Your SlideShare is downloading. ×
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
E-tutorat et environnement professionnel - 9R
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

E-tutorat et environnement professionnel - 9R

1,006

Published on

Atelier "Apprendre et former autrement" des 9es Rencontres du fffod à Orléans le 15/11/2011. …

Atelier "Apprendre et former autrement" des 9es Rencontres du fffod à Orléans le 15/11/2011.
Présentation de Dalila Benneka et de Nacer Madoui de l'AFPA.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,006
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Présentation par Dalila BennekaFormatrice en horticulture à l’AFPA de Chevigny Saint-Sauveur en Côte d’OrFormation « Ouvrier de Production Horticole » - niveau VTémoignage sur youtube : http://youtu.be/i947Kj3h5k8Ceci est l’histoire de la mise en synergie du triangle Apprenant-Formateur-Professionnel... 1
  • 2. Je vous en présente les protagonistes :Voici Nathalie. Après une expérience d’une dizaine d’années en institution pourjeunes enfants, Nathalie, 35 ans, éducatrice spécialisée en Moselle, se retrouve auchômage. Elle veut donner un nouvel élan à son parcours professionnel et pourquoipas, associer à son métier d’éducatrice sa passion pour les plantes…Elle s’adresse à l’AFPA en 2009 et nous l’accueillons en 2010 à Chevigny Saint-Sauveurdans la formation d’Ouvrier de Production Horticole. 2
  • 3. Et voici Régis. Il est Chef de culture à la mairie de Dijon depuis plus de vingt-cinq ans.Il encadre une équipe de 12 salariés et gère une production d’environ 500 000plantes. Il a donc une solide expérience professionnelle.Il accueille régulièrement des stagiaires de la formation professionnelle dans sonservice de production et participe au jury des sessions de certification à l’AFPA. Nouscollaborons depuis quelques années et en 2010……Je lui propose une expérience inédite : être un coach occasionnel. 3
  • 4. Nous sommes au début de la formation, mais aussi au début d’une histoirepédagogique… 4
  • 5. Il me faut répondre aux besoins de formation de Nathalie, mais aussi d’Hubert-ancien Chef de culture en maraîchage- ou de Sylvie, mère au foyer, et des 12 autrespersonnes qui viendront les rejoindre dans le groupe de stagiaires en formation pourpréparer le titre professionnel d’Ouvrier de Production Horticole. 5
  • 6. Je leur propose dindividualiser leurs apprentissages et leur parcours… en tenantcompte de leurs contraintes personnelles, de leurs besoins spécifiques de formation.Par exemple Hubert, qui possède déjà une expérience dans le métier, ne suivra quecertains modules ; il réactualisera seulement ses compétences dans le domaine de laprotection biologique des cultures, alors que Nathalie suivra la totalité des modules,c’est-à-dire 1120 heures de formation. Mais je tiendrai compte aussi de son projetprofessionnel, de sa motivation et de son autonomie.. 6
  • 7. Pour compléter sa formation, Nathalie utilise la plateforme pédagogique (LMS) unequinzaine d’heures par semaine.Elle y trouve des ressources pédagogiques :• Elle s’auto-forme avec des vidéos, des documents à lire• Elle s’auto-évalue quand elle le décide par des QCM• Elle y découvre aussi des informations pratiques sur les prochaines mises en situations ou les prochaines visites en entreprise• Elle communique avec les autres apprenants et moi-mêmeElle peut avancer en même temps que le groupe mais aussi à son rythme. 7
  • 8. Contrairement à Hubert, Nathalie qui a besoin d’acquérir toutes les compétences clésdu métier, participera à toutes les phases de regroupement c’est à dire 20 h parsemaine pendant huit mois sur le Campus de Chevigny où elle effectuera des misesen situation pratiques, que j’anime sur un plateau technique (1500 m2 de serres etautant en pleine terre).C’est pendant ces phases de regroupement que Nathalie effectuera des visitesd’entreprises. 8
