Edmond de-chazal-1sur4-pamphlets-rev-pierre-le brun-pasteur-protestant-ile-maurice-1859
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Edmond de-chazal-1sur4-pamphlets-rev-pierre-le brun-pasteur-protestant-ile-maurice-1859

on

  • 628 views

The New Jerusalem in Mauritius, XIXth Century.

The New Jerusalem in Mauritius, XIXth Century.

Statistics

Views

Total Views
628
Views on SlideShare
628
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Edmond de-chazal-1sur4-pamphlets-rev-pierre-le brun-pasteur-protestant-ile-maurice-1859 Document Transcript

  • 1. A Z ~ r:::l ~ .. ~ ,e :> ~ p;: ~ iii Ë1 PI " f;iJ " ~. H ..1 .~ ~ p PI la ~ ~ rn fii ~ .. • Z 0 ~ .= H· 1lI­ . ~ A..
  • 2. . " ,; LE:naÊ" d~ M~BSieur i~ ~êté1llf P11~à* I f . .;i l Itlisii.r ftdwD *E~ Cr!l~L~ , -·r:"l"p"", r ..~ ~I ,. p ÂIIL .YI..nIIV ~ Cher luonsleur, i j t ~ ,,. • J • j r" . .; ·r . , .of , T.Â:ii~èli.si6~;tIi~Ô~-· iië ""u;,tv6JrivôBe;~diètiiiîttf~~",iM, .~iii ,~~t- " 4QYÉgllia;)·omltû.J-~ :IÏl~~fès1êbeli.i~(fup;; ,ijqiêiù·e.}~ ifij piitt~M: ~ûJl6" fiië!tllôll idéés nii:(vëlles "lie~ VG ~. aveÎ rlui~ê61i~ lé6j>le"QeTh ~811V~nO m"l" ,, c~iIlJs q~ qvoüs &rit lê~:ê~~ VO~~ ~rell d~ }Eglifje" aw J"~ ~iùem; :rU , ~I l " ~ Je~;oif1:l1&{ dlùj~, M6nàietii-1 ; "4ie 14tliitiide eh vdüf dèiiè:Dt~d~ st~tilepatùr~ ~t quil yous e~i ï1h~bssl?lo de tejet~r ,l~~ ii;nJire~slOn~ mdh~é~ 4tie v6i5 ave,rrèguesde:i; voth; je"nl;l1sse, pd.rcë", g:r.ê .toûfCla. ~~!lt ,~ji~ dor; lifli~(Ya dèictrint{!WmaiIièciue le~ n1~fiaé èsf d:J.r sr.; èteJdnt,voustaffibncz en d"aùtreitermes qb.e]qües, ~f~ll~-plus l;~: Uans la note que VQus ,avez in~érée à.la p.ago 5, lëf àliJiea:l ,vQ,"W dlfr·· Lü~iôh iô~tès~ivÔi raividWellEi sop~re piiJ lès:dlJùx "!lf. [ ciè~ du-B"aJ1t1i~il" et;lil ~~~~Clid.ë;., etJ:u~1d# .n~ogr:e~ïi~Er:con~~~~ com.!f.e~cc,e~ ,s ?p~r~ ,pad~ ,J!fài:i1tge n1ôIi.ogaili.~ ch,rétieli ët-pa.r-l~t: tiiftle cJ,l,~~he/ihe sur )a Terre: " " , . _, , r~,~ ;volré"lrmtull :et, vqtre",r1ii~ô>ii"sè~ tr~i?-vent, o~"ui~r~eîiiljk; .l)i~h.":~ ~aut. ,wi1èqlie voiïs c1i~tcl:ez:à pro~ver, quë)ac~e dti:m.iiriaglÎ~~9-i6! ~Tl:et> èlirétién eétle plüsgrandet Iè, plbs· excen!Ïnt des fi~~letireJî"~) . ai~Bi, q~n se91~meD~ T~US êtes, ~D _cpntll~diction aV~C, :.TQU$::.IilIirÏE(. a}ec llt·8a~dt~ d~b"tiit$èG :BîbI!Blie; riiajs fouf tfta:]liâseil ililll doctrîue ét arail~rlt !ljis"n~iîstrue[jilQ qJ(1JEiQèf ab:stitde l].. , , ,,," ,, ,YQilirSôhélil: cdfiC1ci#i6:nn~~sàir!l etlô ) Ile: de~ rétriièil uê-:Vo"~ ~~~~, :èê8~ 4b~- ,rll1iîibhptdg~èsàiYA inafvïaû~Ië; c,r,igè; :(~èr:Î1,,!OU2 (fèu.-xitQré~ên(pb~r-JQpéiei, ,Its~en~uit" évièléri1inc*t, qlé:, J;~cté- ~ ôllWeTu:tMj:l pro.,grç;sivê c~lleé,ltive:doit être ~us coifséq ùètit ét ~ru~ #~~I~~~,t~9St~~:~àb~~~~~~L~è~t~t:;1~i~~~~I~~r~f:af:~:s~~e~~~ îtü~aptènie-èt aè laSiJ.int:eCèIië ! ! " , . , • i J , ,,:tput cë,~qtlê,vàus,clite~ du Jll~riagi.~~,~!tIiïsët.o1f.la~v{tlttJi(gHon~" 8tI~e~ vu glïé~vouij rà pèl~z d8.lxéeptiorlfo. lifltèglë et qùe- le-t ~~ ~~hiâ~ne·B~t·~ivllièt~ ~ iiôntJj~ë:r~~v.o~~~~J~~~~eÎl; d,~r.é~li~~8 ~t.?â~~ 1 . ~r.la ,cprruption sOf:llale qw e:ustedepUls que lhomme pur safâû~ ,s, pih.l:ti1soii·ml1élirbître~! i , . V QUS diteli p1l11e 8, en pa.rlant des doctrines RMtittri(il$"~ êll~"ti.~ iÇil;i~lrri ê:j"le;-f1re~ dé: cetlj,ulliii!i au:(lelà+ai{Ja"Q" ~Ô:I,«oi,e.11ê; ot~ i!li: t,èbp,~1~~i!l8~".t" t"Iiè~cehenâ:RDt; liânsm,~ié rAelf;.i~al"1orûhHf· ", èfi>~fê~re lb; cdiJ81 ,U" lU:dw,n ~piHtric1le, ,ieihlJaféri Ité.dli1!ui~li, ~,:rtitit cIecl~jfe~;o(;l paÏ! ~ten,JMbtzniilné p~r"P ret"" Ixilll,hilîô."a~, ~ ~8.f;ld,or.1)hJiI.,rtlf, feii:l"êest oOi:iJméla"c(ÎiÜliioiiiffdi~pilAr>"- ~dÈillidl1inijl so, efd-ela. !y-Qdi1d~f ù~ JiiVÎëâÎl~l~ue"dKti"létr~n.Hé.1o , , ladri éli"bU, I:1~~f:co 1in~ dtIf~ ,, Wlil" C94 trlllt dl fal;[ .prophho ltIahoUl.$t il "
  • 3. -4- 8i von. a"81 lu IlVIC la même attention 11l.11évélatioll Diliue conte. nuedllnslllo Bi1~le, que Tons aVlzlu la prétendue révélation de Sweden- borg ,:ole ~ure~ . appris que vos idées r du ciel ne sont ~ue des id~e. ~4J:iJ!P~1 ~eJI,~ e~SFJl&p:çll~ l , . .. . ., ; ··~PftOns· Swê!enl:lorgilvec Mahomet- sur 111.- doctrme du clet:" . toyons c,ommejlll·8.·iCcord~ Pll.tilJÏteD6Ilt entl:eu~ .. Swedenbory fait ,dire à l.fIngS~ot::NQ/73f)~ lB:ms le ciel; aé: &î~e"que dans le mol). de. il y a des aliments et dei b()is~ons, il y a des festins et dei banquets,; etlàchez les,principaux, il y a d.s tables sur lesquellel lont 9111VIS des met3 déhcats, det. c.h..osell, friandes et recherchées, par leequels les mentaIs ~ont égayés et récréés; il Y Il aussi des, jeux et des lpeétacles ! !" Mahomet dalls le Coran LVI, dit: ns hahiteront le jardin des ll~licei, autour deux des eofans éterllcllement jeunes ll.vec des gobelets, dee aiguière~, remplies dUll vin exquis dont ils néprouvent ni maux de~te, ni étourdissements, Jluis Ill. chair des oi~eau~ qu:ils aiment, puiiles vierges aux yeux noir8, &11.., &a. ! ! . . . , Cest une chose à remarquer que tous les imposteurs et faux pro- ,...è~f§Cp~ml}Mo)laquue-d, S~rSmjt,h, ,Sw.édep.bolg~ &.cA., s.~sont· fait :~ ~~cjs: mPricrjtl!le~, 8~~ip.~I1es ~f.pli,Jia:ntl~e~d1J c~e~ ëF:d,ii.:rilli:p~~~!;­ ,V~~ ~f ,qu.e,:no~ dlt l:Evll-0gJ.1e. qlll,ll~ ~~,mapag,e : . ~e,l),est~I ~tI;~ ~.i! ~r ~9~el. ~ ~?UJll1e es~ up~.o.!1~,f~~~~ffif>U~:8 eW· àtder ei s almer mutue1lement lIUtant que cette UDlon terrestre dJ.u:e. !l:.li~ e~.in«4ssolubJe, la.mort 6eule déglgp Itli-,p.a.rti~s.QOntrllcbmtes· :~~tl~g,,%~eri~ pru et acqorq.~:al!sur,vi.vant 1.~lîDer,té de s~:~~i~17 tlAe!!e,c~nde, fœ,s. (!:oy. l Corlpth!e~ 7;~39). "4. ~~m~ ~~hétllllr~ ~~l!l8P. paT l~~ql; tout. ktemp!!:U 11, e~t. en.. Vle:-;, tp,lUi, ~~ s.ç>~.m!f. - 1Q~1p.$I ..l1e.. e.qt libre de sc reIQll.r1er à. qUi èlle v.ou(Jr.a. nq~~,qWl, ,c" i~~lorile Se~rieur." " . . 11, . _ . ,t,. ., Ç"Çendant, J"~du~Ulre, ~~nts.t le ,plu~ ~ir.eet. epe.. I>I~ g,rate.p?r:~ . J t"l~~!~ m~age, est le Beul cas ou.le.dlJ:orce e,st. a}lt:o~a;pll.11I!,~"I . ~o..a.~.J:!l~.u, Woy; .~th, ql~J.., 3; Cf· ~t 191~-9,). . -"V91Cl cc que le "Sélgneùr nous dit Il. Hgalddw marl~e4nli1 ~r, , ;+4:Q1L au: Ciel, a,prè~. la rés.rreltion.. &8 mor,ti. Sès..pa.rDlol 59.iit ii;e:S~t. p~:i~VllS: il.ll·exis~ rién"d~a.prèB J:ésùs.Ch~pr~~ ~i~, ~la~~e a. Ce, que Swéden):lo.rg et M.ohamme,d no11$.. - eJlBE!~llt ,_~int: . , . , , ... , ~~~.llf:pp"r.l~· dll Seigneur: lI(,>nt;si à PfPp.o~, et 8!appliq.u~n~i,~~im.: i!ement à cel. deux faux. prophete$ que je. vous les tr.a.n,SctJ,&. lCl. pout: ,:~~_épifiC4t>io~: M-ai~. J~~ùs; rét>onda.!P• .leur; dit: V?usê1è.s,dané l..e,renr,. parce que vous n entendèf. Bns.les.Ecrlwres, ID quelle esl.lll ÎWB.!lloll.ce de_Dieu, Car aprè~, la rél}ulrection, lelhonJines ile llreJl-~ ~wt p.iilt.cré femm~Î!, ,ci les. femmEls (le maris; mai" i!s-.iiont coinln~ ,~8;4ig;.8;:q:uisont. d.a.o·s)e,ciel." (Io y: Mat.h, cl! .. ~2l2~30.).· ., .. _!1e Uiable est blen, IIl·Pere des menBOllg~s ct. 1 inspIrateur de tous eeux qw ont laüdace et le saerilège do donner un d,é.m.èu~1 aUIj p~h,~ ",Ito~~,ailor.tlhle sauvelJr,il Nflat-ce PilS .en, dft:1, M@sleur... donner ~1dfme~tia.i.Qh1·ist,au seul rai.Dj~ que d~ dire." qUe dana)e.ciel, ~~.~.{è~~~~,prireÎ)tplnee,avec::·le,uls. épo~~sil~.; et ils.mangèrent. et bu. "P.:~~v~c a.né~ase,et· avce_. .énelatlon. . - Il-Et A.lors-cominenéèrent des jerix, <.les dauses..dr je~~etj: ti.ll:~t),e.t,~ < ~~:,pommes, etc.•.tc." !:!!. r _. ." : . ~~i?~I;~~~!Ip.iis en.~t;j~né :"Q;ue ce.l,;.q~i 8er9~: jU~9s .d~gfl••· 1~~Q~.!,p~"u;~lèole à. !;epl~ ct a.l~,lésUr,reÇtl~n.:de~.m(:)r~, ne.~ Ill;A1 .~opt~polni, . ej;,le~eWJl91.Ir n.ous d?nne.trOJs. raJ80ns,.> 10. " ~:l~ .....nP?~~ pl~•. mol;lJ{lr,.~ s.!.rJ~ ~er.re 11 (a:ll~fl.~pla,ce!;;ceux q~ me~ ~. r:< ,f-e~.tpoU:q~ol le ml".:i{!t.e .~X}st~. 2~., ,~ar?e. qR:i!:a,~efQ~.t 8e~; flib"Ths aux lUlges, Sans dlstmctlon de fMtx.eS-D1, mAle: nl femelle. e,~ ,~" ; f!Pile seront· 7nfalllil de Dir-ur, étant entilu., ae 1. rél!o1l·l·ee·tio~. . pare.té nla trop proche;
  • 4. -5. n~:ensuit aqtlc If~ le, ?Jt~Allmarillge est. ~èr~nupjr·~_ oJ ft!ll~près lar~llUrrectron H:n~eXlst6ra plus la ~hBtînctïon.dee ~~ltel, l~ llombrea.es crtOYa18 du cre~,*,ra. au· complet et ne Re renQu~.el1era P!l*, p&r les liIais.sances p~squi1 u diminuera pas plir le fait des d:éetle,)p~8: - q~e, la mort, ~y seraf>IiJ.~. Que d!wient alors lu prétendu.e révélatloll:dlJ. Swedenborg, de Sbe$llJlth et de M.a.homed il !!! . DO v L Swéde.n~drg bien.loirid:êtrele.n:.~:yédü Seigneut,El~t a~ CQ;tt!.&i!e ~.• 1plusrerrlbI~~nneml ets~ sy.steme CBt cet Ante·Christ qUl Vre~.. a~ derniers temps! . Vous avez donû renoncé à ce peu do lumière, à ce peu de vérité q;ui. se tronve dans. lÉglise, R:OIilaine .pour vous plongar têtc baiBs~B d~... le$ ténèbNJl, les hérésies et les blasphèmes de lEglise de la N,()~elllt. ~rén.18alem ! Il ne, TIÙ4!t guère lu. péine . de changer! ! cest sa.uter d1ll pot dans le feu! ! ! . . .. .Ai vous entencWe pl1rle.T, on croitlit que le mari~ge Etst ips.titné po~ réprimer la nature, pour vaincre les peu chans immodérés de notre •• turc, pour nous détourner de la satisfa.ction immodérée .-de nOS dé~ charnel!!, p~ l,a réforme- de,nos pas~ions bestialea-, etc., eU·,.llt. pJ1.,Î8.pl>.Ui DOUS cbn~<,!ndre ~~)llnion spii:ituelle. dans lllQ.ité diVin,e. ! r! .- .,.-1>; Dans une partie de votrep~sée·ou. plutôtdè la pensée de Sweden7. borg, vous:afeztoul7 ce qù~il y a ~dimpnr, de grossier et dè_dé!7Qut~ dans la liturgie de lEglise Anglieane: qui dit à tous ceux qui viennent pour se marier" lon ne doitJjas y Elntieldcuna manièl:,e irréfléchie. l légère ou licencieuse, pour- sHsÎlnre les désirs et les convoitises de 1. chair, comme des bêtes brutes qui n:ont point dintelligence; et quils se marient par Cectl!~li,n:ont pas)e don d~ eontinl!!!e~ et g~ils ~~­ l: ( Dent chercher le remedè oontre le . péche et pout falTe eVlLar 1un ­ pureté! l,! . Quarrd IIblis remontons à linstitution du mariage dans le Param. Terrestre, nous ne voyons pas qlle Dieu ait rien dit de semblable;· in que le mariage fnt établi avant que lhomme ait perdu Bes facUltés pri­ mitives ou en dautres termes son libre arbitre !-Le mariage existait. dans létat dinnocence et est par conséquent itmoeent, pur. ehlUlteet honorable entre tous. . Vous semblez conlondre lunion de lhomme et de la femme avec lunion mystique d8 Christ et de lEgliee : cest vouloir confondIe Ill. chair et lesprit. On peut à la rigueur se servir du matériel pour ex­ pliquer limmatériel. et des choses charnelles peuvent représenter c.Blles l f qui sont spirituelles; mais les choses matérielles et charnelles ne peu­ T,ent plUl produire les choses immatérielles et spirituelles ; "ca.r ce qui est né d", la chail,est chair et ce qui est né de lEsprit est esprit: On peut par le mariage représenter LUNION mystique de Christ et de lEglise ;- mais le mariage na rien de commun avec cette union de 1i.­ me aveC son Sauvenr, donc le mariage monogame chrétien ne peut pu opérel J;/lnion A. VEe LA. DIVINITÉ. Le mariage étant matériel et charnel nest que pOUT ce bas monde où lhomme et la femme ont besoin daiùe et de protecteur. Dans le ciel il ny ~Qint de sexes, on ne se mariera pas; mais on sera comme lell Il.Dges. omme Christ la très bien enseigné: ". Nêtes-vous plUl -dans lerreur, parceque vous nentendez pas les Ecritures, ni quelle est ls puissance de Dieu il Car qliand on ressllscitera, ni les homme!! ne pren­ dront point de femmes, fil le~ femmes de maris; mais ils seront co~ les Mlgel! qui sont dans le ciel: (MRrc 12124, 25.) .. Valls confondez la r~forme morale avec]a Régénér,ation! Lhomna peut avoir feaucoup de moralité-sa~s piété, mais celui qui a de!ll: J1i~ti ne peut qu être un hommemota.l ! . - , . Je .ter.inineici m~l~ttle : {aurlÛl biep TO~~ VQP.~ écrile sudé Cb:riilt­ ou Dieu-sur le Samt-Esprlt et sur 1& Timlt.é, -car flQyez pe~a.di; cher Monsieur, queSwédenborg bien loin d.élner C~t, r.tb,J!1e . _.Oo - Ionie et Itt crucifie de no~ellu i et quant au Slint-Eap~1 b~ ~~:.~~~~ .
