Your SlideShare is downloading. ×
~, ."!.)..:

                                           DU                                    ('-i
                       ...
DU



                     JUGEMENT DERNIER
                             ET DE LA


                       BABYLONIE DÉTRU...
A                                         nu

                                                    JUGEM-ENT               ...
DU


          JUGEMENT DERNIER
                              ET DE LA

                 BABYLONIE DÉTRUITE.


           ...
2                      DU JUGEMENT DERNIER                          N°   1.   W 2.               ET DE   LA   Il.l:llYr.ON...
4                         DU JUGEMENT DERNIER                            N" 3.     N° 5.               ET DE LA nADYLONfE ...
Nil 9.             ET   DE LA   nAnnONIE DiTRUITE.                       7
6                     DU JUGEMENT DERNIER      ...
N° 10.            ET DE: LA IlABYLONa: DÉTRUITE.                    9
8                     DU   JUGE~IENT   DERNIER      ...
10                     DU   JUGEMENT   DERNIER                  N" :1.2.     N° :1.2.           ET DE LA BABYLONIE DÉTRUIT...
:1.2                   DU JUGE~IENT DERNIER                     N° :1.3.    N" :l.1I.          ET I)E LA BABnON IE Dt:TRUl...
1.lt                   DU JUGEMENT DERNIER                       N" 1.5.                      N"1.5.                ET DE ...
Hi                    DU JUGEMF.NT DERNIEII                  N" 15.       N° 16.            ET DE LA DADYLONIE DÉTRUITE.  ...
:18                   DH   JUGE~IENT   OERNIER                 N° 18.     ~O   i9.           ET DE LA nAnYLÛN1E D~TRUITE. ...
20                      DU JUGEMENT DERNIER                           N° 19.     N" 21.               ET DE LA DADYLONtE D...
22                    DU JUGE1IENT DEIINIF.R                    N° 23.             N" 211.            Br DE LA DABYLONIE D...
24                   DU   JUCE~IEN'f   Dl:lN1ER                W 25.       N° 25.             ET Dl: L, BABYLON1È DÉTRUITE...
2(t                  DU JUGEMENT DERNIER                      N°·25.      N(' '27.          ET DI LA DAIlY-IJotùE DETRUITE...
28                        DU JUGEMENT DERi'iIER                          N° 27.
                                          ...
30                      DU JUGE}lEl':T DERNIEr.                  N° 30.     N" 32.              ET DE J~A BAnna NIE D~TRUI...
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Em  Swedenborg 1  Du  Jugement  Dernier Et  De  La  Babylonie  Detruite 2  Continuation  Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Em Swedenborg 1 Du Jugement Dernier Et De La Babylonie Detruite 2 Continuation Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860

1,099

Published on

Published in: Spiritual
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,099
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
44
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Em Swedenborg 1 Du Jugement Dernier Et De La Babylonie Detruite 2 Continuation Le Boys Des Gyays 1861 Et 1860"

  1. 1. ~, ."!.)..: DU ('-i '''''.J JUGEMENT DERNIER ET DE LA 8AllYLONIE DÉTRUITE lIU'AISSI TOUl' CE QUI Il. ~1't; rllt:DIl' DA)iS t:AI'O"LYI'SI:; ESl' .tJl(lUIlIl'UUI ACCO:lll'Ll. U"HIIÈS rn: QUI A h't; ENTt:NUU n YU. Per EJllIU. SWEDENBORG. rr~dDII d.l~llD PAR J.-Y.-K. LE BOYS ()ES fJUAY5, SIr ]'idilloD prln(~r5 (Londtl'S, 1158). :;ECO:XOI:: .~U1TI/)N S./:ST-AMAND (ta/En) . 1. librairie de L.I NOUl'éLl.E JÎ::IlUS.lLEJI, ehez l'OIlTE, Librlil'c. PAIIIS lI, lllNOT, rlio MIlIl,iour·lo·rlinee, lIS. l:. JU,~G-TREUTTEL. LibrAire, 'uo do Lille, 19. LONDr.ES SWED~nOllG SOCIETY. ao, BIOQmsburJ Sueel, O.rurd Slrcel. NEW-YORK !'IEW CIlUlICJI BOOK·llOOll, 114G, BrOlldw.y. ~. 1 86t. i, ."
  2. 2. DU JUGEMENT DERNIER ET DE LA BABYLONIE DÉTRUITE IJI , Il .:;..,...... ~
  3. 3. A nu JUGEM-ENT D~~NIER ET Dt: LA BABYLONIE DÉTR DITE·, QU'AINSI TOUT CE QUI A Io:TE PREDIT O,:"S' L'APOC,LPS,: EST AUJOUID'IIUI ACCOMPLI. D'APRÈS CE QUI A ÈT~: ENTl:NOU ET VU. T'a, EMM. SWEDENBORG. SilNT-AMAND (CHER).- IMPRIMElUE D~: DI~STENAY Traduil du laUu Ilue LarayeUe, 70, place ~IOlL-nolJd l'AH J.-F.-E. LE BOYS DES GlJJYS, Sur l'Édition princepi (Lolldm, ma), SECONn~ ÜIlTIOr-i SAINT-AMAND (GIIEII) A 1. iii" "ide de tA NOUVEI,LE Jf.:nUS.l1.IiJ1f, cite. l'OIITE, libiaire, PAlUS ~I. MINOT, rue Monsiellr·c·Pl'ince, 58. E, JUi'iG-TlEUTTEL, Libraire, rue de l.llIe, 10. LONDRES SWEIlENDORG SOCIET', 06, Illoomsbul'Y SU'ON, llxli'lIl Slree!. NEW-YOIK NEW ClIllllCII IOOK-ROOll, 3~6, IIroadwa.. '1 ti 6 J..
  4. 4. DU JUGEMENT DERNIER ET DE LA BABYLONIE DÉTRUITE. 1 l-il Destruction du Monde n'a point été entendue par le jOlI?' du Jugement Derniel'. L Ceux qui n'ont point connu Je sens spil'ituel de la Parole ont seulement compris qu'au jour du Jugement Dernier toutes les choses qui, dans le Monde, se présentent devant les yeux doivent être détrnites, car il est dit qu'alors le Ciel avec la terre doit pé­ rir, et que Dieu doit créer un nouveau Ciel et une nouvelle Terre; ils se sont aussi confirmés dans cette opinion, parce qu'i! est dit que tous alors sortiront des tombeaux, et qu'alors les bons seront séparés des méchants, etc. : mais il est dit aiusi dans le sen.s de la lettre de la Parole, parce que le sens de la lettre de la Parolc est nalurel et dans le dernier de l'Ordre Divin, où toutes choses, en général et en particulier, contiennent en elles un sens spiri­ tuel; celui donc qui saisit la Parole seulement.selon le sens de la lettre, peut êtl'e entrainé dans diverses opinions, comme cela aussi est arrivé dans le Monde Chrétien, où par suite il y a tant d'hérésies, et où chacune est confirmée d'après la Parole. Mais comme personne n'avait encore su que dans toutes et dans cha­ cune des choses de la Parole il y a un sens spirituel, ni même ce que c'est que le sens spirituel, ceux qui ont adopté cet(e opinion SUI' le Jugement Dernier sont pour cela même excusables; néan­ moins, qu'ils sachent maintenant que le Ciel visible aux yeux ne périra point, ni la Terre habitable non plus, mais qu'ils resteront l'un etl'alltre; et que pal' le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre il 1,
  5. 5. 2 DU JUGEMENT DERNIER N° 1. W 2. ET DE LA Il.l:llYr.ONIE D~'fnUITE. ;3 a été entendu une Nouvelle Église, tant dans les Cieux que dans le premier Ciel qui devait péril'. Quiconque pense d'après quelque les terres: il est di t une Nouvelle J.:glisc dans les Cieux, parce raison illustrée, peut même percevoir que ce n'est pas le Ciel si­ que dans les Cieux il y a aussi une i~glise comme dans les Terres, déral, firmament si immense de la Création, qui a été entendu, cal' tà il ya également une Parole, et il y a également des prédi­ mais que c'est dans un sens spirituelle Ciel où sont les Anges et cations, el un semblable culte Divin comme dans les 'l'cnes, les Esprits, mais avec cette diITérence que dans les Cieux toutes choses sont 3. Qne pal' la Nouvelle Terre il soit entendu une Nouvelle 'Église dans un état plus parfait, parce qne là elles sont, non pas dans dans les terres, c'est ce qu'on a ignoré jusqu'à présent, parce que un Monde naturel, mais dans un Monde spirituel; par suite tous par la Terre dans la Parole chacun avait entendu la lill,e, lorsque y sont hommes spirituels, et non pas hommes naturels comme ils cependant par elle il est entendu l'Ea!J2e; dans le sens nalurelln avaient été dans le !l'Ionde. Que cela soil ainsi, on le voit dans le lerre est la terre, mais dans le sens spirituel elle est l'Église; c'est Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, el spécialement dans les Articles pourquoi, ceux qui sont dans le sens spirituel, c'est-à-dire, ceux où il a été traité de la Conjonction du Ciel avec l'homme par la qui sont spirituels comme sont les Anges, n'entendent point la Parole, NO>' 303 à 310; et du Culte Divin dans le Ciel, NQ' 221 à terre elle-même, quand une terre est nommée dans la Parole, 227. mais ils entendent la nation qui habite celle tene, et le culte D.i­ 2. Dans la Parole, les passages où il est parlé de la destrur.tion 1vin de cette nation; c'est de là que pal' la Terre est signifiée l'E­ du Ciel et de la Te1'l'e sont les suivants: « Élevez au Ciel vos glisr ; qu'il en soit ainsi, on le voit dans les AnCANES CKLESTES yeux, et regal'dez vers la terre en bas; les Cieux comme la {u­ ci-dessous (a). Je vais l'apporter quelques passages de la Parole, mée s'évanouiront, et la telTe comme le dl'ap vieil/il'a. II ­ d'après lesquels on peut en quelque sorte saisir que pal' la Tene Ésaïe, LI. 6. - « Voici, 111oi, je vais cJ'(!I?1' des Cieux nOlweaux est signifiée l'Eglise. II Les cataractes d'en haut ont été ouvel'­ et une ten'e nouvelle, et t'on. ne se souvienell'a point des tes, et ont été ébranlés les fondements de la teTl'(J; en {l·oissant choses lJJ'(jcédentes, II - t::saïe, LXV. 17. - « Des Cieux nou­ a eté {l'oissee la terre, en agitant a eté agitée la terre, en chan­ veaux et une telTe nouvelle je (erai. » - Esaie, LXV/. 22. ­ celant chancelle la terre, comme un homme ivre; elle vacille « Les étoiles du Ciel tombèrent Sl.l1' la terre, et le Ciel se retira comme t~ne cabane; et lourde Sel'a SUI' elle sa préva1'icatio,;: li comme un lil'l'e qui eSt roulé. II - Apoc. VI. 1.3, 1.U. - (l Je vis - Esaïe, XXlV. 18, 19, 20. - II RaLf! je "endmi l'homme plus un Tl'Û1W grand, et Celui qui etait assis dessus, de devant la que l'O/' pur; c'est pOUl'quoij'ebmnlerai le Ciel, et sem ébmn­ (ace de qui s'en{uil'ent la tl'l'j'e et le Ciel, et de lieu 1Joint Ile lée la ten'e de son lieu, au jow' de l'emportement de la col~re (ut tl'ouvé lJOlll' l'ux.ll-Apoc. XX. 1.1. - « Je vis lin Ciel nou­ de Jéhovah. l ' - t:saïe, XlII. 12, 1.3,- l~ Devant Lui a été ébran­ veau et une teT/'C nouvelle; le pl'emil'rCiel et la première terre lee la terre, ont tremble les Cieux, le soleil et la lune ont été avaient passé, II - Apoc. XXI. 1.. - Dans ces passages, pal' le assombris, et les étoiles ont retiré leur splendVU1'. Il - Joêl, II. pl'emiel' Ciel il est eutendu, non pas le Ciel visible à nos yeux, 10, - « Agitée et ébmnlde Cl eté la terre, et les {ondements des mais le Ciel même où le genre humain a été recueilli; cal' d'entre montagnes ont tl'emblé et ont été agités.Il-Ps. XVlU. 7,8; ­ tout le genre humain, depuis le commencement lie l'I~glise Chré­ et dans plusieurs autres endroits. tienne, il s'était formé un Cicl; mais ceux qui le composaient n'é­ 4. Pal' créer, dans le sens spirituel de la Parole, il est signifié taient point des Anges, c'étaient des Esprits de diverses religions; aussi formër;""instaurer et régénérer; ainsi, pal' créer un Nouveau T ce Ciel est entendu pal' Je premier Ciel qui devait péril' : mais Ciel et une Nouvelle Tel'l'e il est signifié instaurer une Nouvelle dans la suite il sera dit en parlicnlier ce qui cn est; ici il en est Église dans le Ciel et sur la Terre, comme ~n peut le voir d'a­ simplement fuil mention, afin (Iu'On sache ce qui est entendu pal' près ces passages: II Le lJeuple, qui Sera créé, louera Jah. Il ­
