• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Rapport Final de la Revue de Portefeuille 2010
 

Rapport Final de la Revue de Portefeuille 2010

on

  • 4,596 views

 

Statistics

Views

Total Views
4,596
Views on SlideShare
4,596
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport Final de la Revue de Portefeuille 2010 Rapport Final de la Revue de Portefeuille 2010 Document Transcript

    • Atelier régional sur l’exécution des projets en Afrique de l’Ouest et duCentre : rapport final Janvier 2011
    • RESUME EXECUTIFL’atelier régional sur l’exécution des projets en Afrique de l’Ouest et du Centreorganisé par le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA)conjointement avec le Gouvernement du Sénégal et avec l’appui technique de laFondation Rurale de l’Afrique de l’Ouest (FRAO) s’est tenu à Dakar du 8 au 11novembre 2010.Ses principaux objectifs étaient (1) de permettre une amélioration continue desperformances en matière de mise en œuvre des projets, (2) de débattre autourde la promotion d’opportunités de croissance à travers l’approche chaîne devaleurs et (3) d’examiner les progrès accomplis dans la réalisation des objectifsénoncés dans le plan daction d’Accra, élaborer un plan d’action 2011 et desplans de supervision.L’atelier a regroupé 276 participants comprenant le personnel des projets, desreprésentants du Gouvernement, des organisations paysannes et des dirigeantsdOrganisations Non Gouvernementales (ONG), du secteur privé, des institutionscoopérantes et le personnel du FIDA.La cérémonie d’ouverture a été présidée par M.Khadim Gueye, Ministre del’Agriculture du Sénégal, en présence de Mme Bintou Djibo, Coordonnateur-Résident du système des Nations Unies au Sénégal et de M. Mohamed Béavogui,Directeur de la Division Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA.Les principaux enseignements de latelier sont articulés autour de l’importance dela chaîne de valeur pour les petits producteurs et leurs associationsprofessionnelles et la nécessité pour les projets d’améliorer leurs procédures etoutils de travail.En effet, les participants ont tous reconnu la pertinence de l’approche filière« chaîne de valeur » qui nécessite de bâtir l’offre sur les besoins desconsommateurs et une optimisation des coûts. Les participants ont recommandéaux projets et programmes du FIDA de porter une attention particulière sur lechoix des filières et l’accompagnement des organisations de producteurs afinqu’elles bénéficient des opportunités de la chaîne de valeur.En outre, les participants ont souligné que pour plus d’efficacité, les projetsdoivent mesurer les résultats par un système de suivi-évaluation performantpour justifier la présence du FIDA et passer à grande échelle en généralisant lesexpériences réussies pour toucher le maximum de ruraux pauvres et agirdirectement sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Pour lepassage à l’échelle mobilisant plus de ressources, il est indispensable d’assurerl’appui à la mise en œuvre, de maintenir un bon rythme d’exécution duprogramme de travail avec un budget réaliste et de décaisser vite et bien selonles procédures. La décentralisation de la gestion du portefeuille (hub et bureaux)devrait faciliter et accélérer les décaissements en assurant une gestion deproximité.Enfin, ils ont recommandé la standardisation des programmes de travail etbudget annuels qui doivent prendre en compte les prescriptions du FIDA enmatière de mise en œuvre, de supervision et de suivi des projets. Dans ce cadre, 2
    • le système d’évaluation de la performance basé sur l’évaluation de chaquepersonnel de projet doit être réalisé à la fin de chaque année. Aussi, convient-ilde renforcer la revue des pairs à l’intérieur des clusters à travers une plus grandeparticipation des chargés de portefeuille dans la conception, la mise en œuvre, lasupervision et la gestion des savoirs ainsi que l’organisation de revuespériodiques et des innovations dans une perspective de passage à l’échelle.CONTEXTELes programmes pays du FIDA constituent le “principal vecteur d’améliorationdes conditions de vie des populations pauvres des zones rurales permettant detirer les leçons des succès et des échecs dans la lutte contre la pauvreté.”La mise en œuvre effective des projets occupe une place centrale dans le Plan deGestion de la Division Afrique de l’Ouest et du Centre et dans ses efforts pourcréer un impact réel et s’inscrire dans la durabilité.C’est dans ce cadre que la Division Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA aorganisé conjointement avec le Ministère de l’Agriculture de la République duSénégal, et avec l’appui de la Fondation Rurale de l’Afrique de l’Ouest (FRAO) le5ème atelier régional sur la Mise en Œuvre de Projets à Dakar Sénégal du 8 au 11Novembre 2010.Ses principaux objectifs étaient (1) de permettre une amélioration continue desperformances en matière de mise en œuvre des projets, (2) de débattre autourde la promotion d’opportunités de croissance à travers l’approche chaîne devaleurs et (3) d’examiner les progrès accomplis dans la réalisation des objectifsénoncés dans le plan daction d’Accra, élaborer un plan d’action 2011 et desplans de supervision.L’atelier a regroupé 276 participants comprenant le personnel des projets, desreprésentants du Gouvernement, des organisations paysannes et des dirigeantsdOrganisations Non Gouvernementales (ONG), du secteur privé, des institutionscoopérantes et le personnel du FIDA.Le thème principal a porté sur “l’approche chaîne de valeurs pour lesopportunités et la croissance : quel rôle pour les projets financés par le FIDA ?” DEROULEMENT DE L’ ATELIER Ouverture de l’atelierTout d’abord, M. Thierno Ba Directeur de l’Unité de Gestion du Projet dedéveloppement agricole de Matam (PRODAM Sénégal), a souhaité la bienvenueaux participants et s’est félicité du choix du thème par les projets eux-mêmessuivant l’enquête de Juillet 2010.Ensuite, Mme Bintou Djibo, Coordonnateur Résident du Système des NationsUnies au Sénégal et Représentant Résident du Programme des Nations Uniespour le Développement (PNUD), a estimé que les résultats obtenus par lesprojets FIDA étaient satisfaisants et méritaient d’être amplifiés afin de répondreaux ambitions du Gouvernement dans sa quête d’autosuffisance alimentaire. 3
    • Puis, M. Mohamed Béavogui, Directeur de la Division pour l’Afrique de l’Ouest etdu Centre du FIDA, a quant à lui, souligné que les principaux enseignementstirés de l’exécution des projets FIDA en Afrique de l’Ouest et du Centre montrentque les populations rurales étaient capables de renverser les tendancesnégatives d’insécurité alimentaire, de sous-emploi et d’exode rural des jeunes etde développer des alternatives économiques durables là où les conditionsfavorables sont créées.Enfin, M. Khadim Gueye, Ministre de l’Agriculture du Sénégal a magnifié lacoopération entre le FIDA et le Sénégal qui a été fortement développée au coursdes années 90 se traduisant par un engagement financier pour les projets déjàapprouvés à plus de 235 millions de dollars américains (environ 150 milliards deFCFA) dont 148.5 millions de dollars de prêts.Introduisant le déroulement des travaux, Mme Ndeye Coumba Fall, DirectriceExécutive de la FRAO, a rappelé les objectifs visés et énoncé la méthodologiecomprenant entre autres des exposés introductifs, des panels, les travaux degroupe, les sessions plénières et des visites de terrain relatives à la chaîne devaleur. Elle a