Your SlideShare is downloading. ×
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Em swedenborg-l'apocalypse-expliquee-tome quatrieme-chapitres-x-et-xi-numeros-592-704-leboysdesguays-1857

1,100

Published on

L'Apocalypse Expliquée, Tome 4

L'Apocalypse Expliquée, Tome 4

Published in: Spiritual
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,100
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
20
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. t1Plt!LYrn ElrtllUiE SEJ.ON LE SENS SPIRITUEL oil ~onl rélélésLES ARCiNES QUI y SONT PRÊmTS, ET QUI JUSQUA PR1~SF:II ONT ÉTÉ PROFONDÉMENT CAClIl::S. OUVRAGE POSTHUME DEMMANUEL SVEDENBORH fRAnUlr !lU 1.TI:< - PAR J.-F.-E. LE BOYS DES GUA YS TOME QUATRIÈME. CHAPITRES X ET XL N0 59!! ,) 10~. SAINT -AMAND (CHER), _A la Iilllairie de L.. NOUVELl,E JÉRUSALEM, chez PORTE, Libraire. PARIS, M. MI.NOT, lue du Four-S-Germain, uO. lIIE(;TTEJ~ el WURTZ, Libraires, rue de Lille, 17. LONDRES, SVEDEiiJlOlG SOCIETY, 36 Bloomsbnry Slrtel, Oxford Slreet. 1857
  • 2. •
  • 3. e ...... " !-o !-o Co;-- 0::: :.;<3 >­ .0( .., r.. "l0 :.;;;;;z ;:>0:::; 0:; ~~ ~ ~ 10 ..,z >- 1 ;;::E 1 z 0 ::il~ " !-o :r: 8 .!! 1 :..ii "..:Cl 1..... <olZ Q:;;en " " ~ ~ "" " ~
  • 4. L1PotiLypn IIPtllUil SELON LE SENS SPIRITIJE]~ oi! sont rOlélésLES ARCA~ES QUI y SONT PRÉDITS, ET QUI JUSQUA PR1~SIYI. ONT ÉTI~ PROFONOÉMENT CACm::S. OUVRAGE POSTHUME DEMMANUEL SWEDENBORG TR.~DUIT DU LTI)I PAR J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS TOME QUATRIÈME. CHA l 1 T nE S X ET X J, N0 592 li 10... SAINT-AMAND (CHER), ..A la Iihlairie de Lil NOUVELLE JÉRUSALEM, chez PORTE, Liblaile. PARIS, M. MI.NOT, rue du Four-S-Germain, liO. TREUTTEL et WURTZ, Libraires, rue de Lille, 17, LONDRES, SWEDE~[JonG SOClETY, 36 Bloomsbnry f>lreel, Oxford SIICCI. 1857
  • 5. L.A.POCALYPSE,~ CHA PITRE DIXIÈME. 1. Et je vis un autre Ange fOIt descenùant du Ciel, entourédune nuée, et arc-en-ciel sur la tête, et sa face comme le so­leil, Ct ses pieds comme des colonnes de feu. 2. Et il avait dans sa main un petit livre ouvert, et il posa sonpied droit SUI la mer, et lé gauche sur la terre. 3, Et il cria à voix grande, ainsi quun lion rugit, et quand ileut clié, proférèrent les sept tonnerres leurs voix. • h. Et quand eurent proféré les sept tonnerres leurs voix, jallaisécrire, et jentendis une voix du Cièl, qui me disait: Scelleleschoses quont proférées les sept tonnerres, et ne les écris point. 5. Et lAnge, que javais vu se tenant sur la mer et sur la teiTe,leva sa main vers le Ciel, 6. Et il jura par Celui qui vil aux siècLes des siècles, lequel acréé le Ciel et les choses qui y sont, et la Terle et les choses qui ysont; et la Mer et les choses qui y sont, que de temps plus il nyallla. 7. Mais que dans les jours de la voix du septième Ange, quandil devra sonner de la tlompette, sera aussi consommé le mystèle deDieu, comme il a évangélisé à ses serviteurs les prolinetes. 8. Et la "oix, que javais entendrre du Ciel, de nouveau parlaavec moi, et me dit: Va, prends le pelilli?re ouvert dans la mainde lAnge qui se tient SUI la mel: et sur la terre. 9. Et jallai vels lAnge, lui disant: Donne-moi le petit livre;et il me dit: Prends et dévore-le, et amer il sera pour ton,ventre,mais dans là! bouche il sera doux comme àu miel. r . 10. Et je pris le petit iivre de la main de lAnge, èt je le dévo- IV. 1.
  • 6. 2 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE.lai; et il était dans ma bouche, comme du miel, doux; et, quandje leus dévoré, aIl)er fut rendu mon ventre. H. Et il me dit: 11 te faut de nouveau plophétiser SUI peupleset nations et langues et rois en grand nombre. EXPLICATION. M)2. Vers. t. Et je vis un autre Ange (art de"cendrmt du CieL, entowé dune nuée, et Lmc-en-cieL sur La tête, et sa{ace comme Le soLeil, et ses pieds comme des coLonnes de (eu.- Bt je vis un autre Ange (art descendant du CieL, signifiele Seigneul quant à la Palole; ici, quant à son sens dernier, qui estappelé sens de la lellre : entouré dune nuée, signifie le dernierde la Parole: et L[lrc-en-cieL sur La tête, signifie les intérieurs dela Parole: et sa (ace comme Le soLeiL, signifie le ·Divin Amourdu Seigneur, doù procède tout Divin Vrai, qui, dans le Ciel etdans lÉglise, est la Parole: et ses pie~ comme des coLonnes de{eu, signifie le Divin Vrai ou la Parole dans les derniers, laquelleest natutelle, y soutenant les intélieurs, et pleine aussi du bien delamour. 593. Et je vis un autre Ange (art descendant du CieL, si­gnifie Le Seigneur quant à La PçroLe; ici, quant à son sensdernier, qui est appeLé sens de La Lettre.: on le voit par la signi­fication dun Ange (art, en ce que cest le Seigneur quant à la Pa­role, ainsi quil va être montré; que ce soit quant à la Parole dansson sens dernier qui est appelé sens de la lettre, cest parce que leSeigneul daprès ce sens est dit fOIt, cal toute force et toute puis­sance du Divin Y!].i existê.T.!l.!Lcon§l~.nt .C!~Dlu.on dernier, parconséQiient dans le sens de la lettre de la Parole, -ai~;q;Iirseraaussi montlé. Comme cest le sens oe la (etTfeoe la Parole qui estentendu, voilà pourquoi il est dit de lAnge quil fut vu descendaritdu Ciel; il est dit ia même chose de la Parole, qui est le Divin VIai;ce vrai desce!1d du SeigneUl par les Cieux dans le Monde, cestpourquoi il a été rendu adéquat à la sagesse des Anges qui sont dansles trois Cieux, et aussi adéquat aux hommes qui sont dans le
  • 7. "ers. i. CHAPITRE DIXIÈME. 3~onde naturel; de là vient que la Parole dans sa première origineest Divine, ensuite céleste, puis spirituelle, et enfin naturelle; cé-leste pour les Anges du Ciel intime ou tloisième, qui sont appelésAnges célestes; spirituelle pOUl les Anges du second ou moyen Ciel,qui sont appelés Anges spirituels; céleste-naturelle et spirituelle-natUf-elle pOUl les ~nges du dernier ou premier Ciel, qui sont ap-pelés Anges célestes-naturels et Anges spirituels·.naturels; et natu-relle pour les hommes dans le Monde, car tant que les hommesvivent dans un corps matériel ils pensent et parlent naturellement:cest donc de là que la Parole existe chez les Anges de chaque Ciel,mais avec diffélence selon les degrés de leur sagesse, de leur intel-ligence et de leur science, et quoique dans chaque Ciel elle diffèrequant au sens, cest toujours .la même Parole; puisque, quand leDivin même, qui est par le Seigneur dans laParole, descend velsle Ciel intime ou troisième, il devient Divin céleste; quand de là ildescend vers le Ciel moyen ou second, il devient Divin spirituel;quand de ce Ciel il descend vers le demier ou premier, il devientDivin céleste-naturel et Divin spirituel-naturel; et quand de là ildescend dans le Monde, il devient la Parole Divine naturelle, tellequelle est chez nous dans la lettre: ces dérivations successives duDivin Vrai plocédantdu Seigneul Lui-Même existent daprès descorrespondances établies entle les supérietùs et les inférieurs dès lacréation même; SUI ce sujet, il en sera dit davantage ailleurs, avecla volonté du Seigneur, Si toule force et toute puissance ex islent dans les derniers du Divin Vrai, ainsi dans le sens naturel de la Pa- role, qui est le sens de la lettre, cest parce que ce sens est le con- tenant de tous les sens intérieurs, à savoir, des spirittÏèls et-descélestes, dont il a été parlé ci-dessus; et co~me il est le contenant,il est aussi la base, et dans la base est la force même, car si les su- pélieuls ne sappuient pas sur leUl base ils tombent et sécroulent de côté et dautle; il en serait de même si les spirituels et les célestesne sappuyaient pas sur le sens naturel ou littéral de la Parole; car, non-seulement ce sens soutient les sens intérieurs, mais encore il les contient, cest pourquoi la Parole ou le Divin Vrai dans ce se!ls est non-seulement ,dans sa puissance, mais il est aussi dans son plein; sur ce sujet, il en est dit davantage, à savoil 7 que la force est <!ans le demier, parce que le Divin est là dans son plein, ci-dessus,
  • 8. Il L APOCALYPSE EXPLlQU L~E. N" 593, N° 3â6. 567 : que les intérieUls influent successivemcnt dans lesextérieurs, j!l.§g~~d_an~ I:~xlrême Olt le dernier, et que là ils coexis­ tent, A~cANES CÉLESTES, N° 6M, 6239, 6â65, 9215,9216 :que non-seulement ils influent successivement, mais quils fOlmentmême dans le dernier t,!..!!. .simultané; dans quel ordre, No 5897,6451-8603,10099: que parSüie il y a dans les derniers la forceet la puissance; N° 9836 : que par cOliséquent dans-res -derniers seforitles ré"ponses el les révélations, No 9905, 105118; que de là ledernier est plus saint que les intérieurs, N° 9824. De là, il suit en­core que le tout de la doctrine de. lÉglise doit etre formé et con­firmé daprès le sens littélal de la Parole, et que par suite aussi lapuissance est à la doctrine; SUI ce point, voir ci-de~sus, N° 356;cest pOUl cellerâ"ison I"j-üe lAnge descendant du Ciel est dit fort.Que par lAllge, dans la Pjlrole, il soit entendu dans le sens supremele Seigneur, dans le sens respectif tout récipient du Divin Vrai pro­cédant du Seignem, et dans le sens abstrait le Divin Vlai lui-même,on le "oit ci.dessus, N°130, 302; ici donc, par lAnge est entenduleSe.igneul quant à la Parole, parce que la Parole est le Divin Vrailui-même. Que le Seigneur soit entendu Lui-Même ici par lAnge,on peut le voir daprès une seml)lable représentation du Seigneulquant : la face et quant aux pieds, dans le Premier Chapitle de ceLivre, où il est dit du Fils de lhomme, qui est le Seigneur, que~a{ace b,illait comme le soleil dans sa puissance, et que sespied.ç étaient semblables à de lairain fin, comme embrasésdans une {oU1"nal~se. - Vers. 15, 16. 594, Entouré dune nuée, signifie le dernier de la Parole:on le voit pal la signification dentourer, en ce que cest être hOlsde lui, car ce qui est autour est aussi au-dehols, puisque cest au­delà dans la circonférence, ici donc le dernier; et par la significa­tion de la nuée, en ce quelle est le Divin Vrai dans les derniers,par conséquent la Parole dans le sens de la lettre: que la nuée aitc.ette signification, cela est évident daprès les apparences dans leMonde spirituel, et aussi daprès la Parole, lorsque la nuée estnommée; daprès les apparences dans le Monde spirituel: Tout leCiel Angélique consiste uniquement dans le Divin Vrai qui procèdeou Seigneur, la r~ception de ce vrai fait les Anges; èans le Cielsuprême, ce "rai appalall comme ulle aUIc pnre, qni est appelée
  • 9. "Vcrs. 1. CHAPITRE DIXltME. ;)éther; dans le Ciel inférieur, comme une aure moins pure, à peuprès comme !atmosphèle qui est appelée air; dans le Ciel infime,il apparaît comme quelque chose de légèrement aqueux, sur lequelest une vapeur comme une nuée; telle est lapparence du DivinVrai selon les deglés dans la descente: il apparaH une semblablechose quand les Anges des Cieux supérieurs parlent des Diyins Vrais,alors chez ceux qui sont dans le Ciel infime leur langage se présentesous laspect dune nuée qui ole çà et là; par le cours, la blancheuret la. forme de la nuée, les Anges qui y sont les plus intelligenlsconnaissent ce que les Anges des Cieux supérieurs disent entre eux;daprès cela, on peut voir doù vient que la nuée signifie le DivinVrai dans les demiers. Puisque dans la Parole la plupart des chosesont été tirées des apparences dans le monde spirituel, et pal suitesignifient des choses semblables qui y sont, il en est par conséquentde même de la Nuée. Que la Nuée dans la Parole signifie le sensde la lettre, qui t;st le Divin Vrai dans les derniers, on: peut le voirpar les passages suivants; dans les Évangélistes : (( Jésus pritPierre, Jacques et Jean~ et les mena Sllr une liaute monta­gne~ et il fut transfiguré devanteu,T; sa face resplendit commele soleil, ses vêtements devinrent comme la lumière; et voici,Moise et Élie apparurent senlletenant avec Lui. CommePierJle parlait encore, vQici~ une nuée brillante les ombragea;et Mid, une voix de la nuée dit: Celtd-ci est mon Fils bien­aimé, écoutez-Le, » -Malth. XVII. 1 à 10. M(j.rc, IX. 1 à H;- et dans Luc: Il Pierre pârlant encore, il se fit une nuérr, etelle les ombragea; or, ils furent effrayés, quand ils entrerentdans la nuée; mais une voix sortü de la nuée, disant: Ceilli­ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le. 1) -IX. M, 35; --leSeigneur dans celle ttansfiguralion leprésenta aussi le Divin VIai,qui est la Parole; carle SeigneH1, quaild il était dans le Monde, trtDivin Vrai son Humain, et quand il sortit du M{)Dde, il Ht DivinBien son Humain par lunion a-vec le Divin Méme qui était en Luidaprès la conception; que le Seigneur, quand il etait dans le Monde,ait fait Divin Vrai son Humain, et que dans la suite il lait fait Di­vin Bien, on le voit dans la DOCTRINE DE LA NOUVELLE JÉRUSALEM,No :303, 3011, 305, 306; et aussi, que le SeigheUl est la Pa­role, N° 263 : cest de là que toutes les chosesq UI furellt vues,
  • 10. () LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE, N" 59b. quand il fut transfiglllé, signifient le Divin Vrai procédant du Divin Bien du Seigneur: le Divin Bien du Divin Amour, qui était en Lui, par lequel le Divin Vrai fut dans son Humain, a été représenté en ce que sa face resplendit comme le Soleil; car la face représente les intérieurs, aussi brillent-ils SUI la face, et le Soleil signifie le Divin Amour; voir ci-dessus, N° flOl, 525; le Divin Vrai a été lepré­ senté par les vêtements qui deviurent comme la lumière; les vête­. menls dans la Palole signifient les vrais, et les vêtements du Sei­ gneur le Divin Vrai; toir aussi ci-dessus, N° 64, 271, 395; aussi est-ce pour cela quils apparurent comme la lumière, cal le Divin Vrai fait la lumière dans le Ciel Angélique, et par suite dans la Pa­ role la lumière signifie ce vrai; voir sur ce point, dans le Traité DU GIEL ET DE LENFER, les N°s 126 à 1!l0. Comme la Parole, qui est le Divin Vrai, était représentée, cest pour cela que Moïse et ~~lie furent vus parlant avec Lui; par Moïse et par Élie est signifiée la PalOle, par Moïse la Parole Historique, et par Élie la Palole Pro­ phétique. Mais la Parole dans la lettre a été leprésentée par la nuée. qui omillagea les disciples, et dans laquelle les disciples entrèrent, car les disciples dans la Parole leprésentaient lÉglise, qui dans cè temps et dans la suite était seulement dans les vlais daprès le sens de la lellre; et comme les révélations et les réponses se font par le Divin Vrai dans les derniers, ainsi quil a été dit dans lArticle pré­ cédent, et que ce vrai est tel quest le vrai du sens de la lettte de la Parole, cest pour cela quune voix de la lluée fut entendue, disant: « Celui-ci est mon Fils hien-aimé, écoutez-Le, Il cest-à-dire que le Seigneur est le Divin Vrai ou la Parole.· Celui qui ne sait pas que par la nuée, dans le sens spirituel de laPalole; Hest entendu la Parole dans la lettle, ne peut pas savoir larcane qui est emeloppé, quand il est dit que « dans la consommation du siècle, on verra le Fils de l homme venir dans les nuées du Ciel avec puissance et gloire. » -Matlh, XXIV. 30. Marc, XIII. 26. XIV. 61,62. Luc, XXI. 27: - puis, dans Apocalypse: (1 Voici, J ésus- Christ vient avec les nuées, et Le verm tout œil. Il -1. 7: - et ail­ leurs: (lJe vis, et voici:, une nuée blanche, et sur la nuée quel­ quun assir; semblable au Fils de lhomme. )1·- XIV. 1!l: - et dans Daniel: Il Voyant je fus en visions de nuit, et voic!~ a:vec les nuée,~ des Cieux comme zen Fils de l homme qui venait. 1)
  • 11. Vers. 1. CHAPITRE DIXIÈME. 7- VII. 13; - celui qui ignore que les nuées du Ciel signifient lesvrais de la Parole dans le sens de la lettre, ne peut savoir autrechose, sinon que dans la consommation du siècle, cest-à-dire, à lafin de lÉglise, le Seigneur viendra dans les nuées du Ciel, et semanifestera au Monde; mais il est notoire que, depuis que la Parolea été donnée, le Seigneur se manifeste pal elle seule, car la Palole,qui est le Divin Vrai, est le Seigneur Lui-Même dans le Ciel etdans lÉglise; daprès cela, on peut dabord voir que la manifes­tation prédite ici signifie sa manifestation dans la Parole; et sa ma­nifestation dans la Parole a été faite par cela quil a ouvert et révéléle sens interne ou spirituel de la Parole, car dans ce sens le DivinVrai lui":même est tel quil est dans le Ciel, et le Divin Vrai dansle Ciel est le Seigneur Lui-Même dans le Ciel; il est donc évidentque lavénement du Seigneur, dans les nuées du ciel avéc gloire,signifie la révélation du Seigneur dans le sens de la lettre de la Pa­role daprès son sens spirituel, les nuées du Ciel signifient les chosesqui sont du sens de la lettre, et la gloire celles qui sont du sens spi­rituel; voir dans le Traité DU CIEL ET DE LENFER, le N° 1; et larévélation elle-même est le sens spirituel, dans lOpuscule SUR LECHEVAL BLANC; le Fils de lhomme signifie aussi le Seigneur quanlau Divin Vrai, comme ci-dessus, N° 63, 151. Que la nuée signifiele Divin Vrai dansles derniers, par conséquent la Parole dans lesens de la lettre, on peut encore le voir pal les passages suivants;dans Ésaïe: «( Voici Jéhovah chevauchant sur une nuée légère;et il vient en Égypte, et sont ébranlées les idoles de l Égyptedevant Lui, et le cœur de l Égypte se (and au milieu delle. ))- XIX. 1; -là, par lÉgypte il est entendu, non pas lÉgypte,mais lhomme naturel séparé de lhomme spirituel, et alOls dans lesfaux et dans les maux, et pervertissant par eux tous les vrais ettous les biens de lÉglise; que ces faux et ces maux détruisent cethomme, quand influe le vrai daprès le bien procédant du Seignenr,cela est décrit par ces paroles du Prophete, entendues dans le sensspirituel; « Jéhovah chevauchant sur une nuée légère, ~ signifie leSeigneur illustrant lentendement par les vrais; chevaucher, quandil se dit de Jéhovah ou du Seigneur, signifie illustrer lenlende­ment, et la nuée légère signifie le Vrai; « alors sdnt ébranlées lesidoles de lÉgypte, et le cœur de lÉgypte se fond, » signifie qua­
  • 12. 8 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 59h.lors les faux et les maux, qui appartiennent à lhomme naturel sé­paré de lhomme spirituel, détruisent cet homme; les idoles, cesont les faux ; le creul" ce sont les maux; et lÉgypte est lhommenaturel. Dans MoIse: II Personne comme Dieu, ô J eschurun!chevauchant dans le Ciel, et dans sa magnificence sur lesnuées; {habitacle du (Heu dantiquité, et plus bas les bras dumonde, 1) -Deutél, XXXIlI. 26, 27; - ici au;;si, par chl)vaucherdans: le ciel sur les nuées, il est signifié illustler lentendeqJent parlinflux du vl~ai spirituel dans le vrai naturel, qui est le vrai du sensde la lettre de la Parole; comme le Divin Vrai d~ns les Cieux est spi;rituel, et que le Divin Vrai dans les terres est naturel, et comme celui­ci est illustlé par celui-là, voilà pourquoi il est dit « dans sa magnifi­cence sur les nuées; lhabitacle du Dieu dantiquité est le Divin 1) Vrai où sOQt les Anges, et les bras du monde sont les Divin,s VraisOÙ,sont les hommes; ce sont les vl~ais du sens, de la lettre de la Pa­role q,l,li sont entend~s par les bras du monde, car ce sens est lÎljforce mêm~ du Divin Vrai, les bras signifient la foœe; que la forcedu pivin Vrai soit dans le sel)S de, la lettre, on le voit dans lArticleprécédent. Dans I)avid : « Dieu chevauchait sur Wl Chérubin,et il volait, et il était porté sur les ailes du vent; il posa des ténèbres pour sa, retraite, ses circuits pour sa tente, ténèbres: deaux, nuées des Cieux; par la splendell7 devant Lui les nuées passërent, 1) - Ps. XVIlI. 11, 12,13; - ici aussi est dé.-, crite lillu~tration de la Parole, et ainsi de lÉglise; lillustration, pal linflu,x du Divin Vlai provenant des Cieux est signifiée en ce que Dieu chevauchait SUI un ChélUbin et volait; le Divin Vrai dans les demiers, qui est il1t,lstré, est signifié par les ailes dù vent, les ténèbres deaux, les n~ées des Cieux; les divers degrés de lenten­ deD;lent, qui reçQit lillustration, sont signif1,és par ces cboses; que les obsCl~ri.tés de ce sens soieQt par suite dissipées, cela est entendll pal « pal la splendeUl devant Lli les nuées passèrent. 1) Dans, le Même: Il Chantez il Diw, louez son Nom, exaltez Celui qui che/{{ly.che sur les nu,4es. l), --Ps. LXVIII. 5; - ici alJ.ssi, par celui qui cQevaucbe sur les nUée.~, il est entendu le Seigneur quant à llllustrati<;>n; les nuées sont les vrai~ dalS les derniers, qui sonL illus~rés, et ces vlais SQnt illustr~ par linfiux de la lumière, qui es~.le Divil~ Vrai, pror.érlanl du Monde spirituel on du Ciel. Dan~
  • 13. Vers. 1. CHAPITRE DIXIÈME. 9Nahum: ( De Jéhovah dans la tourmente et la tempête (esl)le chemin, et la nuée (est) la poussière de ses. pied:>. 11-1. 3;-le vrai dans les derniers, qui est le vrai du sens de la Jettee ùela Parole, est appelé nuée poussière des pieds de Jéhovah, p:lrce quecest le naturel et linfime, dans leql,lel se termine et SUI lequel sub.siste le Divin Vrai dans le Ciel, qui est le spiriluel; comme le DivinVrai dans les derniers est peu compris, sil nest pas illustlé duCiel, et quen conséquence ]o.n discute et lon controverse à sonégard, il est signifié par la tourmenle et la tempele dans lesquellesest le chemin de JéllOvah,; la toulfnente et la tempele spirituelles,cest la disc~lssion sur le seus réel, que cependant le Seigoelll illus- . tre par linflux chez ceux qui désirent le vrai. Dans David: ( Sasemence ù éternité sera, et son trône comme le soleil devantMoi, comme la lune il sera affermi à éternité, et témoin dans·les nuées (l.dèle. II-PS. LXXXIX. 37,38; -ceci a été d,it duSeigneur; et par la semence, qui à éternité sera, est signifié le DivinVrai qui plOcède de Lui; par le llOne, qui sera comme le soleil etcomme la Inne, il est signifié le Ciel et I~Église quant au bien delamour el quant au vrai de la foi; par le tIOne, le Ciel et I~Église;par ( comme le soleil, quant au bien de lamour; et par « comme 1)la lune, Il quant au vrai de la foi; « témoin dans les nuées fidèle, Ilsignifie que Lui-Meme est le Divin Vrai.; car témoin, quand il seditldu Seigneur, signifie ce qui procède de Lui; et cela, étant à tui,rend témoignage de Lui. Dans le M~me : Il Jéhovah, qui lam-brisse avec les eau,x ses chambres hautes, qui fait des nuéesson char, qui marche, SUI Les ailes du ventl l) - Ps. CIV. 3; -ici sont déclilsen peu de mpts le Ciel et lÉglise, et en meme tempsla doctrin.e daprès. la, Parole; qui lambrisse avec les eaux ses (1chambres hautes, Il signifie que Îe Seigneur forme les Cieux, et lÉ-glise avec les Divins Vrais, les eaux signifient les Divins Vrais, leschambres hautes de Jéhov.ah sont les Cieux et l Église, etlamhrisselsignifie former; (1 qui fait des nuées son chal, 1), signilie Iii doctlÎnedaprès les. Divins Vrais delniers, les nuées sont les Divins Vrais derniers, tels quils sont dans le sens de la lettre de la Palole, et lechal eslla dOCloline; cela est dit, palce que le tout de la doctrine de lÉglise doit être formé et conlhmé daplès Le sens de la lettle de la Pa lole ; « qui. marche sul les ailes du vent, 1) signifie la viedaprè:"
  • 14. 10 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 594.linflux spirituel, marcher signifie vivre, et quand il sagit du Sei­gneur, la vie elle-mème, les ailes du vent sont les spirituels de laParole; que les eaux signifient les vrais, on le voit ci-dessus,N° 71, 483, 518, 537, 538. Dans Ésaïe: li Je réduirai ma vi­gne en désolation; même aux nuées je commanderai de nepoint faire pleuvoir sur elle de pluie, l l -V. 6; - par la, il estentendu que lÉglise naura aucun enteudement du Diviu Vrai oude la Parole; par la vigne est signifiée lÉglise,pal les nuées laPalole dans la lettre, et par ne point faire pleuvoir de pluie, au­cun entendement du Divin Vrai daprès la Palole. Dans David: li J éh01)ah, qui couvre les Cieux de nuées, qui prépare pour latelre la pluie, qui fait pousser sur les montagnes le gazon. Il- Ps. CXLVll, 8; -couvrir les Cieux de nuées, signifie protégeret conselver les spirituels de la Parole, qui sont dans les Cieux,par les vrais naturels tels quils sont dans le sens de la lettre de laParole; « qui prépare pour la terre la pluie, II signifie linstructionpal suite pour lÉglise; li, qui fait pousser sur les montagnes le ga­zon, Il signifte la nutrition ainsi pour ceux qui sont dans le bien delamour. Semblable chose est signifiée par ces paroles, dans Ésaïe: « Distillez, Cieux, den haut, et que les nuées sécoulent enjust.ice; que souvre la terre, et quils fructifient le salut. 1 1 ­XLV. 8. - Dans le Livle des Juges: « Jêhovah! quand tu sortisde Séir, quand tu partis du champ dÉdom, la tene trembla,même les Cieux se fondirent, même les nuées se fondi1ent eneaux, Il - V, !J; - pal sortir de Séir et paltir du champ dÉdom,quand il sagit de Jéhovah, est signifiée lillumination des nationspal le Seignem quand il prit lHumain; par la terre qui tremble,est signifié létat de lÉglise alors changé; par (1 les Cieu.x se fon­ditent et les nuées se fondirent en eaux, Il il est signifié linstluction,linflux et la petception du Divin Vrai; par se fondre il est signifiélinstruction et linflux, par les eaux les vrais, par les Cieux les in­ térieurs, et par les nuées les extérieurs, tels quils sont dans le sensde la It:~llre de la Parole. Dans David: Elles ont répandu des (1eaux, les nuées; de la voix ont donné les éthers, et tes traitssont partis. Il - Ps, LXXVII. 1.8; - « elles ont répandu des eau.x, les nuées, Il signifie les vrais réels daprès le sens de la lettre de la Parole; (1 de la voix ont donné les éthers, II signifie linflux
  • 15. Vers. i. CHAPITRE DIXIÈME. ilvenant des Cieux; (( tes traits Sont partis, Il signifie les Divins Vraisqui en proviennent. Dans Job: (( Dieu resserre les eaux dansses nuées, et nest point rompue la nuée sous elles; il étendsur le trt)ne sa nuée, Il -XXVI. 8, 9; -- ici aussi, les nuées sontles vrais derniers dans lordre, et comme ils contiennent et renfel­ment en eux les vrais spirituels, afin quils ne sécroulent point,cela est dit et est signifié par «( Dieu resselle les eaux dans sesnuées, et nest point lompue la nuée; )l comme les vrais extérieurs,qui sont appelés naturels, entourent aussi et lenferment les vraisintérieurs qui sont appelés spirituels, et sont propres aux Angesdes Cieux, cela est dit er est signifié pal (( il étend sUI le trône sanuée. 1) Dans Ésaïe: (1 Ainsi a dit Jéhovah : Je me reposerai etje regarderai dans mon Habitacle, comme une chaleur sereinesur la lumière; et comme une nuée de rosée quand séchauffela moisson. Il - XVIII. 4; -la nuée de losée signifie le vrai da­près le bien fructifiant. Dans le Même: «( Jéhovah créera SUI toutHabitacle de la montagne de Sion, et sur ses convocations,une nuée pendant le jour, et une fumée et une splendeur defeu de flamme pendant la nuit, car sur toute gloire une cou­verture. -IV. 5; - par lHabitacle de la montagne de Sion est 1)signifié le bien de lÉglise céleste, et par ses convocations sont si­gnifiés les vlais de ce bien; la plOtection, afin quil ne soit point lésépal un excès de lumière, ni par un excès domble, est signifiée parla nuée pendant le JOUI, et par la fumée et la splendeUl de feu deflamme pendant la nuit; et comme tout bien et tout vrai spirituelssont préservés de lésion par le bien et le vrai naturels, voilà pour­quoi il est dit « sur toute gloire une couverture; 1) la gloire est lebien et le vrai spirituels. La même chose est signifiée en ce que « sur le tabernacle il y avait une nuée pendant le jour, et unfeu pendant la nuit. l)-Exod. XL. 36,37,38. Nomb. IX.15,16,17, et suiv. X. 11,12,34. XIV. 14. Deutér. I. 33:­en ce que (( Jéhovah allait devant pendant le jour dans unecolonne de nuée, et pendant la nuit dans une colonne de feu. )l- Exod. XIII: - en ce que (( une colonne de nuée se tenaitentre le camp des (ils d Israël et le camp des Égyptiens, »­Exod. XIV. 19, 20, 21: -dans Dàvid : (1 Dieu les a conduitspar une nuée pendant le jow, et toute la nuit par une lumière
