COURONNEItENT OU APPENDICE
                               A LA VRAIE


n,ELIGlON ClfRÉTIENNE

                      DANS L...
0
                  (J­

                                 <>,l
                                 ~
                        ...
COURONNEMENT OU APPENDICE

                                                                                       A LA "HA...
.,.­




                 COURONNEMENT OU APPENDICE
                                         A



       LA VRAIE RELIGION...
N° 2.           ALA VnAIE nELIGION CIlRÉTIENNE,                    3
 2                            APPENDICE              ...
4                            APPENDICE                         N· 2.
                                                     ...
1>                           APPENDICE                          N° 3.    N° 3.           ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.   ...
N° 5.                ALA VRAn: RELIGION CHRÉTIENNE.                     9
8                              APPENDICE	       ...
1.0                         APP~;NDICE                          N° 6.
                                                    ...
12                          APPENDICE                           N° 8.
                                                    ...
N° 13.          A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.                    1.5
14                          APPENDICE              ...
1.6                           APPENDICE                          N°lh.
    NOUVEAU et une TERRE NOUVELLE j le premiel' Cie...
1.8                           APPENDICE                        N° 1.7       N° 1.8.         A LA VRAIE RELIGION cnRÉTIENNE...
N° 20.          A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.                      21
20                           APPENDICE            ...
22                             APPENDICE                           N° 21.
                                                ...
N° 23.          A LA   VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.                   25
24                          APPENDICE              ...
26                          APPENDICE                        N° 23.    N° 2lJ.        ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.      ...
28                            APPENDICE                          NU 25.    N°   26.         A LA VRAIE RELIGION CHRtTlENNE...
30                            APPENDICE                         N° 27.   N° 27.         ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.    ...
N° 29.          A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE.                   33
32	                          APPENDICE               ...
3lt                          APPENDICE                        N" 29,          N"30.           A LA VllAIE RELIGlOl" CHRÉTI...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Gua...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Guays 1865

552

Published on

Emmanuel Swedenborg : 1) Couronnement ou appendice à La Vraie Religion Chrétienne 2) Invitation à La Nouvelle Eglise

Published in: Spiritual
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
552
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
8
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Em Swedenborg 1 Couronnement Ou Appendice A La Vraie Religion ChréTienne 2 Invitation A La Nouvelle Eglise Le Boys Des Guays 1865"

  1. 1. COURONNEItENT OU APPENDICE A LA VRAIE n,ELIGlON ClfRÉTIENNE DANS LEQUEL IL S'AGIT Des quatre Églises SUI' cclte Terre depuis la Création du Monde; de leurs Périodes, et de leur Consomnwtion, Puis, de la Nouvelle I~glise qui doit succéder il ces qualre b;glises, el sera -éritablement Chrétienne et la Courollnc des précédclltes, De l'Avénement du Seigneur il celte b;glise, et de son Divin Auspice en clic pour l'Éternité : Et cnfin du Mystère de la Rédemption Pa," BlPlMANrTEL SWEDE1VBOBG Serviteur du Seigneur Jésus-Christ (Ouvrage posthume) TRADUIT DU LATIN PAR J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS Sur l'cdition de Londres (1780) DEUXIt:~IE ~DITION REvUE ET CORRIG~:E PftT L. Roy! DU Guj,YS ct A. Ui.RLK SAINT-AMAND (CHER) A la librairie de LÂ NOUYELLE JÉRUSÂLEJr, cbe. PORTE, libraire PARIS M. MINOT, rue de Sèvres, 96 E. ,JUNG·TREUTTEL, libraire, rue de Lille, 19 LONDRES SWEDENBORG SOCIETY, 36, Bloomsbury Street, O.tord Street NEW-YORK PUBLISHING HOUSE, of lhe Gen-Convention, of THE Na,. Jnu"LlIlI, No 20, Coopor Union i865
  2. 2. 0 (J­ <>,l ~ ~ ­ ;:::j o z; ~ , t'> z ~ .,J ~ ..... -. ~ E-! ~ ....-, '::.::l hJ ~ u =: ~j ~ :::t: U ~ il E-< z r.:l z; 0 ..... ~ ..... ...:l ..; 5: " ~I ~ ...:t> zl ~ ~I - 1( ~ p 0 u -< ~t ~ » ..l.5 ~ ~ ...:i ~" ~ ~ (j
  3. 3. COURONNEMENT OU APPENDICE A LA "HAIE RELIGION CIIRÉTIENNE DANS LEQUEL IL S'AGIT Des quatre Eglises sur cette Terre depuis la Création du Monde; de leurs Périodes, et de leur Consommation. Puis, dc la Nouvelle f:glise qui doit succéder il ces quatre Élllises, et sera véritablement Chrétiennc et la Courollne ùcs précédclltes. De l'Avénemenl du Seigneur il celle .b;glise, el de son Divin Auspice en elle pour l'Éternité: Et enfin ùu Mystère de la Rédemption Pa." ElPllPI..t.NVEIJ SWEDBjVBOBG Serviteur du Seigneur Hsus·Christ (Ouvrage posthume) Saint-Amand (Cher). - Imprimerie de DESTEN~ '. TRADUIT DU LATIN PAil J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS Sur l'ëdilion de Londres (1780) DEUXIÈME ~DITION REVUE ET CORRIGÉE Far t. Roy! DU GUA.YS ct A. HJ.RLil ~ SAINT-AMAND (CHER) A la librairie de LA NOUVELLB JéRUSALlBr,cbe1.l'ORTE, libraire PARIS M. MINOT, roc de Sèvres, 96 E. JUNG· TREUTTEL, libraire, rue de Lille, t9 LONDRES SWEDENBORG SOCIETY, 36, Bloom.bury Street, O.ford Street NEW-YORK PUBLISHING HOUSE, of lbe Gen·Con,enlion, of TBE N." J"U~UI!I, No 20, Cooper Union 1865
  4. 4. .,.­ COURONNEMENT OU APPENDICE A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE L Ces Trois Sujets, à savoir, la CONSOM~IATION DU SIÈCLE, l'A­ VÉNEMENT DU SEIGNEUR, et la NOUVELLE ÉGLISE, onl été traités dans le dernier Chapitre. de l'Ouvrage ayant pour titre LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE; si la continuation en est donnée dans ce qui suit, c'est parce que jusqu'à présent personne n'a connu ce que c'est que la Consommation du siècle, ni pourquoi un second Avénement du Seigneur, ni qu'une Nouvelle Église doit veuil' i et cependant il s'agit de ces trois Sujets dans la Parole, tant Pro­ phétique qu'Apostolique, et pleinement dans l'Apocalypse. Qu'il s'agisse de ces trois Sujets dans la Parole Prophétique de l'Ancien Testament, c'est ce qui devint évIdent pour moi lorsqu'il Ille fut donné de développer celle Parole pal' le sens spirituel; qu'il en soit de même dans la partie Prophétique du Nouveau Testamen t, qui est appelée Apocalypse, et aussi dans la Parole Évangélique et Apostolique, on le verra par ce qui suit. De là il résulte que sans la connaissance de la Consommation du siècle, du second Avénement du Seigneur, et de la Nouvelle Église, la Parole est comme fermée; et il n'y a pour l'ouvrir nulle autre chose que les connaissances, lesquelles sont comme des Clés qui ouvrent la porte et introduisent. Quand cela a lieu pour la Parole, les Tré­ sors qui jusqu'alors y étaient cachés comme dans le fond de la mer se présentent il la vue; car au fond de la Parole il n'y a que des Trésors. Dans cet Appendice ou Continuation, je procéderai, comme dans l'Ouvrage même, pal' des soullnuires placés en urant, qui devront être confirmés pal' l'Écriture et illustrés pal' la raison. 1.
  5. 5. N° 2. ALA VnAIE nELIGION CIlRÉTIENNE, 3 2 APPENDICE y 2. poîntrenversé, et que la Pierre détachée, non pal' des mains, de­ vint 110 Rocher grand qui rempliltoute la Terre. 4° Et comme le r~EmIE PREMIER1 Seigneur, notre Sauveur Jésus-Christ, dans la Parole de l'un et de l'autre Testamcnt, est appelé la Pierre et le Rocher, il esl évi­ Il Y Cl (ill quatre Églises sur cette Terre depuis le jour de sa dent que son Royaume est entendu par la dernière partie de ce Création. La Première, qui doit ~tre appelée Adamique; la passage. 5" En oulre, dans un très-grand nombre de passages de Seconde, Noachique; la 7'I'oisième, Israélite; et lCl Qua­ la Parole, l'état de l'Église est décrit pal' l'Or, l'Argeut, l'Airain trième, Chrétienne. et le Fer; son élat spirituel quant au bien de l'amour par 1'01', (=9 son état spirituel quant au l'rai de la sagesse par l'Argent, son 2, Qu'il ait existé qnatre Églises sur celle Tene depuis.la Créa­ état naturel quant au bien de la charité par l'Airain, et son état lion du Monde, on le voil clairement dans Daniel; d'abord, par la naturel quant au vrai dè la foi pal' le Fel', ce qui a été confirmé Statue que Nébuchadnessar vit en songe, et ensuite par les qua­ d'après la Parole; voi1' dans l'ApOCALYPSE Rivhit:, N° 913; et tre Dêtes qui montaient de la Mer. Au sujet de LA STATUE DE NÉ­ ailleurs. C'est même pour cela que, dans les Premiers Ages, les BUCUADNESSAR, on lit ces paroles: (1 Danid dit: Toi, Roi, voyant SUgea, qui con·naissaient les significations des ~iétaux, comparè­ tu {us, et voici, une Statue gl'ande, et son apparence excel­ rent Il ces quatre ~Iétaux les Siècles, qui depuis le l'remie:' jus­ lente, se tenait vis-à-vis de toi, et son aspect (était) formida­ qu'au Demier devaient se succéder, et appelèrent le Premier le ble : de cette Statue la T~te était d'Or bon; sa Poitrine et ses Siècle d'or, le Second le Siècle d'argent, le Troisième le Siècle Bras, d'Argent; son Ventre et ses Cuisses, d'Airain; ses Jam­ d'airain, et le Quatl'Îème le Siècle de fer; et ainsi ils les décrivi­ bes, de Fel'; ses Pieds, en partie de Fel' et en partie d'Argile. rent selon les Biens et les Vrllis : et comme les Biens et les Vrais Voyant tlI {us, jusqu'à ce que fut détachée une Piel'1'e, non par réels ne proviennent que du Dieu du Ciel, ils les clécl'Îl'irent selon des mains, et elle frappa la Statue sur ses pieds, qui (étaient) les Ëtats de l'Église ehez eux, car c'est d'après et selon ces États de fer et d'argile, et les brisa; alors furent brisés ensemble le que les États civils des Ioyaumes, quant ilia Justice et au Juge­ {el', l'argile, l'airain, l'm'gent et l'O1', et ils devinrent comme ment, ont l'existence, la vigueur et la vie. Que dans la Parole de la 7,aille-de l'aire en été, en sorte que les emporta le vent, et l'un et de l'autre Testarnentle Seigneur, notre Sauveur JÉsus­ aucun lieu ne fut trouvé pour eux: mais la Pierre qui frappa CIlRIST, soit appelé la Pierre et le Rocher, cela est él'ident par les la Statlte devint un Rocher umnd, et remplit toute la Terre. passages qui vont suivre; qu'il soit appelé la l'ImRE, on le voit Dans ces juurs, le Dieu des Cieux fel'a surgil' un Royaume, par ceux-ci: «( Ainsi a dit Adonaï Jéhovilt: Voici, Moi, je vais qui dans les siècles ne Sel'a point renversé, et ce Royaume à {onder en Sion une Piel'1'e, Pierre d'épreuve, d'Angle de prix, un autl'e peuple ne sem pas laissé; il bl'isera et consumera de fondation fondée; celui qui aum cru nes'arnJtera pas. Alol'S tous ces Royaumes, mais lui subsistera dans les siècles. Il - II. je poserai le jugement pour règle, ct la justice pow' aplomb. Il 31 à 35, M, - Que ce Songe ail signifié, non pas quatre Royau­ - Ésaïe, XXVIII. 