Livret personnel de compétences
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Livret personnel de compétences

on

  • 1,342 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,342
Views on SlideShare
1,342
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
15
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Livret personnel de compétences Document Transcript

  • 1. http://ww w.sudeduc creteil.org / Numéro spécial s Livret Personn el de Compétence Supplément n°3 au JA 87, août 2011“L’actualité apporte plutôt des exemplesd’enfermement dans la logique sécuritaire.Le plus inquiétant est donné par les PRÉSENTATION DU LPCrecherches en vue de dépister le plus tôt Encore aujourdhui beaucoup de collègues, du premier commepossible les enfants “à risque », c’est-à-dire du second degré, ne savent pas exactement ce quest ce livret desusceptibles de devenir des délinquants. compétences, comment il se présente, qui doit le valider... sans parlerDès l’école maternelle, quelques experts des interrogations de fonds sur les enjeux pédagogiques et politiquesseront chargés de cette détection qui dun tel outil. Avant daborder ces enjeux cruciaux et dexpliquerpermettra de surveiller avec une parti- nos critiques vis à vis de ce livret, nous nous proposons den faire laculière attention les individus poten- présentation telle quelle est relayée par les chefs détablissements, lestiellement dangereux, ou même de les IPR (Inspecteur Pédagogique Régional) chargés de le mettre en place.soumettre préventivement à des traitementsmédicaux. Ainsi l’ordre sera préservé.C’est exactement la société que prévoyaitAldous Huxley dans son roman LeMeilleur des mondes, une humanitéoù chacun serait défini, catalogué,mis aux normes. Le concept même depersonne autonome, capable d’exercersa liberté, disparaîtrait. Un des aspectsles plus insupportables de ce projet, telqu’il a été présenté par la presse, estl’établissement d’un document quisuivra le jeune au long de sa scolarité : QUAND ?inscrit dans un registre ou sur undisque d’ordinateur, ce document, Pour linstant, le livret de compétence doit être validé à troisavatar du casier judiciaire, permettra, moments de la scolarité : à la fin du cycle 2, à la fin du cycle 3 et au plusau moindre incident, d’exhumer son tard à la fin de la 3ème : il sagit du socle commun de connaissances.passé. S’il est pris à dix-sept ans à faire À partir de 2011 la maîtrise du socle commun est obligatoire pourl’école buissonnière ou à taguer un obtenir le DNB (Diplôme National du Brevet).mur du lycée, ce comportement pourraêtre rapproché de son instabilité QUI ?caractérielle déjà notée au cours prépa- Théoriquement, lensemble des enseignants doivent valider les com-ratoire. Cet enfermement dans un pétences qui correspondent en gros à ce quils ont pu faire dans leurdestin imposé par le regard des autres matière.est intolérable, il est une atteinte à ce Exemple : la compétence 1: “maîtrise de la langue française” estqu’il y a de plus précieux dans l’aventure donc a priori plutôt validée par le professeur de lettres.humaine : la possibilité de devenir Mais cette compétence peut aussi être validée par celuiautre”. dHistoire/Géographie et finalement par bon nombre denseignants. Albert Jacquard, Les IPR insistent dailleurs sur le travail transversal et interdisciplinaire Mon utopie, Stock, 2006 que ce livret permet. Mais nous verrons en quoi cest un leurre.
  • 2. Si les enseignants avec le professeur principal ne valident passer le LPC pour une scie électrique qui permettraitpas les compétences, le chef détablissement peut le la découpe en finesse de pièces de bois, alors quil nefaire à leur place. Il peut dailleurs modifier lui-même sagit que dun vulgaire marteau juste bon à enfoncerdes validations de collègues. Autant dire quen dernier des clous !recours nous, navons pas la main sur ce livret, contrai- Le problème de lévaluation est un problème trèsrement à la présentation qui en est faite par les IPR qui complexe ; et la note nest en effet pas toujoursnous vendent le LPC comme un outil pédagogique satisfaisante. Mais avec le LPC, la complexité defabuleux. lévaluation est réduite à sa plus simple expression: valider ou ne pas valider. La techno de lévaluation en QUOI? mode binaire, voilà ce quon nous propose.Cest bien le problème ! Compétences, items, sous Il est aussi remarquable de ne définir cette acquisitionitems, le livret en primaire comme au collège est un que dans un but purement utilitaire et hautementvaste labyrinthe, une mise en abîme de notions parfois... problématique: réussir sa scolarité !abyssales justement ! Par exemple, dans la compétence 5 En effet, les définitions les plus retenues pour la compé-“la culture humaniste”, on trouve cet item : “Identifier la tence sont extrêmement utilitaristes : une compétencediversité des civilisations, des langues, des sociétés, des doit servir à quelque chose.religions”. Rien que ça!!! Quid alors dune certaine inutilité par exemple de la culture? Que dire de lutilité de philosopher ? De faireQuand les items ne sont pas tout simplement incom- des collages à la Braque? Ou découter pendant neufpréhensibles, compétence 1 “maitrise de la langue minutes Thrènes pour les victimes dHiroshima ?????française”, item : “Dégager par des moyens divers sa De se demander ce quest le vivant ou détudier lescompréhension des textes variés” ; euh... cest à dire ? dinosaures ? Ou encore détudier le mouvement dunPuis viennent les items censés nous permettre dévaluer palet lancé sur des coussins dair ?????? Quelle utilitéle comportement, les savoir-êtres des élèves. de faire réfléchir les élèves sur le monde dans lequel ilsEvaluation derrière laquelle se cache la plus grande vivent ? À moins précisément quil sagisse de ne plussubjectivité, comme la réduction à une norme de trop réfléchir. Passer son temps à évaluer écrase lacomportement quelque peu inquiétante ! Par exemple transmission du savoir et lapprentissage de lapour la compétence 5 litem : “assumer des rôles” réflexion.(sic !) “prendre des initiatives et des décisions” (on LOCDE ne retient quune définition de la compé-remarque au passage quil sagit là des qualités dun tence : elle doit être utile pour la vie quotidienne.parfait manager Mac Do); mais si nous avons à faire à Mais là encore, qui sarroge le droit de définir ce qui est utileun élève qui veut juste rester près de la fenêtre à regarder pour la vie quotidienne ? Est-il plus utile de vouloir faire depasser les trains ? Ou encore cet autre item : “Etre largent ou de préférer rêver à un monde meilleur ?sensible aux enjeux esthétiques et humains dun texte Enfin, last but not least, remplir le livret de compé-littéraire”. Comment ça sévalue, ça, la sensibilité (de tences est tout bonnement infaisable, si tant est quon1 à 10 sur léchelle de Richter ?) cherche à lui donner un sens. MAIS EN FAIT, QU’EST-CE QU’UNE Un collègue dhistoire a tenté de faire un tableau de COMPÉTENCE ? ce quil pourrait évaluer comme compétences à partir de ses séances dhistoire sur un niveau de 6ème : pourJustement, autre problème sur lequel il peut être chaque élève, à chaque séance, il cherche à évaluer uneintéressant de se