La Semaine Digitale #4    (vue par) Fleishman-Hillard France    Semaine du 21 au 25 février 2011    Contact : Michael JOVA...
La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard France La Semaine Digitale #4Lundi 21 févrierLe ‘social media’ n’est pas la cuisin...
La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceMardi 22 févrierComment donner envie (aux autres) de partager votre informat...
La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceMercredi 23 févrierQuand le monde viticole socialise…Le monde viticole voit ...
La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceJeudi 24 févrierDe l’utilisation des media sociaux dans la communication cor...
La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceVendredi 25 févrierGoogle veut faire dans la qualitéCe vendredi, c’est une g...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Semaine Digitale #4 - Fleishman-Hillard France

493

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
493
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Semaine Digitale #4 - Fleishman-Hillard France"

  1. 1. La Semaine Digitale #4 (vue par) Fleishman-Hillard France Semaine du 21 au 25 février 2011 Contact : Michael JOVANOVIC – Directeur des Stratégies Digitales – michael.jovanovic@fleishmaneurope.com+
  2. 2. La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard France La Semaine Digitale #4Lundi 21 févrierLe ‘social media’ n’est pas la cuisine du dimanche ! “L’internauteQu’il est bon parfois de rappeler qu’il n’est pas toujours pertinent d’investir les réseaux d’aujourd’huisociaux, qu’il faut penser contenu avant de penser site web, et que comme toute notionstratégique, une stratégie de présence online répond à des objectifs de conversation et de n’est pas unrelation avec ses publics, mais également à des notions de « reach », ou comments’assurer de rencontrer un succès auprès de nos cibles. con(sommateur)"Erreur #1 – Ne pas avoir de stratégie ni de plan d’actionsSe lancer sur les réseaux sociaux sans stratégie ni plan d’action, c’est aller droit à la catastrophe.Erreur #2 – Aucune régularité dans votre prise de paroleLe ‘feu de paille’ est le danger le plus courant sur les media sociaux. Créer du relationnel prend dutemps, mieux vaut définir une présence régulière quitte à revoir ses ambitions. “Se lancer sur lesErreur #3 – L’internaute n’est pas un con(sommateur)Une attitude égocentrique n’apportera pas de visibilité, les media sociaux fonctionnant par l’échange. réseaux sociauxPartager les connaissances autour de ses produits et services, ‘socialiser’ avec les clients et les fans de sans stratégie nila marque, autant d’actions qui légitiment votre présence avec l’apport d’une valeur ajoutée.Erreur #4 – Les media sociaux ne sont pas la solution ultime plan d’action, c’estLes media sociaux ne sont pas une fin en soi, mais des outils complémentaires pour adresser vos aller droit à lamessages. Ils offrent une prise directe avec vos publics cibles, mais ne doivent pas être utilisés sansêtre intégrés à un dispositif de communication global. catastrophe"Erreur #5 – Pensez long termeIl faut du temps pour créer un lectorat fidèle, il faut aussi du temps pour voir apparaître les premierscommentaires sur sa page Facebook, ou voir sa liste de followers augmenter sur Twitter.Erreur #6 – Ne pas avoir peur de tester et de faire testerLes media sociaux prouveront que votre entreprise est humaine, et l’erreur l’est aussi. N’hésitez pas àtester vos messages, concocter des approches participatives qui vous rassureront sur vos tactiques. “La politique deErreur #7 – Mesurer l’autruche dans lesSi vous ne mesurez pas vos actions, autant vous dire que les efforts déployés seront vains. media sociauxErreur #8 – Etre réactif et disponibleL’interaction sur les media sociaux demandera à réadapter votre processus de réponse. n’existe pas, toutErreur #9 – Gérer les conflits se sait…"Surtout ne pas censurer un avis consommateur défavorable, la politique de l’autruche dans les mediasociaux n’existe pas, tout finit par se savoir. Pensez à orienter les personnes mécontentes vers descanaux de gestion de conflits plus privés > téléphone, service client classique, e-mail…Erreur #10 – Fournir des informations faussesTout ce que vous publiez sur les media sociaux tombe dans le domaine public. Dites-vous dans ce casque tout se sait, évitez donc de publier des informations fausses qui pourraient être contredites par untiers, qu’il soit interne ou externe à l’entreprise, risquant de mettre en jeu votre réputation.2
