone », affirme Alain Crozier, directeur général de Microsoft France, en ouverture de la conférence de rentrée de la firme américaine. Une semaine après les regrets exprimés par Steve Ballmer, alors qu’il s’apprête à quitter son poste de PDG, de ne pas avoir vu surgir la vague du mobile, Microsoft affiche de solides ambitions dans le domaine. Dopé par les difficultés de Blackberry, l’Américain espère faire tomber dans son escarcelle quelques entreprises clientes jusqu’alors restées fidèles au Canadien RIM. Une ambition pas si démesurée si l’on tient compte des progrès effectués par l’interface en « tuiles » du nouveau Windows. Premiers vrais résultats au printemps prochain. le 25 Le big data est(*) purgatoire SEPT. T de la causalité ous les deux mois, 01 Business réunit plusieurs dirigeants de grands groupes français pour débattre sur des thèmes liés au rôle du numérique dans les entreprises. Cette semaine, le big data était à l’honneur. Une fois les premières définitions techniques assimilées par ces PDG, des questions d’ordre plus sémantique, organisationnel, voire philosophique, sont apparues. Les plus pointus parmi les spécialistes présents autour de la table ont admis que les méthodes traditionnelles des bases de données et de la recherche 26 Enfin une synergie autour SEPT. du logiciel embarqué C ela fait un moment que la filière du logiciel embarqué a été identifiée comme une pépite technologique potentielle pour notre pays. Problème, les acteurs, aussi talentueux et reconnus soient-ils, agissent chacun dans son coin, sur des marchés de niche. Il aura fallu attendre que le gouvernement en fasse l’une de ses 34 priorités industrielles pour qu’ils ôtent leurs œillères, s’unissent et lancent l’association Embedded France. Parmi les membres fondateurs, figurent les pôles de compétitivité Images & Réseaux, Minalogic et Systematic, le syndicat professionnel Syntec numérique et les associations Aerospace Valley et Cap’Tronic. Embedded France se donne, entre autres, pour objectifs de promouvoir le marché de l’embarqué tant en France qu’à l’international, de formuler des pro positions auprès des pouvoirs publics et d’ouvrir l’écosystème embarqué « traditionnel » aux nouvelles technologies et à leurs acteurs. Ses missions seront détaillées aux Assises de l’embarqué, le 28 octobre prochain. Les acteurs du logiciel embarqué ont fondé leur association. GETTY/AFP - EPA/MAXPPP - AIR FRANCE S t RETROUVEZ 01 BUSINESS EN RADIO ET TÉLÉVISION TOUS LES SAMEDIS À 20 HEURES ET TOUS LES DIMANCHES À 17 HEURES WWW.01 BUSINESS.COM .13 01B_2174_012_013_Bloc-note.indd 13 26/09/13 16:16