LE

BLOC-NOTES

L’avenir de la santé
des coudes en Chine, les géants
de Frédéric Simottel

20 L’informatique, l’un des
AVR...
er
che,
u DG
thur.

est numérique, la France joue
de la sécurité se parlent enfin
fait. Implanté à Shanghai et Hong Kong av...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

2167 bn

125

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
125
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

2167 bn

  1. 1. LE BLOC-NOTES L’avenir de la santé des coudes en Chine, les géants de Frédéric Simottel 20 L’informatique, l’un des AVRIL 15 métiers les plus recherchés U ne petite lueur d’optimisme scintille au milieu des très mauvais chiffres du chômage. Pôle emploi chiffre à 1,6 million les prévisions d’embauches en 2013. Soit une progression de 0,3 % par rapport à 2012. L’agence nationale détaille également les 15 métiers les plus recherchés, parmi lesquels figurent les ingénieurs et cadres spécialisés en informatique : près de 27 000 recrutements sont à prévoir. Ces chiffres vont certainement alimenter à nouveau le débat sur l’effet ou non de pénurie des informaticiens en France. « Nous en manquons cruellement », clament une dizaine de DSI rencontrés ces jours-ci. Plusieurs d’entre eux vantent d’ailleurs le recours de plus en plus massif à l’embauche de jeunes talents issus du Maroc, de Tunisie et de Côte d’Ivoire, « compétents et motivés ». Selon Pôle emploi, le secteur informatique AVRIL devrait offrir e syndicat patronal des éditeurs de logiciels et des 27 000 postes environ entreprises de services du numérique (ESN, ex-SSII) en 2013. Syntec numérique, associé au Syndicat national de l’in- 23 Télémédecine, une urgence L pour Syntec numérique dustrie des technologies médicales (Snitem), publie un livre blanc intitulé Filière télémédecine : le temps de l’action. Cela fait un moment que Syntec numérique ainsi que d’autres organismes, tel l’Institut Montaigne, défendent ce domaine d’excellence numérique pour la France. Mais les résistances sont fortes, notamment au niveau administratif, pour ce qui concerne les actes remboursés par l’Assurance maladie, par exemple. Du coup, malgré un cadre juridique clairement défini et le succès de nombreuses expérimentations locales, la télémédecine peine à trouver son modèle économique. Les deux syndicats passent donc à la vitesse supérieure et avancent plusieurs pistes. Comme la création d’un guichet unique à l’adresse des porteurs de projets, associant acteurs publics et privés. Il faciliterait la coconstruction, permettrait d’imaginer de nouveaux modes de financement, et soutiendrait la réorganisation des soins exigée par la télémédecine. 23 Un ex-patron de Bull à la tête AVRIL d’Oberthur Technologies P our le nouveau directeur général du numéro deux mondial de la carte à puce, Oberthur Technologies (6 000 salariés), le contrat est clair. Didier Lamouche a pour mission de doubler le chiffre d’affaires et, pour atteindre l’objectif fixé à 1,8 milliard d’euros d’ici à 2016, il reprend une recette qui lui avait Didier réussi lors de sa présidence chez Lamouche, Bull (2005-2010) : développer la nouveau DG partie logiciels et services. Il end’Oberthur. tend la faire passer de 28 à 40 % du chiffre d’affaires total, a-t-il affirmé aux Echos. Il mise en parallèle sur l’explosion attendue de la 4G et des technologies sans contact NFC. Un vrai défi technique, marketing et commercial. Intéressant aussi pour le nouveau dirigeant, puisque Oberthur Technologies fait l’objet d’un montage actionnarial sous forme de LBO (acquisition avec effet de levier). Cet ingénieur centralien, docteur en technologie des semi-conducteurs, n’est pas en territoire inconnu. Oberthur Technologies est en effet à la fois client et fournisseur de STMicroelectronics, co-maison mère de ST-Ericsson, société qu’il dirigeait depuis 2010. Cette nomination intervient dans un climat particulier. La Commission européenne soupçonne, sans citer de nom, des ententes commerciales au sein d’une sorte de cartel européen de la carte à puce. Bruxelles brandit la menace d’amendes, mais cela risque de se négocier derrière les portes capitonnées de cabinets d’avocats. 25 La France est aussi AVRIL D une puissance numérique ans la délégation française accompagnant le président de la République en Chine, coincés entre les plus grands groupes français et de nombreux spécialistes de l’agro-alimentaire, figuraient quatre acteurs du numérique : Altavia (marketing digital), Mobigis (système d’information géographique), Viadeo (réseau social) et Micropole (business intelligence). Christian Poyau, PDG et fondateur de Micropole, est rentré plutôt satis- 12. 01 BUSINESS 01B_2167_012_013_Bloc-notes.indd 12 02/05/13 16:39 e d