également mis l’accent sur le caractère participatif de l’atelier quidonne une place prépondérante au projet dans l’introduction de sessions,l’animation ou la modération de sessions et le partage d’expériences.Politique, stratégies et contraintesPour faciliter une meilleure compréhension des politiques et stratégies en Afriquede l’Ouest et du Centre et la nouvelle politique de décentralisation du FIDA, M.Béavogui a contextualisé les stratégies, politiques et procédures du FIDA. Il asouligné que la région dispose d’un fort potentiel de croissance avecl’amélioration de la stabilité politique, l’existence dun marché urbain large, laréduction de la dépendance des importations alimentaires, l’accroissement de latransformation des produits et du soutien à l’agriculture par les partenaires audéveloppement. Toutefois, elle doit relever des défis tels que la sous-utilisationdu potentiel dirrigation, le coût des transactions et de la bureaucratie.Il a mis en exergue le rôle évolutif du FIDA en Afrique de l’Ouest avec le passagedu renforcement de laction collective dans les zones rurales pauvres par le biaisdu CDD à l’appui des petits exploitants et des ruraux pauvres à se libérer de lapauvreté de manière durable en devenant des fournisseurs de biens et deservices concurrentiels et dans la chaîne de valeur .Cette évolution se reflète dans le travail du FIDA qui met l’accent sur lerenforcement des organisations de producteurs, les services financiers, et laccèsaux semences et aux engrais et linfrastructure de soutien à la chaîne de valeurpour les cultures vivrières et les cultures dexportation et les biocarburants. Cetteévolution se traduit par le soutien renforcé aux organisations communautaires debase pour assurer la participation des populations pauvres et vulnérables dansles échanges économiques. Il en est de même de la promotion des innovationset le passage à l’échelle dans la gestion des ressources naturelles, l’adaptationaux changements climatiques, une meilleure gestion de lélevage, de la micro-irrigation et de lénergie renouvelable locale.Dans ce contexte, la décentralisation du FIDA intervient dans le but de mieuxsoutenir les politiques sectorielles et renforcer léquipe régionale dansl’élaboration de COSOP, l’instruction des prêts et des subventions, la supervision 4
    • et l’appui à lexécution des projets. De plus, M. Béavogui a souligné que les défisimmédiats du FIDA et de ses projets sont la mobilisation rapide desfinancements et des co-financements et l’augmentation des taux dedécaissement tout en veillant à ce que ces décaissements respectent lesprincipes d’intégrité, de qualité et soient centrés sur les résultats.Enfin, il a aussi indiqué la vision 2020 du FIDA articulée autour de la localisationdu personnel du FIDA dans tous les pays de la région avec des appuis régionauxdécentralisés au niveau de plateformes, l’élargissement des options definancement pour mieux collaborer avec les secteurs public et privé, la mise enrelation des organisations de producteurs, des gouvernements et desinvestisseurs extérieurs en privilégiant les partenaires sensibles aux dimensionspetites exploitations, genre, jeunesse et environnement.Intégration de la chaîne de valeur dans les projets et programmesLes participants ont par la suite échangé leurs expériences sur la chaîne devaleur, identifié les défis, les succès et les modalités de son intégration dans lecontexte de mise en œuvre de son programme.Il ressort des discussions du panel que l’innovation permet d’accroître la qualitédun produit pour satisfaire la demande des utilisateurs finaux, la bonnegouvernance permet de réduire des coûts de transaction et favorise la créationd’un environnement favorable à un partenariat public-privé. En outre, leséchanges ont permis de mettre en exergue qu’au-delà du prix, les acheteursdans lapproche de la chaîne de valeur prennent en considération d’autresfacteurs tels que la qualité des produits, lemballage et le respect des délaisd’approvisionnement. Enfin, ils ont recommandé le renforcement des capacitésdes acteurs de la chaîne de valeur permettant daccroître les capacités denégociation des producteurs ruraux et de conduire à une situation de gagnant-gagnant entre les acheteurs et les vendeurs.Les travaux de groupe ont organisé leurs discussions autour (a) des liens entrela chaîne de valeur et la consolidation de l’entrepreneuriat, b) des liens entre lachaîne de valeur et la professionnalisation des organisations c) des modes etmodalités de financement de la chaîne de valeur d) des déterminants de lagouvernance dans la chaîne de valeur.La session sur l’entreprenariat rural a souligné l’importance de l’intégration delapproche de la chaîne de valeur dans les politiques agricoles nationales etrégionales, la création dun cadre de dialogue politique où les différents acteursdiscutent et échangent sur la manière dopérationnaliser lapproche chaîne devaleur, la disponibilité de normes pour la commercialisation des produitsagricoles et la création dun fonds destiné à promouvoir l’entreprenariat rural.La session « organisations professionnelles » a mis en exergue l’importanced’avoir des organisations professionnelles émanant des producteurs, lerenforcement des capacités des organisations paysannes et la reconnaissancepar l’Etat de l’agriculture comme métier. En outre, la session a fait ressortir quela contractualisation constitue un facteur critique de la professionnalisation, lesorganisations de producteurs doivent respecter les règles et procédures qui lesgouvernent. Enfin, il convient de promouvoir des organisations professionnelles 5
    • de femmes et de jeunes spécialisées dans la transformation et lacommercialisation de produits.La session « modes et modalités de financement » a relevé la gamme limitéede produits et services financiers pour soutenir lagro-industrie, la faible margebénéficiaire dans certaines entreprises agricoles, le besoin colossal definancement des infrastructures qui dépasse les moyens des institutions demicro-finance et les complexités du système des prêts.La session « bonne gouvernance » a recommandé la mise en place de projetsrégionaux pour la promotion de certains produits avec des plans d’actionvigoureux, la mise en œuvre de systèmes d’informations sur les marchés dansleur zone dintervention pour la diffusion dinformations par téléphone, TV ouradio. Elle a également recommandé que les gouvernements devraient jouer unrôle de régulateur plutôt que d’acteur.Exécution et performance des projetsLe panel de discussion sur les leçons et défis liés à la mise en œuvre du projet enAfrique de l’Ouest et du Centre a souligné la capacité limitée du personnel duprojet, la faible participation communautaire dans la mise en œuvre des projetset le faible taux de décaissement (cas du Libéria). Au Nigéria, l’hypothèse sur ladisponibilité de la contrepartie du gouvernement s’est avérée invalide. A celas’ajoutent la complexité des arrangements institutionnels avec une pluralité desagences de mise en œuvre se traduisant, par exemple, par 13 activités de suivipar année par agence, le ralentissement des décaissements du fait de la non-disponibilité des fonds de contrepartie.Le projet de Sao Tomé et Principe nous renseigne que les principaux obstacles àla réalisation du PTBA sont des retards liés aux procédures contraignantes pourles passations de marchés publics (peu de fournisseurs, coûts d’acheminementélevés pour les fournisseurs étrangers), du phénomène