Your SlideShare is downloading. ×
Job + de 45 ans   extraits formeo
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Job + de 45 ans extraits formeo

867
views

Published on

Tout est affaire de méthode. Trop de seniors avancent à l'aveugle vers l'emploi. L'âge n'est jamais une excuse... sur le marché de l'emploi, l'âge est toujours un handicap. A vous de changer la …

Tout est affaire de méthode. Trop de seniors avancent à l'aveugle vers l'emploi. L'âge n'est jamais une excuse... sur le marché de l'emploi, l'âge est toujours un handicap. A vous de changer la donne.
Et trouver un job était simple comme 20 euros?

Published in: Career

0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
867
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
59
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Table des matièresUNE INTRODUCTION TRÈS DIRECTE :SALAUDS DE JEUNES ! ............................................................. 9CHAPITRE 1DEUX HEURES POUR FAIRE LE BILAN DE PLUS DE 20 ANS ... 11 ...................................... 12 .................................. 12 ........................................... 15 Étape 1 : mes jeux d’enfants............................................ 15 Étape 2 : ma réussite ...................................................... 17 Étape 3 : mes rêves d’ado .............................................. 17 Étape 4 : ce que mes parents m’ont légué (et ce que j’en ai fait) ................................................ 18 Étape 5 : mon CV en 3 points ......................................... 21 Étape 6 : compétences & expertises ................................. 22 Étape 7 : là où je suis irremplaçable ................................ 23 ........................................... 24 Les trois cercles ............................................................. 24 La carte stratégique ....................................................... 27 ........................................................ 28 de ma candidature........................................................ 30 .......... 34CHAPITRE 2LE WEB, L’INDISPENSABLE ALLIÉ ........................................... 37 ................................. 38 ......................................... 39 5
  • 2. Table des matières ........................................ 49 Un outil de veille ........................................................... 50 Les sites de partages ..................................................... 52 Les réseaux 56 .............................................................. 65 La méthode du COUCOU .............................................. 66 Googeliser le recruteur .................................................. 67 Passer par la fenêtre quand la porte est fermée ................ 68 SUR - TAGER : se servir de la renommée de ceux qui sont recherchés ............................................................... 69 L’e-profiling négatif ........................................................ 69 Moi et mes avatars........................................................ 70 La pub Facebook .......................................................... 71 novice en 2.0 ............................................................... 71 au carré » .................................................................. 73 .......... 75CHAPITRE 3UN CV À JETER, UN AUTRE À RÉINVENTER ............................ 77 ........... 77 ........................ 78 Règle 1: La longueur ..................................................... 79 Règle 2: Le support ....................................................... 80 Règle 3: La typo ........................................................... 81 Règle 4: Les coordonnées .............................................. 83 Règle 5: La photo ......................................................... 86 Règle 6: Le titre central .................................................. 88 Règle 7: Les différentes rubriques.................................... 88 mode d’emploi sélectif ................................................... 100 Le mieux : Do You Buzz ? ................................................ 101 Un de ces outsiders : le digital me ................................... 104 Deux CV plus « trendy » ................................................. 104 ..................... 1086