16, 17. - li Jéhovah visitem son troupeau; mes SUI' celte. Terre, mais quatre Églises devant sc succéder l'une de Lui la PIERRE ANGULAIRE. I l - Zachar. X. 3,4. - li LA PU:RRE il l'aulre, cela est évident pal' les considérations suivantes: 1° Que qu'ont rejetée les Architectes est devenue tête d'Angle. I l ­ sur celle 'l'cITe il n'a poinl existé de lels Hoyau mes l'un après l'an­ l's. CXVIII. 22. - li N'avez-vous jamais lu dans les Ecri­ tre. 2° Que la Divine Parole, dans son sein, lraile, non pas des tures : La Pierre qu'ont l'l'jetée ceux qui Mtissent, celle-là Royaumes du ~londe, mais des Églises qui constituent dans les est devenue tète d'Angle. Il - ~·Iallh. XXI. 42. Marc, XI!. 10,11. Terrcs le Royaume de Dieu, 3" Puis, en ce qu'il est dit que le Dicu Luc, XX. 17,18. Ésaïe, VIII. 13, 1ft, 15. - (1 Vous vous {tes des Cieux fera surgir un noyaume qui dans les siècles ne sera
  6. 6. 4 APPENDICE N· 2. N° 3. A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 5 approchés vers le Seigneur, l,A PIERRE VIVE, l'ejetée à la vérité par les hommes, mais choisie pal' Dieu; vous aussi vous­ dl'essa; il Y avait trois côtes dans sa bouche tntl'e S!?S dents; mêmes, comme des pie1Tes vives, vous étes bâtis en maison en outl'e, on llli disait ainsi: Lève-toi, mange beaucoup de spirituelle; c'est pOlu'quoi il est dit dans l'Éc1'illtre : Je place chail'. AprèS cela, voyant je {us; et voici, une Autt'e, comme en Sion la PIERRE ANGUI.AIRE, Choix 1)1'ecieux, et celui qui Ct'oit un Lé01J(lj'd, laquelle avait qUtl[n! ailes, telles que celles des en Elle ne sera 1Joint confondu. » - 1PielTe, Il. 4,5,6.- (1 Vous oiseaux, SUI' son dos; et quatl'e Tétes il la Bt!te : et domina­ avez eté bâtis sur le (ondement des Apôtl'es et des Prophètes, tion lui {ut donnée. Après cela, voyant je {us en visions de dont la PIERRE ANGULAIRE est Jésus-Christ, par qui tout l'Edi­ nuit; et voici, une Quall'ième Dt!te ter1'Ïble ct (ormidable, et (tee bien cimenté s'élève en Temple saint dans le Seir;neUl', par robuste il l'extl't!me, ayant des dents cle fer, grandes, qui man­ lequel vous ensemble vous avez été bâtis en Habitacle de Dieu. gea et bl'oya, et le reste avec ses pieds {oula; or, elle était di{­ en esp1'it. )) - Éphés. II. 20, 21, 22. - (' JÉSUS-CHRIST EST I.A /ërente de toutes les Bêtes qui avaient élé avant elle, et elle avait PIERRE rejetée pal' eeux qui bâtissaient, laquelle est devenue dix cornes. Voyant je {us jusqu'à ce que des 'l'r{mes (urent Ute d'angle, et il n'y a aucun salut dans un autre. II - Act. renversés, ct que l'Ancien des joul's s'assit; ct le jugement s'é­ IV. B, 12. - Que le Seigneur soit appelé le nOCIIER, on Je voi! tablit, et des liVl'es {Il1'ent ouverts: ct voici, avec les nuées du par les passages suivants de la Parole: " Quand gms (ut devenu Ciel, comme un Fils de l'Iwmme qai venait: et il lui (ut donné JeschUl'un, il regimba, et il abandonna le Dieu qui l'avait (ait, domination, et gloil'e et lloyazmte, ct tous les peuples, nations et il méprisa LE nOCHER de son salut. )) - Deutér. XXXII. 15, et langues Le servil'ont; sa domination, domination du Siè­ 18,30. - (1 J.e Dieu d'Ismi}l a dit, LE ROCHER d'Ismël m'a cle, laquelle llC passent point; et son Royaume, (l1oyaume) parlé. )) - II Samuel, XXIIf. 3. - « Que soient en bon plaisir qui ne pé1'Ïl'a point. Il - VIT. 3,6, 5, fi, 7, 9, 10, 13, 14 el suiv. les paroles de ma bOUChe, Jéhovah, MON nOCHER ET nroN llÉ­ - Que ces qualre tglises aienl été pareillement enlendues et DEMPTEUR! )) - Ps. xrx. 15. - (1 Ils ne se sont point souvenus décriLes pal' ces Bêles, cela esl éviden 1 par chaque particularité que Dieu était leur Rocher et leul' Rédempteur. )) - l's. de celle descriplion, qui sera, dans la suiLe, développée dans LXXVII. 35,62. - (' Ils buvaient toas la boisson spi1'ituelle, son ordre, et principalemenl par les derniers Versels, où il est car ils buvaient du Rocher spi1'ituel; le Rocher était le Christ.)) dil qu'après ces quatre Bêtes doil venir un Fils de l'homme, - 1 Cor. X. 4. Exod. XYU. <,.-D'après ces passages, il est bien auquel il sera donné une domination el.un royaume qui ne pas­ évident que pal' la Piel'fe, qui frappa la Slalue et devint un gl'and seronl point et ne périront point, Fils de l'homme qui a aussi nocher l'emplissant toule la Terre et dont le Royaume durera été entendu pal' la T'iel'l'e de'cnue un grand Rocher qui remplit dans les siècles des siècles, est entendu notre Seigneur Jésus­ toule la Terre, COlllllle on le oil ci-dessus, N° 2, fin. Que les Christ. élals de l'Église soienl décriLs dans la Parole par des Bêtes, de 3. Ces mêmes quatre Églis(ls SUI' celle Terre ont été décrites même que pal' des Métaux, cela esl évident pal' un grand nombre par les qualre Bêles qui montaient de la Mer, dans Daniel; il en de passages, dont je rapporlerai seulement ici quelques-uns i ce est parlé dans ces lermes : " La Première, comme un Lion, sont ceux-ci: (( Une pluie de bienveillances tu {el'as dégoutter; mais des ailes d'aigle elle avait; voyant je (us jusqu'à ce que ton héritage en souffrance lU le raR'ermiras; TA B~TE, 'l'ON AS­ (UI'ent al'1'aclu!es ses ailes, et qu'elle se (ut soulevée de terre, SEiIIBLÉE, y lzabiteront.)l - T's. LXVIII. 10, B. - "A Moi tout et, que sw' ses pieds, comme un homme, elle se {ut dressée, et ANIMAL DE LA FOR KT, LA Btn: SUI' les montagnes pal' milliers; qu'un cœw' d'homme lui (ut donné. Ensuite voici, une autre je connais tout OISEAU DES MONTAGNES, LES B~TES DE ~lE5 CHAMPS Béte, une Seconde, semblable li un Ours, et SUl' un côté elle se (sont) avec Moi. Il - Ps. L. 10, 11. - (( Aschur (élaiL) un Cèdre dans le Liban, élevéè était devenue sa Ilaut(Ur; dans ses 1*.
  7. 7. 1> APPENDICE N° 3. N° 3. ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 7 branches avaient {ailleurs nids tous les OISEAUX DES CIEUX, et des Bêles du Monde naturel, les affeclions de l'amour du bien sous ses bl'anches avaient engendl'é toutes les BtTES DU CHAMP, comme des Bêtes d9uces et d'un usage bon, et les affeclions de et dans son ombre avaient habité toutes les NATIONS GRANDES. Il l'amOlli' du mal comme des Bêtes sauvages et d'un usage mauvais: - Ézéch. XXXI. 2.à 6, 13. Daniel, IV. 7 à 13. - II Je traite1'ai de là vient que les Bêtes sonl si souvent nommées dans la Parole, pOUl' eux alliance en ce jou1'-là avec la BiTE DU CHAMP et avec el que par elles dans le sens spirituel sont signifiées les affeclions, l'OISEAU DES CIEUX, et je lIfe fiu.ncerai li toi à etel'nité. li ­ les inclinations, les pel'ceptions et les pensées. D'après cela, on Hosée, JI. 18, 1l>. - Il Rejouis-toi, et sois dans l'allégresse; voil clairement ce qui est entendu pal' CRt:ATURE dans les passa­ ne cmignez point, B~TES DE MES CHAMPS, cm' herbeuses sont ges suivants: (1 Jesus commanda aux Disciples d'aller par devenues les demeu1'es du désert. Il - Joêl, II. ~t, 22, 23. ­ le Monde entiel', et de priJche1' l'Évangile à TOUTE CRÉATURE. II (1 Toi, Fils de l'homme, dis à tout OISEAU D'AILE, et à toute - Marc, XVI. 15. - I( Si quelqu'un est dans Christ, il est une DtTF. DU CHAMP : Assemblez-vous pour mon sacrifice SUl' les NOUVELLE CRÉATURE; les choses vieilles sont passées, et toutes montagnes d'Ismël; ainsi je donne1'ai ma gloire parmi les Na­ choses sont devenues nouvelles. Il - Il Cor. V. n. - (1 Voici ce tions. Il - Ézéch. XXXIX. 17 il 2t. - Il L'ennemi a outragé que dit l'Amen, le Temoin fidèle et vt!1'itable, le commencement Jilhovah; ne donne point à la BtTE l'âme de la TOURTERELLE.lI de la CRÉATURE DE DIEU. Il - Apoe. III. ilt; - là, par les Créa­ Ps. LXXIV. 18,19. - Il Jéhovah rassEmble les expulses d'Is­ tures sont entendus ceux qui peuvent être créés de nouveau, raël; toute B~TE DE MES CHAMPS, venez. Il - Ésaïe, LVI. 8, 9.­ c'est-à-dire, être régénérés, et ainsi devenir membres de l't:glise (1 L'esprit, poussant Jésus, le fit allel' dans le désert; et il était du Seigneur. avec les 13~TES, et les Anges Le servaient. Il - Marc, 1. 12, 13; 4. Qu'i! y ait eu sur celle Tel'l'e quatre Églises. Une avant le - il élait, non avec des Bêles, mais avec des diahles, con Ire les· Déluge, qui peul être appelée l'ADAmQuE; une Autre après le quels il comballit et qu'il subjugua. 