  6. 6. 4 DU JUGEMENT DERNIER N" 3. N° 5. ET DE LA nADYLONfE D'tTRU1T.E. 5 Ps. Cil. 19. - Tu envoies ton esprit, elles sont créées, ct tu Il 10313, 10a34. Créer un nouveau Ciel et une nouvelle Terre, c'est instau· renouvelles les faces de la terre. Il - PS. crv. 30. - Il Ainsi Il l'el' une nouvelle ~~glise, N° 10313. Par la création du Ciel ct de la Terre dit Jéhovah ton Créateul', Jacob! ton fOl'mateul', Ismël; ca.,. dans les premiers Chapitres de la Genèse est décrite dans le sens interne l'in· je t'ai l'acheté, et je t'ai appelé pm' ton nom; il- Moi, toi; qui­ slauraLinll de l'Église céleste qui a élé l'Église Très-Ancienne, N°' 8891, conque est appe/ri de mon Nom, et pOUl' ma gloire je l'ai cnié, 99.t2, 105.t5. je l'ai fonné, et meme je l'ai fait. l) - Ésaie, XUli. 1, 7; - cl en outre ailleurs; c'est de là que la nouvelle création de l'homme ® l..es Pl'ocl'éaliolls du GC1l1'C humain dans les telTes ne est sa réformation, puisqu'il devient nouveau, à savoir~ de natu­ cesseront jamais. rel spiriluel; et c'est de là que la nouvelle créature est l'homme réformé (b). 6. Ceux qui sur le Jugemenl Dernier ont adoplé celle croyance, 5. Sur le sens spirituel de la Parole, voir l'Opuscule sur le Cheval blanc dont il ,est parlé dans l'Apocalypse. qu'alors seront délruiles Ioules les choses qui sont dans les Cieux et dans les Tel'l'es, el qU'à leUl' place il existera un nouveau Ciel el une nouvelle Tene, croienl, - car cela résulte de l'enchalne­ D'après le~ ARCANES CÉLESTES. (a) Par la Terre, dans la P~role, il esl si­ ment des choses,- que les générations et les pl'Ocréations du gnifié le Royaume du Seigneur et l'Église,W' 662, 1066,1061,1262,1413, Genre humain doivenl ensuile cesser; en effet, ils pensent qu'a­ 1601,2928,3355, U41, 4535, 5511, 8011, 9325, 9643. Et cela princi­ lors loutes choses auront élé lerminées, et que les hommes seront palemen t parce que par la terre il esl entendu la terre de Canaan, et que l~ il dans un autre état qu'a,uparavant : mais comme la destruction du Yavait eu l'Église dès les Très-Anciens temps; de là vient aussi que le Ciet monde n'a poinl été enlendue pal' le jour du Jugement Dernier, est appelé la Canaau céleste, NO> 561,3686, 4H1, 445.t, .t516, 4511,5136, 6516, 9325, 9321. Et parce que dans le sens spirituel pal' la terre il est en­ ainsi qu'il a été montré dans l'Article précédent, il s'ensuit aussi tendu la Nation qui est là, et le Culte de cette natiou, N° 1262. Par suite, la que le Genre humain doil se continuel' ct que les procréalions ne terre signifie diverses choses qui appartiennent à l'Église, N°' 620, 636, doivent pas cesser. 1061,251'1,3368,3319,3404,8132. Le peuple de la terre, ce sout ceux 7. Que les procréations du Genre humain doivent se continuer qui sont de n:glise spirituelle, N° 2928. Le tremblement de terre est le à é!<ernité, on peul le voir d'après plusieurs ruisons,donl quelques­ changement d'étal de l'Église, N° 3355, Le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre unes ont élé exposées dans le Traité DU CIEl. ET DE L'ENFER, signifient l'Église, N°' 1133,1850,2117,2118,3355,4535, 10373. principalement d'après celles-ci: J. Le Genre humain est la base La Très-Ancienne Église qui exista avaut le déluge, et l'Ancienne Église qui SUl' laquelle est fondé le Ciel. U. Le Genre humain est la pépi­ exista après le déluge, étaient dans la terre de Cnnaan, N°' 561,3686, H47, nière du Ciel. JIl, L'élendue du Ciel, qui est pour les Anges, est U54, 4516, 4511,5136,6516,9327. Alurs tous les lieux y devinrent re­ si immense', qu'elle ne peul êlre l'emplie IL élernilé. IV. Ceux dont présentatifs des choses (lui sont dans le Royaume du Seigneur et dans "É­ le Ciel esl composé jusqu'à pl'éEent sont respectivement en petit glise, N°' 1585,3686, H47, 5136. C'est pour eela qu'Abraham reçut l'or­ nom1Jre, V. La perfection du Ciel augmente selon la pluralilé. dre d'y aller, parce que chez ses descendants provenus de .Jacoh il devait être VI. Ettoule œuvre Divine tend IL l'infini et il l'éternel. institué uue Église représentative, et il devait être écrit une Parole, dont le 9. J. Le Genre humain cst la base SUl' laquellc est fondé le sens dernier consisterait en des représentatifs et significatifs qui étàient là, Cie( : c'est parce que l'homme a été créé en dernier, et que ce qui N°' 3686, !U 7,5136,6516. C'est pour cela flue par la terre, el par la terre a été créé en dernier est la base de loutes les choses qui précè­ de Canaan, il est signifié l'Église, N°' 3038, 3481, 3105, H47, 4517, 5157,10559. , dent: la création u commencé pal' les suprêmes ou intimes, parce (b) Cr6er, c'est créer de nouveau ou réformer el régénérer, N0s 1a, liS. qu'elle procédail du Divin, ct elle s'est avancée vers les derniers 011 extrêmes, et nlors clic a d'a1Jonl subsislé : le dernier de la . . l~
  7. 7. Nil 9. ET DE LA nAnnONIE DiTRUITE. 7 6 DU JUGEMENT DERNIER N" 9. création est le Monde naturel, et ùans ce monde le Globe terra­ la vue, séparées des demeures où sont les hommes, mais que néan­ qué avec tout ce qui est sur lui. Quand ces choses eurent été ache­ moins elles sont chez l'homme dans ses affeclions du bien et du vées, l'homme alors fut créé, et"dans lui furent rassemblées toutes vrai; si, à la vue, elles se présentent séparées, c'est d'après l'ap­ les choses de l'Ordre Divin depuis les premiers jusqu'aux derniers; parence, comme on peut Je voir dans le Traité DU CIEL ET DE dans ses intiml's furent rassemblées celles qui sont dans les pre­ L'ENFER, à l'Article où il est question de l'Espace dans le Ciel, miers de cet ordre, et dans ses exlimes celles qui sont dans les W' :1.91 à :1.99. Que les demeures des Anges soient chez les hom­ derniers, de telle sorte que l'homme fut fait le Divin Ordre en mes dans leurs affections du bien et du vrai, c'esl ce qui est en­ forme: de là vient que toutes les choses qui sont dans l'homme tendu par ces paroles du Seigneur: « Si quelqu'un M'aime, ma et chez l'homme proviennent tant du Ciel que du monde; du Ciel, parole il ga1'dera, et mon Père l'aimem, et vers lui nous vien­ celles qui sont de son mental; et du Monde, celles qui sont de son drons, et demelwe chez lui nous ferons. Il - Jean, XIV. 23;­ corps; en effel, celles qui sont du Ciel influent dans ses pensées là, par le Père et le Seigneur, il est aussi enlendu le ciel; cal' oil et dans ses affections, et les présentent selon la réception faite par est le Seigneur, là est le Ciel, puisque le Divin procédant ùu Sei­ son esprit, et celles qui sont du mo'nde in!luen t dans ses sensa­ gneur fait le Ciel; voir dans le Tl'aité DU CIEL ET DE L'ENFER, tions et dans ses voluptés, et les présentent selon la réception dans N°' 7 à :1.2 et N°' :1.:1.6 à :1.25. Cela est aussi enlendu pal' ces paroles son corps, mais d'une manière accommodée aux convenances des du seigneur: « Le Pm:aclet, l'espl'it de vél'ité, chez vous il de­ pensées et des affections de son esprit. Que cela soit ainsi, on le meUl'e, et en vous il est.») - Jean, XIV. :1.7; - le Paraclel est voit dans plusieurs Articles du Traité DU CIEL ET DE I:ENFER, le Divin Vrai procédant du Seigneur, aussi est-il appelé l'Esprit surtout dans ceux-ci: Tout le Ciel dans un seul complexe repré­ de vérité; et le Divin Vrai fait le Ciel, et fait aussi les Anges, sente un seul Homme, W' 59 à 67 : pareillement chaque société parce qu'ils en sont les récipients; que le Divin procédant du Sei­ dans les Cieux, N" 68 à 72 : De Ill, chaque Ange l'st en parfaite gneur soit le Divin Vrai et pal' suite le Ciel angélique, on le voit forme humaine, W' 73à 77 : Et cela vient du Divin Humain du dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, N°' :1.26 à :1.40. La même seigneur, W' 78 à 86. El, en oulre, dans les Articles sur la cor­ chose est encore entendue par ces paroles du Seigneur: « Le respondance de toutes les choses du Ciel avec toutes celles de 1'oyaume de Dieu est au dedans de vous. Il-Luc, XVI,r. 21 ;-Ie l'homme, W' 87 à :1.02 : Sur la correspondance du Ciel avec toutes Royaume de Dieu est le Dil'in Bien et le Divin Vrai, dans lesquels les choses de la terre, N°' :1.03 il :1.:1.5: Et sur la forme du Ciel, sont les Anges. Que les Anges et les Esprits soient chez l'homme N°' 200 à 2:1.2. D'après cet ordre de la création, on peut voir que et dans ses affections, il m'a été donné de le voir des milliers de depuis les premiers jusqu'aux derniers il ya un tel lien continu, fois d'après leur présence et leur demeure chez moi; mais les An­ que, considérée ensemble, ils constituent un tout, dans lequel l'an­ ges et les Esprits ne savent pas chez quels hommes ils sonl, de même térieur ne peut être séparé du postérieur, absolument de même que les hommes ne savent pas non plus fll'ec quels Anges et quels que la cause ne peut l'être de son effet; ainsi le Monde spirituel Esprits ils cohabitent, car Je Seigueur seul le connaU et dispose: ne peut être séparé du llonde naturel, ni le Monde naturel du en un mot, dans le Ciel, il ya extension de toutes les atrections du Monde spirituel, par conséquent le Ciel angélique ne peut être hien et du vrai, et communication el conjonction là al'cc ceux séparé du Genre humain, ni le Genre humain du Ciel angélique: qni sont dans des affections semblables; et dans l'enfel' il y a ex­ e'est pourquoi il a été pourvu par le Seigneur à ce que mutuelle­ tension de toules les affections du mal et du faux, et communi· ment l'un rende des services à l'au Ire, à savoir, le Ciel angélique cation et conjonction là avec ceux qui sont dans des affeclions au Genre humain, et le Geure humain au Ciel angéliq1!e. De là semblables; l'extension des affections dans le Monde spirituel ,'ient que les demeures des Anges, il est vrai, sont dans le Ciel, à est pre,sque comme l'extension de la vue dans le Monde na­