  • 3. Edi.pro ....................................................... 109 ... 111 .......... 118CHAPITRE 4LA LETTRE DE MOTIVATION… ET SI J’ARRÊTAISDE PARLER DE MOI ? ................................................................ 119 ........................................................ 119 Vos coordonnées .......................................................... 120 Les coordonnées du destinataire ..................................... 120 Objet, référence et date................................................. 121 Votre signature ............................................................. 122 ................................................. 129 La lettre Storytelling ....................................................... 130 Le modèle Factuel : pourquoi moi ? .................................. 134 La lettre opportuniste : et hop, me voilà ! .......................... 136 La lettre anecdote.......................................................... 137 ........................ 139 ............................................ 140 C’est la faute au PDF ..................................................... 140 Le titre du courriel et la signature électronique .................. 140 Les 3 modèles............................................................... 143 L’approche Facebook, Viadeo et Linkedin ........................ 145 psychologiques ............................................................. 146 .......... 148CHAPITRE 5L’ENTRETIEN D’EMBAUCHE, ENFIN FACE À « LUI » ! .............. 149 ............................................... 149 La semaine avant le jour J .............................................. 150 La veille de l’entretien .................................................... 152 Le matin de l’entretien.................................................... 160 Votre arrivée : piège ou avantage ? ................................. 168 les yeux ...................................................................... 171 7
  • 4. Table des matières Une première impression, pourquoi faire ? ....................... 172 Le Riff : se choisir un emballage ...................................... 173 Décliner ce Riff ............................................................. 177 ...................................................... 185 La technique AIDA : la vente au forceps ........................... 186 Les quatre niveaux de l’entretien ..................................... 191 Le pitch ....................................................................... 193 Le carré long : un peu de manipulation n’a jamais fait de tort à personne… ................................................. 196 L’approche Pixar : moi, ma cape et ma toile ..................... 201 ....................................... 211 .............................................. 215 ... 217 .......... 218CHAPITRE 6D’AUTRES FAÇONS DE POSTULER .......................................... 219 ..................................................... 220 .............................................................. 221 ................................................. 223 ......................................................... 224 ............................................ 226 ............................................................... 227 ....................................................... 228 .......... 229UNE CONCLUSION TRÈS CITRIQUE ........................................ 2318
  • 5. Une introduction très directe : salauds de jeunes ! La blinde et le dawa, c’est leur façon de dire qu’ils veulent tout et qu’ils vont mettre le bordel pour y parvenir…Notre société est un ogre. Elle dévore les faibles et ne s’intéresseenvahi la presse, la télé et le WEB. Ils sont dans nos magazines, surà moins de 35 ans.35 ans, et vousLes entreprises n’échappent pas à cette logique : elles font la partmoins d’expertises et souvent moins chers.mais de principe : il faut du sang frais à nos recruteurs.Il ne faut pas se tromper de lutte. On ne tuera pas l’ogre. La société 9