11 y a encore mille autres Déluge, qui peul être appelée la NOACHIQUE; après celle-ci, une passages, qui onl été l'apportés en partie dans l'ApOCALYPSE Ut:­ Troisième, qui l'UtI'IsRAt:LITE; et une Quatrième, qui existe au­ VÉLiE, N" 567. De plus, il esl bien connu que le Seigneur Lui­ jourd'hui el est appelée CURiTIENNE, c'est ce qui sera démonll'é Même, dans la Parole, est appelé Agneau, el aussi Lion; que le dans les Articles suivanls, où il sera fait une Exposition de cha­ sainl-Esprit a été représenté comme une Colombe; que les Ché­ cune en parliculier. rubins, pur qui esl signifiée la Parole dans le sens Iilléral, appa­ J'urent comme qualre Dètes, dans Ézéchiel et dans l'Apocalypse; @ que l'homme de l'Église, qui reconnall le Seigneur comme son Dieu et son Pasteur, est appelé Brebis, et qu'au contraire celui Chaque Eglise a eu quatre États successifs ou Périodes, qui qui ne Le reconnait pas esl appelé Bouc et aussi Dragon, et que sont entendus dans la Pm'o!e 7Jar le Matin, le JOUI', le Sail' l'assemblée du dragon est aussi, de même que dans Daniel, dé­ et la Nuit. crite dans l'Apocalypse pal' une DiJte montant de la mel', sem­ blable à un Leopard, ayant des 7Jieds comme ceux d'un Ow's, 5. Qu'il y ail eu quatre Élats successifs ou Périodes de chacune et une bouche comme celle d'un Lion, - XlII. 1, 2. - Ces ma­ des qualre Églises ci-dessus nommées, c'est ce qui sera illustré nières de s'exprimer lirent leur origine du ~Jonde spirituel, oil dans les Articles suivants, où il sera lrailé de chaque ]::glise dans toutes les affections el pal' suite toules les pensées des Anges et son ordre : elles sont décriles par ces vicissitudes du temps, des Esprits se présentent à dislance d'eux comme des Bêles, qui parce que tout homme qui nalt dans l'Église, ou en qui commence apparaissent aussi dans une forme absolument semblable à celle l'Église, vien! d'abord dans sa lumièl'e, telle qu'elle est au point
  8. 8. N° 5. ALA VRAn: RELIGION CHRÉTIENNE. 9 8 APPENDICE N° 5. du jour et le ilatin ; ensuite il s·av~n.::e dans son JonI', et celui TIN. Il - l's. XLVr. 6. - li A moi on cl'ie de Séi7'~ Sentinelle! qui aime les 'l'ais va jusqu'à midi; si ~Iors il s'~rrête en chemin, qu'y a-t-il ci l'égal'd de la NUIT? Sentinelle! qu'y a-t-il à l'é­ et n'entre point dans la chaleur du printemps etdlJ l'eté, son jour gard de la NU!'f? La sentinelle a dit : Le MATIN est venu, et baisse vers le soir, et enfin devient ténéhreux comme la lumière allssi la NUIT. Il - Ésare, XXI. H, 12. - li L'a fin est venue SUl' au temps de la nuit; et alors sou intelligence dans les choses spi­ toi, habitant de la tel'I'e, le temps est venu, le JOUl' est proche; rituelles de l'f:glise devient une Inmière froide, comme la lumière voici le JOUR, voici, il est venu; il a 7J{/1'U, le MATIN. ,) - f:zéch. des jours tians la saison de l'hiver, quand il voit, il ei>t vrai, les VII. 5, 6, 7, 10. - (Ill Y aura un JOII1', lequel est connu de arbres placés près de sa maison ou dans ses jardins, mais dépouil­ JtJhovah, ce ne sel'a ni un JOUR ni une NUIT, paI'ce que vers lés de feuilles et privés de fruits, ainsi COlllme des troncs nus: en le temps du SOIR il Y aura LUMIÈRE. Il - Zach. XIV. 7. ­ li Vel'S le temps du SOIR, voici, la tel'I'ew'; elTel, l'homme de l'Église s'avance du malin vers le jour, afin que avant le MATIN, elle par la lumière de la raison il soit rél'ormé et régénéré, ce qui se n'est plus.» - ÉsaIe, XVII. 14. - II Au SOIR durel'ont de nuit fait uniquement pal' une vie conforme aux préceptes du SeigneUl' les plew's; mais au MATIN, le chant.» - l's. XXX. 6. - li Jus­ clans la I:'arole; si cela n'a pas lieu, sa lumière devierit ténèbres, qu'att SOIR, au MATIN, deux mille ll'ois cents, alors sem justi­ et les ténlbres devienoent une épaisse obscurité, c'est-à-dire que (ié le saint; la vision du SOIR et du MATIN est la vérité. 1) ­ les vrais de la lumièl'e chez lui sont changés en faux, et les faux Daniel, VIII. 14. 26. - II Jéhovah au MATIN produil'a son juge­ en maux qui n~ sont pas apparents. Il en est autrement de ment ci la lumière, il ne manquera 7Joint. » ­ Séph. Ill. 5. ­ li Ainsi a dit Jéhovah: Si vaine VOlIS l'homme qui se laisse l'égé'nérer; il n'est point surpris pal' la l'endez mon alliance du Nuit, cal' il marche en Dieu, ct par suite conlinuellemeQ.t dans un JOUR et mon alliance de la NUIT, en sorte qu'il n'y ait plus JOUR jour, dans lequel aussi il entre pleinement après la mort, quand et NUIT en leur temps, vaine aussi deviendm mon alliance avec il est associé avec les Anges dans le Ciel; cela est entendu dans David, mon serviteUl·. » - Jérém. XXXlII. 20, 21,25. - li Jésus l'Apocalypse pal' ces paroles sul' la Nouvelle .1érusalem, qui est dit: Il me faut opéré'1' les œuvres de Dieu tandis qu'il est JOUR, la Nou'elle Église véritablement Chrétienne: (l Celle Ville n'a viencll'a ttne NUI T, en laquelle personne ne poun'a opél'eT. » ­ 7Joint besoin dlt Soleil ni de la Lune pour luiJ'e en die, CUI' Jean, IX. 4. - li En cette NUIT-là, ils seront deux sur un mt!me la gloire de Dieu l'a éclail'ée, ct sa lampe, l'Agneau; et les lil; l'lm sel'a p1'Ïs, et l'autre sera laissé. • - Luc, XV Il. 34; 1 nations qui sont sauvéc's dans sa lumiere marcheront, et DE - là, il s'agil de la consommalioo du siècle et de l'av~nement du NUIT IL N'Y AURA POINT l,A. Il - XXI. 23, 2~, 25, Amos, VHI. Seigneur. D'après cela, on peul voir ce qui est entendu par DE 9. _ Que les états successifs de l'l~glise soient entendus dans la TE~IPS PLUS IL N'Y AURA,- Apoc. X. 6,- c'est-à-dire que dans l'É­ Parole par le lI1ATIN, le JOUR, le SOIR et la NUIT, on le voit pal' glise il n'y aUl'ail plus ni Malin, ni Jour, ni SOil', mais la Nuit; ces passages: II Veillez, Cal' vous ne savez quand le seigneUl' puis aussi ce qui est entl'ndu par UN TEMPS, DES TElIPS };T LA de la maison viendra, si ce se7'a le SOIR, Olt cl, MINUIT, ou MOITIÉ D'UN TEMPS, - Apoc. xn. 1.4. Daniel, XII. 9; - comme au CUANT DU COQ, ou CIlC MATIN. Il - 11 arc , XIII, 35. ~lallh. encore ce qui est entendu pal' LA PLÉNITUDE DU 'flllJPS, - i~ph. XXV. i3; - Iii, il s'agit de la consommation du siècle, et alors J. 1.0, H, 1.3. Gal. IV. 4. de l'avénemenlllu seigneur. II Le Dieu d'lsraël (1 dit, le Rochel' d' fsmël m'a pal'Ié; Il esl cOlllllle la LumÈRE ou iJATIN, d'un MATIN sans nuages. Il - II Sam. XXlll. 3, il, - li Moi je suis la Racine et la Race de David, l'Étoile b1'Ïllante et du 1IIATIN.Il­ Apoc. XXII. 16. - li Dieu la seCOl/1'1'a quand paraitl'a le lIA­
  9. 9. 1.0 APP~;NDICE N° 6. ~O 7. A LA nUIt: RELIGION GHRiTIE.~Nt:. 11 l'homme après la morl, l'homme y habite et est chaque jour char­ @ mé pal' son aspect et pal' l'usage qu'il fail de ses f)'uits i c'esl cet homme qui est décrit dans David en ces termes: « Il sel'a comme Dans chaque Église, il y a eu consécutivement quatl'e change­ un AJ'!Jl'e lJlanté Slll' des courants d'eaux, qui donne son {1'Uit ments d'État, dont le Premiel ' (ut l'apparition du Seignew ' en son tl'mps, et dont la (cuille ne tombe point. Il - Ps. 1. 3 j Je/wvih et la Rédemption, et alol's son Matin ou son Level' : et aussi Apoc. XXII. f, 2. le Second, son Instruct ion, ct alors son JOUI' Ott sa PI'ogres­ l'lIais il en est autrement de l'homme né dans l'f:glise, el qui, sion: le Troisième, son Déclin, et alol',~ son Soir ou sa Vas­ après aroir passé son Matin et s'être avancé dans la première lu­ tation : le Quatl'ième, sa Fin, ct alors sa Nuit ou sa Con­ mièl'e du JOUI' pa,: laquelle il est devenu nalionnel, s'arrête sommat ion. alors et ne produit point de fruit; cet homme est ou peut être comme un Arbre ayant des feuilles en profusion, mais ne don­ G. Qu'il y ait eu dans chaque Église quatre états successifs, llant point de fruits, arbre qui est arraché du Jardin, ct dont qui sont entendus, dans la Parole, pal' le MAnN, le JOUR, le SOIR les branches sont coupées, le tronc scié ou fendu, et le toul jeté ct la NUIT, cela vient d'être montré dans l'MUcle précédent: que par morceaux dans le feu: la Lumière de cel homme rationnel chacune des quatre I~glises ci-dessus nommées ait subi ces états, devient comme la lumière des jours vel's le solstice d'hiver, pen­ c'est cc qui sera pleinement confirmé dans ce qui suit, lorsqu'il dant lesquels les feuilles des arl.Jres jaunissent d'al.Jord, et en­ sera traité de chacune de ces Eglises dans son ordre, et alors on suite tombenl, et enfin pourrissent: son Rationnel peut aussi verra que l'apparition du Seigne ni' Jéhol'ih et la Rédemption fu­ être comparé à un arDre dont les feuilles au commencement J'ent son MATIN j que l'Instruction fut son JOUR ou sa progl'ession du printemps sont consnmées pal' les lersi Ades blés qui sont dans la lnmière; que son Déclin rut son SOIR ou sa vastation; et étou/Tés par des épines, ct à l'herbe qui est dévastée pal' des que sa Fin fut sa NUIT ou sa consommation: dans la Parole, tant sauterelles; la raison de cela, c'est que son Rationnel est simple­ dans ses llistoriques que dans ses Prophétiques, il est partout ment nalurel, en ce qu'il lire ses idées uniquement du monde par question de ces quatre changemenl~ d'étal. les sens, ct non du Ciel pal' les a/Tections ct les perceptions pro­ 7. L'ordre dans lequel tout homme a été créé pal' Dieu consiste venant de ces alTections; el comme de celle manière il n'y a in­ en ce qu'après l'Enfance il devienne homme; cal', lorsqu'il nalt, térieurement allcun spirituel dans son Ialionnel, s'il parle alors il est seulement 1I11e Image Externe ou une Forme Externe de de quelque spirituel de l'~:glise, sa voix n'est entendue pal' les l'homme, et alors moins homme que la bête nouvel/ement née Anges qne comme la voix d'un perroquet ou d'Une oie; car sa voix n'estl.Jête; mais autant il est intérieurement perfectionné pal' la est purement animale parce qu'elle est purement naturelle, et sagesse et pal' l'Amoul' dans celle Forllle quant à son ~Iental ou non humaine parce qu'elle n'est pas intérieuremeut spirituelle, à son Esprit, autant il derient homme. L'homme est comme un cal' elle proflue de la seule respiration du corps, ct non d'aucune Arl.Jre qui d'al.Jord d'une semence croit en tige, et qui en s'élevant respiration de l'esprit. Tel est l'homme qui de naturel ne devient pousse des branches et par ces branches llll feuillage, et se rerêt pas spirituel i et nul homme ne derient spirituel, si, après ètre continuellement de feuilles; et, paryenu il maturité, ce qui a lieu devenu Rnlionnel, il ne produit pas des fruits, c'est-A-dire, s'il dans son âge moyen, donne des fleurs et produit des fruits, dans ne se pénètre pas de la charité pal' la vie. chacun desquels il dépose des semences qui, mises dans la terre 8. Si dans la Parole les quatre changements d'I~tat, qui sont comme dans un utérus, croissent en Arl.Jres semblables, et ainsi appelés lalill, Jour, ~oil' ct Nuit, sc disent de n:glise, c'est parce en Jardin: ct si vous voule7.le croire, ce même Jardin reste chez que l't:glise consiste cn hommes, el que ['homme est une Eglise