  8. 8. N° 10. ET DE: LA IlABYLONa: DÉTRUITE. 9 8 DU JUGE~IENT DERNIER N" 9. entièrement du Divin, car alors chez l'homme il n'y a plus de vie turel; les communications dans l'un et l'autre Monde sont pres­ spiriluelle, mais il y a seulement une vie naturelle, telle qu'elle que semblables,avec celle différence cependant que dans le Monde est chez les bêtes; el quand l'homme l'st tel, la societé ne peut naturel ce sont des objets, tandis que dans le llonde spirituel ce pas être formée, ni être tenue dans des liens par les lois, puisque sont des sociétés angéliques. D'après ces considérations, il est sans l'influx du Ciel, ainsi sans le gouvernement Divin, les hom­ évident qlle le lieu du Ciel angélique el du Genre humain est tel, mes seraient insensés, et se précipiteraient avec frénésie les uns qu~ l'un subsiste par l'autre, et que le Ciel angélique sans le contre les autres dans tous les crimes. Mais lors même que par la Genre humain est comme une maison sans fondemend, car le Ciel séparation d'avec le Divin le Genre humain périrait sur une Terre, se termIne dans le Genre humain et repose sur lui. Il en est de ce que cependant le Seigneur prévient en pourvoyant à ce que cela comme de l'homme lui-même dans le particulier; ses spiri­ cela n'arrive pas, toujours est-il cependant qu'il se continuerait tuels, qui appartiennent à sa pensée et à sa volonté, inOuent dans sur les autres, cal' il y a des Terres dans l'Univers jusqu'à des cen­ ses naturels, qui appartiennent à ses sensations et à ses actions, taines de milliers; voir l'Opuscule DES TERRES DANS NOTRE MONDE et ils s'y tel'minent et y subsistent; si l'homme ne jouissait pas SOLAIRE, QUI SONT APPELJo:ES PLANËn;s, ET DES TERnES DANS LE aussi des naturels, ou s'il était sans ces limites ou ces derniers, CIEL ASTRAL. Il m'a été dil du Ciel que le Genre humain SUI' celle ses spirilnels qui apparliennent aux pensées et aux affections de Terre aurait péri, au point qu'aujourd'hui il n'existerail pas un son esprit se répandraient çà et Ill, comme des choses sans Iimiles seul homme, si le seigneur ne fût ,pas 'enu dans le Monde, et ou qui sont sans fond. Il en est de même pour l'homme, quand il n'eût pas sur celle Terre revêtu l'Humain et ne l'èût pas fait Di­ passe du !Jonde naturel dans le Monde spirituel, ce qui arrive vin, et même s'il n'eût pas donné ici une Parole qui servll de base quand illlleurt; alors comme il est lin esprit, il subsiste, non pas et de conjonction pour le Ciel angélique; que par la Parole il y sur une base propre, mais sur une base r.ommune, qui est le Genre ail conjonction du Ciel aver, l'homme, on le voit dans le Traité humain. Celui qui ne connalt pas les arcanes du Ciel peut croire nu CIEL ET DE L'ENFER, W' 303 à 310. Mais que cela soit ainsi, que les Anges subsistent sans les hommes, et les hommes sans c'est ce qui ne peut être saisi que par ceux qui pensent spirituel­ les Anges; mals, d'après toutes mes expériences sur le Ciel et lement, c'est-à-dire, par ceux qui ont été conjoints avec le Ciel toutes mes conversations avec les Auges, je peux affirmer qu'au­ par la reconnaissance du Divin dans le Seigneur, car ceux-ci seu­ cun lnge ou Espril ne subsiste sans l'homme, et aucun homme lement peuvent penser spiriluellemenl, - r. sans l'Esljrit et sans l'lnge, et que la conjonction est mutuelle et H. III. L'Étendue du Ciel, quiest pOUT les Anges, est si im­ réciproque. Par là on peut d'abord voir que le Genre humain et mense, qu'elle ne peut et/'e l'emplie à éternité: on le voit d'a­ le Ciel angélique fontnn, et subsistent mutuellement et rér.ipro­ près ce qui a été dit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENP'ER, et là: <.Iuement l'un par l'autre, et qu'ainsi l'un ne peut pas être ôté à dans J'Article sur J'lmmensilé du Ciel, N°' 415 à 420. - IV. Ceux l'autre. dont le Ciel est compose jusqu'à pl'esent sont l'cspcclivement 10. lI. Le Genre humain est la pépinièl'e du Ciel : ûn le en petit nombre: On le voit dans l'Opuscule DES TERRES DANS verra par l'Article suivant, oùil sera montré que le Ciel et l'enfer L'UNIVERS, N" 126. proviennent du Genre humain, qu'ainsi le Genre humain est la 12. V. La pel'feclion du Ciel augmente selon la plu1'alilti : pépinière du Ciel. Par avance il sera mentionné que, de même que on le voit d'après sa forme, selbn laquelle les consociations y sont jusqu'ici, c'est-à-dire, depuis la première création, le Ciel a été mises en ordre, et selon laquelle découlent les communications, formé du Genre humain, de même dans la suite il l'n doit être en ce que r,'estla plus parfaite de toutes; et, dans une forme très ­ forme et enl'Îchi. Il peut se faire, il est wai, que le Cenre humain parfaite, plus le nombre des individus est grand, plus il ya dil'ec­ périsse SUI' une Terre (Te/lus), cc qui arrive quand il sc sépare,
  9. 9. 10 DU JUGEMENT DERNIER N" :1.2. N° :1.2. ET DE LA BABYLONIE DÉTRUITE. 1.1 tion et accord du grand nombre l'ers l'unité, et conjonction étroite L'ENFER, surtout lorsqu'il a été exposé que chaque société du Ciel ct unanime; l'accord et par suite la conjonction augmentent esl le Ciel dans une forme plus petile, et que ch.aque Ange est le d'après la pluralité, car chacun s'y trouve inséré comme allié Ciel dans la forme la plus petile, N"' 5:1. il 58; puis lorsqu'il a. été faisant milieu entre deux ou plusieurs, et ce qui est inséré fortifie traité de la Forme du Ciel, selon laquelle s'y établissent les con­ el conjoint. La forllle du Ciel est semblable à la forme du mental socialions elles communications, N°' 200 à 212; el de la Sagesse humain, dont la perfection augmente selon les accroissements du des Anges du Ciel, N°' 265 Il 275. vrai et du bien, d'où proviennenll'intelligence et la sagesse; que 13. VI. Toute œUVI'e Divine tend à l'infini et à l'étel'1JeI : la forme d'un mental humain qui est dans la sagesse etl'intelli­ on peut le voir pal' un grand nombre de choses, tant de celles qui gence célestes soit semblable à la forme du Ciel, c'est parce que existent dans le Ciel que de celles qui exislenl dans le Monde; Je mental est une très-petite image de celle forme; c'est de III dans l'un et dans l'autre il n'yen a pas une seule qui soit nb­ qu'il y a de toute manière communication des pensées et des alTec­ solument semblable à une autre, ou la même qu'une autre; il n'y tions du bien et du vrai che7, de tels hommes et chez les Anges a pas une seule face absolument semblable il une anll'e, oula même avec les sociétés du Ciel tout autour, et extension selon les accrois­ qu'une autre, et il n'yen aura pas. une seule 11 éternité; pareille­ sements de la sagesse, ainsi selon la pluralité des connaissances ment, le mental (animus) de l'un n'est jamais absolument sem­ du l'l'ai qui ont été implantées dans l'entendement, et selon l'a­ blable à celui d'un autre; c'esl pourquoi, aulant il y a d'hommes' bondance des affections du bien qui ont été implantées dans la vo­ el d'Anges, autanl il ya de faces et de men lais ; dans un homme, lonté, ainsi qui ont été implantées dans le mental, car le mental où cependant il y a d'innomùrables parties qui constituenl son se compose de l'entendement et de la volonté; le mental de corps, et d'innombrables affections qui constituent son mental l'homme et de l'Ange esltel, qu'il peut être enrichi à éternité, et (animus)J jamais il n'y a rien qui sail absolument semblable à ce il est perfectionné à mesure qu'il esl enrichi, ce qui arrive sur­ qu'il y a dans un autre homme, ou qui soilla même chose; de là tout quand l'homme esl conduit par le Seigneur, cal' alors il est vient que chacun mène une vie distincle de la vie d'un autre: il inll'oduil dans les l'l'ais réels qui sonl implanlés (Ians l'enlende­ en esl de même dans toules et dans chacune des choses de la na­ menl, el dans les lriens réels qui sont implantés dans la volonté; ture; si une telle variété infinie existe dans toutes choses en gé­ car le Seigneur dispose alors toutes les choses d'un lei mental dans néral et en particulier, cela tire sa cause de ce que l'origine de la forme du Ciel jusqu'à ce qu'enfin il soit le Ciel dans une très­ toules choses vient du Divin, qui est Infini; c'est de là que PilJ­ petite forme. D'aprèS celte comparaison, la chose étant sembla­ tout il ya une sorte d'image de l'Infini, afin que toules choses ble, il est évident que la pluralité des Anges perfectionne le Ciel. soient regardées par le Divin comme son œUl'I'e, el qu'en même Toute forme aussi se compose de choses diverses, la forme qui ne temps toutes choses tendent au Divin comme élant l'œuvre du se compose pas de choses diverses n'est point une forme, parce Divin. Qu'un simple argumenl serve à illustrer comment chaque qu'elle n'a ni qualité ni aucun changement d'état; la qualilé de chose dans la nalure tend à l'infini el il l'é tel'Ocl : Chaque semence" chaque forme vienl de l'ordination entre elles des choses diverses soil d'arbre fruilier, ou de blé, ou de fleul', a Clé créée de lIIanièl'e qui y sont, de leUl' rapport mutuel, el de l'accord à l'unité, d'où qu'elle peul être multipliée il J'infini, el durer 11 éternité; cal' d'une toute forme est considérée comme un; une telle forme, plus il y seule semence il en nail plusieurs, jusqu'à 5, :1.0, 20, 100; de cha- ' a de choses en elle qui on t été ainsi mises en ordre, plus elle est cune de celles·ci il en nail encore aulanl; celle fructification d'une parfaite, car chaque chose, comme il vient d'être dit, fortifie, cor­ seule semence, continuant sans interruption seulement pendaul robore, conjoint, et ainsi perfectionne. Mais ceci peul devenir plus cent a1ls, poulTaitl'emplir non-seulement lu slll'j'ace d'une terre évident d'après ce qui a été montré dans le Traité DU CIEL ET DE (tel/us), mais même des surfaces de lerres jusqu'il des myriades:
  10. 10. :1.2 DU JUGE~IENT DERNIER N° :1.3. N" :l.1I. ET I)E LA BABnON IE Dt:TRUlTE. :1.3 ces mêmes semences ont aussi été créées de manière que leurs l'amour inferiJal et dans la foi iufel'llale; el que l'Enfer dans lout durces soient éternelles: pal' là on voit comment il y a en elles une le complexe est ce qui est appelé Diable et Satan; Diable, cet en­ idée de l'infini et de l'éternel: il en est de même de toutes les .autres choses. C'est pour le Ciel Angélique que tout dans l:.!l!Ji­ fer qui est en arrière, où sont ceux qui sont appelés mauvais Gè­ lvers a été créé, car le Ciel angélique est la fin pour laquelle a élé nies; et Satan, cet enfer qui est en avant, où sont c.eux qui sont créé le Cenre humain, et le Genre humain est la fin pour laquelle appelés mauvais Esprits (c). Quel est l'un et quel est l'autre En­ le ciel visible et toutes les teITes (tellures) qu'il contient ont été fer, on le voit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER , vers la (ln. créés; c'est pourquoi cette œuvre Divine, à savoir, le Ciel angé Si le Monde Chrétien a accepté une telle foi au sujet de ceux ­ qui sont dans le Ciel et de ceux qui sont dans l'Enfer, cela vient, lique, tend principalement il l'infini el il l'éternel, par conséquent disaient les Anges, de quelques passages de la Parole non compris à sa multiplication sans fin, car le Divin Même y habile: par là autrement que selon le sens de la le Ure, el non illustréS ni expli­ on peut encore voir que le Cenre humain ne doit jamais cesser, qués pal' la Doctrine réelle d'après la Parole, lorsque cepcndant cal' s'il cessait, l'œuvre Divine serail limilée par un nombre dé­ le sens de la leLlre de la Parole, s'il n'est pas tlclairé' pal' la Doc­ terminé, et ainsi périrait la ~eo~ance à l'infini. trine .réelle de l'Église, partage les mentaIs en divers sentiments, 11/ d'où proviennent des ignorances, des hérésies et des erreurs (d). Le Ciel etl'En(e l' prOViénnent du Gem'e humain. :1.5. Si l'homme de l'Église est dans une lelle croyance, c'est aussi parce qu'il croit qu'aucun homme ne v.ient dans le Ciel ou :1. li. Dans le Monde Chrétien on ignore absolument que le Ciel dans l'Enfel' avanlle temps du Jugement dcrnier. au sujet duquel et l'Enfer prol'iennent du Cenre humain; on croit, eu elfet, que il a pris cette opinion, que toutes les choses qui sont devant les' les Anges ont été créés dès le commencement, et que de là est yeux doiven t alors péril'; qu'il en existera de nouvelles; qu'alors résulté le Ciel; el que le Diable ou Satan a été un Ange de lumière, l'Ame doit revenir dans son corps, et que par celle conjonction mais qu'étant devcnu rcbelle, il a été précipité avec sa troupe, et l'homme vivra une seconde fois homme: celle croyance enveloppe que de là est résulté l'Enfer. Les Anges sont extrêmement éton­ l'autre croyance, que les Anges ont été créés dès le commence­ nés qu'une lelle foi existe dans le ~Ionde Chretien, et ils .Ie sont ment; cal' on ne peut croire que le Ciel et l'Enfer proviennent du encore plus de ce qu'on ne sail absolument rien au sujet du Ciel, Genre humain, quand on croît qu'aucun homme n'y peut venir lorsque cependant c'est là le principal de la doctrine dans l'É­ aVant la (ln du Monde. Mais pour que l'homme soil convaincu glise; et comme une telle ignorance règne, ils ont élé ravis de qu'il n'en esl pas ainsi, il m'a été donné d'avoir société avec les joie de ce qu'il a plu au Seigneur de révéler maintenant aux' Anges, et aussi de parler avec ceux qui sonl dans l'Enfer, et cela Chrétiens plusieurs vérités SUI' le Ciel et auss(sur l'Enfer, el de maintenant depuis plusicurs aunées, parfois conlinucllement de­ dissiper par là, autant qu'il est possible, les lénèbres qui crois­ puis le malin jusqu'au soir, et ainsi d'être inslruit au sujet du sent de jonr en jour, parce que l'Eglise est arrivée à sa fin; aussi Ciel et de l'Eufer; et cela m'a été donné, a(ln que l'homme de veulent-ils que j'affirme, comme venant de leur bouche, qu'il n'y l'f:glise ne' persiste plus dans sa foi erronée SUl' la flésurrecLion a pas, dans loutle Ciel, un seul Ange qui ait été cl'éé dès le com­ au temps du Jugemeul, sur l'état de l'Ame jusqu'il celle époque, mencement, ni dans l'Enfer aucun Diable qui ait été créé Ange sur les Anges et sur le Diable, laquelle roi, élant la foi du fallx, de lumière et ail élé précipité, mais que tous, tant dans le Ciel enveloppc des ténèbres, et porte le doule el enOn la négntion chez que dans l'Enfèr, provicnnent du Cenre humain; dans le Ciel, ceux qui pensent sllr ces choscs d'après la propre intelligence; en ceux qui dans le Monde ont vécu dans l'amour céleste et dans la elfet, ils disent dans leur cœul' : « Comment un Ciel si grand, avec foi céleste; dans l'Enfer, ceux qui dans le iJonde ont vécu dans tant d'astres, et avec le soleil et la lune, peut-il Nre détruit ct 2.
  11. 11. 1.lt DU JUGEMENT DERNIER N" 1.5. N"1.5. ET DE LA DADYLONIE DÉT/lUITE. 15 dissipé? Commenlles éloiles peuvent-elles tomber du Ciel sur ln pas avoir l'ien perdu, puisqu'ils étaient dans un corps el dans les terre, elles qui sont cependanl plus grandes que la tene? Com­ sensuels du corps comme auparavant, et aussi dans l'entende­ menr des co;ps l'Ong(~s pal' les vers, consumés pal' la pourriture, ment et la volonté COlllme auparavant, et puisqu'ils avaient des et dissipés pal' lous les venls, peuvenl-i1s êlre J'asse,mblés vers pensées et des alTections, des sensations, puis des voluptés et des leur âme? Ou e&1l'âme, en allendanl ce moment? Quelle est-elle, désirs, comme dans le Monde. La plupart de ceux qui étaient ré­ lorsqu'elle est privée des sens qu'elle avait dans le corps? 1) oulre cemment morts, voyant qu'ils vivaient hommes comme Iluparavant plusieurs au Ires choses semblables, qui, parce qu'elles sont incom­ et dans un semblable état, - cal', après la mort, l'état de la vie préhensibles, ne lombenl point dans la foi, et délruisent chez plu­ est d'abord pour chacun tel qu'il avail été pour lui dans le Monde, sieurs la foi à une vie éternelle de l'homme, au Ciel et à l'Enfer, mais cet état est successivement changé chez lui ou en Ciel ou en et en même temps à tous les au Ires poinls qui appartiennent à la Enfer, - étaient alTectés d'nne noU'elle joie de ce qu'ils vivaient, foi de 'I::glise. Que ces croyances aienl élé ainsi détruites, c'est et ils disaient qu'ils n'avaient pas cru c.ela; mais ils s'étonnaient ce qu'on voil clairement pal' ceux qui disent: (( Qui est venu du beaucoup de ce qu'ils avaient été dans une telle ignorance et dans Ciel vers nous, et a raconté qu'il existe? Qu'est-ce que l'Enfer, un tel aveuglement sul' ],(Hat de leur vie après la mort; et surtout exisle-t-il? Qu'enlend-on quand on dit que l'homme sera lour­ de ce que l'homm('. de l'l~glise est dans celle ignorance et cet menlé dans le feu duranl l'élernilé? Qu'esl-ce que le jour du Ju­ aveuglement, lui qui cependant peut être dans la lumière sur ce gemenl? N'a-t-il pas été allendu en vain pendant des siècles? " sujet plus que tous ceux' qui habitent le Globe (e). Ils voyaient oulre plusiellrs au Ires propos qui conduisent à nier lout. Afin donc alors pour la première fois la cause de cet aveuglement el de celle 'que CCliX qui pensenl ainsi, - comme en ont l'habitude plusieurs ignorance, c'est à savoir, que les exlernes, qui sont les mondains hommes qui, d'après les connaissances mondaines qu'ils possè­ et les corporels, avaient envahi et l'empli leurs mentaIs, au point denl, sont nonllllés Érudits cl Savants, - ne troublent plus et ne qu'ils ne pouvaient pas être élevés clans la lumière du Ciel, ni séduisent plus les simples de foi ct de CŒur, et n'inlroduisent plus considérer les choses de l'Eglise au-delà des doctrinaux; cal' pal' d'infernales-ténèbres'au sujet de Dieu, du Ciel, de la vie éternelle les corporels et les mondains, quand ils sont autant aimés qu'ils el des autres Cl'oyances qui en dépendent, le Seigneur a ouvert le sont aujourd'hui, influent de pures ténèbres, lorsque l'homme les intérieurs qlli appartiennent à mon esprit, et il m'a été ainsi veut penser sur les choses du Ciel au-delà de cc qu'enseigne la donné de parler après lem mort avec lous ceux que j'avais connUS doctrine de la foi qui appartient à son Église. dans la vic (lu corps, avec quelques-uns pendant des jours, avec 1.6. Un très-grand nombre d'érudits du Monde Chrétien sont d'autres pendant des mois, avec d'autres pendant une année, et dans la stupéfaction, quand, après la mort, ils se voient dans un enfin avcc lin si grand nombrc d'autres, qncje dirais peu si je l'é­ corps, dans des vêtements et dans des maisons, comme dans le valnais il cent mille, parmi lesquels plusieurs étaient dans les Monde; et quand ils l'appellent il leur mémoire ce qu'ils ont pensé Cienx et pnsieUl's dans les Enfers; j'ai parlé aussi avec quelques­ de la vie après la mort, de l'âme, des esprits, et du Ciel ct de uns deux jours après leur décès, et je leur racontais qu'à l'instant l'Enfer, ils sont couverts de confusion, et ils disent qu'ils ont pensé m~llle on préparait leurs funérailles et leurs obsèques pour les en­ follement, et que les simples de fQi ont pensé bien plus sagement lerrer; Il Cilla ils répondaient qu'on faisait bien de rejeter ce qui qu'eux. Des érudils qui s'étaient cùnfirmés dans ces el'reurs, et lcur avail servi dans le "'lande ponl' le corps et pOUl' ses fonctions, qui avaient tout allribué à la nature, furent altenli"ement exallli- cl ils voulaient qlle je disse qu'ils n'élaient pas morls, mais qu'ils Ilnés, et il fut reconnu que les intérieurs de lem mental avaiel1~lé vivait~nt également hommes comme anparavant, qu'ils étaient rentièrement fermés, et les extérieurs ouver'ts, de sorte qu'ils passés seulement d'un monde dans un autre, et qu'ils ne savaient avaient regardé, non vers le Ciel, mais "ers le Monde, pal' consé~ > k_tlZïiii.,"',-j,'i'''' --.~= __'ilIr.'::~~ """iiiii""""';;"" ~~_~ _
