Your SlideShare is downloading. ×
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Semaine Digitale #29 - Fleishman-Hillard France

687

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
687
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La Semaine Digitale #29 (vue par) Fleishman-Hillard France Semaine du 15 au 19 août 2011 – Summer Edition Suivez l’actualité de l’agence : Facebook Fleishman-Hillard France // Twitter officiel @fleishmanFR Contact : Michael JOVANOVIC – Directeur des Stratégies Digitales – michael.jovanovic@fleishmaneurope.com+
  • 2. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FranceLa Semaine Digitale #29Cet été, c’est aussi l’occasion de se relaxer et d’aborder l’actualité digitale de façon plusinformelle. Une version plus « light » de la Semaine Digitale, pour une lecture plus aérée,ensoleillée.Et aussi parce que nous préparons un nouveau format pour la rentrée, une Semaine Digitalequi se voudra plus interactive.Lundi 15 et Mardi 16 aoûtBEAUCOUP d’actualités durant ce week-end de trois jours. Petit flashback.LE TORCHON CONTINUE DE BRÛLER entre les laboratoires pharmaceutiques et lesblogueurs, avec la dernière affaire qui oppose les laboratoires Boiron à un jeune blogueuritalien, soutenu par la blogosphère internationale. Encore un problème qui vient s’ajouter àun climat déjà bien compliqué pour les géants de la santé qui se frottent, depuis cettesemaine, aux nouvelles demandes de Facebook les concernant. Et oui ! Plus de possibilitésd’ouvrir des pages Facebook si l’on autorise pas les commentaires, c’est désormais la règle.Côté mobilité, les hôpitaux semblent trouver leur bonheur dans une utilisation raisonnéedes médias sociaux, tandis que les médecins commencent à se plaindre de l’utilisation àoutrance de certaines TIC (notamment l’utilisation des tablettes tactiles) qui favorisentl’expérience certes, mais pas le contenu.PREMIERS SIGNES DE « SOCIAL MEDIA FATIGUE » CHEZ LES JEUNES, c’est en tous les cas ceque dévoile la récente étude Gartner. Les jeunes se désintéressent des réseaux sociaux,pendant que les « silver surfers » prennent de plus en plus de poids dans les usages. Pourpreuve, la récente levée de boucliers contre la dernière campagne de Mamie Nova (quevous pouvez découvrir ici) et pour la « middle-class » l’élection de représentants pour lesclients des grandes marques.GOOGLE NE FAIT QU’UNE BOUCHEE DE MOTOROLA, pour 12,5 milliards de dollars. Uneannonce qui a rendu les marchés frénétiques ce début de semaine, mais qui a aussi permisde se poser les bonnes questions. Pendant ce temps, côté « search », Google annonçait finde semaine dernière l’activation de son nouvel algorithme « Panda » en France. Lesrésultats n’ont pas mis longtemps à se faire attendre, et pour certains sites web c’est déjàla débandade. De quoi repenser en profondeur les futures stratégies SEO.Mercredi 17 aoûtFacebook avait pourtant de quoi se sentir supérieur. L’effet d’annonce autour del’obligation récente des labos pharmas à ouvrir leur « mur » Facebook sous peine d’êtreinvités à quitter le réseau social avait créé une réelle levée de bouclier chez lesprofessionnels de la santé.Mise en cause, l’attitude de Facebook qui avait laissé entrer par la petite porte le milieu dela pharma, engrangeant les recettes publicitaires tout en leur permettant de désactiver lesmurs de commentaires, pour permettre d’être « conforme » à la législation en vigueur,celle-là même qui ne veut pas faire de bruit autour des médicaments.Et cette annonce d’il y a quelques mois s’est faite plus pressante la semaine dernière,puisque c’était LA DATE FATIDIQUE à laquelle les labos pharmas s’attendaient, avecl’obligation d’ouvrir aux commentaires. Et donc de s’exposer aux avis de patients, auxactions « tendancieuses » de concurrents et surtout aux trolls.2
