• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Semaine Digitale #10 - Fleishman-Hillard France
 

Semaine Digitale #10 - Fleishman-Hillard France

on

  • 2,756 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,756
Views on SlideShare
2,756
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Semaine Digitale #10 - Fleishman-Hillard France Semaine Digitale #10 - Fleishman-Hillard France Document Transcript

    • La Semaine Digitale #10 (vue par) Fleishman-Hillard France er Semaine du 28 mars au 1 avril 2011 Contact : Michael JOVANOVIC – Directeur des Stratégies Digitales – michael.jovanovic@fleishmaneurope.com+
    • La Semaine Digitale #10Fleishman-Hillard FranceLa Semaine Digitale #10Lundi 4 avrilMash-up digital : #bibliolefebvre, Sony vs. Anonymous, le Passager Mystère d’IkeaL’infatigable Frédéric LefebvreOn ne présente plus Frédéric Lefebvre. Mais il parvient tout de même à nous surprendre,quand il s’agit de « livres de chevet » comme Zadig & Voltaire...Une surprise très bien reçue par la communauté Twitter, qui a de suite créé un hashtagofficiel à la gloire de Frédéric.#bibliolefebvre, c’est un condensé d’humour où l’on mélange titres de vrais livres etmarques grand public. Un petit top 20 à regarder ici.Un hashtag détourné fut même créé autour de la musique : #discolefebvreSony vs. AnonymousIl faut croire que Sony, par ses agissements, a quelque peu énervé les Anonymous.Une véritable déclaration de guerre numérique, où les Anonymous déclarent ne rienpardonner, ne rien oublier.Tous les sites Playstation faisant la promotion de la PS3 notamment étaient « down »(comprenez inaccessibles), durant une bonne partie de la semaineLe Passager Mystère d’IkeaIkea vient de lancer un concept pour promouvoir son site de covoiturage, afin que les genspartagent leur voiture avant d’aller chez Ikea. Ainsi, le Passager Mystère est né : plus de50 000 vues en à peine quatre jours.Un Passager Mystère qui se cache sur le site de covoiturage de la marque et qui – si vous leprenez dans votre voiture – offrira la coquette somme de 1 000 € d’achats chez Ikea à tousles membres présents dans le véhicule.Une opération virale qui permet à Ikea de communiquer sur son engagement en matière dedéveloppement durable.2
    • La Semaine Digitale #10Fleishman-Hillard FranceMardi 5 avrilLa guerre des pages « fans »La guerre des pages fans est déclarée : tous les réseaux sociaux semblent vouloir déployerdes pages pour promouvoir la communication des marques. Petit tour d’horizon.La page Facebook comme véritable « template »C’est évidemment la page Facebook qui sert aujourd’hui de modèle à la communication desentreprises sur les réseaux sociaux.Un modèle souvent décrié mais qui a profondément changé la manière dont les entreprisesenvisagent les réseaux sociaux, comme en témoigne la dernière interview de JulienCodorniou, fraîchement débarqué de Microsoft vers Facebook, qui espère « qu’un jour,chaque société aura son responsable Facebook »Twitter fait son coming-outAprès un certain temps passé à se différencier de Facebook, Twitter rebrousse chemin etannonce le lancement de pages dédiées aux marques et à ceux qui les suivent. Car au-delàdes comptes et tweets sponsorisés, l’offre de Twitter n’est guère alléchante pour lesannonceurs.A priori, les ‘branded pages made in Twitter’ devraient sortir aux Etats-Unis dans unpremier temps, avant d’ouvrir cette possibilité au Royaume-Uni, où il est également prévul’ouverture très prochaine d’une base européenne pour ce réseau socialFoursquare aussi propose ses ‘Gallery Pages’Proposant déjà aux particuliers et entreprises de « déclarer » officiellement des lieux et deproposer des opérations promotionnelles (dits « special offer near you »), le réseau socialbasé sur la géolocalisation propose aux entreprises des pages dédiées, où elles pourrontpartager des « tips » et du contenu propre à l’ensemble de leurs enseignes géolocalisées.Un attrait important pour les entreprises territorialement fortement implantées commeStarbucks qui lorgne déjà sur ce nouveau service.LinkedIn propose un outil de curation intégré, LinkedIn TodayLinkedIn reste fidèle à sa stratégie et préfère faire bénéficier d’un outil de filtrage del’information qui permettra aux internautes connectés à ce réseau de profiter des news etactualités les plus chaudes sur une industrie ou un sujet spécifique.Prônant l’usage de l’ensemble des canaux de communication, l’internaute pourrasauvegarder et lire ses contenus les plus intéressants depuis le réseau social, par e-mail ouvia l’iPhone.Une approche un peu différente mais qui pourrait très vite tirer son épingle du jeu quandon voit la montagne d’informations qui nous submerge chaque jour un peu plus.3