  10. 10. 12 APPENDICE N° 8. N".10. ALA vllAn: RELIGION CHRÉTIENNE. 13 dans le particulier, et qu'une nssemblée de ces hommes est ce qu'on appelle l'~:glise. Dans celle assemblée ou Église, ceux qui vivent selon l'ordl'e décrit ci-dessus, N° 7, sont des arbres de vie, lesquels sont aussi des arbres d'un usage bon; el ceux qui ne l'i­ & vent pas selon cet ordre sont des arbres de la science du bien et Après la Consommation ou la Fin. d'une Église, le SeigneUl' du mal, lesquels sont aussi des arbres d'un usage mauvais; c'est Jéhovih apparait et fait le jugement sur les !tommes de la de ceux-ci que se disent le Soir ct la Nuit, ou, ce qui est la même 'P"écédente Église, ct sépm'e les bons d'avec les méchants; il chose, la Vastation et la Consommation, et non des autres. Mais élève les bons Vel'S Lui dans le Ciel, et il éloigne de Lui les ceci sera mis en évidence devant la raison dans ce qui suit. Il est méchants dans l'Enfer. à propos de donnel' au commencem~nt de ce Volume quelques préliminaires, puisqu'il faut des connaissances préalables, al'ant 10. Que vers la fin de chaque Église le Seigneur Jéhovih appa­ qu'on puisse savoir que par le MATIN il est enteudu la naissance raisse pour faire le jugement sur ceux qui ont vécu depuis l'in­ de l'Église, et que celle naissance est précédée de la Hédelllp­ stauration de l'Église jusqu'à sa consommation, c'est ce qui sera tion; par le JOUII, la pl'Ogression de la Nouvelle !~glise dans ln confirmé dans les Articles suivants, où il sera en particuliel' traité lumière, et son intelligence; par le SOIR, le déclin de celle l~glise de chaqne Église. Chaque homme, il est vrai, est jugé après la par l'abandon du bien et du vrai, ce qui est appelé Vastation; et mort; mais à la fin d'une Église, tous sont rassemblés, et il est par la NOlT, sa Fin et sa destruction, ce qui est appelé Consom­ fait SUl' eux un Jugement commun; et cela, afin qu'ils soient con­ mation : et ainsi du reste. joints dans uu Ordre céleste, ce qui a lieu pal' l'ordination des fi­ 9. 11 ya Fin de l'Église ou Consommation du siècle, quand il dèles, dans un Noul'eau Ciel, et des infidèles dans un Nouvel En­ ne reste aucun Vrai réel ni par suite nucun Bien réel, ou aucun fer sous ce Ciel; il sera traité de cette Ordination dans l'Article Bien ni par suite aucun Vrai; mais qU'à leur place règne le faux suivant. et par suite le mal, ou le mal et par suite le faux; et alors il ya 1.1. Le Jugement, qui est pOUl' chaque Église le Jugement der­ Plénitude dans l'Église, les homUlt's de l'Église étaut comme ceux niel', se fait, non dans le Monde naturel, mais dans le &Ionde spi­ qui marche.t pendant la Nuit; cOlllme ils ne l'oient rien qui se . rituel, dans lequel tous sont recueillis après la mort; et ils sont monll'e dans la lumière du soleil, ils ont des doutes sur tOlles les recueillis dans les Cieux distinctement selon la Religion, ainsi se­ choses qui sont de l'Église, et en général sur Dieu, sur le Ciel et lon la foi et l'amour. Si le Jugement se fait dans le Monde spiri­ l'Enfer, el sur la vie après ln mort. Or, ceux qui se confirment tuel, c'est parce que chaque homme après la mort est homme, dans la négative, et ccux qui ('estent incertains entre le doute et non pas homme matériel, comme auparavant, mais homme sub­ l'affirmative, deviennent des hommes qui fuient la lumièl'll, ct stantiel : le Mental ou l'Esprit de chaque homme est un homme s'ils sont prêtres, ils acquièrent pour eux-mêmes SUl' ces sujels subslantiel; le corps qu'il a porté dans le Monde est seulement une lumière fantastique, telle qu'est celle des hiboux., des chais une enveloppe, et comme des dépouilles qu'il a déposées et dont et des rats pendant les ténèbres de la lumière diurne; celle lu­ son esprit s'est dégagé. Mainlenant, puisque le Mental ou l'Esprit mière chez eux, comme chez ces animaux, est excitée par les ac­ de l'homme a pensé dans le Corps matériel, et qu'alors il a pensé til'Îtés des convoitises.. ou d'après la neligion ou non d'aprèS la neligion, et pour Dieu ou contre Dieu, d'après les vrais de la foi ou d'après les faux de la foi, qu'il a nimé le prochain ou ['a haï, et que le corps ma­ tériel a seulement été obéissance, il s'ensuit que le l'Iental, qui est un homme subslantiel el est appelé Esprit, subit un juge­ 2.
  11. 11. N° 13. A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 1.5 14 APPENDICE N° H. 13. Qui ne voit la nécessité que les méchants soient séparés ment et est récompensé ou puni selon ce qu'il a pensé et fait des bons, de peur que ceux-ci ne soien t infectés de la contagion pendant sa vie. D'après cela, on peut voir clairement que le Ju­ mortelle du mal et ne périssent? Car le mal, étant gravé dès l'en­ gement, qui est pour chaque Église le Jugement dernier, se fait fantement dans la nature humaine, et engendré de plus en plus dans le Monde spirituel, mais non dans le Monde naturel. dans les enfants par les parents à mesure que l'Église avance vers 12. Le Jugement qui se fait sur tous ceux d'une Église passée, la consommation, ressemble à celte maladie pernicieuse, qu'on se fait alln que, tant en général qu'en parliculier, les bons soient nomme Cancer, qui se répand alentour, et fait graduellement séparés des méchants, et que les bons soient élevés au Ciel et les mourir les parties saines et vives. Quel est le Laboureur ou le Jar­ méchants précipilésdans l'Enfer; si cela n'est pas fail, quand une dinier qui, voyant croltre des ronr.es, des orties, des épines et des Église a été consommée, c'est-à-dire, quand elle n'est plus ni dans chardons, ne les arrache, avant de semer et de herser les blés et les vrais ni dans les biens, personne ne peut yêtre sauvé; si per­ les plantes alimentaires? Quel est le Fermier qui, voyant l'herbe sonne ne peut être sauvé, c'est parce qu'on ne peut être régé­ et le gramen consumés par les vers ou les sauterelles, ne creuse néré, et que chacun est régénéré par les vrais de la foi et les biens un fossé et ne sépare la partie verte du champ d'avec celle qui a de l'amour: à cetle raison se joint celle-ci, que depuis le temps de été broutée, et ne '"eille ainsi à la conservation de ses blés en vert la vastalion de l'Église jusqu'à sa consommation, l'Enfer s'accroit et ùe ses prés? Quel est Je Berger qui, voyant les bêtes féroces en s'élevant, au point qu'i! couvre en dessous tout le Ciel Angé­ se multiplier autour des pâturages de ses brebis, n'assemble les lique, par lequel les vrais et les bieus qui régénèrent descenden t bergers voisins et les domestiques, afin de tuer ou d'éloigner ces du seigneur vers les hommes de la Terre; et ce Ciel étant ainsi bêtes féroces avec des pieux ou des dards? Quel est le Roi qui, couvert, aucun vrai de la pensée provenant de la foi, ni aucun voyant les Villes de son Royaume autour de sa Capitale prises par bien de la volonté provenant de la charité, ne peut pénétrer que les ennemis, et les propriétés des sujets possédées par eux, ne par des fentes, et même ce qui pénètre est perverti, soit dans le rassemble des troupes et ne chasse les ennemis, et ne rende aux chemin avant de parvenir à l'homme, soil par l'homme lui-même siens les biens qui leur avaient été enlevés, en y ajoutant les dé­ quand il est en lui, c'est-à-dire que le vrai est ou rejeté ou falsi· pouilles des ennemis à titre de consolation? lié, et que le bien est ou enrayé ou adultéré; en un mot, l'Église à sa fin est comme obsédée par des satans; sout appelés satans (j) ceux qui se délectent des faux et trouvent lelr plaisir dans les maux. Afin douc que la Damnation totale, qui est alors sur la Apl'ès cela, le Seigneul' Jé/lOvih fonde un Nouveau Ciel avec tête de chacun et qui menace, soit ôtée, il est nécessaire que l'En­ les bons qui ont été élevés vel'S Lui, et un Nouvel Enfer avec fer, qui s'est élevé et s'est, comme il a été dit, accru jusqu'au les méchants qui ont été éloignés de Lui; et il introduit l'Or­ Ciel, soit déplacé, et non-seulement abaissé, mais encore dis­ dl'e dans l'un et l'autre, afin qu'ils soient à étel'nité sous son persé et subjugué, et qu'alors les bons soien t séparés d'avec les auspice et sous son obéissance. méchants, c'est-à-dire, les vivants d'avec les morts. Cette sépa­ ration, et en même temps l'élévation des bons dans le Ciel ou 1.4. On lit dans Ésaie : Il Jéhovah dit: Voici, Moi je cl'ée dans la terre des vivants, et l'expulsion des méchants dans l'En­ des CIEUX NOUVEAUX et une Tt:RRE NOUVELLE. Il - LXV. 1.7;­ fer ou dans la terre des morts, c'est ce qui est appelé le Juge­ ailleurs, dans le Même: cc De ?Mme que les CIEUX NOUVEAUX et ment. Qu'un tel Jugement ail déjà été fail en l'année 1757 sur la TERRE NOUVELLE, que je vais {aire, se maintù:ndront (le­ les ~ommes de l'Église Chréliellne d'aujourd'hui, c'est ce qui a vant Moi. 11- LXVI. 22. - Dans l'Apocalypse: Il Je vis un CIEL é.té divulgué et décrit dans un Traité spécial publié à Londres en 1758.