  • 16. 12 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N 59!l.de feu, » - Ps. LXXVlII. 1ft: - et ailleUls, dans le Même: « Joyeuse fut {Égypte quand ils partirent, parce quétaittombée la peuf à leur égard sur eux; il étendit une nuée pourcouverture, et un feu pour éclairer la nuit. »-Ps. ev. 38,3~; - sil y avait SUI le tabernacle une nuée pendant le jour etuofeu pendant ia nuit, cest parce que par le tabernacle il était leplé~senté le Ciel et lÉglise, et par la nuée la présence du Seigneur palle Divin Vrai, et pal le feu sa présence pal le Divin Bien, qui estappelé le bien de la foi, lun et lautre le dernier dans rordle, aussiétaient-ils comme des couvertures SUI le tabernacle; cest pour­quoi, dans les passages ci-dessus rapPollés, dans Ésaïe et clans Da,."id, il est dit (1 sur toute gloire il y aura une couverture; Il et (1 il étendit une nuée pour couverture. 11-- La même chose estsignifiée par Il la nuée qui couvrit la montagne de Choreb,nuée da/,lS laquelle entra,Moïse. »-Exod. XXIV. 15 à 18.­La Blême chose est encore signifiée par « la nuée dans laquelleJéhovah descendit sur la montagne de Sinaï. » - Exod. XIX.9. XXXIV. 5.-La même chose aussi par {( la colonne de nuéequi se tenait li lentrée de la tente de Moïse. »-Exod.. XXXIII.9, 10.-Puis aussi par la nuée, dans Ézéchiel: «Je vis, et voici,un vent de tempête vint du septentrion, une nuée grande etun feu se lecueillant en soi-même, avec splendeur alentour. »- I. h. - Et dans le Même: « T,es Chérubins sc tenaient à ladroite de la maison quand entra thomme, et une nuée "em­plissait le parvls intérieur; et séleva la gloire de Jéhovah dedessu,s le Chérubin sur le seuil de la maison, et fut remplie lamaison par la nuée. et le parm:s était plein de la splendeurde la gloire de Jéhovah. » - X. 3, h; - par les Chélubins estsignifié le Seigneul quant à la protection, afin quil ne soit approchéque par le bien de lamour, pal conséquent aussi par les Chérubinssont signifiés les Cieux, spécialement le Ciel intime ou, troisième,palce que les Anges qui sont dans ce Ciel reçoivent le Divin Vrai,dans.Je bien de lamour; C()st donc le Divin Vrai, lequel dans SOI1essence ast le bien de lamoul, qui protégc; ce Divin Vrai, à me­sUle quil descend du Ciel intime dans les Cieux infélieuls, et enfindans le monde où sont les hommes, ainsi par deglé.<;, de lUI devientplus dense, doù il lésulte que dans le degré infime il appalalt
  • 17. Vers. 1. CHAPITRE DIXIÈME. 13comme une nuée, pal laquelle en conséquence est signifié le DivinVIai>accommodé pour la conception des Anges qui sont dans le C~elinfime, lesquels sont spirituels-naturels, et enlln pour la conceptiondes hommes dans le Monde naturel; et comme le Divin Vlai dansce degré est semblable au Divin Vrai tel quil est dans le sens de lalellle de la Palole, cest pOUl cela que par la nuée est signifiée laParole quant au sens de la lettre: cest ce Divin Vrai qui, commeune nuée, (emplissait ce parvis et enfin la maison à la dloite delaquelle se tenaient les Chérubins: et comme ce Divin Vrai inté­rieurement est le spirituel qui resplendit par la lumière céleste, cestpour cela quil est appelé gloire, et quil est dit que le palvis étaitplein de la splendeur de la gloire de Jéhovah; et dans Job: (( Lors­que Dieu fail resplendir la lumière de sa nuée. 1) - XXXVII.15. - Comme les Cieux supérieurs apparaissent, devant les yeuxde ceux qui sont dans les Cieux inférieurs, comme ellveloppés dunenuée légère et blanche, pal celte raison que les Anges inférieurs nepeuvent regarder le Divin en haut ou à lintélieul que selon leurqualité, il en résulte que le Divin Vrai dans les Cieux supérieursest aussi entendu par la nuée dans quelques passages de la Parole,ou, ce qui est la même chose, il en lésulte que les Cieux supérieulssont aussi entendus par la nuée ; en effet, soit quon dise le DivinVlai ou quon dise les Cieux, cest la même chose, Cal les Cieuxsont Cieux daprès le Divin Vrai, el les Anges y sont Anges daprèsla réception de ce vrai; la nuée est nommée, dans ce sens, danst~saïe : (1 Luci(er, Tu as dil dans lon cœur: Je monlerai Sl/1les hauts lieux de la nuée, semblable je deviendrai au Très­Haul. »-XIV. H,-Dans Jérémie: (( Quillez Babel, el al­lons, charundans sa terre; car est parvenu jusquaux Cieu,xson jugement, el il s esl éle7Jé jusquaux nuées. )) - LI. 9.­Dans David: (1 Donnez. la (orce à Dieu, sur Israël esl son exal­talion, et sa (oree sur les nuées. )) - Ps. LXVIII. 35; - parla nuée, ici, il est signifié la même chose que par (1 les Eaux au­dessus de l étendue~ )) - Gen. I. 7; - et par « les Eaux au­dessus des Cieux. )-Ps. CXLVllI.ft;-cal les nuées provien~nenl des eaux; que les eaux signifient les Divins Vrais, on le voitci-dessus, N° 71, !t83, 518. Puisquil y a des nuées plus tenueset plus blancbes, el des nuées plus épaisses et plus noires, et. puis­
  • 18. ih LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 594.quil apparaît des nuées tlès-tenues et très-hlanches au-dessous desCieux, tandis quon voit tout autour de plusieurs enfers des nuéesépaisses et noires, il est évident que les nuées signifient aussi dansle sens opposé les faux du mal contraires aux vrais daprès le bien;ainsi, dans les passages suivants; dans Ézéchiel : « Une nuéeCOlllrira f Égypte, et us (iites en raptivité sen iront. II ­XXX. 18. - Dans le Même: l( Il montera comme une nuéepour couvrir la terre. II-XXXVIII. 9.-Dans le Même: Il Lesbrebis dispersées au jour de la nuée et de lobscurité. II ­XXXIV. 1.2;-de là, le Jugement Dernier, quand périrontceuxqui sont dans les faux du mal, est appelé Il Jour de nuée et dobs­curité, l) - Joël, II. 2. Séphan, 1. 15 : -la même chose est en­core signifiée par la nuée et {obscurité, qui apparurent aux filsdIsraêl, quand la loi était promulguée du haut de la montagne qeSinaï,- Deutél·. IV. 11, 12,15. V. 19 à 23 ;-car, quoique Jé­hovah, cest-à-rlire, le Seigneur, fat descendu SUI cette montagnedans une nuée dun hlanc éclatant, cette nuée cependant, devantles yeux du peuple qui était dans les faux du mal, apparut commeune nuée ténébreuse; voir ARCANES CÉLESTES, N° 1861, 6832,881h,881.9,9h3h, 10551. 595. Et {arc-en-ciel sur la tête, signi(ie les intérieurs dela Parole: on le voit par la signification de larc-en-ciel, en ceque cest le Divin Vrai tel quest la Parole dans le sens spirituel,ainsi quil va être montlé; et par la signification de sur la ate,en ce que cest intérieurement, car au-dessus et en haut signifie endedans et intérieurement, ce qui est évident en ce que dans le Ciel,quand Ùest dit intérieurement, il est entendu en haut, cal les Cieux,où sont les Anges intérieurs ou intérieurement sages, appal3issentaussi au-dessus des Cieux où sont les Anges extérieurs ou eXlé­lieUlement sages; cest de là que les trois Cieux ont été distinguésentre eux quant aux hauteurs, le Ciel intime ou tlOisième appalaitau-dessus du Ciel moyen ou second, et celui-ci an-dessus du Cieldernier ou premiel; si le supérieul signifie lintélieur, cest parceque, quand les supérieurs et les inférieurs sont. ensemble, cest-à­dire, forment un simultané, comme dans la tête de lhomme, alolSils coex istent dans cet ordre, que les choses qui étaient en hautdans lordle suecessif se trouvent placées intérieurement, et que
  • 19. Vers. 1. CHAPITRE DIXIÈME. 15. celles qui étaient en bas dans lordre successif se trouvent placées ex térieurement; cest de là que les supérieurs signifient les inté­ rieurs et que les inférieurs signifient les extérieuls. Cela peut être . mis à la portée de lentendement par lidée dune superficie au centre de laquelle sont les choses plus pUtes et aux péliphéries les choses plus grossières; de telles superficies forment des supélieurs. et des inférieurs, quand elles tombent en un et font le simultané: daprès cela aussi, on peut voir ce que signifie ce qui vient dêtle dit de lAnge, quil était entouré dune nuée; car, daprès cette même laison, et par suite daprès cette idée, ce qui entoure signifie ce qui est en dehors et ell bas. Si lArc-cn-ciel signifie le Divin Vrai intérieur, tel quest la Parole dans le sens spirituel, cest parce que la lumière du Ciel, de même que la lumièle du monde, selon lincidence, dans les objets et la modification qui sy opère, pré­ sente des variétés de couleurs et aussi des arcs-en-ciel, quil ma même été donné de voir quelquefois dans le Ciel Angélique; la description en a été donnée dans les ARCANES CÉLESTES, N° 1623, 162h, 1625 : mais les arcs-en-ciel, qui apparaissent dans le Ciel Angélique, diffèrent des arcs-en-ciel qui apparaissent dans le. Monde, en ce que ceux du Ciel sont dorigine spirituelle, tandis que les arcs-eD-ciel du Monde sont dorigine naturelle; en effet, ceux du Ciel proviennent dune lumière qui a sa source dans le Seigneur comme Soleil, et puisque ce soleil est dans son essence le Divin Amour du Seigneur, et que la Lumière qui en provient est le Divin Vrai, il en résulte que les variétés de la lumière, qui se présentent comme des alcs-en-ciel, sont des variétés de lin­ telligence et de la sagesse chez les Anges; de là vient que les arcs-en-ciel y signifient la forme et la beauté du Divin Vrai spiri­ tuel; mais les arcs-en-ciel du Monde sont dorigine natUlelle, cest-à-dire, proviennent du soleil du monde et de sa lumière, et par suite sont seulement des modifications et ainsi des variétés de lumière produites pal les eaux qui coulent de la nuée; et puisque de semblables apparences coloriées existent dans le Monde spirituel comme dans le Monde naLUrel, et quelles cOlIespondent, cest pour cela que les arcs-en-ciel du monde signifient les mêmes choses que ceux du Ciel, à savoir, les Divins Vrais spirituels dans leur forme et dans leur beauté; ces vlais sont tels que sont les vrais de la Pa­
  • 20. 16 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 595,role dans le sens spirituel. De semblables vlais sont signifiés parlès arcs-en-ciel, dans Ézéchiel: Il Au-dessus de létendue quiétaÙ sur la tête des Chérubins, comme un aspect de pierrede saphir, unp, 1essemblanre de trône, et sur cette ressem­blance de trône une ressemblance comme un aspect dHommesur lui au-dessus; je vis comme une apparence de charbonsardents, comme une apparence de (eu au dedans de toutepart depuis laspect de ses reins et au-dessus: mais depui$l a,~pf.ct de ses rein.~ et au-dessous je vis comme un aspect defeu avec splendeur alentour, comme laspect de larc-en-cielqui (st dan,~ la nuée au jour de la pluie; ainsi (était) laspectde la glairé lout autour; l" était laspect de la ressemblancede la gloire de Jéhovah. Il - I. 26, 27, 28; - comme par les Chéruhins il est signifié la providence et la défense, afin que le Sei­gneUl Ile soit approché que par le bien de lamour, cest pour celaquil appalUt un trôDe et sur le trOne un aspect dHomme; par le trOne est signifié lé Ciel entier, et par lHomme sur le trOne le Sei­ gnelll Lui-Même; par lapparence de charbons ardents comme dufeu, depuis laspect de ses reins et au-dessus, est signifié le Divin ArnoUl céleste qui règne dans les Cieux supélieurs, oar les Cieuxsupérieurs sont représentés par la parlie supélÎe~IIe du corps, depuis les reins jusquen haut, à laquelle ils correspondent, parce quils constituent celle partie dans le Très-Grand Homme qui est le Ciel; le feu comme des charhons ardents signifie cet amour, de même les reins 011 les lomhes, car les lombes cOlTespondent au mariage dl1 bien et du vrai, lequel mariage est chez ceux qui sont dans les (;jeux supérieurs, ce qui fait que le Ciel est appelé mariage, et que le Seigneur est appelé fiancé et mali f et le Ciel et lÉglise, liancée el épouse: laspect dune splendeur de feu, comme un arc-en-ciel depuis les reins et au-desiious, signifie le Divin Amour spirituel qui règne dans les Cieux infériellls, cal la région du corps, depuis les lombes jusquaux plantes des pieds, cOflespond à cet amour, et comme cet amoul procède du Divin Amour céleste, il est dit le fel! et sa splendeur; le Divin Vrai daprès le Divin Bien de lamour est ce qui lesf)lendit et présente lapparence dun alc-en-ciel; de là, il est encore évident que la transparence du Divin Vlai spirituel par le Divin Vrai natutel présente cette apparence dans les Cieux, et
  • 21. Vers. L CHAPITRE DlXIl~i:m. 17quen conséquence larc-e.n-ciel signifie cela, ainsi quil a été ditci-dessus: mais ces cboses peuvent être comprises plus clairementdaprès ce qui a été dit SUI le Ciel dans le Traité DU CIEL ET DEr:ENFER, à savoir: Que daprès le Divin Humain du Seigneur leC.iel représente un seul Homme, N° 59 à 87; et sur la correspon­dance de toutes les choses du Ciel avec toutes celles de lhomme,N°s 87 à ·1C2 : et, dans les ARCANES CÉlIESTES, SUl la eOlfespon­dance des lombes, N° 3021, 4280, 4462, 5050 à 5062, Lamême chose est encore signifiée par larc dans la nuée, ou arc-en­ciel, dans le Livre de la Genèse: «( Dieu dit à Noach : Ceci, lesigne de lalliance que NIai je donne entre 111ai et vous, ettoute âme vivallte qui (est) avec vous, aux générations dusiècle: NI on arc jai mis dans la nuée, et il sera en signe dal­liance entre Moi et la terre; et il arrivera que, quand je ré­pandrai le voile, Moi, dune nuée SUl la terre, et que sera vularc dans la nuée, et je nIelappellerai mon alliance qui estentre Moi et vous, et toute âmevivante dans toute chair; etil ny aura plus les eaux en déluge pour perdre toZ/te chair;et sera larc dans la nuée, et je le verrai, pour me rappelerlalliance éternelle entre Dieu et toute âme mvante dans toutechair qui (est) sur la terre. ))- JX, 12 à 17; - celui qui nesait pàs que, dans chaque expression de la Parole, il ) a aussi unsens spirituel, peut simaginer que larc dàns la nuée, qui e~t ap­pelé atc-en-ciel, apparaIt en signe que la terre ne sela plus perduepat le déluge, quoique cependant cet arc existe daprès des causesnaturelles, et est reproduit médiatement quand les layons de lalumièle pmcédant dll soleil flappent des parties aqueuses de pluieprovenant de la nuée, doù il est évident que de semblables arcs­en-ciel ont aussi existé avant le déluge; cest pourquoi, pal lesarcs-eu.-eiel vus de la terre pal les hommes, il est entendu, daprèsla conespondance des spirituels et des natl.Hels, des arcs-en-cielvus pal les Anges dans le Monde spirituel, arcs qui existelll tousdaprès la lumière du Ciel et sa modification dans la sphèle spiri­tuelle-naturelle qui est là, par conséquent aussi daprès le DivinVrai Spilituel et sa transparence dans le Divin Vrai naturel, cartoute lumière dans le Ciel est spirituelle, et est dans son essence lePivin Vrai procédant du SeigneUl; de là, on peul voir que larc IV, 2.
  • 22. 18 L APOCALYPSB EXPLIQUÉE. N· 595.dans la nuée, ou larc-en-ciel, signifie le Divin Vrai spilituel quiest llansparent pal le Divin Vrai naturel; cette transparence estfaite pal ceux qui sont réformés et régénérés par le Seigneur aumoyen du Divin Vrai et de la vie selon ce vrai; la transparenceappalatt aussi elle-même dans les Cieux comme un arc-en-ciel;par le signe de lalliance il est signifié la présence et la conjoncliondu Seigneul avec eux, cal lalliance signifie cette présence et celteconjonction, Ce signe a été donné, parce que par le déluge, pallequel le genre humain a été alors détruit, sont signifiés les fauxaffreux du mal daprès lesquels la postérité de la Très-AncienneÉglise avait péri; le, létablissement et linstaulation dune nouvel.leItglise, appelée lf;glise Ancienne, pal le Divin Vrai conjoiut aubien spirituel qui dans son essence est la charité, sont montrésdune manièle replésentative par des arcs-en-ciel dans le Ciel, etpar suite SOlH signifiés pal des arcs-en-ciel dans le Monde. Maiscomme ces paroles enveloppent un grand nombre darcanes qui nepeuvent pas élle exposés en peu de mots, on peut les voi, expli­quées en particulier dans les ARCANES CÉLESTES, N° 1031 à 1060. 596. Et sa face comme le soleil, signifie le Divin Amourdu Seigneur, doù procède tout Divin Vrai, qui, dans le Cielet dans rÉglise, est la Parole: on le voit par la signification de .la (ace, quand il sagit du Seigneur, en ce quelle est le DivinAmour, la Divine Miséricorde et tout Bien, comme il a été dit ci...;dessus, N° 7/J, !J12; et par la signification du soleil, quand ilsagit du Seigneur, en ce quil est aussi le Divin Amour, commeaussi ci-dessus, N° /J01, 525, 527; et parce que du Seigneurcomme Soleil dans le Ciel Angélique procède toute lumière dansce Ciel, et que la lumière y est le Divin Vrai, de là aussi, il estentendu (1 doù procède tout Divin Vrai; Il or, comme la Parolelenferme tout Divin Vrai, et que la même Parole qui est dans leMonde est aussi dans le Ciel, et comme par lAnge fort descendantdu Ciel il est entendu le Seigneur quant à la Palole, voir ci-dessus,N° 593, cest pour cela quil est dit « le Divin Vlai qui, dans leCiel et dans lÉglise, est la Parole; )) que la même Parole, qui estdans le Monde, soit aussi dans le Ciel, on le voit dalls le Traité DUCIEL ET DE LENFER, N° 259, 261, 303 à 310. 597. E t se,~ pieds comme des colonnes de feu, signifie le
  • 23. Vers, 1. CHAPITRE DIXIÈME. 19 Divin Vrai ou la Parole dans les derniers, laquelle est natu- relle, y soutenant les intérieurs, et pleine aussi du bien de lamour: on le voit par la signification des pieds, quand il sagit du Seigneur, en ce que cest le Divin Bien du Divin Amour natu- rel, qui est le dernier dans lordre Divin, comme il a été montré ci-dessus, N° 65, 69; par la signification des colonnes, en ce quelles sont les vrais inférieurs qui soutiennent les supérieurs, comme aussi ci-dessus, N° 219; et pal la signification du (eu, quand il sagil du Seignenl, en ce que cest le Divin Amour, comme aussi ci-dessus, N° 68, 696, 506 : daprès cela, on peut voir que par les pieds de lAnge, Vus comme des colonnes de feu, il est signifié le Divin VIai ou la Parole dans les derniels, laquelle est naturelle, y soutenant les intérieurs, et pleine aussi du bien de lamour: par le Divin Vrai dans les derniers est entendue la Pa- role dans le sens de la lettre, et comme ce sens est naturel, et que le naturel est le dernier de lordre Divin, cest pour cela quil sou- tient le Divin Vrai spirituel et céleste, absolument comme des co- lonnes soutiennent une maison, ou comme les pieds soutiennent le corps; cal sans le sens naturel de la Parole, les intérieurs, qui sont. les spirituels et les célestes, se dissiperaient comme nne maison sécroule quand les colonnes sont ôtées: cest pourquoi, toutes et chacune des choses qui sont dans le sens naturel, ou dernier sens de la Parole, sont de perpétuelles correspondances, cest-à-dire, correspondent aux spirituels et aux célestes qui sont dans les Cieux, et par suite aussi les signifient: daprès cela, on peut en quelque sOlte voir clairement comment le Divin Vrai naturel, qui est la Parole dans le Monde, soutient le Divin Vrai spirituel et céleste, qui est le Divin Vrai dans le Ciel, comme des colonnes soutiennent une maison: on peut donc voir doù vient que les pieds de lAnge furent vus comme des colonnes de feu. Que la Palole dans le sens dernier ou naturel soit pleine du bien de lamour, cela est évident daprès ces paroles du Seigneur: « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de tout ton mental; cest là le premier et le grand commandement. Le $econd lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements la Loi et les Pro- phètes dépendent. Il - Matth. XXII. 37, 38, 39, hOj - par la
  • 24. 20 L APO<.:ALYPSE EXPLIQUÉE. N° 597,Loi et les PlophèLes est entendue toute la Parole en général et enparticulier; ainsi, pal ces expressions, il est entendu que toutes etchacune des choses de la Parole dépendent du bien de lamourenvers le Seigneur, et du bien de la charité à légard du prochain. 598. Vers. 2, 3, h. Et il avait dans sa main un petit livreouvert, et il posa son pied droit sw la mer, et le gauche swla terre.- Et il cria à voix grande, ainsi quun Lion rugit;et quand il eut crié, prOférèrent les sept tonnerres leursvoix, - Et quand eurent proféré les sept tonnerres leursvoix, jallais écrire; et jentendis une voix du Ciet, qui medisait: Scelle les choses quont proférées les sept tonnerres,et l1,e tes écris point, - Et il alait dans sa main un petit livreouvert, signifie la Parole manifestée: et il posa son pied droitsur la mer, et le gauche sur la tene, signifie le sens de la lettre,qui est naturel, dans lequel sont toutes les ,choses du Ciel et delÉglise: et il c1ia li voix grande, ainsi quun lion rugit, si­gnifie le témoignage dune douleur grave, à cause de la désolationdu Divin Vrai dans lÉglise: et quand il eut crié, proférèrentles sept tonnerres leurs voix, signifie linstlUction venant du Ciel,et la pelception sur le demier état de lÉglise: et quand eurentp,oféré les .~e1J,t tonnerres lews voix, jallais écrire, signifiequil voulait manifestel cet état: et jentendis une voix du Ciel,qui me disait: Scelle les choses quont proférées les sept ton­nenes, et ne Les üris point, signifie le commandement par leSeigneUl, afm que ces choses soient réservées èt ne soient pointencore manifestées. 599. Et il avait dans sa main un petit livre OUl,ert, signi­fie la Parole manifestée: on le voit par la signification du petitlivre ouvert, en ce que cest la Palole manifestée; que le petitline ouvert signifie cela, on peut le conc1U1e de ce que par lAngefort descendant des Cieux, qui avait le petit livre dans la main,est représenté le SeigneUl quant à la Palole, et même quant.à sondernier sens qui est le sens de sa lettre; voir ci-dessus, N° 593; et comme la Parole a été manifestée tant pour les Anges que pourles hommes, cest pour cela quil est dit (1 un petit livre ouvert. Il 600, Et il posa son pied droit sur la mer, et le gauche sur la terre~ signifie te ,çens de la lettre, qui est naturel, dans
  • 25. Vers. 2. CHAPITRE DIXIÈME. 21lequel sont toutes les choses du Ciel et de lÉglise: on le oitpal la signification des pieds, quand il sagit dun Ange par lequelest entendu le Seigneur quant à la Parole, en ce que cest le DivinVrai dans les derniers, ou la Parole dans le sens naturel, qui estle sens de la lettre, ainsi quil a été montré ci-dessus, N°s 65, 69;par les pieds dans le commun sens sont signifiés les naturels, palla mison que lhomme depuis la tête jusquaux plantes des piedscorrespond au Ciel, qui dans tout le complexe représente un seulHomme; la tête correspond au Ciel intime ou troisième, dont lesAnges sont célestes; la poitrine, jusquaux lombes, correspond aumoyen ou second Ciel, dont les Anges sont nommés spirituels; etles pieds correspondent au dernier ou premier Ciel, dont les Angessont célestes-naturels et spirituels-naturels; mais lès plantes despieds correspondent au Monde, dans lequel tout estnaturel : da­près cela, on peut juger doù vient que les pieds signifient les natu­reis; ~r cette correspondance, voir de plus grands détails dans leTraité DU CIEL ET DE LENFER, N°s 59 à 86, et 87 à 102; de là,il est maintenant bien évident que pal les pieds de lAnge, par lequelici a été représenté le Seigneur quanta la Parole,il est signifié le sensnaturel de la Parole, qui est le sens de sa lettre; et par la signifi­cation du pied droit sur la mer, et du gauche sur la terre, ence que ce sont toutes les choses du Ciel et de lÉglise; en effet, flalla droite sont signifiées toutes les choses du bien doù procède le vlai,et pal la gauche toutes celles du vrai daptès le bien; et par la meret la terre sont signifiés tous les extérieurs et tous les intérieurs duCiel et de lÉglise, par la mer les extérieurs, et par la terre les in­térieUls; et commetoutes les choses du Ciel et de lÉglise se réfè­rent au bien et au vlai, et aussi aux extérieurs et aux intérieurs,cest pour cela que par ces paroles sont signifiées dans le communtoutes les choses du Ciel et de lÉglise. Sil fut vu se tenant SUI lamer et sur la terre, cest parce que la face des choses dans le Mondespirituel apparaît la même que dans le Monde naturel, cest-a-diréque dans lun comme dans lautre il y a des mers et aussi des terres,les mers sont alentoUl et les terres sont enlle les mers; voir ci­dessus, No 275, 3lJ2, 538; de la, il devient évident que par la metct la terre sont signifiées toutes les choses du Ciel, et aussi toutescelles cie lÉglise. Comme dans la Parole il est dit çà et là la dloile
  • 26. 22 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N 600.et la gauche, et dans quelques endroits seulement la droite ou seu­lement la gauche, je vais exposer en peu de mots ce qui est signifiépar lune et pal lautre, et ce qui est signifié par lune et lautreensemble; cela peuL être connu daprès les plages dans le Mondespirituel; là, à droite est le midi et à gauche le septentrion, pal de­vant est lolient, et pal dellière est loccident, car lAnge est per­pétuellement tourné vers le SeigneUl comme Soleil; cest pourquoi,devant lui est le Seigneur comme olient, et derrière lui est le Sei­gneUl comme. occident; et à droite est le midi, et à gauche le sep­tentrion; cest daprès celte conversion que la droite signifie le vraidans la lumière, et la gauche le vrai dans lombre, ou, ce qui re­vient au même, la droite signifie le bien spirituel qui est le vrai dansla lumière, et la gauche le vrai spiritnel qui est le vrai dans lom­bre; par conséquent aussi, la droite signifie le bien doù procède le vrai, et la gauche le vrai daprès le bien; des choses semblablessont signifiées par toutes les parties droites et gauches du corps, etaussi pal celles de la tête, ainsi pal lœil droit et lœil gauche, par la main droite et la main gauche, par le pied droit et le pied gauche, et ainsi du leste, la signification propre du membre et de la partie étant néanmoins ret~nue. Daprès ce peu dex plications, on peut sa­ voir ce qui est signifié en général et en particulier dans la Parole, tant du Nouveau que de lAncien Testament, pal la droite et la gauche, comme dans les passages suivants; dans Mallhieu : « Toi, quand tu (ais une aumône, que,ta gauche ne sache pas ce que (ait ta droite, afin que ton aumône (soit) dans le secret. » ­ VI. 3, [1;- pal là, il est signifié que le bien doit être fait daprès le bien et à cause du bien, et non à cause de soi-même et du monde pour être vu; pat aumône est entendue toute œuvre bonne; et pal «( que ta gauche ne sache pas ce que fait ta droite,)l il est signifié que le bien doit être fait daprès le bien lui-même et non sans le bien, puisque ce qui est fait sans le bien nest pas le bien; pal la droite est signifié le bien daprès lequeî on agit, et pal la gauche le vrai daprès le bien, comme il a été dit ci-dessus; cela fait un chez ceux qui sont dans le bien de lamour et de la charité, mais ne fait pas un chez ceux qui se regardent eux-mêmes et regardent le monde dans les biens quils font, ici donc pal la gauche il est entendu savoir et faire sans le bien; « afin que ton aumône soit dans le secret, 1) signifie afin
  • 27. Vers. 2, CHAPITRE DIXIÈME. 23que ce de soit point à cause de lapparence. Dalls le Même: (( ElleRoi mettra les brEbis à sa droite, et les boucs il gauche; et ildira à ceux de sa droite: Venez, les bénis de mOn Père, possé­dez en héritage le Royaume préparé pow vous dès la (ondatiqndu Monde: et il dira il ceux de gauche: Allez loin de Moi,maudits, dans le (eu éternel préparé pour le diable el pourses anges. »-XXV. 33, 3ft, hi ;-cellli qui ne sait. pas ce que,dans le sens p"opre, signifient les hrehis, ni ce que signifient leshoues, peut croire que pal les hrebis il est entendu tous les bons etpar les houes tous les méchants; mais dans le sens propre par lesbrebis il est entendu ceux qui sont dans le bien de la charité à lé­gard du prochain et par suite dans la foi, et par les houes ceux quisont dans la foi séparée davec la charité, ainsi t.ous ceux sur qui leJugement doit We fait au dernier temps de lÉglise; car tous ceuxqui avaient été dans le bien de lamour envers le Seigneur, et parsuite dans le bien de la charité et de la foi, ont été élevés dans leCiel avantle .T ugemen t Dernier, et tous ceux qui navaient été dansaucun hien de la charité, ni par suite dans aucune foi, pal consé­quent tous ceux qui avaient été méchants intérieUlement et en mêmetemps extérieurement, ont été jetés dans lenfer avant le Jugement Dernier; mais ceux qui avaient été intérieuremen t bons, et non demême extérieurement, et ceux qui avaient été intérieurement mé­ chants, mais extérieurement dans le bien, tous ceux-là ont été laissésjusquau Jugement Dernier; alors ceux qui avaient été intélieure­ ment bons fment élevés dans le Ciel, et ceux qui avaient été inté­ lieUlement méchants furent jetés dans lenfer; SUI ce sujet, voir ce qui a été dit dans lOpuscule DU JUGEMENT DERNIER, daprès les choses vues et entendues: d&près cela, on peut voir que par les boucs il est entendu ceux qui ont été dans la foi séparée davec la charité, comme aussi par le houe, dans Daniel, VIII. 5 à 25; et dans Ézéchiel, XXXIV. 1ï; on peut donc voir que le bien de lacharité et de la foi est entendu par la d,oile où étaient les brebis, et que la foi séparée davec la charité est entendue pal la gauche où étaient les houcs : sil a é~é dit aux brebis, quelles posséderaient en héritage le Royaume prépalé pour elles dès la fondation du Monde, cest parce que dans les Cieux, à droiie est le midi, où sont tous ceux qui sont riCIns les vrais daplè~ le hien, car dans la pari ie