  3. 3. La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceMardi 22 févrierComment donner envie (aux autres) de partager votre information ?C’est le site MyCommunityManager, qui dévoile un article très intéressant ce mardi, « Papa,comment on fait pour faire partager les gens ? »Pour donner envie aux internautes de partager vos messages et vos contenus, il convient de se poserplusieurs questions : - Ai-je touché la bonne cible ? Mon contenu leur est-il compréhensible ? - Mon contenu est-il lisible, engageant, utile ? - Ai-je donné à mes audiences l’opportunité de partager cette info, d’y contribuer ?Constat #1 – La forme ne séduit pasInternet lorsqu’il est utilisé comme un moyen de communication réagit comme les autres médias, ilfaut séduire. Par le titre, par l’accroche, par le style éditorial, par l’auteur aussi parfois et surtout parla pertinence du contenu qui doit apporter une valeur ajoutée pour celui qui le lit.Il y a aussi des règles éditoriales qui régissent la communication sur le web mais également destimings précis de communication : - Pour les e-mails, préférez planifier votre envoi, en fonction du jour et de l’heure - Pour la publication de tweets, vérifiez à qui vous vous adressez - Pour la publication sur Facebook, pensez à poster la même information 2 à 3 fois dans la journée, car vos fans se connectent à des heures différentesConstat #2 – Aucun fond, donc aucune valeur ajoutéeDans le cas de n’importe quelle entreprise, ou agence, l’expertise est le contenu : - Chaque recherche interne ou l’appel à une prestation extérieure peut être l’occasion de rendre compte d’une capacité d’analyse, d’une expertise spécifique - Le relationnel engagé avec les internautes peut aussi nous permettre de créer des dynamiques de co-création, et de ‘guest blog posting’ (dans le cas d’un lien relationnel fort avec des blogueurs)Constat #3 – Manque de styleUn internaute réagit à votre contenu en fonction de son caractère, de l’information qu’il est venuchercher, et de la valeur ajoutée que vous lui apportez via votre contenu.Le style est très important car il faut savoir rester humain, sans risquer de rentrer en conflit avec lescroyances, valeurs et opinions de l’internaute.Constat #4 – Vous vous êtes trompés d’outil de communication / de canal de diffusionPensez bien que votre audience a déjà ses codes de consommation sur le web, et donc ses outils departage préférés, essayez de proposer un nombre restreint de fonctionnalités mais qui sontdirectement en lien avec les habitudes des internautes que vous souhaitez toucher.Constat #5 – Je suis un blog / une marque / un produit inconnuDans ce cas précis, vous pouvez démultiplier votre message sur toutes les plateformes pour créer uneffet d’annonce. Pensez toujours cependant à segmenter vos messages, et à ne pas faire d’impairdans le ciblage de vos audiences.Constat #6 – Votre sujet navigue en eaux troublesVous avez certainement tous eu déjà un sentiment de gêne lorsque vous souhaitiez partager uncontenu pensant que ça allait amuser la galerie et en fait non. C’est que votre contenu met « mal àl’aise ».3
