• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Semaine Digitale #34 - Fleishman-Hillard France
 

Semaine Digitale #34 - Fleishman-Hillard France

on

  • 789 views

 

Statistics

Views

Total Views
789
Views on SlideShare
781
Embed Views
8

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

1 Embed 8

http://paper.li 8

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Semaine Digitale #34 - Fleishman-Hillard France Semaine Digitale #34 - Fleishman-Hillard France Document Transcript

    • La Semaine Digitale #34 (vue par) Fleishman-Hillard France Semaine du 19 au 23 septembre 2011 Suivez l’actualité de l’agence : Facebook Fleishman-Hillard France // Twitter officiel @fleishmanFR Contact : Michael JOVANOVIC – Directeur des Stratégies Digitales – michael.jovanovic@fleishmaneurope.com+
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FranceLa Semaine Digitale #34Lundi 19 septembre – DSK a-t-il réussi à convaincre ?C’était l’événement du week-end, ce fameux JT de 20h où pour la première fois, DSK devaits’exprimer sur les différentes affaires qui l’entouraient depuis quelques mois. Il est clair queles Français l’attendaient au tournant.DSK avait décidé d’être on ne peut plus clair, en gardant à portée de main le rapport duprocureur. Avouer ses fautes pour Nafissatou. Ne rien dire pour Tristane. Confirmer que2012 n’est plus une option. Confirmer aussi qu’il est plus à l’aise pour parler de financemondiale.Sans surprise, c’est un énorme succès d’audience pour TF1, avec 47% de parts de marché.C’est en revanche un bilan en demi-teinte pour Twitter, qui même en comptabilisant unemoyenne de 7,2 tweets par seconde pendant l’interview de DSK, n’a réussi à faire réagirque 5000 « Twittos ». MinuteBuzz a d’ailleurs réuni les principaux tweets échangés sur lesujet.Des réactions en chaîne s’en sont suivies : - Le PS, un peu gêné et les féministes en colère - Les médias américains, pas convaincus par la prestation de DSK - La tribune de Christophe Barbier, en réponse à une des piques de DSK : « Ce tabloïd qu’est devenu l’Express » - L’invitation de Tristane Banon et de son avocat sur le plateau du Grand JournalPlus largement encore se pose toujours la question de Twitter. Twitter et sa réactivité quiavait déjà posé problème lors du débat des primaires socialistes sur France 2.Et surtout de se demander comment mieux intégrer les internautes dans les débatstélévisés ? Comment profiter à plein de ce regain d’interactivité amené par les réseauxsociaux, tout particulièrement Twitter ?2
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FranceMardi 20 septembre – Comment se remettre d’un bad buzz ?Un article très intéressant à lire sur le Blog du Modérateur qui revient sur la perceptionparfois ambigüe d’un bad buzz.Trois exemples d’entrée en matière : - Le cas Kryptonite, qui n’avait rien fait pour endiguer la crise de ses cadenas « unbreakable » - Le cas Lesieur, avec son scandale de l’huile minérale en 2008 et l’ouverture d’un blog d’information qui en a suivi - Le cas SNCF, qui a depuis maintenant quelques années intégré les utilisateurs du réseau aux débats qui entourent l’entrepriseLa crise finalement, c’était mieux avant. Plus facile à adresser face aux réseaux sociaux quiaujourd’hui ont véritablement donné plus de pouvoir à l’internaute pour se manifester vis-à-vis d’une marque. Une infographie a d’ailleurs vu le jour pour expliquer ces changements,au travers de trois exemples précis.On remarque à chaque fois le pic de mentions en ligne, en pleine crise, et très souvent le« calme » avant la tempête lorsqu’on analyse plus en profondeur les courbes deprogressionOn remarque également une forte baisse du sentiment « positif » autour de la marque parl’effet d’entraînement, et la crise de confiance conséquence de la crise.3
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FrancePreuve que la réponse à une crise doit être créée sur mesure, les différentes réactions dechacune des marques n’ont pas toujours entraîné une réaction similaireMais globalement, ces actions ont eu pour effet de modérer le sentiment négatif, voired’accentuer le « retour en grâce ».Un point majeur de l’infographie complète que vous pourrez retrouver ici, c’est que Nestlépar son début de crise mal engagé (notamment par le biais des commentaires sur Facebooket le manque de dialogue) a mis 50% plus de temps que Domino’s à revenir à une situationd’avant-crise aux yeux des consommateurs. Le cas de Nestlé étant aujourd’hui un casd’école en termes de bad buzz.4