  • 6. Trouver un emploi à plus de 45 ans !handicap.Avoir plus de 45 ans impose d’être brutal. Ici, tout se mérite. Il fautplus chercher, rédiger un meilleur CV, plus percutant, une lettre demotivation plus mordante, être irréprochable en ligne et se défendrebec et ongles en entretien.se servir. Être brutal s’apprend. Ce livre reprend les méthodes lesplus agressives qui existent. Elles paraissent dures, mais elles sontse battre à armes égales face à vos cadets.nouvelles approches combinent psychologie, marketing et nouvellestechnologies. Tout est mis en place pour surprendre le recruteur làoù il ne s’y attend pas. À RETENIR… Crucifié ou ressuscité ? Se plaindre est souvent valorisé : on vous écoute, on compatit, Se plaindre est toxique : cest se cantonner dans l’attente, ou Trouver un emploi impose une approche positive. Tout candidat doit être dans le résultat et non dans l’excuse.10
  • 7. C H AP I TRE 1 Deux heures pour faire le bilan de plus de 20 ans Les enfants le savent, la lune nous suit quand on roule en voiture. Elle n’a jamais cessé de nous observer.cette image de tests psychologiques éculés. À plus de 40 ans, la -Un bilan est pourtant indispensable. Sans bilan, le candidat est liéà son CV. Il est comme asservi à cette liste de dates. Le bilan luipermet de basculer de l’énumération à l’envie. Il est l’occasion depositiver une carrière, et surtout d’ouvrir d’autres portes. Un bonbilan doit offrir des perspectives nouvelles d’emploi.Un bon bilan est également un outil de présentation : il offre aucandidat des clefs de compréhension de son parcours et donc luipermet de mieux l’expliquer en entretien. Il redonne cohérence.Enfin, un bilan professionnel doit être court. Rien ne sert de se perdredans les détails ou les détours empathiques. Il faut 2 à 3 heures 11
  • 8. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! Faire le point : réécrire sa véritéLa carrière ne doit pas être considérée ni comme une réussite,évaluer la courbe. Mais cette tangente est difficile à percevoir.de distance : il faut se détacher de soi-même. D’année en année,nous perdons également notre goût de la dérision. Nous oublionsde sourire de nous-mêmes. Qu’auraient dit les Rolling Stones ?La première étape du bilan repose sur cinq questions, les ques-tions d’intro. Ces interrogations permettent cette prise de distance.Les questions d’intro :a) À quel animal associez-vous votre dernier responsable ? L’auriez- vous adopté ? ou chassé à la carabine ? Et vous, face à lui, quel animal étiez-vous ? Debriefing La première question permet d’évaluer nos relations à l’entre- prise et à sa hiérarchie proche. Il est intéressant d’analyser les défauts (ou les qualités) de son dernier supérieur.12
  • 9. Edi.pro L’animal choisi par le candidat est souvent un animal commun ou faible. C’est plus l’expression d’un mal-être temporaire que la construction d’une image de soi négative. son ancien supérieur. EXEMPLE Le coach : il n’y a, en pourcentage, que très peu de hamsters en cage. La Le candidatb) Quel est votre héros d’enfance ? Quel conseil vous aurait-il donné aujourd’hui ? Debriefing célèbre. Si nous avons choisi ce héros, ce n’est pas par hasard. Il est à l’image d’une de nos faiblesses. Il représente la parade magique à certaines de nos peurs et certaines de nos limites. Le questionner offre une vision souvent très claire de la situation actuelle et permet parfois d’imaginer des solutions ou des idées neuves.c) Quel est votre pire souvenir professionnel ? La honte que vous n’avez jamais osé raconter à votre femme ? Debriefing Cette question est généralement l’occasion de dédramatiser la bilan de compétences.d) Ado, étiez-vous plutôt Rolling Stones, Sex Pistols, Madness ou Nina Hagen ? Qu’auraient-ils dit de votre look d’aujourd’hui ? 13