de « fuite » desressources humaines formées notamment des jeunes cadres et de la faiblesse decapacité des opérateurs.L’analyse des expériences des précédents projets de développement agricoles(projets de grands aménagements, projets communautaires) a montré quemalgré les ressources financières importantes injectées, les problèmesd’appropriation, de rentabilisation et de pérennisation des acquis se sont toujoursposés, notamment dans les phases d’après projet.En Guinée, les organisations professionnelles et celles non gouvernementalesainsi que les services de la recherche et d’appui-conseil agricole qui sont desstructures pérennes doivent être les garants de la durabilité des actions et deleurs impacts. L’Etat doit davantage s’efforcer à payer à temps sa contribution aufinancement des projets et sa dette extérieure, de manière à ne pas soumettreles projets à des risques de suspension ou de clôture, ce qui bloquerait la miseen œuvre des activités et au niveau de tous les maillons de la chaîne de valeur.Au Congo, le PRODER-Sud nous apprend que l’accès à certaines zones du projetest impossible par tout autre moyen que par voie aérienne, le manque de tempspour les missions de supervision ne permet pas la participation des organismesgouvernementaux et les changements fréquents dans l’équipe de projethypothèquent ses chances de réussite. 6
    • Au total, les principaux enseignements tirés du panel sont que la sensibilisationdes bénéficiaires du projet assure une plus grande participation et le sentimentd’appartenance ainsi que le pilotage de la mise en œuvre du projet renforce laconfiance. La supervision directe par le FIDA améliore la performance du projet ;toutefois, il convient d’intégrer et d’articuler dans le dispositif de supervisiondirecte les aspects techniques, et de gestion et d’exécution des projets.Revue annuelle du portefeuille 2010Dans son exposé introductif, Perin Saint Ange a indiqué que le portefeuille duFIDA est constitué de 50 projets actifs dans 21 pays de l’Afrique de l’Ouest et duCentre pour un financement total du FIDA de US $ 800 millions. 13 partenairesparticipent au financement de 33 projets avec un supplément de 33% de 385millions de dollars pour le financement du FIDA. Le portefeuille de donsrégionaux sélève à 23 millions de dollars. Les 15 grands dons régionauxs’élèvent à 20 millions de dollars et les 20 petites subventions à 3 millions dedollars.Pour appuyer la mise en œuvre, les principales activités de la Division ont été laconduite de plusieurs missions de supervision/d’appui à l’exécution des projets,le décaissement de plus de 340 millions de dollars US (43% des montantsalloués), le traitement de 540 demandes de retrait de fonds sans compter que lagestion de 31 sur les 51 projets sont modérément satisfaisante ou satisfaisante.Les défis à relever portent sur le suivi-évaluation sur le taux de décaissementencore faible, les retards dans le dépôt des rapports d’audit et de certification etquelques cas de mauvaise gestion de projets. Les mesures pour améliorer laperformance des projets concernent la minimisation des risques dans les pays àcontexte difficile, le renforcement des capacités par la formation du personnel deFIDA et des projets, la restructuration et la clôture de projets et ledéveloppement de partenariats avec les institutions locales et bilatérales ayantfait leurs preuves dans les pays à contexte difficile.Les questions soulevées sur la présentation sont les suivantes : Que fait le FIDA pour résoudre le faible taux de décaissement? Quels sont les critères des niveaux de notation des performances ? Quelle est la situation du suivi-évaluation des projets du FIDA au niveau pays comparée à lévaluation individuelle du projet présenté dans le rapport? Quel est lavenir des dons du FIDA? Comment expliquer le fait qu’aucun des projets de lAfrique centrale ne soit dans les six meilleurs projets du portefeuille de l’Afrique de l’Ouest et du Centre? Que signifie « risque » pour certains projets ?De plus, les participants ont examiné, en session parallèle, l’exécution et laperformance des projets articulés autour du suivi-évaluation, des demandes deretrait de fonds et procédures de passation de marchés, de la décentralisation duFIDA, de la capitalisation et du passage à l’échelle. 7
    • S’agissant du suivi-évaluation, les participants ont fait le constat d’une diversitéde pratiques dans les projets, malgré l’existence de supports (SYGRI, RIMS) etont recommandé que la Division Afrique de l’Ouest et du Centre veille à ce qu’il yait un minimum de pratiques communes en matière de suivi-évaluation dans lesprojets notamment concernant le reporting SYGRI aux 3 niveaux.Ils ont également recommandé la mise en place des équipes de suivi-évaluationet l’élaboration des manuels de procédures de suivi-évaluation (identification desacteurs, détails des procédures) et son internalisation par l’ensemble des acteursdu système de façon participative; et cela avant le démarrage des activités.Aussi, ont-ils souligné l’importance de la systématisation à temps des enquêtesSYGRI de référence, et la réalisation d’enquêtes de base orientées vers lasatisfaction des besoins d’informations utiles, et la capitalisation des étudesdisponibles. De plus, ils ont souligné la nécessité d’améliorer le SYGRI,notamment pour la mesure de l’impact (indicateurs de 3ème niveau). Dans cecadre, ils ont apprécié le Programme d’Appui au Suivi-Evaluation des projets(exécuté par la FRAO) notamment pour articuler le suivi-évaluation et le suivi duPTBA.Concernant les demandes de retrait de fonds (DRF) et les procédures depassation de marché, les participants ont rappelé l’importance de la lettre àl’emprunteur et de l’accord de prêt et la nécessité d’élaborer un Plan dePassation de Marchés (PPM) à partir d’un PTBA réaliste, et faire approuver unefois par avis de non objection (ANO) et requérir un ANO seulement en cas demodification de la planification initiale. Ensuite, ils ont estimé essentiel le recoursà des consultants en passation de marché si le personnel du projet ne comprendpas un spécialiste en passation de marchés (planification, élaboration desdossiers/spécifications techniques des TDR…). Enfin, ils se sont félicités delencouragement par le FIDA de l’utilisation des applications électroniques quiassure la traçabilité, cela suppose une documentation précise et complète et uncontrôle interne efficace.Quant à la décentralisation, les participants ont salué le principe de mettre enplace 4 hub régionaux et 6 bureaux pays ce qui permettrait entre autres derenforcer l’autonomie autonomie financière en fonction des capacités locales(RAF), la gestion de proximité du portefeuille (célérité ANO et DRF traitéslocalement) et la mutualisation des services administratifs et des équipements.Pour ce qui concerne la capitalisation et le passage à l’échelle, les participantsont souligné la nécessité de : s’assurer que les résultats (effets et impacts) ont été mesurés par le système de suivi-évaluation afin d’identifier et caractériser les résultats à généraliser à grande échelle ; élaborer un guide méthodologique à partir des expériences vécues et réussies, et des outils de partage des expériences et de gestion des savoirs en matière de passage à l’échelle et inclure désormais lors de l’élaboration et de planification des projets, une stratégie de passage à l’échelle pour généraliser les cas de réussite : quelles conditions requises pour le passage à l’échelle? faire preuve de flexibilité pour apporter au besoin des ajustements tout au long du processus de passage à l’échelle, en tenant compte des spécificités de tous ordres 8