  12. 12. 1.6 APPENDICE N°lh. NOUVEAU et une TERRE NOUVELLE j le premiel' Ciel et la pl'e­ N° 1.6. ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 1.7 mière Ten'e avaient pas,~é. li - XXI. 1.. - Et dans Pierre: 16. De plus, il y a une Ordination très-parfaite de tous dans « NOliS attendons, selon sa pl'omesse, de NOUVMUX CIEUX et les Cieux et de tous dans les Enfers: en effet, chaque Ciel qui est une NOUVELLE TERRE, dans lesquels la Justice /tabitf?1'a. Il ­ fondé par le Seigneur après la Consommation de chaque Église, Il (.:plt. Ill. 13. - Jusqu'à présent il n'est venu daus l'esprit de est formé de trois parties; il yale Suprême, le Moyen et l'Infime. per'sonne autre chose, sinon que dans ces passages par le Ciel est Dans le Ciel Suprême sonl élevés ceux qui sont dans l'Amour en­ entendu le Ciel visible, c'est-à-dire, tout Je Firmament avec le vers le Seigneur, et par suite dans la Sagesse; dans le Ciel Moyen, Soleil, la Lune, les Astres, et que pal' la 'l'cne est entendue la ceux qni sont dans l'amolli' spirituel à l'égard du prochain, et par Terre habitable ou le Globe, et qu'ils périront au jour du Juge­ suite dans l'Intelligence; dans le Ciel Infime, ceux qui sonl dans ment dernier, lorsque cependant là pal' le Cie! est entendu le l'amour spirituel-naturel à l'égard du prochain, amour qui est Ciel Angélique, et par la Terre, l'I~glise : que partout, dans la Pa­ appelé Charité, et par suite dans la foi des vérités concernant role prophétique, par la Terre il soit entendu l'J::glise, c'est ce qui Dieu, et dans la Vie selon les préceptes du Décalogue. Ces trois a été montré dans l'ApOCALYPSE HtVÉLÉE, N° 285. Si jusqu'à pré­ Cieux font trois Étendues, l'une au-dessus de l'autre, et commu­ sent par les Cieux nouveaux et la Terre nouvelle on a entendu niquent entre eux au moyen du Divin Influx procédant du Seigneur le Ciel visible et la Terre habitable, c'est parce que jusqu'à pré­ par le Soleil du Monde Spirituel. Au fond, au-dessous des Cieux, il sent on n'a rien su du Monde spirituel, ni par conséquent rien su y a aussi trois (.:lendues dans lesquelles les Enfers sont distingués; du Ciel Angelique, ni rien du Sens prophétique qui, dans son entre eux pareillement existe une communication par un Influx sein, ne porte et ne l'enferme que des spiritut'ls, t'tle spirituel de procédanL du Seigneur à travers les Cieux. Par ces communica­ la Terre est l'Église: les Anges aussi, parce qu'ils sont spirituels, tions il se fait une Conjonction étroite et indissoluble de tous dans ne voient pas la moindre chose de la Tene quand ils abaissent les Cieux et de lous dans les Enfers; mais dans les Enfers il y a leurs regards SUI' elle, ils voient seulement l'(~glise chez les Conjonction de toutes les cupidités de l'Amour du mal, tandis hommes. que dans les Cieux il y a Conjonction de toutes les affections de 1.5. Si le Seigneur Jéhovih, quand il fonde un Ciel Nouveau et l'Amour du bien; d'après celle Conjonction, le Ciel est comme une Église Nouvelle, introduit l'Ordre, afin qu'ils soient à éter­ un seul Seigneur assis sur un Trône entouré de guirlandes de nité sous son auspice et suus son obéissance, c'est parce que le pierres précieuses de toule espèce, et l'Enfer comme un seul Dia­ Ciel Angélique et l'Église dans les terres font ensemble un seul ble assis sur un Siége entortillé de vipères, de dipsades et de vers Corps, dont le Seigneur Jéhovih, qui est le Seigneur notre Sau­ venimeux. D'après celle Ordination introduite dans le Ciel et dans veur, est l'Ame et la Vie: tout le Ciel Angélique uni avec l'Église l'Enfer, il s'ensuit qu'ils sont l'un et l'auIre à éternilé sous l'aus­ apparail aussi devant le Seigneur comme un seul (Iomme; or, pice et sous l'obéissance du Seigneur. l'homme est sous l'auspice et sous l'obéissance de son Ame. Ainsi 17. Il est bien connu que pOUl' qu'il existe quelque chose de tout le Ciel uni avec l'Église est sous l'auspice et sons l'obéissance parfait, il faut qu'il y ail un TRINE ou trois choses dans un ordre du Stligneur; car le Seigneur est en eux et ils sont dans le Sei­ convenable, l'une sous l'autre, et communication entre elles, et gneur, - Jean, XIV. 20. XV. li, 5. XVII. 23,26; - ainsi tous y que ce TRINE fasse un, non autremenL qu'une Colonne, au-dessus sonl dans tous. Mais l'Ordre que le Seigneur inlroduit dans l'En­ de laquelle est le Chapiteau, sous le Chapiteau le fût prolongé, et fer, c'est que iiI tous soient diamétralement opposés à lous dans sous celui-ci le piédeslal. L'Homme est un tel Trine, sa Tète est le Ciel: de là il est évidenl que le Seigneul' gouvernant le Ciel le suprême, son Corps esl le moyen, ses Pieds et les Plantes de gouverne aussi l'Enfer,. et qu'il gouverne l'Enfer pal' le Ciel. ses Pieds sont l'infime. Tout loyaume en cela imite l'Homme; là, sera le Roi comme Tête, les Magistrals et les Officiers comme 2*'. • ~
  13. 13. 1.8 APPENDICE N° 1.7 N° 1.8. A LA VRAIE RELIGION cnRÉTIENNE. 1.9 Corps, et les Villageois avec les Serviteurs comme Pieds et Plantes des pieds: pareillement dans l'Église, le Préatmitré, les prêtres­ @ curés, et sous eux les simples prêtres. Le Monde lui-même ne subsiste pas non plus sans trois choses qui se suivent en ordre, à De cc Nouveau Ciel le Seigneur UllOvih fa il dé1'ive1' el produit savoir, le Malin, le Midi et le Soir; comme aussi chaque année, une Nou~elle Église dans les lares, ce qui est effeclué pal' le Pl'intemps, l'Été et l'Automne, le Printemps pour que les se­ une Révélation de Vé1'ités procédant de sa bouche ou de sa mences soient mises en teITe, l'Été pour qu'elles poussent, et Parole, et par Inspiration. l'Automne pour qu'elles donnent des fruits. Mais la Nuit et l'Hi­ ver ne contribuent point à la stabilité du Monde. Maintellant, 1.8. On lit que Jean vil la Ville Sainte, Jél'usalem Nouvelle puisque toute chose parfaite doit être Trine, pour qu'en elle descendant de Dieu, du Ciel, parée comme une Fiancée ornée il y ait une unité cohérente, voilà pourquoi l'un et l'autre pour son Mad, - Apoc. XXI. 2; - par la Ville Sainte, Jé­ Monde, tant le Spirituel que le Naturel, consiste en trois At­ rusalem Nouvelle, est entendue la doctrine de la Nouvelle Église, mosphères ou Éléments, et subsiste par ces trois Atmosphères, ainsi l'Église quant li la doctrine; et pal' celle Jérusalem des­ dont la Première entoure le plus près le Soleil et est appelée cendaut de Dieu, du Nouveau Ciel, il est entendu que la vraie Aure, la seconde est au-dessous et est appelée }:ther, et la Troi­ doctrine de l'Église n'est pas descendue d'autre part; que la sième est sous les deux premières et est appelée Air; ces trois At­ doctrine en soit descendue, c'est parce que l'Église est Église mosphères dans le Monde Naturel sont natlll'elles, en elles-mêmes d'après la doctrine et selon la doctrine; sans elle, l'Église n'est passives, parce qu'elles procèdent d'un Soleil qui est pur feu; pas plus Église que l'homme n'est homme sans les membres, mais les trois Atmosphères correspondantes dans le Moude Spiri­ sans les viSCères et sans les ol'ganes, ou par la seule enveloppe tuel sont spirituelles, en elles-mêmes actives, parce qu'elles pro­ cutanée qui figure seulement sa forme externe; pas plus qu'une cèdent d'un Soleil qui est pur Amoul'; les Anges des Cieux ha­ Maison n'est Maison sans avoir en dedans des chambres il cou­ bitent dans les régions de ces trois Atmosphères; les Anges du cher, des salles à manger et des meubles, ou seulement pal' les Ciel suprême, dans l'Aure Célesle qui entoure le plus près Je So­ murs et le toit. li en est de même de l'Église sans la doctrine. leil, où est le Seigneur; les Anges du Ciel moyen, dans 'I~thel' spi­ Que Jérusalem signifie l'Église quant à la doctrine, on le voit rituel, au-dessous des premiers; etles Anges ùu Ciel infime, dans prouvé d'après la Parole dans l'Ouvrage lui-même, LA VRAIF. RE­ l'Air spirituel-naturel, au-dessous des Anges des deux autres LIGION CHRÉl'IENNE, N° 782. D'après cela, il est bien évident que Cieux. Ainsi ont été consolidés tous les Cieux, depuis le premiel' c'est du Ciel Angélique que le Seigneur fait dériver et produit jusqu'à ce dernier, qui aujourd'hui est fondé par le Seigneur. l'f:glise dans les te1'l'es. D'après ce qui vient d'être dit, on peut remurquer pourquoi 1.9. Je l'apporterai des Paradoxes, qui cependant ne sont pas des dans la Parole par Trois il est signifié le Complet; VOi1' l'APoCA­ ( paradoxes dans le Ciel; ce sont les suivants: 1. Le Monde naturel I.YPSE RtVÉLÉE, N°' 505, 875. n'a pu exister que d'après le Monde spirituel, ni pal' conséquent subsister, puisque la Subsistance est une perpétuelle Existence. II. Il ne peut pas y avoir Église chez l'homme, il moins que son Interne ne soit Spirlluel et que son Externe ne soit Naturel; il n'y a pas d'Église purement Spirituelle, ni d'Église purement Natu­ relle. m. Conséquemment, aucune Église, ni rien de l'Église, ne peut être excité chez l'homme, il moins qu'il n'y ait un Ciel An­
  14. 14. N° 20. A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 21 20 APPENDICE N° 19. le Ciel aux hommes de la terl'(~; et cela, parce qu'alors l'homme gélique, au travers duquel tout spirituel est dérivé ct descend du est au milieu des Salans, et que les Satans avec leurs faux entou­ Seigneur. IV. Puis donc que le Spirituel et le Naturel font ainsi l'ent sa tête d'un voile, et inspirent les plaisirs du mal et pal' suite un, il s'ensuit que l'un ne peut exister ni subsister s~ns l'autre, les charmes du faux, qui obscurcissent toule lumière du Ciel, et le Ciel Angélique sans l'Église chez l'homme, ni l'Eglise chez interceptent tout agrément et lout charme du vrai. Tant que cet l'homme sans le Ciel Angélique: car si le Spirituel n'influe et ne f:tat dure, aur.une Doctrine du vrai et du bien ne peut être répan­ se termine dans le Naturel, et n'y repose, il est comme l'antérieur due du Ciel dans l'homme parce qu'elle est falsifiée. Mais depuis sans le postél'ieul', ainsi comme la cause efficiente sans l'effet, et que ce voile formé cie faux entrelacés, ou celle euveloppe de la comme l'actif sans le passif, ce qui serait comme un oiseau volant Tête pal' les Satans, a été enlevé pal' le Seigneur', ce qui fut perpétuellement dans l'ail' sans jamais se reposer SUI' la terre : effectué par le Jugement dernier', dunt il a été parlé ci-dessus c'est aussi comme serait un Melltal humain pensant et voulant dans l'Article IV, l'homme est porté, pal' un esprit plus libre et perpétuellement sans aucun organe du sens et dn mouvement plus spontané, il secouer les faux et il recevoir les vrais: chez dans le corps, pour y descendre, et pour prod uire les idées de sa ceux qui s'accommodent et se laissent conduire par le Seigneur, pensée, et mettre en œuvre les elforts de sa volonté. V. Ces choses est ensuite dél'ivée et introduile la Doctrine <.lu Nouveau Ciel, sont rapportées, afin qu'on perçoive ou qu'on sache qne de même il savoir, la Doctrine du vrai et du bien, comllle la rosée du qn'il ne peut pas y avoir un Monde naturel sans un Monde spiri­ matin qui tombe clu Ciel sur la terre, et qui oUlTe les follicules des tuel, ni récipl'oquement un Monde spirituel sans un Monde natu­ gramintles et en édulcore le suc végélal; et c'est comme la Manne rel, de même il ne peut y avoir une Église dans les terres, à moins qui