  • 10. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! Debriefing « Ils auraient ri. Vous avez vu comment je suis habillé ? Ils se se- raient foutus de moi. Je crois qu’ils m’auraient trouvé pathétique. » Les réponses sont souvent précises et cruelles. En confrontant époque, on s’oblige à une critique sévère. C’est comme si notre - vent sans appel.e) Vous êtes célibataire. Vous accostez une femme de 25 ans, ou vous êtes abordée par un jeune homme, quel serait votre men- songe ? Vous vous présenteriez comme… Debriefing - Cette dernière question est une introduction aux 7 étapes du bilan. Elle permet d’élargir la notion de parcours professionnel. quel enfant j’étais à 8 ans ? Il faut penser aussi après : Qui je serais dans 5 ans ?Si vous avez répondu à ces questions, gardez-en une trace écrite.Ces récits décalés sont parfois forts utiles en entretien d’embauche.Ils permettent de répondre avec humour à des questions déran-geantes. « comment avez-vous vécu votre licencie-ment ? », peu de candidats parviennent à répondre correctement.faites. Ils avancent des raisons économiques ou des motifs person-nels : « Je ne me retrouvais plus dans l’esprit de la société ».D’autres (et ils sont nombreux) trahissent de la rancœur ou pire de On me pose toujours cette question-là ! » « Ce n’estpas ma faute ! »14
  • 11. Edi.propour vous, tout se résumait en une lutte entre un faucon et un ragon-din. « Et le ragondin a gagné parce que… » À RETENIR… Les émotifs sont blackboulés Trop de seniors se réfugient dans le pathos : ils ont besoin de moralistes. Sachez donc être la bouffée d’oxygène de la mati- née du recruteur. Les 7 étapes de son histoireUn bon candidat se raconte. Il se présente au travers d’un récit. Loindes listes de références et de compétences, il s’avance vers son futurqu’il lui faut, c’est une histoire. Il en a besoin.Bien avant le recruteur, la première personne à persuader c’estvous-même. Vous avez besoin d’une armure et de victoires. Après20 ans d’expériences, il est parfois ardu de recréer cette autobio-graphie.À l’aide d’un crayon, il faut se forcer à revenir au tout début duÉtape 1 : mes jeux d’enfantsLes psychologues affirment qu’à 8 ans, notre personnalité est en- 15
  • 12. Trouver un emploi à plus de 45 ans !protections qui nous rendent sans doute moins vulnérables ou moins -fant-là.protections d’adultes. Cela fournit un excellent indicateur de carac-tère.Questionnaire – le foot ; – le saut à la corde ; – les combats de bille ; – – – seul ; – en famille ; – avec des amis ; – en équipe ; – – le leader ; – le boute-en-train ; – le rêveur ; – l’anarchiste ; – – dynamique ; – sportif ; – – généreux ; –16
  • 13. Edi.proÉtape 2 : ma réussitebaseball pour son école. Il reste moins d’une minute et c’est lui qui ala batte en main. Le stade se tait : s’il réussit un home run, son écoleest qualifiée. S’il échoue, son école n’ira pas en finale. Cet instantva conditionner sa vie entière : il marque, il devient la coqueluche deson université et finira heureux et marié à la fille de ses rêves dansune banlieue cossue. Il échoue, il sera méprisé par ses camarades etsa vie entière sera un échec.Nous avons tous vécu ces moments : une réussite qui va nous don-ner confiance. Elle va ancrer en nous l’idée de compétence : « Jesais être vainqueur ! ».Questionnaire – une présentation à l’école ; – un événement sportif ; – l’organisation d’une fête ou d’une surprise ; – un acte généreux ou de bravoure ; –Étape 3 : mes rêves d’adoLe rêve est bien plus qu’un moteur pour l’être humain. Le rêve estévènements et les personnes. Nos idéaux et nos désirs dirigent bienplus nos actes et nos choix que la raison. 17
  • 14. Trouver un emploi à plus de 45 ans !Nos rêves d’enfants et d’ados nous offrent une vision épurée, quasinaïve, de nos motivations réelles.Questionnaire – – – – – – À RETENIR… L’abbé Pierre avait-il un CV ? Les rêves peuvent être aussi des idéaux. Beaucoup de candidats souvent émoussées au contact de la réalité. La vie profession- nelle agit alors comme un véritable écran : on oublie les utopies et ses rêves de mondes meilleurs. Revenir à ces idéaux peut être l’occasion d’une reconversion originale et valorisante.Étape 4 : ce que mes parents m’ont légué(et ce que j’en ai fait)On a tous tendance à limiter nos qualités à nos compétences pro-fessionnelles. On a tous une propension à en faire de trop quand ilfaudrait faire simple18
  • 15. Edi.proÀ la question méga-prévisible « Quels sont vos qualités et vos princi-paux défauts ? »vision critique de leur tempérament.C’est un constat qui s’applique donc aussi à l’ensemble des indivi-se décrire. En entretien, les qualités autant que les défauts se limitentqui ne parle réellement du candidat. -le caractère de ses parents. Nous avons en effet hérité de leur ma-nière de fonctionner. Nous sommes à 70 % leur copie.Questionnaire -Enfance malheureuse, rapports familiaux tendus ou refus de se -tuer cet exercice. On utilise alors le regard des proches, d’amis oud’anciens collègues.Cet exercice est parfois laborieux à effectuer seul. Il existe en lignedes listes de qualités et défauts.On peut également trouver des petits tests de personnalité qui, surbase d’une vingtaine de questions, permettent de mieux cernervotre caractère. Nous reprenons à titre d’exemple le Ki1.1 Le test du - 19