  • 5. .-l!_ · -- tr­l. ,t:.. . ;: ù "
  • 6. 41 ~ ~ 4 ~ e 9 rf2 ~ Z e 0 ll Q ~ ~ e ~ ,ÇXi ..<t J € SI e !J si
  • 7. .. .
  • 8. ,," 1 - , 2:E~011·S2IlleÀsiea" le~drt:d PIERRE LEBRUN, ai.i,in .e lIgli•. ·Indé,endantede Maniee. /1 « E~jour-là,i1 y aura ~ sentier de lEgnt, én Ascor afin que vienne Ascbor en Egypte Cl Cl et lEgypte en Aschur, et serviront les Eg)p- 2 « tiens avec Aschur.-En ce lour-Ià Israël sera Cl eidr-oÎsième à lEgypte et Aschur, bénédic· ~;tion au .m,ilieu de la terr.e que bénira Je~o.vah c Sebaotb, en disant: Béni soit mon ~uple «1E:gyptc Î et lœuvre de mes mains Aschur; Cl et mon héritage IsrOël.»-({E~~lX ia, 24,~~• .. Par ees paroles, dans le sens spirituel, il est entendu c quau tems de llI1ènement du Seigneur, le scientifi- ~ .que,.le Rationnel et I.e Spirituel fCTOllt un, et qua{()r. J} •.l ~ sera au service du lIl&tionne),Le l" lun et; ct lantre au service du <S.I!i!itïft>~ cahitf81 quil a ~t6 te dit par lEgypte est !igOi le scientifique, par As- " .ft chur le. Rationnel, et par Israël le Spirituel; par fe jour « nommé deux fois il est entendu le premier et le second « avènement 4u ·Seigneur.) . (Swo~eDborg, naie religion chrétienlle No. 200.) Si quelquon a parlé eontte LI llU H (1 CI LBO»M~, il pourra; lui êt.re pardonll~, m.ï,I « éelul qUi aura parlé contre le SAINT-Es.Blr a nen obtiendra le pardon ni da·ns ce siècle iii (l dans celui qui est à venir.» t . (Math. 111. 32-Lue xo. 10., , . l ,... SàiDt-ADtoïne, t3 Septembre tSiSt• .. ::....
  • 9. -10 ­ Avant de r~pondrc à celte dernière lettre que je reçois d~ vous, llerm~ltez-moi de v9,us dOllner les motifs pour le~queJs je me sUls"~fls-tenq i)J~q~1ci de répondre aux pré­ cédentes épi~res.qu_e v~)U~, et Monsieur "Qtre: frère t:n.~vea: f1lli ,/Jfrônnel1r )d~allld-res~tll" SurmêSboDv ictioris religièu­ ses., et p:0u.I1~o( aujour,l.~~~uije;l{)nlps le silence que je mélai~imposé à votre égard.---- La première missiv1Hfue je, reçus de .vous il y a 18 mois environ, métait parvenue à uue époque de douJou:"" . reuJie préoccupalion pour mon cœur; la mort récente dun ~itftâpt hé" bis âge Cl Ta grave indisposilion qui n..e ra.1sait .~r~nïJre ~fes .jOlirs·de III mère,ne roe per~irëDt pas ~dé)êpoiiùrè. persoÎinelle{neut à. ceUe première lellœ. ,:, je!obllrgeai un dg mes amis et coreligionnaires L. Em. . ic~e);:a~ vous c}oooer les, éclail:~issemeus dont vous pou· ,.jez:~v6ir,msoifl ;.je cnsais alors ne vous étiez anim~ . j dun désir sincère de la recherc.he de la vérité, ésir qui ~aurait été ex-cité en vous par la lecture, de mes deux pre­ :ijliëres lel(res ,aux "Evèques,.de MilUrice el {le Port-Louis, ( ~r Ja lirî~.ité d~es trois persounes Divines, ~t sur llntolé­ lln.ce:aelEglis~.Homaille, dont voùs mentreleniez alors. . ,i,:·,M;8i~ j.l!u·~ b,iel1fôt l~ C?ny!dionpar l"~. l~S~lltat de vos , .~II,h:,~v"ulS ~t de lOS d~scus.slons avec L. E. Michel, que le .. 1 réel de J~ <;orrcspondance que vous vouliez enl!.!!!er ~ut, ,7 ~1 à~ fuo~tDeiait pas la recherche de la vérité, ~n . ~ .slI;nple désir de dIScussIons; VOllS pensiez facilement eo­ ,,[ ftratJ}e& dans la sein Ge voire communion ceux qui se dé­ , i~ek-lietJtde lEglise Romaine p.il limpossibilité de se .:.ôù,m.ellrélélux dogmes calboliqàes.-Quant aux bases foo· dilmelltaJes des convictions de la nomelle Eglise du Sei­ gneûr, vous -riavezmêcne pas voulu en prendre connais­ sance; voùs vous êtes contenté, sans la connaitre, dulta­ que~Ja,~~I;l,YeUe.R~vél,a~nJ;déversaot sur le di~~"i­ leur choisi arle Sei neur our cl!lle sainte miSSIOn, ·les J injures es plus grossières; accablant également ire" votre superbe mépris tous ceux qùune conviction siJlcère altaclJe llux)trogmes de~la. NOlJVELIlElÉnVSÀ:UEM. 1, ~ous.De de~~ .doDc:pas lr()u;"er1étonnantquejaie.gardé . )~ slleDco.,~lals- d:aptès·Ja pellsrgtanceque vous ,mettez à . ~ éeriJe,.:jeô1!elaisc90pab-lesDos dOU·tCf(k De pas :tellt(M lin .~, mOi08!de,tolis·mettre là, ~01e :(par tun· ex,pcJk ~stJocintt. ~ ilf~4lqu.e,i"rrnit, qù~illpuisse ètre,,;dBiUe~rs) de :jugtY avec quelque connaissance de cause, des doctrines que <VOlt.
  • 10. ::"11- œn()MnIlC2!.l~Ô oOtre je doislavouer, votre de.rnière lèttm ~nfètme des asser-lions si extraôrdinaires, s~ incohéteotës, , si contr.aires ,à la raison humaine, et tellement en contra... dittion avec les vérités évangéliques, quil esl du JeoÎr . de loul chrétien., lorsque de semblables erreurs lui sont offertes comme règles deconùuile, de ,combaHre ces er- reurs, et <W tâcher de soulager les souffrances inlellectuel· l~, mor~.J~.L~ll_~!i~~~nes, sous IC5quelles iTv~i~m­ ber soilprolilll~rn. , Jaccepte donc le c?mbat spiri(uel que vous moffrez; puisscla ..fr,onde dé .navi~ dans .ma faible, m~in, frapP,e~) au front cCDouvea:uGohalh qill veut aneanllr la peh.te, afméë dlslaël, dans notre colome. " . ~, Ilnoosëst opdonné pa~ le Seîgneur de donner à maJlger àceuX qui Qllt .fnün; à boire à ceux qui ont soi(, de coti- lrir,les nudiUs qui sÔ(frenlà Ms regards, de soulager. en f un mot; t6~~.misères et pau)retés que. n·.ius._reoc!:!n~Jl trons.·· , , ,- . ~ ·je,,ous.Javoue franehement,- depui-s que la Révélation mafâittouéhér dtiddigt, (paTlexplicatioD delApoéalyp~e {III. ti)la vérité du sort de ceux qni sonL dans la DQ~LdDe aet~ Foi seule séjJo:rée de la cllaritë. j~m~i5 je nai reDcol:llr~ tant de miSère ét dl! pauvrelé, dal.leuglel1ltmt et de fludité,~ eependaAt:tao[. :dorgueil aé, M oruire= richë et de na.voir l besoin de neli;qque J~ell al tr()u~·é· dans la dernière léllr~} que- vous mavez atlrè5sée, et·~ li laq.uelte je suis appelé ~ r~ondre:_, ".:,. . . l , ::. :.:~isèr0 èl pau.vrt!0"igoifieot spirituellemeDt le- fiitltlqtt.e d.~ ccninarssanccs dtnn~!f ·et dtl vIu. . aveu lemcn-: sigoifie êrre si;ns:~"t~ït~,~dt~,ent 6~i riflt(ll~-g:m~e DU VitAl nudite)s~gri,i~è ...-- "h"" la prwatwn (hfit1!lhg~71ce· et cf, amour, par eoosequent?~ en- . te1iilemenfd~l.BtE!f . et de ,,?lonté du DIEN ;0=Cf?,re f@i9 tes,l-se cr~ÎrepIOB que les autres dans la vértlé. Poue vous convaiffure: que ees significations ne sont pas àlbi- traires, co.~me."~us lè rétendez pou!, IOllle.laRév~latio-nJ du~ens-sptrlt-uehhsezApocalypse expliquée No. 2~7 a 2~7: , lfaigsil, nous -est :otdonné de soulnger les sou[frlmees dàu.trui~ il ne nous est en~oint nulle part de contfllin.dl C le 4ibre,l.·a~hitr.e·, de qui que ce soit:~Nous, devoos l.l[r-· nés ooDsOlatioos eù.xmaTheoreux, mais, DOW! ne..-pQuIo If lèS foreer.~l1ei~~ple.!: . .-J .~~~eijt régDe~lihr?~g i; l~Uft. Le hbre:: ·arlritre, . ~omIiie:,la littert~ cle COD!..,. eience, ·étr~:...dô~ dO:~~l!,. par-, ~~t_Ü6·· J>h"
  • 11. ~ -12 ­ .J;eu,t .o.pbuve, du~ bout·à lautre des Saintes ~critJl­ res~, .que Dieu na jamais voulu cOlllraindre lhomme, ~éme pour le saUVer., dans. quelque sÏloatioll dé:plorable I qu~i1 se soit tr(,luvé; LE LIBBB cest LÊTRE même de lhODl­ ]{ ~e ; c~est.ce qui le distingue de la brute. Donc, mOllsieur, c:est, le. comble de la dérilison huma.ine, et la chose la plQS ~.o(llraire aux Ecritures, que de me. déclarer, comme vous le faites: «que l(:l c1uite de lhomme, ou la perU de ri é:-­ ( • <l. gnté de ses facultés primitives, a été la perte DE so&~ « A<B1UTRE ») . . uant oi, Monsieur, je crois avec la plus pro. fondé ca~viçtion,_~qgme fondamental duchristiaJÙS:Dle? dogme s.ur lequel repose t(lute lEcritur~ : c,réatioo. uéces­ I~r~! de~là r.é~~D,lptiOD, possib-ili.Lé de sai vation et S6uotifica­ tioD.. St!. ne, PUii même faire, al,trement que dy troire, -cal _je. sens ep moi que je ne puis rieni~ans voul.QiV.;-ni penser-., . ~i. agir, ~ns voul§l.~ veuÈ: etje pense et ja~is;. je 08 yeux pas et je suis sans pensée ni inouyemeol.-Je sens eQ xnoi deux iriflueoces bien distin.ctes, consta-nt~ et o,pposé,es. J!i veux.,. daprès mes pencbants naturels.; je ne veux pas,. daprès nia raison qui sy oppose il cause de ma nature spi:­ rituelle. Df~ te combat Dait et provient évidemment JaQ1l -libre arbitre Je vis daprès le propre de ma volonté natn... re e,SI ma raison na plus aocun pou VOiT • d;apr~ ma .-,.(),IODlé. spirituj!lle, pour. domioer mes pe.Dchants na,llluls;; Ï" ,.is spirjiu~llemeot, si ma vqlODlé. naturelle, se" 60umeA . i ma volonté spirituelle par ma raison. . . .._ Ce dogme. nest p.as moins évidellt dapFE!sles_ !lin tes .. llcritiire.•. Dieu sava~t et voyait q-uele premièr hommealhlit pêcher et s,éloignerde lui, et Dieu ne len a;p,as empêché. Dieu_ savait et voyait qUi} lhumanité entière allait s;eoglou~ tir dans le déluge, (cest-à-dire la corruption) par sa pro ­ Jirefaute; et il. ne len a pas· empêché. Dieu ,savait et. voyait que son. peuple, le peuple juif, adorait des Idoles aD lieu d.c le reconnaître et de ladorer ; et il a laissé le peuple juif faire à sa guise.-Dieu, manif(sté en chair. na eOA­ traint person~ à croire en lui ; mais il nous a conseillé de prier -que son règne vienne, et que sa volonté· soit taiU _: la terre commeaù çiel; non quil ne le pÛt pas- ou quil ~. »• .l~ foulût pas;-mais parce. que,- daprès sou ordredivia . ·d~e-Q~~ion,--il fQ:ut~croire cn lui et faire sescorp­ llmaJidem.ens (H)ur être sauvé. (Luc XII. 47) (eonditmnatioQ je la Foi séparée!. arc: cél: ~~~·7100.)P~ la prière,déje
  • 12. -13 ­JlQ.P,6;IlOUJ .é1evOflSV-effi ÙJi. ct·nous re.coon-aÎSS9IlS notre. iJD­pui.s~afTce depeniée et:-:d:ac1ioo spirilaelle. mais ooo.delol(mté. ; car, sans 1 olooté, nous -ne pOUl:rions pas même .. prier. Pllisqu~ le Seigneu.f Tout Poissant ne veut évidemment, pas p1.lS aujourdhui qJle par le passé, COlltrainMe per­ sonne à croire en lui, à son llvènement en E~pril de vérité; i~serait ahsutde, à tout bomme ccmaincu du principe réel du Gouve.rnement Di:vin, de chercher à ramener par la contf(ût.lfe . et la viol-ence, à la croyance de limpérissable vér.ité, quiconque ne le. veut p~. En . consé(p~~nce, tout ce qui peut .être permis ,au disciple du Seigneur, cest de meUre sous-Jes y.~ux de SOD: prochain les vérités dont .iJ .a ~QDQ.issaJ)ce; tout ce qui peut lui èlre commandé,cestlC zèle ipfati«able à répandre laC parol~ de Dieu; (:a~ cest celte .parole quioest n 1fl lumière du monde, par qui toules choses onté.téfailes., et,qui est le chetnin, la vérité et la vie." CompreQd-re!)etle parole,.y croire, et conformer sa vio aux préceptes queUe renferme, voilà quel doit êl-re le bu~ ~laD.1:d6I.outhomDle qui sent en lui-mème que sa vie Ilec~ut Jui venir de lui-mème, mais seulement àun pfiu~. cipe supérieur; qui. senl que.celle "ie malérielle, agitée,.toutmentée,.,si. courte, et c.ependant si Joogu~ quand on fJ9uffre;, S;i, grossière, si "ile, si .pénible, même ·dans.· ses jOuissances, q-uaDdou se .tr:ainô Jans les seules ornières des sens; mais si sublime et si pleine, depuis les sens jus:.. q,ualll/plus vives aspiralipns de ràme vers Jinconnu,llirs­ qoele sénti.ment et Ja .p.ensée. nous élèvent au-dessus des bornes ,de Ja matière! De 1-Qut homme enfin ,q-ui . per.çoit presque létern-iLé,. dans c~Lle affection ct celte pensée quHlaisse après lui dans ce monde au milieu des.siens, quandJa. mort a réduit en -poussière introuvable len.velop.p~e ma.térielle quiétait, po;u.-r ainsi dir~, uo obstacle" à- leDli8~développeroent de ~OU~8 ses faculLés aimantes et peosan~tes.·- Oh.! pour celho.mme alors, entrevoir celte.· éternité,çest déjà êlle:éclairé,d_e la.Lumière Divine qui fa,iL.1a viespir,i~uelle, cest déjà voir le Divin qui est dans le. ~cn8littéral de.la parole, c.omme fâme est dans le corp~... .. Eo.lreprendre de,youdaire cOllnallre~:esprop~es con..victions,. de c.orpbattre les v. MC6S .qui YOU-S e:mpêc1Len-t:- d ta~cepter, comm~;:rérié~"jn~?, la Jl(})~~lle~~ta.bo~dSeigneur.par 1aRéYélatioD d.u_seJ!ispiri1.uDtdes sainte~~ç .~ea,_tll,:.<loll9! ~~~~.~_ J~_o.it.: e~Y~!L~~.
