• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Blogueurs voyages et relationnistes, même combat?
 

Blogueurs voyages et relationnistes, même combat?

on

  • 372 views

Les destinations et marques touristiques n'ont pas toujours la même perspective que les blogueurs voyages. Mais au fond, les besoins sont assez similaires. ...

Les destinations et marques touristiques n'ont pas toujours la même perspective que les blogueurs voyages. Mais au fond, les besoins sont assez similaires.
Lire l'article original sur le blogue à : http://fredericgonzalo.com/2013/06/04/blogueurs-voyages-et-relationnistes-meme-combat/

Statistics

Views

Total Views
372
Views on SlideShare
371
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

http://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Blogueurs voyages et relationnistes, même combat? Blogueurs voyages et relationnistes, même combat? Presentation Transcript

    • Frédéric Gonzalo
    • J’ai eu le plaisir tout récemment de participer à l’événement TBEX, ou Travel Bloggers Exchange, qui avait lieu à Toronto. Lors de cette édition qui a fracassé des records, avec près de 1,300 participants dont environ 1,000 blogueurs voyages et journalistes, la programmation était riche en ateliers divers, soirées de réseautage ainsi que des séances de speed-dating, ou rencontres minutées, avec des représentants de destinations nord-américaines. On y venait donc pour apprendre, pour se faire des contacts mais aussi et surtout pour nouer des liens d’affaires et leads pour d’éventuels voyages de presse ou partenariats d’affaires. Voici quelques réflexions glanées au fil de quelques présentations et discussions à bâtons rompus lors de l’événement.
    •  Les relationnistes qui travaillent pour des organismes de gestion de la destination (OGD, ou en anglais DMO, destination marketing organizations) ou des marques touristiques (hôtels, transporteurs, etc.) ont parfois l’impression que les blogueurs voyages forment un groupe uniforme, une meute de sous-journalistes qui recherchent des voyages gratuits, right? Misère… Alors bon, que veulent les destinations qui travaillent avec des blogueurs voyages?
    •  Le premier critère pour une destination ou un prestataire touristique, c’est d’obtenir du contenu de qualité. Cela ne veut pas nécessairement dire des propos toujours dithyrambiques au sujet de l’expérience, mais au moins une histoire qui raconte les émotions associées à l’expérience, avec laquelle d’autres voyageurs pourront s’associer. Que ce soit à travers les mots choisis, les photos, les vidéos ou les témoignages recueillis… les blogueurs ont justement plus de liberté que les journalistes qui, eux, doivent respecter une ligne éditoriale et d’autres contraintes liées à leur médium.
    •  Oui, il ne faut pas se le cacher, on travaille avec des blogueurs en grande partie en raison de leur réseau d’influence. Cette influence peut être mesurée par des indicateurs comme le score Klout, le nombre de fans ou followers sur Twitter, Pinterest ou Instagram, sans oublier le lectorat de votre blogue. Cette influence n’est pas qu’à l’externe, avec un lectorat grand public ou dans une niche particulière, mais également au sein même des communautés de blogueurs qui interagissent et partagent les bons coups (ou marques à éviter, genre).
    •  Plusieurs relationnistes optent également pour les blogueurs voyages pour leur présence multiplateformes, notamment sur les médias sociaux incluant Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest ou Youtube, pour ne nommer que ceux-là. On obtient ainsi une visibilité accrue et instantanée non seulement lors de la présence du blogueur à destination, mais bien souvent en amont, durant la préparation et lors des déplacements en chemin vers l’endroit dudit voyage.
    •  D’un autre côté, les blogueurs voyages tendent à penser que toutes les marques agissent de la même façon, ou alors qu’ils ont tous les mêmes besoins – du contenu rédactionnel, right? Ce n’est évidemment pas le cas, fort heureusement d’ailleurs. Alors, que souhaitent les blogueurs dans leur approche avec les marques touristiques?
    •  Tous les blogueurs que je connais et tous ceux et celles que j’ai rencontrés lors de TBEX ont un point en commun: une passion surdimensionnée pour le voyage! Et surtout, le feu sacré pour raconter les histoires et les aventures vécues, la gastronomie ou les vues à couper le souffle, sans parler de ces moments de bonheur qui arrivent, plus souvent qu’autrement lorsque rien n’est prévu au programme et qu’on vit la vie des gens de la place.