  • 16. Trouver un emploi à plus de 45 ans !Le Ki professionnel : un moyen rapide de faire le point sur ses qua-lités-boulot.1. Si vous deviez résumer votre carrière à un ami ou à votre enfant, vous commenceriez par : – un nombre d’années ; – une compétence technique ; – une réussite ; – –2. En réunion, on vous définit comme : – participatif : vous aimez parler et être vu ; – – pertinent : vous donnez la bonne information au bon moment ; – créatif : vous osez d’autres solutions, d’autres idées ; –3. Face à un problème à résoudre : – vous examinez les détails et cherchez les erreurs ; – vous reprenez la question dans son ensemble pour tout bien comprendre ; – vous aimez prendre du recul ; – –4. Vos collègues apprécient surtout : – votre efficacité – votre capacité de travail – votre disponibilité – votre humour –5. Lequel de ces mots pourrait être l’étiquette collée sur votre dos- sier aux ressources humaines : – – met tout en place pour que rien ne manque ; – pédagogue et diplomate : celui qui explique, cherche des com- promis et rapproche les positions des différents intervenants ;20
  • 17. Edi.pro – imaginer les conséquences, les avantages ou les risques, celui qui est intuitif ou visionnaire, celui qui avance d’autres solutions.Attention aux faux amis : la motivation n’est pas une qualité. Elleune qualité non plus. C’est un prérequis social : vous êtes supposéêtre honnête de par votre éducation comme vous êtes supposé êtreponctuel ou vous plier aux règles de l’hygiène. Souligner un deces prérequis induit le doute dans l’esprit du recruteur : « Pourquoime parle-t-il de ponctualité ? Il aurait un problème avec cela ? ».À éviter donc. À RETENIR… Raconter du concret En entretien, l’idéal est d’illustrer vos qualités au travers d’anec- dotes. Les recruteurs doivent généralement subir des réponses apprises par cœur et qui, la plupart du temps, sont creuses : « Ma principale qualité, c’est la motivation. J’aimerais intégrer une équipe dynamique et mettre mes compétences au service de mon entreprise… » Faites pratique : racontez un événement dans lequel votre en- thousiasme a permis de résoudre un problème ou relatez une anecdote qui explique comment votre envie de vous investir a apporté une solution originale.Étape 5 : mon CV en 3 pointsLes curriculums des seniors sont souvent indigestes. Au-delà duCV, c’est leur capacité à expliquer et donc à vendre leur par-cours qui est mauvaise. On ne comprend pas leur carrière : tropd’années, trop de chiffres, trop de postes, d’entreprises, trop de 21
  • 18. Trouver un emploi à plus de 45 ans !Il est impératif de remettre de l’ordre, de retrouver de la cohérenceet donc de simplifier.Oui, il convient parfois de supprimer l’un ou l’autre de ses emplois.Oui, il est souvent nécessaire de regrouper des emplois, voire dene reprendre que les plus récents (se référer au chapitre 3 qui traitedu curriculum vitae).Questionnaire Synthétisez votre parcours en 3 étapes. Donner un nom à chacune de celles-ci. Expliquez chacune d’elles en moins de 15 secondes . IMPORTANT Le coefficient d’expertise Dans toute vie professionnelle, il existe une charnière, un moment où l’expertise se sclérose. Elle devient obsolète. Trop 45 ans passés, apprendre à pondérer ses compétences : valo- riser les plus récentes, mettre en avant celles qui ont moins de 10 ans et traiter avec plus de modestie celles qui concernent le début de sa carrière.Étape 6 : compétences & expertisesC’est généralement par ici que débutent les bilans de compétencesclassiques. C’est important effectivement, mais ce n’est pas le prin-cipal. Les compétences sont en effet souvent un frein : après 20 ansde carrière, elles agissent comme un écran. Elles masquent desqualités ou des envies oubliées. Elles font office d’excuses pouréviter toute remise en question. C’est pourquoi il est préférable definir le bilan par ces questions d’expertise et non pas de commen-cer par là.22