  • 13. I -14­ ~1J;FOçhaiQ;, mait~llver8 le·Saig.nel:Jf. à qui nous ,devontl. i t9ut."!"":"e"t5t prier >()llr que· .viaooo· lérèg~ neDJ.elJ,- et i q!Je~ s& _ s.oIonlé SQit-r .fai. ·liu,r la terre com~· au ciel; iIii aimer et prier, ce~t agir suivant la volonté de Dien, cadI IIOUS ~}O~eigne que l~ûm(Jr, cest faire., ses commandemens; ai~rsoti. procbaio, ces V<lul&il lui:f::lire partllger ses C611·.. :viptiODS-j maishbrement. > • .. ,. ; ILe·~eignC411f, à 8oQIwemier ·a"ènemcnt,p0lr ~vaÎ:tdresa pnr.olll,.·choiliit ses di6ciples parmi les -classes infimes-dé ,1·. sOciété;~Eo (ioit..,ii-èlre .dc.lnême-à ùn~secotld ;avènenlellt· .Bi DOUS~~ jùgoons par le$ évènemens qui se liont passéS 4.,lraot le pre~ier si~cle de -la Muvelle .dispeos-ation, la missiC,o du. nouel .a-poslôlat sellait Cntre les malfis ~de ·loUIJ ~eu:x.·qui 5el,ltont, en eUK,., ce poJl6lpier senliment ·dé. •,.~ spirituelle, doù vie-unent ·~ans:fellpfi .."de jhomlAe>l~liJpr.,.. m~re~ lu~uls dç J:a vérité.spirituelLe, Tlmt le m-oD(t.e de 008 jours e.st préparé, et eo élat d~ compr.endrè et ,d:C1:i~iigR(l, cëiqu OOicotuprefiÙ·.-Mais iJ" semhl~ c:epeudalltlqu~ c16 .Rè­ -u-e de Die.u ·ne,.pourra s-établir. g.énéraleroeAI ~t r,3pideowa. -rr l~ t,arie; que lorsque las _che~$ des·ditfélenles~·oom~ .... , _io.D~, ~&t?l}lYaiul<lls.·desvécilés qui sont à,lCttl porlée; .ft~OR r~tdDtir Ja-clraire:~hrétienne des ,dogmes JJni~er.st!ls qu~d~ . . ·l~eDt:;fair!t.Hue!~ le peuple deDicu,sera-un et w~ nom·~"~ llicst incoutes-tabl,e a lhema a-etuellei que lopposition la­ -. plus-J(}lte;que re!1contr.e !la.·oouvelll:l,cévéla.ioD: Vleut ldlÏ ererg.er . . ;;, . - ; , .. ,-. it..il·-ré5erv~,al:l saoetdooo.aCwel deplendre,en ,maiD ,10 v.éliili!,-poufrla fAtre .progr.esser ra~clemeot .parroi· ~es~itfé:;­ .e.p.tes,~soCié4:$do globe~ Le l~ie1gneuNMl le sàit; ·les;Dé..: Cie. ~laPmidence soot·im.péoétrables,ma-is loojoutS;est"il d81D .qu.à·cette, beure, où ia; li-berl:é de <:ooscience est .le ptinCjp~1 foodaœentahle la. société, ,il ~st du devoir dû uhacUo d>Jagir"daprcès-<Sll conscience, lt(l~ défendre.ses ,con­ ,iclioDS. conlre.larbilr.atr.e, s<m6 qU"etque forme. que, ce sOit,· arbüraire dela·:v.oJoo·~ ;du ,mal; Of>·arbit-raitle. de-b. VQlunté du ~f3;U.. A· l;heor~ .œulue,-:le ·Sejg-neor noni filS-­ . s~lera .:to-Os ~us8qn ,aUe pllolectrice <<comme urterpoule fa il sa .GOUlU 1» (Luc Xlii. 31i.).. Jérusalem, Jérusalem, qui .~ué$ 166yr,_Qp~<ètes, et ql4i.lapilÙ8. ceUl.t. qui. te, sont, etlViYés, ~m~ien·de._lo.is-4i~ t)(ndHQ5sen~Jer tue-wfa~s., oo-mme Uni ; rp~etrlbLe.,t" ses aile&, et W9W6_lCIU6ti .,p" ~ OOU"«IHtoUS .~ Ir." ~ •.i .~ .{ ..1. ! ·.. c ~ pe,p>.:~rè~w~,pa.j,mo~cberMollji~u.r!l·rele!er.., çe
  • 14. - 15qac:,rotre-lteUrè;nnrerm~-Ùe"bleS8aut cet -tHnjuieos; ,l{)urhl.rmaDife~19tmn ,d~, me6 convictiomneligieus:e9, ro~smijle1F8J1~orl-dudEoitrs{jcial qui nons est acquis de· libetlé~&~ur:~1l4:~ie Y.0if.5· ferai"observel seu!tme.nt 1109 les in ­jUFes;etlle .mép.ri8"dont tousma(loohlez, -ainsi que 1011"eéux qui appaHrennent· à la ,NouvclleEglise .du Seigneur,MlD!! mèm-e,cOIlnb.ilre·m pouvoir apprécier, les écri ls do Siveideubo~"~le vous rClloussez sans les a-voir IU5>, jD~ • sont pas des argoœcns·qùi.puissentconvai,ncre. Volre"ani~m05ité~,ontt1e,Swedenborg .ne . peul, en rien,iocri,miner la Bévél-atiol:1dool il a~-été Fi85trument providentiel. AccuseruD,homme -de mensonge- et d:imposture, ne signifie rielleODtre,.da !vénieité dccet.homme, si vous ne prOlurez pas­5ODmensoogeet -~,0tl imposture. I~-e Sc.igneur lui-m~me-estlapreuye;~a,ptusgrande que nous .puissonsavotr que Fné,. .eusation .f1uÎllainenest ql~un acte: monslrueux dinjustiôe,siMUe accusntion nest pas fondée sur la vérité. ~Le -reproche que vous madressez dcmanquer.dc logiquèD~eSt· ·,pas -,plus . .fondé, parce que je dis quc« lu­ «rnion..progressive--:indiv.id..uelle ;sopère par les deuxsacr.e~ « mens du Baptème et de. la Sainte Gène, et que luoloD «1Jr:6gr.essivec~1lec(jve.coinmeDce sopère parle maria­ et ((Ige monoga:meJ;hrklien, ~hllar la famiHe chrétienne sur « la l~r:re,» Ce.repf(}~he nest ,quune preu,e plus posr.tiv-.e encqre .~our:moi de. la -vérité..,de celte. asserti-ou ,de" S"e­ denhrirgqlle«:ceuxquiont confirméchez.~_ux:lafoi seule «:et<lalju6tificatioD par cette Foi, nont i)he~ eux ,tluciin. «ldoctritre;de)a ,.ie!m~is ,une doctrillf :<Iela Foi sèule~et ~tela pa·tre qu1ils:ne :savcnt pas<luils vivent ~près -la mo.rt" ­ «tlu Gocps.eomme hommes ; que drez eux- .:est lC!ipl·;t·­ «!qui vit; que du g(mre .humaih vient le ciel, 6t aossi Tèn­ e: fOf.;: et pareelJuils ,nesa"ant absolumcnt Ilien duci.el .-ni· ,«.de la,joic c~les.te-.;rieJl de ·Henfer,ni du feu~nfemal~P~ll· « coméq,uetit -rien d~ ;m,onde-spirituel; rien du sens "nte:rné C5oU:spkibuel :deJa Parble; rien de la glorification de ,jtiO:". (1; ;main"dlf,SeigDèur ;deu ,deJa .Rég.énéraliofl; rttm didè *.Teotation;-;Fieo de. ee-que.renferme·.leBaplëœe·; lioo-de ce -UJue .signifie ]a ;chairètle;sang, ou le:paioCt le ,w118Jl9 Ci( Ia:-:-Sltillle~6ènt~-~;icD.du ·libre .arbitre ;riéB de·llh ,(~,; riclf.~a la:-<·-cblllj.é~ ~(}U_l)Jl·{)ehaiw ..-d.nfbj «-,!J.I~~.~;.u,.-fOO::i8,:,,~~Fs~:.n~ p~s ;ce q-ll~ ,C: lt·~SJoltd9J~~!;~m -b~û6U:p.~a~Çh~ ,l,:. ," rlf~lJP8~:&J:lÙi_(ilée. NIJ..~I
  • 15. ~l~ , .,­ -16 ­ · ,;:.E-ette ~Usafi6D est saDi contredit· terrible, ID6D Cher ,Monsieur, co~tre Jignorance dans· laquelle ·sont ~ux ·.de votre 4loclrine~ surtootes les ilboses Divines et sur le rap­ port de la. vje humaine avec la vie Divine; mais eUe iDest · malbeut~usem-ent que trop naie. La preuve peut .:vous eu êtreA0urnie ,à chàqùe page· pour ainsi dire de.la Nouvelle BévélatoÏ6n,si vouliez .V60S donnerla1J8ine den prendre COB• . naissanè~,; mais ~ôtCs.ne tlool1tz pq,s, sans doute pour miNI: pr,()meJHrl1e~ekbre arbitre nexiste· plus.- : ", _ 7. lI·ne-mest pas -;permis dans leS ,limites de - eette .coues-­ pondarrce, d1oser.. même entreprendre de vous indiquer let p86sagesoù "ous trouvez toules ces prenves ; je vous dirai -~u!e~eDt, POOf le cas qui nous occupe, q,üil estCQltai·o Clu~ vmis ne comprenez ni l,iQstitolion -Divine, du maria88 BiHës:S:acremens dn Baplêmeet de la fa _ Sainte Cime,. -car a,utrem~nt·"ous Ile mauriez pas accusé de ~ouloJr . rendre lé m~riag~, u~ plus .,grand iaCretn81t.t que les denx, lérita~ .bœs:sacreÎllens, lorsque je dis que lunion progresiive indi, .vrnùelle sopère par les deux sacremens; tandis que funion, P!~gressiv~collective commence et So-p"ère par le mariage . JDQ1l9gamel()hrétieo.­ ~,.la vaus· Vai ·.déjà dit, le mar~age nest point un lacre... ment; ~mais une- institution dordre diiin decréation; son action spirit~eUe ue peut donc pas ~tre la même que celle ~8·.8acremens..-En effet, dâns lintégrité desJa-cult.és pri.. 1Ditl}(es de llho!fimeavant la éhute, 00 conçoit. que la fa­ mille-·hftmaine €tai~riatorellemeDt et spiriluelle-~ent la R1DîHede "Dieu"sÙ.f la terre comme.au,ciel; L~uniOn col.... œctive è·tait a!(fr.s: la constquerice de lunion: ,naturelle ,des époU~ et dès memb~s de la famille entreu~, car ceUe lIolon eollecthe était unlurel1c et spirit-uelle pour les hoPl~ mesentreux; et spirituelle des hommes entreux et avec le Seigneur de.touleéooroité,.sur la terre -comme au piel ; oar Dat.ure même decette union était par sa purethpiritueUe.. :-iS;depuisla chute· de lhomme, depuis. que no.lr.e natur~ "fJciéè par la corruptiOn héréditaire et. actuelle, de chacun., est nn obsctacle à ce que nous recevions dans sa p.ureté la · Vie Di,line ; depuis la néc.essilé dune~ régenération .pour êl.... enfant de Dieu, il-.esl. évideot que la régénération doit .. irr~itOiduelle~ a-v;aUt que lunion puisse ètre ·colleetÎl:e.. ~:ln~dait naftrë- de-nOuveau d:è.(IUd desprit, ,in~viduel", lemcent par- Yunion spirituelle avec le SeigneUr, qui peut Stul paf 6a p!issan~e n"UiJ. relW1fe· [tta de .~ lmp,w;:e, den­
  • 16. -11- ..,... fÙ ·1WHit-tpiffU). étioA~ IlTaitt de pOMoif cblledi... ,emIBt. MuS: 8ai-.;:spir,itOéUement enttë noÙ5~ L8Bioô 8pi~ rituelle indiciduelle avec le Seigntlol" doit éTidemmelh pre.- ,i eédell. rtmioiJ cmr.ti.cspiiitaeUe.........cbacuD· doit par sa· vie privés- êlre- JMépallé poOt là: vic ang~lique, qui est sëmblà..;;, hie AJa vie prilBitie; de .FhuQlI1Ri~ eflins liotégrHé de ~ Ia.Uhéei· Getk pNparetioB, deplii!l la Rédemp.tioD, sopère pàr.ltt hpfè~ et4a _,ote·cè ne-, (j~os(L.à ..djre par riDstrué..: &tan diyioe,.la ?i8! snî..-t}w, Loi Divine.... et ruoion avec le SeiSBetiIt,;. p. Ie-SeigIleUl" et daDS le Séigileut, sutvant lé ÀFé· de. léœpfÎOli; d:t cblifJue, ilnJi"tid·traliLé:· Car, dit le Seigneur.-"" Il. YI a,plmitturs dtml!url!s dUflS la maisa;j ~·lIto:" père i" et( la réfflatièrr n"us enseigne que noLre . . .tJte,isi~baB c6rrèsponrl a~et,Dotre demeure dahslè èiel-. h.comprend·facilement comment dèlix substances impties _~Dti dabord .être; rendueS pures préalablement.· avant à, po8~oir se eonfolldFll 6nsemble dans le Frincipe m·èm~ di,l.. ptlr8têf·-cet~eJctJmp·lJIajson dont je me sers pour ren... lIre ma penséeplDs claire, ricotlt pas moins vra-ie, ce me "ble="aWi;qti.OO·lIuiprineip..edela substance de lâme hu- maine,. qtii .doit, être ngénérée:indhiduellèment par -Je Sei: ~UF;· allant de pou-voir ~~ev()Jr collectivement dans s;J. v-ie~dt-f,inè ;-ca·r· lAi1Je humaine comme -réd.. J*éUiitttde. la pient.d~s,ooln:.esseritielll qui font runilé divine·, a été créëe double.-LUnité OhiDe ccst/e bien elle vrai, DU lamour i~fi~iet.l~sagesae,Ùlfio!e;. dont leprincipc de réception, ~~s ;18 degré.. le· plus élavé de, l,a. création, c~ la, Dualité·· liu.m"aine, mâle; et· femelle. unis comme dans un.. par cet . Etre Intmi qui a aCcQrdé àlElre (lui, sa créa~ure pri;; v:ilégiée... tout ce.·q1l.iléta~~ possible, daccor,der sanS se; créer soi-même,,ce q.l}l .eût élè limpossihle.-.. Genèse. 1;:, 27-MatlL XIX~ 4,6~9.) , . . . .. .. . Vôtre àssimitâlioiL de .Swoo~Îlborg avec Mahomet; et d&, It-T~vél~liù:n de ëé- q,,iésJà v~e spiritue!lë humaiiie·avec Je, s~tialiStnè" du P.lJ.gli:Di.sm~ et des idées· mahométan~s ,sur la.. "rie éièflfeUè".Ilè"méritèr.aiLmêmc pas la,peine que j:en fisse· ici mention, si ·cé n"étâit pour vous. faire seotir à qnelj. êt~Dg~arg~~tSl~el!prWbo,in~iD re~otlÎs; .Ib:s~il esF _ a:.:..neugléJ~8IVJ~ V1O~ tlss~P~.~SJ~Ds". na~u~eUe~ tellste.~qe..! yôtJ:s or;-:~. .. ftl.~ N&.~n~ Egü~r :a~~lgn~ .Y(1lÎs·~le.lise:et fGSqtae~·Oélal.~p~~âotÎft,ment;J~~t~la OODJé-, . ~E:: ~, ~llôce: ftcI)3p~titiOo" dê·~ }ivbité 1!s p~i ~o~gi:~. ~ ,"~~, .. Dtea~1-UIqa&MIJ4ëi«mclte8U~ti ~ œur s~~~l1i~~ ~""""-.~~~.,-., ,li ~~~F~~~~ 1" "9,
  • 17. ...... 18­ Dit~,.-&t. 58 roBnifestapt en chair au milieu de notre monde - ),~rromp~, d~vait.êt.&:0: Cf? ~fi~,$algré sonhu~lit-é, sa "Vit ". e~emplalrede enléetduh1Jtê. ,," ". . . Nl,lst-il pas Vraiment étrange de voir mi prM-rè Chrétiè~j ~.n ministre de 1.8 morale éV~Dgélique, dont la mission est,1 ~"en~eiguerque le Royaume de Di~l& nest pas de ce .monde;<L. ~l~p~e sen~ 8pjritue~) p[Q~estèr contre las~rtjonque l!!:!ie éernelle SOit la contmuahon dans un mondeplus.êlevétde­ cet,te ~ie de pensée ,et daffection commenl.-ee ici bas,natu~ /1 - hlkme~l~ sons la,grossière enveloppe du corps matériel;. et ~~heillDt ~e. ~ perfectionner ~terneJlement dans îavie f~ z. f.tWl·~le q!! seule constitue le Royaume·même de Dieo 1 ,Nesl-il pas plus étonnant. encore que, contre la ràiSOD, le 8eDt;rrient, et remeignement positif de la. parole; qui 1 DOU& .d.il que Dieu créa Jhomme mâle et femelle, etJqUi ~c;Mls d~[eod de. séparer ce que Dieu a joint, ce ministre ,dt! ~:Evangile vienne,nous déclarer, quaprès la mort du corpsj 1 il, lâ!1l~ humaine nest plus ce que Dieu rav-aitfaite. mais quelle nest ni mâle femelle l ,-/ - .! . ,~est -ce pasJill.abus le plus grand q.uiL soit· possibl-e ,Jhomme de faire de 8&0 lIbre arbitre, et de la Bonté qllî­ loi a permis, sans . ~ncq,urir la damnation éternelle, dt; parler cOfltrc~ lhomm)) aest- à-dire dinterprète! ~ ~a gui!le, Sl1.ivallt liptelligence bUlllélin~ le sens liltéral de la Par()le 1 , , Votre erreur, mon cb~t- Mbbsiénr, tiènt ~viaeüimeDt de ce que vo,us voulez iutérprêtér flllturellma.ent; dàpr~$, re.i!n8 littéral, t.etle Parole qui né pinU être l~ chemin dt la V;rité ,d lq, Vie pour nous, quautant que Dobs la com..: pren.ions dans son sens spiriluel, lOUT telle "ie spiritaeIJ.e éternelle même pour laquelle elle a été écrite ~ . . • «( V-Ous êtes dans lerreur, parceqtl.ixjùs nentendu pas les ~ f..triturea, ni quelle est la puissiuu;e (le Dieu. Car ,après la . ù rêsurrtctibtl. le. hommes fl/l prendronl poini de femmes, fli (( :lt~ ft mmtS de maris, mais ils ~erOnt, comme les ~rtge.s d~ {( Diéu; qui !ont dnns te tiel.~Mah. XXII.~9. 30,. Je~v~us réponJs s Monsie~r, par votre propre ·.èjl~ÜOD,. "b1l8~~y.îfy,ez. di~es-~ous,. vj) ia preuve de mes· idées dt. ù p u!f~ati~e, ~"de,A!àho~~tisme, ck P~g,a-ni$me .·et pa:~èe:qùe. j~i écrii:que lun:ion spiirl~uelle de lhornm~,~t de t Id femme èsf la cOl~d-itio-n indispensr;tble pqur la vie anyéliqUf ti~n~ lEtcrnité, vOJons donc qui de ~OU5 deux a raison.#.
