Fondationpour les Enfants                                                                                                 ...
2e étape : De la Formation de la Famille de la Miséricorde aux activités du samedi.Peu à peu les gens se sont familiarisés...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Bulletin Automne 2009-FR

156

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
156
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Bulletin Automne 2009-FR

  1. 1. Fondationpour les Enfants Bulletinde l’Équateur Automne 20094409, rue St-Hubert, Montréal, QC H2J 2X1 Tél. 514-525-4920 RosalieCadron@videotron.ca www.fondationesperanza.homestead.comUne histoire qui dure……….!!Mot de la Présidente,Bonjour à vous toutes et tous, amis de la Fondation, En reconnaissance à nos donateurs de « la première heure », avantmême la naissance de la Fondation, pour leur soutien à une œuvreabsolument folle conçue par 4 Sœurs de Miséricorde« un peu cinglées », à l’esprit aventurier. Notre façon de dire MERCIest de consacrer le présent bulletin à illustrer ce qu’est devenu cequ’on appelle aujourd’hui la Mission-Miséricorde. Vous y avez crû,alimentant ainsi notre dynamisme.À tous ceux et celles qui se sont joints à nous au cours des années etqui restent fidèles, nous voulons également dire merci.En nous lisant , tous seront fiers de cette réalisation totalementquébécoise. C’est votre réalisation à vous tous et toutes.Nous procéderons en donnant par étapes une vue d’ensemble de la Mission-Miséricorde, de sa fondation en 1996 à aujourd’hui.Tout au long de son développement, nous avons senti et vu dans le concret que la Providence nous accompagnait. L’œuvre de Rosalie (la fondatricedes Srs de Miséricorde) va certainement se perpétuer, grâce à vous et à la constance de votre participation.Le leitmotiv de la Fondation c’est : Être solidaire, c’est bâtir la paix!Bonne lecture!Marie-Thérèse Bourque s.m., présidenteFondation pour les Enfants de l’Équateur 1ère étape : Installation de la MissionÀ l’âge de la retraite 4 religieuses, futures fondatrices, ont décidé de faireconnaître en Amérique Latine la Mission de Rosalie. La situation desfemmes dans un bidonville attenant à Pascuales, Équateur, a étédéterminante pour le choix du lieu.Dès le premier contact avec les familles de cet énorme bidonville, il futfacile de constater l’urgence d’une garderie afin que les mères puissentaller travailler. Or 80% des familles comportent une mère seule avecenfants.Les Srs de Miséricorde de Montréal firent l’achat d’un terrain propice etcouvrirent les frais de construction d’une garderie pouvant accueillir 30enfants de 2 à 5 ans. Du même coup, elles financèrent la constructiond’un Centre pour Femmes où celles-ci pourraient se réunirent et recevoirde la formation.Dans les 2 cas, le personnel embauché fut et demeure deséquatorien(ne)s. À la garderie, les éducatrices sont diplômées et Rose-Aimée, s. m. infirmière et diplômée en garde d’enfants, fut jusqu’à Il manquait un chaînon. Les enfants, choisis parmi les plus pauvresaujourd’hui la directrice; une équatorienne est son assistante. C’est ainsi d’abord, ne pouvaient pas aller à l’école vu la misère des parents. Sr Rose-qu’on pouvait assurer des emplois. Cette garderie a une excellente Aimée et 2 stagiaires québécoises intéressèrent les québécois et créèrentréputation! un service de parrainage. Aujourd’hui, après 10 ans, 126 jeunes sont parrainé(e)s, quelques uns depuis 2003. Après avoir lu le Bulletin, j’aimerais devenir ami donateur de la Fondation pour les Enfants de l’Équateur Les 126 étudiant(e)s parrainés sont soit au primaire, soit au secondaire et quelques-un(e)sIl manquait un chaînon. Les enfants, choisis parmi les plus pauvresNom : ____________________________________________________ Tél ___________________ à l’Université Au Centre pour femmes on ad’abord, ne pouvaient pas aller à l’école vu la misère des parents. Sr offert une panoplie de cours : autonomie,Adresse : ________________________________________________________________________Rose-Aimée et 2 stagiaires québécoises intéressèrent les québécois et estime de soi, droits légaux, couture, confection, gestion d’une petite entreprise,Ville : ________________________Aujourd’hui, après 10 ans, 126 Code postal________________créèrent un service de parrainage. Province _________________ jeunessont parrainé(e)s, quelques-uns depuis 2003. Les 126 étudiant(e)s économies. Depuis le début, on a répertoriéparrainés sont soit au primaire, soit au secondaire et quelques-un(e)s àCourriel _________________________________________________________________________ 4.000 inscriptions, les participantes s’inscrivantl’Université. parfois à plusieurs cours.Date de naissance ___________________________________ Voici ma contribution __________ C’est ainsi que 2 oeuvres sociales N.E. : 865366884 RR 0001 s’implantèrent dans un bidonville où il n’existait Au Centre pour femmes on a offert une panoplie de cours : autonomie, aucun autre service du genre. estime de soi, droits légaux, couture, confection, gestion d’une petite entreprise, économies. Depuis le début, on a répertorié 4.000 inscriptions, les participantes s’inscrivant parfois à plusieurs cours.