  4. 4. La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceMercredi 23 févrierQuand le monde viticole socialise…Le monde viticole voit depuis longtemps un moyen dans les media sociaux d’avoir unefenêtre ouverte sur les modes de consommation de ses produits, mais également unecapacité à être en prise directe avec ses publics.Et depuis peu, ce sont les interprofessions viticoles qui prennent la parole pour ne pluslaisser parler les autres à leur place.Une approche relationnelle qui porte ses fruits au vu des premiers résultats de cettephotographie du paysage digital - L’interprofession des vins d’Alsace comptabilise près de 23 500 fans sur sa page Facebook officielle, et a également créé un blog - Le CIVB (vins de Bordeaux), qui sont de loin les plus présents (mais pas les plus actifs), comptent 4 pages Facebook en plusieurs langues, 2 comptes Twitter et également un blog - InterRhône a aussi créé sa page Facebook mais de façon plus confidentielle, comptabilisant un peu moins de 2 000 fansLes interprofessions qui s’y sont mises sur le tard gagnent en part de voix - Le BIVB enregistre 2100 fans sur son compte Facebook dédié - L’IVSO (vins du Sud-Ouest) et les vins du Centre Loire sont dans la roue du BIVB er - Au 1 semestre 2011, InterLoire et le CIVP (vins de Provence) ouvriront leur page Facebook - Le CIVL (vins du Languedoc) est bon dernier, planifiant une entrée sur Facebook en 2012Dans l’utilisation des médias sociaux, 3 principes se détachent - Le format blog pour une qualité éditoriale, apportant un point de vue et une expertise - Facebook dans une utilisation de proximité avec le consommateur - Twitter dans un souci de communication vers l’étranger, dans des formats très courts (140 caractères) et plutôt orientés business / produitEt les vins de Bordeaux font office de meilleur élève, lorsqu’il s’agit de médias sociaux - 500 fans en 2009, 5 150 en 2010, c’est 930% d’augmentation - La page anglaise Facebook réunit 17 000 fans, preuve de la résonance à l’internationalEt les exemples sont légion comme - Le Salon des Vins de Loire o Création de la page Facebook du salon en novembre 2010 o Organisation du salon en février 2011 o Entre les deux, plus de 13 000 fans ont rejoint la page, en à peine 3 mois ! - InterRhône o Ils ont utilisé leur page Facebook pour générer du traffic sur le salon Millévin édition 2009 o Résultat, sur le créneau communiqué sur Facebook, ils ont eu un afflux de plus de 1000 personnes pendant la durée du salonEt preuve de la capacité de mobilisation des fans, rappelons l’histoire de ce vigneron qui apu mobiliser un certain nombre de ses clients et blogueurs touchés par son histoire, et qui arécolté pour 20 000 € de commandes afin de sauver son exploitation4
  5. 5. La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceJeudi 24 févrierDe l’utilisation des media sociaux dans la communication corporateUne récente étude menée par Useful Social Media, en partenariat avec Hootsuite, tente debriser les idées reçues autour d’une utilisation corporate des media sociauxComment l’expertise ‘social media’ se traduit dans la structure interne des entreprises ? - Généralement, 2 à 3 personnes y sont dédiées dans l’entreprise - C’est souvent une extension d’un rôle plus global et assimilée au marketing - Plutôt un profil de manager dans 80% des casQuel budget est alloué aux media sociaux dans l’univers corporate ? - 50% des entreprises seulement anticipent sur une augmentation de leurs dépenses en matière de réseaux sociaux, preuve d’une considération en demi-teinte - Et cette augmentation ne dépasse que très rarement les 10% en 2011Est-ce que les pratiques corporate sur les media sociaux vont changer en 2011 ? - Les media sociaux sont encore utilisés majoritairement dans une démarche marketing, trop peu autour de la co-création et le co-développement de produits et services - Fait intéressant, les entreprises se rendent compte que toute action doit être mesurée, et un nouveau souffle est donné dans la capacité à formaliser des critères de performance - En 2011, 70% des entreprises confirment un ‘trend’ important : utiliser les media sociaux pour mieux gérer la relation client au quotidien - A 40%, le social media va également être utilisé en 2011 pour engager plus en profondeur les employés et collaborateurs de l’entrepriseComment les entreprises mesurent-elles leurs efforts entrepris via le ‘social media’ ? - 40% des entreprises pensent mesurer correctement leurs efforts, mais c’est une erreur, compte tenu du manque de pertinence de certains critères de performance - Les Etats-Unis sont en avance sur la définition de ces critères, mais