  • 18. -19 ~/1 . l ,CesP:lFoleS ont été dressées -par le seigneo€~~ qu~,. à cette ~poque, ne peQaient élever leurs pensées au dessus des idées seqsoell~s, et pour gui évidemment, l~ mot8 de mari el de femme M c0rr.!p§ieD,.q.ll;e_..D.dëJL~es, ~elati~!.Il~Des ôliêëssillëë~ pour la ~onservation de 1. J race bumaine sor laterre.-Vidée de, pr&dnctions 91piri­ tuelles de pensées el d1afieclioDs par lunion spirituelle des / âmes, naurail pu être comprise pal eox. Lhenre nétait pas ~enuc de révéler au monde ée 4uest la vie spirituelle. ~ <cLes hommes seront comme te, anges de Dieu, qui sont. dans le cill» leur dit le Seigneur. Pouvait-il répondre au~ trement ? Est-il rien de plus clair 8t de plus lucide, pour celui qui est instruit déjà do principe de celle "ie spiri­ tuelle datr~tim.tel de pensée~ , . L- ~u lems GU Dousvivo~ nlest-ce pas le comble d. . d"èla deraisioo humaine, parceque nous ne ",oulons pas rompnndre qmlle est la puissance de Dieu, que de déclare! comllle V011$ le faites; «que le but du mariage e, t de rltn- III plir la Ce1f~ el !uaprès la- rûurrection, il n?existera plu~ o " --c la diltimtiOft-M • • ; le nmnbre des cito~_u ciel sera * III fltJ COtREut et SCf!efoot,Uera pas par .les naissattCe•• ft puilqu1iJ M dimirwera pas par- le fait des décès! puisque la. :. mpft n"Y Jer. plus.» !lI f,.:ychoris, mon chtr -Ml)DSieur, t.~.bQ!!.t de ~ ~ l il p~lfle naturellemrfnt, sil est possible.-Votre as":,, 5ertion Ire repos", 6ur~ aucon tex.te formel des Ecritures, meme dan8-le. ~c~slitlér~l.--:~Yous navez YU nulle part ·uoe semblable proposilion ; clesl urie simple conséqu.enc~ des dogmes de votre Doctrine. Si cette conséquence est ~ontraire à la leUre et à lesprit des Ecritures, vous ne ourrez nier ne vQtre Doclrincsuit erronée et conlra.re à . la Parole Ditin. . . . . ., J!avoIJe_ franchement qoe jç ne puis pas me rcnd[~ cOrnpte de la résur-leclioo dont vous parlez.. Devioot-oa ange apI ès ce que vous appele~ «la résullc.ction de la ooair» à la fin do mondé- Ou (Jevient-o~ ange aupara: ,nnl, pour re~r6Qdreensriite à la résurre~tioii définiliye hl {:or.ps quonéavait quiHé 7-1e sais que volre Do~ri~e 6Oseigo8 (et enea·~ela; le crois. de coinrilUn :a"~~ tootès les autres doclrines des Eglises BtfûeJles :}. que)~<lti -résnr­ « rection anra ~iou à-14 ~ 4~· ..fhlndé, q-) laH5rs !QUlI le~ .:vivants eitou! les mOlt~ s~assêmtrlt!t(JDt dans Ih~lI~ & ,.. "~aphal lloar !~:e . - chu... -·60t, tepre~clr"" _, .... , jugés,; . . , .......;.,;;t~~.lo;.,:Jt~~~ ..~~~-f".,~
  • 19. ~ -~o- j( ,ootJS;pr.itilpoUf vivreéterfleUemellt daIlsla OOUVilUe ,.- lQI:re R(:étllllCé~ .ce~· effet.» -,v O~ me parlez en même .~~.d·~~ ciel où la mor.l,·ne stra ,plus pMWJiU le twanbl" ~!l$~:sera a~ .cQtn.plet ;si pa.de ciel :vom entendez l~ yje ~~~t~i.ni~, c~st claus pe~ éJa-t qUil!t Ja mor~defi8i,. 1 . -Jiv~,~r, Jes~il~res ,OlP6 .pa,r1llMlt positivement dune ,e.eolJ..àe mort, l::}l{ès IJ f!lQrt dUeÇQrps. - _~Si VQl1S entend,ez par l~r.é:lurredio,n, celle. que. votre ~~f;inee#Sejgne; cornroedevanta-voir lieu à la fin du .,~Qllde, c:est-à,..dire la reprJse -des corps matériels dcventls ~ c ,pOllssjère. j,e vous prierai de me dire si .les âmes· devenues . ~~~s ·qV~l~t celte résurre~tion, cest-à dire devenues· ni ~es pi Jcœ.elle~> .CO(ll~il vous lenteo8.eZ,.coDtin:u.eront à rester neu.lres en reprenant ·!ems., corps màlérieb; ou "à ·_fbaf~J!~epre(}(h:jl son ~~e commelà,lép.oqu~,de la .v·ie ma­ ~jeUe? .. .- , ... ~Dll~ ~~t.rc-e9t~, si YQUS ~Leodez lae réwne.cli98 de3 Am.~8 s.~n1i ceprise des. çorps ml!Jé-riçb, eJp1iqoez-oiDi". je;; YQls pri.e, ce que vous ~nte·pdflz par -lâme humaine ,de­ Ye.nqe·angi, eesl-#",dire Iii :Dlàl.e -ni· femelle; car, fran-­ ,cheme~t, je DY puis fieu: .ç.ompreQùrc ....,-Qu,e feraœtte11 ,"Q~r;hgma~oe qevcuue ni J1f-â~~ ·ni. fj}fI}.{)Ue.1 A.qU9j selV,~ra·Ji ,. l-etle ?-Elle doit - avoir uÎ1e desl-iQ,;;llion qo.elco.nqutl; ut,lor.sql,i}a DQ1l.i: puvrOlls·le Grand Livfll-d.e .Dieu. nous YPYQlls.que.51l ~gf1~,5e infinie IÙl ricQ créé sans .UD but d~tiité, sans. un tmt pOOl salisraife; son Ç1.mqUf infini? . ~{lfin,. sLà lft.poqp.e de ceqe r~~urrecliondolltl;()lls.padez~ ~ n1J:qU{Q, ph~$. ae .1laî:sslllHJ-eS :ni g~ détès, IJarcclte .le nom­ ;e d~s citoyens (lu ci.elserlJ, wntplet ; à ql~Ji sà·viront lous ~es citoyens f1evenusneotres, ·ce.sl-à...,dire ayant perdlbJes gl!,3:.1ü~s primitü:es dIl~il~ésoi~ natlJrelia svit spirituelle. - ·dont la sagesse infinie les ayait dooés poûr la grande œn.. ne. de sa,,{réalion,. -donUe butdéfiniLif estévidemlllent la forÎP.ation doQ ciel aQgél~qlQe prqveoantàu gtln~ htHPain~ .. Chaque. arbre P0)iW wn fruit·/ ces~ une vérilé éangélÎoo .que J.La Docldpe de la Foi séparé~ des ~~vrfS de la cha.. Jilé, ne ppuvait évidemment produire quuP fruit inoos:. l~ll~x 1: La f9~ fI!prte 6~ po.ucfait la iS,sel .. dans les,prü el . os.J"i(6Qr que,~iI,-p~ée duoeéterniw ~uln,dUl~re1~ ~Ooo~d,é1iflitië Î-llC;Onwlè.te. ,~ . « Jaiflenon,ct5~ selôu VQUS~ à -ce. peu de ~miè,.ei à c« peu :~ de vérité qui se 11OUDe d«,fl,$ 1EgliseR(}.m-aiW}, pottf tM. ~rlonger têw,ba{ssée ,daRs l6"S ~6tlèbres! (~h6risies et ~8 bla~;",r
  • 20. - 21 «. ~ 48 f"lig!i5t o4e ln fiOtt1)ellc - Jérosaltrn ;. il-.:m· :Mlad !« guërn <l4YJfJmt-·1Ie::clunager ; -e~5t salder 00 pel daNS lB Ct: Nf ·,,---Et vovs,me" pro.posez, si je désire eonnaUre la _ité, de iir.e·divers traités de volre "Doctrine, Ifur votre Tbé~ogie, luda lréOOstipalion, etc., etc. Eh t.qtlj3~je b~oi1l, mon cher Moosicur, :00 savoir--par quelle étrtlRge·.rgpmenta1-Î@o, tesp-rit du fàUX eil parvenu il ilooner une lI1Jp8lenc-e de "éril-é par la ,fausse inlerpréta­ tioo d," setlS iiU~al :des Saintes Ecritures, an ~hoses lèS llus cootr:lIiresoux prillci~!l fondamentaux de Jorgaoisa­ lion humai"e; ·à détrui,te lunité di;le, ia miséricorde in­ finie, ·à rédu.ire la vie élernelle à .la nullité, ct il ne faire die moi-quu-n être qni ne peut plltS même vouloir OOqoo Dieu ô:i"ordQrine de l()ut~oiret ~e faire. En effel, je ne pliis .p3S ~imtr:sal)~ vouloir, ni faire sans vouloir et penser. L~s oombal8 que jèflrou·ve continuellemcnt -eB moi-même ne Uleprol1veflt-i-Is- pas suŒsammcnt celte duaité ualurcl1ect spirituelle qui constitoe ·mon Exister, dualllé ConF-tamment en l~lte.- et l)Coda.nt .)aqueJ1,e if est impossihle de. De paS voir et sentir q!.l~on sabaisse.et quon -se d~gladeà ses pro­ pres,. 3eux~ lorsque la l()loftté naturelle domine la- volonté -spititu:eUe ; etquoo .sélève et sélHJfe. lorsque la l~lout~ -spiritoolle, domne~ par la raisonl la volonté naturelle? ;Commcnt vouloir étudier è~·adoptcr-une foi qui n-e pea! être quun don graluif, prédesliné de toule élevoitë au~ élus ,?1.Colilmeut croire que je suis, dès le cOnlmeneemënt, prédflSli.lé à la Damnation Etc-lllelle, si je fiC puis croire té qne ma raiSOB ne peùt comprcnd.c, cl que :Jo ,sentiment même ~e mon existence me prouve être impossible.-Què fetais-je si un idolàlre venait me proposer de tire les 1i"T-eS ( écri,l,s pour sout~niT le culte des ïd?lCiI1 Na~rais-je pns le drOit de le .rept>Usser, sans même lire de pareils ouvrages t- Commènt, afrn de, croire à vos dogmes mon!lrUeux,re-. / DODc.r,A tUfts;.Jt~ senlimens ,les pIUs vifs et les plus potS ffIlη ) aient jamais fail vibrer les, lilnt!S.lcs plus sènsibl!:..~de mOQ cœor el de lliOD cmlend6Dlen1, dans celte v.ju maMietle d1~ ~nves à laquelltdl-e~renseigné,q~p, je suis sou.riÜs polir ~rmiDcr ,ma qualité éteroelleT......... Mcin amour poùr la clolR!e~um~~é~delR~,vie eAtière, i~ fàU~ Y: renoncer t·U faot reooncer -à ,ai~i celle qlli a parlilgéJoùles mes,peinea, ..tous: n~ ~im8.~CJf-"~J1l01tdt, celle :!Il1ima it eOlIDalr$ li: bonbeuNlètn~.Jtê.-r& Il faut: Milon àhu," lJ,â:"ilO&~.àtion:J!l~1Q~~ublime .i~?;~ , , -,.-- ~-.
  • 21. r _ ~2- ~ été accord~ .pax le Créateur. de toutes choses., fla~~ q~ ,,,ou,s.ne G~tnp-renez"pas qtJ.e l1e est la puiBsance de ·Dieu•. Car il . ~st~~rtain qqe lam.Qur conjugal ne""eSiambie . aucun all­ ~ tre,amoqr ; et parce que vOlis ,ne JlOUVfZ pas, ou n~U- j lez pas, en c0"i!prendre toute la pureté et toule la sé!!!!!.etê, ~.ous.J.e~étruisez_complè.t~fl:eot 1" vous faitespour.la vie /. ~pi ..ituelle . 1l cet égard, ce que r~s.e...R9.maiDe a fail ell~ . / .JDêmc pour la vie Ilalurelle. L~lis~no~ine n~nt .pas compre.nrlre If!. puleté, la chasLelè et Iii saintrlé ùu lien .J;ooj1,Jg~1 et.~u mariage, étlblit, pOUf rendre sa besogne plus}aèile. dans sa grossière çOllception de la vérité, que la ~relé, la ~l}as!elé, la saintelé, nex.istent dans leur pure sseoee que dans..la virginittl el dani la. continence absolue.~ Si.l()n pODvait cr.oire réellem~n~, et agir daprès la Doctrine .g... ..nomain.e, le monde périrait !,.. ~ protestaRlis~;il elt ­ :~.raj, ..r~conDa~t toules 1-esqualités-socia.les et morales du ma­ .liage.. eL~nseigne que cest obéir à la voix de Dieu que de IIP. mader,.JI}ais ne pouvant compre.Ddre la pureté, la chas,. :teM, el la saiQ.eté de r union s iri U(~lIe, il fait pour la vie .spirituelle, ce que lEg Ise omaine a fail ptHlf la vie na"" l~relJe ; il étrQit il alemenl lœuvre divine; de sorte que __ .... : ~nséqneBee des deU:l oclrines Nt hl wême ; la des­ truc~-i09 de.çe gui estd?rdre divin, la~jlQtinement. .•MlIJé:. SOit daD6. sa Vl~ nAturelle., soit dapssa vu~ .pm­ de 1~~J j~!... :. : . ..~ . ~Ainsi dOJC, voil:à 00 quo V(~ns moffrez, en récompense 41" IDOfl,., adMsioD â vQtre foi, et poor prix de ma renon~ ti3tion aux:pem3ées cOl)soiantes qui font ltspéran de moa "éternité .,-., Nulliê de~e ar~, nullilé d coopération a).eo la .diyinilé dans lélel.nifequi mest réservée; predesl" tina!ipn .qui nest a.utre chose encore quune nullité; enfin ,n,.I!i,té .pou( léternité 1 Tel esl le fruit d~ ~otre doctrine, (-dont la hase est ladpralion dun Dieu impossible eD trois pers,onnes divines de loufe éternilé.-.-Je !luis prédestiné à ()a damnation éwrnelle, parce Clue je ne puis croire ce que je ne,:ruis comprendre !...• Cependant, dites lOUS, je dois . prier j mais p,ourqlloi donc prier simon sorl est iHévoca:­ blement prédélermioé ? Et cest pour avoir critiqué unel " . :.:..JoctriJJe·Jlussi. cQDlrjlire à ,la Faison que Calvj-Q a f/lit brûler . . ~~_...... ", , . , ;,.---. ! erci, oh-gre.nd merci.. mon c~r QDsieur, :de votre - 4)fire oblTgeante de m.éclairer 8U vOlreLdoctri • Je ne L .1.~dQul~ pa.s plu~ l.a damna~ioD qU!~ dile~-vous! ·doit ê~
  • 22. .:c.. 23 ~ tnoôlor~ije né pense ~:~Qlls,quejé né trlrl!1ilJe,[~ l éomm~n~éa1iôo decfEglis~~om~inè:)quoi me damne ~g~le, ment SI Je ne soumets pas toutes 1êS actions de ma v-Ié a hl fègle d ulle, consci~iltè, q~ nest pas la mienne. VOs d~ux l1-docrines eo soDt aiTiéés BU même point. Damnation-: èlernëllè poor célu1 ~l1i-;fie soumet pas entièrement o Sllj ~ l/r::. /l ( Volonté au p~bso1u du prétendu vicairé ~u Christ ; ~ ,damnation MeTn~lI? po~r:~elui qU,i tle s~lJmet pas è~Îère::, _ tf L ( ment ~a pen~ée if ,J arhll~alre deI, ~Clr de} mtellJgence Ji 3 hnmame. "N esl-ceP3s 1 heure pretllte pour une noùvetle manifestà-tion Divine ?-" «Le soleil est obscurci, lu lune nè (t donne plus $~ IUl1lie,re, les ~toites" d,u cie/sont tombées sur la « terf(i~ les ,puissalces des cièu.x sont eornnlêeso» (Malh~, 1,XXIV. 29: ~30~Mârc~IlL2~, 25; 26~LuçXli. 40.~ , XXI. 25"à 29;) - Cest-à-dire, (l~près le sens gpirituel; la tharitè èSl éteinte, la> Foi D~esf plus éclairée, les connaissances du "~ieil ~du ",rai lÎéxist~nt plus, c~ pest plus lEsprit du Iclel qUI gouv~rne; malll les erreurs da la terre. " .Ouï; ",ien..; Seign6lÎf Jésus, viens 1» (ApoGJ XXllr 20) Que mon à.me teglorifiè, ~ Seignenr ,Lde Ce que tu as ou.,; ntt mes yeu~à ta Divine Lumière ! D()nil~moi )a force e le coorage de proclamer tOt1l(O~( par toute la terre. Les bornes decetleeorrespondâm:e nè me permettent pas de dêvelopper dune maoi~re suffisante, daprès le8- preuves ti~es des auteurs les plus célèbres, qui ontété pour ainsi dire, le résumé et le criterium de la, raison hu" maine, et daprès )~S écritures, toi.1tes les erreùls qui ré,;; Bultent des principes c{Jntenus daus votre lettre, et qui découlent de la doctrine d~ la t"inité de trois personms DP; r vines de toute Eternifé, et d~ ln Foi salvi(tqtie sans les œuvre; de la charité. Il faudrait des yolumespour prouver lilico hérence de vos argUmentseotremèlés cependant de cita trons Bibliques de Ja plus grande vérilé, mais donlles coilsé.:.l. qlences sont fausses par lapplication injudicieuse qlié Vous en failes au moyen de linterprétation naturelle et ar..:., bitraire sur laquelle vous ",ons appuyez,"-Chosè étrangè f(", -/1VOiJS condamne! lEgJ.ise Romaibe lour le lD:êniera:rr-~oDt -, vOJ!! ètès èoujablé~; ,VOUf lui refusez la fllcullé. de se ser," 0, "Vîr du m~me.·mode œ-confirmatioD que "YOUS éD;ipl, 0 ~epe.lida~ t vO ~ êGle;~poar.· protrtét: là.-vertté dQ:. /1 DDetrin° :Ro~ ïë=ré~ë~v~ à eU~ 8è~lo -lë":droit dinte.l "~er les crlture) , d "pre» l:e seôJ lLltéro.l,
