• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Lettre ouverte moussaron
 

Lettre ouverte moussaron

on

  • 1,262 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,262
Views on SlideShare
900
Embed Views
362

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

6 Embeds 362

http://midi-pyrenees.france3.fr 324
http://m.midi-pyrenees.france3.fr 29
http://bo-regions-midi-pyrenees.francetelevisions.tv 4
http://stream.francetvinfo.fr 2
http://www.faire-face.fr 2
http://m.france3-regions.francetvinfo.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Lettre ouverte moussaron Lettre ouverte moussaron Document Transcript

    • Lettre Ouverte Des salariés actuels de Moussaron En réponse aux accusations médiatiques Depuis quelques jours nous subissons un acharnement médiatique visant à discréditer l’établissement dans lequel nous travaillons, et pointant du doigt la qualité de notre travail. Nous sommes outrés et scandalisés devant ces propos et nous ne pouvons rester sans réagir devant de telles accusations. Nous venons donc par cette lettre ouverte rétablir la vérité sur nos conditions de travail et les conditions d’accueil des enfants. Nous ne justifierons pas certains points, totalement faux et calomnieux lus dans la presse, mais nous voulons exprimer le professionnalisme et la qualité de la prise en charge des enfants accueillis à Moussaron. Chacun de nous, employé de l’I.M.E. Moussaron, est un professionnel qualifié. Nous avons tous choisi notre métier, nous avons suivi une formation diplômante adaptée durant laquelle nous avons été formés au handicap et à la spécificité de sa prise en charge. Pour chaque employé, travailler à Moussaron est un libre choix. Si l’établissement ne correspond pas/plus à nos attentes professionnelles, libre à chacun de nous de réorienter sa vie professionnelle. Outre le personnel éducatif qualifié (Aides Médico Psychologique, Éducateurs de Jeunes Enfants, Moniteurs Éducateurs, Éducateurs Spécialisés, Aides soignantes et Infirmiers) qui encadre les enfants, l’I.M.E. Moussaron dispose d’un plateau technique complet de rééducateurs : deux psychomotriciennes, une orthophoniste, une kinésithérapeute, une ergothérapeute, une musicothérapeute, une éducatrice sportive. Ces qualifications sont indispensables car la population accueillie à Moussaron est difficile. Les handicaps sont lourds et variés, souvent doublés de troubles du comportement et parfois de violences. Les professionnels sont confrontés quotidiennement à ces difficultés. Et lorsque ces difficultés ne sont plus supportables, il est salvateur de quitter l’établissement afin de ne pas arriver à un « burn out » professionnel préjudiciable. Le secteur médico-sociale social est connu pour son « turn over » important, et l’I.M.E. Moussaron n’y déroge pas. Mais nul ne parle des professionnels qui travaillent à Moussaron depuis 5, 10, 20 ans voire plus. Nul ne parle de ce personnel qui a consacré sa vie, sa carrière aux enfants de Moussaron avec compétence, empathie et dévouement.
    • La lourdeur des déficiences des enfants accueillis à Moussaron ne leur permet pas d’être scolarisés ou scolarisables. Toutefois, lorsque c’est possible, la scolarisation des enfants a toujours été tentée. C’est d’ailleurs le cas actuellement puisqu’un des enfants accueillis ici suit une scolarité régulière dans un établissement d'enseignement gersois. Cependant, il faut préciser que même sans scolarité adaptée, les apprentissages et les acquisitions de base sont assurés par le personnel éducatif et ré-éducatif qui encadre l’enfant au quotidien. Nos compétences, notre expérience et notre connaissance étroite de l’enfant nous permettent de l’accompagner dans ses apprentissages, dans son autonomisation. Nous connaissons ses capacités, ses limites, ses réactions. Les réunions de synthèse nous permettent de discuter de chaque enfant entre professionnels, d’orienter au mieux l’accompagnement et les prises en charge éducatives et ré-éducatives. Il est