  • 28. 2!J L APOCALYPSE litXPLIQUÉE. r;" 600.méridionale elle-même il y a le Divin nlême procédant, ter que ce­lui qui est entenùu pal le Royaume préparé dès la fondation duMonde; cest aussi pOUl cela quils sont appelés « les bénis de monPère, Il pal le Père est entendu le Divin Bien doù procèdent toutesles choses du Ciel; au contraire, aux boucs, qui étaient à gauche,il nest pas dit « pléparé dès la fondation du Moude, 1) mais il est dit (Ile feu étemel pléparé pour le diable et pOUl ses anges,ll car les mé­chants se préparent à eux-mêmes lenfer; ils sont appelés maudits,parce que par les maudits dans la Parole il est entendu tous ceuxqui se détouJllent du Seigneur, car ceux-là rejettent la charité et lafoi de lI~glise : quant à ce qui est signifié par le feu éternel, voirdans le Traité DU CIEL ET DE LENFER, No 56ô à 575. Par (1 lesdeux larrons qui furent crucifiés, lun à la droite, et lautreli la gg.uche du Seigneur, »)-Matth. XXVII. 38. Marc, XV.27. Luc, XXIII. 39 à 1I3, - il est entendu les mêmes que ceuxqui sont entendus par les brebis et ceux qui le sont par les boucs;cest pourquoi, à celui qui reconnut le Seigneur, il a été dit quil se­rait avec Lui dans le Paradis. Dans Jean: « Jésus dit aux disci­pL~s, qui péchaient: Jetez au côté droit de La barque le filet,et vous trOU1)ereZ; ils jetèrent donc, et ils ne pouvaient plusLe tirer, li cause de la multitude des poissons. JI - XXI. (1;­comme par la pêche daus la Parole il est signifié linstlUction et laconversion des hommes qui sont dans le bien externe ou naturel,bien dans lequel étaient plusieUls dentre les Nations dans ce temps­là, car par les poissons il est signifié les choses qui appartiennent àlhomme naturel, et par la barque la doctrine daprès la Parole, cestpOUl cela que par le cOté dloit il est signifié le bien de la vie; de là,on peut voir ce qui est signifié eli èe que le Seigneur a dit de jeterle filet au côté droit de la barque, à savoir, denseigner lehien de la vie; que de cette manière ils convertiraient les nations à lf~glise, cela est signifié en ce quils trouvèrent une telle abondance, quils ne pouvaient plus tirer le filet, à cause de la multitude des poissons; chacun peut voir que le Seigneur naurait pas dit de jeter le filet au côté droit, si le côté droit neût pas été significatif. Dans Mat­ thieu : « Si ton œil droit est pour toi lin sujet de chute, arra­che-le, et jette-le Loin de toi; et si ta main droite est pour toilin sujet de chute, coupe-la, et jette-là loin de loi. Il - V. 29,
  • 29. Vers, 2. CHAPITRE DIXIÈME. 2530; - par lœil dloit et pal la main droite le Seigneur nentendaitni lœil droit ni la main droite, chacun peut le voir, en ce quil estdit que lœil doit être arraché, et que la main doit être coüpée, silssont un sujet de chute; mais comme par lœil dans le sens spiri­tuel il est signifié tout ce qui appartient à lentendement et par suiteà la pensée, et par la main droite tout ce qui appaltient à la volontéet pal suite il laffection, on peut voir que par (1 si lœil droit est unsujet de chute, allache-le, Il il est signifié que si lon pense le mal,il faut le rejeter de la pensée; et que par « si la main droite est unsujet de chute, coupe-la, » il est signifié que si lon veut le mal, ilfaut le chasser de la volonté; en effet, lœil lui-même ne peut êtreun sujet de chute, ni la main droite non plus, mais la pensée delentendement et laffection de la volonté~qui conespondent à lœilet à la main, peuvent en être un : sil est dit lœil droit et la maindroite, et non lœil gauche et la main gauche, cest parce que ladroite signifie le bien et dans le sens opposé le mal, et que la gauchesignifie le vrai et dans le sens opposé le faux; 01, tout sujet de chutevient du mal, et non du faux à moins que le faux ne soit le faux dumal: que cela ait été dit de lhomme interne, qui a la faculté depenser et de vouloir, et non de lhomme externe, qui a la faculté deparler et dé faire, on le voit aussi daplèS le passage qui précèdeimmédiatement, où il est dit de la femme dun antre, que la re­galdel seulement avec convoitise, cest ,commettre adultère. Dansles Évangélistes: «( La mère des fils de Zébédée demanda à J é­sus que lun de ses fils fût assis à sa droite et lautle cl sagauche, dans son Roymlme ; Jésus dit: Vous Tte savez ce quevOus demandez; dhlC assis ù ma droite et à ma gauche, cenest pas li Moi de le donner, excepté à ceux pour qui cela aété préparé par mon Père. l l - Matth. XX. 20, 21, 23. Malc,X. 35 il. hO; - si ra mèle de Jacques et de Jean, fils de Zébédée,a fait cette demande, cest parce que par la mère il est entendulÉglise, par Jacques la charité, et pal Jean le bien de la charité enacr.; la chàrité et ce bien, ou ceux qui sont dans la charité et dansce bien, sont dans le Ciel à la droite et à la gauche du SeigneUl; là,à la droite est le midi, et à la gauche le septentrion, et au midi sontceux qui sont dans une lumièle claiIe du vrai daprès le bien, et ausèptentlion ceux qui sont dans une lumièle obsclire du vrai daprès
  • 30. 26 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 600.le bien; le Divin lui-même ptocédant du Seigneur comme Soleilproduit une telle sphère Divine dans ces plages ; cest pourquoi,la, ne peuvent être que ceux qui sont dans ces vrais daprès lebien; cela est signifié en ce quil ny a dassis à la droite et à lagauche du Seigneur que ceux pour qui cela a été donné ou préparépar le Père, pal le Père est entendu le Divin Bien du Divin Arnouldoù procède le Ciel et le tout du Ciel; par ces paroles du Seigneul,il est donc entendu que le Seigneul donne dêtre assis dans les Ciel,lxà sa dloite et à sa gauche à ceux pour qui, dès la fondation duMonde, il a élé préparé un hélilage dans le midi el dans le septen­trion. Que le Midi dans les Cieux soit entendu par la droite, on levoit clairement dans David: « A Toi les Cieux, et à Toi laterre; le globe et sa plénitude tu as (ondé; le stptelltrion etla droite, Toi, tu as créé. 1) - PS, LXXXIX. 12, 13; - parles cieux et la terre sont entendus les Cieux supérieurs et les Cieux inférieurs, et pareillement lÉglise interne et lÉglise externe; par le globe et sa plénitude sont entendus les Cieux et lÉglise en gé­ néral quant au bien et quant au vrai, pal le globe le Ciel et lÉglisequant au bien, el pal sa plénitude le Ciel et lÉglise quant au nai;et comme ces choses, ou ceux qui sont Qans ces choses, sont auseptentrion et au midi, et que le midi est à la droite du Seigneur, cest pour cela quil est dit « le septentrion et la droite; )l et comme le Divin Vrai uni au Divin Bien est tel dans ces plages depuis la fon­ dation du Monde, comme il a été dit ci-dessus, cest pour cela quilest dit (1 tu as fondé» et (1 tu as cléé. l) Dans Ésaie :. (1 Le Sei­ gneur VOliS a donné un pain dangoisse et des eaux doppres­ sion; mais de senvoler Ile ser~mt plus contrain ts tes docteurs, et seront tes yeux regardant tes docteurs,. et tes oreilles en­ tendront une parole, disant: Voici le chemin, all~-y, quand à droite vous vous ell irez, et quand à gauche. Il-XXX. 20, 21; - là, il sagit de ceux qui sont dans les tentations, et qui par elles et après elles admettent et reçoivent les instructions dans les vrais de la doctrine; les tentations elles-mêmes sont signifiées~par le pain dangoi>se et par les eaux dopplession; pal le pain dan­ goisse sont signifiées les tentations quant au bien de lamour, el par les eaux doppression sont signifiées les tentations quant aux vrais dc la foi; en effet, les tentations sont de deux genres, à savoir,
  • 31. Vers. 2. CHAPITRE DIXlf~ME. 27quant au bien qui appaltient à lamour, et quant au vrai qui appar­tient à la foi, le pain signilie le bien de lamour, et les eaux signi­fient les vrais de la foi, langoisse et loppression signifient les étatsdes tentations: linstruction dans les vrais de la doctrine est signi­fiée en ce que les yeux regalderontles docteurs, les yeux signifientlentendement et la foi, les docteurs signifient la doctrine: le biende la vie selon les vrais de la doctrine est signifié en ce que iesoreilles entendront upe parole, pal les oreilles est signifiée Jobéis­sance, et comme "obéissance appartient à la vie, il en résulte qu;en­tendre une parole signifie la vie selon les vrais de la doctrine: eins­truction etlohéissance sont en outle décrites par ces mots: Il Disant: Voici le chemin, allez-y, quand à droite vous vous en irez, et quand à gauche; Il par le chemin est signifié le vrai qui conduit, le vrai qui conduit au midi dans le Ciel est entendu pal sen aller à droite, et le vrai qui conduit au septentrion, pal sen allel à gauche. Dans le Mème : « Élargis le lieu de ta tente, et que les courtines detes habitacles on étende, nempêche point; allonge tes cor­dages, et tes pieux, affermis-(Ies) ; (ar à droite et à gauchelu te répandras, el ta semence possédera les nations en héri­tage, et les t,il!es désolées elles rendront habitées. J) - UV. 2,3; -là, il sagit de linstauration de lÉglise chez les Nations; etpal élargir le lieu de la tente sont signifiés les accroissements delf~glise quant au culle daprès le bien; par étendre les courtines deshabitacles sont signifiés les accroissements de lÉglise quant auxvrais de la doctrine; pal allonger les cordages est signil1ée lex­tension de ces vrais; par affermir les pieux est signifiée la con­firmation daprès la Parole; par se répandre à droite et à gaucheest signifiée laugmentation quant au bien de la charité et quant auvrai de la foi, à droite quant au bien de la charité, et à gauchequant au vrai de la foi daprès ce bien; par la semence qui posséderales nations en héritage est signifié le vrai par lequel il y a les biens,la semence est le vrai et les nations sont les biens; et par les villesdésolées, que les nations rendront habitées, sont signifiés les vraisdaprès les biens de la vie, les villes désolées sont les vrais de ladoctrine où préc6demment il ny avait pas de vrais, les nations sont les biens de la vie daprès lesquels il y a des vrais, et habiter, cest :ivre. Dans le Même: (( Dans l ffluportement dc Jéhovah Sé­
  • 32. 28. LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 600.baoth a été obscurcie la terre. et est devenu le peuple commeun aliment du (eu. lhomme son (rbe népargnera point; etsil trancheù dtoite. il sera affamé cependant; et sil mangeà gauche. ils ne seront pas rassasiés; { homme la chair de sonbras ils mangelont. Il-IX. 18,19, 20;-par ces paroles estdécrite [extinction du bien par le faux el du vrai par le mal; lex­tinction de tout bien et de tout vrai, de quelque manière quils soientrecherchés, est signifiée par (1 sil t1anche à droite, il sera affamé ce­pendant; et s"il mange à gauche, ils ne seront pas rassasiés;)) la droiteest le bien doit provient le Hai, et la gauche est le vlai daprès le,bien; trancher à dtoîte et manger à gauche, cest rechercher; êtreaffamé et ne pas êtle rassasié, cest ne point Ilouver, et si lontrouve ne pas cependant recev@il; quant au reste, il a été expliquéci-dessus; voir N° 386. Dans Ézéchiel : (1 La ressemblance des(aces des Chérubins. (aces d homme. et (aces de lion à droiteà eux. quatre; et (aces de bœuf à gauche, et (aces daigle àeux; quatre. Il - I. 10; - ce qui est signifié par les Chérubins,et ce qui est signifié par leurs faces, qui étaient comme des facesdhomme, de lion, de bœuf et daigle, on le voit ci-dessus, N°s 277à 281; si des faces dhomme et de lion ont été vues à droite, cestparce que pal lhomme esL signifié le Divin Vrai dans la lumièreeL dans lintelligence, eL pal le lion le Divin Vrai dans la puissancequi en provient, tel quil esL dans le Ciel au midi; et si des facesde bœuf onL été vues à gauche, cest pOUl signifier le bien do vrwidans lobscUl, cal par le bœuf est signifié le bien de lhomme na­turel, lequel bien est dans lobscur pour ceux qui habitent dans leCiet au septentrion. Dans Zacharie: (1 En ce jour-là. je placerailes chers de J ehudah comme un (oyer de (eu dans du bois. etcomme un flambeau de (eu dans une gelbe. afin quils dévo"­1ent à droite et à gauche tous les peuples dalentour. pour queJérusalem habite encore sous elle-même dans Jérusalem. ))­Xli, 6; -là, il sagit de linstauration de lÉglise céleste, ou delÉglise qui doit être dans le bien de lamoUl envers le Seigneur;cette Église est entendue pal la maison de Jehudah; par ses chefssont entendus les biens avec les vlais de cette Église; la dispersiondes maux et des faux pal eux est signiliée en ce quils seront placéscomme un fijyel de feu dans du bois, et comme un flambeau de feu
  • 33. Vers. 2, • CHAPITRE DIXltME. 211dans une. gerbe, et en ce quils dévorelont à droite et à gauc.he tous .les peuples dalentolll; les maux qui selont dispersés pal cetteÉglise sont signifiés par l( comme un foyel de fen dans du bois, etcomme un flambeau de feu dans une gerbe; Il elles faux qui serontaussi dispersés sont signifiés par les peuples daientolll" quils dévo-reront GU consumeront; que cette Église sera en sûreté contre lin-festation des maux et des fanx, et victorieuse dans le bien de la vieselon les vrais de la doctrine, cela est signifié en ce que Jérusalemhahitera enco,e sous elle-même dans Jérusalem, être habité se ditdu bien de la vie, et Jérusalem signifie lÉglise quant aux vrais dela doctrine. Dans Ézéchiel: Contre toutes lews portes je met- l(trai le tranchant de lépée; ah! elle est devenue comme lé-clair, aiguisée pour le carnage; lassemble-toi, il droite toume;dispose-toi, à gauche tourne, partout où tes (aces penchent. Il- XXI. 20, 21; - pal ces paroles est décrite la destluction duvrai par des faux atroces; par lépée est signifié un tel faux détrui-sant le vrai, I:atrocité et lénormité de ce faux sont décrites en ceque lépée est devenue comme léclair, et a été aiguisée pour le car-nage; quil ny ait pour ceux qui sont dans ce faux aucun bien niaucun vrai, quoiquils sappliquent à chercher, cela est signifié pall( rassemble-toi, à droite tourne; dispose-toi, il gauche tourne,partout où tes faces penchent. Il Dans Zacharie: Cl 111alheur au pas-teur de néant, qui abandonne le troupeau! lépée (sela) ,~urson bras, et sur lœil de sa droite; son bras séchant séchera,et l œil de sa droite obscurcissant sera obscurci, XI. 17; 1) -~ par le pasteur de néant qui abandonne le troupeau sont entendusceux qui nenseignent pas le vrai, et ne conduisent pas pal le vraiau bien de la vie, qui ne sinquiètent pas si ce quils enseignent estle vrai ou le faux; par lépée sur son bras est signifié le faux dé-truisant tout bien de la volon lé, et par lépée SUI lœil de sa droiteest signifié le faux détruisant tout vrai de lentendement; quilsseront privés de tout bien et de tout vrai, cela est signifié en ce queson b"as séchant séchera, et que lœil de sadloile obscurcissant seraobscurci; voir aussi ce passage expliqué ci-dessus, N°s 131, 152.Comme la région droite du corps el les membres de la région droitesignifient le bien paI lequel il yale vlai, cest pour cela que lors-quAharonet ses fils étaient inaugurés pOUlie sacerdoce, il ful com-
  • 34. 80 L APOCALYPSE EXPLIQUltE, N 600.mandé cc de prendre du sang du bélier, et den mettre sur lebout de leur oreille droite, sur le pouce de leur main droite,et .~ur le pouce de leur pied droit, )) - Exod: XXIX. 20;­cela a été commandé, parce que le sang signillait le Divin VJai parlequel il yale bien de lamour, cal ce bien était représenté parAhaton, et ce vrai pal ses fils; et comme toute inauguration pourreprésenter le Divin Bien de lamour se fait par le Divin Vrai, ilétait mis du sang SUI le bout de loreille droite, sup le pouce de lamain droite et Sllr le pouce du pied droit; pal le hout de [oreilledroite est signifiée lobéissance daprès la perception, par le poucede la main droite est signifié le bien par volonté, et par le pouce dupied droit est signifié le hien pal acte, Comme pal la lèpre est signi­fié le bien consumé pal les faux, la manière de réparer ce mal paldes moyens Divins est décrite par le procédé de la purification de la lèpre, entendu dans le sens spirituel; je rapporterai seulement dece procédé ce qui suit: l( Le prêtre prenait du sang du délit, et en mettait sur le bout de toreille droite de celui qui devait être purifié, et sur le pouce de sa main droite, et sur le pouce de son pied droit: et le prêtre prenait de lhuilé du log, et en répandait sur sa paume gauche; et le prêtre trempait son doigt droit dans lhuile qui était sur sa paume gauche, et faisait aspersion de lhuile avec son doigt sept fois devant Jéhovah.))- Lévit. XIV. 1lt, 15, 16, 17, 2lt à 28;- ici, pal le bout de loreille droite, le pouce de la main droite et le pouce du pied droit, il est signifié les mêmes choses que ci-dessus; la même chose aussi pal le sang, à savoir, le Divin Vrai, cal ce vrai purifie lhomme des faux qui ont consumé le bien chez lui; quand il en a été purifié, le bien peut ètre produit par les vrais, et ainsi lhomme peut être guéri de la lèpre, Daprès tous ces passages, on peut voir que la droite et la gauche siguifient le bien doù provient le vrai, et le vrai daprès le bien, comme il a été dit ci-dessus; au­ llemeut, que serait-ce que de mettre du sang sur la partie droite de ces membres, et de prendre de lhuile dans la paume gauche et en faire aspersion avec le doigt droit? Pareillement, en ce que le Pro­ pMte Ézéchiel reçut ordre de coucher sur son d)té gauche, et de placer sur lui IfS iniquité.~ de la maison d]sraël. - Ézéch. IV. h; - cal par le plophète il est signifié celui qui enseigne, et
  • 35. "ers. 2. CHAPITRE DIXlf;ME. :Hùans le sens abst/ait la doctrine de lÉglise; par le côté gauche estsignifié la doct.ine du vrai daprès le bien; et par les vrais daprèsle bien lhomme est plllifié des iniquités. Il Si Salomon plaça dixcuves, cinq près de lépaule de la maison li droite, et cinq prèsde l ~pallle de la maison à gauche, et III mer dairain li lé­paule droite de la maison vers lorient vis-à-vis du midi, l ) ­1 Rois, VII, 39, - cétait parce que la Maison ou le Temple repré­sentait le Ciel et lÉglise, et les cuves les purifications des faux etdes maux, et ainsi les pléparations pour entrer dans le Ciel et danslÉglise; lépaule droite de la maison signifiait le inidi dans lesCieux, où le Divin Vrai est dans sa.lumière; et lépaule gauche si­gnifhiit le septentrion, où le Divin Vrai est dans son omlwe; ainsi,par ces dix cuves étaient signifiées toutes les choses de la purifica­tion, et tous ceux qui sont purifiés; èt par cinq près dune épaule,et cinq plès de lautre, étaient signifiés ceux, ou ce genre dhommes,chez qui le Divin Vlai est dans la lumièlc, et ceux chez qui il estdans lombre, car dix signifie tOlltes choses et tous, et cinq unepartie ou un genre; la mer dairain représentait le purificatoirecommun; si elle avait été placée à- lépaule droite de la maison verslorient vis-à-vis du midi, cétait palce que le Divin VJai qui purifieprocède dû Divin Amour du Seigneur, cal lorient est où appalaitle Seigneur comme Soleil; le Divin VIai, qui est la Lumiè,e du Cielprocédant de ce Soleil, est au midi dans son clair et dans tout sonjour; cest pour celte raison que le pUlificatoire commun avait étéplacé vers lorient vis-à-vis du midi. Ces Arcanes de la Parole, onne peut les savoit dans le Monde que daprès la connaissance desPlages dans le Ciel, qui sont autlement que dans le Monde; maisà légard des Plages dans le Ciel, voir ce qui en a été dit dans leTraité DU CIEL ET DE LENFER, No Ul à 153. Comme chacundans le Monde spilituel entle et marche dans des chemins qui con­duisent vers ceux qui sont dans un semblable amoul régnant, etque chacun est libre daller dans le chem in quil veut, et dans lequelet pal lequel son amoul le conduit, et comme ces chemins à droiteet àgauche tendent à lun ou à lautre amoUl, ainsi à lamollI quia été illSilé, cest aussi pour cela que par à droite et à gauche il estsignifié au gré, librement, à souhait, comme dans le Livre de laGenèse: « Abraham dit il Loth: Sépare-toi d(/1ec moi; si à
  • 36. ;32 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N"600.gauche, à droite jirai; si à droite, à gauche jirai. Il-XIlI.9.-11 Et le serviteur dAbraham dil à Laban, lorsquil de­mandait Rébeccah pour épouse dIsaac: Déclarez-le-moi, afinque je me tourne à droite ou à gauche. )1 - XXIV. !t9. - Parne point se détourner et ne point sécarter à droite ou à gauche, ilest signifié aussi ne point aller dans un autre chemin que celui oùle Seigneur Lui-Même, et où le bien et le vrai du Ciel et de lÉgliseconduisent, ainsi sans erreurs; par exemple, il est dit Il quon nedoit pas se délourner de la parole du prêlre lévite, ni des ju­gements, ni des pléceples de la Parole à droile ou à gauche. Il- Deutér. XVH. H, 20. XXVUl. 1ft. Jos. I. 7. H Sarrr. XIV.1.9: - et que l( les fils dIsraël ne sécarteraient point ù. droileou à gauche, mais iraient par le chemin du roi, quand ilspasseraienl par la terre dÉdom. - Nomb. :XX. 1.7 : - et Il quand il,ç passeraient par la terre du roi Sichon.)) -Deutér.H. 27.- Quoutre cela, la Droite signifie la pleine puissance, etquand il sagit du SeigneUl, la Divine Toute-Puissance, on le voitci-dessus, N° 298. 601.. Et il cria à voix glande, ainsi quun lion rugit, si­gnifie le témoignage dune douleur grave, à cause de la déso­lation du Divin Vrai dans lÉglise: on le voit par la significa­tion de crier à voix grande, en ce que cest le témoignage dunedouleul grave, ainsi quil va être monhé; et pal la signification deainsi quun lion rugit, en ce que cest à cause de la désolaI iondu Divin Vrai dans lÉglise, car par le lion est signifié le DiviliVrai dans sa puissance; voir ci-dessus, N° 278, et par mgir estsignilié leffet de la douleul à cause de la désolation de ce Tai;que ce soit là ce qui est signifié par Il crier il voix grande, ainsiqaun lion rugit., Il on le voit daprès ce qui suit dans ce Chapitre,où il sagit de la désolation du Divin Vrai dans lÉglise; en elIet,par lAnge forl descendant du Ciel est entendu le Seigneur quantil la Parole, qui est le Divin Vrai; plus loin il est dit que «(lAngeleva sa main au Ciel, et jura par Celui qui 1JÏl aux siecle.ç dessiècles que de lemps plus il ny ml1"ll, Il ce qui signifie quil nyaurait plus dentendement du Divin Vrai, ni par suile aucun élatde ll~glise; et ensuite il est dit que «( dans les jours de la Voi;c du ~fplième Ange sera (OJuommé le mystère de Dieu, )l ce
  • 37. "ers, :$. CHAPITRE nrX(t:~1E, 3 .1 " •qui signilie que le jugement demier doit venir quand il ny auraaucune foi du Divin Vrai: parce quil ny aura pas le bien de. lacharité: daplès cela, on peut voir que par Cl il cria à voix glunde,ainsi quun lion rugil,» il est signifié le témoignage dune douleurgrave, à cause de la désolation du Divin Vrai dans lÉglise. Enoutre, dans la Parole, le Lion est llès-souvent nonlme, et par leLion dans le sens suprême, il est signifié le Seigneur quant au DivinVrai, et pareillement le Ciel et lÉglise quant à ce Vrai plocédantdd Seigneur; et par suite pal le Lion est signifié le Divin Vraiquant à la puissance; sur celte signification du liOIl, voir ci-dessus,N° 278; de là, on peut voir ce qui est signifié par rugir ou pal lerugissement du lion, à savoir, une ardenle affection de protéger leCiel et lÉglise, et ainsi de sauver les anges du Ciel et les hommesde l}~gtise, ce qni se fait en détluisaut les faux du mal par le DivinVrai et pal sa puissance; et que, dans le sens opposé, pal rugiron par le rugissement du lion, il est signifié une aldente cupidité deperdre et de déaster lÉglise, ce qui se fait en détruisant le DivinVrai par les faux du mal; ces significations appartiennent au ru­gissement du lion, parce que quand le lion a faim et désire uneproie, et aussi quand sa colère sembrase contre ses ennemis, il acoutume de rugir. Que rugir et le rugissement aient ces significa­tions dans la Parole, on peut le roil pal les passages suivants;da~s Ésaïe: (( Ainsi ma dit J é/wvah : Comme rugit le liOn etle âonceà"- SIII sa proie, quand accourt contre lui la troupedes Jiasteurs, ]Jàl la voi,x desquels il nest point con8tern~; etpar le tumulte dtsquels il nest point abattu, ainsi descendraJéhovah Sébaoth p01l1 combattre sur la montagne de Sion etsur sa colline. ») - XXXI. lt; - .Jéhovah est comparé à un lionqui rugit, parce que par le lion est signifié le Seigneur quant auDivin Vrai ct à la puissance de ce nai, et que (Jar rugir est signiliéelardeur de déf;iJdre lÉglise contre les maux et les faux; cestpOUlquoi, il est dit « ainsi,descendra Jéhovah pour comballle SUI lamontagne de Sion et sur sa colline; 1) la mont.agne de Sion estl(~glisecéleste, et sa colline ou JélUsalem est lÉglise spirituelle ;Iaproie sur laquelle rugit le lion signifie la délivrance de lenfer. DansJoël: Il J éhoLlth de Sion lI1,9ira, et de Jérusalem il donneradt: sa voix, et éblanlés seront les cieux et la teire; mais J é- IV, 3.
  • 38. 3A LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N"G01. hovah (sera) un refuge pour son peuple, et un rempart pour ies fils dIsraël. » - IV. 16; - la protection que le Seigneur accorde aux fidèles par le Divin Vrai est déclite pal « Jéhovah de Sion rugira, et de JélUsalem il donnera de sa voix; » la puissance impétueuse du Diviu Vlai et la teneur quelle produit sont décrites en ce que les cieux et la terre seront ébranlés, et la salvation et la plotection sont décrites en ce que Jéhovah sera un refuge pOUl son peuple, et un rempart pour les fils dIsraël; le peuple de Jéhovah et les fils dIsraël sont les fidèles de lÉglise, Dalls Hosée : li Je /w·/"etournerai point pour détruire Éphraïm;~apres Jéhovah ils iront, qui comme un lion rugira, car Lui rugir(l; et avec honneur sapprocheront des fils (venus) de la mer; avec honneur ils arriveront, comme loiseau, de lÉgypte; et, comme la co­ lombe, de la terre dAssyrie; et je les/erai habiter sur leurs maisons. 1) - XI. 9,10, 11. - par Éphlaïm est signifiée lÉglise quant à lentendement du vrai; ce qui suit est donc dit de cette Église; aller après Jéhovah signifie adolel le Seigneur et vivre par" Lui; (1 qui comme un lion rugira, car Lui rugira, )1 signifie la dé­ fense de ceux-là pal le Divin Vrai; li avec honneur sapplocheront des fi ls ven us de la mer, 1) sign ifie que ceux qui son t dans le bien Batulel sapprocheront vers lÉglise; (1 avec honneul ils alTiveront, comme lo.iseau, de lÉgypte, Il signifie leur pensée natUlelle da­ près les scientifiques vrais, loiseau est la pensée, et lÉgyptè est le scientifique qui est le vrai naturel; li et, comme la colombe, de la terre dAssyrie, Il signifie quils auront le bien rationnel et le vrai rationnel, la colomhe est le bien ratiollnel, et la terre dAssyrie est lÉglise quant au vrai rationnel; en effet, il y a chez lhomme un bien et un vlai naturels, comme aussi un bien et un vlai ration­ nels, le naturel est inférieut ou extérieur regardant le monde, le lationr.el est supériBul ou intérieur conjoignant le naturel avec le spirituel; le naturel est lÉgypte, le rationnel est Aschur, et le spi­ (ituel est ISIaël; (( et je les ferai habiter sur leurs maisons, » si­ gnifie la vie daprès la volonté du hien et daplès lentendement du nai; le mental humain, qui se compose de la volonté et de len­ tendement, est entendu par la maison, et vivre est signifié par ha­ biter. Dans Amos : (1 Le Seigneur J éhovih ne fera pas une chose, quil nait révélé son secret ri ses serviteurs les prophètes;
  • 39. Vers: 3, CHAPITHE DIXll~ME. 35le lion a rugi; qui ne craindrait? le Seigneur J élwvih a parlé;qui ne prophétiserait? li -Ill. 7,8;- « le Seignelll Jéhovih nefela pas une chose, quil nait révélé son secret à ses serviteurs lesplophètes, )l signifie que le SeigneUl ouvre les intérieurs de la Pa­role et de la doctrine à ceux qui sont dans les vrais daprès lebien; par révéler le secret, il est signifié illustrer et ouvrir lesintérieurs de la Parole; par les serviteurs prophètes sont signi­fiés ceux qui sont dans les vrais de la doctrine et qui leçoivent; (.Ie lion a rugi; qui ne craindrait? Il signifie .Ia puissante révéla­tion et la manifestation du Divin Vrai; « le Seigneul Jéhovih aparlé; qui Ile prophétiserait? )l signifie la réception et la manifes­tation; le Seigneur est appelé Seigneur Jéhovih, quand il sagitdu bien. Dans Zachalie : « Voix de hurlement des pasteurs,pmce que dévastée a été leur magnificence; 1)oix de rugisse­ment des jeunes lions, pmce que dévastée a été lélbJUtion duJ Ol/rdain. » - XI. 3; - « voix de hurlement des pasteurs, parce/lue dévastée a été leur magnificence, )l signifie la douleur de ceuxqui enseignent, parce que le bien de lÉglise a péri; sont appelés pasteurs ceux qui enseignent le vrai et qui conduisent par le vrai au bien de la vie, et la magnificence est le bien de lÉglise; ( voix de rugissement des jeunes lions, parce que dévastée a été lélévation du Jourdain, li signifie la douleUl, à cause de la désolation du Divin Vrai dans lÉglise; sont appelés lions ceux qui sont dans les Divins VIais, le rugissement signifie la douleUl; léléation du Jourdain, qui a été dévastée, signifie lÉglise quant au Divin Vrai introdui­ sant. Dans Job: (1 Dieu rugit de sa voix, il tonne de la voix de sa majesté, et cepClldant il ne relwerse point quand est lIltelldue sa voix; Dieu tonne de sa voi.x admirablement, 1 ) ­ XXXVII. h, 5; - par rugir et tonner de la voix, il est signifié la puissance et lefficacité du Divin Vrai ou de la Parole. Dans les passages lappo!tes, par rugir a été signifiée dans un sens large llne a!dente affeciion de protéger le Ciel et lÉglise, ou les Anges du Ciel et les hommes de lÉglise, ce qui se fait en détlUisant les faux du mal par le Divin Vrai et pal la puissance de ce Vlai : mais, dans le sens opposé, par rugir est signifiée une ardente cupidité de perdre et de détruire léglise, ce qui se fait ell détruisant le Divin Vrai par les faux du mal: rugi! est dit dans ce sens clans les pas-.
