• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
2171 bn
 

2171 bn

on

  • 72 views

 

Statistics

Views

Total Views
72
Views on SlideShare
72
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    2171 bn 2171 bn Document Transcript

    • LE BLOC-NOTES Le patron de Zynga pour IBM à Lille, les entrepreneurs de Frédéric Simottel 19 Du fantasme à la réalité, JUIN une mission réussie M Mark Pincus a rendu Zinga dépendant de Facebook. ettre un DSI à la tête de l’Etat fut longtemps un fantasme. Sur le papier, l’objectif était de coordonner l’ensemble des grandes administrations pour avancer au même rythme. La réalité du terrain a repris le dessus. Les ministères les plus avancés ne désiraient pas forcément se mettre au pas. Et les retardataires, eux, ne se voyaient pas courir pour rattraper les autres. Il aura finalement fallu toute l’intelligence, le dynamisme, la clairvoyance et le sens pratique d’un Jérôme Filippini, nommé à cette fonction en février 2011 – il est actuellement secrétaire général pour la modernisation de l’action publique –, pour que se mette en place la Direction interministérielle des systèmes d’information et de communication (Disic). Celle-ci dresse aujourd’hui son bilan dans un document d’une vingtaine de pages. En deux ans, cette DSI de l’Etat a, notamment, entamé la modernisation et la mutualisation entre ministères des centres informatiques (20 000 mètres carrés de salles blanches) et lancé le réseau interministériel de l’Etat (RIE). Un collège d’experts indépendants, issus du monde de l’entreprise et de l’Administration, a aussi été constitué. Il est consulté une fois par an sur la stratégie du système d’information de l’Etat. En font partie, entre autres, les DSI de GDF Suez, de Danone, du Groupement des Mousquetaires et de Scor. Chapeau. 20 Comment être élu JUIN le pire PDG de l’année D epuis trois ans, le professeur Sidney Finkelstein dresse le classement (peu reluisant) des plus mauvais patrons de l’année – essentiellement américains. Quelques stars du numérique ont toujours figuré dans son top 5, parmi lesquelles le PDG de Netflix, de RIM ou de HP. Cette année, c’est Mark Pincus, à la tête de Zynga (éditeur de jeux sur le réseau social Facebook), qui représente le secteur IT en terminant quatrième derrière les patrons de Bestbuy, de Cheasepeak Energy et d’Avon. On lui reproche d’avoir fondé tout son modèle économique sur une seule matrice : celle de l’évolution du réseau Facebook et d’en être dépendant. 23 Bercy, victime d’une panne JUIN A embarrassante lors qu’il interveLe ministère nait sur une infrades Finances structure de stockage a tremblé. dans l’un des centres d’hébergement de Bull, un sous-traitant maladroit a déclenché une réaction en chaîne qui a bloqué le logiciel de gestion de l’Etat pendant quatre jours. Le système anti-incendie de la salle serveurs s’est activé, entraînant la détérioration de plusieurs composants. Un plan de reprise d’activité a démarré le lundi 20 juin, mais le processus de restauration a duré jusqu’au week-end. La Poste, hébergée dans ce même centre, aurait également été touchée par cette panne. Le plus gênant, dans cette histoire, est que les fournisseurs (Bull comme d’autres) nous répètent à longueur de temps combien leurs architectures sont redondées, doublées, sécurisées...Au final, un simulacre d’incendie peut donc tout mettre à plat. De quoi rester perplexe... 24 Des données publiques JUIN I bien utilisées l y a tout juste dix-huit mois, était créée la mission Etalab, chargée de promouvoir l’utilisation des données publiques. Depuis, elle a déjà vu passer près de 100 start up pour son concours Dataconnexions (dont 01 Business et BFM sont partenaires). Six nouvelles applications ont été récompensées pour cette troisième édition. Il est intéressant de noter à quel point l’imagination des entrepreneurs autour de l’open data est foisonnante. Les lauréats interviennent dans le grand public, le social, le tourisme ou pour accompagner les services publics. Leurs applications ? Comparer les taux de réussite au permis de conduire des auto-écoles à partir des 12. 01 BUSINESS 01B_2171_012_013_Bloc-note.indd 12 27/06/13 17:11 é f