pencher. Il se trouve quaujourdhui compétence du livret. Il y a déjà quatre pages et ellesil y a pléthore de définitions. Et le choix de lune dentre ne concernent ni la géographie, ni léducation civique.elles dévoile les enjeux intellectuels, politiques, écono- Sans compter quune compétence non acquise en 6èmemiques qui sont derrière. peut être à nouveau proposée à l’élève “non validé” enPour le ministère, le socle commun des compétences 5ème, 4ème puis 3ème; bonjour lorganisation !est “lensemble des connaissances, compétences, Résultat, le collègue passe un temps fou à cherchervaleurs et attitudes nécessaires pour réussir sa scolarité” à évaluer et cela au détriment du contenu des savoirs etIl est intéressant de noter un paradoxe : si le socle est surtout de la méthode pour les transmettre. Lélève,un outil pour réussir sa scolarité, pourquoi alors quant à lui, est sans arrêt sur la sellette : lévaluationnest-il réduit quà une évaluation, qui sanctionne ou devient une obsession, elle fige lintellect et lhumainnon la réussite ? On voit bien là que lon veut nous faire en oubliant ce quil peut devenir. POUR ALLER PLUS LOIN : Collectif National de Résistance à Base Élèves : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/autres-fichiers-de-len/livret-de- competences/ “Compétences et résistances”, L’Émancipation syndicale et pédagogique hors série, et N’Autre école, n°29, mai 2011 “L’évaluation des compétences des enseignants”, A. Del Rey, http://www.skolo.org/spip.php?article1238 “Halte aux méthodes du néomanagement”, Miguel Benasayag, http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/30/halte- aux-methodes-du-neomanagement_1529444_3232.html 2 SUD Éducation Créteil - Journal académique 82 - août 2011
  • 3. De la genèse du LPC...Elle est antérieure à la mise en place du socle commun.Elle s’inscrit dans le contexte des réformes mises successivement en place à l’éducationnationale qui ont fait progressivement glisser l’éducation vers des concepts empruntés aumanagement néolibéral : savoirs, savoir faire, savoir être, où n’est plus prise en compte unequalification précise appuyée sur un diplôme mais des compétences diverses qui garantissent Histoire de la mise en place du LPCl’adaptabilité du salarié aux diverses tâches requises pour les besoins de l’entreprise. Le toutsous la houlette du programme éducatif de l’OCDE, à la demande de l’Union européenne.La loi d’orientation de 1989 : mise en place En 2001, un rapport (Quel avenir pourde listes de compétences à acquérir en fin de lécole ?) affirme : "Le principe de lintégrationcycle à l’école primaire. de la politique et de la pratique scolaire dans uneLa loi Jospin, 1989, met en place des cycles pluri logique plus vaste de formation tout au long de laannuels à lécole maternelle et primaire. vie est aujourdhui largement admis".À côté des programmes classiques, avaient étépubliées, des listes de compétences à acquérir en Le rapport de lOCDE de 2001 conseillefin de cycle. dadapter les programmes scolaires : puisque tous les jeunes "nembrasseront pas une carrière dansLa liste de compétences à acquérir en fin de le dynamique secteur de la nouvelle économie",cycle est entérinée par le décret du 6 septembre "les programmes scolaires ne peuvent être1990 où sont introduites dans les programmes conçus comme si tous devaient aller loin".des listes de compétences à acquérir à la fin dechaque cycle de lécole élémentaire 2004 : Rapport Thélot “socle commun” qui préconise la sélection précoce des élèves.En 1989, un rapport de la Table ronde Le rapport Camdessus où se dégagent sixdes industriels européens (ERT, European mesures centrales :Round Table) exige "une rénovation accélérée - Penser l’enseignement dans une perspectivedes systèmes denseignements et de leurs de compétition.programmes", car "léducation et la formation - Expérimenter d’autres modes de fonction-sont considérées comme des investissements nement des établissements scolaires.stratégiques vitaux pour la réussite future de - Soumettre l’enseignement aux intérêtslentreprise". immédiats des entreprises.La loi Aubry de 1991 crée le "bilan de compé- - Renforcer la sélection scolaire (et sociale).tences" : cet outil au service des employeurs - Assujettir les contenus des enseignementspermet danalyser les compétences profession- aux besoins du patronat.nelles et personnelles dun salarié ainsi que ses - Prévoir la privatisation partielle du systèmeaptitudes et sa motivation, afin de définir un éducatif.projet professionnel et, le cas échéant, un projet Morceaux choisis : "d’autres voies doivent êtrede formation. utilisées faisant davantage place aux compé- tences pratiques qu’aux savoirs abstraits. Ceci2000 : stratégie de Lisbonne vaut en particulier pour les services à la personne,“Lobjectif principal est la promotion d’une appelés à se développer" [P. 71].économie fondée sur la connaissance. Chaque […] un enseignement où "les rythmes et lescitoyen doit être doté des compétences néces- méthodes qui prévalent sont encore trop tournéssaires pour vivre et travailler dans cette nouvelle vers un apprentissage cérébral de l’abstraction ;société de l’information”. (1) elles minimisent l’apprentissage par l’agir" [P. 61].Entre 2000 et 2006, les instances de lUnion La loi dorientation de 2005 :européenne approuvent un cadre de référencespour les "compétences-clé" nécessaires à "lap- programme et socle communprentissage tout au long de la vie, au développe- Selon la loi dorientation du 23 avril 2005, "la nationment personnel, à la citoyenneté active, à la fixe comme mission première à lécole de fairecohésion sociale et à lemployabilité". partager aux élèves les valeurs de la République". Le "socle commun de connaissances et deSUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 3
  • 4. compétences" (présenté comme le "ciment de la Loi 2009-1437 "relative à l’orientation et nation") définit un périmètre limitatif de à la formation tout au long de la vie". Elle connaissances disciplinaires par rapport aux instaure un "passeport" pour les travailleurs, qui programmes de collège (décret du 11 juillet 2006). a le même contenu que le LPC. Celui-ci se Un décret de 2007 met en place le "livret trouve donc prolongé pour la vie, pour tous les de compétences" au collège pour évaluer élèves devenus des salariés, le passeport étant utilisé pour l’embauche et la carrière (art.L6315-1 ce "socle commun" qui entre dans sa phase du code du travail). expérimentale. "Constitué au cycle des apprentissages fonda- Circulaire du 18 juin 2010 : validation enHistoire de la mise en place du LPC mentaux, le livret personnel de compétences est classe de troisième du LPC qui devient une appli- transmis aux écoles et établissements dans lesquels cation numérique. est inscrit lélève ou lapprenti jusquà la fin de la scolarité obligatoire. Il est remis à ce dernier à la fin de la scolarité obligatoire". Lattestation délivrée à la fin du collège (palier 3) comporte sept compétences du socle commun, subdivisées en "sous-compétences" : elles sont toutes à valider. De plus, il ny a pas vraiment de cadre pour délivrer les compétences : ainsi, en langue vivante, selon les établissements, il est plus ou moins difficile dobtenir le niveau A2… Le "livret de compétences" redéfinit les apprentissages en termes de compétences. Il se superpose aujourdhui à lévaluation classique des connaissances. Cette loi se base sur les recomman- dations du parlement et du conseil européen proposant dadopter une liste de compétences clés pour lapprentissage Après une soi-disant "phase expérimentale" tout au long de la vie : passée totalement inaperçue, un arrêté du 14 juin 1 - Communication dans la langue maternelle. 