  • 40. 36 LAPOCALYPSE EXPLlQU~~E. N"GOt.sages suivants; dans Jérémie: Il Babel sera en inonceaux, enhabitacle de dragons, en stupeur et en sifflement; ensemblecomme des lions ils rugiront, un rugissement ils pousserontcomme des lionceaux; quand ils seront échauffés, je les mettraien festins, et je les enivrerai, afin quils bondissent, et quils.~ endorment d:un sommeil séculaire, et quils ne se ré1;eillrntpoint. il-LI. 37, 38, 39;-Ia ruine de Babel, au point· quil nyait plus en elle aucun llai ni aucun bien, est signifiée par lt Babeisera en monceaux, en hahilacle de dragons, en stupeur et en siffle­ment;)) Bahel signifie cellx qui abusent des choses saintes pOUl domi­ner; leur aldente cupidité de détruire le Divin Vrai pal les faux dumal est signifiée pal Il ensemble comme des lions ils rugiront, un lU­gis.;ement ils pousseront comme des lionceaux;)) laldelll de ceux quisont associés pOUl ce crime est sign ifiée par Il quand ils selont échauf­fés, je les mettrai en festins;)) par uje les enivrerai, afin quils bondis­sent,)) il est signifié quils deÎendlont insensés par les faux du mal; Il afin quils sendorment dun sommeil séculaile et ne se réveillent point, Il signifie quils ne complendlùllt plus aucun llai, el que parsuite ils ne velront point la vie. Dans le Même: Il Est-il esclave, Israël? est-il un né de la maison, lui? pourquoi est-il devenu une proie? conl1e lui rugisselli de jeunes lions; ils donnent de leut· voix, ils réduisent ,ya tere en dévastation, ses villes sont inCendiées, au point quil ny a pas d habitant, Il - II. H, 15; - Il est-il esclave, ISlaël? eSl":il un né de la· maison, lui? Il $i­ gnilie lÉglise qui avait élé dans les vrais et dans les biens, et que jusquà présent il ny a pas Église; Israël signifie lÉglise, Jesclave ceux qui sont dans les vrais, et le né de la maison ceux qui sont dans les hiens; Il pourquoi est-il deenu une proie? Il signifie sa dévastation; Il contre lui rugissent de jeUl_les lions; ils donnent de 1 leur voix, )) signifie en elle la désolation du Divin Vrai pal les faux: du mal; l( ils réduisent sa tene en dévastation, II signifie la des­ truction de lÉglise elle-même par les maux; « ses illes sont incen­ diées, au point quil ny a pas dhabitant, Il signifie la destruction de ses doctrinaux aussi par les maux, au point quil ne leste aucun bien de lÉglise. Dans Ézéchiel: (1 Il sest levé un des petits de la lionne, jeune lion il est det1enu, et il {l appris à ravit la proie, les homme& il a dévolé; il a violé les veuves, et les villes
  • 41. Vers. 3. CHAPITHE DIXIÈME. 37il a dévasté; el désqlée a été la terre et sa plénitude pm la1>oix de son rugissement. ) -.-XIX. 3,7; -ceci est dit de lÉ­glise Juive, qui est entendue là par la mère des lions; pat le jeunelion est signifié le faux du mal dans lardeul de détluire le vlai.delltglise; par ravir la proie est signifiée la destruction du vrai et dubien de ntglise; (( les hommes il a dévoré; il a violé les veuves,etlles villes il a dévasté, )J signifie la des,truction de tout entendementdu vrai, et celle du bien qui désile le nai, et aussi celle des doctri­naux; les hommes signifient lentendement du vrai, les veuves le bienqui désire le Hai, et les villes les doctrinaux; (1 désolée a été la terreet sa plénitude par la voix: de son rugissement, )J signifie la dévas­tation de lÉglise, et lextinction de tout vrai daprès la Palole palle faux du mal; la terre est lItglise; sa plénitude, ce sont les vraisde lÉglise daprès la Parole, et la voi; du rugissement est le fauxdu mal qui détruit. Dans Jérémie: (( Lépée, Moi, jappelle su/tous Les habitants de la terre; cest pourquoi, toi, tu leur di­ras: Jéhovah den haut rugira, et de l habitacle de sa sain­teté il itonnera de sa voix; rugissant il rugira contre ses ha­bitacles; le tumulte vient jusquau bout de la terre, parcequil y a procès de Jéhovah contre les Ttations, en jugementil entrera avec toute chair, les impies il livrera il lépée. »­XXV. 29, 30, 31;.- ici"la vastation de lÉglise est attribuée àJéhovah, quoique les hommes en soient cause; « lépée, .~~oi, jap­pelle SUI tous les habitants de la tetle, ) signifie le faux détrui­sant tout vrai dans toute lÉglise; « Jéhovah den haut rugira, etde habilacle de sa sainteté il donnera de sa voix, )l signifie un {é­moignage de douleur dans le Ciel, à cause de la dévastation du DivinVrai; « rugissant il rugira contre ses· habitacles, » signifie une dou­leur grave et une lamentation sur toutes les choses de lÉglise; « le tumulte vient jusquau bout de la terre, Il signifie la confusion detoutes choses depuis les premiels de lÉglise jusquà, ses derniers; « parce quil y a procès de Jéhovah contre les nations, en jugementil entrera avec toute chair, )) signifie la visite et le jugement sur tons ceux qui sont dans les maux; Il les impies il livrera à lépée, )signifie lem ruine daprès les faux. Dans Amos : « J élzovah deSion rugira, et de Jérusalem il donnera de sa toix, en sorte que dans le deuil soient les habitacles des be,gers, et que se
  • 42. :3~ LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. ~o 601.dessfche Le so!!unet du Carmel. Il -1. 2; -le rugissement ve­nant de Sion signifie une douleur grave, et la voix venant de JélU­salem signifie une lamentation; le deuil des habitacles des bergers,et le dessèchement du sommet du Carmel, signifient à cause de lavastation de tous les biens et de tous les Hais de lÉglise, les habi­tacles des bergers signifient tous les hiens de lÉglise, le sommetdu Carmel signifie tous les vlais de lÉglise, le deuil et le dessèche­ment signifient la vastation ; si le sommet du Carmel signifie lesvrais de lÉglise, cest parce que dans Carmel il y avait des vignes,et que le vin signifie le vrai de lÉglise. Dans Ésaïe: (1 La coLèrede Jéhovah sest enflammée contre san peuple; il a élevé unétendard pour les nations lointajnes, et il a sifflé à celui (quivienl) de lextrémité de la terre; il a un rugissement comme(celui) du lion, il nlgit comme les jeunes lions, et il (lémit etsaisit la proie, et il la ravim, sans que personne ne larrache;et il (rémùa contre lui comme du (rémissement de la mer, etil regardera vers la terre, et voici, ténèbres, angoisse, et laLumière sobscurcit dans ses ruines. » - V. 25 à 30; - iciaussi, le rugissement comme celui dun lion, et comme celui desjeunes lions, signifie une douleur et une lamentation SUl la vasla­ tian du Divin" Vrai dans lÉglise par les faux du mal; « il saisit la proie sans que personne ne larrache, )l signifie la délivrance et la salation de ceux qui sont dans les vrais daprès le bien; [a vasla­ tion elle·même est décrite par (1 voici, ténèbres, angoisse, et la lu­mièle sohscurcit dans ses ruines; )l les ténèbres sont les faux, (angoisse est le mal, la lumière obscurcie est le Divin Vlai éva­ noui, et les ruines signifient une subversion totale. Dans David: Il Lennemi a tout détruit dans le sanctuaire, tes ennemis ont rugi au milieu de ta (ête. )l-PS. LXXIV. 3, hô-lennemi signifie le mal provenant de lenfer; le sanctuaÎle est lÉglise, et la fête le culle; de là, on voit clairement ce qui es~ signifié pal ces pa­ roles en série. Que le rugissement signifie une grave lamentalion provenant dune douleur de cœur, on le voit par ces passages, dans David: (1 Quand je me suis tu, mes os ont vieilli, par monrugissement tout le jow. Il - Ps. XXXII. 3. - Dans le Même: « Je suis affaibli et brisé extr€mement, jai ,ugi, à cause durugissement de mon cœur. )l - Ps. XXXVIII. 9.-Et dans Job:
  • 43. Vers. 3. CHAPITRE DIXIf~ME. 30 l( Avant le pain mon soupir vient, et comme des eaux se ré- pandent mes rugissements. )l - III. 2li. 602. Et, quand il eut crié, proférèrent les sept tonnerres leurs l!oix, signifie linstruction venant du Ciel, et la percep- tion sur le dernier état de lÉglise: on le voit pal la signification de proférer des voix, en ce que cest instruire, ici daprès le Ciel, parce quil est dit que les sept tonnerres proférèlent; et par la si- gnification des sept tonnerres, en ce quils sont le Divin Vrai quant à lentendement et à la perception, comme il a été montré ci- dessus, N° 273 : les tonnerres sont dits être sept, parce que par sept il est signifié toutes choses et le plein, et quli se dit quand il sagit des choses saintes; voir ci-dessus, N°s 20, 2li, 257, 300; que ce soit sur le dernier état de lÉglise que Jean a été instruit du Ciel par des voix comme des voix de tonnerres, cest parce quil sagit de cet état dans ce Chapitre, comme on le voit par ces pa- roles qui suivent: Il Dans les jours de la voix du septième Ange, quand il devra sonner de la t1Ompetle, sera aussi consommé, le mystère de Dieu,comme il a évangélisé à ses serviteurs les prophètes. » - Vers. 7 : - et que toutefois une instruction sela donnée dans lÉglise, avant que vienne cet état, qui est la fin, cest ce qui est entendu par les dernières paroles de ce Chapitre: (II Ile faut de nouveau prophétiser sur peuples, et nations, et lan- gues, et rois en grand nombre. » - Vers, H. - Daprès cela, on peut voir que par «( plofélèlent les sept tonnenes (eurs voix, » il est signifié linstruction venant du Ciel, et la perception SUI le dernier état de lÉglise. 603. Et, quand eurent proféré les sept tonnerres leurs voix, jallais écrire, signifie quil voulait manifester cet état: on le voit par la signification de quand eurent proféré les sept tonnerres leurs voix, en ce que cest linstluction venant du Ciel et la perception sur le derniel état de lÉglise, ainsi quil a été montré ci-dessus, N° 602; et parla signification de} allais écrire, en èe que cest vouloir manifester; quécrire, ce soit manifester, cela est éviden t. , 60li. Et jentendis une voix du Ciel, qui me disait: Scelle les choses quont proférées les sept tonnerres, et ne les écris point, signifie le commandement par le Seigneur, afin que ces
  • 44. Ml LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 604,choses soient ré.servées e~ ne soient point encore mam{e.stées:on le voit pal la signification dentendre un~ voi.x du Ciel, en ceque cest le commandement par le Seigneur, afin quil nécrive pointces choses; pal la signification de sceller les choses quont pro­férées les sept tonnerre:>, en ce que cest que les choses dont il ilété instruit, et celles quil a perçues SUI le dernier état de lÉglise,doivent être tenues secrètes et réservées; el par 10 signification .dene les écris point, en ce que cest quelles ne doivent point encoleêtre manifestées; 7)oi1 ci-dessus, N° 603. Que sceller, ce soit tE:­nir secret et réservel pOUl un autre temps, on peutie voir daprèsce qui suit dans ce Livre, car dans ce qui suit il sagit de lélatmoyen de lÉglise, état qui a lieu entre le son de la trompette dl!sixième Ange et celui du septième Ange, cest-il-dire, entre la­vant-dernier état de lÉglise et le dernier; ce sont donc les chosesqui arrivelont dilns le dernier état, quil faut léselver et ne pointencore manifester.. 605. Vels, {), 6,7, Et lAnge, que javais 1)U se tellant sur lamer et sllr la terre, lera sa main vers le Ciel,-Et iljura parCelui qui vit aux siècles des $iècles, lequel q c"éé le Ciel et leschoses qui y sont, et la Terre et les c/u~ses qui y sont, et la!II el et les choses qui y :>ont, que de tqmps plus il ny aura.­111q,is que dans les jow:s de la voix du septième A nge, quandil devra .sonner de la trompette,-sera aussi consommé le mys­tère de Dieu, comme, il a évangélisé li .ses serviteurs les pro­phètes.-Et lAng,e que jatais vu se tenant sUlla mer et surla terre, signifie le Seigneur à qui ont été soumises toutes les chosesdu Ciel et de lÉglise: leva sa main vers le Ciel, signifie lattes­tation devant les Anges de létat de l]~glise : et il jura par Celuiqu~ vit au.x siècles des siecles, signifie la vérité daprès son Divin:lequel a créé le Ciel et les choses qui y sont, et la Terre et leschoses qui y sont, et la Mer eeles choses qz(i y sont, signifie le Seigneul quant à tOlites les choses du Ciel et de lÉglise, intérieures et extélieures : que de temps plus il ny aura, signifie qllilnyaurait plus dentendeme.nt du Divin Vrai, ni pal suite aucun étatde lÉglise: mais q~~ dans les jours de la voix du septièmeAnge, quand il devra sonner de la lrompelle, signifie le delniClétat de lÉglise, et aloI:; la rélélation dl! Diliu Vrai: sera rHlSKi
  • 45. el!. 5. CHAPITR.E D1Xlf;~1E. 41consommé le mystère de Dieu. comme il tl ét1angéfisé à sesaerviteurs les prophètes. signifie que lit prédiclion dans la ParolesU lavènement du Seigneur doit être accomplie, quand arrive lafin de lÉgi isè. 606. Et lAnge qucjavais vu-se tenant sur la mer et surlCl terre, signifie te Seigneur à qui ont été soumises toutes leschoses du Ciel et de lÉglise: on le voit par la significafion delAnge descenda~t du Ciel, en ce qlle cest le Seigneur, comme ila été montré ci-dessus, N° 593; et pal la siguificalion de se tenantsur la mer et sur la terre. en ce que cest à qui ont élé soumisestoutes les choses du Ciel et de lÉglise, comme il a aussi été monlréci-dessus, N° 600; de là, par se tenir sur ell.es, il est signifié quellesLui ont été soumises, comme aussi dans David: (1 Tu Las (ait do­miner sur les œUVIes de tes mains; toutes choses tu as mis sousses pieds. » - Ps. Vlll, 7; - ceci a été dit du SeigneUl; sa domi­nation SUI tonIes les choses du Ciel et de lÉglise est entendue en ceque toutes choses ont été mises sous ses pieds: et dans Ésaïe: Il Lelieu de mes pieds je rendrai honorable. l l - LX. 13; - pa lelieu des pieds du Seigneul sont. entendues, dans le commun senstoutes les choses dlt Ciel et de lÉglise, puisquè le SeigneUl commeSoleil est au-dessus des Cieux; mais, dans le sens palliculier, par lelieu de mes pieds est signifiée lÉglise, car lJtglise du Seigneur estchez les hommes dans le Monde naturel, et le nalurel est le dernierdam lequel le Divin se termine et sur lequel pOil 1" ain~i dile il sub­siste; cest de là que lÉglise dans les terres est dite aussi le marche­pied des pieds du Seigneur, dans le Même: Il La terre (est) lemarchepied de mes pieds. »-LXVl.l. Matlh. V. 35 :-etaussi;dans les Lamentations: li Il ajelé des Cieux en terre lhonneurd Israël. et il ne sest point souvenu du marchepied de uspieds. »- II. 1: -et dans David: « Nous entrerons dans seshabitades, nous nous prosternerçms devant le marchepied deses pieds. » - Ps, CXXXIl, 7; -- ces choses ont été dites du Sei­gn,eur, et pal le marchepied de ses pieds est ent,endue lÉglise dansles terres. Daprès cela, on peut voill}ue pal s~ tenir sur la 111C1 etsur la tene, quand cela est dit du Seigneur, il èst signilié que toutesles, choses du Ciel et de ntglise Lui Qllt été sO~llnises; mais par lamer et la tepre, SUl lesquelles il a (l@ié ses pieds, il est spécialement
  • 46. lt2 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE, N° 606, signifié le dernier Ciel et lÉglise dans les terres, comme il vient dêtle dit; en elfet, par les parties supélieUles du corps de cet Ange sont signifiés les Cieux supérieurs, parce quils y correspondent, cal le Ciel intime correspond à la Tête, le Ciel moyen à la Poitrine, jusquaux lombes, le demier Ciel aux Pieds, et lÉglise dans les terres aux Plantes des pieds, doù il suit que celle-ci est entendue par le marchepied des pieds: de cette correspondance, on peut con­ clure ce qui a été représenté en général et en particuliel par lAnge, - pal lequel est entendu le Seigneur, - se tenant sur la mer et snI la telle, à savoir, que le Ciel a été représenté tout entier, car le Seigneur est le Ciel, et son Divin Humain le fOlme à son image, doù il (ésulte que tout le Ciel en présence du Seigneur est comme un seul homme, et correspond à toutes les choses de lhomme, aussi est-ce pOUl cela que le Ciel est appelé le Très-Grand Homme ; mais sur ce sujet, voir ce qui a été lapporté dans le Tlaité DU CIEL, ET DE LENFER, N°s 59 à 102. 607. Leva sa main vers le Ciel, signifie lattestation de­ vant les Anges de létat de lÉglise: on le voit pal la signifi­ cation de lever la main vers le Ciel, en ce que cest lattestation devant les Anges; que ce soit sur létat de lÉglise, cela est évident daprès ce qui suit; que ce soit une attestation devant les Anges,. qui est signiliée ici par lever la main vers le Ciel, on peut le coil­ clure de ce que les attestations se font en élevant les mains vers le Ciel, et aussi de ce quil jura par Celui qui vit aux siècles des siècles que de temps plus il ny aura, c0!llme il est dit ensuite; 01, jurer est une parole dattestation, et le temps qui ne sera plus signifie létat de lÉglise. 608. Et il jura par Celui qui vit aux siècles des siècles, si­ gnifie la vérité daprès son Divin: on le voit pal la signification de jurer, en ce que cest laffirmation et la confirmation, et quand il sagit du Seigneur, la Vérité, ainsi quil va être montré; et pal la signification de par Celui qui vit aux siècles des siècles, en ce que cest le Divin déternité (ab œternoJ, qui seul vit, et de qui tiennenlla vie tous ceux qui sont dans lUnivels, tant les Anges que les hommes; que ce soit là ce qui est signifié par Celui qui vit aux siècles des siècles, on le voit ci-dessus, No 289,291, 3f19. Que ju­ r" lel signifie laffirmation et la éonfirmation, mais ici la Vérité, parce
  • 47. "ers. 6. CHAPITRE DIXIÈME. l,3quil sagit de lAnge pal lequel est entendu le Seigneur, cest cequon peDt rail en ce que jurer, cest affirmer et confirmer que lachose est ainsi, et, quand il sagit du Seigneur, que cest la DivineVélité; en effet, il nest (ait de serments que par ceux qui ne sontpas intérieurement dans là vérité même; cest-à-dire, par ceux quisont seulement hommes extérieurs et non pas hommes intérieuls;il nen est donc pas fait pal les Anges, ni à plus. fOl,te raison par leSeigneur; mais si, dans la Palole, ilest dit que le Seigneur jure, etsil a été accordé aux fils dIsraël de jurer pal Dieu, cest parcequils étaient seulement hommes extérieurs, et parce que laffirma­tion et la confilmation de lhomme interne, quand il est dans lex­terne, tomllent dans un sermellt; or, dans lÉglise Israélite toutesles choses étaient des externes, qui représentaient et signifiaient les internes; semblable est aussi la Parole dans le sens de la lettre; delà, on peut voir que par «( lAnge jura par Celui qui vit aux siècles des siècles, » il faut entendre, non pas quil a juré ainsi, mais quil a dit en lui-même que cétait la vérité, et que cela étant tombé dans la sphèle naturelle a été changé selon les correspondances en un serment. Maintenant, puisqlle jlrer est seulement lexterne corres­ pondant à la confirmetion, qui appartient au mental de lhomme interne, et par suite signifie cetle confirmation, cest pOUlcela que dans la Parole de lAncien Testament il est dit quil est permis de jure, pm ~ieu, et, de plus, que Dieu Lui-Même a juré; que cela si­ gnifie la confirmation, laffirmation, et simplement la vérité, ou que la chose est V1aie, on peut le voir par les passages suivants; dans Ésaïe: (( Jéhovah a juré par sa droite, et par le bras de sa force. li - LXII. 8.-Dans Jérémie: « Jéhovah Sébaoth ajuré par son âme. 1) - LI. H. Amos, VI. 8. - Dans Amos : (( Le Seigneur Jéhovih a juré par sa sainteté. Il -IV. 2.-Dans le Mème : « Jéhovah a juré pal lexcellence de Jacob. »- VIIJ. 7. - Dans Jérémie : « Voici, Jll oi, jai juré par mon nom grand. li -XLIV. 26; - Jéhovah est dit avoir juré par sa droite, par son âme, par sa sainteté et par son nom, et cela signifie par la Divine Vérité; car par la droite de Jéhovah, pal le bras de sa force, par sa sainteté, par son nom, et pal son âme, il est entendu le Sei­ gneur quant au Divin Vrai, ainsi le Divin Vrai procédant du Sei­ gneur; de même par lexcellence delJaeobj cal par le fort cie Jacob
  • 48. M LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 6013. est entendu aussi le Seigneur quant au Divin Vrai. Que jmer, quand cela est dit de Jéhovah, signifie la conllrmation pal soi ou daprès le Divin Vrai, cela est évident dans Ésaïe: (1 Par Moi jai juré, il est sorti de ma bouche lpze Parole, qui ne sera point révoquée. Il-XLV, 23.-Et dans Jérémie: Cl Par ilIoi jaz juré qu en désolatio~ sera cette maison, 1 ) - XXII. 5.­ Puisque jurer, quand cela est dit de Jéhovah, signifie la Divine Vérité, cest pour celaqllil est dit dans David: « Jéhovah a juré à David une vérité, dont il ne sécartera point. 1) - Ps. CXXXII, 11. - Jéhovah Dien ou le Seigneur ne jure jamais, car il ne convient point à Dieu Mème ou à la Divirie Vérité de jurer; mais quand Dieu ou la Divine Vélité veut avoil quelque chose oon­ firmé devant [es h0C!mles, cette confilmation allivée dans la sphèle naturelle tom he dans le Monde en un serment ou en une fOlmnles0,­ lennelle de serment; daplès cela, il est évident que, quoique Dieu ue jure jamais, néanmoins dang le sens de la lettre de la Parole, qui est le sens nalurel, il esl dit quil jure; cela est donc signifié par ju­1 rel, quand il sagit de Jéhovah 0ll du Seigneur, dans les passages précédents, et aussi dans ceux qui suivent; dans Ésaïe: Cl Jéhovah Sébaoth a juré, disant: Serait-ce pas que, de même que jai pensé, ainsi il arrivera? 1 ) - XIV. 2ft. - Dans David : (( Jai trailé alliance avec mon E;lu,jmjuré à David mO/1 .~erviteU1·. Seigneur, tu as juré à David dans ta Vér~té.ll -Ps, LXXXIX. II, 3ô, 50. -Dans le Même: (1 J é/tOvah ajuré, et il ne se repentira poiflt. II - Ps. ex, li. - Dans Ézéchiel: (1 Jete jurai, et jentrai en alliance avec toi, afin que tu (usses il Moi. 1 ) - XVI. 8. ­ Dans David: Je leur aijuré dans ma coUre, )) -- Ps. XCV, H. (c ~ Dans ÉsaIe : « Jmjuré que les eaux de LVoach ne passeraient plu.ç sw la terre. )) - LIV. 9, - Dans Luc: (1 Pour se ressou­ venir de son alliance sainte, du serment qni! ajuré li Abraham notre père, ))-1. 72, n.-Dans David :c( Il sest souvenn de son alliance, quif a contractée avec Abraham, et de son ser­ ment il Isac, l) - Ps. CV. 9.- Dans Jérémie: Cl Afin de main­ tenir le serment que jai juré il vos pères. 1) -Xl. 5. XXXII. 22, - « La terre que jaijuré de donner à vospere. Il - Deutér. 1. 35. X. 11, XI. 9. 21. XXVI. 3, 15. XXXI. 20. XXXIV. 4. -- Daprès cela, on peut v()il ce qui est entendu par C( lAnge
  • 49. Vels.6. CHAPITRE DlxIi~ME. 45 leva sa main vers le Ciel, el jura par Celui qui vit aux siècles des siècles; comme aussi dans Daniet : (1 .Jentendis l Homme 1Jétu 1) de lin, qui élelJa sa droite et sa gauche vers les Cieux, et juraPar Celui qui vil au.x stècles des siècles. »- Xli. 7; -- à sa­ voir, que cest une affirmation devant les Anges SUI létat de lÉ­ glise, que ce qui suit serait une Iiivine Vélité. Comme lÉglise chez les fils dIslae, était pal SOli institution une Église Représen­ lative, dans laquelle toutes les choses qui ont été commandées étaient des naturels qui représentaient et signifiaient des spirituels, cest pour cela quil fut accoldé aux fils dIslaël, chez qui était celle Église, de jurel pal Jéhovah et pal le Nom de Jéhovah, et aussi pal les choses saintes de lÉglise, ce qui représentait ct pal suite signifiait la confirmation interne, et aussi la Vérité; comme on peut le voir par les [lassages suivants; dans Ésaïe: « Que celui qui se bénit SUI la terre se bénisse danl: le Dieu de vé:rité, et que ce­ lui quijure SUI la tenejare dans le Dieu de vérilé. )) -LXV. 16.-Dans Jérémie: « Jure par le Vivant Jéhovah en vérité, enjugement et en justice. -IV. 2. - Dans Moïse: .Jého­ 1) c( vah ton Dieu tu cIaindras; tu Le serviras, et en son Nom tu jureras. » - Dentér. VI. 13. X. 20. --...:. Dans Ésaie : « En ce jou/"Jlù, il y aura cinq villes dans la terre dÉgypte, jumn t â Jéhovah Sébaolh, 1) - XIX. 18. - Dans Jérémie: « Si Ocppre­ nant ils apprennent les chemins de mon peuple, pow jura par mon Nom .. Vivant (est) Jéhovah. Il-XII, 16.-Dans Da­ vid : «( Glorifié sera quiconque jure par Dieu, et (ermée SelYl 14 bouche de ceu.x qui prononcent le mensonge. ) -- Ps. LXIII, 12; - ici, jUlcr par Dieu signifie prononcer la vérité, car il est dit ensUile « felrnée sera la bouche de ceux qui plOnoncentle mensonge; Il que les !ils dIslaêl aient juré pal Dieu, on le voit aussi,- Gen. XXI. 23, 2h, 31. Jas. 11.12. IX. 20. Jug. XXI. 7, 1 Rois, 1: 17. - Comme il avait été accordé aux Anciens de jurer par Jéhovah­ Dieu, il sensuit que cétait un mal énorme de jUler faussement ou en mensonge, comme cela est évident daprès ces passages; dans Malachie: « Je serai témoin contre les prestigiateur,ç, et contle les adultères, et contre ceux qui jurent (aussement, » - III, 5. - Dans Moïse : Cl Tu ne jureras point par mon Nom en mensonge, de telle sorte que tu pro(anes le Nom de (on Dieu,
  • 50. !tG LAPOCALYPSE EXPLlQUItE. N° 608.et tu ne prendras point le Nom de ton Dieu el~ vain. l l ­Deutér. V. 11. Exod. XX. 7. Lévit. XIX. 12. Zac.halie, V. ft.- Dans Jérémie: (1 Courez par les rues de Jérusalem, etvoyez; sil en est qui aient dit: Vivant (est) Jéhovah; certai­nement par mensonge ils jurent; tes fils Mont abandonné;et ils ont juré par qui nest point Dieu. Il -V. 1, 2, 7.­Dans Rosée: (1 Israël! Ne jurez point: Vivant est Jéhovah. 1)-IV. 15.- Dans Séphanie : li Je retrancherai ceux qui ju­rent par Jéhovah, et ceux quijurent par leur roi, et ceux quise détournent de Jéhovah. Il -1. 5, 6. - Dans Zacharie: (1 Leselment du mensonge naimez point. 1) - VIII. 1.7. - DansÉsaïe: li Écoutez ceci, maison de Jacob, ceu;r quijurent parle Nom de Jéhovah, non dans la vérité, ni dans la justice. 1)-XLVIII. 1.-Dans David: li Celui qui est net des mains etpur de cœur, qui ne porte R0int à la vanité son âme, et nejure point, avec fraude. ll-PS. XXIV. h.-Daprès ces pas­sages, on peut voir quil avait été acc.ordé aux Anciens, qui étaientdans les leprésentatifs et dans les significalirs de lÉglise, de jUler par Jéhovah-Dieu pOUl allester la vérité, et quainsi par ce serment il a été signifié quils pensaient le vrai et voulaient le bien: cela a été principalement accordé aux fils de Jacob, puisque ceux-ci étaient des hommes absolument externes et naturels, et non internes ni spi­ rituels; or, les hommes entièrement exLernes ou naturels veulent avoir la vérité confirmée et attestée par des serments; mais les hommes internes ou spirituels ne veulent pas cela, ils ont même en avelsion et en horreur les serments, principalement ceux qui se font par Dieu et pal les choses saintes du Ciel et de lÉglise, se conten­ tant de dire et quon dise que la chose est vraie ou est ainsi. Comme jurer nest point le fait de lhomme interne ou spirituel, et que le Seigneur, quand il est venu dans le Monde, a enseigné à être interne ou spirituel, et a, pour celle fin, abrogé les externes de lÉglise et ouvelt ses internes, cest aussi pour cela quil a défendu de jurel par Dieu et par les choses saintes du Ciel et de lÉglise, comme on peut le voir pal ces paroles du SeigneUl, dans Matthieu: li Vous avez entendu quil a été dit: Tu ne te parjureras POÙ1t, mais tu tacquitteras envers le Seigneur de tes serment.~; mais Moi je vous dis: Tu ne jurems nullement, ni par le Ciel, parce
  • 51. Vers. 6. CHAPITRE DIXIÈME. lû quil est le trône de Dieu, ni par la terre, palce quelle est le marchepied de ses pieds, ni par Jérusalem, parce quelle est la ville du grand Roi. Tu ne jureras point non plus par ta ale, parce que tu ne peux faire un seul cheveu blanc ou noir. ) l ­ V, i3 à 37; -là, sont rappelées les choses saintes par lesquelles on ne doit point jurer, à savoir, le Ciel, la Tene, Jérusalem et la Tête; et pal le Ciel est entendu le Ciel Angélique, aussi est-il ap­ pelé le TrOne de Dieu; que par le trOne de Dieu il soit entendu ce Ciel, on le voit ci-dessus, N°s 253, h62, hï7 : par la Terre e1;t en­ tendue lÉglise, voir ci-dessus, N° 29, 30h, 38!J, M7, aussi est­ elle appelée le marchepied des pieds de Dieu; que le marchepied des pieds de Dieu soit aussi lÉglise, on le voit ci-dessus, N° 606 : par JélUsalem est entendue la Doctrine de lÉglise, aussi est-elle dite ville du grand Roi; que la ville soit la doctrine, on le· voit ci­ dessus, N° 223 : et par la Tête est entendue lintelligence qui en pro­ vient, ci-dessus, N°s 553, 577, aussi est-il ditll tu ne peux faire un seul cheveu blanc ou noir, nce qui signifie que lhomme par lui­ même ne peut rien comprendre: De plus, dans le Même: II lIf al­ heur à vous, conducteurs aveugles, parce que vous dites: Quiconque ai/ra juré par le Temple, cela nest rien, mais quiconque aura juré par lor du Temple est obligé. Insensés et aveugles! car lequel est le plus grand, lor, ou le Temple qui sanctifie lor? Et quiconque aura juré par lAutel, cela nest rien, mais quiconque aura juré par le don qui est dessus est obligé, Insensés et aveugles! lequel est le plus grand, le don, ou lAutel qui sanctifie le don? Celui donc quijure par. lAutel, jure par lAutel et par tout ce qui est dessus; et celui quijure par le Temple, jure par le Temple et par Celui qui lhabite; et celui qui jure par le Ciel, jure par le trône de Dieu et par Celui qui est assis dessus. n -XXIII. 16 à 22; - si lon ne doit jurer ni pal le Temple ni pal lAutel, cest parce que jutel pal ces choses, cétait jurer par le Seignel1l, par le Ciel et pal lÉglise; car par le Temple dans le sens suprême est entendu le SeigneUl quant au Divin Vrai, et dans le sens respectif le Ciel et lÉglise quant à ce Vrai, et aussi tout culte daprès le Divin VIai; voir ci-dessus, N° 220 ; et pal lAulel, il est signifié le Seigneur quant an Divin Bien, et dans le sens respectif le Ciel et ll~glise
  • 52. 1,8 LAPOCM,YPSE EXPLlQutE. N" (303,quant à ce Bien, et aussi tout cnlte daprès le l)ivin Bien; vlnraussi ci-dessus, N° 391 ; et comme pal le Seigneur sont entendustous les Divins qui plocMent de Lui, cal il est Lui·Même en eux,et ils Lui appartiennent, cest pOUl cela que celui qui jure pal Lui,jure par tontes les choses qui Lui appartiennent; pareillement celuiqui jUle par le Ciel et par lÉglise, jure par toutes les choses saintesqui sont dll Ciel et de lÉglise, cal le Ciel en est le complexe et lecontenant, de même lÉglise, aussi est-il dit que le Temple est plusgrand que 101 du Temple, parce que le Temple sanctifie lor, etque lAutel est plus grand que le don qui est sllr lAutel, parce quelAutel sanctiUe le don. 609. Lequel a Cléé le Ciel et le,~ choses qui y sont, et la lmre et le8 choses qui y sont, el la 111 el et {e,~ choses qui y,~ont, ,5ignifie té Seignell1 quant il toutes les choses du Ciel et de l lt glise, inténeures ct extérieures: on le voit pal la si­gnification de créer, en ce que cest faire, non-seulement que cesoit, mais aussi que ce soit perpétuellement, en contenant et ensoutenant par le Divin procédant, car les Cieu-: ont existé et per­pétuellement existent, cest-à-dire, subsistent pal le Divin duSeigneur, qui est appelé Divin Vlai uni au Divin Bien, ce Divinreçu par les Anges fait le Ciel; cest de là que, IOISqllil est dit le Ciel, il est entendu le Seigneur, parce qlle le Ciel oiIsont les Anges est le Ciel daprès le SeigneUl, cest-à-dile, daprès le Divinqui procède de Lui; cest donc là ce qui est signifié ici pal créer;que créer, lorsquil sagit dé lÉglise, et des hommes cie lÉglise,ce soil cléel de nouveau, cest-à-dire, régénérer, voi/ ci-dessus, N° 29ft; el par la signilicalion du Ciel, de la terre et cie la mer, etdes choses qui y sont, en ce que ce sont toutes les choses du Cielet de lÉglise, intérieures et extérieures; ici, par le Ciel, la tene etla me." sont specialement signifiés les Cieux supérieurs et infé­rieurs, puisque dans le M6nde spirituel il y a une mème face deschoses que dans le Monde naturel, à savoir, des montagnes, desterres et des mers; les montagnes y sont les Cieux supérieurs,palce que les Anges de ces Cieux habitent SUl des montagnes; etla terre et la mer y sont les Cieux. inférieurs, cal les Anges de ces Cieux habilent en bas des montagnes SUI des terres et comme dansdes mers; tair SUI ce sujet, ci-dessus, N° 59ft: cest, de là que
  • 53. rers. 6. CHAPITRE DlXlf~ME. [19[Auge, qui prononça ces paroles, fut vu se tenant sur la tene etsur la mer. Si pal la terre et la mer, et les choses qui y sont, il estsignifié aussi toutes les choses de lÉglise, tant intérieures quexté-rieures, cest parce que dans lÉglise il y a des intérieurs et des exté-lieurs, comme il y a dans les Cieux des supérieurs et des inférieurs,et qUà ceux-ci conespondent ceux-là; que par la mer et la terre ilsoit signifié lÉglise quant à ses extélieurs et à ses intérieurs, on levoit ci-dessus, N° 600, Selon le sens de la lettre, par le Ciel, la terreet la mer, il est entendu le Ciel visible, la tene habitahle et la mernavigable, et par les choses qui y sont, les oiseaux, les bêtes et lespoissons; mais que ce nc soit pas là ce qui est entendu pal cesparoles, cela résulte évidemment de ce que lAnge fut vu se tenantsur la terreet sur la mer par Jean, quand celui-ci était en esprit,et que ce qui est vu en esprit est vu, non pas dans le Monde natu-lel, mais dans le Monde spirituel où il y a aussi, comme il vientdêtre dit, des terles et des mers, et oi! sont les Anges et les Es-prits; mais au sujet de lapparence des mers dans le Monde spiri-tuel, et au sujet de ceux qui y sont, voir ci-dessus, N° 3lJ2. 610. Que de temps plus il ny aura, signifie quil ny au-rait plus dentendement du Di1Jin Vrai, ni par suite aucunétat de lÉglise: on le voit par la signification du temps, en cequici cest létat de lhomme quant à lentendement de la Parole,et pal suite létat de lÉglise, parce que dans ce Chapitre il sa-git de ces deux états: si le temps signtfie létat, cest parce quedans le Monde spirituel les temps ne sont déterminés et distinguésque par les états particuliers et communs de la vie; cela vient dece que dans ce Monde le Soleil, qui est le Seigneur, est constant etsitué dans le .même lieu du Ciel, li~u qui est là lOrient, et quilne fait pas une circonvolution, tomme en apparence le soleil dansle Monde naturel; pal la circonvolution apparente du soleil dnmonde sont déterminés et ainsi existent les temps dans le communet dans le particuliel, dans le commun lannée et ses quatre temps,qui sont appeléS printemps, été, automne et hiver; ces quatre tempsde lannée en sont aussi les quatre états naturels, lesquels correspoll-dent aussi à au~ant détats dans le Momie spirituel, qui en sont lesétats communs spirituels; dans le particulier il y a, au dedans de .ces états communs dans le Monde naturel, des temps déterminés et IV. 4.