  • 19. Edi.proQuestionnaire – un langage informatique ou d’un logiciel ; – – la connaissance de méthodes ; – un carnet clients ou sous-traitants ; – – – expliquer des concepts ou des idées ; – – convaincre un client ; – développer une empathie réelle ; –Étape 7 : là où je suis irremplaçable -quels votre expertise est intacte : des gestes, des connaissances ou -vent les seniors dévalorisent leurs principales qualités par modestieou parce que, dans leurs précédents emplois, elles n’avaient pasété assez valorisées.L’expertise en 5 clefs : devrais l’être) ; associée à des connaissances ;3. l’expert a raison. Deux experts sont souvent en désaccord. Mais ceci ne remet pas en question leur expertise ; 23
  • 20. Trouver un emploi à plus de 45 ans !5. l’expert valorise son expertise en termes de résultats, d’impacts à plus long terme, voire de retours financiers. Le choix de mon futur boulotSur base de ces 7 étapes, un récit s’ébauche. Au centre de celui-ci,le héros se distingue mieux. On comprend qui il est.Toutes ces questions et leurs réponses doivent à présent être traduites -les 3 cercles, est utilisée dans les métiers moins qualifiés ou pourles parcours professionnels homogènes. La seconde, la carte straté-gique, convient davantage aux profils plus complexes, aux parcoursdécousus et aux candidats hors standards (anciens entrepreneurs,Les trois cercles -pondre à trois questions :Chacune des étapes du bilan qu’il a réalisé est synthétisée par desmots clefs. Chacun de ces mots clefs est écrit sur un post-it. EXEMPLE Voici les réponses qu’un postulant aurait pu fournir à l’étape 1. Réponses – le foot ; – les combats de soldats.24
  • 21. Edi.pro – seul pour mes combats de soldats. pas le choix ; – dynamique; – sportif; – et un peu bagarreur, fallait pas trop m’embêter. Mots clefs prise ».Le candidat dispose donc d’une trentaine de mots, chacun retrans-crit sur un papier autocollant : un mot-clef sur un post-it.Il a devant lui trois cercles : un pour le secteur, un pour le poste et letroisième pour le statut.Il doit placer chaque post-it dans un cercle. Les mots et les cerclesagissent comme des leviers. C’est un brainstorming qui permet defaire émerger de nouvelles pistes d’emplois ou de confirmer un choix.Dans l’exemple ci-dessus, l’indépendance peut renvoyer à un statut,mais aussi à un type de poste. La créativité ou le sport renverrontsoit à un secteur, soit à un emploi particulier. Le dynamisme estgénéralement placé dans le cercle poste. 25
  • 22. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! EXEMPLE Suite au bilan, le candidat retranscrit ses mots clefs, chacun sur un post-it. mots clefs). Il place ces post-it sur les cercles : il faut plusieurs tentatives avant un résul- brainstorming qui permet au candidat de se fixer sur son choix de métier. va le coller dans le cercle statut : ce choix exprime son envie de trouver un statut stable d’employé au sein d’une structure pérenne. Le dessin et la financiers (deux fils à l’université), il estime qu’il ne peut plus envisager de se lancer dans une carrière passionnante, mais hasardeuse. Finalement, il parvient à ce résultat : on lui suggère qu’il pourrait postuler dans une association d’aide aux personnes dans laquelle la peinture pour- rait s’avérer un outil précieux. 3 mois après, il trouva un poste dans une maison de retraite où, encore 2 .2 Références : Outil de génération de post-it, support du WEB http://www.supportduweb.com/generateur-de-post-it-web-20-sites-note-bloc-image-post-it- texte.html26
  • 23. Edi.proC’est une méthode rapide, mais pour être efficace, elle nécessited’être à plusieurs. Idéalement, il est préférable de bénéficier deLa carte stratégiqueL’idée est de calquer l’approche emploi sur les méthodes de straté-gies d’entreprise de Tim Clark3.Le candidat enfile un costume d’entrepreneur : il vend un produit.La méthode de Clark propose un schéma unique reprenant 9 cases : les partenaires clefs : ceux qui vous aident dans vos démarches de recherche d’emploi ; réalisé ; les ressources clefs : qui vous êtes, vos valeurs mais également vos compétences, expertises et expériences ; les relations clients : vos compétences interrelationnelles ; les canaux de communication : comment vous allez atteindre l’entreprise ou le recruteur ; les bénéfices escomptés : ce que l’entreprise vous offre ; les coûts : ce que vous apporterez à l’entreprise ; et le client lui-même : l’entreprise auprès de laquelle vous postulez. - 27