  12. 12. Hi DU JUGEMF.NT DERNIEII N" 15. N° 16. ET DE LA DADYLONIE DÉTRUITE. 17 quent aussi vcrs l'Enfer; car autant les intérieurs du menlalont ait quelque fOl'me humaine pour les Nres qui sont spiriluels, lels été ouverls, autant l'homme regarde vers le Ciel, mais anlant les que sontlous les Esprits et tous les Anges. De là vient que pres­ intérieurs ont été fermés et les extérieurs ouverts, autant il re­ que tous ceux qui arrivent' du monde sont dans le plus grand garde vcrs l'Enfer; en elfel, les intérieurs de l'homme ont été étonnement de ce qu'ils vivent el sont également hommes comme formés pour la réception de taules les choses du Ciel, el les exté­ auparavant, et de ce qu'il n'l'a absolument de di1ference en rien: rieurs pour la réceplion de loulcs les choses du Monde, et les mais quand ils cessent d'êlre dans l'étonnement sur ce qui les hommes qni reçoivcntle monde sans recevoir en même temps le conceme eux-mêmes, ils sont ensuite surpris de ce q:ue l'Eglise Ciel, reçoivent l'Enfer (f). ­ ne sait rien de cet état des hOl1lmes après la mort, lorsque cepen­ 17. Que l'esprit de l'homme ilprès la séparation d'avec le corps dant Lous ceux qui ont vécu dans le monde sont dans l'autre vie soil hommc, et dans une sem1Jlable forme, cela m'a été prouvé et vivent hommes: et comme ils s'élonnaient allssi que cette vé­ pal' une expérience journalière de plusieurs années; cal' j'ai vu rité n'eûl pas été manifestée à l'homme par des visions, il leur' fut des milliers de fois des hommes-esprits, je les ai enlendus, et j'ai dit du Ciel que cela aurait pu être fail, car rien n'eslplus facile, conversé avec eux, même SUi' ce point, que les hommes dans le quand il ptall au Seigneur, mais que jamais ceux quise sont con­ Monde ne croient pas qu'ils sont lels, et que ceux qui le eroient fil'més dans les faux contre les vrais ne croiraient, quand bien sont considérés pal' les érudits comme des simples: les Esprits même ils verraient eux-mêmes; et qu'en outre il est dangereux élaient amigés dans leur cœur de ce qu'une telle ignorance dure de manifester du Ciel quelque chose chez ceux qui sont dans les encore dans le Monde, et Sll'tout an dedans de l'Église; mais ils mondains et dans les corporels, parce qU'ainsi ils croiraient d'a­ disaient que celle foi était principalement émanée des i~rudits, bord et nieraient ensuite, et par conséquenl profaneraient ce vrai qui ont pensé SUI' l'âme d'après le sensuel-corporel, d'oi:! ils n'en lui-même; car profaner, c'est croire el ensuite nier, el ceux qui ont conçu d'autre idée qne comme de la rensée seule, qui, lors­ profanent les vrais sont précipités dans le plus pl'Ofond et le plus qu'elle est considérée sans un sujet dans lequel ct d'après lequel telTible des enfers. C'est ce danger qui est entendu par ces pa­ elle existe, est comllleune sorte de volatile de pur éther qui ne roles du Seigneur: « Il a aveuglé leUl's yeux, et il a endurci peul qU'être dissipé à la mort du corps: mais comme l'Église croit leur cœur, de pe1l1' qu'ils ne voient des yeux et ne C01ll7JI'ennent d'après la Parole il l'immortalité de l'âme, on n'a pu faire autre­ du cœur, et qu'ils ne se convertissent ~ et que j~ ne les gué­ ment que d'acc.order à l'âme quelque vilal, tel que celui de la risse. Il - Jean, XII. 40: - et, par les paroles suivantes, il est pensée, mais toulefois non pas sensitif comme celui de l'homme, entendu que ceux qui sont dans les amours mondains el corporels avant qu'elle ait été une fe~onde fois conjointe au corps. Sur celle ne croiront jamais: « Abmham dit au Riche dans l'Enfel' : Ils opinion est fondée la Doctrine SUI' la nésurreclion, et la croyance ont Moise et les Prophètes, qu'ils Icsecoutent. Or~ il dit: JVon~ que la conjonction aura lieu, quand viendra le Jugement dernier; père Abraham; mais si quelqu'un des morts va vel's eux, ils se en elfel, de celte hypothèse concernant l'Ame on ne peut pas con­ convertil'ont. Mais Abmham lui dit : Si Moise et les PI'07Jhèles clure autl:e chose, lorsqu'elle est conjoinle à la foi de l'Église sur ils n'ecoutent pas, 10l's méme que qudqu'u;n des mOl'ls l'essus­ la vie étemclle de l'homme: de là résulle que, quand quelqu'un citemit ils ne croil'ont pas. » - Luc, XXI. 29, 30, 3i. pense il l'Ame d'après celte doctrine et en même temps d'après 18. Que le Ciel provienne du Genre Humain, on peut aussi le celle hypolhèse, il lui est absolument impossible de comprendre • voir en ce que les Menlals Angéliques ct les ~Ientals lIumains sont CJue l'ùme soit un esprit, et que l'esprit soit en forme humaine; semblables; les uns et les autres jouissent de la facullé de com­ qu'on ajoute il cela, CJI1'il est il peine aujourd'hui quelqu'un qui prendre, de percevoir et de vouloir; les uns el les autres ont été sache ce que c'cst que le spiritucl, ni, à plus forte raison, qu'il y formés pour recevoir lc Ciel; car le Menlal humain acquierl de la 2*.
  13. 13. :18 DH JUGE~IENT OERNIER N° 18. ~O i9. ET DE LA nAnYLÛN1E D~TRUITE. ~ 19 sagesse de lIl~me que le Mental angélique; mais s'il n'en acquiert 'ment Dernier: enquiers-toi s'il n'en est pas ainsi, et tu seras pas autant dans le monde, c'est parce qu'il est dans un corps ter­ confirmé. restre; et que, dans ce corps, le Mental spirituel de l'homme 20. Celui qui a été instruit concernant l'Ordre Divin peut aussi pense naturellement, car la pensée spirituelle, qui est aussi chez comprendre que l'homme a été créé pour devenir Ange, parce lui comme cliez l'Ange, tombe alors dans des idées naturelles qll'en lui est le dernier de ('Ordre, voir ci-dessus" N" 9, dans correspondantes aux idées spirituelles, et y est ainsi perçue; mais lequel pent êtl'e formé ce qni appartient à la sagesse céleste il en est autrement quand le 1I1entai de l'homme a été délivré du et angélique, et qui peut être renouvelé el multiplié: jamais lien qui le relient dans ce corps, alors il ne pense plus naturelle­ l'Ordre Divin ne subsiste dans le moyen, el n'y forme rien sans ment; mais il pense spirituellement, et quand il pense spirituelle~ le dernier', car il n'est ni dans son plein ni dans son parfait, mais ment, il pense des choses qui sODI incompréhensibles el iDelTables il va jusqu'au dernier: or, quand il est dans son dernier', alors il pour l'homme Dallll'el, ainsi il acquiert de la sagesse comme forme, et aussi pal' les moyens qui y sont réunis, il se renouvelle l'Ange: d'après cela il devient évident que l'inlel'De de l'homme, et pl'oduit ullél'ieurement,ce qui se fait pat' les procréations; c'est qui est appelé l'Esprit de l'homme, est dans s'on essence un Ange poUl'quoi la pépinièl'e du Ciel est dans le dernier. Cela aussi est (g). Que l'Ange soit dans une parfaite forme hnmaine, on le voit entendu par ce qui est dit de l'Homme et de sa création dans le dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, W' 73 à 77 : mais quand promiel' Chapilre de la Genèse, Vers. 26, 27, 28: Il Dieu dit: l'Interne de l'hmnme n'a pas été ouvert en haut, et n'a été ou­ Faisons homme it notre image, selon notl'e l'essemblance; et vert qu'en bas, alors, apr~ la séparation d'avec le corps, il est Dieu c1'éa l'Homme c'!son image, it l'image de Dieu il le créa; néanmoins dans une forme humaine, mais elle est affreuse et dia­ mâle el femelle il les crea: el Dieu les benit, et Dieu leu'r dit : bolique, car il ne peut pas regarder en haut vers le Ciel, et il ne Fl~uctifiez el multipliez-volts,. II créer l'homme il 'image de peul que regarder en bas vers l'Enfer. Dieu et en la rassemblance de Dieu, c'est rassembler en lui toutes 19. Que le Ciel et l'Enfer proviennent du Genre Humain, l't­ les choses de l'Ordre Divin depuis les premiers jusqu'aux der­ glise aurait pu le savoir allssi d'après la Parole, et en faire un niers, et ainsi le fah'e Ange quant aux intérieurs de son mental. point de sa Doctrine, si elle eût admis l'illustration venant du Ciel, 21. Si le seignenr est ressuscité non-seulement quant à l'Es­ et si ellè eilt fait attention aux paroles du Seigneur au larron, pl'it, mais aussi quant au Corps, c'est parce que le Seigneur, Il qu'aujourd'hui avec Lui il serait dans le Pamdis, l) - Luc, quand il était dans le monde, a glorifié, c'est-à-dire, a fait Divin XXIII. 43; - et il ce que le Seigneur a dit du Riche et de Lazare, tout son Humain; en erret, l'Arne qu'Il tenait du Père était par Il qUI} le niche vint dans l'Enfer, et de lit parla avec Abl'altam, soi le Divin Même, elle Corps devint la ressemhlance de l'Arne, et que Ut+w'e vinl dans le Ciel, Il - Luc XVI. 19 à 31 i - et c'est-à-dire, du Père, par conséquenl aussi Divin: c'esl de là -que aux Paroles que le Seigneur adressa aux Sadducéens sur la Ré­ le Seigneur, ce qui n'arrive à aucun homme, eslressuscité quant sUlTection, Il que Dieu n'est poinlle Dieu eles mOl'ls, mais des à l'Esprit et quanl au Corps (h); c'est même ce qu'il a rendu ma­ vivanls, Il-~Jatth. XXlJ. 32 i - ' et, en outre, elle aurait pu le nifeste il ses disciples, qui, en le voyant, croyaient voir un Esprit, savoir d'après la foi commune de tous ceux qui vivent bien, sur­ quand il leur a dit: Il Voyez mes mains el mes lJieds, que 1Il0i­ tout d'après leur foi ~ers le temps de la mOl'!, quand ils ne sont lIlême Je suis; couchez-llloi, el voyez, car un ES1J1'il chail' et plus dans les mondains ni dans les corporels, en ce qu'ils croient os n'a point, comme vous Me voyez (en) avoir. l l - Luc, XXIV. qu'ils viendront dans le Ciel aussitôt qu'ils seront séparés de la 36 Il 39; - pal' ces paroles, il déclarait qu'il étail Homme non­ vie du 001'p5; eetle foi règne chez tous, quand ils ne pensent seulement quant 11 l'Esprit, mais même quant au Corps. point d'aprQs la doctrine de l'J~l;lise SUI' la Hésurrection au Juge­ 22. Outre cela, l'Jue le Ciel et l'Enfer proviennent du Cenre