    •  Comme les blogueurs font effectivement partie d’une communauté de gens passionnés qui se tient ensemble, une bonne relation avec un contact vaut bien plus qu’un simple contrat, aussi bien rémunéré soit-il. En tissant des liens avec les relationnistes sur le plan humain lors des divers voyages de presse mais également pré- et post-voyage, on peut ensuite référer d’autres blogueurs et ainsi alimenter une roue favorable pour toutes les parties impliquées.
    •  Dernier point, mais non le moindre… un voyage gratuit, une nuitée ou une entrée à votre attrait, est-ce suffisant? Posons la question différemment: peut-on payer son loyer ou sa facture d’épicerie avec les souvenirs de son dernier voyage ou encore avec son score Klout? Bon, d’accord, il est vrai que les blogueurs vont pouvoir vendre leurs articles ou photos comme pigiste auprès de publications spécialisées, mais ces avenues se font rares et bien souvent peu rémunérées. Alors imaginez lorsque certaines invitations sont faites auprès de certains blogueurs avec hôtel inclus et certaines prestations à destination, pas toutes, et n’incluant pas le billet d’avion pour s’y rendre…
    •  Alors, relationnistes de marques touristiques vs. blogueurs voyages : même combat? En fait, plus on creuse, plus on réalise qu’au fond il y a plus de points en communs que de divergences. Encore faut-il clarifier les attentes d’entrée de jeu. Pour ce faire, voici quelques éléments de réflexion que je soumets bien humblement:
    •  En tant que blogueur, vous devez avoir une niche, un sujet de prédilection ou un angle qui vous est propre. C’est d’ailleurs ainsi que vous trouverez un auditoire fidèle au fil du temps. Par le fait même, les marques ne recherchent pas forcément un blogueur ayant le plus de lecteurs mais plutôt celui qui a le plus d’influence ou une expertise avérée dans une sphère particulière, par exemple le voyage en solitaire, les boomers ou les gais et lesbiennes.
    •  Quelles sont les attentes du blogueur face à un voyage de presse ou une marque touristique? Obtenir un accès exclusif à des informations ou expériences privilégiées ou tout simplement se conformer aux besoins de la destination en échange d’une rémunération x ? Parallèlement, que souhaite obtenir la destination de l’invitation faite au blogueur: un topo familial bien circonscrit, ou donner libre expression totale afin d’avoir des contenus différents et uniques? Définir les attentes permet surtout d’établir s’il y aura rémunération, ou la totalité des prestations incluses dans le voyage de presse, par exemple.
    •  Comme l’a mentionné un des conférenciers, je paraphrase en français par la nécessité d’avoir du « wifi partout, tout le temps ». Cette nécessité, pour la destination, permettra aux blogueurs de tweeter, pinstagrammer ou facebooker en temps réel lors des expériences vécues à destination. Quant au blogueur, ce n’est pas un luxe mais bien une nécessité. Surtout lors du retour à la chambre d’hôtel à 23h pour aller rédiger un billet ou partager des photos, et qu’il n’y a pas de connexion internet…
    •  Dernier point que je me dois de souligner, soit la nécessité de prévoir du temps libre dans la programmation des itinéraires lors de voyages de presse. Une destination qui prévoit des visites guidées ou d’hôtels du matin au soir ne fait de faveur à personne, ni les blogueurs invités, ni les attraits et membres visités. On voudra certainement inclure quelques visites incontournables, mais justement il vaut mieux personnaliser en fonction du type de blogueur invité (voir le point #1, expertise) tout en insérant des blocs d’heures libres pour vaquer librement, prendre des photos et aller selon l’intuition du moment. C’est ainsi que naissent les plus belles histoires qui façonneront le storytelling de la marque.
    •  On voit d’ailleurs de nouveaux partenariats entre blogueurs et marques touristiques qui marquent une nouvelle étape. Notons par exemple des compagnies comme Expedia, HouseTrip ou encore G Adventures qui misent sur des blogueurs pour générer des contenus fréquents et pertinents pour leurs auditoires respectifs. D’autres, comme des marques hôtelières, vont même jusqu’à embaucher des blogueurs voyages à titre de consultants pour les aider dans le développement de nouvelles suites ou autres services à l’attention de voyageurs selon leur champ d’expertise.
    •   Si vous êtes un blogueur voyage, êtes-vous d’accord avec les éléments ci-haut abordés? Sinon, pourquoi? Si vous êtes représentant d’une destination ou d’une marque touristique, j’aimerais également avoir votre feedback sur le sujet. Au plaisir de vous lire dans la section des commentaires! Autre lecture intéressante (en anglais): 10 Tips For Working With Travel Bloggers And Destinations
    • Inscrivez-vous au blogue http://fredericgonzalo.com Saisissez votre courriel pour souscrire à ce blogue et recevoir les notifications de nouveaux billets par courriel. Ebook à télécharger 5 règles d’or pour une stratégie de contenu efficace