  • 23. _ 24 ­ . L.­ 2.- IPYJa:do. sa DomÎfl oon ~p,ro~sWlti;r.Dà. acoorA1u: 1t cha~ elMl-oe I!Qt~~aiSS()1JS1 la,,~oDilllj~ii:ae.p;nser cwnme JukLe. "oh~~,.plJW wus,;dDu~ elit lemê~, ; la da:mnatio~ ~t LttJl!> :2.JI ~B5éqoence dei ~9S d:oetr,ioes ~ou~ q~oRqp.a ,ne. sowne&. !S- ~--J luX/., 8A,!?plo~té 9Ui ~ pe~Il à;; 1 ulumaUHn post), par li0Ul {()lJ~p~a,vu.~QDquia}le. droit ", de; ·libr~,. e,XIl,meà, à. ~~.. lfEsIl~d,:.d~rEgUse,Roma.jD~, e:J} V,ol1S affllaOGJIis~t de &a­ - .JiriDltliQ~" .q,ue, pour imP.Qiell au r.es~· du, g~nr~ , bpmaill-l!:ob1igatioll_d13 oscr, e.t, do. erOÏir~ eomOle, .1IOUJ. ·~.O -~&M:QZ d~tr: · b , ~;saDs r@éoh#l; que vou~J)? rai.. :.! ,1.:, 8lQi q~e clé~r1Flle, 1:001. no ~elle..;. SlfDS·.souge.5, q~6 SI ,B.a..,., • hsf.IODQ",~djV6()Ue l-e-xp.res:Üon,.de)a Dominatiool de" I:Es­ · p~.du.,.ma(•. eUe,.aa.itt wmmenc!i,p,ar, BAbel.•• c;,e~l-:,~e. ].ex.pR;ss.iq~ ck.:Ja...DlJminatioo: de ,V:e-split· - d-u.,_ ffltn l0" . i, . · l~gueil. de lintelligence humaine, qui croyai~4..- ,daus sa. .lotie, ,-p~~irl se sUbititU6li à.; lil,sage556. Divinlbt. " . , .;« Ge qyi, est~ fl;é. de:la chair. est chair, eLc.e qui ait 9é de. .~: ~ ff;1 ~r b.-sp.rit~ ,e$t. Esptit,». V(}U!l écriez-v-ouiI, i . (e Si; l:av./11Jglli i~:!; __ . ~ condutt un a~~re aveug!:e. tOU$,de:ux tomben,.da.m,la fP$6~ Quit p.9:Vn,ier. q,uE;; céla.~sQit, vlai/!: Q~i.,p,eut _~ier ;ég!,le..;ent -~~:te "i~I<Ï~ 8-9it.SÎ, baga,le,. q~ st,ces, parolasJle conle... Q"i,.~ u,n, SM)i:spifituef~c()nce,rna .. l 1:,E~c-TDité~de,.la. vie",cef11 tes.,.it -Ihl:aurait euoulJ..é nke68ilé<qn~;D~u ,de,eeodit, -(ur, ·Ja,.te,r.r6.. po.ur l~ adr.ess~.r..au~ hommes.:? ~ . . . ,. . .-VouSJ.-empJoyez.c~s.~.xpr~s~Ollp en, [!arlil.nt"de S,we4en-; .. bq,rg; pQ.ur, le çon~~iocre,d:err-euf (lt de menSQDge ; Rl~s~ qJl~ de ~qusol.depxies" r,éeUePleilt l~a~eugle" 1 ~t.-f.e. ~wedeJl-:; bDr.g <B4 vQit.Jor~quil ~gi de"l~omme s~ulemeDI, nat~: " r~m6n:t d(lns la .çlta.ir•..la vie, mal~rielle soumjse ~-UL p.a~~ .. SiO,Di. àl~ndai~es~,; e,tdu.ns lesp.l;i~, .la: ·vie spitituelk guidée. p~r, 16 etel" .lorsque la.raison humaine soumet. ses affections, JI1opd,é)i~86,à l:1J!lour .pour le Seigneur ? Est~ce Sweqeuhorg qa~~(lit •..qn~ndl,i1 ,sagit de. rallg-~ ,et .~u, $~igRfluf, ,spir.jt~eb­ Jl~t,doos ·la.ckaii;" la,;vie hl1maine, spir.ilueile ,aJl~ C<?!D­ plet~. pa",, ~:unioD spirituelle deS! de.~x priocipes.constituti(s;, de ..r.éc!~pljon de. la. vie diNiDe, et dans, t Espr<it, . 1e ;Scigneul. d~ q,ui ,:vi~n~J-QutJlrincip~. de vie ,d~~ffee4on. et, dei peos~?;-1 OJl;lj~~ll:râVce-ug!6, nlesl...ce pad~ahj.8, et.yousqu-i,oe N,oyez" .quaqd il,sjlg~ildo rhODWle ..nl4tl.tr-~Ueme-~t.dans,laclmtr t(}u~un, pi,iew!pe.J.c matière: mile ,seulement pOUf 1( prO.pagatioJ!. d~ . 1·~~~cè.hu~8j-lJe. malière.ipe.rte,.,et s-ao~ucun.alltfe, prin,... cipe vilal de ·voloné, inçapa91e. pal-luj-"lJlême déloueupe .au- autle coolH~ralion que du.nQ cooperation lIlatérÎ(lUe j. ne d~
  • 24. ..,....... ~5 - "1" vaut recevoir.la Jei .~I,l~pat don gr~tuit SÇ(tl~ aUCiM effQr.~ de sa part,pléd~s~(~~. deJout.~ét(~roité. à léleclion ~ à là damnation ; ~uyre)m:otnplè.le enfin, purebruteJ honD~ seulement pour JUD .ce,rlaio ~ems au renouvellement de. la race hamaine. ,matéri~lle, comme si, dans sa puissance iQ~ finie, lEternel n~aurait eu hesoin pour con lin uer son œu- ve admirable ,de.. con~.6rva.tion que de 151 coopération ma- térlcllemome.ntanie .de sa .créature! 1 Spirituellement, .cest pis,encore, v.~us,.ne yoye!Ldans la chœir .quun être.deveDa d:il~OFd nul, ~lmAJ,eni femelle, lange qlli·ne.doitreRr.eJJ:"o . dre sa forme première ~qu:à :a fid du moDde, et IOfsqùe la pous~ière de son corps matériel. sera perdue daos la no~t ~e~ siè<:les,et-;eela p;lrce quà cette, époque le nombr e des c.-it~ yens ~~ .cie1.sera,;au ,complet! . Dans,lesprit. vous ne voy~i quun principe incompréhelis;b!e, di"isé en troi~pefsQj~n~s divines, ayant, de~ tO!!t~ .é!ern~l~ . chaCUoe une attrihution pm·ticulijredan~ le g~au4· œu vre de.la Création, de.la .Ré- demption ..et de.la ,Sanct:lJication; vous navez oub-lié QU.J;JQ6 hnp9ssibilit~9a.ns.C~tte incoIDIHéhensiLle expressi,on de J~ f~j5saDc~ Divine, cest/de nous enseigner laquell~ des .lrQi,~ p.erso»oes diVines est char.gée de laPrédestin1:lion des n,a~ ... sances et des .décès éternels~ , . : Euneste aveuglement M lorgueil de li~telligC;llc~ bu~ wajue ; obaos inextricable despassions hUID~ine~.,dalls Je·· quel,certes ïlnest pas difficile de comprendre:qlie DOUS cus-.sions de DQtVe.au été eDglou~is, comme au déluge (au sens spüilucl), si le Seigneu.r,ne nou~. avait dit: « Voici, je suis « touj01LfS avec tlOUS .jusqu à la éonsofnmation deu.iècles )~.-. Malh. ,xXVIU. 20~~ais I~ prophétie il enfin. eu son. ac- complisse~ent i.....JI. ~tait écrit,:« En ce jourTla il y, aura « un sentier de l EiJlJpt~.,ea ASI1liur(l~n9uevienne. Ascliur .e~ (~.Egypte etZEgYLHe.m A.s.c{tllf;ctscrviront les Egypticm av~ .« A,schur .--ÉfJ ce jour, lèi:scra Israd en troisièl~le ~ lEgypte « et à Aschur , Bénédiction au milieu de la lerre que .1H!.nira «, JéhPf;ph. Sépq.f),t}t ert disa1)t : Béni s~it l1ion pel.J;ple, 1: Egyp:. « .te .U1t r (1Juvre :4-e .".tes, !l(ûn~ Aschur i et mon héritag~. ... Israël,»,~Es,!ï~,~IX. ~3., ~4·25.. . . ... En cçjollt;:)à. c6s1ïi~-djrc d,ans.létat..auquel était pàî-..- "erm~ Jhumaùilil à. l .époqu~ dlt IJ1:emier ~cèIlCll~ent, les cou ... llai8Safl~sJU+~1ÛlJ!6: ~Y4eDt ,suffisftn::m~nt formé.la l~{lu ;huin:â!f.e ~r 1&i Jil!re~ ,»coo..Bte~l;t, rccelll1aisS;ariç.c~ d~ un:Dieu )D.ÇjuQé et ~epce~lü~uf l~ Wr,à,afj~<d~ sallver l m~Jljié.~..t:PJAe jo~r là" ,~t:~~.à-~if,~, lorsque., la rlti5U
  • 25. ~ 26­.,.1 .1I~M I!st ·.parvëDue troll 1es sciences naturelles et le jug~•...U;/J tbèlil rationD~1 à· séleyer à létat spirituel, lEglise, ce&t-à­".:1 dîte 1.e sentiliIent êt la pensM du Divin dans le cœur et. . daus lentendement de lhommel proQuiront les frnits que dOit tWtfeùdrcde nous CELUI à qui nous devons toot, CRÉ­",. À"t16N, id:t>èIllPTION, SANi:TIFtCATION, le TOUT PllISSANT eo" llb ljnot, NÔTRE SE1GlŒUR JÉsus ClInlST, SRIlL DIEU DU CI EL it DE LA TERRE. La science nest plus chose vaine, lors­ qoeUe PAt béni.nIf) Seigneur; notre raison est bien 10u­ tragé de sa seule Pùitl~nce, comme tout ce qui existe; et . -notre -élat spirittlel 6n angélique est ~ien le .Trésor quil iroù~ ,réservait depuis le Commencement: Ton héritage vé"" filable, Ô mon Segnenr et mon Dieo, le pins précieux don èle ton iltnoùr infini, pounu que noUs taimions et te ser­ ~ioDs libre-ment et ualontaire~nt 1 - . îe vieDsde loin; Monsieur, de lEsclavage en :egypte, aont ma déli"rê la puissante miséricorde de notre 1)ivin . Sâùveur. Cette même miséricorde m:a fait franchIr Aschur èt je suis presque en israël, au pied de la colline de cette ~~lêtn d~BS le sanctuaire de laquelle japerçois déJà notre Divin Mallre, tnenco~rageant à franchir Jes der" niersopstacles,du sentier épineux qui mène à son Taber­ Dade. Vouhoudriez, vous" me prouver que je suis dans la faùsse voîe, et me faire reloorner en arrière ver.$ cett~ Égypte dans litqueiJe me tenait captif lesprit de lerreur ët du mal J Arrière, "ous, dis-je, et laissez-moi paiSer, laissez-moi süivre ceux qui mont indiqué la route r laissez-moi; puisque jen ai le courage,~trronter les ~r­ -Dières difticultês de Dion douloureux pélérinsge ; laissez­ moÏtlbattreèncore les dernières ronces qui obstruent le pas.. ~age, et rendre plus facile le, sentier dans lequel je vOis ;déj.â~ gravissant péniblement après moi, cette foule im­ inense quaïiime également ce besoin impérieux DE. L). "BOl ;llrfÉ ET DU liONDEUR ! "-.; La "érité, oui la Voilà, Monsieur, et DOUs latrouon~ iont entière dans les écrits de ce fou, de ce visionnaire. -de cet imposteur, qui nous prouve iOëontestablement sa "_mission Divine, en nOus faisant connaftre le sens spiri­ :toel-d~s Saintes tcritures, seul moyen· de comprendre le èiglu~nri et de pouvoir laimer el le servir. -Je ne pum ,·"0o.s donnêr ici toutes les preoves de sa mission, -préùves renférm~es dans ses oUvrages IÏlèmes, cal .tC5t ùn niôme de :vérité r~coDDa, que la Révélation
  • 26. -:t7 ­• le prouve .par la Révélation mème; mais il nt une preuve générale à laquelle le Seigneur sest soumis )üi~même pour prouver sa propre mission: (( Par h fnût, on cannait la qualité de 1arbre. » Toute lEcriture fail foi que le Seigneur a voulu être jn. gé et cni daprès ~es œuvres; toulle chapitre X de Jean, en est, entrautres, une preuv~ dun bout ,à lautre: « /6 1( suiJ la. porte, dit-il, .je suis le bon berger; je connais «mes bre~is ;·/a.i ~ore dalJJres, brebil qtÛ ne son~ « plU ds cetiebergerie, il faut (Jussi que je les amène ;: « les œuvres que ie fais /:lU Rem de ~on père ren.­ « dent témoigJJage, ~ moi; moi et mon père flOUS ne « sommes quun; sije ne fa,iapas les O!uvres de mon père, m u me croyez pas; mais si je les fais et que vous NB VOtlLIE~ « P A.S rn~ croire ~croyerf .iL mesi .œuvrcs, a~n que VOUS connais- CI. siez et que t}ous croyiez que le père est en moi et que je suis, « en lui,») etc ... ete. Il faudrait des volumes, même au faible dl!ir~, auqnel je suis parvenu, de la connaissance da Ben~ ~p~rit~el de la parol~, pour rendre compte du monde, 4 affection. et de pt::nsées que soulève dans lesprit la leclur&_ 41e ç~, seul chapitre compris dans le sens spirituel 1••• Oh,­ ceit que la Parole na point été écrite seule~ent pour u~ peuple, ni pour une portion de lhuDÏapité, ni seule~eD~ pour les .J nifs, ou pour ceux qui sont de lEglise, ni po~~ ce monde, mais pour léternité,. pour tous ceux qui sont ,e~ .ce mQnde et dans lautfe, pour tous les gwbts de lunivers, kbi-té, pour ceux qui sont de lEglise comnJ.e pour ceux qo~ nco sont .pll,!. pour les Juifs comme-pour les gentils.-.L~ Parole du Seigneur est le Divin, lInfini daus ~~qoel il c.st &out entier_. daoi lequel nous pouvons touiour& pôiser, e.t par lequel nous p.ou von~ toujours pro~resser, depuii réta,t §ensuel du .rellrésentatif de tEglise Juive, j,usquau céJesto du cier i,ntim~, dans ulle ,progression toujours croissan~ daOlour et de sagesse, dans le sein de lInfini par le Sei .. .gneur, avec le Seigneur, et dans le Seizneijr. S~.yement~. il faut vouloir et 60mpfendre 1 Lautre preuv-e générale qui nous est donSlée par Je Sei;. g~eu~ poor nous guider dans lappréciation de ce qui vient .de,iLui.ccst-à-dire «le J}ieu, 00 de ce qui ne vient .p~s de Dieu.c>es~ que D9qjdevons toujQurs retr~uv,er.lamo~ .de Diell et ~u. pr~~o ."tout ce Q1;Û se dit V6ir da ~llÎi cal,1l ~eDsoigné:·âimei~,DI.~i, par de,,,,$. tQu~~h, ~C ~ pr~~~,"~ ~~-$~~.m!l!~!c;·t~ !! t~ài!1 ~i -pr~4~:1 ...,~f;f.l~"~2,~I~ et",-.. .. ~"~"l~f; ".­ "~t~>!,~;"1~~ ~",..:::l ~ ~~~~-.~:~~ -.. 1-" -~ . . _-:.