vrai, par rapport aux normes imposées aux établissements comme le nôtre, que certains projets individuels, que certains protocoles ne sont formalisés que depuis peu de temps. Est ce que cela signifie pour autant que la prise en charge des enfants jusqu’à présent n’était pas correcte ? Vaut –il mieux écrire et formaliser sur papier l’accompagnement des enfants, ou agir ? Nous n’avons pas honte des pratiques professionnelles de Moussaron, nous avons d’ailleurs opté pour une transparence totale vis à vis des familles et des parents. Chacun est libre de venir chercher ou ramener son enfant à n’importe quel moment de la journée, les bâtiments sont libres, accessibles, les portes sont ouvertes. Les visites des familles ne font nullement l’objet d’une préparation particulière. Mais justement, parlons des familles : notre mission est d’accueillir, d’éduquer, de ré-éduquer les enfants qui nous sont confiés. Il se créé entre les professionnels et la famille une réelle relation de confiance dont l’enfant est au centre. Cette confiance est indispensable, pour que l’enfant trouve sa place au sein de l’institution, et pour que les familles puissent se reconstruire sereinement, en sachant que leur enfant est en confiance et en sécurité dans notre établissement. Que devient cette confiance devant les titres à caractère diffamatoires et calomnieux parus dans les médias ? Et bien cette confiance est telle qu’elle n’est nullement ébranlée. Les parents, les familles sont le reflet le plus vrai de notre établissement, ils savent de quelle façon nous nous occupons de leurs enfants, et ils savent que nous le faisons bien. Pour preuve, leurs témoignages éloquents : • Témoignage de la maman d'un garçon de 5 ans accueilli à Moussaron : paru sur le site sud ouest le 24.11.2013 en réaction à un article du 22.11 : « Ce dernier a fait d'énormes progrès depuis qu'on a eu la chance et je dis bien la chance !! de pouvoir rencontrer la direction et
    • surtout une écoute attentive notre seul espoir de survie. (…) je suis maintenant une maman comblée, mon enfant me regarde, me touche, me sourit, arrive même à me faire un câlin... il se sociabilise de plus en plus. Je suis heureuse de voir autant de progrès. Et quand je le laisse, il est heureux de retrouver « ses » âmes bienveillantes... » • Témoignage de la maman d'un garçon accueilli à Moussaron : paru dans le journal sud ouest le 24.11.2013 en réaction à un article du 22.11 : « Je souhaite tout d'abord remercier l'I.M.E. de MOUSSARON pour son accueil et son soutien auprès des familles sans oublier son personnel. Il faut avoir ou connaître un enfant handicapé pour comprendre les difficultés rencontrées au quotidien. On devrait au contraire encourager les personnes qui ont le courage et cet amour de travailler au contact des personnes difficiles à gérer. L'I.M.E. de Moussaron fait partie de ces instituts qui essayent de palier aux difficultés qu'est le handicap. Merci à Mr et Mme Doazan ainsi qu'à son personnel pour toute l'attention donnée aux familles mais aussi aux enfants... » • Témoignage du papa de deux enfants accueillis à Moussaron (dont l'un des deux réside toujours ici) : paru dans le journal La dépêche en réaction à un article du 22.11 : « Mes enfants n'ont jamais subi quelque sévice que ce soit à l'I.M.E. de MOUSSARON. Au contraire, une équipe de professionnels s'est toujours attachée à les ouvrir à un maximum de possibilités. J'ai toujours trouvé humanité, compréhension et compétence dans cet établissement. (…) Enfin, pour dire simplement les choses, l'.IM.E. Moussaron nous a certainement évité un drame familial» • Témoignage du frère d'un enfant accueilli à Moussaron, paru sur le site sud ouest en réaction à un article du 21.11 : « Mon frère y est depuis 8 ans. Il n'a jamais été aussi heureux. Et on l'a souvent connu malheureux (on a pu comparer plusieurs établissement en France et en Europe). Quand nous lui rendons visite il est content de nous voir et passons un bon moment avec lui. C'est toujours lui qui nous demande de le ramener. (…) Tous les encadrants sont aimables, nous répondent et nous rassurent; s'occupent de beaucoup d'enfants (familles) à la fois et les traitent bien. J'ai beaucoup d'admiration pour ces hommes et femmes qui ont choisi ce chemin difficile. J'espère que le problème se corrigera et que leur réputation sera sauve ... »