2010 et la circulaire du 18 juin 2010 mettent en 2 - Communication en langues étrangères. place le LPC au collège, en troisième. 3 - Compétences mathématiques et compé- Ils prétendent imposer désormais aux enseignants tences de base en sciences et technologies. des classes de troisième la validation de livrets de 4 - Compétence numérique. compétences (LPC), qui aurait la "double fonction" 5 - Apprendre à apprendre. d’"outil institutionnel attestant la maîtrise des 6 - Compétences sociales et civiques. sept compétences du socle commun" et d’"outil 7 - Esprit dinitiative et dentreprise. pédagogique au service du suivi personnalisé des 8 - Sensibilité et expression culturelles. élèves". Il s’agit d’évaluer sur le mode binaire Ce qui trouve traduction en France dans le l’acquisition par les collégiens de 98 items rangés "Socle commun des connaissances et des compé- sous sept "compétences-clés", elle-mêmes conçues tences" : comme des combinaisons "de connaissances, 1 - Maîtrise de la langue française. d’aptitudes et d’attitudes appropriées à une 2 - Pratique dune langue vivante étrangère. situation donnée". 3 - Principaux éléments de mathématiques et La validation du livret sera obligatoire pour obtenir culture scientifique et technologique. le Brevet des Collèges. 4 - Maîtrise des techniques usuelles de linforma- tion et de la communication. (1) Rapport des IGEN juin 2007, Livrets de compé- tences : nouveaux outils pour lévaluation des acquis. 5 - Culture humaniste. 6 - Compétences sociales et civiques. 7 - Autonomie et initiative. 4 SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011
  • 5. L’évaluation en pédagogie Freinet L’ÉVALUATION PAR COMPÉTENCES : ÉCLAIRAGES PÉDAGOGIQUESLévaluation selon Freinet Un système de ceinture répertorie et définit aussi les comportements et répartit les droits et devoirsIl sagit de partir de la vie, des envies et des intérêts qui correspondent à chaque couleur de ceinture,des enfants pour organiser la classe. Lenfant le but étant daménager et de clarifier lesvient à lécole pour vivre et faire. De ce constat conditions de la coopération dans un milieudécoulent des apprentissages. urbain comportant plus denfants “difficiles “Dans ce contexte, les notes et classements sont (Fernand Oury et ses compagnons travaillaientexclus. Chacun apprend selon un cheminement presque tous dans des classes de perfectionnement).personnel, selon un processus de tatônnementexpérimental qui est à la base des méthodes Les conséquences :naturelles dapprentissage. Par conséquent, le Certaines disciplines sont moins valorisées, cetravail est organisé à partir de lexpression libre système sest recentré sur le “lire, écrire, compter”ou des questionnements des enfants, le travail adapté à chacun, toutefois de nombreusesdentraînement venant en complément (sous classes fonctionnant en pédagogie institu-forme de fichiers incitateurs à la recherche ou tionnelle étaient de véritables classes-ateliers.sous forme de fichiers auto-correctifs adaptés au Le comportement et lintime est analysé et traiténiveau de chacun). par le groupe lors de conseils qui instituent lesLes savoirs et savoirs-faire de chacun sont validés progrès de chacun.par des brevets accessibles à tous afin de permettrelentraide. Ces brevets sont validés lors dune Une seconde évolution : les réseaux déchangeépreuve ou à lissue de laccomplissement dun de savoirs, les arbres de connaissancechef-doeuvre nécessitant lutilisation de savoirs Dans le mouvement Freinet, la conceptionet de savoirs-faire. originale des brevets et chefs doeuvre sestLa présentation et la restitution des brevets obtenus progressivement estompée sous limpulsion duest horizontale, chacun devant être reconnu là où développement des sciences de léducation et deil excelle dans la classe coopérative organisée en la pédagogie par objectifs. Un recentrage sur leateliers dexpression libre ou de production. “lire, écrire, compter” sest opéré progressivement Les Conséquences : et il sest traduit par la mise au point de livrets deChacun doit avoir le temps et la possibilité de compétences.réaliser ses projets dans les ateliers de la classe. Des militants du mouvement Freinet, en particulierIl ne peut y avoir de progression et de program- Claire Hébert Suffrin, créent des marchés auxmation suivant le programme scolaire identique savoirs dans leur classe puis dans les quartiers oùpour une classe. ils officient. Dans ces réseaux, on retrouve laLenseignant est donc à côté des élèves, il quitte conception originale non hiérarchisée de Freinet :son estrade et cible ses actions par rapport au tous les savoirs sont échangeables quelle qu’engroupe tel quil est. soit la nature .Pour que la coopération soit effective il faut orga- Parallèlement, deux chercheurs, Michel Authierniser matériellement la classe. et Pierre Levy, créent un système darbre de connaissances qui se concrétise dans la réalisationUne première évolution: la pédagogie de logiciels qui permettent de recenser la totalitéinstitutionnelle des savoirs et des détenteurs de savoirs dans un espace social donné (école, entreprise...) afinUn instituteur de la banlieue parisienne, Fernand dorganiser des échanges de savoirs.Oury, transforme les apports de Freinet en Dans le mouvement Freinet, certains militantstenant compte des phénomènes inconscients semparent de ces inventions et créent des logicielsexistant dans une classe, en utilisant les tech- gratuits, le principe étant de restituer en tempsniques de psychologie des groupes. Il crée un sys- réel létat des savoirs et des savoirs-faire dans untême de ceintures à lexemple des ceintures de groupe afin de mettre en place rapidement desjudo qui répertorie les niveaux scolaires de facon réseaux dentraide et déchange de savoirs qui neprécise et les expose afin daméliorer lentraide passent pas forcément par lenseignant.dans la classe. Les savoirs et savoirs-faire sontregroupés par champs et sont rattachés à une Les conséquences :couleur de ceinture définissant elle-même un Avec ces systèmes, on revient aux conceptions deniveau scolaire. Freinet qui prônait une éducation globale et intégrale.SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 5