  • 27. -28­ te~ j, .. LOI fODdamen~ale dont persoDoe ne peut sé~ltter ­ sans errer. .. Il noos . est donc bien facile de reconnaHre, même en nous;-fllêmes, si dans nos prol)res inspirations, nos pensées1. l d Iio~ alrectioDs Jlous ,ienDent du Seigneur par le cie!, 011 de le~p-l:it,du mal et <lu faux par les sphères infernales, C~jr • 1 cèst du ciel el de lenfer, dobt linfluence est lenue en " é91)Uibi~e. par la Puissance d.,! Seigneur, que nOtl~ vi~l1f no­ tre lih~~ arbitre, et n6ndaülrËl p~rt.-A plos forte raison ri~,uS:·èsl:.-il faéilede reconnliilre ~i quelqu·~n parle au nom du:Seigneur, ou sil parle de lui-même; car dit enborele . ~.élgDeür ;..(Jcan XVI, 13, 14; f5;) « quanâccl/Li-là sera «"=vcnu, sat;otr "ESPRiT OK VÉRITÉ: il vous conduira dans," i tOt~iè ld vérifif, ca:r U Ilè pàilerlJ pas par sQi.;rnéme, maisil ~-"i( dHq; (91l.t. ~è qn-cf aura e1l,tmrlu, èt vous allrlon1:era les «c7ig~.es·à l~rtft" Cest I.:U!q~i.Li1ne gIOrifief.a,lJaf~e ?jü"il prèn­ •<tpiâ dëce qui,lest à moi et qi/il vous latitl07tcer!t. Tout ce. (rqp,e~ÎoN"pÊIE d est à MOI; i: est poûr({uoije, VOUS ài d-i-t Ç(; Jt~ il,,~re~d:a d~ ,~~,9,!hi:c~.t AtriOi. te _q~ il ~0l!S ~: a~~~nf~~1» • C~s parole~. ,~.?nt ~aIis cobt~dI,~ lO~ompre~enslbJ~s et l~ex- , ,)1i.çab.lès)sr1iô~~·a·(jps d~ Ia,Tdnité lidée de trojs péiSq,n:~ - ;réS dl~ïDeS"aJàiiféllacuIfe oilé irtlribution divine parlicu­ , 11~~r~ çl3j(si. PQûs s3l.vôrrs ,qite. le Tlmh: nivir{ est dans la: ï?é,rsi1nne.ùnique de ÎôtRE SÉIGNimn }É5US--CuRlsr « en quiJ ( lt~bite ,ce~pore~!e!1ièti~ . t?Llle cà plénitude de;la Divinité, ;1 é6P,1~i,e. ren$ëignë:~ai:Jt; si pal PimE nous compre-­ #on{lè~,:oiyiN qpi.: élâit:"p~r:conéeptior;"l)ans le Sciglieqr. ëômIiié lârrié est dànsle c6rps ; p,tf FIL~ta m~:inifeshition ~u Divin GÎl-:~hcYird-ànsle lèlri.S·; er pàt SAl~T-Es~IT, fin­ rlnx; lô Dn;lN HU~"A!~ de JéSus Glorifié, du SEIGNEUR seul , i)ic.u dû ~iel el dela lerrci ; nous pou vons enfin parvenit ,~~à,~~~i: UI!(.j>,8~~~P.~~?D de . l~ ~u,issance pi:vine agissant en no-us par Je Clc1, SI DOUS nOllS laissons gUlder par la pa­ role du Selgnetft ; nous concevons enfin ceUe sagesse infi­ nie" qui nous a Gonné Iii: facuIte du LIBRE AHBlTRF, avec la 1.1olOl~té .et lentendement pour pouvoir librement comprendre ét aimer ce Dieu de (ou te ëternité, notre Créateur jDotre .:.Réde())Pte~lr,. notreSa~ctifickteur, même au risque d~s 1ip~lh~iùs que n6usde,ions attirer sur nous par notre pro­ -. p-ieJêl~te; caf te_ Seigneur -~avait, par sa Toute-Science, . q~e : Eli. ce jo:ur-.là,~1 sa; ptiissanèe ef sa miséricorde rn­ . fioies; «Béni sàait son pe-uple lEgyple, Aschul louvrage de !- $CS 71HtÎItS, er-/sraél sàn hériwgé, » "
  • 28. - 29-­ Cet héritage, ô 1D<JnSe~gneur; t. mon Dieo., "préparé pmU fils de nunnme Gtst#br~~ évidemment la vie suiva.ilt lJ~s_Trît d-e vérité qùi çoo st.i lue :dorénavànt le droi t de le possé ­der.-Tous nous sommes appelés àlc rccueiHir! hifs com..me gentils; ~esll-à, 11. Ii.en plus douter, lesprit de la lellrede ta Divine PalOle.-IHaI1ait avanllheu-re voulue pour lEre noo,eUe <p:réparée poUT ta Divine· M:mifcstation en Esprit de ver-ité,que cet Evangile de ton ,Royaume r~t pre"": ché par t01ite let terre.-. ll:fallaitavant que lon NO:ll"UT UNET TON PBUPLE UN/que tous les peuples ct toutes les nations de lunivers (ossent préparés pal les bienfaits de. la vie civile; sociale et moraie, dD1H"èJ.la leltre de ta· Pa­role, à ·la, vie ;spiriÙwll8Ïei·bas comIne au ciel, pre O"e dé...finilivé que toil règne ~èr-aveDu,- que la ,oloBté ,auta·étéfailesor fa terre eomme /lU ciehbul d~finilif de ton infiniemiséric?rJej bntqlc, bOll~ Dé pou" ions voir et oollprcoore quà-rliéure"oultied~ ton secondAv~uement, sa"oir : Ta manife.station lm~sprit de vérité par la Révélalion, du seils­ spi.rituel·qui:· constilue le Divin: même de ta Parole. . ...C~ JOI1R ~A, :e~t, certainement . ton avènement -en esprit de ·;érité, comnie ie premier avènement eul litu par î1N­ C:,llN,(hoN; ·,pour annoncer la Parole de vérité dans son· sens littéral. ·Le premier avènement c~est le (tls de l1L011lme ;. te­ seconti·a-vènème-nc· est esprit de .Cé,.ité~ , Jou~Eltl gloire dans le ciel ct. su l la ferre, jour d&lccom~ plisSémentdes (lropheties de lancien el du nouveau Tesla­ meüt ;~io"Ur ,de glorification pour la chair et pour lEspritl savi)ir;fEsPlitde vérité, cest l~i qui. la glori(té !..Cest: lui qui,faisa,ot disi)araî-tre les ténèbres de limelligence ~u- ­ maine, flOUS! monlre eofio dans toule sa gloire et dam, toule sa puisiance, ;1.E· VBRBE INCAllNÉ, « ~ette lumièl:e qt.i· « était au commencem~,lt auc Dieu; el qui étmt Dieu, par « qui toutes·ikoses ;-ottt élé faite~; et Rien dece qui a été~1(Jrit « naétf.fnÜ sansellerqui était dans le monde:, mais ,que le.., « ,mElttde"na pas ·connue.» (Jean 1 ) . , - ( ,Je su,is tlivant·; jai~été mort, mais maintenant Je StUS « vit1an·auxsiècles des siècles, AMEN,. et je h:ens les· clés··de «. -lenft!t et de la môrt.»·(Apoc. L 18.)- 1 "."" . « E. au milieu: sc la Grande Place de la t>ille, et· sur· les « -deux bords, du FleuiYe., tftait l:a~br.e de vie qtti" porte douu « fruits, .rtndallt-j~ftuit chaque nûris _;;~e.t lèSrfeil,Ûlks.~ oot .( àrb1:8 ,étaiènt pour UJ"glJirùo,ti lÙS.ytfEtt1t (Apoc; XXtf 2. . Im~oseUr.èt mente:ui;1~i~~~Q~., ,"oDlielf~ i1n~ .
  • 29. ~l ........ ~; - 30-, œluÎ dont le témoignage,es,( sans contredit le p!ns certainI~,h .quauct!ue eréature de Dieù ait j~mais pu produire de sa 1 missioD,commeinsl~ument de la Divinité pour instruire les hommes, elles ramener vers le princifle ,de TOUT BIEN Er DE TOUT· VlAI!-Imposteur, parce quil déclare quil na1le été quun ~~p/.e in$trument e.ntre les mains do Seigneur. et.i~ i quil a été choisiponr DOUS faire éom.prendre· la " Parole Di"j~e,.-e1. pour faire cesser tous DOS doutes et toutes nos".:; iilcettitu-det?-lmpos~eur. parce qu;e seul il peul nous dopo.er les explicali0E!s indispensables pour pouvoir com ­ · .pre,ndre les saintes Ecritures, depuis la Génèsejusquà lA­ pocalyse ; Imposteur; eelui qui seul peut prouver à tous que le wristianisme-est véritablement la Dernière expres­ sion ,de la volonte Divine,~ qu~ çlst J!Jo s.eoJe ~oi;· qui" . puisse faire de tons les peuples un seul peuple" ef de tou ­ ksJell nations ODe seu1e nation, sous la "iv.~fiânte influence . du sellDiell".Créateur, Rédempteur et ~aDctificateur de · }1.hU:.Dumité:"entière., NOT.IlE SEIGNEUR JÉsus ·CHRIST. la seule Foi qui le, tende vtvant aux -siècles des siècl~s après quil a .été -mor.t ; c~st..à~dite qui fasserenlire, à l:.lJNITÉ . JHVllIE toute sa gloire .-el:ia Puissance" par )bumanitè"trompé~, aprè~, qae celte. unité.:a été mécoDnu~ et divisée en un~ Trinité; .".~.- - iJn~ssjblc do· Trois pers.onnes Divines de toule Eternité /,.••• . , .atais si vo~sDe,voulez pas croire quil soit le ,seniteor~ c:boisipar:Je.S~jgneur,-j ugez le du moins. par 14 règle da­ p~ès laquelle le:Seigne.nr a voulu être jugé et Cfl); jugez~ le paf_SIlS œuvres.; lisez-les, et ne le condamnl!Zipas sans aV,oir.au moin.s pris connaissance de ses lettre.s de créance. Sieest un imposteur et un menteur, prouvez quil ail une seule fois usurpé le droit de parler en SQn nom seul, et t cl~après SOn opinion personnelle; pfou"ez quun seul •. ~5 écdts ne soit paf! empreint. dun bout à lautre. du INm~iment de la -charité et de la ,vérité de la Foi. daprès le principe Eternel de lamour de Dieu et du prochain-; ~ar cest là la. loi et le~ prophètes, le Seigneur la déchué. , il 1 jUaïs D~lI}, ce D~e5t pas ainsi que procède la calomnie hu­ lDajne., lorsque.la vérité .offu.sqoe notre intelligence obs. eurcie; Linsulte, et lioju.r.e sont alors nO.8 seules armes ....,. ~~ètdenbo.rg est un imposteur, parce .quil déclare avoir eu · ..desv~si.e~s de.lEs{}rit. et qne. ce quil dit aVQir vu _ne ~. __ ~, dllbocd explica"ble ni par nos sens grossiers, nipar / nos-facollé5 naturelles 1 Eh! mon ·Dicu,. Monsieur, par qliel moyell lbuma~ité peu!·~lle péD.~l[e.~ daD! ce _ monde
  • 30. : ~àl- t&1ë~nIl1, ir1âCe~ssib1e à nos sens matériels, si ce n1est par . les organes de celleàme subst~mLieUe,. 00 de rct Esprit mçme,destiné à habiter ·co monde?.Rejetez don~, dès lors, toùtes les Ecrih1r8s; ~ar eUes tle sont fondées en g.rande partie que sûr ks "isitJns de l Fspfit. Si vous vooltez .réflé. chir et examiner ave~ suinceHe question iinpor.(.(lt~, v.ous seriet oonvaiucu quil ny a, pas dautre communication possible entre le mo~de matériel et Je mqnde spirituel que par les visions de 1-e."rit. ·En ,effet, dans létat dintégrité. primi~ive, l"homme joüissait pendant sa vie matérielle, de la communicatioD. constante avec le ciel et avec Dieu; . celte commuDicati~o Ila êlé interrompue que par la chotes de lhomme; et na été eteiotp, !Wis non pas entièrement, qae lorsque leDiviRJi~ plus pu pimétrer di.·ectement jU!- quàrrhomme na(ar-el, pa~uquela pureté ne peut pas êtNl reçue dans limpuletéj sans causer la destruction ~eDlière de ce qui est impur. . Cest" delà quelt veDnela nécessité de la Rédemptioo par lIncarnation. ._ .. - . Les extatiques ne .loient pas des objets matériels mai·· . des choses su~stantielteB, comme ,expression des pensées et· des affections qui 800t.· des formes représentatives.-Sous ce rapport, il ,oest pas plos difficile de compr~ndre les cboses vues par Swedenborg, que celles quont ".ues les prophètes,.que ~cUe:1 que :sous-enteodait le Seigneur lui - même, lorsquil disait, par eXé~ple, Cftii~ faut manger 50"- cOrps et Qoire son .ang, quon mangerait et quon boirait à sa table<Lans le Royaumide Dieu (1) et quon verrait" les ap~" tresassis sur des Trôn-6.s, etc., etc. (Luc. xxn. 28 à3L) Enfin dans tant dautres pa~sages des Ecritures où il est question de choses ."ues dans le ciel, et qui eer~e8 nêt.âieD:t pllS des choses maté~ienes, mais les représentatifs _ d. principes d!aifectiCiDs.,el de pensées, daprès la Loi des co-r·: respondances entre les choses du ciel et les .cbosesde la terre; Loi qui nesl.,pas arbitraire, comme le pTë~endeDt ceux qui repoUSsènt la aévêlation de Swedenborg,. mai. LOI réelle daprès lordre Divin de création.-(Luc X{~. 29-Matb•. VIIl~11-Apoc ..XlX. 9) Apoc. Ill. 21": Matbi!O XXIII. 2~ ~.~ &a.) . rt) Ces eJp~es;io~s !.;.-:.~o~ i.e lieus Ift(lrttlf. ". ;-.
  • 31. -"32.­ ~:.Bi rUnité J)~viDeestl~un~ vérité,.si-l~xis(encedun Dien ,..nique, Créateur!. Rédempteur .et Sanélificateur, est, one ~létÜé,:; si la vie spirituelle élc11ldleest une vérHé.; si la . .Jl~rte de li(1t-égr~é .des facliltés. primitives de lhumanité .cstluDe~élilé".sj,·le ,r4l11blissemeot ~e lintégrité _de ces "fa,cultes, ,par. III :.Ç.égenération est une Véri té; si enfiu le Cbri~t.ia(lism~est u~evérité, en ce ql1:U soit _possible da-. tnc.nér tqus: les peut>le~ du monde.à l:lQe .Inême croyanoe et ,à JlI)~:Vmême;.ri!gle de ,conduite; . aucune aulre Doctrine D~est..()apable «e produire Qe résultat, «tue. la Doclrine du ChristiaQisme donnée par le Seigneur même,. et contenue .4a.na.les ou.vl:ag~s de la: nouyelle Révélation à nous trans­ .mis~-.par··,EmmanueISwedenb(lrg.. . ,_ •. ,f;.uni·versalité, d~ SOli ap.pli~ti<;lD ·ne peurêtre comparée.: ...qul4 -sa. sublimi!é. Elle ·ne, ,J:6p.olls-se ~ucune communion cbréHènne •• aucun~ cr~yange ,.quelconque, mais elle r.eclifie Jès erreurs de chacune, pourvu que, par .le, ,sentiment de ,:.r.I1.lP.9r..dc Dieu et du pr~cl~a.i~,.pl~ teuj·He .prog~esser dans ..là vérité·.-Elle est aecessible à tous; elle -éclaire tou les les -,~pfspieoces~ .elle .l~d~~sse tou ~es ,~e.s. err~urs.-·L esprit "du mats,eul ne trouve pas aCl:èsdans son sem.-Son mot dol:" .,cfr-e~·èst }ep.entir ~et. Régéoéra~ion:" et Rédemption ~n ahon:­ ]~,ilcê ;·.. sà-iécompense e.st a coopêralioo élernell~ avec la J .Diviôité pour. prix ùo degre dutilité de, la vie matérielle 1>~~JÏd~Dt lépreuve de ce--bas, monde; sqn espérance eftt le :J.lon~~uféternelda~s lam~ur .de Dieu par lamour.du pro­ chain~ par léléva~ioo successive de toutes nos facultés ai..: mà:Otés, et. in-!elJjgént~s. ce~t;à-aire spirituelles, écI:airées ~frêchau.fféespar.la Lumière DiVine. Ce résultat nous rob­ ~éno,ps, si nous voulons lihrement aimér le Seigneur el li­ 1jr-ement obéir à ses commandem·ens .. Vne heureux sur la ~~re. ~t.~béjr a~X commandeÔlens duSéigneur, cest vou­ loir êke énlie-ses mains un instrument de bonheur et duti­ lité pôurtous çe~xau milidù desquels noos vivons ici bas; l;I réco91pense de ~ett~ vie, terrestre; promise au ciel pOl].r· ~~;l~rnilé, cest de deyenir Ange, cest-à-dire de deveni!, J4~~D~ ~a pl~o.itude ~ nos facûnés de réceplion de la vie ~i­ Vlll~, un- lustru.ment de plus en plus pur entre les, mams dé l·a DivID~ PQvidt:nce pOOl réagir sur le mo.nd~ moral ue nous avons quitté i plus nous nous rapprochôns par A1é,~ation de nos facullés de lintime du DiYtn -auteur de j~iiescboses.plu~ nous nous élevons (l..~nslinfiDi, pour réagir également SUI, les divers états spirituels cl céle.st~5 par les.."