tombait le matin, et qui était il la vue cOlllme de la graine qu'il n'y ail un Ciel Angélique, par lequel elle existe et subsiste, blanche de coriandre, ct au goùt cornille un gâteau pétri avec dll ni réciproquement un Ciel Angélique, à moins qu'il D'Y ait une miel, - Exod. Xvr. 3:1; - c'est aussi comme nne pluie en temps Église dans les tenes. Vl, Les Anges savent cela, aussi se lamen­ convenable, qui ravive les terres défrichées, et y excite la ger­ tent-ils amèrement quand l'Église dans les terres est désolée pal' mination; c'est encore comllle le parfnm qui s'exlwle des champs, les faux et consumée par les maux, et comparent-ils alors l'état des jardins cl des plaines fleuries, et que la poitrine attire pal' une de leur vie à une somnolence; cal' alors le Ciel est pour eux prompte et agréable aspiration. Mais cependant le Seigneur ne comme un siége sans soutien, et comme un Corps privé de ses force personne, et ne pousse qui que ce soit malgré lui, ainsi que pieds; mais quand l'Église dans les terres a été restaurée par le l'on conduit une bêle de SOHlllle avec un fouet; n:ais celui qui est Seigneur, ils comparent l'état de leur vie Il une Veille. de bonue volonté, il l'allire, et ensuite il le conduit continuelle­ 20. Que le Seigneur pal' le Nouveau Ciel fasse dériver et pro­ ment en toute apparence COlllllle si cet homme faisaillebien el duise une Nouvelle Église dans les tenes par une Révélation de Cl'oyait le vrai par lui-même, quand cppendant c'esl d'apl'ès le vérités procédant de sa bouche ou de sa Parole, et par Inspiration, Seigneur, qui opère en lui tout bien réel de la vic et tout vrai c'est ce qui sera démontré, lorsqu'il sera Traité des quatre Églises réel de la foi. dans leur ordre, surtout quand il sera traité de l'Église Israélite et de l'Église Chrétienne d'aujourd'hui. II faut qu'on sache que, quand l'Enfer s'est accru et a franchi le grand Espace ou Gouffre fixé entre lui et le Ciel, - Luc, XVI. 26, - et a haussé son dos jusqu'aux confins des Cieux où sont les Anges, ce qui est arrivé dans l'intervalle entre la Vastation et la Consommation de l'Église, aucune Doctrine de l'Église n'a pu être transmise du Seigneur par
  15. 15. 22 APPENDICE N° 21. N° 21. ALA VRAIE RELIGION CHR~TIENNE. 23 @ dans les Terres, opérations par lesquelles les bons ont été davan­ tage séparés et délivrés des méchants, et enfin entièrement sépa­ 1:ensemble de celle OEuV1'e Divine esl appelé la Rédemption, rés el délivrés; il a aussi été question ci-dessus de cette Troisième sans laquelle aucun homme ne peuL élre sauvé, parce que chose, NU' i 3 à 20.{Vï: La Cause finale de la Rédemption a été la pos­ sens elle aucun homme ne peul èll'e 7'égénéré. sibilité, à savoir, que le Seigneur, par la Divine Puissance ou la Toute-Puissance, pourrait régénérer l'homme, el ainsi le sauver, 21. Que la Rédemption faite pal' le Seigneur, quand il était car si l'homme n'est pas régénéré, il ne peut pas êlre sauvé,-Jean, dans le Monde, ail été la subjugation des Enfers, l'Ordination des III. 3. -lYill La Régénération de l'homme, étant la séparation Cieux, et par elles la prépal'ation à une Nouvelle Église spiri­ et la délivrance de ('homme d'avec les maux et les faux, est une tuelle, on le voil dans l'Ouvrage LA VRAIE RELIGION CHn~TIENNE, Rédemption particulière q§;rOCède du Seigneul', el existe d'après NU' 1.15, :1.1.6, :1.1. 7, et aussi I.'iU' 118 à i33, Mais comme ceci est la Rédemption commune. VIIL Chez ceux qui sont Régénérés, les nouveau, et a été caché pendant des siècles comme un Navire maux sont d'abord séparés d'avec les biens, et ceci esl semblable naufragé avec sa précieuse cargaison au fond de la l'ler, et que au Jugement; ensuite les biens sont réunis en un el disposés en cependant la Doctrine de la Rédemption est comme le Trésor de forme céleste, el ceci est semblable au Nouveau Ciel; enfin par là toutes les richesses spirituelles ou de tous les dogmes de la Nou­ est implantée et produite une Nouvelle Église, dont l'Interne est velle Église, il sera, en conséquence, traité du MYST~nE DE LA RÉ· le Ciel, et dont l'Externe provient de l'Interne; ainsi l'Interne et DEMPTION dans le dernier Lemme de ce Volume, dans lequel les l'Externe ensemble chez l'homme sont ce qui est appelé Église. propositions suivantes seront développées et mises en lumière. l!J Être délivl'é des ennemis, c'est ce qui, dans la Parole, est ap­ œ Tous onl été rachelés, en lanl que tous ceux qui rejettent les faux de la précédente Église, et reçoivent les vrais de la Nouvelle pelé Rédemption.@ En conséquenct', la Rédemption, c'est être Église, peuvent être Régénérés; mais néanmoins les Régénérés délivré des maux et des faux qui, parce qu'ils viennent de l'En­ sont à proprement parler les Rachetés.1x1 Le but de la Rédemp­ fer, sont les ennemis spirituels, cal' ils tuent les Ames comme les lion, et la Palme des Rachetés est la Paix' Spirituelle.@ La Ré­ ennemis naturels tuent les COI'pS.@: De là il devient évident que demption a aussi été faite par le SeigneUl', parce qu'aujourd'hui la Première chose de la Rédemption opérée par le SeigneUl' a été c'est son second Avénement selon la prédiction; et comme j'en ai la Séparation des méchants d'avec les bons, l'élévation de ctlux-ci été témoin oculaire, j'ai acquis la certitude de la vérité des Ar­ vers Lui dans le Ciel, et l'éloignement de Lui de ceux-là dans l'En­ canes qui précèdent. Mais ce sont seulement là des sommaires, fer; car ainsi les bons ont été délivrés des méchants: celle pre­ qui seront développés en particulier, et mis tant spirituellemenl mière chose de la Rédemption est le Jugement dernier, dont il a que naturellement en lumière à la fin de ce Volume, lorsqu'il sera été question ci-dessus, N°' iO à i3,@ La Seconde chose de la Ré· traité du MYST~nE DE LA RÉDEMPTION. demption a été la Coordination de tous dans les Cieux, et la Sub­ 22. Outre cela, il sera dans la suite prouvé, en son Article, ordination de tous dans l'Enfer, opérations par lesquelles les bons que la Passion de la Cl'oix du Seigneur a été, non pas la Rédemp­ ont été encore plus dislinctement séparés et délivrés des mé­ tion, mais le Moyen de l'intime Union avec le Divin du Père, d'où chants, et cela est le Nouveau Ciel et te Nouvel Enfel', dont il a il était sorti et dans lequel il retourna. Dans l'Ouvrage, LA VRAIE été question ci-dessus, N°' i4 à i7.fY] La Troisième chose de la RELIGION CHRÉ'fIENNE, N°' i32, 1.33, dont ce Volume est l'Appen­ Ilédemption a été la Révélation des Vérités d'après le Nouveau dice, j'ai commencé à démontrer que la croyance que la Passion Ciel, et par suite suscilalion et instauralion de la Nouvelle Église de la Croix a été la Rédemption même est une Erreur fondamen­ tale de ('Église Chrétienne d'aujourd'hui, et que cette erreur,
  16. 16. N° 23. A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 25 24 APPENDICE NU 22. par Adam. Que par Adam, et pal' tout ce qui est dit de lui et de avec l'erreur sur les Trois Personnes Divines de toute éternité, a sa postérité dans les premiers Chapitres de la Genèse, soient dé­ tellement perverti toute l'Église, qu'il ne reste pas en el1e la crits les états successifs de la Très-Ancienne Église, à savoir, son moindre chose de spirituel. Cela sera aussi démontré plus ample­ Lever ou le Matin, sa progression dans la lumière ou le Jour, son ment dans la suite; ces deux Faussetés ou Impostures ont été, déclin ou le Soir, sa fin ou la Nuit, et après la nuit le Jugement der­ par comparaison, comme des Papillons accouplés qui volent dans nier sur ceux de cette Église, !lt après ce jugement la formation un jardin, et pondent des œufs de vers, lesquels étant éclos y con­ d'un Nouveau Ciel Angélique avec les fidèles et d'un Nouvel En­ sument entièrement les feuilles des arbres. Elles ont aussi été fer avec les Infidèles, suivant la série des progressions exposée comme les cailles qui furent envoyees de la mer sur le camp des dans le Lemme précédent, c'est ce qui a été exactement expliqué, Israélites, et qui, tandis qu'ils les mangeaient, furent cause qu'il développé et démontré dans les ARCANES CÉLESTES SUR LA GENÈSE y eut une grande plaie SUI' le peuple; et cela, parce qu'ils avaient ET L'EXODE, Ouvrage de huit années de ,'eilles, et publié à Lon­ eu du dégoût et du mépris pour la Manne du Ciel, par laquelle, dres; comme cet Ouvrage est maintenant dans le Monde, il u'est dans le sens suprême, le Seigneur est entendu, - Nomb. XI. 5, besoin que d'en récapituler les points généraux qui vont être pré­ 6,32 à 35. Jean, VI. 3t, 32,49, 50, 51.,58. - :Et de plus, ces sentés dans ce Volume SUI' celte Tres-Ancienne Église. !fais pour deux Erreurs ont été comme deux goultes de noir de fumée ou préliminaires, il sera rapporté quelques passages de la Parole, afiu d'encre de cordonnier versées dans un vin généreux et agitées qu'il soit hors de doute que Créer signifie ici produire de nouveau dans le verre, d'où il résulte que la limpidité, l'odeur agréable et et former, et à proprement parler Régénérer, ce qui fait que la la saveur du vin sont entièrement changées en une couleur noire, Nouvelle Création, par laquelle tout le Ciel existe, consiste et sub­ une odeur désagréable et un goût détestable. siste au moyen d'Anges, et toute l'Église au moyen d'hommes, est appelée Régénération. Que créer ait cette signification, c'est cequi devient bien évident par ces passages dans la Parole: Il CRÉE un cœur pur en moi, ô Dieu! et un esprit ferme renouvelle au GE~:-Î milieu de moi. Il - Ps. LI. :12. - « Tu ouvres ta main, elles sont ras,fasiées de biens; tu envoies ton esprit, ELLES SONT De l'Églisc! Adamique ou Très-Ancienne Église de cette Terre. CRÉÉES. ') ~ Ps. CIV. 28, 30. - « Le peuple qui sem CRÉÉ louera Jah. Il - Ps. CIl. :19. - (1 Ainsi a dit Jéhovah, ton CRÉATEUR, 23. Jusqu'ici, le Monde a cru que pal' la Création du Ciel et de Jacob! ton FORMATEUR, Israël! Quiconque a été appelé de mon la Terre dans le premier Chapitre de la Genèse est entendue la Nom, pOUl' ma gloire je l'ai Créé. Il - Ésaïe, XLIII. :1,7. ­ Création de l'Univers selon la lettre, et que pal' Adam est entendu « Afin qu'on voie, qu'on sache, que l'on considére et que l'on le premier homme de celle Terre; et le Monde n'a pas pu croire comprenne que la main de Jéhovah a fait ceci, et que le Saint autrement, puisque le sens spirituel et interne de la Parole n'avait d'Israël l'a CRÉÉ, Il - Ésaïe, XLr. :19,20. - « Au jour où tu as pas jusqu'à présent été dévoilé; ainsi, il n'a pas pu croire que par été CRÉÉ, ces c/wses ont été préparées; tu étais parfait dans tes créer le Ciel et la 'J'ene il soit entendu faire un choix parmi ceux chemins au jour où tu as été CRÉÉ jusqu'à ce que fut trouvée qui sont décédés dans le Monde, et en fonder un Ciel Angélique, et la TJel'!'enite en toi. Il - Ézéch. xxvm. :13, :15; - ces paroles par là faire dérÏl'er et produire une Église dans les terres, comme .... ont été diles du Roi de Tyr. "Jéhovah qui CrrÉE les cieux, qui ci-dessus, NU' :18 à 20; nique pal' les noms de Personnes, de Na­ élend la len'e, qui donne une âmc! au peuplC! sw' elle. I l - Ésaïe, tions, de Pays et de Villes, il soit entendu des choses qui appar­ XLII. 5. XLV. :12, :18. - (1 Voici, Moi, JE CRÉE UN CIEL NOUVEAU tiennent au Ciel et en même temps à l'Église, ainsi pareillement 3.