    • s’assurer de la volonté politique, des capacités institutionnelles et des disponibilités financières pour passer à grande échelle ; prendre en compte les aspects socio-culturels, la dimension genre et l’inclusion des jeunes dans le processus de passage à l’échelle.Visites de terrainLes participants ont visité les fermes villageoises de Darou Ndoye et de Djilakhmises en place dans le cadre du programme REVA (Retour Vers l’Agriculture). Laferme de Darou Ndoye d’une superficie de 20 hectares mobilise 40 producteursrépartis en 2 Groupements d’Intérêt Economique (GIE) de 20 personnes. Elle estfinancée sur le budget national. La ferme de Djilakh quant à elle regroupe 100producteurs répartis en 5 GIE de 20 personnes et bénéficie du financement de lacoopération espagnole et de l’Etat.Les objectifs poursuivis sont d’augmenter les rendements, promouvoir laproduction pendant toute lannée grâce à lutilisation de lirrigation etl’augmentation de revenus ruraux pour réduire l’exode rural.Les interventions du Gouvernement dans ce cadre sont entre autres la mise enplace de systèmes dirrigation permettant lintensification et la diversification, lafourniture dinfrastructure de renforcement des capacités des producteurs et ladisponibilité de service de crédit.La principale leçon de cette visite est que le modèle de partenariat Public - Privépeut fonctionner surtout si il utilise lapproche de chaîne de valeur. La signaturede contrats entre producteurs et exportateurs fondée sur la confiance et latransparence favorise l’amélioration des revenus et des conditions de vie desproducteurs. Toutefois une question de durabilité demeure : que se passe-t-illorsque lÉtat se retire du financement ?Plans d’action et supervision directePar la suite, les participants ont évalué les plans d’action 2010, fixé les prioritésdes plans d’action 2011 et examiné les expériences de la supervision directe.Les principaux défis relevés dans les plans d’actions pays concernent le faibleniveau de maîtrise des procédures du FIDA en matière de gestion de projets(préparation des DRF et des dossiers relatifs à la passation de marchés,internationalisation des documents de travail, élaboration de PTBA, etc.), leretard et l’insuffisance dans la mobilisation des fonds de contrepartie, le faibleniveau de performance du suivi-évaluation ainsi que la faible capitalisation etdiffusion des acquis des projets. A cela s’ajoute la faible capacité des prestatairesde service nationaux à exécuter le programme dans les délais requis.De plus, les participants ont soulevé des questions liées aux salaires dupersonnel des projets. Il s’agit du manque d’harmonisation des rémunérationsdes équipes de projets à l’échelle d’un pays (Sénégal, Gambie) et du faibleniveau de compétitivité des salaires (Sao Tomé et Principe, Cap-Vert).Pour relever ces défis, les participants ont recommandé des formationsspécifiques des équipes des projets (gestion financière, passation de marchés etsuivi-évaluation), l’appui-accompagnement in situ, l’adaptation de la lettre àl’emprunteur et le renforcement du dispositif de supervision conjointe de tousles projets pour favoriser des échanges croisés et des acquis mutuels. Ils ontégalement recommandé le renforcement du dispositif de capitalisation des 9
    • expériences et des innovations des projets avec notamment la fourniture d’appuitechnique et l’organisation d’ateliers de partage et de foires aux savoirs.Concernant la supervision directe, les participants ont souligné les aspectspositifs tels que l’allègement des délais d’obtention des avis de non objection,une meilleure connaissance des projets, la flexibilité des Chargés de portefeuillepays à travers l’utilisation plus fréquente des applications électroniques, lessupervisions conjointes des projets du même pays et la prise en compte desaspects techniques et fiduciaires dans la supervision directe.Toutefois, les points à améliorer concernent la préparation des missions desupervision par les équipes de projets et du pays notamment les aspects liés àl’identification des besoins spécifiques, la définition des termes de référenceclairs, l’organisation de missions conjointes des bailleurs de fonds et duGouvernement.Clôture de l’atelierDans son discours de clôture, M. Mohamed Béavogui s’est félicité du nombreimportant de participants (près de 300), et de la grande implication des projetsdans la préparation de la gestion de l’atelier. Il a exprimé sa gratitude auGouvernement du Sénégal pour l’accueil de l’atelier en terre sénégalaise ettoutes les facilités accordées pour sa réussite. En outre, il a félicité la FRAO pourle soutien technique apporté à l’organisation de l’atelier. Puis, il s’est engagé àexaminer attentivement les conclusions et recommandations de l’atelier pour uneamélioration de l’exécution des projets du FIDA avant de souhaiter que leprochain atelier se tienne en 2011 dans un pays de l’Afrique centrale.Dans son allocution de clôture, M. Ndiobo Diène, représentant du Ministre del’agriculture du Sénégal, a adressé ses félicitations au FIDA pour la tenue de cetatelier en terre sénégalaise et s’est réjoui que les participants aient tiré desenseignements majeurs en termes d’appropriation de l’approche « chaîne devaleurs » et de l’importance du partenariat public-privé présenté lors des visitesdans les fermes de Djilakh et Darou Ndoye. Il a enfin affirmé l’engagement duGouvernement de s’inspirer des enseignements de l’atelier pour la promotiond’une agriculture moderne, diversifiée et performante.IV. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONSA la fin des travaux, M. Thiendou Niang, facilitateur a demandé aux participantsd’indiquer les principaux enseignements tirés de latelier. Il en ressort lesconclusions et recommandations suivantes :Les participants ont tous reconnu la pertinence de l’approche « chaîne devaleur » comme puissant levier pour booster l’entreprenariat en milieu rural. Ilsont souligné qu’avec l’analyse de la chaîne de valeur, il y a une meilleurecompréhension et appréciation des différents acteurs de la chaîne et de leur rôledans la filière. De même, il s’avère essentiel de bâtir l’offre sur les besoins desconsommateurs et une optimisation des coûts. Enfin, la chaîne de valeur permetaux petits producteurs ruraux d’améliorer leurs revenus. Toutefois, l’intégrationdes petits producteurs à des chaînes de valeur porteuses nécessitent lareconnaissance que les acheteurs ont de la chaîne de valeur qui excède le seulprix de vente. Ainsi les exigences d’un acheteur ne se limitent pas à lanégociation d’un prix unitaire compétitif mais également à la sélection d’unfournisseur capable de respecter un cahier de charges précis dans un 10