  • 24. Trouver un emploi à plus de 45 ans !Il existe en ligne de nombreux documents qui étayent cette méthode.L’idéal ici est encore de s’allouer l’aide d’un coach qualifié. Oser un autre futurIl faut se poser la question de l’autre parcours : l’idée oubliée, le - enfinCe n’est pas une alternative, c’est une obligation. À plus de 45 ans,on doit s’imposer cet exercice. Il faut se mettre face à soi-même etse demander « et si j’essayais autre chose ? ».Le choix d’un emploi repose sur un équilibre entre 3 facteurs : ce que vous aimez ; ce que vous savez faire et28
  • 25. Edi.proUne rapide analyse des derniers postes occupés permet de consta-ter que, loin de l’équilibre, les parcours se sont souvent construitsau détriment de l’un de ces facteurs. Soit on n’aime pas ce quel’on fait (ou on préfèrerait d’autres métiers ou d’autres postes), soiton a négligé une de ses compétences (ou notre parcours nous aaiguillé hors de notre champ d’expertise4), soit enfin les valeurs desentreprises pour lesquelles nous avons travaillé ne s’accordent pasà notre caractère.Il faut évidemment se pousser hors de ses certitudes et oser se mettreà découvert. Tous n’ont pas la chance d’avoir un coach qui les aideCinq idées pour sortir de ses gonds :2. Se pencher sur ses hobbies : et si là il y avait une idée de job ?3. S’imaginer être son propre patron.4. Demander à ses enfants quel serait le métier idéal pour leur père/leur mère. t si j’aidais les autres ? ou la planète ? -il est nécessaire d’envisager une fin de carrière à temps partiel ouoser envisager de changer de poste ou de métier. À RETENIR… Mon C4 à la loupe S’interroger sur les causes de son dernier licenciement ouvre des réponses sont souvent dérangeantes, mais elles apportent un éclairage sur notre manière de fonctionner. Certains doivent faire face à un défaut récurrent. Celui-ci peut être corrigé. Il peut aussi4 L’exemple le plus courant est la personne qualifiée à son poste que l’on promeut responsable. management ou n’a pas d’appétence pour ce type de responsabilité. 29
  • 26. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! être travesti : chaque défaut cache en lui une qualité. C’est celle-ci qu’il faut rechercher : l’agressif est aussi dynamique, le bavard est sociable, le psychorigide, organisé, et le bordélique, créatif. qualités. Elles sont souvent une part importante de leur expertise. La fiche anti-âge de fin de chapitre : de l’actu au service de ma candidatureNoël est surtout affaire de couleurs et d’odeurs : les couleurs descadeaux, les verts et les rouges et ce blanc omniprésent, celui de latous en souvenir celle d’un repas, d’un sapin ou d’une bougie. C’estaussi un événement, un moment famille, un instant de générosité etde partage. Les vendeurs l’ont compris, ils utilisent toutes ces clefspour mettre en scène leurs magasins, emballer et promouvoir leursproduits.fêtes et le sport sont pour eux autant d’occasions de faire vendre.événement correspondent des codes : des personnages (les chéru-bins pour la Saint Valentin), des couleurs (l’orange et le noir pouracheter.30
  • 27. Edi.proEn recherche d’emploi, on applique la même recette. L’actualité estmise à profit pour se démarquer des autres candidats.marqueteurs, le marronnier peut concerner des fêtes religieuses, desévènements culturels ou sportifs, des faits d’actualités, mais égale-ment la sortie d’un nouveau film, d’un nouveau roman ou la misesur le marché d’un article emblématique (un nouveau modèle pourLe marronnier en pratique1. La présence en ligne – Commentez l’actualité et les évènements culturels ou sportifs sur les réseaux sociaux5. – Effectuez une veille sur votre métier et en particulier sur les innovations de votre secteur. – Actualisez votre présence sur les sites de partages : votre CV –2. Le CV – ou qu’elles n’ont pas changé de nom ou de responsable. – Réactualisez vos hobbies : Nina Simone et Leo Ferre sont certes des monuments, mais il y a sûrement d’autres chanteurs plus modernes que vous appréciez. N’hésitez pas à citer des références littéraires, musicales ou culturelles récentes. – - mez les logiciels et les langages informatiques qui ne sont plus utilisés. – Adaptez votre bannière : la première rubrique d’un curricu- lum est consacrée à vos motivations et vos compétences. Vous avez là 3 phrases pour parler d’actualité (cf. chapitre 3).5 Références : http://www.slideshare.net/fmeuleman/marronnier-20-réseaux-sociaux. 31