  17. 17. 26 APPENDICE N° 23. N° 2lJ. ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 27 ET UNE TERRE NOUVELLE; soyez dans l'allégl'esse à eternilé, Chrétienne, qui succède aujourd'hui à ces quatre Églises, ne su­ li cause de ce que je vais CRÉER: Voici, je vais CRÉER JC­ bira point de Consommation. ,'usalem Joie. Il - Ésaie, LXVI. 17, 1.8. - Il De mème que les CIEUX NOUVEAUX ET LA TERRE NOUVELLE, QUE JE VAIS FAIRE, se maintiend"ont devant Moi. 1) - Ésaïe, LXVI. 22. - Je vis un CIEL NOUVEAU et une TERRE NOUVELLE, le pl'emier Ciel et la pre­ 25,(1' ~ie" Étqt de cette n'ès-Ancienne Église, ou mière Tel're avaient passé. Il - Apoc. XXI. 1. - Il Nous atten­ son l,evel' et son Matin, est décrit dans le Premier Chapitre dons, selon sa p,'omesse, de NOUVEAUX CIEUX et une NOUVELLE de la Genèse pal' ces paroles: Il Dieu dit : Faisons l'homme à no­ TERRE, dans lesquels la Justice habitera. Il - Il Pierre, Ill. 1.3. tre Image, selon notre nessemblance; et Dieu créa l'homme à son - D'après ces passages, on voil maintenant avec évidence ce qui Image, à l'Image de Dieu il le cl'éa: mâle. et femelle Hies créa. Il est entendu spirituellement dans le Premier Verset de la Genèse - Vers. 26, 27.- Puis aussi par ces paroles dans le Second Cha­ par ces pal'olts : Il Au COmlENCEMENT, DIEU CRÉA LE CIEL ET LA pitre: Il Jéhovah Dieu forma l'homme, poussière di l'Humus, et il TERRE i et la terre était vide et vague; Il il est dit que la Terre souffla dans ses narines une respiration de vies, et fut fait l'homme était vide et vague, ce qui signifie qu'il n'y avait plus chez les en Ame vivante. Il - Vers. 7. - Si son Lever ou Matin est décrit habitants aucun bien de la vie ni aucun vrai de la doctrine; que en ce que l'homme fut fait ou créé à l'Image de Dieu, c'est parce le Vide et le Vague signifient la privation de ces deux Essentiels que tout homme, dès qu'il nall ct tant qu'il est petit enfant, de l'Église, c'cst ce qui sera confirmé par mille passages de la Pa­ est intérieurement l'Image de Dieu, car en lui a été mise la fa­ role dans le LEMME IV de ce Volume, concernant l'Église Israé­ culté de recevoir et de s'appliquer les choses qui procèdent de lite; pour le moment, ces passages dans Jérémie serviront en Dieu: et comme extérieurement aussi il a été formé poussière de quelque sorte d'illustration: Il J'ai vu la Ten'e, et voici, VIDE l'humus, et que par suite il a une inclination à lécher celle pous­ et VAGUE; et vers les Cieux, et ils n'ont point leur Lumièl'e. sière, comme Ic Serpent, - Gen. m. 1.lJ, - c'est pour cela que Ainsi a dit Jéhovah: TOUTE LA TERRE SERA UNE DÉVASTATIO,,"; s'il l'este homme Externe Ou Naturel, et ne devient pas e:l même c'est pOUl'quoi dans le Deuil Sel'a la Tm're, et noirs seront les temps homme Interne ou Spirituel, il détruit l'image de Dieu, et Cieux en /laut. Il - IV. 23, 27, 28. revêt l'image du Serpent qui séduisit Adam. Mais, au contraire, 2[1. Il va être parlé de cette Église, comme des aulres, dans l'homme qui s'efforce et travaille ardemment à devenir l'Image cet ordre :[[.1 De son Lever ou Matin, qui est son Premier État. de Dieu, dompte chez lui l'homme Externe, et devient intérieu­ @?De sa Progression dans la lumière ou Jour, qui est son Se­ remen t spirituel dans le naturel, par conséqnent spirituel-natu­ cond État, @.' De son Déclin ou Soir, qui est son Troisième rel; et cela est fait par une nouvelle Création, qui est la Hégéné­ État, et est appelé vastation.L!Y! De sa Fin ou Nuit, qui est son ration pal' le Seigneul', Cet homme est l'image de Dieu, parce Qua trième l~:at, et est appelée Consommation. [f.l De la Sépara­ qu'il vcut vivre et croit qu'il vit par Dieu et non par lui-même j tion des Méchants d'avec les Bons, laquelle est le .lugement Der­ nu contraire, l'homme est l'image du Serpent, lorsqu'il veut vivre nier sur tous ceux qui ont été de celle Église, /Vi: De l'Elévation et croit qu'il vit pal' lui-même et non par Dieu. Qu'est-ce que vers Dieu des Bons, dont est formé un NOuvea'iéiel, et de l'Éloi­ c'est que l'homme, sinon 'l'image de Dieu, quand il veut être et gnement de Dieu des Méchants, dont est formé un Nouvel Enfer. croit qu'il est dans le Seigneur et que le Seigneur est en lui1­ Que les quatre Églises de cette Terre, dont il a été parlé ci-des­ Jean, VI. 56. XIV. 20. XV. lJ, 5, 7. XVII. 26; - et qu'il ne peut sus, aient subi ces Changements d'État, c'est ce qui sera démon­ rien faire par soi-même, - Jean, Ill. 27. XV. 5. - Qu'est-ce tré dans la suite; et enfin il sera démontré que l'~:glise vraiment que c'est que l'homme, sinon l'image de Oieu, quand par une
  18. 18. 28 APPENDICE NU 25. N° 26. A LA VRAIE RELIGION CHRtTlENNE. ,29 noU'elle naissance il devient fils de Dieu 1- Jean, I. 12, 13; ­ un MÉMORABLE de l'Ouvrage précédent, dont celui-ci est l'Ap­ qui ne sait que l'image du père est dans le fils1 Si le Levet' ou le pendice, N" lI8. Ilalin de celte Église est dëcrit en ce que Jéhovah Dieu souffia dans les narines de l'homme une fiespiralion de vies, et qu'ainsi l'homme fuIrait en Ame ivante, c'esl parce que par Vies au plu­ riel il est enlendu l'Amour el la Sagesse, qui tous deux sont 27.@ Le Second État de cette n'ès-Ancienne Église, ou sa essentiellement Dieu; car autant l'homme reçoit et s'applique ces Pl'og1'cssion ~lïm~ië1'e et son JOllr, est décrit dans le Se­ deux Essenliels de la vie, qui procèdent continuellement de Dieu cond Chapitre de la Genèse pal' ces paroles: (( Jéhovah Dieu plan­ ct influent continuellement dans les âmes des hommes, autant il ta un Jardin en Éden du côlé de l'Orient, et il y plaça l'Homme devient âme vivante; car la Vie est la même chose que l'Amour qu'il forma, pour le cultiver et pOUl' le garder. Et Jéhovah fil et la Sagesse. De là, il est évident que le Le'er ou le Malin de la germer tout arbre désira1>le à la vue et bon pour nourriture; vie des hommes de la Très-Ancienne Église, qui pris ensemble et l'Arbre de vies dans le milieu dn Jardin, et l'Arbre de la sont représentés par Adam, est décrit par ces deux oracles de la scienr.e du bien et du mal. Et un Fleuve sorlait d'Éden pour ar­ vie. roser le Jardin, et de là il se divisait en quatre têtes (delleuves); 26. La ressemblance de Dieu, selon laquelle l'homme a été dans le Premier, il y avait de l'Or et la Piene de SChoham. Et fail, consisle en ce qu'il peut vivre, c'est-Il-dire, vouloir, aimel' et Jéhovah Dieu commanda à l'Homme, en disant: Mange de tout avoir intention, comme aussi penser, réfléchir et choisir, en toute Arbre du Jardin; mais de l'Arbre de la scicnce du bien et du apparence, comme par lui-même, par conséquent en ce qu'il peut mal, n'en mange point. Il - Vers. 8 à 17.- Que la Progression recevoir de Dieu les choses qui appartiennent à l'Amour et celles de celte Église dans la lumière ou' le jonr soit déc l'ile en ce qu'A­ qui appartiennent à la Sagesse, et les reproduire en ressemblance dam fut placé dans le Jardin d'é~den, c'est paree que le Jardin. si­ comme Dieu par lui-même; car Dieu dit : Voici, l'homme a été (1 gnifie l'Église quant à ses vrais et à ses 1>iens. Que d'Éden sorltl comme l'lin de NOliS, sachant le bien et le mal,)l -Gen. III. 22 ; un Fleuve llui se divisait en quatre fleuves, dans le premier des­ - car sans la faculLé de recevoir et de reproduire les choses qui quels il y avait de 1'01' ct de la Pierre de schoham, cela signifie en lui procèdent de Dieu, en toute apparence comme par lui­ que dans celle Église il y avait la noctrine du bien et du vrai, car mêm(', l'homme ne serail pas plus une Ame vivante que ne l'est le fleuve signifie la Doc.trinc, l'Or le bien de la (loctl'ine, et la au fond d'un fleuve dans son écaille une hultre qui ne peut nulle­ Pierre de Schoham le vrai. Que dans ce Jardin deux Arbres aient menl se mouvoir de sa place: il ne serait pas plus l'image de été placés, l'un de vie et l'autre de la science du 1>ien et du mal, Dieu qu'une slatue articulée, qu'on fait mouvoil' avec une mani­ c'esl parce que l' crbre de vie signifie le Seigneur, dans lequel et velle et parler avec un souffiet: bien plus, le Mental même de d'après lequel il ya la Vie de l'Amour céleste ct de la Sagesse, vic l'homme, qui est la même chose que son esprit, serait en actua­ qui en elle-même eslla Vie éternelle; et que l'Arbre de la science lité du ven l, de l'air ou de l'éther, selon 'idée de l'Église d'au­ du bien et du mal signifie ['homme, dans lequcl il y a la vic de jourd'hui sur l'esprit: car sans la faculLé de recevoir et de repro­ l'amour infernal, ct par suite la folie dans les choses de l'Église, duire les choses influant de Dieu absolument COlOme par lui­ laquelle vie considérée en elle-même est la Mol'l éternellc. La même, il n'y aurail aucune chose qui lui fût sienne et propre, si permission de manger de tout Arbre du Jardin, à l'exception de ce n'est quelque chose d'imperceptible, qui est semblable au pro­ l'Ar1>re de la science du bien et du mal, signifie le Libre Arbitre pre d'une slatue inanimée. Mais on peut voir de plus grands dé­ dans les choses spirituelles; en elfet, 10ules,Ies choses du Jardin tails sur l'Image.etla llessemblance de Dieu chez l'homme dans signifiaient des choses spirituelles, cal' sans Je Li1>re Ar1>itrc dans 3*.
  19. 19. 30 APPENDICE N° 27. N° 27. ALA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 31 ces choses l'homme ne peut en aucune manière avancer dans la porlent des feuilles, des fleurs et des fruits selon les élats de l'É­ lumière, c'est-à-dire, dans les vrais et les biens de l'Église, ni glise chèz les Anges; et il m'a élé l'apporté que dans quelques acquérir pOlir lui-même la Vie; en effet, s'il ne porle pas SUI' ce Jardins on y voit des Arbres de vie dans le Milieu, et des Arbres poinl son attention et son aclivité, il acquiert pour lui-même la de la science du bien et du mal aux Extrémités, en signe que les Morl. Si le Jardin signifie l'Église quant à ses vrais et à ses biens, Anges onl le Libre Arbitre dans les choses spirituelles. Dans la c'est d'après la Correspondance de l'A1'hre avec l'homme; car, de Parole, l'Église est lrès-souvenl décrite par le Jardin, le Champ même que l'homme, j'Arbre est conçu d'une semence; il sort et la Bergerie; par le JARDIN d'après les Arbres, comme il vient du sein de la lerre, c:omme l'homme du sein de sa mère; de d'être dit; par le CHAMP d'après son produit, dont l'homme se même il croll en hauleur, et se répand en branches comme en nourrit; pal' la Bergerie d'après les Brebis, par lesquelles sonten­ membres; de même il se revêt de feuilles et se pare de Oeurs tendus ceux qui sont fidèles el uliles. comme l'homme de vrais naturels et spiriluels; el de même aussi 28. Dans l'Ouvrage même, intitulé LA VRAIE RELIGION CHRi­ il produit des fruits, comme l'homme les biens de l'usage. De là TIENNE, il a élé montré que les deux Arbres placés dans le Jardin vient que, dans la Parole, l'homme est si souvent comparé à un d'Éden, l'Arbr~ de Vie ct l'Arbre de la science du bien et du mal, Arbre, et par suite l'Église à un Jardin, comme dans les passages signifient que le Libl'e Arbitr'e a été donné à l'homme dans les suivants: cc Jéhovah transformera son dése'l't en ÉDEN, et sa choses spirituelles, W' 466 à 469 j ici il sera ajoulé que sans ce solitude en JARDIN DE Jt:HOVAH.11 - Ésaïe, LI. 3; - il s'agit de Libre Arbitre, l'homme serail, non pas un homme, mais seu­ Sion, qui signifie l'Église dans laquelle Dieu est adoré conror­ lement un type et un simulacre; car sa Pensée serait sans ré­ mémenl à la Parole. (( Tu seras comme un JARDIN ARROSÉ, et flexion, ainsi sans jugement, el de celte manière dans les choses comme une SOURCE D'EAUX dont les eauxnemanqueront poinl.ll divines qui apparliennent à l'Église elle ne serait pas plus mobile - Ésale, LVIII. H. Jérém. XXXI. 12; -là aussi il s'agit de l'É­ qu'une porte sans ouverlure ou fermée avec un verrou d'acier, el glise. (( Toi, plein de sagesse et parfait en beauté, en ÉDEN, LE sa volon lé serait sans détel'minalion, ainsi pas plus aclive pour le JARDIN DE DIEU, tu as été; toute pierre précieuse a été ta cou­ jusle ou l'injuste qu'une pierre tumulaire sous laquelle gil un vcrtu,·e. Il - Ézéch. XXVIll. 