    • La Semaine Digitale #10Fleishman-Hillard FranceMercredi 6 avril+1+1, c’est le nom de code du nouvel outil de Google. Vous trouverez plus d’infos sur ce siteweb, mais également avec les captures étape par étape ci-dessous.Un schéma en trois étapes : - J’exécute ma recherche sur Google, je trouve un lien plus pertinent que les autres, je clique donc sur le +1 (image 1) - Ce clic – évidemment public – permet aux autres internautes d’avoir une recommandation sociale instantanée sur la pertinence d’un contenu lié à une recherche effectuée (image 2) - La recommandation par une personne identifiée (image 3) permettant d’authentifier cette recommandation pour y apporter plus de poidsStratégiquement, ce mouvement de Google introduit de façon globale la notion de« social search », qui était jusqu’à maintenant la chasse gardée de Facebook, qui avait misau point un certain nombre d’outils pour « liker » des articles et des sites pour lesrecommander automatiquement à tous ses amis Facebook. En faisant cela, Google allie sonalgorithme de recherche au pouvoir de recommandation humain et social, pour faire du« Social SEO ».Qu’est ce que cela implique pour les marques et la gestion de leur présence en ligne ? - Assurer un positionnement de leur site sur les moteurs de recherche qui soit en pleine cohérence avec le contenu qu’ils ont à offrir à l’internaute - S’assurer que le champ lexical et la promesse de marque soient liés à ce que l’internaute recherche vraiment - Développer un contenu utile, ludique et qui sache faire la différence, pour accumuler les +1, sésame d’une meilleure visibilité sur GoogleQu’est ce que les marques risquent si elles ne tiennent pas compte de ce changement ? - La sanction face à la sur-promesse : les principes de jeux concours, et le « searchwashing » seront très vite sanctionné - La dégringolade dans les résultats de recherche, même avec une stratégie SEO bien en place : l’ensemble des stratégies de référencement devront dorénavant intégrer la notion de SMO (Social Media Optimisation) pour valoriser la dimension sociale des contenus partagés par la marque4
    • La Semaine Digitale #10Fleishman-Hillard FranceJeudi 7 avrilSavoir gérer le temps d’un Community ManagerSortir de l’amalgame entre Community Manager et Réseaux SociauxLe Community Management existe depuis bien longtemps, un simple chargé de relationclientèle est en fait un Community Manager. Avec l’arrivée des réseaux sociaux et d’unepanique ambiante autour de la gestion des médias sociaux, on a très vite attribué le termede « Community Manager » à une fonction de gestion des communautés en ligne, etévidemment celles qui étaient les plus visibles, Facebook et Twitter.Mais qu’en est-il d’un réseau de blogueurs ? De modérateurs dédiés à la marque sur desforums ? De journalistes ? Ce sont également des communautés qu’il faut gérer auquotidien et qui sortent du cadre d’une simple action sur les réseaux sociaux.De l’utilisation des bons outilsPour optimiser la gestion du temps d’un community manager, il existe un certain nombred’outils clairement indispensables pour pouvoir faire face à n’importe quelle situation. - Pouvoir surveiller automatiquement des notifications sans être obligé de se connecter à un réseau social > c’est là toute l’utilité d’un outil comme HyperAlerts qui envoie des rapports à fréquence variable sous forme de mail (par minute, par heure, par jour…) - Garantir un confort de lecture des différentes sollicitations des communautés > dans ce cas, le CM peut, avec des outils comme Xfruits, transformer ses e-mails en flux RSS pour les lire dans