    • conditionnement approprié dans un volume suffisant, dans des délais précis etc.Le représentant des agriculteurs a souligné que lapproche chaîne de valeur offreune opportunité pour les producteurs à renforcer leurs organisations pour unmeilleur accès aux ressources, au crédit et aux marchés.Pour cette raison, les participants ont recommandé aux projets et programmesde FIDA de porter une attention particulière sur le choix des filières etl’accompagnement des organisations de producteurs afin qu’elles bénéficient desopportunités de la chaîne de valeur.En outre, les participants ont souligné que pour plus d’efficacité, les projetsdoivent mesurer les résultats par un système de suivi-évaluation performantpour justifier la présence du FIDA et passer à grande échelle en généralisant lesexpériences réussies pour toucher le maximum de ruraux pauvres et agirdirectement sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Lepassage à l’échelle mobilisant plus de ressources, il est indispensable dedécaisser vite et bien selon les procédures. La décentralisation de la gestion duportefeuille (hub et bureaux) devrait faciliter et accélérer les décaissements enassurant une gestion de proximité.Enfin, ils ont recommandé la standardisation des programmes de travail etbudget annuels qui doivent prendre en compte les prescriptions du FIDA enmatière de mise en œuvre, de supervision et de suivi des projets. Dans ce cadre,le système d’évaluation de la performance basé sur l’évaluation de chaquepersonnel de projet doit être réalisé à la fin de chaque année. Aussi, convient-ilde renforcer la revue des pairs à l’intérieur des clusters à travers une plus grandeparticipation des chargés de portefeuille dans la conception, la mise en œuvre, lasupervision et la gestion des savoirs ainsi que l’organisation de revuespériodiques et des innovations dans une perspective de passage à l’échelle. 11
    • ANNEXES Annexe 1 : Chronogramme JOUR 1: LUNDI, 8 NOVEMBRE 2010 HEURE ACTIVITES METHODOLOGIE ANIMATEURS MODERATEURS/PRESIDENTS RAPPORTEURS8.00-9.00 Inscription (suite et fin)SESSION 1 (Plénière): Message de bienvenue, introduction, et énoncé des Objectifs de l’AtelierObjectif /: A la fin de cette session les participants comprennent a) le contexte et les enjeux b) les objectifs et les principaux axes de l’atelier; et c)les questions opérationnelles liées à la mise en œuvre de projets.9.00-10.00 Message de Mot de bienvenue Thierno Ba Directeur PRODAM Thiendou Niang bienvenue Sénégal Discours Discours Madame le Coordonnateur du Système des Nations Unies au Ministre de l’agriculture Sénégal Buts et Objectifs de Discours Monsieur Béavogui, Directeur de l’Atelier dans le la Division pour l’Afrique de contexte du FIDA l’Ouest et du Centre Discours officiel Discours Son Excellence, le Ministre de d’ouverture l’Agriculture du Sénégal10.00- Pause Café et Photo de Propos liminaire et Conférenciers :10.15 famille questions réponses Son Excellence, Monsieur le Point de presse Ministre de l’agriculture du Sénégal et Monsieur Béavogui, Directeur de la Division Afrique de L’Ouest et du Centre / FIDASession2 (Plénière): Revue contexte régional – politiques, stratégies et contraintesObjectif: A la fin de la session les participants comprennent les politiques et stratégies de l’Afrique de l’ouest et du centre et la nouvelle politique dedécentralisation du FIDA
    • 10.15- Présentation de Exposé liminaire suivi Ndèye Coumba Fall Thiendou Niang Mouhamed Kella, RFCIP,10.40 l’atelier : objectifs de questions de Directrice Exécutive FRAO Sierra Léone spécifiques, clarification programme et processus et méthodes de travail et logistique10.40- Contexte socio- Exposé introductif suivi Professeur Abdoulaye Diagne,11.00 économique de de questions de Directeur du CRES, Dakar l’Afrique de l’ouest clarification11.00- Stratégies, Politiques Exposé introductif suivi M. Béavogui11.30 et Procédures du FIDA de questions de FIDA clarificationSession 3 (Séance 1 : Plénière): Discussion du Panel – Apprendre et Partager sur des défis, les succès et les modalités d’intégrationde l’approche chaîne de valeur dans les opérations des projets.Objectif: A la fin de la session les participants identifient les défis, les succès et les modalités d’intégration de l’approche chaîne de valeur dans lecontexte de la mise en œuvre de programmes11.30- Expériences sur la Panel suivi de ROPPA Thiendou niang Mouhamed Kella, RFCIP,13.00 chaîne de valeur questions réponses et Musa Salah, ECOBANK Sierra Léone témoignages Penda Gueye Cissé, FEPRODES Sénégal Ousmane Coulibaly, (IITA) PCE/USAID Abdoul Barry, FIDA REP II Ghana13.00- Pause déjeuner14.30SESSION 3 (Séance 2 : Sessions parallèles) : Apprendre et Partager des expériences sur la chaîne de valeur Choisir votre groupe lors de votre inscription (fiches disponibles au secrétariat).Objectif : à la fin de la session les participants comprennent : a) les liens entre la chaîne de valeur et la consolidation de l’entreprenariat rural b) lesliens entre la chaîne de valeur et la professionnalisation des organisations c) les modes et modalités de financement de la chaîne de valeur d) lesfacteurs et les déterminants de la gouvernance dans la chaîne de valeur 13
    • Choisir votre groupe : fiches disponibles à l’inscription14.30- Entreprenariat Rural Discussions des Promer II (Sénégal), Modérateur : Rapporteur : Benoît16.00 questions centrales JOSMA(Ghana), Penda Guèye Cissé, Julien Ngayou (Congo) soutenues par des FEPRODES, Sénégal Lompo(Burkina porteurs ) d’expériences Professionnalisation Discussions des Saliou Sarr (CNCR), CBNRMP Modérateur : Thierno Rapporteur : Mme Lydie des Organisations questions centrales (Nigéria), PNDRT (Cameroun) BA (Prodam Sénégal) Nguimbous (PNDRT soutenues par des Cameroun) porteurs d’expériences Modes/Modalités de Discussions des Ecobank, Modérateur: Rapporteur : Ben Financement questions centrales Didier Simon, AFD Mohamed TEJAN Kella Odoemena (Nigéria) soutenues par des Promer II, Sénégal (RCPRP/RFCIP Sierra porteurs RUFIN, Nigeria Leone) d’expériences Bonne Gouvernance Discussions des PCE/USAID, RTIMP (Ghana) Modérateur : Mme Rapporteur : Dawda questions centrales Cécile kwaku (PPMS Maïga (PIDRK Mali) soutenues par des Côte d’Ivoire) porteurs d’expériences16.00- Pause café16.1516.15- SESSION 3 (Séance 2 suite : Sessions parallèles): Apprendre et Partager des expériences sur la chaîne de valeur (Suite)18.0018.00 Cocktail de bienvenue offert par le FIDA19.00 - Session de régulation pédagogique: Thiendou Niang, Ngagne Mbao, Mohamed kebbeh, Ndèye Coumba Fall, Abdou Fall, Martin Raine,19.30 Bamba Zoumana, Perin Saint Ange, Daphné, plus les rapporteurs de la journée19.30- Session de régulation logistique : comité d’organisation + Daphné De Jamblinne De Meux20.00 JOUR 2: MARDI, 9 NOVEMBRE 2010 HEURE ACTIVITES METHODOLOGIE ANIMATEUR MODERATEUR RAPPORTEUR SESSION 3 (Séance 3 : Plénière) : Apprendre et Partager des expériences sur la chaîne de valeur) : Rapport de restitution des sessions 14
    • parallèles8.30-10.00 Préparation des Discussion sur les Modérateurs et Modérateur de groupe Rapporteur de groupe rapports des points de conclusion Rapporteurs de différents groupes de et recommandations sessions travail10.00-10.15 Pause caféSESSION 3 (Séance 4 : Plénière): Apprendre et Partager des expériences sur la chaîne de valeur) : Compte rendu des sessionsparallèles10.15-11.00 Présentation des Présentation de Rapporteurs de Rapporteurs de groupe rapports des rapport suivi de sessions différentes sessions questions réponses Thiendou Niang parallèles11.00-11.30 Principaux défis et Débat Participants de la Thiendou Niang perspectives session plénièreSession 4 (Séance 1 Plénière) Exécution et Performance des ProjetsObjectif: A la fin de la session les participants améliorent leurs connaissances des procédures et outils d’exécution des projets11.30-12.30 Leçons et défis liés à Exposé suivi de Panel composé de Thiendou Niang Cletus kayenwee la mise en œuvre de questions réponses / quatre directeurs de (REP II, Ghana) Projets en Afrique de Echanges Projets FIDA : ARSP l’Ouest et du Centre d’expériences (Libéria), PRODER Sud (Congo), CBNRMP-ND (Nigeria), PNAAFA (Guinée), PAPAFPA (Sao Tomé)12.30- Principales Exposé introductif P. Saint Ange, FIDA13.00 Conclusions de la suivi de questions Revue Annuelle du réponses Portefeuille 201013.00-14.00 Pause-déjeunerSESSION 4 (Séance 2 : Sessions parallèles): - Exécution et Performance des ProjetsObjectif: A la fin de la session les participants améliorent leurs connaissances des procédures et outils de mise en œuvre des projets 15