  2. 2. 2e étape : De la Formation de la Famille de la Miséricorde aux activités du samedi.Peu à peu les gens se sont familiarisés avec les 2 œuvres, les 2 seules œuvressociales de leur milieu. Par leur ouverture et leur accueil chaleureux, les religieusesgagnèrent très tôt leur confiance. Elles savaient, elles, que cette ouverture et cetaccueil sont un héritage de famille venant directement de la fondatrice de leur Institut,Mère Rosalie, dont l’agir était toujours nourri de miséricorde et de compassion.Les religieuses de Pascuales désiraient vivement communiquer cette chaleur, cettesimplicité et cette compassion à leur entourage.Le regroupement devint donc plus facile et les besoins s’exprimèrent à plusieursniveaux. Très tôt des adolescents et des jeunes adultes commencèrent à se réunir à larésidence des Sœurs pour prêter main forte et connaître l’esprit de cette petitecommunauté nouvellement installée chez-eux. Ils se donnèrent le nom de« Esperanza y Solidaridad » (Espérance et Solidarité). Ce groupe a fêté ses 10 ansd’existence en 2008.Bientôt 6 femmes inaugurèrent à peu près le même cheminement et à mesure qued’autres adultes se joignaient à elles, elles et ils se sont donné le nom de Ami(e)s de laMiséricorde.Les enfants de 5 ans qui quittaient le Centre de Développement (garderie), pour l’école,ne tardèrent pas à désirer revenir à leur « Alma Mater » où la plupart avaient vécudurant 3 ans. Ils furent accueillis avec joie et peu à peu se rencontrèrent tous les moisen groupes d’une vingtaine et selon leur âge : les 6-7ans, les 8-9 ans et les 10-12 ans,sous la bannière « Enfance Miséricorde ». Animés par des jeunes adultes de la grandeFamille de la Miséricorde, ils sont initiés à la vie concrète de Jésus et ils ont, de plus,des divertissements appropriés.Aujourd’hui, 7 groupes particuliers ont pris naissance. L’objectif commun de tous cesgroupes est de vivre la spiritualité de la miséricorde au quotidien, miséricorde quis’exprime dans la tendresse et la compassion.Enfin, en avril dernier naissait un groupe de jeunes désirant apprendre le chant et lamusique, sans faire partie de la grande Famille. Ce groupe est composé de jeunes de6 à 15 ans, tous parrainés pour leurs études et dont la grande majorité ont fréquenté lagarderie. Comme cette activité contribue à développer la mémoire, la discipline, legoût de l’action commune (la socialisation), ce désir fut bien reçu. Ils et elles seréunissent tous les samedis et sont dirigés par un professeur chevronné. Ils sepréparent déjà à présenter leur répertoire dans des endroits publics à l’occasion deNoël ou d’autres fêtes spéciales. Même si des équatoriens s’engagent, nous pouvons dire que ce sera toujours une œuvre conjointe. Et pourquoi pas?3e étape : De la maturité de l’œuvre,appelée Mission-Miséricorde, à la Le Québec jumelé avec un quartier pauvre d’un pays en voie de développement! Une excellente façon de ne pas rester repliés sur nospassation des pouvoirs. avoirs et nos problèmes de pays nanti! De toute façon, après le retour prévu des religieuses, la Communauté des Sœurs de Miséricorde ainsiLes fondatrices, étant à l’âge de la retraite dès le début, crurent que que la Fondation pour les Enfants de l’Équateur maintiendront leursle temps était venu, après 12 ans, de céder aux gens du milieu la engagements sans limite de temps.direction et du Centre pour Femmes et du Centre de DéveloppementInfantile. Un directeur général fut embauché l’an dernier et sembleêtre la personne toute désignée pour prendre la relève. Commenous le disions plus haut l’assistante de Sr Rose-Aimée, préparéedepuis longtemps, a pris la direction du Centre Infantile tandis que ledirecteur Général est aussi directeur du Centre pour Femmes.L’étape suivante est de s’ouvrir au milieu pour intéresser des gensnantis et de bonne volonté à collaborer au financement d’une œuvrequi est jusqu’à date l’entière propriété des québécois. Le premier pasest d’ouvrir le Conseil d’Administration à des personnalités capablesd’aller chercher de l’intérêt dans la grande ville attenante. Ce sera untravail de très longue date qui ne portera pas des fruits bientôt. Il nousfaudra continuer de soutenir financièrement une œuvre si essentielle La fête de Noël arrive à grands pas! Noël! Fête de partage!pour l’avenir de ces gens, pauvres jusqu’à la misère, mais intelligents L’occasion rêvée de stimuler les nôtres à partager, soit enet pleins de possibilités. Beaucoup d’entre eux et d’entre elles disent parrainant un enfant ou encore en aidant à financer l’Œuvreaux religieuses qu’elles leur ont redonné de l’espoir. ………..qui veut durer…….! « Être Solidaire, c’est Bâtir la Paix »

×