  2. 2. er che, u DG thur. est numérique, la France joue de la sécurité se parlent enfin fait. Implanté à Shanghai et Hong Kong avec une centaine d’employés, il estime qu’il y a beaucoup à faire en Chine en termes de services informatiques, des appels d’offres à remporter, voire des acquisitions à effectuer. Le marché ressemble à celui de la France du début des années 90, mais d’ici à huit ans, le retard sera comblé. La vitesse, c’est ce qui surprend d’ailleurs le plus l’entrepreneur français. La lourdeur bureaucratique chinoise fait aujourd’hui place à un bouillonnement entrepreneurial. Et il ne serait pas étonnant de voir arriver bientôt en Occident des sociétés de services chinoises, suivant la voie ouverte par les Lenovo, Huawei et autres ZTE. 25 Comment développer la fibre AVRIL F optique selon Valérie Pécresse inancer le déploiement sur le territoire national du très haut débit sur fibre optique pourrait, selon Valérie Pécresse, passer par la vente des actions France Télécom détenues par l’Etat. Le retrait de l’Etat et du FSI de France Télécom rapporterait 5,5 milliards d’euros. Soit plus du quart des 20 milliards prévus par François Hollande pour financer cette couverture dans les dix ans. Une manne pour rattraper le retard pris par la France. Fin 2011, la part des abonnés à la fibre optique dans le total des abonnés Internet était de 63 % au Japon, de 56 % en Corée du Sud et de 3 % en France. Cette proposition fait partie de la quinzaine de mesures présentées par le Labo des idées, le think tank créé et présidé par l’ex-ministre, dans le cadre de sa convention numérique. Valérie Pécresse, secrétaire générale déléguée de l’UMP. 29 La filière française AVRIL en cybersécurité se construit E n matière de défense et d’armement, les mérites de la filière industrielle française sont souvent vantés. Peut-être nous enviera-t-on aussi un jour celle de la cybersécurité. Après le rachat de Netasq, Cassidian Cybersecurity vient d’acquérir Arkoon, un autre fleuron technologique du secteur. La division sécurité des systèmes d’information d’EADS forge peu à peu son ambition de bâtir un grand consortium du secteur, fortement ancré en Europe. Une stratégie qui rejoint en tout point l’une des mesures citées dans le Livre blanc sur la défense, tout juste présenté par François Hollande. Le marché français de la sécurité informatique, qui pèse 6 milliards d’euros (9 milliards en comptant les services associés), est encore trop dispersé. Pour s’imposer au niveau européen, voire mondial, la France doit en effet disposer d’un solide tissu industriel s’appuyant sur de grosses écuries (Cassidian, Bull, Thales, Alcatel-Lucent) capables de s’entendre sur une approche stratégique et globale. Celle-ci permettra de développer et de soutenir une activité économique fortement exportatrice. 2 Former les garagistes MAI A du numérique lors qu’est annoncée la fermeture de l’usine de PSA à Aulnay, la voiture connectée est un domaine d’excellence français. Les acteurs de la filière tricolore (constructeurs automobiles, éditeurs de logiciels, opérateurs télécoms et autres sociétés de services) sont en effet très dynamiques sur le sujet. L’université Pierre et Marie Curie (UPMC) et sa fondation lancent d’ailleurs une chaire d’excellence baptisée Smart & Connected Mobility, la voiture connectée. Créée pour cinq ans et dotée d’un budget de 1,5 million d’euros, cette chaire, parrainée par ses mécènes Atos et Renault, accompagnera des projets de recherche internationaux. Parmi les thèmes abordés : la personnalisation des services numériques selon l’usager, l’intégration des terminaux personnels, l’utilisation de la voiture comme capteur environnemental dans la ville intelligente... La voiture connectée, c’est d’ailleurs le dossier de notre confrère 01net, distribué dans tous les bons kiosques. PÔLE EMPLOI - REA - AFP é s RETROUVEZ 01 BUSINESS EN RADIO ET TÉLÉVISION TOUS LES SAMEDIS À 20 HEURES ET TOUS LES DIMANCHES À 17 HEURES WWW.01 BUSINESS.COM .13 01B_2167_012_013_Bloc-notes.indd 13 02/05/13 16:39

×