    • Choisir votre groupe lors de votre inscription (fiches disponibles à l’inscription)14.00-16.00 Suivi & Evaluation inventaire des questions Amadou Cissé Ngagne mbao Abdel Kader djenepo spécifiques sur fiche Sylvie Marzin (PIDRN/Mali) individuelle, Steven catégorisation Schonberger Intervention des experts Boubacar Barry suivis (PNAAFFA) Questions-réponses et Discussions Demandes de retrait de inventaire des questions Perin Saint Ange Oumou W Touré Patricia W.Obong fonds et procédures de spécifiques sur fiche Shung Jin kim (Nigéria) passation des marchés individuelle, Mamadou catégorisation Diouldé Sow Intervention des experts suivis Questions-réponses et Discussions Décentralisation du FIDA Présentation de la Loko Nsimpasi Ndèye Coumba Fall Daouda DIA politique et de la Abdoul Barry (Sénégal) stratégie, témoignages, Kadari Gachem Questions-réponses et Ulaç Demirag Discussions Ben Odoemena M.I.TERA Changement d’échelle Présentation des Cheikh Sourang Abdou Fall Mensah BOAKYE (capitalisation et mise à expériences et des cas de Kwasi Antwi REP (Ghana) l’échelle des réalisations) succès de certains projets II (Ghana) Discussion échanges sur PRPODAM les filières riz et manioc (Sénégal) Questions-réponses et Discussions16.00-16.15 Pause-café16.15-18.00 SESSION 4 (Séance 3 : Sessions parallèles): - Exécution et Performance des Projets (suite)19.00 -19.30 Session de régulation pédagogique: Thiendou Niang, Ngagne Mbao, Mohamed kebbeh, Ndèye Coumba Fall Abdou Fall, Martin Raine, Bamba Zoumana, Perin Saint Ange plus les rapporteurs de la journée19.30-20.00 Session de régulation logistique : comité d’organisation + Daphne De Jamblinne De Meux 16
    • 20 :00 Soirée Culturelle et dîner offerts par les Projets du Sénégal JOUR 3: MERCREDI, 10 NOVEMBRE 2010HEURE ACTIVITES METHODOLOGIE ANIMATEUR MODERATEUR RAPPORTEUR8.30-16.00 Session 5 (Séance 1) : Visite de terrain : Choix d’un porte parole de groupe (Un sénégalais) et d’un rapporteur/ reporter de groupe (un non sénégalais) JOUR 4: JEUDI, 11 NOVEMBRE 2010 HEURE ACTIVITES METHODOLOGIE ANIMATEUR MODERATEUR RAPPORTEUR8.30-09.30 Session 5 (Séance 2) Présentation des rapports Rapporteurs de visite Thiendou Niang Rapporteurs de visite Compte rendu de la visite de visite sous forme de de terrain reportage photos commenté Suivi des échangesSESSION 6 : Forger des Synergies et Finalisation des Plans d’action par Pays et PerspectivesObjectif: A la fin de la session les participants évaluent les plans d’action 2010, élaborent les Plans d’action 2011 et examinent les expériences desupervision directe et l’organisation des clusters.Séance 1 : sessions parallèles sur les Plans d’Actions, la supervision , la structure des clusters09.30- Sessions parallèles Présentation et Chargés de portefeuille Coordonnateurs de Responsable Suivi-10.15 discussions pays Projets évaluation10.15 - Pause – café10.30SESSION 6 (Séance 1 (suite) :10.30- Sessions parallèles Présentation et Chargés de portefeuille Coordonnateurs de Responsable Suivi-13.00 discussions pays Projets évaluation13.00- Pause déjeuner14.0014.00- Préparation des rapports des sessions parallèles CPM team leaders et rapporteurs15.30 17
    • 15.30 – Restitution des rapports des Partage des principaux Perin Saint Ange Thiendou Niang Mohamed kebbeh16.30 sessions parallèles défis et réponses pour la mise en œuvre des plans d’action 201116.30– Pause café16.45 Séance 2 : Evaluation16.45- SESSION 6 (Séance 2 Remplissage Karnon Lofigué et Foly17.00 Plénière): questionnaire Akoussan d’évaluation par les participantsSESSION 7(Séance 1 : Plénière): Conclusions, Actions de Suivi et Clôture17.00- Vue d’ensemble – Rapport Présentation du rapport Ahmed Mohamed Thiendou Niang Mohamed Kebbeh18.00 provisoire et mot des participants NORPREP(Ghana) Discours Discours Mr. Mohamed Béavogui, Ministre de Directeur de la Division l’agriculture AOC Clôture de l’atelier Discours Ministre de l’agriculture du Ministre de Sénégal. l’agriculture Conférence de presse Résultats et Conférencier : Zoumana Bamba Zoumana Bamba enseignements de M. Beavogui l’atelier : propos liminaire et questions réponses 18
    • Annexe 2 : Liste des participants Prénoms/First FONCTION/OCCUPATI N° PAYS PROJET/PROJECT NOMS/Last Name Name ON BENIN PADER MESSAN Ahlouinki. Coordonnateur 1 Dieudonné BENIN PADER Mr INOUSSA S. Mamoudou Responsable 2 Administratif et Financier BENIN PADER Mr SEGO SOUNON Théophile Responsable de la 3 Cellule de suivi- évaluation BENIN PACER Mr ALAVO Antonin Bernadin Responsable de l’Appui 4 au Développement des Filières 5 BENIN PADPPA GNAKADJA Gérard Coordonnateur National BENIN PADPPA OYIBOADE Aliou Adéwalé Responsable 6 Administratif et Financier BENIN PADPPA AFFOMASSE Togbéoho Mesmin Responsable Composante 7 Réhabilitation des Plans d’Eaux BENIN PADPPA NOUMONVI Kokouvi. Julien Coordonnateur Régional 8 Sud BENIN Ministère de l’Agriculture Mr SALIFOU Arouna Chef cellule Suivi 9 de l’Elevage et de la évaluation (DPP/MAEP) Pêche 10 BENIN PRONAF/IITA ADETONAH SOUNKOURE Ingénieur Agronome BENIN PRONAF/IITA COULIBALY Ousmane Agroéconoomiste 11 12 BENIN AFRICARICE KIEPE Paul Chef de Programme BENIN IITA ADEOTI Abdou Razack Chercheur 13
    • 14 BENIN PRONAF/IITA GBAGUIDI BRICE Chercheur15 BENIN PRONAF/IITA ALLOMASSO Raymond Chercheur BENIN AFRICA RICE CENTER KABORE Abdoulaye Socio Economiste/ RA16 BENIN FIDA BELTCHIKA Ndaya CPM17 BURKINA Chambre Régionale SAVADOGO ALIDOU Secrétaire Général18 FASO d’Agriculture BURKINA FIDA KABORE Jean Pascal Chargé dAppui19 FASO Programme FIDA BURKINA PASPRU DABIRE JEAN-CLAUDE Coordonnateur20 FASO BURKINA PASPRU SANON JEAN-CLAUDE Responsable suivi-21 FASO évaluation BURKINA FIDA NIKIEMA LOUBDA TEWENDE KARINE Assistant de Programme22 FASO BURKINA PDRD LOMPO Fimba Julien Coordonnateur23 FASO BURKINA PDRD OUATTARA Sibiri RBP&SE24 FASO BURKINA PICOFA OUEDRAOGO Jacob Coordonnateur National25 FASO BURKINA PICOFA OUATTARA Oulla RSE&P26 FASO BURKINA PIGEPE SOME Térimfar. Ignace Coordonnateur27 FASO BURKINA PIGEPE OUATTARA Idrissa RSE par interim28 FASO BURKINA PROFIL SAWADOGO Hamado Coordonnateur29 FASO BURKINA PROFIL SAWADOGO Justin chargé de filières30 FASO 20
    • BURKINA Cabinet du Ministre de TRAORE Mahamadou Conseiller technique FASO lAgriculture de31 lHydraulique et des Ressources Halieutiques32 CAMEROUN Point Focal FIDA NGALEU Polycarpe Point Focal CAMEROUN FIDA MARZIN Sylvie CPM3334 CAMEROUN PADMIR NKOUENKEU THOMAS Coordonnateur National35 CAMEROUN FIDA MPOUMA LOGMO Géraldine Consultante36 CAMEROUN PADMIR HAMADOU ALIOUM RSE37 CAMEROUN PNDRT NGUE BISSA Thomas, coordonnateur National CAMEROUN PNDRT Mme. NGO BOUM Lydie, RSE38 EPSE NGUIMBOUS39 CAMEROUN PNDRT BOUBA Bernard, RAF CAMEROUN PADMIR ESSOMBA Ernest Marie Gabriel RAF4041 CAP VERT PNLP AZEVEDO Ramiro Coordonnateur CAP VERT PNLP DIAS Amado Responsable Suivi et42 Evaluation CAP VERT PNLP GUIMARÃES Jorge Responsable Animation43 et Communication COTE MEF ASSE YAO ERIC DIRECTEUR REGIONAL44 DIVOIRE DES MARCHES PUBLICS COTE PPMS Mme.ATTOH née LEONIE RESPONSABLE FILIERES45 DIVOIRE BRA MARAICHERES COTE PPMS Mme.Kouakou Toto Hawé Cécile: Coordinatrice46 DIVOIRE ETHIOPIE Sdxakawa Africa GALIBA Marcel Directeur Régional47 Association48 France AFD THIRION Marie Cécile Chargée de Mission49 France AFD SIMON Didier Economiste 21