  • 6. Les réseaux déchange de savoirs mettent en Chacun peut déposer des brevets et des évidence la possibilité dune école “hors des enfants experts peuvent valider les savoirs deL’ÉVALUATION PAR COMPÉTENCES : ÉCLAIRAGES PÉDAGOGIQUES murs ». leurs camarades. Les arbres de connaissance permettent une Stéphane Daubilly validation et une utilisation plus efficiente des Groupe départemental de Seine-Saint-Denis de brevets. lIcem-pédagogie-Freinet Les savoirs de chacun sont valorisés car ils sont accessibles à tous et ils ne sont pas la propriété de lenseignant-évaluateur. Livret de compétences contre auto-socio construction des savoirs ? Un des items du livret de compétences en pri- émancipation individuelle et collective, mais plutôt maire le dit sans ambages : “Lire, seul, un l’autonomie d’un individu doublement isolé, ouvrage en bibliothèque”. A priori, cela ne puisque décroché de tout mouvement de pensée souffre aucune contestation ; l’école prépare à construit par des collectivités humaines. Cette faire de l’élève un sujet autonome, capable en autonomie-là cache une aliénation insidieuse. particulier de se mettre en recherche, seul, À privilégier les résultats en niant les processus, dans une bibliothèque. cette idéologie contribue à renforcer les techno- Sauf que cela aurait pu être dit autrement, par craties actuelles pour qui seul ce qui est quanti- exemple “lire, pour soi, un ouvrage en biblio- fiable et mesurable compte. C’est pourquoi thèque, après en avoir eu le désir suite à une l’évaluation tous azimuts envahit l’école, discussion en classe ou après en avoir appré- empêchant de se poser la question de la valeur, hendé le sens avec d’autres au préalable”, la donc du sens de l’école, et ce pour mieux imposer lecture étant conçue alors comme le résultat l’unique valeur marchande chère à nos possédants, d’un processus de recherche individuelle et au détriment de toute valeur d’usage et de toute collective. valeur anthropologique. Mais alors, qu’est-ce que devient éduquer à l’école ? Au GFEN nous avons l’habitude, en effet, de mettre en avant, dans tout processus d’appren- À privilégier l’individu dans ses comportements, tissage, l’auto-socio construction des savoirs. Ce ses aptitudes ou ses talents, et en interdisant à qui veut dire que comprendre le monde, son toutes capacités collectives de se concrétiser, monde, le monde de l’humain qui nous précède, cette idéologie tend à individualiser les difficultés, passe par : à en rendre responsable seulement les élèves, à - Une prise de conscience de l’historicité des empêcher les enseignants de remettre éventuel- savoirs humains lement en question leurs pratiques et, avec l’aide - Une perception des débats théoriques et des de cette dangereuse méthode qu’est le profilage, obstacles pratiques que l’élaboration de ces à naturaliser les causes de ces difficultés, voire savoirs a suscités à criminaliser les pratiques sociales. L’enfant - Une rupture épistémique avec ses représen- délinquant dès l’âge de trois ans n’est pas loin. tations habituelles et souvent imprégnées Mais alors, est-il encore possible d’éduquer le d’idéologie dominante petit d’homme ? - Une mise en condition d’apprendre, qui À privilégier un soi-disant “socle commun”, laisse de la place à l’engagement individuel opposé à une culture commune construite comme à la discussion collective ensemble et laissant une place à l’invention de Or, l’idéologie des compétences telle qu’elle se nouvelles formes et de nouveaux contenus culturels, présente dans nos classes, par injonctions on laisse croire qu’il suffirait de réciter des fonda- ministérielles successives, ne prévoit pas un tel mentaux pour être en voie d’insertion sociale et cheminement. Et pour cause, puisque son but culturelle ; une “insertion” d’ailleurs bien peu ultime n’est pas de prévoir une quelconque citoyenne puisqu’il est interdit d’en discuter les6 SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011
  • 7. À propos des nouveaux “livrets scolaires à gestion numérique” L’ÉVALUATION PAR COMPÉTENCES : ÉCLAIRAGES PÉDAGOGIQUES de Saint-Martin-d’Hères (Isère), préfiguration du livret numérique national 29 élèves. 5 périodes dans l’année. 50 compétences à évaluer par élève et par période, soit 1 450 compétences à évaluer, corriger, rentrer dans lordinateur… Facile, il suffit de renoncer à toutes les activités denseignement : tu évalues le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi. Si les élèves ny arrivent pas, tu fais un PPRE, tu convoques les parents et tu les envoies chez Acadomia ou Maths soutien, ce sera remboursé par les impôts. Les plus pauvres, tu peux les garder un peu en aide personnalisée pour faire croire à légalité des chances. 1 450 : 7 semaines = 207 compétences par semaine soit 52 par jour, à peine 25 par demi journée... car tout de même, il y a des compétences sociales, que tu peux valider au jugé. Gageons que des validations automatiques d’exercices et évaluations normalisées en ligne vont venir apporter la solution ! Véronique, une enseignantecritères, puisqu’il est interdit d’en discuter les dans leur pensée, nulle place enfin pour des pro-normes a priori. Derrière cette fausse conception jets d’actions socioculturelles et de constructionhumaniste des savoirs, s’élabore et cherche à se de savoirs qui rendent visibles de réels apprentis-diffuser une tentative de docilisation des esprits, sages, qui rendent humaines, profondémentune normalisation des actions et des compor- humaines, les rencontres pédagogiques. Maistements, qui permet de rapprocher, à juste titre, alors, que devient la possibilité pour nos enfantsle livret de compétences du trop fameux livret de se poser la question : “quelle humanité vou-ouvrier du 19ème siècle. Mais alors, qu’en est-il lons-nous devenir ?”d’une éducation à la citoyenneté critique ? Nous le comprenons de mieux en mieux : leÀ privilégier enfin le consensus “aveugle”, contre livret des compétences est un outil parmi d’au-tout conflit sociocognitif (dont il est plus que tres qui n’a de sens qu’avec la mise en place dejamais urgent d’en faire l’éloge), voilà une idéo- politiques qui tendent à substituer des mar-logie de la connaissance qui tend à mystifier le chés éducatifs, privés et privatifs, réservés àréel, qui fait obstacle à tout travail sur les repré- quelques-uns, à un service public d’éducation àsentations du vécu et du monde qui habitent nos rénover, certes, mais qui continue de garantir leconsciences, celles des élèves comme les nôtres. droit à l’éducation pour tous.Nulle place alors pour le débat contradictoire,nulle place pour de nécessaires ruptures épisté- Pascal Diard,miques qui bousculent l’individu et les collectifs membre du GFEN POUR ALLER PLUS LOIN : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/ et http://www.gfen.asso.fr/fr/accueilSUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 7
  • 8. NE LIVRONS PAS LES NON AUX PREJUDICIABLEABSURDE SECURITAIREANTIPEDAGOGIQUE CHRONOPHAGESUD éducation appelle tousà refuser le LPC en organisan
  • 9. ELEVES AU LIVRET DE COMPETENCES CASIERS SCOLAIRES!E INUTILE NEOLIBERAL INVALIDABLE LIBERTICIDEles personnels de l’éducationnt collectivement son boycott