12, 13; - il s'agit de Tyr, par la­ corps inanimé. Que la vie de l'homme après la morl, ell'immor­ quelle esl signifiée l'Église quant aux connaissances du vrai et du talité de son Ame, proviennent du don de ce Libre Arbitre, et bien. Il Combien sont bons les tabe1'1lacles, Jacob! tes habita­ que ce soit là la ressemblance de Dieu, c'esl ce qui a été confirmé cles, Israël! comme des vallées ils sont plantés, et comme des dans l'Ouvrage même, el aussi ci-dessus: bien plus, sans ce Li­ JARDINS AUPRÈS D'UN FLEUVE•• - Nomb. XX.lV. 5, 6; - Israêl bre Arbitre, l'homme, c'est-à-dire, son Menlal, serait comme une signifie l'Église spirituelle, et Jacob l'Église nalurelle dans la­ i~ponge qui s'imbibe largement d'eau, mais ne peul s'en dégager; quelle il ya l'Église spirituelle. (( Aucun Arb"e dans le JARDIN DE d'où il résulte qu'avec le Lemps elles lombent l'une el l'aulre, DIEU ne lui fut égal en beauté, et de lui étaient envieux tous l'eau en pUlréfaclion el l'éponge en décomposition muqueuse: les Arb"es d'ÉDEN DANS LE JARDIN DE DIEU. Il - Ézéch. XXXI. 8, par conséquent, l'Église chez lui ne serait pas l'Église, el ainsi le 9; - il s'agit de l'Égypte et d'Aschur, pal' lesquels esl signifiée Temple, dans lequel esl célébré le culte de Dieu, serait comme est l'Église quant aux connaissances el aux perceptions prises dans sous la racine d'un Arbre élevé la lanière de quelque bêle sau­ un sens bon. (c A celui qui vaincra, je lui donnemi à manger vage, qui s'agile SUI' le sommet de l'Arbre, à l'exception qu'elle de l'ARDRE DE VIE, qui est dans le milieu du PARADIS DE DIEU. Il peut y prendre quelque chose, et se l'appliquer pour un aulre - Apoc. II. 7. - De la correspondance du Jardin avec l'Église il usage que celui de coucher tranquillement sous l'Arbre. De plus, résulte que partout daus les Cieux il apparalt des Jal'dins qui sans le Libre Arbitre dans les choses spirituelles, l'holllme, dans
  20. 20. N° 29. A LA VRAIE RELIGION CHRÉTIENNE. 33 32 APPENDICE N° 28. tiennent il l'amour, - voi1' ci-dessus, N° 26, - et a cru il ce que tout ce qui concerne en général et en particulier l'Église, serait disait le Serpent, qu'en mangeant de cet Arbre il deviendrait plus aveugle qu'un oiseau de nuit dans la lumière du jour; mais comme Dieu, et par conséquent aussi Dieu, sachant le bien et le il aurait une meilleure vue que cet oiseau dans les ténèbres de la mal. Cet Arbre signifie l'homme naturel séparé de l'homme spiri­ nnit; car pour les vrais de la foi il baisserait les paupières sur ses tuel, et lorsque cet homme a été abandonné à lui-même, il ne yeux, et en rétrécirait la vue; mais pOUl'les faux de la foi il lève­ croit pas autrement. Il y a dans chaque homme un Ilental Natu­ railles paupières, ouvrirait les yenx et en dilaterait la vne comme rel et un Mental Spirituel, distincts entre eux comme deux Étages un Aigle. Le Libre Arbitre dans les choses spirituelles consiste en d'une même Maison, unis pal' des escaliers, dont l'Étage supé­ ce que l'homme Illm'che et parcourt la vie entre le Ciel et l'Enfer, rieur est habité par le MaUre et la Maîtresse avec leurs en­ et qu'en lui le Ciel opère par le haut et l'Enfer par le bas, et en fants, et l'Étage infërieur pal' les serviteurs et les servantes avec ce qu'il a été donné il l'homme le choix de se tourner ou vers les les au Ires valets; le Mental spirituel chez l'homme est l'esté choses d'en haut ou vers les choses d'en bas, par conséquent ou fermé depuis la naissance jusqu'au second âge de l'enfance; mais vers le Seignenr ou vers le diable. à partir de ce second âge, le ~tental spirituel est peu à peu ou­ ",1 vert: cal' par naissance il a été donné à chaque homme la faculté et ensuite la puissance de se préparer des escaliers, par lesquels il puisse monter, et s'entretenir avec le maltre et la maltl'esse, et 29.@ Le Troisième État de celte Église, qui est son Dé­ ens uite descendre et mettre il exécution leurs ordres; celle puis­ clin ou son Sail', et est appelé Vastation, est décrit dans le sance lui a été donnée par la dot du Li bre Arbitre dans les choses Troisième Chapitre de la Genèse pal' ces paroles: (( Le Serpent spirituelles. Toutefois, personne Ile peul monter dans l'étage Sll­ était rusé plus qne toute bête sauvage du Champ que fit Jéhovah périeur, par lequel est enlendu le Mental spirituel, il moins qu'il Dieu; et il dil il la Femme: Quoi 1Dieu a-t-il dit : Vous ne man­ ne mange. des Arbres de Vie ùans le Jardin de Dieu; car en man­ gerez point de tout arbre du Jardin? Etla Femme dit au Ser­ geant de ces arbres l'homme est éclairé et renouvelé, et il en­ pent: Du fruit de l'arbre du jardin nous mangerons; et dn l'l'nit gendre la foi, et par la nutrition provenant des l'mils de ces ar­ de l'arbre qui est dans le Milieu du jarùin Dieu a dit: N'en bres il reçoit l'assurance que tout bien vient du Seigneur, qui est Illangez point, et n'y touchez point, de peul' que vons n'en l'Arbre de Vie, et que de l'homme il ne vient pas le moindre bien, mouriez, Le Serpenl dit: Vous ne mourrez point; parce que et que cependant par la demeure et la coopération résultant de ce Dieu sail qu'au jour que vous en mangerez, ouverls seront vos que le Seigneur est en lui et lui dans le seigneur, il doit faire le yenx, el vous serez comme Dieu, sachant le bien et le mal. bien par lui-même, mais être toujours dans la foi et l'assurance Et la Femme vit que bon (était) l'Arbre il manger, et appétis­ qu'il le fait, non par lui-même, mais par le seigneur; s'il en est sant, lui, aux yenx, et desirable pour donner intelligence; et autrement, l'homme fait une ressemblance de bien, dans laquelle elle prit de son fruit, et en mangea; et elle en donna aussi à son il y a intérieuremenlle mal, parce qu'il yale mérite; et c'est là mari avec elle, et il en mangea. Il - Vers. :1. il 6. - Que le Dé­ manger des Arbres de la science du bien et du mal, entre lesquels clin de la lumière dans l'Ombre du Soir, c'est-il-dire, la chute habite le Serpent dans l'affreuse persuasion qu'il est comme Dieu, hors de la sagesse et de l'intégrité, ainsi l'élat de la Vaslalion de ou qu'il n'y a point de Dieu, mais que c'est la Nature qui est ap­ celle Église, soit dccril par ces paroles, c'est parce que l'homme pelée Dieu, et qu'il a été formé avec des éléments de celle Nature. a élé fait ressemblance de Dieu, par laquelle est signifiée l'ap­ En outre, ils mangent des Arbres de la science du bien et du mal parence en toute manière qu'i! pense pal' lui-même, comme Dieu, CtlUX qui s'aiment eux-mêmes et aiment le monde par dessus tou­ les choses qui appartiennent il la sagesse et veut celles qui appar-
  21. 21. 3lt APPENDICE N" 29, N"30. A LA VllAIE RELIGlOl" CHRÉTIENNE. 35 tes cllOses; mais ils mangent des Arbres de Vie ceux qui aiment ceur, comme un Aigle quant Il la l'ne du mental, comme un oiseau Dieu par dessus toutes choses et le prochain comme eux-mêmes. de paradis qui vole quant au progrès dans les spirituels, et comme Ils mangent aussi des Arbres de la science du bien et du mal un paon quant à l'embellissement de ces qualités pal' les Spil'i­ ceux qui tirent de la propre intelligenr,e des règles pOUl' l'Église tuels; au contl'aire, l'homme natul'el séparé de l'homme spirituel et les confirment ensuile par la Parole; mais, au contraire, ils est comme un épervier qui poursuit nne colombe, comme un dra­ mangent des Arbres de Vie ceux qui par la Parole se pourvoient gon qui dévore les yeux d'un aigle, comme un serpent qui vole à de règles pom l'Église et les confirment ensuite par l'intelligence. côté d'un oiseau de paradis, et comme un hibou près d'un paon. De même, ils mangent des Arbres de la science du bien et du mal Ces comparaisons sont rapportées, afin qu'e.lIes soient comme des ceux qui enseignent les vérités d'après la Parole et vivent mal; transparents, par lesquels le lecteur peut considérer de plus près mais ils mangent des Arbres de Vie ceux qui vivent bien et en­ quel est l'homme spirituel en lui-même, et l'homme naturel seignent d'après la Parole. En général, ils mangent tous des Ar­ en lui-même. Mais il en est tout autrement, à savoir, quand bres de la science du bien et du mal ceux qui nient la Divinité du l'homme spirituel par sa lumière spirituelle et sa chaleur spiri­ Seigneur et la sainleté de la Parole, puisque le Seigneur est l'Ar­ tuelle est intérieurement dans l'homme naturel; alors ils font bre de Vie, et est la Parole, d'après laquelle l'Eglise est le Jardin /' tous dellx un. C'est absolument Comme l'elTolt dans le mouve­ en f:den du côté de l'Orienl. ment, ct la volonté, qui est l'elTort vif, dans l'action; et comme 30. L'homme spirituel est un homme se tenant droit, qni par l'appétit dans le goût, et la vue du mental dans la vue de l'œil; et la tête regal'de le ciel au-dessus de lui et autour de lui, et fonle plus évidemment, comme la perr,eplion de la chose dans la con­ la terre avec la plante des pieds; au contraire, l'homme naturel naissance, et la pensée de la chose dans le langage. séparé de l'homme spirituel est ou comme un homme combé, qui penche la tête et regarde continuellement la terre et la marclle de ses pieds, ou comme un homme renversé qui marche sur les paumes des mains, et qui lève les pieds vers le Ciel, et fail con­ 31,@ I,LQIlffl!'ième É~t de cette Église, qui était sa Fin sister le cuIte Il les remuer et Il les frapper l'un contre l'autre. ou sa Nuit, et est appelé Consommation, est décrit par ces t'homme spiriluel est comme un homme riche, qui possède un paroles aussi dans le Troisième Chapitre: (1 Jéhovah Dieu cria palais, où sont de vastes appartements, des chambres Il coucher, à l'homme, et lui dit: Oû, toi, (es-tu)? Et il dit: Ta voix j'ai des salles Il mallger, dont les parois sont une continuité de fenê­ entendu dans le Jardiu, et j'ai craint. Alors Jéhovah dit: tres en verres de cristal, par lesquelles il voit les jardins, les N'as-tu pas mangé de l'Arbre dont je t'ai commandé de ne champs, les tronpeaux de bœnfs et de brebis, qui lui appartien­ point manger1 Et l'homme dit: La Femme que tu m'as donnée nent, dont la vue et l'usage le réjouit chaque jour. L'homme na­ avec moi m'a donné de l'Arbre, et j'en ai mangé. Et Jéhovah turel séparé de l'homme spiriluel est aussi comme un homme ri­ Dieu dit à la Femme: Pourquoi as-tu fait cela? Etla Femme dit: che, qui possède un palais, où sont des chambres dont les parois Le Serpent m'a trompée, Ilt j'en ai mangé, Alors Jéhovah Dieu sont une conLÎnuité de boiseries vermoulues, ce qui répand une maudit le Serpent, et ensuite la Femme, et après elle l'Hom­ lueur fantastique, dans laquelle les images du faste provenant de me. Après cela, JéllOvah Dieu renvoya l'Homme du Jardin l'amour de soi et du monde apparaissent comme des statues d'or d'l~drn ponr cultiver l'huIT,us, d'oil il avait été tiré. )1 - Vcrs. dans le milieu, et d'argent sur les côtés, devant lesquelles il flé­ 9 Il 23. - D'après le sens liltéral ou his[ol'Îque de la description chit les genoux comme un idolàtre. De plus, l'homme spiriluel de la vie d'Adam, il est évident qu'il a élé maudit, parce que, en lui·même est en actualité comme une colombe quant Il la dou­ ajoutant foi ail Serpent, il a cru qu'il deviendrait comme Dieu;

×