    • GABON Ministère de l’Agriculture Mme. MBENG Yolande Directrice Nationale des50 Projets FIDA GABON PDAR Mme.MBONDJI Hortense Superviseur Composante51 Promotion des Filières Agricoles GABON PDAR MOUNDOUNGA Directeur52 BOUANGA Dieudonné GABON PDAR NDONGJ NGUEMA Roland Responsable53 Administratif et Financier GHANA NRGP Ayariga, Roy National Programme54 Coordinator55 GHANA MOFA Boamah, Ing J.K Chief Director of GHANA NRGP Darimaani Felix Monitoring & Evaluation56 Officer GHANA JOSMA Agro-Industries Ms.Agyeiwaa Sakyi Faustina FARMER / PROCESSOR57 Limited GHANA Ministry of Trade & Adasi Johnson Director of SME Division58 Industry59 GHANA RTIMP ADJEKUM Akwasi Adjei Coordinator GHANA NORPREP AHMED MOHAMMED PROGRAMME60 COORDINATOR61 GHANA RAFIP AMOAH KOBINA Programme Coordinator GHANA Adventist Development ASANTE-MENSAH SAMUEL DIRECTOR, Agriculture62 and Relief Agency and Food Security Projects GHANA REP Attah-Antwi Kwasi Project Coordinator63 GHANA RTIMP BOAKYE MENSAH Monitoring and64 Evaluation Specialist GHANA REP Kayenwee Cletus Monitoring & Evaluation65 Officer 22
    • GHANA RAFIP MENSAH RAYMOND M&E SPECIALIST66 GHANA REP Mme.Amponsah Irene Administrative &67 Procurement Officer GHANA MINISTRY OF FINANCE NKANSAH EDMUND KWABENA HEAD,68 AND ECONOMIC BADEA/IFAD/OPEC UNIT PLANNING GHANA Northern Youth for Yahaya Abdul-Rauf69 Peace and Development GHANA NORPREP YIAH SABASTIAN SALIA Programme Engineer70 GHANA IFAD Daniel PASOS Financial Management71 Specialist GHANA IFAD Dominique ULAC CPM72 GHANA Northern rural growth AYARIGA ROY National programm73 programm Coordinator GHANA Adyewaa SAKY Processor74 GHANA Ministry of Local OPOKU - BOAMAH Alex Directeur PBME75 Government NORPEP GHANA IFAD Ghana Country ASHU Sarah Country Programm76 Office Assistant GUINEE PRRDC DABO AMADU DIRECTEUR TECHNIQUE77 BISSAU GUINEE PRRDC MARTINS MARCELINO COORDONNATEUR78 BISSAU GUINEE PRRDC SANTIAGO HELDER ATP79 BISSAU GUINEE PADER-BGN Sylla Mandiou Responsable suivi-80 CONAKRY évaluation GUINEE PADER-BGN BANGOURA Djibril TAMSIR COORDONNATEUR81 CONAKRY GUINEE PNAAFA BARRY Boubacar RSE82 CONAKRY 23
    • GUINEE Fédération des Mme.CAMARA Foulématou Présidente CONAKRY Organisations Paysannes83 de Basse-Guinée (FOP- BG) GUINEE MINISTERE DE BAH Abdoulaye Wansan Chef Section FINEX84 CONAKRY LECONOMIE ET DES FINANCES GUINEE PNAAFA NABE Aboubacar Responsable85 CONAKRY Administratif et Financier GUINEE PRODAD-GF/PNAAFA SIDIBE Mamadou Bailo Coordinateur National86 CONAKRY GUINEE PADER-BGN SOUMAH ALY SEYDOUBA Responsable87 CONAKRY Administratif et Financier GUINEE FIDA BARRY Mamadou Consultant88 CONAKRY MALADHO GUINEE PACV TOURE Alhassane Aminata Coordonnateur National89 CONAKRY GUINEE SOW Mamadou diouldé Consultant90 CONAKRY ITALY IFAD CHELAGA Monica Programme Assistant91 ITALY WCA SARR Léopold CPM/Mali, Gabon,92 Gambie93 ITALY IFAD SPARACINO Cristiana CPM ITALY FIDA BARTOLUCCI Alessia Programme Assistant9495 ITALY FIDA CRESWELL BOB Accountant ITALY FIDA NSIMPASI Luyaku Loko Chargé de portefeuille9697 ITALY FIDA KIM Chung Jin Consultant IFAD ITALY FIDA KOUAKOU SARA Associate country98 programm Manager 24
    • 99 ITALY FIDA Dadush Sarah Juriste100 ITALY FIDA URCINOLI Maria Carolina Programme Assistant101 ITALY FIDA ABUKARI Moses Yao Project Officer102 ITALY FIDA ANDREA SERPAGLI CPM ITALY FIDA RETTA Bethlem Administrative Assistant103 Programm for Senegal104 ITALY FIDA ARNOUX Sylvie Conseiller Juridique ITALY FIDA UNTERNAEHRER Cécile Associate Programm105 Officer ITALY FIDA DUJEUX Laetitia Assistante de106 Programme107 ITALY FIDA BAMBA Zoumana KM Officer108 ITALY FIDA GALASTRO Vincenzo Chargé de portefeuille109 ITALY FIDA LHOMMEAU Annabelle Chargée de Programme ITALY FIDA PIQUION- Elsie Programm Assistant110 ALDERIGHI ITALY FIDA AIELLO Richard Learning Manager111 ITALY FIDA NSINUI BARROS AMBROSIO Economist en chargé des112 deux Congo ITALY FIDA CUNEO Daniela Communication113 Assistant114 ITALY FIDA BEAVOGUI Mohamed Directeur AOC115 ITALY FIDA DE JAMBLINNE DAPHNE ITALY FIDA CAMERON VIRGINIA Chargée Prêts et Dons116117 ITALY FIDA TOUNESSI MOHAMED CPM ITALY FIDA SAMIR Reteune Manager Knowledge118 Internet Communication ITALY FIDA RAINE Martin Training Consultant119 25
    • ITALY FIDA SOURANG Cheikh Senior Programm120 Manager121 ITALY FIDA BARRY Abdoul Wahab CPM LIBERIA Ministry of Agriculture Krah Patrick M & E & Gender Officer122 /ASRP LIBERIA Ministry of Agriculture Thomas Priscilla Accountant123 /ASRP MALI Cellule de Dialogue sur COULIBALY Bakary Sékou Responsable124 les Politiques de Lutte contre la Pauvreté (CDP) MALI Coordination Nationale COULIBALY Ibrahim Directeur125 des Organisations Paysannes (CNOP126 MALI PIDRN DIALLO Hamzata Moussa Directeur MALI PIDRN DJENEPO Abdel Kader Responsible chargé de127 Suivi Evaluation MALI PIDRK MAIGA Daouda Directeur128 MALI PIDRK MOHAMED ALI Mme.Mariama W. Responsable129 Med ALI Administratif et Financier MALI CNPPF NADIO Mamadou Coordinateur National130 MALI PMR SIDIBE Dramane Directeur131 MALI FODESA TIERO Mamadou Coordonnateur Regional132 MAURITANI FIDA GANDEGA SYLLI Point Focal133 E MAURITANI PROLPRAF Ould Ahmed Salem RAF134 E Abderrahmane MAURITANI PDDO MOHAMED MOHAMEDOU COORDINATEUR135 E MAHMOUD 26
    • MAURITANI PDDO OULD ABDELLAHI MOHAMED RESPONSIBLE136 E TECHNIQUE137 NIGER PPILDA Guéro Chaibou Directeur138 NIGER PAC II Assadeck Mohamed Coordonnateur NIGER PAC II Maï Tanimoune Moustapha Coordonnateur Régional139 NIGER Réseau National des Youssouf Mohamed Elmoctar SG-RECA140 Chambres d’Agriculture (RECA) NIGER Ministère de l’Agriculture Diamoitou Guessibo Boukari Secrétaire Général141 et de l’Elevage (MAGEL) NIGERIA IFAD-CBARDP KANKIA Abu Yusuf National Programme142 Coordinator, NIGERIA RFIBP Abdulazeez Muyiwa National Programme143 Coordinator NIGERIA RFIBP Mme.Ufaruna Angelina, Uneku Monitoring &Evaluation144 Specialist NIGERIA NACRDB)/RFIBP Kolo Ndako Mahmud Assistant General145 Manager NIGERIA IFAD-CBNRMP Mme.Jumbo- Irene National Programme146 Ibeakuzie Coodinator NIGERIA IFAD-CBNRMP Gbinigie Ian Monitoring and147 Evaluation NIGERIA IFAD-CBNRMP Mme.Udosen Iniabasi Gender/CDDOfficer148 27
    • NIGERIA Country Office Abuja WILLS OBONG Patricia Programm Assistant149 NIGERIA IFAD Odoemena Ben150 NIGERIA Ministry of Agriculture Nwadike Augustine C. B Permanent Secretary151 and Natural Resources, Imo State République FIDA Bureau Terrain SANSI RITA Assistante152 du CONGO Administrative République FIDA KALIBU MINO153 du CONGO République FIDA MPUTU Monique Chargée dappui terrain154 du CONGO Republique PRODER 3 KENGA Dominique coordonnateur155 du CONGO Republique PRODER 3 EBONDZI Alain Roger RAF156 du CONGO Republique PRODER 3 NGAYOU Benoit RSE157 du CONGO Republique Bureau de liaison Mme.IBARRA Judith Virginie Responsable BL158 du CONGO Republique MAE DIANSONSA DIATSONAMA Chef de service des159 du CONGO Médard finances et du matériel Republique PRODER SUD NZ EMBA Marcel Dieudonne Responsable de du CONGO Composante appui à la160 production et à la commercialisation 28