son Netvibes par exemple (ou sur iGoogle) - Permettre une gestion multimarques, souvent la cause de nombreux soucis dans la gestion du temps > des outils de type « dashboard » existent pour pouvoir ranger différents flux Twitter ou Facebook selon les clients et les comptes sociaux que vous gérez. Nous citerons par exemple Tweetdeck ou encore SeesmicSavoir aussi veiller aux mentions de la marque hors des réseaux sociauxLe CM ne fait pas que du réseau social, il surveille l’ensemble de la réputation d’unemarque, y compris et surtout hors des réseaux sociaux (sites web, news, blogs…) : quoi demieux que Google Alerts pour systématiser l’envoi de mentions impliquant votre marque ?Il faut savoir que chaque recherche sur Google peut également être extraite sous formatRSS pour être intégrée à un lecteur de flux, dont la lecture vous sera plus confortable.Mesurer l’impact des actions de votre CMDe nombreux outils vous permettent d’une certaine manière de juger de l’action de votreCommunity Manager - Tweetstats vous permettra de connaître l’activité autour de votre compte Twitter : combien de mentions, combien d’heures avez-vous passé à être connecté à Twitter, combien de conversations avez-vous généré ? - Gigatweeter vous permettra de connaître en temps réel le nombre de tweets à la minute sur un sujet précis, souvent un hashtag - Social Mention vous permettra de calculer votre capacité à engager positivement les influenceurs sur un sujet précis. Depuis peu, l’outil permet comme Google Alerts de proposer des « Social Media Alerts »5
    • La Semaine Digitale #10Fleishman-Hillard FranceVendredi 8 avrilLufthansa et les médias sociauxNous nous attarderons aujourd’hui sur la stratégie de présence sur les médias sociaux de lacompagnie aérienne Lufthansa, au travers de ce diaporama très complet.Leur situation en 2009 était déjà très bien positionnée : l’objectif pour Lufthansa étaitd’amorcer une expérience interactive autour de la marque en off et online.Dès 2010, le vocabulaire de Lufthansa change en matière de présence sur les médiassociaux : on parle « conversations », « communautés » et « engagement ».L’opération MySkyStatus génère un très bon retour pour Lufthansa : - Plus de 229 200 visites sur le site officiel - Plus de 35 000 tweets - Plus de 500 000 pages vues - Plus de 70 000 contenus Google citant l’opération.MySkyStatus 2.0 voit de nouvelles fonctionnalités arriver, et son audience décupler : - 10 tweets touchent près de 5 millions de personnes en « reach » - Le site mobile – lancé en avril 2010 - cumule à ce jour plus de 360 000 visitesLufthansa active également Facebook de deux façons : - De manière internationale, avec un contenu distillé à plus de 175 000 fans - De manière locale, avec l’onglet « Your Area » qui permet d’adresser des messages à des cibles spécifiquesUn bel exemple qui confirme un certain nombre de pré-requis à l’engagement sur lesmédias sociaux d’une marque : 1. Etre présent là où vos audiences et clients sont – inutile de créer un site sur lequel personne n’ira, allez chercher vos consos sur de véritables carrefours d’audience, et notamment les réseaux sociaux 2. Créer des opérations digitales que les internautes percevront comme bénéfiques et utiles pour eux – faire du social media pour en faire n’a jamais été la solution, il faut penser « service » 3. Proposer une expérience de marque qui puisse aussi permettre aux gens de socialiser IRL (in real life) – pour le cas de Lufthansa, il s’agissait de permettre aux voyageurs de se connecter entre eux lorsqu’ils sont sur le même vol, Voyages-SNCF le propose également avec un service de mise en relation entre voyageurs du TGV 4. Utiliser les feedbacks de vos clients qu’ils soient positifs ou négatifs, ils serviront à renforcer le capital sympathie de votre marque ou au contraire à faire évoluer la plateforme de messages dans le bon sens 5. Etre dans la « co-attitude » : coopérer, cocréer, collaborer, coproduire… Les clients, consommateurs et internautes veulent légitimement faire partie de la réflexion de la marque, il faut donc les intégrer le plus possible aux différents processus de décision et de conversation6