il leur est difficile de l’appliquer au modèle européen très éclaté d’un point de vue ‘utilisation’Les 10 points clés à retenir de l’étude - Le département ‘social media’ n’existe pas, et reste un concept flou pour une grande majorité des entreprises - Le ‘social media’ est très souvent un ‘add-on’ à une stratégie corporate plus globale, et peu intégré ou considéré comme une stratégie à part entière - Pour un peu moins d’1 personne sur 2, ‘social media’ = marketing - Mais ce rapprochement tend à se diversifier, 2011 ouvrant les portes sur de nouvelles intégrations du ‘social media’ aux autres fonctions de l’entreprise - Le budget ‘social media’ des entreprises augmentera en 2011, pour 9 entreprises sur 10 mais cette augmentation est relative, de l’ordre de moins de 25% de hausse de budget pour 2 entreprises sur 3 - Le ‘social media’ est très (trop ?) utilisé pour des problématiques marketing - La relation client, la co-création et la marque employeur sont trois ‘trends’ forts pour 2011 en matière d’utilisation corporate des médias sociaux - L’expertise ‘social media’ reste en majorité l’affaire de ‘pure players’, puisque 57% des entreprises achètent des prestations externes pour gérer cette communication - Les best practices autour du ‘social media’ sont toujours l’affaire des entreprises s’adressant au grand public, même si l’année 2010 marque le réveil du discours corporate5
  6. 6. La Semaine Digitale #4Fleishman-Hillard FranceVendredi 25 févrierGoogle veut faire dans la qualitéCe vendredi, c’est une grande annonce de Google qui faisait l’actualité, puisque la firme adécidé de se racheter une conduite en proposant un algorithme mieux construit, etcapable de proposer des résultats de recherche plus qualitatifs.Ce nouvel algorithme de « pertinence » aura pour but de lutter contre le spam et ce qu’onappelle plus communément sur la toile le « Google Bombing » (voir ici ou là).L’impact sur les requêtes des utilisateurs s’en trouvera amélioré, puisque Google annonceque près de 12% des sites qui étaient correctement classés sont aujourd’hui partis auxoubliettes, parce que leur contenu était de faible qualité.Il y a quelques temps, Google lançait sur son navigateur Chrome un outil de reportingpermettant à Google de demander aux internautes s’ils trouvaient pertinent le contenudes pages que ceux-ci visitaient, avec l’extension Personal Blocklist Chrome. Même siGoogle indique ne pas utiliser ces ressources et feedbacks, la comparaison entre les retoursutilisateurs et les sites considérés comme étant de faible qualité montre unecorrespondance importante de près de 84%...Pour le moment, ce changement d’algorithme n’est effectif qu’aux Etats-Unis, mais devraittrès vite arriver en Europe.Qu’est ce que ça veut dire pour les opérations d’optimisation du référencement sur lesmoteurs de recherche ? - Les communiqués de presse digitaux – utilisés pour optimiser le référencement de certaines communications - risquent de bien moins remonter dans le référencement Google : comment y remédier ? En rattachant les communiqués directement hébergés sur les sites officiels des marques, pour bénéficier du référencement naturel dont ils disposent d’ores et déjà. - Les contenus qui remonteront plus facilement dans les moteurs seront forcément qualitatifs, soit dans le format soit dans le fond, plébiscités par les internautes dans leur recherche d’information – nombre de clics, votes, commentaires, avis consommateurs. Et la recherche « sociale » est en train de bouger : o Bing, le moteur de recherche de Microsoft, intègrera désormais les « like » de Facebook pour juger d’une partie de la pertinence des sites. Si pas de « likes », pas de chocolat j’ai envie de dire o Google se rapproche des résultats de Twitter pour faire remonter en temps réel les contenus et remarques les plus pertinentes, notamment pour les marquesDe quoi aller de plus en plus vers l’ère du contenu et de la recherche sémantique sur leweb, en témoigne la récente victoire de Watson – la dernière invention survitaminéed’IBM - qui a battu les meilleurs joueurs du monde de Jeopardy6

×