    • tère nces blé. élu pire PDG de l’année, tapis rouge français restent optimistes données récupérées en préfecture (Vroomvroom.fr), cartographier les lieux accessibles aux personnes handicapées (Handistrict), prédire en temps réel le taux de remplissage des trains (Tranquilien), mettre en place un puissant moteur de recherche pour les données gouvernementales (Enigma), ou encore un portail qui référence tous les appels d’offres publics (Cap 133). Prochaine édition en octobre. 25 Entrepreneur versus homme JUIN H d’affaires : la différence asard de l’actualité sur le Web, deux informations sur les investissements choisis par deux types de multimillionaires français sortent presque simultanément. Le premier article met en scène JacquesAntoine Granjon (Venteprivee.com), Xavier Niel (Free) et Marc Simoncini (fondateur de Meetic). Il a pour sujet un nouvel investissement mené par ces trois entrepreneurs du Net. Le second parle de Bernard Tapie, en détaillant toutes ses possessions. Dans l’un, on apprend que le trio va offrir 25 000 euros à 101 projets présentés par des jeunes de moins de 25 ans. Dans l’autre, on découvre qu’en plus d’une villa à Saint-Tropez, Bernard Tapie a acheté un hôtel particulier à Neuilly, un yacht de 76 mètres, ainsi qu’un groupe de presse du Sud-Est. De quoi comparer ces entrepreneurs (qui s’y retrouvent certainement aussi côté fiscal) à cet homme d’affaires. 26 Lille accueille IBM en grandes JUIN C pompes... et avec lucidité ’est au sein d’une ancienne filature en briques rouges et en verre, reconditionnée en usine du numérique, que la maire de Lille, Martine Aubry, reçoit le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg et le PDG d’IBM,Alain Bénichou. Ce dernier annonçant l’implantation d’un centre de services européen consacré au développement et aux tests logiciels avec, à la clé, la création de 200 postes dans l’immédiat, et de 700 d’ici à 2017. « Une aubaine pour nos jeunes dans la région ! », lance Martine Aubry. «Vive Lille ! », tonne Arnaud Montebourg. « Retour à l’optimisme ! », clame Alain Bénichou. Il n’y a que pour les syndicats d’IBM que la pilule est amère. Ces 700 postes promis font cruellement écho aux 689 supprimés par cette même entreprise dans le cadre d’un plan social national. Et de dénoncer l’attitude complaisante des politiques présents. Si chacun est dans son rôle, on ne peut que remarquer le pragmatisme et la lucidité des acteurs. En plein plan social,Alain Bénichou s’est battu pour que ce centre (même s’il dépend d’une filiale hollandaise) soit implanté en France. Martine Aubry, ancienne ministre du Travail, a parfaitement conscience que cette situation est paradoxale, mais elle propose ainsi de l’emploi à 700 jeunes dans une région sinistrée. Enfin, Arnaud Montebourg est désormais bien décidé à ne plus laisser filer des opportunités à l’étranger. Quitte à négocier avec des symboles du capitalisme mondial. Arnaud Montebourg, Alain Bénichou (IBM) et Martine Aubry réunis à Lille. 29 Les entrepreneurs français JUIN gardent le sourire E n suivant la courbe du chômage, ou en lisant le dossier intitulé « Génération désenchantée » du Journal du dimanche, qui dresse un sombre décor sur les perspectives professionnelles de la jeunesse française, il n’y pas de quoi se réjouir. Pourtant, dans l’émission 01 Business diffusée sur BFM Business, les investisseurs et les business angels invités sont plutôt optimistes. Certes, l’argent est plus difficile à trouver, mais les projets ne manquent pas et l’esprit d’entreprendre n’a jamais été aussi présent.Autre raison d’espérer : les conclusions de l’étude TNS Sofres pour le cabinet ITG. La crise n’a pas terni les relations des cadres avec leurs employeurs. Pour évoquer leurs sentiments à l’égard des seconds, les premiers parlent... d’attachement. L’autonomie devance de très loin la rémunération parmi les éléments les plus importants au travail. Enfin, si 84 % des cadres s’estiment satisfaits de leur emploi, deux tiers d’entre eux songent ou ont déjà songé à créer leur propre entreprise. GETTY - AFP ga rs RETROUVEZ 01 BUSINESS EN RADIO ET TÉLÉVISION TOUS LES SAMEDIS À 20 HEURES ET TOUS LES DIMANCHES À 17 HEURES WWW.01 BUSINESS.COM .13 01B_2171_012_013_Bloc-note.indd 13 27/06/13 17:11