  • 32. -33­ . quels nous avons pas~é, daprès les Lois «le perfectibilifè indéfinie. . Qui nepourr,ait prévoir quels seront les fruits certain. dune Doctrine de vie aussi pleine de charité et de vérité, lorsqu e lavclonté,de Dieu sera faiLe sur la terre comme 8Q ciel? « Larbre de vit alors rendra chaque mois sen (ruit lit cela dans la pl!nitude des douze mois de lannée! J) Mais appliquons également, Monsieur, le même prin­ cipe, aux Doctrines, des autres Eglises ChrétienneS, et iugeo~-Ies.P.ar les frulls queUes onl produits Da quel­ les sont en état de produire. . , Nous savons déjà ce quont produit la Doctrine Romai­ ne et les Qoctrines Protestantes, auxquelles il a été accor­ dé par la DivînePr:ovidence de gouverner le monde civi­ lisé, par la suprématie des peuples qui ont été les délosi... laires de ces Doctrines. . Mals vous, ·Monsieur, répondez, vous qui prétendez que votrel)oètrine es,! lexpression la plus vraie du christianisme, éomJDe l~présentaDt lÉglise la plus éclairée du Protestan­ tiSllUt.~Répondez!que peut produire Vi)tre Foi deJIlPré­ destination, .:: et quel est celui qui se sentirait le moindre courage pour faire un effort s.ur lui-même et chasser de,sQB cœur et de sa pensée ses mauvais senlimens et 86S incli­ Dations vicieuses, lorsquil applend1a de vous quil est pré­ destiné de Ioule Etern;lé à JEJeclion ou à la Damnation.? -Q~i pourrareconoattre dans votre voix les accents de la vérité, qUi,nd vous direz que la Foi seule sauve sans les œuvres de la charité; que le -bonheUr éternel consiste danJ la nullité des sexes et que la résurrection est ]a reprise, à la fin du monde, de -nos corps matériels devenus poussière pour viVie une vie incompréhensible et indescriptible l •• Sans contredit, le Protestantisme a été une action _PrO!­ videntielle en arrêtant lËglise Romaine dans ses .eriy.ahisse~ mens ; en .remettant entre le,s mains de loos les peuples les SaintesEcrilores, que le pouvoir humain qu~ veut· ~ , substituer à la Puissance Divine voulait confisquer à. spn profit- pérsonneL pour en faire servir linterprétation, aux besoins de~sa domination .. Vous ~vez réduit Rome aux ~})ois; !ans,la piti~ .de la. France qui,, par un resptlct CQll­. -cevable:-p.op.r ses .yi6ilL~UùitjQns btc.J;lq~~eUe ait,ces.sé d:y ~roire., --prel~ eiloore .au ~Spu~ain ,Pon,iftl80n épée ~icl .tieu,sepoude Jila.iriteDir~aùl"Pg~~ ten.~ti.f)ece . ~ ; tle, celui quï.-seero)tÙ 1~ ~i~ de ~ je lOlill ...-r.. ...zr­
  • 33. .,. ;;;;""34­ ~bl et ~trt U T~rre, -le: P3p~ ne serait bientôt plas quan . ()bjet de déri~ion à caus_e de ses folles pré tentions, et serllit i~ntôl cbass-é de ses Etàts par ses propres sujets. - "-Lè Protestantisme a succédê au Cathûlieisme Romain ~nsTe monde ci-nlisé, cest un point incontestable; ce tot.t les principes de libre examen et de liberté de cons­ ci~Dce, droits conquis par le Ptûtéslaotisme sur le Pouvoir qtihonlàh tout dominu, le ciel comme la terre, ce sont ~!iPritrcipes et ces d-roits qui sont la base de la constitn­ lioti"(le la eivitisation depuis III Réforme ët la Pragmatiqoe . 8.anctÎ9D.-.De même quautrefois sous le drapeau ea.t-holi­ -que romidn de YEspagM, Je soleil non plus ne se couche Pà~ surîes Gontrées soumises- aux puissances protestantes.. "Qùà~eZ-"-ous fait-, Romains et Protestants, de cette sapré­ 1JiaUê qtiivous a été accordée par la Diine PJ:ovittence? Partout où la Doctrine Romaioca dominé sans contrôlej~ il :eSi·-eer~:l.ift quil n~est résult-é qùe superstitioD,et par COD­ quent dégradation morale ponr lès peuples entièrement ·-toiijiiis àn principe -de cf?l1science qui y-a chercher sa. règlè 1fe eQnd~i~è dans une volonté étrangère à ses propres ÏDs­ pira:îioîis, dans la volonté; dun pouvoir sPirituel hftmain~ -300t la~:lkétention -dinfaillibilité est· impossible et mons­ -rrueu~é ~.. ,0" •• ·.--:~Pci1l-t:voûs; P1otestants,il nen est pas tout-à· fait de . ~me, iFest "rai, maiS qua:vez-vous produit? car cest p~r1à qMlit~ du. fruil qu!on juge délit quali-téde larbre 1 ­ ~(Luc Vl.-46-V. "tQ-VIl, 9 à 27 XtU-23- Marc IV. 20 -1..ne "lU. 15-Jean XIII. t 1. elc. elc~ < Ne COmp1"eDa:"t de la Religion du Chr-i.st .que le seoti­ ·.jDent du droit,el te Frofit mâtériel basé sur les· seuls prin­ ci~s de, la m.oralilé sociale, vous navez-enseigné que la bnnmss-Ilnte de -ce dioit, vous navez introduit, partout -6ùvoushrvu dominé, que le sentiment du droit au liien­ -êi.e maJériél socia1.-Le .revoir vous étàit inconnb, la­ mOtrr de niéiI et du procba-in était sur vos lèvres et non..1 fdâ-ns vOs cœurs ; l~ vie m~tériel~e seule occupait toùtes vos/ li~nsées" èt malgré lamélioration social-e et moral~ qu.e YOÙi âv~ iJitrodâite dans la soCiété humaine par la COD­ ~ête~de la·liier:te de "coosciéIroc, vot~ œuv-re incomplète .,", . :rest-é~ sans vÏitrë-eHe. Il voàs n.anquait le sentiment de ~1l:trit~~-lipifitùélkr;qtFseul umnespeuptes entieux et avec 1è~1; la Docitme ilu droit pas plus que la Doctriné du :~if it-bs&lu "B~peu.l lKdisfaire à ce nouveau besoiD de
  • 34. - 35·...; ihuDllnité ; de m6me que Je CatbolicHIIDe. RomaiD,~f.f" tealantisme a. sani dooteeu la raison dêtre, maisü à lai IOn temps. Aux nouvelle~ aspirations sociales il fam tni principe nouveau de direction; cest lheure fouine! La lérilé entière ·peut enfin apparaitre dans {Mt·son éclat ao~· yeox des bommes, par lehesoin quon éprouve de eharité~ ou de lunion par lamour mutuel.. .. « Il faut former un seul troupeau, il faut .quUPy ail « quun seul berger; il faut que toutes les brebis entendent la ({ "bix; il faut amener à la bergerie toutes les brebis qui-nen « sont pas. » (Jean X.) . Vous navez pas po le faire. Car il est incontestable que de votre passage sur toules les contrées où vous avez do: miné •. il nest resté qua le douloureux souvenir.de .m~îtr;.es e~i~nts et avides seulement des biens de ce monde,. et nayant auéun souci de Jéternité des peuples confiés. à·· v 0:: tre direction. Personne na pu sidentifier avec vouS- parce quil vous ~anquaille seul pril!cipe ~DnioD possi~l; e~~è Tes hommes et des hommes avec le CIel, l~ chante spm­ tnelle, le. sentiment réel et la connaissance éclairée du de.. loir envers Dieq et envers le prochain. . Vous ne pouvez davaotage espérer daccomplir cette grande œuvre, en réunissant fous les peuples dans une même communion de chari lé el de foi, car, :comment vo­ re voix pourrait-elle être entendue des brebis 1rû ne sont pas lle votre bergerie, puisqué votre bergerie eIlc-mêni~, n~est plus quune Babel dans laquelle il vous est impossible de vous comprendre les uns les aulres 7 _ __ « Alors Jésus, prenant la parole; dit au figuier: que ja~ « mais personne ne mange .de ton fruÏl.· Et ses disciples « lentendirent.»- . , ~ Alors ,Pierre,_ s~étant souvenu de ce qoi, sétai,t· pass~. « lui dit mai~r~, "voilà le Figuier que tu as ,(Ilaudit U~ . . « est séché.» """:Marc Xl. 12 à 23 • ._ Parabole par laq,ieil~ le Seigneur enseignait quà so~ avènement il ne .trouverait même plus le fruit d,1) lJielÎ naturel, mais les feumes seulement, cest-à-dire une. vain!) croyance sans lacte qui produit, ou en dautres term-es~.· UDe foi morle lal)S les œuvres de la charité. , . PârabOlldaCil~;à -èQlI!prendre l~rsquon sa:i~"que. par-- 1.· F-guier est sigoift.é. -.le- .B~m,Mturell,tés leu~lles les· ,renii A . r~ .coDqaissànces· de~ œJtien~ -~r-ri~rre·lafoi par l~­ ~UlgeJ,lCe iCllJeJllept~_eLpalJtUill~ _dll,lrri~ ,4(1i Phat!},6J~~~~·~ _. . . ::~~~~#:~/
  • 35. ~ ~36-= ,~,Êst~lIj d~né u~nl i~poslure. ~eUe révélation qui notig (ait ,:~,ir ~àns 18poc~ltpse la prophétie dela ruine inin;ti~ ~~te dl) ,lhumanité .SO~i la pression des deux. principes qui ilnaie?t goove~ner le ~o~d~ civilisé? .Li,n~aillibil~lé de !a"volonlê huma.me substItuee a la volonle dlVIne ; lw ­ , faillibilité (Je (iIilèlligence humaine su~sliluée.à. là Sligesse I!ivin.~ par la Foi ~a~,,:i~que sans les "œuvres ~e la chari}é; J.~prit du in!!l, et.1,espnt du faux; la Doctrine ~omalOe et lespoctr:ines Protestantes I-Dun côté; « la femme as ­ «sise sur la bête couleur décarlatê, pleine de noms dr. blas- fi( pMnes, .la Grande Babylone enfin, la mère des impudicités, • et des abominations de la terre; et de laUtre côté, les san­ ,~ -terelle~ d~v<iSiaîrices des fru~t~ de la t~ri:e <!Eec leurs formes «.hiztf,rrçs ethorrïble~; lB Dràg~n Roux voulant ~él)orer len­ "fan~ dl ~a femme qui senfuit ,dan! le désert; 1a MttffcJrri-,. c hie mgntallt de la mer, et la bête non moins horrible mon.. "« tant dé la terre, etc,» . . .-., . . LApocalyp~e est sans contredit le livr~ le plus ex1ra~ qrdioa.ire et le plus· inexl)licahle qui ait j~ mais paru; son sort cependant est plus extraordinaire el plt;s inexplicable , e.D~Ore7IncQmpréhensihle a~x yeux. des ho,mmes, pres~ que r;epoussé par la plupart. il a Hé ppurt~nt conservé( dans s~ parfait~ intég~ilè jusqBà nos jours a~ec un soin .t ~n respect religieux quon ne saurait comprenùre que .çomme prov~nant d.un sentiment indescrip·lible· qui nepeut .~tre qualifié qpe dintui tion prqvidentielle.-, Les plus .rr.nds génies ont tenlé de lexpliquer, mais sani; succès; !ai~emeDl a-t-on vouiu y trouver laprédiction des réVo­ lütions soci8Jes de certains peuples de la terre, ou des évè­ Demens humaius matériels. Tous les commentateurs ont ~cboué ; nuJl~, explication na po jusquici être générale­ ent a~mise. C·e~:pa.rce~ue ce livre contenait la prophé ­ ie des destinées futures morales et spirituelles (le lbuma ­ ..ité ; il devait rester fermé à liritelligencë humaine jus ­ ~. , qU.4u temp,s voulu, par la miséricorde infinie, lére nou­ lelle, lA. vènement d,u Seigneur en Esprit de Vérité 1­ rusqu~ lheure où lhumanité assez avancée en Egypte, en !tschur et en Israël pourrait sans risquer de profaner la. .c~e la. plus sai~te du monde, péoétrer dans le sanctuairê lIlêJlle. du Divin. ~è la Parole, car il est écrit: « Celui qui .c;l.lura parlé oontre le Saint-1Jsprit nell~blitndm le pardon .u.,~i dans ce sièc~ Hi d<UlS Ctl!«t qui est à venir J Amèn, -_~ c.est la "ériié! ! 1
  • 36. ...... 37 ---- ) Mmsre"enôns-~ncore, pour ~nofioir.. à lun ,d~poin15importântltd-errèut ·çoo(enu danli votrelellre..-1ff~(}lfs Jerepète, ilme flllldi"aitéeiire unvolumè énlierj" sI fiivDi~la prétention, mè~.àù faible degré de Vérité qne irai pu:acq-uérir, de combafli~ et de réfuter toutes les erreu~s qi1~ sont les conséquences clesprincipes émis dans votre mis8hi~~ , . Le mariage,,ditè~vôus;nest qutitI. cônirat c1.vil daptès l Evatlgile,~t pout le prouver, vous citez 1. Corioth : 7, 39; - « La femme est lUe avec sotf mari par LA LOI tout le tems « qtiilèst }:!} ;,ie ; mais si son Inad m,fint, elle est libre d~ « se r~marier à !1.ui~clle-volltlra; pourtu que ce soit ~l,(Hlle « Seigneur.» - , Je ne vous ai jamai.s dit le comraire, et je ne contèste nullement la sàges~é~dè< cette réglelde discipline établie légalemont par: Paul, au tem!!de ia~première Eglise àpoS:. tolique ; disposition discjplinaile et légale parfaitc"I:Mnt ap;. plicablede nos jours à la société actuelle. , Mais la première erreur que vous comméttez,perroeHez- moi de vouslc dire, est de confondre lEvangile avec ll?s épitres des apôtres, de confondre la loi dElernité avec la loi de discipline religieuse ; la première est immuable," là seconde subit des modifications suivant létatd~ réception de la vérité Divioo, des générations successives humani: faires. - Les Epitres de!! apôtresson( conformei aux vérité~ Evangéliques, cela -est nai ; mais ellcs ne sont pas lEvan-- gUe; je nen veux pour prenve que les discussions lfrt;. quentes qtri ont eu lieu entre les premiers apôtres "eux.:.. mêmes sur des points de doctrine, discussions cOnStatées par Jeurs propres épitres. La seconde erreur que vous commettez est de confondre la Loi avec a FoL-La Foi est la Vérité,la Loi nest que la dérivation et la conséquence Je la Foio; .plus ou moioi pure suivant la réception de la Foi. , , . . Dans le cas dont~iJs~git, Paul comprend parfaitement cette distinction, car il dit LA LOI et cer~s il. Da pas e~teIi: du LA FOI qui ,est tiu dogme de vérité absolue.--Cest ainsi également que le·Se.jgnenr~parlant aux Juifs leurdif<:Math. XIX. 8 «Moï~ vous la permis à éàuse de la dt!:f~téfie V(JS cœu;:~;;-T- ~"Oi5ë alorsreptésentàit la - loi Judâïqtut-Cest éii.deIQ~nt àâpres:".lb même.principe ~ne PaulPa.rlant altx cl,réllclÎïs~(fu,~sljfl)€jJoqueâ~u;~leut"dite:. « ~~mm c esHiée ~ a"ec ion ~ mhnLon.A t6i 10l~ i
  • 37. ;.... 88 ..--; (ft en "ie~c ef-à-dir~ f!ar la (QIIOO ,9OCiale ,qui déte;rm ine ëù. ce lJlOode la q-Illilé ~o li~titD~on do mar~ge; e.,. -faprès ce même principe qp".jl ajoqte ~ ~.. Ii son ~ ~l!rt ~lle ,est.libr_ de $e rem4rier e.~. U e~ ét~ abJur4e • Paul.de dire que la femme est irrévooabl~e~ et iDdislO~ )~bleÔlent liée au mari, pour lElerpité, 19nf{uil 8avai~ , ~ fort bien que la FQi m,ipe ,DO~s ~nseigBait q:U4t d1aQnn i Iii, ""surrectiÇl,»- serait jUgé Hlcm .e. œUl)r~ ! . ~. 1I<ds$ensuit-il de ceS parol.,s de. P-anl que le mariage :witt soit q",un contrat . ei~ j, après-. l. Evangi~ 7 ~oo sans colltœdit, car Jésus di·t: «tlavez-rous pasl,,!, q~ .CR­ « L~I qui créa lhomme dês fercom1JWlnccment, LBS cré"a 1nâl~ _ « et fmelle, qinsi ils.,ne Ufont plus ~tf3) mais un~ S Bule­ ~~h~iPJ ~c, Mat;b, XIX; 4. 6. 9. fi ~st donc clair et évi.. ,dent qne OlàIe et feowlle lhomPle aét~ cr~, etque mâle etJe~ejl c<,oti.ouera d"être dans. rEternilé, mais que leS âmes ne seront plus denx majs une seule chair; cest-, ;~ à:-dire que dans la cie n-at"reUe la réception de la ~ie Di­ ,i. ljne ,pourra avoir liel1i~ séparément individuelle~eDt pour .­, r~o~me e~ œ bas monde, maii q~e·dans la .vie naturellel~ la r~eptio~.ae la vie Divine poufra avoir lieu sépa rément i;: ;! itl~itidueUeJlJeDt poor lhomme en ~ bas monde, mais que- . .»8 .bt "fe ,angélique à lhfmre de la. p.lénitude deréceplion.l~ de la vie Divine, cette réception ne peut avoir lieu qU8 ~rsqpe Jepdeux p,jn~ipe~ CI;mst.ïtuJifii de 1,," vie hUll?-aine, .i· " dJ~ e,t femellç s~ro!1t "{lis CQm~e IJa ce qni .est signifié par.j ètr~ dao! uoe seull;chair.-.L. CIl.AHI. cest la Dualité hu­ uWne OO~ le prtI«:ip~ de réceplion Le phu élevé de la, &~.iOD ;. LBSlBiT ce~t ~"~DlITtDjfineeD qui. seule est la vie. . . Pour miel1x comprendre eette Loi dTor,dre Divin de créa ­ tipn, il spffi~ d~"5e-rappeler~e Je Roy.aume de Dieu élant 0# r.~ne jaDS parf.ge l~ principe -d:iviQ, le ~ien et l.e J!J-oi, Ia réception de ce prine,ipe de vie Divi.o-e 4J:Ji est l~(JDité,.. D,e- peut avoirJieu ,dans l~. ciel que par Iil plénitode des fa­ c~ltél ,humaines créées pour,ceUe réception ;.celte plé~ilude est luJlion spirituelle des deux ,principos de ~ vie bumai­ . ne" épur~s, leO,tepùement ~t Ja,~ol(mt~.{)u lhomme et la f~JI!e..rég~nér~,s. ,Dans ce bas JOODde? oil par -permission iqe le b,ieu et ,le Olal,Je v.rai et Je faux se coudoi(lot, où. ~ê_e ~ cOfmption domine sur.la pureté; . dans ce~ b,!s: .JllQode.ql,li nest qle lépreuv.e el la préparation pour léter,~ pHé" il est perPli~ que l~ .récept~D du principe de· xie :Ui~