  • 9. Du côté de Régis, j’organise une petite séance de prise en main de la plateforme.Régis accède à mes cours en ligne, nous en discutons et il peut en disposer.Je lui parle aussi des forums et de son rôle de coach. Il est curieux et s’engage dansl’aventure. Je sais que je peux compter sur son professionnalisme.Nous organisons la prochaine visite sur son site de production, sur le thème durempotage des plantes horticoles.Il exposera pendant 2 heures à Nathalie et à l’ensemble du groupe en quoi cettecompétence est fondamentale dans le processus de production.Il installe le cadre de la prochaine étude de cas qui sera traitée par les stagiaires sur leforum ! 9
  • 10. Nathalie aime beaucoup les activités collaboratives.Sur les forums, tout en travaillant, elle peut continuer d’apprendre avec Hubert (quin’est pas toujours présent sur le campus mais qui se connecte régulièrement pourcommuniquer avec elle et le groupe) et ses autres collègues, à qui elle apporte sonsoutien, grâce à son empathie naturelle et à son expérience.Ensemble, ils produiront une synthèse technique en réponse à l’étude cas proposéepar Régis. 10
  • 11. Régis peut, si elle le sollicite, apporter une aide précieuse à Nathalie,En répondant à ses mails, ou directement sur le forum, il lui fera partager sonexpérience de terrain, il lui donnera des pistes de recherche ou des tuyauxtechniques… Il enrichira la production du groupe. 11
  • 12. Dans un contexte de formation traditionnelle, Régis n’aurait pas dû faire laconnaissance de Nathalie, c’est-à-dire connaître son projet professionnel, samotivation, sa passion pour les heuchères, petite plante vivace qu’elle collectionne.Car le projet professionnel de Nathalie est tourné vers la Moselle, sa région d’origine.Elle aimerait devenir éducatrice technique en horticulture.Elle effectuera donc ses stages (7 semaines) dans des entreprises de sa région,susceptibles peut-être de l’employer plus tard. 12
  • 13. Les stagiaires ont le souci de mettre en avant leurs capacités à mobiliser desconnaissances, à maîtriser leur communication.La réponse par mail ou la validation par Régis sur le forum sonne comme unevéritable reconnaissance.Pendant cette phase, qui dure environ 15 jours, j’encourage les stagiaires à faire lepremier pas vers les professionnels, à organiser et argumenter leurs écrits. 13
  • 14. L’objectif de cette expérience c’est de faire évoluer la relation classique des stagiairesavec les professionnels (maîtres de stage et futurs jury) afin d’agir sur les processusd’apprentissage en entreprise.Etablir et soutenir les échanges avec le milieu professionnel en cours de formationcontextualise efficacement les apprentissages complexes du métier. 14
  • 15. A l’issue de ces phases d’échanges, il arrive que des stagiaires gardent le contact avecles professionnels : Nathalie à mis en contact son maître de stage en Moselle avec un de ses coaches (expert en protection des cultures) pour qu’ils puissent échanger sur leurs pratiques Un professionnel, qui avait apprécié le travail d’un groupe sur le chrysanthème, lui a offert des boutures à cultiver sur le campusA la fin de la formation, les coaches occasionnels accordent une attention particulièreaux résultats des sessions de certification. 15
  • 16. Quant à moi, il s’agit aussi de faire évoluer mes pratiques pédagogiques et d’adopter,au delà de mon expertise technique sur le métier, une posture d’accompagnatrice desapprentissages.C’est le stagiaire qui est au centre du dispositif, et je crois que ça remet les choses àleur place de travailler de cette façon. Cette expérience est le début pour moi d’unnouveau modèle pédagogique ! 16
  • 17. Si vous voulez retrouver Régis et Nathalie, ils sont sur youtube : http://youtu.be/i947Kj3h5k8 Merci de votre intérêt ! 17

×