  • 54. 50 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N 6:1.0,fixes qui sont appelés mois rot semaines, mais principalement desjours, qui sont distingués en quatre états naturels, appelés matin,midi, soir et nuit, auxquels correspondent aussi quatre états dansle Monde spirituel; comme dans ce Monde spirituel, ainsi quil aété dit; lè Soleil ne fait pas de ciJèonvolutions, mais demeure cons­tant et fixe dans son orient, cest pour cela quil ny a ni années,ni mois, ni semaines, ni JOUIS, ni heures, pal conséqnent aucunedétermination pal ces temps, mais seulement des déterminationspal les étals communs et particuliers de la vie; de là vient quonny sait pas ce que cest que le temps, mais on sail ce que cestque létat, car la Mtelminalion dune chose en donne la notion, etla chose est nommée selon la notion; voilà donc la raison pour la­quelle, quoique dans le Monde spirituel les temps se succèdentcomme dans le Monde naturel, on ne sait pas cependant ce quilssont, mais qUà la place des temps ,iJ y a des états et des change­ments détats; cest aussi de là que les Temps, IOJsquils sontnommés dans la Parole, signifient des étals; mais sur le temps etSUi les temps ct:ll1S le Monde spirituel, voir dans le T,aité ou CIELET DE LENFER, N° 162 à 169; et sur les changements détat desAnges, N° 15ft à 161. Comme par le temps il est entendu deschoses qui appartiennent au temps dans le Monde natulel, palexemple"à lannée et au jour, à lannée les semailles et la mois­son, et au jour le matin et le soir, pal ces choses qui appartiennent au temps il est aussi décrit des états de lÉglise dans la Parole, par les semailles il est décrit et signifié linstauration de lÉglise, par la moisson la fructification de lÉglise, par le matin son pre­ mier temps, et par le midi jusqu1U soir sa plogression; ces états naturels cOllespondent aussi à des spirituels qui sont les états du Ciel et de lÉglise: quant à ce qui conceme lÉglise, elle subit ces états dans le commun, et chaque homme de lÉglise les subit dans le particulier; chaque homme de lÉglise dès son premier âge est aussi inauguré dans ces états; mais, quand cest la fin de lÉglise, il ne peut plus être inauguré, cal il ne reçoit pas le Divin Vrai, mais ou il le rejette ou il le pervertit; de là, il ny a pour lui ni semailles ni moisson, cest-à-dire, ni instauration ni fructification, il ny a non plus pour lui ni matin ni soir, cest-à-dire, ni commen­ cement ni progression; ces états sont entendus et signifiés par les
  • 55. crs. 6. CH.PITRE DIXltME. 5Ltemps dans la Palole; et comme à la fin de lÉglise ces étals cessentchez les hommes de lÉglise, cesl pour cela quici il est dit que (1 detemps plus il ny aura, II ce qui par conséquent signifiequi! ny auraplus dentendement du Diin Vrai ou de la Parole, ni pal suite au­cun état de lÉglise. La même chose est signifiée pal le temps,dans Ézéchiel: Il Un Mal, un unique mal, Voici, qui vient; lafin vient; elle tient, la fin; elle sest éveillée SUI toi; voiciquil vient, le malin, su, toi, habitant de la terre; il vient, letemps. » - VII. 5, 6, 7; . . :. .- ceci a été dit aussi de létat de lÉ­glise; la fin de la plécédcnle Église esl dabord décrite, etlinstau­ration de la nouvelle Église ensuite; la fin de la !wécédellte Église parces pa[oles: « Un mal, un unique mal, voici, qui vient; la fin vient;elle vient, la fin; Il linstauration de la nourelle Église par celles-c! : Il Voici quil vient, le malin,sul toi, habitant de la tene; il vient,le temps; II le matin signifIe létat de la nomelle Église, ou duneÉglise qui commence, et le temps signifie son état de plogression, par conséquent la même chose que ce qui esl signifié par le.~ se­mailles et la moisson, et par le midi et le soir, comme ci-dessus,conséquemment létat de lÉglise quant à lentendement du V1ai età la volonté du bien. Dans Daniel: Il La quatrième bêtc pronon­ cera des paroles contre le T,ès-Haut, et les saints des Trè,~­ Hauts elle abattra, car elle pensera changer les temps et ledroit, et ils seront livrés en sa mainjusquù un temps, et destemps, et une partie dun temps. 1) - VII, 25; - par la qua­trième bête est entendu le mal qui doit dévaster pleinement lÉ­ glise; les faux qui détruisent les Hais de lÉglise sont entendus par les paroles quelle prononcera conlle le Très-Haut, et pal les saints des T[ès-Hauts quelle abattra; les saints des Très-Hauts tdans le sens abstlait signifient les Divins Vrais;qualols les vrais de la Parole et ses biens seront changés en faux et en maux, celacst signifié pal Il elle changera les temps et I,e droit; » les tempssont les états de lÉglise quant à lentendement du V1ai; la durée de cet état quant à la fin de lÉglise est signifiée par ( jusquà un temps, ct des temps, et une partie dun temps, paroles par les­ 1)quelles est entendu le plein état de la vastation : pareillement palcelles-ci, dans Daniel: Il Jentendis lHomme vêtu de lin, qui éleva sa droite et Ml gauche vers les Ciella:, et jura pill Celui
  • 56. 52 L APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 6fO.qui vit aux siecles des siècles, quà un temps fixé, des tempsfixés, et une moitié, quand iû auraient achevé de disperserle peuple de sainteté, toutes ces choses seraient accomplies. Il,-XII. 7; - ici, par le temps est signifié létat, et pal le temps,les temps et une moitié, est signifié le plein état de la vastati~n,cest pOUlquoi il est dit Il quand ils aUlaient achevé de disperselle peuple de sainteté; Il le peuple de sainteté, ce sont ceux de lÉ­glise qui sont dans les Divins Vrais, et abstractivement, ce sont lesDivins Vrais. Pareillement pal les mêmes paloles dans lApoca­lypse, que l( la femme dans le désert serait nourrie pour lintemps, et des temps et la moitié dun temps. Il -XII. 1lJ.­Puisque le temps signifie les choses qui appartiennent au temps,comme le Printemps, "Été, lAutomne et lHivel, par lesquels sontsignifiés les états de celui qui doit êlre régénéré et du régénéré;puis, les choses qui appatliennent à ces temps, à savoir, les semailleset la moisson, par lesquel)es est signifié létat de lÉglise quant àlimplantation du vrai et quant à la fructification du bien qui enprovient, de semblables choses sont aussi signifiées pal les tempsdes JOUlS, qui sont le matin, midi, le soit et la nuit; ces temps ontdonc aussi de semblables significations dans les passages suivants;dans la Genèse: Il Désormais tous les jours de la terre, semailleset moi~son, et froid et chaud, et été et hiver, et jour et nuit,ne cesseront point. 1)-VllI. 22;-ces paroles ont été expli­quées dans les ARCANES CÉLESTES; voir N° 930 à 937. DansDavid: Il A Toi le jour, et à Toi la nuit; Toi, tu as préparélumière et soleil; Toi, tu as établi toutes les limites de laterre; été et hiver, Toi, tu as formé. Il - Ps. LXXIV. 16, 17.- Dans Jérémie: Il Jéhovah qui donne le soleil pow lumièrede jour, les statuts de la lune et des étoiles pour lumière denuit; si ces statuts-là se retirent de devant Moi, aussi la se­mence dIsraël cessera, pour nêtre plus un6 nation devantMoi à toujours. Il - XXXI. 35, 36. - Dans le Même : Il Ainsia dit Jéhovah: Si mon alliance de jour et de nuit, les statutsdu ciel et de la terre, je navais point établi, aussi la semencede Jacob et de David mon serviteur je rejetterais. l) -XXXlIl.25, 26; - par les statuts du soleil, de la lune et des étoiles, puispar lalliance de joUI et de nuit, el par les statuts du ciel et de la
  • 57. Vers. 6. CHAPITRE DIXIÈME. 53 teITe, il est signifié les mêmes choses que par le::; temps, puisque cest par là quexistent les temps: que pal les semailles et la ffiQis­ son, lété et lhiver, et par le jour et la nuit, il soit signifié les mê.mes choses que pal les temps, cela a été dit ci-dessus, Il suit de là que les mêmes choses que par les temps sont signifiées pal ces paroles dans la Genèse: (1 Et dit Dieu: Quil y ait des Luminaires dans lé­. tendue des Cieux, pour di:>tinguer entre le Jour et la nuit, et ils seront pour signes, et pour temps réglé:>, et pour Jours et années. )) - 1. 1lJ à 19; - par les deux Luminaires, le Soleil et la Lune, sont signifiés lamour et la foi; en elfet, dans le sens spirituel de ce Chapitre, il sagit de la Nouvelle Création ou de la Régénéra­ tion de lhomme de lÉglise, et par les choses qui sont dites du soleil et de la lune, sont signifiées celles qui principalement légénèrent lhomme et font lf~glise; là donc, par ces paloles et par celles qui suivent, est décrit le procédé pal lequel la régénération a été faite, et ensuite est décrit létat de lhomme et de lÉglise. Daprès ces explications, on peut voir maintenant ce qui est signifié par « de temps plus il ny aura. ) 611. Mais que dans lesJou?S de la voix du :>eptième Ange, quand il devra sonner de la trompette, signifie le dernier état de lÉglise, et alors la révélation du Divin Vrai: on le voit par la signification des Jours de la voix du septieme Ange, en ce que cest le dernier état de lÉglise; car les changements pro­ gressifs de létat de lÉglise ont été décrits par les sept Anges son­ nant de la trompette, doù il résulte que la voix du septième Ange signifie le dernier état; et par la signification de quand il devra sonner de la trompette, en ce que cest alors la lévélation du Divin Vrai; que par sonner cie la trompette ou du ciailon il soit si­ gnifié linflux du Divin Vrai et la révélation de ce Vrai, on le voil ci-dessus, N° 502; que ce soit ici la révélation de ce Vrai, cela 1 est évident daprès les paroles suivantes de ce Verset, où il est dit: (1 Sera aussi consommé Je Mystère de Dieu, comme il a évangélisé à ses serviteurs les prophètes, )) par lesquelles il est signifié qualors la prédiction sUllavénement du Seigneur sera açcomplie; avec la­ vénement du Seigneur il y a aussi révélation du Divin Vrai . . 612. Sera aussi consommé le mystère de Dieu, comme il a é1)angélisé à se,s sen;iteurs les prophNes> signifie que fa
  • 58. 5/1 LAPOCALYPSE EXPLlQm:E. NU 012.prédiction dalls la Parole sur lavénement du Seigneur doiléjlre accomplie. quand nrrÏ1Je la fin de l Église: on le voit palla signification dêtre consommé. en ce qu~ cest être accompli;pal la signification du mystère de Dieu. comme il a évangélisé.en ce que cest lavénement .du Seigneur, ainsi quil va être mon­tré; et par la signification de ses serviteurs les prophètes, eD ceque ce sont les lais de la dOCI!ine, ici la Parole; que ceux quisont dans les vrais daplès le bien soient dits serviteurs du Seigneur,on le voit ci-dessus, N° 6, 409; et que les prophètes soient ceux quienseignent la doctrine, et dans le sens abstlait la doctrine, on le verraplus bas; sils sont aussi la Palole, cest parce que la Parole est ladoclline du Divin Vrai, et parce que là Parole a été écrite par lesProphètes, et anssi palce que toute doctrine doit être tirée de laParole; il suit dèmc de là que par « sera consommé le mystère deDieu, comm~ il a évangélisé à ses serviteurs les prophètes, » il est si­ gnifié que la plédictioll dans la Parole SUi lavénement du Seigneurdoit être accomplie, quand allive la fin de lÉglise; que cela soit si­ gnifié par ces paroles, on le voit clairement daprès ce qui p"écèdeimmédiatement, comme aussi daprès ce qui suit; (Ians cc qui pré­ cède immédiatemenl. il est dit que cela arrivera dans les jours de la voix du septième Ange, ce qui signifie que cela allivela quand vient la fin de lÉglise; dans ce qui suit. après que le septième Ange eut sonné de la trompette, il a été dit que les royaumes du monde sont devenus ceux du Seigneur et de son Christ; et ensuite, que le Tem­ 1)le de Dieu fut ouvert dans le Ciel, et que lArche de son alliance fut vue dans son Temple, - XI. 15 à 19 : ~ par là, on voit clai­ rement aussi que, lorsque la fin de lÉglise arrive, la Parole est ouverte, et quune nouvelle Église est instaulée; cela aussi esl en­ tendu pal lavènement du Seigneul, car le SeigneUl eslla Parole, cest pOlllquoi quand elle est ouverte, le Seigneur apparaît; que la Parole ait été ouvelte, quand Lui-Même est venu dans le monde, cela est connu; que maintenant elle ait aussi été ouvelte par cela que le sens spirituel de la Parole a été révélé, on peut le voir da­ près lOpuscule SUI LE CHEVAL Br.ANC, et dans le Traité DU CIEL ET DE LENFER, N° 1; et que maintenant ce soit la fiu de.l(~glise,_on le voit dans lOpuscule sur LE JUGEMENT DERNIER, N° 33 à 39, et h5 Ù 52, et suir. : la fin de lÉglise est aussi entendue par le Soir,
  • 59. Vers. 7. CHAPITRE DIXI.ÈME. ~5et lavénement du Seigneur par le Matin, dans Daniel: « Jusquausoir, au matin, deux mille trois cents. )1 - VIII. lh; -le soilsignifie la fin de lÉglise précédente, et le matin lavénement du Sei­gneul et le commencement de la nouvelle Église. La même chose estsignifiée par le matin, dans Ézéchiel: (( Un mal, voù,:i, qui vient;la fin vient; elle vient, la fin; elle sest éveillée sur toi, voici,il vient; il vient, le matin, sur toi, habitant de la terre; ilvient, le temps.)) - VII. 5, 6, 7; - ici aussi, par la fin il est si­gnifié la fin de lÉglise, et par le matin lavénement du Seigneur et lecommencement de la nouvelle Église. Paleillement dans Zacharie: (( Ce sera un jour, qui sera connu de Jéhovah, (auquel il y aura)non pas jour, ni nuit, parce que ters le tWlPl> du soi,. il y aul{llumière. li -XIV. 7; - pal un jour, qui selu connu de Jéhovah,est entendu lavénement du Seigneur, par le temps du soir est en­tendue la fin de lÉglise, quand tout Divin Vrai a été ousculci etfalsifié, et par la lumière est signifié le Divin Vrai manifesté: cettenouvelle lumière, ou ce matin, qui appalallra à la fin de lÉglise, estentendue aussi ici pal le mystère de Dieu qui sera consommé, commeil a évangélisé à ses selviteuIs les prophètes. Dans la Palole, il estdit plusieurs fois Évangélisel et Évangile, et par là.est signifié la­vénement du Seigneur, comme on peut le voir par les passagessuivants; dans Ésaïe: (( Sur une montagne élevée monte, Mes­sa,qère de bonne nouvelle, Ston! Élève avec force ta voix, Messagère de bonne nouvelle, Jérusalem! Dis aux villes deJ ehudalz : Voici votre Dieu; voici, le Seigneur J éhovih en fort vient, et son bras dominera pow Lui; comme un Pas­ teur il paitra son troupeau. 1)- XL. 9, 10, 11; - que ceschoses aient été dites de lavénement du Seigneur, cela est bien évi­dent; de là vient que Sion et Jérusalem sont dites Messagères debonne nouvelle; pal Sion sont entendus tous ceux qui sont de lÉ­glise céleste, ,à savoir, qui sont dans lamour envers le Seigneur;cest pourquoi il est dit « sur une montagne élevée monte; )1 par lamontagne élevée est signifié cet amoUl; voir ci-dessus, N° !l05 ; parJérusalem sont entendus tous ceux qui sont de lÉglise spirituelle, ilsavoil, qui sont dans la doctrine du vlai réel; cest pourquoi il est dit« élève avec force ta voix,)) ce qui signilie la cOllfession daprès les vrais réels; par les villes de Jehudah, auxquelles il est dit: /
  • 60. 56 L APOCALYPSl: EXPLIQUÉK N° 612. li Voici votle Dieu, le Seigneur Jéhovih en fort vient, Il il est si­gnifié les doctrinaux tirés de la Parole, par les villes les doctrinaux,et par Jehudah la Parole; que Sion et Jérusalem soient appeléesMessagères de bonne nouvelle, parce que la bonne nouvelle (lÉ­vangile) signilie lavénement du Seigneur, cela est évident, cal ilest dit «( voici votre Dieu; voici, le Seigneur Jéhovih en fort vient; IIque ce soit pOUl faire le jugement, et mettre en sllreté ceUx qui Lereconnaissent, cela ese signifié par li son bras dominela pOUl Lui;comme un Pasteur il paltra son troupeau. Il Dans le Même: (e Quilssont agréables sur les montagnes les pieds du JU essager debonne nou-,;elle, qui fait entendre la paix, qui apporte la bonnenouvelle du bien, qui lait entendre le salut, qui dit à Sion:Il règne, ton Dieu; quand œil à œil ils verront que JéhovahreJ)ient à Sion. II ­ LU. 7, 8; - ces chose::; aussi ont été ditesde lavénement du Seigneur, qui est entendu par (1 il règne, tonDieu; quand œil à œil ils vermnt que Jéhovah revient à Sion; 1)pareillement dans la suite de ce Chapitre; cest de là quil est ditapporter la bonne nouvelle (évangéliser) : le reste de ce Verset a été expliq!lé ci-dessus; voir N° 365. Dans Nahum: (1 Voici sur les monlq,gnes les.pieds du Messager de bonnes nouvelles, pro­ clamant la paix; célèbre, ô Jehudah, tes fêtes. ll-II. 1.­ Dans ltsaïe : (e Lesprit du Seigneur Jéhovih (est) sur moi) cest pourquoi Jéhovah ma oint po,u,r Évangéliser les pau­ vres; il ma envoyé pour panser les froissés de cœur, pour anl noncer aux captifs la liberté, aux prisonniers, à celui qui est privé des yeux, pour proclamer lannée du bon plaisir pour Jéhovah, et le jour de la vengeance pour notre Dieu, pour consoler tous ceux qui sont dans le deuil. Il-LXI. 1,2;-­ que ces choses aient été dites du Seigneur et de son av~nement, on le voit dans Mallhieu, Chap. V. 3 et suiv. ; et dans Luc, Chap. IV. :16 à 22; lavénement lui-rnême est entendu par lannée du bon plaisir pour Jéhovah, et par le jpur de la vengeance pour notre Dieu; par les pauvres que le Seigneur évangéliserll, et pal les cap­ tifs, les prisormiers et ceux qui ont été privés des yeux, sont en­ tendus les gentils, qui sont ainsi désignés, parce quils étaient dans lignorance du vrai en raison de ce quils navaient pas la Parole-; les gentils sont a!Jssi entendus dans Matthieu par li les pauv,.e,~
  • 61. Vers. 7. CHAPITRE lHXIÈME. 57qui entendC/lt lÉvangile. » -XI. 5.-Dans David: lt Chantezà Jéhovah, bénissez son iVom, évangélisez de jour en jour sonsalut; parce que Jéhovah vient, parce quil vient pour jugerla terre, il jugera le globe en justice, et les peuples en sa vé­rité. I l - Ps. XCVI. 2, 13; - la reconnaissance et la célébrationdu Seigneur avec la joie du cœUl, à cause de son avénement, sontsignifiées pal Cl chantez à Jéhovah, bénissez son Nom, évangélisezde jour en jour son salut; )) lavénement lui-même est décrit pal It Jéhovah vient; Il comme son avénement a lieu quand arrive leJugement Dernier; voilà pourquoi il est dit.1t il vient pour jugerla terre, il jugera le globe en justicè, et les peuples en sa vérité; IIpar la terre esl enlendue lÉglise, par le globe sont entendus ceuxqui dans lÉglise sont dans le bien de la charité, et par les peuplesceux qui sont dans les vrais; que lavénement du Seigneur ait lieuquand arrive le Jugement Dernier, cest ce qui a été montré ci­dessus, car alors les méchants seront sépalés davec les bons, oules houcs davec les brebis, et les méchants seront jugés pour lenfer,et les bons pOUl le èiel; cest aussi ce qui est signifié par ces pa":loies dÉsale rapportées ci-dessus, Il pour proclamer le jour de la vengeance pour notre Dieu, et pour consoler tous ceux qui sont dansle deuil; » cest pour cela que, lorsquil sagit du Jugement Dernier,il est dit aussi évangéliser, comme enCOle dans ce qui suit dans lApocalypse: Il Je ms un autre A nge volant dans le milieu du Ciel, ayant lÉvangile éternel, pOUl évang41.iser ceux qui ha­ bitent sur la terre, et tpute nation et tribu et langue et peu­ ple, disant dURe voix grande: Claignez Dieu, et donnez­ Lui gloire, patce quest venue lheure de son jugement. 1 ) ­ XIV, 6, 7,-Que lavénement du Seigneur doive êlre évangélisé, quand arrive la fin de lÉglise, cest aussi ce que le Seigneul Lui- Même prédit dans Matthieu : (1 Prêché sera cet Évangile du Royaume sur tout le globe, pour témoignage li toutes les na­ tions, et alors viendra la (in. )) - XXIV. ill, Marc, XIII. 9, 10,-Que lavénement du Seigneur soit entendu par lÉvangéli­ sation (lannonce de la bonne nouvelle) et pal lÉvangile (la honne nouvelle), on peut aussi le VOil par les passages suivants; dans Luc: le LAnge lépondit cl Zacharie: Moi, je suis Gabriel, quime tiens devant Dieu; etiai été envoyé pour te parler, et pour
  • 62. 58 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 612. tannoncer ces bonnes nouvelles. Il - 1. 19.- Dans le Même: Il LAnge dit aux bergers .. Ne craignez point; /:oici, je vous apporte la bonne nouvelle dune joie grande, qui sera pour tout le peuple, raI il vous est né aujourdhui un Sauveur, le· quel e.~t Christ Seigneur, dans la Ville de Dadd. »- II. 10, Il. - Dans le Même: Il Jean annonçait la bonne nouvelle au peuple au sujet de Jésus. Il-III. 16,17, 18.-1l Jésu.s dit: La loi et les prophètes jusqu à.Jean sont évangélisé.. Il -XVI. 16. - Il ~ Seigneur Lui-lJUme, et ses disciples aussi, ont évangélisé le Royaume df} Dieu. Il - Matlll. IV. 23. IX. 3. Marc, 1. 15. Luc, VII. 22. VIII. 1. IX. 1,2,6; - pal le Royaume de Dieu il est entendu le nouveau Ciel et la nouvelle Église procé­" dant du Seigneur. Puisque par Évangéliser il est signifié annoncel lavénement du Seigneur, de là par lÉvangile dans le sens...sllprême il est signifié le Seigneur Lui-Mêm~ quant à son avénement, quant au jugement, eL quant à la salvalion des fidèles, dans ces pasSàges, dans· Marc: te J hus dit: Quiconque voudra son âme sauver, la perdra, mais celui qui perdra son âme à cause de Moi, et pour {Éwngile, la ,sauvera. Il - VIII. 35. - .« Jésus dit aux dis­ ciples : En allant par tout le monde, prêchez lÉvangile à toule créature. Il-XVI. 15. 613. Vers. 8,9, 10. Et la voix, que Javais entendue du Ciel, de nouveau parla avec moi, et me dit: Va, prends le petit livre ouvert dans la main de lAnge qui se tient sur la -mer et sur la terre. -Et Jallai vers lAnge, lui disant .. Donne-Moi le petit livre; et il me dit: Prends, et dévore-le; et amer il sera pour ton ventre, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel. - Et je pris le petit livre de la main de lAnge, et je le dévorai; et il était dans ma bouche, comme du miel, doux; et quand je leus dévoré, amer fut rendu mon ventre. - Et la voix, que javais entendue du Ciel, de nouveau parla arec moi, el me dit, signifie lexamen des hommes de lÉglise pOUl savoir quel entendement de la Parole i1restaiL en­ core chez eux : va, prends le petit livre ouvert dans la main de lA nge qui se tient sur la mer et sur la terre, signifie la Parole manifestée pal le Seigneur au Ciel et à lÉglise: et/allai vers lAnge, lui disant .. Donne-Moi le petit lirre, signifie la
  • 63. Vers. 8. CBAPlTIŒ DIXIÈME. 59 faculté de perceoil daprès le SeigneUl quelle est la Parole: et il me dit: Prends. et dévore-le. signifie afin de lire, de pelcevoÎ! et dexa- miner la Parole, quelle elle est en dedans, et quelle elle est en dehols : et amer il sera pour ton ventre. signifie quelle serait désagréable intérieurement, parce quelle était adultérée: mais dans ta bouche il sera dOll:X comme du miel. signifie quelle serait- agréable exté-, rieurement : et je pris le petit !ivre de la main de lAnge. et je le dévorai. signifie (examen: et il était dans ma bouche. comme du miel. doux. signifie que la Parole quant à son externe, ou quant au sens de sa lettre, était encore perçue comme agréable, mais seulement parce quelle selvait à confirmer les principes du faux qui tirent leur origine de lamoUl de soi et du monde : et quand je leus dévoré. amer (ut rendu mon ventre. signifie quil fut perçu et examiné que la Palole était intérieulement désa- gréable daprès le vlai adul!élé du sens de sa lettre. 61lJ. Et la voix. quejawis entendue du Ciel. de nouveau parla avec moi et me dit. signifie lexamen des hommes de lÉglise pour savoir quel entendement de la Parole il restait encore chez eux: on le voit daplès les choses qui précèdent et daprès celles qui suitent dans ce Chapitre, cal la voix du Ciel, qui parla avec lui et dit, enveloppe ces choses; dans celles qui précè- dent, il sagit de lentendement du Divin Vrai ou de la Parole, comme on peut le voil par les Vers, 2, 3, II, oil par la voix avec laquelle cria 1Ange fort qui descendait du Ciel, et par les voix des sept tonnerres, il est signifié la manifestation de la qualité de lélat de lÉglise quant à lentendement de la Parole; 1)oir ci-dessus,1 No 601,602,603, ôOfJ; dans celles qui suient, il sagit de ce qui reste de lentendement de la Parole chez les hommes de lÉglise; car palle pelillivre, que lAnge avait dans sa main, est signifiée la Pa-~ role, et par laction de lè dévorer est signifié lexamen, et pal cela quil était doux dans la bouche et amer daus le ventre, il est signifié que la Parole dans le sens de la lettre était agréable, mais que dans le sens interne, dans lequel sont les vrais eux-mêmes, elle était désagréable, ce qui sera davantage éclailci dans la suite, Comme ce sont là les choses dont il a été question, et dont il est encore quest ion, on peut voil que pal la voix quil avait entendue du Ciel, de nou- veau parlant avec lui, et disant, il est signifié lexamen des hommes
  • 64. 60 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 614. de lÉglise pOUl savoir quel entendement de la Parole il lestait en­. core chez eux. Il faut quon sache que lentendement de la Parole dans lÉglise pélit Pill degrés, selon que lhomme de lÉglise din­ terne devient externe, et dinterne il devient externe selon quil sé­ loigne de la charité, par conséquent selon quil séloigne de la vie de la foi; quand lhomme de lÉglise est tel, il peut, à la vérité, se délecter de la lecture de la Palole, mais non pas cependant du vrai lui-même qui appartient à son sens intérieur, cal la vie même de la foi, qui est la chalité, produit laffection du vrai intérieUl, et par suite la délectation de ce vrai; la Palole quant au sens de la lettre peut donc, à la vérité, être aimée, mais pal cette raison quelle peut être amenée à confirmer les faux qui ont leur origine dans la­ mour de soi et du monde, car telle est la Parole dans la lettre : il découle de là quà la fin de lÉglise il y a à peine quelque entende­ ment du vrai; à la vérité, on plononce alors de bouche des vrais daprès la Parole, mais toujours est-il quon na aucune idée du Vrai; quil en soit ainsi, cest ce quil ma été donné dexpérimenter avec plusieurs dans le Monde spirituel, et i1a été découvert que, quoiquils prononçassent des vrais, en tant que provenant de la Pa­ role, néanmoins ils navaient aucun entendement de ces vrais, de SOlte quils étaient comme des vases vides, et comme des cloches rendant un son daprès les choses seules quils tiraient de la mémoire, et quils ne tiraient absolument rien de la perception de lentende­ ment: lorsque lhomme est tel, il ne possède en dedans de lui rien de céleste ni lien de spirituel, mais il a seulement le naturel prove­ nant du corps et du monde, naturel qui, séparé du céleste et du spirituel, est infernal. Daprès ces explications, on peut voir aussi ce qui est entendu dans la suite, lorsquil est dit que le petit livre donné à Jean" pour quil le dévorât, était doux comme du miel dans sa bouche, mais quil fut amer dans son ventre. 615. Va, prends le petit livre ouvert dans la main de lAnge qui se tient sur la mer et sur la terre, signifie la Pa­ role manifestée par le Seigneur au Ciel et à l Église: on le voit par la signification du petit lhre ouvert, en ce que cest la Palole manifestée, ainsi quil a été montré ci-dessus, N° 599; par la signification de lAnge qui avait dans la main le petit livre, en ce que cest le Seigneur quant à la Parole, comme ci-dessus, N° 593 ;
  • 65. Vers. 8. CHAPITHE DIXIÈME. ô1pal la signification de la mer et de la terre. en ce que cest le Cielet lÉglise, com.me aussi ci-dessus, N° 600; et pal la significationde se tenir sur la mer et sur la terre. en ce que cest auquel ontété soumises toutes les choses qui sont dans le Ciel et dans lÉglise,comme aussi ci-dessus, N° 606. Daprès cela, on peut voir que par (1 le petit livre ouvert dans la main de lAnge qui se tenait SUf lamer et sur la lerIe, )) il est signifié la Parole manifestée par le Sei­gneUf au Ciel et à lÉglise; quant à ce qui est signifié par le prendreet le dévorer. on le velTa clairement dans ce qui suit. 616. Et i allai vers lAnge. lui disant: Donne-moi lepetitlivre. signifie la (acuIté de percevoir daprès le Seigneur quelleest la Parole: on le voit par la signification daller vers lAnge.et de dire: Donne-moi le petit livre. en ce que, dans le sens leplus proche, cest obéir au commandement, puisquil lui avait été ditdaller et de le prendre; mais dans un sens plus éloigné, qui est lesens intérieur, par ces paroles est entendue la faculté de petcevoirdaprès le Seigneur quelle est la Parole: le Seigneur donne à chaquehomme de percevoir cela, mais néanmoins personne ne le perçoit,à moins quon ne veuille le percevoir comme de soi-même, ent silhomme ne veut et ne fait comme de Ini-même, il nelui est app"o­prié aucune facullé, parce quil fauf quil y ait un actif et un réactifpour que lapp,opriation se fasse; lactif vient du S.eigneur et leréactif aussi, mais le réactif semble venir de lhomme, cal le Sei­gneur Lui-Même donne ce réactif, et cest d.e là quil vient du Sei­gneur et non de lhomme; mais comme lhomme ne sait autre chose,sinon quil vit par lui-même, par conséquent quil pense et veutpar lui-même, il en résulte quil doit agir ainsi comme par le proprede sa vie, et quand il agit ainsi, alors cela est introduit en lui, luiest conjoint, et lui est approprié. Celui qui croit que les Divines Vé­rités et 1es Divines Bontés influent sans un tel réactif ou réciploqucse trompe beaucoup:car ce serait lester les bras croisés, et attendrelinflux immédiat, comme se limaginent ceux qui séparent entière­ment la foi davec la charité et disent que les biens de la charité,qui sont les biens de la vie, influent sans aucune coopération de lavolonté de lhomme, tandis que cependant le SeigneUl enseigne quilse lient Lui-Même continuellement à la roite et heurte, el quelhomme doit ouvri,, el que le Seigneur entre chez celui qui ouvre,