  • 10. Un projet du Medef pour l’école Comme nous l’explique larticle sur lhistoire de la mise en place du LPC, cette dernière relève plus du monde de lentreprise que de celui de la pédagogie, ou alors dune pédagogie au service du monde et des exigences de lentreprise. Comme le dit très clairement le rapport de Et pour ces emplois, point nest besoin daller lOCDE de 2001: “Les programmes scolaires ne loin dans les études. Point nest besoin, ni rentable peuvent (plus...cest nous qui rajoutons) être davoir fait des arts plastiques, de la philosophie conçus comme si tous devaient aller loin”. ou de lhistoire, par exemple. On voit bien là le Voici donc le fin mot de laffaire. Tous ne pourront public qui est principalement visé, en tous cas pas aller loin (dans les études) mais surtout tous ne le celui des futurs cadres dirigeants de la nation. Ce doivent pas, car cela na pas dintérêt pour le sont donc encore les enfants des quartiers popu- monde du travail. laires qui vont en payer le prix : enseignement au rabais, acquisition vite fait du socle et en route En effet, dans la plupart des pays industrialisés, pour de longues années dexploitation...ou de notamment de lOCDE, la majorité des emplois chômage. créés depuis quasiment les années 70 le sont dans le secteur tertiaire. Derrière cela, cest donc la fin du collège uniqueLES ENJEUX DU LPC Aujourdhui, en France, 70% de la population qui se profile et avec lui, quand même, lambition active travaille dans ce secteur. de scolariser le plus longtemps possible les Mais de quels emplois sagit-il majoritairement ? enfants des classes populaires. Nous étions déjà Il faut bien le dire, plus de la moitié sont des dans une école de classe, mais le socle et toute emplois douvriers spécialisés du tertiaire : vendeurs, lidéologie qui laccompagne ne fera que renforcer serveurs, hommes et femmes de ménage, cette conception. Par ailleurs, les compétences définies par le socle collent vraiment bien à certaines exigences du monde du travail et notamment celles de la précarité imposée, de la flexibilité et du renon- cement à la lutte collective. En effet, comment entendre ces items du socle : “savoir s’autoévaluer, être capable de décrire ses centres d’intérêts, ses compétences et ses acquis”, “identifier ses points faibles et ses points forts dans des situations variées”, “assumer des rôles, prendre des initiatives et des décisions” ? D’abord, ils ne sont pas sans nous rappeler ce que nous savons du déroulement des entretiens individuels dans les boîtes du privé : tout repose sur l’individualisation de l’employé et donc de son entière responsabilité en cas employés dassurance entassés dans des open- d’échec : viré car responsable et donc coupable. space chargés de faire des contrats toute la journée, Or, si nous devenons seuls responsables de notre télémarketing, caissières, employés de call-center destin (quand tu veux, tu peux) il n’y a plus etc. aucune raison de chercher à le modifier par la En réalité : des emplois qui demandent peu de lutte collective. Le capitalisme c’est aussi bien qualification, sous payés, et qui ne nécessitent sans syndicats (même les plus réformistes). que daccomplir des tâches sans aucune créativité. POUR ALLER PLUS LOIN : À l’école des compétences, de l’éducation à la fabrique de l’élève performant, Angélique Del Rey, La Découverte, 2010 “À qui profitent les compétences ?”, Nico Hirtt, http://www.skolo.org/spip.php?article1098 “L’approche par compétences : une mystification pédagogique”, Nico Hirtt, http://www.skolo.org/spip.php?article109910 SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011
  • 11. De la normalisation des comportementsAu risque de paraître grandiloquent, il existe des enjeux humains fondamentaux dans cette propositiondu socle. Mais il ne s’agit pas que du socle en soi, il faut pour cela le resituer dans un contexte idéo-logique plus global. Il vient alors comme une pierre s’ajouter et s’agencer parfaitement à l’édificed’une conception inquiétante de l’Humain.La psychiatrie et la psychologie connaissentà l’heure actuelle de nombreux remaniementsqui visent, à peu près tous, à éloigner le pluspossible ces deux disciplines du corpusthéorique de la psychanalyse. Freud estattaqué, ce n’est pas nouveau. Mais avec luic’est toute une conception du sujet qui estattaquée et notamment celle selon laquelleun sujet est le produit de son histoire et que LES ENJEUX DU LPCsymptômes, maladies et sujet forment untout imbriqué. On peut ne pas être d’accord,mais les attaques actuelles qui viennentpour partie du behaviourisme (comporte-mentalisme) anglo-saxon lui opposent unevision d’un sujet an-historique et découpéen morceaux. Je m’explique. Le sujet n’aplus d’histoire ou plus exactement l’histoiredu sujet n’intéresse plus. “On s’en fout de savoir Outre une vision totalement parcellisée et doncsi ton tonton t’ a tripoté ou si ta mère picolait, ce déshumanisée de l’humain, on voit là combienqu’il faut c’est que tu ailles bosser ou que tu cela favorise les grands labos pharmaceutiques.arrêtes de cramer des bagnoles”. C’est brut mais Et le socle commun là dedans ?dans le fond, c’est ça. Donc on réadapte les sujetsinadaptés, le but étant de les faire recouvrer au Justement la multiplication des items, des sousplus vite une vie “normale”, donc sans doute items, renvoie exactement à cette vision parcellisée,“productive”, “sociabilisée”, “pacifiée”, “voire qui non seulement ne rajoute pas du sens maisrésignée”. l’abolit. Les compétences sont d’une part isoléesDe même, les tenants de ces conceptions, ceux les unes des autres, mais en plus totalementqui ont rédigé notamment le DSM IV (diagnostic déconnectées des contenus (comme les symp-and statistic manual of mental disorders) qui tômes déconnectés de l’histoire du patient).régit la médication psychiatrique à l’échelle inter- Ce qui compte ici n’est pas le fond (ce que l’on est, ce que l’on ressent) mais juste ce que l’onnationale isolent les symptômes, ce qui a pour est capable de faire et, surtout, ce que labénéfice de faire vendre par les labos unemolécule différente par symptôme : angoisse = 1 société nous demande de faire : le socle vérifiemédoc, céphalées = 1 médoc, tics = 1 autre le caractère adapté des élèves aux normes de lamédoc et si en plus pendant les crises d’angoisse société néolibérale.vous avez des troubles de la vision = 1 autre L’adaptation à son tour fait résonner les notionsmédoc. de norme et de déviance. Etre adapté c’est toutÀ l’école nous avons de plus en plus de dys… de même correspondre à la norme. L’élève “àphasie, praxie, orthographie : pour chaque dys = l’ouest”, timide, voire inhibé, ou celui en perpé-1 médoc. Un enfant agité, hyperactif = 1 médoc tuelle révolte ne validera jamais les items…etc. POUR ALLER PLUS LOIN : “L’obsession évaluatrice et la nouvelle gestion publique”, Vincent de Gaulejac, Les enfants au carré ? Une prévention qui ne tourne pas rond !, Le Collectif Pasde0deconuite, Éditions érès, 2011 “De l’extension sociale de la norme à l’inservitude volontaire”, Roland Gori, L’Appel des appels, Pour une insurrection des consciences, Mille et une nuits, 2009SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 11