  • 38. ..- .:,;, 99 ­vine soit individuelle seulèment, parce «jUil ce nest pas leprineipe rl:at~r61, .qui-unit et oonjoint mais te principe spirit~ •Dans ce bas monde lesmécbanls et les bons peuvent "ivrcmêmë uec une apparence dliarmonie entreux, dans lamême sphère; mais daDS. kt: vie spirituelle il ne peut pasen être aiDsi ; le~ bons doivent être séparés des méchants.~Les bons vivent unis"daos lamour do Dieu par lamourmutuel, union dont la base est lamour eonjugal.- Lesméchants viveat des, plallÎrI de leurs amoor6, qui sont lesconcupiscen~ delamour-de soi·même ou de légoïsme,dont lesseBee est la~olo8lé d12 mal et lesprit du faux,­e-t dont la base est lamour de ladullère. « Vous étiez donc k"s lerreur, Monsieur, parce que vOU8« uentendia:: pas fS &Jritures "i qwlle est la Ptûsbance de « 01a4.» ~tath: XXII. 29. Ces praUTeS,il me semble, sont plus que suffisantes pourVODS convaincre de lerreur que -vous faites en assimilantlEva-Dgile aux épitre5 des aflôt~es ; mais sil en était all_-ttement, la pr"Gpré ~elaraliOB de. Paul dans la même épi.tre que 10115 cilM, doit faire œSl6r ·toute incertitude à celégard dans votre espril.-Paul nedit..,il pas~ to. « Quant à-« ceu.x··qui sont f1la/i.é. tefJue je leur ordOtlltc, non pas moi, « mais le Seigneur th;. et plus loj", $ 12; mais pour ceux « q.ui sont des autres; ce nest pas le Seigneur, mais <est moi « qui leur dis -etc.» Bi~tinc;lioi:l blen daireet bien positiveque fait cet apôtre entre ce qui doit être de Foi a-bsolue,ou ce qui nest que dobligation légale ou de discipline re-ligicuse.; entre J-c vrai réelallsolu qui constitue les lois dela Divine Prov.idence, et le vrai lelalif qui consti-tue lesLois de Permission, suivant les di.iTérents âges humani­taires.. Où en serions-Bous, Grand Dien, &i la Miséricorde In­finie ne modifiant pas les lois humaines suivant les besoinsde sa créature déoItue, navai~ pas permis que nous pus­siOlS! vivre dans ,un degré de vérité qui ne fût pas la plé.nitude,de sa Loi Immuable de pureté, de justice et de vé...r~? . il ett donc bieD clair et évKl6-Dt daprès, ce que bOUS-VDDI;oojà YU N 8sposéque ru.nion matéril)Ue en ce monde. civile, sœiale -et mor,àJe., peut èire. i.-dt!pendante-de rU"ioo lIeHI. 60 pe. Spiri-~CJui leU le ·CODllitu la eopditÎOD dela "Îe: ~r­ "i:n-tl,d..,,.. ~civi1e. sociale, ­"nie, 1UlÏ 6lr. -JMHUIwela ,dMI ~)..... -.Wrlluel
  • 39. -40~ Ile: pent JWls être dam. J:.uni()D spirilflcUë saM êlrè. en même tems .dans lunion civile, 50eiale ct murale. Si nous étions -dnns lintégrité de no~ facultés primiti~es, lunion des épou~ .Sèrail également nalurelle ~t spirituelle et par conséquent été·roelle à comme~cr dës ce bas monde ; mais dans l .état ac~uèl,le nos facullés dégénér~es, lunion. des époux nest la. p·lu{!8.rt d,otemps que. laccomplissement naturel de la Loi de. coopération avec la Di v,inité ..pour... la propagation de r~pèee humaine; la pureté morale de. cette uoioonaturelle penLamener, lonion spiriluelle des époux" mais cest co à quoi le Seigneur seul pourvoit.-Nous pouvons donc noos ·remarier à la mort dun conjoint, pouru«- -que ce soit tou­ J.ours suivant la Loi 4e.Dieu,. cest-à--dire selon le·Stigrumr , ie sort à venir éternél de chacun·est réglé par .celui seul qm ~onde les cœurs et les reins.-EocoDséqùenée, là Nouvelle "Révélation qui nous enseigne qo!il y a .des mariages dans- le· ci$l• .est une vérité d!après notre intelligence, nos senti­ mens ·o,t:Dotre raison, el. daprès les Ecritures; mais (",es bléJIlÎ31ges;nesont pas.naturels mais spirituels. Il DOUS reste · à·en acquérir la cer·tÏlude par la connaissance et [étude de c-ette Révélal-ion. » ·,,..La résWrectioD nlest pas .autre çh-ose que la COnlioua­ ·tmn daDS" une sphère ,plus élevée de·la vie d~affeclÎons et -de pensées de lâme humaineaprèsla mor:t du corps. cest­ · à-dire~~près fa séparation de la forme, snbstantielle créée ,our la vii dEternité, de lenvelnppe matérielle qni ser­ ·"ait 1 ses f~neion8 pour la vie dans Je tems et dans Jes­ pace. Lâme humaine resle après sa vie dépreuves en ce bas moooo, teUe quétait sa vie daffections et de pensées, ~est~à-dite..ses. œuvres d::lprès son amour dominant ou sa volonlé ;-bonne, si lhomme a voulu vivre daprès la vôlonlé de Diêu; mauvàise, s.il-fla, voulu obéir quà ses t<prop:l"es iinpu-lskms. ,., ,. Des sphères différentes ont été prépa1!ées pour la récep­ ,tiQn des bons ët .de~ mauvais et afin dé ,les séparer; .car, ·danS la viespiriteUe,lebien elle maIlle nui et le faux ne peuvent plus rester con fondus et il nest pl us possible dans , "te:ciekde cacher cb de·dissimuler ses affeclioDS> et ses pen­ _- sées1 comme da.tJs le monde matériel.· Ces sphères sont a~ .: pelé.es sphèr0s angéHques ct sphères infernales ~;--:elles sont ." .ét8bl~s suivant les treis . degrés par lesquels lâme hu­ maine subit les préparations indispensables poùr,. parvenir du degré lemoinsêlcv~ ùe ~ODépuration dans létat ,an"--
  • 40. -41-g~liqllè, à~.~i.~é)!"p}..!s è~v,é ~:iL !~i*:soit Jtemdre dans .8114iécep.l1»l,,ae la- vu~ DiVIDe. . _ Agir suivant sa conscience est ce qui détermine la qua-lité éternelle de chacun, èTlâ-coiiscieu.ce de chacun el! 8ui-~a.Rt le~~g~>.de .vêrittqui~ reçoit di!-pt..ès iOn.. degré riel - h . .. . ) " . > "de c ante; ,~, -,:-- ,", Quanlà 00u8,.1e sell r~su1tat ,éritable de le1:amen tlnotre conscience, à lbeore actuelle, serait que nolis poo.vons iipemcdislioguer én : nons-mèines le sentiment da.~juste enl~ lrojUsté,dnl:fra! ei du . faux; n()U~" Davon,:plus àu.çuneeonriais~ancè dlflliçnet du Vt~i; a"(ec la pert~,:· ladu s~ritinient,dé cliarité,: o,ud~ lamour de Dieue~ :dtl~proçhain, m~ùs âvoll~per4û. ~a.conqaissancede tout ce-qullept éle~erl~b()mme au..dessûR de:,sa nature animale ; n08ss()81~es plongé.s dalJ~ les. te~è:br~s ,doù peut seuI~.nous·retirèr1àPniss-allcecêlo"Sèigneorr savoir-LEsPRIT DB "VÉJit:}Tif, ·parJa.!Bf~-;rhé tt la Rl!gehération:: ,, C~t"tiou~.~ns~jgüeJeSèigneur: :. ,~~S~:~ii.lt9m~l! -ne.,naît de"nouveau. dcau et desprit,· il «ne f16Y,t.Y()1~.lU-ENTl;~ldaus .le ,Royaume de. Dieu.)j,J(Jean Ill. 3 e~ 5.)" . CëstL~dirèêtr~ -réfor!f!l-6, par Jinstruction Divine suivanfle,5veri{~Sèlà Parolé~eCvivit~èlon cesvédté~: ou ê(fe.regè~~ri par Jav~~ s~irl~u,~l1e .iu,lh~ peu ~ nous .venir quê"rdu .Seigneur.~uli p"u: IeSeig~è,u.f"; et Ja~s Je Seig~eu.. t; C~ qui s-opèrepar le. Bilptèlpe et Ja,SaiDte-Cèn~, letJ,deux seuls. sl,leremens institués par le, Seigneur Jésus- .Gh rid, "td, Dieu du ciel ctrlle la terre. . ....... Oui, viens; Sè.ign8u.1 JÈSIlS; "ièns 1 . , « wgrâcede notfè Sei:gneur JÉSUS"-C~RIST soit a"eé fioUl .. «tous:Amen/» (Apoc: XXlI. 20. 21.) " ~.- . Jai l;honneur dêtre, Monsieur, avec la pl .parlaite CQDsidéraliol)., votre dévoué sefiteur~: 1
  • 41. • .:0" • Il; •... ~Lapbèi1YP8ê·ésÙil/pi()p1reti~!dh·:résultat venir- à dès pen­ sées et des affections humaines à partir du premiera,vehe ­ J1l.êQt;ÀIl.8cigneur/ princll>alement pour nous héritiers de . . ~~ . ~ . ne~ ..~. J .... ~r. :. .. ."n~_·. .. r...".~ . .. J) :- ~i ."1·.... . . 1 .. . t .1, .. , r- ~ • ., ~·!~O~~.r :?~!l~S11~ Ç~l~ p.eJ~.~estructionj~mÏl~e~,~e.l~.h:u~ m~ll,~~}!?~;~tfJu~n!f.,~:l~~l~~o~,;·4u, p.ej~.tpn~ll~1 ~u pmu, dans le cœur et 4all~Îl). pensee des; hOJ)lJl1es, st Z.e SeU/neur­ ffit&tt j;[/s~ t!i.ujoùrs-av,ec ·,tqua -- iusqu~ i~ ccilit/QinmrLtion dés,! ,~llei. (~m. XXVIIn~O,)"-"-t:1et~ càtrÎ!c est lu doirliiîation eIIi.Jle moUd~ dés deiiX pnncipéil ·lîûtnnins· qui ~"aieD:t pàr .1elI.lois ·dé;op.erœjssiob:·e.t;..de libre·.·; al!bttie~.âe ~.llub8titueÎ" âll~i pm·l>,jiip68:...:o.i ViJl~ qIli:,-Sj!WB.:M",V~flt. am~nel! ..ler.èguJi, ,der Jj)i,e~, ~~i,.~,.T,~l7~ fè)~~U.P~~~tp~9It(~~··!~ ~~lont~, .~u.Iqa:i~~ ;~ Il a. rvql.Q;nté. D1Vme,?U de la :Pul~~~s.~à,u~a~f ifl r III J)?q~lIe .~OWP~.? à la ~ms~ance du Selgr:e~t;...;" StA9sflt.~tl9n..:~e,J.lIl~~111~~ce 1 lu}ma,me a JaSagc!j!le DlVlne; pltr le Prdt-estantsme, .oü la ,dêc#i1(è~d;r-drojt":<le lil~ë.iahH!ii ;~thiit à: Pinterprc%ation xiatw..è lle des saintes ~crïture8I)àr lorgfieil dtH,iutëlligerice humaine. . ~,;, ~ ,.; . f·.• r:r . ~J1}?~C~~l~~~n9.l"f~i:aJ!I~i.,~~i,>oo~~lt: to~t~,j,~8:-~r­ r~~5~ J1Jtm~~~f-v.eq~~r!t"ç~n~t,p,tl. ,V~U.~!)-;~: .,~.sge]t,CY. et;, C~~~pI)~~;;t.Jc~)wl~~tPm~~eHf~r.~s~~ye.s?J-algl~:.Vr;r:reur1~ ·fl~nr.7Z!l[J~f:~J ,.pa! t~ eff~t J;l!1:sell~o;11;e.u.x. de la :PIYlli~ PreIi-, d~~c~~p?urvl!:~~~i1~.nlal~1x1:~~s aet;plt .?~m-l~ntmrù~ f~p1tS eœurll; lesentünèllt de-cHaytte,.·(,tl E,l"lUOIpe damt>tlrJ~ ·Vieu et dU"prooha~~q.ue lin:fin:ie,.l!la~ de lam<1tll·.. . :Infint du Sai ~; gneur laisse dans no~ c~u..~.jil6qtd~1~.delniêra 1ë.l.r~ ~! llÎr vie matériel1e.-Cet é~.,tlflY :~!lllit~~~~;4é~-lt: par.~le9 ~~~e9 ~e~ ~ept E[Jl~s~ Gt ~al I~~ ..conseilBqu,i leU! so~t adres ­ •. ,. l .. " : .. .". L ..., ..... _. : }>our vous donner-; 1fdnsleui, ·un aperçn de laàmlfàble~,xplicati.~~. de ce~t~ ~~~#.ati.op. qui fa4l~ lws~. qe la DQctl~e.de"1~Il!!è d!lSffib;neUl; J~vôus" transcrIs l,Cl un court re­811nié que fA.itJé Ré-{.élateur-à la suite" de ,. PexîJlicati~m ,deschapitres II et III de lapocalypse, dans son traité de lApocalypse e:çpliquéè• •• .• . < .• Éî~àirdtsw~dèrihoi:g:" Al)OC. exp!. No 256. ,Ie··n à êtê dit ci. dessus qÜë-parlèé sept Eglises, auxquelles,. il a é!é étrit, il est entendu non pas scpt Eg!ises, mais" tous ceux qui sont de lEglise,et dans le sens abstrltit toutes~. . , les clJ.o~e~ cte ~Egli&~ ; quil eu soit ainsi, Oll peut le voir en
  • 42. - 43 If te que par tèptil est signifié Tous et tontes, choQ:es, et que cc par les uQma il est entendu des choses,; q~e par les, I f Ch08es qui ont été écrites à ces sept Eglises, il soit cnt~mdl1 ft tous ceux qui 80Ùt de lEglise, ou toutes les choses de -1E. :: gÜ!e, on peut aussi le vo~ p,a!. J~~plication de toutes .,c.ell~s qUI leur ont été écrite~ ; en effet, toutes les choses qUI ap-, " partiennent à lEalise se réfèrent à ces quatre points com­ u Dluns, ~ savoir: àCla Doctrine, à la vie selon la Doctrine, à. "Ia Foi scIon la vie, (et aux Tentations). Il a été traité d~8 If,tIpi (premiersl points,_d~s ce ,quia été écrit à:~ix~glis~; ft denADôtT:n..INt~·aux. Egtfsës dans Epnèse et dans &inytl!1e; 41 dda ms!i.LON"t;A DoeTltiim, aux Eglisëil dans Thy,atire,:. ~:~ .r·-da:ÎIs 8a1dej j ei-de tA: :JIOI"SËLON LA VIE, aux Egllses.:dans ~ ::P~a~e~~e~,ét~~~s ~~~ic~e :èt ~olilme !~ l)~ctiin~~~~, ,~~tiè lmplànt~e dans ta ne nI devemr ,de la EOJ,.Sl. "lholilD)8 ne combat p~s contre lés rriauxët les -faux :(.hÙ :s~I!t-r • 1(, c~è_Huf dàptèâ lhêréditàirê,i1 li aùssl pàr c6riséq;tl-e~t ét~, 1. traité de ce combat dans ce ,gui a été écrit il. lEgli~i"ck~l~S: ftPetlfllm~r-bn"èffet~ïl y èàt qùcstioll des TENTATIÔNS~ ~t"les fi Tentations sont i;lëlJ""cofubâtllcont(eles màux et les,fa-u)<.," If_~~ y:iit él1ttldtê,ùesTéhtations,on ·le _Ir oit €i~d~ssïir. ft ~~l tioir dUll~i; qüe-aàülÎ ce qui n êt~ écd{aux,Eltli~es" f~ d~n~ Eppè!e et dans Smyrne, il a été traité de I.A- DocjrRlN~ (cN~:~3?9!;l1~,{queda~~éè qhî a été écritâuf~gJ~s I l dans Thyatire etllan~ Sfiroes; il a ,été tinité de la v,iese!Qn., tt·tà:.vô:Ctftire,"M:o.li~··150"-et" 182; éfcllc dfius è~~;quiait( I,oéélit ~u~ Ee:~lse8, dllns P*llde~phie, et dans :Laodicée, ,~l ,a~, or ététrai1?édèlà FOI sÈ1o~!ll YIE; NOIÎ,.203, ef227,~Puill,. "~uê1Jaif~ cé~qûfa~étêéciitlacëtte d~IJiièùi Egiïs~,~à,~iYQi~è Il Ln:oareê~,ï"l-:â été traitédé cèîix -qili sont danlilla~Dc:icTRIN~ " DE LA FOI ,SEULE, eF quil: la-,finila aüssi été qtfestioi{d~ ia:c Il Foi de III Charité, Tl faut, à ée qui a été déjà, dit, ajouter Il ici, que lamour fait le Ciel, et que parce quil fait le Ciel, Il il fait aussi lEglise; en effet, toutes les Sociétés du Ciel; ~I qui sont innombraoles, ont été mises en oIdre selon. les af: Il fections qui appartiennent à lamour, et aussi tous les angea 1( dans chaque société, de sorte que cest selon laffection. ft ou lamour que toutes ch02es out été mises cn, ordre dans U les cieux, et què pcr80nne na été placé SELON LA FOI; Laf­ f( fection ou LAMOUR SPIRIIU:EL EST LA cH,mITÉ, doù l.:on, .1 voit clairement que jamais personne ne peut entler dans le ~( Ciel, SIL NJES!: DANS L.(. CHARITÉ. " . Ce qui est u!le preuve rationnelle que lhomme ne peut êtIe Jugé que sniV,aiit-.sesœ.uvres daprès son <legr~,d6 C~~rité ou damoul de. Dieu et atÏlroch.• ill, et non !1IlI~rètJ~]e8 err<~u~s, de llO~ :mtell.i~Çe,·Par;~~it;ent.ch~-c~une ~eut~lteevQlr de Venté ,DJ.VUle pe GJ,la$liïOiJ,.dBg~d,:e Chf.tité. ;
  • 43. - Pe.~è.13, 2~e...p~ra.graphe, ~u ~u de: ~ai8-seu{l!~t:d;~ prin,cipe. supér:.ieul,liMz.,~ In1li f3 d~un prin~iIl~ supÇli.e9J~ " l" ,lJ!g~:J4~Ae,. pa~:l:graphei 9me lig~1.~,_iau: li~u ,~~ : à un, S6CO"(l~o av,~rie~e,1!t,.Ji!l~ ~,à!!on ,~~9.9.Jld~y.~è~elll;.eltil; l,," " . 2J!1e. ~p.r~grap"tIe;à lll:,fin; au..1~el! 4~1 ~ qUIJ~~,lIls pr9pl~tesj lisez.: q~l tue.s lesprophetes:. ;", , 1 :., ~l" ,:,~, ~ 1 ..... , .:Page 16j 7me.lign;e,;-.al;l lieu dè,;~i 7!Qùlie.:. V()US~ ,1i&~: si ~ }.,, .. ,- V()UB.Vc)t; l~:Z,; ~ , . " ., . ". ,,,, . ,. "J" _., _ ,, ,, t," , Page.J6, 2m~ .. pnra~aphe, l~me, ligne, au, li~:l d~,,;. où vOJ18 ·t1.01.~V~Z, JlSCf& : Q.U !O~!J pou-r:r..ç~.trQu.ve! .. ". ." P~g~ ~6, 3me...p.ar.agr,app~... ~ la, ~I!-JJ.!:q.Jie~ dlf,,: PlI-f.: ~a pu­ reté sl!l1ltJ,elle~ l}s~~: J>ar 8~ Pll~~W"BI~H~tueU.~. Ol1 SPHltll"e,lle, • -,,, .. - - .• 6. p.al J!~;P_Qrete·.i .!, • -, .•" ,,_. ,,: ;3) _ ~ ..;,"" ,.,, , Pllge"IS~,,4me. palagrap4e,.,aù1i~u dé.,.:, le çpemi~ de la rérité ett~}ie,l~l!iez~: ~e:-è~~!pin,! !a.l~fijé·41~,Vt~. ,r:;. . :.• " ""14~me:,hgpe,,,auJleude~ IlQttB la,..cotnprentons, hsez :.}lQUS la éè))p.j)T~mqn$, ,,;." , 4 " • •: : ; " , , . ., , -.I~~e2i1 ~e~ parag-raphe",l5me ligne, .au li-:eu de: nt. de ~i8~pa,s ,nigl,er . $!lI!.8 Y:9,u]oir,.jlj:-f~e· S~I voulqir et, ,penser, :Qstp ;:j~ n~ puîs ~~s )î.iO,lf:,r, $ll.ns YOllq~t~ 1!Ï pe~~ Slly.}i.: ,r~u" li>il,:ni faire jim~ ,vQ~I.9Y. ~~ pepl!e{", , .. ;. . . -~-..... _.. - t .... . ~ j" __ 0 >-_ ~,~~ l!. ·_".:1 [IMlRIlIlERIE D"E A, lU,DYI RUE DE LINTENDANCE,] ..