Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
69
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. anFondationpour les Enfants Bulletinde l’Équateur Automne 20104409, rue St-Hubert, Montréal, QC H2J 2X1Tél. 514-525-4920 RosalieCadron@videotron.ca www.fondation.enfants.equateur.orgMot de la Présidente,  JOYEUX NOËL et Les activités et les imprévus ne manquent pas à la Mission BONNE ANNÉE !! La Mission de Pascuales, est toujours grouillante d’activités et d’imprévus. C’est à travers ce bouillonnement du quotidien que sa durée se confirme, souci majeur des fondatrices. À cause de leur âge et de leur santé, les religieuses prévoient un retour au pays en 2011. Il fallait donc assurer les cadres futurs de la gestion et de l’administration. Aujourd’hui, des rubriques vous informeront des événements récents dont certains sont liés au développement futur. Nous en faisons état dans ce bulletin. Une large part du bulletin sera consacrée au Centre pour Femmes. La plupart des participantes sont des mères et leur évolution personnelle est essentielle, pour elles d’abord et aussi pour leur famille! Nous souhaitons que beaucoup de nos donateurs s’intéressent à l’épanouissement auquel elles ont droit. Leurs témoignages ne manqueront pas de vous convaincre du sérieux de leurs efforts. En vous écrivant nous sommes toujours conscients de votre participation active dans la réalisation de ce projet; c’est en quelque sorte votre projet par vos dons, votre intérêt et votre soutien de mille façons. À date, la Mission est une réalisation totalement québécoise à laquelle vous ne devez pas minimiser votre apport. Ce bulletin sera notre seul contact avec vous avant la belle fête de Noël et le nouvel an. Comment ne pas vous souhaiter un regard serein sur l’année qui tire à sa fin, une reconnaissance pour les bienfaits reçus et une confiance profonde en la nouvelle année. Nous fêterons la naissance du Libérateur venu nous dire et nous redire que Dieu est Amour et rien que Amour et qu’il est tout proche de notre vécu quotidien. Peut-être que l’occasion de Noël serait propice pour intéresser une personne de notre entourage à faire un don ou à parrainer une mère, un enfant, se faisant à elle-même une joie parfois inattendue! Sœur Marie-Thérèse Bourque Notre arbre de Noël au Musée des Beaux Présidente. Arts à Montréal en 2009. L’AVENIR ET LA GESTION DE L’OEUVRE Le départ prochain des religieuses a suscité un remaniement des cadres de la gestion et de l’administration de la Mission. Nous savons déjà que la Mission est incorporée sous le nom de Corporation des Sœurs de Miséricorde de Pascuales depuis 2002. Le Conseil d’Administration a augmenté à 10 le nombre de ses membres tout récemment, sur les exigences des autorités gouvernementales; 4 membres sont des femmes. Toutes et tous sont reconnus pour leurs valeurs et leur engagement social. Le personnel des deux œuvres de la Mission : Centre pour Femmes et garderie éducative est complètement équatorien, stable et compétent. Un directeur général est en place depuis deux ans, après avoir été adjoint de la directrice, Sr Jeannine Vallières durant trois ans. Lors de la visite des équatoriens, de gauche à droite Sr Bernadette Gauthier, Sr Rachel Demers, Sr Le retour des religieuses ne change en rien l’engagement des Sœurs de Jeannine Vallières, María Lorena Núñez. Debout : M. Miséricorde de Montréal et de la Fondation. Une collaboration étroite est déjà André Franche, Sr Lucie Lebeau, M. Germán établie avec les nouveaux administrateurs; le président et deux autres Martínez, M. Agustín Barrios, Sr Marie-Thérèse membres sont venus nous rencontrer à la mi-octobre.) Bourque M. Yves Poiré et M. Rafael González. MARINS CANADIENS À PASCUALES ! La Mission Miséricorde devenue Mission Rosalie Cadron, est maintenant connue dans plusieurs provinces du Canada! Vous riez? C’est un événement inattendu et très drôle qui en est la cause. Dernièrement l’Ambassadeur canadien à Quito, capitale de l’Équateur, appelle à la Mission disant qu’un navire canadien est mouillé au port de Guayaquil pour quelques jours et que les marins voudraient aider une œuvre par des travaux humanitaires. L’offre est acceptée puisque la route encerclant le Centre de Développement Infantile baigne dans l’eau et la boue depuis plusieurs mois et la Ville, alertée, promet des travaux en réfection au cours de 2011!! Alors l’Ambassade canadienne appelle la Ville pour emprunter des instruments. Les représentants de la Ville, piqués, envoient immédiatement des ouvriers et de la machinerie lourde, en pleine fin de semaine, pour faire les travaux. Donc nos marins n’ont rien à faire. Ils sont arrivés au nombre de 60, dans trois gros autobus! Qu’à cela ne tienne! On sort la peinture et les pinceaux. Dans un temps record on rafraichit les murs de la Mission et de l’École St-Jean Batiste lesquels sont lamentablement défraichis. Les marins, issus de plusieurs provinces du Canada, sont émerveillés des bout d’choux qui montrent leur savoir dans un petit sketch! L’Ambassadeur lui même, M Andrew Shisko était sur place avec son assistante. Il fut agréablement surpris de voir cette œuvre canadienne en sol équatorien. Belle occasion de faire connaître l’œuvre ! (Voir photos page 2.)