  • 28. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! EXEMPLE Mes motivations La crise actuelle est accentuée par les récents soubresauts des bourses oblige à se tourner vers ses clients et à imaginer de nouvelles solutions.3. La lettre de motivation – et plus dynamique à votre courrier. Une lettre de motivation décrire le passé. EXEMPLE Monsieur Vermeulen, Votre entreprise doit faire face à de nouveaux défis : vos concur- rents innovent, vos clients sont de plus en plus exigeants et les nou- velles technologies ont profondément bousculé leurs habitudes de consommation. Mon expérience au sein du service marketing de votre principal – Les CV et lettres de motivation sont généralement envoyés par mail. Le texte du mail peut également être l’occasion d’un com- mentaire sur l’actualité, une tendance ou un évènement récent. EXEMPLE Monsieur Vermeulen, motivation. de vous en envoyer copie par mail. Très cordialement. – Les contacts avec le recruteur et l’envoi de CV peuvent éga- lement s’effectuer via les réseaux sociaux. Ces messages sont particulièrement friands de commentaires marronnier. Ils peuvent faire référence à l’actualité de l’entreprise, à votre32
  • 29. Edi.pro métier ou plus simplement à des infos sportives (ou météorolo- giques comme dans cet exemple). EXEMPLE4. L’entretien d’embauche – détendre l’atmosphère : les embouteillages, des travaux sur la route, ou des conditions météorologiques ; EXEMPLE Le recruteur : Asseyez-vous Monsieur. Vous désirez un café ou un autre rafraichissement ? Le candidat : Avec plaisir, je viens d’affronter deux piquets de grève. Très content d’être parti à l’avance, j’aurais été fort embarrassé d’être en retard ce matin. – Utilisez les marronniers sportifs ou culturels pour illustrer vos hobbies. – Appuyez-vous sur l’actualité économique, industrielle ou tech- passées. EXEMPLE Le recruteur : Votre CV mentionne que vous avez travaillé de 1995 à 2002 pour notre concurrent direct, l’enseigne Auchan. Le candidat : 2012 n’a rien de comparable. Ni votre firme, ni ses concurrents n’avaient encore dû faire face aux repositionnements 33
  • 30. Trouver un emploi à plus de 45 ans ! actuels imposés par la crise. Votre enseigne a su s’imposer là où Auchan a pris du retard… – questions embarrassantes. EXEMPLE Le recruteur : Vous ne m’avez toujours pas expliqué les raisons de votre dernier licenciement. En 15 ans, vous avez changé 7 fois de poste. Cela me paraît beaucoup. Le candidat : 6 fois en dix ans, je crois que j’égale les transferts de Ronaldinho. Je crois que j’ai, comme lui, besoin d’une équipe qui respecte mes qualités. Malheureusement trop d’entreprises dénigrent les graphistes. – Le recruteur peut directement interroger un candidat sur des évènements récents soit liés à l’actualité de l’entreprise, soit à l’actualité sociale, culturelle ou politique. Il est donc conseillé de s’informer quotidiennement. peut ignorer l’actualité, mais un candidat de plus de 45 ans, non. Le candidat peut également faire face à des questions ano- dines sur les médias, le sport ou la culture. Une fois 45 ans, il faut s’obliger à se remettre à la page pour ne risquer le couac pendant l’entretien. EXEMPLE Le recruteur: « Les infidèles » ont la cote, mais franchement c’est le niveau zéro du cinéma français… bien loin de l’Oscar. Le candidat: Je ne vois pas de quoi vous parlez… À RETENIR… Aux armes ! S’organiser et encore s’organiser. La recherche d’emploi exige une discipline quasi militaire. Il faut, comme pour un boulot nor-34
  • 31. Edi.proet de moyens. Il faut s’équiper : trouver un emploi nécessite dumatériel, des fonds et de l’aide.Il suffit d’appliquer aux démarches de recherche d’emploi cen’a rien d’un congé.Deux ouvrages pour ceux qui veulent aller plus loin 35