  • 66. 62 L APOCALYPSE EXPLlQUI~E. :" 61G.- Apoc. III. 20: - en somme, laction et la [éaclion font touteconjonction, et laction et la passiveté pUle [len font aucune; en ..effet, lorsque lagent ou lactif influe dans le pUlement patient Ollpassif, il passe outle et est dissipé, car le passif cède et fuit; maislorsq.le lagent ou lactif influe dans un tel passif qui aussi est ré­actif, ils sont appliqués, et lun et lautle demeurent conjoints; il enest ainsi de linflux du Divin Bien et du Divin Vrai dans la volon"téou dans lamour de lhomme; cest pourquoi, lorsque le Divin in­tlue dans lentendement seul, il passe au-delà et est dissipé, maisquand il influe dans la volonté, où est le plopre de lhomme, il de­meUle conjoint. Daprès ces explications, on peut voir que quandici il est dabord dit à Jean: Va, plends le petit livre ouvert dansla main de lAnge qui se tient sur la mel et sur la terre, et que Jean va vers [ Ange, en lui disant: Donne-moi le petit livre, et qua­ lors lAnge lui dit : Prends, et dévore-le, cela enveloppe une des­ cription du réactif ou du réciploque; il en résulte donc que par ces paroles est signifiée la faculté· de lecevoir et de percevoir daprès le Seigneur quelle est la Parole. La récept ion de linflux Divin est aussi décrite paleillement ailleurs dans la Parole. 617. Et il me dit: Prends, et dévore-le, signifie afin de lùe, de percevoir et dexaminer la Parole, quelle elle est en dedans, et quelle elle est en dehors: on le voit pal la signification de il me dit : Prends le petit livre, en ce que cest la faculté donnée de percevoir quelle est la Parole, cest-à-dire, quel est len­ tendement de la Parole maintenant dans lÉglise, ainsiquil vient dêtre Qlontré dans lArticle précédent, N° 616; et pal la signification ùe dévorer, on de manger, en ce que cest se conjoindre et sappro­ prier, et comme l~ Parole est conjointe à lhomme par la lectllle et par la perception, cest pOUl cela quici par dévorer, ou mangel, il est signifié lire et percevoir; que dévorer signifie aussi ici examiner, cest parce quil est dit ensuite que le pelit livre a lendu le veutre amer, e~ que dans la bouche il a été senti doux comme du miel, ce par quoi il a été examiné quelle est la Parole quant à lentendement en dedans, et quelle elle est er dehols; en....Qedans est signifié pa~_le ventre et par son amellume,rt en dehols pal la bouche dans laquelle il a été senti doux comme du miel; daplès cela, on peut voir que pal Il il me dit: Prends et ùévore le pelit livre, Il il est signifié aHn
  • 67. Vcrs. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 63 de lile, de pelce~loil et dexaminer la Parole, quelle elle est en de­ dans, et quelle elle est en dehors, Dans la Parole, il est très-sou­ vent dit mangel et boire, el celui qui ne connaît rien du sens spiri­ tuel ne peut savoir autre chose, sinon que pal ces expressions il est signifié manger et boire naturellement, 101sque cependant par elles il est signifié se nourrir spilituellement, pal conséquent sap­ proprier le bien et le vrai, pal manger sapproprier le bien, et par boite sappr~plier le I~i : quiconque croit que la Parole aussi est spirituelle, peut savoil que la nourriture spiriU.lClle est entendue pal manger et boire, de même que par le pain, laliment, le vin et le bleuvage; si cela nétait pas entendu, la Parole serait pUlement naturelle, et non en même terilps spirituelle, ainsi elle serait seule· ment pour Jhomme natulel, eL non pour lhomme spirituel, ni il plus forte raison pOUl les Anges: que par le pain, laliment, le ViIl et le bleuvage, il soit entendu dans le sens spirituel la nutrition du mental, cest ce qui a été souvent montré ci-dessus; et aussi que la Parole est partout spirituelle, quoique dans le sens de la lettre elle soit naturelle; être nOUlIi spilituellement, cest être instruit et imbu, par conséquent savoil, comprendre et devenil sage; si lhomme ne jouit pas de cetle nourriture en même temps que de la nOulIitUle du COtpS, ce nest pas un homme, mais cest une bête; cest pour cela que ceux qui placent tout plaisil dans les banquetset les festins, et sabandonnent chaque jour à linteml)érance, sont obèses quant aux spirituels, quoiquils puissent raisonner SUI les choses du monde et du corps, doù il résulte quaprès la mort ils mènent une vie plutOt bestiale quhumaine, car au lieu de lintelli­ gence et de la sagesse ils ont la sottise et la folie; ceci a été dit, afin quon sache quici pal dévorer ou manger le petit livre il est si­ gnifié lire, percevoil et examiner la Parole, cal par le petit livre, qui i était dans la main de lAnge descendan t du Ciel, il est entendu la Pa­ role, comme il a été dit ci·dessus : en outre, personne ne peut man· gel ou dévOler naturellement aucun livle, ni pareillement la Parole, doù lon peut encore voit clairement quici par manget il est signifié être spirituellement nourri. Que dans la Parole par manger el boire il soit signifié aussi manger et boite spirituellement, ce qui est sin­ struile, el pal linstruction et la vie mettre en soi et sapproprier le,bien et le nai, pal conséquent lintelligence et la sagesse, on peuL le
  • 68. 64 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE, ["60.voir pal les passages suivants; dans Jérémie: (1 Que soient trouvéestes paroles, afin que je les mange, et que ta Parole me soitpour joie et pour allégresse de mon cœur. Il -XV. 16; - ici,manger, cest évidemment manger spirituellement, cest-à-dire,savoir, percevoil et sappropriel, car il est dit « afin que je mangetes paroles; et que ta Parole me soit pour joie et pour allégresse demon CooUI;» les paroles de Dien signifient les préceples on les DivinsVrais. Cela est semblahle à ce que le Seigneur a dit au tentateur, (1 que, non de pain seulement vÏlwa lhomme, mais de touteparole qui so/t de la bouche de Dieu, Il -Mallh. IV. 3,4. Luc,IV. 4. Deutér. VllI. 3.-«Travaillez, non pas il la /WU1Titurequi périt, mais cl la nourriture qui demeure pour la vie éter­nelle. 1) -Jean, VI. 27 : - semblable aussi aux paroles du Sei­gneur à ses disciples: « Les disciples disaient: Maitre, mange;mais Lui leur dit : Moi, jai cl manger une nourriture quevous, vous ne connaissez point. Les disciples se disaient lunà lautre: Quelquun Lui a-t-il apporté à manger? Jésus leurdit: Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui Maenvoyé, et daccomplir son œuvre. Il-Jean, IV. 31 à 34;­daprès ces passages, il est encore évidenl que dans le sens spirituelmanger signilie recevoir par la volonlé et faire; de là, la conjonction;cal pal cela que le Seigueur a fail. la Divine Volonté, il a conjoint le Divin qui était en Lui avec son Humain, et a ainsi approprié le Divin à son Humain. Ceci aussi peut être rapporté, li que le Sei­ gneur a nourri cinq mille hommes, outre les femmes et les enfants, avec cinq pains et deil.x poissons, et quaprès quils eurent mangé et eurent été rassasiés, on remporta douze pa­ niers de morceaux. » -Matth. XIV. 15 à 22. Jean, VI. 5, 13, 23 : - et « quil a nourri quatre mille hommes avec sept pains et quelques petits poissons.» -Matth. XV. 32 et suiv. ;-ce mi­ racle a été fail, parce que le Seigneur les avait auparavant ensei­ gnés, et parce quils avaient leçu sa doctrine et se létaient appro­ priée, cesl-à":dire quils avaient mangé spirituellement; de là, le mangel naturel suivait, cest-à-dire, influait du Ciel chez eux, comme la manne chez les fils dIslaêl, à leur insu; cal, lorsque le Seigneur le veut, la nourritUle spirituelle, qui est aussi une nour­ litule réelle mais seulemenl pomles esprils et pqul les anges, est
  • 69. Vers. !1. CHAPITRE DlXIÈ~lE. GDchangée en noulliture naturelle, de même quelle le fUl en mannechaque mutin. ·La même chose est signifiée pal mangel le paindans le Royaume de Dieu, dans Luc: Il Je dispose pour vous leRoyaume, afin que Vous mangiez, et que vous bzltiez sur matable dans-mon Royaume. )l-XXIl. 27,29,30; -là aussi,par mangel et boire il est signifié manger et boire spirituellement;cest pourquoi, là, par mangel il est signifié lecevoir du Seignel1l,percevoir et sapproprier le hien du Ciel, et pal boire il est signifiérecevoir, pelcevoir et sapproplier le vrai de ce bien; car mangerse dit du bien, parce que le pain signifie le bien de lamoul, ctboile se dit du vrai, parce que leau et le vin signifient le vlai de ccbien. La même chose est signifiée ailleuls, dans Luc: Il Heureuxcelui qui mange du pain cums le Royaume de Dieu! ll-XIV.15; -cest pourquoi, là, le SeigneUl a compmé Il le Royaume deDieu il un grand souper, auquel les invités ne vùvcnt pas,. etoù furent seulement introduits ceux qui avaient tU trolwésdans les rues. Il - Vels, 16 à 24, - Le mange. spirituel, pal le­quel lâme est nOUllie, est signifié aussi pal manger, duns les pas­sages suivants; dans Ésaïe: Cl Si vous voulez, et écoutez, du bonvousmangerez. 1I-1. 19;-ici, pal mangel du bon il est si­gnifié le bien spilituel, cest poUlquoi il est dit Cl si vous voulez etécoutez, )l cest-il.-dire, si vous faites, car le bien spirituel est donné,est conjoint et est approplié à lhomme, par cela que lhomme veut.et que pal suite il fait. Dans David: Il H eureu.x quiconque craintJéhovah, et marche dans ses chemins! Le travail de tes mainstu mangeras; heureux, toi! et bien cl toi. ll- Ps. CXXVIII.1, 2; - pal manger le travail de ses mains il est signifié le biencéleste, que lhomme reçoit du SeigneUl par la vie selon les DivinsVrais, et quil sacquiert comme pal son travail et pal son étude;cest pourquoi il est dit que celui-là mangera, qui craint Jéhovahet marche dans ses chemins; et ensuite Il heUleux, toi! et hien iltoi. )) Dans Ésaïe: Cl Dites aujuste que bien (lui arrivera), carle fruit ·de leurs œU1res ils mangeront. li -III. 10; - palmanger le fluit de leuls œuvres il est signifié la même chose quepal manger le travail de ses mains, dont il vient dêtre parlé ci­dessus. Dans Ézéchiel: l( Fine farine, miel et Imile tu man­geais; par là, belle tu devins extrêmement, el lllprospéras IV. 5.
  • 70. 06 L APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 6i7. jusquù ,égner. Il--XVI. 13; -cela a été dit de Jélusalem, par laquelle est signifiée lÉglise, ici lÉglise Ancienne, qui était dans les vrais et dans le bien spirituel et en même temps naturel; pal la fine farine est signifié le vrai, par le miel le bien naturel ou de lhomme externe, et par lhuile le bien spirituel ou de lhomme in­ terne; la réception, la perception et lappropriation de ces vrais et de ces biens sont signifiées par mangel de la fine farine, du miel et de lhuile; Cl par là, belle tu devins extrêmement, II signifie que par ces vrais· et par ces biens elle était devenue intelligente, la beauté signifie lintelligence; « tu prospéras jusquà légnet·, Il signifie que pal suite daprès ces vrais et ces biens elle est devenue Église, le royaume signifie lÉglise, Dans Ésaïe: (1 Voici, la vierge concevra et enfantera un Fils, et elle appellera son nom Dieu avec nous; du beurre et du miel il mangera, pour quil sache ,e­lelel le mauvais et choisir le bon; car avant que lenfant sache rejeter le mauvais et choisir le bon, abandonnée sera la terre, de laquelle, toi, tu as dégoût devant ses deux rois. Il - vn. 1ft, 15, 16; -le Fils que la vielge concevla et enfantera, et dont le nom sera appelé Dieu avec nous, cest le Seigneur quant à lHumain, cela est évident; lapPlopriation du Divin Bien spirituel et naturel, quant à lHumain, est entendue palI( du beurre et du miel il mangera, Il le Divin Bien spirituel par le beune, et le Divin Bien naturel par le miel, et lapplopriation pal manger; et comme au­ tant on sait rejeter le mauvais et choisir le bon, autant est appro­ plié le Divin Bien spirituel et natulel, cest pour cela quil est dit «( pour quil sache rejeter le mauvais et choisir le bon; II pal Cl aban­ donnée sera la tene, de laquelle, toi, tu as dégoû.(devant ses deux lois, Il il est signifié que lÉglise sera abandonnée et dévastée quant à tout bien et à tout vrai par les scientifiques faussement appliqués et par les raisonnements qui en proviennent, la tene signilie lÉ­ glise, labandon et la dévastation sont entendus en ce quelle sera abandonnée et. dédaignée, et les deux lois, qui sont le loi dÉgypte et le roi dAssyrie, signifient les scientifiques faussement appliqués et les raisonnements qui en proviennent, le roi dÉgypte ces scien­ tifiques, et le loi ct Assyrie lés raisonnements qui en proviennent; que ce soient ces rois qui sont entendus, on le voit clairement dans les Versets suivants, 17 et 18, où lÉgypte et lAssyrie sont nom­
  • 71. rers. 9. CHAPITRE DIXIl~MK Gimées; ce sont aussi ces choses qui dévastent plincipalement lÉ­glise : que le Seigneur soit venu dans le Monde, quand il ny avaitplus dans lÉglise ni vrai ni bien, ainsi quand il ne restait plus liende lÉglise, cest ce qui a été dit quelquefois ci-dessus, Dans leMême: (( Il arri1;era quen raison de la multitude de lait quise fera chacun mangera du beurre, car du beurre et du mielmangem quiconque sera de reste dans la terre. l l - VII, 22;- cela a été dit de la· nouvelle Église que le SeigneUl devaitins­tau rel ; et par le beurre et le miel il est signifié le bien spirituel etle bien naturel, et par en manger il est signifié se les approprier,comme ci-dessus; pal le lait est signfié le spirituel daprès le céleste,doù proviennent ces biens. Dans le Même: « 01 quiconque asail: allez aux eaux; et quiconque na point dargent, allez,achetez et mangez; et allez, et achetez ums argent et sansprix du vin et du lait. Pourquoi dépensez-vous de largentpour ce qui nest pas du pain, et votre tra:vail pour ce qui nerassaûe point? Écoutant écoutez-moi, et mangez du bon, afinque se délecte dans la graisse votre âme. Il - LV. 1, 2;­quici mangel signifie sapPloprier daprès le Seigneur, cela estbien évident, car il est dit Il q1}iconqut..:"3 soif, allez aux eaux; etquiconque na point dargent, allez, achetez et mangez, II ce qui si­gnifie que celui qui désire le vrai, et qui auparavant navait pas levrai, lacquelfa et se lappropliera daprès le Seigneur; celui qui asoif signifie celui qui désire, leau est le vrai, lalgent est le vrai dubien, là pour celui qui na point le vrai du bien; aller, cest vers leSeigneU1, acheter signifie sacquélir, ct manger sapproprier; «allez,achetez sans argent et sans prix du vin et du lait, II signifie afindacquérir sans la propre intelligence le Divin Vrai spirituel et leDivin Vrai natUlel, le vin signifie le Divin Vlai spilituel, et lelaitle Divin Vrai spilituel-natulel; (( pourquoi"dépensez-vous de lar­gent pOUl ce qui nest,pas du pain, et votle travail pOUl ce qui nerassasie point? Il signifie que vainement on cherche à sacquérir da­près le propre le bien de lamour, et daprès le propre ce qui nourritlâme; ici, par largent il est signifié le vlai daprès le propre ou lapropre intelligence, pareillement par le travail; pal le pain le biende lamoUl, par ce qui rassasie ce qui Ilounit 1;101e, ici ce qui neIlourrit point; « écoutant écoutez-moi, signifie qlle ces choses 1)
  • 72. 68 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 617,viennent seulement du SeigneUl ; et (e mangez du bon, afin que sedélecte dans la graisse votre âme, l) signifie afin quils sapproprientle bien céleste, doù procède tout plaisir de la vie; se délecter dansla graisse signifie être réjoui pal le bien, et lâme signifie la vie.Dans le Méme : <l,Pour ceux qui habitent devant Jéhovah serale trafic de Tyr, pour manger à satiété, et pOUl celui qui secouvre il lantique. Il - XXIII. 18; - pal le trafic de Tyr sontsignifiées les connaissances du bien et du nai en tout genre; habiterdevant Jéhovah signifie vivre par le Seigneur; mangel à satiété si­gnifie recevoir les connaissances du hien, les percevoÏl et se lesapproprier, autant quil suffit pOUl la noulliture de lâme; se cou­vrir à lantique signifie se pénétrer des connaissances du vrai 1001,car couvlir se dit des vlais, parce que les vêtements ~ignificnt lesvrais qui revêtent le bien, et lantique se dit du réel, parce que lesvrais réels étaient chez les Anciens. La même chose est signifiéedans Moïse: (1 Vous mangerez, il satiété, et vous mangerez duvieux. Il - Lévit. XXVI. 5, 1Û.-Dans le Même: (1 Tu man­geras et seras rassasié dans leUe terre bonne. II -Deutél"XI. 15. - Puis : Il Quils mangeraient et ne seraient pointrassasiés. - Lévit. XXVI. 26. - Dans Ésaie : « Ils bâtirontdes maisons et les haMteront, et ils planteront des vignes eten mangeront le fruit; ils ne bâtiront point pour quun autre habite, ils ne planteront point pour quun autre mange. ))­ LXV. 21, 22; - chacun sait ce qui est signifié dans le sens de lalettre par ces paroles, mais comme la Parole est spirituellc dans son sein, pal elles il est aussi entendu des spirituels, cest-à-dire,des choses qui appartiennent au Ciel et à lÉglise, car ces choses sont des spirituels; par bâtir des maisons et les habiter, il est si­ gnifié ,emplir les intérieurs du mental du bien du Ciel et de lÉ­ glise, et par là jouir de la vie céleste, les maisons signifient les intérieurs du mental, et habiter signifie la vie céleste qui en plO­ vient; pal planter des vignes et en manger le fruit, il est signifié senrichir de vrais spirituels, et sapproprier les biens qui en pro­ viennent, les vignes sont les vrais spirituels, les fruits sont les biens qui en ploviennent, et mangcr est lecevoil, percevoir et sapPIô­ priel, car tout hien est approprié à lhomme par les vrais, à savoir, pal la vie selon les lais: daplès ce qui vient dêtre dit, on voit
  • 73. Vers. 9, CHAPITRE DIXIÈME. 69donc clailement ce qui est signifié pal li ils ne bâtïlont point pOUlquun autre habite, ils ne planteront point pOUl quun autre mange; 1)un autre signil1e le faux et le mal détruisant le vlai et le bien, carlorsque les vlais et les hiens périssent chez lhomme, les faux et lesmaux entrent. Dans Jélémie : Il Bâtissez des maisons, et habitez-les; et plantez des jardins, et mangez-en les fruits. -XXIX.1)5, 28;-ces paroles doivent être entendues de même que celles quiviennent dêtre expliquées. Dans Moïse: « Dtl11s cette terre teseront données des villes grandes et bonnes que tu nas pointbâties, des maisons pleines de tout bien que tu nas point rem-plies, des citernes creusées que tu nas point creusées, des vi-gnes et des olivaies que tu nas point plantées; tu mangerasà satiété. - Deutér. VI. 11; - lhomme naturel nentend ceschoses que selon le sens de la lettre; mais sil ny avait pas en ellesun sens spirituel, la Parole serait purement naturelle et non pas spi-rituelle, et ainsi lon Cloirait que ce seraient seulement lopulenceet labondance mondaines qui sont promises à ceux qui vivent selonles préceptes Divins; mais que servirait à lhomme de gagner toutle monde sil perdait son âme, cest à savoir, que servirait à lhommede recevoil en don des maisons pleines de tout bien, pareillementdes citelnes, et de lecevoit en clon des vignes et des olivaies, etden manger à satiété? Mais ces richesses énumérées sont des ri-chesses mondaines, par lesquelles il est entendu des richesses spiri-tuelles qui procurent à lhomme la vie éternelle; pat les villesgrandes et bonnes qui seront données, sont signifiés les doctrinaux.daprès les biens et les vlais réels; pal les maisons pleines de toutbien sont signifiés les intérieUls du mental pleins damour et de sa-gesse; par les citernes creusées sont signifiés les intérieurs dumental naturel pleins de connaissances du bien et du vrai; par les,vignes et les olivaies sont signifiées toutes les choses de lÉglise,tant ses vlais que ses biens; la vigne est lÉglise quant aux vrais,et lolivaie lÉglise quant au bien, cal le vin signifie le vrai, etlhuile le bien; manger à satiété signifie la réception, la perception,et lappropriation plénière. Dans Ésaïe: li Tu te délecteras enJéhovah; et chenaucher je te ferai sur les hauts lieux de laterre, et je te nourrirai de lhéritage de Jacob. )) - LVIII. ilJ ;- pal faire chevaucher SUI les hauts lieux de la terre, il est si~
  • 74. 70 L APOCALYP~l~ EXPLIQUÉE. N" 617.gniCJé donner lentendement des vélités supélieures ou intériemesSUI les choses du Ciel et de lÉglise; et pal noulTiJ de lhéritagede .Tacob, il est signifié être gratifié de toutes les choses du Ciel etde lÉglise; par lhéritage de Jacob est entendue la terre de Canaan,et pal la terre de Canaan est signifiée lÉglise, et dans le sens su­pélieul le Ciel. Puisque manger signifie saPPIopliel, on peut voilce qui est signifié par Il manger de larbre de vie qui est au mi­l~eu du Pamdis, Il ~ Apoc. II. 7 j-à savoir, que cest sappro­IHier la vie céleste: puis, ce qui est signifié par mangel de lal:blCde la science, dans la Genèse: « Et commanda Jéhovah Dieu à lhomme.• en disant: De tout arbre du jardin mangeant tu mangeras, nuds de larbre de la science du bien et du mal tu uen mangeras point, parce qual.ljour que tu en mangeras, mourant tu mourras. JI - II. 1.6,.17; - par lalbre de la science-du bien et du mal est signifiée la science des choses natUlelles, pal laquelle il nest pas permis dentrel dans les spirituels et dans les célestes qui appartiennent au Ciel et à lÉglise, pal conséquent par lhomme natUlel dans lhomme spirituel; ce chemin est linverse et ainsi ne conduit point à la sagesse, mais Hia détluit; par Adam et pal son épouse est entendue lÉglise Très-Ancienne, qui était une Église céleste; les hommes de celte Église, parce quils étaient dans lamour envers le Seigneur, avaient les Divius vrais inscrits en eux, et pal suite daprès linflux ils connaissaient dans lhomme naturel les conespondants, qui sont appelés scientifiques; en un mot, il y avait chez eux linflux spilituel, ainsi influx pal le mental spirituel dans le mental natulel, et pal conséquent dans les choses qui y sont, quils voyaient telles quelles étaient comme dans un miroil daprès la correspondance; les spirituels chez eux étaient entièrement dis­ Hncts des naturels, les spirituels résidaient dans leUl mental spili­ tuel, et les naturels dans leul mental natmel, et par suite ils ne plongeaient rien de spilituel dans le mental natuœl, comme font ordinairement les hommes spilituels-naturels; cest pOUlquoi, sils eussent livré les spirituels à la mémoile naturelle, et se les fussent appropriés de cette manière, linsite qui était chez eux eû.t péri, et ils aUlaien,t commencé à laisonner daprès lhomme natmel SUI les spirituels, et à les conc1Ule de là, ce quils ne font jamais; cela aussi aurait été ouloil êlle sage daprès la propre intelligence, et non da­
  • 75. Vers. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 71pr~s la Divine intelligence, comme il a été dit ci-dessus, et pal là ilsamaient éteint toute leur vie céleste, et pris Iles idées natmelles,même au sujet des spirituels; cest donc là ce qui est signifié en ceqnils ne devaient point manger de lalbre de la science du bien etdu mal, et que sils en mangeaient, mOlUant ils mounaient : il ar­rivait à ces Très-Anciens, qui sont entendus par Adam, la mêmechose qUà ceux. qui sont dans le Royaume Célesle du Seigneur; siceux-ci remplissent lhomme nattuel et sa mémoile de connaissancesdu vrai et du bien- spirituels, et veulent être sages daprès ces con­naissances, ils deviennent stupides, quoique cependant ils soient lesplus sages de tous dans le Ciel; mais, sur ce sujet, voir de plusgrands détails dans le Traité DU ClEL ET DE LENFER, N°s 20 il 28,où il a été question des deux Royaumes, le céleste et le spilituel,dans lesquels le Ciel dJins le commun a été distingué. Dans David: Cl Celui qui mangeait mon pain a levé sur Moi son talon. I l ­Ps. XLI. 10; - ceci a été dit des Juifs, chez qui étaient les DivinsVIais, parce quils avaient la Parole, comme on peut le voir dansJean,-XIlI. 18,-Où ces parolés ont été appliquées aux Juifs;cest poulquoi, par manger le pain du Seigneur il est signifié lap­plopriation du Divin Vrai, et dans ce passage la communication dece vrai, parce quil ne pouvait pas leur êtle approplié; le pain si­gnifie la Parole, doù procède la nourritUle spirituelle; lever le talonSUi Lui, signifie perveltir le sens de la lettre de la Parole jusquàniel le Seigneur et à falsifiel tout vrai; cal le Divin Vrai se présenteen image comme un Homme, Ile là le Ciel dans tout le complexeest appelé le Très-GIand Homme, et correspond il toules les chosesde lhomme, car le Ciel a été formé selon le Divin Vlai procédantdu Seigneur; et comme la Palole est le· Divin Vrai? cest pour celaaussi que devant le Seigneur elle est en image comme un DivinHomme; voilà pourquoi le demier sens de la Palole, qui est pUIe­ment le sens de la lettre, correspond au talon; la perversion de laPalole ou du Divin Vlai par lapplieation du sens de la leltre à desfaussetés, telles quétaient les traditions des Juifs, est signifiée pallever sur le SeigneuI le talon. Que tout le Ciel soit en image commeun Homme, et que par suite il cOllesponde il toutes les choses delhomme, et que le Ciel soit tel, parce que le Seigneur la créé etformé pal le Divin Vrai procédant du Lui, lequel vlai est la Parole
  • 76. l2 LAPOC,LYPSE EXPLlQUl~E. N" 617.par qui Coutes choses ont été faites,-Jean, I. 1,2, 3,-on le voitdans le Tlaité DU ClEr. ET DE LENFER, N° 50 il 102, et N°s 200il 212. Dans Luc: cc Vous commencerez ù dire : Nous avonsmangé devant Toi, el nous avons bu, el dtms IIOS places tu asenseigné; mais il dira: Je ne sais doù vous êtes; relirez­tous de moi, vous tous, ouvriers diniquité. » -XIII. 26,27;- ils diront, 10lsquils se présentelOnt au jugement, quils ontmangé et bu devant le Seigueul, signifie quils ont lu la Parole, eten ont tiré des connaissances du bien ct du vlai, simaginant êtresauvés pal là; cest poulquoi, il est dit ensuiteu dans nos places tuas enseigné, )l ce qui signifie quils ont été instlUits dans les vraisdaprès la Pllrole, ainsi paI le Seignellr; mais par la léponse, « jene sais doù vous êtes; retiœz-vous de Moi, vous tous, ouvriers di­niquités, )) il est signifié que lire la Parole, et être instruit daprèselle, ne fait rien pour le salut, si lon ne vit pas en même tempsselon I~ Palole; car elllichil la mémoire daprès la Palole et lesdoctlinaux de lÉglise, si ces doctrinaux ne sont point mis dans la vie, cela ne fait rien pour le saint. Dans Matthieu: « Le Bai dira 1li coux de sa droite: Jai eu faim, et vous Mavez donné ù manger; jai eu soif, el VallS 1J1. avez abreuvé. Et ù ceux de gauche :Jai cu faim, et ValLS ne Mavez pas donné ù manger;j rd .eu soif, et vous ne Mavez pas abreuvé. )) - XXV. 35, 1.2; - paI ces paroles aussi il est signifié une faim et une soif spi­ rituelles, et aussi le mangel et le boire spirituels; la faim et la soif Spilituelles, cest. laffection et le désir pour le bien et le vrai; le manger et le boile spilituels, cest linstruction, la léception et lappropliatîon; là, il est dit du SeigneUl quil a faim et soif, parce (lue daprès le Divin Arnoul il désire le salut de tous; et de lhomme il est dit quils Lui ont donné à manger, et quils Lont abreuvé, ce qui arrive quand daprès laffection procédant du Seigneur ils reçoi­ vent et perçoivent le bien et le vrai, et se les approplÎenl pal !a vie. Paleillement il sera dit de lhomme qui de cœur aime à instlUire lhomme el veut le salut de lhomme; cest donc la charité, ou laf­ fection du vlai Spilitnel, qui est décrite aussi pal ces paroles el par celles qui précèdent et suienL. Daprès ce qui vient dêtle dit, on peut maintenant VOil ce qui est signifié par manger le pain et boire le vin dans la Sainte Cène,-l1allh. XXVI. 26. Ma.rc, XIV. 22,
  • 77. Vers. 9. ClIAPITIŒ DlXlf;~lE. 73-où il est dit aussi que le pain est le COlpS du SeigneUl, et que levin est son sang; que pal le pain il y soit signifié le hien de la­rnoUl, et pUJ le vin le vrai procédant de ce bien, qui est aussi lebien de la foi, et. de même par la chair et le sang, ct que par lamanducation il soit signifié lappropriation et la conjonction avec leSeigneur, on peut le voir daprès ce qui a été dit et montré dansla DOCTRINE DE LA NOUVELLE JÉRUSALE~(, -N° 2tO à 222. Quede telles choses soient signifiées pal le pain et le vin, et par le corpset le sang, et aussi pal la manducation, on peut le voil encore plusévidemment daprès les paloies du Seigneur, dans Jean : Vos (epbes ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts;cest id le pain qui du Ciel descend; si quelquun mange dece pain, il vivra pour léternité; or. le pain que LUoi je don­nerni, cest ma chair que 1110i je donnerai pour la vie duMonde. En térité. je vous dis: Si vous ne mangez la chairdu Fils de lhomme, et ne buvez. ,~on sang, vous naurez. point la vie en vous; qui mange ma cltair et boit mon sang, a la vieéterTlelle, et je le ressusciterai au dernier jour. Qui mange ma chair et boit mon sang. en A-f oi demeure, et Moi en lui. Cest ici le pain qui du Ciel est desandu; celui qui mange ce pain vivra pour létentité. )1 - VI. 49 à 58; - quiconque jouit de la faculté de penser intélieurement peut voir quici ce nest ni la chair ni le sang, ni le pain ni le vin, qui sont entendus, mais que- cest le Divin procédant du SeigneUl; cal cest le Divin procédant, cest-à­ dile, le Divin Bien et le Divin VIai, qui donnent à lhomme la vie ételllelle, et qui font que le Seigneur demeure dans lhomme, et lhomme dans le Seigneur, puisque le Seigneur est en lhomme dans son Divin et non dans le propre de lhomme, car ce propre nest que mal; el le Seigneur est dans lhomme, et lhomme dans le Sei­ gneur, quand le Divin procédant est apploprié à lhomme par une juste réception; par la manducation est signifiée lapplop,iation elle-même, pal la Chair et le Pain le Divin Bien procédant, et par le Sang et le Vin le Divin Vrai plocédant, de même que dans les sacrifices, dans lesquels la chail et la minchah qui était le pain si­ gnifiaient le bien de lamo~r, et le sang et le vin qui était la libation signifiaient le vrai daprès ce bien, lun et lautre plocédant du Sei-· gneul. Comme pal la chail et le pain il est signifié Je Divin Bien