  14. 14. 20 DU JUGEMENT DERNIER N° 19. N" 21. ET DE LA DADYLONtE DÉTRUlTE. 21 Humain, c'est ce qui a été montré dans plusieurs Articles du lôt après la mort, et alors il est homme quant à tout ce qui, en général et Traité DU CIEL ET DE L'ENFER; par exemple, dans les suivanls : en particulier, constitne l'homme, NO,' 4527, 5006, 5078, 8939, 8991, Des Nations et des Peuples hors de l'Église dans le Ciel, NU' 318 à 10594,10758. L'âme qui vit après la 'mort est l'esprit de l'homme, qni 328; des Enfants dans le Ciel, N°' 329 à 365; des Sages et des dans l'homme est l'homme lui-même,' et est aussi dans l'autre vie en par­ Simples dans le Ciel, No< 346 il 356; des niches et des Pauvres f<lite forme humaine, NU' 322,1880,1881,3633,4622,4735,5883, .6054,6605, 6626, 7021,10594; prouvé par l'expérience, N°·.l527, 5006, dans le ciel, NU' 357 à 365; toutltomme est un esprit quant à ses 8939; pro"vé d'apl'ès la Parole, N° 10597; explication de ce qui est enteudu intérieurs, N°' 632 à M6; l'homme, après lamorl, est dans une par cela que des morts furent l'US dans la Ville sainte,- illatth. XXVII. 53, parfaite forme humaine, NU' 653 à 660; l'homme, après la mort, - NO, 9229. Comment l'homme est ressuscité d'entre les morts; prouvé est dans tous les sens, dans la mémoire, dans la pensée, dans d'après l'expérience, NU' 168 11189. Ire l'état de l'homme après sa résur­ l'affection, qu'il avait clans le monde, et il ne laisse que son corps rection, Nu' 317, 318, 319, 2119, 5079, 10596. Fausses opinions sur terrestre, No< 661 à 6G9; du Premier élat de l'homme après la l'âme et sur ,a résurrection, NU' 444, 445, 4527, 4ü22, <1,658. mort, N" 691 à 498; du Second état cie l'homme après la 1I10rt, (f) Dans l'homme ont été conjoinls le Monde spirituel et le Monde na­ N°' 699 il 511; de son Troisième état, N'" 512 il 517; et, de plus, turel, Nu 6057. L'interne de l'homme a été formé à l'image du Ciel, et les Articles qui concernent les Enfers, N"' 536 il 588. D'après tous l'externe il l'image du Monde, N°' 3628,4.523, <1,524, G057, 6314, 9706, ces Articles, on peut spécialement voir que le Ciel ne se compose 10156,10472. pas de quelques Anges créés dès le commencement; ni l'Enfer, (g) Il ya autant de degrés de la vie dans l'homme qu'il y a de Cieux, et d'un Diable et de sa troupe; mais que le Ciel et l'Enfer ne sont ils sont ouverts après la mort selon sa vie, N°s 37<1,7, 959<1,. Le Ciel est composés que de ceux qui sont nés hommes. daus l'homme, N° 3884. Les hommes qui vivel]t la vie de l'amour et de la charité ont en eux la sagesse angélique, mais alors cachée, et après la mort D'après les ARCANES CÉLESTES. (c) Les Enfers pris ensemble, ou les Infer­ ils viennent dans cette sagesse, No 2494. Est appelé Ange, dans la Parole, naux pris ensemble, sont appelés le Diable et Satan, 10 G9~. Ceux qui ont été l'homme qui reçoit le bien de l'amour et de la foi par le Seigueur, No 10528. diables dans le monde deviennent des diables aprè, la mort, N° 968. (h) L'homme ressuscite seulement quant à l'Esprit, No'10593, 1059<1,. Le (d) La Doctrine de l'Église doit ~tre d'après la Parole, No< 34G.., 5402, Seigneur seul est ressuscité aussi quant au Corps, N°s 1729, 2083, 5078, 6832, 10763, 10765. La Parole sans la Doctrine n'est point comprise, 10825. N°' 9025,9409,9424,9430,10324,10431,10582. La vraie Doctrine est un flambeau pour ceux qui lisent la Parole, N" 10401. La Doctrine réelle ® Tous ceux qui sont nés kommes depuis le commencement de doit venir de ceux qui sont dans l'illustration par le Seigneur, N'" 2510, la création, et qui sont mOl-ts, sont dans le Ciel ou dans 2516,2519,9424,10105. Ceux qui sont dans le sens de la lettre de la Pa­ l'Enfer. role sans la doctrine ne viennent dans aucun entendement des Vrais Divins, Nos 9409, 9410, 10582. Et ils tombent dans un grand nombre d'erreurs, 23. Cela est une conséquence, PRE~nÈRE~1ENT, de ce qui a été N° 10,l31. Quelle est la différence entre ceux qui enseignent et apprennent d'après la Doctrine de l'Église tirée de la Parole, et ceux qui enseignent et dit et monlré dans l'Article pl'écédent, à savOiI', que le Ciel et l'En­ apprennent d'après le sens seul de la lettre de la P<lroIe, Nu 9025. fel' proviennent du Genre humain. SECONDE~IENT, de ce que tout (e) Aujourd'hui, dans le Christianisme, il en est peu qui noient que homme, après la vie dans le monde, vil éternellement. TROISlhIE­ l'homme res>uscite aussitôt après la mort, Préf. au Chap. XVI de la Genèse, OIENT, de ce qu'ainsi ceux qui, jusqu'à présent, sont nés hommes et N°' 4622,10753; mais on eroit qu'il ressuscitera au temps du Jugement depùis la création du Monde, et qui sont morts, sonl ou dans le Dernier, quaud l'Univers visible doit périr, N° 10594. Quelle est la cause Ciel ou dans l'Enfel'. QUATRIÈmmENT, de ce que, comme tous ceux de cette croyance, N"' 10594,10758. Néanmoins l'homme ressusrilc aussi- qui naitrent dans la suite iront aussi dans le Monde spirituel, ce
  15. 15. 22 DU JUGE1IENT DEIINIF.R N° 23. N" 211. Br DE LA DABYLONIE DÈrnUITE. 23 Monde est si grand et tel, que le ]!onde naturel, où sont les dans laquelle n'agil pas l'homme. spirituel, ne vit point. Mais hommes dans les lerres, ne peul lui être comparé. Mais al1n que l'homme spirilliel ne peul pas apparaill'e devant l'homme natu­ toutes ces choses soient perçues plus distinctement, et se présen­ rel, car le nalurel ne peut voir le spirituel, mais le spirituel peut tent avec plus d'évidence, je ,'ais les exposer et les décrire en voir le nalurel; en efTel, ceci est selon l'ordl'e, mais cela esl conlre particulier. . l'ordre; car il y a innux du spirituel dans le nalureJ,'· par consé­ 2ft. Que celle Proposition, Ions ceux qui sont nés hommes de­ queul il y a aussi vue, cal' la vue appartienl aussi à l'innux, mais puis le commencemenl de la création, el qui sonl morts, sonl ou non réciproquement. C'esl l'homme spiriluel qui esl appelé l'Es­ dans le Ciel ou dans l'Enfer, soil IIne conséquence de cc qui a pril de l'hoilme, el qui apparail dans le Monde spirituel dans été dit et 71Iontl'é dans l'Arlicle précédent, il savoil', que le une parfaile forme hunllline, el qui vil après la morl. Comme les Ciel et l'Enfer pl'oviennent du Gtnre hl/main, on le '·oil clai­ Intelligenls n'ont rien su du Monde spiriluel, ni rien par consé­ renient sans explication. La croyance commune jusqu'à présent a quent de l'Esprit de l'homme, ainsi qu'il vient d'êlre dit, c'est élé que les hommes n'ironl pas dans le Ciel ou dans l'Enfer avant pOUl' cela qu'ils ont conçu l'idée que l'homme ne peut pas vivre le jour du Jugement Dernier, alors qne les âmes relourneront homme avanl que son âme soil renlrée dans le corps, el se soit dans leur corps, et jouironl ainsi des choses qu'on croil êlre les revêtue de ses sens: de là sont nées ces idées si vaines SUI' la Ré­ propres du corps: les simples on l élé amenés à celle croyance surreclion de l'homme, à savoir, que les corps, quoique ronges par ceux qui onl l'ail profession de sagesse el se sont livrés à des par les vers el par les poissons, el rédulls entièremenl en pous­ recherches sUI'l'élat Îl)térielll' de J'homme; comme ceux-ci n'ont sière, seronlrecomposés pal' la Divine Toute-Puissance el seront porlé leurs pensées que SUl' le lloncle nalurel, el nullement sur réunis aux âmes; el qne cela u'arrivera qU'à la fin du monde, le lIonde spirituel, ni par conséquent sur l'homme spiriluel, ils quand l'univers visible perim; ontre plusieul's autres choses sem­ n'ont pas su pan:onséquenl qlle l'homme spiriluel, qui esl chez blables qui loules surpassent la conception, et qui il la première chaque homme dans l'homme nalurel, est égalemenl dans une inluition du mental se monlrent impossibles et contre l'Ordre Di­ forme humaine comme l'homme nalurel; il ne leur esl donc pas vin, el par suile aussi afTaiblissenlla foi cie plusieurs; car ceux qui venu non plus dans l'espril que l'homme naturel tire sa forme ~ 1. pensenl d'après la sagesse ne peuvenl croire aulre chose que ce humaine de son homme spiriluel, quoiqu'ils eussenl pu voir que qu'ils saisissenl ell quelque façon, et la foi aux impossibles, c'est-à­ l'homme spirituel agil à son gré dans Lou les et dans chacune des dire, la foi aux choses que l'homme pense être impossibles, n'exisle choses de l'homme nalurel, el que l'homme nalurelne fail abso­ pas: c'esl de là aussi que tirenl un argument négatif ceux qui ne lument rien de lui-même: c'esl l'homme spiriluel qui pense et croienl poinl à la vie après la morl : mais que l'homme ressuscile veul, car l'homme naturel ne le peül de lui-même; 01', la pensée ausssilôl après la mort, et qu'il soit alors dans une parfaite forme el la volonté sonl Lou l dans loules les choses de l'homme nalurel, humaine, on le. voil dûns le Trailé DU CIEL tT DE L'ENFER, et là cal' l'homme nalurel agit comme veut l'homme spirituel, et il dans plusieurs Articles. Ceci a été dil, afin qu'il soil encore con­ parle aussi comme pe~se celui-ci, el cela d'une manière si abso­ firmé que le Ciel et l'Enfel' proviennenl du Genre humain, d'où lue, que l'action n'est que la volon lé, et que le lûngagc n'est que il résulle que tous ceux qui sont nés hommes depnis le commen­ la pensée; car si lu ôles la pensee cl la volon lé, à l'instant cessent cemenl de la création, el qui sont morts, sonl dans le Ciel ou et le langage el l'action. D'après cela, il esl évidenl (lue l'homme dans l'Enfer. spirituel esl véritablemenl l'homme, el qu'il est dans loules et 25. Tout /tomme ((]Jl'ès la vie dans le monde vit éternelle­ dans chacune des choses de l'homme nalurel; qu'ainsi son effigie ment: 011 Je voit en ce qu'alol's l'ilomme esl spil'iluel et n'est est semblable; cal' la partie ou la particule de l'homme naturel, plus nalurel, ct qne l'homme spirituel séparé de l'homme nalurel