  • 12. Le livret de compétences : une application numérique pour un casier scolaire ? Le LPC : une application numérique Il n’a rien d’un «  outil pédagogique au service du suivi personnalisé des élèves  » comme le décrit le Le Livret Personnel de Compétences est, d’après ministère, puisqu’il s’agit en fait de la constitution le ministère de lÉducation nationale une applica- d’un véritable casier scolaire, où sera enregistrée, tion numérique depuis septembre 2010. En fait, il attestée et datée l’acquisition des sept catégories sagit dun fichier, cest-à-dire dun  “traitement de compétences du Socle Commun. Cette validation automatisé de données à caractères personnelles” se fait à trois niveaux  : fin CE1, fin CM2, fin de 3e. qui na rien de personnel puisquil appartient à La validation du livret est obligatoire pour obtenir létat et aux sociétés privées qui le gèrent. Dans ce le Brevet des Collèges. cadre, les données inscrites dans ce fichier peuvent être extraites, croisées, alimentées, lues et exploitées parLES ENJEUX DU LPC différents utilisateurs. Ce fichier peut être interconnecté avec dautres traitements des données. Depuis 2004, après avoir imposé le fichage des élèves dès trois ans par la Base Elèves dans le primaire, Sconet dans le secondaire, la Base Nationale des Identifiants Élèves (BNIE) pour immatriculer chaque enfant avec un numéro unique lINE (Identifiant National Élève) dans lopacité la plus totale, le gouvernement utilise la même méthode pour attribuer à tous les individus scolarisés, de la maternelle au lycée, un Livret Personnel de Du livret de compétences au passeport Compétences (LPC) (1). pour les travailleurs Le LPC est inscrit dans Sconet (2) via l’INE. Cela Le livret de compétences vise plutôt à cerner signifie que tous les fichiers inscrits dans ces appli- l’employabilité du futur travailleur, avec des cations peuvent être interconnectés, appariés où données personnelles exportables sur n’importe mis en relation grâce à lINE qui permet de rattacher quel fichier de n’importe quel service. les données du LPC à lidentité de lélève, mais aussi à celui de lenseignant qui le renseigne. Ainsi le livret de compétence est à mettre en lien avec le “remodelage” du code du travail. Il contient des informations scolaires, sociales et En effet la loi 2009-1437 “relative à l’orientation comportementales et dans ce cadre, comme pour et à la formation tout au long de la vie”, a instauré les autres fichiers, le droit des personnes à accéder, un “passeport” pour les travailleurs, qui a le à modifier ou même demander l’effacement des même contenu que le LPC. Celui-ci se trouve données les concernant, ne sera pas respecté par donc prolongé pour la vie, pour tous les élèves l’éducation nationale (article 36 de la Loi infor- devenus des salariés, le passeport étant utilisé matique et liberté) parce que le LPC est considéré pour l’embauche et la carrière. (art.L6315-1 du comme une application par le MEN et pas Code du travail). comme un fichier. Ainsi, il nexiste aucun texte Cela nest pas sans rappeler le livret ouvrier, vieux publié ou avis de la CNIL concernant ce fichier, rêve de contrôle et de flicage du patronat, enfin alors quil contient des données sensibles. ressuscité  ! (cf encart page 14) (1) Le MEN emploie un même terme pour désigner le livret de compétences, son application numérique et une autre application numérique en cours dexpérimentation dite “livret de compétences expérimentales”. (2) Pour lécole primaire le livret obligatoire sous format papier deviendra une application numérique en septembre 2011.12 SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011
  • 13. L’employeur pourra enfin tout savoir sur ceux validées par les élèves. Il comporte un autrequ’il souhaite embaucher et ainsi les trier et ce fichier appelé “passeport orientation formationgrâce au futur travailleur lui-même. numérique” mis en place pour tous les élèves dès la 5ème jusquen terminale des lycées généraux etConstruire son propre livret, c’est habituer l’enfant professionnels. (4)- futur travailleur - à la compétition permanenteinduite par ce que Vincent de Gaulejac appelle On peut s’attendre à ce que, une fois terminée la“l’idéologie de la gestion” qui vise au contrôle et phase d’expérimentation et sa généralisationà la normalisation des êtres (3). prévue en 2012 pour tous les élèves des écoles, collèges, lycées, l’application numérique LPC soitLivret de compétences, connectée avec les services de Pôle emploi sous lalivret de compétences expérimentales, forme d’un CV numérique, puisqu’il serapasseport numérique, cv numérique... connecté avec le “portefeuille d’expériences et deParallèlement à la mise en place du LPC se compétences” mis en place par les universités etdéveloppe de façon expérimentale, dans les le passeport orientation et formation tout auétablissements denseignement volontaires, le long de la vie  qui recense les diplômes, titres et“Livret de compétences expérimental de compé- compétences acquises en formation initiale ettences”. Le Webclasseur de lONISEP est destiné tout au long de la vie et les expériences personnellesà en être le support national. et professionnelles.Ce livret est renseigné par l’enfant, par l’équipe Le LPC deviendra alors l’outil qui permettra une LES ENJEUX DU LPCéducative et par l’adulte référent de l’organisme mise en concurrence de la main d’oeuvre afin deassocié  . limiter les salaires : il n’est plus question deD’après l’article 11 de la loi du 24 novembre métiers, de qualifications ou de savoirs, mais de2009 qui prévoit l’expérimentation du livret de compétences individuelles.compétences, celui-ci ne se limitera pas à enregistrer Chaque élève devra se construire son propreles compétences purement scolaires acquises par livret, chaque travailleur devra négocier indivi-les élèves : il leur permettra également de “valoriser duellement, sur la base de ces “compétences”,leurs capacités, leurs aptitudes et leurs acquis son propre salaire... Il faudra savoir se vendre petit !dans le champ de l’éducation formelle et informelle, Car la compétition permanente commencera dès laainsi que leurs engagements dans des activités maternelle.associatives, sportives et culturelles”.Le même article précise : “lorsque l’élève entre En s’auto évaluant et en s’habituant à investirdans la vie active, il peut, s’il le souhaite, intégrer dans son travail “une charge psychique et uneles éléments du livret de compétences au passeport mobilisation subjectif”, le futur travailleur pourraorientation et formation prévu à l’article L. 6315-2 se transformer en ressources humaines au servicedu Code du travail”. de son entreprise. On est là, dans “la quintes- sence du pouvoir managérial”, qui place le futurLe livret de compétences “expérimental” est donc travailleur comme l’acteur de sa propre soumissionune sorte de super CV numérique dans lesquels à l’entreprise.(5)sont enregistrées toutes sortes de compétences(3) “Cette forme de pouvoir, de rendre les gens utiles, performants, rentables se fait essentiellement par des techniques depouvoir qui consistent à produire de la mobilisation psychique, à produire l’adhésion par des mécanismes et des proces-sus d’idéalisation et d’identification aux objectifs de l’entreprise par un contrat narcissique entre les individus et l’entre-prise”. Vincent de Gaulejac, la société malade de la gestion.(4) Le Gouvernement remettra au Parlement, au plus tard le 30 septembre 2012, un rapport d’évaluation de la présenteexpérimentation.(5) “C’est pour une bonne part comme force productive que la psyché est investie de pouvoir et de domination. La psy-ché ne devient force utile que si elle est à la fois énergie productive et énergie assujettie”. Vincent de Gaulejac citant unephrase de Michel Foucault extraite de Surveiller et punir où il remplace le mot corps par le mot psyché POUR ALLER PLUS LOIN : “La réforme managériale et sécuritaire de l’école”, Christian Laval, L’Appel des appels, Pour une insurrec- tion des consciences, Mille et une nuits, 2009, http://www.skolo.org/spip.php?article1138&lang=fr http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2010/07/12/letat-accelere-le-fichage-des-competences/ Le cartable de Big Brother, documentaire de Francis Gillery, http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/03/07/fichage-competences-documentaire/SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 13