  • 3. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FrancePourquoi une interrogation sur ce divorce? Plusieurs raisons à cela : 1. Parce que les cas sont nombreux de très bons usages de la pharma sur Facebook, même s’il faut avouer qu’ils sont peu nombreux. L’expression de la communication pharma est tout de même beaucoup plus visible sur Twitter, c’est indéniable. 2. Parce qu’à vouloir paraître trop sûr de « lui », le réseau social vient de fermer une porte « juteuse » en termes de profits. La pharma commence à déserter Facebook. 3. Parce que la vision « sociale » de la pharma commence à s’éveiller doucement, et sans Facebook. 4. Parce qu’à ce jeu là, Twitter et ses nombreux hashtags dédiés (#health20 #hcsm #hcsmeu #hcsmeufr) fait office de véritable moteur de l’intégration du discours santé sur les outils digitauxDe quoi se demander si Facebook ne reviendra pas en arrière, car il s’agit là de tout un pande business qui s’écroule.Jeudi 18 aoûtHier était publiée une étude très intéressante du site GlobalWebIndex (qui avait d’ailleursfait ses preuves en éditant un widget très utile que vous pouvez consulter à cette adressesur les usages en matières de réseaux sociaux).Un peu plus de 45 slides qui vont vous en dire plus sur les évolutions en termes d’usagesdes médias sociaux depuis 2009.Quelques points à retenir cependant et qui correspondent à des tendances de fonds, quipeuvent aussi constituer des clés d’entrées dans vos discussions avec vos clients.Quelle évolution des usages au sens large ?Etonnamment les anciens modes d’expression sur le web déclinent : écrire des news, desarticles, écrire sur son propre blog, aller discuter sur un forum… L’activité qui perd le plusde terrain dans cette affaire est la communication instantanée qui perd 8% d’activité surdeux ans.Côté nouvelles activités, on peut constater la puissance du « social » : +10% d’activité sur lamise à jour de ses réseaux sociaux. On est ensuite très vite happés par les activités autourdes contenus « riches » : regarder des vidéos, uploader des vidéos, utiliser la VOIP,consulter une encyclopédie en ligne.Une nouvelle mode du partage se dessine ainsi plus globalement au niveau mondial, axéesur les avis d’internautes postés en ligne, l’utilisation des services de microblogging,consultation des comparateurs de prix…3
  • 4. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FranceLe web participatif bouleverserait-il l’ordre mondial ?On constate clairement sur le graphique ci-dessous que les pays les plus récemment entrésdans l’ère digitale sont ceux qui ont su profiter à plein du côté « social » d’Internet.L’Occident fait office de retardataire ayant une vision encore trop commerciale du web,tandis que l’Asie, l’ancienne URSS et l’Amérique Latine sont de véritables moteurs du webparticipatif. A rappeler notamment le fait que les « latinos » comme on les appelle dans leweb sont les plus gros consommateurs de vidéos en ligne au monde.4
  • 5. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FranceLe web souffre-t-il d’un manque d’ergonomie ?C’est ce que semble indiquer le graphique ci-dessous. Il y a un an, la répartition des« preferred devices » semblait indiquer une répartition plutôt intéressante entre le PChistorique et les autres modes de navigation, notamment le mobile. Aujourd’hui, unegrande partie des sondés indique à 80% qu’ils préfèrent naviguer depuis leur PC. Quellesraisons à cela ? - Est-ce que le PC reste l’outil de navigation le plus confortable ? - Ou bien est-il tout simplement le plus répandu, créant ainsi une habitude dont les utilisateurs ont du mal à se détacher ? - Peut-être aussi est-ce tout simplement une question de véritable manque de confort sur les autres outils de navigation et on pense notamment au monde du mobile (même si celui-ci est en très forte expansion) ?La « Social Media Fatigue » se répand comme une trainée de poudre ?Moins grave qu’une « social media fatigue » en tant que telle, la situation mondiale montrequ’effectivement sur certaines tranches de population, nous constatons un désintérêtsubstantiel autour des réseaux sociaux. Il peut aussi être analysé au travers d’une certainerationalisation des comptes sociaux, les internautes évitant de créer des comptes à tout vaet préférant de plus en plus gérer leur identité numérique / virtuelle avec les outils qui leurconviennent le mieux5
  • 6. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FranceVendredi 19 aoûtJe vais vous laisser méditer quelques minutes face à l’affiche suivante.Vous pourrez ensuite voir à quel point cette affiche a déchaîné les passions.6
  • 7. La Semaine Digitale #29Fleishman-Hillard FranceA un tel point que Nivea a fait machine arrière en décidant de retirer la campagne, et ens’excusant platement sur sa page Facebook américaine.Finalement, dans un cas comme celui-là, pas sûr que de simples excuses suffisent, c’étaitpourtant un sans faute pour Nivea en termes de communication.7

×