    • Republique PRODER SUD BABINGUI Evariste Aurelten RPSE161 du CONGO Republique PRODER SUD OKANDZA Rock Martial RAF162 du CONGO Republique PRODER SUD BIZIBANDOKI Paul Coordonnateur163 du CONGO Republique Ministere des Finances LIKAMBIABEKA Guy Hermey Representant164 du CONGO Republique PRODER Nord NDINGA Eugene, Assistant a la du CONGO Composante165 Developpement Agricole et Halieutique Republique PRODER Nord MBENGUE Guy Flugence RSE166 du CONGO RDC PRAPE SUMBELA Antoine Coordonnateur National167 RDC PRAPE SAIDI Emmanuel Responsable de Suivi –168 Evaluation RDC PRAPE KOBONGO Marcellin Responsable du Pool169 Technique RDC PRAPE KALIBU Justin Responsable de la170 Composante Halieutique RDC Fédération des Unions LIMELE Camille Président171 des Producteurs Agricoles (FUOPA) 29
    • RDC PRAPO BULUBULU Jean Damas Coordonnateur172 RDC PRAPO BAHANDI Célestin Responsable de Suivi –173 Evaluation RDC MINAGRI LIYEYE Jean Pierre Inspecteur Provincial de174 l’Agriculture RDC PRODER KENGA Dominique dominique.kenga@yaho175 o.fr RDC Direction de l’Analyse, MAMPUYA Christophe Coordonnateur Planification et176 Prospection – Ministère de l’Agriculture SAO TOME PAPAFPA Martins Ramos Francisco Responsable de la filière177 ET Poivre et épices PRINCIPE SAO TOME PAPAFPA Balmisse Sebastien Pierre Assistant technique178 ET Albert PRINCIPE SAO TOME Ministère du Plan et Boa Morte Filipe Assesseur du Ministre ET Développement179 PRINCIPE SENEGAL Radio GUINDIKU SOW Thierno Journaliste180 SENEGAL CORAF/ WECARD SEREME Paco Directeur Exécutif181 SENEGAL PRODAM WANE Aïcha OP182 30
    • SENEGAL PRODAM BA THIERNO DIRECTEUR183 SENEGAL PRODAM FAYE IBRAHIMA Responsable de Suivi et184 Evaluation SENEGAL USAID BADIANE Aminata NIANE185 SENEGAL OP -Région de Matam Mme THIAM AICHA Présidente186 SENEGAL PSAOP Mme.DIOP KHADY COMPTABLE187 SENEGAL PSAOP BARRY Mamadou188 Moustapha SENEGAL PSAOP NDIAYE Ousmane Directeur National189 SENEGAL PSAOP Mme.Diagne Rouguillatou Chargée du Suivi &190 Evaluation SENEGAL ONUDI KOFFI EDME Représentant191 SENEGAL Cabinet MECA Touré Oumou WANE Expert Comptable192 SENEGAL PAFA DIOUF Sémou Coordonnateur193 SENEGAL PAFA DIOUF Mamadou Responsable194 Administratif et Financier 31
    • SENEGAL PAFA Mme.BA Aissatou SPICV / EG (Spécialiste pour l’inclusion des195 couches vulnérables et l’égalité du genre SENEGAL PAFA Mme.DIOUF Seynabou Assistante au196 Coordonnateur SENEGAL PAFA Mme.SOW Khady NDIAYE Responsable Suivi-197 Evaluation SENEGAL PAFA DIENG Amadou Spécialiste en198 développement des Filières SENEGAL PROMER II MBENGUE Hyacinthe Modou Coordonnateur199 SENEGAL PROMER II TEW El Hadji Samba Responsable200 Diène Administratif et Financier SENEGAL PROMER II SOW Nogaye OP201 SENEGAL PROMER II CISSE Moustapha Responsable des202 Opérations Techniques SENEGAL PROMER II COULIBALY Coura Chef Comptable203 SENEGAL PROMER II SEYDI Ameth Hady Responsable National du204 SAFIR SENEGAL PROMER II Mme.SANE Fatoumata Responsable du Suivi205 Evaluation SENEGAL PROMER II MmeBOUSSO Hawa Sow Documentaliste206 32
    • SENEGAL PROMER II DIEBAKHATE Hawa Assistante207 Coordonnateur SENEGAL PROMER II SOW Fatimata Assistante de Direction208 SENEGAL PROMER II THIAM Mamadou Prestataire209 SENEGAL PROMER II SIDIBE Diénaba Présidente Nationale210 DINFEL SENEGAL OP/PROMER II FAYE Mbaye OP211 SENEGAL FENAPH ATHIE Gora Président212 SENEGAL DINFEL Mme. DIALLO Oumou Khaïry Présidente213 SENEGAL FRAO BAH Mariama Consultante214 SENEGAL IFPRI FOFANA Ismael Chercheur215 SENEGAL MANORE FM NDIAYE Lamine Journaliste216 SENEGAL PCE USAID VOISARD Jean Michel SR VC Manager217 SENEGAL CARREFOUR AFRIQUE NDIAYE Alé Consultant218 33
    • SENEGAL PROMER / Kolda Gnamadio Abdoulaye219 SENEGAL DCEF MEF NDIAYE DIOP Maguette Chargé de programme220 SENEGAL PNUD SOW Mame Ngoné Spécialiste221 Communication SENEGAL DAPS-Sénégal DIARRA Ngolo Chef de la Division222 Projets et Programmes SENEGAL DAPS-Sénégal THIAM Goumbo Agroéconoomiste223 SENEGAL FRAO CISSE Amadou Consultant224 SENEGAL FRAO KOUROUMA THIAM Saran Responsable225 Administratif SENEGAL FRAO THIAW Aïta Secrétaire226 SENEGAL MINISTERE DIENE MAME NDIOBO Conseiller technique227 AGRICULTURE SENEGAL MINISTERE TALL Safiétou Secrétaire228 AGRICULTURE SENEGAL MINISTERE FALL Ndèye Sokhna Secrétaire229 AGRICULTURE SENEGAL FRAO FALL Abdou Responsable de230 Prorgramme / Consultant FIDAFRIQUE 34
    • SENEGAL FRAO FALL Coumba Directrice231 SENEGAL FRAO MBAO Ngagne Coordonnateur232 Programme SENEGAL FRAO LOFIGUE Karnon Assistant de programme233 SENEGAL Direction de la Dette et BARRY Mamadou responsable des de Moustapha décaissements projets234 l’Investissement/DDI- MINAGRI SENEGAL FRAO KEBBEH Mouhamed Consultant interne235 SENEGAL WALF NDIAYE Alioune Consultant journaliste236 web SENEGAL FEPRODES CISSE Penda Gueye Présidente237 SENEGAL FIDA DOUCOURE Khadidja Regional Gender238 Coordination SENEGAL FIDA GHACHEM KADARI CPM i239 SENEGAL FIDA MERCADAL Sophie Assistante Programme240 FIDA SENEGAL FIDA KONARE Dounamba Assistante Programme241 SENEGAL CNCR GUEYE Samba Président242 35
    • SENEGAL ASPRODEB SARR Saliou243 SENEGAL DIOP Aysatou Ndiaye Consultante244 SENEGAL EXCO AFRIQUE TERA Moulaye Idrissa Consultant245 SENEGAL AFD GOMIS Simon Chargé de programme246 de développement rural SENEGAL USAID/WULA NAFAA DIOP Amath Chef de volet création247 de richesses SENEGAL USAID/WULA NAFAA BALDE Ousmane Spécialiste BDS248 SENEGAL USAID WULA NAFAA COLY Bineta Responsable249 Marketing/Credit SENEGAL CORAF/ WECARD MULUH George Achu Planning Officer250 SENEGAL INTER PRESS SERVICE FAYE Souleymane Stringer251 (IPS) SENEGAL Afrique Communication NIANG Thiendou Directeur252 SENEGAL ONU DJIGO Fatou Binetou Représentant Résident253254 SENEGAL LE POPULAIRE FOFANA Bachir Journaliste 36
    • SENEGAL RTS/TV BARRY Abdoulaye Journaliste255 SENEGAL CMC FALL Abdoulaye Coordinateur256 SENEGAL LERAL.NET(Site dinfos) NGOM Ibrahima Journaliste Reporter257 SENEGAL AGENCE DE PRESSE CISSE Birane Hady Journaliste258 SENEGALAISE (APS) SENEGAL APS SEYDI Dieylani Reporter photographe259 SENEGAL APS LAMRANI fatime Journaliste260 SENEGAL PANA COULIBALY Bakary Journaliste261 SENEGAL WADR BA Abdoul Journaliste262 SENEGAL SOLEIL MBODJ Papa Adama Journaliste263 SIERRA Réhabilitation and AMADU FESTUS Monitoring and264 LEONNE Country Base poverty Evaluation Officer Reduction Project SIERRA RCPRP/RFCIP TEJAN-KELLA MOHAMED Responsable des265 LEONNE décaissements SIERRA RCPRP/RFCIP KAMARA PETER M. PROGRAMME266 LEONNE COORDINATOR 37
    • SIERRA RCPRP/RFCIP AMADU FESTUS O. MONITORING &267 LEONNE EVALUATION OFFICER SIERRA BIO – UNITED LIMITED LAHAI MICHAEL K. FINANCIAL268 LEONNE CONTROLLER SIERRA MINISTRY OF SANKOH FRANCIS A. R. ASSISTANT MANAGER LEONNE AGRICULTURE269 FORESTRY AND FOOD SECURITY - MAFFS SIERRA RCPRP/RFCIP AMADU FESTUS Monitoring and270 LEONNE evaluation officer TCHAD PROHYPA BRAHIM TAHA DAHAB DIRECTOR GENERAL271 TCHAD PROHYPA HABIB SALEH BRAHIM Directeur du Projet272 TCHAD PROHYPA ABOUKAR ABDOU ADJI Responsable273 Administratif et Financier TCHAD Ministère de l’Eau ABDOULAYE SOULEYMANE Directeur de l’Hydralique274 NOUREN Pastorale TCHAD Association des Eleveurs KHADIDJA GUIRSIMI Membre275 Nomades du Tchad276 TOGO IFDC -NWAFD SOGBEDJI M. Jean Coordonnateur DE projet 38
    • Annexe 3 : Liste des plans d’actions • Plan d’action programme-pays RDC (PRAPE, PRAPO et PIRAM) • Plan d’action 2011 Congo • plans d’actions 2011 Mauritanie Niger • Plan de Travail des Pays Lusophones (São Tome et Principe ; Cap Vert) • Paln d’actions 2011 Burkina Faso, Tchad, Ghana, Liberia, Sierra Leone et Togo 39
    • 40