  • 14. Le livret ouvrier Françoise Dumont et Jean-Claude Vitran, respectivement vice-présidente et membre du comité central de la Ligue desLe livret ouvrier était un outil de Droits de lHomme, nous préviennent :contrôle social et de restriction [On peut s’inquiéter] “de la mise en place par l’Éducation nationalede libre circulation des ouvriers, du futur « électronique de compétences » qui retracera, entreinstitué par Napoléon et abrogé autres éléments, tout le parcours scolaire du jeune. On connaîten 1890 sous la IIIème République. déjà les problèmes posés par l’omniprésence de l’approche par«  Depuis 1803 il est fait défense compétences dans l’éducation, transformant celle-ci en fabriqueau patron de recevoir comme de « ressources humaines » au service de l’employabilité desouvrier un apprenti non muni individus, comme le souligne Angélique del Rey dans son dernierd’un certificat de son ancien ouvrage. Quand on lit les instructions du Bulletin officiel deemployeur. Sur ce livre sont l’Éducation nationale du 7 janvier 2010, concernant les contoursportés l’état-civil, le signalement, de ce livret de compétences (certes expérimental mais pour combienles entrées et sorties d’un de temps ?), on voit bien qu’il y a là les prémices d’un « super CVemploi. Il permet une régulation » numérique qui pourrait être accessible aux employeurs.du marché du travail, et tout Rappelons que ce livret permettra d’enregistrer les compétencesouvrier est passible de la répression acquises dans le cadre de l’éducation formelle, celles acquises horscontre le vagabondage ». du cadre scolaire, mais aussi des éléments qui “concourent à la connaissance de soi”.POUR ALLER PLUS LOIN : Extrait de “Surveillés et surveillants : des professionnels en résis-http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2 tance”, par Françoise Dumont et Jean-Claude Vitran, in010/07/23/du-livret-ouvrier-au-livret-de- Mouvements “Sous contrôle. Gouverner par les fichiers”, n° 62competences/ avril-juin 2010 Non à la mise en place de casiers scolaires ! Ne livrons pas les élèves au Livret Personnel de Compétences !La position de SUD Éducation Communiqué de la fédération des syndicats SUD Éducation Dans le cadre de la mise en place du “Socle commun qui intéresse les nouveaux esclavagistes, mais de connaissances et de compétences », qui forme le des compétences diverses (polyvalence), qui les noyau de la Loi d’orientation et de programme autorisent, suivant les besoins de l’entreprise, à pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005 confier aux salariés les tâches les plus diverses, (n°2005-380), un arrêté du 14 juin 2010 sous la menace permanente du licenciement (MENE1015788A) et une circulaire du 18 juin 2010 (flexibilité). L’instauration du LPC, qui est la (n°2010-087) prétendent imposer désormais forme choisie par le gouvernement pour mettre aux enseignants dès le CE1 la validation de en œuvre le programme éducatif de l’OCDE à la livrets de compétences (LPC), qui aurait la demande de l’Union européenne, répond donc “double fonction” d’ “outil institutionnel attes- en réalité aux seules exigences du patronat : ce tant la maîtrise des sept compétences du socle qui est en ligne de mire, c’est tout simplement la commun” et d’ “outil pédagogique au service du suppression des grilles de qualification des suivi personnalisé des élèves”. Il s’agit d’évaluer conventions collectives. Cette mesure est ainsi sur le mode binaire l’acquisition par les élèves liée au remodelage néolibéral du Code du travail des items rangés sous sept “compétences-clés”, résultant de la Loi relative à l’orientation et à la elle-mêmes conçues comme des combinaisons formation tout au long de la vie du 24 novembre “de connaissances, d’aptitudes et d’attitudes 2009 (n°2009-1437). Celle-ci instaure en effet appropriées à une situation donnée”. un Passeport orientation et formation pour les On reconnaît là les concepts-clés du management travailleurs, lequel a le même contenu que le néolibéral (savoirs, savoir-faire et savoir-être), LPC et ne fait donc que le prolonger : cette loi permettant aux DRH des entreprises, soumises prévoit d’ailleurs que lors de son entrée dans la depuis les années 80 aux aléas d’une gestion en vie active, l’élève puisse, “s’il le souhaite, intégrer flux tendus, de gérer les “ressources humaines “ les éléments du livret de compétences au avec la plus grande parcimonie : ce n’est plus une Passeport orientation et formation prévu à l’article qualification précise, appuyée sur un diplôme, L. 6125-2 du Code du travail”. L’employeur14 SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011
  • 15. pourra de la sorte tout savoir sur ceux qu’il et détaillés (98 items) et ceux-ci ne seront plussouhaite embaucher et pourra ainsi les sélectionner considérés comme des personnes en devenir,en connaissance de cause, comme il achète des mais, suivant les cas, comme des voitures à réparerproduits ou des machines. ou des fauves à dresser...Le LPC, qui est devenu subrepticement une Le principe pédagogique suivant lequel on ne doitapplication numérique depuis janvier 2010 au évaluer que ce qu’on a enseigné devrait rapidementcollège et qui le sera à la rentrée 2011 en élé- s’inverser : on finira par ne plus enseigner que cementaire, n’est donc pas un outil pédagogique. Il que l’on devra évaluer ! En outre, comme toutesn’est cependant pas utile qu’aux chefs d’entreprise les innovations pédagogiques de ces dernièreset peut rendre de menus services à la police, années, la mise en place du LPC ne se substituepuisque les données personnelles qu’il contient pas, mais s’ajoute inutilement à un dispositif- et qui relèvent purement et simplement du préexistant, qui reste le support de l’informationfichage - sont exportables sur n’importe quel aux parents - celui de l’évaluation et de l’appré-fichier de n’importe quel service : la mobilisation ciation du travail des élèves, qui comprend déjàdes parents et des enseignants avait permis que la notation et l’annotation des copies, les bulletinsles compétences soient retirées des données trimestriels et le livret scolaire. Il constitue donc La position de SUD Éducationenregistrées sur Base-Élève, elles reviennent par une surcharge de travail superfétatoire pour lesla fenêtre, grâce au LPC ! Sa mise en place est enseignants. À cette surcharge de travail nedonc inadmissible, parce qu’elle