  • 78. 7h LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 617.procédant, ct pal le sang et le vin le Divin Vlai procédant, cestpOUl cela que pal la chail et le pain il est entendu le Seigneur Lui­Même quallt au Divin Bien, et par le sang et le vin le SeigneUlLui-Méme quant au Divin"Vrai; si le Seigneur Lui-Même est en­tendu par là, cest parce que le Divin procédant est le SeigneurLui-Même dans le Ciel et dans lÉglise, aussi le Seigneur dit-il deLui, (( cest ici le Pain qui du Ciel est descendu; » puis, (( celui quimange ce pain, en Moi demeure, et Moi en lui. » Comme le Pain si­gnifie le Seigmmr quant au Divin Bien, et que manger ce pain si­gnifie lappropriation et la conjonction, voilà pourquoi (( IQlsque leSeigneur, se manifestant après la mort aux disciples, lompitle pain et le leur donna, leurs yeux furent ouverts, et ils Leconnurent. »~Luc, XXIV. 30, 31;-par là, il est encore évi­dent que manger le pain donné par le Seigneur signifie la conjonc­tion avec, Lui, daprès laquelle ayant été illustrés ils Le connurent,car les yeux dans la Parole correspondent à lentendement, et palsuite le signifient, et cest lentendement qui est illustré, et par suiteles yeux sont ouverts; par rompre le pain dans la Parole il est si­gnifié communiquer son bien à un autle. Si Il le Seigneur a mangéavec des publicains et des pécheurs, ce dont les Juifs mur­muraient et se scandalisaient, » -Malc, II. 15,16. Luc, V.20,30, VII. 33 à 35,-cest parce que les Nations, qui SGnt en­tendues par les publicains et par les pécheurs, recevaient le Sei­gneur, puisaient ses préceptes, et y confOlmaient leur vie; par là leSeigneUl leUl applopriait les biens du Ciel, ce qui dans le sens spi­rituel est signifié pal mangel avec eux. Comme pal manger il étaitsignifié être apPIoprié, cest pour. cela quil avait été accordé auxfils dIsraël de manger des choses sanctifiées ou des sacrifices, carpal les sacrifices étaient signifiés les Divins célestes et spirituels, etde là par le repas qui était fait avec les choses sacrifiées était signi­fiée lappropriation de ces Divins; et comme lapplopriation deschoses saintes était signifiée pal ce œpas, voilà pOUlquoi il fut portéplusieurs lois pour indiquer qui en mangerait, et où lon en mange­rait, et de quels sacrifices on mangerait; ainsi: (( Ce quAlzaronet ses fils prendraient deI> sacrifices et mangeraient. » -Exod.XXIX. 3l, 32, 33. Lévit. VI. 0, 10, H. VII. 6,7. VIII. 31,32,33. X, 13, H, 15.-(( Queux mangeraient les pains de
  • 79. VCIS. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 75proposition dans le lieu saint. JI - Lévit. XXIV. 5 à 9.- l( Qut(la fille du prêtre, mariée ù un étranger, ne mangerait pointdes choses sanctifiées, nuûs que la fille du prêtre, veuve ou ré­pudiée et sans enfants, revenue dans la maison de son pelre,en mangerait. Il - Léit. XXII. 12, 13. - (( Quels seraientceux du peuple qui en mangeraient.) -Nomb. XVlII.10, 11,13, 19.-«( Que létranger (alienus), létranger (inquilinus),le mercenaire du prêtre, nen mangeraient point, mais quetacheté de son argent en mangerait. Il - Lévit. XXII. 10, 11,12. - «( Que limpur nen mangerait point. Jl - Lévit. VII.19, 20, 21. XXI. 16 à 2h. XXII. 2 à 8. - Il Quils ne man­geraient rien des holocaustes, mais quils mangeraient dessacrifices eucharistiques et se réjouiraient devant J éhovalt. )l- Deutér. XII. 27. XXVII. 7; -dans ces lois et dans plusieursautres statuts et lois SUl les repas de choses sanctifiées, sont con­tenus les arcanes de lapPlopriation du Divin Bien et du Divin Vrai,et de la conjonction par suite avec le Seigneur; mais ce nest pasici le lieu de développer chacun de ces arcanes, il suffit de savoir,daprès les passages rapportés, que manger signifie être appropriéeL êtle conjoint; cest aussi pOUl cela que, (1 lorsque les fils d ls­raël furent conjoints au Seigneur par le sang de lalliance,et après que ft{ oïse eut lu le livre de la loi devant eux, etquils eurent vu le Dieu dIsraël, il est dit quils mangèrentet quils burent. Il - Exod. XXIV. 6 à 11. - Que manger lachaiI et boire le sang signifie lappropriation du bien et du vraispirituels, on peut le voir dans Ézéchiel: Cl Ainsi a dit le Sei­gneur J éhovih : Assemblez-vous dalentow sur mon sacri­fice, que Moi je sacrifie pour vous, sacrifice grand sur lesmontagnes dIsraël, afin que vous mangiez de la chair, et quevous buviez du sang; chair de {arts vous mmigerez, et sangdes princes de la terre Mus boirez; et vous mangerez de lagraisse à satiété, et boirez du sang jusquà fivresse; de monsacrifice que je sacrifie pour vous; vous serez rassasiés, surma table, de cheval el de c/Ulr, de {art et de tout homme degue/re : ainsi je donnerai ma gloire parmi les nations. Il ­XXXIX. 17 à 21; -là, il sagit de la convocation de tous pOUl leRoyaume du Seigneur, et spécialement do l~nstaUlalion de lÉglise
  • 80. 76 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N"617.chez les nations, cal il est dit « ainsi je donnelai ma gloile palmi lesnations; Il pal manger de la chail et boire du sang, il est entenduquils sapproprieraient le Divin Bien et le Divin Vrai, la chair si­gnifie le bien de lamour, et le sang le vlai de ce bien; par les fortsou les bœufs sont signifiées les affections du bien, pal les princesde la terre les affections du vrai, leur jouissance plénière est signi­fiée par manger de la glaisse à satiété, et boire du sang jusquàlivresse; par la graisse sont signifiés les biens intérieurs, et par lesallg les vrais intélieurs, qui ont été manifestés pal le Seigneurquand il est venu dans le Monde, et ont été appropriés à ceux quiLont leçu; avant son avénement dans le Monde, il avait été dé­fendu de manger de la graisse et de boire du sang, et cela, parceque les fils dIsraël ont été seulement dans les extellles, cétaientdes hommes natUlels-sensuels, et nullement dans les internes ouspilituels; si donc il leur eüt été permis de mangel la graisse et lesang, ce qui signifiait sappropriel les biens et les vrais intérieurs,ils les auraient profanés; cest pourquoi, par en mangel était signi- .fiée la profanation: des choses semhlables sont signifiées par êtlelassasié, sur la table du Seigneur, de cheval et de char, de fort etde ~out homme de guerre; par le cheval il est signifié lentende­ment de la Parole, par le char la doctrine daprès la Parole, par lefort et lhomme de guerre le bien et le vrai combattant contre lemal et le faux et les détruisant; par les montagnes dIsraël, surlesquelles ils mangelaient, était signifiée lÉglise spirituelle danslaquelle le bien de la chalité est lessentiel. Daprès ces explica­tions, il est bien évident que par manger il est signifié sapplopriel,et que pal la chair, le sang, le fOIt, les princes de la terre, le che­val, le chal, lhomme de guerre, sont signifiés les spirituels quidoivent être appropriés, et nullement les naturels, car mangel ceschoses naturellement serait abominable et diabolique. De sembla­ bles choses sont signifiées par « manger chairs de rois, de ki­ liarques, de chevaux et de ceux qui les montent, de libres et desclaves. Il - Apoc. XIX. 18. - Comme dans la Parole la plupalt des explessions ont aussi le sens opposé, il en est de [Mme de manger et de hoire, et dans ce sens ils signifient sapproprier le mal et le faux, et par suite être conjoint à lenfel, comme on Aeut le ,"oil par les passages suivants; dans Ésaïe: Le Seigneur «(
  • 81. VelS. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 77J é/wvih appellera en ce jour-là à plcur.~ et il gémis,çement, ctà calvitie et il se rouvrir du sac; voici, joie et allégres,çe, tuerle bœuf et immoler le bétail, manger de la chair et boire du?Jin; il faut manger et boire, car demain nous mourrons. Il- XXII. 12, 1.3; - la vastation de lÉglise, et la lamentationsur elle, sont décrites pal êtle appelé en ce jour-là à pleurs, à gé­missement, à calvitie et à se çouvrir du sac; la lamentation SUI laperte du vrai est signifiée par les pleUls, sur la perte du bien palle gémissement, sur la perte de toute affection du bien par la cal­vitie, sur la pelle de laffection du .lai pal le sac; par tuel le bœufet immoler le bétail, il est signifié ételndle le bien natmel et lehi~n spiljtuel; par manger de la chair et boile du vin, il est signifiésapproprier le mal et le faux; la chair, ici, signifie le mal, le vinle faux du mal, et manger et boile se les apploprier. Dans Ézé­chiel : Cl Il fut dit au prophète de manger sa nourriture aupoids el avec inquiélude, el de boire de leau par mesure etavec stupeur; et de manger un gâteau d orie fait avec de lafiente: quainsi mangeraient les fils d 1sraëlleur pain souilléparmi les nations -cers lesquelles. ils seraient clUl,~sés; quilsmanqueraient de paÏ11 et deau, et ,çeraient désolés lhommeet son (lère, et quils seraient languissants il cause de leuriniquité. )) - IV. 1.0 à 1.7 ; - pm ces choses, dans le plophète,était représentée ladultération du Divin Vrai ou de la Parole ch~zla nation Juive; le gâteau dorge fait avec de la fiente signifie ceÙeadultération, le gâteau dorge le bien et le vrai naturels, telle questla Parole dans le sens de la lettre, la fiente le mal infelnal ; cestpou lquoi il est dit que les fils dIsraël mangeront ainsi leUl painsouillé, le pain souillé signifie le bien cOlIompu par le mal ou adul­téré; Cl ils manquClont de pain et deau parmi les nations vers les­quelles ils selont chassés, Il signifie quil ny allra plus pour eux nibien ni vlai, palce quils seront dans les maux et dans les faux, lesnations signifi.ent les maux et les faux, être chassé vers .:.lles, cestêtle livré aux maux et aux faux; [lai lhomme et son frère, quiseront désolés, il est signifié la foi et la charité, Jhomme signifiele vrai de la foi, et le frère le bien de la charité, et êtle désolé si­gnifie lextinction plénière de lun et de lautle; comme cest là cequi est signifié pal manger du pain et hoilc de leau, voilà pour­
  • 82. 78 LAPOCALYPSE EXPLlQUI~E. N" (i17.quoi il est dit quils seront languissants à cause de leUl iniquité,êtle languissant se dit de la vie spiriluelle quand elle périt. Commeles bêtes signifient les affections, les unes les affections bonnes etles autres les affections mauvaises, cest pour cela que chez les filsdIsraël, où il y avait lÉglise représentative, il fut porté des loispOUl décider quelles bêtes seraient mangées, et quelles bêtes neselaient pas mangées, - Lévit. XI. 1. à 47; - par ces lois il étaitsignifié quelle~ bêtes replésentaient les affections bonnes qui de­vaient être appropriées, et quelles bêtes représentaient les affec­tions mauvaises qui ne devaient pas être appropriées, puisque lesaffections bonnes rendent lhomme pur, et que les affections mau­vaises le rendent impur: toutes les choses que lenferme ce Cha­pitre du Lévitique, quant à chaque bête et à chaque oiseau, etquant à lems ougles, à leurs pieds et à la rumination, par lesquelsles purs sont distingués des impurs, toutes ces choses sont signili­catives. Dans Ésaïe: (c Sil tranche li droite, il sera affamé ce~pendant, et sil mange li gauche, ils ne seront pas rassasiés;lhomme la chair de son bras ils mangeront, MénaschehÉphraïm, et Éphraïm Ménascheh. Il - IX. 1.9,20; - par làest décrite lextinction du bien pal le faux et du vrai par le mal;lextinctiop de tout bien et de tout vrai, en quelquendroit quonles cherche, est signifiée pal (C sil tlanche à droite, il sela affamécependant, et sil mange à gauche, ils ne selont pas rassasiés; Iltlancher à droite et mangel à gauche, cest -chercher; être affaméct ne pas être rassasié, cest que lon ne trouve point, et que si lontlouve, toujours est-il que r..ela ne peut être reçu; lhomme la (1chair de son bras ils mangeront, Il signifie que le faux consumerale bien, et le mal le vrai, dans lhomme naturel; (1 MénaschehÉphlaïm, et Éphraïm Ménaschech, Il signifie que la volonté du malconsumera lentendement du vrai, et que lentendement du fauxconsumera la volonté du bien; mais ceci a déjà été ex pliqué; voirci-dessus,..N° 386 et 600. La consomptmn de tout vlai et de toutbien est aussi signifiée pal cela (C quils mangeraient la chair deleurs fils et de leurs filles. 11- Lévit. XXVI. 20; - et pal (1 lespères mangeront les fils, et les fils mangeront leurs père,y. Il- Ézéch. V. 1.0; - les pèles signifient les biens de ll~g[ise, etdans le sens opposé les m;lUX de lltglise, les fils les vlais de lJ~-
  • 83. Vers. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 79 glise et dans le sens opposé les faux de ll~glise, et les filles les affections du vrai et du bien et dans le sens opposé les cupidités du faux et du mal; lem mutuelle consomption et ex tinction est signi- fiée par les manger; il est donc évident que ces paroles doivent êtle entendues autrement que selon la lettre. Dans Malthieu : Il A la consommation du siècle ils seront comme avant le déluge, mangeant et buvant, se mariant et donnant en mariage. II -- XXIV. 38. Luc, XVII. 26 il. 29; - ici, pal mangel et boile et par se marier et donner en mariage, il nest pas entendu manger ct boire, ni se mariel et donner en mariage, mais par mangel il est signifié sapproprier le mal, pal boire sapploprier le faux, pal se marier et donnel en maliage conjoindre le faux au mal et le mal au faux, car il sagit ici de létat de lÉglise quand arrive le juge- ment demie., puisque ce jugement est signifié par la consommationdu siècle; il est évident qualors tant les bons que les méchantsmangelont et boiront, parce quil ny a aucun mal à manger et il.boire; et que les hommes ont faH de même avant le déluge et nont pas étédétruils pour cela, mais quils se sont approprié le mal et le faux et les ont conjoints chez eux; cest donc là ce qui est signifiépar manger et boire et par se malier et donnel en mariage. DansLuc: Il Le riche dit à son âme: Ame, tu as beaucoup de biensen réserve pour beaucoup. dannées, repose-toi, mange, bois,,,- XII. 1.9 : - dans le Même: l( Si le serviteur dit en soncœur: Le Seigneur tarde à venir, et quil commence à battreles serviteurs, à manger, à boire, il senivrer. »- XII, 45 :- puis par le festin et livresse, dans le Même: II Jésus dit:Prenez garde à vous-mêmes, de peur que ne soient appe-santis vos cœurs par festin et par ivresse. » - XXI. 34 ; - ilsemble que dans ces passages, pal manger et boile et par le festin,il soit entendu la luxure et lintempélance, telles quelles sont chezceux qui sabandonnent à leurs penchants, mais ce sens est le sensnaturel littéral de ces paloles, tandis que le sens spirituel, cestsapproprier le mal et le faux, comme on peut le voir par les pas-sages ci-dessus rapportés, où manger et boiJe ont celle significa-tion, et aussi en ce que la Parole est naturelle dans la lettre, etspilituelle intérieurement, spirituelle pour les Anges, et naturellepOUl les hommes. Outle ces passages de la Parole, on peul en lap~
  • 84. i;O LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" IH7.portel beaucoup dautres, qui plouvent et confirment que mangesignifie lecevoil, percevoir et sallproprier les choses dont là meest nourrie, car mangel spÏ1ituellement nest pas autle chose quelemplir le mental de sa noulriture, qui consiste à vouloir savoir,comprendre et goù.tel les choses qui concernent la vie étemelle :que manger ait celte signification, on peut encore levoir daprès lasignification du pain et de la nourriture, daprès celle de la faim etde lappétit violent, comme aussi daplès celle du vin et de leau,significations dont il a été traité ci-dessus en leu lieu. Puisquemanger signifie percevoir quelle est la chose, et que la chose est perçue par le goù.t, de là vient que daplès la cOlIespondance le goiltet goitter (sapor et sapere), dans les Langues humaines, se disent aussi de la perception de la chose; de là aussi vient le mot de sa­ gesse (ou sapience, sapientia). 618. Et amer il sera pour ton ventre, signifie quelle serait désagréabLe intérieurement, parce quelle était adultérée exté­ 1ieurement: on le voit par la signification de [amer ou de lamer­ tume, en ce que cest être désagréable à cause du ,rai adultéré, ainsi quil va être montré; et pal la signification du ventre, en ce que cest intérieUlement; si le ventle signifie intérieurement, cest parce quil est dit ensuite que dans la bouche il serait doux comme du miel, et que par la bouche il est entendu extélieurement, cal ce qui est pds pal la bouche, mangé et envoyé dans le ventre, va de lex té­ lieur à lintérieulj puisque cela enhe dans les enLraillesde lhomme; mais il sera parlé de la signification du ventre dans ce qui suit. Si lAmer et [amertume signifient ce qni est désagréahle à cause du Tai adultéré, et si pal suite causer de lamertume signifie ren­ dre désagréable, cest paree que le doux derient amel et par suite d6sagréable par un mélange avec quelque chose dinfect, de là vient lamertume de labsinthe, du fiel, de la myrrhe; maintenant, puis­ que le doux signifie lagréable provenant du bien du vlai et du vlai du bien, lamel signifie le désagléable Illovenant du vrai adultélé : le désagréable qui en plOvient nest ni perçu ni senti comme amel par lhomme dans le Monde naturel, mais il lest par lesprit et par lAnge dans le Monde spirituel; cal tQut bien du vrai adultéré, lorsquil se change en saveur chez eux, est senti comme amel; en elfet, les esplits et les Angos ont le goùt de même que les homme,c:;,
  • 85. Vers. n. CHAPITRE DlXI:f:llE. 81mais le goüL des esp,its.et des Anges est doligine spilitueIlc, tan~dis que le goût ùes hommes est ùolÏgine naturelle; le goùt de la­mer pour les esprits vient du vlai du bien adultéré, tandis que legotlt de lamer pour les hommes vient du mélange du doux et delinfect; Jean eut la sensation de lamer dorigine spirituelle, caril élaiten esprit; autrement, il naurait pas pu manger le pelitlivre.Par le vrai adultéré est signifié le vrai du bien, appliqué au mal etmêlé au faux de ce mal, ce qui arrive quand les vrais du sens dela :lettre de la Parole sont appliqués aux amours conompus, etainsi mêlés aux maux. Cest èe désagréable qui est signifié ici pallamertume du ventre. 11 sera dit aussi en peu de mots ce qui cs!.signifié par intérieurement dans la Parole, cest-à-dile, pat les in-­térieurs de la Parole; les intérieurs de la PalOle sont les vrais quecontient SOli sens interne ou spililuel, ces vrais sont des vrais léels;il ces vrais correspondent les vlais extélicllls de la Palole, cest-tt­dire, ceux que contient son sens externe ou naturel, qui est appelésens de la lettre et sens littéral; quand les extérieurs de la Paloleou les llais de la Parole clans le sens de la leUre ou sens liltéralsont falsifiés et adultérés, alors les llais intérieurs de la Palole ontété falsifiés et adultérés; lors donc que lhomme applique la Paloledans le sens de la lettre aux maux des amouls terrestres, cela de­vient désagréable pour les Anges qui sont dans le sens interne ouspirituel de la Palole, et ce désagréable est comme le désagréablede lamel : daprès ces explications, on peul. VOil que pal le pelitlivle qui sem amer pOllr le ventre, il est signifié que la Parole se­,ait désagléable intérieUlement. Toutefois, le clésagléable dont ilvient dêtre question est le désagréable spirituel, mais le désagléahlespirituel-natUlel, qui est entendu aussi ici pal cette ameltume, con~siste en ce que le vrai de la doctrinc, qui est intérieuremellt· recueillidu sens de la lettle de la Palole, appelé sens littéral, devient désa­gréable pOUl ceux qui sClnt clans les faux du mal; car il sagit delentendement de la Parole par les hommes de lÉglise à sa fin,quand la plupalt sont dans les faux daprès le mal, e(alols les fauxuu mal confirmés daplès le sens de la leUle de la Parole leur sontagréables, tandis que les vlais confilmés daprès le sens de la (eltletle la Palole leur sont désagréables; cela est aussi signifié par le petit H"Ic qui fut amer pour le ventre, eL doux COlllLl1(: du miel dans IV, G.
  • 86. 82 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 618.la houche, Que lamer signifie le vrai du bien adulléré, on peutaussi le voir daplès la Parole, où lamel est mentionné; parexem­pIe, daprès les passages suivants; dans Ésaïe: « Malheur à ceuxqui appellent le mal bien et le bien mal, qui mettent les ténè­bres pour lumière, et la lumière pour ténèbres, qui mettentlamer pour doux, et le doux pour amer! Malheur aux hérospour boire le vin, et aU,T hommes de vigueur pour mêler larervoise! Il - V. 20, 22; -que le hien et le vrai adultérés soientsignifiés ici pallamel, cela est évident, car il est dit « malheur àceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui mettent les ténè­hres pOUl lumière et la lumièle pour ténèl)les! II ce qui signifielailultération du bien et la falsification du vrai; car le bien est adul­téré quand le bien est appelé mal et quand le mal est appelé hien,ct le vrai est falsifié quand les ténèbres sont mises pour lumière, etquand la lumièle est mise pour ténèbres; les ténèbres sont les faux,et la lumière les vrais: daprès cela, il est évident que de sembla­hIes choses sont signifiées pal mettre lamel pour doux et le douxpour amer; une semblable chose est aussi signifiée par (1 malheUlaux héros pOUl boire le vin, et aux hommes de vigueur pour mêletla celvoise! II pal les héros pOUl boire le vin sont signifiés ceux quiadultèlent le vlai de la Parole, et par les hommes de vigueurpourmêler la cervoise sont signifiés ceux qui le falsifient; le vin et lacClvoise sont les vrais de la Parole, les héros et les hommes de vi­gueur sont ceux qui excellent en génie et en adresse pour les adul­térer, Dans le Même: (Ill sera dans laffliction, le moût; illan­guira, le cep; il.s gémiront, tous les joyeux de cœur; avec lechant ils ne boiront pas le vin; amère sera la cenoise pourcellx qui la boivent, II - XXIV, 7, g; - pal le moût qui seradans lailliction, et par le ccp qui languira, il est signilié le vrai dela Parole et de lÉglise, qui a été détruit, le moût signifie le vlai dc la Parole, et le cep le vrai de la doctrine de lÉglise; par « ils gemilont, tous les joyeux de cœur; avec le chant ils ne boiront pas le vin, Il il est signifié que la héatitude intell1e du mental et la félicité intelne du cœur périlont, parce qle le vrai du bien spirituel sera perdn; « amèle sera la cervoisc pOUl ceux qui la boivent, l si­ gnifie le V1ai du bien devenu désagréablc à cause de sa falsification et de son adulélation, Dans Moïse: (( Les eaux dc Marah, que
  • 87. Vers. 9. ÇHAPITRE DIXIÈME. t>3les /ils dIsraël ne pouvaient boire à cause de leur amertume,devinrent saines par le bois qui y fut jeté. II - Exod. XV. 23,2!l, 25; - les eaux de Marah, quils Ile pouvaient boire à causede leur amertume, représentaient les vrais adultélés, car les eauxsignifient les vrais, et lamertume ladultération; ct elles devinrentsaines par le bois qui y fut jeté, Il cela représentait le bien de la­mour et de la vie, dissipant le faux et ouvrant le vrai, et ainsi réta­blissant, car tout vrai est adultéré par le mal de la vie et de lamoUl;cest pourquoi, par le bien de lamour et de la vie il est ouvert et lé­tabli, et cela, parce que tout vrai appartient au bien, et que le biende lamoUl est comme un feu daprès lequel le vrai apparaît dansla lumière. La même chose est signifiée par Cl le potage, dans le­quelles {ils des prophètes avaient jeté des coloquintes ou desmisins sauvages amers, quÉlisée rendit sain en y jetant dela [m·ine. Il - I l Rois, IV. 38 à !li;- par le potage, dans le­quel on avait mis des coloquintes amères, est signifiée la Parolefalsifiée; et par la farine, qui le rendit sain, est signifié le vrai da­près le bien, cal le vlai qui provient du bien dissipe les faux quiont produit la falsification. Comme les fils de Jacob avaient pelvertitous les vrais de la Parole, et quils les avaient falsifiés et adulléréspar lapplication à eux-mêmes et aux amours terrestres, cest pourcela quil est dit deux dans le cantiquè de Moïse, ct du ccp de So­dome leur ccp, et des champs de Gomorrhe; et leurs raisins,raisins de {iel, et grappes damertume il eux. Il - Deutér.XXXII. 32; - par le cep il est signifié lÉglise quant au vrai, pUlconséquent aussi le vrai de lÉglise; pal les raisins sont signifiésles biens qui en proviennent, lesquels sont les biens de la charité, et pal les grappes les biens de la foi; de là, il est évident que pal grappes damertume sont signifiés les biens de la foi adullérés. Dans le Même, il est dit Cl que des eaux maudites seraient don­nées il lépouse accusée dadultère par son mari; que si elle était coupable., ces eaux se changeraient en elle en amertumes, et quenflerait son 1Jentre, et que tombe1llit sa cuisse. JI ­ Nomb. V. 12 à 29; - par le mariage de lhomme uvec une épouse est signifié le mariage du vrai et du bien, puisque lamoUl laiment conjugal descend de ce maliage spirituel; de là, pal ladultère est signifiée la conjonction du faux et du mal; cest pour cela que, si
  • 88. 8b LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. 1" 618. lépouse était coupable, les eaux se changeaient en amCllumes, ce qui signifie ladultération du, bien; et comme le ventre signifiait lamour conjugal, de même que lutélUS, et aussi la cuisse, voilà Jlourquoi le ventle enflait et la cuisse tompait, ce qui, dans le sens spirituel, signifie quil yavait destruction du conjugal, ou de lamour même conjugal spilituel et na,turel; lutérus ou le venlTe signifie cet amour spirituel, et la cuis~e le même amolli naturel. Daplès ces explications, on peut voir que par lamer et lamertume, en gé­ nérai, il est signifié la falsification et ladultération du vrai et du bien, et que les diverses espèces de falsification et dadultération sont signifiées pal le fiel, labsinthe, la myrrhe, les raisins sau­ vages, les coloquintes, et plusieurs autres choses. 619. Mais dans ta bouche il sera doux comme du miel, signifie quelle serait agréable extérieurement: on le voit par la signification de la bouche, en ce que cest extérieurement, car il sagit du petit livre et de laction de le manger, et par le petit li vre est signifiée la Parole, ct pUl laction de le manger, il est si­ gnifié la perception et lexamen; de là, par la bouche, qui dabord le reçoit, il est entendu lexterne de la PaIole; et par la significa­ tion de doux comme du miel, en ce que cest lagréable du bien naturel; si lexLeme de la Parole était doux comme du miel; cest­ à-dire, ainsi agréable, cest palce quil est tel, quil pouvait être appliqué il un amour quelconque, et à un principe quelconque pris daprès cet amour, et que cet amolli et ce principe pouvaient être confirmés par cet externe; que lexteme de la Palole, qui est le sens de sa lettle, soit tel, cest parce que beaucoup de choses yont été écrites selon les apparences devant lhomme naturel, et que beaucoup dapparences, si elles ne sont pas entendues intélieure­ ment, sont des illusions, telles que sont les illusions des sens; cest pOUlquoi, ceux qui aiment à vivre par le corps et par le monde sap­ puient sur ces appalences pOUl confirmer les maux de la vie et les faux de la foi; cest SUltOut ce que faisaient les fils de Jacob, qui appliquaient à eux-mêmes toutes les choses de la Parole, et tiraient cette foi du sens de la lettle; et encore aujourdhui ils soutiennentquils ont été choisis d~ préfélence aux aulles, et que pal COnsé­ quent ils ont été une nation sainte; que leur Jérusalem, et là; le Telllple, lArcbe, lAutel, les sacrifices, ouCre dautres choses in­
  • 89. Vers. 9. CHAPITRE DIXIÈME. 85nombrables, étaient des choses saintes par elles-mêmes, ne sachantpas et ne voulant pas savoir que la sainteté de toutes ces chosesdécoulait uniquement de ce quelles replésentaient les Divins pro­cédants du Seigneur, qui sont appelés les célestes et les spiri­tuels, lesquèls sont les saints du Qel et de lÉglise, et que penserque ces choses étaient saintes pal elles-mêmes, et non par les Di­vins quelles représentaient, cétait falsifiel et adultérer la Parolepar des applications,:~ eux-mêmes et à leurs amours; il en est demême, chez eux, de la foi sur le Messie, quils simaginent devoirêtre le Roi du Monde, et devoil les élever au-dessus de toutPoS lesnations et de tous les peuples de lunivers, sans parler de toutes lesautles croyances quils tirent du pur sens de la lettre de la Palole,lesquelles sont douces pOlir eux comme du miel dans la bouche; delà vient que les choses qui sont dans le sens spilituel de la Parolesont désagléables, parce que dans ce sens il y a les Vlais mêmes,qui ne sont pas selon les apparences; par exemple, que cette na­tion nétait pas sainte, mais quelle était pire que toute autre na­ tion; que pal conséquent elle navait pas été choisie; que la ville deJérusalem signifie seulement lÉglise du Seigneur et la doctrine concelnant le Seigneur et les choses saintes du Ciel et de lÉglise; et que le Temple, lArche, lAutel et les Sacrifices ont représenté le Seigneul et les sainls qui procèdent de Lui; et que ces choses étaient saintes daprès cette représentation et non daillems : ces vlais qui ont été intérieurement cachés dans le sens de la lettre de la Parole, cest-à-dire, qui sont dans son sens interne spirituel, sont ceux quils nient, parce quo, ainsi quil a été dit, ils ont fal­ sifié et adultéré la Parole dans le,sens de la lettle; cest pourquoi, ces vrais leUl sont désagréables comme des aliments amers dans le ventre. Sil est dit que le petit livre dans la bouche était doux comme du miel, cest palCC que le miel signifie le plaisir du bien naturel ; que le miel signifie ce plaisir, on peut le voil par les pas­ sages suivants; dans Ézéchiel: (1 Il fut dit au projJMte .. Ouvreta bouche, et mange ce que Moi je te donne; el je vis, eltlDici, wle main tendue vers moi; et voici, en elle un ,ouleaude livre, quil déroula devant moi, et il était écrit devant etdef"ièle; et, ce qui était écrit dessus, cétaient des lamenta­tion~. des gérnissernerJls et des plaintes. Alors il me dit: Fils