  16. 16. 24 DU JUCE~IEN'f Dl:lN1ER W 25. N° 25. ET Dl: L, BABYLON1È DÉTRUITE. '15 resle étel'Oellement tel qu'il est, cal' l'état de l'homme ne peul près de lels pl'incipcs ne peuvenl penser à aucune élernité pal' lu pas être changé après la morl. En outre, le spiIituel de chaque conjonction avec le Divin, ni pal' conséqueul à un étal de l'hOJOme homme esl en conjonction avec le Divin, pnisque ce spirituel peul dilTérent de l'étal des bêles; car, puisqu'ils rejetlent de leur pen­ penser au Divin, el peul aussi aimer le Divin el être affeclé de sée le Divin, ils en rejellenl aussi ce qui est éternel. De plus, les loules les choses qni procèdent du Divin, telles que sont celles Anges disaienl que chez chaque homme il ya un degré inlime 011 que l'Église enseigne, par conséquent être conjoint au Divin pal' suprême de la vie, ou quelque chose d'inlime ou de sU[Irêmc, la pensée et par la volon lé, qui·sonlles deux faculLés de l'homme dans lequel le Divin du Seigneur influe d'abord ou de plus près, spiriluel et en fonlla vie; ce qni penl être conjoint ainsi au Divin el d'après lequel il dispose les au Ires inlérieurs, qui upparlîennenl ne peul pas mourir duranll'éternité, cal' le Divin est en lni el se le à l'homme spirituel el à l'homme nalurel, el se sui'enl selon les conjoint. L'homme aussi esl créé selon la forme du Ciel qnant à degrés de l'ordre chez eux: cet intime ou ce suprême, ils l'ap­ Son Mental, et la forme du Ciel vient du Divin Même, cOlllme on pelaient l'entrée du Seigneur vers l'homme, et son domicile même peul le voir dans le Trailé DU 'CIEL ET DE L'ENFER, Ol! il a été chez lui, el ils disaienl que c'esl pal' cel inlîme ou ce suprême montré que le Divin du Seigneur fait et forme le Ciel, N°' 7 à 12 que l'homme esl homme, el esl distingué des animaux bmles, et N°' 78 à 86; que l'homme a été créé pour êlre le Ciel dans une qui ne l'ont point; el que c'est de là que les hommes, loul au très-petite effigie, N° 57; que le Ciel, dans un senl complexe, re­ conlraire des animaux, peuvent, quant aux inlériel1rs qui appar­ présente un seul homme., Ne< 59 il 66; que de là chaque Ange est tiennenl il leul' menlal inlellecluel el il leur menlal naturel, être en parfaite fonne humaine, W' 78 à 77; l'Ange est homme quant élevés par le Seigneur jusqu'à Lui-~lême, croire en Lui, êlre il son spirituel. Je me suis enlrelenu quelquefois sur ce sujet affeclés de l'amoul' envers Lui, et qu'ils peuvent l'ecevoir l'in­ avec les Anges, qui étaient très-étonnés que parmi ceux qui sont telligence et la sugesse, el parler d'après la raison. A celle ques­ appelés Intelligents dans le Monde Chrétien, et qui passent aussi tion, que ceux qui nienl le Divin, elles Divins Vrais pal' lesquels pour intelligents aux yeux dèS autres, il y en ait un très-gralld il ya coujonction de la vie de l'homme avec le Diviullème, vivent nombre qui rejettent de leur foi l'immorlalilé de leur vie, croyanl néanmoins éteme.llement, ils répondaienl que ceux-là ouI la fa­ que l'âme de l'homme esl dissipée après la mort comme l'àme de. culLé de penser et de vouloir, pal' conséquenl de croire cl d'aimer la bête, ne percevant pas entre l'homme et la bête cetle dilTérence les choses qui procèdenl du Divin, comme ceux qui reconnaissent de vie, que l'homme peul penser au-dessus de lui SUI' Dieu, le Divin, et que c'est celle faculLé qui fait qu'ils vivent de mèmè sur le Ciel, SUl' l'Amour, SUI' la Foi, sur le Bien spirituel el le éternellemeul; ils ajoulaient que cetle faculLé leur vient de cel Bien moral, sur les vrais, et autres choses semlJlables, el qu'ainsi Inlime ou de ce suprême, qui est dans chuque hOlllme, et dont il il peut êlre élevé vers le Divin Même, et êlre conjoint il Lui pal' a élé parlé ci-dessus; que celle faculle soil même cllez ceux qui loules ces choses, tandis que les lJêtes·.ne peuvent pas être éle­ sont dans l'Enfel', et qne de là leur vienne la facullé de raisonner vées au-dessus de leur nalurel pour penser de lelles choses, et et de parler contre les Dil'ins Vrais, col'! aétc monti'c en plusieurs que par c.onséquent leur spirituel ne pcul pas êlre séparé de leul' endroits: voilà pourquoi lout hOlllllle, quel qu'il soiL, vil éter­ nalurel après la morl (i), ni livre par soi cOlllme le spirituel de nellemenl. Comme (oul homme, après la morl, vil [lemellemeuI, l'homme; c'esl aussi pour celle raison que la vie de la bête est jamais aucun Ange ni aucun esprit ne pensent à la morl; el dissipée avec sa vie nalul'elie. Les Anges disaienl pourquoi de 1lJ~lIIe ils ne savent nullement ce que c'est que mourir: c'e&t prélenùus Inlelligenls dans le ~londe Chrétien ne croienl point (l pourquoi, lorsque dans la Parole il esl parlé cie la mol'l, il est l'immortalité de leur vie, c'esl qu'ils nienl ùe cœur le Divin, el (Hl entendu pal: tes Anges ou la damna lion, qui eslla morl dans le lieu du Divin reconnaissentlaNature,et que ceux qui pensenld'u- sens spirituel, ou la conLinu,lion de la Yie ellal'csurreclion (Il). :3,
  17. 17. 2(t DU JUGEMENT DERNIER N°·25. N(' '27. ET DI LA DAIlY-IJotùE DETRUITE. 27 Ce8 explications ont été données, afin qu'il soit confirmé que tOU8 qui sorit plus bas que ceux-ci, el il y en a qui sont sol1s eux oails les hommes, qui sont nés depuis le commencement de la création les endroits les plus bas ou dana les Enfers; et ceux qui sont au­ et qui sont morts, vivent, les uns dans le Ciel, et les autres dans dessus habitent entre eux comme habitent les hommes dans les l'Enfer. villes, où ils sont enselllble jusqu'à des centaines de milliers; de 26. Afin que je susse que tous ceux qui sont nés hommes de­ là il est évident que le i'londe naturel, dans lequel sont les hom­ puis le commencement de la création, et qui sont morts, sont mes dans les terres, ne peut être comparé à ce ilonde quant à clans le Ciel ou dans l'Enfer, il m'a été donné de pal'Ier avec. l'affiuence du Genre humain; c'est pourqnoi, quand l'homme quelques-uns de ceux qui ont vécu avant le déluge, et aussi avec passe du Monde naturel dans le Monde spirituel, c'est comme s'il quelques-uns de r.eux qui ont vécu après le déluge; avec quel­ passait d'un village dans une grande ville. Que le Monde naturel ques-uns de la Nation Juive connus d'apl'ès la Pa l'ole de l'Ancien, ne puisse pas non plus être comparé au Monde spirituel quant à 'fèstament; avec quelques-uns qui onl vécu au temps du Sei-. la qualité, c'est ce qu'on peut aussi voir en ce qne non-seulement gneul'; avec plusieurs qui ont vécu dans les siècles suivants jus­ toutes les choses qui sont dans le Monde naturel existent dans le qU'à celui-ci; de plus, après leur mOl't, avec tous ceux que j'avais, Monde spirituel, mais que de plus il y en a d'innombrables qui connus dans la vie de leU!' r.Ol'p5; et en antre avec des enfants, n'ont jamais été vues dans le Monde natm'el, et ne peuvent pas et avec plusieurs d'entre les Gentils. D'apl'ès celle expérience, se présenter à la vue; en elfet, là, les spirituels sont effigiés selon j'ai été pleinement convaincu qu'il n'yen a pas un seul, qui, étant tout leur type dans une apparence quasi-naturelle, et chaque spi­ né homme depuis la première création de r.elle Ten'e, ne soit ou l'iluel avec une variété infinie j cal' le spirituel surpasse ell excel­ dans le Ciel ou dans l'Enfer. lence le natnrel à un tel point, qu'il y a peu de spirituels qui 27. Comme tous ceu:v qui naitr'ont dans la suite iront aussi puissent être produits au sens n..turel; car le sens naturel ne clans le Monde spi1'ituel, ce Monde est si grand et tel, ql/e le saisit pas une seule des mille choses que saisit le mental spiri­ Monde naturel, oit sont les hOTmnes dans les terl'es, ne peut· tnel j. et toutes celles qui appartiennent au mental spirituel se lui ~tre comparé: on le voit pal' l'immense multitude d'hommes présentent aussi dans des formes devant la vue des hommes spi­ qui, depuis la,lpremière création, ont passé dans le Monde spiri­ rituels; de là vient que le Monde spirituel ne peut être décrit tel tuel, et y sont ensemble; puis pal' les accroissements continuels . qu'il est quant à ses magnificences ct quant à ses merveilles; provenant du Genl'e Humain qui dans la s.uitc viendront l'aug­ celles-ci aussi s'accroissent selon la multiplication du Genre hu­ menter, et cela s.lns fin, selon ce qui a été montré ci-dessus dans main dans les Cieux, car toutes choses s'y présentent dans des un Article, Not 6 Il :13, Il savoir, que les procrpations du Genre formes correspondantes à l'état de chacun quant à l'amour et à hlimain dJ.ns les terres ne cesseront jamais. 11 m'a été donné la foi, et par suite quant à l'intelligence et à la sagesse; ainsi, quelquefois de voir, quand mes yeux étaient ouverts, quelle hn­ avec une variété qui s'accroit continuellement selon que la mul­ mense mullilucle (['hommes y est déjà; elle était si grande, titude augmente. : c'est de là qu'il a été dit par ceux qui ont été qu'elle pouvait Il peine être comptée; il y en avait des myrialles, élevéS au Ciel, qu'ils y ont vu et entendu des choses que ja­ et cela dans nn spnl lien vers une seule plage; combien ne doit­ mais nul œil n'a vues et nulle oreille n'a entendues. D'après ces il pas y en avoir dans tout le l'l'sie? En eITet, tous ont été réunis explications, il est évident que le Monde spirituel est tel, que le là en Sociétés, et les Sociétés y sont en très-grand nombre, et Monde naturel ne pe.ut lui être comparé; quel est, en outre, ce chaque Société dans son lieu forme trois Cieux, et sous ces Cieux Monde spirituel, on le voit dans le Traité DU CIEL ET nE L'ENFER, trois Enfers; c'est pourquoi il y en a là qui sont dans les endroits où il a été question des deux Royaumes du Ciel, Na. 20 à 28 j des 'levés, d'autres qui sont dans des endroits moyens, et d'an Ires Société~ du <liel, N'" 41 à 50; des Représentatifs et des Apparences