  • 2. CENTRE POUR FEMMES MÈRE ROSALIE (Première partie) Témoignage de réussites Un peu d’histoire (repris du bulletin Printemps 2001)Nous sommes en 1994, dans un bidonville avoisinant la ville de Guayaquil, enÉquateur, plus précisément à Pascuales. L’Abbé Maurice Roy, fondateur d’unorphelinat à Pascuales, se sentait impuissant devant les besoins des femmes quiélèvent, seules, leur famille, et ce dans une extrême pauvreté. Les monoparentalessont très nombreuses à Pascuales et les services pratiquement inexistants.Les sœurs de Miséricorde ayant comme mission originele d’aider les mères chefs defamille se sont senties interpellées. Elles sont quatre, la plus jeune a 65 ans, l’ainéeen a 72. Elles ont peu ou pas d’expérience de missionnariat mais elles ont toutesune longue expérience d’engagement sociale et un cœur bien accroché.Quel est leur projet concret? Elles se défendent bien d’en avoir un… Elles veulent sesolidariser avec les mères en situation de survie… Elles comptent les aider à seregrouper pour partager et trouver ensemble des chemins de mieux-être.Et voilà qu’après quelques semaines d’investigation des lieux, plusieurs mères seréunissent régulièrement à ce nouveau couvent des religieuses, précisentdavantage leurs besoins et font des petits projets dont le premier est un bazar « J’ai 3 enfants. Je fréquente ledestiné à ramasser quelques sous pour une future garderie car elles devront Centre pour Femmes Mèretravailler pour tenter de « rejoindre plus ou moins les deux bouts ». Rosalie depuis 4 ans. C’est uneEn 2001, deux ans après l’arrivée des religieuses, une garderie moderne accueille très belle œuvre. Là bas j’ai prischaque jour 30 enfants de 0 à 5 ans et un centre de formation pour femmes a vu le des cours en bijouterie etjour, où les mères mettent à profit leur potentiel et se donnent une formation artisanat et je vends mestechnique de base.Le plus remarquable est que le personnel engagé est totalement équatorien et produits pour aider ma famille.compte 12 salarié(e)s presque exclusivement composé de femmes. La relève est en J’ai participé aux ateliers deplace et bien formée! Ces femmes sont riches d’intelligence et de talents qui ne « petite entreprise » pour mieuxdemandent que des conditions favorables pour s’exprimer. Les religieuses, en gérer la mienne et donner plussomme, n’ont été que des catalyseurs pour favoriser ces initiatives. d’attention à ma clientèle. AvecElles ont également été des intermédiaires pour attirer des dons et des subventions tout ce que j’ai appris, j’ai eu desdu Nord et du Sud. C’est par la Fondation que ces Sœurs comptent assurer la bons revenus. » Sra. Monserratecontinuité des services offerts aux femmes de Pascuales; sans elle, l’œuvre ne Macías.survivra pas. (.. à suivre…) Témoignage de réussite Merci au Centre pour Femmes ! « Je fais partie du Groupe de Prières Mère Rosalie. Je connais les Sœurs de Miséricorde depuis 6 ans avec lesquelles j’ai pris des cours de peinture et des cours d’infirmière pratique. Tout ce que j’ai appris dans l’atelier de peinture je l’ai montré à ma fille. Dans le cours d’infirmière pratique j’ai appris à donner des injections et à donner les premiers soins. Ça m’a servi quand nous avons eu un accident. Ma fille a survécu grâce à Dieu et aux connaissances acquises dans ces cours. J’ai suivi des ateliers pour bien gérer mon petit magasin qui est maintenant à la charge de ma fille. Elle participe au Groupe des Jeunes Esperanza et Solidarité. » Sra Clemencia López (dans son magasin) MARINS CANADIENS À PASCUALES : MERCI !! URGENCE! URGENCE! URGENCE! Après avoir lu le bulletin, j’aimerais devenir ami donateur de la Le Centre pour Femmes de la Mission Rosalie Cadron Fondation pour les Enfants de l’Équateur a besoin de vous à fin d’embaucher une responsable Nom : ____________________________________________________________ compétente pour le développement des services dont le but est l’employabilité de ces femmes. Adresse : _________________________________________________________ Le salaire prévu dans ce pays est de 150$ par Ville : ______________________________ Code postal : ___________________ semaine. Tél.: ___________________ Courriel :__________________________________ Qui est intéressé à aider ces femmes appauvries, qui sont aussi des mères, à acquérir une certaine Voici ma contribution :__________________ N.E. : 865366884 RR 0001 autonomie financière? Toute contribution sera essentielle et très appréciée. Nous vous remercions INFO CONCERT (mai 2010) Nous remercions chaudement Mme Claudette Viau, M Yves Garant, organiste, Mme Caroline Chéhadé , violoniste et les citoyens de Lachine. « Être Solidaire, c’est Bâtir la Paix »