    • • Témoignage du frère d'un enfant accueilli à Moussaron, paru sur le site sud ouest en réaction à un article du 21.11 : « Je connais bien cette école car mon frère (autiste) y séjourne depuis de nombreuses années, j’y suis donc allé régulièrement, je suis en profond désaccord avec l’image que cet article donne à Moussaron. Cette école est respectable, ses employés sont admirables. J’ai beaucoup de respect pour tous les membres de cette institution qui fournissent tant d’efforts au quotidien pour leurs pensionnaires. J’apporte tout mon soutien à Moussaron en espérant du fond du cœur qu’on ne leur mettra pas de bâtons dans les roues. » • Témoignage de la sœur d'une résidente de Moussaron paru sur le site sud ouest en réaction à un article du 21.11 : « J'ai 27 ans, une sœur polyhandicapée de 35 ans résidant à Moussaron depuis 22 ans et une mère qui y travaille depuis plus de 20 ans. Autant dire que je connais extrêmement bien l'établissement, la direction, et une bonne partie du personnel et des enfants. (…) Mais il y a une chose dont je suis certaine parce que je l'ai vue tout au long de ces années : les enfants y sont heureux ! Ma sœur en est le témoin le plus pur. Malgré son incapacité à parler, à chacune de mes visites, et ce depuis 22 ans, elle me montre à quel point elle est heureuse ici, elle rayonne et je sais pertinemment qu'elle est épanouie car je la connais par cœur et nous nous comprenons. Ses yeux voient, et eux, ils ne mentent pas... S'attaquer à Moussaron c'est aussi s'en prendre à ce refuge pour des familles souvent désorientées, mais surtout c'est mettre en péril le foyer et la famille de nombreux enfants. » • Témoignage de la maman de deux enfants accueillis à Moussaron paru sur le site de la dépêche en réaction à un article du 22.11 : « Je suis maman de deux jumeaux handicapés qui sont actuellement au Centre de Moussaron depuis 2000. J'ai toujours été bien accueillie par la Direction et le personnel éducatif tant lors de mes visites à l'improviste qu'après un rendez-vous téléphonique. Je n'ai constaté sur place aucun fait me laissant supposer un acte de malveillance ou de maltraitance envers mes enfants ni des enfants du groupe lors de ces visites. Le personnel éducatif s'est toujours bien occupé de mes enfants avec dévouement et affection en ma présence. De plus, ces encadrants et la direction ont aussi su me réconforter lors de moments difficiles. »
    • Nous avons le sentiment d’avoir été salis dans des médias, mais l'ensemble du personnel garde la tête haute. Nous sommes fiers de travailler à Moussaron, mais nous sommes inquiets pour le devenir des enfants que nous accueillons, celui des familles, et également pour notre avenir professionnel. Y a-t-il des enjeux personnels ou économico-politiques derrière ces accusations. Néanmoins, malgré la tourmente, chaque matin nous continuons à assurer les soins de base, les prises en charge qui nous incombent avec le poids du regard accusateur qui pèse sur nous. L’I.M.E. de Moussaron et son personnel (près de 100 employés) sont montrés du doigt et calomniés dans des médias aux investigations incomplètes donnant aux images une interprétation fallacieuse. Nous voudrions que cessent les mensonges, les médisances et les jugements. Nous voulons poursuivre le travail d’amélioration amorcé il y a quelques mois, et surtout continuer à faire ce que nous faisons de mieux : nous occuper des enfants avec professionnalisme et bienveillance. Notre plus grande satisfaction à ce jour, ce sont les témoignages de confiance des familles qui nous soutiennent et le sourire des enfants qui lui ne ment pas.