poursuit des fins correspond enfin aucune rémunération nouvelleéconomiques et policières, qui sont absolument que ce soit dans le premier ou dans le secondétrangères à notre conception de l’enseignement degré. En élémentaire, le renseignement deset de l’École publique : cette dernière ne saurait livrets doit être effectué en conseil des maîtresen aucun cas être l’antichambre des entreprises, sans qu’il n’y ait de modification d’horaire et seni celle des commissariats ! rajoute ainsi aux tâches déjà nombreuses. AuComme il est dénué de perspectives pédago- collège, le LPC doit être rempli par le professeurgiques, le LPC présente par ailleurs des items qui principal puisque la part fixe de l’ISOE , c’est-à-sont absolument étrangers à la réalité du collège, dire de l’ “indemnité de suivi et d’orientation deset sont ainsi absurdes et ne peuvent être validés. élèves” (Décret n°93-55, art. 1, 2 et 4), est affecté au dispositif préexistant : le “suivi indivi-Certains ne relèvent pas de la compétence des duel” et “l’évaluation des élèves”, laquelle com-enseignants : ne serait-ce pas, par exemple, aux prend “notamment la notation”, “l’appréciationmédecins scolaires de décider si l’élève “adopte de leur travail et la participation aux conseils dedes comportements favorables à sa santé”, aux classe” (Décret n°93-55, art. 2). Quant à la “partparents d’estimer si leur enfant “adopte des modulable” de l’ISOE (Décret n°93-55, art. 3),comportements favorables à sa sécurité”, au psy- elle n’a pas non plus été augmentée depuischologue scolaire de se prononcer sur la “sensi- l’arrêté du 14 et la circulaire du 18 juin 2010. Labilité” de l’élève ? D’autres sont si généraux qu’il validation des LPC ne relève donc pas desne serait guère prudent de les valider un jour “charges complémentaires” (normales ou excep-(“Assumer des rôles, prendre des initiatives et tionnelles) des enseignants et ceux-ci ne sauraientdes décisions” ou “Identifier des civilisations, des être obligés d’y participer.sociétés, des religions”). D’autres sont enfin horsde portée de la très grande majorité des élèves - Parce que l’instauration du Livret personnel de(“Être sensible aux enjeux esthétiques et compétences poursuit des fins économiques ethumains d’un texte littéraire”). policières qui ne sont nullement conformes à la vocation de l’école publique ;Comme toute contre-réforme qui ne poursuit - parce qu’elle est non seulement inutile, maispas un but strictement éducatif, l’instauration du préjudiciable au travail pédagogique des ensei-LPC ne manquera pas d’avoir d’autre part des gnants et à l’instruction des élèves ;effets pervers antipédagogiques : chaque item ne - parce qu’elle constitue pour les personnels unesera pas longtemps considéré comme une qualité surcharge de travail superfétatoire, qu’il n’est pascaractérisant ou non l’élève, mais deviendra rapi- même prévu de rémunérer ;dement une caractéristique qu’il serait anormal - et parce que l’absurdité de nombreux items dude ne pas posséder. Ne pas “Manifester curiosité, LPC en rend la validation impossible,créativité, motivation, à travers des activitésconduites ou reconnues par l’établissement” SUD éducation appelle tous les personnelssera bien vite un handicap à surmonter : le de l’éducation à refusermétier d’enseignant se réduira alors à la mise aux d’y participer en organisant collectivementnormes des élèves, suivant des critères contraignants le boycott du LPC.SUD Éducation Créteil - Numéro spécial : LPC - août 2011 15
  • 16. La situation dans les collèges de Dispensé de timbrage CRÉTEIL C.C. l’Académie de CréteilLa situation de 231 collèges, sur les 348 que comptel’académie de Créteil, quant à la mise en place duLPC nous est désormais connue. Le bilan que nous 11-13 rue des Archivesen tirons s’appuie donc sur un panel d’établissements 94010 CRÉTEIL CEDEXtrès représentatif. Nous avons fait le choix decommuniquer ce bilan sans proposer un décompte P R E S S Eétablissement par établissement. En effet, ce Déposé le : D I S T R I B U É E P A Rdécompte pourrait être utilisé par l’administration août 2011afin de cibler les pressions sur les établissements quiont refusé le LPC. Supplément n°3 au JA n°87, août 2011 Prix : 1,5 / abonnement : 15 Le constat que nous dressons est sans appel. La profession a rejeté de façon extrêmement significative le livret personnel de compé- tences. En effet, le livret a été renseigné confor- mément aux directives du ministère dansun quart seulement des établissements. Numéro spécialDans les trois quarts restants? la mise en place de celivret a été empêchée par tout ou une partie des pétences t Personnel de Coméquipes pédagogiques.Les établissements ont été très nombreux à refuser Livrede valider (40 établissements) et à tout valider(62 établissements) pour transformer ce livret en Pages Sommairecoquille vide. Présentation du Livret Pesonnel deDans 48 établissements la validation s’est faite de 1-2 Compétencesmanière très chaotique du fait de l’opposition d’unepartie des équipes pédagogiques. Quelle valeur accorder 3-4 Histoire de la mise en place du LPCdés lors à une évaluation à laquelle seule une partie L’évaluation par compétences :des enseignants participe ? éclairages pédagogiquesDans les 52 établissements qui ont rempli ce livret 5-7 : L’évaluation en pédagogie Freinetconformément aux directives du ministère, la situation : Livret de compétences contre auto-socio constructionest elle aussi très diverse. Certains ont validé pendant des savoirs ?le conseil de classe (avec des records de durée parfois), Les enjeux du LPCd’autres ont eu des heures banalisées pour le faire. : Un projet du Medef pour l’écoleLes conflits de légitimité entre disciplines pour valider 10-13 : De la normalisation des comportementscertains items ont été nombreux. : Le livret de compétences : une application numériqueDe manière générale, on constate donc un rejet massif pour un casier scolaire ?du LPC. Les arguments avancés le plus fréquemment par Position de SUD Éducationles collègues pour expliquer ce refus sont les suivants : 14-15 : Non à la mise en place de casiers scolaires ! Ne livrons - le LPC est impossible à mettre en place, pas les élèves au livret personnel de compétences ! - il ne sert à rien, (Communiqué de SUD Éducation) - il ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire, - il multiplie sans nécessité les conflits à l’intérieur La situation dans les collèges de l’Académie de 16des équipes, Créteil - il alourdit inutilement la charge de travail, - il génère une école à deux vitesses, SUD Éducation Académie de Créteil - il évalue les collèges plus que les élèves et accentue Maison des syndicats de Créteildonc la concurrence entre les établissements. 11-13 rue des Archives - 94010 Créteil cedex Tel : 01.43.77.33.59 - Fax : 01 43 77 65 58Plusieurs établissements considèrent par ailleurs que e-mail : contact@sudeduccreteil.org - Site : http://www.sudeduccreteil.orgle livret est un dispositif dangereux conduisant à un Syndicat affilié à l’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES"fichage informatisé" des élèves. Directeur de la publication : Luc COLPART Commission Paritaire N° 1210S07631