  18. 18. 28 DU JUGEMENT DERi'iIER N° 27. W28. ET DE LA llABYLONIE DÉTRUITE. 29 dans le Ciel, 170 à 176; ct de la Sagesse des Anges du Cipl, [Ii" N°' 265 à 275: mais il n'y a eu qu'un très-petit nombre de choses monde pour doctl'ine de la vie et de la foi, et pour conjonction. qni y ont été décrites. Celui donc qui connalt les spil'ituels correspondants aux naturds dans la parole, peu t savoir que par l'avénement du Seigneur dans D'après les AnCANES CÉLESTES. (i) Il ya aussi un Influx du Monde spin­ les nuées du Ciel" il est entendu, non pas une telle apparition du tuel dans les vies des bêtes, mais il est commun, et lion spécial comme chez Seigneur, mais son appal'ilion dans la Parole, car le seigneur est l'homme, No' 1633, 3G4G. La différence entre les hommes et les bêtes, c'est la Parole, parce qu'il est le Divin Vrai; les nuées du Ciel, dans que les hommes peuvent être élevés au-dessus d'eux-mêmes vers le Sei­ lesquelles il doit venir, sont le sens de la leUre de la Parole, el la gneur, penser au Divin, L'aimer, par conséquent être conjoints au Seigueur, gloire en est le sens spirituel; les Anges sont le Ciel d'où doit se d'où leur vient la vie éternelle: il en est autrement des bêtes, qui ne peul'ellt faire l'apparition, et ils sont aussi le Seigneur quant aux Divins pas être élevées ainsi, N0s 4525, G323, 9231. Vrais (1). De là, on voil clairement ce qui est entendu par ces (k) Quand la Mort est nommée dans la Parole, lorsqu'il s'agit des mé­ paroles, à savoir, que le Seigneur, quand la fin de l'Église est ar­ chants, il est entendu dans le Ciel la damnation, qui est la mort spirituelle, rivée, doit ouvrir le sens spirituel de la Parole, et ainsi le Divin puis rellrer, W' 5407, 6119, 9008. Ceux qui sont dans les biens et dans Vrai tel qu'il est en soi; que par conséquent c'est là le signe que les vrais sont dits vivants, et ceux qui sont dallS les maux et dans les r'IIX le Jugement Dernier est proche. Que dans chaque chose qui est sont dits morts, N°' 81 , 290, '.i94. Par la Mort, lorsqll'i1 s'agit des bons qui dite dans la Parole, et dans chaque mot, il y ait un sens spirituel, meurent, il est enlen,lu dans le Ciel la résurrection et la continuation de la et quel est ce sens, on le voit dans les ARCANES CtLESTES, dans ,oie, puisqu'alors l'homme ressuscite, continuo sa vie, et erMe dans la vie lesquels ont été expliquées selon ce sens tou tes et chacune des Nernelle, No' 3!98, 3505, 4618, 4621, 6036, 6222. choses qui sont contenues dans la Genèse et dans l'Exode. Va il', dans l'Opuscule SUI' LE CHEVAL BLANC, DONT IL EST PARLÉ DANS C~ L'ApOCALYPSE, des collections d'extraits de cet Ouvrage concer­ nant la Parole et son sens spirituel. T.e Jugement Dernier doit ~trc {ait là où tous sont ensemble, 29. Que le Jugement Dernier doive être fait dans le Monde ainsi dans le Monde spirituel, ct non dans lcs te/TC.'. spirituel, et non dans le Monde naturel ou dans les terres, on le voil par les deux Articles qui précèdent, et aussi pal' ceux qui 28. Au sujet du Jugement Dernier, on croit qu'alors le Sei­ suivent; dans les denx Articles qui précèdent, il a été montré que gneur apparatlra dans Ips nuées du Ciel avec les Anges dans la le Ciel et l'Enfer proviennent du Genre humain; et que tous gloire, fera sortir de leurs tombeam; tous ceux qui ont vécu de­ ceux qui sont nés hommes depuis le commencement de la créa­ puis le commencement de la création, revêtira leurs âmes d'un tion, et qui sont morls, sont ou dans le Ciel ou dans l'Enfer, corps, ct qu'ainsi convoqués en masse (in unum), il les jugera, qu'ainsi tous y sont ensemble: dans les Arlicles qui suivent, ceux qui ont bien vécu, pom la vie éternelle ou le Ciel, et ceux il reste à montrer que le Jugement Dernier est déjà fail. qui ont mal vecu, pour la mort éternelle ou l'enfer. Cette foi 30. En outre, nul n'est jugé d'après l'homme naturel, ainsi existe dans les Églises d'après le sens de la lettre de la Parole, pt tant qu'il vit dans le monde naturel, cal' alors l'homme est dans elle n'a pu être enlevée, tant qu'on a ignoré que dans chaque un corps naturel; mais l'homme est jugé dans ('homme spirituel, chose qui est dite dans la Parole il y a un sens spirituel, et que ce sens spirituel est la Parole elle-même, à laquelle 1e sens de ln ainsi lorsqu'il va dans le Monde spirituel, car alors il est dans un corps spirituel: chez l'homme, c'est le spirituE' qui est jugé, et lettre sert de fondement ou de base, et que sans une telle lettre non le naturel; car le naturel n'est coupable d'aucun~ faute ou el!e n'aurait pu être la Parole Divine, ni servir tant au Ciel qu'au d'aucun crime, parce qu'il ne vit pas d'après lui-même, mais est .. 3"',
  19. 19. 30 DU JUGE}lEl':T DERNIEr. N° 30. N" 32. ET DE J~A BAnna NIE D~TRUITE, 31 • est parliculier au Monde spirituel, et étonnant pour ceux qui en seulement le serviteur et l'instrument par lequel 1')lOmme spiri­ luel agit; voir ci-dessus, W 24: de là vient aussi que le Jugement ignorent la cause, Maintenant, de là vienl que, dès que les Esprits se fait sm' les hommes, quand ils ont dépouillé leur corps natu­ ont été rassemhlés et séparés, ils ont aussi été jugés, et chacun à l'el, et qu'ils sont revêtus du corps spirituel: dans ce corps, l'instant dans son lieu, les hons dans le Ciel et dans une Société l'homme apparaît aussi lei qu'il est quant à l'amour et à la foi, là chez les lenrs, et les lm;chants dans l'Enfer et dans une Société car chacun dans le ~londe spirituel est l'effigie de son amour, là chez les leurs. D'après c('s explications, on peut encore voir non-seulement quant à la Îace et au corps, mais aussi quant au que le ,Tugem('nt Dernier ne peut aroir lien que dans le Monde langage et aux <Jctions; voir dans Je Traité DU CIEL ET DE L'EN­ spirituel, tant parce que chacun est là dans l'effigie de sa vie, que FEn, W 681; c'est de là que tous sont connus tels qu'ils sont, et parce qu'il est avec cenx qui sonl dans une semblable vi(', ainsi 1'1 sont sur-le-champ séparés quand c'est le bon plaisir du Seigneur. chacnn avec les siens: il en est aulrement dans le Monde natu­ D;après ces explications, il est èncore évident que le .Jugement se "('1: là, les hons et les méchants peuvent être ensemble, et J'un fnit dans le Monde spirituel, et non dans le Monde naturel ou ne sait pas quel est l'au Ire, et ils ne sont point séparés d'apl'ès dans les (erres. , eux-mêmes selon l'amour de leur vie; il ya plus encore, aucun 31. Que la vie naturelle chez l'homme ne fasse rien, mais que homme ne peut êlre a"ec un corps naturel dans Je Ciel ni dans tout dépende de sa vie spirituelle dans sa vie naturelle, parce que l'Enfer; c'est pOUl'quoi, afin que l'homme vienne dans l'un ou fie lui-même le naturel est dépourvu de vie, et que la vie qui se dans l'autre, il faut qu'il dépouille son corps naturel, ct qu'après manifeste ën lui vient de la vie de l'homme spirituel, qu'ainsi l'avoir dépouillé i! soil jugé dans son corps spirituel. De là vient r,'est celui-ci qui est jugé, et que ce soit anssi le spirituel de que c'est l'homme spirituel qui est jugé, ainsi qu'i! a été dil ci ­ l'homme qui est entendu pal' être jugé selon les œuvres, on le dessus, et non l'homme naturel. voit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, et là dans l'Arlicle D'après les ARCANES CÉLESTES, (1) Le Seigneur cst la PHole, l'arce qu'il ayant pour litre: L'homme, après la mort, est IcI que sa vie a est ie Divin Vrai dans le Ciel, Nos 2533,28'13,2859, 289.., 3393, 3112, élédans le Monde, W'670 à 686. Le Seignelll' est aussi la Parole, parce que la Parole vient de Lui, et traite de 32. Je vais ajouter ici un Arcane céleste, dont il a été fait' Lui, N0 2859; et c'est du SeigncUl' Seul, principalement de la Gluriftcation mention, il esl vl'ai, dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, mais de son Humain, qu'il csttrailé dans le sens intime de la Parole, ainsi le Sei­ qui n'a pas encore été décrit: Chacun après la mort est lié à une gneur Lui-M~me est dans la Parole, N°' 1873,9357. L'avéncmcnt du Sei­ Société, et il y est lié anssitôt qu'il vient dans le Monde spirituel; gneur est la présence du Seigneur dans la Parole, et la révélation, N0s 3900, liOir dans ce Traité, N°' 627 et 697 ; mais l'esprit dans son premier 4060. La Nure dans la Parole signifie la Parolc dans la lettre, ou le sens de état ne le sait pas, cal' alors il est dans ses externes, et non en­ sa lettre, N°S..060, 4391, 5922, 6343, 6752,8106,8781,9430, '1055'1, cOl'e dans ses intemes; qnand il eSltel, il va çà et là, où les dé­ 1057.., L,1 Gloire dans la Parole signme le Divin Vrai lei qu'il est dans le sirs de son mental (animlls) le portent; mais néanmoins en ac­ Ciel, et tel qu'il est dans le sens spirituel, Nos ''809, 5922,8267,8427, tualité il csl all_esl son amom', c'est-à-dire, dans la Société où 9..29,1057.1, Par les Angcs, dans la Parole, sont signifiés les Divins Vrais sont cen); qui sont dans un semblable amour. Quand l'esprit est qui procèdent dn Seigncur, parce que les Anges sont les réccptions de ces (jans cel état, il apparaît dans plusieurs autres lieux, partout Vrais, et les prononcent, non d'après cux-mêmes, mais d'après le Seigneur, aussi comme présent de cal'ps, mais cela est senlement une ap­ No' 1925, 2821, 3039, ..085, ..295, 4402, 6280, 8192,8301. Les clairons parence; c'est pourquoi, dès qu'il es! amené par le Seignem dans ou les trompclles qu'ont alors les Anges signifient les Divins Vrais daus le Ciel ct rr:véll:s du Ciel, N°s 8815, 8823, 8915. son amOI:I' domina nI, il disparaît aussitôt aux yeux des autres, et il esl ehez les siens dans la Société il laquelle il a été lié : cclal

×