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FranceMercredi 21 septembre – Monsieur le Député 2.0 (ou pas)Une étude autour des députés 2.0 réalisée par le site www.elus20.fr vient expliquer pluslargement l’état d’esprit dans lequel les députés se trouvent lorsqu’il s’agit de parler desréseaux sociaux et de la communication politique à travers eux.Quels points d’enseignements ? - 14% des députés n’ont aucune présence sur le web - 20% des députés n’ont pas de blog. Pire encore, 10% seulement des blogs existants sont considérés comme participatifs et ouverts au dialogue - 54% des députés ne sont pas sur Facebook - 78% des députés n’ont pas de compte Twitter - 66% des députés n’ont pas de compte sur une plateforme vidéo - Aucune visibilité sur le mobile, qui reste de loin le grand oublié des députés, alors que le taux d’équipement et l’explosion des smartphones devraient inciter les députés à réfléchir à une présence mobile. Pour preuve, seuls 4 d’entre eux ont développé une application.Quelques outils de visualisation augmentée - La carte des députés interactive : http://www.elus20.fr/etudes/deputes-20- internet/carte/ - Le profil de référence du député 2.0 : http://www.elus20.fr/etudes/deputes-20- internet/profil/ - Le palmarès des députés 2.0 : http://www.elus20.fr/etudes/deputes-20- internet/palmares/ - Outils d’analyse et de recherche parmi les députés : http://www.elus20.fr/etudes/deputes-20-internet/outils/ - Chiffres et graphiques : http://www.elus20.fr/etudes/deputes-20- internet/resultats/En bref, encore beaucoup de travail pour faire de notre politique une politique 2.05
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FranceJeudi 22 septembre – f8Si à 50 ans, t’es pas sur Facebook, t’as raté ta vieC’est grosso modo ce que le « ticker » nous propose. Faciliter à outrance l’interaction. Sevautrer dans le web 2.0 comme des sans-gênes. Au survol d’un statut avec votre souris,Facebook vous proposera directement des actions sans rien demander.Liker, commenter, partager, en mode « assisté » comme si vous étiez à la retraite avantl’heure. Votre « wall » se transforme en véritable journal customisé avec les statuts despersonnes que vous préférez suivre, et que vous pourrez bien évidemment sélectionner enamont.Facebook devient votre « timeline »Sorte de mur avancé, il centralise les informations de votre vie recensée sur Facebook. Surdeux colonnes, il s’agira de pouvoir revenir en arrière sur votre vie de « kikou lol » surFacebook, et voir à quel point le plus prudent d’entre nous IRL peut s’avérer le plus perversdes exhibitionnistes 2.0.Photos, vidéos, cartes, applis Facebook, tout y sera. Une fonction d’archivage vouspermettra même d’y insérer ce que vous avez fait avant la création de Facebook.Plus d’infos sur cette vidéo > http://www.youtube.com/watch?v=hzPEPfJHfKULe « like » devient multipleVous auriez bien aimé dire à quel point vous avez adoré ce livre, à quel point la promenadesur la coulée verte c’était génial. Dire à vos amis que vous écoutez Eddy Mitchell ou quevous mangez en ce moment même le fameux « pépito » de Jérome Commandeur.Vous pourrez désormais utiliser les boutons « like », « read », « watch », « eat », « hike » et« listen ». Mais toujours pas le bouton pour dire à quel point le statut du voisin estinintéressant. Le fameux « Thumbs down ».Et le F-Commerce dans tout ça ?Evidemment, ça ne décolle pas. Les crédits Facebook non plus. Mais Facebook promet demodifier suffisamment les profils des utilisateurs pour leur faire passer plus de tempsdessus.Et notamment pour y insérer des fonctionnalités e-commerce plus présentes, pourprovoquer le « social coup de cœur achat compulsif ».Exemple intéressant, celui de la location de films sur Facebook, sur lequel des géants del’industrie du film se sont déjà positionnés au travers d’applications tierces. Mais Facebookannonce de son côté un partenariat avec Netflix qui pourrait débloquer pas mald’opportunités pour le « social streaming ».6
    • La Semaine Digitale #34Fleishman-Hillard FranceVendredi 23 septembre – 800 millions d’utilisateurs pour FacebookCes chiffres hallucinants sont tout simplement le résultat de l’annonce récente deFacebook, arrivées dans le même temps que la conférence f8 dédiée aux développeurs.800 millions de membres donc, c’est ce qui fait la puissance de Facebook et qui lui donne lepouvoir aujourd’hui de révolutionner à son aise le domaine des réseaux sociaux.Pour preuve, quasiment 1 utilisateur sur 2 de Facebook se connecte mensuellement àFacebook par le biais du mobile.La révolution du mobile ne se fait plus sans Facebook, 80% des téléphones mobiles vendusdans le monde aujourd’hui ayant un accès à une application Facebook.De quoi donner présager de très beaux jours de réflexion pour les marques, afin dedévelopper des services, applications et jeux sur Facebook qui puissent être « vécus »depuis un mobile par l’utilisateur.L’engagement n’est pas en reste, puisque chaque jour, 2 milliards de « like » etcommentaires sont réalisés sur la plateforme.Côté applications et sites web ayant intégré ce service, Facebook en compte désormais 7millions. De quoi abreuver la soif des utilisateurs du réseau social qui installent par jour plusde 20 millions d’applications dans le monde.Enfin, évidemment nous avions parlé du poids de Facebook dans l’hébergement de photosen ligne, dépassant allègrement les 5 milliards de photos hébergées par Flickr, Facebook setargue de communiquer sur un chiffre tout simplement hallucinant : 250 millions de photosseraient uploadées chaque jour par les utilisateurs du réseau social.7