  • 90. 86 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉB. N° 619.de lhomme, mange ce rouleau, et va, parle à la maison dIs­raël. Ensuite il me dit : Nourris ton ventre, et remplis tesentrailles de ce rouleau qZleMoi je te donne; et quand jeusmangé, il (ut dans ma bouche comme du miel quant à la .douceur. Et alors il me dit . Va vers la maison d Ismël, etprononce-leur mes paroles. )l - II. 8,9, 10. III. 1,2, 3,4;- ces paroles enveloppent absolum~nt les mêmes choses que danslApocalypse; lordre donné au prophète Ézéchiel de manger unrouleau de livre enveloppe la même chose que lordte donné à Jeantle manger le petit livle, à savoir, quil selait examiné comment leDivin Vrai, qui est dans la Parole, est encOle leçu, perçu et appro­prié pal ceux: qui sont de lÉglise, cal pal le prophète Ézéchiel etpal Jean il est représenté la dochine du vlai et la Parole; pal suitelexamen a été fait chez eux; sil a été fait par laction de mangerun livre, cest parce que manger signifie pelcevoit et ainsi saPPIo­prier, comme il a été montré ci-dessus; et quand cela eut été exa­miné, à savoir, de quelle manière la Parole est encore perçue, il estdit au Prophète Ézéchiel daller VelS la maison dIsraël, et de leurprononcel les paroles de Dieu; il est dit aussi au Prophète Jeanquil lui faut prophétiser, cest-à-dire, enseignet encole la Paloledans lÉglise; et cela, parce que le livre dans sa bouche avait étésenti doux comme du miel, cest-à-di re, parce que la Parole quantau sens de la lettre était encore agréable, mais par cette raison quecc sens peut être appliqué à tous les plincipes du faux, et à tous lesamoUlS du mal, et peut ainsi leur selvir à confirmer les plaisils de la vie natmelle séparés des plaisirs de la vie spilituelle, lesquels, après quils ont été séparés, sont absolument les plaisirs des amouls du corps et du monde, doù proviennent les principes du faux da­ près les illusions. Dans Ésaïe: Il La vierge concevra et enfantera un Fils, et elle appellera son Nom Dieu avec nous; du beurre et du miel il mangera, afin quil sache rejeter le mal et choisir le bien. » ~ VII. 14, 15; - que ces paloles aient été dites du Seigneur, cela a été confilmé dans Matthieu, - Chap. I. 23;­ chacun peut voir que, là, pal du beulIe et du miel, il est entendu, non pas du beUlre et du miel, mais quelque Divin correspondant, cal il est dit ensuite (( afin quil sache rejeter le mal et choisil~ le bien, 1) ce quon napprend pas en m~ngeaIlt tlu beune el du miel;
  • 91. Vers. 9. CHAPITUE DIXIÈlŒ. 87mais pal le beurlc est signifié lagréahle du bien spirituel, et laI lemiel lagréable du bien naturel, par conséquent pal le beUITe et lemiel il est signifié le Divin Spilituel et le Divin NatUlel, ainsi lHu­main du Seigneul intérieurement et extérieUlement; que ce soillHumain du Seigneul qui est entendu, on le voit en ce quil estdit que la Vielge concevra et enfalltela un Fils; et que ce soit leDivin, cela résulte de ce qui~ est dit et elle appellera son Nom (1Dieu aec nous; )) appeler le nom signifie la qualité, ici la qualitéDivine, cal il sela appelé Dieu avec nous. Par le beulIe et le mielest encore signifié lagréable du bien spilituel et du bien naLureldans le même Chapitm pal ces paroles: l( Du beurre et du midmangera quiconque sera de leste dans la terre. 1) - Vels 22;-pal ceux qui seront de leste sont entendus ceux qui par le Sei­ gneur sont bons intérieurement et aussi extérieurement, par consé­quent ceux qui leçoivent dans [es vrais le bien procédant du Sei­ gneur; la héatitude qui en résulte pOUl lhomme intellle ou spiriluel, ct aussi pour lhomme externe ou natUle, est signifiée pal le beuITe et le miel. Dans Job: (( Le venin des aspics il sucera, la langzwde la V/pere le tuera, afin qui.l ne voie pas des ruisseaux, desfleuves de torrents de miel et de beurre. Il - XX. 16, i 7; ­ceci a été dit des hypocrites, qui parlent bien et avec déc~nce deDieu, du prochain, du Ciel et de lÉglise, lorsque cependanl ils pen­sent tout autrement; et comme par là ils machinent des foulberiespOUl semparer des mentaIs (animi) des autres, quoiquils parlentlenfer dans le cœUl, il est dit (( le venin des aspics il sucera, lalangue de la vipèle le tuera; Il que le bien uatulel et le bien spili­tuel ne leUl soient nullement agréables, cela est entendu par afin (1quil ne voiè pas des ruisseaux, des fleuves de tOITents de miel etde beUll~; Il pal les ruisseaux sont entendues les choses qui appar­tiennent à lintelligence, et pal des fleuves de tOlrents de miel et debeune, celles qui par suite appartiennent à laffeclion et à lamour,lesquelles sont les plaisils mêmes de la vie céleste; tout. plaisir dela vie, demeurant à éternité, esl le plaisir du hien et du vrai spiri­tuels, et par suite le plaisil du hien et du vrai natulels, mais leplaisir hypocrite est le plaisir naturel séparé du plaisir spilitueI, orce plaisir est changé dans laulre vie en un aff.eux tourment infer­ nal; quici patIe bel1lre et le miel il ne soit entendu ni du beurre
  • 92. 88 LAPOCALYPSI~ EXPLIQUÉE. N° GlU. ni du miel, ccla est évident; cal où y a-t-il, dans Ic Monde, des fleuves ùe torrcnts de miel et de beUlIe? Ce qui est signifié par lebeUITe ct le miel est aussi signilié pal le lait et le miel; et commepal le lait est signifié le plaisil du bien spirituel, et pal le I}lielleplaisir du llien naturel, et que ceux qui sont de lÉglise du SeigneUljouissent de ces plaisils, cast pOUl cela que la tetre ,de Canaan,pal laquelle est signifiée lÉglise, a été appelée (1 terre découlantde lait et de miel, Il - Exod. Ill. 8, 1. 7. Lévit. XX. 2ft. Nomb.XIll. 27. XIV. 8. Deutél" VI., 3. Xl. 9. )LVI. 9,1.5. XXVII.3. XXXI. 20. Jos. V. ô. Jérém. XI. 5: XXXII. 22. Ézéch, XX.ô; - que pal la terre de Canaan, dans la Parole, soit entendue"lÉglise, cela a été montré ci-dessus, No 29, 30ft, hi 7; et lÉgliseest seulement chez ceux qui sont dans le bien spirituel et en mêmctemps dans le llien naturel;lÉglise est formée ~n eux pal le Sei­gneu1; en ,effet, lÉglise est dans lhomme et non hors de lui, palconséquent elle nest point chez ceux chez qui ces lliens ne sont pas;"ces biens avec leurs plaisils sont signifiés pal le lait et le miel. Quem~me dans ce tem.ps-là il y ait eu beaucoup de miel dans la teflcde Canaan, pal la raison qualols lÉglise du Seigneur y était, on lc voit daprès le livre 1 de Samuel, où il est dit qu Cl i/.~ vinrentdans une (orêt, où il y avait du. miel sur les (aces de la terre,et là un ruisseau de"niel; et quaprés que J onatflan eut goûtédu miel ses yeux (urent ouverts. Il-XIV. 25,, 2G, 27, 29;­si les yeux. de Jonathan furent ouverts après quil eut goûté du miel,cest parce que le miel cOITespond au llien naturel et au plaisir de,ce bien, et que ce bien donne lintelligence et, illustle, de là pOUllui la connaissance li]Ui1 avait fait le mal, comme il est dit dansÉsaïe, (1 il mangera du beune et du miel, afin quil sacherejetel lcmal et choisil le 15ien ; Il car dans ce temps les cOllespondances [lré­sentaient,leUl effet, pUI~ que toutes les choses ùe lÉglise Israélitcse composaient de cOllespondances, pal lesquelles les célestes et lesspirituels étaient leillésentés et signifiés. Ce qui csL signifié pal lellellllc et le miel esL aussi signifié PUI lhuile et le miel duns lespassages suivants; dans Moïse: « Il la lait chevaucher SUI les·lieux élevés de la teerc, et la nourri du produit des c/l.amps;il lui a fiât succr du miel de la rochc, el de lhuile du miltoudu rùc!la, 1)--- Délité!. XXXII. 13; - ccci est dans le Cantique
  • 93. Vers. ~. CHAPITHE D1XIl~ME, 80de Moïse, où}l sagit de lÉglise <lans·son commencement, et en-suite de lÉglise dans sa marche, et finalement dans sa fin; ceux quiaaient constitué lÉglise Ancienne sont décrits par ces paroles,et non pas ceux qui constituèrent (Église ISIaélite, cal ceux-cidepuis le commencement jusquà la fin furent nlauvais, comme onpeut le voir par leurs pères en Égypte et ensuite dans le désert;mais lAncienne Église, dont les hommes sont eùtendus pal lespères deceux-ci, était celle que le Seigneur a fail chevauchCl SUIles lieux élevés de l~ terre, et a nourrie db produit des champs;que le ./.lien de lamour natUlel et le bien de lamour spirituel aveeleurs plaisirs aient r.té donnés aux hommes de lAncienne Églisepal les vlais, doù provenaient leur intelligence et selon lesquels ilsvivaient, cela est signifié par « il lui a fait sucer du miel de la rocheet de lhuile du caillou du rocher; Il pal le miel est signifié le plaisilde lamour natmel, pal lhuile le plaisir de lamour spirituel, etpal la roche et le caillou du rocher le nai daprès le Seigceur; quelhuile signifie le bien de lamour et de la charité, on le voit, d-dessus, N° 375; et que la lache et le rocher signifient le vrai da-prés le Seigneur, on le voit, N° M3. Dans David: cc Je les ainourris de la graisse du froment, et de miel du "oc/wr je lesai rassasié,~. » - Ps. LXXXI. 17; - par la graisse 4u flbmentest aussi signifié Le Plaisir du bien spilituel; et pal le miel du rochelle plaisir du bien naturel pal les vrais daprès le Seigneur, commeci-dessus: il faut quon sache que le bien naturel nest pas le bien, sil ny a pas aussi le bien spirituel, car tout bien influe par lhomme spirituel ou. le ,mental spirituel dans lhomme natUlel ou le meptal naturel, et quautant lhomme natulel ou le mental na... turel reçoit le bien de lhomme spirituel ou du mental spirituel, autant il lCçoit le bien; il faut quil y ait lun et lautre bien, ou queJe bien soit des deux côtés, pour que ce soit le bien; cest pour- quoi, le bien naturel séparé du bien spirituel est en soi le mal, n~an­ moins il est perçu par lhomme comme bien: puisquil faut quil j ait ~un et lautre, cest pOUl cela que dans I~s passages lapIfortés, et dans ceux qui vont lêtre, il est dit le beurre et le miel, le lait et le miel, la gJ;aisse et le miel, et aussi lhuile et le miel; parle beurre, le lait, la glaisse et lhuile, il es signifié le bien de lamour spirituel, et pm le llliei le bien de lamoUl naturel, en même temp~
  • 94. 90 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 619.que les plaisirs de ces biens. Dans Ézéchiel: «( Ainsi tu fus paréedor et dargent, et tes vêtements (étaient) fin lin et soie ctbroderie; de la fine (arine, du miel et de l huite tu mangeais;par là, belle tu devins extrêmement, et tu prospiras jusquàroyauté. Alais mon pain que je te donnais, et la fine (mine,lhuile et le miel dont je te nourrissais, tu les as mis devantdes idoles en odeur de repos, Il-XVI. 13, 19; - ceci a été ditde Jérusalem, pal laquelle est signifiée lÉglise, dabord lÉgliseAncienne et ensuite lÉglise Israélite;, de lÉglise Ancienne il estdit, quelle avait été palée dor et dargent, ce qui signifie lamoUldu bien et du vrai, qui était chez les hommes de celle Église; queses vêtements étaient fin lin, soie et broderie, ce qui signifie lesconnaissances du vrai céleste, spirituel et naturel, le fin lin signifiele vrai dorigine céleste, la soie le vrai dorigine spirituelle, et lahroderie le vrai dorigine natulelle, qui est appelé scientifique;quelle mangeait de la fine farine, du miel et de lhuile, ce qui si­gnifie la perception du vrai et du bien naturels et spirituels, et lap­propriation de ces vrais et de ces biens, manger signifie être appro­prié, la fine farine est le vrai, le miel est le bien naturel, et lhuilele bien,spirituel, lesquels leur ont été appropriés par la vie selon lesvrais ci-dessus lapportés; quelle devint extrêmement belle et quelleprospéra jusquà royauté, ce qui signifie quelle devint intelligenteet sage, tellement que daprès eux elle fut Église; la beauté signifielintelligence et la sagesse, et la royauté signifie lÉglise. Mais delÉglise Israélite, qui fut seulement dans les externes sans les in­ternes, et dont les hommes par suite fUlent des idolâtres, il est dit,que devant des images de mâle ou idoles ils ont mis en odeur dorepos la fine fàline, le miel et lhuile, cest-à-dire quils ont per­ verti en faux et en maux les vrais et les biens de lÉglise, et ainsi les ont profanés. Dans le Même: li J ehudah et la terre dIsraël ont été tes négociants en (roments de ntinnith et de pannag, et en miel et en huite et en baume ils ont (ourni ton com­ merce: )l - XXVII, 17; - ceci a été dit de Tyr, par laquelle est signifiée lI~glise quant aux connaissances du vrai et du bien, et par suite aussi pal Tyr sont signifiées les connaissances du vrai et du bien qui appartiennent à lÉglise; et par le miel et [huile sont si­ gnifiées les mèmcs choses que ei-dessus; quant à cc qui est entend u
  • 95. Vers. O. CHAPITIŒ DIXIÈME. 01 • dans le sens spirituel pat Jehudah et la tene dIsraël, pal les flo­ ments de minnith et de pannag, pal le baume et par le commerce de Tyr, cela a été expliqué ci-dessus; voir N° lt33. Dans Moïse: Il Une terre de torrents deau, de fontaines et dabimes sor­ tant de la vallée et de la montagne. terre de froment et dorge, et de cep, et de figuier, et de grenadier; terre dolivier, d huile et de miel. Il - DeutéJ. VIII. 7, 8; - ceci a été dit de la telTe de Canaan, pal laquelle est entendue lÉglise, qui est dans le bien cé­ leste, spilituel et naturel, et par suite dans les vrais; mais les choses qui sont contenues dans ces Velsets ont été expliquées ci-dessus, N°s 37ft et lt03, ct il ya été montré que pal lhuile et le miel il y est signifié le bien de lamoul dans lhomme. interne ou spililuel et dans lhomme extellle ou naturel. Dans David : « Les juge­ ments de Jéhovah (sont) vérité, justes ils sont en même temps, désirables plus que lor, et plus que beaucoup dor fin, et doux plùs que le miel et que ce qui distille des rayons. II - Ps. XIX. fO, H. - Et dans le Même: (1 De te.~ jugements je ne me suis pas écarté, parce que Toi tu mas enseigné; combien douces sont cl mon palais tes paroles, plus que le miel cl ma bouche! Il, - Ps. ex IX. 102, f03; - pal les jugements sont signifiés les vrais et les biens du culte; cest poulquoi, il est dit que les juge­ ments de Jéhovah sont vérité, et justes en même temps; le juste signifie le bien de la vie et du culte qui en proiède; et comme le bien est signifié aussi pal lai et par lal fin, cest pour cela quil est dit quils sont désirables plus que lor et plus que heaucoup dor fin, lal est le bien céleste, lor fin est le bien spirituel; désirable, cest ce qui appartient à JalTèction et à lamour; comme les biens dont lhomme est affecté sont aussi des plaisirs, voilà pourquoi il est dit quils sont doux plus que le miel et plus que ce qui découle des layovs, et que les paroles de Jéhovah sont douces au palais plus que le miel à la bouche, doux signifie le plaisir, le miel le bien na­ tUlel, ée qui distille des layons le vrai natmel; et comme le miel est le bien naturel, et que la bouche signifie lexteme, voilà pour­ quoi il est dit « plus que le miel à ma bouche, Il de même quil est dit, dans lApocalypse, que le petit livre était doux comme du miel dans la IJouche. Dans Luc: Il Jl~SUS dil aU:l: disciples, qui simaginaienl voir IlIl f1ilJril: Voyez mes lIUlÙ/S et mes pieds, quc 1I1oi-Mbnt.
  • 96. 92 L APOCALYPSE EXULIQUÉE. N° 619.je suis, touchez-Moi et voyez, car un esprit chair et os napoint, comme vous me voyez avoir. Ensuite il leur dit: Avez­VOltS quelque chose à manger? or, ils Lui donnèrent un mol·ceau de poisson rôti et dun rayon de miel; et, en ayant pri.ç,della nt eux il mangea. ))-XXW. 39, lif, li2, li3;-pallasérie de ces paroles considérées dans le sens spirituel, il est évidentque pal le rayon de miel ou pal le miel est signifié le bien natulel;en effet, le. Seigneur découvrit aux disciples quil avait glolifié ou·fait Divin tout son Humain jusq.1lau naturel et au sensuel de cet Humain, cela est signifié pal les mains et les pieds, et pal la chail~.et les os, quils voyaient et touchaient, par les mains et les pieds ledernie! de [homme qui est nommé naturel, par la chair le bien du naturel, et par les os les vlais de ce natUlel; cal toutes les chosesqui existent dans le corps humain correspondent aux spirituels, la chail au bien de lhomme naturel, et les os à ses vrais; s~r cette cOllespondance, voir dans le Traité DU CIEL ET DE LENFER, No 87 à f02 : le Seigneul a aussi confirmé la même chose, en ceque devant ses disciples il a mangé dun poisson rôti et dun rayon de miel, le poisson rôti signifie le vrai du bien de lhomme naturel et sensuel, et le rayon de miel le bien du vrai de ce même homme; pal le touchel le Seigneur a donc montré et confirmé que tout son Humain jusquà ses derniels avait été glorifié, cest-à-dile, avait ~té fait Divin, et 3:-Ussi en mangeant devant eux un morceau dun poisson rôti et dun rayon de miel. Comme le Miel signifie le bien de lhomme natUlel, cest aussi pOUl cela que Il Jean-Baptis.te avait un vêtement de poils de chameau, et unè ceinture de cuir autour de ses reins; et sa nOU1"Titure était des sauterelles et du miel sauvage. lI-Malth. III. li. Marc, I. 6;-cal Jean­ Baptiste replésenta la même chose quÉlie, cest pourquoi il est dit aussi que viendra Élie, pal lequel est entendu kan-Baptiste; Élie a représenté le Seigneur quant à la Parole, ou la Parole qui pro­ cède du Seigneur; de même Jean; et comme la Parole enseigne que le Messie ou le Seigneur doit venir, cest pOUl cela que Jean a été envoyé devant, afin dannoncer lavénement du Seigneur selon les prédictions "dans la Palole; et comme Jean représentait la PaIole, voilà pourquoi les dcrniels de la Palole, qui sont les naturels, ont été représentés chez Jean par son vêlement, et aussi par des aliments,
  • 97. Vers. 9. CHAPITHE DIXIÈME. 93à sa;(;i l , pal son vNement de poils dcchameau et par la céinturcde cuir autour des reins, les poils de chameau signifient les demiersde lhomme natUlel, tcls que sont les extérieurs de la Palole, et laceinture de CUil autour des leins signifie leUl lien externe et leurconnexion avec les intérieurs de la Parole qui sont les spirituels; deschoses semblables sont signifiées par les sauterelles et par le mielsauvage, par les sauterelles le llai de lhomme naturel, et pal lemiel sauvage le bien de cet homme; soit que lon dise le vrai ct lebien de lhomme naturel, ou le llai et le bien naturels, telle questla P~rolc dans son sens delniel, qui est appelé sens de la leltre ousens naturel, cest la même chose, car Jean par ses vêtements etses aliments représentait ce sens. Si « aucun levain ni aucunmiel nétaient"mis dans une offrande en ignition il Jéhovah, ))- Lévit. II. 11, - cétait parce que le levain signifie le faux delhomme natulCI, et le miel le plaisil du bien de cet homme, et dansle sens opposé le plaisir de son mal, qui est comme un levain quandil est mêlé aux choses qui signifient les saints inLériellls, cal leplaisir naturel Lire cc qui lui appartient des plaisirs des amours deSJi et du monde; et comme la naLion Israélite était plus que (outesles aultes nations dans c~s plaisirs, cest pour cela quil lui avaitété défendu de se servil de miel dans les saclifices. SUI la signifi­calion du miel, en ce quil est le plaisir du bien de lhomme na­turel, voir dans les ARCANES CÉLESTES, N° 5620, 6857. 8056,10137, 10530. « Après que Samson eut déchiré un jeunelion, il trouva dans son cadavle un essaim dabeilles et dumiel, lorsquil allait prendre une épouse chez la nation desPhilistins~ l) - Jug. XIV. 8; - cela signifiait la dissipation de lafoi séparée davec la charité, foi que la nation des Philistins replé­sen,tait; cest pour cela que les Philistins étaient anssi appelés in­circonci~; pal ce nom il est signifié quils étaient sans lamour etsans la chalité spirituels, et seulement dans lamour naturel, qui estlamour de soi et du monde; cette foi, parce quelle déLruit le hiende la chalité, étaitleprésentée par le jeune lion qui attaqua SamsonpOUl le déchirer; mais paree que Samson était Naziléen, et que leNaziréatlelwésentaitle Seigneur quant à son dernier natulel, 11 dé­chira le lion, et trouva ensuil,e dans son cadavle un essaim dabeilleset ùu miel, cc qui signifiait quaprès qlle celle foi a été dissipée
  • 98. 9i! LAPOCALYPSE EXPLIQUrm. W619. à sa place sucCède le bien de la charité. Des choses semblables ont été Jeplésentées et signifiées par tout ce qui esl rapPolté de Samson dans le Livre des Juges; car dans la Parole il na rien été écrit qui ne représenle el ne signifie des choses qui appartiennent au Ciel el à lÉglise, lesquelles ne peuvent être connues que daprès la science des correspondances, et par suite daprès le sens spirituel de la Parole. 620. Et je pris le petit livre de la main de lAnge, et je le dévomi, signifie lexamen: on le voit daprès ce qui précède, à savoir, ,en ce que par le petit livre il est entendu la Parole, par lAnge le Seigneur quant à la Parole, et par le dévorer, ou le mange!, recevoir, percevoir el sapp!oprier, par consequent aussi examiner, ici quel est enCOle dans lÉglise lentendement de la Pa­ Jole; lexamen est fail par cela quil y a perception et selon quil y a perception; cela a été fait chez le Prophète Jean, parce que par le Prophète il est signifié la doctline de lÉglise, et dans le sens univelsel la Paiole. 621.. Et il était dans ma bouche, corrzme du miel, doux, signifie que la Parole quant à son externe, ou quant au sem de sa lettre, était encore perçue comme lagréable du bien, mais seulement agréable en ce quelle servait li confirmer les lJ1incipes du (aux et les amours du mal, ou les principes qui tirent leur origine de lamour de soi et du monde, lesquelS sont tous des (aux: que pal suite la Parole, qui est enlendue par le pelit livre, ait été perçue douce comme du miel, on le voit ex­ pliqué dans ce qui p!écède. 622. Et quand je leUl; dévoré, amer (ut rendu rrton ventre, signifie quil (ut perçu et examiné q~te la Parole était inté­ neurement désagréable daprès le vrai adultéré du sens de sa leWe : on le voit daprès les explications données c~-dessus, N°s 617, 618, où sont des paloles semblables. Si le ventre signifie ici les intérieurs de la Palole, qui sonl nommés les spirituels, cest parce que lexamen a été représenté pal laction de dévorer ou de mangel le petit livre par lequel est entendue la Parole, el pal la saveur de ce petit liVle par laquelle est entendue la perception; palsuite la plemière perception est signifiée par la saveur dans la bouche où le petit liv!e était doux comme du miel; la première
  • 99. Ycrs. 10. CHAPITUE DIXIÈME. 05 perception de la Palole est telle quest la pelceptioll du sens de sa lettre, ainsi telle quest la Parole exlélieurement; mais la seconde perception est signifiée par la saveur du petit livre lorsquil vint dans le ventre, saveur qui est dite amère, cette seconde perception de la Parole est telle quest la perception de son sens spirituel, ou telle quest la Pallole intérieurement; de là vient que, puisque par. la bouche il est signifié extérieurehlent, par le ventre, ici, il est si­ gnifié intérieuremenl, parce quil y a intérieurement réception cl examen. Si le ventre signifie les intélieurs, cest parce ([ue le ventre lenferme intérieurement la nourriture, et que par la nourriture est signifié tout ce qui nourrit lâme; et comme le ventre, de mflme que tous les autres viscères, est en dedans ou au milieu du corps, de là vient que dans la Parole les intérieurs sont signifiés pal le ventle et aussi pal les viscèles; que les intérieuIs soient signifiés pal le ventre et pal les viscères, on peut le voir par les passages suivants; dans ÉZéchiel: (1 Fils de lhomme, nourris ton ventre, et remplis tes entrailles de ce rouleau. ))- III. 3; - ces paroles ont la même signification que celles de lApocalypse qui sont main­ tenant expliquées, et qui consistent à prend~e ct à dévorel le petit liVle; car par le rouleau il est signifié la même chose que pal le petit livre, à savoir, la Parole, et par nourrir le ventle et Jemplir les entlailles avec le rouleau, il est signifié examiner comment la Parole est entendue dans lÉglise, ce qui se fait pal la lecture et par la perception de la Parole. Dans David: De ton trésor rem­ (1 pli,s lcur ventre, rassasiés ,çont les fils, et ils laissent leur reste il leurs petits enfants.)) - Ps, XVII. 1ll; - par le tlésor est si­ gnifié le vrai de la Parole, et par le ventre lentendement intérieur; de là, pal remplir du trésor leur ventre, il est signifié instruile des vlais de la Parole lentendement intérieur chez eux; pal cc rassasiés sont les fils, )) il est signifié que pal suite ceux qui sont affectés des vrais sont pleinement instruits, les fils signilient ceux qui sont dan~ laffection du vrai, et les petits enfants des fils signifient les vra.i~ qui naissent, de ceux-là il est dit quils laissent le reste à leUs pe­ tits enfants: il est dit lentendement intérieur, car chez lhomme il ya un entendement extérieur et un entendement intélieuI, lenten­ dement extérieur appartient au mental naturel, et lentendement. intélieur appartient au mental spilituel; lentendement intélieul est
  • 100. Ç)G LAPOCALYPSE EXPLlQlJÉE. N" G22.signifié par le ventre. Dans Jean: « Jésus dil : Si quelquult il •soif, quil vienne li Moi et quil boive; quiconque croit enMoi, comme dit lÉcritu1e, des fleuves de soil ventre c07:1e­ront deau vive; il disait cela de lesprit qae devaient tece­voir ceux qui croiraient en Lui. Il-VU. 3i, 38, 39;-leSei­gnmil décrit ainsi la Divin Vrai perçu intérieurement pal ceux quisont dans laffection spÎtituelle du Vlai, ceux-ci sont entendus parceux qui Ollt soif et qui viennent au Seignel1r et boivent; par « desfleuves de son ventre couleront deau vive, )l il est signifié quils ontlentendement du Divin Vrai, .les fleuves coulant du ventre signi­fient lentendement intérieur ou lintelligence intérieure, ct lcauvie est le Divin Vrai proeédant du Seigneur; et comme le DivinVrai procédant du SeigneUl est entendu par lEsprit Saint, il estajouté quil disait cela de lesprit que devaient lecevoir ceux quicroÎtaient en Lui. Dans Marc: [lien du dehors entrant daus (tlhomme ne peut le souiller, parce que cela ent1e, non dansson cœur, mais dans son l:entre, et dans les latnnes est jell:,en purifiant tous les aliments; mais ce qui de lhomme sort,cda souille lhomme, car du detlans, du cœur des hommeS,cela sort. ) - VII. 18, 19, 20. Mauh. XV. 17, 18, 19, 20;­ces paroles doivent être ainsi entendues, à savoir, que toutes choses,tant les faux que les maux, qui, sOit,.,:Iaplès [a vue, soit da­près loule, influent dans la pensée de lentendement et non danslaffection de la volonté, naffectent pas et ninfectent pas lhomme,parce que la pensée de lentendement de lhomme, en tant quellene plOcède pas de laffection de sa volonté, nest pas dans lhomme,mais est hors de lui, cest pourquoi elle ne lui est pas appropriée; ilen est de même du vlai et du hien : le Seigneur enseigne cela parides correspondances, en disant que ce qui entre par la bouche dansle ventre ne souille pas lhomme, parce que cela nenhe pas dans le cœur" cal ce qui elWle dans le ventre est jeté dans les latrines, pal quoi il est entendu que ce qui du dehols ou de lex térieur, soit daplès les objets de la vue, ou daplès les ohjets du langage, ou daprès les objets de la mémoire, entre dans !a pensée de lenten­ dement de lhomme, ne le souille pas, mais cela, en tant que nap­ paltenant pas à son affection ou à sa volonté, est séparé et ,ejeté, comme cê qui a été pris pal le vcntre el jelé dan~ les latlines : le
  • 101. Vers. 1.0. CHAPITRE DIXIÈME. 97Seigneur a exposé ces spirituels par les naturels, puisque les ali­ments qui sllnt pris par la bouche et envoyés dl!ns le venhe signifientles choses que lhomme puise spiritm~lleroent, et dont il nouniL sonâme; cest de là que le ventre conespond à la pensée de lentende­ment, et aussi la signifie; que le cœur signifie laffection de la vo­lonté de lhomme, cela a été montré ci-dessus; il a aussi été montréquil ny a dapPIoprié à lhomme que ce qui devient chose de sonaffection ou de sa volonté: que ce soient des spirituels, et non desnatulels, qui sont entendus, cela est évident, cal le Seigneur ditque Il du cœur les pensées mauvaises sortent: Meurtles, adultères,scortations, vols, faux témoignages, blasphèmes. )) Comme les fauxet les maux, qui de dehors entrent dans les pensées, viennent desenfers, et que sils ne sont pas reçus par lhomme dans laffectionde la volonté, ils sont r~jetés dans· les enfers, cest pour cela quilest dit quils sont jetés dans les latrines; l<ar par les latrines est si­gnifié lenfer, et cela, parce que dans les enfers tout est immonde,et que ceux qui y sont ont été rejetés du Ciel qui, dans sa forme, estcomme un homme, et est pal suite appelé le Tlès-Grand Homme,et aussi correspond à toutes les choses de lhomme, tandis que lesenfers cOITespondent pal suite aux déjections du ventre du Très­Grand Homme ou du Ciel, ce qui fait que lEnfer est entendu,dansle sens spirituel par les latrines. Sil est dit que le ventle purifietous les aliments, cest parce que par le ventre est signifiée la penséede lentendement, comme il vient dêtre dit, et que par les alimentssont signifiées toutes les nourritures spirituelles, et cest la penséede lentendement qui sépare les choses impures des chose$ pureget ainsi purifie. Dans Jérémie: Il Nébuchadnessar, Roi de Babel,ma. troublée, il ma rendue vase vide, il ma engloutie commeune baleine, il a rempli son ventre de mes délices, il machassée.)) -LI. 3lti-par Nébuchadnessar, Roi de Babel,; est si­gnifiée la profanation du Divin Vrai, et comme ceux qui le pro­fanent le· puisent plus que les autles, et lappliquent aux ,amourscorrompus, surtout à lamour de dominer, tellement quils onttransféré en eux tout pouvoir Divin, cela est signifié par II il maengloutie comme une baleine, il a rempli son ventle de mes dé­lices; Il la baleine signifie le dernier naturel, dans lequel se trouventceux qui sont dans lamour (p, ~oi, les dé)ices SOllt les connaissances IV. 7,
  • 102. 98 LAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 622. du vrai et du bien daprès la Parole, et lemplir le vent,e de ces dé­ lices, cest puisel ces connaissances et les profanel" Dans David: (( Aie pitié de Moi, Jéhovah! car dans langoisse je suis; enlangueur sont tombés il cause de lindignité mon œil, montlme et mon ventre. 1) - Ps. XXXI. 10; - ici, par lœil, lâmeet le ventre, il est signifié lentendement, et pal suite la pensée exté­rieure du vlai et la pensée intélieure du vrai, ainsi pal le ventlesont signifiés les intérieurs de lentendement, ,qui sont dits tomberen langueur à cause de lindignité, quand ils périssent Par les faux.Dans le Même: Cou1bée jusquil la poussière a été not1e âme, (1attaché li la terre a été notre ventre. »- Ps. XLIV. 26;­là aussi, dans le sens spirituel, pal lâme et le ventre est signifiéela pensée de lentendement; pal courbée jusquà la poussière et at­taché à la terre, il est signifié imbue tie faux, cal pal la poussièreet par la tene il est signifié linfernal et le damné; linfernal et leùamné sont aussi signifiés par marcher sur le ventre, et pal mangerla poussière, ainsi quil a été dit au serpent: (( Sois maudit plusque toutes les betes et plus que tous les animaux du champ;SU? ton ventre tu marcheras, et poussière tli mangeras tousles jours de ta vie. » -Gen. 111. 1ft. - Cétait aussi pOUl celaql1il avai